Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne xive-xve siècle

 | 
H. Maurice Keen
, 
Charles Giry-Deloison
, 
Philippe Contamine

La déconfiture

La bataille de Poitiers (1356) à travers quelques textes français des xive et xve siècles

Françoise Autrand

Texte intégral

  • 1 Cité par S. Luce, Chroniques de Jean Froissart publiées pour la SHF, t. V, 1356-1360, Paris, 1874, (...)

« Cars amis, ab la plus grant tristor et dolor que avenir nos poques, vos faut assaber que dilhus ac VIII jorns que lo rey Mossenhor se combatet ab lo princep de Gualas ; et aychi cum a Dio a plagut a suffrir, lo rey Mossenhor es estat desconfit et es prit cum lo melhor cavalier que fos lo jorn de sa part, e es naffrat el visatge de dous plaguas. Mossenhor Phelip son dernier filh es pres ab Ihuy. Mossenhor lo duc de Normandie et mossenhor d’Anjo et de Peitou et mossenhor lo duc de Normandie et mossenhor dAnjo et de Peitou et mossenhor le duc d’Orlhes, do commandemen del rey Mossenhor se so salvatz »1

1C’est ainsi que le comte d’Armagnac, lieutenant du roi en Languedoc, écrivait aux villes de son gouvernement, le 1er octobre 1356, pour leur annoncer officiellement la mauvaise nouvelle : le roi a été battu et fait prisonnier sur le champ de bataille.

  • 2 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, t. I, Paris, 1910, pp. 86-87.
  • 3 On a conservé les noms de 97 combattants tombés à Poitiers qui furent inhumés aux Cordeliers de la (...)
  • 4 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, 1971, p. 85. Voir E. Carpentier, « (...)

2En apprenant la nouvelle, les habitants de Languedoc prirent le deuil2. Ceux de Poitiers en firent autant, mais en plus, c’est à eux que revint le soin d’enterrer les morts3. Le deuil et les honneurs rendus aux morts, telle est la première réaction à la défaite. Le temps de la réflexion et celui du souvenir vinrent après. Quelle image ont-ils laissée de la défaite de Poitiers ? Voilà ce que l’on peut demander à quelques textes historiques ou théoriques des XIVe et XVe siècles. Si, en effet, on reconnaît aux « exigences de l’esprit »4 une place dans l’histoire politique, il n’est pas indifférent de savoir comment la communauté du royaume a ressenti la déconfiture et la capture de son roi.

  • 5 Ch. de Beaurepaire, « Complainte sur la bataille de Poitiers », BEC, t. XII (1851), pp. 257-263.
  • 6 A. Vernet, « Le "Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie" de François de Monte-Bellun (...)
  • 7 Œuvres de Guillaume de Machaut, éd. E. Hoepffner, t. III, Paris, 1921, pp. 1-141.

3La lettre du comte d’Armagnac révélait déjà les premières réactions, les premiers doutes suscités par la défaite : le roi a été déconfit et pris, certes, mais avec les honneurs de la guerre. Quant aux jeunes princes qui « se sont sauvés », il est bon de dire qu’ils l’ont fait « du commandement du roi », si l’on veut prévenir le reproche qu’on leur adressait déjà : celui d’avoir lâchement pris la fuite. La défaite, enfin, cause « tristesse et douleur », mais Dieu l’a voulue. Image chevaleresque du roi, explication morale de la défaite, conception providentialiste de l’événement, trouve-t-on une autre vision de la bataille de Poitiers dans les textes écrits, le premier choc passé, en 1357 ? c’est-à-dire la célèbre Complainte sur la bataille de Poitiers5 découverte dans un registre capitulaire de Notre-Dame de Paris, le Tragicum argumentum6 du bénédictin François de Montebelluna et un poème de Guillaume de Machaut, Le confort d’ami7.

4Contrairement aux autres, Le confort d’ami de Guillaume de Machaut n’a pas la défaite pour thème principal. Dédié à Charles le Mauvais, roi de Navarre, alors prisonnier du roi Jean, le poème prodigue au jeune prince le réconfort dans sa captivité et des conseils de bon gouvernement. S’il évoque la bataille, c’est pour louer la prouesse du roi : ni les preux ni les héros antiques

  • 8 V.2806-2807, p. 99.

« N’orent si tres bonne journee
Ne ne firent tant comme il fist. »
8

5C’est aussi pour féliciter Charles de Navarre de n’y avoir pas été exposé, car

  • 9 V.2781-2792, pp. 98-99.

« On dit souvent parmi la ville…
Qu’il te faloit l’un de ces quatre.
Se tu nous fusses demourez,
Car tu fusses deshonnourez,
Mors, ou pris, ou que la bataille
Veinquisses, et c’estoit sans faille
Une moult forte chose a faire
Qui bien considere l’affaire,
Car les gens d’armes a grans routes
S’en alerent… »
9

6L’explication de la défaite, c’est la fuite des déserteurs. Ils y ont gagné la vie sauve mais perdu l’honneur :

  • 10 V.2821-2824, p. 100.

« Mieus te vausist vif enfouir
Ou dis fois morir que fuir,
Car tu fusses deshonnourez
Se tu ne fusses demourez…
10

7Traitant des batailles et de leur issue dans ses conseils au prince, Guillaume de Machaut ajoute l’autre élément d’explication qu’on attendait : les caprices de la Fortune. Si tu es battu et envahi, dit-il,

  • 11 V.3248-3250, p. 115.

« Laisse Fortune convenir,
Qu’après seur eaux chevaucheras
Plus fort : einsi t’en vengeras. »
11

8D’ailleurs Dieu aide le bon droit :

  • 12 V.3155-3158, p. 112.

« Je croy qu’en ce droit t’aidera
Dieus et qu’il le confondera
Car cils qui fait ce qu’il ne doit,
Il li vient ce qu’il ne vorroit. »
12

9L’essentiel n’est pas tant de gagner que de sauver l’honneur. Il ne faut pas oublier

  • 13 V.3265-3267, p. 116.

Qu’onneur crie partout et met :
« Fais ce que dois, adviegne que puet »
Aussi le veut li mestiers d’armes.
13

10Quant à la débandade, il faut, pour l’éviter, prendre exemple « au bon roi de Bohême » qui donnait tout ce qu’il avait pour gagner l’amour et la fidélité de ses chevaliers :

  • 14 V.3213-3215, p. 114.

« Cuides tu par grant assemblee
Avoir d’armes haute journee
Se de tes hommes n’iès amez ? »
14

11Inutile d’accabler le pays d’impôts pour payer des mercenaires. Dans cette affaire d’honneur qu’est la guerre, le roi ne doit engager que des gens d’honneur. Ainsi évitera-t-il la honte et la déconfiture :

  • 15 V.3294-3295, p. 117.
  • 16 V.3323-3324, p. 118.

« Pren toutes gens d’election
Et ne te cherge de merdaille
15

Car teles gens ne doubtent honte
Et si ne scevent qu’onneur monte.
16

  • 17 Sur le poète voir Guillaume de Machaut. Colloque-Table ronde organisé par l’Université de Reims (19 (...)

12Il ne faut pas faire dire au texte plus qu’il ne veut dire. Le confort d’ami doit sans doute plus à la tradition et à la culture de Guillaume de Machaut qu’à l’observation lucide des réalités militaires ou à un programme politique précis17. Il témoigne cependant d’une sensibilité : sensibilité aux valeurs chevaleresques, à la vaillance et à l’honneur, au prince idéal généreux et chevalereux dont Jean de Luxembourg restait le glorieux et malheureux symbole et qui trouvait un écho dans la France du XVe siècle, au moment de la capture du roi Jean.

  • 18 Les caractères historiques et littéraires du texte ont été admirablement mis en valeur par son sava (...)

13Cette sensibilité n’est pas étrangère à François de Montebelluna, même si son Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie nous apporte une vision beaucoup plus élaborée de la défaite18.

  • 19 Le « Tragicum argumentum »…, p. 136.
  • 20 Ibid., p. 134.

14Le roi est couvert d’éloges, pour son courage (regis constantiam)19, pour le fait qu’il a tiré l’épée lui-même (non solum ducis, verum et fortissimi militis munera exequtus est)20, qu’il a refusé de fuir. On remarque encore le blâme adressé aux fuyards, la mention de Philippe et le silence qu’on imagine réprobateur gardé à propos du duc de Normandie et des autres princes.

  • 21 Ibid., p. 134.
  • 22 Ibid., p. 134.
  • 23 Ibid., p. 134.
  • 24 Ibid., p. 136.

15Mais chose nouvelle, la présence du roi sur le champ de bataille est mise en question… François de Montebelluna place, en effet, dans la bouche des Thrason, des soldats fanfarons (miles gloriosus)21 et autres stratèges en chambre (tu… qui in mensa sermonibus hostes vincis)22 un certain nombre de reproches : le roi n’aurait pas dû s’exposer en personne (discrimini se committere)23, se battre contre qui n’était pas roi. Il aurait dû laisser le commandement aux chefs de l’armée. A ces critiques – réelles ou théoriques ? On aimerait le savoir – François de Montebelluna répond : Les chefs de l’armée ? où sont-ils ? Citez-moi une victoire qu’ils ont remportée. Remarquons tout de suite que ce défaut de commandement est, aux yeux de l’auteur, une défaillance morale plus qu’une lacune dans l’organisation militaire. Ce n’est pas tout. La présence du roi sur le champ de bataille est justifiée par les principes : l’Histoire le prouve et les auteurs antiques l’ont dit, « une armée sans son roi ne vaut rien ». Enfin on ne juge pas une action sur son résultat. Et François de Montebelluna de citer, comme Guillaume de Machaut, le proverbe qui n’a jamais été la devise d’un gagneur : « Fais ce que dois, advienne que pourra ».24

16Donc s’il y a honte à la déconfiture et à la capture du roi, elle retombe sur la France en personne et non sur le roi qui, au contraire, a gagné une gloire éternelle en s’exposant pour la défense du royaume. Il a ainsi mérité les mêmes louanges que ceux qui sont tombés au combat pour la patrie.

17C’est en effet la patrie qui est en cause et c’est la destinée de « notre royaume » qui a été mise en jeu dans la bataille. Plus lucide que Guillaume de Machaut, François de Montebelluna le voit bien. Le caractère de désastre national qu’a pris la défaite avec la capture du roi ne lui échappe pas, quand il déplore, avec le sort tragique de la majesté royale, le ridicule où est tombée « la noble France » et l’effondrement de l’Etat.

18La réaction à ce désastre est l’objet même du Tragicum argumentum et c’est le mouvement entier du texte qui la révèle, depuis l’évocation initiale du désastre du jour jusqu’à la conclusion qui en donne l’explication finale : renonçons au puits du siècle et à son eau de contradiction pour rechercher le Christ, source d’où jaillit l’eau de la vie éternelle. La vie éternelle, tel est le mot de la fin. C’est donc, sub specie aetemitatis que se place François de Montebelluna, moine bénédictin, pour expliquer et surmonter le choc de la défaite.

19Le début du texte expose et déplore le désastre. Vient ensuite l’explication. Elle n’est pas à chercher dans le mouvement des astres, mais dans le juste jugement de Dieu. Suit une méditation morale sur les péchés qui ont attiré sur le royaume le châtiment divin. Fautes du roi en premier. Juda avait eu pour roi Joachim qui fit brûler le livre de Dieu et emprisonner le prophète Jérémie. La malédiction divine a écarté sa descendance du trône de David. La France a eu son Joachim en qui il est facile de reconnaître Philippe le Bel. Mais le descendant de Joachim, le prince des sauterelles paré de fleurs étrangères – autrement dit Edouard III – tend en vain la tête vers la couronne de France. Descendant du roi maudit, il ne l’aura pas. Fautes des conseillers du roi, ensuite : parasites, flatteurs, ils ne savent que voler les biens de l’Eglise. Après la tête, le corps. C’est la communauté tout entière, dans ses trois états, qui a provoqué par ses péchés la colère divine, la noblesse en premier dont l’incompétence militaire vient du manque de discipline et d’entraînement, de la mollesse et de la gourmandise, de la passion pour les femmes et le jeu de paume. Le costume fait de ces hommes des monstres semblables à des animaux de la mythologie. Notons au passage que faire de l’homme une bête est une dangereuse transgression, propre à irriter Dieu. Le peuple ne vaut pas mieux, vicieux, voleur et blasphémateur. Là aussi le monde est à l’envers puisque les femmes commandent leurs maris. Les prières des clercs ne peuvent fléchir la colère divine car tous les vices ont cours chez eux. Ce sont les vices du clergé, de la noblesse et du peuple qui ont emmené le roi en captivité.

20Ne vous réjouissez donc pas, sauterelles, ce sont nos péchés qui vous ont faits ce que vous êtes.

21Après cette longue diatribe, François de Montebelluna s’élève à une réflexion spirituelle sur la fragilité de la grandeur humaine, illustrée par la roue de Fortune, dont l’effondrement de la maison de France est un exemple.

22C’est donc avant tout une méditation religieuse que la déconfiture inspire à François de Montebelluna. On y reconnaît un certain nombre de thèmes habituels au Moyen Age : la roue de Fortune, la décadence – quand l’auteur oppose la vaillance des Gaulois et des Francs à la lâcheté d’aujourd’hui –, celui des péchés propres à chacun des états de la société. S’il s’agit d’expliquer la défaite, François de Montebelluna ne le fait que par des considérations morales. Les vices de l’armée féodale ne viennent pas de sa structure, mais de la lâcheté avant tout, de la paresse et autres vices des chevaliers. Dans une situation aussi sombre, pas d’autre solution que le repentir, pas d’autre espoir que Dieu. Aucun esprit de revanche, aucune proposition de réforme politique ou militaire n’apparaît sous la plume de ce bénédictin dont la quête finale était sans doute moins la victoire que le salut.

23A côté de la vision chevaleresque et quasi-ludique de la défaite que l’on remarque chez Guillaume de Machaut, c’est donc une conception providentialiste de l’événement qui inspire à François de Montebelluna ses réflexions sur le désastre de Poitiers.

24La Complainte sur la bataille de Poitiers, elle, aborde le problème de la déconfiture de façon beaucoup plus réaliste. On a souvent remarqué à juste titre, son esprit monarchique :

  • 25 Voir plus haut n. 5.

« Dieu veuille conforter et garder nostre roy
Et son petit enfant qu’est demourez o soy. »
25

25Ses attaques contre les nobles et leurs vices et surtout l’espoir que le poète anonyme place dans Jacques Bonhomme. Peut-être faut-il aussi souligner que l’auteur ne se contente pas de reprocher aux chevaliers leurs chapeaux à plumes et leurs barbes de bouc mais qu’il est sensible aux vices techniques de l’armée féodale lorsqu’il dénonce par exemple, une fraude à la montre bien connue de Philippe Contamine :

« Quant euls aus mareschaux pour passer se montraient
Garçons armez, chevauls l’un de l’autre empruntaient ;
Leurs soillars et leurs pages pour gens d’armes contoient
Ainsi un seul pour quatre gages du roy prenoient. »

26Le plus remarquable pourtant, dans ce texte, est l’espoir de la revanche. Les nobles sont responsables de la défaite

« Dont la France est a tous temps par euls deshonoree
Se par autres que euls ne nous est recouvree. »

27Mais à quelque chose malheur est bon

:« … se ren en survient
Qui met en esperance, quatre foiz miels avient.
Dieu dont a nostre duc faire tel aliance
De gens fermes, entiers et de si grant puissance
Que des anemis puissent pranre entires vengeance
Si qu’ancore puissons veoir nostre roy en France.
S’il est bien conseillé, il n’obliera mie
Mener Jaque Bonhomme en sa grant companie.
Guerres ne s’en fuira pour ne perdre la vie. »

28Notons que, seule des trois textes écrits en 1357, la Complainte anonyme fait rimer espérance avec vengeance. Notons aussi l’allusion au duc de Normandie. Loin de lui reprocher d’avoir déserté le champ de bataille, le poète lui donne un conseil pour tirer vengeance des ennemis : ce conseil, au fond, c’est de reprendre les armes et, cette fois, de prendre dans les rangs de l’armée « Jaque Bonhomme ».

  • 26 Voir A.Coville, « Complainte sur la bataille de Poitiers », in Histoire littéraire de la France, t. (...)
  • 27 Chronique de Richard Lescot religieux de Saint-Denis (1328-1344) suivie de la continuation de cette (...)

29Reste à savoir qui est Jacques Bonhomme. On a l’habitude, à cause de la suite de l’histoire, de Froissart et de la Jacquerie du Beauvaisis, de voir dans ce nom le symbole du paysan.26 Ce n’est pourtant pas ainsi que l’entend le continuateur de la Chronique de Richard Lescot, dans le récit qu’il fait de la campagne de 1356. Pour lui, ce sont les contingents envoyés par les villes à l’armée royale (civitatum communitates) que les nobles orgueilleux et peut-être le roi Jean lui-même, par ironie, appellent « Jaquetos Bonos homines »27. Il est donc fort probable qu’en mentionnant Jacques Bonhomme, l’auteur anonyme de la Complainte ne pense pas aux gens de la campagne, mais conseille au duc de Normandie d’inclure dans son armée les milices bourgeoises. Or celles-ci étaient composées de combattants professionnels non nobles, sans doute des archers, dont l’équipement léger suscitait les sarcasmes des chevaliers.

30Si bien qu’on peut se demander si la Complainte ne suggère pas au futur Charles V les réformes qu’il adoptera par la suite.

31Malgré leurs différences, les trois textes de 1357 sont singulièrement proches dans leur vision de la défaite. Elle est un désastre parce qu’elle a apporté à la France la honte, le ridicule et le déshonneur. De ses conséquences diplomatiques ou financières, il n’est pas question. Pas plus que de débattre pour savoir s’il faut négocier ou reprendre les armes. Le retour du roi est souhaité ardemment, mais nos trois auteurs ne le demandent qu’à Dieu. Quant à l’explication de la défaite, dans la mesure où elle dépend des hommes, elle réside essentiellement dans la lâcheté des déserteurs. Aurait-il mieux valu éviter la bataille ? Y a-t-il eu des erreurs tactiques ? On ne se le demande pas. Le roi a sauvé l’honneur par sa prouesse. Enfin, occupés à se battre la coulpe, nos auteurs ne s’interrogent guère sur l’adversaire.

32Mêmes visions, mêmes œillères : nos trois textes révèlent dans les profondeurs de l’opinion française une unité qu’on n’aurait pas cru trouver dans les divisions des années 1357-1358.

***

33Limage que les textes de 1357 ont laissée de la bataille de Poitiers est-elle passée telle quelle dans la mémoire ? A-t-elle été au contraire modifiée par le souvenir qu’en ont élaboré les chroniqueurs ? Pour le savoir, il faut examiner les principaux récits historiques de la bataille, ceux du moins qui ont été décrits dans les décennies qui suivirent l’événement.

  • 28 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, t. I, Paris, 1910, pp. 86-87. C (...)

34On peut en retenir huit : les Grandes chroniques de France d’abord ; puis la Chronique des quatre premiers Valois qui se distingue des autres par la longueur de son récit ; la continuation de la Chronique de Guillaume de Nangis par le carme Jean de Venette, fameuse par sa sensibilité aux souffrances du peuple comme on disait au début du siècle ; la continuation de la Chronique de Richard Lescot, elle aussi d’un ton original ; la Chronique normande et la Chronographia regum Francorum qui disent à peu près la même chose, l’une en français, l’autre en latin. Enfin, un peu à part, les Chroniques de Jean le Bel et de Froissart.28

35Entre tous ces récits, les ressemblances l’emportent sur les différences. Si l’on veut saisir leur portée, encore faut-il être attentif au principal de leurs caractères communs : la répétition. « Il n’y a rien de nouveau sous le soleil », les chroniqueurs des XIVe et XVe siècles semblent avoir à cœur d’illustrer ce mot de l’Ecclésiaste quand ils racontent les guerres. Les vieux et sages chevaliers ont en vain conseillé d’accepter les offres de paix de l’adversaire ; le téméraire accuse le sage de peur ou de trahison et l’autre répond en faisant assaut de hardiesse (« Vous ne mettrez pas le museau de votre cheval là où sera la queue du mien ») ; les vainqueurs étaient décidés à « bien vendre leur chair » ; les vaincus sont tombés les uns sur les autres, « à tas », ils sont morts « sans avoir donné un coup » ; « la fleur de la chevalerie a chu ». De quelle bataille s’agit-il ? Courtrai ? Crécy ? Poitiers ? Roosebeke ? Nicopolis ? Azincourt ? Verneuil ? Les mêmes mots, les mêmes épisodes reviennent d’une chronique à l’autre, d’une bataille à l’autre, comme si les historiens faisaient plus un récit de défaite que le récit d’une défaite.

36A ces conventions du récit il faut ajouter celles des thèmes moralisateurs dont chaque défaite est un exemplum. Comme celui de l’orgueil abattu. C’est ainsi que tous les chroniqueurs font allusion aux combattants à pied, amis ou ennemis, pour stigmatiser le mépris dans lequel les chevaliers ont eu le tort de les tenir. Il est vrai que la place des archers dans la bataille est un très réel problème militaire. Mais si les chroniqueurs en ont été si friands, n’est-ce pas pour faire une variation sur le thème « Deposuit potentes de sede et exaltavit humiles » ? De même, pour certains d’entre eux, le bon combattant, celui à qui Dieu donne la victoire, est celui qui se bat « à pied ». Quand les chroniqueurs font du cheval le symbole de l’orgueil, ont-ils à l’esprit l’avènement de l’infanterie, reine des batailles, ou le cantique de l’Exode :

  • 29 Exode, 15, 1.

« Je chante l’Eternel. Il a fait éclater sa gloire.
Il a précipité dans la mer cheval et cavalier » ?
29

37Ces réserves faites, quel souvenir les chroniqueurs nous ont-ils laissé de la déconfiture de Poitiers ?

  • 30 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 46.
  • 31 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 46.
  • 32 Ibid., p. 51.
  • 33 Ibid., pp. 55-56.

38Ils sont unanimes à louer la vaillance du roi Jean qui « plus vassalment s’i porta que nul autre »30, même si le chroniqueur des « quatre premiers Valois » blâme sa légèreté à engager le combat et l'instabilité de son humeur. Le roi, dit-il, renvoya les communes (leurs archers, en fait) « dont ce fut folie à lui et a ceulx qui conseil lui en donnerent31 »… « Jehan le roi de France fu si plain de grant courage et de hastive voulenté qu’il dit qu’il ne lairoit pas fuire ses ennemis »32. Il était « moult troublé »28. Toutefois le même chroniqueur raconte aussi comment le « bon roy » refusa l’offre du comte d’Eu et du comte de Tancarville qui lui proposaient de couvrir sa retraite « et le roi Jehan leur respondi que jà ne s’en fuirait »33. Si les autres chevaliers en avaient fait autant, ajoutent Jean de Venette et le continuateur de Richard Lescot, l’issue aurait été une glorieuse victoire.

39N’aurait-il pas mieux valu que le roi échappe aux Anglais et les Français au paiement de la rançon ? Pas une chronique n’envisage cette hypothèse.

  • 34 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 72.
  • 35 Chroniques de Jean Froissart…, p. 41.
  • 36 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 74.

40La cause évidente de la défaite, aux yeux de tous, ou presque, est la lâcheté de ceux qui « s’en fouyrent honteusement et vilainement »34 et désertèrent le champ de bataille, en abandonnant leur roi. Le duc de Normandie et ses deux frères cadets ainsi que le duc d’Orléans, frère du roi, sont-ils compris par les chroniqueurs dans cette désapprobation ? A de rares exceptions près, il semble bien que oui. Dans le meilleur des cas on les excuse, en disant qu’ils ont suivi un conseil ou obéi à des ordres. Froissart est le plus clair : « Si crurent legierement chiaus qui les gouvergouvernoient »35, dit-il, tout en signalant que la retraite des ducs priva le roi d’un important renfort de huit cents lances saines. Seule la Chronique des règnes de Jean II et de Charles V suggère à qui sait lire entre les lignes que les jeunes princes auraient bien pu tomber eux aussi aux mains des Anglais : « Et de la ditte besoigne l’en fist retraire le duc de Normandie, ainsné filz du dit Roy, le comte d’Anjou et le conte de Poitiers, ses freres, et le duc d’Orléens, frere du dit Roy. Et pou d’autres contes ou dux en eschappa, qui ne fussent mors ou pris ».36

41L’autre explication de la défaite, c’est la colère divine, provoquée par les péchés de la communauté. Tout le récit alors s’ordonne dans une vision providentialiste de l’événement. Celle-ci inspire plus fortement certains chroniqueurs, Jean de Venette, le continuateur de Richard Lescot, que d’autres. Elle n’est absente d’aucun récit.

  • 37 Chronique de Richard Lescot…, p. 100. Voir aussi Jean de Venette, Continuation de la chronique de G (...)
  • 38 Chronique des quatre premiers Valois…, pp. 46-48.

42Les péchés de la communauté ont été de ceux qui attirent spécialement le châtiment de Dieu : l’orgueil, les modes inconvenantes, le luxe et les plaisirs qui font de la nuit le jour et du jour la nuit (ce qui est une transgression), le blasphème, imprudente provocation du Dieu tout-puissant. Il y a pourtant eu des avertissements célestes : les prédictions d’un frère mineur en Avignon37, l’aventure d’un brave homme venu du fin fond de la Champagne, avertir le roi de ne pas combattre et dont les gens de la Cour se sont moqués.38 Mais le Diable s’en est mêlé. C’est lui, dit Jean de Venette, qui a fait échouer les négociations du cardinal de Périgord.

  • 39 Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis…, p. 240.
  • 40 Chronique de Jean le Bel…, p. 236.

43D’où cette « merveilleuse desconfiture » d’une armée immense par une petite troupe. Comment se l’expliquer sinon par la volonté de Dieu et l’instabilité de la Fortune ? Le roi fut pris, dit Jean de Venette, « volente Domino et adversante fortuna quae bellorum ambiguos dat eventus ».39 « Qu’en faut-il longuement faire procès ? Fortune voloit les ungs aydier et les autres fouler ; si ne se poent plus tenir, ains fist sa roe torner », dit Jean le Bel.40

44L’adversaire n’échappe pas à cette vision à la fois chevaleresque et providentialiste. Puisqu’il est la main de Dieu, il n’est pas question de le dénigrer, mais d’opposer sa sagesse à la légèreté des Français, son organisation méthodique de l’armée au désordre de nos troupes, de louer son courage et sa confiance en Dieu.

45Sauf s’ils sont très succincts, les récits donnent assez de détails pour qu’il soit possible de reconstituer le déroulement de la bataille et de trouver des explications techniques à la déconfiture française : attaque d’un adversaire retranché qui attend l’assaillant « de pied ferme », tir des archers, reflux des chevaux après la déroute des maréchaux, prise par le flanc de la bataille du dauphin etc… Mais pour les chroniqueurs l’essentiel n’est pas là.

  • 41 Chronique normande…, p. 116.
  • 42 Chronographia regum Francorum…, p. 263.
  • 43 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 56.
  • 44 Chroniques de Jean Froissart…, p. 60.

46De la même façon, s’ils évoquent les conséquences de la capture du roi, c’est seulement pour déplorer la honte et la confusion. « Et ne fut point la mortalité de cette bataille si grande comme la desconfiture »41, dit la Chronique normande, en chœur avec la Chronographia. Seule la Chronographia ajoute que la France l’a échappé belle car elle aurait vécu son dernier jour si le Prince, après sa victoire, avait poussé vers Paris et les autres villes de France : « Nec dubium est ultimum ilium diem Francie status futurum fuisse, si princeps mox post victoriam ad pervadendum regnum, urbem Parisius et ceteras urbes Francie intendisset »42. Selon l’usage, les récits se terminent en général par l’appel des morts. Mais si les chroniqueurs rendent hommage aux combattants sur le champ de bataille et déplorent qu’ait disparu la fleur de la chevalerie « dont ce fut grant douleur, grant pitié et grant domaige irreparable »43, seul Froissart envisage la nature militaire de ce dommage : « Et fu là morte, si com on recordoit adonc pour le temps, toute li fleur de la chevalerie de France : de quoy li nobles royaumes fu durement afoiblis et en grant misere et tribulacion eschei »44.

47La déconfiture s’explique avant tout par des défaillances morales et, en allant plus loin, par les caprices de la Fortune et la colère divine abattue sur un peuple pécheur. La capture du roi n’est que l’effet de sa prouesse. Limage de la défaite que nous laissent les chroniqueurs de la fin du XIVe siècle n’est pas très éloignée de celle de 1356-1357.

48Si l’impact politique de la défaite est ce que l’on cherche à apprécier, l’élément le plus important dans cette image de la déconfiture est le jugement porté sur le comportement du roi. Or, on l’a vu, les chroniqueurs sont unanimes à louer ses prouesses. Pas une fausse note dans ce concert d’éloges. Est-ce une manière de dorer la pilule ? N’est-ce pas plutôt le témoignage d’un attachement solide aux valeurs chevaleresques ?

  • 45 Reproche attendu du chroniqueur hostile aux Français des Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, (...)
  • 46 Voir par exemple la Chronographia regum Francomm, p. 233, cf. la conclusion ambiguë d’un poème écri (...)

49On peut le penser quand on compare les récits de la bataille de Poitiers à ceux de Courtrai ou de Crécy. Là encore les chroniqueurs ne savent pas rendre hommage au courage malheureux sans jeter le blâme sur les rescapés. A la vaillance du comte d’Artois, tombé devant Courtrai, ils opposent la lâcheté des comtes de Saint-Pol et de Boulogne, ainsi que de Louis de Clermont, qui se sont retirés d’un combat perdu.45 A la mort héroïque de Jean l’Aveugle, ils opposent la fuite honteuse de son fils Charles de Luxembourg, voire celle de Philippe VI46. La retraite ne se distingue pas de la désertion.

  • 47 Chroniques de Jean Froissart…, p. 55.
  • 48 Chronique de Richard Lescot…, p. 104, n. 1.

50La vertu militaire est un attribut du prince idéal. Au combat le roi doit payer de sa personne. On le voit chez Froissart qui essaie de camper un Prince noir « bacinet en teste », se jetant dans le combat « comme un lyon felz et cruelz »47, alors que le prince eut la sagesse – c’est Froissart lui-même qui le dit – de suivre la bataille de loin, sur une hauteur où l’on avait tendu pour lui un pavillon rouge. Edouard III avait fait de même à Crécy. Mais l’idéal du prince chevalereux était vivace au XIVe siècle. Il l’était encore au siècle suivant, comme le prouve cette compilation française qui dit du Prince noir, en guise d’oraison funèbre, que « moult fut eureux en armes, jà soit ce que, comme l’en dit, de son corps fut couart, mès la compaignie de messire Jehan Chandos et autres Angloys l’ayderent fort »48.

  • 49 Chronique de Jean le Bel…, p. 228.
  • 50 Ibid., p. 237. La scène clôt élégamment le récit chevaleresque de la bataille. Mais une autre tradi (...)

51De cet état d’esprit Jean le Bel et surtout Froissart sont les meilleurs témoins. Pour Jean le Bel, la bataille de Poitiers prend place dans les « merveilleuses aventures et fortunes du vaillant prince de Galles »49. C’est lui qui donne au combat une conclusion digne d’une rencontre sportive, en mettant en scène la rencontre du vainqueur et du vaincu, au souper. Le Prince noir se montre beau joueur et réconforte son royal prisonnier : « Vous avez au jour de huy acquis le hault nom de proesse et avés surmonté en bien deffendant les meilleurs de vostre ost. Je ne le dis pas pour vous lober, mais tous ceulx de vostre compaignie s’i accordent et vous en donnent le pris et le chappelet, se vous le voulez porter »50.

  • 51 Chroniques de Jean Froissart…, p. 19.
  • 52 Ibid., pp. 20-21.
  • 53 Ibid., p. 38.

52Dans le Livre premier des Chroniques de Froissart, la bataille de Poitiers constitue un morceau de bravoure. Aucun récit ne contient autant de détails sur le déroulement des opérations, autant de scènes, de dialogues, de discours, plus révélateurs sans doute des mentalités que de la réalité matérielle des faits. L’image de la défaite que l’on peut y discerner est riche et complexe, elle est pourtant dominée comme toute l’organisation du récit par la vision chevaleresque de la guerre. Le roi Jean y fait belle figure par sa détermination à combattre et, avec lui, « toute li fleur de France », car « nulz chevaliers ne escuiers n’estoit demorés à l’ostel, se il ne voloit estre deshonnourés »51. Froissart le montre haranguant ses troupes, monté sur un « blanc coursier », « un blanc baston à la main », et le discours qu’il met dans la bouche du roi dénonce par avance la lâcheté de ses soldats fanfarons plus que son aveuglement : « Entre vous, quant vous estes à Paris, à Chartres ou à Orliiens, vous maneciés les Englès et vous soushediés le bacinet en le tieste devant yaus. Or y estes vous, je les vous moustre ; si leur voelliés remoustrer vos mautalens et contrevengier les anois et les despis qu’ils vous ont fais »52. L’adversaire, quant à lui, par la voix de Jehan Chandos, rend hommage aux vertus guerrières du roi de France : « Bien sçai que par vaillance il ne fuira point : si nous demorra, s’il plaist à Dieu et à saint Jorge »53.

  • 54 Ibid., p. 42.

53La bataille est appréciée du point de vue de la prouesse. Voilà pourquoi Froissart estime qu’elle « fu trop mieulx combatue que ceste de Crecy », même si Fortune y fut pour les Français « moult diverse et tres felenesse pour yaus, et auquesparelle à ceste de Crecy ». Il y advint, en effet, « trop plus de biaus fais d’armes sans comparison que il ne fesissent à Creci, comment que tant de grans chiés du pays n’i furent mies mort, que il furent à Creci »54.

  • 55 Ibid., p.  43.
  • 56 Ibid., p. 47.

54Les Français, morts ou pris, ont droit aux honneurs de la guerre : « Et se acquitterent loyaument envers leur seigneur tout cil qui demorerent à Poitiers, mort ou pris, que encore en sont li hoir à honnourer et li vaillant homme qui là se combattirent, à recommander »55. Le roi Jean en particulier : « Et y fu li rois Jehans de France de son costé très bons chevaliers ; et, se la quarte partie de ses gens l’euissent ressamblé, la journée euist esté pour yaus »56.

  • 57 Ibid., p. 52.
  • 58 Ibid., p. 279.

55La lâcheté et la fuite sont la cause principale de la défaite et aussi la Fortune instable, imprudemment provoquée : « Et si aviennent souvent les fortunes en armes et en amours, plus ewireuses et plus merveilleuses que on ne les poroit ne oseroit penser ne souhaidier »57 et dans la dernière version du Livre premier, Froissart précise sa pensée : « Il avient souvent en batailles et en rencontres c’on pert bien par trop follement cachier »58. Tout naturellement, pour finir, Froissart emprunte à Jean le Bel sa conclusion et accorde au roi Jean « le pris et le chapelet de la bataille ».

  • 59 J. Froissart, Chroniques. Début du premier livre. Edition du manuscrit de Rome Reg. lat. 869, par G (...)

56L’issue du combat n’est pas le tout. Au reste Froissart l’a dit dans le Prologue du Livre premier : « On doit bien tenir pour assez preux tous ceux qui en si crueuses batailles ont esté vus et sont demeurés jusques à la deconfiture, suffisamment faisant leur devoir ». Quand il raconte une bataille rangée, temps fort de son récit historique, son propos n’est pas de faire l’analyse politique de l’événement, ni d’en apprécier la portée. Il est de voir à l’œuvre Prouesse qui, dans sa marche de l’Orient vers l’Occident, s’était, au temps du roi Edouard, arrêtée en Angleterre.59 Tel est le ressort du Livre premier. La notion de Prouesse commande l’image de la défaite comme elle commande tout le Livre premier des Chroniques.

  • 60 Chroniques de Jean Froissart, éd. G. Raynaud, t. IX, 1337-1380, Paris, 1894, p. 127.

57Qu’on ne taxe pourtant pas Froissart d’aveuglement ! Il est capable de prendre des distances à l’égard du modèle du roi-chevalier et d’apprécier la sagesse et l’efficacité dans la conduite des guerres. Il n’est qu’à lire ce qu’il dit de Charles V : « Li rois Charles de France, qui pour che tamps resgnoit, si com vous poés savoir par ses oevres, fu durement sages et soutils, et bien le monstra tant comme il vesqui ; car tout quois, estans en ses cambres et en ses deduis, il reconqueroit ce que si predecesseur avoient perdu sur les camps, la teste armée et l’espée à la main, dont il en fait grandement à recommander »60.

58Mais quand il raconte la bataille de Poitiers, Froissart s’en tient aux commentaires de tous les chroniqueurs : honneur au courage malheureux et honte aux fuyards dont la désertion est la cause de la déconfiture et de la capture du roi.

  • 61 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 72.

59Parmi les chroniques du XIVe siècle, une seule en fait s’écarte quelque peu de cette image de la défaite. C’est la Chronique de Jean II et de Charles V qui fut rédigée, à la suite des Grandes Chroniques de Saint-Denis, sans doute par le chancelier d’Orgemont et sûrement sous l’œil de Charles V. Comme les autres, le chroniqueur fait allusion à ceux qui « s’en fouyrent honteusement et villainement ». Mais il ne fait pas peser sur eux seuls la responsabilité de la défaite : « Et dient aucuns que par ce fu l’ost du dit roy de France desconfit, et les autres dient que la cause de la desconfiture fu pour ce que l’on ne povoit entrer es diz Angloiz ; car ilz s’estoient mis en trop forte place, et leurs archers trooient si dru que les gens du dit roy de France ne povoient demorer en leur trait »61.

60Le seul récit qui dégage la défaite d’une vision moralisante et fataliste et qui l’explique par des considérations de technique militaire émane donc de l’entourage de Charles V. N’est-ce pas le signe d’un esprit nouveau ? d’un certain souci d’efficacité et de rationalité qui dominait alors le gouvernement de la France ?

***

  • 62 Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), éd. S. Luce, t. I, Paris, 1879, p. 5. Même remarque dan (...)

61Avec le recul du temps, la mémoire nationale conserva de la déconfiture et de la capture du roi Jean le souvenir d’un événement prodigieux : « Quand le roi Jehan fut pris la terre trembla », écrit le chroniqueur du Mont-Saint-Michel62. Cependant cette vision irrationnelle de la défaite n’empêchait pas les hommes de réflexion de réfléchir.

62Ceux qui avaient été à la bataille de Poitiers en gardèrent longtemps le souvenir cuisant et en tirèrent cette leçon : ne jamais mettre le roi ni le royaume en aventure de bataille.

  • 63 Chroniques de Jean Froissart, éd. G. Raynaud, t. VIII, 1370-1377, Paris, 1888, pp. 161-163.

63Toute la stratégie de Charles V le montre. Et Froissart, mettant en scène un Conseil du roi réuni en 1373, au moment d’une chevauchée du duc de Lancastre, le dit en clair. On se demandait, en effet, « si on combattrait les Anglais ou non ; car pluiseurs baron et chevalier dou royaume de France et consaulx des bonnes villes murmuroient l’un à l’autre et disoient en puble que c’estoit grans inconveniens et grans vitupères pour les nobles dou royaume de France où tant a de baron, chevalier et escuier dont la poissance est si renommée, quant ils laissoient ensi passer les Englès à leur aise et point n’estoient combatu et que de ce blasme ils estoient vitupéré par tout le monde ». Le roi réunit donc le Conseil. Il donne la parole à du Guesclin qui conseille de laisser passer les Anglais et de ne les combattre qu’à « nostre avantage, ensi que bien le scevent prendre, quant il leur touche ; et l’ont pluiseurs fois eu à Creci, à Poitiers, en Gascongne »… La victoire les a rendus si orgueilleux, ajoute Clisson, qu’ils se croient invincibles. Ils se sont bien battus, mais ce qu’ils ont gagné en France, ils l’ont perdu. Donc, conclut le roi, « je n’en pense jà à issir ne à mettre ma chevalerie ni mon royaume en peril d’estre perdu pour un pan de plat pays ».63

  • 64 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, éd. H.C. Courtault, L (...)

64La reconquête des terres cédées à Brétigny, au temps de Charles V, la victoire du jeune Charles VI à Roosebeke, n’effacèrent pas le souvenir de Poitiers. Soixante ans après, le duc de Berry y pensait encore lorsque se débattait la stratégie à opposer à Henri V après la prise de Harfleur. Décidé à livrer bataille, le Conseil va trouver à Rouen le roi Charles VI pour lui demander de « venir pour estre a la bataille. Mais le duc de Berri, son oncle, ne le volt consentir et fut moult courroucé de ce qu’ils avoient acceptee la bataille et pour ce ne volt que le Roy y alast, car il faisoit grant doubte de la bataille pour ce qu’il avoit esté a la bataille de Poitiers où son pere le roi Jehan fut prins et disoit que mieulx valloit perdre bataille seule que roy et bataille ».64

65Son avis ne l’emporta pas et la défaite d’Azincourt vint raviver le souvenir de la défaite de Poitiers. Elle ne changea pas sensiblement le cours des réflexions que la déconfiture de Poitiers en particulier et la défaite en général inspiraient aux penseurs du temps.

  • 65 Kervyn de Lettenhove, Chroniques de Jean Froissart, t. XV, p. 451.
  • 66 Œuvres complètes de Eustache Deschamps, éd. Le Queux de SaintHilaire et G. Raynaud, t. VII, pièce n (...)

66La conception providentialiste de l’Histoire qui régnait alors leur imposait une certaine vision de la défaite. Ainsi Philippe de Mézières, quand il écrivait en 1396 l'Epître lamentable et consolatoire, après le désastre de Nicopolis, rappelait « la desconfiture de Crecy au temps du noble roy Philippe et de Poitiers aussi, au temps du vaillant roy Jehan, lesquels Diau consenty pour la corruption des vertus ».65 Quant à Eustache Deschamps, l’histoire de France lui fournit un admirable exemple pour illustrer le thème inépuisable de la décadence. S’il évoque l’ardeur guerrière des Gaulois, au temps de Rome, les Francs, Charles Martel, Charlemagne etc…, c’est pour les opposer à la mollesse du temps d’aujourd’hui. « Où sont Charlemagne et Roland ? ». Milicia a regno transfertur.66

  • 67 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roi de France, éd. J. A. C. Buchon, Choix de chroni (...)
  • 68 Le Religieux de Saint-Denis, Histoire de Charles VI, éd. et trad. L. F. Bellaguet, 6 vol., Paris, 1 (...)

67La défaite d’Azincourt donne une nouvelle force à ces idées accablantes. Les chroniqueurs sont unanimes, dans cet esprit, à mettre en scène Henri V faisant des remontrances aux princes, ses prisonniers : « Il n’y a pas de vice auquel vous n’êtes adonnés… »67. Et le Religieux de Saint-Denis écrit des pages de déploration qui rappellent étrangement le Tragicum argumentum de François de Montebelluna, son frère bénédictin.68

  • 69 Op. cit., n. 64, pp. 520-521.
  • 70 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. et trad. Ch. Samaran, t. I, Paris, 1933, pp. 28-29 et 44 (...)

68Bon nombre d’historiens, plus tard, reprennent sans réserve l’interprétation providentialiste qu’il s’agisse d’Azincourt ou de Poitiers. Ainsi Thomas Basin. On avait remarqué avant Shakespeare que « la bataille » avait eu lieu le jour où l’on fête saints Crépin et Crépinien, saint patrons de Soissons. Or les Armagnacs l’année précédente s’étaient rendus coupables du sac de la ville. Et le bruit avait couru que la défaite n’était rien d’autre que la vengeance divine tirée d’un tel crime. Juvénal des Ursins, dans l’Histoire de Charles VI, rapporte la rumeur69, Thomas Basin, lui, l’amplifie en l’enrichissant d’un épisode prodigieux70.

  • 71 Œuvres de G. Chastellain, éd. J. A. C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de Fr (...)

69Bon représentant de l’Histoire « bourguignonne », Georges Chastellain, de son côté, rappelle aux Français la défaite d’Azincourt « comme non celle fois seule leur estoit advenu, mais à Kressy et à Pottiers semblable meschief, par tel merir de vice. Dont l’exemple par trois fois escheu, et qui est trop, doit bien estre perpetuel miroir aux François de fuyr oultrecuidance et de cognoistre que Dieu, les hommes et fortunes espient et aguettent les orgueilleux pour les infeliciter et les humbles esvigourent et exaulcent »71.

70La défaite, châtiment divin, la bataille, jugement de Dieu, l’idée est largement dominante. Toutefois, certains moralistes et théoriciens réagissent contre de telles conceptions.

  • 72 Le songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lièvre, t. I, Paris, 1982, p. 239.

71Ainsi dans Le songe du vergier, si la vision providentialiste de la guerre est mentionnée, elle est mise dans la bouche du clerc : la France, dit celui-ci, a été accablée de malheur du temps du roi, donc « nous devons presumer que ce soit pour le pechié du Roy que le pueple ait eu tellez guerres et tellez pestilences ». Affirmation que discute âprement le chevalier.72

  • 73 G. W. Coopland, The tree of Battles of Honoré Bonet, Cambridge Mass., 1969, p. 398.

72Honoré Bonet, lui, dans L’arbre des batailles, propose une vision réaliste de la guerre et s’en prend à l’idée que la bataille est un jugement de Dieu : « N’est ce mie une bonne raison de dire : cestui a perdu en bataille pour quoy il appert bien qu’il avoit tort ».73

  • 74 Ibid., t. II, pp. 381-382.
  • 75 Ibid.

73Si religieux soit-il, Philippe de Mézières s’élève, lui aussi, dans Le Songe du vieil Pélerin, en 1389, contre l’idée de la bataille jugement de Dieu. La victoire n’est pas le signe du bon droit (voilà pour les Anglais !) et le bon droit n’assure pas la victoire (voilà pour inciter à la prudence le jeune et fougueux Charles VI !). Dieu ne laisse pas l’injuste triompher longtemps : « Car non obstant la prise du roy d’Escoce et les deux horribles victoires de Crecy et de Poictiers par mon Pere a vous octroyees, il se puet dire que aujourd’huy es diz royaumes de cent parties vous n’en tenez pas l’une. Et ce tant peu que vous en tenez est seulement non pas par legitime possession mais pour ce que es diz royaumes, bien battuz par vostre verge, ne sont pas encore bien chastiez »74. Tel est le langage sans ambiguïté que la reine Vérité tient aux Anglais. Mais, à l’inverse, il ne faut pas « aler legierement en l’ost », car « les victoires viennent du Ciel et selon l’escripture nul ne scet s’il est digne de l’amour de Dieu ou de son hayne et se en bataille il desconfira ses ennemis ou s’il sera desconfit »75.

  • 76 Op. cit., n. 63, t. IX, pp. 365-366.

74Même si la roue de Fortune est omniprésente dans la littérature du XIVe et du XVe siècle, il ne manque pas d’auteurs pour s’élever contre l’idée de sa toute-puissance et affirmer que le libre-arbitre, « Franc-vouloir », est plus fort que le destin. Honoré Bonet est de ceux-là comme Eustache Deschamps qui oppose Folie à Franc-vouloir pour expliquer les défaites de Crécy et de Poitiers76, comme Christine de Pizan à qui le roi Jean fournit un bel exemple de malchanceux : « Sage prince et de bon affaire, écrit-elle dans le Livre de mutacion de Fortune, vers 1400-1403,

  • 77 Le livre de la mutacion de fortune par Christine de Pizan, éd. S. Solente, t. IV, Paris, 1966, v. 2 (...)

Estoit et moult chevalereux
Mais n’estoit pas moult eureux
En ses fais… »
77

75La sagesse est de se tirer des mauvais pas. Ce que fit Charles V :

  • 78 Ibid., v. 23.533-23.534.

« Mais sens est de soy sçavoir traire
Hors d’une fortune contraire ».
78

  • 79 R. Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine de Pizan, Paris, 1838, pp. 147-148 (extra (...)

76Et Christine de Pizan revient à plusieurs reprises aux dangers de la bataille qui expose le juste à la défaite : « Estrange et non cognue est la fortune de toute bataille. Car quoy que de homme soit proposé, fortune y dispose ». « Bon droit et juste querelle » ne garantissent pas la victoire, voir Saint Louis. « Par merveilleuse disposicion, Dieu laisse encourir tout fait de bataille de laquelle le mal est certain et le bien qu’avenir en puet gist en grant doubtance ».79

77Au moment de la reprise de la guerre, le problème de l’offensive en général et de la bataille en particulier en se posant avec une acuité nouvelle, fit revenir en mémoire le souvenir des grandes déconfitures du XIVe siècle. L’exemple de Jean de Berry jouant les Cassandre, à la veille d’Azincourt, nous l’a prouvé. Celui de Jean de Montreuil, avec ses traités et ses lettres, écrits peu avant et peu après « la bataille » le montre encore plus.

  • 80 Jean de Montreuil, Opera, t. II, L’œuvre historique et polémique, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. (...)
  • 81 Ibid., p. 127.

78Le traité A toute la chevalerie, écrit entre 1406 et 1412 est un appel aux armes80. Il n’ignore pourtant pas le risque de la bataille ni le souvenir de la défaite, mais les aborde dans un esprit nouveau. Plus question de dire que les défaites de Crécy et de Poitiers ont châtié les Français pour leurs péchés. La cause de la déconfiture, ce ne sont pas les mauvaises moeurs des chevaliers français, c’est l’efficacité de l’armée anglaise. Les Anglais sont « tres vaillans gens d’armes, soingneux, caux en armes et diligens qui est le principal des guerres… et le dit roy Edouart et le prince son fils tres eureux et fortunez en armes ». La chance a aidé leur valeur. « Et est vray qu’ilz ont eu de grandes et haultes journées », mais ils ne les ont gagnées « que par l’empeschement et destourbier que les archiers ont donné à l’assembler ; et si a esté tres grant faulte que l’en n’y a pourveu cy arriérés »81. Les archers voilà la cause des grandes déconfitures. L’aspect technique de la bataille n’échappe pas à Jean de Montreuil.

  • 82 Ibid., pp. 91-104.

79L’effet moral de la défaite encore moins. Beaucoup plus que l’outrecuidance tant reprochée par les moralistes aux chevaliers, ce qu’il redoute c’est la peur inspirée par l’invincible armée anglaise. Aussi rappelle-t-il que les victoires des Anglais ont été vaines. Ils ont perdu presque tout ce qu’ils avaient en France. Vingt-cinq ans plus tôt, on le disait déjà. Mais à cet argument ancien, Jean de Montreuil en ajoute un autre qui fait le fond de son traité. L’objet de celui-ci, en effet, exprimé dès les premières lignes est d’inviter les chevaliers français à « ensuir les traces » de leurs aïeux et pour cela leur « mettre a cuer la prouesce et vaillance de (leurs) bons predecesseurs ». Voilà pourquoi Jean de Montreuil énumère les hauts faits des Français, « si fortunez et eureux en armes », depuis l’Antiquité jusqu’à Philippe de Valois exclu.82

80Rien de neuf, dira-t-on. François de Montebelluna, Eustache Deschamps, le Religieux de Saint-Denis et bien d’autres avant lui ont chanté le même refrain. Rien de neuf dans les faits peut-être, mais tout dans l’esprit. Car au lieu de faire servir l’ardeur guerrière des anciens Gaulois au vieux thème de la décadence, Jean de Montreuil l’utilise pour réveiller l’agressivité des Français. Et l’on peut se demander si ce retournement n’est pas le signe d’une véritable mutation mentale face aux souvenirs qui formaient alors la mémoire nationale.

  • 83 Ibid., pp. 153-158.

81On peut aussi se demander si cet esprit nouveau a résisté à l’épreuve d’Azincourt. Plusieurs lettres de Jean de Montreuil permettent de répondre à cette question. En particulier la lettre « A ce que tu m’as escript… »83 Là encore, Jean de Montreuil pose, à propos de la défaite, les questions traditionnelles : « le bon droit qu’ilz dient avoir a la couronne de France par les batailles qu’ilz ont eu pour eulx contre les François ? » Après les autres Jean de Montreuil répond que Dieu « seuffre venir pertes et adversitez a ceulx qui ont bonne cause et qu’il ayme et aux autres prosperité, qui depuis en sont pugniz plus griefvement ». Une fois encore Jean de Montreuil rappelle les grandes déconfitures françaises de Crécy, Poitiers etc… pour leur opposer la liste des faits d’armes obscurs qui ont chassé les Anglais hors de France. Et prenant pour comparaison le jeu d’échec, il conclut qu’il « est tout cler que le champion cheu qui se relieve et gaigne sur s’adverse partie doit estre le plus loué en armes reputé ».

  • 84 Jean de Montreuil, Opera, t. I, Epistolario, éd. E. Ornato, Turin, 1963, p. 332.

82Esprit de revanche, au lendemain de la défaite ? Sûrement. Mais au-delà, c’est par l’interprétation religieuse de l’événement que Jean de Montreuil se distingue des moralistes de son temps. La sienne, en effet, s’écarte de celle que reprend, traditionnel, le Religieux de Saint-Denis. Face au désastre qui accable le royaume très-chrétien, le bénédictin évoque la colère divine provoquée par les péchés des Français. Jean de Montreuil, lui, rappelle les malheurs qui, depuis Job, ont frappé les justes. La réponse de l’un est la pénitence, celle de l’autre est l’espérance. Dieu qui envoie la lumière après les ténèbres ne souffrira pas que le royaume très-chrétien soit perdu, écrit Jean de Montreuil dans l’Epistola 214 : « qui post tenebras lucent immittit, quique, ut spe et fide teneor non deseret, precum interventu fidelium, hoc christianissimum regnum perdit.84

83La foi dans la Providence n’impose donc pas une vision fataliste de la défaite. Mais Jean de Montreuil serait-il le seul à réagir ainsi ? Dans le royaume de Bourges accablé par la répétition des défaites, les partisans de Charles VII ont-ils au contraire été soutenus par les mêmes idées ? Quel regard, en fait, ont-ils jeté sur les déconfitures du passé ?

  • 85 Alain Chartier, Le quadriloge invectif, éd. E. Droz, Paris, 1923, p. 14.

84Pour Alain Chartier, dans le Quadriloge invectif, les Français du XIVe siècle sont à donner en modèle à ceux du XVe siècle pour leur réaction à la défaite de Poitiers. Lecteur des Grandes Chroniques, Alain Chartier a, en effet, remarqué que « le pays de Languedoc, en la prise du roi Jehan, se mua en vesteures et gouvernement des hommes et des femmes en laissant toute remonstrance de luxe et festivité »85. Le deuil et la pénitence, voilà pour lui les justes réactions à une défaite qui est un châtiment divin provoqué par les péchés des Français.

  • 86 Ibid., p. 17.
  • 87 Ibid., p. 27.
  • 88 Ibid., p. 31.

85Pourtant, si l’interprétation providentialiste subsiste chez lui, elle est tempérée par une vision réaliste des causes militaires de la défaite et surtout par une indomptable espérance. « Les ennemis ne sont de fer immortelz ou indiviables ne que vous, dit-il aux chevaliers français, ilz n’ont glaives ne armeures que vous n’ayez les pareilles, ne ne sont en si grant nombre que ne soiiez autant ou plus »86. Les défaites du passé doivent servir de leçon pour éviter de retomber dans les mêmes erreurs : « Toutes-voies, quoy qu’il soit advenu ou temps passé, nous devons assez avoir aprins pour noz couraiges rafermer a ce qu’est avenir et aidier a redrecier par meilleur advis ce que nous mesmes avons bestourné par folle creance »87. Pas besoin de s’appesantir sur le passé, « de querir anciennes histoires du temps passé, mais nous vaille pour leçon ce que nous avons veu n’a geres et de nos jours et recordons à noz erreurs le fait de la maleureuse bataille d’Agincourt »88.

  • 89 Ibid., p. 28.
  • 90 Ibid., p. 40.

86A côté des appels à la revanche, il est intéressant de remarquer, chez Alain Chartier, la notion de redressement, signe, elle aussi, d’un esprit nouveau. Il en trouve des exemples dans l’Histoire : les Romains, écrit-il, mis à bas par la Fortune, « se ressourdaient… plus vertueusement »89. Et si, par la bouche du clergé, Alain Chartier évoque « le flaïel de divine justice, qui nous fiert par l’adversité presente »90, c’est pour dire qu’il « nous doye esmouver a prendre couraige pour nous hors gecter de ceste infortune ».

87En dépit des apparences, le Quadriloge invectif est bien différent du Tragicum argumentum. Avec des mots nouveaux : l’avenir, se ressourder, redresser, Alain Chartier, comme Jean de Montreuil, surmonte l’image fataliste de la défaite.

  • 91 Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, éd. P. S. Lewis, t. II, Paris, 1985, pp. 13-177. Ment (...)

88Jean Juvénal des Ursins écrivait dans des temps meilleurs. Il n’y avait dès lors plus d’inconvénient à dire que la défaite de Poitiers était le châtiment divin infligé aux Français pour leurs mauvaises mœurs et peut-être est-ce la simple curiosité qui l’a poussé à relever dans la Chronique de Jean de Venette la mention des modes extravagantes et en particulier des poulaines aux souliers. C’est dans le traité « Tres crestien, tres hault, tres puissant roy… »91 que Jean Juvénal des Ursins, retraçant l’historique de la guerre de Cent ans, évoque ainsi la déconfiture du roi Jean. Il faut toutefois remarquer que, malgré ce clin d’œil aux vieux chroniqueurs, il ne manque pas de dire prudemment que le bon droit n’assure pas la victoire. Et s’il appelle à la rescousse les rois victorieux des anciens temps, c’est pour inviter Charles VII à suivre leurs traces et pas pour reprendre le vieux refrain de la décadence.

89L’idée de la défaite infligée par Dieu au peuple pécheur resurgira encore au XVe siècle. Elle s’accorde trop bien à une conception providentialiste de l’Histoire pour ne pas durer longtemps. Il s’est pourtant trouvé au XIVe et au XVe siècle des penseurs pour la contester ou du moins pour la nuancer. Ce n’est pas un hasard si de l’auteur anonyme du Songe du vergier à Jean Juvénal des Ursins, en passant par Christine de Pizan, Jean de Montreuil, Alain Chartier et les autres, ils se sont tous trouvés dans les rangs de ceux qu’on appela au XVe siècle « les vrais Français ».

90Il leur fallut une véritable mutation mentale pour chasser ou plutôt apprivoiser les vieux thèmes fatalistes et pessimistes du Moyen Age : la roue de fortune ; « fais ce que dois, advienne que pourra » ; la dégénérescence de la race et la perte des anciennes vertus guerrières ; « milicia a regno transfertur », bref tempora pessima sunt. La revanche, le redressement, le champion tombé qui se relève, voilà les images et les mots qu’ils essaient d’associer à la défaite. Avec la confiance en l’homme et l’espérance dans l’avenir, ne font-ils pas ainsi appel aux valeurs que l’on dit humanistes ?

91Limage du roi Jean et, avec elle, celle du roi guerrier ont-elles été l’objet des mêmes révisions ?

  • 92 Ordonnances, t. III, pp. 433-434, 5 décembre 1360.

92A la fin du XIVe et au XVe siècle, la vertu militaire est un attribut du prince idéal. Elle prend même une portée nouvelle. Le roi qui est sur le champ de bataille, bassinet en tête et épée au poing, est celui qui n’abandonne pas son peuple. Telle est l’image que la chancellerie royale veut donner du roi Jean, dans le préambule de l’ordonnance de Compiègne, qui, rappelons-le, met en place le système fiscal destiné à payer la rançon du roi : Comme, dit le roi, « fussions alez en personne contre (Le prince de Galles) pour lui résister et deffendre nostre royaume et pueple de griefz et de maulx qu’il y portait et eussions abandonné à l’aventure de la bataille nostre propre corps, nos enfans, plusieurs de nostre lignage et autres pour le salut et saulvement de nostre royaume et pueple et par adverse fortune eussions esté pris en la dicte bataille »92.

  • 93 Debat des Heraulx d’armes de France et d’Angleterre…, éd. L. Pannier et P. Meyer, Paris, 1877, p. 1 (...)

93Un siècle et demi plus tard, le Débat des hérauts d’armes de France et d’Angleterre rend le même son de cloche. Le roi Jean était en son pays et il aurait pu battre en retraite, « mais il ama mieulx estre mort ou prins que habandonner son pueple et attendit la fortune de la bataille… et ne trouverez point que les roys ne seigneurs du sang de France en bataille aient abandonné leur peuple ».93

  • 94 Op. cit., n. 71, t. II, pp. 381-382.

94Malgré tout, la capture du roi et ses terribles conséquences financières et territoriales ont fait réfléchir. On se demande si le roi doit aller en personne à la guerre. Sous Charles V la question ne se pose pas. Mais plus tard sous Charles VI, c’est Philippe de Mézières qui met en garde le jeune roi, grisé par la victoire de Roosebeke, et lui enseigne, dans Le songe du vieil pélerin, qu’il « se doye bien garder d’aler legierement en l’ost ne de combattre soudainement »… « Le peril en est trop grand ». Péril de mort pour le roi et ses chevaliers, risque de ridicule si l’on est déconfit. Il ne faut pas mettre le bien public « en la balance d’aventure ». Les enjeux de la guerre sont trop grands. La guerre n’est pas un jeu : « Ce n’est pas un jeu de personnage ne la bataille de la langue des advocaz. Et pour ce, Beau filz, aler en l’ost et legierement combattre n’est pas un jeu de courre au pallet ».94

  • 95 Mémoires de Pierre de Fénin, éd. Dupont, Paris, 1837, p. 222.

95Dans les premières années du règne de Charles VII, il n’est pas question d’exposer le roi. Le chroniqueur Pierre de Fénin nous l’explique en clair, au milieu du récit de la bataille de Verneuil : « Vérité est que le Conseil du roy Charles ne veut oncquez souffrir qu’il fust en sa personne en nulle bataille ; et quant ilz atendoient d’avoir aucune journee, ils envoioient tousjours leur Roy en aucune bonne ville, donc ilz firent par pluseurs fois grant scens ; car, pour ce qu’ilz perdirent pluseurs journees, leur Roy eust esté mort ou prins, s’il y eust esté, par quoy leur querelle eust peu estre du tout mise au néant ».95

  • 96 Edité par Vallet de Viriville, B.E.C., t. XXVII (1866), §20, p. 140, conseil répété §79, p. 147.

96De cette sage précaution, on fit alors un principe. L’advis à la Reine, écrit à la même époque, rappelle même à ce sujet le souvenir fâcheux du roi Jean : « Que le roy ne doit jamais aler en bataille, mais doit se tenir en ung bel lieu, bien acompaigné, car la prinse ou mort en bataille d’un roy de France est faire perdre ou mectre en merveilleuse desolacion le royaume, tesmoing la prinse du roy Jehan ».96

  • 97 Op. cit., n. 88, p. 228.

97C’est aussi l’avis de Jean Juvénal des Ursins qui ne veut pas conseiller à Charles VII « que adventuriez vostre personne, car trop de inconveniens en pourroient venir, comme la prinse du vaillant roi Jehan ». Du reste, « le traictié de Bretigny… et les brouillis et les guerres qui s’en sont ensuivis, monstrerent bien le dommage que fist la prinse du roy Jehan ».97

  • 98 Ibid.

98A ce sage conseil, Jean Juvénal des Ursins en ajoute un autre : que le roi renonce à commander en personne, mais qu’il prenne un bon général en chef. Et là c’est Charles V qui sert de modèle : « Et ainsi le faisoit le roy Charles le saige, vostre ayeul qui estoit maladif ; et en sa jeunesse on peut bien dire qu’il fut garni de ceste vertu de force et de vaillance, et son sens, prudence et courage faisoient ses gens vaillans, et avoit bons executeurs comme Claquim, Clisson, Sanceurre et aultres ».98

  • 99 Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, (...)

99Depuis le temps où Froissart commentait les victoires françaises en écrivant le Livre II des Chroniques, Charles V sert, en effet, de contre-exemple au roi Jean. L’idéal du roi-chevalier est cependant assez fort pour que soit ressenti le paradoxe de cette situation. Christine de Pizan prend toutes sortes de précautions oratoires pour louer la chevalerie du sage roi. Elle fait allusion au fait que certains « pourroient contredire à mes preuves de la chevalerie de cestuy roy Charles, disant que recreandise ou couardie li tolloit que lui en personne n’aloit comme bon chevalereux aux armées et fais de batailles et assaux, ainsi que firent son ayol, le roi Phelippe, et son pere, le roi Jehan, et ses autres predecesseurs ».99 Et elle croit bon d’expliquer ce fait par la maladie qui avait privé le roi de l’usage de la main droite. Mais par ailleurs, dans le Livre de Paix, Christine de Pizan reprend l’expression de Froissart pour dire que Charles V, en restant dans son palais royal, a reconquis ce que ses aïeux avaient perdu sur les champs de bataille.

  • 100 Op. cit., n. 82, p. 56.

100C’est exactement ce que rappellent, après elle, les autres théoriciens du parti des « vrais Français » : Jean de Montreuil qui, à ce propos, évoque Fabius Cunctator ; Alain Chartier qui, comme Jean Juvénal des Ursins, fait gloire à Charles V d’avoir donné à son armée de bons chefs. C’est Charlemagne, dit-il, qui a fait Roland, Ogier et Olivier et « le meur adrecement et hault esgard du roy Charles derrenier mort fist le bon Bertran tant de fois vaincre les ennemis ».100 Jean Juvénal des Ursins tient le même discours.

  • 101 Jean Gerson, Vivat rex, discours au roi pour la réformation du royaume 7 novembre 1405, Œuvres comp (...)

101Aux yeux de tous ces hommes de réflexion, l’image du sage roi et de son bon connétable ternit singulièrement celle de Jean « le Bon ». Bien sûr, on cite toujours la vaillance du roi Jean. C’est ce que fait Eustache Deschamps, même s’il place cet éloge ambigu sous le signe de la folie. Gerson, lui, loue la fidélité à la parole donnée : « Foy de gentilhomme et parole de roy se doivent tenir. Le roi Jehan pour ceste cause retourna en Angleterre ».101 Mais il y a des silences éloquents. Lorsque Honoré Bonet cite des justes abattus par un tour de la roue de Fortune, il cite Saint Louis, pas Jean le Bon. Même chose chez Christine de Pizan lorsqu’elle veut prouver que le bon droit n’assure pas la victoire. Alain Chartier ne le place pas dans sa liste des preux déconfits. D’ailleurs s’il y a un dixième preux, désigné par Eustache Deschamps, c’est Bertrand du Guesclin et pas le roi Jean.

  • 102 Op. cit., n. 81, p. 327.

102Jean de Montreuil, enfin, blâme franchement la conduite du roi à Poitiers. La fuite prudente de Philippe VI à Crécy valait mieux : « Quam iniquo sidéré per patrem et filium, reges Philippum et Johannem, apud Cressiacum et Pictavium pugnatum est, declaravit primi e pugna perprudens aufiigium et alterius indigesta remansio ».102

  • 103 Historiens et chroniqueurs du Moyen Age, éd. A. Pauphilet, Paris, 1963, p. 1229.

103A la fin de la période, le mythe du roi Jean paraît singulièrement émoussé. Commynes lui reproche le traité de Brétigny et les impôts qui s’en suivirent. Il l’accuse sans ambage d’avoir offensé Dieu en imposant aux Français le paiement de sa rançon. « Quand un roy ou un prince est prisonnier et qu’il a peur de mourir en prison, a-t-il riens si cher au monde qu’il ne baillast pour sortir ? Il baille le sien et celuy de ses subjets, comme vous avez vu du roy Jean de France, pris par Edouard, prince de Galles, à la bataille de Poitiers, qui paya trois millions de francs, et bailla toute Aquitaine (au moins ce qu’il en tenoit) et assez d’autres cités, et villes et places, et comme le tiers de son royaume et mit le royaume en si grant pauvreté qu’il y courut longtemps monnoye comme de cuir qui avoit un petit clou d’argent ».103

  • 104 Ibid., p. 1163.

104Quand le mythe de la monnaie de cuir est associé à un roi, c’est mauvais signe. Mais il y a mieux. Outre son opinion personnelle, Commynes rapporte les commentaires peu flatteurs qui entouraient la mémoire du roi Jean. C’est à propos de Charles le Téméraire, battu par les Suisses à Grandson qu’il écrit : « Il se devait mieux dire de lui "qu’il perdit honneur et chevance ce jour" que l’on ne fit du roy Jehan de France qui vaillamment fut pris à la bataille de Poitiers »104. La vaillance du roi sauve sa mémoire, mais à en croire Commynes, on disait bel et bien de lui, au temps de Louis XI, qu’il « perdit honneur et chevance », le jour de la bataille de Poitiers.

105Toutes ces réflexions, toutes ces réserves n’ont pas empêché François Ier de se faire prendre à Pavie et de clamer, à peu près, « tout est perdu fors l’honneur » ni les Français de payer les frais de ses ardeurs guerrières.

106Les rois sont incorrigibles. Les peuples aussi.

Notes

1 Cité par S. Luce, Chroniques de Jean Froissart publiées pour la SHF, t. V, 1356-1360, Paris, 1874, p. xii, n. 1, citant lui-même M. Ménard, Histoire civile, eccléisiastique et littéraire de la ville de Nismes, 7 vols., Paris, 1744-1758, t. II, Preuves, p. 182. Voir aussi le récit de la bataille de Poitiers adressé le 1er octobre aux consuls de Verdun par le comte d’Armagnac, BN, fr. 20.413, f° 2.

2 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, t. I, Paris, 1910, pp. 86-87.

3 On a conservé les noms de 97 combattants tombés à Poitiers qui furent inhumés aux Cordeliers de la ville, de 67 placés dans l’église et le cloître des Jacobins, sans compter les « inconnus » mis dans les fosses des cimetières de ces deux couvents. Pour eux tous, disait le mémorial des frères mineurs, « furent faictes obseques honnorables par toutes les eglises, couvens et monasteres aux despens des bons bourgeois de la dicte ville ». Et pour conserver le souvenir de ceux qui étaient enterrés là, on fit faire un monument aux morts : « Et de tous les princes, chevaliers et seigneurs dessus nommez les armes furent painctes afin de perpetuelle memoire ès sieges des dictz convens », J. A. C. Buchon, Les chroniques de Sire Jean Froissart, nouv. éd., t. I, Paris, 1867, pp. 355-356. Kervyn de Lettenhove ajoute que les dessins ont été relevés et conservés dans la Collection Gaignières du Cabinet des Estampes à la Bibliothèque nationale, Chroniques de Jean Froissart, 25 vol., Bruxelles, 1867-1879, t. V, p. 531.

4 B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, 1971, p. 85. Voir E. Carpentier, « L’historiographie de la bataille de Poitiers au XIVe siècle », Revue historique, t. CCLXIII (1980), pp. 21-58.

5 Ch. de Beaurepaire, « Complainte sur la bataille de Poitiers », BEC, t. XII (1851), pp. 257-263.

6 A. Vernet, « Le "Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie" de François de Monte-Belluna (1357) », Annuaire-Bulletin de la SHF, 1962-1963 (1964), pp. 103-163.

7 Œuvres de Guillaume de Machaut, éd. E. Hoepffner, t. III, Paris, 1921, pp. 1-141.

8 V.2806-2807, p. 99.

9 V.2781-2792, pp. 98-99.

10 V.2821-2824, p. 100.

11 V.3248-3250, p. 115.

12 V.3155-3158, p. 112.

13 V.3265-3267, p. 116.

14 V.3213-3215, p. 114.

15 V.3294-3295, p. 117.

16 V.3323-3324, p. 118.

17 Sur le poète voir Guillaume de Machaut. Colloque-Table ronde organisé par l’Université de Reims (19-22 avril 1978), Paris, 1982. Ecrit pour déplorer la défaite et la prise du roi Jean, le poème « En demantant… » est une simple lamentation poétique, Guillaume de Machaut, Poésies lyriques, éd. V. Chichmaref, t. II, Paris, 1909, pp. 474-480.

18 Les caractères historiques et littéraires du texte ont été admirablement mis en valeur par son savant éditeur, A. Vernet.

19 Le « Tragicum argumentum »…, p. 136.

20 Ibid., p. 134.

21 Ibid., p. 134.

22 Ibid., p. 134.

23 Ibid., p. 134.

24 Ibid., p. 136.

25 Voir plus haut n. 5.

26 Voir A.Coville, « Complainte sur la bataille de Poitiers », in Histoire littéraire de la France, t. XXXVIII, Paris, 1949, pp. 315-324. Voir aussi M. Th. de Medeiros, Jacques et chroniqueurs. Une étude comparée de récits contemporains relatant la Jacquerie de 1358, Paris, 1979.

27 Chronique de Richard Lescot religieux de Saint-Denis (1328-1344) suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364), éd. J. Lemoine, Paris, 1896, pp. 101-102. M. Th. de Medeiros qui concentre son étude des mots « Jacques », « Jacques Bonshommes » (op. cit., p. 181-184) sur la Jacquerie du Beauvaisis ne cite pas e passage. Les remarques du continuateur de Richard Lescot sont à rapprocher de celles de Jean de Venette, Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1843, pp. 237-238.

28 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, t. I, Paris, 1910, pp. 86-87. Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. S. Luce, Paris, 1862, pp. 46-58. Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1843, pp. 238-242. Chronique de Richard Lescot religieux de Saint-Denis (1328-1344) suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364), éd. J. Lemoine, Paris, 1896, pp. 101-105. Chronique normande du XVe siècle, éd. A. et E. Molinier, Paris, 1882, pp. 112-117. Chronographia regum francorum (1270-1405), éd. H. Moranvillé, t. II, Paris, 1896, pp. 260-263. Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard, t. I, Paris, 1904, pp. 228-237. Chroniques de Jean Froissart, éd. S. Luce, t. V, Paris, 1874, pp. 15-64.

29 Exode, 15, 1.

30 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 46.

31 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 46.

32 Ibid., p. 51.

33 Ibid., pp. 55-56.

34 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 72.

35 Chroniques de Jean Froissart…, p. 41.

36 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 74.

37 Chronique de Richard Lescot…, p. 100. Voir aussi Jean de Venette, Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis…, pp. 234-237.

38 Chronique des quatre premiers Valois…, pp. 46-48.

39 Continuation de la chronique de Guillaume de Nangis…, p. 240.

40 Chronique de Jean le Bel…, p. 236.

41 Chronique normande…, p. 116.

42 Chronographia regum Francorum…, p. 263.

43 Chronique des quatre premiers Valois…, p. 56.

44 Chroniques de Jean Froissart…, p. 60.

45 Reproche attendu du chroniqueur hostile aux Français des Annales Gandenses, éd. F. Funck-Brentano, Paris, 1896, p. 32, mais que l’on trouve aussi dans les Grandes chroniques de France, éd. J. Viard, t. VIII, Paris, pp. 205-206., dans la Chronique de Guillaume de Nangis, t. I, p. 321, chez Gilles le Muisit, Chronique et annales de Gilles le Muisit, abbé de Saint-Martin de Tournai (1272-1353), éd. H. Lemaître, Paris, 1906, p. 67.

46 Voir par exemple la Chronographia regum Francomm, p. 233, cf. la conclusion ambiguë d’un poème écrit à la gloire du roi de Bohême et des chevaliers tombés à Crécy par un familier de Jean de Hainaut, seigneur de Beaumont. Le poète, Colin de Renaut, transporté dans un « chasteau gasté » est introduit par Renom dans la chambre où pleure Haute-Honneur. Il y voit des dames éplorées, des tentes et des bannières déchirées, des écus rompus et dépeints. Il reconnaît ceux d’un roi, d’un duc, de six comtes et de beaucoup d’autres. Mais Renom lui demande :
« As-tu veu n’à mont, n’à val
Céans la bannière royal ? »
Colin voit alors les prisonniers qui se sont battus loyalement, mais au moment où il veut parler à ceux « qui s’en furent parti », il s’éveille opportunément, J. A. C. Buchon, Collection de Chroniques nationales françaises…, t. XIV, Paris, 1826, pp. 279-300.

47 Chroniques de Jean Froissart…, p. 55.

48 Chronique de Richard Lescot…, p. 104, n. 1.

49 Chronique de Jean le Bel…, p. 228.

50 Ibid., p. 237. La scène clôt élégamment le récit chevaleresque de la bataille. Mais une autre tradition rapporte les sarcasmes adressés par le Prince noir au roi Jean : « Beau cousin (notons au passage la familiarité de cette appellation,) se vous m’eussiez prins comme la mercy Dieu j’ay vous, que feissiez vous de moy ? », Chronique des quatre premiers Valois…, pp. 55-56.

51 Chroniques de Jean Froissart…, p. 19.

52 Ibid., pp. 20-21.

53 Ibid., p. 38.

54 Ibid., p. 42.

55 Ibid., p.  43.

56 Ibid., p. 47.

57 Ibid., p. 52.

58 Ibid., p. 279.

59 J. Froissart, Chroniques. Début du premier livre. Edition du manuscrit de Rome Reg. lat. 869, par G. T. Diller, Genève, 1972, pp. 37-38.

60 Chroniques de Jean Froissart, éd. G. Raynaud, t. IX, 1337-1380, Paris, 1894, p. 127.

61 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V…, p. 72.

62 Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), éd. S. Luce, t. I, Paris, 1879, p. 5. Même remarque dans une autre courte chronique en vers, C. Gauvard et G. Labory, « Une chronique rimée parisienne écrite en 1409 : "Les aventures depuis deux cents ans" », Le métier d’historien au Moyen Age, sous la direction de B. Guenée, Paris, 1977, v.261, p. 215.

63 Chroniques de Jean Froissart, éd. G. Raynaud, t. VIII, 1370-1377, Paris, 1888, pp. 161-163.

64 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier, dit le Héraut Berry, éd. H.C. Courtault, L. Celier, Μ. H. Jullien de Pommerol, Paris, 1979, p. 67.

65 Kervyn de Lettenhove, Chroniques de Jean Froissart, t. XV, p. 451.

66 Œuvres complètes de Eustache Deschamps, éd. Le Queux de SaintHilaire et G. Raynaud, t. VII, pièce n° mcccxxxi. Commemoracio hystorie senonum Gallorum, pp. 93-102.

67 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI roi de France, éd. J. A. C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de France, Paris, 1843, p. 520.

68 Le Religieux de Saint-Denis, Histoire de Charles VI, éd. et trad. L. F. Bellaguet, 6 vol., Paris, 1839-1852, t. V, pp. 574-581.

69 Op. cit., n. 64, pp. 520-521.

70 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. et trad. Ch. Samaran, t. I, Paris, 1933, pp. 28-29 et 44-47.

71 Œuvres de G. Chastellain, éd. J. A. C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de France, Paris, 1837, p. 114.

72 Le songe du vergier, éd. M. Schnerb-Lièvre, t. I, Paris, 1982, p. 239.

73 G. W. Coopland, The tree of Battles of Honoré Bonet, Cambridge Mass., 1969, p. 398.

74 Ibid., t. II, pp. 381-382.

75 Ibid.

76 Op. cit., n. 63, t. IX, pp. 365-366.

77 Le livre de la mutacion de fortune par Christine de Pizan, éd. S. Solente, t. IV, Paris, 1966, v. 23.518-23.521, p. 76.

78 Ibid., v. 23.533-23.534.

79 R. Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine de Pizan, Paris, 1838, pp. 147-148 (extrait de la « Lamentation sur les maux de la guerre civile » écrite en 1410).

80 Jean de Montreuil, Opera, t. II, L’œuvre historique et polémique, éd. N. Grévy-Pons, E. Ornato, G. Ouy, Turin, 1975, pp. 90-149.

81 Ibid., p. 127.

82 Ibid., pp. 91-104.

83 Ibid., pp. 153-158.

84 Jean de Montreuil, Opera, t. I, Epistolario, éd. E. Ornato, Turin, 1963, p. 332.

85 Alain Chartier, Le quadriloge invectif, éd. E. Droz, Paris, 1923, p. 14.

86 Ibid., p. 17.

87 Ibid., p. 27.

88 Ibid., p. 31.

89 Ibid., p. 28.

90 Ibid., p. 40.

91 Ecrits politiques de Jean Juvénal des Ursins, éd. P. S. Lewis, t. II, Paris, 1985, pp. 13-177. Mention de la chronique de Jean de Venette, pp. 118-119.

92 Ordonnances, t. III, pp. 433-434, 5 décembre 1360.

93 Debat des Heraulx d’armes de France et d’Angleterre…, éd. L. Pannier et P. Meyer, Paris, 1877, p. 18.

94 Op. cit., n. 71, t. II, pp. 381-382.

95 Mémoires de Pierre de Fénin, éd. Dupont, Paris, 1837, p. 222.

96 Edité par Vallet de Viriville, B.E.C., t. XXVII (1866), §20, p. 140, conseil répété §79, p. 147.

97 Op. cit., n. 88, p. 228.

98 Ibid.

99 Christine de Pizan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, t. I, 1936, p. 131.

100 Op. cit., n. 82, p. 56.

101 Jean Gerson, Vivat rex, discours au roi pour la réformation du royaume 7 novembre 1405, Œuvres complètes, éd. Mgr Glorieux, t. VII (2), L’œuvre française, p. 1143.

102 Op. cit., n. 81, p. 327.

103 Historiens et chroniqueurs du Moyen Age, éd. A. Pauphilet, Paris, 1963, p. 1229.

104 Ibid., p. 1163.

Auteur

Ecole Normale Supérieure

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter