Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patronages et clientélismes 1550-1750 (France, Angleterre, Espagne, Italie)

 | 
Roger Mettam
, 
Charles Giry-Deloison

II. Villes et provinces

Lignages et "bandos" dans les villes du royaume de castille aux xvie et xviie siècles

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1Dans les Espagnes des XVIe et XVIIe siècles on peut, semble-t-il reconnaître l'existence de trois modèles de pouvoir municipal en milieu urbain. Le fonctionnement de ces modèles couvre quatre siècles environ, du XIVe au XVIIe, l'avènement des Bourbons ayant transformé institutions et comportements à partir de 1700.

2Le premier modèle, d'extension réduite, concerne le Pays Basque seul, à propos duquel certains auteurs, dont Henry Kamen, ont risqué l'expression de "self-government". Il faudrait préciser cependant que même au Pays Basque existait une variante seigneuriale à propos de laquelle on pourrait parler de clientélisme.

  • 1 James CASEY, "Tierra y Sociedad en Castellon de la Plana, 1608-1702", dans Estudis, 1978, no 7, pp. (...)

3Le deuxième modèle, beaucoup plus répandu, concerne les villes du royaume d'Aragon. Il serait sans doute erroné de prétendre qu'il s'agit là d'un régime représentatif ; cependant, il faut admettre que le gouvernement des villes d'Aragon est fondé sur la participation de plusieurs catégories urbaines, réglée par des collèges électoraux propres à chacune de ces catégories : les "mains" de Gerone, les estaments de Barcelone, les bolsas de Saragosse ou de Castellon, Certes, pour être éligible, il fallait être inscrit sur des listes très limitatives d'insaculats ou insaculados, d'ailleurs revues et souvent corrigées par les hommes du roi : certes, les prolétaires n'étaient pas représentés et les postes les plus élevés n'échappaient pas aux hommes de l'estament militaire ou aux "citoyens honorables". Il reste que les catégories représentées témoignaient bien des activités économiques et de ses composantes sociales : ainsi, à Gerone, ville industrielle et commerçante une des quatre "mains" était celle des marchands (ma mitjana), une autre celle des artisans (ma menor) ; à l'inverse, notre ami James Casey a montré qu'à Castellon, ville dont les revenus doivent beaucoup à la riche campagne voisine, les laboureurs ou petits propriétaires fonciers jouaient un rôle important puisqu'une des quatre boisas leur revenait et, une année sur deux, ils détenaient même la moitié de l'exécutif, soit deux jurats sur quatre1.

4Le troisième modèle, qui va nous occuper est celui du royaume de Castille et il est fort différent des précédents bien qu'il présente lui aussi deux variantes, selon que les villes sont de juridiction royale ou seigneuriale. Mais il est bien vrai que rares étaient les villes de quelque importance (par exemple, Rioseco ou Sanlucar) sous juridiction seigneuriale. Dans les villes de Castille, les luttes pour le pouvoir municipal, très vives dès les XIIe et XIIIe siècles, donnèrent lieu à des formes relativement originales d'organisation collective, exemples intéressants de patronage et de clientélisme, les lignages et les bandos qui ont, certes, des traits communs mais qui ne sauraient être confondus. A ce stade de l'exposé, précisons que nous employons lignage au sens restreint. Au sens large, il s'agirait de toute famille noble connue pour s'être prolongée depuis trois générations au moins ; au sens restreint, d'un regroupement de familles nobles selon les structures de parenté qui se sont constituées en vue de l'exercice du pouvoir municipal. Quant aux bandos il ne s'agit évidemment pas des ordonnances mais des bandos-parcialidades, c'est-à-dire des factions qui n'existent que par référence à des bandos adverses.

  • 2 Marie-Claude GERBET, La noblesse dans le royaume de Castille. Etude sur ses structures sociales en (...)
  • 3 Adeline RUCQUOI, Valladolid en la Edad Media, Valladolid, Ed. Junta de Castilla y Leon, 1987, 2 vol (...)

5Dans quelques villes importantes, ainsi Ségovie, Valladolid, voire Burgos et Tolède, mais aussi dans les villes d'Extrémadure, telles Caceres, Trujillo et Plasencia, la formation et le développement des lignages ont été bien étudiés et ces études présentent de fortes concordances, de sorte qu’on peut sans risque avancer des conclusions fermes. Le travail le plus approfondi est celui de Marie-Claude Gerbet2 mais les recherches d'Adeline Rucquoi et les miennes à propos de Valladolid, celles de Maria Asenjo Gonzalez sur Ségovie autorisent les mêmes conclusions3

  • 4 Adeline RUCQUOI. op. cit., vol. I, p. 239; Maria ASENJO GONZALEZ, op. cit., p. 285.

6Il ne faut pas être dupe des légendes ou, pour mieux dire, des mythes fondateurs qui voudraient faire croire que les lignages ont présidé à la naissance des cités. Ainsi, l'historien de Valladolid, Juan Antolinez de Burgos, attribuait au comte Pedro Ansurez la création des dix maisons de caballeros qui ont engendré les deux lignages mais ceux-ci n'apparaissent de façon indiscutable qu'au début du XIVe siècle. De même, à Ségovie, le chroniqueur Diego de Colmenares prétendait que les lignages remontaient à la première occupation de la ville, par Fernand Gonzalez alors que la première mention explicite de leur existence apparaît dans le privilège octroyé en 1345 à la ville par Alphonse XI4.

7En fait, par l'étude de la noblesse d'Extrémadure, Marie-Claude Gerbet montre bien que les lignages se sont constitués au fil de la Reconquête et ont eu pour origine l'anoblissement royal, le monarque usant largement du droit pourtant contesté d'accorder des hidalguias et trois générations suffisant à constituer le lignage, le roi prenant soin lorsqu'il anoblit un homme de le déclarer d'emblée hidalgo de padre e abuelo, de façon à fonder immédiatement les trois générations. Mais dans une société aussi fluide, aussi mobile que celle de la Reconquête, les ruptures de lignages sont continuelles et correspondent à l'abandon du solar (de la casa solariega) qui localisait le lignage. Tous les auteurs traitant d'un lignage d'Extrémadure prennent d'ailleurs bien soin de préciser qu'il est « venu du nord », de façon à pouvoir affirmer que sa noblesse est antérieure au XIIIe, époque de son installation en Extrémadure (qu'il s'agisse des Topete, des Carvajal, des Alvarado, etc.).

  • 5 Marie-Claude GERBET, op. cit., p. 206.

8Les lignages sont donc le produit d'anoblissements réalisés au fil de la Reconquête, le roi désignant et distinguant les chefs des nouvelles lignées nobles : les familles concernées se sont lancées dans des entreprises de conquête du pouvoir des villes de la Meseta, plus tard des villes andalouses ou de Murcie. Ces entreprises ont généré des luttes souvent violentes et même sanglantes. Au cours de ces luttes des familles se sont regroupées, rassemblées, dans un premier temps selon les liens du sang, les parentèles, les alliances matrimoniales. Marie-Claude Gerbet écrit par exemple : "le lignage noble au sens large regroupe tous les descendants d'un même ancêtre" et elle considère que le souvenir vivace de posséder un ancêtre commun engendre la conscience du lignage, tout en précisant que cela ne suffit pas à maintenir la cohérence lignagère5.

9Quoiqu'il en soit, c'est ainsi qu'à Valladolid, par exemple, vont se constituer les deux lignages de Tovar et de Reoyo qui rassemblent chacun cinq familles (ou casas). Au début du XIVe siècle, ces lignages sont incontestablement fondés sur des structures de parenté réelle. Mais ces structures vont se révéler assez vite fragiles, dans la conjoncture des guerres civiles des XIVe et XVe siècles et plus encore dans celle de la croissance urbaine vigoureuse des XVe et XVIe siècles. De telle sorte que dans la même parentèle se constituent des lignages indépendants : ainsi, les Golfin de Arriba et les Golfin de Abajo à Caceres au début du XVIe siècle, cette indépendance étant matérialisée par la construction de maisons fortes pourvues d'une tour pour chacun des lignages. Tandis qu'à Trujillo les membres du lignage Carvajal se rallient à deux partis politiques rivaux, le Bejarano et l'Altamirano.

10Pour éviter des massacres à répétition, qui eussent été suicidaires, les chefs des lignages parvinrent souvent à des accords afin de se partager le pouvoir municipal, avec le consentement du roi. Ainsi, à Valladolid, les Reoyo et les Tovar avaient mis au point le système dit de "la moitié des offices", chaque lignage désignant au début de chaque année la moitié des titulaires des charges municipales : notaires du conseil de ville, alguaciles de la ville ou de la campagne, contrôleurs de l'hygiène ou du marché, crieurs publics, etc. Quand la charge était unique elle était alternative. Et lors des convocations aux Cortès chaque lignage désignait l'un des deux procuradores qui représentaient la ville. A Tolède, les Ayalas et les Silvas faisaient de même. A Trujillo, où il y avait trois lignages, l'un s'étant scindé en deux, l'Altamirano avait droit à la moitié des offices : le Bejarano et l'Anasco, produits de la scission, chacun le quart. A Ségovie, où la situation fut longtemps compliquée en raison de l'existence de trois lignages, avec des renversements d'alliances qui déstabilisaient le système, le roi finit par imposer la réduction à deux, de façon à ce que le partage des offices municipaux puisse se faire sans conflits majeurs.

  • 6 Bartolomé BENNASSAR, op. cit., pp. 407-411.

11Mais l'expansion démographique des villes à la fin du XV e et au cours du XVIe, l'afflux continuel d'immigrants ont provoqué l'affaiblissement progressif et, finalement, l'abandon de la structure de parenté comme condition première de l'appartenance à un lignage. Dès 1514, la communauté de Ségovie proteste contre les infractions aux entrées dans les lignages : anciennement, il n'y avait dans les lignages que "des caballeros des hidalgos et des personnes disposant d'armes et de chevaux, qui vivaient de l'art militaire, tandis que maintenant se sont introduites dans les lignages de nombreuses personnes qui ne remplissent pas ces conditions et sont marchands, fermiers de rentes ou artisans". Comme l'entrée dans un lignage signifie l'exemption fiscale, la communauté accepte mal de devoir répartir l'impôt entre un plus petit nombre de contribuables. Les lignages se sont convertis dès le début du XVIe siècle en organisations ouvertes d'intégration à une couche sociale plus haute, qui supposent la formation de clientèles. Les ordonnances du lignage de Tovar en 1510, publiées par Adeline Rucquoi, que j'avais utilisées moi-même, montrent que le même processus est en cours à Valladolid. L'article 16 déplore le désordre qui préside à l'admission dans les lignages où ont été reçus des bâtards et des descendants en ligne féminine, pratique dont l'interdiction est vainement réitérée ; l'article 4 exigeait pour l'admission le droit de vecindad, accordé par la municipalité contre l'engagement de s'installer pour 10 ans à Valladolid et la possession ou la location d'une maison. Mais les registres du lignage montrent que les admissions, une ou deux par an vers 1515-1530, s'élèvent à 6, 7 ou 8 par an dans les années 1550 pour le seul lignage de Tovar. Il en allait sans doute de même pour celui de Reoyo. On voit bien que les lignages se sont créé des clientèles et comme ils trafiquent des offices municipaux, souvent vendus au lieu d'être attribués, on peut en déduire que ces clientèles ne sont plus seulement affectives6. A titre d'exemple, la maison de Mudarra (lignage de Tovar a vendu en 1548 un office d'huissier municipal à un boutiquier Pere Santos, pour 31 ducats, un pour chacun des 31 électeurs ; en 1563, la maison de Mudarra a vendu une charge de crieur public au marchand Bartolomé de Aranda pour 42 ducats, un pour chacun des 42 électeurs. Petits profits sans doute mais ces offices étaient annuels et il y en avait plusieurs par an : donc, source de rente régulière.

  • 7 Marie-Claire GERBET, op. cit., pp. 328-342.

12Ces clientèles sont en fait apparues très tôt dans l'histoire des lignages. Marie-Claude Gerbet a étudié de façon rigoureuse un échantillon de 659 criados d'Extrémadure, terme qui recouvre, précise-t-elle, des fonctions différentes, des niveaux sociaux différents, des modes de vie différents, mais que l'on peut définir comme des serviteurs « personnels » des membres des lignages et notamment de leurs chefs. Les criados sont avant tout des hommes en qui le maître a confiance, au point d'être désignés comme exécuteurs testamentaires, de servir de prêteurs. Hommes fidèles qui ont souvent été élevés dans la maison, qui ont servi le maître au palais ou à l'armée, qui logent au manoir, les criados constituent donc avec les familles nobles qu'ils servent un groupe social affectif consolidé par les fêtes qui accompagnaient les noces ou même les funérailles7. On rappellera que les ordonnances publiées au début du XVIe siècle témoignent toujours de ce caractère festif et convivial des lignages fondés sur des structures de parenté. Le nouveau membre ne pouvait jouir de se son statut avant d'avoir offert un repas aux anciens de l'une des cinq maisons du lignage qui l'accueillait.

13Au cours du XVIe siècle ces liens affectifs se sont relâchés progressivement, remplacés par des relations de dépendance économique ou par des trafics d'influences. Les lignages, alors, se distendent d'autant plus que la vie municipale est moins intense, de mieux en mieux contrôlée par le roi et son agent, le corregidor, tandis que les regidores devenus perpétuels et héréditaires conçoivent surtout leur rôle comme une rente de situation et une source d'honneurs.

14L'affaiblissement des lignages donne toute son importance aux bandos qui, sans paradoxe, comme on va le voir, se situent à la fois en amont et en aval des lignages.

15Dans les villes d'Andalousie et de Murcie, les anciens bandos ne sont jamais parvenus à l'étape de lignages organisés, du moins en l'état actuel des connaissances (il faudrait, il est vrai, mieux connaître la société sévillane ou même la cordouane). Même des villes comme Ubeda et Baeza, qui ont compté un nombre notable de familles nobles, ne semblent pas avoir dépassé le stade du bando. L'énorme masse de la documentation disponible (notariale, en particulier) semble décourager les chercheurs : aucun historien ne s'est encore "attaqué" à une analyse en profondeur de la société sévillane. On pourrait en dire presque autant de Cordoue malgré les travaux de J. Fortea Perez car ils se limitent aux problèmes démographiques et économiques.

  • 8 Denis MENJOT, Murcie au Moyen Age, thèse soutenue (mais non encore publiée) devant l'Université de (...)

16On peut penser que le caractère tardif de la Reconquête (le milieu du XIIIe siècle pour Murcie et l'Andalousie du Guadalquivir, la fin du XVe siècle pour le royaume de Grenade) et le nombre relativement limité des familles nobles n'ont pas crée les conditions de la maturation du système. Denis Menjot, dans une thèse consacrée à Murcie au Moyen Age, écrit : "les lignages murciens, qu'ils soient de vieille noblesse, de noblesse de service devenue haute noblesse ou de petite noblesse d'hidalgos gardèrent à Murcie un caractère familial et ne devinrent jamais des "procédés de gouvernement", des "partis" dans lesquels, comme à Valladolid et dans certaines villes du nord de la Castille, les membres de la classe dominante se regroupaient afin d'exercer le pouvoir politique en se répartissant les magistratures et les charges publiques suivant un ordre qui permettait à chaque famille et, à l'in térieur de chaque famille, à chacun de ses membres, d’espérer pouvoir accéder à ces fonctions"8.

17Ainsi, à Murcie, la population se partageait en deux "factions", selon une tradition de bipartisme qui reflétait localement une division "nationale". Denis Menjot constate d'ailleurs que ces factions ne sont jamais désignées par un mot, exceptionnellement celui de bando mais jamais celui de lignage, et presque toujours par le nom de leurs chefs : à Murcie ce sont, dans la longue durée, les Manuels et les Fajardos car les autres (Ayala, Calvillo, Davalos) ne purent s'implanter que très provisoirement : les Manuels, issus de sang royal (l’infant Manuel dernier fils de Ferdinand III) et les Fajardos, descendants d'un obscur lignage galicien ont suscité le livre de Maria Martinez Carrillo qui montre que leurs affrontements sont dus pour l'essentiel à des querelles de chefs dont les motivations restent souvent confuses, floues, mal formulées ou, plus probablement masquées.

18L'exemple murcien est très représentatif de situations que nous retrouvons souvent dans les villes moyennes d'Andalousie aux XVIe et XVIIe siècles : Andujar (les Benavides contre les Quero) ; Ubeda (les Ortega Cabrio contre les Cazorla) ; ou même de petites villes, telle Iznatoraf (les Roman Velasco contre les Vaca), voire La Rambla, près de Cordoue. Le début du XVIIe siècle semble l'époque la plus critique de ces affrontements, celle où les conflits entre bandos s'accompagnent d'agressions, meurtres, délits sexuels, voire même épisodes scandaleux comme le meurtre en 1618, dans l'église du Salvador d'Ubeda due au mécénat de Francisco de Los Cobos, sur les degrés de la chapelle des Rois, pendant la célébration de la messe, d'un jeune caballerro de la maison des Cazorla. A Séville, au début du XVIe siècle, les bandos rivaux étaient dirigés par des membres de la plus haute noblesse, les Arcos d'un côté, les Medina Sidonia de l'autre, qui s'opposèrent dans une véritable guerre civile, mais l'essor du pouvoir royal à l'époque de Charles-Quint et de Philippe II interdit désormais aux membres de la haute noblesse d'en venir à de tels excès, de sorte que les villes moyennes, tenues par des familles de simples caballeros, sans titulature, devinrent naturellement les hauts lieux de la violence municipale. Marie-Claude Gerbet rappelle d'ailleurs que les palais-forteresses de Caceres portent témoignage des guerres que se livraient les bandos appelés aussi parcialidades, mot que nous retrouvons dans d'autres villes.

19Les bandos dans le sens de parcialidades recrutent une clientèle parfaitement hétérogène. Le concept de classe sociale ne serait d'aucune utilité pour en proposer une interprétation. Je l'ai constaté comme l'ont fait pour leur part les médiévistes. Ces bandos n'ont pas de programme politique, même s'ils peuvent provisoirement s'identifier à une option politique de grande ampleur. Même à Murcie il ne faudrait pas croire que l'origine des Manuels et celle des Fajardos ont fait du premier un parti nobiliaire et du second un parti populaire : au cours de certains épisodes on aurait presque l'impression contraire et on assiste sans cesse à des revirements et changements de camps, de sorte que des membres d'une même famille se trouvent dans des camps opposés.

20Les bandos n'ont pas de signe distinctif : ni une livrée, ni une couleur comme dans les villes italiennes, ni même un brassard ou un ruban. Au mieux un « cri », souvent le nom de la famille dominante qui sert de ralliement.

  • 9 Adeline RUCQUOI, op. cit., vol. I, p. 243.
  • 10 Elisabeth BALANCY, Les violences en Andalousie, XVIe-XVIIe siècles. Thèse soutenue (mais non publié (...)

21En utilisant des procès criminels et en répartissant les témoignages enregistrés lors de ces procès on peut se risquer à proposer de manière ponctuelle une sociologie des bandos : je l'ai fait dans le cas d'Andujar à l'occasion de deux procès monstres (plus de 206 témoins) dans les années 1614-1630 ; Elisabeth Balancy a utilisé le même procédé pour d'autres villes (Ubeda, Iznatoraf, La Rambla). Le procès d'Iznatoraf (1624) en particulier sanctionne douze années de violences dont plusieurs blessures mortelles. Les résultats de ces enquêtes sont identiques. Adeline Rucquoi avait écrit pour la fin du XVe siècle : "la fusion s’est réalisée par le biais des lignages qui de familles de sang se sont transformés en familles spirituelles, en clientèles comme le révèlent les ordonnances"9. Au XVIIe siècle cette évolution a produit ses effets : les lignages fondés sur les structures de parenté n'existent plus ou sont caducs. Dans chaque clientèle, on retrouve en effet des caballeros, des letrados, des hommes de loi, des artisans, des laboureurs, des vagabonds, des mendiants... Elisabeth Balancy qui compare les listes des clientèles ennemies à Andujar, Iznatoraf et Ubeda observe : "les rivalités lignagères les plus durables, les plus exacerbées, dissimulent d'âpres luttes pour le pouvoir... Chaque clan recrute ses alliés dans toutes les couches sociales : pour les chefs il importe de disposer de pions sur tout l’échiquier social"10. Autour des chefs de chaque clan gravitent en effet, outre les caballeros (trois ou quatre familles de chaque côté), quelques ecclésiastiques, les fournisseurs attitrés de chaque clan (armuriers, tailleurs, bouchers, maçons), les indispensables hommes de main, voire tueurs à gages, qui peuvent être hidalgos ou vagabonds, et enfin la nombreuse domesticité regroupant gens de maison (majordome, valets de chambre, pages, écuyers, cuisiniers, lingères), spécialistes (comptables, maîtres d'armes) et hommes des champs (jardiniers, journaliers, laboureurs). "Ces clientèles pléthoriques constituent des clans qui fissurent la communauté tout en la recomposant de manière verticale. Prenons par exemple le cas d'Andujar. En lisant avec soin les dépositions des témoins nous pouvons attribuer 90 témoins au clan des Quero, 52 à celui des Benavides, tandis que les autres ne se départissent pas d’une prudente neutralité. L'avantage numérique du clan des Quero vient de ce qu'il bénéficie d'appuis plus nombreux dans le clergé, le monde des infraletrados et les travailleurs de la terre (ainsi neuf licenciés et un docteur pour les Quero contre un seul pour les Benavides). Mais ceux-ci ont avec eux autant de caballeros et davantage d'artisans, peut-être parce qu'ils ont un pouvoir d'achat élevé, on peut risquer l'hypothèse selon laquelle les Quero seraient d'une noblesse plus récente, dont l'ascension appuyée sur les letrados et l'Eglise aurait porté ombrage à des familles de noblesse plus ancienne, telle les Benavides que certains témoins disent apparentés à plusieurs Grands d'Espagne. Don Luis de Quero, le chef de l'un des bandos, s'est assuré d'importants appuis du côté du gouvernement municipal : regidor lui-même, appuyé par deux autres regidores et par les alguaciles, en bons termes avec le corregidor de Jaen, capitaine de la milice (300 hommes), familier du Saint Office, il cherche à faire "mains basses" sur la ville.

22La rupture aurait pu intervenir lorsque les Benavides ont refusé de témoigner en faveur des preuves de noblesse de Don Luis de Quero qui avait sollicité en 1626 un habit de chevalier de l'Ordre de Santiago. Dès lors, les chefs des deux bandos, réputés "ennemis capitaux" ont recruté des clients avec ardeur. Ils utilisent toutes les occasions et tous les coups sont permis : l'enjeu est bien le pouvoir dans une ville moyenne, avec utilisation des juridictions qui échappent à la royale : Saint Office et tribunal des Ordres.

  • 11 Maria ASENJO GONZALEZ, op. cit., pp. 292-294.

23Mais je suggérais il y a un instant que les bandos pouvaient aussi apparaître en aval des lignages. De fait, lorsque ceux-ci se délitent, ne sont plus en mesure de garantir ce qui fut leur fin, le monopole du gouvernement urbain, ni même de permettre un engagement politique lorsqu'il faut choisir entre des enjeux d'importance locale ou même nationale, les bandos réapparaissent : dès la fin du XVe siècle et dans le cas de Ségovie, Maria Asenjo Gonzalez notait à propos d'un choix à prononcer entre Enrique IV et le parti conduit par le marquis de Villena : "ces événements prouvent que les bandos et parcialidades politiques de la noblesse urbaine s'organisent en marge des anciens lignages et que lorsque les caballeros de la cité témoignent collectivement leur soutien au monarque ils ne se servent pas des lignages qui ont cessé d'être l'expression d'attitudes et de partis surgis au sein de l'aristocratie urbaine pour se convertir en institution honorifique..."11.

24Il est possible de conclure que dans une société fluide qui a connu au cours du XVIe siècle une rapide croissance urbaine les lignages fondés sur les structures de parenté ne sont plus opérationnels tandis que les bandos constituent des instruments souples, protéiformes, dont peuvent se servir habilement des chefs populaires, généralement issus de la noblesse moyenne des villes (les caballeros) qui ont su s'assurer des soutiens à tous niveaux. Ils se créent et se défont au gré des conjonctures, cependant plus durables qu'il n'apparaît au premier abord, fortifiés par des liens obscurs dont nous ne connaissons pas encore tous les noeuds.

Notes

1 James CASEY, "Tierra y Sociedad en Castellon de la Plana, 1608-1702", dans Estudis, 1978, no 7, pp. 13-46.

2 Marie-Claude GERBET, La noblesse dans le royaume de Castille. Etude sur ses structures sociales en Estrémadure de 1454 à 1516. Paris, Publ. de la Sorbonne, 1979.

3 Adeline RUCQUOI, Valladolid en la Edad Media, Valladolid, Ed. Junta de Castilla y Leon, 1987, 2 vol. ; Bartolomé BENNASSAR, Valladolid et ses campagnes au Siècle d’Or, Paris-La Haye, Mouton, 1967 ; Maria ASENJO GONZALEZ, Segovia. La ciudad y su tierra a fines del Medievo, Segovia, 1986.

4 Adeline RUCQUOI. op. cit., vol. I, p. 239; Maria ASENJO GONZALEZ, op. cit., p. 285.

5 Marie-Claude GERBET, op. cit., p. 206.

6 Bartolomé BENNASSAR, op. cit., pp. 407-411.

7 Marie-Claire GERBET, op. cit., pp. 328-342.

8 Denis MENJOT, Murcie au Moyen Age, thèse soutenue (mais non encore publiée) devant l'Université de Nice le 26 mai 1990.

9 Adeline RUCQUOI, op. cit., vol. I, p. 243.

10 Elisabeth BALANCY, Les violences en Andalousie, XVIe-XVIIe siècles. Thèse soutenue (mais non publiée) devant l'Université de Toulouse, 1982, p. 208 ; Voir aussi Bartolomé BENNASSAR, "Vivre à Andujar au début du XVIIe siècle", dans Les mentalités dans la péninsule ibérique et en Amérique latine aux XVIe et XVIIe siècles, Université de Tours, 1978, pp. 85-100.

11 Maria ASENJO GONZALEZ, op. cit., pp. 292-294.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter