Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École, pouvoirs et société (fin xviie-1815). Artois, Boulonnais, Pas-de-Calais

 | 
René Grevet

Première partie. La longue durée : les progrès de l’alphabétisation et leur signification (fin xviie siecle-1815)

Chapitre I. Approches historique et géographique

Texte intégral

Fig. 1 : Carte administrative simplifiée

Fig. 2 : Les régions naturelles du Pas-de-Calais

1L’étude de l’alphabétisation, malgré son côté un peu trop technique qui peut rebuter le lecteur non averti, mérite pourtant d’être menée prioritairement. En effet, c’est en examinant d’abord la longue durée qu’il nous sera donné de prendre la mesure des changements accomplis depuis la fin du XVIIe jusqu’au début du XIXe siècle. Pour cela il faudra aussi préciser la signification que l’on peut donner à cette notion d’alphabétisation qui, jusqu’ici, a surtout été considérée un peu rapidement comme une mesure des capacités de lecture et d’écriture.

2Une histoire de l’enseignement ne peut rester circonscrite à l’objet même de sa recherche. Elle doit prendre en compte également ces aspects historiques et institutionnels, géographiques et démographiques qui lui donneront son assise.

1 - Des provinces au département

  • 1 BELLART (G.), BOUGARD (P.), ROLLET (G), Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, A (...)
  • 2 EXPILLY, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1762, t. 1 (...)

3En 1790, l’Assemblée Constituante partageait le territoire français en 83 départements dont les noms devaient rendre peu à peu désuets ceux des anciennes provinces. Naissait alors le Pas-de-Calais, l’un des deux départements les plus septentrionaux du pays. Ce nouvel ensemble administratif fut constitué par le rassemblement de "pays" qui avaient connu des destins différents au cours des siècles précédents. Avec 737 communes, l’ancienne province d’Artois rattachée à la France entre 1640 et 1677 forma la majeure partie du nouveau département1. Le Calaisis, le Boulonnais et une partie de la basse-Picardie vinrent compléter l’ensemble. Après sa réunion à la France, l’Artois releva de l’intendance de Picardie avant d’être rattachée en 1754 à celle de Flandre2 La province avait préservé ses privilèges et ses Etats conservèrent un rôle important en matière administrative et fiscale, de même que le Conseil provincial d’Artois dans le domaine judiciaire. La partie occidentale du futur département demeura sous la tutelle de l’Intendance de Picardie jusqu’à la Révolution, et le poids de l’autorité monarchique s’y faisait, en principe, plus pesant que dans la province artésienne voisine. A l’échelon local, bailliages, gouvernances ou sénéchaussée influaient de façon importante, moins sur les échevinages jaloux de leurs prérogatives que sur les communautés rurales dont les assemblées d’habitants conservaient un rôle non négligeable.

4L’administration religieuse, quant à elle, suivait des limites géographiques qui ne correspondaient en rien aux autres divisions administratives. Si l’on excepte quelques enclaves peu importantes des diocèses de Tournai et de Noyon, celles déjà plus étendues des diocèses de Cambrai et d’Amiens, trois diocèses importants se partageaient l’autorité spirituelle sur l’ensemble de ces territoires : Arras, Boulogne et Saint-Omer.

  • 3 D. H. A. D., t. 1, p. 20 ; Le Pas-de-Calais au dix-neuvième siècle, Arras, 1900, t. 1, p. III-VII
  • 4 GODECHOT (J.), Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1951, p. 93.

5Cet enchevêtrement des limites administratives, caractéristique de la France d’Ancien Régime, disparut lors de la formation du département, dont l’étendue coïncidait désormais également avec celle d’un diocèse. Le Pas-de-Calais fut d’abord divisé, de 1790 à la fin de l’an III, en 8 districts formés de 86 cantons3. Durant cette période, chaque commune fut administrée par une municipalité appelée conseil général. La Constitution de l’an III supprima les districts et les conseils généraux des communes dont la population comprenait moins de 5000 habitants4. A l’échelon local ce furent des administrations municipales de canton qui se chargèrent de l’application des lois. Au début du Consulat, la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) organisa pour longtemps l’administration départementale : un préfet et un Conseil général ; des sous-préfets et des conseils d’arrondissement dans les 6 nouvelles divisions administratives constituées par les arrondissements d’Arras, Béthune, Boulogne, Montreuil, Saint-Omer et Saint-Pol. Les communes retrouvèrent leurs municipalités composées d’un maire et d’un conseil municipal.

2 - Approche géographique

  • 5 A. D. P. de C, ms 45, P 14.

6Aux yeux des étrangers et des écrivains qui en firent la description, l’Artois semblait être d’abord le plat pays. Dans son mémoire, l’intendant Jérôme Bignon écrivait en 1698 : "l’Artois est un pays plat. Il y a seulement une coste assez élevée du costé de la Flandre. Il semble que c’est au pied de cette coste qu’est la naissance de ce qu’on appelle pays-bas"5.

  • 6 A. D. P. de C, "Statistique comparative 1789-an IX", no 3.

7Les habitants du pays n’hésitaient pourtant pas à parler de "montagne très secs et droits comme le toit des maisons" pour qualifier abusivement les accentuations d’un relief de plateaux et de collines6. De façon plus précise, il est possible de distinguer trois ensembles morphologiques d’inégale importance : la dépression du Boulonnais ; le "haut-pays" avec les marges escarpées du Boulonnais et surtout le haut-Artois ; le "bas-pays" enfin depuis le Calaisis jusqu’à la Scarpe en passant par les plaines de l’Aa et de la Lys. Par leur fertilité et leur productivité qui les rattachaient géographiquement à la Flandre voisine, ces régions basses excitaient l’admiration des voyageurs qui y voyaient "le grenier des pays-bas" (abbé Expilly). A l’inverse, le Boulonnais et le haut-Artois peu limoneux, davantage tournés vers l’économie de subsistance et l’élevage, paraissaient moins riches et étaient moins peuplés.

  • 7 D. H. A. D., t. 1, p. 42
  • 8 Comme Ardres, Etaples, Lens, Pernes-en-Artois, Saint-Venant

8A la veille de la Révolution, on dénombrait environ 966 communautés rurales et 16 villes, le tout dépassant 100 000 feux et formant une population évaluée à 532 643 habitants7. Compte-tenu de la population urbaine recensée en 1790, 4 habitants sur 5 vivaient à la campagne. Les villes principales, peuplées d’environ 20 à 22 000 habitants, étaient Saint-Omer et Arras. Cette dernière, capitale provinciale typique, s’énorgueillissait d’être le siège des Etats et du Conseil d’Artois et devint, en 1790, le chef-lieu du département. Par l’importance de leur population, et de leurs activités administratives, religieuses, judiciaires et commerciales, ces deux cités l’emportaient nettement sur toutes les autres villes, peuplées de 4 à 9 000 habitants, sièges de bailliages secondaires (Béthune, Aire, Bapaume, Hesdin, Saint-Pol), parfois même d’un évêché, comme Boulogne qui se singularisait aussi par son activité portuaire. A l’échelon inférieur, on comptait moins d’une dizaine de toutes petites villes, fières d’être considérées comme telles, et qui se différenciaient à grand-peine des bourgs, sinon par quelque muraille, un petit hôtel-de-ville et de minces privilèges8. Venaient ensuite les bourgs, 22 exactement en 1808, dont la dénomination résultait moins de l’importance très variable de leur population que de leurs fonctions d’échanges au sein d’une zone d’influence de rayon limité.

  • 9 YOUNG (A.), Voyages en France en 1787, 1788, 1789, Paris, 1931, p. 11,76.
  • 10 Le Pas-de-Calais..., t. 2, p. 557-563 ; Bibl. Mun. Saint-Omer, Mémoires... no 10782 : requête aux (...)

9L’Artois, le Calaisis, la Basse-Picardie, étaient des régions densément peuplées, ce qu’illustrait parfaitement le tissu très serré des villages, hameaux ou écarts. Le paysage rural pourtant ne présentait pas partout le même aspect. Le relief et la nature des sols, les activités humaines qui en découlaient, avaient contribué à l’agglomération des habitations dans le bas-Artois et à leur plus grande dispersion dans le Boulonnais et le "haut-pays". Dans ces régions, il en résultait un isolement plus important que parvenaient difficilement à rompre quelques chemins mal entretenus et impraticables en cas d’intempéries. Les Etats d’Artois s’étaient préoccupés, à partir des années 1750 surtout, de faciliter les communications. Ces efforts permirent aux villes de communiquer facilement entre elles, avec les bourgs également. A. Young ne cachait pas sa satisfaction d’emprunter de Béthune à Arras "une admirable route sablée” ; de même vantait-il, dans le Boulonnais, cette route "admirablement construite" de Boulogne à Montreuil9. Peu à peu aussi, dans cette seconde moitié du XVIIIe siècle, des villages plus nombreux connurent de meilleures possibilités d’échanges, grâce à l’ouverture des chemins de communication, au meilleur entretien des chemins vicomtiers et à la réfection des rues de villages. Il s’en fallait pourtant que toutes les localités de moindre importance fussent reliées au bourg ou à la ville voisine, et les campagnes vivaient encore dans un relatif isolement10.

  • 11 Almanach historique et géographique d’Artois, 1783, p. 142 ; id., 1789, p. 119 ; id. 1790, p. 129.

10A l’intérieur du futur département, les liaisons s’effectuaient, vers 1775-1790, assez facilement, en moins d’une journée, nous apprennent les almanachs de l’époque. Les relations étaient nombreuses avec Abbeville, Amiens, Cambrai, Douai, Lille et Paris. De cette dernière ville, le courrier mettait 22 à 23 h pour arriver à Arras, et la diligence environ 34 heures pour joindre chaque semaine ces deux villes distantes de 42 lieues, soit environ 180 km. De Saint-Omer en revanche, il fallait cinq jours pour se rendre à Paris11.

3 - Entre autres oppositions : le pommier et le houblon...

  • 12 PIGANIOL DE LA FORCE, Nouvelle description de la France, Paris, 1718, t. 3, p. 10 : "paresseux par (...)

11A la fin du XVIIe siècle, l’intendant Bignon décrivait ainsi les Artésiens : Quoyqu’aux premières aproches, ils paroissent difficiles à enveloper, ils sont dociles, ouverts, soumis, reconnoissans... ils sont nés tranquilles et exempts des agitations d’esprit qui mettent les hommes dans de grands mouvemens, mais ils n’en sont pas moins laborieux..." De fidèles sujets, lents d’esprit, mais courageux, tels furent les qualificatifs stéréotypés qui vinrent ensuite sous la plume des Piganiol, Expilly et autres12. N’eût-il pas été plus facile, et sans doute plus caractéristique, de substituer à cette image unanimiste de l’Artésien les portraits simples et opposés des buveurs de cidre ou de bière ? Cette dichotomie eût traduit nettement la distinction entre les pays crayeux et limoneux où les pommiers s’acclimatent mieux que dans les lourdes terres argileuses et imperméables du bas-pays plus favorable au houblon. L’opposition pouvait être mieux soulignée encore : là, à l’ouest, dans un paysage vallonné, compartimenté, bocager, des habitations en pierre blanche pour les riches, au soubassement de silex pour les pauvres ; par ici, dans les terres basses, plates et marécageuses, des demeures en brique ou en parois d’argile. L’homme de cette époque était encore souvent contraint de demeurer, selon le mot de Vidal de la Blache, "un fidèle disciple du sol".

  • 13 B. N., "Nouv. acq. fr", 5913, 21.

12Cette opposition géographique entre haut et bas-pays, illustrée par des densités de population sensiblement différentes, peut être complétée par d’autres, tout aussi significatives qui présentent l’avantage de former déjà le carénage de quelques problématiques liées à cette recherche. Le nouveau département du Pas-de-Calais fut composé de "pays" divers que l’histoire avait contribué à séparer. Ainsi pouvait-on distinguer, à la fin du XVIIe siècle, les régions de tradition française et celles, récemment détachées des Pays-Bas espagnols, qui pouvaient se prévaloir d’une certaine originalité en raison de leur longue appartenance aux territoires soumis aux Habsbourg. La frontière, pendant des siècles, avait suivi sur le plateau, la ligne de partage des eaux, et l’orientation de son réseau hydrographique avait aussi contribué fortement à unir l’Artois à la Flandre davantage qu’au Boulonnais. Il n’existait aucun obstacle linguistique pourtant, puisque de part et d’autre de la frontière entre la France et les anciens Pays-Bas, seule la langue française était en usage, excepté dans une dizaine de paroisses à peine, situées le long de l’Aa13.

  • 14 Histoire de Boulogne-sur-Mer, dir. A. Lottin, p. 120-125 ; JOBLIN (A.), Réforme, ContreRéforme et (...)

13A cette seconde opposition, il faut ajouter la distinction entre les zones relevant de l’autorité spirituelle des évêques d’Amiens et de Boulogne, et celles soumises à la juridiction des prélats arrageois et audomarois. D’un côté, avaient pesé les influences gallicanes, celles de l’Ecole Française soucieuse d’efficacité sacerdotale, du jansénisme quesnellien et de la Compagnie du Saint-Sacrement, celle-ci particulièrement attentive à la nécessité de l’instruction religieuse ; de l’autre, avaient prévalu la pastorale tridentine et les attitudes ultramontaines ; d’un côté, les Oratoriens, de l’autre les Jésuites14.

  • 15 GAZIER (A.), Lettres à Grégoire sur les patois de France, Paris, 1880, Genève, réimp. Slatkine, 19 (...)

14Enfin, dernière opposition qu’il importe de souligner vigoureusement, celle qui existait entre les citadins et les ruraux, entre ceux pour qui le travail de la terre nourricière passait avant tout, et les autres, habitants des villes, davantage ouverts au monde extérieur grâce à leurs activités et à leurs relations plus diversifiées. Non pas qu’à cette époque, villes et campagnes s’ignorent totalement, mais il est indubitable que les comportements des uns et des autres différaient beaucoup. Pour J. B. Hennebert, ce chanoine audomarois qui répondit en 1790 à la fameuse enquête de Grégoire, les campagnards dans leur immense majorité n’étaient que des rustres, s’exprimant seulement en patois, volontiers enclins aux superstitions "dont l’énumération serait, écrivait-il, longue et laborieuse"15. Il faut mesurer quelque peu ce jugement partial ; il traduit cependant l’opinion éclairée de l’époque, opinion avant tout citadine et ecclésiastique, qui considérait les campagnes comme des milieux de vie frustes, hostiles à la civilisation et aux raffinements de l’esprit, comme des lieux enveloppés de ténèbres que leur isolement géographique ne contribuait pas à dissiper.

Notes

1 BELLART (G.), BOUGARD (P.), ROLLET (G), Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Arras-Lille, P.U.L., 1975, t. 1, p. 45 (sigle employé désormais D. H. A. D.)

2 EXPILLY, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 1762, t. 1, p. 290, art. "Artois".

3 D. H. A. D., t. 1, p. 20 ; Le Pas-de-Calais au dix-neuvième siècle, Arras, 1900, t. 1, p. III-VII

4 GODECHOT (J.), Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1951, p. 93.

5 A. D. P. de C, ms 45, P 14.

6 A. D. P. de C, "Statistique comparative 1789-an IX", no 3.

7 D. H. A. D., t. 1, p. 42

8 Comme Ardres, Etaples, Lens, Pernes-en-Artois, Saint-Venant

9 YOUNG (A.), Voyages en France en 1787, 1788, 1789, Paris, 1931, p. 11,76.

10 Le Pas-de-Calais..., t. 2, p. 557-563 ; Bibl. Mun. Saint-Omer, Mémoires... no 10782 : requête aux Etats d'Artois adressée en 1775 par les gens de loi de différentes paroisses au sujet de "l’état d’inaccessibilité de leurs villages a aucun des chemins royaux de la Province..."

11 Almanach historique et géographique d’Artois, 1783, p. 142 ; id., 1789, p. 119 ; id. 1790, p. 129.

12 PIGANIOL DE LA FORCE, Nouvelle description de la France, Paris, 1718, t. 3, p. 10 : "paresseux par tempérament et laborieux par nécessité".

13 B. N., "Nouv. acq. fr", 5913, 21.

14 Histoire de Boulogne-sur-Mer, dir. A. Lottin, p. 120-125 ; JOBLIN (A.), Réforme, ContreRéforme et Réformation catholique dans le Boulonnais, 1550-1713, Thèse dactyl., Lille, juillet 1989 ; sur l’influence de la Compagnie du Saint-Sacrement, voir mon article consacré à l’Hôpital général de Boulogne in Bull. de la société française des hôpitaux, 1991

15 GAZIER (A.), Lettres à Grégoire sur les patois de France, Paris, 1880, Genève, réimp. Slatkine, 1969, p. 259.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte administrative simplifiée
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 2 : Les régions naturelles du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter