Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Chapitre II. L’inévitable détour par la démographie

Texte intégral

1Le niveau d’instruction d’une population dépend pour une large part des structures d’accueil scolaire. Ces dernières doivent s’adapter à l’importance numérique de la population scolarisable. Si l’ajustement se réalise, celle-ci est entièrement scolarisée. Dans le cas contraire, un hiatus plus ou moins grand se produit et l’institution scolaire ne peut accueillir tous les enfants d’âge scolaire, ou les reçoit dans des conditions telles que son rôle s’en voit singulièrement limité.

2Pour les périodes anciennes, avant la Révolution notamment, il est très difficile, à quelques exceptions près, de connaître la population effectivement scolarisée. En revanche, il est possible de cerner le nombre d’enfants susceptibles de fréquenter l’école. Une étude démographique a donc paru indispensable. L’évaluation de la population scolarisable représente en effet une des clés essentielles de la compréhension du phénomène scolaire. Que dans tel village, il fallût compter avec 20 ou 30 enfants d’âge scolaire, et que dans tel autre cette proportion doublât, n’était évidemment pas sans importance.

1 - la durée de la scolarité élémentaire

  • 1 CHARTIER (R.), COMPERE (M.M.), JULIA (D.), L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1 (...)

3A quel âge entrait-on aux petites écoles et quand en sortait-on ? Certains historiens étendent la période de la scolarité élémentaire depuis l’âge de 7 ans jusqu’à celui de 14, soit sept à huit années de fréquentation scolaire1. Cette durée semble excessive si l’on envisage le cas général.

Les impératifs religieux

  • 2 MIOLAND (J.M), Actes de l’Eglise d’Amiens..., t. 2,1849, p. 90.
  • 3 En 1780, le directeur des Ecoles chrétiennes de Boulogne demandait aux officiers municipaux "de ne (...)

4A partir de 7 ans, l’enfant quittait le "bas-âge de l’homme" (Furetière) et entrait en "âge de raison" ou de "discrétion". Dès ce moment, commençait la prise en charge par l’Eglise : l’âme pouvait recevoir sa nourriture spirituelle, et l’enfant devait suivre à cet effet un enseignement religieux. Les évêques boulonnais demandaient ainsi que les enfants fussent confessés "au plus tard dans leur huitième année...". Le commencement de cette instruction chrétienne avait donc lieu généralement dans la septième année. L’évêque d’Amiens, en 1774, soulignait d’ailleurs qu’il ne fallait pas accorder à cet âge précis de 7 ans une importance trop grande, car écrivait-il, "dans quelques-uns, la raison est prématurée, et dans d’autres plus tardive"2. Après la préparation à la confession, l’enfant était instruit pour recevoir la confirmation, sacrement conféré généralement à partir de huit ans. Enfin survenait la première communion, événement majeur qui clôturait la période de l’enfance et marquait le point d’aboutissement de l’instruction religieuse. "A quel âge les enfants sont-ils ordinairement capables de ce discernement ?" demandait le second catéchisme de l’évêque d’Arras, à propos du sacrement eucharistique. "A l’âge de douze ans ou environ, plus ou moins" était-il répondu. Le catéchisme de Mgr de Partz de Pressy fixait cet âge entre 12 et 14 ans. Ainsi la durée de l’instruction chrétienne s’échelonnait-elle entre la préparation aux premières confessions et à la confirmation jusqu’à la "première communion", théoriquement de 7/8 ans jusqu’à 12/14 ans. Que cette période fût aussi celle de la scolarisation proprement dite n’est pas douteux3. Mais peut-on être plus précis ?

L’âge scolaire

  • 4 A. D. P.de C., 9 J 43 P 4/B (Longuenesse) ; ibid., 16 J 55 (Couin).

5Grâce aux rares notes d’écolage conservées dans les archives et à des recherches complémentaires dans les registres paroissiaux, on peut se faire une idée plus précise de l’âge des élèves fréquentant les petites écoles villageoises au XVIIIe siècle. La classe d’alors comprenait des élèves d’âges très différents, s’échelonnant de 7 (mais parfois moins) à 13-14 ans (et parfois davantage). A Longuenesse, en 1764, Jean-Marie Manessier était âgé de 16 ans, Pierre Dhalenne de 14 ans, Catherine Dhalenne de 11 ans et Jean-François Hébant de 7 ans ; à Couin, en 1785, Jean-Pierre Bailly était âgé de 7 ans, Isidore Bailly en avait 14, Nicolas Chenoux 9 et Firmin Déprez 84. On voyait ainsi de jeunes enfants cotoyer des adolescents : Isidore Bailly était entré en classe à 5 ans (il était surnommé "magister").

6La moyenne d’âge de la classe était de 13 ans à Longuenesse, de 12 ans environ à Couin. Grâce aux mémoires d’écolage laissés par le clerc de Couin, lesquels couvrent environ une trentaine d’années (1763-1791), on peut établir un âge moyen d’entrée à l’école de 8 ans et 3 mois, et un âge moyen de sortie atteignant 13 ans. A Longuenesse, village pour lequel il a été possible de calculer seulement l’âge d’entrée, celui-ci correspond à peu près au précédent : 8 ans et 6 mois.

La durée de fréquentation scolaire

  • 5 A. D. P.de C., "Statistique comparative 1789-an IX", no 16.
  • 6 A. D. P.de C, 7 D 1 ; Archives Fratelli Delle Scuole Christiane (Rome), CH 451/D8 ; CHISIK (H.), "L (...)
  • 7 A.D. P.de G, 1 G 31, f° 51.
  • 8 A. D. P.de C., 2 L 3/94.

7Selon que l’on s’appuie sur les textes épiscopaux ou sur les moyennes établies grâce aux listes d’écolage, on peut raisonnablement inscrire la durée de la scolarité élémentaire entre 7/8 ans et 12/13 ans. Dans leurs règlements scolaires, datant il est vrai de la fin du XVIIe siècle, Charles Démia et Jean-Baptiste de La Salle n’envisageaient pas pour les petits citadins une période de scolarisation qui excédât 4 ou 5 ans. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les jeunes apprentis audomarois signaient leur contrat lorsqu’ils étaient âgés de 13 ans environ et le sous-préfet de Montreuil observait en 1801 : "Dans les villes, on les met en apprentissage de 12 à 13 ans"5. Donnons des exemples précis : la moyenne d’âge des fillettes externes nouvellement inscrites chez les Ursulines d’Arras était de 8 ans 2 mois en 1736 ; dans leur Prospectus de 1773, les Frères des écoles chrétiennes précisaient qu’on ne pouvait les obliger "de recevoir des écoliers avant l’âge de 7 ans accomplis..." ; pour Amiens enfin, ville non comprise dans notre champ d’étude mais qui peut servir de référence, H. Chisik a pu calculer une durée moyenne de fréquentation d’un peu plus de 3 ans pour les écoliers scolarisés chez les Frères6. Sans doute des élèves assez âgés fréquentaient-ils les petites écoles, à la campagne notamment, mais ils y étaient entrés aussi plus tardivement. A Parenty, vers 1725, le curé se plaignait car de nombreux enfants n’allaient ni au catéchisme ni à l’école avant l’âge de 12 ans7. A Couin, en 1787 Albertine Letoquart entrait à l’école, à 12 ans. A Longuenesse, J. Louis Hébant y arrivait à 15 ans et sa soeur Marie Françoise à 13 ans. Pour ces tard-venus, la scolarité ne dépassait guère trois ou quatre années au mieux. Pour les autres, une durée de 4 à 5 années d’enseignement semblait un maximum. "Les enfans de cette commune ne vont à l’ecole que jusqu’a l’âge de neuf a dix ans tout au plus", affirmait la municipalité d’Essars en 1793, définissant ainsi une scolarité traditionnellement plus brève encore8.

  • 9 En raison de l’importance numérique comparable des groupes d’âge concernés, on pourrait aussi admet (...)

8L’uniformité n’était donc pas de règle en la matière. Des enfants entraient à l’école, âgés de 7, 8, 9 ans, parfois plus et en sortaient aussi à des âges différents. Aussi faut-il choisir une durée moyenne de scolarité qui tienne compte de la plus grande fréquence de scolarisation. Nous avons opté pour une période de cinq ans, commençant avec la huitième année et interrompue à la fin de la douzième (soit 7 à 12 ans accomplis)9.

2 - les grandes enquêtes démographiques

9Avant d’en arriver à une étude démographique plus ponctuelle, il semble utile de solliciter quelques grandes enquêtes susceptibles de fournir une évaluation d’ensemble de la population scolarisable. Deux d’entre elles sont contemporaines de l’époque étudiée mais n’offrent parfois qu’une fiabilité relative. En revanche, l’enquête beaucoup plus récente de l’I.N.E.D. présente le double avantage de proposer une estimation nationale et des références statistiques sérieuses.

Une référence : l’enquête de l’I.N.E.D.

  • 10 Résultats publiés dans la revue Population, no spécial, nov. 1975, la ville d’Arras et quelques vil (...)
  • 11 Ibid. p. 140 : vers 1770-79, on comptait en moyenne 539 survivants à 5 ans pour 1 000 naissances ma (...)

10Cette vaste enquête, dont les résultats furent publiés en 1975, s’était donné pour but de connaître la démographie française entre 1740 et 182910. Les chiffres de population indiquent, par périodes quinquennales, le nombre d’individus composant la population française à un moment donné. Deux groupes d’âges (les 5-9 ans et les 10-14 ans) nous intéressent davantage car ils permettent de calculer le pourcentage d’enfants en âge de fréquenter l’école. La cohorte des 10-14 ans ne rassemblait pas beaucoup moins d’individus que celle des 5-9 ans. Les tables de survie établies grâce aux données fournies par l’enquête, ainsi que les estimations de l’espérance de vie à 5 ans et à 10 ans, montrent que la mortalité était faible pour ces classes d’âges11 et qu’elle concernait de façon uniforme chacune d’elles. Il est donc possible d’estimer assez précisément, la population scolarisable, dans les limites d’âge retenues, (8-12 ans), puisqu’elle représentait les 2/5 des 5-9 et les 3/5 des 10-14 ans. Les chiffres obtenus permettent de mesurer l’importance de la population scolarisable française.

Tableau 1 : Estimation de la population scolarisable par rapport à la population totale

11La population scolarisable française oscillait donc aux alentours de 10 % de la population totale. Malgré la stagnation des taux dans les dernières décennies de l’Ancien régime, elle n’avait cessé de croître en chiffres absolus jusqu’au début du XIXe siècle. Cette analyse peut déjà servir de référence, même si elle concerne ruraux et citadins confondus.

Le "questionnaire" de 1790

  • 12 A. D. P.de C., 1 L 274 (Beaumetz-les-Loges), 1 L 280 (Cagnicourt), 1 L 298 (Ardres, Audruicq), 1 L (...)

12Parmi les questions de cette enquête entreprise par l’Administration départementale en 1790, la dixième demandait le nombre d’individus âgés de plus de 18 ans et celui de ceux n’ayant pas encore dépassé cet âge. Les chiffres publiés par l’I.N.E.D. montrent que cette dernière catégorie représentait 38 à 40 % de la population totale, le groupe des 8-12 ans figurant pour le quart environ des 0-18 ans. L’étude menée pour 7 cantons du Pas-de-Calais12 indique qu’à cette date, la population scolarisable rurale comptait pour 9,9 % de l’ensemble des habitants. Pour les villes, le pourcentage semble nettement inférieur. Exception faite de Bapaume et de Saint-Omer, dont la population totale semble avoir été surévaluée, la population scolarisable citadine oscillait entre 8 et 8,5 % dans les villes importantes (Arras), entre 8,5 et 9 % dans les villes moyennes (Boulogne) et dépassait souvent 9 % dans les petites villes (Ardres, Saint-Pol).

L’enquête de l’an X

  • 13 A. D. P.de C., "Statistique comparative 1789-an IX", no 15.

13Une circulaire du ministère de l’Intérieur, en date du 1er prairial an X (21 mai 1802) enjoignait aux maires de fournir, entre autres renseignements, un état de la population de leur commune en 1789 et en l’an IX13. Le questionnaire demandait qu’on classât les individus en catégories d’âges ainsi délimitées : 0-5 ans, 5-10 ans, 10-15 ans... Ces chiffres permettent d’évaluer la population scolarisable à 11,3 % en 1789 et à 11,56 % en l’an IX. Ces taux diffèrent sensiblement des précédents. Cet écart résulte vraisemblablement de la mauvaise délimitation des catégories d’âges : par exemple, des enfants âgés de 5 ans ont pu être classés dans le groupe des 0-5 ans (4 ans révolus) ou dans celui des 5-10 ans (5 ans révolus). D’autre part, il faut accueillir prudemment les chiffres fournis pour 1789 : de nombreuses municipalités ont répondu approximativement, n’ayant pas toujours pris soin de conserver en archives les renseignements demandés lors de l’enquête de 1790.

  • 14 Les chiffres de la population totale du département fournis par cette statistique diffèrent de ceux (...)

14Complétons les résultats de cette enquête grâce aux indications fournies par l’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais pour l’an 1808 : alors que la population du département atteignait 576 706 habitants14, on pouvait évaluer la population scolarisable à 10,9 % pour l’ensemble du Pas-de-Calais. Les taux calculés pour chaque arrondissement présentant une remarquable concordance, il est permis de croire à la fiabilité de cette estimation. Au demeurant, l’écart avec le taux calculé grâce à l’enquête I.N.E.D. (10,3 % en 1810) est peu important.

  • 15 Pour l’an VIII, le plan Chaptal évaluait à 2 711 932 le nombre des enfants de 7 à 11 ans pour la Fr (...)

15Une récapitulation des différentes estimations montre qu’à la veille de la Révolution, la population scolarisable représentait environ 10 % de la population totale dans les campagnes, et 8 à 9 % dans les villes selon leur importance. A l’aube du XIXe siècle, on constate cependant un accroissement de ce taux qui approche alors 11 % de l’ensemble de la population15.

3 - l’évolution de la population scolarisable

  • 16 Arques, Blendecques, Embry, Fauquembergues, Hallines, Longuenesse, Moulle, Saint-Martin-au-Laërt ; (...)

16Malgré leur convergence, les résultats des enquêtes précédentes demandent à être confirmés par quelques études ponctuelles qui puissent aussi rendre compte d’une évolution. Nous avons choisi deux villes d’importance inégale (Saint-Omer et Montreuil-sur-Mer) ainsi que 10 villages situés, avant la Révolution, dans le bailliage de Saint-Omer16. Ces derniers ont été retenus en fonction de deux critères : l’importance plus ou moins grande de leur population et leur situation géographique (haut et bas-pays). Toutes les naissances survenues dans ces paroisses ont été relevées pour les années 1745-1755, 1775-1790, et pour l’ensemble du siècle dans les villages d’Arques et de Longuenesse ; de même ont été enregistrés tous les décès, en distinguant ceux imputables à la mortalité infantile (0-1 an) et à la mortalité post-infantile (1-7 et 8-12 ans). Il a donc été possible de mesurer la part de celle-ci par rapport aux naissances, de calculer ensuite pour une période considérée le nombre de survivants à 7 et à 12 ans révolus, avant de déterminer enfin l’importance de la population scolarisable (5 classes d’âges). Cette méthode, convenons-en, demeure approximative, mais ses résultats n’en sont pas pour autant négligeables, et quelque approchés qu’ils puissent être, suffisent pour la suite de cette étude.

Le mouvement de la natalité

  • 17 Population, nov. 1975, p. 109

17De l’évolution générale de la natalité dépendait évidemment celle de la population scolarisable. D’après l’enquête de l’I.N.E.D., le taux de natalité a évolué ainsi pour la France entière : 40 ‰ de 1740 à 1760 ; 37 à 38 ‰ de 1760 à 1790 ; 33,2 ‰ entre 1800 et 182017. Il s’agit donc de voir, d’une part si ces chiffres correspondent à ceux de la natalité régionale, d’autre part si cette dernière a suivi ce mouvement de lente décrue amorcé vers 1760-1770 dans l’ensemble du royaume.

18Pour 10 villages du bailliage de Saint-Omer, le nombre annuel des naissances, vers 1775-90 est en progression légère (+ 10,6 %) par rapport aux années 1745-55. Il faut pourtant distinguer les villages du plateau d’Artois dont le nombre de naissances diminue, et les localités du bas-pays qui ont vu le nombre de conceptions augmenter de près de 25 % : à Embry, le nombre annuel des naissances passe ainsi de 22 à 18/17 et à Fauquembergues de 20 à 18, mais à Blendecques où l’on enregistrait 22 naissances par an, il fallait en compter vers 1750, plus de 26 quarante ans plus tard et à Saint-Martin-au-Laert, le nombre annuel est passé de 12 à 14. Dans ces dernières localités, il s’agit pourtant moins d’une véritable hausse de la natalité que des effets d’une immigration originaire du haut-pays, dont les habitants ont aussi peut-être davantage connu et pratiqué les "funestes secrets" évoqués par le démographe Moheau. A la veille de la Révolution, dans dix villages du bailliage de Saint-Omer, le taux brut de natalité équivalait à 30,4 ‰ : 28,7 ‰ pour les villages du plateau et 32,8 ‰ pour les plus gros villages de la vallée et de la plaine de l’Aa.

  • 18 BOMMART (N.), DUSART (Y.), Violaines, un village artésien sous l’Ancien Régime, Lille, T. E. R., 19 (...)

19Cette dichotomie se manifeste également dans le Béthunois, et à Violaines par exemple, le taux de natalité passe de 29,1 ‰ (en 1740) à 31,1 ‰ entre 1780-90 ; de même à Achicourt, sis sur les limons fertiles du bas-plateau artésien, enregistre-t-on 7 naissances supplémentaires par an entre 1706-36 et 1737-6618. Quelles qu’aient été les raisons de cette différenciation (fécondité accrue des Artésiennes du bas-pays ou, plus probablement, écoulement de la surcharge démographique du haut-pays), il convenait de la souligner pour montrer que l’évolution de la population scolarisable avait pu connaître un processus différent selon les endroits.

  • 19 DAUBRESSE (P.H.), Montreuil-sur-Mer dans la seconde moitié du XVIIIe s., Lille, T. E. R., 1974, p.  (...)
  • 20 53 168 naissances de 1700 à 1789, d’après les relevés effectués par M. Le Maner et H. Lorge.

20Pour les villes, référons-nous encore aux exemples montreuillois et audomarois. A Montreuil-sur-Mer, on a relevé 3250 naissances entre 1740 et 1765 (125 par an environ) et 3051 entre 1766 et 1790 (122 par an), ce qui montre une remarquable stabilité, sinon de la fécondité, du moins de la natalité19. A Saint-Omer, la situation de la natalité a évolué en "dents de scie" depuis le début du XVIIIe siècle, oscillant entre 530-560 naissances annuelles dans les années difficiles, à 630-680 dans les années "heureuses" le chiffre moyen annuel étant de 590 à 600 naissances20.

21Compte-tenu des chiffres de population totale plus ou moins précis dont nous disposons (autour de "vingt mille âmes"), les taux bruts de natalité auraient pu atteindre 39,8 ‰ à Montreuil vers 1760 et 34 ‰ à Saint-Omer à la veille de la Révolution.

Mortalité infantile et post-infantile

  • 21 HOUDAILLE (J.), "La mortalité des enfants de la France rurale de 1690 à 1779", Population, 1984, no(...)

22Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la mort sévissait effroyablement parmi les jeunes enfants. Les démographes estiment ainsi pour la période 1690-1719 que pour 1000 naissances, on comptait seulement 470 survivants à l’âge de 10 ans21. Ce nombre augmenta lentement dans les décennies suivantes, atteignant 496 ‰ pour les années 1750-1780 et 598 ‰ entre 1800 et 1810.

  • 22 Donnons quelques exemples : à Hallines, le taux de mortalité infantile et post-infantile atteignait (...)

23En Artois, la mortalité infantile (au cours de la 1ère année de vie) et post-infantile (entre 1 et 10 ans) variait beaucoup d’un village à l’autre, en fonction de la richesse des terroirs, de la localisation (proximité de zones insalubres) ou encore de l’isolement22. L’étude précise de la démographie de 8 villages du bailliage de Saint-Omer donne les résultats suivants :

Périodes

0-7 ans

8-12 ans

0-12 ans

1745- 55

32,3

2,8

35,1

1775- 90

33,7

2,6

36,1

Tableau 2 : Taux de mortalité infantile et post-infantile dans le bailliage de Saint-Omer (en % des naissances)

24Entre les deux périodes, les taux ne diffèrent guère. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les 2/3 des enfants atteignaient donc l’âge de 8 ans, et moins de 3 % décédaient entre 8 et 12 ans pendant la période normale de scolarisation. Pour les deux périodes considérées, il s’avère donc que 64 à 68 % des enfants qui naissaient survivaient à l’âge scolaire. Il s’agit pourtant d’un point de vue synchronique à partir de deux tranches chronologiques nettement délimitées. Le point de vue diachronique montre que le mouvement général de la mortalité des 0-10 ans amorce une décrue entre 1730 et 1790. A Arques, Isbergues et Violaines, la baisse est sensible : entre 1730 et 1760, 45 % environ des enfants n’atteignaient pas leur 10e anniversaire, mais vers 1770-1780, 65 % d’entre eux le dépassaient.

25Dans les deux villes retenues pour cette étude, les mortalités infantile et post-infantile causaient souvent davantage de ravages. A Montreuil-sur-Mer, peuplée d’environ 4000 habitants à la fin du XVIIIe siècle, 38 à 39 % des enfants n’atteignaient pas leur dixième année, dans la seconde moitié du siècle. A Saint-Omer, entre 1735 et 1739, dans 4 paroisses, les taux de mortalité des classes d’âge 0-7 ans et 8-12 ans s’élevaient respectivement à 44,7 % et 4,3 % des naissances. Entre 1775 et 1779, dans les six paroisses de cette ville, ces mêmes taux atteignaient 44,2 % et 1,6 %. Malgré leur ampleur, il s’agit de chiffres normaux pour l’époque, et sur ce plan-là, les petits citadins étaient moins privilégiés.

  • 23 D’après l’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais pour l’an 1808, p. 276-7.

26Cette étude démographique d’ensemble montre que le taux de population scolarisable, dans les paroisses du bailliage de Saint-Omer, était légèrement plus élevé que celui déterminé par les grandes enquêtes. En effet vers 1750, la proportion d’enfants en âge de fréquenter l’école s’établissait à 10,6 % de la population totale et à 10,2 % vers 1790. Vers 1806-1808, dans les limites de l’arrondissement cette fois, ce taux atteignait 10,6 % (villes et bourgs compris) et environ 11,4 % pour les seuls villages23. Ces chiffres représentent une tendance significative de la moyenne départementale, dans la mesure où le bailliage, puis l’arrondissement de Saint-Omer comprenaient dans leurs limites de nombreuses localités sises dans le haut comme dans le bas-pays.

  • 24 En raison du creusement du canal de jonction entre l’Aa et la Lys.
  • 25 A Longuenesse, entre 1740 et 1760, 35 % des enfants n’atteignaient pas l’âge de 12 ans, mais vers 1 (...)

27Evoquons à présent quelques exemples précis pour illustrer les développements précédents. Voici d’abord l’exemple d’un gros village, Arques peuplé d’environ 1500 âmes en 1790. Cette localité a connu une expansion démographique considérable depuis les années 1750. Alors que le nombre annuel des naissances atteignait 30 à 40 vers 1730-1740, il dépasse fréquemment 50 dans les années 1770. Le taux de mortalité des 0-12 ans atteignait 40 à 45 % jusque dans les années 1750 et amorce une baisse très sensible à partir de 1760. La population scolarisable passe d’une bonne centaine d’écoliers et d’écolières à environ 180 entre 1745 et 1790, soit de 9,5 à près de 11 % de la population totale. Il faut signaler que cette hausse n’a pas pour seule origine une croissance démographique sui generis mais résulte d’une immigration importante24. Quittons les limites du bailliage de Saint-Omer pour gagner Achicourt, proche d’Arras. Ce village était peuplé de 940 habitants en 1790. Le nombre annuel moyen des naissances s’élevait à 26 entre 1706 et 1736 ; en raison d’un taux de mortalité infantile et post-infantile (0-9 ans) de 44,9 %, 14 à 15 de ces enfants parvenaient à l’âge scolaire, ce qui représentait une population scolarisable de 70 à 75 élèves25.

28Après l’examen de la démographie villageoise, voyons le cas des villes. A Montreuil-sur-Mer, à la veille de la Révolution, on a relevé en moyenne 120 à 125 naissances annuelles au cours du XVIIIe siècle. Dans la seconde moitié du siècle, 38,4 % des enfants décédaient avant l’âge de 10 ans, et 75 à 76 des nouveaux-nés atteignaient l’âge de la scolarité. La population scolarisable montreuilloise s’élevait donc à environ 370 à 380 individus, ce qui représentait 9,5 % de la population totale de cette ville. L’exemple de Saint-Omer permet d’illustrer celui d’une ville provinciale relativement importante à l’échelle de la province, puisque peuplée d’environ 20 000 habitants vers 1790. Pour les années 1735-39, bien qu’une certaine prudence s’impose car certains curés de paroisse se contentaient parfois d’une formule vague pour indiquer l’âge des enfants décédés ("mort en bas-âge"), il est permis cependant de tirer les enseignements suivants. On relève un chiffre moyen annuel de 634 naissances ; 55 % des enfants survivaient à 10 ans, soit 350 environ d’une cohorte annuelle de nouveau-nés, ce qui donne environ 1750 individus en âge de fréquenter les petites écoles. Vers 1775-79, le chiffre moyen annuel des naissances s’élevait à 613, dont 342 allaient survivre 7 ans plus tard et 333, 10 ans après. La population scolarisable théorique de la ville devait se chiffrer alors entre 1710 et 1665 individus, soit un nombre légèrement inférieur à celui de la période précédente. Il convient cependant de prendre en compte le phénomène de la mise en nourrice, pratique de plus en plus répandue après 1750-60, à Saint-Omer comme dans les autres villes françaises. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les Audomarois plaçaient leurs enfants en nourrice dans les villages dont l’éloignement n’excédait pas une dizaine de kilomètres. La consultation des registres paroissiaux des localités proches de Saint-Omer permet d’évaluer la proportion des enfants mis en nourrice : 20 % des nouveaux-nés environ avant 1760, 23 % entre 1760 et 1770, et 30 à 35 % après 1770. Ces pourcentages sont évidemment moins importants que ceux relevés pour les grandes villes, Paris, Rouen, entre autres, mais ils ne sont pas négligeables. En effet 7 à 10 % des nourrissons audomarois décédaient à la campagne : un peu plus de 40 par an entre 1760 et 1769, 50 à 55 entre 1770 et 1779 et 60 environ entre 1780 et 1789. En tenant compte de ces disparitions dans le calcul de la population scolarisable, cette dernière doit donc être ramenée de 1700 à 1400-1450 individus environ.

Le nombre d’enfants par familles

  • 26 LASLETT (P.), "Le brassage de la population en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe s.", Ann (...)
  • 27 FLANDRIN (J. L), Famille, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, p. 239.
  • 28 ROSSELLE (D.), Le long cheminement des progrès agricoles. Le Béthunois du milieu du XVIe s. au débu (...)

29Une première approche consiste à connaître la dimension moyenne des ménages. Dans une étude comparative avec les villages anglais, P. Laslett s’est particulièrement intéressé à deux villages artésiens, proches de Saint-Omer : Hallines et Longuenesse26. Les familles à structure conjugale simple prédominaient : J. L. Flandrin, reprenant les chiffres et les conclusions de P. Laslett, les évalue à 76 % du total, les familles élargies comptant pour 14 % et les ménages polynucléaires pour 3 % du total27. Dans les deux villages, entre 1760 et 1790, le nombre de personnes par foyer oscillait entre 4,3 et 5,2. Le nombre moyen d’enfants par famille ne pouvait donc être très élevé. Ainsi entre 1737 et 1792, à Eperlecques, 66 % des familles avaient moins de 6 enfants et 22 % plus de 7, le nombre moyen d’enfants étant de 3,6. Pour le reste de l’Artois, dans le Béthunois par exemple, le nombre moyen d’enfants par famille est chiffré à 4,4228.

30Les renseignements fournis par le Status animarum de Longuenesse permettent de préciser le nombre d’enfants scolarisables dans les familles de cette paroisse. En 1789, pour 76 familles, on en comptait 26 qui avaient en leur sein des enfants âgés de 8 à 12 ans : 39 enfants d’âge scolaire, soit 1,5 par foyer (17 familles avec 1 enfant, 8 avec 2 et 2 avec 3). Il se peut néanmoins que des enfants absents de leur famille, partis pour une raison ou pour une autre à la ville toute proche, n’aient pas été mentionnés par le curé Hiecq. Même en tenant compte de cette marge d’imprécision, on ne s’avance guère trop en retenant un nombre moyen se situant entre 1,5 et 2. Pour une famille de 4 enfants se succédant tous les 2 ans, et si la mort n’avait pas enlevé l’un d’eux, le troisième se trouvait en âge d’entrer à l’école lorsque le premier en sortait ou allait en sortir.

31A Montreuil-sur-Mer, le nombre moyen d’enfants par famille était légèrement supérieur à 4, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ce nombre variait d’un groupe social à l’autre, et s’élevait au fur et à mesure que l’on descendait l’échelle sociale : 3,6 dans les familles bourgeoises aisées et 4,3 dans les familles populaires. Pour Saint-Omer, grâce à un "Rôle du guet" de 1701, répertoriant 204 maisons et indiquant précisément le nom et l’âge de 778 habitants d’une partie de la ville, il est possible de savoir que 131 familles riches et pauvres élevaient 341 enfants, soit 2,6 par foyer. Parmi elles, 102 comptaient moins de 4 enfants et celles avec 2 enfants étaient les plus nombreuses (43 cas). A l’inverse de la situation montreuilloise, mais datant elle de la seconde moitié du siècle, à Saint-Omer en 1701, le nombre d’enfants augmentait du bas en haut de la hiérarchie sociale : 2,2 dans les familles de manouvriers, 3,3 dans les familles nobles et officières. On relève, au sein de 30 familles, 40 enfants d’âge scolaire, soit 1,3 par foyer. Vers 1778-1781, les listes des "tables des pauvres" indiquent que sur 797 familles défavorisées, 353 élevaient 847 enfants âgés de moins de 16 ans (2,4 par foyer) ; faute d’autres précisions, on peut noter seulement que 232 foyers comptaient 401 enfants âgés de 7 à 16 ans (1,7 par famille).

4 - densité de population et population scolarisable

  • 29 Annuaire... pour l’an 1808, p. 276-277.

32L’importance de la population scolarisable variait évidemment numériquement en fonction de la densité de population. La répartition de la population du département en 1801 place les zones les plus densément peuplées au pied du plateau d’Artois, notamment depuis le sud de la Lys jusqu’à la plaine de la Gohelle en passant par le Béthunois. Ces zones présentaient déjà au XVIIIe siècle des densités démographiques très fortes, supérieures à 100 habitants au km2 dans plus de la moitié des localités du Béthunois, certaines dépassant même 200 habitants au km2. Ces régions très peuplées se prolongeaient vers le sud-est, vers les plateaux peu élevés et fertiles du bas Artois, en contact avec le Douaisis et le Cambrésis. En 1790, plus de 60 % des localités rurales qui dépassaient 300 habitants devaient compter avec une population scolarisable de plus de 30 élèves, et pour 36,8 % d’entre elles cette même population atteignait ou dépassait la cinquantaine d’enfants, charge qui ne facilitait guère la scolarisation comme nous le verrons plus loin. Les chiffres fournis par les annuaires statistiques du début du XIXe siècle permettent d’être plus précis comme l’indique le tableau suivant présentant une évaluation pour 180729.

(1 -Population totale ; 2 - Population scolarisable (10.9 % du total) ; 3 - % départemental ; 4 - Nombre moyen d'enfants scolarisables par km²)
Tableau 3 : Population scolarisable départementale en 1807

33A eux seuls, les arrondissements d’Arras et de Béthune comptaient plus de 45 % des 62 860 enfants scolarisables du département, alors que les arrondissements de Boulogne, Montreuil et Saint-Pol en totalisaient à eux trois moins de 39 %. Le nombre plus ou moins important d’enfants scolarisables par kilomètre carré, même s’il ne représente qu’un indicateur très approximatif, confirme aussi les grandes différences de densité entre certains arrondissements : à peine 6 dans celui de Montreuil, plus de 15 dans celui de Béthune.

  • 30 La population des 16 villes du département comptait alors 101 865 habitants (17,9 % de la populatio (...)

34Complétons cette première estimation en étudiant, pour chaque arrondissement, l’importance de la population scolarisable qui affectait respectivement les villes, les bourgs et les villages. En 1790, celle réunie des villages et des bourgs comptait environ pour 85 %. Vers 1806-1807, pour l’ensemble du département, la répartition des enfants en âge d’être scolarisés s’établissait comme suit : 15,2 % pour les villes, 5,9 % pour les bourgs et 78,8 % pour les villages30. Au niveau de chaque arrondissement, il faut noter l’importance de la population scolarisable urbaine (villes et bourgs) dans ceux de Boulogne (34 %) et de Saint-Omer (31,8 %), et son faible poids dans ceux de Saint-Pol (12,8 %) et Montreuil (13,2 %). Dans les arrondissements de Béthune et d’Arras, le pourcentage de la population scolarisable rurale atteint 82,2 et 80,4 % ; les taux urbains, s’ils paraissent moyens au regard de la population totale de chacune de ces circonscriptions, arrivent cependant à environ 20 % de la population scolarisable urbaine du département.

35Retenons également ce fait très important, qui n’est d’ailleurs pas surprenant au début du XIXe siècle, à savoir le poids massif de la population rurale, et par contre-coup, celui de la population scolarisable villageoise : près de 8 enfants sur 10 en âge d’aller à l’école étaient des ruraux. Cette proportion variait légèrement selon les arrondissements : près de 9 sur 10 dans les arrondissements de Montreuil et de Saint-Pol (86,8 et 87,2 %), moins de 7 dans ceux de Boulogne et de Saint-Omer (66 et 68,1 %), et 8 environ dans ceux d’Arras et de Béthune (82,2 et 80,4 %).

  • 31 Dans les annuaires statistiques, la population des villages n’est pas indiquée précisément, mais "e (...)

36Un examen approfondi de la population scolarisable villageoise exige qu’on prenne également en compte la répartition des catégories de villages dans chaque arrondissement. Distinguons-en 3 : les villages peuplés de moins de 300 habitants, de plus de 300, de 500 habitants et plus. 53,4 % des gros villages (plus de 500 habitants) se situaient dans les arrondissements d’Arras et de Béthune, alors qu’à eux trois, les arrondissements de Boulogne, Montreuil et Saint-Pol rassemblaient 59,4 % de villages de moins de 300 habitants. Il faut souligner encore la nette distinction entre les arrondissements d’Arras et de Béthune qui comptaient alors respectivement 43,8 et 50 % de leurs communes peuplées de plus de 500 habitants, et les arrondissements de l’ouest où cette proportion oscillaient entre 25,7 % (Montreuil) et 19,3 % (Saint-Pol), l’arrondissement de Saint-Omer occupant une position intermédiaire avec 36,2 %. La population scolarisable de ces gros villages s’établissait, si l’on considère les minima31 à 50,4 % de la population scolarisable rurale du département. Les arrondissements de Boulogne, Montreuil et Saint-Pol arrivent nettement au-dessous de la moyenne départementale ; en revanche dans ceux de Béthune et d’Arras, les pourcentages d’enfants en âge de fréquenter l’école, et vivant dans ces grosses localités, étaient très importants, que l’on considère les taux minima (66,1 et 55,1 %) ou les taux maxima (88,9 et 78,2 %).

37Pour les localités peuplées de plus de 300 habitants, l’écart se réduit entre les pourcentages des différents arrondissements, mais demeure cependant substantiel. Dans les arrondissements d’Arras et de Béthune, 3 villages sur 4 dépassaient ce seuil de population, et seulement 5 à 6 sur 10 dans les autres arrondissements. Une étude minutieuse de l’importance de la population scolarisable vivant dans ces localités montre pour chaque arrondissement, qu’au moins 6 petits villageois scolarisables vivaient dans un village de plus de 300 habitants. Considérons enfin la catégorie des petits villages, ceux peuplés de moins de 300 habitants, très nombreux dans les arrondissements de l’ouest du département : 5 villages sur 10 dans celui de Saint-Pol, 4 environ sur 10 dans ceux de Montreuil et de Boulogne. Dans ces derniers arrondissements, les petites localités rassemblaient donc un pourcentage non négligeable d’enfants scolarisables : 11, 13, 18,7 % si l’on considère les minima, de 21 à 35 % si l’on considère les maxima.

38Cette mise en évidence d’un semis plus ou moins dense de gros ou de petits villages selon les arrondissements est importante à souligner. Elle permet d’isoler trois zones assez nettement définies :

  • deux arrondissements "pleins", caractérisés par leur nombreuse population (totale et scolarisable), rassemblée majoritairement dans de gros villages : Arras et Béthune.

  • trois arrondissements moins "chargés" démographiquement, caractérisés par une population scolarisable moins nombreuse, dont une partie non négligeable vivant dans des villages petits ou moyens : Boulogne, Montreuil et Saint-Pol.

  • un arrondissement "intermédiaire", davantage peuplé que les trois précédents, mais nettement moins que les deux autres, caractérisé en outre par une distribution équilibrée de ses villages selon les différentes catégories et comportant une population scolarisable villageoise assez bien répartie dans chacune d’elles.

Fig. 3 : Importance de la population scolarisable par arrondissement vers 1807-1808 (compte tenu de la population scolarisable totale (a), du nombre d’enfants scolarisables par km » (b) et du pourcentage de localités de plus de 500 habitants (c)

  • 32 Il s’agit d’estimations globales destinées à donner un ordre de grandeur ; la prudence s’impose en (...)

39Après avoir déterminé une période maximum de scolarité comportant 5 années, il a été possible d’évaluer le taux de la population scolarisable par rapport à la population totale. Les enquêtes fournissaient des chiffres qui permettaient de le situer aux alentours de 10 % pour l’ensemble de la population (mais 8 à 9 % dans les villes). La prise en compte des phénomènes de natalité et de mortalité a permis, par le biais d’études ponctuelles, d’établir ce taux à 10,2 % pour une dizaine de villages du bailliage de Saint-Omer (vers 1775-90), et à 7,2 % pour cette dernière ville, à la même époque. Des années 1740 à 1800-1810, ce taux a connu quelques fluctuations, passant de 10,6 % (1745-55) à 10,9 % (1800-1810). Malgré un certain fléchissement de la natalité, la diminution sensible du taux de mortalité des 0-12 ans a provoqué un gonflement des effectifs scolarisables entre 1770 et 1810. Pour 100 naissances, environ 65 % des jeunes ruraux et 45 % des jeunes citadins atteignaient alors l’âge scolaire. En 1790, la population scolarisable rurale pouvait compter 45 000 enfants ; pour les villes, ce nombre approchait 8 000. En 1807, si l’on se fonde sur les chiffres proposés par les annuaires de 1807 et 1808, la population scolarisable de 62 860 enfants comprenait environ 53 000 ruraux et 9 000 citadins32.

40Cette charge démographique constituée par la population scolarisable a cependant davantage concerné les régions du bas pays artésien, plus riches, plus productives, surchargées d’enfants d’âge scolaire dont les trois-quarts au moins vivaient dans des villages peuplés de plus de 500 habitants. Ce déséquilibre entre les régions de l’ouest et celles de l’est du département n’était pas inutile à souligner et entre désormais dans les éléments d’analyse dont nous avons besoin pour aborder la question spécifique de l’alphabétisation.

Notes

1 CHARTIER (R.), COMPERE (M.M.), JULIA (D.), L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1976, p. 42.

2 MIOLAND (J.M), Actes de l’Eglise d’Amiens..., t. 2,1849, p. 90.

3 En 1780, le directeur des Ecoles chrétiennes de Boulogne demandait aux officiers municipaux "de ne plus envoyer d’enfans avant le tems de la première communion, tems auquel une partie des plus grands quittent et laissent des places libres", A.C. Boulogne, no 695.

4 A. D. P.de C., 9 J 43 P 4/B (Longuenesse) ; ibid., 16 J 55 (Couin).

5 A. D. P.de C., "Statistique comparative 1789-an IX", no 16.

6 A. D. P.de C, 7 D 1 ; Archives Fratelli Delle Scuole Christiane (Rome), CH 451/D8 ; CHISIK (H.), "L’éducation élémentaire dans un contexte urbain... Amiens aux XVIIe et XVIIIe s.", Bull. trim. Soc. Antiq. Picardie, 1980, p. 358.

7 A.D. P.de G, 1 G 31, f° 51.

8 A. D. P.de C., 2 L 3/94.

9 En raison de l’importance numérique comparable des groupes d’âge concernés, on pourrait aussi admettre une période de scolarisation comprise entre 6 et 11 ans accomplis, l’essentiel étant d’évaluer l’ampleur d’une population scolarisable comprenant 5 classes d’âge. Signalons aussi le cas des enfants fréquentant les collèges dès l’âge de 7 ans : le jeune Robespierre né en 1758 suivit les cours du collège d’Arras à partir de 1765.

10 Résultats publiés dans la revue Population, no spécial, nov. 1975, la ville d’Arras et quelques villages du Pas-de-Calais (Barlin, Hallines, Mondicourt, Racquinghem, Selles, Wicquinghem) figuraient d’ailleurs dans l’échantillon principal.

11 Ibid. p. 140 : vers 1770-79, on comptait en moyenne 539 survivants à 5 ans pour 1 000 naissances masculines et 496 à 10 ans (respectivement 572 et 523°/00 chez les filles).

12 A. D. P.de C., 1 L 274 (Beaumetz-les-Loges), 1 L 280 (Cagnicourt), 1 L 298 (Ardres, Audruicq), 1 L 305 - 306 (Eperlecques, Esquerdes), 1 L 311 (Avesnes-le-Comte.).

13 A. D. P.de C., "Statistique comparative 1789-an IX", no 15.

14 Les chiffres de la population totale du département fournis par cette statistique diffèrent de ceux retenus par le D. H. A. D., t. 1, p. 42 : 532 643 (1790) et 534 184 (an VIII) ; dans leur Description topographique et statistique... (1810), Peuchet et Chanlaire donnaient le chiffre de 567 331 habitants pour l’an IX ; l’Annuaire statistique du département du Pas-deCalais pour l’an 1807, (p. 214) la chiffrait à 551 305 pour l’an X.

15 Pour l’an VIII, le plan Chaptal évaluait à 2 711 932 le nombre des enfants de 7 à 11 ans pour la France entière, GONTARD (M.), L’enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot (1789-1833), Lyon, 1959, p. 199 ; pour une population totale de 29 113 000 habitants (enquête I.N.E.D.), le % d’enfants scolarisables atteignait 9,54 % du total.

16 Arques, Blendecques, Embry, Fauquembergues, Hallines, Longuenesse, Moulle, Saint-Martin-au-Laërt ; indications complémentaires fournies par les registres paroissiaux d’Acquin, Coupelle-Vieille, Zutkerque ; a été aussi utilisé le T.E.R. de HULOT (A. M), Eperlecques, une commune rurale d’Artois à la veille de la Révolution, Lille, 1976.

17 Population, nov. 1975, p. 109

18 BOMMART (N.), DUSART (Y.), Violaines, un village artésien sous l’Ancien Régime, Lille, T. E. R., 1974, p. 30 ; NOLIBOS (A.), Etude démographique d’Achicourt, paroisse rurale au XVIIIe s., Lille, D. E. S., 1962, p. 87.

19 DAUBRESSE (P.H.), Montreuil-sur-Mer dans la seconde moitié du XVIIIe s., Lille, T. E. R., 1974, p. 124.

20 53 168 naissances de 1700 à 1789, d’après les relevés effectués par M. Le Maner et H. Lorge.

21 HOUDAILLE (J.), "La mortalité des enfants de la France rurale de 1690 à 1779", Population, 1984, no 1, p. 77-104.

22 Donnons quelques exemples : à Hallines, le taux de mortalité infantile et post-infantile atteignait 376 ‰ entre 1690 et 1770 ; à Isbergues, il s’élevait à 297 ‰ (1748-1820) ; à Eperlecques et à Duisans, pour les 0-9 ans, on a relevé des taux de 460 et 373 ‰ (1737-92), mais ailleurs pour les dernières décennies de l’Ancien régime, ces taux sont moindres : à Violaines (285 ‰), Helfaut (280 ‰), Vaulx Vrocourt (217 ‰), d’après les T. E. R. de C. COCKENPOT, F. MORTREUX de DUISANS, de A.M. HULOT (Eperlecques) et de C. DERLICQUE, M. PETIT (Vaulx et Vrocourt) ; POUYEZ (C.), Une communauté rurale d’Artois : Isbergues (1598-1826), Thèse dactyl., Lille, 1972, vol. 1, p. 26 sq.

23 D’après l’Annuaire statistique du département du Pas-de-Calais pour l’an 1808, p. 276-7.

24 En raison du creusement du canal de jonction entre l’Aa et la Lys.

25 A Longuenesse, entre 1740 et 1760, 35 % des enfants n’atteignaient pas l’âge de 12 ans, mais vers 1770-1790, la mortalité des 0-7 ans et des 8-12 ans avait diminué sensiblement (25,4 % et 1,7 %), ce qui permettait à 73 % des enfants de survivre au moins jusqu’à 12 ans et de former une population scolarisable de 35 à 40 individus. Le Status animarum tenu par le curé Hiecq, entre 1778 et 1790, corrobore l’investigation démographique (population des 8-12 ans évaluée à 10,1 % de la population totale).

26 LASLETT (P.), "Le brassage de la population en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe s.", Annales de Démographie historique, 1968, p. 99-109.

27 FLANDRIN (J. L), Famille, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, p. 239.

28 ROSSELLE (D.), Le long cheminement des progrès agricoles. Le Béthunois du milieu du XVIe s. au début du XIXe s., Thèse dactyl., Lille, 1984, p. 819.

29 Annuaire... pour l’an 1808, p. 276-277.

30 La population des 16 villes du département comptait alors 101 865 habitants (17,9 % de la population totale), celle des 23 bourgs, 41571 habitants (7,3 %) et celle des 889 villages, 426 902 habitants, Annuaire... pour l’an 1807, p. 214. Voir aussi les annexes dans ma thèse De l’Ecole d’Ancien Régime aux débuts de l’Ecole contemporaine. La genèse d’un double enjeu (Artois et Boulonnais, fin XVIIe s. -1815, dactyl., t. 3, pp. 828-833.

31 Dans les annuaires statistiques, la population des villages n’est pas indiquée précisément, mais "encadrée" entre un minimum et un maximum : 100 à 150 hab., 150 à 300, 300 à 500... d’où la nécessité de ce calcul pour l’estimation de la population scolarisable.

32 Il s’agit d’estimations globales destinées à donner un ordre de grandeur ; la prudence s’impose en effet, compte tenu de l’imprécision des chiffres de population totale (voir note 31) ; la population scolarisable des bourgs a été comprise parmi les 53 000 ruraux

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Estimation de la population scolarisable par rapport à la population totale
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende (1 -Population totale ; 2 - Population scolarisable (10.9 % du total) ; 3 - % départemental ; 4 - Nombre moyen d'enfants scolarisables par km²)Tableau 3 : Population scolarisable départementale en 1807
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3 : Importance de la population scolarisable par arrondissement vers 1807-1808 (compte tenu de la population scolarisable totale (a), du nombre d’enfants scolarisables par km » (b) et du pourcentage de localités de plus de 500 habitants (c)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter