Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

La préparation des opérations militaires au début du xve siècle : l’exemple d’un document prévisionnel bourguignon

Bertrand Schnerb

Texte intégral

  • 1 Voir les prévisions pour une expédition terrestre et navale en Gascogne en 1327. M. Jusselin, « Com (...)

1Les préparatifs guerriers ont parfois donné lieu, aux XIVe et XVe siècles, à l’établissement de documents prévisionnels. La plupart du temps, ces documents sont de type financier ; ils se présentent sous forme d’estimations aussi précises que possible des besoins en argent, en hommes et en matériel de guerre jugés nécessaires pour l'organisation d’une expédition militaire ; les archives financières de la Monarchie française en offrent plusieurs exemples1.

  • 2 AD Côte-d’Or, B 11721.

2Des documents du même type ont également été élaborés dans l’entourage des ducs de Bourgogne : ainsi pour la première moitié du XIVe siècle, on trouve dans l’ancien fonds de la Chambre des comptes de Dijon un état prévisionnel très succinct d’une partie du matériel que les conseillers du duc Eudes IV doivent se procurer pour la guerre du comté de Bourgogne de 13362.

  • 3 Voir J. Finot, « Projet d’expédition contre les Turcs préparé par les conseillers du duc de Bourgog (...)
  • 4 Y. Lacaze, « Philippe le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon en 1428-142 (...)

3Les documents prévisionnels bourguignons se font plus nombreux et plus détaillés à partir de la seconde décennie du XVe siècle. On sait que les projets de croisade de Philippe le Bon ont ainsi donné lieu à l’établissement d’états prévisionnels, notamment pour l’artillerie et l’affrètement de navires3. Certains documents relatifs à la croisade sont très complets et vont parfois au-delà des simples détails matériels de l’organisation d’une armée, concernant aussi les préparatifs diplomatiques et financiers de l’expédition projetée4.

4Le document inédit que je voudrais présenter ici ne se rattache pas à la catégorie des pièces à vocation purement financière et envisage la question de la préparation des opérations de guerre sous un angle relativement inhabituel. Il concerne la guerre de Hollande de 1426-1427 et est intitulé « Memoire de ce que le sire de Lille Adam demande à mon très redoubté seigneur ou cas qu’il lui plaira qu’il demeure par deça ».

  • 5 Sur la guerre de Hollande, voir R. Vaughan, Philip the Good, the apogee of Burgundy, Londres, 1970, (...)

5Comme ce titre l’indique, il s’agit d’un document prévisionnel établi par Jean de Villiers, seigneur de l’Isle-Adam. Ce personnage, originaire d’Ile-de-France, entré au service du duc de Bourgogne Jean sans Peur en 1417, a rempli les fonctions de maréchal de France de 1418 à 1421 ; il est, en 1426, conseiller et chambellan du duc Philippe le Bon. Cette année-là, le duc de Bourgogne aux prises, en Hollande, avec les partisans de la comtesse Jacqueline de Bavière, se dispose, après les interventions armées marquées par la victoire de Brouwershaven (13 janvier 1426) et la conquête de plusieurs villes et forteresses tant en Zélande qu’en Hollande, à confier au seigneur de l’Isle-Adam la mission de tenir les places fortes conquises (octobre 1426)5. Ce capitaine remet alors au duc un mémoire dans lequel il expose en dix points les conditions qu’il juge nécessaires à l’accomplissement de la mission qui lui est confiée.

  • 6 AD Côte-d’Or, B 486-2. Sous cette même cote on trouve trois documents financiers concernant la guer (...)

6Ce document prévisionnel fait partie d’une fiasse de pièces concernant les principautés du Nord conservée aujourd’hui aux archives départementales de la Côte-d’Or. Il a été découvert et identifié par Madame J. Sornay qui me l’a très obligeamment signalé. On me permettra de lui exprimer ici ma gratitude6.

  • 7 AD Nord, B 1935, f° 86 r°.

7Une mention dans un compte de la recette générale de toutes les finances pour l’année 1426 nous apprend qu’au mois d’octobre de cette année, dans la ville de Leyden où il réside alors, Philippe le Bon, s’apprêtant à quitter la Hollande pour rentrer en Flandre, a choisi le seigneur de l’Isle-Adam pour être « en son absence gouverneur dudit pays »7. C’est, à n’en pas douter, à Leyden même et juste avant sa nomination que l’Isle-Adam a remis au duc de Bourgogne ce mémoire en dix articles qui résume les conditions posées par le capitaine en préalable à l’acceptation de sa mission.

8Il est possible de regrouper ces dix articles en quatre points :

  1. les conditions d’exercice du commandement ;

  2. les moyens militaires mis en œuvre ;

  3. les modalités de paiement des troupes ;

  4. la diplomatie.

9Examinons successivement ces quatre points.

1. Les conditions d’exercice du commandement

10Elles sont abordées dans plusieurs articles : en premier lieu, le seigneur de l’Isle-Adam demande au duc de lui donner un « pouvoir » (entendons une lettre de commission), dont la forme et la teneur seront déterminées par le duc et son conseil [art. 6]. Ce « pouvoir » est sans doute destiné, dans l’esprit de l’auteur du mémoire, à officialiser, aux yeux des capitaines et gens de guerre bourguignons, et peut-être aussi aux yeux des Hollandais, la mission confiée par le prince.

11Conscient des nécessités locales, le seigneur de l’Isle-Adam, qui n’est pas néerlandophone, réclame un « secrétaire qui sache parler les deux langages ». Méfiant, il exige en outre que cet interprète soit assermenté et qu’il jure en particulier de n’écrire aucune lettre sans lui en référer [art. 4].

12Prévoyant et prudent, l’Isle-Adam exige en outre qu’un certain nombre de garanties lui soit donné par écrit : il demande tout d’abord au duc de Bourgogne de lui remettre d’emblée un acte par lequel il sera dégagé de toute responsabilité au cas où, par faute de paiement, les gens de guerre qu’il tiendra sous son commandement se « départent du pays ». Ne se jugeant pas en mesure d’éviter, dans de telles conditions, une désertion en masse, notre capitaine cherche à se mettre à l’abri des reproches dont son « honneur » et celui de ses compagnons pourraient souffrir [art. 2].

13Une autre garantie exigée concerne les éventuels secours dirigés vers la Hollande dans le cas où le seigneur de l’Isle-Adam devrait faire face à un soulèvement général ou bien dans le cas où il serait assiégé dans l’une des places fortes du comté de Hollande. Le duc de Bourgogne devra s’engager par promesse à venir lui-même porter secours à son capitaine dans un délai d’un mois après que ce dernier lui aura fait parvenir une demande d’aide. Le duc devra promettre en outre, qu’au cas où il serait absent des « marches de Picardie ou de France », il enverra à sa place Jean de Luxembourg en personne – c’est-à-dire son principal chef de guerre –, et celui-ci devra, lui aussi, promettre son aide par un acte scellé qui devra être remis entre les mains du seigneur de l’Isle-Adam dès que le duc aura « passé la mer » pour regagner la Flandre.

  • 8 Nicolas Rolin, chancelier depuis décembre 1422.
  • 9 Louis de Chalon, prince d’Orange.
  • 10 Jean, seigneur de Toulongeon, maréchal de Bourgogne depuis 1422, mort en juillet 1427.

14Ces sûretés ne semblent pas encore suffisantes pour rassurer l’Isle-Adam qui exige encore que le chancelier du duc de Bourgogne8, le prince d’Orange9, le maréchal de Bourgogne10 et tous les autres capitaines qui sont alors présents en Hollande s’engagent eux-aussi, par lettres scellées à la chancellerie ducale, à lui prêter main-forte dans les cas de nécessité qu’il a définis [art. 3].

2. Les moyens militaires mis en œuvre

15Le seigneur de l’Isle-Adam estime que l’effectif des troupes devra s’élever à deux mille combattants [art. 1] ; cette armée devra disposer de l’ensemble des canons et des réserves de poudre ainsi que de toute « l’artillerie à main » qui sont alors « par deça », entendons en Hollande. L’Isle-Adam recevra cette artillerie « par inventaire » et en garnira les places fortes qu’il tiendra [art. 8].

16A propos des places fortes, l’article 5 de ce mémoire est très précis et montre, tout comme les autres articles, les garanties exigées par un capitaine prudent qui veut éviter toute contestation de son autorité : dans cet article, en effet, l’Isle-Adam exige d’avoir « en ses mains » toutes les places fortes du comté de Hollande contrôlées alors par les Bourguignons ; il cite dans le corps du texte celles dont il connaît les noms : Hourde (Woerden), Mire (Meerkerk ?) et Wispe (Weesp), ainsi qu’une quatrième place dont il ignore le nom et qu’il désigne comme « une autre place qui est emprès Uutret, laquelle messire Baudo de Noyelle et Jean de Bonneres prindent ». Ces quatre villes-forteresses seront avec Sequidem (Schiedam) et Rosterden (Rotterdam), les points d’appui où il a l’intention de « bouter » ses compagnons pour tenir le pays. Il demande que ceux qui tiennent ces places au nom du duc de Bourgogne reçoivent l’ordre de les lui remettre [art. 5].

  • 11 Cité par R. Degryse, « De admiraals en de eigen marine van de Bourgondische hertogen, 1384-1488 », (...)

17En dernier lieu, le seigneur de l’Isle-Adam réclame un soutien naval, sous forme d’un « ballenier de guerre » dont la mission consistera à intercepter les navires venant « du côté de la Frise » pour ravitailler Utrecht (c’est-à-dire par le Zuiderzee) [art. 7]. Il n’est pas inintéressant de relever le fait que, sur ce point, il est possible d’affirmer que le duc de Bourgogne a donné satisfaction à son capitaine puisque le compte du receveur comtal de l’Ecluse pour l’exercice 1426-1427 mentionne les dépenses effectuées « pour l’abillement et estorrement d’un balengier que au mois d’octobre derrain passé [1426] monseigneur le duc de Bourgongne feist acheter et envoya par le port de l’Escluse devers monseigneur de Lille Adam ou pays de Hollande »11. Cette mention prouve que les mesures préconisées dans le document prévisionnel en question ont été, en partie du moins, mises en application.

3. Les modalités de paiement des troupes

18Dès l’article 1 du mémoire, le seigneur de l’Isle-Adam demande que les deux mille combattants qu’il tiendra sous son étendard soient « payés et contentés » de ce qui leur sera dû pour le voyage. Entendons qu’il réclame le paiement d’un prêt sur leurs gages. Il lui semble également nécessaire que ses gens de guerre et lui soient payés « de mois en mois » avec une régularité dont il veut être assuré car il craint, comme nous le savons, que, faute de paiements réguliers, son armée se disloque [art. 1 et 2].

19Pour lui-même, l’Isle-Adam demande enfin un « estat » d’un montant suffisant pour lui permettre de se « maintenir honorablement » compte tenu des grands frais qu’il sera contraint de soutenir en Hollande [art. 9].

4. La diplomatie

20Pour un homme de guerre comme l’Isle-Adam, les relations diplomatiques ne sont évidemment pas des préoccupations prioritaires. Elles ne sont évoquées que par une mention très brève, rejetée au dernier article du mémoire ; le capitaine bourguignon demande simplement que des instructions lui soient données pour lui permettre de savoir quelle attitude il doit adopter, durant l’exercice de sa mission, à l’égard d’Arnold d’Egmont, duc de Gueldre, alors allié au duc de Bourgogne contre Jacqueline de Bavière [art. 10].

21Ce document prévisionnel est, on le voit, intéressant à plus d’un titre : il nous renseigne sur la préparation d’une opération militaire en nous faisant connaître les préoccupations d’un chef de guerre, dont il éclaire en outre la psychologie. On sent très bien que les réflexions du seigneur de l’Isle-Adam sont le fruit de l’expérience. La multiplication des garanties exigées dénote une prudence tant stratégique que tactique. Les mesures militaires et financières répondent au risque d’isolement, dans un pays hostile et d’accès difficile, tant pour les renforts que pour le ravitaillement. La demande d’un soutien naval afin d’assurer un « blocus » de la ville d’Utrecht par le nord montre la capacité de ce capitaine à concevoir un plan de guerre prenant en compte les questions logistiques et les conditions géographiques particulières du théâtre d’opérations.

22Notons enfin que nous avons affaire ici à une opération militaire à caractère purement défensif ; il s’agit pour le seigneur de l’Isle-Adam de tenir pendant l’automne et l’hiver les places conquises à la belle saison. Ambitions et moyens sont donc limités, le principal souci semblant être d’unifier le commandement sous l’autorité d’un seul capitaine désigné par le duc.

Mémoire présenté par le seigneur de l’Isle-Adam au duc de Bourgogne (octobre 1426). (AD Côte-d’Or, B 486-2)

23Memoire de ce que le sire de Lille Adam demande à mon très redoubté seigneur ou cas qu’il lui plaira qu’il demeure par deça.

24[1] Et premierement,

25Demande ledit sire de Lille Adam II n combatans pour demourer avec lui, paiez et contentez de tout ce qu’il leur est et sera deu à cause de ce present voyage. Et pareillement, demande pour lui et sesdis compaignons demourans par deça estre paie de mois en mois tant qu’ilz seront ou service de mondit très redoubté seigneur, et de ce avoir bon et seur respondant.

26[2] Item, et s’il advenoit que ledit paiement faulsist et que on ne peust trou]ver argent pour les paier et contenter tellement qu’il faulsist que la compaignie se departist du païs, mondit très redoubté seigneur deschy et maintenant les descharge et tient pour deschargiez sans ce que on leur puist riens repreuchier de honneur de la charge dudit pays, et de ce requiert lettres.

27[3] Item, et s’aucuns sieges ou rebellions se faisoient ou seurvenoient sur lui et sesdis compaignons, mondit très redoubté seigneur, ou cas que mestier en sera, sera tenu et lui promettra de le venir secourir ung mois aprez que ledit seigneur de Lille Adam lui ara fait savoir. Et s’il estoit ainsi que mondit très redoubté seigneur feust hors des marches de Picardie ou de France, lui promettra de lui envoyer messire Jehan de Luxembourc en personne, et de ce veult avoir la promesse dudit messire Jehan de Luxembourc et son seelle si tost qu’il sera passé la mer. Et pareillement le seelle de monseigneur le chancellier, de monseigneur le prince d’Orenges, de monseigneur le mareschal de Bourgoingne et des autres capitaines qui sont ycy, de lui donner secours avec lettres passees à la chancellerie de mondit très redoubté seigneur de ladicte promesse.

28[4] Item, aussy requiert à avoir et demourer avec lui un secretaire qui sache parler les deux langages, lequel fera serement à mondit très redoubté seigneur qu’il ne passera ne escrira lettres sans le sceu et consentement dudit seigneur de Lille Adam et pour le proufit de mon très redoubté seigneur.

29[5] Item, requiert à avoir les places du pays en ses mains, c’est assavoir : Hourde, Mire, Wispe avec une autre place qui est emprès Uutret, laquelle messire Baudo de Noyelle et Jehan de Bonnere prindent, pour bouter une partie de ses compaignons et l’autre partie à Rosterden et Sequidem, et que soit mandé à ceulz qui tiennent lesdictes places de les delivrer ès mains dudit seigneur de Lille Adam.

30[6] Item, un povoir tel qu’il plaira à mondit très redoubté seigneur et qui sera advisé par son conseil.

31[7] Item, demande à avoir un ballenier de guerre pour lui aidier se mestier en a et pour garder que vivres ne marchandises ne voisent à Uutret ou cas qu’il y faudra faire guerre, car autrement ne pourroit garder la mer du costé de Frise.

32[8] Item, que l’artillerie à main qui est par deça, avec les canons et poudres lui soient bailler et laisser par inventoire pour furnir les forteresses dessus dictes.

33[9] Item, soit ordonné de son estat tellement qu’il le puist maintenir honnourablement, car les despens sont grans en cest pays.

34[10] Item, soit advisé comment on veult qu’il se gouverne avec monseigneur le duc de Guelles.

Notes

1 Voir les prévisions pour une expédition terrestre et navale en Gascogne en 1327. M. Jusselin, « Comment la France se préparait à la guerre de Cent Ans », dans BEC, t. LXXIII (1912), pp. 220-222. Exemple de prévisions de dépenses pour un débarquement en Angleterre en 1403 publiées et analysées par M. Rey dans Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, 1965, pp. 431 et 623-624.

2 AD Côte-d’Or, B 11721.

3 Voir J. Finot, « Projet d’expédition contre les Turcs préparé par les conseillers du duc de Bourgogne Philippe le Bon (janvier 1457) », dans Mémoires de la Société des Sciences de Lille, t. XXI (1895), pp. 161-206.

4 Y. Lacaze, « Philippe le Bon et le problème hussite : un projet de croisade bourguignon en 1428-1429 », dans Revue historique, t. XCII (1961), pp. 69-98.

5 Sur la guerre de Hollande, voir R. Vaughan, Philip the Good, the apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 40 et s.

6 AD Côte-d’Or, B 486-2. Sous cette même cote on trouve trois documents financiers concernant la guerre de Hollande : un état prévisionnel intitulé « Estat du fait de la guerre advisé à Lille le XXIIe jour de juillet mil CCCCXXVII » et deux comptes d’armes d’Hanotin Mariette.

7 AD Nord, B 1935, f° 86 r°.

8 Nicolas Rolin, chancelier depuis décembre 1422.

9 Louis de Chalon, prince d’Orange.

10 Jean, seigneur de Toulongeon, maréchal de Bourgogne depuis 1422, mort en juillet 1427.

11 Cité par R. Degryse, « De admiraals en de eigen marine van de Bourgondische hertogen, 1384-1488 », dans Marine Academie. Mededelingen, t. XVII (1965), p. 150.

Auteur

Université de Paris-Sorbonne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter