Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Deuxième partie : Les petites écoles sous l’ancien régime : un enjeu social

Chapitre II. L’école villageoise

Texte intégral

  • 1 A. D. P. de C, 1 G 31-34 : beaucoup de renseignements qui suivent sont extraits de ces enquêtes.

1L’implantation et le fonctionnement des petites écoles rurales méritent de retenir l’attention en raison du nombre de paroisses concernées (près de 900) et de l’importance occupée alors par la société rurale. Malgré la destruction d’une grosse partie des archives départementales en 1915, il reste heureusement à l’historien quelques réserves documentaires pour mener son investigation : enquêtes épiscopales boulonnaises (1725,1749 - 1757)1, documents notariés et registres paroissiaux notamment.

1 - Le réseau scolaire

Une implantation progressive

  • 2 Dans les procès-verbaux de l’enquête ordonnée en 1569 par le duc d’Albe (chargé par Philippe II d’E (...)
  • 3 Bibl. Mun. Boulogne, ms 66 F 1

2Sans doute, quelques rares écoles villageoises existaient à la fin du Moyen Age, mais la nouveauté au XVIe siècle consista dans le développement du réseau scolaire. En Artois, l’existence des petites écoles apparaît vraiment à la fin des années 15602 mais le "placard" de 1580 demandait encore l’établissement d’"escolles" en "chacun village" et rien ne permet d’affirmer qu’il permit leur implantation définitive. Dans le Boulonnais, le réseau scolaire commença à s’étendre dans le premier tiers du XVIe siècle. L’existence de foyers protestants favorisa d’ailleurs la création d’écoles et en 1631, l’évêque Bouthillier avertissait les catholiques du danger possible de leur fréquentation. A Samer, vers 1610-1611, l’instruction semblait réservée aux enfants de familles aisées, les "pauvres gens n’ayant pas moyen d’envoyer leurs enfans aux escoles"3.

3A partir des années 1650-1670, pour l’Artois comme pour le Boulonnais, les mentions d’enseignants ruraux se font plus nombreuses dans les documents, de même que les fondations par les curés en faveur d’un enseignement charitable. A la fin du XVIIe siècle, celui-ci s’implantait là où il n’existait pas encore de façon régulière. L’enquête de l’évêque Henriau, en 1725, montre que dans le diocèse de Boulogne, exerçaient 318 enseignants, soit en moyenne un maître pour 40 enfants d’âge scolaire. Dix paroisses seulement étaient dépourvues. La partie artésienne du diocèse (haut-Artois), moins peuplée, semblait plus avantagée que le Boulonnais proprement dit :

Tableau 18 : Nombre d’enseignants dans le diocèse de Boulogne (1725)

4Le nombre de clercs laïcs, supérieur à celui des paroisses, inférieur au total des paroisses et des succursales, montre que si chaque localité salariait un maître d’école, celui-ci devait recevoir également des enfants venus des hameaux. L’éloignement ou la proximité de ces derniers conditionnait encore la scolarisation de beaucoup d’enfants au début du XVIIIe siècle. On s’en plaignait, tel le curé de Merck-Saint-Liévin : "la commodité leur manque, écrivait-il en parlant de ses ouailles, surtout à Avroult ou il n’y a ni école ni catéchisme."

  • 4 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1063 ; Gros des notaires, Divers, 1762 et 1777 (ex. de Vaudringhem et de (...)

5Au milieu du siècle, les visites effectuées dans la partie boulonnaise par l’évêque de Partz de Pressy montrent la présence d’un maître d’école pour 83 feux et pour 35 à 40 enfants. Depuis 1725, des succursales importantes s’étaient dotées d’écoles (Hermelinghen, Widehem, Halinghen, Saint-Denoeux..). Ce mouvement continua après 1750. En juillet 1757, les habitants d’Assonval, un hameau de Verchocq, réclamèrent à l’Intendant l’établissement d’un enseignant, en se fondant sur l’article V de la déclaration royale de 1724. En 1774, les habitants de Gournay, Mont-Guillain, Payelleville (hameaux de Verchocq) demandèrent à l’évêque de Boulogne l’établissement d’un vicaire qu’ils acceptaient de rétribuer "à condition qu’il résidera à Gournay... célébrera la messe... instruira la jeunesse dans une école qui sera tenue l’année entière..."4.

  • 5 La réponse de Hennebert a été publiée par A. GAZIER, Lettres à Grégoire sur les patois de France, 1 (...)

6En 1790, le chanoine audomarois Hennebert signalait dans sa réponse à l’enquête de Grégoire5 : " Il y a des maîtres dans tous les villages, excepté les hameaux." En réalité, la dernière partie de cette réponse doit être nuancée. A la fin du XVIIIe siècle, un enseignant exerçait dans chaque paroisse et dans les hameaux importants comme l’attestent les registres de catholicité. Le questionnaire de 1790 montre, à partir des chiffres de population, que la situation variait pourtant considérablement d’un Heu à l’autre puisque dans le Béthunois, on comptait un maître d’école pour 800 habitants et 80 enfants scolarisables. Le pourcentage enseignants/enseignés s’affirmait nettement plus favorable à l’ouest du futur département. L’écart entre les taux d’alphabétisation relevés dans les différentes régions s’explique en partie par ce déséquilibre démographique.

7Le réseau scolaire, déjà en place à la fin du XVIIe siècle, se resserra encore au cours du siècle suivant, l’unique école paroissiale ne pouvant pas toujours recevoir une population scolarisable en augmentation après 1750. Certes des ecclésiastiques favorisèrent les créations scolaires mais on remarque aussi une pression croissante de l’exigence laïque. Cette volonté des populations apparaît clairement chez les habitants des hameaux de plus en plus nombreux à être persuadés de la nécessité d’avoir leur école et s’engageant plus volontiers à participer financièrement à son implantation, par la rémunération d’un maître laïque ou ecclésiastique.

De la maison du clerc à l’école

8Pendant longtemps, et encore au XVIIIe siècle dans certaines paroisses, l’école ne fonctionnait pas toujours dans un lieu approprié à cet usage. Vers 1750, le bourg de Samer ne possédait toujours pas de "lieu fixe pour l’école" et le maître devait "en chercher une". Il arrivait ainsi que les difficultés pour trouver un local suffisamment spacieux pour l’accueil des écoliers empêchent le déroulement normal de l’école, comme à Vieil-Moutier en 1725, où J. Devienne, "très pauvre... et très mal logé" recevait "très peu d’enfans" ou comme à Belle-Houllefort vers 1760, où "faute de logement, il y a trois ans qu’il n’i a point de maître d’école au secours".

9Ainsi l’école, en tant que maison d’école et bâtiment pubHc spécifique, n’existait pas toujours. D’ailleurs cette notion n’était pas encore communément admise par les contemporains, notamment par les curés qui répondirent aux enquêtes épiscopales. Voici quelques exemples :

10En 1725 : à Ferques, "l’école se tient dans une maison voisine au presbitaire que le clerc paye" ; à Landrethun, elle se tient "dans le logement du magister" ; à Leulinghem, "il n’y a point d’escolle, le clerc loue une chambre pour cela" ; à Alembon, "les écoles se tiennent dans une maison appartenante à la paroisse" ; à Licques, "on tient l’escole dans une maison destiné pour cet usage qui se nomme l’Escole" ; à Enguinegatte, l’école fonctionne " dans une place destinée a cet usage" mais "dans la maison du clerc" à Polincove ; à Mencas, "on afferme une maison de particulier pour tenir école" ; à Enquin, "le clerc livre la place", et à Bryas, "le magister fait école dans sa maison."

11Vers 1750-1760, à Coulomby, "le vieux clerc tient école dans sa propre maison" ; à Frencq, on parlait encore de la "maison du maître d’école" ; à Cormont, "la paroisse fournit une maison au clerc ou il tient école" ; à Vieille-Eglise, "on tient les écoles dans une maison bâtie par la paroisse à cet effet" ; à Longvillers-Maresville, "on tient les écoles dans un logement qui appartient à la paroisse et destinée pour cela" ; à Maries, il n’y a "pas d’école puisque le magistaire est obligé de louer une maison à ses dépens" ; à Hucqueliers, les écoles ont lieu "dans les lieux mêmes" et à Journy, "dans l’écolle même".

  • 6 A la question de savoir où se tenaient les écoles, le curé de Wavrans répondit : "Cet article est b (...)
  • 7 Dans le Boulonnais, le subdélégué transmit à l’intendant de Picardie 23 dossiers entre 1750 et 1769 (...)

12La pratique de louer un logement pour y tenir l’école était plus courante dans le Boulonnais qu’en Artois6. Au cours du XVIIIe siècle, s’est pourtant imposée davantage la nécessité d’édifier et d’entretenir un bâtiment spécial à usage d’école, comprenant aussi le logement du clerc. Dans la réalité comme dans la langue, la maison du clerc, fit place sans disparaître totalement, à la maison d’école, à l’école, ou au bâtiment à usage d’école. Ce dernier devenait ainsi un local public, édifié et entretenu par la communauté d’habitants, affecté spécialement à l’usage scolaire, dont la construction ou la restauration ne pouvait se faire sans l’autorisation de l’Intendant et que l’enseignant devait quitter dès qu’il cessait ses fonctions. Ce mouvement d’appropriation publique des locaux à usage scolaire apparaît dans le nombre croissant de dossiers de construction ou de reconstruction envoyés par les paroisses aux subdélégués des Intendants7. L’implantation matérielle des écoles rurales fut parfois favorisée grâce à la générosité de quelques curés et seigneurs : à Tilloy-lès-Mofflaines, l’école fut bâtie vers 1728-1730 grâce à l’abbaye de Saint-Vaast qui abandonna aux habitants "une place...contenant huit verges... a charge de payer un chapon." De même à Salperwick en 1783, on décida de "choisir un terrein le plus convenable pour l’habitation dud. clerc et une Ecole pour l’Education des Enfans", et le curé participa aux frais en offrant 2401. et une partie du jardin attenant au presbytère.

  • 8 Arch. Nat. F17/13152 ; A. D. P. de C. 2 L 6/90

13A la veille de la Révolution, toutes les paroisses ne possédaient pas encore leur école ainsi qu’en témoigne l’enquête de 1791 pour le district de Montreuil-sur-Mer8 : à Beaurains, Boisjean, Campigneulles-les-Grandes, La Calotterie, Ruisseauville, les enseignants devaient toujours "se procurer une école pour enseigner la jeunesse. " Pourtant, là où existait une maison d’école, les assemblées d’habitants pouvaient s’y tenir, comme au printemps 1789 au moment de la rédaction des cahiers de doléances. Avant même la loi Guizot et la création officielle des mairies (1833), l’école était déjà devenue, par endroits, un nouveau lieu possible de ralliement dont le caractère public symbolisait un début d’autonomie par rapport au château et au presbytère.

Des écoles fragiles, exiguës et coûteuses9

  • 9 En dehors de ma thèse, voir mon article "Les bâtiments scolaires ruraux du XVIIIe siècle (Artois, B (...)

14En 1725, un curé sur 3 environ décrivait par quelques mots le bâtiment d’école de sa paroisse : "passable", "en bon état", "en assez bon état" ; certains locaux en revanche étaient totalement délabrés de sorte qu’"il n’y a plus lieu de tenir école" (à Verchocq), "entièrement à réparer" (à Reclinghem), comme à Embry où l’école "menache ruine", à Coulomby dont le curé parlait d’une "meschante escolle". Beaucoup de bâtiments connaissaient des ennuis de couverture : à Rumilly-le-Comte, il fallait "un toit de paille" pour l’école et à Eperlecques, elle était "mal couverte". Le bilan n’était peut-être pas aussi sombre que pourrait le laisser paraître notre description, puisque sur 61 écoles ainsi décrites par les curés du diocèse de Boulogne, 21 étaient jugées en mauvais état. Vers 1750, les documents mentionnent toujours le délabrement de certaines écoles, comme à Maninghem où il fallait changer la toiture. Lorsque ruine menaçait, le curé de la paroisse avisait la communauté d’habitants, et en cas de négligence durable, s’adressait à l’évêque et à l’intendant pour qu’ils ordonnent les réparations nécessaires.

15Il fallait généralement 3 à 4 mois, mais parfois beaucoup moins pour construire, reconstruire ou restaurer une école souvent victime des aléas climatiques et qui demeurait de toute façon très fragile. Les réparations étaient donc fréquentes : à cause d’une tempête, à cause d’un incendie, par suite d’une construction trop hâtive ou de l’utilisation de matériaux trop légers. Pendant longtemps en effet, l’école n’a été qu’un bâtiment fait de torchis, de bois et couvert de bottes de paille (couverture de "gluis"). Les incendies, accidentels ou malveillants, n’étaient pas rares, comme à Bouquehault en 1762, à Frencq en 1775, ou à Desvres en 1780. Peu nombreuses encore étaient les constructions "en bricque, couverte de paille et la charpente en chesne" comme à Desvres (1781), Arques (1777) ou encore à Blendecques où l’on opta pour une réfection en "pierres blanches". Ailleurs, comme à Moulle en 1782, les murs consistaient en "parois d’argile."

  • 10 A Arques, la salle de classe mesurait 60 m2 ; à Blendecques et à Moulle, elle faisait entre 30 et 3 (...)
  • 11 LORIQUET (H.), Les cahiers de doléances de 1789 dans le département du Pas-de-Calais, Arras, 1891, (...)

16La maison d’école semblait souvent trop exiguë, surtout dans les petites paroisses comme à Longueville, à Senlecques vers 1725, ou à Merlimont vers 1790. A cette date, dans le district de Montreuil, l’ensemble bâti mesurait en moyenne 53 m2, à l’intérieur duquel le local scolaire comptait pour environ 18 m2. Dans le bailliage de Saint-Omer, la salle de classe faisait davantage, entre 30-35 m210. Encore fallait-il fréquemment tenir compte de l’emplacement d’une cheminée, d’un four ou d’un escalier, ou encore...d’un métier à tisser. Cette exiguïté inquiétait parfois vivement certains villageois : dans leurs doléances, ceux de Réty, inquiets pour "la santé des enfans entassés dans ce réduit resserré" réclamèrent un local plus grand et mieux aéré11.

17Le délabrement de certaines écoles s’explique par le coût des travaux de réparation ou de reconstruction qui pesait lourdement sur les communautés villageoises. On hésitait à surcharger d’impôts des feux déjà passablement imposés, d’autant plus d’ailleurs que de nombreux foyers étaient exemptés en raison de leur pauvreté. En effet, comme le stipulait un règlement du Conseil d’Artois daté de 1757, il revenait aux habitants d’assurer les dépenses relatives au bâtiment scolaire : les "assiètes" reposaient sur les terres exploitées, sur le bétail, sur les moulins ; les seigneurs devaient également contribuer, de même que les curés "pour ce qu’ils tiendront à bail" ; chaque ménage était "cottisé...pour une tête", chaque veuve "pour une demi-tête...". Le coût des travaux excédait souvent les possibilités de la communauté qui sollicitait alors l’aide d’une abbaye ou demandait à l’intendant l’autorisation d’aliéner une partie de ses communaux, ce que fit Licques en 1784 après avoir essuyé un refus catégorique de soutien de la part des moines du lieu. Bien souvent d’ailleurs, les entrepreneurs des travaux devaient entamer une procédure pour se faire payer. Une construction en dur revenait entre 1500 et 2500 livres environ, ce qui représentait une lourde charge pour les feux imposés et entraînait de nombreux litiges.

  • 12 Cité par COTTEL, Inventaire sommaire des archives départementales, série C, 1882, p. 11.

18En 1764, à une correspondance de l’intendant de Picardie qui avait estimé que les dépenses pour constructions, réparations d’écoles et salaires des maîtres incombaient aux seuls habitants en raison des avantages qu’en retiraient leurs enfants, le subdélégué de Boulogne, M. de Chastelet, répondit qu’il lui paraissait normal de rémunérer ainsi le maître d’école mais injuste de faire contribuer les "pauvres fermiers" à cette dépense "extraordinaire souvent considérable entraînée par l’entretien des bâtiments"12. Sans aller jusqu’à réclamer vraiment une intervention étatique, le subdélégué évoquait ainsi de façon voilée la possibilité d’un soutien financier extérieur à la paroisse, soit par des exemptions fiscales soit par une redistribution partielle des dîmes. De manière timide et confuse encore, se précisait la notion d’école publique.

Les écoles de filles

  • 13 A. D. P. de C., 1 G 940 (306)

19Compte tenu des difficultés qui viennent d’être évoquées, la plupart des paroisses ne pouvaient construire et entretenir qu’une seule école à une ou deux "places" (classes). Les écoles ou classes d’écoles réservées strictement aux filles et dirigées par des maîtresses étaient très rares. D’après l’enquête épiscopale de 1725, il en existait une à Desvres, à Guînes, à Réty, à Samer et à Fauquembergues. Par la suite, l’installation de congrégations séculières féminines dans les bourgs favorisa l’implantation d’écoles réservées aux filles à Auxi-le-Château, à Fauquembergues, Frévent, Guînes, Lattre-Saint-Quentin, Marquise, où enseignaient les sœurs de la Providence. A Samer, les fillettes étaient instruites par les sœurs de l’Instruction Chrétienne. En 1771, à Le Wast, M. de Montgazin, grand-vicaire de l’évêque de Boulogne, fonda un établissement confié aux sœurs de la Charité pour "les pauvres malades et instruction des pauvres petites filles de la paroisse du Wast, de celles de Boursin, Colemberq, Alincthun, Belbrune, Belle et Houllefort"13.

  • 14 Ibid.

20On note aussi des fondations à la Herlière en 1738, grâce à la générosité du chanoine arrageois Dufour et à Lestrem en 1754. Dans son diocèse, Mgr de Partz de Pressy s’employa beaucoup pour diminuer le nombre d’écoles mixtes. Ainsi en 1782 se faisait-il délivrer des Lettres patentes pour l’établissement d’écoles de filles, lettres dans lesquelles on peut lire etoit essentiel que les Ecoles destinées à l’instruction des filles fussent séparées de celles des garçons, en sorte qu’il n’y eût aucun mélange entre les deux sexes, qu’il désireroit en conséquence établir dans les paroisses d’Allouagne, Desvres, Etaples, Alquines, Fauquembergues, Fressin, Frévent, Fruges, Licques et Marquise, toutes de son diocèse, des maîtresses d’école pour l’instruction des jeunes filles, outre les maîtres d’école qui y sont déjà établis, lesquels se fixeront à l’instruction des garçons... "14.

  • 15 Arch. Nat., S 7474

21L’entreprise ne put aboutir avant la Révolution. Signalons encore les écoles installées dans des abbayes, comme celle d’Annay près de Lens qui recevait exclusivement des pensionnaires15.

22A la fin du XVIIIe siècle, les écoles de filles demeuraient très rares, excepté dans les bourgs. Ailleurs, les petites villageoises ne pouvaient que fréquenter l’école unique du village, dirigée par un homme. L’idée d’un enseignement uniquement réservé aux filles et dispensé par des femmes faisait son chemin, mais elle se heurtait souvent aux contraintes matérielles. La carence de l’enseignement féminin s’explique aussi par la mentalité de l’époque selon laquelle les femmes n’avaient guère besoin d’être instruites et par la rareté des maîtresses d’école rurales. Le métier d’enseignant, à la campagne, demeurait avant tout une profession masculine.

2 - Les enseignants

23En dehors des séculières, l’enseignement était dispensé par des ecclésiastiques (des vicaires le plus souvent) et par des laïcs. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, exerçaient aussi des clercs tonsurés, ayant reçu les ordres mineurs. Les laïcs ne portaient pas encore le nom d’instituteur ; on les dénommait maître d’école ou magister. Comme auxiliaires du curé, ils portaient aussi le titre de clerc. Aussi les appelait-on fréquemment : clerc cléricant (ou clériquant), clerc d’école, clerc maître d’école, clerc laïc (ou lai, lay, laïque). L’appellation coutre et maître d’école, plus rare, était usitée dans le pays de Brédenarde (région d’Audruicq).

Leur carrière

* La nomination

  • 16 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1786,11
  • 17 Ibid., 1763, 249

24Elle incombait aux habitants de la paroisse, sauf s’il s’agissait d’établir un vicaire. Dans ce cas, la communauté transmettait une requête justifiée à l’évêque, auquel revenait le pouvoir de nomination, à charge pourtant pour les villageois de la faire entériner par un intendant toujours sourcilleux sur le chapitre des dépenses. Pour le choix d’un maître laïc, la procédure pouvait varier d’un diocèse à l’autre. En règle générale, l’assemblée des habitants délibérait et choisissait son maître d’école ; elle adressait ensuite sa requête à l’Intendant ; en cas d’acceptation l’enseignant devait, comme A. Tanfin élu en 1786 par les habitants de Nortbécourt, "obtenir l’aggrément et l’institution aux charges et fonctions, de Monseigneur l’Illustrissime et Révérendissime Evêque de Boulogne"16 Il arrivait pourtant qu’une communauté méfiante et désireuse de ne pas multiplier les frais de procédure préférât réclamer à l’évêque une approbation de principe avant toute délibération et toute élection, ceci afin de ne pas élire un clerc qui ne pût être agréé par la suite. Cette pratique avait cours principalement dans les diocèses d’Amiens et de Boulogne où le rôle des évêques en cette matière demeurait prépondérant : ainsi à Eperlecques en 1763, les habitants s’adressèrent-ils à leur évêque en ces termes : "Comme il ne dépend pas des requérons de prendre un clerc lay à leurs guise, ils supplient Monseigneur l’Evêque de Boulogne de vouloir examiner la personne proposée par le Sr Varlet (le curé) pour l’admettre à ladite fonction... "17 Dans la réalité pourtant, excepté pour les vicaires-enseignants, le rôle des évêques s’était amenuisé depuis le début du XVIIIe siècle, leur approbation n’étant plus dans la plupart des cas qu’une autorisation formelle, demandée pour le principe par les communautés villageoises. Ces dernières décidaient véritablement du choix de leur maître d’école. Elles perdaient toutefois ce privilège lorsque naissaient les contestations à propos du "rolle de répartition" ou de l’élection du clerc : dans ce cas, l’Intendant intervenait directement et tranchait.

25Le mode de nomination atteste l’importance des responsabilités laissées aux communautés villageoises. Généralement le poste vacant était pourvu par concours : se présentaient alors des postulants dont il fallait examiner les compétences, après présentation d’un ou deux certificats rédigés par leur curé qui attestait leur moralité et leur religion. Restait l’examen des talents. Certains cinés, influents et méfiants, le faisaient avant la réunion de l’assemblée villageoise, retenaient un candidat qu’ils connaissaient déjà, décourageaient les autres, et l’élection par les paroissiens se réduisait alors à une simple formalité ; parfois aussi se proposait un seul candidat, ce qui bien entendu simplifiait le choix. Lorsqu’il y avait concours, celui-ci se déroulait en public, dans le cimetière, un dimanche après-midi après les vêpres, en présence du curé, du seigneur ou de son représentant, du bailli, des échevins et "principaux habitons et manans" du village.

  • 18 A. D. P. de C., 4 E 33(45), F 625

26Ainsi procéda-t-on en 1781, à Noyelle-Vion, devant la communauté " à laquelle assemblée il a été représenté qu’il convenoit de choisir le plus scavant et le meilleur desdits quatre sujets"18 Ce choix pouvait donc être fait par l’ensemble des participants à l’assemblée : à Beaurains en 1786, D. J. Plouvier fut "élu et nommé d’une voye unanime" ; l’élection pouvait être aussi réservée à l’avis d’un jury, la communauté devant alors se contenter d’entériner la décision des jurés : ce fut le cas à Hersin-Coupigny en 1733 où présidait le curé-doyen et à Le Souich en 1785 où l’on notait la présence d’un chantre de Doullens et d’un autre clerc laïc pour faire " l’office d’examinateurs au concours projeté". A Eperlecques en 1747, le choix du clerc s’étant opéré en petit comité, l’on dut effectivement convoquer l’assemblée des habitants pour procéder à une élection officielle.

  • 19 A. D. Nord, 5 G 520,583

27Fréquemment, le recrutement d’un enseignant occasionnait des tensions sérieuses : à Ruyaulcourt en 1719, le clerc A. Descamps, contraint à la démission, "une vingtaine d’esprit meutins" firent "un bruit essonant" et insultèrent les autres habitants réunis à la sortie des vêpres, afin d’empêcher à la nomination de son successeur ; à Hersin-Coupigny en 1774, une "cabale" de dernière minute se manifesta pour empêcher l’élection de J. B. D’Houdain19. En 1765 à Aubin-Saint-Vaast, le subdélégué de l’intendant dut intervenir et décider du choix de l’enseignant, 26 habitants refusant résolument d’admettre la décision des 50 autres.

* Une fonction stable et de caractère familial

28La nomination du maître d’école dépendait donc surtout de la communauté au sein de laquelle, le rôle des fermiers et des laboureurs s’avérait souvent déterminant. Deux personnages intervenaient parfois de façon décisive : le curé de la paroisse bien sûr, mais aussi le seigneur ou son représentant là où se maintenait une seigneurie forte, comme celles de l’abbaye Saint-Vaast ou du marquisat de Colembert. Une fois élus et approuvés, les clercs ruraux demeuraient à leur poste généralement pour une longue période, même si le contrat d’engagement mentionnait parfois une durée d’exercice limitée mais renouvelable : en 1747 à Eperlecques, J. F. Leborgne fut engagé pour trois ans ; à Fleurbaix et à Laventie, à la fin du XVIIe siècle, les clercs devaient demander chaque année la prorogation de leurs fonctions, "le dimanche de Quasimodo en assemblée de cimetière. " Malgré cela, l’emploi se signalait par sa stabilité et surtout par son caractère familial. En 1770 à Licques, était nommé A. Ducrocq qui succédait à son père, clerc depuis 1726 ; à Moringhem en 1746, décédait Charles Bouteleux, clerc pendant 59 ans. A Le Souich, la famille Briou occupa la fonction de 1650 à 1785 sans interruption ; à Festubert, on trouvait les Fournier installés dans ce métier, à Bouvigny-Boyeffles les Dupuich, à Polincove les Lagais(s)e, à Hesmond les Fauquembergue, à Campagne-les-Boulonnais les Dautriau, à Audruicq les Foube, à Moringhem et Nortbécourt les Delattre, à Hallines les Plumion, à Coquelles les Deguines, à Maries les Garbe, à Peuplingues les Bonvarlet, à Selles et Doudeauville les Franqueville...

29Certaines familles essaimaient dans les villages voisins, généralement dans l’espace d’un doyenné : ainsi les Pouilly dans celui de Wissant, les Hénon dans celui d’Alquines... Le 27 juillet 1745, L.M. Delbart clerc de Leubringhem prenait pour témoins à son mariage ses deux frères, l’un clerc de Rinxent, l’autre également clerc, à Ferques : chacun des trois exerçait à moins de 10 km l’un de l’autre ; vers 1755, les Butet enseignaient à Escalles et à Wissant ; dans le Ternois, les familles Haulte-cœur, Nizart, Bouchez, Blazart s’étaient spécialisées dans l’emploi de clerc laïc. Les maîtres d’école étaient donc bien souvent des gens du pays, habitant le village ou venant de localités assez proches et issus de familles connues. Ils avaient été formés "sur le tas", par leur père ou un parent proche.

30Ainsi Boullengé, devenu clerc à Cambrin en 1741, succéda-t-il à son père qu’il secondait depuis 1726 ; à Remilly-Wirquin à partir de 1783, L. Bellenguez commençait son apprentissage et devenait clerc en 1786 ; de même à Tournehem, J. B. Aniéré signa des actes à partir de 1781 jusqu’en 1790 et, au cours de cette période, suppléa son père pour certaines cérémonies ; à Ferques, " P. Delebarre... a succédé a son père depuis environ un an, tenant même sa place longtems avant sa mort" ; à Havrincourt en 1790, F. Lupart était qualifié de "clerc assistant", le clerc titulaire étant Pierre-Augustin Lupart. L’apprentissage durait quelques années, trois ou quatre au minimum, mais souvent bien davantage. Dans la région de Béthune, pour 18 clercs dont G. Hays a pu retrouver l’âge d’entrée en fonctions, on note que 2 étaient âgés de moins de 20 ans, 8 avaient entre 20 et 30 ans et 8 encore qui dépassaient la trentaine. Les très jeunes clercs étaient donc l’exception, même si on trouve vers 1753-1759 un J. M. Framery âgé de 18 ans en poste depuis 6 mois à Rinxent, un Jean Butet âgé de 19 ans exerçant à Escalles, et un jeune homme de 17 à 18 ans à Parenty mais qui ne tenait "les écoles que dans l’absence de Mr le vicaire. " En 1725, pour 20 clercs du diocèse de Boulogne, la durée moyenne d’exercice dans la paroisse était d’environ 15 ans.

* Conflits et révocations

31Assez peu fréquentes dans nos régions au XVIIIe siècle, les révocations de clercs laïcs, lorsqu’elles étaient signifiées, illustraient les tensions qui traversaient la société rurale.

  • 20 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1787
  • 21 A. D. P. de C, 4 E 18-XIV(165), f° 89 r°
  • 22 DELAMOTTE (abbé Georges), "La nomination des maîtres d’école avant la Révolution", Bull. Soc. Acad. (...)

32L’autorité ecclésiastique pouvait suspendre un clerc enseignant sans autorisation, ou impliqué dans une affaire de mœurs : en 1719, P. Dubois de Bertincourt fut démis de ses fonctions et interdit d’exercice dans tout le diocèse. Certains curés parfois outrepassaient leurs droits et signifiaient son congé à un clerc jugé négligent ou indigne : en 1744 les habitants de Matringhem s’opposèrent ainsi à leur prêtre en faisant savoir qu’il avait "revocqué sans le consentement de la communauté" un clerc dont "tout le monde estoit satisfait". Il appartenait en effet à l’assemblée des habitants de se prononcer sur une éventuelle révocation comme l’indiquent d’ailleurs les procès-verbaux de nomination : "les requérons se reservent de revocquer ou en établir un autre en son lieu et place toutes fois et quand ils jugeront nécessaire sans qu’ils soient tenus d’alléguer aucunes causes"20. En 1767, pour des raisons d’économie les paroissiens de Roclincourt décidèrent de mettre fin aux fonctions de Me Gaillard, un prêtre faisant office de clerc laïc (cas très rare)21. Encore fallait-il réunir sinon l’unanimité du moins une majorité suffisante. En juin 1774, Louis Routier de Lacres avait été démis de ses fonctions par une assemblée réduite, réunie à l’instigation du curé mais une seconde réunion eut lieu en juillet suivant.22 Lors de semblables affaires, il était fréquent que la paroisse se partageât en deux camps irréductibles : à Nortbécourt, le 26 février 1786, 16 habitants signèrent la révocation du clerc et le choix de son successeur, mais ajoutaient les notaires, "par une partie assez nombreuse des dits habitons a été dit que ledit Delattre leur convient, qu’ils n’entendoient jamais consentir à l’élection dudit Tanfin... et se sont tous retiré sans vouloir signer quoique de ce interpellés comme aussi de s’expliquer". A Ruyaulcourt, en 1719-1720, la démission forcée d’A. Descamps donna heu à des troubles graves, l’ancien clerc et ses partisans allant jusqu’à chahuter et souffleter le nouveau clerc dans l’église. Ces divisions au sein de la paroisse ne traduisaient pas systématiquement une lutte entre riches et pauvres, mais plutôt des oppositions entre des groupes à la tête desquels se trouvaient souvent quelques fermiers et laboureurs, entraînant avec eux leurs "clientèles" de manouvriers. Mais parce qu’il était le supérieur hiérarchique du clerc en matière ecclésiastique, c’était souvent autour du curé que se nouaient les plus nombreux conflits.

Le métier de clerc laïc

* De nombreuses activités

  • 23 A. D. P. de C., 4 E 18-XIV(181), P 207-209

33En octobre 1786, lorsqu’ils nommèrent D. Plouvier comme clerc laïc, les villageois de Beaurains stipulèrent un certain nombre de conditions. Celles-ci formaient un règlement qui nous permet de connaître très exactement ce qu’on exigeait du clerc23.

34"Celui qui sera élu devra :

  1. tenir une conduite édifiante et irréprochable

  2. sera tenu de fixer sa demeure dans cette paroisse

  3. de contenir dans l’église les enfans dans la modestie, la descense et le respect du au lieu saint, notament pendant les offices

  4. de se procurer une école pour enseigner la jeunesse

  5. d’assister assiduement à toutes les offices de la paroisse et à l’administration des sacremens.

  6. de sonner l’angeluse le matin, a midi et le soir

  7. de balayer ladite église une fois la semaine

  8. d’omer les autels, d’apprêter les omemens pour la célébration des offices, de les mettre dans l’ordre à l’issue dudit office et de les renfermer dans la garde-robbe

  9. de tenir l’école pour les enfans depuis le premier octobre jusqu’au dernier jour de chacune année et enfin de remplir avec exactitude toutes les autres fonctions annexées à cet emploi. "

35Ce règlement s’attachait surtout à préciser les tâches cléricales mais demeurait vague sur le contenu de la fonction magistrale. En effet le clerc laïc était d’abord clerc, c’est-à-dire un homme d’église qui assistait le prêtre aux offices comme servant, organiste et chantre ; qui sonnait l’angelus, les offices et les "commencemens d’orage" ; qui accompagnait le curé allant administrer les sacrements ou chercher les corps à inhumer ; qui s’occupait du rangement, du nettoyage de l’église. Ces diverses tâches en faisaient un homme très proche du curé dont il était l’auxiliaire indispensable.

36A ses fonctions cléricales, le clerc laïc ajoutait fréquemment celle de greffier de la communauté et il rédigeait les avis de convocation des assemblées d’habitants. On le sollicitait également pour la rédaction de certificats, de reçus ou d’attestations. Certains se présentaient aussi comme syndics, arpenteurs ou collecteurs d’impôts. En dehors de toutes ces occupations, notre homme faisait également fonction de maître d’école, et c’est évidemment à ce titre qu’il nous intéressera davantage. Les statuts synodaux lui demandaient " d’apprendre aux enfans a lire et a ecrire, de leur enseigner les élémens de la doctrine chrétienne par des catéchismes familiers et de leur montrer le chant et les premières règles de l’arithmétique".

  • 24 BOYAVAL (R.), Le Souich. Un village à cheval sur les frontières d’Artois et de Picardie. 1945, p. 6

37Ces exigences, pour minimes qu’elles puissent paraître aujourd’hui, n’étaient pas, à l’époque, à la portée du premier venu. Dans la réalité, on devenait maître d’école en succédant à son père et parfois à la suite d’un concours où, devant une assemblée plus sensible aux performances vocales qu’aux compétences pédagogiques, il fallait surtout savoir chanter haut et fort, écrire quelques beaux modèles en lettres batardes ou rondes... et bénéficier de l’appui des paroissiens. A Le Souich en 1785, un employé des Fermes du Roi pouvait ainsi devenir maître d’école en remportant le concours au détriment d’un...maître d’école ; à Eperlecques en 1763, les habitants eussent volontiers accepté la nomination du clerc de Watten car il savait "toucher l’orgue" et était donc capable "de remplir toutes les vues"24.

* Les ressources25

  • 25 On comptait alors en livres(l.), sols(s.) et deniers (d.) : 1 1. valait 20 s. et 1 s. équivalait à (...)

38Le clerc laïc percevait d’abord la rémunération de ses fonctions cléricales : d’abord une partie du casuel, souvent le tiers de ce qui revenait au curé lors des baptêmes, mariages et enterrements ; difficilement évaluable, ce revenu était de toute façon minime. Ensuite, s’ajoutait le fixe ou gros que le clerc recevait pour son clergé ou sa cierge, payé souvent intégralement par les habitants, parfois partiellement par une abbaye. Le fixe rétribuait l’assistance aux offices et les divers services rendus dans la pratique du culte. Il pouvait être payé en argent grâce à une imposition annuelle levée sur chaque ménage et comprenant aussi quelque rétribution en nature : à Colembert en 1724, pour payer le gros de F. Hibon, chaque feu fut imposé à 18 sols et devait lui fournir un à trois boisseaux de blé dans l’année.

39Ce mode de rétribution mixte apparaît souvent dans les renseignements fournis par l’enquête épiscopale de 1725, pour la partie boulonnaise du diocèse surtout : à Bainghen le clerc percevait annuellement 30 l. de fixe et 6 quartiers de blé ; à Courset : 30 l. et 7 quartiers 1/2 de blé ; à Alincthun : 18 sols par feu et 1/2 boisseau de blé par "cavale" ; à Longueville : 50 l. et 2 setiers de blé ; à Longfossé : 40 l. et 2 "setiers".

40Un autre mode de rétribution consistait dans la "quête du pain" effectuée chaque dimanche par le clerc laïc qui portait l’eau bénite Hans les maisons. Dans certains doyennés, il percevait ainsi un fixe en argent très faible (7 à 8 s. par an et par feu) mais ses quêtes (un pain d’un sol par feu et par semaine) devaient lui assurer l’essentiel de son revenu. Cette coutume semblait assez courante dans les régions d’Hesdin, de Saint-Pol et d’Arras. Dans certaines paroisses du bailliage de Saint-Omer, le clerc pouvait effectuer une quête annuelle "au bled et au boeur" (beurre), mais il touchait un fixe plus important (70 à 75 1.). Dans les grosses localités ou dans les bourgs, la situation cléricale rapportait davantage : à Licques en 1780, Ducrocq percevait 100 l. (son père touchait 75 l. vers 1750) et à Samer, le nommé Dufour recevait 120 l. Rattachons aussi au casuel et au fixe les menues sommes reçues pour l’entretien des ornements de l’église ou de la pioche et de la corde quand le clerc était aussi fossoyeur.

  • 26 A. D. P. de C., 16 J 55, 9 J 43 P 4 ; BOURGEOIS (A.), "Le clerc d’église et l’enseignement en Artoi (...)

41Outre leurs gains attachés à la fonction cléricale, les clercs laïcs recevaient une rétribution mensuelle versée par chaque famille envoyant des enfants à l’école. Selon le niveau des élèves, les maîtres villageois réclamaient 3 à 8 s. par mois pour chaque élève : à Créquy en 1725, les écoliers versaient 3 à 4 s. ; à Desvres en 1772, ils donnaient 4, 6 ou 8 s., à Licques en 1780, 4, 5 ou 7 s. et à Beaurains, 6 à 8 s. en 1786. En moyenne le clerc laïc réclamait une livre et demie pour un écolage de 6 mois. Il pouvait être rétribué aussi par la Table des pauvres de la paroisse lorsqu’elle disposait de ressources suffisantes pour financer l’écolage des enfants nécessiteux. En 1752, J. F. Le Roy, clerc de Biache-Saint-Vaast, reçut 9 1.16 s. "pour avoir enseigné les pauvres enfans de cette paroisse pendant l’hiver " ; à Couin, J. A. Grebet réclamait 3 s. par mois pour chaque écolier pauvre, mais aussi "3 mois et demi de poel à deux sols et demi" ; à Mazingarbe, l’écolage des pauvres montait à 6 l. 11 s. en 1788 et à Longuenesse, en 1762, la Table versa 11 l. pour l’écolage de 16 enfants pauvres, ce qui faisait environ 5 sols par mois pour chaque élève26. Selon les années et la conjoncture, les sommes versées par les Tables pouvaient varier du simple au double, compte tenu du nombre d’écoliers pauvres scolarisés.

  • 27 A. D. P. de C., 4 E 81(20), P 114-116

42En règle générale, le revenu du clerc-maître d’école était médiocre et mal payé. Souvent il s’en fallait de beaucoup pour qu’il atteignît les 150 l. fixées de façon indicative par la déclaration royale de 1724. Cette médiocrité apparaissait plus sensible encore dans les régions de "quête au pain". La partie essentielle du revenu, le gros, dépendait du bon vouloir des habitants et de leurs facultés contributives. Les ressources augmentaient aussi en fonction du nombre de feux. Insuffisamment rémunérés, les clercs laïcs devaient bien souvent encore mendier leurs gages, supplier, menacer, assigner, plaider... De nombreux curés signalaient les difficultés des clercs pour se faire payer : à Coulomby, le fixe était "male payez par la communauté" et à Regnauville en 1784, le clerc Ch. Seillier se plaignait de voir une partie des habitants lui refuser "le pain qui lui revient par chaque maison...quoiqu’il s’y soit présenté avec témoins"27. Les difficultés surgissaient aussi lorsque les paroissiens des hameaux tardaient ou refusaient de rétribuer des services dont ils bénéficiaient peu à cause de l’éloignement : en mai 1786, suite aux plaintes de C. Bonnet, clerc laïc, la communauté d’Audrehem décida d’engager une procédure contre la succursale de Clerques. Sans doute l’écolage était-il mieux versé car le maître pouvait alors refuser de recevoir les mauvais payeurs. En ce domaine pourtant, les clercs dépendaient encore du bon vouloir des parents qui pouvaient retirer leurs enfants, comme l’atteste cette remarque du curé de Wirwignes vers 1750-1760 : "Quand les enfans sont mecontens de leurs maistres, les parens les envoient dans les paroisses voisines sans permission et on les y reçoit de même contre le règlement des status."

  • 28 Vers 1750, 2 manouvriers d’Audruicq percevaient l’un 261. 5 s., l’autre 14 1. 5 s. pour 21 et 19 jo (...)

43Pour compléter leurs ressources, les clercs laïcs exerçaient fréquemment des métiers annexes : certains, nous l’avons vu, étaient greffiers, arpenteurs, fossoyeurs ; en 1684, P. Liévin était cabaretier à Quiestède ; en 1713, J. F. Hoel de Wizernes taillait aussi des habits et en 1734, D. Cadart de Boisdinghem était également tisserand. De nombreux clercs se livraient aux travaux agricoles, possédaient une ou plusieurs parcelles de terre et entretenaient quelques bêtes. D’après les contrats de mariage et les actes de succession, il est possible de cerner à peu près le niveau de fortune des maîtres d’école villageois. Leurs revenus les plaçaient au-dessus des nécessiteux, des journaliers et manouvriers du village, mais la plupart du temps au-dessous des paysans ménagers, laboureurs ou fermiers28. Les jeunes clercs, quand ils se mariaient vers 1750, apportaient 400 l. en moyenne tant en meubles qu’en argent ; quant aux "futures", elles présentaient une dot de 100 à 300 l. en argent, blé, animaux de ferme ou ustensiles de cuisine.

  • 29 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Donations, 1766 (37), 1779 (39) ; Partages, 1787 (16), 17 (...)

44A la fin de leur vie, les clercs ne s’étaient guère enrichis comme le montrent les actes successoraux. En 1766, J. J. Lengaigne ancien clerc de Coulomby léguait à son neveu 5 mesures 1 quartier 19 verges de terres à labour, une vache, une armoire et un lit, le tout faisant 4 à 5 000 l. En 1779 et en 1789, les clercs de Zudausques et d’Inghem laissaient chacun à leurs héritiers un peu plus de 3 mesures de terres évaluées à environ 2 000 l.29

45Les enseignants ruraux appartenaient ainsi aux 52 % des villageois dont la fortune n’excédait pas 5 000 l. et il est possible de les situer au 2e ou 3e échelon d’une échelle de fortune en comportant 8. La précarité de leur existence apparaît à la lecture de certains actes notariés, tel celui rédigé en 1779 pour P. Macrez, clerc de Zudausques, et sa femme qui, "considérant qu’ils ne sont plus en état de gagner leur vie, attendu leur grand âge et leur infirmité et que le peu de revenu de leurs biens qu’ils ont n’est pas suffisant pour leur nourriture et entretiens" lèguent leur petit bien à leurs enfants à charge pour ces derniers de les nourrir jusqu’à la fin de leurs jours.

Le profil sociologique des clercs ruraux

* Un milieu familial modeste

46Le père du maître d’école, s’il n’était déjà clerc, exerçait une profession humble : manouvrier, ménager, laboureur mais rarement, ou artisan ; les frères et sœurs du clerc ne "montaient" pas très haut non plus dans la hiérarchie sociale : Patin, clerc de Landrethun, comptait un frère manouvrier analphabète, une sœur mariée à un ouvrier tisserand, un autre frère compagnon maçon. Lorsqu’il se mariait, le clerc épousait une fille d’humble origine, assez souvent analphabète avant 1750. Celle-ci mettait au monde 5 à 6 enfants dont 2 ou 3 mouraient en bas âge : Jeanne Hermain, femme de N. Leborgne, clerc d’Heuringhem, donna le jour entre le 17 mars 1770 et le 17 octobre 1780 à 7 enfants dont 3 décédèrent avant leur dixième année. Le curé de Nortbécourt indiquait, en 1725, que son clerc était chargé d’une "grosse famille". Les enfants du clerc demeuraient, eux aussi, à des niveaux modestes : J. L Campagne fils du magister de Wittes, âgé de 27 ans, était en 1741 valet de ferme à Saint-Martin-au-Laërt ; Thérèse Bouteleux, fille du clerc de Moringhem, se maria, en 1741, avec un manouvrier. Les clercs ruraux aspiraient pourtant à ce que l’un de leurs fils leur succédât ou entrât dans la carrière ecclésiastique.

* Une ambiance cléricale

  • 30 Sous le nom de Frère Barthélémy, Arch. de la Maison Généralice (Rome), NC 304/1 ; Citons aussi J. B (...)

47Aux côtés du curé, le clerc participait à de nombreuses, sinon à toutes les cérémonies religieuses. L’église, la sacristie, les ornements sacerdotaux, tout cela était aussi son domaine. Il était présent lors de la prise de possession de la cure par un nouveau prêtre ; pendant les offices, revêtu du surplis, il devait être encensé et recevoir les "honneurs de l’église. On ne pouvait vivre dans une telle ambiance sans être profondément influencé, et la plupart du temps, le clerc était quelqu’un de fort dévot qui se faisait parfois inhumer dans l’église de la paroisse, comme A. Alizart de Remilly-Wirquin en 1749. L’épouse elle-même n’échappait pas à cette empreinte religieuse : Jeanne Quéval, femme du magister de Coulomby, demanda dans son testament 3 services solennels, 400 messes basses, une recommandation au prône durant 10 ans. La famille du clerc laïc vivait dans une perpétuelle atmosphère de religiosité, à l’ombre d’un curé omniprésent et omnipotent, surveillant tout, laissant à son auxiliaire toutes les tâches ingrates, et vivant plus aisément et confortablement dans un presbytère mieux entretenu que l’humble maison cléricale. Aux yeux du clerc, la fonction curiale pouvait ainsi apparaître comme une sorte d’idéal social. Aussi trouve-t-on bon nombre de fils de clercs laïcs se dirigeant vers l’état ecclésiastique, comme A. J. Bernard de Wamin en 1784 ou E. Thomas de Ternas en 1783. Certains optaient pour l’Institut des Frères des Ecoles chrétiennes et il faut signaler le cas de Joseph Truffet, fils du maître d’école de Sains-lès-Marquion, qui succéda à J. B. de La Salle comme Supérieur général30.

* Un homme appliqué

48"Il en a qui murmurent contre luy, mais on ne peut plaire à tout le monde, il faudroit pour cela être parfait et encore seroit-on exposé à la critique", écrivait le curé de Saint-Martin-les-Boulogne à propos de son clerc. En 1725, 108 curés sur 144 jugeaient favorablement leur clerc, et vers 1750, pour 43 réponses exploitables, 14 donnaient une appréciation positive, 12 un jugement mitigé et 7 une opinion négative. Ces indications fournies par les enquêtes épiscopales ne permettent pas toujours de savoir ce que le curé jugeait, de la moralité, des capacités pédagogiques ou de l’application professionnelle. Sur ce dernier point, on constate certes des exemples de négligence : "On seroit plus content de luy s’il etoit plus assidu et plus appliqué", constatait le curé d’Offekerque en 1725 ; à Bailleul-lez-Pernes, à la même époque, J. M. Dubois était jugé "paresseux et négligent à tenir l’école propre" ; à Ruyaulcourt A. Descamps, dont nous avons déjà parlé, manquait d’application selon le curé Blaise : "sa négligence pour l’église est au dela de toute expression : il envoie touts les samedy 4 ou 5 enfans balier l’eglise lesquels très souvent s’y battent et y font une poussière affreuse ; le clercq a refusé jusqu’à présent d’y être en personne, grace que je lui ais demandé bien des fois..." A Eperlecques, G. F. Dewintre commençait son école vers 9 heures au lieu de 8 comme il y était tenu. "Il ne fait point l’école", est-il reproché en 1774 à Routier, clerc de Lacres, et lorsqu’il la tient, "son écolle se trouve interrompue par deux mettiers de bas dont il est muny" ; de même à Meurchin en 1738, les habitants se plaignaient de J. P. Leparlier à cause duquel "passé plus de vingt ans les écoles ont été négligés en notre paroisse". Multipliant les activités pour améliorer son niveau de vie, le clerc en arrivait parfois à négliger son travail d’enseignant, ce dont témoignaient en 1789 les habitants d’Hesdigneul à propos des maîtres d’école "qui par nécessités sont obligés de quitter leurs écoliers pour travailler pour gagner leurs pains..." Certains, comme le clerc d’Eperlecques ci-dessus nommé, préféraient s’occuper de leurs pensionnaires et négligeaient les écoliers de la paroisse moins "rémunérateurs". Pourtant ce qui ressort le plus souvent, c’est le sérieux de ces hommes modestes, attelés à leur métier jusqu’à un âge avancé. A Preures, M. J. Watelier était jugé irréprochable "pour son emploi" ; à Bournonville, P.

49Maquinghem faisait "son devoir" ; à Bléquin, "on est très content de lui" ; de même à Lumbres pour T. Dutriaut comme à Zudausques pour J. Fayole ; à Frethun, P. Houzel, vers 1750, était sérieux de même que F. Babilard, à Vieille-Eglise...

50Une grosse majorité de clercs était jugée favorablement par les curés, même si l’avis de ces derniers ne coïncidait pas toujours avec l’opinion d’une partie de la population. En 1725, le curé de Beussent notait : " les paroissiens ne sont pas contens de luy ; leurs raisons cependant ne paraissent pas fondées. Le curé d’Herly signalait la même chose pour le clerc A. Macrel.

* De moins en moins clerc, de plus en plus laïc ?

51Hormis la négligence professionnelle, les curés signalaient quelquefois le manque de moralité de certains clercs. En 1719 celui de Ruyaulcourt dénonçait l’impureté" d’A. Descamps, qui "prenoit certaines filles entre ses jambes, mettoit la main par la fente de leurs juppes, haussoit leurs chemises, appliquait sa main sur leurs parties et les tenoit ainsi saisies en long tems les pressants contre soy..." Vers 1740 à Meurchin, le clerc Frésiques, vivant en concubinage avec une fermière, était accusé de scandale. Excepté ces affaires de mœurs, assez rares, les reproches les plus courants concernaient la sobriété relative des clercs, sujets à "un peu de buvette" comme ceux d’Attin, d’Auchel, de Bréxent ou de Bailleul-lez-Pernes en 1725. Vers 1750 à Colembert, J. Hanse ne voulait pas "s’absenter des jeux publics" ce qui l’entraînait à fréquenter les cabarets et produisait "un mauvais effet". En effet un clerc laïc, de par sa fonction cléricale, devait fuir les jeux, les bals, les "séries" ainsi que tout endroit ou trafic "messéant a leur état" comme l’indiquaient les mandements épiscopaux. Ne lui demandait-on pas aussi de s’habiller de couleur sombre et de porter les cheveux courts ? Certains clercs ne pouvaient supporter cet isolement qui les éloignait d’une population rurale dont, à bien des égards, ils se sentaient proches. Aussi cherchaient-ils quelquefois à échapper à leur " sous-cléricature" et à certaines obligations qui les rendaient très dépendants du curé. A partir des années 1750-1760, quelques-uns ne mettaient plus leur surplis dans les cérémonies. Plus grave encore aux yeux du curé : des clercs se mirent à faire l’église buissonnière, tel L. Routier à Lacres qui ne venait pas toujours aux vêpres. A Eperlecques en 1767, le curé Varlet accusait le clerc Dewintre de communier seulement une fois dans l’année, de négliger ses fonctions de sacristain et de ne plus conduire les enfants au salut du soir ni même aux messes journalières et dominicales. Ces heurts, encore peu nombreux, traduisaient néanmoins une évolution des mentalités chez certains, désireux de séculariser davantage la fonction de maître d’école en la dissociant de celle de clerc. Ainsi à Crémarest en 1782, J. F. Golio fut-il nommé "en qualité de maître d’ecolle seulement pour l’instruction de leurs enfans et non en qualité de chantre..."

52A l’évidence, il faut éviter de généraliser un tel exemple mais l’idée était dans l’air et promise à un certain avenir.

* Un clerc laïc parmi d’autres

  • 31 Une partie de ces renseignements m'est parvenue grâce à l’obligeance de M. Henri Lorge, directeur d (...)

53Jehan ou Jean Lorge naquit à Ambleteuse en juin 170831. Il était issu d’un milieu familial très modeste puisque son père était berger et sa mère fille de manouvrier. Ses parents lui choisirent comme parrain... un clerc (Me Denis Piffet). Ceci influa peut-être sur sa vocation puisqu’on le retrouve, à peine sorti de l’adolescence, dans la paroisse de Saint-Léonard, proche de Boulogne : il y exerçait les fonctions de clerc d’une façon que n’appréciait guère le curé qui lui reprochait de mal chanter et de s’occuper trop des petits enfants de son école. Voulut-il échapper à ce curé bougon en choisissant Ambleteuse comme nouveau lieu d’exercice ? Peut-être aussi voulait-il revenir au village natal. En janvier 1730, il se maria avec Marie-Anne Leroy, fille d’un laboureur de Wacquinghen. Sept enfants vinrent grossir la famille : 4 garçons et 3 filles, nés en 1730, 1732, 1734, 1736, 1738, 1740 et 1745, et dont 3 moururent avant l’âge de 5 ans. Lors de l’enquête épiscopale du milieu du siècle, J. Lorge exerçait à Saint-Martin-les-Boulogne, paroisse dans laquelle il remplissait ses fonctions de manière satisfaisante aux dires du curé. Il y demeura jusqu’à la fin de sa vie active. Il termina son existence dans une situation proche de la misère et fut admis en août 1781 à l’hôpital de Boulogne grâce à la générosité d’un chanoine. Il y décéda en mai 1782.

  • 32 A. D. P. de C, 9 J 235 P 3

54Cet exemple n’a pas été choisi pour sa singularité. Il montre au contraire des aspects typiques du métier de clerc laïc : origine modeste, famille assez nombreuse, stabilité dans le lieu d’exercice, application professionnelle, et fin d’existence misérable. Il est possible de compléter ce portrait en empruntant quelques autres traits à certains de ses collègues. Le clerc-maître d’école villageois était un tâcheron qui se différenciait mal de la masse rurale dont il partageait le niveau de vie et les préoccupations : ne cultivait-il pas ses petites pièces de terre, attentif aux aléas de la future récolte ? ne filait-il pas aussi le lin ou la laine, tissant ses propres vêtements ou travaillant à façon pour quelque marchand ? On le devine sensible à l’appât du gain, attentif à récupérer le moindre sou qui lui était dû, peut-être un tantinet avare comme ce Serdobbel de Ruminghem qui, à la fin de son existence, cachait des pièces dans tous les coins de l’église paroissiale32 Pourtant ce clerc, on le rencontre exceptionnellement comme meurtrier (un nommé L. P. Cloche condamné à mort entre 1729 et 1742 pour avoir tiré sur son frère et blessé sa sœur), ou comme faussaire (J. B. D’Houdain à Hersin-Coupigny).

55Il se décourageait parfois, abandonnant un métier éprouvant et peu rémunérateur pour devenir paysan ou cabaretier à part entière. C’est vrai d’ailleurs qu’on le voyait souvent plus paysan que clerc, et davantage sacristain que maître d’école. Selon certaines doléances villageoises en 1789, il aurait été peu instruit. Exagération ou réalité ? Suivons-le dans sa classe...

3 - La classe villageoise

La fréquentation scolaire

  • 33 Pour plus de précision, voir ma thèse, t. 1, p. 253-254

56A Andres en 1749, le clerc instruisait 50 écoliers ; à Eperlecques en 1767, la classe en comprenait en temps normal plus de 80 et à Saint-Josse, vers 1789-90, plus de 100 ! Le nombre d’élèves variait évidemment selon l’importance de la population villageoise. L’école n’était pas obligatoire et les effectifs scolarisés formaient, si l’on se réfère aux taux d’alphabétisation, entre 40 et 45 % d’une population scolarisable évaluée à 10 % environ de la population rurale. Vers 1770-1775, pour l’Artois et le Boulonnais, on peut donc estimer autour de 20 000 le nombre d’enfants fréquentant les petites écoles villageoises. Plus de la moitié des jeunes ruraux ne passaient pas par l’école ou n’y séjournaient que pour une durée trop réduite pour être profitable. La proportion des garçons scolarisés était cependant plus forte que celle des filles : 5 sur 10 pour les premiers, 3 sur 10 seulement pour les filles. Il s’agit d’une moyenne car là où fonctionnait une Table des pauvres le nombre d’écoliers augmentait33. A Longuenesse entre 1755 et 1762, pour une population scolarisable de 20 à 25 enfants, 15 à 16 d’entre eux ont fréquenté l’école durant une partie de l’année, ce qui donne un taux de scolarisation égal au moins à 60 à 70 %, mais certainement supérieur si l’on tient compte des enfants payant l’écolage (des enfants de la paroisse devaient être aussi vraisemblablement scolarisés à Saint-Omer). A Couin vers 1786-1790, J. Antoine Grébet recevait 18 à 20 écoliers pauvres, pour une population scolarisable atteignant 35 à 40 enfants.

  • 34 A.D. P. de C.1L304

57Il ne faut pourtant pas exagérer le rôle des "Pauvretés" : en 1790, on signalait pour moins de 10 % d’entre elles, des versements pour l’écolage des pauvres. La municipalité d’Erny-Saint-Julien précisait d’ailleurs : "Les revenus entretiennent les infirmes, les frais de maladie et le surplus s’il en reste paye l’écolage des pauvres enfans"34. En temps normal, les élèves fréquentaient l’école seulement durant quelques mois. A Longuenesse en 1763-64, la fréquentation s’établissait comme suit : 5 mois pour 10 élèves, 3 mois pour 3 élèves, 2 mois pour 2 et 1 mois pour 1 élève ; en 1764-1765, 9 fréquentèrent l’école pendant 4 mois, 1 durant 3 mois et 4 pour 2 mois, ce qui donnait une fréquentation moyenne d’à peine 4 mois pour la période comprise entre 1763 et 1766. A Couin, où l’école fonctionnait plus longtemps, cette durée moyenne atteignait 7 mois entre 1787 et 1790. Au cours de leur scolarité, les écoliers commençaient ou achevaient leur année à des dates variables, abrégeaient les dernières années, interrompant même parfois leurs études pendant un an ou deux. Compte tenu de ceci, quelle était la durée officielle de l’année scolaire ? Elle excédait rarement 7 à 8 mois et s’achevait souvent-faute d’écoliers. La situation variait beaucoup d’un endroit à l’autre.

58A Enquin en 1725, le magister "ne peut tenir école que trois ou quattre mois par ans" ; à Mentques et Norbécourt, le clerc "enseigne cinq a six mois dans toute l’année" ; à Leulinghem, toujours en 1725, "il a commencé son écolle ce 8e novembre" et à Longuenesse, Ch. Dazin indiquait sur sa note d’écolage de 1764-1765 que l’école avait commencé le 12 novembre et s’était achevée le 15 avril. A Couin, vers 1789-90, le clerc faisait classe du 1er novembre à la Saint-Jean ; à Mazingarbe, vers 1770-80, l’école était ouverte du 15 novembre à la fin avril, et à Beaurains, vers 1786, la classe durait du 1er octobre au 30 juin.

59La durée de l’année scolaire semble s’être allongée quelque peu au cours du XVIIIe siècle : de 3 à 4 mois, elle passe à 5, 6, voire 7 mois dans quelques paroisses. Quant aux horaires de la journée, ils étaient loin d’être uniformes. A Bouvelinghem, la classe durait "depuis huict heures jusques a onze heures du midy et depuis une heure après-midy jusques a 4 heures du soir", de même qu’à Esquerdes ; à Nielles-les-Bléquin, elle était ouverte de 9 h à 11 h 30 et de 2 h à 4 h 30 du soir ; à Nordausques, de 8 h à 12 h et de 2 h à 4 h ou 5 h. Les horaires changeaient selon la saison : durant l’hiver et ses "courts jours", on quittait l’école plus tôt car l’obscurité tombait rapidement dans la salle de classe et quelques écoliers devaient encore parcourir une longue distance pour rentrer.

60Généralement l’école avait une durée quotidienne de 5 heures pour les plus assidus. Encore fallait-il compter avec les interruptions fréquentes dues à la nécessité pour le clerc d’assister le curé lors des mariages et enterrements. Le temps de l’école, c’était aussi une journée qui commençait et finissait à l’église avec la messe du matin, et avec les "saluts", chaque soir à certaines périodes de l’année, comme le demandaient expressément les statuts synodaux du XVIIe et du début du XVIIIe siècle.

La classe unique

  • 35 Expressions extraites des mandements des évêques d’Amiens et de Boulogne.

61La classe villageoise d’alors comprenait des élèves d’âges très différents, s’échelonnant de 6/7 à 12/14 ans (parfois davantage). Il était donc fréquent d’y voir de tout jeunes enfants cotoyer des adolescents. Bien que la mixité fût interdite dans le principe, elle existait par nécessité. Les évêques la toléraient avec de sérieuses réserves, recommandant aux enseignants de faire en sorte qu’il ne se produisît aucune "occurrence entre la sortie des uns et l’entrée des autres" qui pût occasionner quelque "corruptèle"35. Il fallait donc enseigner séparément garçons et filles. Comment ceci était-il appliqué ? Généralement écoliers et écolières étaient rassemblés en même temps dans le même lieu.

62A Bouvelinghem, la classe se faisait "dans une seule place" ; à Auchy-les-Mines, le clerc tenait "l’école pour les garçons et les filles ensemble selon que l’usage en a toujours été" ; à Seninghem, filles et garçons n’étaient "séparez que de divers bancs" ; à Guemps, les garçons étaient "séparé d’un côté et les filles de l’autre" ; et à Nielles-les-Bléquin, le maître " ne fait pas d’Ecole différente pour les garçons et les filles, il les sépare seulement les uns des autres dans la même école..." Vers 1749-1757, la situation n’avait pas changé : à Seninghem, maître Aniéré tenait "régulièrement l’escole des garçons et filles pesle-mesle" ; à Herly, les uns et les autres étaient assis "sur des bancs séparés" et à Outreau, J. Bourgois ne pouvait " séparer les filles d’avec les garçons". A Bléquin, garçons et filles se tenaient "dans un lieu séparé", ainsi qu’à Samer et à Fauquembergues, mais dans ces deux dernières bourgades, les filles étaient instruites par des sœurs.

63Cohue et chahut dans la classe d’alors ? N’exagérons pas mais cela se produisait parfois. D’abord, la classe commençait rarement à la même heure pour tout le monde, et elle était souvent perturbée par les retardataires : à Beussent, "les enfans viennent à différentes heures à cause de l’éloignement et difficultés des tems et chemins" ; à Coquelles, ils "ne viennent pas ensemble, mais à toute sorte d’heures. " Ensuite si la classe était mixte, l’enseignement ne l’était guère, puisque garçons et filles étaient enseignés séparément : comme à Journy, à Nielles-les-Bléquin, à Coulogne où "après avoir faict lire les garçons, il faict lire les filles", à Wierre-Effroy où le magister instruit les élèves à "diverses heures du jour." Durant le temps de la classe, de nombreux élèves étaient pour ainsi dire livrés à eux-mêmes. Pour faire face, certains clercs laïcs se faisaient secnder dans leurs tâches, tel P. Duflos à Frencq qui faisait "faire la prière du soir et du matin par les plus instruits".

64Des curés se plaignaient de l’indulgence de certains maîtres d’école, réclamaient davantage de sévérité et blâmaient les parents qui soutenaient les enfants désobéissants : le curé d’Amettes demandait ainsi à Augustin Dubois "de n’etre point si indulgent aux enfans"·, le curé de Tubersent accablait moins son clerc que les parents. "le maître d’école n’oseroit les corriger, autrement point d’écoliers ! Je crains fort que le quatrième commandement de Dieu ne soit changé" ; celui de Wirwignes précisait aussi : "les parens par une criminel indulgence pour leurs enfans ne les corrigent presque jamais et ne peuvent souffrir qu’on les corrigent"·, à l’inverse, le curé d’Eperlecques reprochait ses brutalités à G. Dewintre qu’il cherchait, il est vrai, à faire destituer. Les clercs qui avaient quelque peine à se faire respecter ne pouvaient abuser des châtiments corporels, et certains contrats de nomination le précisaient, tel celui d’A. Dambron à Desvres en 1772 qui devait "chatier modérément les enfans de son école et sans user de violence". Parfois quelques clercs, sans doute excédés par le brouhaha ou par le bruit, se livraient à des écarts de langage, tel celui de Meurchin, accusé en 1740 de traiter les enfants de "pouilleux et de morveux".

Le décor de la classe

  • 36 A. N. F17 /13152 : "Les enfans sont obliger deporter leur bois s'ils veullent leur choffer" (à Canl (...)

65L’historien dispose de peu de renseignements pour décrire l’intérieur de la classe. Le mobilier consistait en quelques bancs et deux ou trois tables. A Quesques, le devis de reconstruction (1758) prévoyait de "faire un banc...pour asseoir les écolliers jusqu’au jambage" ; à Douriez, l’école ne possédait "pas de mobilier, sauf deux mauvaises tables et quelques mauvais bancs" ; à Saint-Josse, pour une centaine d’écoliers, le maître disposait d’une table "comme les enfants écrivent" et de 4 bancs. Sous les pieds des élèves, bien souvent encore un sol de terre battue, de sable ou d’argile : à Saint-Tricas en 1725, "l’école auroit besoin d’un plancher à cause du feu", précisait le curé ; à Desvres vers 1781, on prévoyait pour les nouvelles classes un pavé en carreaux de terre cuite, mais cette situation devait être assez exceptionnelle. Dans la pièce encore, était disposé un poêle en plus ou moins bon état, à côté duquel s’empilaient les bûches apportées par les élèves36. Bien souvent aussi, un four existait dans la classe même, et le pain du clerc cuisait pendant qu’il exerçait. Four et poêle dégageaient parfois une fumée telle qu’il fallait cesser de faire classe, ou une chaleur si étouffante que, si l’on en croit les habitants de Réty en 1789, les enfants qui sortaient de l’école étaient "exposés en prenant le grand air à toutes les maladies qui naissent d’une transpiration arrêtée tout à coup..." A Blendecques, un escalier se trouvait dans la classe et permettait d’accéder à l’étage où se trouvait la chambre du vicaire. Selon l’ancienneté du local, une ou deux fenêtres plus ou moins grandes permettaient de travailler à la seule clarté du jour.

4 - Les apprentissages

Le contenu de l’enseignement

66Les contrats de nomination assignaient aux clercs la tâche prioritaire d’enseigner aux enfants la "religion catholique, apostolique et romaine", de leur apprendre ensuite à lire, écrire et si possible les premières règles de l’arithmétique. "Outre l’art de lire, d’écrire, de chiffrer et le catéchisme, enseigne-t-on autre chose dans ces écoles ?" demandait le questionnaire de Grégoire ; "peu de chose au-delà", répondit Hennebert. Pourtant ces objectifs (lire, écrire, compter), fixés également par les mandements épiscopaux, constituaient déjà à eux seuls une matière imposante et acceptable dans la mesure où tout ceci était véritablement enseigné.

* L’apprentissage du catéchisme

67L’enseignement dispensé dans les petites écoles villageoises était fondamentalement, sinon exclusivement, religieux. L’étude du catéchisme garante de l’orthodoxie catholique s’avérait donc prioritaire. En 1728, l’évêque boulonnais Henriau demandait aux clercs de son diocèse de le faire étudier "régulièrement deux fois la semaine dans leur Ecole." En 1740 l’évêque arrageois Baglion de la Salle réclamait la même chose dans ses ordonnances. Le prélat audomarois J.A. de Valbelle, en 1728, insistait pour qu’on utilisât le Catéchisme pour "l’éducation des enfans".

68En 1787 à Salperwick, le procès-verbal de nomination spécifiait que le clerc laïc devait faire "réciter en présence dudit sieur curé s’il le jugeait nécessaire, le catéchisme du diocèse, tous les vendredis de chaque semaine pendant le tems qu’il tiendra son école" ; à Selles et Brunembert en 1725, le curé était satisfait des clercs, précisant : "ils font les catéchismes le vendredi dans l’église" ; à Wicquinghem vers 1755, A. Hamin faisait "tous les jours une demie-heure de catéchisme." Beaucoup du temps scolaire était consacré à cette étude, la classe commençant et s’achevant d’ailleurs par la récitation des prières du Catéchisme. Il ne faut donc pas se méprendre sur le jour du catéchisme, le vendredi en l’occurrence, qui était celui où les enfants, interrogés par le curé ou par le clerc, récitaient ce qu’ils avaient appris pendant les autres jours de la semaine. L’instruction scolaire en effet était comprise comme celle qui devait former une âme chrétienne, ce dont témoigne bien d’ailleurs cette plainte des habitants de Meurchin, en 1738, à l’égard de leur clerc (J. P. Leparlier) : "la jeunesse est demeurée sans instruction, ce défaut entraignant avec soy la connoissance de principes de la religion catholique, apostolique et romaine, professée par nos ayeuls de tout tamps en ce lieu, à la grande gloire de notre paroisse."

Catéchismes du diocèse d’Arras (1765), A. D. P. de C., A 167
(Cliché A. D. P. de C.)

* L’apprentissage de la lecture

  • 37 Recueil des Mandemens et de toutes les ordonnances synodales de Messeigneurs de Valbelle, Evêques d (...)

69Dans la réalité, il était étroitement lié à celui du catéchisme. "Se sert-il du catéchisme pour y faire apprendre a lire aux enfans ?" demandait ainsi le questionnaire épiscopal. Le curé de Surques répondait : "il fait tous les jours matin et soir dans l’ecolle les prières du catéchisme dont il se sert pour faire apprendre à lire". Les clercs d’Humbert et de Preures ne faisaient pas autrement. Les mandements épiscopaux et divers statuts synodaux y obligeaient d’ailleurs les maîtres d’école : en 1702, l’évêque audomarois L. A. de Valbelle qui venait de faire imprimer son Catéchisme interdisait aux personnes "chargées de l’instruction de la jeunesse...de se servir d’aucuns autres..., voulons que le présent catéchisme soit enseigné aux Enfans dès qu’ils commencent à parler et jusques à ce qu’ils soient admis à la Sainte Communion"37. En 1726, dans le mandement accompagnant l’édition du nouveau Catéchisme, l’évêque Henriau rappelait qu’il était "expressément enjoint à tous Maîtres et Maîtresses d’Ecole de faire de ce Catéchisme le premier livre après l’alphabet pour y apprendre à lire à leurs Ecoliers et Ecolières..." et il était absolument défendu d’utiliser un autre livre "pour les commençans." Son successeur réitéra cette injonction que l’on trouve également dans les ordonnances des évêques arrageois.

70Apprendre à lire dans les petites écoles villageoises consistait avant tout à connaître par cœur, sinon à savoir lire le Catéchisme du diocèse. Ceci confirme que l’apprentissage de la doctrine chrétienne remplissait l’essentiel du temps scolaire.

* Apprendre à écrire et à compter

  • 38 Voir à ce propos le chapitre 2 de la 3e partie consacrée à la période révolutionnaire

71Les actes de nomination stipulaient aussi ces deux apprentissages mais sans beaucoup de précisions. A Desvres, A. Dambron devait enseigner ses écoliers à "jeter" (compter avec des jetons) tandis qu’à Fleurbaix, P. Vennin admis comme clerc en 1741 devait apprendre la jeunesse "à lire et à écrire et même à chiffrer." Cette dernière recommandation incite à croire qu’un tel enseignement pouvait être négligé, peut-être en raison de l’incapacité de certains clercs à le maîtriser dans toutes ses parties38.

72Quant à l’apprentissage de l’écriture, lui aussi théoriquement prévu, il devait se résumer à peu, semble-t-il : savoir tenir une plume (ce n’était d’ailleurs pas une mince affaire !), écrire quelques lettres et syllabes et principalement celles du nom et des prénoms ; copier et recopier quelques modèles pour les écoliers les plus avancés et les plus dignes d’attention. Quelques élèves apprenaient ainsi à dessiner les lettres, mais savaient-ils réellement écrire ? L’examen de certaines comptabilités des Tables des pauvres permet certes de découvrir quelques traces d’une écriture souvent maladroite (jambages épais, lettres dissociées, manque d’horizontalité), mais il s’agit de documents concernant quelques villageois, de surcroît dotés d’une certaine instruction. Hormis les statistiques fondées sur les signatures, il semble bien difficile de mesurer la portée d’un tel enseignement dans les écoles villageoises.

73On peut conjecturer cependant qu’en dehors de la volonté affirmée par nombre d’entre eux de savoir signer leur nom, peu de ruraux pensaient qu’un tel apprentissage pût leur servir beaucoup dans leur vie quotidienne. Ajoutons à cela les inévitables difficultés matérielles (exiguïté des locaux, manque de tables, parfois de papier), et l’on aura une idée des handicaps auxquels se heurtait un tel enseignement.

* Autres apprentissages réservés aux filles

74Mentionnons ici brièvement les travaux de couture, broderie et autres que l’on faisait effectuer dans les écoles de filles. A Fauquembergues en 1725, trois sœurs de la Providence apprenaient aux filles en plus de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique "à tricoter, coudre, marquer, faire de la dentelle..." (en réalité, une des 3 sœurs seulement enseignait, les autres étant chargées des tâches de charité). Il en était ainsi dans les autres bourgs pour lesquels nous avons signalé l’arrivée de membres des congrégations séculières, et peut-être aussi dans d’autres petites écoles villageoises dans lesquelles la femme du magister pouvait seconder son mari en se faisant aider par exemple pour le raccommodage des ornements de l’église. Tout le problème évidemment est de savoir si ces apprentissages ne se substituaient pas aux autres, au point de devenir...des travaux forcés. Rien ne permet de l’affirmer.

Les méthodes d’enseignement

* Un enseignement simultané ?

  • 39 A ne pas confondre avec la méthode simultanée (voir infra)

75Pendant longtemps, dans les petites écoles, on apprenait d’abord à lire, puis à écrire, enfin à compter. De ce fait, il n’y aurait donc eu aucune simultanéité d’enseignement39, chaque matière occupant un moment déterminé dans le cursus scolaire. On séparait les élèves en "lecteurs", "écrivains" ou "arithméticiens", chaque groupe étant soumis à un tarif d’écolage différent : à Créquy en 1725, F. Athron percevait "trois sols et demie de ceux qui littent (lisent) et quatre sols de ceux qui escrivent" et à Douriez en 1790, les écoliers payaient encore 3 s. pour apprendre à lire et 5 s. pour s’initier à l’écriture et au calcul. Les exemples sont nombreux qui semblent confirmer cette pratique du strict cloisonnement des apprentissages. Pourtant d’autres sources signalent une autre manière de procéder.

  • 40 COTTEL, Inventaire..., p. 124 (C 209)

76Ainsi à Desvres, A. Dambron percevait, dans les années 1770, "4 sols par mois de chaque enfant commençant l’alphabet, 6 sols par chaque enfant commençant à lire et à écrire, et 8 sols par chacun de ceux qui écrivent, apprennent l’arithmétique et à jeter..." ; à Le Souich en 1785, le futur clerc devait recevoir 3 s. par mois pour l’écolage des enfants qui apprenaient à épeler, 5 s. pour ceux qui apprenaient à lire et à écrire et 6 s. pour lire l’écriture et apprendre l’arithmétique. D’après ces exemples, il semblait bien exister, dans quelques écoles villageoises, une certaine simultanéité d’enseignement pour la lecture et l’écriture. Des contrats d’engagement de maîtres villageois la mentionnent différemment : à Licques en 1780, "les père et mère payent tous les mois pour chacun de leurs enfants qui vont à l’école, à raison de quatre sous pour ceux qui n’apprennent qu’à lire, de cinq pour ceux qui apprennent à lire et à écrire, et de sept pour ceux qui apprennent en outre l’arithmétique"40. La mention "pour ceux qui n’apprennent qu’à lire" peut signifier que des écoliers apprenaient à lire seulement leurs lettres, mais elle peut évoquer aussi le caractère provisoire de ce premier apprentissage, les élèves dépassant ensuite ce stade pour apprendre quelques rudiments d’écriture en même temps qu’ils continuaient leur apprentissage de la lecture. L’enquête de 1791, concernant les petites écoles du district de Montreuil dont les méthodes pédagogiques n’avaient guère évolué depuis la Révolution, signale aussi l’existence de niveaux d’enseignement intermédiaires.

77A Cucq, les écoliers payaient 3, 4, 6 ou 8 sols par mois ; à Fillièvres, le montant de l’écolage s’échelonnait de 2 à 5 sols, et à Beaurainville, de 3 à 6 sols. En règle générale, après l’étude de l’alphabet et des syllabes, de nombreux clercs apprenaient aux écoliers à écrire leur nom et leur prénom, à recopier quelques "exemples" en même temps qu’ils leur enseignaient le catéchisme : à Canlers, le clerc recevait "savoir pour ceux qu’il sont a l’afabette quatre sols, pour ceux qu’il écrive six sols..." Le stade ultérieur comprenait un apprentissage plus étendu de la lecture du catéchisme et peut-être une pratique plus suivie de l’écriture ; à ce niveau pourtant, beaucoup lâchaient pied et quittaient l’école n’ayant guère appris le calcul.

78Ainsi, quoiqu’il ne faille pas généraliser l’enseignement simultané dans les petites écoles villageoises, on ne peut non plus trop systématiser le cloisonnement entre les divers enseignements et mésestimer la variété des procédés utilisés dont certains englobaient un enseignement partiellement simultané de la lecture et de l’écriture. Encore ne faut-il pas se méprendre, nous l’avons déjà dit, sur la nature et l’étendue de ces enseignements...

* Une méthode individuelle

79Elle s’expliquait par l’hétérogénéité des élèves, le manque de moyens matériels, sans doute aussi par une certaine routine et par le poids des mentalités villageoises.

  • 41 Ce tableau de Van Ostade (1610-1684) se trouve au musée du Louvre

80Les maîtres s’occupaient ainsi de chaque élève : à Wicquinghem, le curé précise que garçons et filles étaient "enseigné chachun leur tour" par le clerc A. Hamain. Inévitablement on songe au tableau du peintre hollandais Van Ostade où l’on voit un vieux maître qui fait venir près de lui un petit écolier craintif et larmoyant pour lui montrer à lire pendant que les autres jouent "à rien" aux quatre coins de la pièce41. On pense aussi aux lignes que Restif de la Bretonne a consacrées à son apprentissage scolaire dans la petite école de Sacy en Bourgogne. Il s’agissait d’apprendre à lire à partir de questions et réponses contenues dans le Catéchisme. Une telle méthode exigeait des classes peu chargées. Certes le maître pouvait se faire aider par quelques élèves un peu plus "avancés" que les autres, ce qui explique parfois la présence de deux à trois "grands" sur les listes d’écolage des pauvres.

81Cette méthode individuelle était peu efficace dans le court laps de temps pendant lequel les petits villageois apprenaient à lire : 4 à 6 mois dans l’année, pendant 4 ou 5 ans. Au cours d’une journée de classe (5 heures en moyenne), s’il ne prenait aucun repos, s’il n’était pas dérangé par le curé, s’il ne faisait pas cuire son pain, s’il commençait sa classe à l’heure, le magister pouvait tout au plus consacrer 10 minutes par élève s’il recevait 30 écoliers, un peu plus de 7 minutes avec 40 élèves, 6 minutes seulement avec 50. C’était bien peu ! Le clerc enseignait donc prioritairement certains élèves, ceux dont les parents étaient influents et pouvaient peser sur les choix de la communauté villageoise, notamment en matière de révocation. De même était-il amené à négliger les filles toujours enseignées après les garçons : ainsi à Journy et à Nielles-les-Bléquin, les uns et les autres étaient instruits séparément et à Coulogne, B. A. Marmain "après avoir faict lire les garçons... faict lire les filles". Bien souvent, le temps d’enseignement réservé aux filles dans ces petites écoles villageoises devait être assez réduit.

82La méthode individuelle justifiait donc parfois l’accusation de favoritisme lancée à l’égard du clerc instruisant plus longuement certains écoliers, négligeant les autres. Ainsi reprocha-t-on, en 1767, au clerc d’Eperlecques de négliger "considérablement l’instruction des enfans de la paroisse, ne s’attachant uniquement qu’à ses pensionnaires" ; sans doute G. F. Dewintre avait-il délaissé quelques enfants de laboureurs influents qui, avec l’aide du curé, demandèrent d’ailleurs sa destitution.

83Une telle méthode faisait aussi que l’enseignement devenait rapidement répétitif et lassait maîtres et élèves. La routine s’installait très vite : vers 1755 à Campagne-les-Ardres, J. Folzan "se sert toujours de l’ancien cathecisme", sans doute parce qu’il le connaissait bien et ne voulait pas recommencer à apprendre celui rédigé par l’évêque de Partz de Pressy, mais peut-être aussi parce que les écoliers n’en apportaient pas d’autres. En effet le manque de livres constituait aussi un gros handicap : comment pratiquer une méthode simultanée avec des élèves sans livre ? Seuls les enfants des familles aisées du village possédaient leur livre, comme le montrent ces deux témoignages : "il enseigne le catéchisme et s’en sert pour les apprendre a lire a ceux que (qui ont) moyen d’acheter", renseignait le curé de Tubersent vers 1755 ; à la même date, les clercs de Coulomby et d’Affringues ne se servaient "point beaucoup de l’histoire de l’ancien et du nouveau testament, faute des enfans." Au mieux, le maître enseignait les élèves démunis de livre au moyen du sien ; au pis il ne s’en préoccupait guère. D’autres écoliers pouvaient apporter un autre livre que le Catéchisme du diocèse (Heures, Vie des Saints...) mais cette diversité empêchait aussi toute amorce de méthode simultanée. En plus cela dérangeait considérablement la routine du clerc et il fallait sans doute beaucoup d’acharnement et de persuasion à ce dernier pour faire comprendre aux parents de ses élèves que n’importe quel livre ne pouvait pas faire l’affaire, qu’un livre ne pouvait être confondu avec un autre, qu’un livre n’était pas le livre, cet objet magique dont importaient peu aux villageois le titre et le contenu, mais qui renfermait le savoir mystérieux, qu’il suffisait de posséder pour être initié. A n’en pas douter, cette manière de penser appartenait aux comportements intellectuels de l’époque, par lesquels s’explique aussi en partie le maintien de la méthode individuelle : en effet les mentalités villageoises eussent peut-être difficilement admis que le clerc instruisît collectivement ses écoliers, les parents ayant payé l’écolage de leurs enfants, s’estimant fonder d’exiger en contrepartie la prestation d’un service individuel.

* L’émulation

84A la fin du XVIIe siècle, dans le diocèse de Saint-Omer, l’évêque L. A. de Valbelle institua des Catéchismes Généraux, reprenant l’idée (et la fondation) d’un de ses prédécesseurs Christophe de France qui "se seroit proposé de les exciter à s’en instruire et de les attirer par des prix et récompenses." Ces examens se déroulaient en mai et octobre (puis en septembre) de chaque année. Les enfants étaient conduits en rangs, deux par deux, les filles en tête, par le curé suivi du maître d’école de la paroisse. On allait ainsi jusqu’à l’église choisie cette année-là comme lieu de conférence. Après le chant de Veni Creator, commençaient les interrogations menées par les curés qui devaient avoir soin "que personne ne parle qu’à son tour, que toutes les réponses se fassent d’une voix haute et intelligible". Il fallait connaître les principales prières (Pater, Ave, Credo), et celles du soir et du matin, en latin et en français, les Commandements de Dieu et de l’Eglise, ainsi que les réponses à diverses questions extraites du Catéchisme. Pour recevoir un prix, les écoliers devaient également avoir obtenu des notes satisfaisantes aux catéchismes hebdomadaires. Ces examens généraux demeurèrent-ils longtemps en vigueur ? Les archives consultées n’en conservent pas trace pour le XVIIIe siècle, mais l’ordonnance les instituant fut réimprimée en 1730.

  • 42 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Donations, 1782 (38)

85Au XVIIIe siècle, nous trouvons en Mgr de Partz de Pressy un autre fervent de la pratique de l’émulation. Dans son mandement concernant le catéchisme, cet évêque conseillait en effet : "Pour attirer et retenir les enfants...distribuez-leur de temps en temps quelques récompenses, qui les piquent d’une louable émulation ". En 1782 ce prélat boulonnais fonda des prix de sagesse et des dots pour récompenser les plus pieuses des filles des paroisses de Saint-Martin, Lisbourg, Fauquembergues, Audrehem, Allouagne, Fillièvres et Merck-Saint-Liévin42. Ces récompenses existaient déjà dans d’autres paroisses du diocèse.

Les livres utilisés43

  • 43 Les références précises des ouvrages cités figurent dans ma thèse, t. 1, p. 270-280
  • 44 Cet ouvrage opérait une sorte de "révolution catéchétique" en racontant l’histoire sainte pour mieu (...)
  • 45 Analyse de cet ouvrage par DHOTEL (J.C.), op. cit., p. 183-187
  • 46 Bibl. Mun. Troyes, 577 ; no 842 dans le répertoire établi par BOLLEME (G.), La Bible bleue, Paris, (...)

86Généralement seul le Catéchisme du diocèse était employé dans la plupart des petites écoles. Nous avons signalé plus haut les recommandations très fermes des évêques à ce sujet. Au début du XVIIIe siècle, l’évêque de Saint-Omer (L. A. de Valbelle) autorisait cependant l’emploi du "petit Catéchisme Historique composé par M. Fleury"44 ; cet ouvrage devait aussi être employé dans le diocèse d’Arras puisqu’il fut imprimé dans cette ville par le libraire Bocquet. Dans le diocèse d’Amiens vers 1745, dont faisait partie une bonne vingtaine de paroisses du futur Pas-de-Calais, les livres autorisés mais peut-être pas tous utilisés étaient le Catéchisme, La Vie de Notre Seigneur Jésus-Christ, et l’Histoire de l’Ancien Testament. Vers 1755, dans le diocèse de Boulogne, outre le Catéchisme, les maîtres commençaient à utiliser l’Histoire abrégée de l’Ancien et du Nouveau Testament. Vers 1770-1790, le nombre de livres s’était peut-être accru. Le chanoine Hennebert en effet prétendait en 1790, en parlant des écoles artésiennes : "On y apprend encore à lire dans des Heures, la Vie des Saints, et autres livres de piété. Je crois que l’on y a proscrit, avec raison le Pédagogue Chrétien45 et les Sept Trompettes"46. S’il omet de mentionner le Catéchisme, le correspondant de Grégoire signale d’autres livres religieux en usage, ainsi que deux autres ouvrages imprimés au XVIIe siècle et destinés davantage à un public adulte.

87Quant aux Catéchismes, diffusés surtout dans le dernier tiers du XVIIe siècle, ils variaient selon les diocèses, au gré des changements d’évêques et de leurs conceptions doctrinales. Ils se présentaient généralement en format in-12, plus ou moins épais et divisé en 2 ou 3 parties. En 1755 celui diffusé dans le diocèse de Boulogne, gros de 131 pages (avec l’Abrégé), coûtait 6 sols.

88Dans les diocèses de Boulogne et de Saint-Omer, on distinguait l’Abrégé de la Doctrine chrétienne (ou Instruction préliminaire contenant le petit Catéchisme) et le Catéchisme proprement dit (ou le Grand Catéchisme). Les évêques d’Arras avaient divisé le leur en 3 parties : le Premier Catéchisme ou Sommaire de la Doctrine Chrétienne pour les plus petits enfans, le Second Catéchisme pour les enfans, qui avancent en âge, et que l’on veut disposer de loin à la première Communion, et un Catéchisme plus étendu avec des récapitulations de chaque partie. Sous l’épiscopat de Mgr Baglion de la Salle, ces trois parties étaient réunies en un seul volume ; pour des raisons de commodité sans doute, et de prix certainement, elles furent imprimées séparément en 1765.

89Leur lisibilité variait d’une édition à l’autre : ainsi le Catéchisme audomarois de 1787 était-il imprimé en caractères plus petits et moins espacés que dans les précédents. Les Catéchismes arrageois se distinguaient par des caractères plus grands et une présentation plus aérée. L’Abrégé boulonnais paraissait à coup sûr le plus abordable pour des enfants de 7 à 8 ans, car il usait d’un vocabulaire simple (mais comment éviter "luxurieux", damnation", "rédemption" ?). En revanche, le Petit Catéchisme des évêques Baglion de la Salle et Bonneguise était ambitieux, trop sans aucun doute, ne serait-ce que parce qu’il demandait aux élèves de retenir le mot transsubstantiation.

90A la suite de l’Abrégé, il fallait se plonger dans le Grand Catéchisme, épais de 140 à 150 pages environ. Celui imprimé en 1787 à Saint-Omer était divisé en 4 parties, comprenait 48 chapitres, 994 questions, autant de réponses, plus les prières. Signalons l’originalité du Catéchisme boulonnais dont les chapitres ou paragraphes s’achevaient par des références précises à la Bible. Mgr de Partz de Pressy s’y montrait sans doute plus pédagogue en évitant le vocabulaire théologique abscons. Dernier aspect enfin de ce Catéchisme véritablement différent des autres : les Pratiques qui terminaient chaque chapitre ou paragraphe et cherchaient à relier la catéchèse à la vie quotidienne ("ne paraître dans l’Eglise qu’avec un profond respect ; n’y parler que par nécessité, et alors parler bas... Se faire honneur de balayer l’Eglise, de servir la messe..."). L’évêque boulonnais avait cherché à faire de son Catéchisme non pas seulement un répertoire de vérités plus ou moins abstraites à connaître, mais également un manuel pour "savoir vivre chrétiennement" en prise sur la vie quotidienne.

5 - Un bilan assez médiocre

91Si l’on s’en tient aux renseignements des enquêtes rétrospectives de l’an X et de l’an XII, confirmés par le fait que la plupart des ruraux alphabétisés se rangeaient dans la catégorie de l’alphabétisation moyenne, force est de constater que les résultats de l’enseignement dans ces petites écoles rurales n’étaient guère brillants. Rappelons que la proportion d’hommes réputés sachant lire et écrire avoisinait 35 % mais que moins de 5 % d’entre eux savaient bien lire et écrire. Le nombre important d’écoles eût pourtant permis de croire à une plus grande diffusion de l’instruction. Trop d’obstacles cependant existaient, qui empêchaient les campagnards d’en bénéficier. Ces handicaps pédagogiques, socio-économiques et culturels étaient tels que les ruraux, dans leur immense majorité ne pouvaient pas être très instruits.

La responsabilité des individus

* Celle des maîtres ?

92Faut-il incriminer l’incapacité pédagogique des enseignants d’alors pour expliquer l’insuffisance des résultats ?

93Peut-on affirmer d’abord que l’approbation élogieuse de la plupart des curés révélât des capacités particulièrement étendues ? On trouve nombre d’appréciations peu explicites, par exemple à Nordausques en 1725 : "écoles passables" ; "tient bonne école" (à Crémarest vers 1755) ; " instruisent bien" (à Cormont et à Hubersent vers 1755) ; "on est passablement content de lui" (à Calonne-Ricouart en 1725). Rares en effet étaient les mentions comme celle émanant du curé d’Audresselles précisant les compétences de son clerc : "dans l’église et dans l’école...un des plus capables de ce doienné pour son chans et sa manière d’instruire." Certains prêtres, plus prolixes aussi, égratignaient férocement leur clerc au détour d’une phrase, peut-être involontairement d’ailleurs : à Nortbécourt en 1725, le clerc laïc avait "plus d’exactitude que de talent tant pour le chant de l’office que pour l’école" ; à Verchocq, on le tolérait "charitablement" à cause de son grand âge ; et pour celui de Longueville en 1757, cette mention impitoyable dans sa retenue pleine de fatalisme : "il commencera a se servir, Dieu aidant, de l’Histoire abrégée..." Malgré leur bonne volonté, et un sérieux incontestable pour la plupart d’entre eux, les maîtres d’école villageois n’en pouvaient mais, n’ayant reçu aucune véritable formation pédagogique.

  • 47 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1761 (188)

94Citons aussi cet extrait de la délibération des habitants de Nielles-les-Bléquin et de Vaudringhem en 1761 qui souhaitaient l’établissement d’un vicaire car, argumentaient-ils, "cela procureroit l’agrément et la consollation aux paroissiens de pouvoir envoyer leurs enfans à l’écolle, tant pour les faire apprendre à lire, écrire et instruire dans la religion catholique, appostolique et romainne, ce qui ne peut leur être procuré avec avantage que par les fréquentes instructions et catéchismes que leur feroit un vicaire, et les recevraient avec bien plus de respect que de la part d’un clercq qui souvent est hors d’état de faire avec intelligence l’explication du catéchisme..."47. A Lacres en 1774, certains habitants se plaignaient de L. Routier, une Thérèse Courbois notamment "déclarente se plaindre de son écolle a cause que son enfant n’aprenoit-pas bien" : mais était-ce la faute du clerc trop peu instruit ou de l’enfant trop peu attentif ? Faut-il généraliser l’incapacité des enseignants ruraux, en écoutant également les doléances des habitants de Samer pour lesquels les maîtres d’école étaient "des gens pour la plupart très ignorans...qui pour vivre sont obligés de s’occuper de tout autre soin que celui de l’instruction" ? Que penser du jugement des gens d’Havrincourt, demandant en 1789 "un maître d’une conduite irréprochable, sachant bien sa religion, le françois et autres sciences nécessaires aux gens de la campagne" ? De mauvaises langues aussi, les habitants d’Estrée-Cauchies qui réclamaient des clercs "non seulement capables de remplir les fonctions analogues au service divin, mais même d’enseigner la jeunesse à lire et écrire..." ?

95Ces réclamations n’abondent pas, il est vrai, dans les cahiers de doléances, ce qui montrerait que majoritairement, les maîtres d’école étaient appréciés en tant que tels. En réalité, et on l’a vu précédemment, on jugeait davantage leur sérieux que leurs compétences. Mais le sérieux exclut-il pour autant l’incompétence ? A vrai dire, ces maîtres parlant plus souvent le patois que le français manquaient d’appuis intellectuels solides, éprouvaient beaucoup de difficultés à remplir leur tâche pédagogique, même si la finalité de l’instruction dispensée alors ne correspondait pas aux objectifs qu’on lui assigne de nos jours. Sans doute, certains clercs semblaient-ils plus instruits que d’autres : le clerc de Couin, J. A. Grébet, savait sûrement bien lire et écrire, alors que celui de Guémy, un nommé Verbreque, paraissait incapable de rédiger de simples billets de convocation sans avoir recoins au curé.

  • 48 Il arrivait assez souvent que le vicaire se déchargeât de cette tâche en rétribuant un remplaçant l (...)

96Il est vrai également que les exigences des élites villageoises grandissaient, que "la demande sociale" se faisait plus insistante dans les décennies précédant la Révolution et que là, où on se contentait naguère d’un "à peu près pédagogique", on réclamait désormais un apprentissage plus efficace, plus rentable. Pourtant les tâches d’enseignement n’étaient pas partout dévolues aux seuls clercs laïcs. Des ecclésiastiques enseignaient également les petits villageois, et sans doute avec plus de maîtrise pédagogique. Les communautés, dans leurs délibérations, lorsqu’elles avaient à choisir entre un clerc laïc et un vicaire optaient très souvent pour ce dernier, mieux à même d’expliquer le catéchisme et pouvant dire la messe comme dispenser les secours spirituels dans les hameaux48.

* Celle des parents ?

97La médiocrité des résultats scolaires s’explique-t-elle par la négligence des parents, insouciants d’envoyer leurs enfants à l’école ? En 1725, 87 curés sur 251 (34,7 %) s’en plaignaient. A Mencas, des paroissiens négligeaient "d’envoier leurs enfants au catéchisme" ; à Le Biez, Rumilly-le-Comte ou à Parenty, on ne les voyait venir "ni au catéchisme ni à l’école." Le curé de Wirwignes se désolait aussi de ce double absentéisme recrudescent après la première communion et stigmatisait la "criminel indulgence" des parents. En juillet 1749, le prêtre d’Andres remarquait que l’école était fréquentée par une cinquantaine d’écoliers mais que "si les peres et meres les envoyaient selon leurs devoirs, il y en auroit plus de cent". Vers le milieu du XVIIIe siècle, le quart environ des enseignants du diocèse de Boulogne pâtissait encore de la négligence des parents, en recul cependant par rapport à 1725. Ceci traduisait peut-être un désir accru d’instruction et une prise de conscience plus nette de la nécessité scolaire.

* Celle du curé de paroisse ?

  • 49 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1767 (176)

98Les écoles et les maîtres étaient soumis à la tutelle plus ou moins vigilante des curés de paroisse qui remplissaient d’autant mieux ce rôle que l’enseignement dispensé prolongeait leur pastorale. Ils se montraient donc très soucieux de ce qui pouvait perturber le fonctionnement des écoles, très attentifs aussi, on l’a vu, à l’exactitude et à l’assiduité des maîtres. Il suffit de parcourir les minutes notariales pour constater qu’ils n’hésitaient pas à déposer une requête auprès d’un tribunal de bailliage, à engager une procédure à l’encontre d’une communauté d’habitants qui tardait à faire restaurer ou reconstruire un bâtiment d’école, à remplacer un clerc démissionnaire ou décédé. En 1767 à Wardrecques, le curé P. Thomas présentait une requête au bailliage de Saint-Omer pour "faire condamner les habitons, corps et communautés desdittes deux paroisses (l’autre étant Campagne-les-Wardrecques) d’établir un magister ou clerc...à l’effet d’aider ledit Me Thomas dans le service divin et dans l’administration des sacremens suivant l’usage, dedans huitaine...et faute de le faire...et sans qu’il soit besoin d’autre jugement permettre audit Me Thomas d’y en faire établir un aux frais et despense des susdites communautez"49. On relève des démarches identiques menées par les curés d’Helfaut (1772) et de Remilly-Wirquin (1777). Sans doute certains se montraient-ils moins intransigeants, mais dans l’ensemble, on peut estimer que les prêtres de paroisse se sont efforcés de voir fonctionner au mieux les petites écoles rurales, allant parfois, comme le curé d’Audresselles en 1725, jusqu’à offrir de payer l’écolage des enfants pauvres.

* Celle des évêques ?

99Au-dessus des curés, d’autres supérieurs ecclésiastiques (doyens, vicaires généraux, évêques) pouvaient intervenir. L’importance des visites épiscopales apparaît ici pleinement, de même que la tenue régulière de synodes rappelant ou précisant les règles à suivre en matière d’enseignement.

100Les prélats boulonnais furent beaucoup plus actifs en ce domaine, et nous devons d’ailleurs à leur zèle et à leurs questionnaires, d’avoir pu mieux connaître les petites écoles rurales. Au cours de leurs visites, les évêques (ou leurs représentants) s’asssuraient du bon fonctionnement des écoles, de l’état matériel des bâtiments, et, en cas de négligence, pouvaient prendre des dispositions utiles. Ainsi en 1722, l’évêque audomarois F. de Valbelle demanda à la communauté d’Helfaut de se pourvoir d’un chapelain pour tenir l’école et de remettre en état la maison destinée à son habitation. En 1779, dans la même paroisse, l’évêque A. de Bruyères-Chalabre exhortait les "gens de loi" à obliger les parents "par toutes voies dues et raisonnables a envoyer leurs enfans a l’école" ; à Blendecques en 1769 l’évêque L. F. de Conzié avait ordonné aux Blendecquois de restaurer ou de reconstruire la maison vicariale servant aussi d’école.

  • 50 MIOLAND (J.M.), Actes..., t. 2, p. 87-90

101Aux évêques était également dévolue la charge de pourvoir aux postes vacants : de leur application et de leur célérité dépendait la continuité de l’enseignement. De même pouvaient-ils interdire les clercs laïcs jugés indignes ou incapables en refusant le renouvellement de leurs "lettres d’institution". Le firent-ils pour incompétence professionnelle ? Il est permis d’en douter. Lors des visites épiscopales, les maîtres étaient pourtant inspectés : revêtus du surplis, interrogeant les enfants sur le catéchisme, ils devaient montrer qu’ils le savaient "entièrement de mémoire et d’une manière assez sûre pour n’avoir pas besoin de tenir leur livre à la main..."50. Des réponses correctes des enfants dépendait l’appréciation du visiteur qui n’était d’ailleurs pas toujours dupe : ainsi l’évêque d’Amiens en 1775, tout en se louant de l’instruction convenable des écoliers qu’il avait entendus dans le cours de ses visites, écrivait : "Nous nous persuadons que ce n’est pas seulement à l’annonce de nos visites que l’on doit l’exercice de leur zèle à leur égard."

  • 51 Oeuvres très complètes de Mgr FJ.G. de Partz de Pressy (p.p l’abbé Migne), 1842, t. 2, col.1300

102Excepté l’évêque de Partz de Pressy qui n’hésitait pas à s’attarder sur des conseils d’ordre pédagogique (éviter le verbiage, utiliser des exemples simples et concrets...)51, en règle générale, les prélats se contentaient de directives générales, se préoccupant davantage du contenu catéchétique à enseigner plutôt que des moyens appropriés pour apprendre à lire.

Des pratiques pédagogiques inadaptées

  • 52 La méthode d’épellation traditionnelle préconisait de nommer les lettres telles quelles au mépris d (...)

103Les petits villageois pouvaient-ils vraiment apprendre à lire ? D’après les documents, l’utilisation d’abécés ou de syllabaires n’est jamais mentionnée. Il est vrai que l’on pouvait s’en passer pour connaître l’alphabet, et à partir des années 1760-1770, on signale davantage cet enseignement. Une fois dépassé ce stade, surgissait l’apprentissage des syllabes et de leur association en vue de la lecture des mots. Le maître se servait du Catéchisme en utilisant la méthode individuelle : il lisait la question et à ses côtés, l’élève tentait de lire la réponse correspondante à un texte plus ou moins long. Il fallait bien alors aider l’écolier en lui indiquant le mot à déchiffrer, en le précédant dans le déchiffrage, en le reprenant... Généralement, on procédait à la lecture d’un membre de phrase ou de la phrase entière que mémorisait l’écolier, qu’il pouvait ensuite réciter par cœur après plusieurs tentatives. On peut douter que cette forme d’accès sauvage à la lecture pût fournir des résultats efficaces. Quelques maîtres plus appliqués, après avoir fait apprendre les lettres, procédaient par le mot à mot, chaque unité signifiante étant épelée, syllabée puis lue, mais cette technique encore rudimentaire ne semble pas souvent avoir eu cours52.

104Le format réduit, la lisibilité difficile des Catéchismes et l’absence de tout support iconographique ne facilitaient guère non plus l’apprentissage de la lecture. Le contenu même des textes de lecture était composé d’un vocabulaire religieux abstrait. Or l’on sait bien que l’acquisition du savoir-lire est aussi et surtout une affaire de connivence avec les mots : l’enfant apprend d’autant mieux à lire que le champ lexical proposé est circonscrit d’abord à un univers familier. Rien de tel évidemment pour ces petits villageois à travers la lecture du Catéchisme.

Extrait d’un Catéchisme du XVIIIe siècle destiné aux enfants des petites écoles : on remarquera l’emploi du terme transubstantiation.
(Cliché A. D. P. de C.)

  • 53 BRUNOT (F.), Histoire de ta langue française..., 1926, t. VII, p. 169

105Enfin, la dissociation des apprentissages de la lecture et de l’écriture nuisait aussi à l’acquisition de la première compétence. Apprendre à lire un mot, c’est aussi apprendre à l’écrire, à dessiner son image graphique. D’où la difficulté pour ceux qui avaient pu quand même un peu apprendre à lire dans l’imprimé, de pouvoir déchiffrer l’écriture courante, italique, dite encore à la main. Les deux apprentissages eussent dû se compléter l’un l’autre : savoir écrire c’est être aussi et surtout capable d’aligner des signes exprimant une pensée, ce qui exige une production de sens inséparable du savoir-lire. Rien de tel encore pour la plupart des petits ruraux qui, n’apprenant pas ou mal à lire, ne pouvaient évidemment savoir écrire, mais tout au plus dessiner quelques lettres. Prenons soin de mettre à part la question de l’orthographe : elle n’était pas encore codifiée totalement à l’époque, même si, comme l’a montré F. Brunot, le souci d’une écriture correcte s’imposa progressivement au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle53.

Le poids de la pauvreté

106Dans cette économie de la France d’Ancien Régime, toujours à la merci d’une crise de subsistance, la pauvreté était manifeste pour nombre de ruraux, même si son ampleur variait beaucoup selon les années. S’il ne l’explique pas entièrement, ce paupérisme constituait un sérieux handicap pour la fréquentation scolaire.

107Il faut rappeler tout d’abord la pauvreté des communautés d’habitants qui supportaient les dépenses liées à la scolarisation. L’exiguïté de la plupart des locaux scolaires impropres à recevoir une population scolaire nombreuse n’a pas d’autre explication. Les paroisses n’entreprenaient pas non plus la construction d’une seconde école réservée aux filles : "la pauvreté des habitons ne permettons pas de construire plusieurs logemens pour en faire la séparation", écrivait le curé de Surques en 1725, à propos de l’école. Il fallait également tenir compte dans ce cas d’un coût d’entretien supplémentaire. Certaines paroisses tardaient à entreprendre ces travaux de réparations et le bâtiment se détériorait à un point tel qu’il fallait cesser d’y faire classe. A cause de "l’insuffisance de payer d’une partie desdits habitons", à cause aussi de la surcharge fiscale affectant les autres feux, les communautés rechignaient à décider de nouvelles impositions qui eussent pu constituer des fonds propres destinés à l’usage local. C’est sans doute aussi pourquoi nombre d’entre elles ne pouvaient entretenir correctement leurs chemins qui, lorsqu’ils étaient défoncés, détrempés, inondés, empêchaient parfois les enfants d’arriver jusqu’à l’école.

  • 54 En temps normal, il fallait dépenser au moins la moitié d’un salaire de manouvrier pour nourrir une (...)

108Que dire aussi de la pauvreté de nombreuses familles rurales ? Quelques exemples extraits des enquêtes épiscopales suffisent pour s’en convaincre. A Neufchâtel en 1725, "beaucoup négligent l’instruction a leurs enfans, veu la misère dans laquelle ils sont réduit et l’obligation ou ils sont de les envoier servir pour ganier leur vie" ; à la même date, des enfants de Parenty ne fréquentaient pas l’école avant 12 ans pour aller mendier, ceux de Mencas n’y allant pas parce qu’ils étaient "mal vestu". Vers 1750, le curé d’Humbert expliquait : "La pauvreté qui règne dans nos campagnes est cause que bien des familles négligent l’instruction de leurs enfans pour les envoyer chercher du pain" Lors des "chertés", les enfants s’absentaient très nombreux, il fallait bien survivre : "la chereté des vivres apporte beaucoup de négligence dans l’instruction...", notait le curé de Licques ; les crises frumentaires, les épidémies aggravaient la misère et l’absentéisme : "puisqu’il y a depuis un an beaucoup de pauvre, il y a conséquament pas d’assiduité aux instructions" déclarait encore le curé d’Hocquinghem54. En 1773, les Etats d’Artois émus par une mendicité croissante demandèrent aux seigneurs artésiens de veiller à ce que le "résidu" des comptes des communautés fût utilement employé "pour le soulagement des pauvres et aux établissemens publics, les plus utiles, notamment des Ecoles, où les Pauvres puissent recevoir l’éducation que leur état leur permet".

109La pauvreté de nombreuses familles villageoises empêchait toute scolarisation régulière, quand elle n’y faisait pas totalement obstacle. La scolarisation en effet n’était pas gratuite : certes le coût en était faible puisqu’on peut la chiffrer environ à une livre et demie pour 6 mois de scolarité. Pour dérisoires qu’elles puissent paraître, ces sommes ne pouvaient pas toujours être versées par les familles entièrement démunies, ou simplement pauvres, lorsqu’elles avaient plusieurs enfants en âge scolaire. La mise au travail précoce des enfants résultait aussi de cette pauvreté. Il était habituel qu’on employât hativement la main-d’oeuvre enfantine dans les campagnes : "Les enfans commencent a etre utiles a huit ans soit a la culture des oeillettes soit à sarcler les grains", écrivait vers 1801 le maire d’Eterpigny dont le témoignage est valable également pour la période antérieure. Ne parlons pas des travaux de l’artisanat textile évoqués dans l’étude sur l’alphabétisation, mais de toutes les autres tâches qui pouvaient être dévolues aux enfants : en 1725 à Nortbécourt, le curé stigmatisait la négligence de certaines familles qui éloignaient leurs enfants des écoles à cause de "leur pauvreté et le besoin qu’ils prétendent avoir de leurs enfans pour la garde soit de leur maison soit de leurs bestiaux..." Les enfants pouvaient également ramasser des cailloux : les Etats d’Artois demandaient d’ailleurs d’occuper "par préférence, aux réparations des chemins, les pauvres familles afin de leur donner une certaine subsistance".

  • 55 Cité par LAUDE (F.), Les classes rurales en Artois à la fin de l’Ancien Régime, 1914, p. 273

110Cette mise au travail précoce explique la non-fréquentation des écoles par de nombreux enfants en âge scolaire. Dans l’esprit de beaucoup, le travail enfantin constituait d’ailleurs la meilleure solution pour faire disparaître la mendicité dans les campagnes. Dans les années 1770, le subdélégué d’Arras écrivait à l’Intendant de sa généralité : "le peuple languit et n’est pas en état d’appliquer de bonne heure les enfans au travail... Tel enfant qui aurait gagné quelque chose dès l’âge de 10 ans ne gagne souvent rien à l’âge de douze... ce qui réduit (l’ouvrier) à la plus grande misère, c’est qu’il ne peut nourrir ses enfans qui ne gagnent rien, parce qu’il n’est pas en état de payer leur écolage et de sacrifier la matière necessaire à leur instruction"55. La mise au travail des enfants pauvres était considérée comme normale à l’époque, et paraissait la condition nécessaire à l’amélioration de leur sort. Vers 10 ans, mais parfois avant, l’enfant devait pouvoir "gagner le pain" qu’il mangeait. Que cette nécessité l’éloignât de l’école ne doit point étonner : il s’agissait souvent de survivre !

Les résistances culturelles

111Nombre de Boulonnais et d’Artésiens s’exprimaient seulement en patois encore à la veille de la Révolution. Il suffit de parcourir les réponses d’Hennebert pour s’en convaincre. Usité "dans toute l’étendue de l’Artois", ce patois s’il n’était plus employé dans les sermons des curés continuait d’être parlé et chanté par les villageois. Les enfants pouvaient difficilement échapper à cette empreinte linguistique séculaire. Ainsi, vers 1755, à Herly, les clercs faisaient-ils "apprendre le catéchisme pour enseigner à lire en françois", ce qui montre que ce dernier était perçu à la limite comme une langue étrangère. De nombreux maîtres d’école devaient s’exprimer aussi uniquement en patois, si l’on en juge d’après certaines doléances villageoises de 1789.

112Hennebert, partisan de la suppression des patois, suggérait à Grégoire d’" établir de bons maîtres d’école, procurer aux enfans une courte grammaire à leur portée, exciter par des prix leur émulation à s’exprimer convenablement."

113A sa réponse était jointe une liste des mots du patois couramment usité en Artois. Il évoquait aussi une Grammaire artésienne, parue en 1772 à Saint-Omer, dans laquelle étaient recensées les erreurs les plus courantes. L’omniprésence du patois explique également certaines difficultés pédagogiques. L’on sait en effet qu’on apprend d’autant mieux à lire qu’on a su préalablement bien "parler l’écrit", et l’usage quasi exclusif du patois ne pouvait que contrecarrer l’apprentissage de la lecture. De même influait-il sur les rapports, très lointains, qu’entretenaient les campagnards avec les livres.

114A la question de savoir si les gens de la campagne avaient le goût de la lecture, le correspondant audomarois de Grégoire avait répondu : "Ils lisent rarement, excepté les fermiers un peu éduqués...On trouve chez eux des livres qui les amusent ou qui les corrompent plutôt qu’ils ne les instruisent...de grossières rapsodies, des livres obscènes, d’anciennes légendes fabuleuses, des anciens contes de Ma mère l’Oie, les vies de Cartouche, de Mandrin...Les honnêtes fermiers lisent des voyages, les romans de l’abbé Prévost et autres de ce genre..." Les inventaires après décès confirment cette rareté des livres chez les ruraux, les plus riches possédant surtout quelques livres de piété. Les seuls autres ouvrages qui retenaient l’attention de ceux qui savaient lire étaient soit des romans et des contes, soit des almanachs ou des imprimés évoquant la "pronostication du temps" ou relatant quelque fait divers. Le livre demeurait encore un objet rare. Comme leurs parents, les enfants de l’époque ne vivaient guère en contact avec l’imprimé, avec le livre, ce qui ne pouvait non plus faciliter leur acculturation.

***

115Malgré la densité du réseau des petites écoles en Artois et Boulonnais, le bilan de l’enseignement rural peut être jugé médiocre en raison de l’importance des obstacles qui existaient. Hormis le témoignage des taux d’alphabétisation, il est difficile d’affirmer que les ruraux n’étaient pas instruits ; il est plus facile de montrer qu’ils ne pouvaient pas l’être beaucoup. Les capacités limitées de nombreux clercs laïcs, et des pratiques pédagogiques rudimentaires, n’expliquent pas seulement cette médiocrité. Malgré les efforts des curés et de certains évêques, malgré l’action des élites rurales de plus en plus soucieuses d’un enseignement de qualité, malgré l’activité des assemblées de communautés, les conditions sociales et économiques (que de pauvreté encore !), voire les inerties culturelles, ne permettaient guère la diffusion de l’instruction. En dehors d’un soutien étatique énergique, les autorités locales ne pouvaient surmonter des handicaps d’une telle nature.

116Pourtant, au cours de cette période, l’école affirma son originalité : bien souvent intégrée à l’intérieur du presbytère au début du siècle, parfois logée dans une maison particulière, elle afficha de plus en plus sa destination permanente et fonctionnelle. Près de l’église, au centre du village, l’école trouva sa place dans le paysage villageois ; désormais, dans nombre de villages, un bâtiment spécifique symbolisait l’importance, la nécessité et l’indispensable pérennité de l’institution scolaire. La fréquentation scolaire régulière s’était d’ailleurs accrue et pouvait concerner quelque 40 à 45 % des enfants scolarisables, mais elle demeurait bien en deçà de la scolarisation citadine.

Cette gravure du XVIIIe siècle illustre parfaitement le cadre matériel d’une petite école de l’époque. Le maître enseigne séparément à chaque élève. Les filles sont installées dans un coin de la classe, à l’écart des garçons qui eux disposent d’une table pour écrire. Morale et discipline inspirent la légende qu’accompagne cette reproduction.
(Cliché I. N. R. P. Musée National de l’Education 5.1.02/3054)

Notes

1 A. D. P. de C, 1 G 31-34 : beaucoup de renseignements qui suivent sont extraits de ces enquêtes.

2 Dans les procès-verbaux de l’enquête ordonnée en 1569 par le duc d’Albe (chargé par Philippe II d’Espagne de mettre fin aux "troubles" des Pays-Bas).

3 Bibl. Mun. Boulogne, ms 66 F 1

4 Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 1063 ; Gros des notaires, Divers, 1762 et 1777 (ex. de Vaudringhem et de Wismes).

5 La réponse de Hennebert a été publiée par A. GAZIER, Lettres à Grégoire sur les patois de France, 1880, (réimp. 1969), p. 254-268

6 A la question de savoir où se tenaient les écoles, le curé de Wavrans répondit : "Cet article est bon pour le Boulonnois ; on tient les Ecoles dans l’école. "

7 Dans le Boulonnais, le subdélégué transmit à l’intendant de Picardie 23 dossiers entre 1750 et 1769, et 39 entre 1770 et 1789.

8 Arch. Nat. F17/13152 ; A. D. P. de C. 2 L 6/90

9 En dehors de ma thèse, voir mon article "Les bâtiments scolaires ruraux du XVIIIe siècle (Artois, Boulonnais, Montreuillois)", Bull. Comm. Dép. d’hist. et d’arch. du P.de C., tome XII-3, 1988, p. 266-267

10 A Arques, la salle de classe mesurait 60 m2 ; à Blendecques et à Moulle, elle faisait entre 30 et 38 m2, soit environ 1/2 m2 par élève scolarisable !

11 LORIQUET (H.), Les cahiers de doléances de 1789 dans le département du Pas-de-Calais, Arras, 1891, t. 2, p. 411

12 Cité par COTTEL, Inventaire sommaire des archives départementales, série C, 1882, p. 11.

13 A. D. P. de C., 1 G 940 (306)

14 Ibid.

15 Arch. Nat., S 7474

16 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1786,11

17 Ibid., 1763, 249

18 A. D. P. de C., 4 E 33(45), F 625

19 A. D. Nord, 5 G 520,583

20 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1787

21 A. D. P. de C, 4 E 18-XIV(165), f° 89 r°

22 DELAMOTTE (abbé Georges), "La nomination des maîtres d’école avant la Révolution", Bull. Soc. Acad. Arrond. Boulogne., 1912, p. 278-288

23 A. D. P. de C., 4 E 18-XIV(181), P 207-209

24 BOYAVAL (R.), Le Souich. Un village à cheval sur les frontières d’Artois et de Picardie. 1945, p. 68

25 On comptait alors en livres(l.), sols(s.) et deniers (d.) : 1 1. valait 20 s. et 1 s. équivalait à 12 d.

26 A. D. P. de C., 16 J 55, 9 J 43 P 4 ; BOURGEOIS (A.), "Le clerc d’église et l’enseignement en Artois avant la Révolution", Bull. Soc. Antiq. Morinie, t. XVIII, 1954, p. 217.

27 A. D. P. de C., 4 E 81(20), P 114-116

28 Vers 1750, 2 manouvriers d’Audruicq percevaient l’un 261. 5 s., l’autre 14 1. 5 s. pour 21 et 19 journées de travail (Bibl. Mun. Saint-Omer, ms 963 F 83) ; en 1790, on chiffrait le salaire journalier d’un manouvrier à 11. 6 d. mais le nombre de journées rémunérées était assez limité

29 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Donations, 1766 (37), 1779 (39) ; Partages, 1787 (16), 1789 (3)

30 Sous le nom de Frère Barthélémy, Arch. de la Maison Généralice (Rome), NC 304/1 ; Citons aussi J. B. de Saint (Frère Généreux) originaire de Coupelle-Vieille, RIGAULT (G.), Histoire générale de l’Institut des Frères des Ecoles chrétiennes, t. 2,1938, p. 318

31 Une partie de ces renseignements m'est parvenue grâce à l’obligeance de M. Henri Lorge, directeur d’école à Saint-Omer ; voir aussi A. D. P. de C., 1 G 31 f° 28, 1 G 33 f° 75 et Arch. hosp. de Boulogne, "registre des délibérations" no 4, f° 66 v°

32 A. D. P. de C, 9 J 235 P 3

33 Pour plus de précision, voir ma thèse, t. 1, p. 253-254

34 A.D. P. de C.1L304

35 Expressions extraites des mandements des évêques d’Amiens et de Boulogne.

36 A. N. F17 /13152 : "Les enfans sont obliger deporter leur bois s'ils veullent leur choffer" (à Canlers)

37 Recueil des Mandemens et de toutes les ordonnances synodales de Messeigneurs de Valbelle, Evêques de Saint-Omer, Saint-Omer, 1730, p. 125

38 Voir à ce propos le chapitre 2 de la 3e partie consacrée à la période révolutionnaire

39 A ne pas confondre avec la méthode simultanée (voir infra)

40 COTTEL, Inventaire..., p. 124 (C 209)

41 Ce tableau de Van Ostade (1610-1684) se trouve au musée du Louvre

42 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Donations, 1782 (38)

43 Les références précises des ouvrages cités figurent dans ma thèse, t. 1, p. 270-280

44 Cet ouvrage opérait une sorte de "révolution catéchétique" en racontant l’histoire sainte pour mieux expliquer la théologie, d’après DHOTEL (J.C.), Les origines du Catéchisme moderne, p. 292

45 Analyse de cet ouvrage par DHOTEL (J.C.), op. cit., p. 183-187

46 Bibl. Mun. Troyes, 577 ; no 842 dans le répertoire établi par BOLLEME (G.), La Bible bleue, Paris, 1975

47 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1761 (188)

48 Il arrivait assez souvent que le vicaire se déchargeât de cette tâche en rétribuant un remplaçant laïc, comme à Embry où "le clercq dudit lieu a toujours été payé par le vicaire ordinaire", A. D. P. de C. 2 L 6/90

49 Bibl. Mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Divers, 1767 (176)

50 MIOLAND (J.M.), Actes..., t. 2, p. 87-90

51 Oeuvres très complètes de Mgr FJ.G. de Partz de Pressy (p.p l’abbé Migne), 1842, t. 2, col.1300

52 La méthode d’épellation traditionnelle préconisait de nommer les lettres telles quelles au mépris des associations phoniques usuelles : b s’épelant ; cha se lisant ainsi : cé, ache, a ; on commençait pourtant à appliquer davantage la méthode dite de Port-Royal consistant à ajouter un e muet à chaque consonne

53 BRUNOT (F.), Histoire de ta langue française..., 1926, t. VII, p. 169

54 En temps normal, il fallait dépenser au moins la moitié d’un salaire de manouvrier pour nourrir une famille avec 3 enfants, d’après LABROUSSE (E.), Hist. éco. et soc. de la France, t. 2, p. 491

55 Cité par LAUDE (F.), Les classes rurales en Artois à la fin de l’Ancien Régime, 1914, p. 273

Table des illustrations

Légende Tableau 18 : Nombre d’enseignants dans le diocèse de Boulogne (1725)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Catéchismes du diocèse d’Arras (1765), A. D. P. de C., A 167(Cliché A. D. P. de C.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Extrait d’un Catéchisme du XVIIIe siècle destiné aux enfants des petites écoles : on remarquera l’emploi du terme transubstantiation.(Cliché A. D. P. de C.)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Cette gravure du XVIIIe siècle illustre parfaitement le cadre matériel d’une petite école de l’époque. Le maître enseigne séparément à chaque élève. Les filles sont installées dans un coin de la classe, à l’écart des garçons qui eux disposent d’une table pour écrire. Morale et discipline inspirent la légende qu’accompagne cette reproduction.(Cliché I. N. R. P. Musée National de l’Education 5.1.02/3054)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter