Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Troisième partie : L’école : un enjeu politique pendant la révolution, le consulat et l’empire (1789-1815)

Chapitre IV. L’enseignement primaire à la fin du Consulat et sous l’Empire (an X-1815)

Texte intégral

  • 1 Aujourd’hui Académie de Lille depuis le transfert du siège académique dans cette ville en décembre (...)

1La situation de l’enseignement public s’étant beaucoup dégradée sous le Directoire, le développement de l’instruction primaire pouvait constituer l’un des objectifs majeurs du nouveau pouvoir qui s’était mis en place en l’an VIII. Entre l’an X et 1811, une nouvelle législation fut élaborée et mise en place, moins ambitieuse peut-être qu’on ne l’eût souhaitée, mais de plus en plus administrative. Quels en furent les résultats dans le département ? Pour en juger, il faut analyser la situation scolaire, d’abord entre l’an X et 1809 sous le régime de la loi de floréal, puis entre 1810 et 1815, véritable période d’application de la législation universitaire de 1806-1808 avec l’installation du premier recteur de l’Académie de Douai1. Le 15 février 1815, date d’une correspondance rectorale importante, constitue la limite chronologique de cette étude.

1 - Propositions réformatrices et législation scolaire

2A partir de l’an VIII, les autorités mises en place par le régime consulaire (sous-préfets, conseils d’arrondissement, conseil général du département) firent état des difficultés scolaires et proposèrent au préfet des solutions pour y remédier. Quelles furent alors les solutions apportées par la législation scolaire napoléonienne ?

Un bilan (trop) sévère

  • 2 A. D. P. de C, T 156

3Sollicités de répondre à diverses enquêtes, notamment à celle du 25 ventôse an IX, les notables des conseils d’arrondissement émirent une opinion très négative sur la politique menée précédemment en matière scolaire2.

4Le conseil d’arrondissement de Béthune déplorait "la nullité absolue dans laquelle (était) tombée la partie si intéressante de l’éducation morale des enfans depuis la Révolution" ; celui de Saint-Omer soulignait que l’aliénation des écoles rurales "qui formaient des propriétés communales... (était) la première cause de la cessation de l’instruction..." Celui de Montreuil-sur-Mer indiquait que la baisse de fréquentation scolaire était dûe à la non-gratuité qui éloignait les enfants pauvres. Le conseil d’arrondissement d’Arras déplorait ainsi l’absence d’établissement pour l’éducation : "le mal s’aggrave de plus en plus, le dégoût des sciences croît d’une manière effrayante : l’inertie, la paresse forment une seconde nature dans l’esprit d’une jeunesse abandonnée à elle-même. La plupart des jeunes gens ne présente que des automates dont la patrie ne peut espérer aucun secours. Le conseil réclame l’attention du gouvernement à cet égard, tout retard est irréparable..." Les notables arrageois songeaient surtout, semble-t-il, à l’enseignement secondaire.

  • 3 Ibid N 1, f°.54-56 v°

5Les réponses à l’enquête précitée firent l’objet d’un rapport de synthèse établi lors de la session de germinal an IX du Conseil général3. Le rapporteur, après avoir évoqué "la cessation presque totale de l’enseignement public", expliquait cette situation par l’insouciance des anciennes administrations municipales de canton ; par la précarité des conditions de vie des instituteurs d’ailleurs incapables et immoraux ; par les préjugés religieux et politiques ; par le "vandalisme" qui avait fait disparaître les édifices scolaires. Ces observations doivent être nuancées même si elles comportent une part de vérité.

  • 4 Ibid, "Statistique comparative 1789 - an IX", no 16

6Les sous-préfets exposèrent aussi leur point de vue en commentant les réponses aux enquêtes comparatives. Celui de Montreuil, Poultier, écrivait ainsi le 15 ventôse an IX : "L’instruction publique très négligée dans les campagnes en 1789 y était tout à fait nulle en l’an 9, il faudra bien des années pour l’y naturaliser"4. Ce même fonctionnaire regrettait aussi l’absence de gratuité scolaire. Duplaquet, sous-préfet de Boulogne, précisait abusivement que l’ignorance de ses concitoyens résultait de la suppression des écoles "pendant les premières années de la révolution" ; il vantait ensuite abusivement le renouveau scolaire permis par la loi du 3 brumaire an IV. Le sous-préfet de Saint-Pol indiquait pour sa part que, pour suppléer à l’insuffisance des écoles, nombre d’enfants étaient instruits chez eux par leurs parents ou par des maîtres particuliers.

Les vœux des conseils d’arrondissement

7Parmi les questions de l’enquête du 25 ventôse an IX, figuraient celles-ci qui invitaient à formuler des propositions : "Quelle est l’opinion du Conseil d’arrondissement sur les avantages de ces maisons d’éducation ?"
"Quelles ressources offre-t-il pour en faciliter l’établissement ?"

8Le conseil d’arrondissement d’Arras regrettait les Frères des Ecoles chrétiennes qui allaient naguère "porter leurs leçons... dans les trois quartiers opposés de la ville" ; il estimait que la situation pourrait s’améliorer nettement "si le gouvernement permettait ces corporations laïques (car) il serait très facile de profiter encore de leur zèle et de leurs lumières..." Le rappel des Frères et des congréganistes féminines était demandé également par le conseil d’arrondissement de Boulogne qui vantait leurs capacités et leur expérience pédagogique : "Des instituteurs isolés qui ne seroient pas soumis au même mobile rempliraient ce même objet ; il est des professions que l’on peut payer par de l’argent ; il en est d’autres qui sont suffisamment payées par la considération de l’estime publique ; le seul moyen dans le moment actuel d’avoir de bons instituteurs pour les écoles primaires, c’est d’honorer les fonctions instructives ; c’est de mettre à l’abri des besoins et des humiliations ceux qui voudront courir cette carrière ; c’est de leur offrir l’espoir assuré d’une existence honnête et d’une retraite douce et suffisante."

  • 5 Ibid, T 156

9Le conseil d’arrondissement de Saint-Pol s’étant limité à un exposé très bref, le sous-préfet Garnier indiqua ses propres vœux : établissement dans l’arrondissement de 60 à 70 maîtres d’école payés 2 à 300 francs, éventuellement chargés de la rédaction des actes d’état-civil ; enseignement de la lecture, de l’écriture, de l’arithmétique à partir de nouveaux livres élémentaires dont "l’excellent cours d’Etude de Condillac." Les propositions les plus détaillées émanèrent du conseil d’arrondissement de Saint-Omer qui transmit au Préfet un véritable plan d’éducation. L’enseignement primaire formait deux des quatre degrés de l’organisation scolaire proposée. Le premier commun à tous les enfants comprenait l’apprentissage des rudiments ; le second, suivi par "ceux qui outre leurs bras sont destinés à employer ceux des autres", devait perfectionner les acquisitions précédentes et fournir des notions complémentaires de géométrie, d’arpentage et de dessin. Le conseil audomarois regrettait aussi les Frères, suggérait leur retour, et proposait que les écoles rurales fussent mises à la charge des communes en raison de la situation du Trésor public5.

Les vœux du Conseil général

  • 6 Ibid, N 1, P 14,54-56 ; N 2, f°11-12

10Tout au long de la période an VIII-1814, le Conseil général émit des avis sur la situation scolaire. N’envisageons pour le moment que les vœux formulés avant l’application de la loi de floréal an X6.

11Lors de la séance du 4 thermidor an VIII (23 juillet 1800), les membres du Conseil demandèrent la nomination d’"au moins un instituteur pour chaque municipalité." En germinal an IX (mars 1800), le Conseil général noircissait à souhait la situation pour réclamer l’établissement d’écoles : "Considérant dans l’état de privation presque absolue de toute espèce d’écoles où se trouve le Département depuis plusieurs années, il est d’autant plus digne qu’on s’empresse de lui en ouvrir qu’il en était autrefois l’un des mieux partagés, et que ses habitants qui sont naturellement portés à l’étude et aux sciences soupirent après cette restauration ; considérant que l’instruction est la première dette de la Société envers ses membres ; qu’elle est la sauvegarde des Etats libres et que les moyens de lui imprimer la splendeur que lui assure la nouvelle Constitution de la France ne peuvent manquer de découler bientôt, tant de toutes les sources qu’une paix générale est sur le point de rouvrir, que de la protection spéciale qu’accorde le Gouvernement actuel aux Sciences et aux Arts ; (le Conseil) a arrêté, à l’unanimité, en réitérant les vœux qu’il a émis l’an dernier, de demander :

  1. Qu’il sera établi une école primaire dans chaque commune ou plusieurs dans celle dont la population l’exigerait ;
    Que la nomination de l’instituteur, la fixation de son traitement, la désignation du local pour l’emplacement de l’école, soient attribués au Conseil municipal, surveillé et suppléé en cas de négligence par le Sous-Préfet ;
    Que, pour faciliter cet établissement, et procurer aux instituteurs un traitement convenable, le Gouvernement veuille bien aviser aux moyens d’opérer la réunion des petites communes voisines entre elles, réunion qui simplifierait en même temps l’Administration municipale et économiserait les dépenses trop considérables qu’elle nécessite dans l’état actuel.
  2. Qu’attendu les services reconnus des ci-devant frères ignorantins et des ci-devant filles de la Charité et de la Providence dans le premier degré d’instruction, le Gouvernement pèse, dans sa sagesse, les moyens de les réappliquer à l’utilité des citoyens, dans les écoles primaires, et d’assurer ainsi aux enfans des deux sexes, et particulièrement aux filles qui sont le plus abandonnées sous ce rapport une éducation généralement régulière. "

12Malgré ses bonnes intentions, le Conseil général ne s’aventurait guère : il réclamait le retour à l’ancien ordre des choses, ce qui dans l’esprit de ses membres, était considéré comme une amélioration de la situation existant en l’an IX. En prairial an X, alors que venait d’être élaborée la loi du 11 floréal, le Conseil déclarait "le gouvernement paroit avoir réalisé par une loi toute récente, qui n’est pas encore officielle mais qui ne peut manquer de réaliser bientôt les vœux que le Conseil a émis pendant sa session sur cet important objet." C’était peut-être verser un peu trop vite dans l’optimisme...

La législation scolaire napoléonienne

  • 7 Louis GRIMAUD, op. cit., t. 3 et 4 ; M. GONTARD. L’enseignement primaire en France. De la Révoluti (...)

13La politique consulaire et impériale, en matière d’enseignement, a souvent trouvé peu de crédit auprès des historiens7. Il faut pourtant reconnaître que l’histoire scolaire de la période an VIII-1815 est encore trop mal connue et, comme celle de la Révolution, demeure sujette à controverses. Bonaparte considérait l’instruction publique comme "le premier ressort du gouvernement", puisqu’elle conditionnait à la fois le présent et l’avenir du pays. Se désintéressa-t-il, comme on l’a écrit souvent, de l’enseignement primaire ? Des raisons idéologiques et politiques poussaient Bonaparte, puis Napoléon, à se préoccuper davantage de l’instruction primaire et secondaire des enfants de la bourgeoisie, parmi lesquels l’Etat devait recruter ses cadres administratifs et ses militaires. Dans ce but, les établissement scolaires urbains devaient être favorisés, alors que les écoles rurales pouvaient être délaissées. On ne peut ignorer non plus que la coûteuse politique de guerre menée par Napoléon ne permettait guère à l’Etat de supporter financièrement la prise en charge de l’instruction populaire. Ce fut sans doute la véritable raison de ce qu’on a appelé le "désintérêt" de l’Empire pour l’enseignement primaire.

  • 8 Selon Fourcroy. la gratuité scolaire d’"au moins 40 000 écoles" revenant à 500 francs chacune "pou (...)

14Sous le Consulat, le projet de loi scolaire dû à Fourcroy, fut préféré à celui rédigé par Chaptal, jugé trop libéral et trop coûteux8. La loi du 11 floréal an X qui en dériva s’avérait très décevante et ne paraissait qu’une adaptation de la loi précédente (celle du 3 brumaire an IV) aux nouvelles structures administratives. L’organisation scolaire était laissée aux soins des magistrats municipaux secondés par les pères de famille et supervisés par les sous-préfets. Les écoles primaires étaient établies selon l’importance des localités et pouvaient appartenir à plusieurs communes à la fois. Les instituteurs, choisis par les conseils municipaux, étaient logés dans des bâtiments communaux ou percevaient une indemnité de logement. Leur rétribution était assurée par les parents mais un cinquième des enfants en était dispensé pour indigence.

  • 9 A. SOBOUL, La Civilisation et la Résolution française, t. 3, "La France napoléonienne", Paris, 198 (...)
  • 10 O. GREARD, op. cit., p. 193,196,199
  • 11 Titre premier, article 5 du décret du 17 mars 1808
  • 12 O.GREARD, op. cit., p. 197 ; "il faut une religion au peuple et il faut que cette religion soit en (...)

15La loi de floréal an X, élaborée sous Bonaparte premier Consul, ne pouvait plus satisfaire Napoléon empereur. Ce dernier, pour consolider la fidélité à la quatrième dynastie comme pour en assurer la continuité, ne doutait pas qu’il fallût désormais mobiliser l’instruction publique. Il songea ainsi à réaliser un enseignement national, soutenu par une corporation laïque animée d’une unité de vues en matière d’éducation, corps dont il pût devenir le chef unique et incontestable. Dès 1805, l’empereur s’exprimait ainsi : "Il n’y aura pas d’état politique fixe s’il n’y a pas un corps enseignant avec des principes fixes. Tant qu’on n’appprendra pas dès l’enfance, s’il faut être républicain ou monarchique, catholique ou irréligieux, l’Etat ne formera point une Nation ; il reposera sur des bases incertaines et vagues ; il sera constamment exposé aux désordres et aux changements"9. Créée par la loi du 10 mai 1806, l’Université impériale fut organisée par les décrets de mars et septembre 180810. Elle était dirigée par un Grand Maître (Fontanes) sous l’autorité duquel étaient placés des recteurs d’Académie, les inspecteurs et les conseils académiques. Désormais, les "petites écoles, Ecoles primaires où l’on apprend à lire, à écrire, et les premières notions du calcul"11, relevaient de la responsabilité des instances académiques. Les maîtres, normalement toujours nommés aux termes de l’article 3 de la loi de floréal par les autorités municipales, devaient être pourvus d’un diplôme attestant leur capacité et leur moralité ; ils n’appartenaient pas personnellement à l’Université, n’étaient pas obligés de posséder un grade décerné par celle-ci, et n’étaient pas astreints au serment de fidélité. Outre les rudiments, l’enseignement devait comporter "les préceptes de la religion catholique, la fidélité à l’empereur...à la dynastie impériale"12.

  • 13 O. GREARD, op. cit., p. 221-2

16Les écoles particulières se virent, elles aussi, soumises à l’autorisation et à la surveillance de l’Université. Les Frères des Ecoles chrétiennes, autorisés officieusement à enseigner depuis 1804, furent agrégés à la nouvelle organisation scolaire. L’Université impériale constituait ainsi un véritable monopole d’Etat en matière d’enseignement. Jusqu’en 1809, l’Etat et l’Eglise collaborèrent à la réorganisation de l’enseignement primaire dans le cadre universitaire nouvellement créé. La circulaire du 24 février 1810 marqua une nouvelle orientation en confiant aux seuls recteurs d’Académie le soin d’enquêter sur la capacité et la moralité des instituteurs. Le décret du 15 novembre 1811, en redonnant à l’administration préfectorale un rôle accru dans la surveillance de l’enseignement, confirmait la prééminence de l’Etat en matière scolaire13.

2 - L’enseignement primaire de l’an X a 1809

17La loi du 11 floréal an X fut appliquée jusqu’à ce que l’Université impériale commençât à fonctionner véritablement, à partir de 1810. Auparavant, les écoles étaient placées sous l’autorité bicéphale des administrations préfectorale et diocésaine.

Le rôle des autorités départementales

* L’action du préfet et des sous-préfets

  • 14 Le premier préfet du Pas-de-Calais, POITEVIN-MAISSEMY, était demeuré en poste jusqu’en mars 1803, (...)
  • 15 A. D. P. de C., 2 K 17, f° 78 r°, 116

18La direction de l’instruction publique, confiée au conseiller d’Etat Fourcroy, relevait du ministre de l’Intérieur, supérieur des préfets. Ceux-ci intervinrent donc directement dans l’organisation et la surveillance de l’enseignement primaire. Dans le Pas-de-Calais, le préfet Lachaise secondé par les sous-préfets des arrondissements, se soucia d’abord de l’application de la loi du 11 floréal14. C’est ainsi que le 22 brumaire an XI (13 novembre 1802), le préfet demanda aux conseillers municipaux de l’arrondissement d’Arras de se réunir "extraordinairement, du 10 au 12 frimaire pour donner leur avis sur le placement des écoles primaires", et pour proposer le nom d’un instituteur. Le 28 nivôse an XII, Lachaise autorisait les conseils municipaux intéressés par cette question à se réunir "pour délibérer sur le projet de confier le soin de l’instruction primaire et la direction des écoles primaires aux ci-devant frères des écoles chrétiennes..."15. En frimaire an XIII, le préfet autorisait à leur demande, les maires des villages de Martinpuich et de Tortefontaine, "à convoquer le conseil municipal à effet de délibérer et donner son avis dans une seule séance sur l’indemnité de logement a accorder à l’instituteur primaire." Le procès-verbal de la délibération devait être transmis au préfet pour approbation.

  • 16 A. N. F17 1365 (lettre du 19 pluviôse an XII)
  • 17 A. D. P. de C., 2 K 25, f° 211 r° ; Ibid. 3 K 15, no 18 071 :"le ministre des Cultes a prévenu le (...)

19Ce dernier prononçait aussi les nominations définitives : ainsi en fructidor an XIII, sur proposition des édiles calaisiens, nomma-t-il "quatre ex-religieuses bénédictines en remplacement des institutrices des écoles primaires"16. La surveillance des écoles primaires incombait particulièrement au préfet. Quelques exemples illustrent l’action de celui du Pas-de-Calais. Le 7 décembre 1809, il suspendait Maurice Aubert, instituteur de Buire-le-Sec, qui s’était "permis de faire des avanies chez le desservant, de frapper à coups redoublés a sa porte dans la nuit, de le menacer et de l’injurier..."17. A cette date pourtant, une telle mesure relevait théoriquement de l’Université, mais le recteur n’était pas encore nommé officiellement : aussi l’expédition de cet arrêté disciplinaire fut-elle adressée "avec les pièces à son Excellence le Grand-Maître de l’Université." Autre aspect de la surveillance préfectorale (et sous-préfectorale) : les autorisations de dépense pour réparation et construction de bâtiments scolaires, comme à Outreau vers 1805-1806 et à Selles en 1809.

  • 18 Se reporter à ma thèse, t. 2, p. 610

20L’administration préfectorale contrôlait aussi de près les budgets communaux pour vérifier le montant des indemnités de logement et pour adresser un rappel à l’ordre aux contrevenants. Les écoles particulières étaient également placées sous la surveillance des préfets et celui du Pas-de-Calais donna un avis favorable pour l’ouverture de plusieurs établissements de ce type. Malgré enquêtes et circulaires, les archives nationales et départementales ne conservent pas d’états complets qui eussent permis de dresser un tableau précis de l’enseignement primaire particulier, lors de l’application de la loi de floréal18.

21Le préfet du Pas-de-Calais ne se désintéressa pas de l’instruction, mais son action dépendait aussi de celle des sous-préfets, eux-mêmes soumis au zèle des municipalités.

* Le rôle de l’évêque

  • 19 A. D. P. de C, 12 J/112 P 17

22Le 6 janvier 1807, un décret impérial signé à Varsovie autorisait les évêques à "faire par intervalle des visites pastorales dans les établissements consacrés dans leurs diocèses à l’instruction publique." Le 2 février suivant, Portalis, ministre des Cultes, adressait une lettre-circulaire à l’évêque d’Arras pour lui demander de s’entendre "préalablement" avec les chefs des établissements scolaires pour déterminer "l’époque et le mode" de sa visite d’inspection. Il s’agissait de contrôler si l’on avait soin "d’instruire les élèves dans les principes de la religion et leur enseigner le catéchisme dans le diocèse." Portalis demandait également à l’évêque de lui faire un rapport sur les abus ou désordres constatés. Mgr de la Tour d’Auvergne entreprit effectivement des visites dans les écoles, comme en témoignent ces lignes parues en mai 1807 dans la Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer : "M. l’évêque de ce Département est dans cette ville, depuis plusieurs jours ; il s’est plu à visiter tous les établissement publics d’éducation confiés à sa surveillance ; il a paru satisfait des visites qu’il a faites..." Probablement, le prélat visita-t-il seulement les écoles urbaines, laissant aux doyens de chrétienté la tâche de s’enquérir de l’état "spirituel" des écoles rurales, ce qui fut effectué par exemple en 1808 dans le doyenné d’Aire-sur-la-Lys19.

"Cathéchisme impérial" : religion catholique et fidélité à l’empereur (A. D. P. de C., A 303)
(Cliché A. D. P. de C.)

23La loi de floréal an X ne précisait pas la nature de l’enseignement qu’il fallait dispenser dans les écoles primaires et ne spécifiait donc nullement l’obligation de l’apprentissage du catéchisme. Le préfet du Nord, en 1806, n’avait pas hésité d’ailleurs à l’interdire, ce qui provoqua les protestations de Portalis. Dans le Pas-de-Calais, les rapports entre les représentants de l’Etat et de l’Eglise catholique ne semblent pas avoir connu de tensions particulières. D’ailleurs la parution du Catéchisme impérial (1807) dont l’apprentissage devenait obligatoire, symbolisait la concordance de vues des deux pouvoirs. La finalité politico-pédagogique d’un tel enseignement apparaît nettement dans ces lignes :
DEMANDE : "N’y a-t-il pas des motifs particuliers qui doivent plus fortement nous attacher à Napoléon Premier, notre empereur ?
REPONSE : "Oui, car il est celui que Dieu a suscité dans des circonstances difficiles pour rétablir le culte public de la religion de nos pères, et pour en être le protecteur, il a ramené et conservé l’ordre public par sa sagesse profonde et active ; il défend l’Etat par son bras puissant ; il est devenu l’oint du Seigneur par la consécration qu’il a reçue du Souverain Pontife, chef de l’Eglise Universelle."

* La situation scolaire en 1809

  • 20 M. GONTARD, op. cit., p. 244
  • 21 A. N. F17 10165 : document de 130 feuillets, daté du 10 juin 1809
  • 22 Auxquels il faut ajouter une dizaine d’enseignants plus ou moins clandestins mentionnés dans la co (...)
  • 23 A Rimboval, un vicaire enseignait (comme avant la Révolution) ; à Estrée-Blanche, "un nommé Dufres (...)

24Dans les débuts de l’Université impériale, l’évêque du Pas-de-Calais fut sollicité : d’abord par Mgr de Villaret, Chancelier de l’Université, qui le 10 mai 1808 lui demanda "des renseignements exacts" sur le mérite des enseignants ; puis en janvier 1809, par le Grand-Maître, Fontanes. Celui-ci écrivait dans sa circulaire :"J’ose donc vous prier d’inviter MM. les curés de votre diocèse à vous envoyer des notes détaillées sur les maîtres d’école de leurs paroisses. Lorsque ces notes seront réunies, vous voudrez bien me les adresser avec vos propres observations. D’après ces indications, je confirmerai l’instituteur qui aura mérité votre suffrage..."20. C’est à la suite de ces interventions que fut établi un "Etat des instituteurs du diocèse d’Arras en 1809"21. Ce document mentionne l’existence de 803 instituteurs pour lesquels on réclamait une nomination officielle22 ; 52 villages n’avaient pas d’école officiellement déclarée. Parmi ces instituteurs, on en compte 53 qui enseignaient en ville et 750 exerçant au village. Le nombre des localités dépourvues d’école paraît donc devoir être majoré, mais il faut tenir compte des instituteurs particuliers exerçant sans s’être déclarés23, ainsi que des institutrices à peine mentionnées dans cette enquête concernant il est vrai seulement les instituteurs du diocèse. A l’époque, le Pas-de-Calais comptait 889 villages et 22 bourgs, et il aurait donc manqué environ 160 instituteurs. Malgré les réserves que nous venons de signaler, cet Etat de 1809 peut être considéré comme un bilan approximatif de la loi du 11 floréal. La situation de l’enseignement primaire, dans le Pas-de-Calais, sans être catastrophique, demeurait médiocre, comme le soulignait d’ailleurs le Conseil général dans sa session de janvier 1809 : "l’instruction a toujours été languissante dans ce département, mais l’établissement de l’Université impériale doit nous faire livrer à l’espérance d’un meilleur avenir : cette création de sa Majesté impériale est un nouveau bienfait qui ajoute à l’amour et à la reconnaissance que les habitons du Pas-de-Calais n’ont cessé d’avoir pour le héros qui les gouverne."

Les écoles rurales

  • 24 A. D. P. de C, 2 K 25, f°70-72
  • 25 G. DELAMOTTE, "Simples notes sur l’instruction publique en Boulonnais", Mémoires de la société aca (...)

25Après l’accélération manifestée au cours des décennies 1770-1780 et la pause intervenue pendant les années de la Révolution, le mouvement de construction d’écoles reprit au début du XIXe siècle. Vers 1804-1805, un local à usage scolaire fut ainsi édifié pour accueillir les écoliers de la "succursale" formée par Saint-Léonard et Saint-Etienne (près de Boulogne). En septembre 1809, la municipalité de Selles fut autorisée à adjuger au rabais la construction d’une maison d’école qui s’avérait nécessaire car il ne se trouvait au centre de la commune "aucun bâtiment a louer pour y établir une école"24. Pour certaines localités, la question du local scolaire se posait de manière urgente depuis le Concordat de 1802 qui stipulait la restitution des presbytères qui, en quelques endroits, abritaient encore l’école publique. Il arrivait aussi, dans les environs de Boulogne et de Calais, que des bâtiments scolaires fussent réquisitionnés pour servir à l’armée, comme en témoignait la plainte de l’instituteur de Neufchâtel adressée en thermidor an XI au sous-préfet de Boulogne : Ton vient de me requérir le lieu que j’instruits les enfans pour en faire un corps de garde ou une salle de discipline au troupes qu’il y a de cantonné dans la commune de Neufchâtel... Je demande, citoyen, sy l’on a droit de s’emparer de mon logement, attendue que jay les enfants de la commune qui fréquentant cette école, n’aiant pas d’autre lieu, il faut que l’instruction soit complètement abandonné... "25.

  • 26 A. N. F17 10 165 : Etat des instituteurs...

26S’ils n’étaient pas logés par la commune, les instituteurs publics devaient percevoir une indemnité de logement de 80 francs. Dans la réalité, cette somme représentait un maximum, rarement versé par les municipalités. Les enseignants ruraux ne pouvaient guère subsister avec cette maigre somme ni même avec le montant des rétributions d’écolage. A Willerval, l’instituteur n’étant pas payé à cause de l’extrême pauvreté des enfants, avait renoncé, ne voulant plus exercer "sans un sort fixé." Aussi beaucoup de maîtres ruraux pratiquaient-ils une activité complémentaire pour améliorer leur niveau de vie ; ce qui était le cas en 1809 pour 245 d’entre eux (soit 32,5 %)26. A Isques, J. L. Bonvoisin était percepteur, tout comme F. Maniez de Maninghem ou comme P. J. Clairbout de Guarbecque ; A Zouafques, J. F. Bouclet (ou Bouchet) était charpentier ; à Pihem, P. Dubois gagnait aussi sa vie en tissant, tout comme J. F. Caron, à Aubin-Saint-Waast, comme F. Delvarre à Inghem ou encore J. B. Vautier à Tortefontaine qui était aussi ménager ; à Ferfay, C. Defrance était "journallier" et à Lépine, A. Parmentier était manouvrier ; à Norrent-Fontes, C. Dubois exerçait aussi le métier de cordonnier, tout comme P. Eustache à Cuinchy ou P. Saint-Aubin à Izel-les-Hameaux ; à Wingles, F. Féron et à Averdoingt, I. Bourgois, étaient tailleurs d’habits ; à Neuve-Chapelle, V. Cauliez était aussi "petit boucher" alors qu’à Hubersent, J. C. Fourier et à Halinghem, J. Fourier, pratiquaient l’activité de "couvreur en paille" ; à Beaumont, J. B. Fontaine ne faisait pratiquement pas l’école ayant "trop d’occupation et d’emplois" (il était clerc laïc, greffier et receveur de la commune). Citons enfin les instituteurs cabaretiers, par exemple A. Tanfin à Bayenghem-les-Eperlecques, J. B. Rossignol à Nortkerque, L. Ledé à Boubers-les-Hesmond...

27Le pourcentage, cité plus haut, d’enseignants exerçant un ou plusieurs métiers ne tient pas compte de l’activité cléricale traditionnellement associée à la fonction d’enseignant rural avant la Révolution. D’après l’Etat des instituteurs de 1809, 204 instituteurs sur 750 étaient signalés comme clercs laïcs (soit 27,2 % du total), avec d’importantes variations selon les arrondissements : 45,3 % pour celui d’Arras ; 34,2 % dans celui de Béthune ; 22,4 % dans celui de Boulogne ; 17,8 % dans celui de Montreuil ; 15,9 % dans celui de Saint-Pol ; 11 % dans celui de Saint-Omer. Sans doute, y a-t-il eu des oublis, mais le fait important est que, pour plus du quart des enseignants ruraux, la cléricature n’était plus obligatoirement rattachée à leur activité pédagogique.

28Ces instituteurs étaient bien souvent encore les mêmes qui exerçaient avant et pendant la Révolution. C’était le cas de Bigotte à Vendin-le-Vieil, de Dron à Monchy-au-bois, de Retaux à Wavrans, de F. Cayer à Sauchy-Lestres, d’A. Plouvier à Puisieux, et de nombreux autres. A Labroye, F. J. Plet enseignait "depuis 35 ans avec réputation" ; à Regnauville, P. F. Dufétel exerçait "depuis 28 ans avec succès" ; à Troisvraux, T. Bétencourt "est un viellard en fonction depuis 60 ans." Dans le canton d’Avesnes (arrondissement de Saint-Pol), 13 instituteurs sur 27 qui exerçaient en l’an II ou en l’an III se trouvaient toujours en fonctions en 1809.

29Les compétences professionnelles ne s’étaient donc guère améliorées puisque les enseignants ne recevaient toujours pas de formation et avaient été confirmés dans leurs fonctions. En 1809, 65 instituteurs (soit 8,7 % d’entre eux) étaient jugés nettement insuffisants. Relevons parmi ces enseignants ruraux peu capables : N. Peugnet de Beugnâtre, proposé "faute d’autres", J. B. Bourgois d’Evin aux "talens très médiocres", L. Papegay de Blendecques choisi "a cause de la pénurie des sujets" ; J. F. Bouclet de Zouafques, possédant une solide réputation d’ignorance et à qui on proposa de délivrer une autorisation provisoire "pour l’exciter d’étudier et a se rendre capable." La moralité et la réputation des instituteurs avaient été également notées par les curés de paroisse qui signalèrent 13 enseignants (1,7 %) assez "tièdes" à l’égard de la religion. Le défaut souvent reproché concernait l’ivrognerie occasionnelle ou répétée : une soixantaine d’individus se trouvait dans ce cas. Notons quelques-uns des reproches adressés à l’endroit des enseignants de 1809 : à Mory, A. Barbier était jugé "scandaleux" ; à Beaumont, J. B. Fontaine, était "noté pour un refus... des filles ayant à se plaindre de lui" ; à Couin, C. Grébet était suspecté d’être "quelquefois yvrogne", tout comme C. Capron à Fresnes, "noté pour avoir un avertissement... a cause qu’il boit de l’eau-de-vie les dimanches", ou encore A. Wallet de Bellebrune qui était "enclin a la boisson." A ces reproches sur l’intempérance s’en ajoutaient parfois d’autres jugés plus graves. A Etaing, D. Becquel ne satisfaisait point aux "devoirs de la religion" ; à Hersin-Coupigny, P. Villain ne faisait pas "ses pacques" mais peut-être y avait-il espoir qu’il pût "être ramené au bien." H. Mailly de Givenchy-en-Gohelle était très mal noté : "talens communs, yvrogne et brouillon, aucune réputation, noté irréligieux et scandaleux..." ; l’instituteur de Tortequesne, J. Darmard, était réputé "équivoque... buveur et querelleur" ; à Hendecourt, J. Couvent (né en 1749) était ainsi jugé : "talens médiocres, yvrogne, réputation équivoque, noté mauvais soit pour son inconduite, soit parce qu’il fait (faire) son école par son fils qui ne sait pas seulement lire."

Les écoles urbaines

* La nouvelle organisation scolaire

30Suite à la législation de floréal an X, les autorités municipales urbaines se préoccupèrent de la mettre rapidement en application.

  • 27 A. D. P. D. C., 2 K 13, f° 409
  • 28 A. C. Arras, "Registre des arrêtés du maire", D 5 f° 5

31A Arras, le 10 frimaire an XI (1er décembre 1802), le nombre d’écoles primaires fut ramené à 4 : Bourgeois et Dauchet étaient confirmés comme instituteurs et les dames Delannoy et Lemonier comme institutrices27. La délibération municipale fut agréée par le préfet, car la ville avait créé par ailleurs quatre ateliers de charité destinés à accueillir les enfants indigents auxquels on apprenait aussi à lire et à écrire en dehors des travaux manuels (filature). Le préfet ordonna cependant d’inclure le calcul décimal dans l’enseignement des écoles et des ateliers. Durant cette période (an X - 1809), les enseignants arrageois perçurent toujours la même indemnité de logement : 50 francs par trimestre28. Le 16 prairial an XII, en même temps que les autres fonctionnaires publics de la ville, ils prêtèrent le serment prescrit par l’article 96 du senatus-consulte organique du 28 floréal : "Je jure obéissance aux constitutions de l’empire et fidélité à l’empereur."

  • 29 A. C. Montreuil, registre des délibérations 1801-1807, f° 20

32A Montreuil, la municipalité apporta peu de changements à la situation existante : lors de la séance du 22 frimaire an XI (13 décembre 1802), les 4 instituteurs et institutrices déjà nommés furent confirmés dans leurs fonctions et le montant de la rétribution scolaire fut fixé à 1 franc pour les écoliers de la 1ère classe, à 75 et à 50 centimes pour ceux de la 2e et 3e classes. Notons qu’au cours de la réunion, un conseiller s’émut de la présence de fillettes dans les écoles tenues par les instituteurs : ne pouvait-il en "résulter des mouvemens graves pour la descence et la moralité des élèves"29 ?

  • 30 A. C. Boulogne, registre des délibérations 1802-1804, f° 49-50

33A Boulogne, en pluviôse an XI (février 1803), le conseil municipal délibéra sur l’organisation des écoles. Une Commission avait été chargée de constituer un rapport sur leur situation afin de mettre en application la loi de floréal. Les commissaires estimaient qu’il fallait au moins 4 écoles primaires, et qu’une somme de 3850 francs était nécessaire pour la restauration des bâtiments scolaires. D’autre part, il fallait selon eux assurer à chaque enseignant "un traitement fixe de 300 francs par an, une rétribution sur les 4/5 de leurs élèves de 20 sous par mois", afin d’éviter le choix de "mauvais sujets sans talents... (qui) ne peuvent être employés nulle part". La Commission estimait aussi que les meilleurs maîtres ne pouvaient être recrutés que parmi les hommes "mariés depuis au moins 6 ans ou célibataires de plus de 40 ans" ; un concours départemental eût été même souhaitable. Enfin, et c’était l’originalité du travail de cette Commission, on se préoccupa de la pédagogie à mettre en œuvre pour parfaire l’enseignement : "C’est la partie la plus essentielle de l’organisation des écoles primaires. On doit apprendre aux enfants à lire, à écrire et à calculer, voilà le principe. Mais il n’est pas indifférent d’apprendre bien ou mal à lire..." Un bon abécédaire était indispensable dans chaque école, et les commissaires proposaient de guider le choix des autorités. De même l’apprentissage de l’écriture ne devait pas être machinal : "Tout en montrant le mécanisme de l’écriture, l’instituteur doit indiquer les élémens de Tortographe et donner des principes de morale, en choisissant soigneusement les exemples d’écriture... en les changeant souvent et en leur faisant beaucoup copier des livres d’un bon choix." L’apprentissage de l’arithmétique devait se soucier des "principes des quatre premières règles." Dans ce programme d’enseignement, une partie était prévue pour l’exercice de la mémoire : "c’est dans l’enfance que la mémoire a le plus besoin d’être exercée, pour être par suite en état de recevoir et conserver les plus heureuses impressions... Quand les élèves sauraient un peu lire, il faudrait leur faire apprendre par cœur et chaque jour une très petite portion de quelques livres de morale bien choisis et de quelques fragments de nos meilleurs poëtes français." Ne s’agissait-il pas là d’une proposition empreinte d’une incontestable vérité pédagogique ? Enfin, la commisssion boulonnaise proposait que l’enseignement religieux, "point essentiel de l’éducation des hommes civilisés", fût dispensé de manière non uniforme, en fonction de la religion adoptée par les parents. Cette bonne volonté de l’administration municipale n’empêcha pourtant pas cette dernière de mettre, au début de l’an XII, à la disposition de l’administration des fourrages une partie de "la maison dite l’Ecole des Frères", sur l’injonction, il est vrai du sous-préfet qui pensait qu’on y enseignait seulement une douzaine d’enfants (ils étaient en réalité 140). Finalement un compromis fut trouvé : les écoles furent établies au rez-de-chaussée et le logement des instituteurs ainsi que les "avoines" furent placés dans les greniers30. Enfin, signalons encore pour Boulogne, que les établissements scolaires étaient régulièrement visités par des conseillers municipaux désignés à cet effet : ainsi en brumaire an XIV, MM. Clocheville, Gros et Gueroult inspectèrent les écoles tenues par les nommés Morel, Hochard et Joli, examinant "la manière dont chaque instituteur instruisait ses élèves."

  • 31 Cette liste de 1809 ne distingue pas les instituteurs communaux des instituteurs particuliers : à (...)

34Dans les autres villes du département, les écoles primaires étaient tenues par un personnel assez nombreux comme en fait foi l’Etat des instituteurs de 180931.

* Le difficile retour des Frères des Ecoles chrétiennes

  • 32 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations no15, f° 128-130

35Avant même l’approbation officielle de leur Institut, le 11 frimaire an XIII (3 décembre 1803) et l’autorisation définitive de leur rétablissement (15 avril 1804), les Frères des Ecoles chrétiennes avaient été sollicités de manière pressante par les autorités municipales audomaroises qui désiraient leur donner de nouveau la direction des écoles publiques de Saint-Omer. Le 4 pluviôse an XI (24 janvier 1803), la municipalité estimait ainsi : "l’instruction première ne peut être mieux confiée qu’aux soins de ces personnes qui, dégagées des embarras domestiques, en font leur unique étude et y donnent toute leur aptitude..."32.

  • 33 A. N. F17 1365

36Après l’autorisation officielle de l’Institut des Frères, les édiles audomarois décidaient, le 6 pluviôse an XII (27 janvier 1804), de confier les écoles primaires de garçons à 5 Frères "choisis au concours", de leur réserver un logement et une "indemnité de traitement fixée à trois mille francs." La délibération fut transmise au préfet du département qui, le 19 pluviôse suivant, fit un rapport au ministre de l’Intérieur : certes, écrivait-il, "on ne peut remettre la première instruction en de meilleures mains mais le traitement...est une disposition que je n’ai pas cm pouvoir approuver sans en référer à votre Excellence"33. La délibération allait en effet à l’encontre de la loi du 11 floréal qui stipulait que 4/5 des élèves devaient payer leur écolage. La décision des Audomarois qui furent parmi les tout premiers en France à vouloir rétablir officiellement les Lassalliens prenait valeur de test national. Le ministre consulté fit savoir qu’on ne pouvait approuver semblable décision.

  • 34 Bibl. mun. de Saint-Omer, ms 980
  • 35 Ibid., ms 1107

37En informant la municipalité, le préfet signalait qu’une telle mesure ne visait pas les Frères en tant que tels et ajoutait : "Votre intention était que l’instruction primaire fut gratuite, vous avez oublié que la loi du 11 floréal le défendait. Vous avez considéré que dans la classe des artisans, classe toujours nombreuse et peu aisée dans une ville manufacturière, il était important d’apprendre à tous les enfans gratuitement a lire, a écrire et a chiffrer. La loi ne le voulant pas, je vous invite a rapporter votre décision sur la rétribution.. Je vous propose pour la première classe a 75 centimes par mois et la seconde a 1,25 centimes"34. Une nouvelle délibération des Audomarois, le 29 germinal an XII (19 avril 1804), tenta d’établir un compromis : sous le prétexte qu’on ne pouvait accorder un logement et un jardin aux Frères, la ville accordait à chacun d’eux une indemnité de logement de 500 Fr. ; à titre presque symbolique, le "droit d’école" était fixé à 50 c. Le 26 prairial suivant (15 juin), le maire faisait publier dans la ville et les faubourgs l’avis de réouverture des écoles (2 à 2 classes) à compter des lundis 29 prairial et 6 messidor suivants : "Les enfans seront tenus de se rendre dans les écoles de leur arrondissement comme aussi d’acquitter a leur entrée 50 centimes (ou 10 s.) pour droit d’école...Lesdits enfans ne seront reçus aux dites écoles primaires qu’autant qu’ils seront mis décemment et que surtout ils ayent la tête propre." On pouvait croire la question définitivement réglée. A tort, puisque les autorités municipales audomaroises furent invitées à délibérer à nouveau par le Préfet qui estimait trop faible le montant de l’écolage et trop importante l’indemnité de logement. Le 1er thermidor an XII (20 juillet 1804), une nouvelle réunion du conseil municipal entérinait la volonté du préfet : l’indemnité de logement était ramenée à 300 Fr., et le droit d’école porté à 1,25 Fr. et à 75 c.. Les écoles tenues par les Frères pouvaient alors officiellement fonctionner et l’enseignement ne paraissait guère différent de ce qu’il était avant la Révolution, excepté la nouveauté du calcul décimal35. Pourtant de nouvelles difficultés surgirent : en effet, les Frères de Saint-Omer manquant de ressources pour ouvrir des classes gratuites avaient enfreint leurs statuts en acceptant le principe d’une rétribution scolaire.

  • 36 A. N. F17 12 453

38Le problème semblait insoluble : les autorités municipales voulaient bien accorder un traitement ou une forte indemnité de logement aux Lassalliens, mais elles ne respectaient plus les termes de la loi et se heurtaient à l’intransigeance du Préfet ; elles décidaient donc de faire payer les élèves pour assurer la subsistance des Frères, mais alors elles entraient en contradiction avec les statuts de l’Institut lassallien. Frère Lysimaque, le directeur de la communauté audomaroise, s’adressa à l’évêque du département, Mgr de la Tour d’Auvergne36 qui intervint auprès du préfet, lequel ne se montra point hostile à un compromis. La situation ne pouvait être réglée à cet échelon car à cette date, il appartenait désormais au Grand Maître de l’Université de trouver une solution.

  • 37 Ibid.

39Qu’en était-il enfin de la situation des Lassalliens dans le reste du département ? L’enquête menée par le préfet, en réponse à la circulaire du 21 frimaire an XIII (12 décembre 1804) fournit des renseignements assez précis37. Dans l’arrondissement d’Arras vivaient 11 Frères dont 5 étaient mariés ; l’un d’eux après avoir été instituteur à Izel-les-Equerchin, était devenu directeur de la "maison de repression de mendicité" ; 2 dirigeaient un pensionnat à Puisieux, un autre tenait aussi école à Puisieux ; 4 s’occupaient de la Maison des orphelins depuis le 11 brumaire an XI. A Bapaume un ancien frère, Ch. Frontin, tenait encore école ; dans l’arrondissement de Béthune, vivaient 3 ex-Frères pour lesquels on n’avait aucune précision et dans celui de Boulogne, on en comptait deux qui étaient demeurés à Calais jusqu’à l’an XII. Dans l’arrondissement de Saint-Omer, nous l’avons vu, vivaient 6 Frères "en commun, suivant leurs anciens statuts et salariés par la commune." Dans la correspondance accompagnant les résultats de son enquête, Lachaise écrivait à Fourcroy : "La ville de Saint-Omer est la seule de ce département où ces frères sont réunis et dirigent l’instruction de la jeunesse en suivant leurs anciens statuts. Il serait à désirer qu’un semblable établissement put avoir lieu dans toutes les villes du département mais n’aiant reçu jusqu’à présent aucune demande a cet égard, je vais en faire sentir les avantages aux principales villes du département." En réalité le préfet passait sous silence les vœux du Conseil général et de la commune d’Arras.

* Les établissements particuliers

  • 38 A. C. Boulogne, registre des délibérations 1804-1806, f° 72-73

40L’époque révolutionnaire avait vu surtout à partir de l’an III, une multiplication des écoles privées, dispensant un enseignement primaire et/ou secondaire. La loi du 11 floréal an X avait nettement distingué l’instruction primaire de l’instruction secondaire, celle-ci comprenant aussi le latin, l’histoire, et la géographie et pouvant être dispensée par des maîtres publics ou particuliers. Pour accéder à cet enseignement, il fallait normalement savoir déjà un peu lire et écrire. En brumaire an XIV, les conseillers municipaux boulonnais qui visitèrent les écoles primaires de leur ville, "après avoir examiné... les sujets les plus instruits", en retinrent 11 "pour être admis à l’éducation gratuite des écoles secondaires dirigées par MM. Blériot et Voisin"38. Il s’agissait en quelque sorte d’élèves boursiers de la ville, admis à poursuivre gratuitement leurs études dans des établissements particuliers.

41Des maisons d’éducation particulière existaient aussi sous forme de petites écoles ou de pensionnat. Leur enseignement, s’il n’était pas exclusivement élémentaire, comprenait bien souvent aussi les rudiments, comme le prouvent les exemples suivants. A Béthune, dans les pensions Bertier et Machart, on enseignait la lecture, l’écriture "et un peu de latin." Les archives audomaroises permettent d’être plus précis encore sur la nature de cet enseignement particulier. En 1806, E. Outrebon ouvrait une maison d’instruction pour les jeunes demoiselles mais "devait se conformer aux lois... et faire usage des livres classiques élémentaires adoptés par le gouvernement pour les écoles primaires." Le 1er août 1807, dans la Feuille de l’arrondissement de Saint-Omer, on pouvait lire l’entrefilet suivant : "La dame Nuyts-Dupont, institutrice, rue du mortier à Saint-Omer, no 31, enseigne à lire, à écrire, l’arithmétique, la langue françoise, l’orthographe, les différens verbes réguliers, irréguliers, neutres et pronominaux : elle donne des dictées sur tout genre de littérature : le tout est expliqué et raisonné avec clarté, pour savoir parler et écrire avec goût selon l’art : elle enseigne aussi en ville. Le citoyen Dupont enseigne semblablement." Une semaine plus tard, une demoiselle ayant été institutrice en Hollande, proposait par annonce de donner des leçons d’histoire, de géographie et de langue française à des demoiselles ; elle accueillait aussi "des petits garçons" et recherchait "des ouvrages, surtout des broderies." Toujours à Saint-Omer, existaient des écoles particulières tenues par d’ex-Frères (Ch. Lépine, J. B. Wallart) qui avaient continué d’enseigner clandestinement pendant la Révolution et s’étaient complètement sécularisés depuis. En 1806, Armand Passey qui venait de quitter l’Institut des Frères (ou en avait été exclu), ouvrit un pensionnat.

  • 39 Bibl. mun. de Saint-Omer, ms 1263
  • 40 A Saint-Omer, le rétablissement des Frères y avait contribué comme en témoignent les mésaventures (...)

42L’année suivante, les Frères annonçaient la réouverture du leur dans la Feuille de Saint-Omer : "Le pensionnat des Frères des écoles chrétiennes de cette ville est rétabli sur son ancien pied. On y enseigne le catéchisme adopté par le gouvernement, la lecture, l’écriture, la grammaire française, l’orthographe, l’arithmétique, le calcul décimal, les élémens de géométrie, l’arpentage, les échanges étrangers, la géographie, les livres de compte en parties simples ou doubles : le tout suivant les principes les plus méthodiques. Le prix de la pension est de 400 livres depuis l’âge de 9 ans jusqu’à 12, et de 450 livres au-dessus de cet âge. Les parens doivent tout fournir, lit et literies..." Comme sous l’Ancien Régime, un tel établissement recevait nombre de garçons en âge de recevoir une instruction élémentaire et servait ainsi d’école huppée pour les enfants des catégories aisées. En mars 1807, dans leur réponse à l’enquête préfectorale sur les maisons d’éducation39, les autorités municipales de Saint-Omer mentionnaient l’existence de 6 maisons d’éducation particulière pour filles recevant 117 pensionnaires et 228 externes, et de 9 établissements de ce type pour les garçons accueillant 32 pensionnaires et 265 externes. Ces renseignements, trop imprécis, montrent cependant que beaucoup de petites écoles particulières semblaient avoir disparu depuis l’an VIII40. Le retour des Frères, et sans doute la réapparition de congrégations féminines enseignantes, tolérées sinon autorisées officiellement, condamnaient l’amateurisme pédagogique qui avait pu avoir cours dans la période précédente. Seules résistèrent les maisons d’éducation déjà réputées avant la Révolution, ou de nouveaux établissements dirigés par d’ex-religieux et d’ex-religieuses ayant appartenu à des instituts enseignants.

3 - L’enseignement primaire de 1810 à février 1815

43Jusqu’au 17 février 1815, et malgré la Restauration, le système de l’Université mis en place par Napoléon 1er demeura en place (ordonnance royale du 22 juin 1814). Au cours de cette période, l’organisation de l’instruction primaire est caractérisée par l’effacement du rôle de l’évêque et par le renforcement de la centralisation grâce aux actions conjuguées du recteur et du préfet.

L’action des autorités départementales

  • 41 A. N. F17 379
  • 42 A. D. Nord, 2 T15

44Le premier recteur de l’Académie de Douai fut nommé officiellement le 15 décembre 1809 ; il s’appelait Taranget et était secondé par deux inspecteurs d’Académie nommés Boinvilliers et Lemoine41. Dans une lettre datée du 15 janvier 1810, le Grand Maître Fontanes leur avait donné ses consignes : "le but de l’Université est de former des Citoyens attachés à leur Religion, à leur Prince, à leur Patrie, à leurs Parens... Dieu et l’empereur, voilà les deux noms qu’il faut graver dans le cœur des enfans. C’est à cette double pensée que doit se rapporter tout le système de l’éducation nationale"42. L’une des premières tâches du nouveau recteur fut de satisfaire à l’Instruction du 24 février 1810 adressée par le Grand-Maître de l’Université qui exigeait un tableau des capacités et de la moralité des instituteurs et des candidats à cette fonction. A cet effet, Taranget demanda aux maires de lui adresser, avant le 30 septembre 1811, le nom des enseignants de leurs communes afin que ces derniers fussent confirmés dans leur situation par "son Excellence le Grand-Maître" si, après avoir été examinés par un fonctionnaire de l’enseignement délégué par le recteur, ils pouvaient aussi "prouver leur bonne conduite, produire des certificats de MM. les Maire, Curé ou desservant du lieu de leur domicile."

  • 43 Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer, 11 juin 1810
  • 44 A. N. F17 10 165

45Les inspecteurs d’Académie firent également des visites pour se rendre compte de l’état des établissements scolaires43. Dès juillet 1810, les préfets étaient sollicités pour fournir des renseignements sur les écoles, alors qu’officiellement ils étaient déchargés de toute responsabilité en ce domaine depuis le 1er janvier 1809. Le décret impérial du 15 novembre 1811 demanda aux administrations préfectorale et sous-préfectorales de surveiller les écoles et d’adresser leur rapport au ministre de l’Intérieur. Le préfet Lachaise envoya alors une circulaire aux maires pour les inciter à prendre toutes les dispositions nécessaires pour remédier au mauvais état de l’instruction, notamment en procurant "à l’instituteur primaire un logement, un jardin et les emplacements convenables pour les écoles, ou une indemnité suffisante et honnête, proportionnée aux ressources de la Caisse municipale..." Le préfet fixait aussi les limites de l’action des autorités locales en rappelant : "Aucune école particulière ou communale ne peut exister sans l’autorisation de son Excellence le Grand-Maître de l’Université. La délibération d’un Conseil municipal n’est qu’une simple présentation et non une nomination ; les maires ne peuvent autoriser aucun citoyen à tenir école..." Dans cette même circulaire, le préfet précisait la règle à suivre pour la nomination des "clercs laïcs" et l’on pouvait se demander à bon droit qui, de Lachaise ou de Taranget, dirigeait effectivement le système scolaire dans le département. Le recteur était chargé de délivrer les autorisations provisoires d’enseigner, qu’il transmettait pour approbation au Grand-Maître qui continuait "d’instituer les maîtres." Chaque nomination était ainsi soumise à l’appréciation du pouvoir central, et c’est pourquoi les archives conservent de nombreuses pièces qui montrent, à partir de 1812, l’effort qui fut réalisé pour tenter d’organiser les écoles primaires, soit en régularisant des situations anciennes, soit en nommant de nouveaux maîtres. Cette tâche s’avérait ardue pour le recteur Taranget qui écrivait le 1er février 1812 à Fontanes : "...j’ai à lutter contre l’inconstance, ou l’étourderie des candidats, contre les petites passions des communes.. Je ne mets en ligne de compte ni les ruses ni la mauvaise foi, ni souvent même une certaine hardiesse qui dérangent mes combinaisons et Pompent mes calculs les mieux établis en apparence"44. Les inspecteurs d’Académie devaient, quant à eux, veiller "à ce que les maîtres ne portent point leur enseignement au-dessus de la lecture, l’écriture et l’arithmétique."

46Le décret du 15 novembre 1811 avait restreint les pouvoirs du recteur : certes l’article 55 l’autorisait à dénoncer les infractions pour enseignement non autorisé, mais l’essentiel de la surveillance revenait au préfet qui renseignait même son supérieur hiérarchique sur le nombre d’écoles organisées, et insistait surtout sur le nombre de communes dépourvues d’école. Le recteur se trouvait donc particulièrement exposé, et à la suite des rapports préfectoraux, devait s’empresser de justifier son action auprès du Grand Maître lui-même interpellé par le ministre de l’Intérieur. Voyons à présent si cette concurrence qui s’était établie entre les services de la Préfecture et ceux du Rectorat fut bénéfique au développement de l’enseignement primaire dans le Pas-de-Calais.

Les écoles rurales

* Un autre mode d’administration

  • 45 Par exemple dans la Feuille hebdomadaire de l’arondissement de Saint-Omer du 30 octobre 1811, on p (...)
  • 46 A. N. F17 10 165,10 166, 10 168

47Entre 1812 et 1814, furent prononcées de nombreuses nominations de maîtres communaux et particuliers dont la plupart exerçaient déjà. Pourtant il manquait des enseignants et l’on utilisa même la petite annonce pour solliciter les candidatures45. Aux Archives Nationales sont conservés trois cartons contenant les différents actes de nomination intervenues entre 1812 et 181446. Citons quelques exemples.

48Le 29 juin 1812, le recteur proposait ainsi à l’approbation du Grand Maître la nomination définitive de l’instituteur de Pont-de-Briques : "Après avoir satisfait aux épreuves exigées de tous les candidats de l’instruction primaire, le Sr Monlaur mérite le titre et les fonctions de maître d’école ; il demande la place du Pont-de-Briques, annexe de la commune de St Léonard, canton de Samer ; ce Pont-de-Briques lui offre des ressources suffisantes à son ambition..." Au mois de juillet de la même année, le recteur proposait pour le poste de Camiers un nommé Donay ayant satisfait à l’examen et agréé par la municipalité ; le même mois, Taranget sollicitait la nomination du sieur Bracquart (sans doute Brancquart) comme instituteur de Torcy. Les nominations concernaient d’ailleurs souvent des maîtres déjà en fonctions depuis un temps plus ou moins long : "J’ai l’honneur de proposer à votre Excellence, écrivait le recteur en octobre 1812, de nommer définitivement pour instituteur communal de la commune d’Avion...le sieur Hinain Denis qui exerce dans cette commune les fonctions de maître d’école particulier depuis 28 ans et qui est présenté avec intérêt par le maire de cette commune." Parfois c’était le maire qui écrivait au recteur en faveur d’un postulant : en avril 1812, celui de Guemps intervenait pour recommander Antoine Marmain qui avait prouvé "par sa bonne conduite et la manière dont il a subi son examen qu’il était digne d’être appellé aux fonctions d’instituteur..."

49L’examen dont il est question dans les actes de nomination était passé en présence d’un principal de collège ou d’un chef d’institution : les noms les plus souvent cités sont ceux de Fauchison, principal du collège d’Arras et de Blériot, ex-frère des Ecoles chrétiennes de Boulogne. Tous ceux qui voulaient être nommés instituteurs primaires devaient subir cet examen qui n’était pas toujours une formalité, si l’on en juge par l’exemple d’un nommé Caron, qui suite à la démission de l’instituteur communal Huguet, voulait occuper le poste de Ligny-les-Aire : "il a subi, il y a un an, un examen d’après lequel j’ai cm ne devoir lui accorder qu’une simple permission de tenir l’école", écrivait Taranget. La municipalité ayant produit un avis favorable, Caron fut nommé définitivement en 1814. Cette épreuve, dont il n’est pas possible d’établir le contenu ni le degré de difficulté, devait être également subie par les maîtres particuliers désireux de s’établir.

50Les permissions d’ouvrir une école particulière étaient souvent justifiées par le fait qu’un seul instituteur communal ne pouvait suffire à la tâche, dans une commune trop peuplée ou composée de hameaux éloignés : ce fut le cas pour Saint-Venant, Biache-Saint-Vaast et Hersin. Toutes les écoles particulières n’étaient pas autorisées pour autant, une circulaire du 8 mars 1811 ayant recommandé aux recteurs une certaine circonspection dans la délivrance des autorisations. Pourtant, malgré les arrêtés de 1812, qui renforçaient la réglementation et le contrôle sur les petites écoles, certains maîtres particuliers continuaient d’instruire clandestinement, tel cet ancien ecclésiastique nommé Boursier qui, à Hénin-Liétard vers 1812, tenait chez lui une école mixte et persista à enseigner malgré plusieurs mises en garde émanant du préfet et du recteur.

  • 47 A. N. F17 10 165 ; A. D. P. de C., T 147

51Les états établis par ce dernier en 1811 et en 1812-1813 permettent de donner une liste des principaux pensionnats dont l’enseignement, si l’on en croit une correspondance rectorale d’octobre 1813, ne dépassait guère le niveau primaire. En 1811 à Harnes, Hache instruisait 14 pensionnaires et 12 externes ; à Hersin, Weecksten (ancien vicaire et ex-curé) enseignait à "lire, écrire, l’arithmétique et les premiers principes de la langue françoise et de la langue latine quand les parens le désirent" ; à Martinpuich, Leturc recevait 12 pensionnaires et 7 demi-pensionnaires ; à Penin, Delibessart, et à Amettes, J. F. Paternelle, tenaient aussi un petit pensionnat ; tout comme Lamiot à Frévent. Parmi ces instituteurs particuliers, on relève aussi la présence de quelques desservants, enseignant gratuitement les enfants de la paroisse : ainsi à Alette (Louchet), à Arques (Delcourt), à Chelers (Potel). Vers 1812-1813, un autre état mentionne aussi des pensions établies à Marquise (L. Montevuis), à Fresnicourt (A. J. Marlier) et à Tilloy (J. Woiron). Notons enfin cette annonce parue dans la Feuille...d’Arras en juin 1813, concernant un pensionnat établi depuis plus de vingt ans à Vimy : "M. Joncqué, maître de pension, autorisé de l’Université impériale à recevoir des élèves de tout âge, continue de se charger des enfans valétudinaires à qui l’air de la campagne est nécessaire ou ordonné. L’enseignement, à l’exclusion de la langue latine, est toujours le même"47

* La continuité du personnel enseignant

  • 48 Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer. 10 avril 1813, p. 7

52Les enseignants désignés par le recteur se recrutaient encore souvent au sein des mêmes familles, comme cela était le cas avant la Révolution : ainsi en février 1814, à la suite de la démission de Bigotte instituteur primaire communal depuis trente ans à Vendin-le-Vieil, le fils fut présenté pour lui succéder ; de même à la mort de Carré père, Carré fils, âgé de 25 ans, qui avait "aidé son père dans l’exercice de ses fonctions", se proposa pour occuper le poste de Bonningues-les-Calais, en novembre 1814 ; la même année encore, Dubois fils succéda à son père et devint instituteur à Sailly-Labourse. Ce personnel enseignant n’était ni pire ni meilleur qu’avant la Révolution. Certes quelques individus se signalaient de temps à autre, comme ce Boyaval, instituteur à Barlin qui, aux dires du recteur, s’était signalé "par son intempérance et son impéritie" et avait été destitué en 1812 ; comme ce maître d’école d’Helfaut, qualifié par Taranget de "brigand qui deshonorait ses fonctions en insultant chaque jour aux bonnes mœurs." D’autres continuaient d’avoir un penchant plus ou moins prononcé pour la boisson ; certains négligeaient la tenue de leur école comme ce Louis Guy nommé à Carly en mai 1814 et à qui l’on reprochait de dormir pendant la classe, voire de s’absenter pour aider sa femme au ménage. Il existait également des enseignants très estimés, comme celui d’Audruicq par exemple qui, conscrit de 1814 et appelé par son numéro au service militaire, put trouver un remplaçant grâce à une souscription à laquelle participèrent "toutes les classes des habitans"48.

  • 49 A. D. P. de C.,T 148

53La condition matérielle des enseignants ruraux ne s’était guère améliorée avec la promulgation des décrets instituant et organisant l’Université. Ainsi à la rentrée de 1814, l’instituteur de Bois-en-Ardres, nommé Berthe, s’était vu "forcé de chercher un poste qui lui procurat plus d’élèves" et avait demandé d’être nommé à Guemps. Les maîtres publics devaient parfois aussi rivaliser avec les maîtres privés : en novembre 1812, l’instituteur de Penin, nommé Pucquet, se plaignit au maire de la concurrence d’un maître de pension et de la "fille d’Ange Lavigne"49.

* Instituteur et/ou clerc laïc

54La nomination des enseignants villageois, dont beaucoup étaient demeurés ou redevenus clercs laïcs par conviction, par tradition ou par nécessité, provoquait quelquefois des tensions entre les autorités municipales et ecclésiastiques. Dans sa circulaire de 1811, le préfet Lachaise avait précisé : "Celui qui réunit les talents, les connaissances et la moralité nécessaires pour remplir les fonctions importantes d’instituteur peut bien exercer celles de clerc, mais on peut être un très bon clerc sans avoir les qualités requises pour l’enseignement ; un clerc ou magister n’est donc pas nécessairement maître d’école, et lorsqu’on veut confier les deux fonctions au même individu, on doit chercher le clerc dans l’instituteur et non pas l’instituteur dans le clerc...". Autrement dit, la cléricature devait être subordonnée au métier d’enseignant, ce qui marquait une réelle évolution par rapport à l’Ancien régime, la fonction magistrale étant alors considérée comme un appendice de celle de clerc laïc-enseignant le catéchisme. Lors du choix de l’enseignant, des difficultés pouvaient surgir car si le maître d’école était institué par le recteur et le Grand Maître, le clerc laïc l’était par l’évêque sur proposition du curé de paroisse. Dans une lettre datée du 1er février 1812, le recteur Taranget plaçait d’ailleurs au nombre des difficultés qui retardaient encore le placement des instituteurs, les "rivalités qui existent entre MM. les Maires et les Curés". En avril de la même année, le village d’Ablain-Saint-Nazaire était ainsi secoué par la rivalité entre l’instituteur primaire (Autricque fils) et le clerc Milot soutenu par une bonne partie des habitants.

  • 50 A. N. F17 10 166

55Sous le règne de l’Université impériale, les instituteurs n’étaient donc plus nécessairement clercs laïcs. Lors de la première restauration, le rôle des curés dans les propositions de nomination (non seulement de clerc mais aussi d’enseignant) redevint prépondérant : en septembre 1814, à la mort de Saulty instituteur de Marquise, "l’autorité administrative, de concert avec M. le Curé, présente un sujet qui lui paraît propre à remplir la double fonction d’instituteur et de clerc, le Sr Baude". Un autre exemple peut illustrer ce changement dans la procédure : en juillet 1814, le recteur Taranget écrivait au Grand Maître pour lui soumettre le cas d’Alexis Brocq, instituteur et clerc laïc de Mont-Bernanchon, "forcé de quitter ses fonctions pour le service militaire auquel il a été appelé". Un nommé F. Lefebvre le remplaça, sans avoir reçu encore "l’institution de Mr l’Evêque pour la cléricature". De retour au village, Brocq chercha à reprendre sa double activité : "la majorité, précisait Taranget, désire sa réintégration et Mgr l’Evêque est disposé à lui conférer la place de clerc laïc s’il est nommé à celle d’instituteur primaire". L’autorité épiscopale, sans qu’on puisse à proprement parler de chantage, manifestait cependant clairement son intention de ne pas voir dissocier la fonction maître d’école-clerc laïc. Le recteur proposa le nommé Brocq au poste d’instituteur primaire communal (auquel "il me semble, Monseigneur, qu’il a des droits") et F. Lefebvre fut autorisé à ouvrir une école particulière. Le Grand Maître approuva cette proposition le 18 juillet 181450. Cet exemple est significatif d’une évolution : de 1810 au printemps 1814, l’Université impériale s’était efforcée de laïciser la procédure de nomination des instituteurs primaires, elle choisissait ses enseignants et permettait qu’ils ne fussent pas obligatoirement sacristains des curés de paroisse. L’autorité ecclésiastique ne pouvait que s’incliner et, si elle voulait maintenir le caractère indissociable de la double fonction clerc-instituteur, devait nécessairement conférer la cléricature aux enseignants désignés par le recteur. Le retour de Louis XVIII mit un frein à cette sécularisation qui, si elle fut loin d’être générale, avait toutefois été agréée par les autorités administratives impériales.

Les écoles urbaines

  • 51 Signalons pourtant la nomination de Bemoux comme instituteur des 2 écoles gratuites de l’hospice d (...)

56Il y a peu à dire sur les écoles publiques, tenues par des laïcs : les instituteurs nommés par les autorités municipales en vertu de la loi de floréal an X furent maintenus dans leurs fonctions après avoir été désignés, cette fois, par l’administration centrale51. En dehors de ces écoles sans histoire(s), l’enseignement primaire urbain redevenait progressivement l’apanage des congrégations.

* Les écoles congréganistes

57Les congrégations féminines enseignantes qui s’étaient réinstallées de manière plus ou moins clandestine retrouvaient progressivement droit de cité et d’exercice pour la plupart d’entre elles. C’est ainsi que des franciscaines calaisiennes furent autorisées officiellement en novembre 1810 ; les sœurs de Sainte-Agnès le furent en décembre de la même année. Quant aux Ursulines, dont nous avons évoqué l’activité discrète au cours des années précédentes, elles réapparaissaient et dirigeaient des écoles à Arras, Boulogne, Aire, Saint-Omer. Celles d’Aire établies "dans la maison des Dames anglaises", firent paraître, en octobre 1812, une annonce dans la Feuille d’Arras dans laquelle on pouvait lire : "...on apprend aux jeunes personnes les principes de la religion catholique, à lire, écrire, l’arithmétique, le calcul décimal, l’orthographe par principes, la grammaire, la géographie et l’histoire, comme aussi à coudre, broder et à faire les autres ouvrages convenables à leur sexe". A Saint-Omer, elles obtinrent de la municipalité, en novembre 1814, la concession à perpétuité de la maison dite le Jardin-Notre-Dame à condition d’y tenir perpétuellement "deux Ecoles publiques et gratuites de filles".

  • 52 A. N. F17 12 453 ; A. D. P. de C, 2 K 31 f° 399
  • 53 Sans doute avec quelques rétributions plus ou moins déguisées en "cadeaux"
  • 54 A. N. F17 12 453

58En 1811, les Frères des Ecoles chrétiennes, alors installés seulement à Saint-Omer, furent autorisés à diriger les écoles primaires communales de Boulogne. Le 5 novembre 1811, le préfet confirmait par arrêté l’autorisation accordée par Fontanes, et à compter du 1er janvier 1812, 8 Frères âgés de 16 à 24 ans, dirigés par Frère Jonas, se trouvaient en charge de 3 écoles publiques52. Le Grand Maître avait averti que leur instruction devait être absolument gratuite. L’exemple boulonnais stimula les autorités municipales de Calais qui demandèrent en février 1812 le rétablissement des Frères, lesquels se réinstallèrent officiellement à la fin de 1812. Il n’y eut pas d’autre rétablissement d’école lassallienne dans le Pas-de-Calais au cours de cette période. La question de la gratuité des Ecoles chrétiennes n’était pas résolue en 1810. Les statuts des Frères, qui avaient été agréés par Fontanes en août 1810, rappelaient par deux fois que les disciples de J. B. de La Salle devaient "tenir les Ecoles gratuitement". Or les autorités municipales de Saint-Omer, de Calais, de Boulogne, ne pouvaient inscrire dans leur budget un salaire pour rémunérer les Frères, mais seulement une modique indemnité de logement de 400 Fr. Celle-ci était insuffisante pour assurer la pension et la subsistance des congréganistes qui réclamaient vainement, comme à Saint-Omer en 1810, une augmentation de pension. En désespoir de cause, les Frères acceptaient alors de recevoir des "élèves payants", mais se heurtaient à l’intransigeance de Frère Gerbaud, leur Supérieur général, qui leur demandait de s’en tenir "à la Règle". Ce qu’ils firent, accueillant gratuitement tous les écoliers53 au grand dam des maîtres privés qui virent diminuer leurs effectifs. A Saint-Omer, on les accusa alors de recevoir "indifféremment les riches comme les pauvres" dans leurs classes de Saint-Sépulcre. Le 3 décembre 1811, le recteur avertissait le Grand Maître que les Frères de Saint-Omer paraissaient "s’écarter du but de leur institution, l’enseignement gratuit des pauvres". L’administration centrale, par l’intermédiaire de Guéneau de Mussy, ne suivit point Taranget : "Après tout, les écoles chrétiennes étant entretenues aux frais des communes et les propriétaires aisés faisant la plus grande partie des frais, je ne vois pas pourquoi ils ne retireraient quelque fruit de leurs sacrifices"54.

59Si le recteur Taranget s’était empressé d’informer le Grand Maître sur les libertés que prenaient les Frères à l’égard de la législation scolaire alors en vigueur, ce n’était pas seulement par zèle administratif. Il leur reprochait aussi de vivre en marge du système universitaire, de vouloir échapper à toute surveillance : "J’ignore, écrivait-il en 1813 à Fontanes, quel peut être le motif de cet a-parté si soigneusement gardé par les Ecoles chrétiennes, mais il n’en est pas moins vrai que ces Ecoles échappent à ma surveillance : les mutations s’y font sans que je sache à quel titre ; ces mêmes sujets disparaissent sans que j’en sois instruit..." Malgré leur intégration dans l’Université impériale, les Frères des Ecoles chrétiennes conservaient leur autonomie, déjouant ainsi les calculs du pouvoir politique, de l’empereur en particulier, qui avait pensé pouvoir annihiler leur indépendance.

* L’enseignement primaire particulier

  • 55 Ainsi au collège d’Arras, "les enfans qui ne sont pas encore en état de suivre le cours élémentair (...)
  • 56 Bibl. mun. Saint-Omer, ms 1263

60Le décret du 17 mars 1808 avait précisé, plus nettement que la loi de floréal an X, la hiérarchie scolaire : au-dessous des lycées et des collèges publics, se plaçaient les institutions puis les pensions qui étaient des établissements privés, dont le niveau d’études dépassait théoriquement celui des écoles primaires. Dans la réalité, les écoles particulières proposaient bien souvent aussi un enseignement des rudiments55. Evoquant le personnel enseignant des pensionnats, le 6 octobre 1813, le recteur Taranget écrivait au Grand Maître : "les chefs de ces Ecoles sont tellement bornés à l’instruction primaire qu’il leur serait impossible de la porter au-delà, parce qu’ils sont étrangers à tout enseignement des lycées et collèges". Le 15 octobre suivant, le recteur prenait un arrêté qui stipulait dans son article premier : "les chefs d’institution, placés dans une ville qui a un lycée ou un Collège, ne pourront enseigner à leurs élèves que les premiers élémens qui ne font pas partie de l’instruction dans les lycées". Dans la réalité, il semblait bien qu’une compétition assez vive se fût instaurée entre ces différents types d’établissements scolaires, tant pour l’enseignement secondaire que primaire. On connaît la liste des établissements particuliers officiellement autorisés grâce aux états dressés en 1811 et en 1812 - 1813 par les services du rectorat. Toutes les villes du département connaissaient ce type d’enseignement. A Arras, existaient les pensions dirigées par les nommés Bourgeois et Lanthiez, ainsi que celle ouverte en 1815 par Leturcq. A Boulogne, on trouvait les établissements tenus par Blériot, Compïègne, Legressier. A Aire, A. Chevalier, à Calais, J. Wille, à Lens, T. Cayet et à Bapaume, Lagniez étaient maîtres de pension vers 1811-1813. Les archives de Saint-Omer, permettent de mener une étude plus précise et une comparaison avec la période précédente. Le 14 février 1811, le recteur demandait au maire de lui adresser la liste des écoles de la ville qui, selon ses dires, "paroit en renfermer un fort grand nombre"56. En réalité ce nombre n’avait guère changé depuis 1807 où l’on relevait une quinzaine d’établissements particuliers. En 1810 en effet, on comptait 15 écoles privées : 8 pour les garçons (349 élèves), 7 pour les filles (573 élèves). La stabilité du nombre d’écoles ne doit pourtant pas cacher une hausse de leurs effectifs depuis 1807, principalement pour les établissements féminins (+228 élèves). Il existait encore quelques institutrices et instituteurs particuliers, mais la tendance amorcée au cours des années précédentes se confirmait. La faveur allait toujours plus aux institutions et aux pensionnats. Les établissements féminins étaient surtout dirigés par d’anciennes religieuses ou dévotes enseignantes qui ambitionnaient de "former les Elèves aux vertus sociales et religieuses (et) d’orner leur esprit de connaissances utiles et agréables". L’instruction dispensée pouvait être variée : en septembre 1811, lors de la distribution des prix au pensionnat Podevin, les écolières purent répondre facilement à des questions "sur la religion, la lecture, la grammaire française, la géographie, l’histoire de France, l’histoire ancienne, l’histoire romaine, la mythologie, l’arithmétique, la tenue des livres de compte..." Il est vrai que les demoiselles Podevin étaient appréciées pour leur expérience car elles avaient "pendant vingt ans éduqué les jeunes Demoiselles au Jardin-Notre Dame". A l’intérieur de leur pension, on retrouvait le clivage qui existait avant la Révolution entre les externes (60 en 1810) auxquelles on apprenait les rudiments, "la religion", la broderie, et les pensionnaires et demi-pensionnaires (46 en 1810) qui recevaient une instruction plus approfondie.

61En dehors de l’enseignement dispensé dans les établissements privés, il faut signaler une pratique qui s’était maintenue, celle des cours particuliers à domicile. On relève ainsi dans la Feuille de l’arrondissement de Saint-Omer les exemples suivants : en avril 1810, "On désire trouver une femme entre les deux âges qui soit en état d’apprendre à lire aux enfans, et de leur donner les premières notions de catéchisme. Il faut aussi qu’elle sache laver, coudre et faire un peu de cuisine" ; en février 1813, "le sieur Wallart, instituteur primaire, donne avis aux personnes qui voudront l’honorer de leur confiance, qu’il se propose de donner en ville des leçons qui ont rapport à son état". Pour Arras, notons cette annonce parue en septembre 1813 : "le sieur Despretz, domicilié à Arras, rue du Blocq, no 83, connu pour sa moralité, offre ses services aux personnes qui voudront bien l’honorer de leur confiance pour enseigner la lecture, l’écriture et l’orthographe".

Bilan de cette période

* Les explications du recteur Taranget

  • 57 A. N. F17 9367 : extrait des délibérations du Conseil général du Pas-de-Calais
  • 58 Ibid. ; selon l’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais, (1814) 104 communes étaient (...)
  • 59 A. N. F17 9367
  • 60 19 communes rurales (Hénin-Liétard, Bournonville, Fosseux...) étaient signalées à tort comme n’aya (...)

62Dans leur session d’octobre 1814, les conseillers généraux du département exprimaient leurs regrets sur l’abandon où semblait être restée l’instruction dans les écoles primaires des campagnes57 Ils déploraient l’insuffisance des ressources des instituteurs, obligés "de pourvoir a (leur) subsistance en exerçant quel qu’autre profession" et signalaient leur "médiocrité de talent" qui éloignait les enfants des écoles et engendrait une grande ignorance : "...on a souvent peine a trouver dans les membres des Conseils municipaux des hommes qui sachent apposer une signature lisible : cette triste vérité se fait sentir dans un objet d’une bien plus haute importance : la confection souvent ridicule des actes de l’état civil". Le Conseil général souhaitait donc que les Frères des Ecoles chrétiennes fussent rétablis "comme nécessaires pour former les instituteurs primaires dont les communes rurales ont besoin et dont beaucoup sont encore privées". Cette prise de position pouvait paraître comme une condamnation de l’action menée en matière d’instruction publique par Lachaise et Taranget, deux fonctionnaires nommés par le pouvoir impérial mais toujours en place lors de la première restauration. Le préfet prit les devants et, dans une lettre du 3 novembre 1814 adressée au ministre de l’Intérieur, rendit compte du mauvais état de l’instruction publique dans le Pas-de-Calais en signalant que dans 124 communes "il n’y avait pas d’instituteur"58. Le 28 novembre 1814, informé par le ministre, le Grand Maître de l’Université demanda au recteur Taranget un rapport sur l’état de l’enseignement primaire dans le Pas-de-Calais. Il s’agissait en réalité d’une demande de justification, et Taranget le comprit bien ainsi : "Je me trouve en état, si je ne me trompe, de répondre à l’injonction qui m’est faite par votre Excellence". Il rédigea lui-même une longue lettre explicative datée du 15 février 181559. Le recteur analysa d’abord le point de vue du Conseil général. Il était d’accord sur la mauvaise situation matérielle des instituteurs ruraux : "je ne connais pas de profession, de métier, de main d’œuvre, mis à plus bas prix" ; il l’expliquait par la mauvaise volonté des maires et conseils municipaux qui payaient à peine la moitié du montant de l’indemnité de logement fixée par la loi. Relevant ensuite l’insinuation selon laquelle il aurait nommé de nombreux incapables à la suite d’examens trop complaisants, Taranget se défendit en invoquant la responsabilité... du préfet et des jurys d’instruction qui avaient désigné la plupart des instituteurs avant son arrivée : "Je dois donc déclarer que j’ai, d’abord, rencontré beaucoup d’hommes plus que médiocres mais ces hommes m’étaient présentés par l’administration supérieure et je devais en respecter les décisions". Et pourtant n’avait-il pas découvert, parmi les instituteurs qu’on lui avait demandé d’autoriser, "des hommes réprouvés par l’opinion, quelques-uns repris en justice". Après avoir retourné l’insinuation d’incompétence à l’adresse du préfet accusateur, le recteur entreprenait de justifier son action : "J’ai fait justice, à mon tour, de ces Elémens délétères, et contagieux...j’affirme avoir renouvellé l’enseignement primaire dans un grand nombre de Communes ; d’avoir remplacé de très mauvais sujets, par des maîtres estimables et instruits..." Restait cependant l’accusation portée par le préfet d’avoir laissé 124 communes sans instruction. Une liste de ces localités avait été adressée par la Préfecture au Ministère de l’Intérieur et au Rectorat. Taranget avait fait vérifier ce tableau arrêté à la date du 4 décembre 1814 et il le joignit à sa correspondance du 15 février, en y portant ses observations en regard de chaque localité dépourvue d’école60.

63Le recteur en venait ensuite à "la question de l’Etablissement des Ecoles Chrétiennes, comme devant former des Espèces d’Ecoles normales pour les instituteurs primaires". Malgré l’intérêt qu’il y avait porté et les propositions qu’il avait faites au préfet pour concrétiser cette idée, ce dernier avait "éludé" la question... A vrai dire, on peut douter que Taranget, assez réticent à l’égard des Frères, ait déployé un grand zèle pour favoriser un tel projet (il estimait d’ailleurs que l’esprit des Lassalliens avait changé depuis la Révolution...)

64Enfin le recteur Taranget rappelait les différentes mesures qu’il avait prises "pour assurer l’instruction" : en réalité il s’agit du compte rendu des circulaires assurant la diffusion de la législation. Il achevait ses explications en accusant une nouvelle fois les maires négligents qui "doutent, peut-être, si l’instruction est quelque chose de bien utile", et en se félicitant de cette "inculpation" qui lui donnait l’occasion de témoigner son dévouement indéfectible à l’Université. Cette lettre justificative fut vraisemblablement jugée convaincante puisque le recteur Taranget fut maintenu en fonctions.

* Nombre d’écoles et d’élèves

65Selon l’Almanach de l’Université de 1813 prenant en compte selon toute vraisemblance la situation scolaire de 1812, le département aurait compté 861 écoles primaires publiques ou particulières. D’après l’Annuaire statistique du Pas-de-Calais (année 1814), les services de la Préfecture avaient recensé pour l’année 1813, 984 instituteurs primaires exerçant dans 928 communes.

66Le tableau récapitulatif de la répartition s’établissait ainsi :

Tableau 31 : Nombre et répartition des instituteurs dans les communes du Pas-de-Calais (en 1813)

67L’année suivante, le préfet signalait 124 communes sans instituteur communal, mais en tenant compte des explications données par le recteur, on retrouve le même nombre qu’en 1813, soit 104 localités dépourvues d’école publique. L’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais (année 1816), fournit pour 1815, le même nombre d’instituteurs, mais on ne compte plus que 67 localités qui en étaient dépourvues.

68En 1814, exerçaient 821 instituteurs communaux et 163 maîtres particuliers ; en 1815, ces chiffres avaient peu changé : 818 et 166. Quel était le nombre d’élèves instruits par ces maîtres ? Avec beaucoup de prudence, on peut estimer à environ 62 860 le total des enfants scolarisables vers 1805-1810 pour une population totale de 576 706 habitants. Si l’on tient compte du taux d’alphabétisation fourni pour les années 1816-1820 par l’enquête Maggiolo (53,5 %), il est possible d’avancer le chiffre de 33 630 élèves scolarisés dans les écoles primaires (soit 5,8 % de la population totale du département).

Notes

1 Aujourd’hui Académie de Lille depuis le transfert du siège académique dans cette ville en décembre 1888.

2 A. D. P. de C, T 156

3 Ibid N 1, f°.54-56 v°

4 Ibid, "Statistique comparative 1789 - an IX", no 16

5 Ibid, T 156

6 Ibid, N 1, P 14,54-56 ; N 2, f°11-12

7 Louis GRIMAUD, op. cit., t. 3 et 4 ; M. GONTARD. L’enseignement primaire en France. De la Révolution à la loi Guizot (1789-1833), Lyon 1959-1965 ; F. MAYEUR, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, Paris, 1981, t. 3

8 Selon Fourcroy. la gratuité scolaire d’"au moins 40 000 écoles" revenant à 500 francs chacune "pour le salaire du maître et pour sa maison" eût nécessité "une somme annuelle de 20 millions pour ce seul objet", Archives Parlementaires, 2e série, t. 3, p. 551

9 A. SOBOUL, La Civilisation et la Résolution française, t. 3, "La France napoléonienne", Paris, 1983, p. 98

10 O. GREARD, op. cit., p. 193,196,199

11 Titre premier, article 5 du décret du 17 mars 1808

12 O.GREARD, op. cit., p. 197 ; "il faut une religion au peuple et il faut que cette religion soit entre les mains du gouvernement" : cette phrase attribuée à Napoléon est citée par F. PONTEIL, Histoire de l’enseignement en France, Les grandes étapes 1789-1964, Paris, 1966, p. 124

13 O. GREARD, op. cit., p. 221-2

14 Le premier préfet du Pas-de-Calais, POITEVIN-MAISSEMY, était demeuré en poste jusqu’en mars 1803, Le Pas-de-Calais au dix-neuvième siècle, t. 1, p. VIII-IX

15 A. D. P. de C., 2 K 17, f° 78 r°, 116

16 A. N. F17 1365 (lettre du 19 pluviôse an XII)

17 A. D. P. de C., 2 K 25, f° 211 r° ; Ibid. 3 K 15, no 18 071 :"le ministre des Cultes a prévenu le préfet qu’il a reçu une plainte du maire de Noyelles-Godault contre le sieur Cabre, clerc laïque" (10 septembre 1807)

18 Se reporter à ma thèse, t. 2, p. 610

19 A. D. P. de C, 12 J/112 P 17

20 M. GONTARD, op. cit., p. 244

21 A. N. F17 10165 : document de 130 feuillets, daté du 10 juin 1809

22 Auxquels il faut ajouter une dizaine d’enseignants plus ou moins clandestins mentionnés dans la colonne Observations".

23 A Rimboval, un vicaire enseignait (comme avant la Révolution) ; à Estrée-Blanche, "un nommé Dufresne s’authorise a tenir école quoiqu’insuffisant..."

24 A. D. P. de C, 2 K 25, f°70-72

25 G. DELAMOTTE, "Simples notes sur l’instruction publique en Boulonnais", Mémoires de la société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, t. XXVIII, 1977, p. 5-77

26 A. N. F17 10 165 : Etat des instituteurs...

27 A. D. P. D. C., 2 K 13, f° 409

28 A. C. Arras, "Registre des arrêtés du maire", D 5 f° 5

29 A. C. Montreuil, registre des délibérations 1801-1807, f° 20

30 A. C. Boulogne, registre des délibérations 1802-1804, f° 49-50

31 Cette liste de 1809 ne distingue pas les instituteurs communaux des instituteurs particuliers : à Aire : B. Margollé, N. Marie, A. Hellebois ; à Ardres : F. Maillard, J. B. Laniéré ; à Bapaume : Ch. Frontin, E. Durieux, A. D’Hénin ; à Béthune, outre les Bertier et A. Machart qui étaient des maîtres privés, on relève les noms de J. Cabos, J. Hocque, J. B. Decamps, J. B. Dubois, J. B. Bridelange, P. Vermont, J. Dourne, E. Lecouvreur ; à Calais, G. Millien, J. Dulot, A. Gaudry ; à Hesdin, C. Dufour, A. Nory, J. Roberge, C. Moronval ; à Lens : S. Delattre, C. Baudhuin, D. Gautier ; à Lillers : A. Carré, P. Campagne ; à Saint-Pol : J. B. Sauvage.

32 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations no15, f° 128-130

33 A. N. F17 1365

34 Bibl. mun. de Saint-Omer, ms 980

35 Ibid., ms 1107

36 A. N. F17 12 453

37 Ibid.

38 A. C. Boulogne, registre des délibérations 1804-1806, f° 72-73

39 Bibl. mun. de Saint-Omer, ms 1263

40 A Saint-Omer, le rétablissement des Frères y avait contribué comme en témoignent les mésaventures de l’instituteur particulier Bonaventure Dupont : voir ma thèse, t. 1, p. 634-6

41 A. N. F17 379

42 A. D. Nord, 2 T15

43 Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer, 11 juin 1810

44 A. N. F17 10 165

45 Par exemple dans la Feuille hebdomadaire de l’arondissement de Saint-Omer du 30 octobre 1811, on pouvait lire : "Université impériale. Beaucoup de communes du département du Pas-de-Calais se trouvent encore sans instituteurs. M. le Recteur de l’Académie de Douai, jaloux de compléter cette partie de l’enseignement public, m’ayant autorisé à faire appel à tous les hommes instruits qui voudroient entrer dans l’instruction primaire, je les invite à vouloir bien se faire connoître et à se présenter à l’examen, munis de certificats qui constatent leur bonne conduite" (annonce rédigée par Poillion, principal du collège de Saint-Omer).

46 A. N. F17 10 165,10 166, 10 168

47 A. N. F17 10 165 ; A. D. P. de C., T 147

48 Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer. 10 avril 1813, p. 7

49 A. D. P. de C.,T 148

50 A. N. F17 10 166

51 Signalons pourtant la nomination de Bemoux comme instituteur des 2 écoles gratuites de l’hospice d’Ardres, A. D. P. de C, 2 K 146, no 1456 (12-11-1811)

52 A. N. F17 12 453 ; A. D. P. de C, 2 K 31 f° 399

53 Sans doute avec quelques rétributions plus ou moins déguisées en "cadeaux"

54 A. N. F17 12 453

55 Ainsi au collège d’Arras, "les enfans qui ne sont pas encore en état de suivre le cours élémentaire, trouvent dans l’intérieur au collège toutes les ressources d’instruction analogues à leur art...", A. D. P. de C, B 1660, Feuille d’affiches...d’Arras, no 84, 16 septembre 1812 ; en revanche au collège de Saint-Omer, on n’en admettait "aucun parmi les externes qui ne sache bien lire et bien écrire", Feuille hebdomadaire de l’arrondissement de Saint-Omer, 26 septembre 1812, p. 10

56 Bibl. mun. Saint-Omer, ms 1263

57 A. N. F17 9367 : extrait des délibérations du Conseil général du Pas-de-Calais

58 Ibid. ; selon l’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais, (1814) 104 communes étaient dépourvues d’écoles

59 A. N. F17 9367

60 19 communes rurales (Hénin-Liétard, Bournonville, Fosseux...) étaient signalées à tort comme n’ayant pas d’instituteur (nominations de 1812 à 1814) ; 11 autres bénéficiaient d’une école proche ; 7 ne pouvaient payer l’indemnité de logement ; ailleurs les instituteurs nommés avaient été destitués (à Héricourt) ou avaient démissionné (à Rebergues, Capellesur-la Lys) ; à Villers-Cagnicourt et à Journy, les postulants avaient été ajournés pour incapacité ; dans 79 localités ou bien la municipalité n’avait jamais répondu aux circulaires préfectorales et rectorales, ou alors personne n’était venu se présenter (à Marthes, NeuvilleVitasse) ; à Saint-Omer et à Boulogne, il existait bien des écoles, dirigées par les Frères.

Table des illustrations

Légende "Cathéchisme impérial" : religion catholique et fidélité à l’empereur (A. D. P. de C., A 303)(Cliché A. D. P. de C.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Tableau 31 : Nombre et répartition des instituteurs dans les communes du Pas-de-Calais (en 1813)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter