Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Deuxième partie : Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Chapitre IV. La question scolaire dans les cahiers de doléances

Texte intégral

  • 1 Pour le Pas-de-Calais, notons l’étude de SION (J.), "Les cahiers de doléances de 1789 concernant l (...)

1Au printemps 1789, les Français prirent la parole. Dans l’étendue du futur département du Pas-de-Calais, les trois Ordres exposèrent leurs doléances, et firent part de leurs souhaits, notamment en matière d’enseignement1.

1 - Les doléances des trois ordres

2Le clergé a évoqué la question scolaire plus fréquemment que les deux autres ordres. Ceci n’est guère surprenant compte tenu du rôle essentiel assumé par l’Eglise dans la surveillance de l’enseignement. Les doléances les plus étendues et les plus précises émanèrent du clergé boulonnais. Le second ordre n’a pas négligé non plus cette question : la noblesse du bailliage de Montreuil-sur-Mer s’est davantage préoccupée d’une question locale mais les doléances des noblesses artésienne, boulonnaise et calaisienne, sans développer de véritable perspective, témoignent d’une largeur d’esprit certaine. Les cahiers du tiers état déçoivent, il faut bien le dire, tant sur le plan quantitatif que sur l’aspect qualitatif et ne se signalent guère par l’étendue et la précision de leurs vues. Au-delà des doléances des bailliages secondaires, celles des humbles paroisses, plus variées et plus spontanées parfois, ne sont guère plus ambitieuses. Pouvaient-elles l’être d’ailleurs et n’était-ce point le rôle des "élites" de proposer un projet qui conciliât les propositions particulières avec les vues générales ? Les doléances des campagnards ont été édulcorées et celles des bailliages secondaires exposent des préoccupations avant tout citadines en réclamant un meilleur enseignement "secondaire", ou comme à Hesdin, un "établissement de frères de la Doctrine chrétienne". Un bilan statistique montre que 23,3 % des cahiers présentent des doléances relatives à l’enseignement en général, mais que 18,8 % seulement d’entre eux traitent des petites écoles.

3Dans les thèmes généraux qui apparaissent, on note que les noblesses calaisienne et boulonnaise parlent d’éducation nationale et d’éducation publique sans plus de précisions. Le tiers état calaisien demande "que l’instruction soit publique" sans définir ce qu’il souhaite véritablement. De manière plus nette et au nom de l’utilité sociale, la noblesse artésienne revendique une nécessaire mutation : "Nos députés demanderont qu’il soit avisé aux moyens de perfectionner l’éducation publique et de préparer à l’Etat des citoyens utiles." Le clergé picard insiste sur l’obligation scolaire : "rien de plus intéressant pour l’ordre public et les bonnes mœurs que l’instruction des enfans. Les habitons ne sont qu’autorisés a se procurer des maîtres d’école : la loi doit les y obliger." Le bas-clergé artésien réclame quant à lui l’établissement d’écoles gratuites dans les paroisses. Hormis ces quelques doléances d’ordre général, on n’en rencontre guère qui demandent la création d’un organisme gouvernemental spécifique responsable de l’organisation scolaire, un plan d’éducation nationale, une meilleure adéquation des programmes ou encore la promotion d’une instruction civique, des thèmes pourtant largement signalés dans les cahiers d’autres provinces.

2 - Des écoles gratuites

4Parmi les doléances relatives à l’enseignement, l’une d’elles revient constamment, dans les cahiers du tiers état certes, mais également dans ceux des noblesses artésienne et boulonnaise. Celle-ci, évoquant la dîme, précise : "il seroit à désirer que cette terrible imposition fût à l’avenir assujetie aux réparations de nef de presbiterre, et à toute dépense qui concerne le culte ou ses ministres, ainsi qu’aux gages des maîtres et des maîtresses d’écolles, à l’entretien ou fourniture des batimens nécessaires à la séparation des deux sexes dans lesdittes écolles."

5Les cahiers du troisième ordre réclament un financement des écoles et des maîtres qui soit à la charge des "gros décimateurs". Ainsi le tiers du bailliage de Montreuil demande-t-il que leur incombent l’entretien des écoles et le "payement desdits vicaires et maîtres d’école". De même les gens de Carly réclament-ils "un rétablissement de la destination primitive de toutes espèces de dixmes" pour être en particulier "employées à donner... des appointemens aux maîtres d’école". Les habitants d’Hauteville souhaitent également "que les clercs ou maître d’écolle de campagne qui ont sur les bras une quantité de jeunes gens sans commodité soient à la charge des gros décimateurs, curés ou seigneurs, au défaut de Pauvreté dans la paroisse."

6Les gens de Bienvillers proposent encore la création d’une "caisse d’amortissement sur le surplus des dîmes et biens de fabrique pour stipendier un prêtre ou autre quelconque pour l’instruction de la jeunesse." Certains cahiers vont plus loin, tel celui de Bucquoy, où l’on demande au Roi "de retirer à soi tous les bénéfices accordées aux ecclésiastiques et les pensions aux séculliers ainsi que toutes les commands des abbayes..." dont le surplus des revenus, après la résorption du déficit, pourrait servir à "établir des écoles publics dans chaque district pour enseigner leurs enfans." Les paroisses s’estiment en effet trop pauvres pour construire et entretenir les écoles, pour subvenir aux gages du clerc laïc : "une charge trop forte qui écrase les communautés", estime-t-on à Estrée-Cauchy ; "elles paient à toutes les impositions des tailles, entretien de leurs églises, écoles et autres charges extraordinaires qui arrivent" précise-t-on à Tardinghen. Si certaines paroisses réclament seulement la prise en charge du "gros" des clercs laïcs, d’autres n’hésitent pas à revendiquer clairement la gratuité scolaire : à Athies, on estime ainsi que "...l’instruction est pour le bien de l’Etat et de la religion" et qu’il faut donc "accorder aux clercs qui sont ordinairement commis pour ladite instruction trois cens livres afin que chacun y puisse envoïer gratuitement ses enfants" ; à Pronville, on estime que les biens des fabriques pourraient aussi être employés pour "des écoles gratuites"·, à Carvin et à Oignies, on demande "qu’ils soit établis des écoles publicques dans chaque paroisse aux frais des dissimateurs..." Il faudrait également citer les cahiers qui, sans demander ouvertement la gratuité, la suggèrent néanmoins en réclamant des appointements convenables pour leurs maîtres d’école : à Cormont, on souhaite ainsi " qu’il soit donné pour vivre honnêtement sur les biens ecclésiastiques au mairie d’école qui se voue à former l’éducation de la jeunesse" ; de même à Samer, Boursin, Halinghen, Ecoust-Saint-Mein, Souastre, Villers-Plouich, Vimy...

7Face à cette unanimité contre les décimateurs, dirigée principalement contre les abbayes, les couvents, et les chapitres, on relève la défense adoptée par le clergé boulonnais. Emmenés par Mgr de Partz de Pressy et son archidiacre M. de Montgazin, les ecclésiastiques boulonnais refusent d’assumer le poids de toutes ces charges "comme si le bien du Clergé étoit une mine inépuisable et un fonds sur lequel on peut mettre toutes les charges qu’on voudra..." Certes, ajoutent-ils, convient-il de mieux rémunérer les maîtres d’école, mais les sommes nécessaires à leur rétribution doivent être supportées par tous les habitants : "les effets d’une bonne éducation rendront ce sacrifice bien léger", surtout pour les pères qui ont tout "intérêt à l’éducation de leurs enfans." Pour ce qui concerne les dépenses de constructions et de réparations, le clergé boulonnais propose une répartition équitable des charges sur "tous les propriétaires soit de biens-fonds, soit de dixmes dans la paroisse au prorata de leurs revenus."

8La noblesse artésienne, elle, propose de confier l’éducation publique aux réguliers, ce qui leur aurait fait assumer une partie des charges financières. Quant au tiers du bailliage de Montreuil, il réclame que le roi pourvoie à l’éducation de la jeunesse en abandonnant aux Etats provinciaux "les fruits de tous bénéfices à la nomination du Roi" pour une durée de trois ans. On installait ainsi l’Etat dans un rôle nouveau en réclamant son soutien financier, mais cette proposition restait limitée puisqu’on demandait un transfert de l’autorité étatique au profit d’instances provinciales.

3 - L’amélioration du fonctionnement pédagogique

9Nous avons déjà fait état de la réclamation de la noblesse artésienne qui demandait une amélioration du système éducatif. Certains cahiers, comme celui du tiers de Montreuil, se plaignent "que l’éducation de la jeunesse (soit) grandement négligée", ou comme celui de Bucquoy, où l’on réclame des écoles pour les enfants "qui croupissent dans la dernière ignorance." Disons-le, ces doléances sont rares et ceci n’est guère surprenant dans la mesure où chaque village ou presque était pourvu d’une école. Dans la plupart des cas, ces plaintes émanent d’ailleurs de citadins qui réclament une amélioration du fonctionnement des collèges, mais ceci échappe à l’objet de cette étude.

  • 2 Le clergé pensait aussi améliorer le fonctionnement pédagogique grâce à des écoles "séparées" pour (...)

10En revanche, on relève quelques plaintes au sujet de la médiocrité ou de l’inconduite des clercs laïcs. Le clergé calaisien souhaite que les enseignants villageois soient non seulement approuvés mais destitués par les curés "en cas de mauvaise conduite...et ce pour le grand bien de l’instruction de la jeunesse, objet qui intéresse spécialement les pasteurs." Parmi les cahiers du tiers état, à Saint-Laurent, on demande "qu’il soit fait de meilleurs choix" ; à Gouzeaucourt, on souhaite "un maître d’une conduite irréprochable, scachant bien la religion et le français" ; à Halinghen et à Tingry, on dénonce les gains trop faibles qui font " qu’il ne se présente pour remplir ces places que des gens pour la plupart très ignorants. " Ces plaintes sont peu fréquentes et nous avons dit pourquoi : le clerc était un homme généralement bien intégré au village et on ne réclamait pas de lui des prouesses intellectuelles. Les réclamations émanent d’élites rurales qui, parfois pour des raisons géographiques, ne pouvaient pas toujours placer leurs enfants dans une école "élémentaire" de plus haut niveau, en ville notamment. Dès lors ces fermiers et laboureurs pouvaient se montrer plus exigeants sur les qualités pédagogiques du clerc laïc, en souhaitant non plus seulement un clerc et un répétiteur de catéchisme, mais aussi un véritble maître d’école sachant correctement enseigner la lecture et l’écriture. Certaines communautés désirent "une loi fixe et certaine pour la nomination d’un magistère pour les paroisses de campagne" (à Couin), " que lesdits clercs soient désormais à la nomination du haut séculier, pour éviter les dissentions et les procès que produisent assez souvent dans la plupart des communautés, les élections des clercs" (à Anzin). Il s’agit d’éviter les querelles, mais aussi d’assurer un meilleur recrutement : à Estrée-Cauchie, on demande que toute nomination soit précédée d’un examen de capacité dirigé par une autorité véritablement compétente. Mais comme le font remarquer les ecclésiastiques boulonnais, "la modicité de leurs places empêche le choix des sujets" et avec cet argument, l’on en revient nécessairement à la question du fonctionnement financier. Ici et là, on devine encore, de la part des ruraux, une attirance plus forte pour l’enseignement de la ville : le cahier de Bourlon demande que les abbayes et les couvents féminins "soient au surplus obliger d’enseigner gratis dans les villes pour les pauvres" ; à Saint-Hilaires-Cottes, on souhaite que les "pauvres écoliers, surtout ceux de la campagne" soient instruits gratuitement grâce aux biens des collèges. Revendication rare, mais qui montre, de la part de ruraux qui n’étaient pas obligatoirement très riches, un désir de voir se prolonger à la ville l’instruction reçue au village. A Quéant, Saint-Amand, Matringhem et Lagnicourt, on propose que les enfants des paysans désireux d’entrer dans les ordres puissent être "élevés gratis" : "Nous demandons qu’il soit établi dans la province un séminaire ou maison d’éducation où soient reçus tous les enfans qui se croient de la vocation pour l’état ecclésiastique, auquel ils ne peuvent parvenir parce qu’ils sont nés de parents sans fortune. " Qui pouvaient être ces derniers ? des manouvriers ou des artisans, peut-être, mais nous avancerions-nous beaucoup en pensant qu’il s’agissait vraisemblablement de clercs laïcs dont nous avons montré précédemment le désir assez vif de voir un de leurs fils entrer dans la carrière ecclésiastique2.

11En 1789, dans leurs cahiers de doléances, les trois ordres se sont exprimés à propos de l’enseignement. Il ne s’agit pas à vrai dire d’une intervention massive et originale. Quelques cahiers évoquaient de façon allusive l’instruction publique ou l’éducation nationale, mais on était loin de réclamer une sécularisation complète de l’enseignement. Au contraire, la noblesse et le tiers état réclamaient une plus grande participation du clergé, financière il est vrai. De façon pressante, il lui était demandé de prendre à sa charge les frais de construction et de réparation des bâtiments scolaires ainsi que les appointements des enseignants ruraux. A l’inverse du clergé boulonnais par exemple qui entendait faire reposer sur les pères de famille l’essentiel des frais de scolarisation, les doléances du tiers état et de la noblesse réclamaient une véritable gratuité de l’enseignement. En proposant que les dîmes, un impôt donc, même s’il était dû à l’Eglise, soient destinées à fonder et à faire fonctionner des écoles publiques et gratuites, les deux ordres participaient à un mouvement d’opinion bien affirmé à la veille de la Révolution, qui envisageait la nécessaire redistribution d’une partie des deniers publics pour financer une éducation nationale.

Notes

1 Pour le Pas-de-Calais, notons l’étude de SION (J.), "Les cahiers de doléances de 1789 concernant l’enseignement primaire dans le Pas-de-Calais", Mém. Acad. Arras, 1922, p. 137-152 (relevé non exhaustif). Les citations qui suivent sont extraites de LORIQUET (H.), Les cahiers de doléances de 1789 dans le département du Pas-de-Calais, 1981, 2 vol. (se reporter à ma thèse pour les références exactes)

2 Le clergé pensait aussi améliorer le fonctionnement pédagogique grâce à des écoles "séparées" pour garçons et filles ; les habitants de Fosseux demandaient l’installation d’un curé dans chaque paroisse afin que chacun d’eux eût "plus de facilité pour veiller à l’instruction."

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter