Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Chapitre IV. L’alphabétisation rurale

Texte intégral

1De la fin du XVIIe au début du XIXe siècle, l’alphabétisation a progressé dans les campagnes artésienne et boulonnaise, mais plus ou moins nettement selon les régions. De même a-t-elle concerné la société à des niveaux différents, introduisant ainsi un nouvel élément de différenciation sociale et de pouvoir.

1 - évolution de l’alphabétisation rurale1

  • 1 19 094 actes de mariage ont été consultés dont 5827 par l’auteur ; 148 villages du département sur (...)
  • 2 Toutes les régions du futur département ont été sondées ; pour le début du XIXe s., un bilan a été (...)

2Les sondages effectués dans les registres paroissiaux donnent les résultats d’ensemble suivants2 :

fin XVIIe

1740-1750

1780-1790

l806-l8l5

a

40,3

42,6

43,1

41,7

b

42,3

44,9

45,1

43

a - niveau 1 excepté
b - toutes les signatures
Tableau 6 : Taux d’alphabétisation (H. et F.), fin XVIIe s.-1815

  • 3 Pour les années 1737-1791, un taux décennal d’alphabétisation compris entre 36,1 et 40,8 % a pu êt (...)
  • 4 HOUDAILLE (J.), "Les signatures au mariage de 1740 à 1829", Population, no 1,1977.

3Ces pourcentages traduisent une apparente stabilité de l’alphabétisation rurale3, mais il faut préciser qu’ils s’appliquent à une population plus nombreuse après 1740 ; en chiffres absolus, les différences apparaîtraient plus nettement. Une comparaison avec les résultats d’une enquête menée par l’I.N.E.D. montre qu’à la veille de la Révolution, le taux d’alphabétisation rurale de l’Artois et du Boulonnais dépassait celui de la France rurale dans son ensemble (42 %)4. Le léger recul du taux d’alphabétisation des années 1806-1815 peut trouver son origine dans les événements de la période 1789-1799. Les contemporains éclairés, les maires en particulier, qui ont répondu aux enquêtes de l’an IX et de l’an XII, ont invoqué la désorganisation de l’enseignement pour rendre la période révolutionnaire responsable du mauvais état de l’instruction masculine dans son ensemble. Un maire de l’arrondissement d’Arras écrivait ainsi :

4 "Le défaut d’éducation est la cause de l’ignorance grossie dans laquelle vivent les hommes qui compose la population de ce village. Point d’instruction depuis dix ans et bientôt plus de civilisations."

5Il convient pourtant d’atténuer une telle sévérité, puisque la plupart des adultes de l’an IX avaient été scolarisés avant 1790-1791. Les maires avaient transposé à toute la population les conséquences de la politique scolaire révolutionnaire qui ne pouvaient avoir affecté que les plus jeunes. L’on croyait néanmoins à un réel affaiblissement de l’instruction. Cette opinion est confirmée, de façon moins ample, par la légère baisse du taux d’alphabétisation, traduisant mieux la réalité puisqu’il prend en compte les signatures des conjoints dont l’âge de scolarisation se plaçait effectivement sous la Révolution.

  • 5 Réalisée avec les taux d’alphabétisation réunis des villages d’Arques, Longuenesse et Moulle.
  • 6 D’après les "Prisées du bailliage de Saint-Omer", Bibl. mun. Saint-Omer, ms 1452.

6Parmi les facteurs d’évolution de l’alphabétisation, la conjoncture céréalière jouait un rôle non négligeable. Le pain demeurait encore, au XVIIe siècle, "l’aliment de vie disputé avec fureur" (E. Labrousse). De l’abondance ou de la médiocrité des récoltes résultait ce mouvement des prix qui commandait le rythme d’une économie de subsistance à la merci du moindre accident climatique. Pour vérifier l’influence possible de ces épisodes conjoncturels, la courbe d’alphabétisation5 a été déplacée de 15 à 20 années dans le passé afin de replacer les conjoints alors âgés de 10 à 12 ans à l’époque supposée de leur scolarisation. La confrontation avec le mouvement annuel des prix céréaliers6 s’avère la plus pertinente. A chaque période d’envolée des prix, la courbe d’alphabétisation-scolarisation s’infléchit nettement à la baisse (vers 1710, 1740) ; au contraire lorsque les prix baissent, les taux d’alphabétisation augmentent sensiblement (vers 1720-1730, 1745) ; après 1765, le palier et une hausse très faible reflètent une succession de périodes conjoncturelles difficiles. L’histoire de l’alphabétisation rurale fut en réalité une suite de secousses plus ou moins aiguës qui à certaines époques difficiles, entravèrent la scolarisation.

2 - l'ouest mieux alphabétise

  • 7 Comme il n’était guère aisé de présenter des résultats dans un cadre administratif qui a varié, la (...)

7A la veille de la Révolution, les meilleurs taux d’alphabétisation sont à mettre à l’actif des régions occidentales du futur département du Pas-de-Calais, à savoir les futurs arrondissements de Boulogne, Montreuil et Saint-Pol7. A quoi faut-il attribuer cette différenciation ? A des raisons historiques ? Rappelons que l’Artois fut rattaché au royaume dans la seconde moitié du XVIIe siècle, que les traditions françaises y furent ancrées beaucoup plus tardivement et sans doute bien moins fortement que dans le Boulonnais par exemple. Cette hypothèse séduisante ne peut expliquer à elle seule ces écarts puisque certains villages artésiens obtiennent des scores également flatteurs. Impossible d’ignorer non plus que là où l’on signait davantage, s’étendait pour une grosse part le diocèse de Boulogne, y compris en Artois. Si l’on tient compte des limites des diocèses d’avant 1789, on constate qu’en matière d’alphabétisation, le diocèse de Boulogne arrive largement en tête (48,7 % d’alphabétisés) suivi de celui de Saint-Omer (41,6 %), le diocèse d’Arras se situant en dernière position avec 38,1 %. Faut-il se satisfaire de cette nouvelle explication tant il est vrai que dans le diocèse de Boulogne, influencé nettement par la réforme catholique française, une importance particulière fut toujours accordée à l’éducation ?

  • 8 Voir chap. 2
  • 9 Une étude plus détaillée concernant les différents secteurs géographiques, a été menée dans ma thè (...)

8Un bon taux d’alphabétisation, traduction d’une scolarisation plus répandue couronnée par la première communion, témoignerait ainsi d’une pratique religieuse plus fervente, elle-même favorisée par une majorité de villages moins peuplés et forcément mieux encadrés. A l’inverse, les diocèses de Saint-Omer et d’Arras étaient constitués, dans leur majeure partie de localités appartenant au "bas-pays" et aux bas-plateaux artésiens, zones caractérisées par un semis de gros villages où la population scolarisable était nettement plus importante. Les résultats obtenus pour l’étude de l’alphabétisation, qui complètent l’analyse démographique,8 montrent que dans les régions basses, fertiles, riches, là où le peuplement était dense et l’activité beaucoup plus dynamique, la proportion de personnes capables de signer leur acte de mariage était nettement moindre que dans le "haut-pays" voisin moins productif et moins peuplé9.

Fig 4 : Département du Pas-de-Calais : alphabétisation globale dans les régions devant former les arrondissements (fin XVIIIe siècle)

Fig. 5 : Alphabétisation dans les diocèses (fin XVIIIe siècle)

3 - la société rurale face à l’alphabétisation

Une alphabétisation féminine médiocre

9Partout ou presque, à toutes les époques, les taux masculins d’alphabétisation l’emportaient largement

Hommes

Femmes

Ecarts

fin XVIIe

47,6

33,1

14,5

milieu XVIIIe

48,8

36,5

12,3

1780-90

53,8

33,1

20,7

1806-15

48,9

32,4

16,5

Tableau 7 : Taux masculins et féminins d’alphabétisation (Artois et Boulonnais)

  • 10 Vers 1780-1790 : 35,8 % dans l’Audomarois ; 22,1 % dans le bas-Artois ; 25,7 % dans le Béthunois ; (...)
  • 11 Excepté dans certains bourgs comme Fauquembergues, Hucqueliers, Laventie.
  • 12 PEUCHET-CHANLAIRE, Description topographique et statistique de la France-Département du Pas-de-Cal (...)

10La médiocrité des pourcentages d’alphabétisation globale, signalée précédemment pour les arrondissements d’Arras et de Béthune, venait de la faiblesse des taux féminins10, l’alphabétisation masculine y étant souvent comparable à celle des autres régions. Doit-on faire le lien entre l’analphabétisme féminin, très répandu11, et le développement de l’artisanat textile dans les campagnes, surtout à partir des années 1760 ? Dans leur Description (1810), Peuchet et Chanlaire signalaient pour les régions d’Arras, Bapaume et Béthune, les diverses activités textiles auxquelles se livraient de nombreuses femmes et fillettes12. Le maire de Méricourt écrivait dans sa réponse à l’enquête de l’an X : "dans l’hiver, ils (les garçons) vont à l’école et les filles sont employées chez elles à filer du lin".

  • 13 Ibid. p. 31.
  • 14 A Sailly-en-Ostrevent, 14,3 % des femmes étaient alphabétisées vers 1750-1790, d’après CLAIS, DELM (...)

11Les taux d’alphabétisation féminine de la fin de l’Ancien régime, très bas, traduisent une réalité toujours existante au début du XIXe siècle13. Les filles, davantage que les garçons, étaient absentes de l’école et ne pouvaient apprendre ni à lire ni à écrire, fût-ce leur nom : les pourcentages de signatures reflètent bien cette déficience de la scolarisation féminine14. Un classement des signatures, selon les différents niveaux, confirme le handicap culturel de la gent féminine.

Tableau 8 : Niveaux d’alphabétisation dans le bailliage de Saint-Omer, vers 1780-1790 (en % des conjoints)

Alphabétisation et groupes sociaux

12Les catégories d’alphabétisation confirment l’existence d’une hiérarchie culturelle dans les villages artésiens et boulonnais.

Fig. 6 : Alphabétisation masculine selon le niveau de signature (vers 1780-1790)

13L’écart est significatif entre les niveaux d’alphabétisation des manouvriers et ceux des artisans et des laboureurs d’autre part. Pour les premiers, il faut signaler l’infime pourcentage de signatures aisées et l’impressionnant taux d’analphabétisme (68,6 %). Entre les deux autres groupes, la différenciation s’effectue surtout par l’alphabétisation aisée. Même s’il est le moins important des trois, le taux d’analphabétisme des "coqs de village" (fermiers et laboureurs) demeure substantiel (environ 20 %). Entre ces trois groupes sociaux, s’intercalaient d’autres catégories : celle des ménagers, gens de la paysannerie moyenne, alphabétisés à 60 % dans le bailliage de Saint-Omer ; celle des bateliers : vers 1780, ceux de Moulle étaient moins alphabétisés (36,4 %) que les manouvriers du même village (61,9 %). Signalons enfin le cas de ces petits nobles ruraux désargentés par la dépréciation de leurs rentes et souvent analphabètes : Louis de Flahaut, écuyer, seigneur de Troncquoy, demeurant à Desvres ne pouvait en 1716 que tracer une croix sur le contrat de mariage de sa soeur et au milieu du XVIIIe siècle, 5 des petits-enfants de Jean de Lengaigne, seigneur de Coulomby, étaient analphabètes.

Richesse, pouvoir et alphabétisation

  • 15 Bibl. mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Contrats de mariages 1785-1789

14Bien que 43 % d’entre eux ne contiennent aucune évaluation des apports, les contrats de mariage15 apportent des précisions intéressantes sur la relation entre l’alphabétisation et la richesse

Tableau 9 : Niveaux d’alphabétisation relevés dans les contrats évalués

15On constate aisément que l’analphabétisme diminue avec l’importance des apports au mariage ; quant à l’alphabétisation aisée, si elle n’accompagne jamais ou presque les apports faibles, elle n’est pas toujours liée à une fortune importante.

  • 16 Id. : Partages, Liquidations 1786-1790

16Les actes de succession16 confirment ces indications : 62 % des héritiers pouvaient signer. Pour les petites successions dont l’actif était inférieur à 1 000 l. ; seulement 27,6 % des héritiers étaient alphabétisés et il faut arriver aux actifs supérieurs à 5 000 l. pour voir les trois-quarts d’entre eux apposer leur nom sur le document notarié.

Tableau 9 bis : Taux d’alphabétisation des héritiers du bailliage de SaintOmer (1796-1790)

  • 17 Voir évidemment l’excellente étude de J. P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution en Artois 1 (...)
  • 18 Exemples cités dans ma thèse, t. 3, p. 703, note 91.

17Les minutes notariales relatives aux délibérations des communautés villageoises, plus nombreuses à partir des années 1760, permettent d’analyser le niveau d’alphabétisation des participants aux assemblées. Celles-ci étaient composées des "principaux manans et habitans" de la paroisse qui se réunissaient le dimanche après les vêpres, près du portail de l’église. Ces réunions étaient plus ou moins suivies selon l’importance des matières à délibérer. Elles n’en constituaient pas moins un heu de décision où se concrétisait la réalité du pouvoir local17. Une évolution semble s’être dessinée entre 1760 et 178918.

Tableau 10 : Niveau d’alphabétisation des participants aux assemblées des communautés

  • 19 Peut-être le moins grand nombre de signatures pour la première période fausse-t-il en partie la co (...)

18Ces chiffres montrent bien que la présence aux assemblées était de plus en plus le fait des personnes les mieux alphabétisées19. Sans doute la lente régression de l’analphabétisme a pu modifier la situation entre les deux périodes, mais point de façon décisive. Les analphabètes auraient-ils alors été écartés davantage des délibérations villageoises ? Ou s’effaçaient-ils d’eux-mêmes, honteux de leur ignorance et confus de ne pouvoir signer face aux notaires ? Sans pouvoir répondre précisément à ces questions, force est de constater pourtant que l’importance des alphabétisés s’accroissait et parmi eux, l’influence des élites rurales s’affirmait davantage. Le pouvoir au village s’inscrivait davantage à l’intérieur de limites culturelles malaisément franchissables pour les exclus de l’écrit.

Notes

1 19 094 actes de mariage ont été consultés dont 5827 par l’auteur ; 148 villages du département sur les 935 communes que ce dernier comptait en 1790 ont été sondés.

2 Toutes les régions du futur département ont été sondées ; pour le début du XIXe s., un bilan a été tenté à partir d’un échantillon moins important (2079 actes) mais supposé représentatif de toutes les localités étudiées pour la période précédente. D’autre part, la chronologie 1806-1815 paraissait plus significative que celle choisie par Maggiolo (1816-1820) pour mesurer l’impact de la Révolution.

3 Pour les années 1737-1791, un taux décennal d’alphabétisation compris entre 36,1 et 40,8 % a pu être établi pour 21 paroisses du Béthunois (G. HAYS, T.E.R., Lille, 1980) alors que pour le sud du futur arrondissement de Saint-Omer, ce taux oscillait entre 46 et 53 % (R. DUBOIS, T.E.R, Lille, 1977).

4 HOUDAILLE (J.), "Les signatures au mariage de 1740 à 1829", Population, no 1,1977.

5 Réalisée avec les taux d’alphabétisation réunis des villages d’Arques, Longuenesse et Moulle.

6 D’après les "Prisées du bailliage de Saint-Omer", Bibl. mun. Saint-Omer, ms 1452.

7 Comme il n’était guère aisé de présenter des résultats dans un cadre administratif qui a varié, la division administrative de l’an VIII a été préférée, y compris pour les périodes antérieures.

8 Voir chap. 2

9 Une étude plus détaillée concernant les différents secteurs géographiques, a été menée dans ma thèse, t. 1, p. 92-107.

10 Vers 1780-1790 : 35,8 % dans l’Audomarois ; 22,1 % dans le bas-Artois ; 25,7 % dans le Béthunois ; 36,7 % dans le Boulonnais ; 46,9 % dans le Montreuillois ; 41,9 % dans le Temois ; une indication complémentaire est fournie par la proportion de villages où moins de 30 % des femmes étaient alphabétisées à la fin du XVIIIe s. : 55,5 % dans le Béthunois, 35,7 % dans l’Arrageois, 26,9 % dans le Boulonnais et 19,3 % dans l’Audomarois.

11 Excepté dans certains bourgs comme Fauquembergues, Hucqueliers, Laventie.

12 PEUCHET-CHANLAIRE, Description topographique et statistique de la France-Département du Pas-de-Calais, 1810, p. 30-32.

13 Ibid. p. 31.

14 A Sailly-en-Ostrevent, 14,3 % des femmes étaient alphabétisées vers 1750-1790, d’après CLAIS, DELMAIRE (J.P.), GABRYS (J.L.), T. E. R., 1974 ; taux très faibles aussi pour Inchy, Méricourt, Pronville, Saint-Laurent...

15 Bibl. mun. Saint-Omer, Gros des notaires, Contrats de mariages 1785-1789

16 Id. : Partages, Liquidations 1786-1790

17 Voir évidemment l’excellente étude de J. P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution en Artois 1760-1848, Lille, 1987.

18 Exemples cités dans ma thèse, t. 3, p. 703, note 91.

19 Peut-être le moins grand nombre de signatures pour la première période fausse-t-il en partie la comparaison ?

Table des illustrations

Légende Fig 4 : Département du Pas-de-Calais : alphabétisation globale dans les régions devant former les arrondissements (fin XVIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 5 : Alphabétisation dans les diocèses (fin XVIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 8 : Niveaux d’alphabétisation dans le bailliage de Saint-Omer, vers 1780-1790 (en % des conjoints)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 6 : Alphabétisation masculine selon le niveau de signature (vers 1780-1790)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Tableau 9 : Niveaux d’alphabétisation relevés dans les contrats évalués
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Tableau 9 bis : Taux d’alphabétisation des héritiers du bailliage de SaintOmer (1796-1790)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Tableau 10 : Niveau d’alphabétisation des participants aux assemblées des communautés
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter