Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Troisième partie : L’école : un enjeu politique pendant la révolution, le consulat et l’empire (1789-1815)

Conclusion. Troisième Partie

Texte intégral

1 - Période 1789-floreal / an X

  • 1 A. D. P. de C.,"Statistique comparative 1789-an IX", no 9
  • 2 Comme l’affirme pour la France J. SOLE, La Résolution en questions, Paris, 1988, p. 312

1 "Depuis 1789, les instructions ont été négligés. Les enfants des campagnes sont plus animais que spirituelles", se désolait en l’an IX un maire de l’arrondissement de Saint-Omer1. Un tel jugement ne peut être généralisé à l’ensemble du département, et pour toutes les époques de la Révolution. Les trois lois scolaires votées par la Convention furent effectivement et rapidement appliquées dans le département du Pas-de-Calais. L’abrogation rapide des deux premières et les dispositions restrictives des lois de brumaire an III et an IV ne facilitèrent cependant pas l’organisation de l’enseignement républicain. Au cours des années 1790-1794, l’attitude des municipalités fut donc déterminante. Toutes n’imposèrent pas obligatoirement la prestation du serment civique, ce qui contribua à une réelle stabilité du corps enseignant dans les villages et jusqu’en 1792, dans les villes où les autorités cherchèrent avant tout, même après cette date, à éviter toute interruption dans l’enseignement. Des remplaçants furent nommés rapidement, d’ex-congréganistes maintenus et des règlements minutieux furent même établis. L’action des municipalités rurales fut plus discrète mais effective pourtant, dès lors qu’il fallut défendre l’existence de leur école. Il faut donc, tout au moins pour le Pas-de-Calais, rejeter catégoriquement la prétendue inertie des municipalités à l’égard de l’instruction publique2. A partir de l’an III, un début de centralisation administrative se manifesta avec la nomination des jurys d’instruction, responsables de la "géographie scolaire" d’un district, seuls juges aussi de la nomination des enseignants. Sous le Directoire, la tutelle administrative se fit de plus en plus lourde, et la législation scolaire de plus en plus contraignante, surtout après la crise du 18 fructidor an V (4 septembre 1797). L’Administration départementale, étroitement subordonnée au ministère de l’Intérieur, s’efforça de faire respecter le calendrier révolutionnaire, imposa le serment et obligea les municipalités de canton à inspecter toutes les écoles, y compris les écoles particulières. La période suivante (pluviôse an VIII-floréal an X) avec les débuts de l’administration préfectorale, fut placée sous le signe de la continuité administrative, mais la centralisation s’incarna désormais dans la personne du préfet qui agréait ou non les délibérations municipales et se prononçait en particulier sur la nomination des instituteurs publics.

2La première loi scolaire de la Révolution, celle du 29 frimaire an II (19 décembre 1793), fut adoptée sans réserves dans certains districts (Béthune, Montreuil), considérée au début avec méfiance dans d’autres (Saint-Pol), puis de mieux en mieux accueillie jusqu’à connaître un réel succès puisque 70 à 80 % des communes avaient déclaré l’ouverture d’une école et la nomination d’un enseignant. Cette adhésion est d’ailleurs confirmée par les nombreuses protestations qui émanèrent des municipalités dépossédées de leur école par la loi du 27 brumaire an III (17 novembre 1794). L’an II ne fut donc pas l’époque d’un grand vide scolaire. Excepté quelques vicaires et quelques clercs laïcs totalement irréductibles, beaucoup d’enseignants ruraux acceptèrent de se faire nommer instituteurs publics, en prêtant serment peu ou prou, dans le but évident d’être convenablement rémunérés : il fallait bien vivre. Si l’on tient compte des écoles clandestines, le nombre d’écoles ayant fonctionné en l’an II ne devait pas être de beaucoup inférieur à celui de 1789. Dans les villes, la situation fut très variable selon que d’ex-congréganistes acceptèrent ou non de se soumettre au serment civique mais le nombre d’écoles publiques ne diminua pas.

3La loi du 27 brumaire an III mit fin à cet état de choses, pour des raisons politiques certes, mais aussi et peut-être surtout pour des raisons d’économie. Pour la première fois, (mais non la dernière !) apparut ainsi le décalage entre la nécessité économique d’une carte scolaire rationnellement établie en fonction de la population et la nécessité politico-sociale de ne pas restreindre le droit à l’instruction constitutionnellement égal pour tous. Le nombre d’écoles de garçons fut effectivement atteint, et parfois largement dépassé dans certains districts. La pénurie d’institutrices ne permit cependant pas à cette loi de recevoir partout une application satisfaisante.

4Sous le Directoire et au début du Consulat, on constate un déclin très net des écoles publiques dont le nombre diminua alors qu’augmentait encore celui des écoles particulières. Il existait alors dans les arrondissements plus urbanisés comme celui de Saint-Omer, une école publique pour 2 écoles particulières.

  • 3 A. N. F17 1353 : prévenu que la prochaine loi scolaire allait sans doute supprimer pour raison d’é (...)

5Les enseignants qui exercèrent durant les années 1789-1802 se trouvaient déjà en place, pour la plupart, avant la Révolution. Les villes connurent certes un renouvellement plus important de leur corps enseignant en raison de la cessation d’activité (publique) de nombreux congréganistes. Après une période d’incertitude et de difficultés dues à la suppression des dotations religieuses, la condition matérielle des enseignants se maintint en 1793-1794. Au contraire, de l’an III à l’an VIII, leur situation devint très difficile, provoquant de nombreux abandons ou des départs vers des emplois administratifs ou vers l’enseignement particulier jugé plus rémunérateur, ce qui explique en partie la diffusion de ce dernier, et l’effondrement de l’enseignement public. En effet, la loi du 3 brumaire an IV ne favorisait guère la situation de l’instituteur public rémunéré par une maigre indemnité de logement et par l’écolage d’élèves de moins en moins nombreux. Les capacités intellectuelles et pédagogiques des enseignants de cette période n’étaient ni meilleures ni pires qu’avant la Révolution, comme en témoignent les résultats des examens passés devant le jury d’instruction du district de Saint-Pol. L’échec de l’Ecole Normale de Paris fit que, pour longtemps, le métier d’enseignant dut encore s’apprendre "sur le tas". Cette époque fut caractérisée par la promotion timide du métier d’institutrice laïque, dévolu presque exclusivement à des congréganistes avant 1789. Cette fonction surtout à la campagne, n’était cependant pas encore totalement entré dans les mœurs : certains la jugeaient peu nécessaire et n’hésitaient pas à en demander la suppression3. Dans la pratique, les écoles de filles furent assez peu nombreuses, même si leur nombre augmenta avec la loi du 27 brumaire an III. Celle-ci créa en effet des postes spécifiquement féminins, ce qui théoriquement supprimait toute concurrence avec les hommes, comme cela fut parfois le cas en l’an IL La question des bâtiments scolaires constitua l’un des aspects essentiels du fonctionnement de l’institution scolaire.

  • 4 Ce chiffre cité par l’Administration départementale était bien exagéré
  • 5 A. N. F17 1339.11 ; voir aussi le Message présenté par le Directoire exécutif au Conseil des Cinq- (...)

6La situation se dégrada nettement à partir de l’an IV. En effet, alors que les enseignants étaient à grand peine devenus locataires des presbytères grâce à la loi du 27 brumaire, le législateur déclara ceux-ci assimilables aux biens nationaux et donc aliénables. L’Administration départementale du Pas-de-Calais, plutôt que d’avoir à faire supporter par les municipalités l’entretien de quelque 700 "maisons d’école"4 favorisa ce mouvement de vente, et obligea les administrations locales à préférer le versement d’une allocation de logement. Ces difficultés matérielles découragèrent nombre d’enseignants et surtout ne facilitèrent pas la fréquentation scolaire entre l’an IV et l’an X. A l’échelon gouvernemental, on était conscient de ces obstacles à l’établissement des écoles primaires, et au ministère de l’Intérieur, on proposa diverses solutions qui n’aboutirent pas5. Alors que les écoles publiques s’étaient raréfiées du fait même des dispositions législatives, la désaffection s’amplifia encore en raison de la remise en vigueur des rétributions d’écolage qui éloignèrent beaucoup d’écoliers pauvres. Puisqu’il fallait de toute manière payer le maître, les parents aisés dont les enfants ne pouvaient être exemptés d’écolage, préférèrent les envoyer chez des maîtres privés.

  • 6 En l’an VIII, la population du Pas-de-Calais comptait 534 184 habitants dont environ 455 000 rurau (...)

7Les écoles particulières dont beaucoup étaient tenues par d’ex-religieux ou ecclésiastiques réputés plus qualifiés, connurent un succès de fréquentation croissant à partir de l’an IV, et l’on peut estimer, pour l’ensemble du département, à 25 ou 30 % le nombre d’élèves supplémentaires par rapport à celui des écoles publiques. Les taux d’alphabétisation des conjoints mariés entre 1805 et 1815, qui peuvent témoigner de la scolarisation des années 1790-1800, montrent que par période quinquennale, environ 25 000 enfants du Pas-de-Calais âgés de 8 à 12 ans (environ 4,6 % de la population totale) étaient scolarisés au cours des années révolutionnaires6. Par rapport à la période antérieure à la Révolution, il s’est donc produit une légère pause dans le développement de la scolarisation. Les listes d’élèves conservées dans les archives pour la fin de la période directoriale permettent d’évaluer le pourcentage de scolarisation à 56,4 % dans les villes du Pas-de-Calais et à 38,9 % dans l’arrondissement de Béthune, traditionnellement moins alphabétisé que les autres.

8Le troisième volet de cette étude a été consacré à l’enseignement dispensé pendant la Révolution. Les législateurs de cette période assignèrent de nouveaux objectifs à l’enseignement primaire. L’on débattit longuement sur les contenus des programmes, les uns cherchant à promouvoir une instruction publique aux finalités pédagogiques plus ou moins ambitieuses, les autres visant davantage à instaurer une éducation nationale qui comprît la nation tout entière. Les programmes élaborés par la Convention reflétèrent ces différentes options qui transcendaient d’ailleurs les appartenances politiques. La position dominante mettait l’accent sur l’enseignement civique conçu comme un passeport pour la Liberté : connaître ses droits s’avérait désormais indispensable pour devenir un véritable citoyen. Il fallut attendre 1793 pour voir surgir les traces d’un véritable enseignement de la morale républicaine. Auparavant l’apprentissage de la constitution de 1791 et de la Déclaration d’août 1789 fut surtout effectif dans les écoles citadines. Durant la période révolutionnaire, les matières traditionnelles (lecture, écriture, grammaire, arithmétique) ont continué d’être enseignées. Certains enseignants, plus instruits que les autres, transformèrent leur classe en une espèce de petit collège accueillant des élèves de tous les niveaux. De nouveaux livres furent utilisés dans les écoles publiques : le Catéchisme républicain servit ainsi de support à l’enseignement d’une morale qui se voulait laïque et universelle, patriotique et anticléricale. La diffusion de ces ouvrages ne fut pas toujours effective en raison de la pénurie des livres élémentaires (en 1793, sous le Directoire) qui affecta aussi des matières comme la géographie, les sciences naturelles, la géométrie, l’arpentage...

  • 7 Dans sa séance du 15 septembre 1793, "Le Comité de Salut public de la Convention Nationale, sur la (...)
  • 8 Cet aspect a été étudié dans ma thèse, t. 2, p. 582-584 : à Arras notamment, l’administration du d (...)

9Les instituteurs républicains furent considérés comme de nouveaux missionnaires7. Ils devaient mener une pédagogie active : avec leurs élèves, ils assistaient aux séances des administrations et des sociétés populaires. De même participaient-ils aux fêtes républicaines au cours desquelles s’opérait une véritable pédagogie de la mise en scène destinée à capter l’imaginaire. En revanche, les écoliers de la Révolution furent peu sollicités pour participer aux exercices de "préparation militaire", réservés à leurs camarades plus âgés8. A partir de l’an IV, l’enseignement républicain fut assez difficilement accepté par les populations, certes pour des raisons matérielles (cessation de la gratuité scolaire), mais aussi à cause de leur "attachement à l’ancienne instruction" et aux "livres anciens". A n’en point douter, ce dernier facteur fut l’une des causes majeures de la désaffection à l’égard des écoles publiques. Dans son Message du 3 brumaire an VII (24 octobre 1798), le Directoire exécutif avait d’ailleurs réaffirmé la nécessité d’une "morale philosophique et universelle devant seule faire la base de l’instruction républicaine." Or de nombreux parents, moins déchristianisés qu’on ne le pensait, entendaient voir se maintenir l’enseignement du catéchisme, de l’ancien évidemment, et ceci sans vouloir rejeter catégoriquement tout enseignement civique. Mais en recherchant une sacralisation de substitution et en imposant une laïcisation déchristianisatrice, les Révolutionnaires ne facilitèrent pas la réalisation d’un compromis. Ce dernier était-il possible ? Là est toute la question... L’étude de l’enseignement primaire dans le Pas-de-Calais, pendant la Révolution, permet de dégager finalement trois conclusions majeures. Il s’est opéré d’abord une mainmise de l’Etat sur l’instruction publique considérée comme un enjeu essentiel pour la survie de la République. Cette centralisation culmina sous le Directoire. Il faut convenir ensuite de l’échec final d’une école républicaine exclusivement laïque alors que la législation révolutionnaire de l’an II et de l’an III avait été bien acceptée. Cet échec s’explique par la politique timorée et contradictoire d’un Directoire financièrement aux abois, incapable de soutenir ses écoles désormais payantes, mais auxquelles, de surplus, il imposait des obligations pédagogiques strictes. De ce fait, l’enseignement public fut rapidement désorganisé et dévalorisé face aux écoles particulières. Enfin il faut souligner le développement de l’enseignement privé, à la fois cause et conséquence du déclin des écoles publiques. Dès 1791 était apparue une éducation parallèle (ou particulière), plus ou moins clandestine, dispensée par des vicaires et des clercs laïcs réfractaires au serment civique. Par la suite, les difficultés économiques et sociales dues aux mauvaises récoltes, à la guerre et à ses contraintes (réquisitions en hommes, en subsistances, en matériel), comme l’application des mesures prises en matière religieuse, contribuèrent au développement d’une mentalité d’opposition à la République qui favorisait le succès de l’enseignement privé confessionnel. La loi de brumaire an III, par ses dispositions, contribua à grossir le nombre des enseignants particuliers dont la plupart perpétuaient la tradition de l’enseignement d’Ancien régime. Sous le Directoire, par souci d’économie, l’Etat obéré favorisa l’enseignement particulier qui se développa considérablement mais par la suite, il voulut aussi le soumettre à sa tutelle dès lors qu’il estima que la liberté accordée risquait de miner la République. Il était cependant trop tard pour secourir les écoles nationales.

10Ces conclusions mettent en évidence l’importance de la période directoriale dans la genèse de la situation scolaire du XIXe siècle.

2 - Période an X - 1815

11En attendant que fût abrogée la loi du 3 brumaire an IV, toujours en vigueur au début du Consulat, les autorités administratives départementales firent connaître leurs avis et propositions en matière d’instruction publique. La période révolutionnaire était condamnée sans appel : l’"insouciance" de l’administration, les mauvaises conditions matérielles et l’incapacité des enseignants avaient nui au développement des écoles. Pour y remédier, les conseils d’arrondissement et le Conseil Général proposaient le retour des Frères des Ecoles chrétiennes, la rémunération publique des enseignants et un enseignement primaire plus diversifié.

12La législation napoléonienne répondit très partiellement à ces vœux : en matière d’enseignement primaire, la loi du 11 floréal an X était peu différente de la précédente. A partir de la mise en place de l’Université impériale, la surveillance des écoles se renforça. Jusqu’en 1809, les autorités préfectorale et sous-préfectorales assumèrent le rôle essentiel dans la direction de l’enseignement, même si l’évêque du département intervint efficacement, notamment en faisant procéder aux visites nécessaires pour inspecter les enseignants et en fournissant les renseignements à partir desquels les diplômes de capacité étaient délivrés. L’"Etat des instituteurs du diocèse d’Arras en 1809" montre un personnel enseignant encore insuffisant en nombre, mais nettement plus nombreux cependant qu’au cours des années 1797-1802.

13La période 1810-1815 fut caractérisée par une centralisation de plus en plus forte. Le recteur sous les ordres du Grand Maître, et le préfet sous les ordres du ministre de l’Intérieur, assuraient conjointement, ou concurremment, la direction et la surveillance de l’enseignement primaire. Cette intervention des autorités laïques laissait de moins en moins de place à celle de l’évêque, et amorçait une sécularisation très nette des procédures de désignation du personnel enseignant. A la campagne, les rivalités entre certains maires et curés témoignaient à leur manière d’une dissociation de plus en plus fréquente entre les fonctions naguère obligatoirement couplées, à savoir celle d’enseignant et de clerc laïc. Paradoxalement, l’intervention administrative grandissante de l’Etat a peu bouleversé le fonctionnement des écoles rurales et urbaines. Dans les écoles villageoises, les méthodes demeuraient traditionnelles, et les maîtres d’école éprouvaient toujours beaucoup de difficultés à vivre convenablement. En ville, l’affaire de la gratuité scolaire dans les écoles publiques tenues par les Frères n’était toujours pas réglée. Les congrégations féminines retrouvaient droit d’asile et rouvraient leurs écoles. L’enseignement particulier, davantage surveillé mais non pas persécuté, continuait son évolution : les petites écoles privées tendaient à disparaître au profit des pensions et des institutions qui rivalisaient avec les écoles primaires et les collèges.

14L’instruction donnée dans ces diverses écoles urbaines publiques et privées, comprenait un enseignement religieux ordonné autour du Catéchisme impérial et une éducation morale proche de l’ancienne Civilité ; la nouveauté cependant résidait dans la diversification des matières d’enseignement : l’histoire, la géographie, la géométrie, la comptabilité étaient enseignées désormais plus fréquemment qu’avant la Révolution, et surtout, l’étude de la langue française s’était imposée comme une matière indispensable. Ces programmes plus ambitieux ne concernaient pas toutes les écoles primaires, mais principalement celles qui offraient aussi la possibilité d’accéder à un enseignement secondaire. Le nombre des écoles publiques s’était accru de façon importante par rapport à la période du Directoire (de 300 environ à plus de 800). La plupart des nominations d’enseignants (803) furent proposées en 1809 et officialisées vers 1812-1813 par le recteur de l’Académie de Douai dont les efforts pour organiser l’enseignement primaire furent incontestables, quoique limités par l’insuffisance en nombre d’un personnel d’encadrement et d’inspection, et freinés encore par l’intervention des autorités locales, civiles et ecclésiastiques.

Notes

1 A. D. P. de C.,"Statistique comparative 1789-an IX", no 9

2 Comme l’affirme pour la France J. SOLE, La Résolution en questions, Paris, 1988, p. 312

3 A. N. F17 1353 : prévenu que la prochaine loi scolaire allait sans doute supprimer pour raison d’économie le traitement des instituteurs publics, A. Darsy, instituteur de Berneville, écrivait en fructidor an 3 :"il faut supprimer les institutrices dans les campagnes ou de tout tems les enfans des deux sexes ont fréquenté la même école ; de cette sorte on pourrait augmenter d’un tiers les traitemens des instituteurs et la République y gagnerait encore."

4 Ce chiffre cité par l’Administration départementale était bien exagéré

5 A. N. F17 1339.11 ; voir aussi le Message présenté par le Directoire exécutif au Conseil des Cinq-Cents sur la situation de l’Instruction publique (3 brumaire an VII), O. GREARD, op. cit., t. 1, p. 133

6 En l’an VIII, la population du Pas-de-Calais comptait 534 184 habitants dont environ 455 000 ruraux et 80 000 citadins.

7 Dans sa séance du 15 septembre 1793, "Le Comité de Salut public de la Convention Nationale, sur la proposition du citoyen Lebon, représentant du peuple, arrête que les citoyens Schillemans et Vamier, instituteurs publics à Beaune, se rendront de suite dans les campagnes du Pas-de-Calais, notamment dans celle du district de Saint-Pol et du canton de Pernes, et qu’ils y travailleront à éclairer les habitans sur les avantages de la Révolution et sur les manœuvres de nos ennemis intérieurs. Il est enjoint à toutes les autorités constituées de seconder lesdits commissaires de tout leur pouvoir...", cité par A. AULARD, Recueil des actes du comité de Salut public, t. VI, p. 487-8

8 Cet aspect a été étudié dans ma thèse, t. 2, p. 582-584 : à Arras notamment, l’administration du district avait proposé un règlement "pour les enfans...qui se livrent à l’instruction des évolutions militaires et au maniement des armes" ; ce texte de 33 articles, qui prévoyait aussi des exercices obligatoires pour les enfants des écoles primaires (tous les 3 jours, de cinq à sept heures de l’après-midi), ne put être appliqué en raison de sa date tardive (messidor an II) et de la chute des Montagnards.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter