Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Troisième partie : L’école : un enjeu politique pendant la révolution, le consulat et l’empire (1789-1815)

Chapitre III. A l’école de la Révolution

Texte intégral

  • 1 Excepté pour Daunou et Condorcet ; voir pour ce dernier, COUTEL (C.), KINTZLER (G), Condorcet. Ecr (...)

1A partir des années 1760, se manifesta une grande effervescence en matière de pédagogie qui produisit d’abord et surtout l’Emile de JJ Rousseau (1762) et l’Essai d’éducation nationale de La Chalotais (1763). Ces deux ouvrages, différents à bien des égards, inspirèrent peu ou prou nombre de plans d’éducation de l’époque révolutionnaire. L’on fit aussi souvent référence au modèle antique, de Sparte en particulier, qu’une vision utopique à rebours parait de toutes les vertus1. Avec la Révolution, la revendication philosophique d’un enseignement moral laïc, civique et patriotique chercha à se réaliser. Après le 10 août 1792, s’affirma plus résolument la volonté d’une éducation morale républicaine dont les exigences parurent inacceptables à ceux qui, par tradition et par convictions religieuses, demeuraient attachés à l’ancienne instruction.

1 - L’enseignement révolutionnaire

2L’optimisme de la philosophie des Lumières reposait sur l’idée de progrès et de perfectibilité humaine. Héritiers des Encyclopédistes, les principaux théoriciens de l’éducation de la période révolutionnaire virent dans l’instruction publique le moyen idéal et impératif de favoriser "la marche de l’esprit humain" (Daunou) pour contribuer à son "perfectionnement général et graduel" (Condorcet). L’enseignement rénové devait s’appuyer désormais sur une formation civique intégrant "les vérités premières de la science sociale" (Condorcet) contenues dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce "véritable catéchisme social" selon Barnave. Cependant l’affirmation solennelle de l’égalité politique ne demeurait-elle point lettre morte si l’ignorance laissait trop d’hommes et de femmes, perdus dans "l’antique nuit des préjugés et des erreurs" (Daunou), à l’écart des chemins de la liberté ?

  • 2 Expression employée par Rabaut Saint-Etienne le 19-12-1792

3Cette question anima en 1792-1793 les débats scolaires au sein de la Convention, entre les partisans d’une instruction publique plus soucieux de la formation intellectuelle et morale des jeunes générations, et les zélateurs d’une éducation nationale, favorables avant tout à la diffusion d’une morale républicaine qui communiquât à tous les Français "des impressions uniformes et communes"2, notamment grâce aux fêtes nationales.

Propositions réformatrices

4Parmi les participants aux discussions évoquées ci-dessus, se trouvaient deux hommes bien connus, originaires du Pas-de-Calais, dont les propositions en matière scolaire divergeaient sensiblement.

  • 3 Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (dir. F. Buisson), Paris. 1911, p. 388 (...)
  • 4 Archives Parlementaires, t. 68, p. 663

5Maximilien Robespierre intervint devant la Convention en juillet 1793 pour lire le plan d’éducation élaboré par Michel Le Peletier, plan dont il se fit Tardent défenseur3. Ce texte fameux étonna par son audace car il prévoyait une instruction à la Spartiate, dans des maisons d’éducation nationale : "Je demande que vous décrétiez que, depuis l’âge de 5 ans jusqu’à 12 pour les garçons et jusqu’à 11 pour les filles, tous les enfants sans distinction et sans exception, seront élevés en commun, aux dépens de la République ; et que tous, sous la sainte loi de l’égalité, recevront mêmes vêtements, même nourriture, même instruction, mêmes soins"4. A Tissue de cette éducation, les parents retrouvaient leurs enfants dont les plus doués pouvaient continuer gratuitement des études gratuites dans des écoles publiques, des instituts et des lycées. Robespierre avait apporté deux modifications au projet de Le Peletier : suppression d’un des trois degrés supérieurs d’enseignement et, surtout, application immédiate de l’éducation commune obligatoire. Les parents qui refusaient d’y soumettre leurs enfants perdaient leur citoyenneté et payaient une double imposition directe. Ce plan accueilli avec enthousiasme par les Montagnards fut présenté sous forme d’un projet de décret le 29 juillet 1793. De longues discussions s’engagèrent. Certains députés comme Grégoire dénoncèrent le caractère utopique du projet Le Peletier-Robespierre, son inutilité, son coût ou son "totalitarisme". Le 13 août suivant, à l’initiative de Danton, la Convention décida de ne pas rendre obligatoire l’éducation commune, et ce malgré une ultime intervention de Robespierre qui s’était écrié : "Jusqu’ici je n’ai entendu que plaider la cause des préjugés contre les vertus républicaines. Je vois, d’un côté la classe des riches qui repousse cette loi, et de l’autre le peuple qui demande. Je n’hésite plus, elle doit être adoptée. Je demande la priorité pour le plan de Le Peletier."

  • 5 GREVET (R.), "Daunou, organisateur de l’instruction publique" (1789-1797), R.d.N., t. LXXXI, juil- (...)

6Parmi les opposants au projet montagnard, figurait aussi Pierre-Claude-François Daunou. Ce Boulonnais d’origine, ancien Oratorien, s’était déjà signalé en 1789-1790 par des écrits sur l’éducation. Il fut l’un des grands inspirateurs de la Constitution de l’an III, laissa son nom à la troisième loi scolaire votée par la Convention et défendit, avec Lakanal, l’institution des Ecoles Centrales5. Au début de la Révolution, Daunou se montra surtout soucieux de favoriser une véritable éducation nationale capable de régénérer le système scolaire traditionnel. Après l’avènement de la république, il préféra l’expression instruction publique englobant tout à la fois l’enseignement des lettres, des sciences et l’éducation morale. Il s’agissait de l’ensemble des connaissances proposées aux citoyens de tous les âges. L’éducation publique, concernant plus spécialement la jeunesse, formait l’une des composantes de ce vaste programme. Pour améliorer la formation intellectuelle, Daunou proposa quelques réformes dans son Essai sur l’Instruction Publique (1793). Il y stigmatisait d’abord l’inutile et artificielle accumulation des connaissances imposée aux écoliers : "peu m’importera qu’ils aient appris beaucoup de choses, si vous avez cultivé chez eux le pouvoir de bien acquérir les connaissances dont ils auront un jour besoin." Pour développer la "culture des facultés par lesquelles on connaît", l’ex-Oratorien, en bon disciple de Condillac, privilégiait l’analyse et la méthode inductive, "depuis la simple sensation jusqu’aux conceptions les plus complexes et les plus actives." Dans la logique de cette démarche et pour faciliter l’apprentissage de la lecture, Daunou réclamait ainsi "le changement de l’orthographe nationale" en établissant une "correspondance invariable entre la langue parlée et la langue écrite." Cette orthographe "philosophique", phonétique en fait, ne devait servir que provisoirement aux écoliers. Ceux-ci, une fois initiés aux arcanes de la lecture, devaient acquérir ensuite la maîtrise de l’orthographe traditionnelle pour pouvoir lire les livres classiques. A la suite de son Essai, Daunou esquissait un projet analytique d’une loi sur l’instruction publique qui reprenait l’essentiel de ses propositions réformatrices dont une partie apparut d’ailleurs dans la législation du 3 brumaire an IV.

  • 6 A. D. P. de C., "coll. Barbier", B 1450 ; voir aussi un "Tableau raccourci de l’instruction fondam (...)

7Les archives départementales du Pas-de-Calais conservent également un Discours sur l’Education Publique suivi d’un projet de décret rédigé par M.A. Estienne, professeur à Arras6. Ce document intéressant n’est pas daté, mais divers indices permettent de situer sa rédaction vers le printemps ou l’été de 1793. L’auteur y développait d’abord des considérations générales : bonté naturelle de l’homme ; vulnérabilité des ignorants face au despotisme ; valeur de l’exemple lacédémonien et d’une éducation "mâle et austère" ; nécessité des fêtes nationales pour développer le patriotisme ; condamnation de l’enseignement d’une religion positive (et surtout du catholicisme) à l’école... Estienne souhaitait également qu’on remît en honneur l’apprentissage du latin : "un peuple libre doit connoître la langue des nations qui respirèrent l’air de la liberté. " Il accordait aussi une large place à l’enseignement de l’histoire, destiné à rappeler les "grands et sublimes exemples" des peuples défendant leur liberté. A la suite du Discours, venait un projet de décret de 40 articles qui stipulaient l’établissement de trois types d’écoles (primaires, de district et de département ou lycées), supervisées par un institut national. Les maîtres des écoles primaires étaient nommés par les pères de famille. L’enseignement était public, gratuit et obligatoire. Dans les salles de classe, quelques tableaux devaient représenter les principaux événements révolutionnaires, et dans le jardin attenant à l’école, étaient placés les bustes des "grands hommes qui auront influé par leurs écrits sur la révolution française" ainsi qu’une colonne portant quelques maximes morales essentielles.

8Ce plan d’éducation, à vrai dire dépourvu d’originalité et influencé par les débats parisiens, illustre cependant parfaitement l’atmosphère idéologique du moment, pleine tout à la fois de ferveur nostalgique, d’enthousiasme utopique et de l’attente impatiente pour hâter la venue d’une nouvelle humanité.

Les programmes officiels

9De 1793 à 1795, plusieurs programmes d’enseignement furent élaborés et insérés dans les textes législatifs. Leur adoption à tel ou tel moment reflétait certes la volonté et les intentions des hommes dominant alors le Comité d’instruction publique, mais indiquait aussi la finalité pédgogique à laquelle on cherchait à accorder la préférence : formation intellectuelle encyclopédique ou instruction limitée aux apprentissages élémentaires.

10Un premier programme, élaboré par le Comité et adopté le 28 mai 1793, visait à une formation équilibrée entre l’enseignement de la langue (parler, lire, écrire), les connaissances morales et politiques (histoire, géographie, droits et devoirs du citoyen, législation), les connaissances mathématiques et physiques, et l’enseignement des arts et des sciences. La législation de brumaire an II, qui ne fut pas appliquée, avait repris une bonne partie de ce programme. La loi Bouquier de frimaire an II se voulut moins ambitieuse : "les citoyens et les citoyennes...se borneront à enseigner à lire, à écrire, et les premières règles d’arithmétique." Un seul degré d’instruction semblait nécessaire et suffisant pour diffuser un enseignement républicain obligatoire et laïc, limité aux apprentissages les plus élémentaires et à l’éducation civique : il s’agissait de former des citoyens solides, vertueux et patriotes, non des lettrés.

11La loi du 27 brumaire an III reprit d’ailleurs des dispositions plus étendues en matière d’enseignement, lesquelles différaient peu des programmes de brumaire an II : on n’y relevait aucune mention d’un enseignement confessionnel évidemment ; il était précisé aussi : "l’enseignement sera fait en langue française ; l’idiome du pays ne pourra être employé que comme un moyen auxiliaire." Le 7 brumaire, dans son rapport, Lakanal avait précisé qu’il fallait agrandir "la sphère" de l’éducation et, face aux critiques soulevées à l’encontre de la multiplicité des matières à enseigner, promettait la parution prochaine de livres scolaires contenant les explications nécessaires.

12Dans la loi du 3 brumaire an IV, les programmes furent allégés et l’on en revint aux connaissances strictement élémentaires (lire, écrire, calculer). L’enseignement de la morale républicaine était conservé. Le 26 messidor an III (juillet 1795), Daunou avait d’ailleurs estimé qu’il fallait réduire les programmes scolaires en raison de la pénurie d’enseignants capables de les maîtriser convenablement. Les filles devaient aussi être "formées aux travaux manuels de différentes espèces utiles et communes".

13Le contenu pédagogique des lois Bouquier et Daunou peut paraître sommaire, mais l’existence d’une population aux trois-quarts analphabète ne le rendait-il pas déjà bien ambitieux ? Quant aux lois de brumaire an II et an III, avec leurs programmes plus variés, elles cherchaient aussi, au-delà de l’enseignement primaire, à combler les lacunes d’un enseignement secondaire vacant.

2 - La pratique pédagogique

L’enseignement dispensé en 1790-1792

  • 7 A. N. F17 13152
  • 8 A. C. Boulogne, D 1, f° 96-98

14Jusqu’en 1792, l’enseignement ne changea guère dans les communes rurales et l’on ne trouve pas trace d’une instruction civique : à Nempont-Saint-Firmin (district de Montreuil-sur-Mer), selon le maire, A. Campion apprenait toujours aux enfants "leurs prière, catéchisme, lire, écrire et la risthmétique et le plein chant"7. En revanche, dans certaines villes, les autorités municipales demandèrent expressément qu’il fût dispensé un enseignement de morale civique en sus des matières habituelles. Ainsi à Boulogne, un règlement d’octobre 1791 précisait : "l’enseignement sera le même et (en) y ajoutant on apprendra a lire aux enfans la chartre constitutionnelle laquelle on leur expliquera pour les élever dans les vrais principes de cette heureuse constitution qui doit faire le bonheur de la France et assurer sa prospérité"8. A Ardres, le 15 décembre 1791, la municipalité engagea les Frères à instruire leurs élèves "dans les principes d’honneur et de loyauté que les citoyens ont voué a leur patrie." Impossible toutefois d’affirmer que ces recommandations furent effectivement suivies, mais à Aire-sur-la-Lys, en mars 1792, parmi les enseignants, ceux qui n’enseignaient pas la Déclaration des droits étaient des réfractaires exerçant dans la clandestinité.

L’enseignement dispensé en l’an II et en l’an III

  • 9 A. D. P. de C, 2 L 5/10, f° 123 v°

15En l’absence de législation scolaire précise, le contenu de l’enseignement ne subit pas de modifications importantes avant le début de 1794. Le 5 ventôse an II, l’administration du district de Calais signifiait aux enseignants de son ressort qu’ils ne devaient désormais "enseigner ou mettre entre les mains de (leurs) élèves, pour code de morale ou d’instruction que les droits de l’homme, la Constitution et le Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français publié par la Convention"9. Le 15 ventôse suivant, le district de Bapaume décidait qu’en attendant le choix des livres élémentaires fait par la Convention, les instituteurs pouvaient "se servir des alphabets en usage pour les enfants qui commencent à épeler" mais devaient impérativement pour les autres leur faire lire et apprendre par cœur" les textes révolutionnaires.

16L’enquête du 21 floréal menée dans le district de Béthune permet aussi d’apporter quelques renseignements à ce sujet. Des instituteurs continuaient l’enseignement traditionnel (sans qu’on mentionnât cependant l’apprentissage du Catéchisme catholique !) : ainsi A. Flouquet à Douvrin, A. Desailly à Hulluch. Beaucoup plus nombreux cependant étaient ceux dont on précisait qu’ils ajoutaient un enseignement républicain à celui des matières traditionnelles : ainsi L. Rose à Violaines, P.R Autricque à Hermin, L. Pinchon à la Couture et les instituteurs de Lestrem (M. Duportail, A. Toulouse et G. Dehallendre) qui déclaraient enseigner "les A.B.C., le catéchisme constitutionnel, manuel républicain, l’écriture et l’arithmétique". Quant à la municipalité de Gauchin-Légal qui se plaignait de n’avoir pas d’instituteur, voici en quels termes elle décrivait la finalité de l’enseignement qui devait être donné aux enfants : "il est inutile de vous dire combien nous désirons qu’il y en eut pour apprendre à la jeunesse française l’espoir de notre digne et chère patrie, à connaître ses droits et ses devoirs qui sont de précher la haine de la tirannie, comme de...proclamer hautement les droits de l’homme et du citoyen, détester le fanatisme et l’aristocratie ; enfin vouloir le triomphe de la République une et indivisible, ou la guillotine..." A Ardres, les commissaires qui visitèrent les écoles en germinal an II rapportaient : "les plus jeunes de ces élèves récitent déjà avec la plus grande exactitude tous les articles dans lesquels sont exprimés ces droits ; les plus âgés récitent en outre une partie de l’acte constitutionnel..." A Montreuil à la même date, la municipalité demandait aux instituteurs d’inculquer à leurs élèves les principes de la morale républicaine "la plus pure" et ce, d’après les livres publiés avec l’agrément de la Convention nationale. Dans le district de Bapaume, si l’on dénonçait un instituteur négligeant de faire apprendre la Déclaration des Droits, on constate que de nombreux enseignants vinrent chercher le Catéchisme républicain que les administrateurs avaient fait réimprimer. Dans le district d’Arras, Augustin Leroy, voulant s’établir comme instituteur à Biache-Saint-Vaast, déclarait vouloir enseigner "les Droits de l’Homme, la Constitution, le Tableau des actions héroyques ou vertueuses, les lères règles de l’arithmétique". A Arras même, l’instituteur Sartiau et ses élèves décrivaient ainsi une de leurs principales occupations : " A la lecture du Bulletin de la Convention et de la Feuille du sans-culotte qui se fait journellement et publiquement en notre maison d’éducation française, nous nous écrions spontanément et simultanément : Paix et abondance aux vrais républicains ; guerre implacable, éternelle et a mort aux tyrans et a leurs satellites esclaves, ainsi qu’aux traîtres et aux faux patriotes !"

  • 10 A. D. P. de C., 2 L 2/89

17Les institutrices paraissaient moins engagées dans l’enseignement civique, du moins pour la plupart d’entre elles comme en témoigne cette pétition d’une postulante qui s’engageait " d’apprendre à ses élèves à lire correctement le français, à écrire, à leur donner un peu de monde, à leur enseigner à coudre, à tricoter, à refarcir, à festonner, broder, enfin tous les ouvrages de l’égaillé"10.

  • 11 Bibl. Mun. Saint-Omer, 7377

18Signalons enfin, pour conclure sur cette période régie par la loi du 29 frimaire an II, une initiative de Coffin, agent national près le district de Saint-Omer. Le 2 brumaire an III, il faisait parvenir aux municipalités de son ressort un imprimé de 2 feuillets, intitulé Invocation au dieu de la Liberté et de l’Egalité11. Quelques lignes d’explication accompagnaient cette prière : "Parce qu’on a renversé les anciennes idoles, qu’on avoit mises à la place de l’Etre-Suprême, des malveillans ont essayé de faire croire qu’on vouloit détruire l’idée de l’existence de la Divinité...c’est au contraire cette idée sublime que la République veut propager comme la garantie de toutes les vertus sociales...En attendant que la loi ait prescrit tout ce qui concerne l’éducation, j’aurai fait une chose digne de mes fonctions, en établissant que dans chaque école primaire, on rappellera chaque jour aux enfans l’existence et les bienfaits de l’Etre Suprême."

19A la suite de la loi du 27 brumaire an III, l’enseignement ne fut guère modifié, même si les programmes s’étaient "dilatés". J. Cabos, instituteur à Lillers, très convenablement instruit comme en fait foi sa lettre, déclarait ne pas borner son enseignement aux matières traditionnelles et à l’orthographe, mais étendait ses leçons "très courageusement sur l’explication des loix." Dans le district de Calais, le jury d’instruction fit acheter aux instituteurs nouvellement nommés des grammaires et des traités de géographie afin d’améliorer leur enseignement. Mais les utilisèrent-ils ? On note, à cette époque, une certaine résistance à l’endroit des nouveaux nommés et cela se traduisit parfois par une hostilité déclarée aux programmes élaborés par la nouvelle législation. Ainsi à Montcavrel (district de Boulogne), en germinal an III, lors d’une réunion, un individu, interpella J. P. Fourrier, le nouvel instituteur et attaqua la méthode d’enseignement prônée par la Convention, les enfants affirmait-il, ayant un jugement "encore ressemé dans ses organes faibles et peu développés...étoient entièrement incapables de se procurer les connaissances que la loi exige d’eux." Ce trublion fut très applaudi, les assistants "disant que ce qu’il venoit d’avancer étoit très vrai et que leurs enfants en sauroient toujours bien tout autant qu’eux."

L’enseignement dispensé sous le Directoire (1795-1799)

  • 12 A. D. P. de C, 3 L 130, 3 L 54

20Les réponses à l’enquête de l’an VI signalent fréquemment la permanence des méthodes d’enseignement. Le mot "routine" revient fréquemment : "ils ont tous enseigné par routine, leurs élèves n’étant pas susceptibles d’une autre éducation", apprend-on pour les instituteurs du canton de Croisilles ; "les méthodes sont les mêmes que celles avant la Révolution", précisait-on à Beaumetz, en signalant toutefois l’usage de quelques livres républicains12.

  • 13 Ibid., 3 L 206 (pluviôse an 6)

21Dans le canton de Fressin, l’administration municipale, dans son arrêté concernant les rétributions scolaires, divisait les matières d’enseignement en deux parties : "depuis l’alphabet jusqu’à l’écriture" et un niveau supérieur comprenant "l’écriture, la lecture, l’arithmétique et la morale républicaine." Dans le canton de Grévillers, l’instituteur Moriez exerçant à Martinpuich, décrivait minutieusement le contenu de son enseignement : "les élèves apprennent la lecture, l’écriture, le calcul et la morale républicaine. Ceux d’entr’eux qui ont plus d’âge et de pénétration apprennent ce qui est nécessaire à l’orthographe, l’étude de la grammaire française...Ceux au-dessus de 10 ans qui ont plus de dispositions apprennent la ponctuation, les genres, nombres et cas, les tems et les personnes des verbes, les déclinaisons des noms, les conjugaisons des verbes et autres très utiles à l’orthographe"13. Voici encore, pour le canton de Croisilles, les capacités supposées ou réelles et le niveau d’études atteint par 122 écoliers et écolières de l’école publique de Hénin.

Niveaux

Naître

âge et nombre d’élèves

âge moyen

instruction complète

7

20 ans (3)-l8 ans (3)-16 ans (1)

18 ans ½

sachant lire, écrire et les 4 règles

5

22 ans (1)-14 ans (3)-12 ans (1)

15 ans

sachant bien lire et écrire

7

18 ans (3)-17 ans (l)-l6 ans (1)
15 ans (2)

16 ans 9 mois

sachant lire et écrire

25

25 ans (1)-18 ans (1)-16 ans (1)
15 ans (2)-14 ans (2)-13 ans (5)
12 ans (4)-11ans (4)-10 ans (3)
9 ans (2)

12 ans 11 mois

sachant lire

22

17 ans (1)-14 ans (1)-13 ans (2)
12 ans (l)-11 ans (3)-10 ans (7)
9 ans (2)-8 ans (2)-7 ans (3)

10 ans 4 mois

stade de l’épellation

56

11 ans (3)-10 ans (12)-9 ans 11)
8 ans (15)-7 ans (6)-6 ans (8)
5 ans (1)

8 ans 4 mois

Tableau 29 : Niveau scolaire des garçons et des filles de l’école de Hénin (les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre d’élèves)

22Parmi ces 122 élèves d’un âge moyen de 11 ans, 19 (soit 15,6 %) parvenaient à un niveau primaire supérieur. Parmi ces "élites" (17 ans de moyenne d’âge), relevons les exemples de J. B. Leclercq âgé de 20 ans qui "lit le français et écrit fort bien, scait bien lire les actes judiciaires" et de Marie-Anne Legrand, âgée de 22 ans, scolarisée à Hénin et qui réunissait presque autant de compétences. Peut-on croire que ces brillants sujets fussent de véritables "élèves du primaire" ? Gageons qu’il devait se trouver parmi eux des sous-maîtres et sous-maîtresses aidant J. A. Pierrepont dans sa rude tâche (près de 120 élèves !). Il n’est pas impossible non plus que cette école primaire servît également de petit collège préparant à d’éventuelles études secondaires.

23D’après ces renseignements, on commençait à épeler vers 7/8 ans, on lisait vers 10 ans ; vers 12/13 ans, l’on apprenait toujours à lire mais aussi à écrire ; il fallait arriver à 15/16 ans en moyenne pour espérer apprendre à bien calculer, et à maîtriser la lecture et l’écriture. Encore ceci était-il le fait d’une minorité ! Pour les filles, le tableau suivant est suffisamment éloquent et montre que 5 seulement d’entre elles (sur 28) atteignaient un niveau d’études convenable.

Niveaux

âge des écolières

sachant lire, écrire et les 4 règles

22 ans (1) - 14 ans (1)

sachant lire et écrire

25 ans (1) - 18 ans (1) - 11 ans (1)

sachant lire

17 ans (1) - 14 à 17 ans (7)

stade de l’épellation

5 à 11 ans (16)

Tableau 30 : Niveau scolaire des filles de l’école de Hénin (le chiffre entre parenthèses indique le nombre d’écolières)

24L’école de J. A. Pierrepont fonctionnait en classe unique, ce qui compte tenu de l’hétérogénéité des élèves, ne facilitait guère la pratique pédagogique.

Innovations pédagogiques

25La volonté d’améliorer l’efficacité de l’enseignement suscita quelques initiatives pédagogiques intéressantes. Le premier type d’innovation consista à vouloir substituer à la classe unique une classe homogène composée d’élèves de même niveau. Cette organisation ne pouvait être appliquée que dans une localité où exerçaient plusieurs enseignants.

  • 14 A. D. P. de C., 2 L 3/94

26En floréal an II, les instituteurs béthunois demandèrent aux administrateurs du district l’autorisation de "faire l’ouverture de trois classes ou écoles, et que ces trois n’en feroient qu’une, où Ton placeroit les élèves dans les classes proportionnées à leur âge..."14. Cette idée fut encore proposée en nivôse an III, par Blangy, membre du jury d’instruction du district de Boulogne. S’adressant au représentant du peuple Jard-Panvillier, il écrivait : "Pour obtenir plus de succès dans l’établissement des écoles primaires, je crois qu’il est infiniment utile et intéressant d’établir des degrés d’instruction dans les villes et autres endroits où il y a plus d’un instituteur et d’une institutrice." Ces divisions permettaient de ne pas placer des écoliers "à l’alphabet" parmi d’autres plus instruits. Blangy rappelait que cette distinction se pratiquait auparavant et faisait ainsi allusion aux méthodes naguère employées par les Frères. Il précisait en outre qu’un tel système avait pour autre avantage de placer les enseignants dans les classes selon leurs compétences, tous n’étant pas "capables de donner toutes les leçons". Ainsi dans les villes chercha-t-on à constituer des écoles à deux ou trois divisions rappelant les classes de lecture et d’écriture tenues par les Frères, mais annonçant aussi l’organisation tripartite des écoles primaires au XIXe siècle.

  • 15 Méthode déjà préconisée par L. Dumas (1733) et P. Py-Poulain (1741)
  • 16 A. D. P. de C, "coll. Barbier", A 1139 ; Sartiau fut félicité par le ministre F. de Neufchâteau, H (...)

27Un second type d’innovation visait à perfectionner l’apprentissage de la lecture. Deux enseignants arrageois avaient repris et adapté une méthode attrayante, celle du "bureau typographique" connue en fait depuis une cinquantaine d’années mais peu utilisée15. En l’an VI, l’instituteur Sartiau dédia à l’Administration départementale une Dissertation sur le Bureau Typographique dans laquelle il présentait la méthode suivie : chaque élève après avoir appris l’alphabet selon la méthode de Port-Royal (b = be ; f = fe ; m = me...), était placé près d’un "bureau" comprenant des casiers dans lesquels se trouvaient des cartes portant les lettres de l’alphabet ; l’écolier devait, à partir des exemples écrits par le maître, recomposer les mots en choisissant les lettres adéquates : "il lit ensuite avec le maître sa propre composition, il le fait avec plaisir parce que c’est son ouvrage"16.

  • 17 A. D. P. de C, B 1140

28Un autre instituteur, Lambert, avait organisé 5 classes (ou cours) pour enseigner la lecture : les élèves apprenaient d’abord leur alphabet grâce à des cartes ou à des pancartes (5e et 4e classes) ; puis ils recomposaient des mots à l’aide de syllabes inscrits sur un tableau (3e classe) ; ils utilisaient ensuite le "bureau typographique" pour construire des phrases (2e classe) ; enfin ils arrivaient au stade de la lecture courante, bientôt "encyclopédique", qui leur permettait de découvrir plusieurs types d’ouvrages, d’acquérir des connaissances variées et de se présenter à l’Ecole Centrale (1ère classe). Notons que Lambert utilisait le concours des élèves de cette première classe pour surveiller et animer les autres classes : "On distribue à chaque élève un exemplaire d’un ouvrage quelconque ; le premier étant debout, lit à haute et intelligible voix afin d’être entendu des autres ; le second se tient également debout prêt à suivre au premier commandement. A ce commandement, le premier debout, le second lit, le troisième se lève tout prêt ; au second commandement, le premier va enseigner la deuxième, le second reste debout, le troisième lit, le quatrième se lève, et ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les classes soient en activité." L’apprentissage de la lecture occupait toutes les matinées, les après-midis étant réservés à l’écriture, à l’arithmétique et à la morale17.

  • 18 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 10, f° 47 ; A. C. Arras, registre des délibératio (...)

29Signalons enfin une autre innovation : l’utilisation du théâtre pour rendre la pédagogie plus active. Ainsi à Saint-Omer, le 27 brumaire an VI, J. F. Marie demandait à la municipalité la permission "de monter un petit théâtre chez lui pour l’instruction de ses élèves" ; Sartiau, à Arras, avait usé de ce moyen pédagogique dès septembre 179218.

3 - Les livres élémentaires

30L’étude des manuels utilisés dans les écoles primaires pendant la période révolutionnaire permet de préciser le contenu de l’enseignement, même si la diffusion et l’usage de ces nouveaux livres ne furent pas toujours généralisés.

Les livres en usage

  • 19 On trouve une liste de ces publications dans l’ouvrage de MORANGE (J.) et CHASSAING (J. F.), Le mo (...)

31Au début de la Révolution, on continua d’utiliser les "livres anciens" auxquels furent parfois adjoints des livrets contenant la Déclaration d’août 1789 et des extraits de la Constitution de 1791. Après la chute de la royauté, on chercha à faire connaître l’idéologie républicaine aux générations montantes grâce à l’emploi de nouveaux livres scolaires. En décembre 1792, Arbogast insistait devant ses collègues de la Convention sur "la nécessité indispensable de hâter la composition de ces ouvrages." Dès 1793, et avant les résultats d’un concours présenté par Grégoire (9 pluviôse an II), furent mis en circulation des livres19 qu’utilisèrent les enseignants du Pas-de-Calais.

  • 20 Bibl. Mun. Saint-Omer, 12653
  • 21 Ibid., 7041

32Dans le district de Saint-Pol, en floréal an II, l’administrateur du district signalait aux municipalités : "vous êtes avertis et vous préviendrez vos instituteurs qu’il se trouve à l’imprimerie de Saint-Pol des exemplaires de la Déclaration des Droits et de l’Acte Constitutionnel en petit format, pour l’usage des écoles primaires..." Pour l’enseignement civique, les instituteurs pouvaient utiliser aussi un Catéchisme de la Constitution Républicaine20 paru en l’an II et comprenant 7 chapitres intitulés : "Principes généraux de la Constitution", "Acte Constitutionnel de la République", "Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen", "Table des droits de l’homme et du citoyen", "Prière républicaine", "les dix commandements de la république française", "les six commandemens de la Liberté". Au début de pluviôse an II, l’Administration départementale expédiait aux districts 5 exemplaires du premier numéro du Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français, destinés aux écoles21.

Eléments d’instruction et de géographie républicaine, A. D. P. de C., "Coll. Barbier", B 1138
(Cliché A. D. P. de C.)

  • 22 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations no 5, P 36 v°

33Parmi les livres ou livrets utilisés dans le département au cours de l’an II, mentionnons l’Alphabet républicain par Chemin fils, un Catéchisme constitutionnel et un Manuel républicain dans le district de Béthune. En floréal, la municipalité de Saint-Omer choisissait cinq livres élémentaires22, pour le premier degré de l’instruction : l’"Alphabet républicain, le Premier livre républicain pour préparer à l’instruction publique (par Macarel), et l’Ami des jeunes patriotes (par Chemin), ainsi que La morale des sans-culottes (par Chemin) et un Petit traité de la grammaire française ou Notes élémentaires, pour les écoliers plus âgés.

  • 23 A. D. P. de C., "coll.Barbier", B 1138
  • 24 Bibl. Mun. Boulogne, S 1 2274 (ouvrage rédigé par un certain Renault)
  • 25 Probablement le Catéchisme enrichi de maximes de morale républicaine, propres à l’éducation des En (...)

34A Hesdin, l’instituteur avait en sa possession le Catéchisme de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, écrit par Boucheseiche. A Arras, un Manuel des jeunes républicains fut imprimé chez Leducq : ce livre, publié en 1793 à Paris, fut sans aucun doute utilisé dans les écoles de la ville au cours de l’an II, tout comme ces Elémens d’instruction et de géographie républicaine à l’usage des jeunes élèves des écoles primaires (70 pages) parus en l’an II chez le même libraire23. A Boulogne, la bibliothèque municipale conserve un exemplaire des Elémens du jeune Républicain24, syllabaire imprimé à Paris en l’an II mais rien ne permet d’affirmer qu’il fut réellement utilisé dans les écoles boulonnaises. Dans le district de Bapaume enfin, les administrateurs demandèrent en prairial an II aux enseignants de venir quérir des exemplaires du Catéchisme républicain25 ; on utilisa également l’Alphabet républicain en "placard".

35Lors de la réaction thermidorienne, le changement dans les livres élémentaires n’apparut guère. Dans le district de Bapaume, les enseignants continuaient d’utiliser les mêmes livres : ainsi en germinal an III, l’instituteur de Foncquevillers réclamait des syllabaires et 15 catéchismes pour compléter la livraison faite en l’an II ; en messidor an III, Dewailly, instituteur d’Achiet-le-Petit, recevait les numéros 1, 2, 3 et 5 du Recueil des actions héroïques, d’ailleurs toujours recommandé par la loi du 27 brumaire. D’autres livres d’enseignement furent utilisés, pour l’étude de la langue française et de l’arithmétique : ainsi à Arras en pluviôse an III, l’imprimeur Capet Loquet réclamait-il à l’Administration départementale le paiement des frais d’impression de l’Instruction sur les mesures et calculs décimales (sic).

  • 26 Bibl. Mun Saint-Omer, 7366
  • 27 Comme l’indiquent les exercices littéraires des années 1798-1799, A. D. P. de C, "coll.Barbier", B (...)

36Sous le Directoire, la loi du 11 germinal an IV (31 mars 1796) mentionna parmi les ouvrages autorisés : les Elemens de la Grammaire française (par Lhomond) ; la Grammaire élémentaire et mécanique a l’usage des enfans de 10 a 14 ans (par C. Panckoucke) et le Catéchisme français ou Principes de Philosophie, de Morale et de Politique républicaine (par La Chabeaussière). Le 23 vendémiaire an V, l’Administration départementale indiquait aux municipalités que ces livres étaient disponibles chez le libraire Deshorties à Arras26. Dans cette ville, les enseignants utilisèrent aussi l’Abécédaire d’histoire naturelle avec figures, un Syllabaire républicain, ainsi que des livres composés par J. B. Chemin auteur du Manuel des Théophilanthropes27. Outre ces ouvrages dont nous avons retrouvé la trace, il exista d’autres livres, manuels ou cahiers qui furent envoyés aux administrations départementales, qui devaient en pourvoir les instituteurs et les élèves en assurant la diffusion après réimpression.

Le contenu livresque

37Le contenu des livres ne changea guère pour l’étude de la grammaire ; il se modifia parfois en arithmétique pour inclure l’apprentissage du calcul décimal. Incontestablement ce furent les ouvrages de "morale républicaine" qui présentèrent les aspects les plus novateurs et qui, de ce fait, méritent de retenir l’attention. Quelques grands thèmes apparaissent dans ces manuels républicains diffusés entre 1793 et 1799 : l’histoire de la Révolution ; les droits de l’homme et du citoyen ; la morale "naturelle", laïque et patriotique ; et la nouvelle géographie républicaine.

38La Révolution, on ne peut s’en étonner, apparaissait comme le point de départ d’une ère de liberté. Dans les Elémens d’instruction et de géographie républicaine..., l’histoire des origines de la Révolution et la Révolution elle-même occupaient trois des neuf pages consacrées à l’histoire de la nation française. Les Français, de par leur origine et par leurs coutumes, étaient des hommes libres, mais se retrouvèrent en état de servitude, "les rois ayant usurpé un empire tyrannique." Les trois derniers souverains dilapidèrent les richesses de la France. Les notables ayant échoué, les Parlementaires s’étant démasqués, les Etats Généraux furent rassemblés et "il fallut s’expliquer". Les intrigues des privilègiés, la politique du "tyran", obligèrent la nation à se révolter : "Paris se lève, la bastile (sic) est rasée..." Puis vint la "nuit trois fois heureuse pour la nation", celle du 4 août 1789 bien sûr, au cours de laquelle "on a vu renaître la liberté et l’égalité..." Le roi-tyran feignit de se réjouir, mais bientôt sa "trame" fut découverte : "il est déchu du trône, il meurt et la tyrannie est abolie." Et naquit ainsi la République sous les auspices de la Convention nationale. La Révolution était achevée.

39Dans l’Alphabet républicain, le jeune élève apprenait à lire et découvrait la Révolution immédiatement après la page des lettres et des syllabes. Il épelait alors Liberté, Egalité ou la mort, Constitution, République, mais aussi Bastille, Rois, Tyrans, Féodalité ; plus loin, lorsqu’il était jugé apte à lire, il découvrait une Chanson de guerre (la Marseillaise) et une Chanson des sans-culottes dans laquelle étaient rappelées les grandes journées révolutionnaires (14 juillet, 4 août, 10 août, victoire de Valmy, mort de Louis Capet, chute des Girondins).

40Dans le Recueil des actions héroïques, L. Bourdon s’attachait à raconter la Révolution aux enfants, non seulement en relatant les grands événements fondateurs, mais aussi en décrivant différents traits d’héroïsme républicain illustré par les figures de jeunes héros nommés Bara, Viala, Darruder...

41Cette galerie de portraits était destinée à enflammer l’imagination et à attiser le patriotisme des jeunes lecteurs. Les Dix commandemens de la République française qui se trouvaient dans la plupart des catéchismes républicains s’inspiraient du même esprit :

"Français, ton pays défendras
Afin de vivre librement
Tous les tyrans tu poursuivras
Jusqu’au-delà de l’Indostan"

42Pour former de futurs citoyens, les Révolutionnaires jugèrent indispensable de faire apprendre les textes constitutionnels dans les écoles. Les élèves devaient surtout être capables de réciter par cœur la Déclaration des droits qui les précédait. Au cours de la Révolution, trois textes différents furent donc enseignés : celui du 26 août 1789, celui du 29 mai 1793 et enfin le préambule de la Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795). Dans la réalité pourtant, des décalages chronologiques se produisirent à cause du retard de publication des livres scolaires ou en raison de leur pénurie.

43Le mot Constitution a aussi résonné aux oreilles enfantines comme un mot magique et libérateur, propre à exorciser toute menace d’oppression. En connaître parfaitement le contenu garantissait les droits à la liberté, à l’égalité, au bonheur. Dans ce but, le Catéchisme de la Constitution républicaine décortiquait le texte de l’Acte constitutionnel de 1793 en questions et réponses comme celle-ci :
D : Qu’entends-tu par peuple souverain ?
R : J’entends que le peuple souverain est l’universalité des citoyens français.

44Faut-il ajouter que l’idée de Constitution, dans les livres républicains de l’an II, était intimement associée au concept de République ? Dans un autre Catéchisme républicain on relève cette question et cette réponse :
D : Quel est le meilleur des gouvernements ?
R : Celui où le peuple est à sa place, le républicain.

  • 28 On pouvait y lire en particulier : "Le Département du Pas-de-Calais tire son nom de la ville de Ca (...)

45L’apprentissage d’une nouvelle géographie, républicaine celle-là, rejoignait également l’ensemble des nouvelles préoccupations politico-pédagogiques. Tout bon écolier français ne devait-il pas connaître aussi la configuration géographique et administrative de son pays ? Au moment où les périls extérieurs et les révoltes intestines menaçaient l’intégrité du territoire national, l’enseignement de la géographie s’avérait d’une urgente nécessité. Dans les Elemens d’instruction et de géographie républicaine..., 50 pages décrivaient chacun des 83 départements d’alors dans une notice d’une dizaine de lignes28, et à la fin de l’ouvrage, trois tables permettaient de situer les villes principales par rapport aux départements et aux anciennes provinces. La visée patriotique d’un tel enseignement semblait évidente : connaître la géographie de son pays, n’était-ce pas aussi apprendre à l’aimer, à le servir davantage, en prenant conscience d’appartenir à une communauté nationale unie par les mêmes convictions républicaines ?

46Ces considérations patriotiques appartenaient aussi au domaine de la morale républicaine qui présentait évidemment le républicanisme comme "la source de toutes les vertus", un bon républicain devant toujours avoir "la ferme résolution de ne faire a autrui que ce qu’(il) voudrait qu’on (lui) fit". C’est pourquoi l’auteur du Catéchisme républicain enrichi ne proposait pas moins d’une quarantaine de maximes républicaines dénonçant la paresse, l’orgueil, l’emportement, la gourmandise...et exaltant la douceur, l’amitié, la franchise, la loyauté, la jalousie.

  • 29 Instruction élémentaire sur la morale religieuse par demandes et par réponses, rédigée par J. B. C (...)

47La question de la conduite religieuse conseillée aux enfants préoccupa aussi les auteurs des manuels républicains. Les livres républicains ne prônaient pas l’athéisme, et consacraient quelques développements à la Divinité, à l’Etre Suprême, à l’immortalité de l’âme. Dans l’Instruction élémentaire sur la morale religieuse29 de J. B. Chemin, ouvrage inspiré par la théophilanthropie, la réalité de l’existence divine était ainsi expliquée : "Nous jugeons par le spectacle de l’univers, qu’il est impossible qu’il n’existe pas un être infiniment puissant, et par-la même infiniment juste et bon, qui a créé le monde et qui le gouverne. C’est cet être que nous appelons Dieu".

48Le même auteur recommandait d’ailleurs la profession d’un culte, en public ou au sein des familles, "pour adorer Dieu et pour...encourager au bien" et il invitait à la tolérance pour les autres cultes eux aussi "d’accord sur les principes essentiels de la religion et de la morale."

49Les catéchismes républicains qui demeuraient encore imprégnés de culture chrétienne (par leurs titres, leur style et certaines expressions), s’ils n’étaient pas irréligieux, manifestaient souvent, notamment vers 1793-1794, une grande hostilité à l’égard du catholicisme et de ses prêtres, associés au fanatisme et à la tyrannie, et coupables d’avoir obscurci par des pratiques superstitieuses la véritable image de Dieu. L’auteur du Catéchisme républicain enrichi, parlant des prêtres, écrivait qu’ils n’étaient "pas même utiles", ayant fait "en général...beaucoup plus de mal que de bien."

La pénurie des livres élémentaires (1791-1799)

50Au début de la Révolution, le manque de livres ne se fit pas vraiment sentir et lorsqu’en 1791, le maire de Radinghem réclamait "une somme capable de procurer les livres élémentaires", il songeait surtout aux ouvrages traditionnels.

  • 30 A. N. C 285 (833)
  • 31 A. D. P. de C., 1 L 151, f° 99 v° (lettre no 17698)

51Au printemps 1794, les réponses des agents nationaux de district à la circulaire du 12 floréal signalèrent "le défaut de livres élémentaires." A la fin de 1793 déjà, à deux reprises, Sartiau et ses élèves demandèrent à la Convention l’envoi d’un Catéchisme national. A Boulogne, en octobre 1793, les membres de la Société populaire s’étonnèrent de ce que l’évêque du département n’eût "point encore donné de Catéchisme républicain", et résolurent de s’adresser directement à la Convention nationale pour réclamer la publication d’un Catéchisme constitutionnel. En attendant la parution des ouvrages annoncés, Sartiau rédigeait des manuscrits qui servaient à l’"éducation journalière" de ses élèves30. "Citoyens, vous ne vous plaindrez plus de la pénurie des livres élémentaires", écrivit en l’an II l’administration du district de Bapaume qui annonçait qu’elle venait de faire réimprimer six mille exemplaires du Catéchisme républicain. L’initiative est intéressante à signaler car elle prouve que la fourniture de livres élémentaires dépendait de l’activité et de l’intérêt des administrations de district plus ou moins promptes à décider des réimpressions d’ouvrages d’abord publiés à Paris. Dans le district de Saint-Pol, en floréal an second, les enseignants purent disposer de livrets scolaires "en petit format" (des plaquettes). "On y trouvera incessamment l’instruction sur les mesures nouvelles et les tableaux des actions héroïques", ajoutait Duflos. Lorsqu’en pluviôse an II, les administrations de district reçurent du Département cinq exemplaires du numéro 1 du Recueil des actions héroïques, "destinés aux écoles nationales", elles devaient en principe se charger de la diffusion31, ce qui nécessitait une réimpression. Par la suite, un arrêté du 28 pluviôse autorisa d’ailleurs les administrateurs des départements à y recourir selon l’importance des besoins.

  • 32 A. N. F17 1353 (797)

52La pénurie de livres élémentaires s’explique, non seulement par le retard apporté à leur composition, à leur publication et à leur diffusion, mais aussi et surtout par les changements politiques, les boule versements constitutionnels et les modifications dans la législation scolaire, qui contribuaient à les rendre rapidement caducs. Le manque de livres qui s’était manifesté d’abord au début de la Convention apparut de nouveau après l’abrogation du décret Bouquier et l’instauration des nouveaux programmes contenus dans le décret Lakanal. Le 16 fructidor an III (2 septembre 1795), A. Darsy, l’instituteur de Berneville, écrivait au Comité de Salut public : "Enfin vos livres élémentaires vont paraître ; enfin l’enseignement va être uniforme dans les écoles primaires et bientôt on ne comptera plus autant de méthodes diverses d’enseigner que d’écoles"32. Il fallut pourtant encore attendre...

  • 33 A. N. F17 1339 (11) ; voir aussi le Message présenté par le Directoire exécutif au Conseil des Cin (...)

53De 1795 à 1799, les archives ne signalent pas clairement une pénurie de livres élémentaires, mais plutôt la non adéquation des manuels scolaires utilisés. En 1797, au ministère de l’Intérieur, on admettait "le défaut de livres élémentaires propres à l’enfance", en faisant remarquer toutefois que les instituteurs disposaient encore bien souvent de " ces petits livrets que produisit la première impulsion du gouvernement révolutionnaire", ce qui laisse supposer que ces ouvrages furent abondamment répandus sur l’ensemble du territoire entre 1793 et 179533. Confirmation en est fournie, pour le Pas-de-Calais, par un arrêté en date du 9 pluviôse an VI dans lequel l’Administration départementale "informée de ce qu’on utilisait encore dans les écoles la Constitution de l’an II" interdisait d’enseigner désormais "le Code anarchique de 93". Davantage qu’une résistance idéologique au nouveau pouvoir, la pratique dénoncée reflétait une insuffisance de livres : en l’absence d’ouvrages autorisés, les enseignants utilisaient ceux dont ils disposaient, d’autant plus que les écoliers devaient acheter les nouveaux livres dont les prix allaient de 5 à 15 s.

4 - A l’école de la Révolution

54Les enseignants dispensaient un enseignement civique. Dans leurs livres, les élèves apprenaient la Révolution. Ils pouvaient réciter des articles de la Constitution et déclamer les Droits de l’Homme et du Citoyen. Rien pourtant, selon l’opinion des pédagogues républicains, ne valait une pédagogie active qui cherchât à faire participer les enfants aux manifestations de l’éducation nationale. Selon l’époque et à des degrés divers, les élèves des écoles publiques vécurent une véritable imprégnation civique à l’écoute des sociétés populaires, des assemblées administratives, et dans les cortèges des fêtes républicaines.

"A la barre..."

  • 34 Archives Parlementaires, t. 84, p. 4 (6a) : relation d’une séance à Béthune

55En l’an II, les sociétés populaires constituaient des lieux privilégiés de sociabilité révolutionnaire et d’acculturation politique : là se trouvaient, selon Bouquier, "les plus belles écoles de la République." Dans ce lieu d’éducation nationale, composé de "sans-culottes et de vrais patriotes à moustaches", les séances s’ouvraient par la lecture du Bulletin des Lois et des journaux, se poursuivaient en discussions politiques et s’achevaient avec des chants patriotiques34. Après avoir montré le rôle actif que jouèrent les sociétés populaires urbaines dans l’organisation scolaire, il faut aussi décrire, autant que faire se peut, l’atmosphère dans laquelle étaient reçus les enfants des écoles.

  • 35 A. D. P. de C., 2 L 3/94 ; voir aussi la correspondance de la municipalité de GauchinLégal, citée (...)
  • 36 Bibl. Mun. Boulogne, ms 608, P 44-45

56Les sociétaires considéraient l’instruction publique comme un droit social fondamental, au même titre que les droits au travail et à l’assistance. En effet la véritable instruction devait permettre à chaque citoyen de connaître ses droits et ses devoirs, tout comme l’éducation de la jeunesse représentait une garantie pour la défense d’une liberté toute récente et encore menacée. Cet état d’esprit apparaît bien dans une réclamation de la municipalité de Verquigneul, en frimaire an III, à la suite de la suppression de l’école publique dans le village : "les vrais sans-culottes seroient encore exposés de perdre leur droit, soumis aux riches et que peut-être dans la suite se laisseroient surprendre par ignorance"35. Chacun, adulte ou enfant, devait en effet pouvoir exprimer librement son opinion (républicaine, bien sûr), et pour cela apprendre "l’art de la parole", nécessaire pour "dire la vérité au peuple" comme l’affirmait un jeune Boulonnais au président de la société populaire de la ville36.

  • 37 A. C. Montreuil, registre des délibérations (1793-an II), P 154-6 ; voir aussi pour Audruicq, A. D (...)

57A partir de 1793, les enfants des écoles furent l’objet d’une sollicitude accrue de la part des sociétés populaires et des administrations municipales, qui les invitaient à leurs séances. A Aire-sur-la-Lys, en brumaire an II (octobre 1793), les sociétaires demandèrent aux enseignants de conduire leurs écoliers "aux séances des décades afin que l’on soit a portée de juger des progrès de leur raison." Dans son règlement du 5 germinal an II, le conseil général de la commune de Montreuil engageait les instituteurs et leurs élèves " à fréquenter, les jours de congé, le temple de la Raison, la société populaire, leur section pour y puiser les maximes qui doivent former un Français régénéré"37. Il ne fait pas de doute que, dans les villes du département, les instituteurs très engagés aient suivi à la lettre de telles consignes. Instituteurs et élèves ne se contentaient donc pas d’être des spectateurs attentifs. A Saint-Omer, en frimaire an second, l’instituteur Morel était admis à la barre "accompagné de quelques jeunes citoyens" qui firent don à la patrie de "sept croix d’argent qui servoient cydevant à l’usage des prix et décorations desdites écoles sur lesquelles existent encore quelques signes de féodalité."

58A la même époque d’ailleurs, les écoliers de deux autres écoles publiques faisaient de même, mais devant les membres de la Société populaire montagnarde. A cette occasion, l’élève Dubleumortier prononçait un discours enflammé : au nom de ses camarades, il demandait qu’on voulût bien les admettre aux séances de la société et sollicitait le changement des noms de leurs écoles, noms "qui ne peuvent être prononcés sans souiller les oreilles des vrais Républicains".

59A Boulogne, 3 mai 1793, les élèves de l’instituteur Blériot se présentaient à la séance de la Société des Amis de l’Egalité et de la Liberté pour "justifier ce citoyen et le laver des inculpations avancées contre lui." Mais la plupart du temps, les écoliers y venaient pour réciter les Droits de l’Homme ou pour chanter quelques couplets de "l’Hymne des Marseillois", ou pour raconter un beau "trait de civisme" : à Hesdin, le 30 pluviôse an II, la société écouta un très jeune citoyen réciter les Droits de l’homme, et promit des prix à ceux qui suivraient cet exemple ; le 10 floréal suivant, les sociétaires félicitèrent un garçonnet de 8 ans qui avait offert gratuitement à boire à l’un de ses camarades en disant : "garde ton argent, bois un coup, nous sommes républicains, nous sommes frères." A Boulogne, le 26 août 1793, eut lieu une distribution solennelle des prix dans le local de la Société populaire. Voici comment le secrétaire de la Société relata le début de la cérémonie, dans son registre : "les élèves de la patrie sont entrés dans la salle, la musique à leur tête ; un cortège nombreux se pressoit autour d’une corbeille dans laquelle étoient déposés les prix que la Société distribuait au mérite et au travail..." Le président répondit au compliment d’un écolier, puis interrogea les écoliers. Un classement s’ensuivit. Le premier fut un nommé Bouchard qui, par ses réponses assurées et sa diction impeccable, avait conquis les sociétaires. Une couronne et un livre furent ses récompenses après qu’il eut reçu l’accolade du président parmi des applaudissements unanimes.

60En dehors de ces occasions solennelles, les enfants des écoles assistaient aux séances en spectateurs plus ou moins attentifs, plus ou moins disciplinés. A Hesdin, le 20 germinal an II, des sociétaires en vinrent même à proposer une motion visant à interdire "l’entrée des séances aux enfans depuis dix jusqu’à quatorze ans à cause du bruit qu’ils y font." En dehors des tribunes des municipalités et des sociétés populaires, élèves et instituteurs apparaissaient indirectement à celle de la Convention nationale par la voie des "adresses". Sartiau et ses écoliers envoyèrent ainsi à Paris quatre missives destinées à être lues en séance. En 1793-1794, on s’intitulait volontiers Montagnards, Sans-culottes, mais dans la dernière correspondance datée du 27 fructidor an II, et transmise par le représentant du peuple Berlier, maître et élèves réclamaient "la tête de tous les infâmes conspirateurs et de leurs complices" et juraient d’être les "vrais et inébranlables soutiens de la République." Opportuniste et habile Sartiau !

  • 38 Bulletin des Lois, no 221, loi no 1980 (relative à la célébration des décadis)
  • 39 A. C. Montreuil, registre des délibérations, 16 frimaire an VI-20 frimaire an VIII, f. 6-7

61Cette participation à la vie politique ne fut plus aussi active après thermidor an II, avant de connaître un regain après fructidor an V. En effet une loi du 13 fructidor an VI avait rappelé : "les instituteurs et institutrices d’écoles soit publiques soit particulières, sont tenus de conduire leurs élèves, chaque jour de décadi ou de fête nationale, au lieu de la réunion des citoyens"38. A Montreuil-sur-Mer, en frimaire an VI (décembre 1797), un règlement municipal faisait obligation aux enseignants de se trouver avec leurs écoliers "aux séances publiques de l’administration"39. Il est permis de douter cependant que se manifestât encore l’enthousiasme ou la fougue qui apparaissaient à l’occasion en l’an II : d’ailleurs, les écoliers n’intervenaient plus ou très peu lors de ces séances et se contentaient d’écouter plus ou moins sagement la lecture des lois.

"A la fête"...

62Au cours de la période révolutionnaire, écoliers et écolières participèrent activement aux fêtes républicaines. Rabaut-Saint-Etienne y voyait, en décembre 1792, le " moyen infaillible de communiquer...à tous les Français à la fois des impressions uniformes et communes." J. M. Chénier les réclamait pour "éveiller toutes les passions généreuses et républicaines" et Robespierre, dans son célèbre discours du 18 floréal an II (7 mai 1794), voyait en elles " à la fois le plus doux lien de fraternité et le plus puissant moyen de régénération. " Les fêtes républicaines cherchèrent donc à renforcer la cohésion nationale en faisant naître un sentiment d’unanimité. Il paraissait logique d’y intégrer les enfants, même les plus jeunes.

63Ainsi à Saint-Omer, lors de la fête à l’Etre Suprême, le 20 prairial an II, on vit ainsi à défiler un "groupe nombreux de mères de familles, conduisant par la main leurs petits enfans et portant un étendart avec cette devise :Nous les élevons pour la Patrie. Au milieu d’un autre groupe de mères, s’avance un groupe d’enfans de huit à douze ans, portant des rameaux... Le plus âgé porte l’étendart avec leur devise :Nous grandissons pour la Patrie..."

  • 40 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 4, f° 121 ; programme complet de cette fête dans (...)
  • 41 A. D. P. de C., 1 L 212 ; fête semblable à Arras, Archives Parlementaires, t. 77, p. 14-15
  • 42 Ibid 2 L 2/4, f° 13 v°

64Cette unité devait s’ancrer dans une ère qui, selon l’expression de G. Romme, venait d’ouvrir un nouveau temps à l’histoire. A Saint-Omer, le 31 octobre 1793, (veille de la Toussaint), on célébra l’inauguration du calendrier républicain. Les douze mois de l’année furent représentés chacun par un groupe d’âge, et les 7-12 ans arrivaient en tête du cortège40. A Vimy le 10 frimaire, le même type de fête eut lieu, et les enfants, dont 6 âgés de moins de 12 ans placés derrière un dais, se regroupèrent selon leur âge sous douze arbres formant un grand cercle et portant chacun le nom d’un mois du calendrier révolutionnaire41. On sait que celui-ci se caractérisait par la suppression du dimanche et par l’instauration d’un autre jour chômé : le décadi, journée de fête et d’instruction républicaine qu’il fut d’ailleurs très difficile d’imposer. Pour lui donner quelque solennité, l’administration du district de Bapaume avait décidé que ce jour-là, trois citoyens, représentant le directoire, la municipalité et la société populaire, recevraient des guirlandes de fleurs offertes par les "jeunes républicains" et qu’ils les suspendraient à l’arbre de la Liberté42.

65Comme le signale Mona Ozouf, l’objet de la fête était le temps révolutionnaire. Il s’agissait de raconter et d’enseigner la Révolution, aux adultes comme aux enfants, de rappeler le souvenir des grands événements et de fixer un récit par le biais d’une "histoire annuelle et commémorative (M. J. Chénier). Le décret du 18 floréal an II instituait, en plus de la fête à l’Etre Suprême, 4 grandes fêtes nationales (14 juillet, 10 août, 21 janvier, 31 mai) et 36 fêtes décadaires. La loi du 3 brumaire an IV fixa à 7 le nombre des fêtes nationales. D’autres anniversaires vinrent s’y ajouter après le 18 fructidor an V. Ainsi à Montreuil, la participation des instituteurs et de leurs élèves fut effective lors des 14 fêtes célébrées dans cette ville entre le 2 pluviôse an VI (fête de la "juste punition du roi des Français") et germinal an VII (fête de la jeunesse).

  • 43 A Hesdin le 19 ventôse an 2, se déroula une fête "a l’occasion de l’abolition de l’esclavage des n (...)

66Certaines manifestations festives revêtirent davantage de solennité, comme en 1793 et 1794, les fêtes du 10 août et celle du 20 prairial dédiée à l’Etre Suprême43. A Saulty, 14 garçonnets et 16 fillettes participèrent à cette dernière au cours de laquelle un écolier puis une écolière âgés de 6 ans, montèrent à la tribune et déclamèrent "par mémoire" la Déclaration des droits. A Boulogne, pour la célébration de la fête du 10 août 1793, la société populaire décida de "députer quelques jeunes républicains accompagnés de leurs instituteurs portant une bannière sur laquelle seroient d’un côté ces motsEducation et de l’autreLes mœurs." Par la suite, la fête du 10 août, fêtée chaque 23 thermidor, demeura l’une des plus suivies. A Arras, en l’an IV, après que leurs élèves eurent renversé un trône et brisé les attributs de la royauté, les instituteurs s’engagèrent "à haute voix en présence des corps constitués à n’inspirer à leurs élèves que des sentiments républicains, du respect pour les vertus, les talens, le courage et de la reconnaissance pour les fondateurs de la République." Dans le cortège qui se forma ensuite, les élèves se placèrent en avant et en arrière d’un "brancard drapé de couleurs nationales et du milieu duquel (s’élevait) un arbre de la Liberté portant cette inscription "Plus de Roy, vive la République."

  • 44 A. D. P. de C, 3 L 10, f° 49 v°

67A Audruicq, en thermidor an VI, l’administration municipale décida de fêter dignement l’anniversaire du 10 août. Au son de "la cloche joyeuse", une longue procession s’achemina vers la place. Les instituteurs du canton et leurs élèves y figuraient en bonne place. Les enfants brandissaient une bannière où, d’un côté l’on pouvait lire : C’est en ce jour que le despotisme conspira contre la liberté, et de l’autre : "La jeunesse française défendra la liberté contre toutes les tyrannies." Arrivé sur la place, le cortège découvrit une estrade, sur laquelle était disposé un trône avec "tous les attribues de la royauté et du despotisme...a demi-cachée sous des fleurs." Au-dessus, "un génie aillée à trois faces et couronné" soutenait un voile qui devait se détacher et laisser "appercevoir une tour avec des grilliages, des verouils et des instruments de suplice..." Au-dessus de cette tour, "flotera un drapeau blanc"44 Cette mise en scène spectaculaire, avec quelques légères modifications, ne pouvait-elle s’appliquer aussi au 14 juillet ?

  • 45 OZOUF (M.), La fête révolutionnaire, Paris, 1978, p. 267
  • 46 A. D. P. de C., 3 L 3, f° 46 r°

68Ces fêtes commémoratives, bien faites pour impressionner les imaginations enfantines, proposaient une véritable théâtralisation de l’histoire révolutionnaire qui sublimait un événement fondateur pour "lui donner, en l’arrachant du temps profane, tous les prestiges du recommencement"45. Dans les cortèges, les écoliers apparaissaient comme des figurants indispensables, portant fièrement les bannières sur lesquelles étaient inscrites les devises patriotiques. Les filles, vêtues de blanc et ornées de rubans tricolores, les bras chargés de fleurs, symbolisaient tout à la fois la vertu et l’innocence, la République et la Liberté, l’abondance et la fécondité. Les garçons, armés d’une petite pique ou serrant une branche de chêne, représentaient les activités artisanales ou agricoles ainsi que la force naissante au service de la patrie. De cette façon, les écoliers et les écolières participaient, sinon à un nouveau culte religieux, du moins à une célébration de la Révolution. Le nouveau livre de la Révélation s’intitulait l’Acte Constitutionnel ou la Déclaration des droits. A Ardres, pour la fête de la souveraineté du peuple du 30 ventôse an VII, il était prévu que "le livre de la Constitution" fût porté par des élèves des écoles primaires46. Au cœur des fêtes, il était placé respectueusement, religieusement, sur l’Autel de la Patrie par ces nouveaux prêtres que devenaient les présidents des administrations. Etait déployée ainsi toute une liturgie, composée d’hymnes patriotiques, d’invocations religieuses et de sermons civiques. Ce nouveau culte était placé sous l’autorité de ces nouveaux "saints" qui avaient nom Brutus, Voltaire, Rousseau ; et l’on s’énorgueillissait de nouveaux martyrs : Le Peletier, Marat, entre autres.

69La loi du 3 brumaire an IV avait prévu que, lors des fêtes nationales, devaient être décernées des récompenses aux élèves les plus méritants. Ces distributions de prix renouaient avec la tradition, même si elles promouvaient désormais "l’élitisme républicain." La remise des récompenses s’effectuait principalement lors de la fête de la jeunesse fixée au 10 germinal de chaque année. Voici comment elle fut préparée et vécue à Montreuil en l’an VI.

  • 47 A. C. Montreuil, registre des délibérations (16 frimaire an VI-20 frimaire an VIII), f° 53-54

70Quelques jours auparavant, la municipalité avait arrêté que les meilleurs élèves recevraient des "livres d’instructions et de mœurs républicaines...avec une couronne civique et le baiser fraternel." Le jour de la fête, en présence de toutes les autorités civiles et militaires, entre une double haie de soldats et de gardes nationaux, les enseignants accompagnés de leurs élèves entraient dans le temple. Là, des écoliers récitèrent les Droits de l’Homme, puis reçurent leurs prix. Chaque élève fut ensuite couronné "au bruit des fanfares par le président de l’administration qui leur a donné au nom du peuple de canton l’accolade fraternelle." Le commissaire du directoire exécutif fit un discours : il s’y déclara satisfait du zèle et de l’intelligence des élèves, les encouragea à mériter d’autres prix et félicita les enseignants, particulièrement les institutrices qui avaient composé un "dialogue...pour les jeunes élèves sur la Sagesse, la Justice et l’observation des lois"47. Ces fêtes de la Jeunesse, dont le cérémonial avait été codifié par un arrêté du 19 ventôse an IV, eurent beaucoup de succès dans le département : les registres de délibérations municipales les décrivent abondamment et mentionnent souvent les noms des élèves récompensés...

Première page du programme des "exercices littéraires" présentés par les écoliers d’Arras en Van VII. On remarquera l’importance accordée au culte de la théophilantropie (A. D. P. de C., "Coll. Barbier", B 1142)
(Cliché A. D. P. de C.)

  • 48 A. D. P. de C., 1 L 91 f° 251-5: ibid., "coll. Barbier", B 1142 ; HAUTECLOCQUE (G. de), op. cit, p (...)
  • 49 A. D. P. de G, 3 L 214

71Les fêtes de la jeunesse n’étaient pas les seules au cours desquelles on procédait à des distributions de prix : à Arras, celles-ci se déroulaient en fructidor avec la commémoration du 10 août et les élèves des écoles présentaient à cette occasion des exercices littéraires48 A Saint-Omer, on relève de semblables manifestations en floréal an V lors de la fête des Epoux et le 1er vendémiaire an VII. Dans le canton d’Oisy, les élèves firent preuve de leurs connaissances en prairial an VII et les plus méritants reçurent un ruban tricolore ou "une image de trois couleurs." Dans le canton d’Haplincourt, au début de vendémiaire an VIII, Alexandre Guillement âgé de 10 ans fut récompensé par "un prix comprenant l’histoire des révolutions d’Angleterre ainsi qu’une histoire chronologique des opérations de l’armée du Nord et de celle de Sambre et Meuse"49. Lors de ces manifestations, il n’était pas rare qu’un membre de l’administration municipale discourût pour inviter les enfants à mieux travailler encore, ce que fit par exemple le maire de Saint-Omer en floréal an V : "...travaillez dès aujourd’hui à acquérir des connoissances nécessaires et à remplir avec distinction les places que vous recevrez au choix libre de vos concitoyens." Ces éloges publics et ces récompenses contribuèrent sans doute à encourager des élèves, à améliorer les résultats, mais dans les villes et les bourgs surtout.

5 - "L’attachement à l’ancienne instruction"

72Les pages précédentes ont développé longuement le contenu de l’enseignement républicain. Il serait faux de croire pour autant qu’il fut unanimement accepté, voire pratiqué. Dans la période antérieure à août 1792, la résistance des clercs laïcs et des vicaires hostiles au serment civique ne facilita pas le compromis qui pouvait s’amorcer. Dans les villes pourtant, un certain nombre d’enseignants qui continuaient d’utiliser le catéchisme catholique apprirent la Déclaration des droits à leurs élèves. Ces deux enseignements étaient-ils d’ailleurs si incompatibles ?

  • 50 Correspondance citée dans ma thèse, t. 3, p. 1010 (annexe 55)
  • 51 Signalons un autre exemple : en messidor an 2, la municipalité d’Haillicourt se plaignait de la né (...)
  • 52 A. N. F17 1353(6) : la législation de brumaire n’était donc pas encore appliquée dans le district (...)

73A partir de 1793, l’apparition des catéchismes républicains destinés à remplacer complètement les anciens catéchismes suscita davantage de réticences encore. En prairial an II (mai 1794), les administrateurs du district d’Arras signalaient à leurs collègues de Bapaume que l’instituteur de Bienvillers, ancien clerc laïc de la commune, ne faisait "apprendre ni lire la déclaration des droits de l’homme ni l’acte constitutionnel qui sont les livres élémentaires des écoles primaires". André Bouquillon, déjà signalé par ailleurs, était devenu instituteur public, mais soutenu par la municipalité, n’avait probablement pas fait de serment. A l’inverse, Joseph Fiant, instituteur public de Nielles-les-Bléquin, avait juré avec enthousiasme, ne cachait pas son zèle républicain mais se heurta à l’hostilité des villageois : "Quant je me suis anoncé, le peuple me disait : nous t’envoirons tous nos enfans, mais cela n’est pas vray. J’en ai environ un quarteron sur plus de 40 ans qui peuvent y aller. Il y en qu’il les ont envoier un mois, un mois et demie, et ils ne viennent plus pourquoi ? parce que, j’imagine, ils ont cru que j’alais les instruire comme au tems du despotisme ou alors le ci-devant clergé avait le plus d’influence dans les Ecolles... Mais non je ne leurs enseigne et ne leurs enseignerai jamais autre chose que les droits de l’homme, les maximes, la morale et les lois républicaines, en outre les tableaux des actions héroïques ou vertueuses. J’en ai fait le serment, il ne sera pas vain"50. Il est intéressant de remarquer ici que la méfiance s’installa, non pas tant à cause du "républicanisme" affiché et assermenté de l’instituteur (puisque les parents avaient d’abord envoyé leurs enfants à l’école de J. Fiant) mais bien en raison de la suppression de l’enseignement religieux traditionnel. Dans le district de Béthune, lors de leur installation, les instituteurs juraient d’ailleurs aussi dans leur serment "de n’enseigner la jeunesse que dans les principes actuels de la Révolution." Ce que dut faire Aimé Caulier (ou Colliez), instituteur public de Laventie en l’an II, pourtant dénoncé en germinal an III (mars 1795) parce qu’il enseignait "...a ses élèves l’ancien catéchisme ainsi que toutes les anciennes instructions. " Entre temps, il est vrai, Caulier n’avait pas été retenu comme instituteur public par le jury d’instruction ; devenu instituteur particulier, il avait continué (ou repris ?) l’enseignement traditionnel et concurrençait les époux Caudron, enseignants officiels, qui l’avaient dénoncé51. A la même date A. Flageollet, vibrant sans-culotte l’année précédente, toujours instituteur public à Aix-en-Ergny en l’an III, se plaignait en ces termes aux administrateurs du district de Boulogne : "Je n’ai presque plus d’enfans qui fréquente mon école...les père et mère veuillent que leurs enfans apprenne des anciens livres, qu’ils ne veuillent pas des nouveau livres que nous enseignions..." Il demandait donc s’il pouvait admettre des écoliers avec leurs livres car "dans plusieurs communes, les cy-devant maîtres d’école font l’école et se serve de ces anciens livres et attire eux toutes les élèves. " Le 23 germinal de cette même année, J. J. Vasseur instituteur de Buire-au-Bois se plaignait amèrement aux membres du Comité de Salut public parce que sa classe était désertée : " il ne faut plus les livres intitulé par ordre de la Convention pour instruire mes élèves ; il leurs faut l’ancien Régime...Avant cet époque, j’avois 76 élèves, maintenant j’en ai plus que le quart qui sont les enfans des patriotes"52. Ces divers témoignages confirment que la pression des parents sur l’instituteur public demeurait très forte même si ce dernier, en vertu des dispositions de la loi de brumaire an 3, était rémunéré par l’Etat, quel que fût le nombre de ses élèves et pouvait donc à la limite, tout amour-propre mis à part, voir sa classe totalement désertée.

  • 53 A. D. P. de C., 1 L 108, P 147 r°-148 r°

74Sous le règne de la loi de brumaire an IV, lors du durcissement gouvernemental consécutif à la crise politique de fructidor an V, les administrations cherchèrent à proscrire les ouvrages rappelant l’Ancien régime ou la période montagnarde, ces derniers conservés souvent uniquement par habitude et par mesure d’économie. En l’an VI, lorsque la surveillance des écoles devint obligatoire, les commissaires chargés de cette mission par les municipalités se préoccupèrent de la vérification des livres élémentaires employés par les enseignants. En effet le 9 pluviôse an VI (28 janvier 1798), l’administration départementale avait demandé que l’on enseignât la Constitution de l’an III et que l’on proscrivît tout "livre de morale particulière à un culte"53. Consécutivement à ces directives, les visites d’inspection se multiplièrent, mais n’ont laissé que peu de traces. Quelques compte rendus, ou quelques attendus judiciaires, révèlent parfois quels pouvaient être les livres utilisés alors dans les écoles primaires publiques et privées.

  • 54 A. N. F17 134433
  • 55 A. C. Boulogne, registre des délibérations, no 12, P 59 v°
  • 56 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 10, P 149 r°

75A Arras, le 24 messidor an VI, l’école de Catherine Lemoine avait été fermée : cette institutrice particulière avait en effet "laissé sur sa table quelques livres contraires a la philosophie." C. Lemoine prétendit que c’était "par pure ignorance" et demanda la suspension de l’interdiction ; l’arrêté de fermeture fut rapporté en brumaire an VII, la présence des livres prohibés étant expliquée par "la faute des élèves"54 ! A Montreuil, un règlement très strict avait été adopté par l’administration municipale, et il ne semble pas que les enseignants aient contrevenu à la législation en vigueur, notamment à l’article 8 recommandant expressément "de ne pas souffrir qu’ils se servent d’aucun de ces livres plus nuisibles a leur éducation que profitables, plus propres a en faire des esclaves du royalisme et du fanatisme que des hommes libres". A Boulogne, l’administration de la commune convoqua les enseignants, le 29 pluviôse an VI, pour lire l’arrêté départemental du 9 pluviôse et pour leur demander de s’engager à le respecter55. A Saint-Omer, le 17 ventôse an VI (7 mars 1798), le Commissaire du Directoire exécutif lança un violent réquisitoire : "On ne peut laisser plus long-temps dans les mains des enfans les livres qui avant la Révolution perpétuaient leur enfance en gravant dans leur cœur les maximes de la superstition et de la royauté ; c’est en quelque sorte leur inspirer en naissant la haine de la liberté, de l’égalité et de la Révolution..."56. Ce discours peut laisser supposer un usage assez répandu des livres interdits ; il n’était peut-être aussi qu’une simple reprise oratoire de la législation départementale.

  • 57 A. D. P. de C, 3 L 99
  • 58 Ibid., 3 L 260

76A Saint-Pol, une institutrice se vit sanctionnée pour avoir utilisé des "livres anciens" et à Neuve-Chapelle, l’instituteur Lecocq fut accusé pour avoir enseigné ses écoliers avec des "livres de l’ancien régime." A Calais, en messidor an VI, les commissaires désignés pour la surveillance des écoles découvrirent que les ci-devant religieuses bénédictines utilisaient "d’anciens livres d’église." Les inspecteurs demandèrent alors la raison de la non utilisation des livres républicains : "elles nous répondirent que les enfans, étant trop jeunes, elles n’avoient pas cru jusqu’à présent leur donner ces livres ni leur enseigner les principes, qu’elles se bornoient à leur enseigner la morale évangélique qui est la morale de tous les tems et de tous les hommes." Une autre institutrice présenta aux commissaires un "dialogue des droits de l’homme et du citoyen" mais "aucunes de ses élèves n’ont pu y répondre"57. Dans le canton de Metz-en-Couture, les inspecteurs des écoles constatent que les instituteurs se servent de livres "conformes à la loi", "propres à former des républicains." Pourtant, à Beaumetz-lès-Cambrai, au domicile de "Thomas Lely, ministre du culte catholique", ils découvrent entre les mains des enfants qu’il enseigne, les livres suivants un Abrégé de la grammaire française, une Instruction de la jeunesse dans la piété chrétienne, un Nouveau traité de la civilité française, une Petite instruction chrétienne aux enfans, la Déclaration des droits de l’homme, des Recueils des actions héroïques et civiques des Républicains"58. Cette liste nous paraît très révélatrice : d’abord elle montre que dans cette école particulière, l’instruction chrétienne demeurait en bonne place ; ensuite que les anciens livres pouvaient côtoyer des livres républicains, par conviction ou par prudence de la part du maître. Il est évidemment très difficile, pour ne pas dire impossible, de mesurer l’importance respective des uns et des autres dans la pratique pédagogique. Quelques réponses à l’enquête de l’an VI, le plus souvent rédigées avant que ne fût connue la règlementation de pluviôse sur la surveillance, autorisent pourtant à estimer que l’usage des anciens livres l’emportait dans les écoles particulières et parfois aussi dans certaines écoles publiques. Dans le canton d’Haplincourt, on avoue ingénûment : "Il n’est pas à la connaissance de l’Administration municipale que la Constitution et les livres républicains aient servi dans les écoles." Défaut d’information ou constat authentique ? Dans le canton de Beaumetz-les-Loges, les administrateurs concédaient que "plusieurs élèves avoient des livres républicains." Quant à l’administration du canton de Croisilles, elle avoua que les livres républicains "avoient été fournis" et "connus" en l’an IV, mais que depuis ils étaient usés. Sans doute étaient-ils moins solides que les anciens, mais peut-être aussi en avait-on pris volontairement peu de soin ? Dans le canton d’Oisy, on signale pourtant que les maîtres d’écoles particulières enseignent les "droits de l’homme" et le Recueil des actions héroïques.

  • 59 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8
  • 60 GREVET (R.), "L’école d’Ancien Régime face à la déchristianisation dans le nord de la France (vers (...)
  • 61 A. D. P. de C, 3 L 10 f° 27-28

77Les écoles publiques, comme les particulières elles aussi soumises à la surveillance, ne pouvaient plus, sans risque, se permettre d’être aussi, ou exclusivement, confessionnelles. Sans doute en subsista-t-il d’irréductibles, mais dans quelle proportion ? Le nombre de contraventions constatées pour usage de livres prohibés et absence de livres républicains est faible. "L’instruction ancienne prévaut...généralement en ce moment", écrivait pourtant en pluviôse an 7 Garnier, Commissaire du Directoire près de l’Administration départementale59. Certes on peut mettre en doute la rigueur des inspections, parfois annoncées, parfois bien complaisantes. N’oublions pas non plus que bien peu d’administrations municipales ont fait parvenir leurs comptes rendus ou procès-verbaux de visites. L’exemple de l’école de Beaumetz et celui des écoles particulières du canton d’Oisy prouvent pourtant que l’enseignement républicain n’était pas toujours considéré a priori comme totalement incompatible avec l’instruction chrétienne. Les deux enseignements pouvaient, et ont pu être menés conjointement. C’était d’ailleurs le souhait de Grégoire qui avait, en ventôse an III, reconstitué une Eglise constitutionnelle, et avait participé à la rédaction d’un "Code des Ecoles chrétiennes." Même l’évêque émigré de Boulogne, Mgr Asseline, n’avait pas rejeté catégoriquement toute solution de compromis, dans un écrit daté il est vrai de 179560. On peut raisonnablement penser que de nombreux instituteurs publics, pour continuer de voir leur école fréquentée, devaient enseigner la Constitution et les Droits de l’Homme et du Citoyen, sans négliger pour autant le Catéchisme traditionnel. Sous le Directoire, du moins à partir de l’an VI, de nombreux maîtres particuliers ont dû agir de même, moins par conviction que par crainte de se voir frappés d’interdiction d’enseigner. L’hostilité des parents se déclarait d’ailleurs lorsque l’enseignement républicain remplaçait totalement l’apprentissage traditionnel du catéchisme chrétien : ainsi dans le canton d’Audruicq en prairial an VI, "il s’est établi plusieurs écoles particulières où l’on trouve des élèves que les parents enlèvent de celles instituées par le gouvernement en raison de ce que les instituteurs jurés ne veulent plus enseigner d’autres livres que les Droits de l’Homme et la Constitution de l’an Pois"61. C’est donc bien la suppression de l’enseignement religieux qui est la cause de ces désertions, bien plus que l’irruption d’un enseignement civique républicain. Ceci peut être confirmé par une réponse de l’administration municipale de Courcelles, à l’enquête de l’an VI. A la question : "La Constitution et les livres républicains sont-ils connus dans ces Ecoles ?", elle répondait : "Oui, mais les parents insistoient aussi pour qu’ils lisent les livres anciens." Nous tenons là une explication fondamentale de la préférence avouée des parents pour les écoles particulières. Leur décision d’y envoyer leurs enfants s’expliquait moins par le désir de les soustraire complètement à l’enseignement républicain que par la volonté inébranlable du maintien de l’instruction chrétienne, par "l’attachement à l’ancienne instruction", comme l’écrivait Garnier. D’où l’opposition farouche à un enseignement civique exclusif, délaissant l’apprentissage du catéchisme, opposition qui se manifesta aussi bien à Nielles-les-Bléquin en l’an II, à Aix-en-Ergny en l’an III que dans les communes évoquées ci-dessus. Les parents souhaitaient dans leur grande majorité que l’instituteur même républicain et jureur, continuât de dispenser aussi l’enseignement traditionnel afin de préparer les enfants à la première communion.

78On ne saurait ignorer non plus que les enseignants pouvaient être tributaires de simples questions matérielles : les livres étant en nombre restreint, et la plupart du temps non gratuits, il fallait bien souvent se contenter de ceux apportés par les écoliers. Ainsi, en vendémiaire an V, un instituteur arrageois écrivait au ministre de l’Intérieur : "En général, les élèves ne lisent que dans des livres qu’ils apportent de chez eux, et on juge bien qu’au moins les trois quarts ne sont pas ceux dont il s’agit". Ces obstacles matériels ne sont évidemment pas à négliger et, dans son rapport de pluviôse an 7, le commissaire Garnier expliquait aussi l’utilisation des livres anciens par "le défaut des livres élémentaires". L’emploi de tels ouvrages par les enseignants particuliers et publics, la volonté des parents de voir se maintenir "l’ancienne instruction", manifestaient une forme de résistance. A quoi ? A la République et à ses institutions ou plutôt à sa volonté, maladroite et plus ou moins affirmée selon les "temps" de la Révolution, d’imposer une sacralisation de substitution et un unanimisme culturel ?

79N’était-ce pas aller contre une tradition séculaire d’enseignement scolaire religieux ? N’était-ce pas, en voulant précipiter les choses, se condamner à l’échec ? Sauf cas extrêmes, beaucoup de parents se fussent accommodés d’un enseignement républicain qui ne rejetât point la catéchèse traditionnelle. "L’attachement à l’ancienne instruction" était sans doute une raison profonde de la préférence des parents aisés pour les écoles particulières, mais on ne peut ignorer que les maîtres publics demeurés en place étaient jugés incompétents, alors que les maîtres particuliers, dont nombre d’ex-religieux et ecclésiastiques, étaient souvent plus instruits, capables donc de préparer les enfants à des études plus complètes.

Notes

1 Excepté pour Daunou et Condorcet ; voir pour ce dernier, COUTEL (C.), KINTZLER (G), Condorcet. Ecrits sur l’instruction publique, S. l., 1989, p. 25-27

2 Expression employée par Rabaut Saint-Etienne le 19-12-1792

3 Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire (dir. F. Buisson), Paris. 1911, p. 388-9

4 Archives Parlementaires, t. 68, p. 663

5 GREVET (R.), "Daunou, organisateur de l’instruction publique" (1789-1797), R.d.N., t. LXXXI, juil-déc. 1989, p. 963-977

6 A. D. P. de C., "coll. Barbier", B 1450 ; voir aussi un "Tableau raccourci de l’instruction fondamentale d’un peuple libre" par J. P. Daçarcq, instituteur à Saint-Omer (28 pluviôse an 3), A. N. F17 1356 : production peu originale et sans rapport avec le titre !

7 A. N. F17 13152

8 A. C. Boulogne, D 1, f° 96-98

9 A. D. P. de C, 2 L 5/10, f° 123 v°

10 A. D. P. de C., 2 L 2/89

11 Bibl. Mun. Saint-Omer, 7377

12 A. D. P. de C, 3 L 130, 3 L 54

13 Ibid., 3 L 206 (pluviôse an 6)

14 A. D. P. de C., 2 L 3/94

15 Méthode déjà préconisée par L. Dumas (1733) et P. Py-Poulain (1741)

16 A. D. P. de C, "coll. Barbier", A 1139 ; Sartiau fut félicité par le ministre F. de Neufchâteau, HAUTECLOCQUE (G. de), op. cit., p. 220-2

17 A. D. P. de C, B 1140

18 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 10, f° 47 ; A. C. Arras, registre des délibérations, no 11, f° 6

19 On trouve une liste de ces publications dans l’ouvrage de MORANGE (J.) et CHASSAING (J. F.), Le mouvement de réforme de l’enseignement (1760-1798), Paris, 1974 ; à compléter par LOUIS-GRIMAUD, op. cit., t. 1, p. III-XXXIX

20 Bibl. Mun. Saint-Omer, 12653

21 Ibid., 7041

22 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations no 5, P 36 v°

23 A. D. P. de C., "coll.Barbier", B 1138

24 Bibl. Mun. Boulogne, S 1 2274 (ouvrage rédigé par un certain Renault)

25 Probablement le Catéchisme enrichi de maximes de morale républicaine, propres à l’éducation des Enfans de l’un et de l’autre sexe, Bibl Mun. Lille, 22445

26 Bibl. Mun Saint-Omer, 7366

27 Comme l’indiquent les exercices littéraires des années 1798-1799, A. D. P. de C, "coll.Barbier", B 1142

28 On pouvait y lire en particulier : "Le Département du Pas-de-Calais tire son nom de la ville de Calais, qui a donné le sien au détroit ou espace, qui n’est que de 7 lieues, entre Calais et Douvres en Angleterre, ce qui fait nommer ce détroit Pas-de-Calais..."(p. 35)

29 Instruction élémentaire sur la morale religieuse par demandes et par réponses, rédigée par J. B. CHEMIN et approuvée par le jury d’instruction de Paris, Paris, an VI, p. 10

30 A. N. C 285 (833)

31 A. D. P. de C., 1 L 151, f° 99 v° (lettre no 17698)

32 A. N. F17 1353 (797)

33 A. N. F17 1339 (11) ; voir aussi le Message présenté par le Directoire exécutif au Conseil des Cinq-Cents sur la situation de l’Instruction publique (3 brumaire an VII), publié par GREARD (O.), op. cit., p. 133-140

34 Archives Parlementaires, t. 84, p. 4 (6a) : relation d’une séance à Béthune

35 A. D. P. de C., 2 L 3/94 ; voir aussi la correspondance de la municipalité de GauchinLégal, citée dans le chapitre précédent

36 Bibl. Mun. Boulogne, ms 608, P 44-45

37 A. C. Montreuil, registre des délibérations (1793-an II), P 154-6 ; voir aussi pour Audruicq, A. D. P. de C, 3 L 8 f° 39 v°

38 Bulletin des Lois, no 221, loi no 1980 (relative à la célébration des décadis)

39 A. C. Montreuil, registre des délibérations, 16 frimaire an VI-20 frimaire an VIII, f. 6-7

40 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 4, f° 121 ; programme complet de cette fête dans les Archives Parlementaires, t. 78, p. 160-3

41 A. D. P. de C., 1 L 212 ; fête semblable à Arras, Archives Parlementaires, t. 77, p. 14-15

42 Ibid 2 L 2/4, f° 13 v°

43 A Hesdin le 19 ventôse an 2, se déroula une fête "a l’occasion de l’abolition de l’esclavage des nègres * : ce jour-là un jeune citoyen récita les "Droits de l’homme et du citoyen" et eut l’honneur de recevoir l’accolade fraternelle par la déesse de la Liberté ellemême, représentée par la citoyenne Matissart, A. D. P. de C. 4 L, registre de la société populaire d’Hesdin.

44 A. D. P. de C, 3 L 10, f° 49 v°

45 OZOUF (M.), La fête révolutionnaire, Paris, 1978, p. 267

46 A. D. P. de C., 3 L 3, f° 46 r°

47 A. C. Montreuil, registre des délibérations (16 frimaire an VI-20 frimaire an VIII), f° 53-54

48 A. D. P. de C., 1 L 91 f° 251-5: ibid., "coll. Barbier", B 1142 ; HAUTECLOCQUE (G. de), op. cit, p. 219

49 A. D. P. de G, 3 L 214

50 Correspondance citée dans ma thèse, t. 3, p. 1010 (annexe 55)

51 Signalons un autre exemple : en messidor an 2, la municipalité d’Haillicourt se plaignait de la négligence des parents qui n’envoyaient pas leurs enfants à l’école publique ; l’instituteur ne recevait plus que 15 à 16 écoliers pour les communes d’Haillicourt et de Ruitz, A. D. P. de C., 2 L 3/94

52 A. N. F17 1353(6) : la législation de brumaire n’était donc pas encore appliquée dans le district de Montreuil (voir chapitre précédent)

53 A. D. P. de C., 1 L 108, P 147 r°-148 r°

54 A. N. F17 134433

55 A. C. Boulogne, registre des délibérations, no 12, P 59 v°

56 A. C. Saint-Omer, registre des délibérations, no 10, P 149 r°

57 A. D. P. de C, 3 L 99

58 Ibid., 3 L 260

59 A. N. F1 c III, P.-de-C. 8

60 GREVET (R.), "L’école d’Ancien Régime face à la déchristianisation dans le nord de la France (vers 1760-1801)", colloque "Eglise, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord", Arras, 4-5 novembre 1988, Actes, Lille, 1991, p. 121-139

61 A. D. P. de C, 3 L 10 f° 27-28

Table des illustrations

Légende Eléments d’instruction et de géographie républicaine, A. D. P. de C., "Coll. Barbier", B 1138(Cliché A. D. P. de C.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Première page du programme des "exercices littéraires" présentés par les écoliers d’Arras en Van VII. On remarquera l’importance accordée au culte de la théophilantropie (A. D. P. de C., "Coll. Barbier", B 1142)(Cliché A. D. P. de C.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1186/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter