Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

La guerre de Cent ans vue par quelques polémistes français du xve siècle

Nicole Pons

Texte intégral

  • 1 J. de Montreuil, Opera, t. II : L’œuvre historique et polémique, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. O (...)
  • 2 Cf. P. S. Lewis, « War propaganda and historiography in fifteenth-century France and England », dan (...)

1Depuis quelques années, l’intérêt des historiens s’est porté sur la littérature polémique née de la guerre franco-anglaise, littérature qui connut un essor assez considérable dans le courant du XVe siècle. On connaît notamment le rôle joué à cet égard par l’humaniste et secrétaire du roi Jean de Montreuil (1354-1418) ; ses œuvres historiques et polémiques1 se présentent comme les premières en date d’un genre que l’on a pu qualifier de propagande de guerre française2 ; celle-ci regroupe l’ensemble des traités polémiques anti-anglais rédigés dans le but de démontrer, en accumulant des arguments historiques, juridiques et moraux, que, dans la guerre, tous les torts sont du côté des Anglais.

  • 3 Pour les datations de ces différents textes, cf. Opera II, pp. 7-10 et 19-20.

2L’essentiel de l’œuvre polémique de Montreuil est constitué d’une part par le traité A toute la chevalerie (composé entre 1406 et 1413) et d’autre part par les différentes versions du Traité contre les Anglais (composées entre 1413 et 1417)3. Le but premier d’A toute la chevalerie (traduction française d’un traité latin Regali ex progenie) était de pousser cette dernière au combat. Pour ce faire, Jean de Montreuil a puisé dans l’historiographie de Saint-Denis et en a tiré les éléments constitutifs d’une petite chronique consacrée principalement aux hauts faits guerriers des rois de France. Puis, à deux reprises au moins, notre auteur a ajouté à sa chronique des digressions polémiques qui, ultérieurement amplifiées et complétées, ont formé la trame de la première version de son Traité contre les Anglais. Ce dernier est un mélange d’arguments juridiques et historiques que Montreuil a exposés dans le but de démontrer principalement : tout d’abord, que les rois d’Angleterre n’ont aucun droit à la couronne de France ; ensuite, que leurs fiefs continentaux, dont ils étaient possesseurs depuis relativement peu de temps puisque cela remonte à deux cents ans au plus, leur ont été légitimement confisqués comme à des vassaux rebelles ; troisièmement, que les renonciations prévues par le traité de Brétigny-Calais n’ayant pas eu lieu, Charles V était en droit d’intervenir dans les fiefs anglais et donc de reprendre la guerre ; enfin, que, de toute façon, les Lancastre n’ont même pas droit à la couronne d’Angleterre puisque Henri IV a fait mourir son roi.

  • 4 Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, éd. P.S. Lewis, 2 vol., Paris, SHF, 1978-1985, t. I, (...)

3C’est ce même type d’argumentation – actualisé notamment par l’ajout de la réfutation du traité de Troyes – que l’on retrouve dans les deux traités contre les prétentions des rois d’Angleterre rédigés par Jean Juvénal des Ursins : Audite celi, écrit en 1435, et le Traité compendieux datant de 14444.

  • 5 Leur édition vient de paraître dans « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre (...)

4Il n’y a pas eu de rupture entre Montreuil et Juvénal des Ursins, et l’on a notamment conservé quelques petits traités rédigés entre 1418 et 1429, c’est-à-dire au cours de la période la plus sombre de l’histoire de Charles VII, lorsque ce dernier se voit privé de la couronne de France avec l’instauration de la double monarchie franco-anglaise et lorsqu’il ne connaît pratiquement que des revers dans ses tentatives pour reconquérir par les armes son royaume. Deux de ces petits traités polémiques, le premier intitulé Débats et appointements et rédigé en français, le second connu par son incipit Fluxo biennali spacio et rédigé en latin, se présentent, à l’instar de l’œuvre de Montreuil, comme une analyse de la guerre5.

  • 6 Dialogus inter Francum et Anglum est le titre-courant que l’on trouve dans les éditions imprimées ; (...)

5Ces deux libelles, pour des raisons différentes, sont mal connus ; le premier est encore inédit. Le cas du second est plus complexe : il fait suite à un dialogue moral sur les devoirs du soldat chrétien, le Dialogus inter Francum et Anglum, et il a presque toujours été confondu avec lui ; ce Dialogus fut attribué pendant un certain temps au chancelier Gerson, ce qui a valu au Fluxo d’être transmis dans les Opera omnia de ce dernier jusqu’au XVIIIe siècle6. Moyennant quoi, n’ayant pas été reconnu comme traité autonome, seuls quelques passages, concernant essentiellement la fonction quasi sacerdotale exercée par le roi de France, ont retenu l’attention des historiens.

6Bien que mal connus, ils ne manquent pas d’intérêt car ils ne nous offrent pas uniquement de simples résumés des thèses longuement développées par Jean de Montreuil ou par Jean Juvénal des Ursins. Chaque auteur a une démarche caractéristique et livre des points de vue originaux qu’il est intéressant de relever. Il ne saurait être question cependant d’en faire ici une analyse complète. Notre étude portera seulement sur quelques points particuliers, susceptibles de nous éclairer sur la compréhension que ces auteurs ont eu de la guerre en cours. Nous examinerons notamment leur analyse des causes de la guerre et les mesures qu’ils prônent pour la gagner : mesures concrètes, mais aussi et surtout « psychologiques ». Toutefois, leurs idées, leurs propositions, ne prennent toute leur valeur que par rapport au contexte polémique dans lequel elles ont été produites. C’est pourquoi nous aurons souvent recours au meilleur témoignage de ce contexte, les écrits de Jean de Montreuil.

7Par ailleurs, il ne faut pas oublier que ces traités anti-anglais sont des œuvres de circonstance : les réflexions des auteurs, les arguments qu’ils mettent en avant sont toujours des réponses à des impératifs concrets dictés par la guerre et ses conséquences politiques et ils portent la trace de réactions et d’attitudes commandées par les événements. Ils ne sont pas l’aboutissement d’une réflexion théorique cohérente qui leur est d’ailleurs étrangère. Cette mise en perspective doit être gardée à l’esprit pour comprendre la nature de ces textes et pour nuancer le caractère abusivement systématique de notre étude.

  • 7 Pour tout ce qui sera dit sur les Débats et appointements et sur le Fluxo biennali spacio, cf. mon (...)
  • 8 Celle-ci n’est pas présente dans l’ensemble de la tradition ; on ne la trouve que dans deux manuscr (...)

8Mais avant de commencer cette dernière, il est bon de présenter brièvement les deux libelles dont il va être question7. Les Débats et appointements sont constitués de trois parties. Les deux premières sont composées de la même manière que le traité A toute la chevalerie de Jean de Montreuil. Dans le cas présent, il s’agit d’une chronique relatant essentiellement la formation du royaume de France et les différents épisodes de la rivalité franco-anglaise ; cette chronique est suivie d’un pamphlet anti-anglais. La troisième partie diffère profondément des précédentes ; sous forme d’un dialogue entre deux personnages nommés France et Vérité, elle se présente comme une analyse de la situation actuelle en France, complétée par la proposition des réformes jugées indispensables pour remédier à l’état critique du royaume. Cette dernière partie8 a été rédigée dans la première moitié de 1420 par une autre personne que celle qui a composé, à la fin de l’année 1418, la chronique et le pamphlet. Il y a donc deux auteurs, tous deux anonymes ; on peut seulement dire du premier qu’il ne faisait vraisemblablement pas partie des milieux liés à la cour, du second qu’il s’agissait sans doute d’un combattant ou d’un ancien combattant.

  • 9 Ceux-ci comprennent essentiellement, outre les ouvrages de Jean de Montreuil et de Jean Juvénal des (...)

9Le Fluxo biennali spacio est lui aussi anonyme ; son auteur était un juriste qui composa son libelle après 1422 et avant 1429. Ce petit traité, qui a la forme d’un dialogue entre un chevalier français et un chevalier anglais, rappelle les traités contre les prétentions des rois d’Angleterre9. En exposant une série d’arguments moraux et juridiques, l’auteur entend démontrer l’excellence du très chrétien royaume de France et la légitimité de la conduite des premiers Valois. Mais l’intérêt de son ouvrage est surtout dans sa partie historique car il nous offre là une démarche tout à fait originale. Il ne s’occupe pas de ce qui s’est passé avant l’arrivée au trône d’Edouard III et ce n’est que très incidemment qu’il évoque des épisodes qui ont eu lieu après la chute de Calais. Par contre, il décrit minutieusement les événements qui ont précédé l’entrée en guerre du roi d’Angleterre et ceux qui ont marqué les premières années du conflit. Mais, même s’il ne se préoccupe pas concrètement de la situation présente, s’il ne prône aucune mesure spécifique, il est tellement convaincu que le combattant français sert Dieu et la justice que cela l’amène à des points de vue tout à fait particuliers comme nous aurons l’occasion de nous en rendre compte.

I. Les causes de la guerre

  • 10 On a pu aller jusqu’à dire que la guerre de Cent ans avait commencé en 1066 quand le duc de Normand (...)
  • 11 Voir le dernier état de la recherche dans l’article de J. Le Patourel cité note précédente et la bi (...)

10Même actuellement, il n’est pas très facile de situer le début du conflit10 ; c’est sans doute pour cette raison que l’on peut lui trouver de multiples origines11. Mais, de manière très schématique, sans songer à nier l’importance des éléments économiques et géographiques, on peut dire que la guerre franco-anglaise est en grande partie un conflit né d’une situation féodale devenue insupportable dès le tournant des XIIIe et XIVe siècles. En effet, un roi de France s’efforce d’imposer sa souveraineté à un roi d’Angleterre par le biais des possessions continentales de ce dernier, tout en ne perdant aucune occasion de jouer des liens vassaliques pour tenter de rattacher l’Aquitaine au royaume de France. Quant aux droits anglais à la couronne de France, ils ont longtemps été considérés comme un simple prétexte pour justifier le déclenchement des hostilités ; même si la tendance actuelle est d’admettre qu’Edouard III était de bonne foi en réclamant le royaume de France et que toute sa stratégie visait à l’obtenir, il n’en reste pas moins que la question dynastique n’a été qu’une des causes du conflit. Comment nos polémistes de l’époque voyaient-ils, eux, la question ? Car, s’il est évident que pour eux la responsabilité de la guerre incombe aux Anglais, le problème reste de savoir pourquoi ces derniers l’ont déclenchée.

  • 12 Opera II, no 222, lignes 48-52.
  • 13 Ibid., lignes 1419-1422.
  • 14 Cf. par ex. le début de la deuxième version française : « En ce petit traitié est contenue et recit (...)
  • 15 Cf. notamment P. Viollet, « Comment les femmes ont été exclues en France de la succession à la cour (...)

11Pour Jean de Montreuil, il s’agit d’une pure rivalité de succession à la couronne de France, d’une dispute d’héritiers en quelque sorte. En effet, la première version française du Traité contre les Anglais est introduite par la phrase suivante : « pour monstrer en abregié a ceulx qui ne scevent le fait et procés de la querelle que les roys d’Angleterre ont maintenu contre les roys de France puis .iiiixx. ans ou environ (…) il est assavoir que le roy Philippe, filz au roy saint Loys, ot .ii. fieulx (…) »12 ; suit alors la généalogie des descendants de Louis IX. En cours de traité également, le lien entre querelle dynastique et guerre est clairement indiqué : « combien qu’il soit vray (…) que le roy Edouart d’Angleterre n’ot oncques droit a la couronne de France et que les Angloiz a faulse et mauvaise querele en ont fait guerre aux roys et au royaume de France (…) »13. Les digressions contenues dans le traité A toute la chevalerie ou les autres versions du Traité contre les Anglais nous offrent le même type de raisonnement14, et l’on peut dire assurément que, pour Jean de Montreuil, le conflit est lié à un problème de légitimité successorale. Il n’est donc pas étonnant qu’une grande partie de son Traité contre les Anglais soit consacrée à réfuter les droits mis en avant par le prétendant anglais : s’il est le plus proche de la couronne, c’est par une femme ; or une femme ne peut succéder ; donc elle ne peut transmettre un droit qu’elle n’a pas ; etc. Nous ne reviendrons pas ici sur le problème de l’exclusion des femmes de la couronne de France et l’utilisation à cet effet de la loi salique15.

  • 16 Opera, t. III : Textes divers, appendices et tables, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. Ouy, Paris, 1 (...)
  • 17 Cf. ibid., Appendice A, lignes 756-758 : « Item aussi (…) fut advisé par son conseil et mis en l’in (...)
  • 18 Le titre exact en est : « La matiere au vray de la guerre d’entre les roys Philippe de Valoys, Jeha (...)
  • 19 « C’est la teneur de la bille ou cedule bailliee par le roy d’Angleterre ou son conseil aux messaig (...)

12Il est important de tenir compte du fait que Montreuil est un secrétaire du roi ; à ce titre, il est proche du pouvoir. D’ailleurs, son argumentation provient en très grande partie d’un dossier personnel sur le contentieux franco-anglais16, dossier qu’il a lui-même recopié à partir de pièces de chancellerie établies au moment des différentes négociations et qui comprend notamment : une sorte de memorandum rédigé après 139017, sans doute au moment de la préparation des trêves de Leulinghem, et intitulé : « La matiere au way de la guerre d’entre les roys (de France et d’Angleterre, rédigée) selon les lettres, instruccions, instrumens et autres escrips sur ce faiz ou temps passé… »18 ; des « Responses faites l’an 1389 a ce que maintient le roy d’Angleterre » ; une lettre d’Edouard III et la réponse de Charles V établie le 11 mai 136919, etc. On peut légitimement penser qu’avec Jean de Montreuil s’exprime le sentiment officiel de l’époque ne prenant en compte comme origine de la guerre que les liens dynastiques ; le conflit naît alors du fait que, pour les Anglais, ceux d’Edouard III étaient prioritaires alors que, pour les Français, la priorité allait à Philippe de Valois.

  • 20 Ed. J. Viard et E. Déprez, 2 vol., SHF, Paris, 1904-1905, t. I, p. 8.

13Cette même explication apparaît dans les récits historiques contemporains. C’est ainsi, par exemple, que la chronique de Jean le Bel commence par un récit de la descendance de Philippe le Bel suivi de la narration de l’élection de Philippe de Valois par les « .xii. pers et les barons de France » ; ceux-ci « donnent par commun accort le royaume de France a messire Philippe (…) ainsy ostent la royne d’Angleterre et son filx, qui estoit hoir masle et estoit filz de le serour le derrain roy Charles » ; vient alors une conclusion sans ambiguïté : « Ainsy ala ledit royaume hors de droicte ligne, ce semble a moult de gens, de quoy grandes guerres nasquirent et grand destruction de gens et de pays sus le royaume de France »20. Les différentes rédactions des chroniques de Froissart, de leur côté, nous présentent le même type de récit.

14Cela ne veut pas dire que soit occulté le problème des possessions anglaises en France, mais, pour quelqu’un comme Jean de Montreuil, il est clair que ce n’est pas là l’origine de la guerre ; au contraire pourrait-on dire : c’est à cause de la guerre que ces possessions, légitimement confisquées sur un vassal félon, sont devenues terrain de conflit.

  • 21 BN, fr. 5059, f° 48 v° (manuscrit de référence dans mon édition).
  • 22 Ibid., f° 49 r°.

15Notre second texte étudié, les Débats et appointements, nous présente une explication bien différente. L’on a vu qu’il s’agit d’une œuvre écrite sans doute en dehors de tout circuit officiel ; or, on y trouve une présentation des causes de la guerre beaucoup plus proche d’une explication moderne. En effet, le traité se présente comme un récit linéaire, et la guerre entre Edouard III et Philippe de Valois est évoquée en continuité avec les conflits précédents durant les différents règnes ; elle apparaît comme la suite logique d’une longue série de luttes féodales, nées bien sûr du refus d’un vassal rebelle de reconnaître la suzeraineté de son seigneur. Le premier auteur du traité – qui seul aborde la question de l’origine du conflit – nous dit en effet qu’ : « en Angleterre a eu .ix. roys l’un après l’autre depuis que lesdictes terres (c’est-à-dire Normandie et Aquitaine) leur escheurent, qui tous ont failli et esté rebelles et desobeissans, et mené forte guerre a sang et a feu a leur souverain seigneur le roy de France tant qu’ilz ont destruit et gasté tout le royaume »21 ; la guerre présente fait partie de cette série puisque l’énumération des neuf rois en question se termine avec : « Richart le derrenier de ce nom, Henry qui fist morir traiteusement ledit Richart et usurpa la couronne d’Angleterre a tort, et puis morut de maladie de lepre, et son filz qui de present est roy »22.

  • 23 « Or est ainsi que les roys d’Angleterre veulent dire et maintenir que la couronne de France leur a (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., f° 49 v°.

16Certes, la question dynastique n’est pas oubliée et l’auteur, en soulignant que les rois d’Angleterre se disent les légitimes possesseurs de la couronne de France puisqu’ils sont les héritiers d’Edouard III, lui-même héritier de la fille de Philippe le Bel23, réfute les prétentions anglaises au nom d’un édit très ancien stipulant que « jamais fille de France ne pourrait ne devrait succeder ne parvenir a la couronne de France ne a heritage dudit royaume »24 ; mais cet exposé s’inscrit comme une digression à l’intérieur de l’énumération chronologique des différents épisodes de la rivalité franco-anglaise, lorsque l’auteur en arrive à l’accession au trône de Philippe de Valois. De même s’il évoque à nouveau dans sa conclusion la question dynastique, c’est pour l’associer immédiatement au problème féodal : « Si povez et devez certainement savoir que les Anglois n’ont nul droit en la couronne de France ne esdictes duchiés de Guienne et Normandie ne aussi en nulles des autres terres, et que la guerre qu’ilz ont faicte et font est faulse, desloyale et dampnable »25.

  • 26 « Quomodo ergo tot et tanta bella inde sequta, et rex noster regem Francorum se nominavit ? » (BN, (...)
  • 27 « Quomodo igitur, rege Philipo de Avinione reverso, Anglici nostri, certificati quod erat infra reg (...)
  • 28 Ibid, fos 49 v° et 50 r°-v°.
  • 29 Cf. par ex. la question du chevalier anglais : « Quid vis me facturum ? » et la réponse du chevalie (...)
  • 30 « Antecristi vestigia secutus es » (ibid., col. 847).
  • 31 Ibid., col. 847 et 850.

17On aurait pu penser que, de son côté, l’auteur du Fluxo biennali spacio, en essayant d’analyser les causes de la guerre, fasse une large place aux litiges suscités par la relation suzerain-vassal des rois de France et d’Angleterre puisqu’il s’agit d’un juriste. Or, il n’en est rien comme nous allons le voir. Mais notons tout d’abord une particularité de ce traité. Peut-être en raison de sa forme dialoguée, il est le seul à poser clairement, explicitement la question : « Comment tant de conflits ont-ils éclaté et comment notre roi s’est-il appelé roi de France ? »26 interroge l’Anglais qui réitère plus loin sa question : « Comment une affaire aussi importante, aussi difficile à réaliser (l’invasion du royaume de France) fut-elle entreprise ? »27. La réponse donnée par le Français, porte-parole de l’auteur, est très claire : « instigante dyabolo » ; « instigante dyabolo et dicto Roberto ejus ministro »28. Cette référence au diable est à souligner. Certes, le Fluxo entend justifier le bon droit des Français dans la guerre à l’aide d’arguments essentiellement juridiques et historiques ; mais ce n’est certainement pas de manière purement fortuite que son auteur l’a composé comme une suite au traité moral constitué par le Dialogus inter Francum et Anglum. Ce dernier se présente comme un exposé des devoirs du soldat chrétien : se mettre au service de Dieu et de l’Eglise, combattre les infidèles, s’abstenir de tout vol, sacrilège et oppression, protéger la veuve et l’orphelin, etc.29 ; le chevalier français y reproche à son interlocuteur de « suivre les traces de l’Antéchrist »30 ; à deux reprises, les combattants anglais sont qualifiés de « ministri Antecristi »31.

  • 32 « Unde justitia regis tui processit, precor, dic ? » interroge le Français ; et l’Anglais de répond (...)
  • 33 « (…) nature humane et pacis hostis, protervus inimicus » (ibid, f° 49 v°).
  • 34 « (…) propter dictam receptationem, que ipsum dominum Robertum inpulsit ad fugiendum in Angliam, ub (...)
  • 35 « Nec dictus rex anglicus contra fidelitatem et homagium prestitum venire presumpsisset, nisi de fa (...)

18C’est donc dans une atmosphère religieuse que baigne le Fluxo, ce qui explique sans doute l’importance donnée à l’action du diable. Si le problème dynastique est mis en avant, c’est comme justification avancée par la partie adverse32 ; pour les Français, c’est le diable qui est la cause de tout : le diable – adversaire, violent ennemi de la nature humaine et de la paix33 – a agi par l’intermédiaire de Robert d’Artois pour empêcher la réalisation d’une croisade contre les infidèles. Voici en effet comment l’auteur du Fluxo nous raconte les origines de la guerre : « Robert d’Artois, réfugié en Angleterre, excita les nobles, leur reprochant leur lâcheté puisqu’ils laissaient le royaume de France à Philippe de Valois au lieu de le revendiquer avec raison. Au cours d’un banquet tenu en la fête de saint Georges, une dame instruite par Robert monta une allégorie dénonçant cette lâcheté ; aussitôt tous les seigneurs présents à ce banquet firent vœu, soit de porter un bandeau sur l’oeil, soit de rester tête nue, etc., tant qu’ils n’auraient pas pénétré dans le royaume de France. Cela détourna Philippe VI de son projet de croisade et entraîna une guerre où, en cent cinquante ans, des millions de chrétiens furent tués. C’est ainsi que le diable fit de cette journée de banquet un jour de gloire pour lui et tous les siens »34. L’auteur du Fluxo reprend le même thème dans un autre passage de son traité : « selon une suggestion diabolique, par le moyen de ce diabolique et impie Robert d’Artois, des jeunes gens pris de boisson firent sottement le vœu de guerroyer en France »35.

  • 36 Robert d’Artois n’est même pas mentionné par Jean de Montreuil dans la seconde digression du traité(...)
  • 37 Cf. A. Coville, « Poèmes historiques de l’avènement de Philippe VI de Valois au traité de Calais (1 (...)
  • 38 Ed. H. Moranvillé, 2 vol., SHF, Paris, 1891-1897, t. II, pp. 35-38. Cette chronique a été compilée (...)

19Notons à ce sujet que si toutes les chroniques contemporaines accordent un rôle important à Robert d’Artois dans le scénario du déclenchement de la guerre, ce rôle est ignoré de l’auteur des Débats et guère mis en avant par les autres polémistes français36. Par ailleurs, l’épisode du banquet proprement dit n’apparaît presque jamais ailleurs, que ce soit dans les textes historiques, diplomatiques ou polémiques. Notre auteur ne l’a cependant pas inventé car on le trouve dans la légende des Vœux du Héron, poème composé entre 1340 et 1342 par un picard de tendance française37, et dans la Chronographia regum Francorum38 (la scène est appelée Vœux du Héron, car c’est cet animal, symbole de lâcheté, qui est présenté à Edouard III dans l’allégorie suggérée par Robert d’Artois). Mais que l’auteur du Fluxo ait eu connaissance d’une histoire aussi peu répandue nous montre qu’il s’agissait d’un esprit curieux, d’un homme certainement assez cultivé, ce qui rend l’étude de ses idées d’autant plus intéressante.

20Pour en revenir au sujet de notre étude et en conclusion de ce rapide aperçu des points de vue de quelques polémistes français sur les causes du conflit, nous pouvons ainsi résumer la situation. Querelle de succession, conflit féodal, guerre suscitée par le diable : trois auteurs, trois explications à la guerre. Trouve-t-on la même différence en ce qui concerne la conduite de la guerre ?

II. Mesures pour gagner la guerre

21Il convient peut-être de rappeler tout d’abord une évidence : les traités qui sont à la base de cette étude sont des œuvres de propagande, ce qui signifie que nos polémistes se préoccupent essentiellement de questions idéologiques, non de questions pratiques – sauf dans un cas que nous étudierons plus loin, celui du deuxième auteur des Débats qui a une démarche particulière. C’est pourquoi ils n’évoquent que très incidemment la conduite de la guerre proprement dite, même si le but de leurs ouvrages est assurément d’empêcher toute mainmise anglaise sur le royaume. Mais leur combat est celui des intellectuels. Ils s’efforcent avant tout de convaincre l’opinion : ils affirment tout d’abord que les Français ont les capacités militaires suffisantes pour gagner la guerre, deuxièmement qu’ils ont le droit avec eux ; c’est ce qu’on pourrait appeler une tentative de persuasion morale. Accessoirement, ils peuvent donner des conseils militaires ou présenter ce qu’ils estiment être la situation politique idéale pour mener une bonne guerre ; ce sont donc des mesures concrètes qui seront étudiées dans une seconde partie.

1. La persuasion morale

1.1. La valeur militaire des Français

  • 39 « Tulles dist qu’il fu jadiz au pouoir des François de sauver ou destruire l’empire de Romme ; et e (...)
  • 40 « Et Saluste dist aussi que les Rommains se combatoient a toutes aultres nacions pour leurs vertus (...)
  • 41 Ibid., lignes 13-17.

22La persuasion morale, au début, se fait principalement à l’aide d’un argument longuement développé par Jean de Montreuil dans son traité A toute la chevalerie. Cet argument est donc en quelque sorte le premier, chronologiquement parlant, mais aussi celui qui, par la force des choses, sera rapidement abandonné : les Français sont de bons combattants. Cela est prouvé par les exploits qu’ils ont accompli tout au long de leur histoire, ce qui montre la supériorité militaire du royaume de France sur les autres nations. En ce domaine, Jean de Montreuil nous offre une démarche très intéressante. Notre auteur est aussi un humaniste ; c’est sans doute la raison pour laquelle il ne se réfère pas, à l’instar de ses prédécesseurs et de la plupart de ses successeurs, à l’origine troyenne des Francs ; il devait éprouver de sérieux doutes sur cette origine puisqu’il n’en trouvait pas trace chez les auteurs romains. Par contre, il rapporte fidèlement les notations que ces derniers avaient pu faire sur les exploits militaires des Gaulois. Et de citer par exemple Cicéron déclarant qu’au temps passé la survie de Rome dépendait de la bonne volonté des Gaulois, ou encore que la présence des Alpes entre la Gaule et l’Italie était une faveur divine pour empêcher que les Romains ne soient assujettis par les habitants de la première39. Montreuil rapporte également les déclarations d’historiens comme Salluste ou Orose sur la suprématie militaire des anciens Gaulois40. C’est encore le récit de Justin qui est rappelé, lui qui évoque comment « les Françoiz qui (…) conquirent avant l’advenement Nostreseigneur par long temps la Lomberdie, Romme, Puille, Calabre et la terre de Labour, Affrique, Macedoine et Grece et grant partie de l’Orient, fonderent aussi oultre les mons plusieurs villes et chaschasteaulx »41.

  • 42 Expression utilisée par Montreuil lui-même en s’adressant à la chevalerie au début de son traité : (...)
  • 43 Cf. ibid., lignes 132-200. Charlemagne opéra la conquête aussi bien de la Saxe, la Bavière, toute l (...)

23Comme, à l’évidence, il s’agit de faits qui se sont déroulés il y a fort longtemps, ils ont sans doute perdu la charge émotionnelle suffisante « pour mouvoir a vertus »42. Aussi Jean de Montreuil évoque-t-il les hauts faits guerriers de tous les rois de France, en portant une attention toute particulière à Charlemagne. Ce dernier, on peut le dire, est l’égal des plus grands conquérants de l’histoire, si l’on en juge par la liste des pays soumis telle que nous la livre notre auteur et qui englobe pratiquement toute l’Europe43.

  • 44 « Lez Angloiz ont eu et possidé en che royaume puis .xxx. ou .xl. ans en cha .xiiii. ou .xv. contés (...)
  • 45 Ibid., lignes 962-968.

24Jean de Montreuil estime peut-être cependant qu’évoquer le passé est souvent utile, mais que ce dernier peut aussi être considéré comme totalement révolu. Son rappel devient alors inefficace pour déterminer une conduite présente et pour convaincre la chevalerie que la victoire est à sa portée. C’est pourquoi notre auteur en revient à une actualité plus immédiate, son discours se situant toutefois avant les conquêtes d’Henri V. Par un magnifique sophisme, il tente de prouver en conclusion à la narration d’une série de petites batailles gagnées par les Français que ceux-ci sont de loin les meilleurs combattants du monde ; les Anglais, dit-il, possédaient au royaume de France il y a trente ou quarante ans quatorze ou quinze comtés comprenant vingt-deux cités ou diocèses avec trois à quatre mille châteaux ou forteresses ; or aujourd’hui, de tout cela, le roi de France en possède les huit dizièmes44 : « Si convient ou que les Angloiz les aient donné au roy de France ou que les Franchois les aient gaagniéz sur eulx. Et il n’a point d’apparance que ilz les aient donnees, car Anglois ne sont pas si larges par les espaulles. Par quoy il s’ensieut et fault que on ait gaagnié lesditez villes et chasteaulx sur lesdiz Anglois par forche d’armes, moiennant lesdictes journeez, assaulx et desconfitures »45.

  • 46 Ibid., no 221, lignes 83-92.
  • 47 BN, fr. 5059, f° 43 v°.
  • 48 « Edouart d’Angleterre a l’encontre du roy Phelippe le Bel s’esleva puissaument et grant gent envoy (...)

25A partir de 1415-1420, l’état d’esprit des partisans des Valois se modifie, peut-être à la suite d’Azincourt, mais on remarquera que Jean de Montreuil reprend le même sophisme que précédemment dans une lettre écrite après cette défaite46 ; plus probablement donc à la suite de la conquête de la Normandie et de l’Ile-de-France, et surtout de l’alliance anglo-bourguignonne. Toujours est-il que ni les Débats ni le Fluxo ne présentent d’argumentation historique de ce genre. Nous avons d’ailleurs vu que l’auteur du Fluxo ne s’occupe que des premières années du conflit entre Edouard III et Philippe VI. Quant aux Débats, puisqu’il s’agit d’une chronique, il est évident que l’auteur relate les batailles du passé ; cependant, son récit, beaucoup plus succinct, ne comporte pas ce même aspect triomphaliste. On ne manque pas certes d’évoquer par exemple la conquête de la Normandie par Philippe Auguste, ou encore le traité de Paris de 1259 qui vit Henri III renoncer à tous ses droits sur Normandie, Maine, Anjou et Touraine. Mais c’est sans se voiler la face que notre auteur rapporte comment « Richart, roy d’Angleterre, descendit a grant force de gens d’armes ou païs de Veulquecin-le-François et gasta tout le pais d’environ Gisors et ot victoire »47, ou comment, en 1294, Edouard Ier mena une campagne victorieuse en Saintonge et en Guyenne48 ; bien sûr, les fameuses défaites de Crécy et de Poitiers ne sont pas passées sous silence.

  • 49 BN, fr. 5059, 10139, 19561 ; n.a.f. 7519 ; Sainte Geneviève, 1994 ; BL, MS Harley 4473.
  • 50 Seul le manuscrit londonien ne contient pas ces Généalogies.
  • 51 BN, fr. 5059, f° 37 r°-v°.

26Que ce libelle cependant, même sur le plan historique, ne soit pas une analyse objective du contentieux franco-anglais, on s’en aperçoit en analysant les pièces qui accompagnent les Débats dans la tradition manuscrite. Ces derniers, à l’évidence, ont été diffusés en tant qu’élément d’un dossier polémique plus large où les données historiques sont utilisées à des fins partisanes. En effet, sur les six manuscrits qui nous restent de cette œuvre49, dans cinq cas, cette dernière fait suite à des Généalogies des rois de France, séries de médaillons accompagnés de courtes notices sur les différents rois, et – composées sur le même modèle que ces dernières – des Généalogies des rois d’Angleterre50. Or, plusieurs des notices consacrées à ces derniers rois leur sont manifestement défavorables. Ainsi par exemple, la notice sur Henri II Plantagenêt et ses trois fils : « Cestui roy fut moult amé et craint et doubté. Et eut trois filz : Henry qu’il fist couronner en son vivant et fut mauvais et mena guerre a son pere et fist decoller saint Thomas de Cantorbiere en l’an mil .c lxxii. (…) Et aprés celui Henry regna Richart son frere et fist moult de mal en France et y morut. Et apres lui regna Henry (sic, pour Jehan) son frere qui persecuta l’Eglise »51.

  • 52 Ibid., f° 41 r°-v°.
  • 53 Ibid., fos 25 v° et 27 v°.

27L’exemple de la période romaine est également caractéristique : la conquête de la Gaule par Jules César n’est évoquée ni dans les Généalogies des rois de France ni dans les Débats qui précisent, au contraire, que « les François avec leur prince nommé Ybourt se franchirent du trehu qu’ilz faisoient aux Rommains, parce que le premier empereur Valentin leur donna .x. ans de franchise pour conquester les Alains qui estoient es paluz d’Italye dont il ne povoit a chef venir. Laquelle chose ilz acomplirent a l’onneur dudit empereur et d’eulx. Aprés les .x. ans, ne vouldrent poier trehu ausdiz Rommains, mais par force d’armes et de chevalerie ont tousjours deffendu leurdicte franchise »52. Par contre, dans les Généalogies des rois d’Angleterre, la souveraineté des empereurs romains sur l’Angleterre est soulignée à deux reprises : « Et fut Cassibalam et ses Bretons desconfiz, et fist homage a Julius Cesar et lui promist .xxm. livres de trehuage par chacun an » ; « mais l’empereur de Romme y mist debat et y envoya son neveu Maximien qui mist toute Bretaigne en sa possession »53.

28Ainsi donc, même s’il n’est plus question comme auparavant de proclamer haut et fort une supériorité militaire qui, à l’évidence, ne correspond pas à la réalité du moment, une certaine manière de transmettre les faits du passé permet cependant au lecteur du libelle de conserver quelque gloriole militaire.

1.2. Le bon droit de la cause française

29Cependant, ce n’est pas tant la valeur militaire des Français qui intéresse les auteurs de nos traités anti-anglais que le besoin de prouver que la justice et le droit sont du côté de leurs compatriotes : les Français ont le droit avec eux puisque c’est le roi de France qui, en dehors même de la question dynastique, a « bon droit et juste cause ». Même si cela semble évident, il est peut-être bon d’essayer de préciser pourquoi, aux yeux de nos polémistes, le bon droit est du côté français. Or, le petit libelle que constituent les Débats est un très bon résumé des thèmes de la propagande française ; sous une forme claire et concise, pratiquement tous les éléments développés par les autres polémistes y sont présents.

  • 54 BN, fr. 5059, 10139 et 19561.
  • 55 BN, n.a.f. 7519 et Sainte Geneviève, 1994.

30Il existe une autre raison pour considérer que l’étude de ce libelle en particulier peut être de quelque intérêt pour quiconque essaie de saisir l’idée que se faisaient de la guerre les partisans de la monarchie des Valois. En effet, ce n’est sûrement pas un hasard si ce traité ne nous est transmis que par des manuscrits postérieurs de plus d’un quart de siècle à sa rédaction ; surtout, trois de ces manuscrits, écrits à la même époque, vers 1450, ont un contenu rigoureusement identique – mentions chronologiques, généalogies des rois de France et d’Angleterre, Débats54 –, tandis que deux autres, copiés une dizaine d’années plus tard, reprennent le même contenu que les trois premiers dans un ensemble plus large55. Cela est tout à fait exceptionnel pour des traités de propagande anti-anglaise. Les œuvres de Montreuil ou de Juvénal des Ursins, par exemple, qui émanent pourtant de milieux officiels, nous sont connues par des manuscrits autographes ou originaux, ou par des copies tardives, sans qu’il y ait jamais un même ensemble comprenant toujours telle ou telle œuvre. Par ailleurs, le fait que nous n’ayons conservé que six manuscrits des Débats ne doit pas faire illusion ; ce genre d’œuvres de circonstance, circulant auprès de personnes privées, n’a pu connaître qu’une conservation très aléatoire. En tout état de cause, l’étroite parenté entre presque tous ces manuscrits indique qu’ils ont été exécutés dans les mêmes circonstances : sans doute y a-t-il eu vers 1450 établissement concerté de petits dossiers à caractère fortement polémique concernant les rapports franco-anglais. Les Débats ont dû être considérés à cette époque comme un libelle convenant parfaitement pour la constitution de ce genre de dossiers, car ils se présentaient comme un abrégé facilement accessible des grands thèmes de la fierté nationale et de la propagande anti-anglaise : comment la France s’était formée, comment son roi était seigneur souverain sur toutes les parties de son royaume, comment les Anglais ne pouvaient être que des ennemis cruels et de mauvaise foi.

31Le début de la troisième partie des Débats, en particulier, nous offre un résumé de ce qui a été dit dans la chronique et une synthèse des raisons qui font que le roi de France a le droit avec lui. Nous avons vu que cette troisième partie se présente sous la forme d’un entretien entre France et Vérité ; France, qui prend la parole la première, considère que tout ce qui précède dans le traité (la chronique et le pamphlet) est un premier discours de Vérité. Or, que déclare France dans son résumé ?

  • 56 BN, fr. 5059, f° 50 r°.
  • 57 Ibid., f° 42 r°-v°.

32– Tout d’abord que son interlocutrice lui a décrit la formation d’un royaume de France englobant Normandie et Aquitaine : « vous m’avez monstré et decleré dont je suys venue et descendue ; et comment l’une partie de mes mariz et seigneurs (…) ont regné et quelles seigneuries ilz ont eues et conquises ; et mesmement comment ilz ont esté vrays seigneurs des duchiés de Guienne et de Normandie »56 ; effectivement, la chronique nous décrit comment les descendants des Troyens s’installèrent en Gaule que par la suite ils nommèrent France, comment, lors du partage des terres entre les fils de Clovis, Clotaire eut la Normandie, Childebert l’Aquitaine, et comment, lors du fameux partage de Verdun, « Charles le Chauve ot le royaume d’Occident que l’on dit a present le royaume de France, depuis la riviere de Meuse jusques au royaume d’Arragon et de Navarre, entre la mer et la riviere du Rosne »57.

  • 58 A ce sujet, on notera que l’auteur des Débats connaît assez bien l’histoire de Rollon et de Guillau (...)
  • 59 Ibid., f° 50 v°.
  • 60 Ibid., f° 43 r°.
  • 61 Ibid., f° 43 v°.
  • 62 Ibid., f° 44 r°-v°.

33– Puis vient un rappel de l’entrée en possession des duchés de Normandie et d’Aquitaine par les rois d’Angleterre, suivi de leur perte par ces mêmes rois : « et semblablement le moyen par quoy lesdictes duchiés escheurent es mains des roys d’Angleterre58 ; et comment par leur orgueil ilz les perdirent et, a bonne et juste cause, en furent et sont deboutez et leur ont esté ostez »59. En effet, en cours de chronique, on apprend que « Henry, roy d’Angleterre, fut desobéissant et rebelle de faire hommage audit roy Loys des duchiés de Guienne et de Normandie » ; aussi ce dernier « fist mectre en sa main lesdictes duchiés par deffault d’omme, comme faire le povoit »60 ; que « par bel et juste procés fait contre lui, furent ycelles duchiés de Guienne et de Normandie avec toutes les autres terres qu’il tenoit (…) adjugees en forfaiture et confiscacion, et a bonne et juste cause mises et reduites ou propre demaine du roy de France, comme paravant avoient esté » – ce passage se termine sur une conclusion qui montre bien à quel point la cause du roi de France est juste : « Car chacun puet savoir qu’il n’est nul plus bel acquest que par forfaiture et confiscacion, ne plus cler demaine »61 ; qu’en ce qui concerne plus précisément la Normandie, Philippe Auguste « osta par bonne raison tout ledit pais audit roy Jehan d’Angleterre, jasoit ce que ce fust le propre heritage aux trois roys d’Engleterre freres (…), pour ce que ces trois roys d’Angleterre freres, qui regnerent l’un après l’autre tous au temps de ce roy Phelippe, par orgueil, ne vouldrent faire hommage ainsi qu’ilz devoient audit roy Phelippe »62.

  • 63 Ibid., f° 50 v°.
  • 64 Ibid., f° 48 r°.
  • 65 Cf. ibid., f° 48 r°-v° : « par lesdictes parties fut appointé et prins certain jour nommé pour estr (...)
  • 66 Ibid., f° 48 v°.

34– Dans la suite du résumé, France rappelle les différents traités passés entre les deux pays : « (vous m’avez montré) les traitiez et mariages que mes mariz ont faiz avec eulx, et leur ont moult laissié aler du leur pour avoir paix et transquillité ensemble et pour fouir effusion de sang chrestien » ; elle évoque la rupture du lien de vassalité opérée par Edouard III : « que Edouart, roy d’Angleterre, quicta a mon seigneur et espoux, Phelippe de Valois, tout ce qu’il tenoit de lui en foy et hommage » ; et enfin elle précise que les traités ont toujours été rompus « par leur perverse et dampnable voulenté »63. C’est ainsi par exemple que l’auteur des Débats fait état du traité de Brétigny-Calais, encore qu’en en réduisant la portée car il n’est pas question de l’ensemble des territoires cédés aux Anglais, mais seulement de « pluseurs villes et chasteaux estans ou païs de Guienne, de Gascoigne et de Guynes et Pontieu »64. Surtout, le rappel de la signature du traité est immédiatement suivi de celui des conférences de Bruges où devaient se faire les renonciations prévues par le traité et où les Français attendirent vainement leurs partenaires65. L’auteur conclut alors : « Et par ce ledit traictié fut nul et demourerent les choses dessusdictes comme non advenues »66.

  • 67 Opera II, nos 220, lignes 470-528 ; 222, lignes 441-503 ; 223, lignes 343-402 ; 224, lignes 435-501 (...)
  • 68 Ed. P. S. Lewis, t. I, pp. 170-173.
  • 69 Cf. ibid., t. II, p. 171.
  • 70 Il est symptomatique que, dans sa lettre à l’empereur Sigismond écrite au printemps 1416, lettre qu (...)

35Une absence dans l’argumentation de ce pamphlet est à remarquer : celle de l’hommage qu’Edouard III prêta à Philippe VI à Amiens en 1329, hommage admis comme fige dans des lettres patentes données à Eltham en mars 1331. Cet hommage est essentiel dans l’argumentation polémique française ; c’est ainsi par exemple que les lettres patentes sont reproduites dans le corps même des traités politiques de Jean de Montreuil67, dans le traité Audite celi de Jean Juvénal des Ursins68 et dans les « pièces justificatives » qui accompagnent le Traité compendieux69. Par contre, dans les Débats, l’hommage d’Amiens n’est pas mentionné spécifiquement ; la rupture des liens vassaliques opérée par Edouard III est placée sur le même plan que les différents « refus d’hommage » de ses prédécesseurs. Cela rentre parfaitement dans la logique de ce petit traité « non officiel » qui, rappelons-le, présente la guerre de Cent ans essentiellement comme un conflit féodal, comme l’aboutissement d’un processus qui a pris naissance dès l’époque du premier roi d’Angleterre Plantagenêt. Il semble donc que l’hommage d’Amiens soit pris en compte surtout comme justification de la réalité de la loi salique : en reconnaissant Philippe VI comme son suzerain et donc comme le roi de France, Edouard III a admis que c’était son cousin qui était l’héritier légitime de la couronne de France70 ; en tant que symbole de vassalité du roi d’Angleterre, l’hommage d’Amiens ne présente pas de statut spécial et il ne joue pas un rôle particulier dans la dénonciation du crime de lèse-majesté commis par des vassaux rebelles et donc légitimement privés de leurs possessions continentales.

  • 71 « (…) pro consummatione tractatus rediit Angliam, et ibi interfectus et mortuus. Ex quibus orta est (...)

36L’auteur du Fluxo, de son côté, se situe dans la même ligne que Jean de Montreuil car lui aussi présente l’hommage d’Amiens comme la preuve qu’Edouard III avait reconnu Philippe VI comme le véritable roi de France et qu’il était donc parjure. Par contre, son argumentation comporte un autre point qu’il est intéressant de relever. Si l’auteur de ce libelle ne se soucie pas d’exploits militaires proches ou lointains, il a une manière bien à lui d’encourager moralement les combattants français et de les persuader de leur bon droit ; en effet, il s’efforce de les persuader que l’ennemi représente le mal absolu (et donc à abattre coûte que coûte). Nous avons déjà vu que pour lui le conflit franco-anglais a une origine diabolique. Mais d’autres raisons existent, qui doivent pousser au combat, dont l’une est particulièrement notable : les Anglais sont responsables de la mort du roi de France, Jean le Bon, car ce dernier, retourné en Angleterre, y a été tué ; et l’auteur du Fluxo ajoute : « D’où une enquête judiciaire qui a abouti à la sentence du Parlement de Paris de 1368 selon laquelle les appels des seigneurs gascons seraient reçus par le roi de France »71. En somme, en rouvrant les hostilités, Charles V ne se comporte plus seulement comme un suzerain qui exerce un droit légitime de confiscation des terres d’un vassal rebelle ; il devient l’instrument de la punition divine puisqu’il part en guerre contre des assassins.

  • 72 Au début de l’exposé historique du chevalier français, son interlocuteur se montre étonné : « Miran (...)

37Le détournement historique qu’opère notre polémiste est d’autant plus remarquable que, manifestement, il s’agit par ailleurs d’un esprit soucieux de ce qui, pour l’époque, pourrait presque être qualifié de « rigueur scientifique ». En effet, dans son étude des débuts du conflit, il entend s’appuyer sur la source la plus complète et la moins suspecte de partialité pro-française, et pour cela il se réfère à Froissart qui était au service de la reine d’Angleterre72. Ainsi il est manifeste que, même chez des esprits relativement ouverts, la haine anti-anglaise avait pris de telles proportions qu’on suspectait l’ennemi de n’importe quel crime, ce qui renforçait d’autant une croyance inébranlable en son bon droit.

2. Les mesures concrètes

38Outre ce qui constitue la base même de ces traités polémiques, la « démonstration » de l’injustice et de l’iniquité de la cause anglaise, ces derniers comportent un autre aspect moins connu : ce n’est pas tout d’avoir le droit avec soi, encore faut-il le faire reconnaître ; or « bon droit a bien mestier d’aide ». En d’autres termes, quelles mesures nos auteurs préconisent-ils pour « bouter les Anglais » hors du royaume ?

  • 73 Cf. Opera II, no 220, lignes 1122-1129 : « se ilz y descendoyent, qu’on fut aux pors a tout grant f (...)
  • 74 Opera III, no 234, lignes 19-22.
  • 75 Voir à ce sujet, Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 387, n. 4, et la communicat (...)
  • 76 Cf. Opera, t. I : Epistolario, éd. E. Ornato, Turin, 1963, ép. 214, lignes 177-179 : « Quam iniquo (...)
  • 77 Et cela même dans des traités anti-anglais comme l’Oratio historians de Robert Blondel ; cf. les re (...)

39Là encore, grâce à ses soucis d’humaniste, Jean de Montreuil nous offre une démarche originale. Il ne se soucie nullement de réforme morale ou de bonne conduite religieuse. Par contre, il estime indispensable d’appliquer les recettes militaires des Anciens. C’est ainsi, par exemple, qu’il est nécessaire, en cas de descente anglaise sur le continent, d’envoyer immédiatement archers et arbalétriers pour reprendre les ports conquis ; mais, si cela n’est pas suffisant pour rejeter les ennemis à la mer, il faut, comme le Cunctator le fit devant Hannibal, pratiquer la politique de la terre brûlée et refuser toute bataille rangée pour combattre par surprise73 ; il est nécessaire en effet que « les emprises soient secretes, a l’exemple des Rommains qui avoient acuneffois desconfit leur ennemy avant que leur conseil feust sceu hors le senat et ceulx qui le devoient savoir. Ne on ne se doit mie aussi exposer ne mectre en grant peril, a l’emprinse de son ennemy »74. Après la désastreuse bataille de Poitiers, on commença à estimer que le roi avait obligation, dans les batailles, de ne pas risquer sa vie ou sa liberté, et donc de se tenir en retrait.75 Mais Jean de Montreuil va beaucoup plus loin : il n’hésite pas à contrevenir au code d’honneur chevaleresque en félicitant Philippe VI d’avoir abandonné le champ de bataille de Crécy et, inversement, en reprochant à Jean le Bon de n’avoir pas imité son père lors de la désastreuse aventure de Poitiers76. Cette attitude de Montreuil est d’autant plus à souligner qu’elle est restée isolée pendant longtemps. Encore bien des années après lui, on ne verra dans cette défaite française que la punition divine de la présomption et de l’orgueil de certains chefs militaires, le châtiment en quelque sorte d’un mauvais comportement chevaleresque, sans mettre en cause ce comportement lui-même77. Il semble bien que notre humaniste non seulement soit un des premiers à dissocier morale et politique, mais encore que pendant longtemps il n’ait guère eu de disciple.

  • 78 « Prenez bon cueur en vous, et vous deffendez vigoureusement et de force, et vous appaisiez premier (...)
  • 79 J. Richard, Saint Louis, roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, 1983, p. 506.
  • 80 Cf. Ordonnances, t. I, pp. 99-102 : « Ordonnance contre ceux qui jurent le vilain serment c’est-à-d (...)
  • 81 Cf. ibid., t. I p. 296, et t. II, p. 48 et 282-283.
  • 82 Cf. P. Kraemer, Le luxe et les lois somptuaires au Moyen Age, Paris, 1920, passim ; il existe bien (...)

40Il n’en a pas eu en tout cas avec le deuxième auteur des Débats, un des rares polémistes français à essayer de donner des conseils pour « sauver la France » de l’occupant étranger. Or, en quoi consiste son programme de réformes ? La première des choses sur laquelle insiste notre combattant, c’est de se réconcilier avec Dieu, avec la Vierge, avec les saints78 ; après cette « conversion » religieuse, vient une réforme des mœurs pour laquelle notre auteur reproduit très exactement la teneur d’un édit pris par saint Louis à l’issue d’une assemblée de barons et prélats tenue à Paris le 10 avril 1261 à l’instigation du pape Alexandre IV (celui-ci venait de proclamer une pénitence publique dans toute la chrétienté après les grands succès mongols de 1260). Cet édit consistait à prescrire la suppression des tournois et des jeux, à l’exception de ceux qui servaient à l’entraînement des archers et des arbalétriers, le renoncement au luxe des vêtements et des repas pour une durée de deux ans, l’organisation de prières publiques et de processions79 ; ce sont les mêmes conseils que donne Vérité à France, tout en y ajoutant le souhait que soit appliquée l’ordonnance de saint Louis contre les blasphémateurs80. On peut remarquer que si cette dernière a été souvent reprise par les successeurs de Louis IX (par exemple en 1272, 1329 et 1347)81, il existe en revanche fort peu de lois somptuaires valables pour tout le royaume, tout au moins jusqu’à la fin du XVe siècle82. La dénonciation du luxe semble n’avoir été le fait pratiquement que des seuls moralistes et prédicateurs. On peut en déduire que notre combattant polémiste est aussi, et peut-être avant tout, un moraliste.

  • 83 Cf. BN, fr. 5059, f° 54 v° : « Prenez et retenez par devers vous pour vous gouverner preux, sages e (...)
  • 84 Cf. ibid., fos 54 v°-55 r° : « Ne souffrez entour vous gens couvoiteux, avaricieux, envieux, mesdis (...)
  • 85 Cf. R. Cazelles, « Une exigence de l’opinion publique depuis saint Louis : la réformation du royaum (...)

41Ce n’est qu’après cette grande réforme morale que l’auteur des Débats envisage des aspects plus techniques dans la conduite des affaires politiques, en proposant un certain nombre de réformes administratives. Or ces dernières sont extrêmement vagues : le roi doit limiter ses conseillers et naturellement en choisir de bons83. Il se doit également d’éviter les flatteurs, les médisants, les cupides, etc. ; il doit empêcher les exactions commises contre les clercs, soutenir l’action des officiers royaux84. Tout cela est bien vague, parfaitement conventionnel et n’est qu’un très pâle reflet des nombreuses ordonnances « ad statum regni reformandum in melius » qui se sont succédé depuis la grande ordonnance prise par saint Louis en 1254 jusqu’à la fameuse ordonnance cabochienne qui marqua le point culminant dans la systématisation et la précision des réformes souhaitées par l’opinion publique85.

  • 86 Contrairement à la description de certaines fraudes qui, elle, est très détaillée, ce qui nous a am (...)
  • 87 Ibid., f° 55 r°. Or, dans un texte aussi peu « militaire » que la Chronique du Religieux de St-Deni (...)
  • 88 BN, fr. 5059, f° 55 v°.

42Viennent enfin les réformes militaires qui sont tout aussi peu précises86 : c’est ainsi, pour prendre l’exemple des déserteurs, que notre traité dit simplement : « que ceulx qui au besoing laisseront leurs estandars ou bannieres soient tellement pugniz que tous autres y prennent exemple, et par ce se garderont de fouyr »87. Lorsqu’on a affaire à des injonctions comme « Paiez bien voz gens d’armes » ou « mectez bonne pourveance et garnison en voz villes et chasteaux »88, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles relèvent d’un vœu pieux et non d’un objet précis.

43La troisième partie des Débats nous fournit ainsi un témoignage extrêmement intéressant sur l’état d’esprit qui régnait vers 1420 parmi les partisans du dauphin : face à une situation politique qui semble désespérée, la volonté que l’on a de ne pas céder dans l’adversité entraîne à imaginer un retour à une situation religieuse et morale mythique, à rêver d’un âge d’or politique où le prince n’est entouré que de bons conseillers et n’est servi que par peu d’officiers, mais loyaux et efficaces. Le triomphalisme qui transparaissait dans l’œuvre polémique de Montreuil a totalement disparu, mais également avec ce dernier, un regard nouveau porté sur les événements : celui de quelqu’un qui place le domaine du politique en dehors des champs religieux et moral.

  • 89 Cf. A. Vernet, « Le "Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie" de François de Monte-Be (...)
  • 90 Audite celi, éd. P.S. Lewis, t. I, p. 196.

44Ce regard, il faudra attendre encore longtemps pour le retrouver. On remarquera que Jean Juvénal des Ursins, bon juriste et homme cultivé s’il en fut, raisonne comme un François de Montebelluna trois quarts de siècle plus tôt89 en affirmant que les défaites subies par les Français sont une punition que Dieu leur envoie pour leurs péchés : « il peut bien estre que la voulenté divine fut que ledit Hanry vint en ma terre pour flageller mes enffans et les vivans en icelle pour les horribles peschez qui s’i commectoient (…) Et se il gaingna les batailles d’Azincourt et de Verneul, se ne feust que pour cause desdis peschez ; car communement et souvent Dieu punist les gens pecheurs par pires pecheurs que eulx »90.

  • 91 « Paix se partist du royaulme de France (…) car on n’y a point gardé ne accomply les commandemens d (...)
  • 92 C.T. Allmand nous donne deux exemples particulièrement significatifs de cette attitude. Au moment d (...)

45Cette réflexion n’apparaît pas comme quelque chose d’isolé et de marginal dans l’imposant traité qu’est Audite celi. Ce dernier se présente comme une allégorie où interviennent les personnifications de France, Angleterre, Sainte Eglise, Sedicion, Paix, Esperance, Prudence, Bon Sens, etc. A la suite d’une délégation adressée à Paix par France, Paix lui envoie Prudence comme ambassadrice, et celle-ci explique que Paix a déserté le royaume de France pour quatre raisons : 1. les crimes demeurés impunis qui y ont été commis ; 2. l’abondance de biens matériels qui a amené convoitise et ambition ; 3. les vices qui règnent aussi bien chez les ecclésiastiques et chez les nobles que dans le peuple ; 4. la non-observation des commandements divins91 ; et Prudence de recommander prières, jeûnes, sacrifices et pénitences. Ainsi donc, l’œuvre de Juvénal des Ursins baigne dans la même atmosphère que celle de notre modeste combattant anonyme. Assurément, nos deux auteurs, en ceci, ne se démarquent pas de leurs contemporains : on ne manquait pas de soutenir telle ou telle entreprise militaire par des manifestations religieuses92. Les auteurs de nos traités appartiennent à leur époque et ne s’en détachent pas.

46Peut-on tirer une conclusion si modeste soit-elle de tout ce qui vient d’être exposé ? Les textes étudiés sont trop peu nombreux pour autoriser une quelconque généralisation. Cependant, on peut s’arrêter un instant sur deux points mis en évidence et qui se présentent différemment de ce à quoi l’on aurait pu s’attendre. Loin de se trouver face à une analyse identique des causes de la guerre, nous rencontrons trois explications pour trois polémistes. Même si celle de Jean de Montreuil est de loin, la plus courante et celle que l’on retrouve chez presque tous les propagandistes, le fait d’avoir trois explications pour trois auteurs nous montre qu’il n’existe pas une sorte de « vulgate » de la polémique française ; bien au contraire, nous sommes en présence d’un travail autonome, et sans doute dans une certaine mesure spontané, de trois auteurs tout à fait indépendants entre eux.

47Par contre, à propos des mesures à prendre pour vaincre l’ennemi, les textes restent dans l’ensemble tout à fait traditionnels : le salut passe par l’amendement moral ou par le retour au passé. Compte tenu du fait que, à partir d’une analyse souvent lucide de la guerre, nos auteurs voudraient proposer des mesures efficaces sur les plans militaire et politique, on aurait pu s’attendre à une réflexion nouvelle. Cela n’est pas le cas. Seul Jean de Montreuil offre une démarche originale, lui qui ne confond pas bonnes mœurs et réussite politique.

Notes

1 J. de Montreuil, Opera, t. II : L’œuvre historique et polémique, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. Ouy, Turin, 1975 (ouvrage abrégé plus loin en Opera II).

2 Cf. P. S. Lewis, « War propaganda and historiography in fifteenth-century France and England », dans Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, t. XV (1965), pp. 1-21.

3 Pour les datations de ces différents textes, cf. Opera II, pp. 7-10 et 19-20.

4 Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, éd. P.S. Lewis, 2 vol., Paris, SHF, 1978-1985, t. I, pp. 145-281, et t. II, pp. 13-177.

5 Leur édition vient de paraître dans « L’honneur de la couronne de France ». Quatre libelles contre les Anglais (v. 1418 - v. 1429), éd. N. Pons, Paris, SHF, 1990, pp. 45-79 et 173-201.

6 Dialogus inter Francum et Anglum est le titre-courant que l’on trouve dans les éditions imprimées ; sa dénomination exacte est : Dialogus cujus collocutores sunt milites duo, unus Francus, alter Anglus, contendentes de querelis Franciae et Angliae ; cf. notamment Johannis Gerson Opera omnia, éd. E. Du Pin, Antwerpiae, 1706, t. IV, col. 844.

7 Pour tout ce qui sera dit sur les Débats et appointements et sur le Fluxo biennali spacio, cf. mon ouvrage, « L’honneur de la couronne ». Les citations que l’on trouvera dans la suite de cette étude sont faites d’après les manuscrits, l’édition des deux libelles ayant paru après la tenue du colloque.

8 Celle-ci n’est pas présente dans l’ensemble de la tradition ; on ne la trouve que dans deux manuscrits : BN, fr. 5059 et 10139.

9 Ceux-ci comprennent essentiellement, outre les ouvrages de Jean de Montreuil et de Jean Juvénal des Ursins signalés plus haut, l’œuvre de Robert Blondel, l’Oratio historialis, composée en 1449 (éd. A. Héron, 2 vol., Rouen, 1891-1893, t. I, pp. 155-294), et deux traités anonymes, Pour ce que plusieurs, qui date de 1464 et qui connut une grande diffusion (éd. R. Anstruther, London, 1847, pp. 1-117), et Pour vraye congnoissance avoir, composé en 1471 (œuvre restée inédite) ; cf. N. Pons, « Latin et français au XVe siècle : le témoignage des traités de propagande », dans Le Moyen Français. Actes du Ve colloque international sur le moyen français (Milan, mai 1985), vol. II, Milan, 1986, pp. 68-69.

10 On a pu aller jusqu’à dire que la guerre de Cent ans avait commencé en 1066 quand le duc de Normandie est devenu roi d’Angleterre ; cf. J. Le Patourel, « The Origins of the War », dans The Hundred Years’War, ed. K. A. Fowler, London, 1971, p. 31.

11 Voir le dernier état de la recherche dans l’article de J. Le Patourel cité note précédente et la bibliographie donnée par C. t. Allmand, Society at War, The Experience of England and France during the Hundred Years War, Edinburgh, 1973, pp. 199-200.

12 Opera II, no 222, lignes 48-52.

13 Ibid., lignes 1419-1422.

14 Cf. par ex. le début de la deuxième version française : « En ce petit traitié est contenue et recitee l’occasion ou coulleur par laquelle feu le roy Edouart d’Angleterre se disoit avoir droit a la couronne de France, avecques les responses sur ce et l’injustice des Anglois declairee tant sur le principal comme sur l’accessoire de la guerre qui en est ensuye » (ibid., no 224, lignes 47-51).

15 Cf. notamment P. Viollet, « Comment les femmes ont été exclues en France de la succession à la couronne », dans Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres, t. XXXIV (1893), pp. 125-178 ; J. Potter, « The Development and Significance of the Salic Law of the French », dans EHR, t. LII (1937), pp. 235-253 ; C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, pp. 264-290.

16 Opera, t. III : Textes divers, appendices et tables, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. Ouy, Paris, 1981, pp. 53-110 (ouvrage abrégé plus loin en Opera III).

17 Cf. ibid., Appendice A, lignes 756-758 : « Item aussi (…) fut advisé par son conseil et mis en l’instruction baillee a ses messaiges, qui furent à Bouloingne l’an mil .iiic iiiixx. et dix, que (…) » etc.

18 Le titre exact en est : « La matiere au vray de la guerre d’entre les roys Philippe de Valoys, Jehan et Charles ses successeurs et les roys d’Engleterre qui ont esté de leur temps, grossement abregee selon les lettres, instruccions, instrumens et autres escrips sur ce faiz ou temps passé, qu’il fauldroit veoir au long qui vouldroit clerement entendre et savoir bien entierement tout le fait, car il ne pourroit plainement estre comprins en si pou d’escripture comme est ceste » (ibid., p. 53).

19 « C’est la teneur de la bille ou cedule bailliee par le roy d’Angleterre ou son conseil aux messaiges derrenierement envoyez en Angleterre par le roy de France ; et est ladite bille ou cedule signee de maistre Jehan de Beauketre, secretaire dudit roy d’Angleterre » ; « C’est la response que fait le roy de France ou son conseil aux poins et articles contenus en la bille ou cedule dessus escripte » (ibid., pp. 85 et 88).

20 Ed. J. Viard et E. Déprez, 2 vol., SHF, Paris, 1904-1905, t. I, p. 8.

21 BN, fr. 5059, f° 48 v° (manuscrit de référence dans mon édition).

22 Ibid., f° 49 r°.

23 « Or est ainsi que les roys d’Angleterre veulent dire et maintenir que la couronne de France leur appartient, a ceste cause pour ce que Edouart, roy d’Angleterre, espousa ladicte Ysabel, fille dudit roy Phelippe, de laquelle il ot ung filz duquel ilz sont heritiers ; et a ladicte Ysabel la couronne de France appartenoit comme la plus prouchaine d’icelle » (ibid, f° 46 v°).

24 Ibid.

25 Ibid., f° 49 v°.

26 « Quomodo ergo tot et tanta bella inde sequta, et rex noster regem Francorum se nominavit ? » (BN, fr. 5038, f° 49 v° ; manuscrit de référence dans mon édition).

27 « Quomodo igitur, rege Philipo de Avinione reverso, Anglici nostri, certificati quod erat infra regnum, tantum negotium attemptarunt et tam difficile ? » (ibid, f° 50 r°).

28 Ibid, fos 49 v° et 50 r°-v°.

29 Cf. par ex. la question du chevalier anglais : « Quid vis me facturum ? » et la réponse du chevalier français : « Servaturum legis Dei precepta et [sit] tua militia contra infideles et Dei precepta non observantes ; militare pro fide Christi et ejus ecclesia quam tuendam suscepit militia ; desistas a sacrilegiis et rapinis, protege pupillos et viduas et advenas, neminem opprimas » (éd. E. Du Pin, t. IV, col. 845).

30 « Antecristi vestigia secutus es » (ibid., col. 847).

31 Ibid., col. 847 et 850.

32 « Unde justitia regis tui processit, precor, dic ? » interroge le Français ; et l’Anglais de répondre : « Quia in successione prima causa filiorum et liberorum, sed rex Odoardus habens [matrem] Ysabellem, filiam regis Philipi, ex persona illius petiit regnum jure successionis, ergo cunctis preferendus » (BN, fr. 5038, f° 48 r°).
Ce passage, comme ceux précédemment cités, nous montre que le style du Fluxo est très souvent incorrect. Cela est dû au fait que ce libelle est resté à l’état de brouillon ; nous avons affaire à des « notes » qui n’ont pas été rédigées.

33 « (…) nature humane et pacis hostis, protervus inimicus » (ibid, f° 49 v°).

34 « (…) propter dictam receptationem, que ipsum dominum Robertum inpulsit ad fugiendum in Angliam, ubi illico applicatus machinari cepit cum nobilibus contra regem Francie ; dicendo quod vecordes et pusillanimes essent sic regnum dimittere domino Philipo cum, si vellent, illud bono jure vendicare possent, etc. ; in tantum quod, in solemniis festi sancti Georgii quo nobilitas utriusque sexus convenit, in quo nature humane et pacis hostis, protervus inimicus, dyabolus non abfuit immo presens, ilium diem gloriosum sibi et omnibus diabolus fecit, quoniam, juvenum utriusque sexus ope et consilio, sanctum passagium regis Francorum cum tringentis armatorum milibus turbavit guerramque conclusit inter nos, christianos, in qua creditur, .cl. annorum spacio, tam peste ignis et famis quam gladio, christianorum miliones interemptos. Cujus dyaboli stimulantis astutia, una domina per ipsum Robertum instructa, in regis Anglorum presentia in mensa sedentis, unam proposuit allegoriam seu figuram, concludens allegorice et figurative magnam regis et suorum vecordiam, nisi Francie regnum vendicarent. Quo facto, illico singuli tirones instructi per dominum Robertum sua emiserunt vota dominabus, quod numquam desisterent, unus de uno oculo non videret, alius capucium non ferret, etc., donec Francie regnum animo illud querendi intrasset » (ibid., f° 49 v°-50 r°).

35 « Nec dictus rex anglicus contra fidelitatem et homagium prestitum venire presumpsisset, nisi de facto ab suggestionem dyabolicam, medio illius dyabolici Roberty d’Artoys impii et quasi per indignationem desperati, illi tyrones et juvenes, post vina et dominarum persuasiones bacati, illa vota de faciendo guerram in Franciam fatue et in suarum animarum salutis detrimentum emisissent » (ibid., f° 52 v°).

36 Robert d’Artois n’est même pas mentionné par Jean de Montreuil dans la seconde digression du traité A toute la chevalerie, première ébauche en date chez notre polémiste de la démonstration de l’injustice de la cause anglaise ; moins d’une dizaine de lignes lui sont consacrées dans la première étape française du Traité contre les Anglais (Opera II, no 222, lignes 1589-1597) et à peine plus dans l’étape latine et dans la seconde étape française de ce même traité (ibid., no 223, lignes 839-856 et no 224, lignes 986-1001). Jean Juvénal des Ursins ne mentionne pas non plus Robert d’Artois dans son traite Audite celi. Par contre, tant dans son Traité compendieux (t. II, pp. 33-35) que dans l'Oratio historialis de Robert Blondel (éd. A. Héron, t. I, p. 237), on trouve un récit qui rappelle celui du Fluxo et qui semblerait indiquer que c’est entraîné par Robert d’Artois qu’Edouard III s’est dressé contre Philippe VI.

37 Cf. A. Coville, « Poèmes historiques de l’avènement de Philippe VI de Valois au traité de Calais (1328-1360) », dans Histoire littéraire de la France, t. XXXVIII, Paris, 1949, pp. 268-282.

38 Ed. H. Moranvillé, 2 vol., SHF, Paris, 1891-1897, t. II, pp. 35-38. Cette chronique a été compilée à Saint-Denis entre les années 1415 et 1422. Le récit qui a servi de source au chroniqueur représente une version amplifiée par rapport à celle transmise par le poème actuellement connu. Cette version daterait au plus tôt de 1346 et aurait été écrite par un artésien proche de Robert d’Artois (cf. A. Coville, art. cit., pp. 280-281).

39 « Tulles dist qu’il fu jadiz au pouoir des François de sauver ou destruire l’empire de Romme ; et encore autre part dist il que les dieux avoyent fait grant grace aux Ytaliens de mettre les mons entre eulx et les Françoiz, pour tant qu’ilz ne les conquissent legierement quant ilz voudroyent » (Opera II, no 220, lignes 557-561).

40 « Et Saluste dist aussi que les Rommains se combatoient a toutes aultres nacions pour leurs vertus monstrer et exerciter ; maiz quant ilz se combatoyent aux Françoiz, s’estoit pour eulx deffendre, et non pour gloire. Tesmoigne encore ailleurs et escript ledit Saluste que les François furent en gloires de batailles devant assés que les Rommains. Et Orose aussi dist que toutes foiz que Françoiz coururent sus aux Rommains bien acertés ou courrouciéz, Romme fu toute diminuee de biens et de richesses » (ibid., lignes 561-568).

41 Ibid., lignes 13-17.

42 Expression utilisée par Montreuil lui-même en s’adressant à la chevalerie au début de son traité : « Et pour vous mouvoir a vertus, je feray une maniere de somme de tous les plus especiaulx et haulz fais en armes et conquestes que je treuve de vozdiz nobles devanciers » (ibid., lignes 53-56).

43 Cf. ibid., lignes 132-200. Charlemagne opéra la conquête aussi bien de la Saxe, la Bavière, toute l’Italie, la Hongrie, la Pannonie, la Frise, le Danemark que de la Bourgogne, la Provence, la Savoie, l’Espagne, etc., de « plusieurs autres païs qui bonnement ne se peuent expliquier en françois, comme Waletabes, Sorabes, Abrodiciens », tout cela après avoir « nettoié Jherusalem et le Saint Sepulcre ». Une mention spéciale est faite à l’Angleterre qualifiée de « chambre de Charlemagne » : « Et maistre Guillaume de Nengi, hystoriographe tres approuvé, en parle en ceste maniere :’Un compaignon d’armes a Charlemaigne – dist-il – appelé Guy, qui gardoit sur la marche d’Angleterre, y entra a grant puissance, auquel toute Engleterre se rendi. Et les armes des roys et des ducx qui s’estoient renduz, inscripz les noms de chascun, presanta a Charlemaigne : et ainsi lors premierement fu conquise toute Engleterre des François’, en tant, comme maistre Jehan Boor – ung grant historien d’Angleterre – recite, que Charlemaigne appeloit celle isle d’Angleterre sa chambre, ce dont les Anglois se tenoient tres forment honnourés ».

44 « Lez Angloiz ont eu et possidé en che royaume puis .xxx. ou .xl. ans en cha .xiiii. ou .xv. contés qui compregnoient plus de .xxii. cités et dioceses, .iii. a. iiiim. casteaulx et forteresses avoec les terres, fiefz et autres noblesses qui y appartient, dont le roy de France en tient aujourd’uy les huit pars et plus » (ibid., lignes 958-962).

45 Ibid., lignes 962-968.

46 Ibid., no 221, lignes 83-92.

47 BN, fr. 5059, f° 43 v°.

48 « Edouart d’Angleterre a l’encontre du roy Phelippe le Bel s’esleva puissaument et grant gent envoya par mer en Gascoigne, et prindrent Bledune vers la Rochelle et ardirent tout le païs ; et puis nagerent vers Bordeaux et prindrent le chastel de Bleynes et trois villes ou chasteaux sur la mer ; et fut par la traïson des Gascons ; et puis s’en retournerent vers la cité de Bayonne et la prindrent » (ibid., f° 46 r°).

49 BN, fr. 5059, 10139, 19561 ; n.a.f. 7519 ; Sainte Geneviève, 1994 ; BL, MS Harley 4473.

50 Seul le manuscrit londonien ne contient pas ces Généalogies.

51 BN, fr. 5059, f° 37 r°-v°.

52 Ibid., f° 41 r°-v°.

53 Ibid., fos 25 v° et 27 v°.

54 BN, fr. 5059, 10139 et 19561.

55 BN, n.a.f. 7519 et Sainte Geneviève, 1994.

56 BN, fr. 5059, f° 50 r°.

57 Ibid., f° 42 r°-v°.

58 A ce sujet, on notera que l’auteur des Débats connaît assez bien l’histoire de Rollon et de Guillaume le Conquérant. Par contre, en ce qui concerne la Guyenne, s’il n’ignore pas qu’elle est venue entre les mains des Plantagenêts grâce à Aliénor, son récit est très vague sur la manière dont la province était devenue un fief autonome ; elle fut, dit-il, « baillee en partaige à l’un de ses enffans par l’un des roys de France » (ibid., f° 42 v°).

59 Ibid., f° 50 v°.

60 Ibid., f° 43 r°.

61 Ibid., f° 43 v°.

62 Ibid., f° 44 r°-v°.

63 Ibid., f° 50 v°.

64 Ibid., f° 48 r°.

65 Cf. ibid., f° 48 r°-v° : « par lesdictes parties fut appointé et prins certain jour nommé pour estre et comparoir a Bruges en Flandres, pour enteriner et acomplir ledit traictié ainsi que pourparlé avoit esté ; ausquelz heu et jour lesdiz François comparurent et illec attendirent lesdiz Anglois par l’espace de trois sepmaines ; lesquelx n’y alerent ne envoyerent aucunement ».

66 Ibid., f° 48 v°.

67 Opera II, nos 220, lignes 470-528 ; 222, lignes 441-503 ; 223, lignes 343-402 ; 224, lignes 435-501 ; Opera III, no 233, lignes 23-82.

68 Ed. P. S. Lewis, t. I, pp. 170-173.

69 Cf. ibid., t. II, p. 171.

70 Il est symptomatique que, dans sa lettre à l’empereur Sigismond écrite au printemps 1416, lettre qui se veut la synthèse des preuves du bon droit des Français dans la guerre, Jean de Montreuil ne prend en compte que deux arguments : Edouard III a prêté hommage à Philippe VI ; en admettant qu’une femme puisse succéder à la couronne de France, c’était Jeanne de France, comtesse d’Evreux, qui aurait dû accéder au trône (Opera III, no 233).

71 « (…) pro consummatione tractatus rediit Angliam, et ibi interfectus et mortuus. Ex quibus orta est questio ; et finaliter, anno .lxviii°. in parlamento Parisiensi, sententiatum quod appelationes dominorum de Aquitania a rege Anglie deberent recipi per dictum parlamentum », (BN, fr. 5038, f° 53 r°-v°).

72 Au début de l’exposé historique du chevalier français, son interlocuteur se montre étonné : « Miranda canis sed, precor, quis ista ponunt ? », et le Français de répondre : « Multi hystorici et cronicarii ista ponit, sed latius videtur Johannes Froyssardi, vobis favens quia non Francus sed de Annonia, et servitor domesticus regine Anglie, ut ipse idem profitetur. Nec ista tergiversari possunt » (ibid., f° 49 v°).

73 Cf. Opera II, no 220, lignes 1122-1129 : « se ilz y descendoyent, qu’on fut aux pors a tout grant foison arbalestriers et archiers. Et, s’il avenoit par aventure qu’ilz gaingnassent terre et passaige, que, bien garnies les villes fermees et chasteaulx et lieux fors, on ne feist comme Quintus Fabius le feist contre Hanibal : ardoir tous vivres devant eulx ou les widier, et puis que l’en les chevauchast diligemment et cautement ainsi que autresfoiz a esté fait, sanz les combatre a jour nommé ».

74 Opera III, no 234, lignes 19-22.

75 Voir à ce sujet, Ph. Contamine, La guerre au Moyen Age, Paris, 1980, p. 387, n. 4, et la communication de F. Autrand ici-même, pp. 93-121.

76 Cf. Opera, t. I : Epistolario, éd. E. Ornato, Turin, 1963, ép. 214, lignes 177-179 : « Quam iniquo sidere per patrem et filium, reges Philippum et Johannem, apud Cressiacum et Pictavium pugnatum est, declaravit primi e pugna perprudens aufugium, et alterius indigesta remansio. Prudens vocavi abfugium ubi erat clarissimum nullum remedium ».

77 Et cela même dans des traités anti-anglais comme l’Oratio historians de Robert Blondel ; cf. les remarques suivantes à propos de la bataille de Poitiers : « combien que icellui roy Jehan feist euvre de grant saincteté et plaine de justice d’essaier a delivrer son pays desdits tirans estrangiers qui la chose publicque de son royaume avoient depopulee, et que la presence du souverain prince donnast auctorité legitime de les combatre, toutesvoies est il a doubter, et de cueur dolent je le dy, que l’entencion de noz combatans ne fust pas droicte, car ceulx qui follement raison refusent semblent plus appeter et querir vengence ou ambicion d’onneur mondain par armes qu’ilz ne font le bien commun et le salut universel. Et cette volenté desordonnée de batailler est si abhominable et detestable a Dieu tout puissant, lequel seul donne la victoire, qu’il seuffre ou permet aucunes foiz que ceulx qui ont bonne querelle en reçoivent confusion » (texte de la traduction française Des droiz de la couronne de France, traduction postérieure de peu à version latine ; éd. A. Héron, t. I, pp. 419-420.

78 « Prenez bon cueur en vous, et vous deffendez vigoureusement et de force, et vous appaisiez premierement avant tout euvre avec Nostreseigneur, avec sa tres doulce mere, avec ses sains » (BN, fr. 5059, f° 54 r°).

79 J. Richard, Saint Louis, roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, 1983, p. 506.

80 Cf. Ordonnances, t. I, pp. 99-102 : « Ordonnance contre ceux qui jurent le vilain serment c’est-à-dire qui blasphement contre Dieu, la Vierge et les saints » prise en 1268 ou 1269.

81 Cf. ibid., t. I p. 296, et t. II, p. 48 et 282-283.

82 Cf. P. Kraemer, Le luxe et les lois somptuaires au Moyen Age, Paris, 1920, passim ; il existe bien la grande ordonnance prise par Philippe le Bel en 1294 (cf. Ordonnances, t. I, pp. 541-543) qui réglemente le luxe vestimentaire, le port des bijoux et l’abondance des repas en fonction du statut social des personnes, mais tous les autres édits de ce type concernent telle ou telle ville.

83 Cf. BN, fr. 5059, f° 54 v° : « Prenez et retenez par devers vous pour vous gouverner preux, sages et anciens chevaliers, bons et loyaulx proudommes, sages et prudens clers non couvoiteux et grans seigneurs, voz parens, qui aider vous puissent a votre besoing. Prenez le moins d’officiers que faire se pourra, et tous par election. »
On remarquera au passage les qualités spécifiques que doit posséder chaque représentant du corps social : le chevalier doit être « preux, sage et ancien », le bourgeois « bon et loyal », le clerc « sage et prudent » ; quant au grand seigneur, parent du roi, on ne lui demande aucune qualité spéciale, sans doute parce qu’il participe de droit au conseil.

84 Cf. ibid., fos 54 v°-55 r° : « Ne souffrez entour vous gens couvoiteux, avaricieux, envieux, mesdisans, rapporteurs de paroles ne flateries par nom que vous les cognoissez, et en deboutez tous juifs et usuriers. Et ne faictez nulle grace si elle n’est bien raisonnable pour nul qui vous en requiere, car moult de maulx vous en viennent et sont venuz. Soustenez et gardez tousjours l’Eglise d’oppression et de dommages ; et semblablement soustenez et gardez voz juges et autres officiers en leur droit envers tous et contre tous, car par faulte de ce vous avez eu moult a besoigner ».

85 Cf. R. Cazelles, « Une exigence de l’opinion publique depuis saint Louis : la réformation du royaume », dans Annuaire-Bulletin de la SHF, 1962-1963, (1964), pp. 91-92.

86 Contrairement à la description de certaines fraudes qui, elle, est très détaillée, ce qui nous a amené à penser que l’auteur de la troisième partie des Débats était un militaire. En effet, il nous explique comment, en fraudant tant sur l’équipement que sur la qualification des personnes et en se débrouillant pour qu’un seul équipage participe à plusieurs montres, on en arrive à ce que plus d’un tiers des hommes d’armes n’existe que sur le papier et que archers ou arbalétriers sont pour la plupart inaptes au combat (cf. BN, fr. 5059, f° 55 r°-v°).

87 Ibid., f° 55 r°. Or, dans un texte aussi peu « militaire » que la Chronique du Religieux de St-Denis, Michel Pintoin nous raconte qu’avant la bataille de Rosebecke (novembre 1382), « il fut defendu à tous par la voix du héraut de quitter les rangs, sous peine, pour quiconque s’échapperait du camp furtivement et sans permission, d’être flétri à jamais comme homicide, et condamné en outre à subir le dernier supplice, quelles que fussent sa condition et sa dignité » (t. I, p. 213 ; cité par Ph. Contamine, Guerre, Etat et Société à la fin du Moyen Age. Etudes sur les armées des rois de France 1337-1494, Paris et La Haye, 1972, p. 198).

88 BN, fr. 5059, f° 55 v°.

89 Cf. A. Vernet, « Le "Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie" de François de Monte-Belluna (1357) », dans Annuaire-Bulletin de la SHF, 1962-1963, (1964), pp. 103-163.

90 Audite celi, éd. P.S. Lewis, t. I, p. 196.

91 « Paix se partist du royaulme de France (…) car on n’y a point gardé ne accomply les commandemens de Dieu mais tout le contraire » (ibid., p. 249).

92 C.T. Allmand nous donne deux exemples particulièrement significatifs de cette attitude. Au moment de la guerre civile en France, lorsque les troupes de Charles VI envahirent en 1412 les terres du duc de Berry, les bourgeois de Paris multiplièrent processions et prières publiques pour soutenir l’action du roi. En Angleterre, en 1443, l’évêque d’Hereford est prié par Henri VI d’organiser également processions et prières publiques pour promouvoir le succès des armées anglaises en France (op. cit., pp. 143 et 144).

Auteur

CNRS, Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter