Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

L’armée bourguignonne au siège de Calais de 1436

Monique Sommé

Texte intégral

  • 1 E. de Monstrelet, Chronique, 1400-1444, éd. L. Doüet d’Arcq, SHF, t. V, 1861, p. 214.

1Le traité d’Arras, conclu en septembre 1435 entre le duc de Bourgogne Philippe le Bon et le roi de France Charles VII, est un événement majeur dans l’histoire de la guerre de Cent ans, car il marque la fin de la guerre civile des Armagnacs et des Bourguignons en France et l’abandon de l’alliance anglaise par le duc de Bourgogne. En Angleterre le duc est aussitôt accusé de trahison et Henri VI ordonne à la garnison de Calais d’effectuer des courses dans les possessions ducales. Du côté bourguignon, les partisans de la guerre avec l’Angleterre l’emportent sur les conseillers qui, comme Jean de Luxembourg, comte de Ligny, recommandaient une politique de paix. Aussi dès le mois de février 1436 le duc est décidé à la guerre et se lance dans la préparation d’une expédition pour reprendre Calais qui était « de son droit domaine et héritage »1.

  • 2 M. R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas (...)

2L’histoire du siège de Calais est bien connue grâce aux récits des chroniqueurs et aux travaux de M. R. Thielemans et de R. Vaughan2. Philippe le Bon obtint l’aide enthousiaste des Flamands qui se mobilisèrent massivement pour la réalisation de son projet, et refusa le renfort de troupes françaises proposé par le connétable de Richemont. Le siège, commencé le 9 juillet, dut être abandonné le 28 juillet à la suite du départ soudain des milices flamandes que le duc ne réussit pas à empêcher. Et pourtant la préparation du siège avait entraîné une mobilisation exceptionnelle en argent, en hommes et en matériel. Les comptes de la Recette Générale des Finances de l’Etat bourguignon fournissent sur cet aspect stratégique des renseignements précis et livrent aussi certains éléments d’explication de ce qui fut un grand échec militaire.

Le financement de la campagne

  • 3 M. Mollat, Comptes Généraux de l’Etat bourguignon entre 1416 et 1420, Recueil des historiens de la (...)
  • 4 AD Nord, B 1957, Huitième et dernier compte de Jean Abonnel, dit Le Gros.

3A l’époque de Philippe le Bon, la moyenne annuelle des recettes comptabilisées par le Receveur Général de toutes les finances ducales était de 348 000 livres tournois, et celle des dépenses de 345 200 livres, du même ordre que sous Philippe le Hardi et Jean sans Peur3. Or le compte de 14364 se distingue par un niveau exceptionnel des recettes et des dépenses qui se trouvent multipliées par deux : 717 800 livres et 691 500 livres. Ainsi est presque atteint le niveau moyen du temps de Charles le Téméraire, 773 000 livres et 761 000 livres. Par comparaison la guerre contre Gand en 1453, pourtant très coûteuse, n’éleva le niveau des recettes et des dépenses qu’à 526 000 livres et 467 000 livres. Ces chiffres soulignent l’importance de l’effort de guerre que Philippe le Bon, habituellement peu porté aux aventures militaires, consentit pour l’expédition de Calais.

  • 5 M. A. Arnould, « Une estimation des revenus et des dépenses de Philippe le Bon en 1445 », Acta His (...)

4Il peut sembler étonnant à première vue que le duc de Bourgogne ait pu ainsi doubler ses recettes, mais après la phase d’expansion territoriale de 1420 à 1435 (Namurois en 1429, Brabant en 1430, Hainaut, Hollande et Zélande en 1433, villes de la Somme et comté de Boulogne en 1435), le duc pouvait faire appel à ses nouvelles possessions, encore que, M.-A. Arnould l’a montré, ces acquisitions n’entraînèrent pas un doublement des ressources5. Les contributions « pour le voiage de Calais » furent effectivement demandées à l’ensemble des pays bourguignons, sous différentes formes.

  • 6 J. Ruckebusch, Les finances de Philippe le Bon à l’époque de la paix d’Arras, Diplôme d’Etudes Sup (...)
  • 7 AD Nord, B 1957, f° 78 v° : 100 philippus du chapitre de Tournai ; f° 83 : 80 philippus du couvent (...)
  • 8 Cf. les dépenses engagées par la ville d’Audenarde dans M. Guillaume, « Histoire de l’organisation (...)
  • 9 M. R. Thielemans, op. cit., pp. 82-83.
  • 10 AD Nord, B 1957, fos 66 à 71 : 19 084 livres + 8 000 philippus (9 600 livres).
  • 11 J. Ruckebusch, op. cit., p. 38.
  • 12 AD Nord, B 1957, f° 176 v°.

5Les aides accordées par les Etats, auxquelles Philippe le Bon a recours de plus en plus régulièrement, devaient procurer à elles seules près de 200 000 livres de revenus6. En Flandre seuls les prélats et gens d’église furent imposés pour 20 000 philippus de 48 gros (24 000 livres de 40 gros)7, car les gens du commun participaient déjà aux frais d’équipement et d’expédition des milices communales8. Les Etats du Brabant s’engagèrent pour la somme de 70 000 philippus (84 000 livres), la plus forte participation financière des pays bourguignons, et la Hollande pour 60 000 ridders (72 000 livres)9. Le compte de 1436 mentionne effectivement, dans le chapitre des revenus de Hollande-Zélande, plusieurs sommes provenant de l’aide, pour un total de 28 684 livres10. En Hainaut l’aide fut fixée à 36 000 livres, en Artois à 32 000 livres11 ; les villes de la Somme furent également sollicitées12. Ces sommes ne furent pas toutefois perçues en totalité, et elles le furent avec retard, ce qui obligea le duc à recourir largement à l’emprunt.

  • 13 D. Desmedt, Les emprunts de Philippe le Bon, Diplôme d’Etudes Supérieures, Lille, 1956.
  • 14 M. Gachard, Inventaires des archives de la Belgique. Chambre des Comptes, t. V, 1879, p. 77, no 33 (...)
  • 15 AD Nord, B 1957, fos 80 et 84 bis : respectivement 12 000 et 1 000 saluts d’or de 46 gros monnaie (...)
  • 16 AD Nord, B 1957, f° 84 ter.
  • 17 Par exemple 8 000 livres prêtées sur l’aide de Zélande par Henri van Borsele, seigneur de Vere, re (...)
  • 18 M. Canat, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Bourgogne, t. I, Chalon-sur-Saône, 1863 (...)

6En 1436, le total des emprunts atteignit 125 933 livres de 40 gros, contre 28 860 livres en 1435 et 35 612 livres en 143713. Le duc emprunta aux villes du Brabant qui vendirent 39 611 livres de rentes viagères à des villes flamandes comme Courtrai14 et à des particuliers, y compris des membres de sa famille : son cousin le comte d’Etampes prêta 13 800 livres le 3 mars 1436, la duchesse de Bourgogne Isabelle de Portugal 1 150 livres le 19 juillet « pour employer en l’armee par mer »15, le seigneur de Crévecœur 450 livres « pour convertir ou paiement des gens d’armes etant avec monseigneur le duc devant Calais »16. Les officiers de finances étaient aussi invités à avancer l’argent des aides17. Un emprunt fut lancé en Bourgogne, car cette région ne fut pas taxée, elle l’avait été en 1435 pour la campagne de Philippe le Bon dans le duché contre les troupes royales. L’emprunt fut levé sur les nobles, gens d’église, habitants des villes et du plat pays : ainsi la ville de Mâcon prêta 400 livres dont elle n’était pas encore remboursée en 144318.

  • 19 J. Ruckebusch, op. cit., p. 62.
  • 20 AD Nord, B 1957, f° 172 v°.
  • 21 Ibid., B 1957, f° 175 : le 17 juillet de Gravelines à Saint-Omer pour que Jean de Dienat, receveur (...)
  • 22 Ibid., B 1957, f° 176 v° : le 23 juillet, pour l’aide d’Amiens.
  • 23 Ibid., B 1957,f° 170 v°.

7Cependant il existait pour les emprunts le même inconvénient que pour les aides : l’argent rentrait avec retard alors que les gages des gens de guerre ne pouvaient pas attendre, aussi fait-on appel à des changeurs professionnels qui avancent les espèces : ainsi un marchand lucquois, Paule Melian, prêta à la duchesse de Bourgogne 4 174 saluts d’or pour le paiement du seigneur de Fribourg et de ses gens d’armes en garnison à Ardres, il fut ensuite remboursé à Genève sur l’argent des emprunts de Bourgogne19. Le compte du receveur général abonde d’ailleurs en notations qui montrent le manque d’argent au moment de payer les fournitures de guerre ou les gens d’armes : en juin et juillet, des lettres sont sans cesse envoyées au trésorier Guy Guilbaut, au receveur général Jean Abonnel, à la duchesse, pour obtenir de l’argent20. Au plus fort du siège, des chevaucheurs parcourent le pays pour réclamer de l’argent « hastivementment et sans delay »21 ou presser le paiement des aides22 : du 12 juin au 10 juillet, un clerc de Jean Abonnel effectue un voyage de Bruges à Rotterdam pour réclamer la part de l’aide due par la Hollande à la fin du mois de mai ; il revient avec 6 094 livres en monnaie de Bruges qu’il porte « incontinent devers monditseigneur devant Calais »23. Donc les espérances financières étaient grandes, mais sur le terrain l’argent manquait toujours.

  • 24 Cette difficulté avait déjà été soulignée par B. Schnerb dans « Un aspect de la politique financiè (...)

8Le niveau des dépenses pour le siège de Calais est impossible à évaluer exactement. Certes le compte de 1436 comporte en fin de registre plusieurs rubriques de dépenses militaires : dépenses de l’armée de terre, dépenses de l’armée de mer et paiements de gens d’armes « sans riens comprendre les gaiges et soldes de son commun de Flandre » ; elles représentent au total environ 120 000 livres de 40 gros. Mais de nombreuses dépenses sont aussi inscrites dans des chapitres ordinaires, en particulier ambassades et voyages, dons et récompenses, achat de chevaux, harnais, voitures, etc.24. D’autre part la disparition des registres de la Recette Générale de Flandre pour les années 1433 à 1439 interdit de connaître les dépenses concernant les milices flamandes.

Les contingents de nobles

  • 25 M. R. Thielemans, op. cit., p. 91.
  • 26 R. Vaughan, op. cit., p. 80.
  • 27 M. R. Thielemans, op. cit., et « Une lettre missive inédite de Philippe le Bon concernant le siège (...)

9La composition de l’armée bourguignonne devant Calais n’est pas non plus connue de façon précise. Pour les troupes flamandes, il faut retenir les chiffres donnés par les chroniqueurs, en particulier ceux d’Olivier van Dixmude qui paraissent les plus raisonnables selon M. R. Thielemans25 : 10 000 hommes sans les auxiliaires. Au sujet des contingents de nobles, les avis diffèrent : R. Vaughan écrit que le 26 juillet l’armée des nobles n’était pas encore assemblée26, alors que M. R. Thielemans s’appuie sur la montre effectuée par Baudot de Noyelle le 16 juillet pour évaluer alors les effectifs des gens d’armes à 3 000 hommes. Elle ajoute cependant que le duc dispersa ses vassaux en petits groupes avant la débandade des Flamands le 28 juillet, suivant en cela la version des événements donnée par le duc lui-même dans une lettre adressée début août 1436 à son beau-frère Charles de Bourbon27.

  • 28 Par exemple, AD Nord, B 1957, f° 454.

10Les registres de la Recette Générale apportent quelques éclaircissements sur le recrutement et l’utilisation des nobles. Les paiements des gens d’armes ayant servi au siège de Calais sont inscrits dans le dernier compte de Jean Abonnel de 1436 et dans le premier compte de Jean de Visen de 1437. Le nombre exact d’hommes n’est toutefois connu que lorsque la distinction est faite entre les chevaliers bannerets qui reçoivent quatre payes, les chevaliers bacheliers deux payes, les hommes d’armes une paye, les hommes de trait une demi-paye28. Le plus souvent seul le nombre global de payes remises au chef de la troupe est connu. La proportion étant généralement d’un tiers d’hommes d’armes et de deux tiers de gens de trait, on peut calculer approximativement le nombre d’hommes correspondant aux gages.

  • 29 A. Derville et A. Vion (dir.), Histoire de Calais, Editions des Beffrois, 1985, p. 74.
  • 30 R. Vaughan, op. cit., p. 76 et M. R. Thielemans, op. cit., pp. 91-92.
  • 31 AD Nord, B 1957, fos 456 v° et 457.
  • 32 Ibid., B 1957, fos 460 v° à 462 v°.

11Au printemps de 1436, alors que Sir John Radcliffe, lieutenant de Calais, renforce la défense de la ville qui en avait bien besoin, les murailles étant en fort mauvais état29, et celle des places fortes qui la protègent, Sangatte, Hames, Guînes, Marck et Oye30, des troupes bourguignonnes conduites par des membres de la haute noblesse patrouillent le long de la frontière pour en assurer la garde : dans la région de Saint-Omer, le seigneur de Lannoy en avril, et le bâtard de Renty au début du mois de mai31. Le 19 mai, Baudot de Noyelles, conseiller et chambellan, gouverneur de Péronne, Montdidier et Roye, effectue une montre à Blendecques près de Saint-Omer : Jean de Croy, Jean de Lannoy, Simon de Lalaing et Waleran de Wavrin, tous quatre conseillers et chambellans, tiennent la frontière de Saint-Omer à Gravelines avec près de 600 hommes ; à l’ouest, Louis Bournel, seigneur de Thiembronne, capitaine d Ardres, a renforcé sa garnison, il est en la compagnie de monseigneur de Lannoy32.

  • 33 Ibid., B 1957, fos 464 à 468.
  • 34 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne d’après les documents conservés aux archives de la (...)
  • 35 AD Nord, B 1957, f° 464 : avec lui 4 chevaliers bannerets, 16 bacheliers, 517 hommes d’armes et 1  (...)

12Le 25 juin, Baudot de Noyelles, qui est compté lui-même pour 119 payes, fait une nouvelle montre des nobles33, alors que le même jour Philippe le Bon passe en revue les milices flamandes près de Gravelines. Les effectifs sont beaucoup plus importants, de nombreux nobles comme Jean de Luxembourg, seigneur de Haubourdin, ont donc rejoint l’armée ducale ; parmi eux des Picards, les seigneurs de Brimeu, de Créquy, de Saveuse, d’Auxi ; du Hainaut sont venus les seigneurs de Trélon, de Dour, de Jeumont ; des nobles d’origine bourguignonne conduisent des troupes, Philibert de Vaudrey Philibert de Ternant et Jean de Rochefort, maître de l’artillerie ducale34. L’armée des nobles compte maintenant plus de 3 000 hommes, Jean de Croy en ayant la moitié sous son commandement35.

  • 36 AD Nord, B 1957, f° 43 v°.
  • 37 R. Vaughan, op. cit., p. 327.

13Le 16 juillet, la montre a lieu « au logiz devant Calais ». Le siège est en effet commencé depuis le 9 juillet, après la prise des châteaux de Marck et Oye. Les effectifs sont toujours nombreux, 2 049 payes sont comptées, contre 2 137 le 25 juin. C’est donc seulement après le 16 juillet que Philippe le Bon dispersa une partie de ses troupes sous la direction de son cousin le comte d’Etampes et de Jean de Croy. Celles-ci s’emparèrent de Sangatte, Balinghem, et tentèrent de prendre Guînes. Dans le compte de 1437, 1 620 payes sont en effet versées à Jean de Croy et aux seigneurs qui suivaient le comte d’Etampes « ou voiaige qu’il fait par l’ordonnance de monseigneur devant Calais pour la demolicion de Sangathe et rompture des digues illec »36. Les trois quarts de l’armée se trouvaient donc bien dispersés, mais à une distance si faible (Sangatte et Guînes sont à 6 et à 10 km de Calais) qu’ils pouvaient rejoindre le duc en son « logis » en quelques heures. Le 18 juillet, le héraut du duc de Gloucester était venu défier le duc de Bourgogne et lui demander de l’attendre pour la bataille ; il était logique que Philippe le Bon utilisât ce temps d’attente pour prendre possession des forteresses situées à l’ouest et au sud de la ville assiégée. La même stratégie sera employée avec succès lors du siège de Gand en 1453.37

  • 38 M. Canat, op. cit., p. 375.
  • 39 AD Nord, B 1957, f° 176 v°.
  • 40 Ibid., B 1957, f° 177 v°.

14Le duc comptait aussi sur l’arrivée des troupes de Bourgogne. Par lettres données à Gand le 4 juin 1436, il avait ordonné à Jean, comte de Fribourg, gouverneur et capitaine général de Bourgogne, d’armer 870 hommes pour le siège de Calais, dont 400 pour lui, 400 pour le seigneur de Bauffremont, seigneur de Charny, 50 pour le seigneur d’Arsey et 20 pour Jean de Rochefort38. Ce dernier est effectivement compté pour 20 payes à la montre du 25 juin. Etant maître de l’artillerie, il est venu rapidement de Bourgogne pour la préparation matérielle du siège. Mais les autres seigneurs bourguignons se font attendre : le 22 juillet un messager est payé pour avoir porté des lettres « a monseigneur de Fribourg et monseigneur de Chargny affin qu’ilz s’avancent de venir devers monditseigneur a tous les gens d’armes qu’ilz amenoient du païs de Bourgoingne »39. Le même jour des lettres sont adressées au bailli d’Amiens et au sénéchal de Ponthieu pour convoquer les nobles de Picardie. Le 26 juillet d’autres lettres sont envoyées aux chevaliers et écuyers de Flandre, Artois, Boulonnais, Picardie, Hainaut afin qu’ils viennent « le plus nottablement accompaignié qu’ilz pourront pour estre a ladicte bataille que monditseigneur entend avoir le lundi ensuivant »40.

  • 41 Ibid., B 1957, f° 317.

15C’est que la flotte de Philippe le Bon vient d’arriver de L’Ecluse (le 25), le duc veut engager la bataille décisive le lundi 30 juillet dès le débarquement de l’armée anglaise dont il sait sans doute l’arrivée imminente. Le 27, la duchesse fait écrire à son tour cent lettres aux nobles de Flandre41.

  • 42 M. R. Thielemans, op. cit., p. 91.
  • 43 AD Nord, B 1957, fos 479 v° et 480. La carrière exemplaire de Pierre de Bauffremont a été retracée (...)
  • 44 AD Nord, B 1957, f° 478.
  • 45 Ibid., B 1957, f° 51 v° : de Jehan Guilbaut, trésorier du Boulonnais, « 200 frans en deniers paiés (...)

16Le départ brusqué des troupes flamandes dans la nuit du 28 au 29 juillet réduisit tous les espoirs à néant. Le duc ne pouvait, avec les seuls contingents de nobles, songer à affronter l’armée du duc de Gloucester, forte de plus de 7 500 hommes42, alors que la flotte, arrivée le 25, est déjà repartie le 27, et que les troupes bourguignonnes ne sont toujours pas en vue : le 31 juillet elles sont passées à montre par le comte de Fribourg à Châtillon-sur-Seine, à 450 km de Calais, notamment les 334 payes de Pierre de Bauffremont43. A leurarrivée dans le Nord, le siège était levé, elles furent réparties dans différentes places pour la défense du territoire contre les Anglais, celles du comte de Fribourg à Ardres (revue du 23 août44), celles de Pierre de Bauffremont à Boulogne où il entreprit la construction d’un baleinier pour la course45. Les troupes bourguignonnes contribuèrent donc, comme les autres contingents de nobles (par exemple Philibert de Vaudrey à Gravelines), à renforcer les places fortes : d’offensive, la campagne était devenue défensive.

L’artillerie de l’armée de terre

  • 46 B. Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Paris, 1988, p. 66.

17La mobilisation en matériel commença en même temps que la mobilisation en hommes, au mois de juin, et elle concerne principalement les mêmes régions : la Picardie, la Flandre et la Bourgogne. De ces régions partent des convois chargés d’artillerie, respectivement les 4 juin, 19 juin et 11 juin, qui tous doivent converger vers Saint-Omer où pendant ce temps un véritable arsenal est aménagé. Jean sans Peur, trente ans avant, avait déjà concentré dans cette ville l’artillerie qu’il comptait utiliser pour assiéger Calais46.

  • 47 A. Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer, Lille, 1981, p. 33.
  • 48 AD Nord, B 1957, fos 414 v°, 415, 410.
  • 49 Ibid., B 1957, fos 413 et 416.
  • 50 Ibid., B 1957, fos 396 v°.
  • 51 Ibid., B 1957, fos 426 v° et 427.
  • 52 Ibid., B 1957, f° 426 v° : « pour avoir amené icelle bombarde du Haut Pont de Saint-Omer a Saint-B (...)

18Le matériel de siège fut réuni à l’abbaye de Saint-Bertin, qui occupait une situation privilégiée au bord de l’Aa à l’intérieur de l’enceinte urbaine47. A partir du début du mois de juin, des équipes d’ouvriers s’affairent : des charpentiers fabriquent des manteaux de bombarde, 17 « ouvriers de grès » taillent des pierres de canon48 ; des canonniers affinent du salpêtre et de la poudre à canon, des manouvriers déterrent des boulets de pierre du château de Saint-Omer et de la cour de l’abbaye, restes probables du matériel de 140649. Deux chambres basses sont aménagées dans les caves, « esquelles chambres on fait les pouldres a canon et a couleuvres et ou l’on retrait les artilleries que chacun jour l’en amene de Bruges, Arras et autres villes »50. Une forge fut installée dans une maison de bois à deux cheminées, plaquée de terre et couverte de roseaux, afin d’y refaire une grosse bombarde du duc, ce qui nécessita 3 200 livres de fer et 120 rasières de charbon51. Cette bombarde avait été endommagée durant le siège de Marck dans les premiers jours de juillet et fut rapportée par bateau sur l’Aa à Saint-Omer52.

  • 53 AD Nord, B 1957, fos 417 à 419 v°.

19Le premier convoi d’artillerie parvenu à Saint-Omer fut celui de Picardie53. Parti le 4 juin d’Abbeville (les armes étaient stockées dans l’hôtel d’un certain Collart le Mercier depuis 22 mois), il arriva à bon port huit jours plus tard (neuf pour la plus grosse bombarde). Il avait donc parcouru en moyenne 12 km par jour. Il comprenait « deux grosses bombardes, canons, veuglaires et autres artilleries », la plus grosse bombarde étant traînée sur un char à 12 chevaux, avec un renfort de six autres à partir d’Hesdin quand le chemin devint plus difficile. Le passage de l’Authie avait nécessité l’étayage du pont. Au château d’Hesdin, le convoi fut grossi d’armes de garnison, notamment trois gros veuglaires, des tonneaux de salpêtre et de traits.

  • 54 Ibid., B 1957, fos 397 à 398 v°.
  • 55 J. Garnier, op. cit., p. 151.

20Le 23 juin, du matériel arriva de Bruges54 : trois bombardes qui, parties le 19 juin, avaient franchi une distance d’environ 100 km à la vitesse de 20 km par jour, la plus grande sur un char à dix chevaux. Ces bombardes devaient être en fait d’origine hollandaise ; en effet le contrôle d’artillerie effectué entre mai et juillet 1436 par Guillaume de Troyes mentionne trois bombardes de Bourgogne, deux de Picardie et trois de Hollande, mais aucune de Flandre55. Le convoi transportait aussi les pierres de bombarde, pesant 180 ou 250 livres (de huit à quinze par chariot), un gros veuglaire avec huit chambres, deux crapaudeaux avec six chambres, cent couleuvrines de cuivre, des lances, des traits d’arbalète, etc.

  • 56 AD Nord, B 1957, fos 388 v° à 394 v°.
  • 57 C. Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du XIIIe à l (...)

21Enfin restait à venir l’artillerie de Bourgogne, la plus importante. En effet le duc avait donné l’ordre au maître de l’artillerie de conduire jusqu’à Calais trois bombardes qui avaient été utilisées avec succès dans la guerre contre les Français en 1433 et 1434, Bourgogne, Prusse et Bergère. Déplacer les trois bombardes sur une distance de 570 km environ fut une entreprise difficile et coûteuse : le voyage dura 49 jours, soit 11,5 km par jour56. D’après les équipages, ces bombardes étaient beaucoup plus lourdes que celles de Picardie et de Bruges. C’est à cette époque que les canons ont atteint leur taille maximum, avant que l’utilisation du boulet en fonte permît de réduire leur calibre et leur poids57. La plus petite bombarde, Bergère, partit de Cravant, sur l’Yonne, sur un char à 18 chevaux ; les deux plus grosses quittèrent Saint-Jean-de-Losne près de Dijon le 11 juin, Prusse sur un char à 30 chevaux, alors que Bourgogne avait dû être séparée en deux : la bouche ou volée était sur un char à 48 chevaux, la queue ou chambre sur un char à 36 chevaux. Le convoi comprenait aussi un char à cinq chevaux avec une machine élévatrice (« engien »), six chars de « menues artilleries » (poudre et salpêtre surtout), sept chars de tentes, trois chars de lances. En cours de route, des « ouvriers de bras » aménageaient les passages, le pont de Bar-sur-Seine fut renforcé, mais à Châlons-sur-Marne les quatre chars des bombardes durent être confiés aux bons soins d’un batelier, « pour ce qu’ilz ne povoient passer par sur les ponts dudit Chalon ». Diverses réparations sont signalées, ferrures d’essieux, cerclage de roues, ainsi à Troyes ou à Saint-Quentin (carte 1).

  • 58 J. Garnier, op. cit., p. 159.
  • 59 C. Gaier, op. cit., p. 288.

22Malgré les difficultés, l’artillerie bourguignonne arriva en bon ordre dans le Nord, tous les paiements sont en effet effectués pour une durée identique de 49 jours. Mais le siège de Calais venait d’être levé, et les bombardes furent dirigées sur Guînes où elles sont mentionnées le 31 juillet. Trois jours après, la volée de la bombarde Bourgogne était déjà signalée comme perdue, selon un inventaire effectué le 3 août58. Une nouvelle volée fut fabriquée à Saint-Omer en 1436-1437, d’un poids de 16 000 livres, qui nécessita le travail de deux canonniers et de six valets pendant plus de sept mois59. Ces chiffres donnent une idée du volume et du coût de ces canons que le duc avait fait venir de Bourgogne à grands frais, mais sans résultat.

  • 60 Ph. Contamine, op. cit., pp. 334-335.
  • 61 AD Nord, B 1957, f° 397 v°.
  • 62 Ibid., B 1957, f° 399.
  • 63 Ibid., B 1957, fos 315 et 319 v°. Notons que ces dépenses sont incluses dans le chapitre des « ach (...)
  • 64 AD Nord, B 1957, f° 315.

23L’armement des garnisons ne pouvait suffire à l’entreprise du siège de Calais, il fallut acheter de nouvelles armes. A cette époque, l’usage des « engins volants » ou « couillarts », en fait des catapultes, n’était pas abandonné (en 1406 on en avait fabriqué sept à Saint-Omer) et leur utilisation reste courante jusqu’au milieu du siècle60. En 1436 un fondeur de SaintOmer est payé pour « une pollie de cuivre pour un engien a trois pies et autres qui lui sont ordonnees faire pour les engins volens et ceulx a faulcon »61 (il s’agit peut-être de la remise en état des anciennes machines) ; au château de L’Ecluse, vingt charpentiers d’Arras fabriquent des engins volants pour le siège de Calais62. Plusieurs « couillars et engins de guerre » sont aussi apportés par bateau de La Haye et Rotterdam à L’Ecluse pour être acheminés vers la ville assiégée63. Certaines de ces machines étaient personnalisées comme des canons, ainsi l’engin de bois nommé le Lion fabriqué pour la somme de 20 livres, le prix d’un gros veuglaire64.

  • 65 Ibid., B 1957, fos 419 v° et 420.

24Des achats massifs d’artillerie sont réalisés par les maîtres canonniers du duc : Pierre Dolme livre trois veuglaires avec six chambres, 40 crapaudeaux avec 80 chambres, 226 couleuvres et cinq canons sur bancs, le tout pesant 8 155 livres de cuivre à 3 sous la livre. Un maître canonnier de Gand, Gerequin de Heusdem, est envoyé en Allemagne acheter 10 000 livres de salpêtre, du soufre et huit veuglaires65.

  • 66 J. F. Finó, Forteresses de la France médiévale, Paris, 1967, p. 278 et M. Sommé, « L’artillerie et (...)
  • 67 Dans l’artillerie bourguignonne, le pied et sa subdivision le pouce étaient de petite dimension : (...)
  • 68 AD Nord, B 1957, f° 396 « A Jean Lof, fevre demourant a L’Ecluse, pour 18 veuglaires chacun fourni (...)
  • 69 AD Nord, B 1957, f° 425 v°. Sur Jean Cambier, cf. C. Gaier, op. cit.

25Les comptes fournissent des indications précises sur le prix et les caractéristiques des armes à feu66. Les plus gros canons sont les bombardes, dont le poids dépasse 10 000 livres et le calibre plus de 20 cm. La nouvelle volée de la bombarde Bourgogne, fabriquée en 1436-1437, avait un calibre de 22 pouces (50 cm) et une « longueur de 4 pierres », soit 2 mètres67. Les veuglaires constituent une catégorie moyenne de canons, entre les bombardes et l’artillerie légère des crapaudeaux et des couleuvrines. Mais leur poids allant de 125 à 6 000 livres, leur prix varie beaucoup : de 2 à 50 livres68. Une commande à Jean Cambier, le marchand d’artillerie le plus important des Pays-Bas au XVe siècle69, donne des précisions : six gros veuglaires à deux chambres pèsent ensemble 20 000 livres, leur volée est de 6 à 7 pieds de long (entre 1,65 m et 1,95 m), leur calibre est de 9 pouces (pierres d’environ 20 cm de diamètre). Quatre plus petits pèsent ensemble 3 000 livres, ont un calibre de 3 ou 5 pouces et une longueur de 5 pieds. Les crapaudeaux sont plus légers mais plus longs : 12 à trois chambres pèsent ensemble 3 000 livres, le calibre est de 2 pouces ou 2 pouces et demi, mais la volée mesure encore 5 pieds. Les plus petits crapaudeaux ne jettent plus que des plombées, projectiles de plomb d’un pouce de diamètre. On passe ainsi progressivement du canon jetant de grosses pierres aux armes légères jetant des plombées, et finalement à la couleuvrine portative. Tous les canons, lourds ou légers, sont équipés de deux et parfois trois chambres, partie la plus fragile puisque c’est là que se fait la mise à feu.

  • 70 AD Nord, B 1957, f° 425 v° : achat à Jean Cambier de 230 000 traits d’arbalète : 50 000 dondaines, (...)
  • 71 Ph. Contamine, op. cit., p. 272, et M. Guillaume, op. cit., pp. 144-145.

26Il est difficile de faire un bilan exact de l’artillerie mobilisée pour la conduite du siège de Calais, les données des comptes de la Recette Générale ne coïncidant qu’en partie avec les inventaires des contrôleurs d’artillerie publiés par J. Garnier dans son livre sur l’artillerie des ducs de Bourgogne. Une dizaine de bombardes, environ 60 veuglaires, 55 crapaudeaux, 450 couleuvrines, telles sont les données du compte de 1436, auxquelles il faut ajouter quelques milliers de lances pour la cavalerie et plus de 450 000 traits d’arbalète70. Un armement au total très imposant pour cette première moitié du XVe siècle, correspondant au nombre de 128 canons recommandé par Christine de Pizan pour l’attaque d’une place dans son traité sur l’art de la guerre en 1410, Le livre des fais d’armes et de chevalerie, comparable aussi à l’artillerie emportée par Charles le Téméraire en 1472 pour la campagne de Gueldre, composée de 118 pièces71.

  • 72 AD Nord, B 1957, fos 413 et 400.

27Tout cet armement parvenu à Saint-Omer fut ensuite dirigé sur Gravelines, porte du Calaisis, vers laquelle avaient convergé les troupes ducales et les milices flamandes, elles-mêmes dotées de leur propre artillerie. De nombreux manouvriers menèrent les canons sur des traîneaux de Saint-Bertin jusqu’au quai de l’Aa, 48 bateaux furent réquisitionnés dans la ville de Saint-Omer, dont certains furent ensuite utilisés pour soutenir les ponts aménagés pour la traversée de l’ost et du matériel72.

Les travaux du siège

  • 73 Ibid., B 1957, fos 315 v° et 316.
  • 74 Ph. Contamine, op. cit., pp. 376-377.

28Après la prise des châteaux de Oye le 30 juin et de Marck vers le 6 juillet, l’armée prit position devant Calais, les travaux du siège purent commencer. Dans la lettre de Philippe le Bon, éditée par M. R. Thielemans, le duc prétendit qu’il n’avait pas assiégé la ville, mais l’avait seulement investie : « nous ne nous y meismes que par maniere de logis et non de siege ». Les comptes contredisent cette version et prouvent que de sérieux travaux d’approche furent réalisés. Le duc avait auparavant utilisé les services de plusieurs peintres qui avaient « paint les patrons de la scituation de la ville de Calais »73. C’est un ancien exemple de représentation cartographique dans un but stratégique74.

  • 75 AD Nord, B 1957, f° 406.
  • 76 Ibid., B 1957, f° 173 v°.

29Pour protéger la marche d’approche des assiégeants et faciliter l’emploi de l’artillerie, des boulevards furent édifiés autour de la ville jusque dans les dunes. Les boulevards étaient des terrassements de terre et de bois (dix tonneaux vides furent par exemple délivrés par le sommelier et l’échansonnerie à cet effet)75 que l’on voit construits ici à des fins offensives, alors qu’au début du XVe siècle, lors de leur apparition, ils sont plutôt intégrés au système défensif des villes. Ces boulevards étaient munis de taudis, abris de bois destinés aux hommes qui effectuaient les travaux d’approche : du bois du Boulonnais fut apporté pour ces ouvrages76. De leur côté les Gantois construisirent une bastille en bois près de la ville. C’est sa prise et le massacre de ses défenseurs le 28 juillet qui, ajoutés à d’autres causes de mécontentement, provoquèrent le départ précipité des Flamands dans la nuit qui suivit.

  • 77 Ibid., B 1957, fos 402 v° et 404 : « pour l’achat de 12 potz de terre que Philibert de Moslant fis (...)
  • 78 Ibid., B 1957, f° 306 v° : « A Claiz Van Ridem… ung patron de bois par lui fait pour monstrer a mo (...)
  • 79 Ibid., B 4097, f° 70 et B 4099,f° 85.

30Des travaux avaient aussi été réalisés pour protéger l’ost ducal installé à l’est de la ville, près des dunes : creusement de fossés par des Gantois et des manouvriers du Boulonnais77. La direction de tous ces travaux revenait à Clais van Riden, « maistre du blocquus » qui avait aussi la responsabilité des engins de siège. En 1436, il reçut 1 386 livres pour avoir amené sur quatre nefs du bois de Hollande à Gravelines et fait fabriquer un engin qui nécessitait l’emploi de 26 guindaulx (machines à tendre), et avait d’abord été présenté au duc sous forme de maquette en bois78. Les comptes de la Recette Générale de Flandre nous apprennent que ce personnage avait été retenu au service du duc à partir de mars 1430 comme « maistre ouvrier de ses blochuus et bollewercs aux gaiges et pension de cent frans » par an à prendre sur la Recette Générale de Flandre, en récompense de son service pendant les guerres de Hollande et de Zélande. Il est encore mentionné à ce poste en 1441 et 144379.

L’armée de mer

31L’investissement de la ville de Calais ne pouvait être efficace que s’il s’effectuait à la fois par terre et par mer. En 1346-1347, Edouard III n’avait réussi à fermer complètement le port qu’au bout de plusieurs mois d’efforts ; en 1436, l’entreprise de Philippe le Bon tourna court en quelques jours.

  • 80 Ibid., B 1957, fos 430-431.
  • 81 Ibid., B 1957, f° 267 v°.
  • 82 Mentionné sous le nom de Alure de Bach dans le registre. Je remercie Jacques Paviot pour cette ide (...)
  • 83 E. de Monstrelet, op. cit., t. V, p. 247.

32Les pages du registre de 1436, malgré une grande confusion dans le classement des dépenses, sont riches d’enseignements sur la provenance des bateaux et leur équipement. La flotte était menée par trois navires ducaux80. Le premier, dit « bateau d’Angleterre », était peint à la devise du duc, sa hune ornée de gris et noir. Son appellation laisse à penser qu’il avait peut-être été capturé sur les Anglais. Le deuxième vaisseau, une grande nave de Portugal, avait été arrêté dans le port de L’Ecluse parce qu’il transportait des marchandises anglaises81, il fut confié au Portugais Alvaro de Brito, chevalier et chambellan de Philippe le Bon82 et fut décoré de gris et vert. Le troisième, aux couleurs vermeil et blanc, était celui de l’amiral de Flandre Jean de Hornes, seigneur de Baucignies, qui avait le commandement de la flotte avec le commandeur de la Morée frère Foucault de Rochechouart, de l’ordre des Hospitaliers83.

  • 84 AD Nord, B 1957, fos 443 v°, 446, 430, 442 v°, 441 et 438 v°.
  • 85 Ibid., B 1957, f° 448 et B 1955, no 57 007.
  • 86 Ibid., B 1957, fos 436 v° et 447 : au mois de juin des lettres closes sont portées au seigneur de (...)

33Les trois bateaux furent équipés dans le port de L’Ecluse qui fut le lieu de concentration de toute la flotte. L’amiral de Hornes possédait aussi une nef appelée « staffe » et une barge de Nieuport, Alvaro de Brito une galiotte, et le duc plusieurs bateaux, notamment une barge d’Anvers et une grande hulque ou hourque que 26 marins étaient allés chercher à Kallo près d’Anvers, commandée par Simon Claizonne84. De plus Philippe le Bon dépensa 1 217 livres pour la fabrication d’une galée à L’Ecluse, mais ce bateau fit naufrage dans le port à cause d’une tempête, les frais de renflouage furent partagés entre le duc, les villes de Bruges et de L’Ecluse, chacun pour un tiers85. Le duc avait pensé faire appel à ses nouveaux sujets, les Hollandais, mais ceux-ci désiraient rester en bonnes relations avec l’Angleterre et, dans un souci de les ménager, il les dispensa de livrer des bateaux. Il commanda seulement en juin à Henri de Borsele, seigneur de la Vere en Zélande, trois navires avec 600 combattants. Il ne semble pas qu’ils furent livrés86.

  • 87 A. G. Jongkees, « Armement et action d’une flotte de guerre : la contribution des comtés maritimes (...)
  • 88 AD Nord, B 1957, fos 435 à 438.

34La flotte ducale, avec peut-être huit bateaux, était donc notoirement insuffisante pour bloquer le port de Calais. Aussi le duc donna-t-il l’ordre de procéder à de nombreuses réquisitions (à l’époque un navire marchand était en effet facilement transformé en vaisseau de guerre87) : deux grandes caraques italiennes, l’une de Venise avec 82 marins, l’autre de Gênes (80 marins), puis surtout des bateaux des mers du Nord et de l’Atlantique : des hourques avec des équipages de 40 à 50 hommes (neuf de Flandre, trois d’Allemagne, deux d’Espagne, une de Portugal). Neuf bateaux bretons plus petits furent aussi retenus, avec des équipages de neuf à seize personnes : cinq barges, deux baleiniers, une nef, une galiotte ainsi que trois baleiniers flamands et deux baleiniers espagnols. Le receveur de L’Ecluse dut verser la somme globale de 2 544 livres aux maîtres des navires pour les équipements de guerre et l’immobilisation dans le port pendant quinze jours de la trentaine de bateaux réquisitionnés88.

  • 89 Ibid., B 1957, fos 443 à 447.

35Tous les navires furent munis de provisions pour le « voyage de Calais », cervoise de Hollande, tonneaux de viande de bœuf et de porc salée, tonneaux de poisson, salé ou séché, beurre, farine, biscuits, fèves, pois, tourbe pour la cuisson, chandelles de suif, etc.89.

  • 90 Ibid., B 1957, fos 430 et 446.
  • 91 5 050 sont achetés à un forgeron d’Anvers à 24 s. le millier : Ibid., B 1957, f° 433 v°.
  • 92 326 barres de fer furent forgées avec 4 157 livres de fer : Ibid., B 1957,f° 432 v°.

36L’armement des navires ducaux comprenait des crapaudeaux et des couleuvrines dont on ne connaît pas le nombre car ils furent sans doute pris dans les garnisons, on mentionne seulement l’achat de 105 grosses pierres à canon, de balances et de poids pour peser la poudre et de moules pour faire des plombées90. Il y avait aussi des lances, des dardes ou demi-lances, des jusarmes, des arbalètes, et des projectiles divers, très utilisés dans les combats navals : des chausse-trapes, petits engins de fer munis de piques91 que l’on jetait des hunes sur le pont des navires ennemis, des pots de terre remplis de poudre et de chaux destinés, en se brisant, à aveugler l’adversaire, et des barres de fer d’environ 6 livres chacune92.

  • 93 Ibid., B 1957, f° 425 ; les veuglaires mesuraient 2 à 3 pieds de long et avaient 2 à 3 pouces de d (...)
  • 94 J. Garnier, op. cit., pp. 160-161.

37Certaines dépenses d’artillerie sont classées dans les dépenses de l’armée de terre, ainsi l’achat pour 24 navires de 24 petits veuglaires, 2 400 pierres de canon, 24 000 chausse-trapes, 50 000 fers d’arbalète et de demi-dondaines93. L’armement des bateaux est aussi connu par les inventaires d’août 1436, publiés par J. Garnier : un grand navire comme la nef ducale était armé de quatre gros veuglaires jetant des pierres de 5 à 6 livres, trois autres gros veuglaires, trois petits veuglaires et deux petits crapaudeaux94. Les armes à feu sont donc bien représentées à bord des bateaux bourguignons.

  • 95 AD Nord, B 1957, f° 439.
  • 96 Ibid., B 1957, f° 436.
  • 97 Ibid., B 1957, f° 441.

38Recruter des gens de guerre pour la flotte ne fut pas chose facile. Les Flamands fournissant déjà leur contribution à l’armée de terre, on fit appel aux provinces voisines : Guillaume et Albert, bâtards de Bavière, partirent en Hollande et en Zélande pour « assembler des compagnons de guerre »95. On recruta aussi des mercenaires, comme ces 180 hommes d’armes et de trait génois qui sont sous le commandement de l’écuyer Godefroid de Pensent, et cinq Grecs96. Les capitaines logèrent les combattants à L’Ecluse en attendant le départ de la flotte qui n’eut lieu que le 24 juillet : à compter de cette date, 1 400 hommes d’armes « armez et souffisamment habillez » reçoivent une solde pour 15 jours, pour « monter sur mer au port de L’Ecluse et aller a Calais effondrer les vaisseaux et faire autres exploiz de guerre a l’encontre des Angloiz »97.

  • 98 Ibid., B 1957, f° 439 v°.

39L’un des principaux objectifs de la flotte était en effet de couler dans le port de Calais quelques vieux bateaux spécialement achetés et préparés à cet effet : un crayer, un passagier et quatre busses ou bateaux de pêche furent maçonnés à l’aide de la quantité impressionnante de 102 700 briques, soit en moyenne 17 000 briques par bateau98. Ces bateaux durent être ensuite pompés jour et nuit pour être gardés à flot, ce qui immobilisa 18 personnes pendant 20 jours, uniquement pour le crayer.

  • 99 Ibid., B 1961, f° 96.

40A la flotte préparée à LEcluse, il faut ajouter des bateaux armés à Dunkerque sous la direction de Jean d’Uutkerke, chevalier, conseiller et chambellan. Un paiement de 2 000 livres lui est attribué dans le compte de 1437 pour six vaisseaux loués, six baleiniers français, un baleinier lui appartenant qui fut d’ailleurs perdu, et deux busses à « effondrer » au port de Calais. Il entretint aussi des combattants à Nieuport et Dunkerque99.

  • 100 Ibid., B 1957, fos 445 v°, 446 et 444.
  • 101 E. de Monstrelet, op. cit., t. V, p. 241.
  • 102 H. Lamb, Climate : Present, past and future, vol. II, 1977, pp. 456-458.

41Les comptes montrent donc que la flotte était prête au début du mois de juillet, mais qu’elle resta immobilisée dans le port de L’Ecluse. En effet, alors que le siège de Calais par terre était commencé depuis le 9 juillet, elle ne prit la mer que le 24, ce qui provoqua la colère des milices flamandes. Le duc, écrit Monstrelet, tenta de leur expliquer que des vents contraires retardaient le départ des navires, mais sans succès. Et pourtant les comptes montrent qu’il ne s’agissait pas de vaines excuses. En ce mois de juillet, le vent soufflait en tempête et le débarquement du duc de Gloucester à Calais fut lui-même reporté au début du mois d’août. Dans le port de L’Ecluse, une barge échoua « par la fortune du grant tempete et vent », de même qu’un crayer maçonné ; un baleinier se brisa et dut être refait100. On sait aussi que la galée construite par le duc fit naufrage dans le port. Monstrelet rapporte qu’au début de la campagne, lorsque les Flamands se logèrent entre Gravelines et Tournehem, ils ne purent tendre leurs tentes à cause du « terrible temps de pluie et de vent ». Le même jour un loup avait semé l’effroi dans le camp des Brugeois101. Selon l’historien du climat, H. H. Lamb, la décennie 1430-1440 fut désastreuse dans la plus grande partie de l’Europe, avec des hivers très froids et des étés perturbés102 : sans aucun doute les conditions météorologiques de l’été 1436 ne favorisèrent pas les visées de Philippe le Bon.

  • 103 M. R. Thielemans, op. cit., p. 100 : de 200 à 360 bateaux selon les chroniqueurs.
  • 104 J. Garnier, op. cit., p. 165 : « despenses d’artillerie despensée et perdue au logis devant Calaix (...)

42L’expédition navale se solda par un échec complet : les six bateaux coulés à trop faible profondeur dans le port de Calais furent détruits et brûlés par les Calaisiens à marée basse, et le 27 juillet la flotte repartit vers L’Ecluse, ne pouvant tenir la mer à cause du mauvais temps. Elle n’aurait sans doute pas été capable d’affronter avec succès la flotte anglaise qui traversa le détroit au début du mois d’août avec des bâtiments au moins quatre fois plus nombreux103. Le soir du 28 juillet, après la destruction de leur bastille, les Flamands abandonnèrent le siège, « a minuit et en desroy »104, bientôt suivis par le duc et les contingents de nobles. La précipitation fut telle qu’une partie des canons dut être laissée sur le terrain, « par defaut de chevaulx et charroy pour les emmener », notamment « trois grosses bombardes qui furent amenées du pays de Hollande », des chariots, des cordages, des manteaux de bombardes, plusieurs veuglaires et crapaudeaux.

Guerre et activité économique

43Le bilan du siège ne peut cependant être considéré comme totalement négatif car, les comptes le montrent bien, la mise en œuvre de cette opération a procuré du travail pendant plusieurs semaines à une nombreuse population de marchands, artisans, manœuvres, dont les centaines de noms sont mentionnés dans les registres, suivis souvent de leur origine géographique. Il apparaît ainsi que le siège de Calais ne mobilisa pas seulement les Flamands, mais aussi les ressources en hommes et en travail d’une bonne partie des Etats bourguignons.

  • 105 C. Gaier, op. cit., pp. 245-249.
  • 106 AD Nord, B 1957, fos 334, 410, 432, 433.
  • 107 Ibid., B 1957, fos 419 v°, 420, 420 v°, 402, 405 et 67 v°.
  • 108 Ibid., B 1957, f° 413.
  • 109 Ibid., B 1957, fos 389, 420, 421.

44La première profession concernée était, bien sûr, celle des fabricants d’armes, qui apparaissent sous les noms les plus variés : artilleur, fèvre, maréchal, fondeur, forgeur, ferronnier, lancier, serrurier, sans que le mot soit le signe d’une quelconque spécialisation, sauf peut-être pour les lanciers ou « faiseurs de lances ». Les ouvriers du fer, comme l’a montré C. Gaier105, étaient en fait polyvalents et travaillaient à la commande : ainsi les diverses variétés de traits étaient fabriquées aussi bien par des artilleurs que par des forgeurs de flèches ou des maréchaux106. Les centres de fabrication le plus fréquemment sollicités sont Bruges, Anvers, Saint-Omer et Arras. Les commandes importantes, ainsi que la direction des convois d’artillerie, étaient assurées par des canonniers aux gages du duc comme Hanart Flandrine, artilleur de monseigneur, ou Pierre Dolme et Gerequin de Heusdem, tous deux maîtres canonniers107. Ils étaient aussi chargés du recrutement de canonniers et de couleuvriniers pour le temps de la campagne. A chaque canon était affecté un canonnier, comme « Barthélémy le couleuvrinier, maistre de la bombarde de fer »108. Ces spécialistes ne furent pas seulement recrutés dans la région : on trouve un Jehan Mareschal, canonnier de Dijon et son valet pour service devant Calais de juin à août 1436, et de nombreux canonniers allemands, comme cinq canonniers de Strasbourg, ou maistre Henry, canonnier de l’ordre de Prusse109.

  • 110 A. Derville (dir.), Histoire de Béthune et de Beuvry, Editions des Beffrois, 1985, pp. 15 et 91, e (...)
  • 111 AD Nord, B 1957, f° 396 v°.

45Une partie des munitions était prise dans les garnisons et transportée avec les bombardes, mais beaucoup étaient fabriquées sur place. La région offrait ses ressources, avec les carrières de grès de Béthune, exploitées par ailleurs pour les constructions et le pavage des routes. Maçons et tailleurs de pierre étaient groupés en confrérie, ils se déplacent nombreux à Saint-Omer pour tailler les pierres de bombardes et de veuglaires110 à l’aide de moules de fer fournis par les fèvres111.

  • 112 Ex. : AD Nord, B 1957, f° 399 : « a trois charpentiers et neuf compagnons d’Esperlecque pour avoir (...)
  • 113 Ibid., B 1957, f° 435. Cinq charpentiers de Namur sont à L’Ecluse début juillet. Louage d’un cheva (...)
  • 114 Ibid., B 1957, f° 397 : un tonnelier de Saint-Omer livre des tonnelets à poudre, des caques pour m (...)
  • 115 Ibid., B 1957, f° 434.

46L’utilisation de toutes les armes de guerre supposait une large consommation de bois : surtout pour les affûts et manteaux des pièces d’artillerie et les catapultes, mais aussi pour les manches de couleuvrine, les armes de trait, les pavois, les tonneaux de poudre ou de flèches. Lors du siège de Calais, les forêts de la région furent mises à contribution : bois de Rihoult, forêts d’Eperlecques, de Tournehem, de Boulogne112. Certains charpentiers se déplacent de loin pour effectuer des travaux de commande : à LEcluse des « engins volants » sont fabriqués par des charpentiers d’Arras et de Namur qui ont fait transporter leurs outils113. Les objets de plus petite dimension sont achetés aux tonneliers, aux futaillers et aux « ouvriers de taillant »114. Les cordiers peuvent être aussi comptés parmi les fournisseurs d’armement, pour les cordes des arcs et des arbalètes, les câbles employés pour le fonctionnement des catapultes ou ceux qui lient les canons sur les chariots pendant les transports. Les cordes sont vendues à l’unité ou au poids et leur place dans les dépenses est loin d’être négligeable, comme en témoignent les 64 livres payées à un cordier de L’Ecluse pour de gros câbles dont deux pèsent plus de cent kilos115.

  • 116 Ibid., B 1957, f° 433.
  • 117 Ibid, B 1957, fos 395, 410, 411, 417.

47Dans les comptes apparaissent encore les ouvriers du cuir ou gainiers (pour les étuis de cuir contenant des outils ou des moules de pierre pour la fabrication des plombées par exemple116), les chandeliers ou graissiers, les lanterniers et enfin des merciers qui, comme à l’accoutumée, vendent les objets les plus divers : flèches, graisse, acier, canevas pour tentes117.

  • 118 Ibid., B 1957, f° 397.

48Les conducteurs de chariots ont aussi été mobilisés par dizaines : ce sont les voituriers ou charretons, auxquels sont souvent associés dans les comptes les charrons pour de nombreuses réparations et fournitures de ferrures. A côté des chariots, on remarque l’emploi de camions à six roues et sans chevaux pour charrier du bois118.

49Deux régions ont surtout bénéficié de l’afflux subit de commandes et d’offres d’emploi, celle de Bruges-L’Ecluse pour les fournitures de la flotte, celle de Saint-Omer à cause de l’arsenal de Saint-Bertin et des travaux du siège. Ces derniers ont aussi mobilisé de nombreux habitants des villages (Blendecques, Eperlecques, Bredenarde, Tournehem) employés comme pionniers et manouvriers. L’animation a enfin touché, plus brièvement, les régions traversées par les convois d’artillerie, et des villes plus éloignées pour des productions ou une main-d'œuvre spécialisée (cordes et artillerie d’Anvers, charpentiers et tailleurs de pierres de Namur). Par contre des villes importantes, situées en dehors du théâtre des opérations, n’ont reçu aucune commande, c’est le cas de Lille, Gand et Bruxelles.

  • 119 Le Livre des trahisons de France, éd. Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l’histoire de l (...)

50Le siège de Calais a donc été une opération de très vaste envergure, coûteuse, et dans laquelle ont été entraînés d’une manière ou d’une autre tous les Etats bourguignons. Certes les comptes de la Recette Générale ne donnent pas une vision globale de l’ensemble des préparatifs, puisqu’ils ne font pas ressortir la prédominance de la Flandre pour la participation en hommes de guerre. Ils mettent au contraire l’accent sur le nombre et la dispersion géographique des centres concernés par les dépenses en main-d'œuvre et en matériel. En même temps ils font apparaître plusieurs faiblesses de l’organisation administrative et militaire de l’Etat bourguignon : difficultés pour réunir l’argent nécessaire au paiement des gens d’armes, lenteur de la mobilisation en hommes et en matériel, comme le montre le retard dans l’arrivée de l’artillerie et des troupes de Bourgogne, et surtout grave insuffisance de la flotte, gênée, il est vrai, aussi par l’état de la mer. En fait l’ensemble de l’entreprise souffrit d’un manque de coordination pour assurer à la date choisie la concentration de toutes les forces et le blocus par mer, situation déjà reconnue par les contemporains, comme l’auteur anonyme du Livre des Trahisons : « toute l’armée, tant nobles comme communes, tirèrent devant Calais, et y mirent aucunement siège, mais c’estoit labouré en vain, puisqu’ils n’estoient pas enclos du costé de la mer »119.

Carte 1. Itinéraire des convois d’artillerie vers Saint-Omer (juin-juillet 1436)

Notes

1 E. de Monstrelet, Chronique, 1400-1444, éd. L. Doüet d’Arcq, SHF, t. V, 1861, p. 214.

2 M. R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas Bourguignons et l’Angleterre. 1435-1467, Bruxelles, 1966, pp. 65-107 et R. Vaughan, Philip the Good. The apogee of Burgundy, Londres, 1970, pp. 74-84.

3 M. Mollat, Comptes Généraux de l’Etat bourguignon entre 1416 et 1420, Recueil des historiens de la France, documents financiers, t. V, 1965, p. xliii. La livre tournois est employée par l’auteur à fin de comparaison avec les finances royales. Dans la suite de cet article, la livre est la livre de 40 gros de Flandre.

4 AD Nord, B 1957, Huitième et dernier compte de Jean Abonnel, dit Le Gros.

5 M. A. Arnould, « Une estimation des revenus et des dépenses de Philippe le Bon en 1445 », Acta Historica Bruxellensia, t. III, pp. 146-147.

6 J. Ruckebusch, Les finances de Philippe le Bon à l’époque de la paix d’Arras, Diplôme d’Etudes Supérieures, Lille, 1954, pp. 37-39.

7 AD Nord, B 1957, f° 78 v° : 100 philippus du chapitre de Tournai ; f° 83 : 80 philippus du couvent de Saint-Amand en Pévèle ; f° 84 : 5 700 livres de maître Jean Bars, doyen de Furnes, « commis a recevoir l’ayde… des prelats et gens d’eglise du pays de Flandre… pour aider le duc a supporter ses affaires pour la recouvrance de Calais ».

8 Cf. les dépenses engagées par la ville d’Audenarde dans M. Guillaume, « Histoire de l’organisation militaire sous les ducs de Bourgogne », Mémoires couronnés par l’Académie de Belgique, t. XXII (1846-1847), pp. 81-82.

9 M. R. Thielemans, op. cit., pp. 82-83.

10 AD Nord, B 1957, fos 66 à 71 : 19 084 livres + 8 000 philippus (9 600 livres).

11 J. Ruckebusch, op. cit., p. 38.

12 AD Nord, B 1957, f° 176 v°.

13 D. Desmedt, Les emprunts de Philippe le Bon, Diplôme d’Etudes Supérieures, Lille, 1956.

14 M. Gachard, Inventaires des archives de la Belgique. Chambre des Comptes, t. V, 1879, p. 77, no 33527 : Compte, rendu par Bertrand Jacquier, des sommes prêtées par les habitants de Courtrai pour l’expédition entreprise par Philippe le Bon contre la ville de Calais en 1436. Et no 33528 : Compte, rendu par Guillaume van Steeland, clerc de la ville de Courtrai, des accises levées pendant trois ans, en vertu d’un octroi du duc de Bourgogne, pour rembourser les sommes qui lui avaient été prêtées à l’occasion de son entreprise contre Calais.

15 AD Nord, B 1957, fos 80 et 84 bis : respectivement 12 000 et 1 000 saluts d’or de 46 gros monnaie de Flandre. L’année suivante, la duchesse reçut en remboursement 1175 livres : AD Nord, B 1961, f° 43 v°.

16 AD Nord, B 1957, f° 84 ter.

17 Par exemple 8 000 livres prêtées sur l’aide de Zélande par Henri van Borsele, seigneur de Vere, rentemaître de Zélande : ibid., B 1957, f° 70 v°.

18 M. Canat, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Bourgogne, t. I, Chalon-sur-Saône, 1863, pp. 374-375.

19 J. Ruckebusch, op. cit., p. 62.

20 AD Nord, B 1957, f° 172 v°.

21 Ibid., B 1957, f° 175 : le 17 juillet de Gravelines à Saint-Omer pour que Jean de Dienat, receveur général d’Artois, apporte les 5 500 francs que l’on attend « pour le paiement des gens d’armes et de trait estant devers monseigneur ».

22 Ibid., B 1957, f° 176 v° : le 23 juillet, pour l’aide d’Amiens.

23 Ibid., B 1957,f° 170 v°.

24 Cette difficulté avait déjà été soulignée par B. Schnerb dans « Un aspect de la politique financière de Jean sans Peur : la question des dépenses de guerre », Publication du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), no 27 (1987), pp. 113-128.

25 M. R. Thielemans, op. cit., p. 91.

26 R. Vaughan, op. cit., p. 80.

27 M. R. Thielemans, op. cit., et « Une lettre missive inédite de Philippe le Bon concernant le siège de Calais », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, t. CXV (1950), pp. 285-296. L’auteur pensait que cette lettre était adressée au comte de Richemont pour obtenir les renforts de troupes royales que le duc avait refusés peu avant le siège, mais R. Vaughan a montré que le destinataire était en réalité Charles de Bourbon : op. cit., pp. 81-82.

28 Par exemple, AD Nord, B 1957, f° 454.

29 A. Derville et A. Vion (dir.), Histoire de Calais, Editions des Beffrois, 1985, p. 74.

30 R. Vaughan, op. cit., p. 76 et M. R. Thielemans, op. cit., pp. 91-92.

31 AD Nord, B 1957, fos 456 v° et 457.

32 Ibid., B 1957, fos 460 v° à 462 v°.

33 Ibid., B 1957, fos 464 à 468.

34 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne d’après les documents conservés aux archives de la Côte d’Or, Paris, 1895, p. 151.

35 AD Nord, B 1957, f° 464 : avec lui 4 chevaliers bannerets, 16 bacheliers, 517 hommes d’armes et 1 078 hommes de trait, soit 1 615 hommes ou 1 100 paies au prix de 12 francs monnaie d’or chacune par mois.

36 AD Nord, B 1957, f° 43 v°.

37 R. Vaughan, op. cit., p. 327.

38 M. Canat, op. cit., p. 375.

39 AD Nord, B 1957, f° 176 v°.

40 Ibid., B 1957, f° 177 v°.

41 Ibid., B 1957, f° 317.

42 M. R. Thielemans, op. cit., p. 91.

43 AD Nord, B 1957, fos 479 v° et 480. La carrière exemplaire de Pierre de Bauffremont a été retracée par M.-Th. Caron dans La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1987, pp. 315-352.

44 AD Nord, B 1957, f° 478.

45 Ibid., B 1957, f° 51 v° : de Jehan Guilbaut, trésorier du Boulonnais, « 200 frans en deniers paiés a messire Pierre de Beffroymont, seigneur de Charny, du pour lui aidier a parfaire ung ballenier que ledit seigneur de Charny fait faire a Boullongne sur la mer ».

46 B. Schnerb, Les Armagnacs et les Bourguignons. La maudite guerre, Paris, 1988, p. 66.

47 A. Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer, Lille, 1981, p. 33.

48 AD Nord, B 1957, fos 414 v°, 415, 410.

49 Ibid., B 1957, fos 413 et 416.

50 Ibid., B 1957, fos 396 v°.

51 Ibid., B 1957, fos 426 v° et 427.

52 Ibid., B 1957, f° 426 v° : « pour avoir amené icelle bombarde du Haut Pont de Saint-Omer a Saint-Bertin ». Cf. aussi J. Garnier, op. cit., pp. 158-159 : « Inventoire fait le 3e aout 1436 par Phelibert de Moulant, escuier d’escuierie de monseigneur le duc de Bourgoingne, Jehan de Rocheffort, maistre de l’artillerie et Mahieu des Pretz, contreroleur des artilleries du duc, des artilleries de l’abbaye de Saint-Bertin en la ville de Saint-Omer » : « une bombarde de fer qui a esté rompue devant Marc et laquelle on refait a Saint-Omer ». Philibert de Moulant avait été dans les années 1427-1431 maître de l’artillerie du roi d’Angleterre en France : C. t. Allmand, « L’artillerie de l’armée anglaise et son organisation à l’époque de Jeanne d’Arc », Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, colloque d’histoire médiévale (Orléans, 1979), Paris, 1982, pp. 78 et 82.

53 AD Nord, B 1957, fos 417 à 419 v°.

54 Ibid., B 1957, fos 397 à 398 v°.

55 J. Garnier, op. cit., p. 151.

56 AD Nord, B 1957, fos 388 v° à 394 v°.

57 C. Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du XIIIe à la fin du XVe siècle, Paris, 1973, p. 306, et Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, pp. 268-269.

58 J. Garnier, op. cit., p. 159.

59 C. Gaier, op. cit., p. 288.

60 Ph. Contamine, op. cit., pp. 334-335.

61 AD Nord, B 1957, f° 397 v°.

62 Ibid., B 1957, f° 399.

63 Ibid., B 1957, fos 315 et 319 v°. Notons que ces dépenses sont incluses dans le chapitre des « achats de chevaux, harnoiz, voitures, painture, cordouannerie ».

64 AD Nord, B 1957, f° 315.

65 Ibid., B 1957, fos 419 v° et 420.

66 J. F. Finó, Forteresses de la France médiévale, Paris, 1967, p. 278 et M. Sommé, « L’artillerie et la guerre de frontière dans le Nord de la France de 1477 à 1482 », Publications du centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), no 26 (1986), p. 62.

67 Dans l’artillerie bourguignonne, le pied et sa subdivision le pouce étaient de petite dimension : 276 mm et 23 mm. Cf. M. Sommé, « Les mesures dans l’artillerie bourguignonne au XVe siècle », Cahiers de Métrologie, t. VII (1989), pp. 43-53.

68 AD Nord, B 1957, f° 396 « A Jean Lof, fevre demourant a L’Ecluse, pour 18 veuglaires chacun fourni de 3 chambres et enchassiez en bois »… 60s. pièce… 54 livres ; et f° 301 v° : achat à Jean Cambier de 4 gros veuglaires de deux grosseurs pour une somme de 200 livres ; également de 6 crapaudeaux pour 36 livres et de 12 couleuvres pour 24 livres.

69 AD Nord, B 1957, f° 425 v°. Sur Jean Cambier, cf. C. Gaier, op. cit.

70 AD Nord, B 1957, f° 425 v° : achat à Jean Cambier de 230 000 traits d’arbalète : 50 000 dondaines, 60 000 demi-dondaines et 120 000 traits communs, « avec les futz et les fers ».

71 Ph. Contamine, op. cit., p. 272, et M. Guillaume, op. cit., pp. 144-145.

72 AD Nord, B 1957, fos 413 et 400.

73 Ibid., B 1957, fos 315 v° et 316.

74 Ph. Contamine, op. cit., pp. 376-377.

75 AD Nord, B 1957, f° 406.

76 Ibid., B 1957, f° 173 v°.

77 Ibid., B 1957, fos 402 v° et 404 : « pour l’achat de 12 potz de terre que Philibert de Moslant fist achetter pour boire la servoise que monseigneur fist donner aux Flamands de Gand qui ouvraient aux fossez de l’ost ».

78 Ibid., B 1957, f° 306 v° : « A Claiz Van Ridem… ung patron de bois par lui fait pour monstrer a mondit seigneur la maniere de l’engien qu’il devoit faire d’icellui bois, 14 gros ».

79 Ibid., B 4097, f° 70 et B 4099,f° 85.

80 Ibid., B 1957, fos 430-431.

81 Ibid., B 1957, f° 267 v°.

82 Mentionné sous le nom de Alure de Bach dans le registre. Je remercie Jacques Paviot pour cette identification. Alvaro de Brito avait accompagné en Flandre Isabelle de Portugal et s’était mis au service du duc de Bourgogne. J. Paviot, « Portugal et Bourgogne au XVe siècle. Essai de synthèse ». Arquivos do Centro Cultural Português, t. XXVI (1989), pp. 121-143.

83 E. de Monstrelet, op. cit., t. V, p. 247.

84 AD Nord, B 1957, fos 443 v°, 446, 430, 442 v°, 441 et 438 v°.

85 Ibid., B 1957, f° 448 et B 1955, no 57 007.

86 Ibid., B 1957, fos 436 v° et 447 : au mois de juin des lettres closes sont portées au seigneur de la Vere avec 300 ridders d’or « pour faire apprester et appareiller 3 nefs atout 600 combattans ».

87 A. G. Jongkees, « Armement et action d’une flotte de guerre : la contribution des comtés maritimes à l’armée générale des pays de par-de-ça en 1477 », Publication du centre européen d’études bourguignonnes (ΧIVe-XVIe s.), no 26 (1986), pp. 71-96.

88 AD Nord, B 1957, fos 435 à 438.

89 Ibid., B 1957, fos 443 à 447.

90 Ibid., B 1957, fos 430 et 446.

91 5 050 sont achetés à un forgeron d’Anvers à 24 s. le millier : Ibid., B 1957, f° 433 v°.

92 326 barres de fer furent forgées avec 4 157 livres de fer : Ibid., B 1957,f° 432 v°.

93 Ibid., B 1957, f° 425 ; les veuglaires mesuraient 2 à 3 pieds de long et avaient 2 à 3 pouces de diamètre, ils pesaient ensemble 5 000 livres et coûtèrent 375 livres, ce qui donne un prix moyen de 15 livres.

94 J. Garnier, op. cit., pp. 160-161.

95 AD Nord, B 1957, f° 439.

96 Ibid., B 1957, f° 436.

97 Ibid., B 1957, f° 441.

98 Ibid., B 1957, f° 439 v°.

99 Ibid., B 1961, f° 96.

100 Ibid., B 1957, fos 445 v°, 446 et 444.

101 E. de Monstrelet, op. cit., t. V, p. 241.

102 H. Lamb, Climate : Present, past and future, vol. II, 1977, pp. 456-458.

103 M. R. Thielemans, op. cit., p. 100 : de 200 à 360 bateaux selon les chroniqueurs.

104 J. Garnier, op. cit., p. 165 : « despenses d’artillerie despensée et perdue au logis devant Calaix ».

105 C. Gaier, op. cit., pp. 245-249.

106 AD Nord, B 1957, fos 334, 410, 432, 433.

107 Ibid., B 1957, fos 419 v°, 420, 420 v°, 402, 405 et 67 v°.

108 Ibid., B 1957, f° 413.

109 Ibid., B 1957, fos 389, 420, 421.

110 A. Derville (dir.), Histoire de Béthune et de Beuvry, Editions des Beffrois, 1985, pp. 15 et 91, et AD Nord, B 1957, fos 400 et suiv.

111 AD Nord, B 1957, f° 396 v°.

112 Ex. : AD Nord, B 1957, f° 399 : « a trois charpentiers et neuf compagnons d’Esperlecque pour avoir esquarry au bois de Bello tout le marrien qui a esté coppé et abatu pour les culees, affustemens et manteaux des bombardes et gros veuglaires ».

113 Ibid., B 1957, f° 435. Cinq charpentiers de Namur sont à L’Ecluse début juillet. Louage d’un cheval et salaire d’un homme « qui amena outils et ferraiges depuis Namur ».

114 Ibid., B 1957, f° 397 : un tonnelier de Saint-Omer livre des tonnelets à poudre, des caques pour menue artillerie et des pavois.

115 Ibid., B 1957, f° 434.

116 Ibid., B 1957, f° 433.

117 Ibid, B 1957, fos 395, 410, 411, 417.

118 Ibid., B 1957, f° 397.

119 Le Livre des trahisons de France, éd. Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, Commission Royale d’Histoire, Bruxelles, 1873, p. 211.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Itinéraire des convois d’artillerie vers Saint-Omer (juin-juillet 1436)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Université Charles de Gaulle (Lille III)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter