Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

Les chaînes dans les bonnes villes de France (spécialement Paris), xive-xvie siècle

Philippe Contamine

Texte intégral

  • 1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982 (voir en particulier (...)
  • 2 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age. Etudes sur les armées des rois de Fra (...)

1Des travaux récents sont venus mettre en lumière toute l’importance que le dispositif militaire propre au royaume de France, au moins à partir du début de la guerre de Cent ans, accordait aux « bonnes villes », compte tenu, précisément, de la connotation défensive que comporte l’expression1. D’une part, en effet, il appartenait à chacune d’entre elles, prioritairement, de veiller à sa sécurité, à travers tout un ensemble de mesures, permanentes ou conjoncturelles, d’autre part le roi (le prince, dans le cadre d’une principauté territoriale) était en droit d’attendre de ses bonnes villes une aide substantielle, voire décisive, sous la forme, naturellement, d’une contribution financière mais aussi de l’envoi de gens de guerre, de vivres, d’armes et de munitions2. Menacés par un adversaire en principe identique, la ville et le roi avaient à cœur de se prêter un secours mutuel. Pour favoriser la construction, la rénovation, l’entretien d’une enceinte urbaine, le pouvoir supérieur consentait volontiers à la levée d’un nouvel impôt municipal ou bien admettait qu’une partie de l’impôt perçu au départ à son seul profit fût affectée aux dépenses locales de fortification. Si la ville était assiégée, l’élémentaire devoir du roi était de lui porter assistance. Dans une majorité de villes, son domaine comprenait un château dont la défense lui revenait en propre. A maintes reprises, on le voit désigner un capitaine de la ville, doté de la plénitude des responsabilités militaires, introduire une garnison, imposer le logement de ses gens de guerre.

2Autant de phénomènes qui, quelque connus qu’ils soient, sont encore loin d’avoir été étudiés avec toute l’attention désirable, eu égard à la fois à leur place dans la vie urbaine et à l’abondance de la documentation qui les atteste. En particulier, une synthèse manque toujours sur les fortifications urbaines dans l’espace et la période retenus. Il en va de même pour le guet, pour les arsenaux municipaux, pour l’armement individuel des citadins, pour les modalités du logement des gens de guerre avant la création, tardive, des casernes, et pour cette forme particulière de sociabilité que représentent, dans toute une partie du royaume de France, les compagnies « privilégiées » d’archers, d’arbalétriers, de canonniers, de couleuvriniers, d’arquebusiers.

  • 3 Je me suis largement servi du mémoire de maîtrise d’Alain Claret, Les chaînes à Paris au début du X (...)

3A fortiori les travaux manquent – on n’ose dire cruellement –sur les chaînes, sur les barrières, et, de façon plus générale, sur les éléments défensifs qu’offrait le paysage urbain médiéval à l’intérieur des murailles. L’objet du présent exposé est de commencer à combler cette lacune, non sans la claire conscience du caractère fragmentaire et provisoire de l’enquête3.

I

  • 4 R. Cazelles, Paris de la fin de Philippe Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380, Paris, 1972, et (...)

4S’il est une période et une ville où la question des chaînes a revêtu une importance telle que même les ouvrages généraux ne peuvent la passer sous silence, c’est bien Paris, depuis le temps d’Etienne Marcel jusqu’à la rivalité des Armagnacs et des Bourguignons4.

5Pour autant, il n’est pas inutile de rassembler les faits principaux en puisant, avant tout, dans les renseignements fournis par les sources narratives contemporaines.

  • 5 « Cives parisienses catenas ferreas, timentes de inimicis, et modicum in nobilibus confidentes, per (...)
  • 6 R. Cazelles, Etienne Marcel, champion de l’unité française, Paris, 1984, p. 203.
  • 7 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. I, (1338-1358), Paris, 1909, p. 447, n. 3.

6Jean de Venette, peu après son récit de la bataille de Poitiers, note que, durant la même année 1356, « les citoyens de Paris, craignant les ennemis et ayant peu de confiance dans les nobles, posèrent des chaînes de fer au travers des rues et des carrefours de Paris »5. Cette mesure s’inscrivait au sein de toutes celles destinées à assurer la défense de Paris, alors qu’on pouvait s’attendre au pire. Nous savons qu’en 1357-1358 Etienne Marcel recourut aux chaînes pour parer à une éventuelle attaque du régent Charles et de ses partisans6. Inversement, la lettre adressée par le régent au comte de Savoie, après le meurtre du prévôt des marchands, expose comment lui et les autres traîtres avaient déjà ordonné « que milles portes ne seroient fermees celle nuit ne nulles chaînes tendues »7.

  • 8 Ce qui apparut pleinement lors de la confiscation de leurs armes.
  • 9 Chronique, éd. et trad. L. Bellaguet, t. I, Paris, 1839, pp. 130-131.
  • 10 Ibid., t. I, pp. 150-151.
  • 11 Partie inédite des Chroniques de Saint-Denis suivie d’un récit également inédit de la campagne de F (...)
  • 12 « E vidi uno Scudiere del Rè, che gli domando, e chieseli in dono tutte le dette chatene. Lo Rè, ch (...)

7En 1382, la révolte des Maillets s’accompagna de l’armement systématique des bourgeois de Paris8. Le bon fonctionnement des chaînes fut bien sûr vérifié. A propos des rebelles de Paris et de Rouen, le Religieux de Saint-Denis écrit : « Pour montrer qu’ils voulaient défendre leur liberté par la force, ils coururent aux armes, fermèrent les portes, tendirent des chaînes de fer, établirent des dizeniers, des cinquanteniers, des soixanteniers, et chargèrent des gens d’armes de veiller sans relâche à l’entrée et à la sortie »9. Selon le même auteur, durant l’année 1382, des tentatives de rapprochement eurent lieu entre la cour de France et les insurgés : or, l’une des conditions avancées par le gouvernement royal pour rentrer dans Paris était précisément que les chaînes ne fussent pas tendues la nuit10. On n’éprouve dès lors aucune surprise à constater que l’un des premiers actes de Charles VI, une fois rentré victorieusement dans Paris, au début de 1383, fut la confiscation des chaînes, L’ensemble des chroniques parle de cette mesure. Selon la plus fiable, La continuation des Chroniques de Saint-Denis, ce fut le 12 janvier 1383 que « fut ordené de par le roy que toutes les chayennes d’icelle ville fussent ostees et portees ou chastel du bois de Vincennes, et toutes les barrieres qui estoient par ladicte ville fussent abattues et arses sur les lieux ou elles estoient faites, pource qu’elles avoient esté faites, ou une grant partie d’icelles, en enforcissant la ville contre le roy et contre ses gens »11. Un témoin oculaire, le florentin Bonnacorso Pitti, raconte qu’un écuyer du roi lui demanda en don toutes les chaînes : « Le roi, qui ne sait jamais dire non à ce qu’on lui demande, répondit qu’il voulait qu’elles fussent siennes. Il ne parut pas alors que le don fût de grande valeur, mais par la suite il fut vu et su que ledit écuyer en avait tiré dix mille francs d’or »12.

  • 13 Ed. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 168.
  • 14 Ed. H. Moranvillé, t. III, 1380-1405, Paris, 1897, p. 264.
  • 15 La chronique d’Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives 1400-1444, éd. L. (...)
  • 16 Religieux, Chronique…, t. III, Paris, 1841, pp. 308-309 (qui cite le chiffre de 600 chaînes), et Jo (...)

8La situation ne changea pas avant 1405, et ce dans le contexte de la rivalité entre Louis, duc d’Orléans, et le nouveau duc de Bourgogne, Jean sans Peur. Pour l’Histoire de Charles VI, attribuée à Jean Juvénal des Ursins, la première intervention fut celle du duc Jean de Berry, qui, en tant que capitaine de Paris, « fit remettre les chaisnes au travers de la riviere deça et dela l’isle Nostre Dame et planter grosses poutres pour icelles soustenir et ordonner en estat les portes pour fermer, lesquelles n’y avoit esté fermé y avoit plus de vingt quatre ans », ce qui nous ramène, effectivement, au temps des Maillets13. A son tour la Chronographia regum Francorum expose comment, à la demande du duc de Bourgogne, les chaînes, jadis confisquées et entreposées au Louvre, furent rendues aux Parisiens afin d’être replacées dans les rues14. Monstrelet ne dit pas autre chose, ajoutant seulement que du même coup Jean sans Peur acquit une immense popularité15. Il est permis malgré tout de préférer la version tant du Religieux de Saint-Denis que du Bourgeois de Paris, qui s’accorde avec l’anecdote rapportée par Bonnacorso Pitti : une fois la permission royale accordée, les forgerons, les maréchaux, les chaudronniers, les serruriers s’activèrent sans relâche, nuit et jour, y compris les dimanches et les jours de fête ; au bout d’une semaine, pas moins de six cents chaînes furent ainsi forgées, destinées à être tendues « en cas d’émeute et de sédition »16.

  • 17 Religieux, Chronique…, t. V, Paris, 1844, pp. 84-85.
  • 18 Chronique d’Enguerran de Monstrelet, t. II, Paris, 1858, p. 457, et t. VI, Paris, 1862, p. 220.

9Silence jusqu’en 1413. A cette date, Simon Caboche, « cet ignoble écorcheur de bêtes », est réputé s’être adressé aux Parisiens pour les avertir que si les princes obtenaient le pouvoir, ils en profiteraient aussitôt pour confisquer leurs armes et leurs chaînes, les unes et les autres symbole des libertés municipales17. Ainsi en advint-il : une fois vaincus les Cabochiens et les Bourguignons, le nouveau prévôt de Paris, Tanneguy du Chastel, assisté du capitaine gascon Raymonnet de la Guerre, s’empara des armures et des chaînes, les entassa dans des chariots et des charrettes pour les entreposer au Louvre et à la Bastille18.

  • 19 Journal d’un bourgeois…, p. 72 ; A.N., X1a, 1480, f° 55 r°.
  • 20 AN, K 950, no 22.
  • 21 Journal d’un bourgeois…, pp. 72-73.
  • 22 Religieux, Chronique…, t. VI, Paris, 1852, pp. 10-11.
  • 23 AN, K 9850, no 22.
  • 24 Religieux, Chronique…, t. VI, pp. 10-11.

10Nouvelle phase de désarmement, sans doute assez brève. Car la menace anglaise, concrétisée en 1415 par le débarquement de Henri V au Chef-de-Caux et par le siège de Harfleur, dut inciter les Parisiens à redemander leurs chaînes et le gouvernement armagnac à les leur restituer. Selon le Bourgeois de Paris, le vendredi 8 mai 1416, à la suite de la découverte, deux semaines plus tôt, d’un complot contre les princes – les ducs de Berry et d’Anjou qu’il s’agissait d’incarcérer en attendant le retour de Jean sans Peur –, « furent ostees les chaisnes de fer qui estoient a Paris et furent portees a la porte Saint Anthoine »19, autrement dit, comme le précise une autre source, à la Bastille20. En même temps, l’on procéda à la confiscation des armures des bouchers de Paris, de Saint-Germain-des-Prés, de Sainte-Geneviève et de Saint-Marcel, suivie du désarmement complet de la population21. « Pour comble d’ignominie », confirme le Religieux de Saint-Denis, « on enjoignit à tous les habitants sans distinction des innocents et des coupables de porter leurs armes au Palais, et l’on fit enlever toutes les chaînes de la ville, sous prétexte que c’étaient autant de moyens propres à entretenir l’esprit de rébellion. Ce ne fut pas sans un vif mécontentement que la plupart des bourgeois se soumirent à l’ordre royal »22. Le fait est que le 10 mai, le conseil royal, dans une séance à laquelle assistent Louis d’Anjou, roi de Sicile, le connétable Bernard d’Armagnac et le chancelier Henri de Marie, consent à restituer au prévôt des marchands et aux échevins « les chesnes qui derrenierement ont esté ostees (…) et portees ou chastel de la bastille Saint Anthoine pour icelles estre tournees et converties au prouffit, fortiffication, emparement et decoracion » de Paris, à la condition que « desdictes chesnes ou de l’argent qui en ystra lesdiz prevost et eschevins (…) seront tenus de en rendre compte quant et ou il appartendra »23. Autrement dit, il est prévu de vendre les chaînes et d’utiliser le produit de cette vente pour couvrir des dépenses de fortification ou même d’urbanisme : n’oublions pas que nous sommes précisément au moment où la destruction de la Grande boucherie et de son entourage de maisons fut mise à profit pour embellir la capitale24.

  • 25 A. Longnon, Paris pendant la domination anglaise (1420-1436). Documents extraits des registres de l (...)
  • 26 AN, X1a 1481, f° 43 r° et Xla 67, fos 103 v° et 151 r°.

11Suivit un temps d’incertitude. La restitution n’eut que partiellement lieu. Des chaînes furent « degastees », des particuliers s’en portèrent acquéreurs25. En juillet 1418, on trouva chez Pierre Emery, marchand et bourgeois de Paris victime de la terreur antiarmagnacque, plus de 29 000 livres de fer, en 271 verges et 54 platene. Peut-être ce fer provenait-il des chaînes confisquées en 1416. Ce qui est sûr, c’est que ce stock fut réquisitionné, au nom de l’échevinage, par Robert le Doyen, quartenier du quartier des Halles, marchand et bourgeois de Paris, qui s’en servit pour faire forger ou réparer les chaînes de son territoire. Selon les héritiers de Pierre Emery, qui firent plus tard un procès à Robert le Doyen, d’abord au Châtelet puis au Parlement, ces 29 000 livres avaient une valeur de 600 l.t. De fait, Robert le Doyen fut condamné en 1431 à leur verser une somme de 342 1. 16 s. 10 d.p. (monnaie de juillet 1418). Il se retourna alors contre la prévôté des marchands et obtint d’elle 243 1. 16 s.p. (même monnaie) pour le « pris et valeur » de 19 885 livres et demie de fer en verges et de 862 livres et demie de fer en petites pièces26.

  • 27 Journal d’un bourgeois…, p. 101. Chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. VI, p. 258. Religieux, Ch (...)

12Nous ne savons malheureusement pas combien de chaînes, ou de longueur de chaîne, ces quantités de fer pouvaient représenter. Dès le 23 juin 1418, les Parisiens obtinrent le droit de rétablir leurs chaînes. On s’aperçut alors que trois cents d’entre elles avaient disparu – peut-être la moitié du total : on raconta que les Armagnacs les avaient emmenées à Bourges. Dans un commentaire circonspect, le Religieux de Saint-Denis dégage à la fois la finalité en quelque sorte officielle des chaînes – contribuer à la sûreté de la ville – et l’instrument de guerre civile qu’elles représentaient en fait : « Quoique cette mesure eût pour but de pourvoir à la sûreté de la ville, il y eut néanmoins parmi les ouvriers du plus bas étage un certain nombre de misérables qui s’en réjouirent en se disant les uns aux autres : "C’est bon, nous pourrons plus sûrement courir sus à ce qui reste de ces traîtres d’Armagnacs"27 ».

13Le rétablissement du « droit aux chaînes », en 1418, termine un cycle de plus de trente ans pendant lequel, à différentes reprises, la municipalité parisienne s’en vit privée. Par la suite les rapports entre elle et la monarchie purent être cordiaux ou méfiants, mais sans jamais aboutir à cette mesure extrême. Un modus vivendi se mit en place entre les deux pouvoirs, à la faveur duquel les Parisiens conservèrent le privilège – mais aussi le devoir – de se défendre contre l’ennemi du dehors. Sans doute un reste d’appréhension persista-t-il longtemps dans l’esprit des Valois, mais il semble qu’ils n’en aient rien fait paraître.

II

  • 28 Ph. Contamine, « Le rôle du château de Saint-Germain pendant la Guerre de Cent ans », Les amis du v (...)
  • 29 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. III, Paris, 1872, p. 383.

14Cet épisode central dans l’histoire des chaînes ne doit pas induire en erreur. Même à Paris, elles n’ont pas surgi ex nihilo en 1356. Un texte au moins les signale avant cette date. Il est vrai qu’il s’agit du témoignage – tardif et suspect – de Jean Froissart qui, dans le manuscrit de Rome de ses Chroniques, évoque la panique des Parisiens, en 1346, lorsque les Anglais, installés à Poissy, à Saint-Germain-en-Laye28, à la tour de Montjoie, à Saint-Cloud et à Boulogne, opérèrent leurs courses « jusques en es four-bourgs de Paris » : « Car adonc Paris n’estoit noient fremee fors de kainnes, et furent adonc toutes levees et sierees qant li roi [Philippe VI] fu partis et venus a Saint Denis »29.

15Mais surtout l’usage des chaînes persista après 1418 : c’est l’esquisse de leur destinée que l’on va maintenant s’efforcer de retracer jusqu’au début du XVIe siècle.

  • 30 Journal d’un bourgeois…, p. 317.

16Le Bourgeois de Paris raconte qu’en 1436, lors de l’écroulement de la domination anglaise, Jean Larcher, lieutenant criminel du prévôt de Paris et partisan déterminé de Henri VI, tenta de conserver le contrôle de la capitale, notamment en parcourant avec ses hommes la rue Saint-Martin, jusqu’à la porte Saint-Denis : « Mais les chesnes qui estoient tendues parmy Paris leur firent perdre toute leur force »30.

  • 31 Journal de Jean de Roye connu sous le nom de chronique scandaleuse, 1460-1483, éd. B. de Mandrot, t (...)
  • 32 P. 101.
  • 33 Journal de Jean de Roye…, p. 114.
  • 34 Ibid., p. 129.
  • 35 Ibid., p. 134.

17A plusieurs reprises, les chaînes sont mentionnées par Jean de Roye dans la Chronique scandaleuse, à l’occasion de la guerre du Bien public. Le 25 juin 1465, inspection générale : « Fut ordonné en ladicte ville de Paris que toutes les chaynes des rues de ladicte ville seroient abatues et laissees gesir sur terres es lieux ou elles sont ordonnees pour estre toutes prestes et regardé la ou il y avoit faulte pour les amender et y pourveoir a les trouver toutes prestes quant besoing en seroit : ce qui fut fait »31. Ainsi l’emplacement des chaînes résultait bien d’un dispositif décidé par l’autorité municipale et non d’initiatives spontanées des habitants. Rappelons ici que, pour le Bourgeois de Paris, les chaînes sont normalement disposées « au boutz des rues »32. A la date du 26 septembre 1465, la Chronique scandaleuse rapporte le propos persifleur d’un « fol Normant », prétendant que les Parisiens avaient bien tort de se fier à la vertu protectrice de leurs chaînes. La raillerie fut prise au sérieux par l’Hôtel-de-Ville qui ordonna aux quarteniers pour la nuit suivante de faire de grands feux aux carrefours et de tendre les chaînes des « rues foraines »33. Même décision le 9 octobre34, et aussi le 28 octobre, cette fois à l’instigation de Louis XI35.

  • 36 BN, Moreau 1054, f° 33 r°-77 v°.

18Le retour au calme civil, l’éloignement du danger extérieur, tout cela entraîna pour les chaînes une longue période de quasi-oubli. Il faut attendre le début du XVIe siècle pour les retrouver à travers un registre sur papier de 45 feuillets, ayant jadis fait partie des archives de la Ville, où se trouve consignée la « visitacion » minutieuse et apparemment exhaustive des chaînes de Paris effectuée en novembre-décembre 1507 et en juin et août de l’année suivante36.

  • 37 Voir en particulier l’étude de J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen (...)

19Ce fut probablement à l’instigation de Louis XII, qui craignait les menées de Maximilien, roi des Romains, que la municipalité parisienne décida cette inspection, menée par son procureur, accompagné des maîtres d’œuvre et, sans doute, d’un des clercs du greffe, en présence, toujours, du quartenier concerné et, occasionnellement, de ses cinquanteniers et de ses dizeniers. Ainsi, le 3 décembre 1507, eut lieu la visite des chaînes du quartier de Jean Turquant : or, on y relève deux cinquantaines, celles de Jean de Laître et de Quencien de la Treille. A son tour, la cinquantaine du premier comprend deux dizaines (celles de Millet Belin et de Pierre le Fort), tandis que la cinquantaine de Quencien de la Treille compte trois dizaines : celles de Georges le Roy, de Marc Légier et de Claude Clément. Bref, cet exemple correspond à l’opinion reçue, selon laquelle chaque quartier de Paris comprenait de deux à quatre cinquantaines, et chaque cinquantaine de deux à cinq dizaines37.

  • 38 Registres de délibération du bureau de la ville de Paris, éd. F. Bonnardot, t. I, Paris, 1883.

20Réalisé avec soin, le registre de 1507-1508 constitua une référence : en 1513, le prévôt des marchands et les échevins ordonnent « aux maistres des euvres de ladicte ville de soy transporter par tous les lieux ou il y a chesnes es rues de Paris pour veoir ce qui y fait a reparer, et leur a esté baillé pour enseignement ung registre de recherche faicte des chesnes en l’an mil Vc sept, et avec eulx yra ung des clercs du greffe pour escripre soubz eulx ce qui sera besoing de faire »38. A l’évidence, le registre en question est bien celui qui est parvenu jusqu’à nous.

  • 39 Aux travaux cités supra, n. 37, ajouter J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerr (...)
  • 40 Carte 2 et J.-P. Babelon, op. cit., p. 508.

21Nous retrouvons les seize quartiers de Paris, tels qu’ils sont clairement attestés depuis la première moitié du XVe siècle39 et tels qu’ils furent peut-être institués à l’époque d’Etienne Marcel. Comme pour chaque quartier, les rues qui le composent sont mentionnées, il est possible de les cartographier, et l’on s’aperçoit alors qu’ils correspondent pratiquement au dessin, à la disposition des quartiers bien établie pour le Paris de la seconde moitié du XVIe siècle40.

  1. A une date inconnue en raison d’une lacune du manuscrit (peut-être le mercredi 17 novembre 1507), eut lieu la visite du premier des treize quartiers de la rive droite, celui de Sire Nicolas de Neuville, correspondant aux rues Mauconseil, de la Truanderie, des Prêcheurs, Mondétour, du Fouarre, de la Cossonnerie. Onze rues et une place ; quinze chaînes.

  2. Le jeudi 18 novembre, visite du quartier de Charles le Rinstout, dit Loison, de part et d’autre de la rue Saint-Denis, depuis la rue du Chef- Sainte-Opportune (actuelle rue des Lombards) et la rue Sainte-Opportune (actuelle rue Courtalon) jusqu’à la porte Saint-Denis. Vingt-trois rues et une porte ; vingt-sept chaînes.

  3. Le vendredi 19 novembre, visite du quartier de Sire Jean de l’Olive, appuyé au mur nord-ouest de l’enceinte de Charles V, au nord-est et au sud-ouest de la porte et de la rue Montmartre. Dix-sept rues, une porte, un parvis (celui de Saint-Eustache) ; vingt-sept chaînes.

  4. Le lundi 22 novembre, visite du quartier de Sire Pierre le Masson, de part et d’autre de la rue Saint-Honoré, depuis la rue des Bourdonnais, à l’est, jusqu’à la porte Saint-Honoré, à l’ouest. Vingt rues et une porte ; vingt-huit chaînes.

  5. Le mardi 23 novembre, visite du quartier de Jean Maciot, au nord de la Seine, depuis Saint-Germain-l’Auxerrois jusqu’à la Mégisserie. Seize rues, une ruelle, et la place de l’Ecole-Saint-Germain ; vingt-six chaînes.

  6. Le mercredi 24 novembre, visite du quartier de Henry Gomont, de part et d’autre de la rue Saint-Martin, depuis la rue Aubry-le-Boucher, au sud, jusqu’à la porte Saint-Martin, au nord. Trente rues et une porte ; quarante-deux chaînes.

  7. Le vendredi 26 novembre, visite du quartier de maître François Choart, au nord de la place de Grève, de part et d’autre de la rue de la Verrerie. Dix-neuf rues, une ruelle et la porte Baudoier ; vingt-trois chaînes.

  8. Le lundi 29 novembre, visite du quartier de maître Etienne Savin, de part et d’autre de la rue du Temple, depuis la rue des Blancs-Manteaux, au sud, jusqu’à la porte du Temple, au nord. Onze rues, une ruelle, une porte ; dix-sept chaînes.

  9. Le jeudi 2 décembre, visite du vaste quartier de Nicolas Crespy, couvrant, sur la rive droite, tout l’est de Paris, au nord et au sud de la rue Saint-Antoine, depuis la rue de la porte Baudoier, à l’ouest, jusqu’à la porte Saint-Antoine, à l’est. Treize rues, le cimetière Saint-Jean et deux portes (la porte vers la rivière et la porte Saint-Antoine) ; vingt-trois chaînes.

  10. Le vendredi 3 décembre, visite du quartier de Jean Turquant, bordé au sud par la Seine, à l’ouest par la rue des Haudriettes, à l’est par la rue du Fauconnier, au nord par la rue de Jouy. Vingt-deux rues et « des« descentes » vers la Seine, ces dernières numérotées de un à quatorze ; trente et une chaînes.

  11. Le mardi 7 décembre, visite du quartier de Jacques le Hodoyer, limité au sud par la Seine, à l’est par la place de Grève, à l’ouest par la rue Saint-Martin. Huit rues ou appellations diverses ; dix chaînes.

  12. Le vendredi 10 décembre, visite du quartier de Denis Godefroy, autour de la rue des Bourdonnais. Douze rues ; seize chaînes.

  13. Intervient alors une interruption de quelques mois. C’est seulement le lundi 26 juin 1508 qu’a lieu la visite du quartier de Sire Jean Croquet, le dernier de la rive droite qui restait à voir : au nord du pont au Change et du pont aux Meuniers, jusqu’à la rue des Lombards. Seize rues, une ruelle, une place, deux ponts ; vingt-huit chaînes.

  14. Encore une longue interruption, puis, le lundi 7 août, c’est la visite du quartier de Sire Jean Herbert, l’un des deux de la rive gauche, à l’ouest de la rue Saint-Jacques. Vingt-sept rues, un pont, trois portes ; trente-huit chaînes.

  15. Le même jour, lieu la visite du quartier de Robert Eschars, à l’est de la rue Saint-Jacques. Au moins vingt-trois rues, deux ports, deux portes ; trente-huit chaînes.

  16. Enfin, le mardi 8 août, la visite du quartier de Pierre Cosse, correspondant à l’île de la Cité. Une vingtaine de rues, le parvis Notre-Dame ; trente chaînes.

22L’un des intérêts du document est bien sûr l’énumération d’un grand nombre de rues et de lieux dans la ville : 287 rues sont ainsi mentionnées, mais d’autres – environ 90 – sont omises tout simplement parce qu’elles n’avaient pas de chaîne et qu’on n’a pas jugé nécessaire qu’elles en eussent. La comparaison entre le nombre de rues citées et celui des chaînes (en place ou souhaitées) montre qu’il y avait en moyenne à peu près trois chaînes pour deux rues. Chaque quartenier avait à surveiller et, le cas échéant, à actionner – avec ses aides – entre dix et quarante-deux chaînes.

23Un autre intérêt du registre est de fournir des indications quant à la largeur des rues. Ainsi lorsqu’il s’agissait de prévoir une chaîne là où elle faisait défaut :

24– la rue de la Fontaine (quartier no 2) a 21 pieds de large ; la rue du Renard (no 2) : 7 pieds 1/4 ; la rue Guérin Boisseau (no 2) : 10 pieds ; la rue au Maire (no 6) : 18 pieds ; la rue des Quatre Fils Hémon (no 8) : 24 pieds ; la septième descente sur la Seine (no 10) : 25 pieds ; la huitième descente (no 10) : 5 pieds 1/2 ; la dixième descente (no 10) : 5 pieds 1/2 ; la « fausse porte ancienne joignant Monsieur le Prevost de Paris » (no 10) : 12 pieds ; la rue de la Harrengerie (no 12) : 8 pieds ; l’autre bout de la même rue : 8 pieds ; la rue des Bourdonnais (no 12) : 9 pieds ; une ruelle appelée « la rue des Bouticles » (no 14) : 6 pieds ; enfin une autre rue du même quartier : 2 toises 1/2, soit 15 pieds.

25Ainsi les largeurs vont de 5 pieds 1/2 à 25, ou de 1,8m à 8,25m. La médiane est de 5m, la moyenne de 4,10m.

26On peut faire des calculs analogues en partant cette fois de la longueur de chaîne à prévoir :

27– deux chaînes de 8 pieds ; une de 9 ; une de 10 ; trois de 12 ; une de 15 ; deux de 20 ; une de 24.

28Pour ces onze chaînes, la longueur va de 8 à 24 pieds. La médiane est de 16 pieds (5,25m), la moyenne de 13 pieds 1/2 (4,5m).

29Enfin, l’on connaît le nombre de chaînons de 24 chaînes :

30– une chaîne de 9 chaînons ; deux de 18 ; une de 19 ; une de 22 ; une de 23 ; deux de 24 ; une de 27 ; une de 28 ; deux de 30 ; une de 31 ; deux de 32 ; une de 33 ; une de 34 ; une de 35 ; une de 36 ; une de 38 ; une de 39 ; une de 45 ; deux de 49 pieds.

31Or, un détail permet de penser qu’un chaînon correspond à un demi-pied. La largeur des chaînes va donc de 4 pieds et demi à 24 pieds et demi. La médiane est de 14 pieds et demi (4,8m), la moyenne de 15 pieds (5m).

32Ainsi, selon le mode de calcul, la moyenne des chaînes va de 4,10 à 5m. La moyenne des rues parisiennes tournait apparemment autour de ces chiffres. Retenons celui de 4,5m : puisque 396 chaînes sont recensées, plus 31 emplacements vides où des chaînes sont à prévoir, on peut admettre que l’équipement en chaînes de Paris tournait autour de 1900-2000m. A ce total, il faut ajouter les chaînes qui, on l’a vu, barraient la Seine en amont et en aval de l’île de la Cité. A vrai dire, le registre de 1507-1508 n’en signale qu’une, dans le quartier no 10, allant de « l’ostel du chantier le roy », sur la rive droite, à l’île de la Cité. Cette chaîne comprend 384 chaînons d’un pied chacun, soit 126m – chiffre qui correspond, effectivement, à la largeur possible de la Seine à cet endroit. Autrement dit, notre registre recense sans doute à peine plus de 2000m de chaînes. Mais il n’est pas impossible que l’éloignement du danger au cours des dernières décennies du XVe siècle ait entraîné une diminution du nombre total des chaînes : pour la première moitié du XVe siècle, peut-être faut-il admettre le chiffre de 600 chaînes cité par le Religieux de Saint-Denis, plus la chaîne barrant, en amont, le bras méridional de la Seine, entre la Cité et la rive gauche, ainsi que les deux chaînes analogues en aval. Si l’on admet que chaque chaîne sud avait une longueur de 60m, on aboutirait donc, vers 1410, à une longueur de plus de 3000m de chaînes. On peut penser qu’il s’agit, et de loin, de l’utilisation la plus massive du fer dans l’Occident de la fin du Moyen Age.

33L’inspection ne s’arrêta pas là : on la voit parfois s’intéresser aux barrières (en bois) qui, couramment, complétaient la défense des portes – forme de protection à la fois symbolique et réelle que l’on a jusqu’à présent trop peu étudiée. Voici par exemple ce qu’on relève dans la visite du quartier no 3 : « Item, au bout de la rue de Montorgueil, vers les murs de la ville, il y a eu autrefois des barrieres qui sont depuis rompues, et est neccessité d’y en mectre d’autres ». Et dans un autre passage de la visite du même quartier : « Sur les murs du costé de la porte de Montmartre a l’aboutissement pres la porte Sainct Honnoré est neccessité de avoir des barrieres coullisses et deux poteaulx pour les soustenir. A l’opposite, du costé de la tour du Bois, est aussi neccessité de y mectre pareilles barrieres de bois et ung poteau ».

34Le plus souvent, les chaînes étaient suspendues à un crochet attaché à l’une des maisons qui faisaient le coin de la rue. Parfois, elles étaient fixées à un poteau de bois. En temps ordinaire, au repos, elles devaient être disposées par terre, en tas, au pied de leur attache, le plus près possible du mur afin de ne pas gêner la circulation. Il arrivait même qu’on les enterrât : au coin de la rue du Bourg Tibourg, vers le cimetière Saint-Jean, une chaîne est dite « enfouye dedans terre », pendue à la maison d’un maréchal qui affirme qu’elle est bonne. De l’autre côté de la rue, une chaîne, pour être tendue, fixée, « fermée », requérait tout un dispositif qui comprenait un câble, un rouet, un touret (appelé aussi « engin »),« engin »), un barreau et/ou une clé : les chaînes étaient lourdes, il fallait qu’elles pussent être tendues et détendues en quelques minutes, il convenait que l’adversaire ne pût les détendre aisément, d’où l’existence d’une sorte de treuil, ou de petit cabestan, et d’un système de fermeture plus ou moins perfectionné. Exceptionnellement, quand la largeur de la rue l’imposait ou le permettait, un poteau central, « pervoyé », faisait relais, muni éventuellement d’un rouet.

35Il serait éclairant, ici, de multiplier les citations. On se bornera à quelques extraits, à quelques expressions. On parle de « clef de rouet », d’un « touret pour faire tourner la chaisne », d’un « rouet, touret et barreau pour la faire tendre ». Un poteau existait au milieu de la rue des Fossés-Saint-Germain, de la rue Saint-Martin, et même deux poteaux en un endroit, exceptionnellement large, de la rue Saint-Antoine. « En la rue Sainct Honnoré et pres de la dicte croix du Tirouer a une chesne atachee a ung poteau joignant la maison de Jehan Petit, maçon, et, a l’opposite, est le rouet en la maison dudit le Brest. Fault au meilleu de la rue ung posteau pour la sustenir garny de rouet, avec ung crochet pour attacher en la maison dudit Petit et le barreau et angin ». Des chaînes sont signalées manquantes, transportées à l’Hôtel-de-Ville. Des rouets, des « engins » ont disparu pour faire place à une « souspendue », à un « ouvrouer ». Enfin, il est dit que les chaînes étaient composées d’un certain nombre de « mailles » et d’« esses » (S). Au total 13 chaînes seulement étaient en parfait état de marche ; 157 ne requéraient aucune réparation mais manquaient, en tout ou en partie, du dispositif destiné à les tendre et à les bloquer ; 226 nécessitaient des réparations, plus ou moins importantes.

  • 41 Ph. Vigier, « Le Paris des barricades (1830-1968) », L’Histoire, no 113 (juillet-août 1988), pp. 52 (...)
  • 42 Carte 3. On peut se demander si les chaînes furent tendues lors de l’assaut de Paris par Jeanne d’A (...)

36La géographie des chaînes ne doit rien au hasard. Elle répond à un plan concerté, à une stratégie. Il ne s’agissait pas tant de constituer dans la ville des îlots de résistance en cas de soulèvement, de rébellion contre l’autorité royale (but premier des barricades en 1830, en 1848, en 1944… et en 1968, peut-être aussi en 1871)41, que de contenir et finalement d’encercler un adversaire pénétrant dans la ville, par surprise ou non, à partir de l’une des portes. Ainsi une troupe d’envahisseurs entrant par la porte Saint-Denis et cherchant à s’avancer, pour créer la panique, éventuellement pour mettre le feu, par la rue Saint-Denis, non seulement se heurtait à une succession de chaînes tendues au travers de la rue (sans doute suffisamment haut pour qu’un cheval ne pût aisément sauter par-dessus et suffisamment bas pour que des gens de pied vissent leur élan brisé), mais encore se trouvait arrêtée par toutes les chaînes barrant aussitôt, à droite et à gauche, les rues transversales. De même pour la rue Saint-Jacques, pour la rue Saint-Honoré, pour la rue Saint-Antoine. Imaginons maintenant des envahisseurs remontant la Seine sur des bateaux : ils se heurtaient à la chaîne fluviale et, s’ils voulaient débarquer sur la rivé droite, se trouvaient bloqués par les chaînes qui, régulièrement, barraient les nombreuses descentes vers la Seine. D’où la configuration de certains quartiers, telle qu’elle devait exister dès le début du XVe siècle et sans doute dès le lendemain de la défaite de Poitiers. Ainsi le quartier no 4, allongé de part et d’autre de la rue Saint-Honoré, le quartier no 2, allongé de part et d’autre de la rue Saint-Denis, le quartier no 7, allongé de part et d’autre de la rue Saint-Martin, le quartier no 10, surveillant la rive droite, en amont, le quartier no 5, surveillant la même rive, mais cette fois en aval du pont aux Meuniers. On conçoit que, lorsqu’à partir du milieu du XIVe siècle les considérations militaires pesèrent de tout leur poids, les responsables parisiens aient dû, précisément en fonction du rôle des chaînes, opter pour des divisions différentes aussi bien des paroisses que des circonscriptions financières, lesquelles, au demeurant, étaient en gros calquées sur les limites paroissiales42.

III

  • 43 J.-L. Biget, Histoire d’Albi, Toulouse, 1983, p. 61.
  • 44 Mais il s’agit, plutôt, de barrières de péage : cf. le mémoire de DEA d’A. Claret, cité supra, n. 3
  • 45 Ibid.

37A partir du moment où il apparaît que les chaînes ne sont pas la seule expression de mouvements socio-politiques propres à une certaine phase de l’histoire de la fin du Moyen Age mais répondent prioritairement à un objectif militaire, on ne s’étonnera pas de constater leur existence, un peu partout, dans le royaume y compris dans des localités et dans des régions politiquement et socialement « inertes », bien avant le temps des insurrections urbaines et même bien avant le début de la guerre de Cent ans, au même titre que les ponts, les portes ou les enceintes fortifiées. A Albi, par exemple, en 1240, des chaînes sont tendues en travers des portes et des rues pour empêcher le sénéchal Hugues des Arcis de chevaucher en conquérant43. Un texte de 1262 prescrit que « les chaennes soient mises » à Meaux44. Avant 1330, des chaînes sont attestées à Auch, à Brioude, à Châlons-sur-Marne, à Grenoble, à Lyon, à Périgueux, à Provins45. Par la suite, et jusqu’en plein XVIe siècle, le nombre des villes affectées par ce phénomène va naturellement s’accroître :

  • au nord de la Loire, Abbeville, Amiens, Angers, Arras, Cambrai, Chartres, Dijon, Langres, Laon, Montbéliard, Nantes, Nevers, Orléans, Reims, Rouen, Tournai, Troyes, Valenciennes ;

    • 46 Ibid. Pour Chambéry, voir les travaux de R. Brondy et pour Montbéliard de P. Pégeot. J. de la Chauv (...)

    au sud de la Loire, outre Albi, Bourg-en-Bresse. Carcassonne, Chambéry, Le Puy, Limoges, Rodez, Saint-Flour, Valence46.

38Des chaînes fluviales existaient à Angers et à Lyon, des chaînes portuaires à La Rochelle et à Marseille.

  • 47 Communication orale de B. Chevalier, que je remercie.
  • 48 J.-P. Leguay ne semble pas en parler dans les travaux nombreux et bien informés qu’il leur a consac (...)

39Le plus difficile est évidemment de repérer des villes dont on puisse penser que très probablement elles n’eurent pas de chaîne durant la période envisagée : Tours47, ainsi que la grande majorité des villes bretonnes48. Les chaînes ne paraissent plus jouer aucun rôle lors de la « rebeyne » lyonnaise de 1436.

  • 49 A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Age. Etude d’histoire administrative et f (...)
  • 50 Cf. l’exemple d’Orléans, étudié dans le mémoire de maîtrise de F. Ley, qui a bien voulu me fournir (...)

40A Saint-Flour, l’évêque et la cité se disputaient la possession des chaînes49, mais, en règle générale, elles ressortissaient à l’autorité du corps de ville : ce sont les comptes municipaux qui en font état50.

  • 51 V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, t. I, Paris, 1887, p. 306.
  • 52 AM Dijon, B 158 (1448).
  • 53 AM Nevers, CC 13 (1404).
  • 54 Godefroy, Dictionnaire…, t. VIII, p. 553, col. B, et le travail de F. Ley cité supra, n. 50.

41Pour les décrire, pour décrire leur mode d’attache, de fermeture, de tension, le vocabulaire peut être différent de celui utilisé à Paris, mais la réalité devait être identique. A Angers, on parle certes de mailles de fer, mais aussi de « liens », de « chapeaux », de « grappes de fer »51. Pour désigner les poteaux de soutien au milieu des rues, on parle de colonnes à Dijon52, de pitons à Nevers53. En revanche, à Orléans on parle d’esses et de mailles54, tout comme à Paris.

  • 55 Archives législatives de la ville de Reims, éd. Varin, 2e partie, Statuts, 1er vol., Paris, 1844.

42Des inspections, des remises en état avaient lieu en cas de besoin : « Item, que tous ceulx qui ont la garde de chaînes les facent nettoyer et mettre a point pour icelles tendre s’il est besoing, et s’il y chiet aucune reparation, ils se tireront par devers les maistres de l’artillerie pour les faire mettre en point » (Reims, vers 1470)55.

  • 56 Cité par Chr. Raynaud dans sa thèse dactylographiée, Les représentations de la violence dans les pr (...)
  • 57 Religieux de Saint-Denis, Chronique…, t. I, pp. 260-261, cité par J. Debal, Histoire d’Orléans et d (...)
  • 58 Religieux, Chronique…, t. VI, p. 308.

43Pour les mêmes raisons qu’à Paris au temps des troubles, les chaînes purent être confisquées par les autorités supérieures. En 1382, lors de la répression de la Harelle, « furent, par le commendement du roy fait solennelement, toutes les armeures et harnoiz » de Rouen « et aussi toutes les chaynes portees » au château56. En 1383, Charles VI se rendit à Orléans « dont les habitants le reçurent avec une magnificence digne de la majesté royale et le comblèrent de présents, chacun suivant ses moyens. Mais, avant de s’en éloigner, il fit, comme à Paris, abattre les portes de la ville, enlever les chaînes de fer, et décapiter plusieurs des principaux rebelles »57. Après la capitulation de Rouen, en 1419, Henri V, « usant des droits de la victoire, fit enlever toutes les chaînes de fer qui étaient tendues dans les rues de la ville »58.

  • 59 Chronique de Messire Guillaume Oudin, dans la Revue de l’Anjou et du Maine, t. II (1858), p. 67.
  • 60 A.M. Orléans, CC 542 et 548, cité dans le mémoire de DEA d’A. Claret (supra, n. 3).
  • 61 E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t. II, p. 404, n (...)
  • 62 F. Boutiot, « Inventaire des chaînes de fer qui, au XVIe siècle, servaient à la défense de Troyes » (...)

44Il est assuré en effet que, comme à Paris, et compte tenu de la dimension des villes concernées, les chaînes formaient bien souvent un véritable réseau et ne se concentraient pas au seul abord des portes. En 1488, lors de la guerre contre la Bretagne, « les chaisnes de fer furent commencees a mettre ez rues, carrefours et venelles de cette ville d’Angers, de par les sieurs de justice de laditte ville, a la my caresme, treizieme jour de mars (…) et fut continué jusques a ce que la dite ville en fust toutte close »59. A Orléans en 1410, il y aurait eu 36 chaînes60. Un compte de la ville de Valenciennes, en 1414, mentionne les « deniers payez pour la coutence des kaisnes que on a fait en aucunes rues » : ces chaînes sont au nombre de 93, sans compter les anciennes61. Mais le cas le plus frappant est celui de la ville de Troyes, en 1512, où eut lieu une inspection analogue à celle qui se déroula à Paris cinq ans plus tôt : les chaînes, presque toujours en bon état, sont au nombre de 65, réparties en une cinquantaine de rues. On y parle de mailles (égales, ici, semble-t-il, à un pied), de poteaux, de poulies, de crampons, de broches, de « tricoches », de crochets, de rouelles de bois. La visite se déroula d’est en ouest, en commençant par la porte Saint-Jacques. Un examen, certes superficiel, donne l’impression que, comme à Paris, les chaînes se concentrent au travers et de part et d’autre des axes principaux, ceux qui permettent de pénétrer dans la ville62.

  • 63 J. Lestocquoy, Histoire du patriotisme en France des origines à nos jours, Paris, 1968, p. 56.
  • 64 Il ne semble pas que le terme de barricade soit apparu avant le XVIe siècle.
  • 65 Dans le chapitre intitulé « Du souverain ou de la République ».
  • 66 Lors de l’émeute parisienne de mai 1750, un brigadier du guet à cheval se félicite de ne pas être p (...)

45En conclusion à cette enquête préliminaire, il convient de noter que le début du XVIe siècle ne constitue nullement un tournant dans l’histoire des chaînes urbaines. En 1575, les dépêches du nonce apostolique les signalent à Paris63. En 1588, les fameuses barricades64 de la Ligue étaient complétées par des chaînes. Un inventaire parisien en subsiste pour les années 1635 et 1648. Et dans les Caractères (1688), La Bruyère peut encore écrire, apparemment sans anachronisme : « Quelques-uns consentiraient à voir une autre fois les ennemis aux portes de Dijon ou de Corbie, à voir tendre des chaînes et faire des barricades pour le seul plaisir d’en dire ou d’en apprendre la nouvelle »65. Peut-être les chaînes ne tombèrent-elles en complète désuétude qu’au XVIIIe siècle, parallèlement à la grande pacification à l’intérieur des frontières et à la première vraie phase de modernisation de l’espace urbain66. Alors seulement se serait trouvé tout à fait révolu le temps des bonnes villes.

Carte 2. Paris et ses quartiers en 1507-1508 (d’après A. Claret)

Carte 2. Paris et ses quartiers en 1507-1508 (d’après A. Claret)

Carle 3. Paris et sa défense en 1507-1508 (d’après A. Claret)

Carle 3. Paris et sa défense en 1507-1508 (d’après A. Claret)

Notes

1 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982 (voir en particulier pp. 113-128). « La sûreté du royaume dépend largement de la capacité et de la volonté de résistance [des bonnes villes]. Car elles conservent toujours la charge et le privilège de se défendre elles-mêmes. C’est si vrai que l’appel à leur loyauté fait très souvent partie des instantes prières du roi à leur égard. Bien mieux même, si Louis XI contestait parfois la manière dont telle ou telle d’entre elles concevait l’entretien et la modernisation de ses fortifications, sans jamais lui refuser les moyens de faire mieux, ses successeurs, tout en étant aussi larges de leurs octrois, n’élèvent pas, semble-t-il, de telles objections. Trois cent dix des Actes de François Ier visent à favoriser l’autonomie militaire des villes et leur capacité de défense ; la libéralité avec laquelle il dispense les autorisations de fortifier, plus qu’aucun autre monarque avant lui, et même à d’insignifiantes bourgades, montre assez qu’il ne se méfie nullement de ce renforcement indéniable des pouvoirs locaux » (Id., « LEtat et les bonnes villes en France au temps de leur accord parfait (1450-1550) », dans La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’Etat moderne (XIIe-XVIIIe siècles). Actes du colloque de Bielefeld (29 novembre-1er décembre 1985), éd. N. Bulst et J.-Ph. Genet, Paris, 1988, p. 77).

2 Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age. Etudes sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris et La Haye, 1972.

3 Je me suis largement servi du mémoire de maîtrise d’Alain Claret, Les chaînes à Paris au début du XVIe siècle, étude de topographie urbaine (Paris X-Nanterre, 1983) et de son mémoire de DEA, Les éléments défensifs à l’intérieur de l’espace urbain : France du Nord, 1350-1500 (Paris XNanterre, 1985).

4 R. Cazelles, Paris de la fin de Philippe Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380, Paris, 1972, et J. Favier, Paris au XVe siècle, 1380-1500, Paris, 1974. F. Autrand, Charles VI, la folie du roi, Paris 1986.

5 « Cives parisienses catenas ferreas, timentes de inimicis, et modicum in nobilibus confidentes, per vicos parisienses et per compita posuerunt » (Continuatio chronici Guillelmi de Nangiaco, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1844, p. 245).

6 R. Cazelles, Etienne Marcel, champion de l’unité française, Paris, 1984, p. 203.

7 R. Delachenal, Histoire de Charles V, t. I, (1338-1358), Paris, 1909, p. 447, n. 3.

8 Ce qui apparut pleinement lors de la confiscation de leurs armes.

9 Chronique, éd. et trad. L. Bellaguet, t. I, Paris, 1839, pp. 130-131.

10 Ibid., t. I, pp. 150-151.

11 Partie inédite des Chroniques de Saint-Denis suivie d’un récit également inédit de la campagne de Flandres en 1382 et d’un poème sur les joutes de Saint-Inglevert (1390), éd. J. Pichon, Paris, 1864, p. 28.

12 « E vidi uno Scudiere del Rè, che gli domando, e chieseli in dono tutte le dette chatene. Lo Rè, che mai non disse di no di cosa che gli fosse chiesta, disse che volea che fossono sue. Non parve alora che il dono fosse molto di valuta ma dipoi fu veduto e saputo che il detto Scudiere trasse di quelle catene circa di fra. X milia d’oro » (cité par L. Mirot, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI (1380-1383). Leurs causes, leurs conséquences, Paris, 1905, p. 180, n. 5 de la p. 179).

13 Ed. D. Godefroy, Paris, 1653, p. 168.

14 Ed. H. Moranvillé, t. III, 1380-1405, Paris, 1897, p. 264.

15 La chronique d’Enguerran de Monstrelet en deux livres avec pièces justificatives 1400-1444, éd. L. Douët-d’Arcq, t. I, Paris, 1857, p. 113.

16 Religieux, Chronique…, t. III, Paris, 1841, pp. 308-309 (qui cite le chiffre de 600 chaînes), et Journal d’un bourgeois de Paris 1405-1449, éd. A. Tuetey, Paris, 1881, p. 3.

17 Religieux, Chronique…, t. V, Paris, 1844, pp. 84-85.

18 Chronique d’Enguerran de Monstrelet, t. II, Paris, 1858, p. 457, et t. VI, Paris, 1862, p. 220.

19 Journal d’un bourgeois…, p. 72 ; A.N., X1a, 1480, f° 55 r°.

20 AN, K 950, no 22.

21 Journal d’un bourgeois…, pp. 72-73.

22 Religieux, Chronique…, t. VI, Paris, 1852, pp. 10-11.

23 AN, K 9850, no 22.

24 Religieux, Chronique…, t. VI, pp. 10-11.

25 A. Longnon, Paris pendant la domination anglaise (1420-1436). Documents extraits des registres de la chancellerie de France, Paris, 1878, p. 2 (A.N., JJ 171, no 214).

26 AN, X1a 1481, f° 43 r° et Xla 67, fos 103 v° et 151 r°.

27 Journal d’un bourgeois…, p. 101. Chronique d’Enguerran de Monstrelet…, t. VI, p. 258. Religieux, Chronique…, t. VI, p. 251. Le 1er juin 1418, les Delphinaux, dans leur tentative pour reprendre le contrôle de Paris, se heurtèrent à « la grant chaîne de fer tendue devant Sainte Katherine » (cité par G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. I, Le Dauphin, 1403-1422, Paris, 1881, p. 91.

28 Ph. Contamine, « Le rôle du château de Saint-Germain pendant la Guerre de Cent ans », Les amis du vieux Saint-Germain, bulletin no 36 (1984-1986), pp. 17-22.

29 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, t. III, Paris, 1872, p. 383.

30 Journal d’un bourgeois…, p. 317.

31 Journal de Jean de Roye connu sous le nom de chronique scandaleuse, 1460-1483, éd. B. de Mandrot, t. I, Paris, 1894, p. 49.

32 P. 101.

33 Journal de Jean de Roye…, p. 114.

34 Ibid., p. 129.

35 Ibid., p. 134.

36 BN, Moreau 1054, f° 33 r°-77 v°.

37 Voir en particulier l’étude de J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Age », parue dans la BEC, t. CXXX (1972) (tiré à part 1973) et l’article de J. Descimon et J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Age au XVIIIe siècle, évolution d’un espace plurifonctionnel », Annales ESC, 1979, pp. 956-983. Voir aussi J.-P. Babelon, Paris au XVIe siècle, Paris, 1986. D. Richet cite le document de 1507-1508 dans son art. posthume « Les barricades à Paris, le 12 mai 1588 », Annales ESC, 1990, pp. 383-396.

38 Registres de délibération du bureau de la ville de Paris, éd. F. Bonnardot, t. I, Paris, 1883.

39 Aux travaux cités supra, n. 37, ajouter J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans. Les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Genève et Paris, 1970.

40 Carte 2 et J.-P. Babelon, op. cit., p. 508.

41 Ph. Vigier, « Le Paris des barricades (1830-1968) », L’Histoire, no 113 (juillet-août 1988), pp. 52-61.

42 Carte 3. On peut se demander si les chaînes furent tendues lors de l’assaut de Paris par Jeanne d’Arc, le 8 septembre 1429 : ne pas oublier qu’elles risquaient de ralentir les mouvements de troupes chez les défenseurs. Les chaînes ressortissent à la défense nocturne, il s’agit d’éviter les surprises. C’est pourquoi il ne semble pas qu’à Orléans constamment sur ses gardes, les chaînes aient joué un rôle lors du siège de 1428-1429. R. Descimon et J. Nagle, art. cit. supra n. 37 ont bien vu, à mon sens, l’origine et la nature militaires des quartiers de Paris, mais ils les conçoivent comme des îlots possibles de résistance en cas de danger alors qu’à mes yeux les quartiers ne sont que les parties d’un ensemble qu’il s’agit de protéger contre une menace extérieure. Cf. ce qu’ils écrivent p. 974 : « Le quartier sait, en cas de danger, se fermer aux autres quartiers par ses chaînes, voire ses barricades, sous la garde de ses habitants. (…) Ainsi pouvait se reconstituer le cadre sécurisant où chacun connaissait un peu chacun, condition d’un système d’autopolice. A ville fermée quartiers fermés et autosurveillance tandis que la ville absolutiste ouverte autorise l’ouverture des quartiers et nécessite la surveillance centrale policière ».

43 J.-L. Biget, Histoire d’Albi, Toulouse, 1983, p. 61.

44 Mais il s’agit, plutôt, de barrières de péage : cf. le mémoire de DEA d’A. Claret, cité supra, n. 3.

45 Ibid.

46 Ibid. Pour Chambéry, voir les travaux de R. Brondy et pour Montbéliard de P. Pégeot. J. de la Chauvelays, Mesures prises pour la garde et la sûreté de la ville de Dijon en 1478, Paris, 1881.

47 Communication orale de B. Chevalier, que je remercie.

48 J.-P. Leguay ne semble pas en parler dans les travaux nombreux et bien informés qu’il leur a consacrés.

49 A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Age. Etude d’histoire administrative et financière, 2 vols., Paris, 1982, p. 287.

50 Cf. l’exemple d’Orléans, étudié dans le mémoire de maîtrise de F. Ley, qui a bien voulu me fournir divers renseignements à leur sujet.

51 V. Gay, Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, t. I, Paris, 1887, p. 306.

52 AM Dijon, B 158 (1448).

53 AM Nevers, CC 13 (1404).

54 Godefroy, Dictionnaire…, t. VIII, p. 553, col. B, et le travail de F. Ley cité supra, n. 50.

55 Archives législatives de la ville de Reims, éd. Varin, 2e partie, Statuts, 1er vol., Paris, 1844.

56 Cité par Chr. Raynaud dans sa thèse dactylographiée, Les représentations de la violence dans les premiers livres d’histoire enluminés rédigés en français (XIIIe-XVe siècles), Tours, Université François Rabelais, 1989, t. I, p. 170.

57 Religieux de Saint-Denis, Chronique…, t. I, pp. 260-261, cité par J. Debal, Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I, Des origines à la fin du XVIe siècle, Roanne-le-Côteau, 1983, p. 287.

58 Religieux, Chronique…, t. VI, p. 308.

59 Chronique de Messire Guillaume Oudin, dans la Revue de l’Anjou et du Maine, t. II (1858), p. 67.

60 A.M. Orléans, CC 542 et 548, cité dans le mémoire de DEA d’A. Claret (supra, n. 3).

61 E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t. II, p. 404, n. 3, s.v. chaîne. Ce document a malheureusement disparu. Mentions éparses dans AM Valenciennes, CC 2970, 2972, 2973 (renseignements obligeamment communiqués par Madame Muret et Monsieur Michel Vangheluwe).

62 F. Boutiot, « Inventaire des chaînes de fer qui, au XVIe siècle, servaient à la défense de Troyes », Annuaire de l’Aube, 1863, 2e partie, pp. 25-43. « Inventaire faicte par nous Claude Chappellain, voyeux pour la ville, et Aventin Perron, controoleur des ouvraiges et reparacions de la ville, des chenes de fer quy sont myse aux coingz des rues et ruelle de lad. ville pour les tendre a travers lesd. rue et ruelle quant mestyer sera, ladite inventaire faicte le quatriesme jour du moys d’aoust mil cinq cens douze ». Sur l’espace fortifié troyen, voir en dernier lieu le numéro spécial de La vie en Champagne, juillet-août 1988, intitulé Une ville fortifiée. Troyes du XIIe au XIXe siècle.

63 J. Lestocquoy, Histoire du patriotisme en France des origines à nos jours, Paris, 1968, p. 56.

64 Il ne semble pas que le terme de barricade soit apparu avant le XVIe siècle.

65 Dans le chapitre intitulé « Du souverain ou de la République ».

66 Lors de l’émeute parisienne de mai 1750, un brigadier du guet à cheval se félicite de ne pas être passé rue de la Calandre, dans l’île de la Cité, car il y aurait « esté brisé luy et son cheval, la chaîne estoit tendue et on ne la voyoit point » (cité par J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle, étude politique et sociale, Paris, 1985, p. 54).

Table des illustrations

Titre Carte 2. Paris et ses quartiers en 1507-1508 (d’après A. Claret)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carle 3. Paris et sa défense en 1507-1508 (d’après A. Claret)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Université de Paris-Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter