Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Conclusion

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Tirant sa source d’influences complexes et d’inspirations multiples, la politique sociale du général de Gaulle a exprimé, au-delà des mesures conjoncturelles, l’ambition d’ouvrir et de consolider une voie intermédiaire entre le socialisme et le capitalisme réels. Même si leur audace est modeste, comparée aux préoccupations de leur promoteur — « La participation, voilà quelle doit être la grande réforme du siècle ! Ce qui est en cause, c’est la condition de l’homme » — les ordonnances de 1959 et de 1967 concrétisent cette pensée sociale en action qui cherche des moyens pour modifier les statuts salariaux.

2L'historien peut déjà en évaluer certains effets. Il doit souligner, d’abord, que les résultats, pour n’être pas négligeables, demeurent modestes et irréguliers. La mise en pratique des ordonnances, après quinze ou vingt ans d’exercice, montre que l’ambition gaullienne n’a pas été menée à terme et qu’elle n’a pas vraiment réalisé ses finalités sociales. Elle n’a pas transformé la condition ouvrière puisque ce sont les entreprises non industrielles qui ont, le mieux, exploité les modalités juridiques. Elle n’a pas non plus modifié, en profondeur, le droit du travail ni transformé les modes de gestion de l’entreprise puisque leurs objectifs visent d’abord la rémunération du travail. Quant aux mesures sociales adoptées en 1968 sous la pression de la crise — accords de Grenelle, section syndicale d’entreprise — elles ne s’inscrivent pas dans le droit fil de la pensée gaullienne et ne sont donc pas revendiquées par les héritiers du gaullisme.

3Certes le scepticisme ambiant, au sein même des équipes gouvernementales, et l’hostilité de la plupart des acteurs sociaux ont freiné la mise en chantier et la concrétisation de cette ambition qui, en s’exprimant par la voie régalienne, ne pouvait pas non plus satisfaire une opinion réservée. Que des motivations politiques aient joué un rôle important ne peut faire de doute puisque l'hostilité des salariés renforce l’opposition au gaullisme. Mais il ne faudrait pas oublier de rappeler que ceux qui, sans préjugés, se souciaient aussi de moderniser la vie économique et sociale du pays, n’y voyaient pas non plus une réponse adaptée aux exigences du moment.

4La politique sociale du général de Gaulle a donc servi de révélateur aux discordances entre le chef de l’Etat et une population qui, en rejetant les choix sociaux du gaullisme, finit par écarter de Gaulle. Le divorce se prolonge, puisque vingt ans après le départ du général de Gaulle, en 1969, les sondages récents soulignent toujours la modestie de l’impact, sur l’opinion, de la politique sociale du gaullisme qui n’apparaît pas comme un des acquis essentiels de l’action menée entre 1958 et 1969.

5Il semblerait donc que la définition de priorités implicites a servi d’étalon aux appréciations exprimées par les électeurs. La prospérité économique, comme les préoccupations d’ordre intérieur et d’ordre international, ont tempéré la revendication sociale, tout en soulignant, de plus en plus, la modestie des réalisations concrètes en la matière. La modification progressive des priorités a bousculé les évaluations d’un corps électoral qui, peu à peu, s’est détaché.

6Si les choix gaulliens de 1959 et de 1967 ont été repris par les héritiers qui les ont réactivés en 1986 et 1987, il n’en demeure pas moins que la crise économique des années 1970-1980 a défini une interprétation nouvelle de la participation et de l’intéressement cadrés par la législation antérieure. En effet, dans un système social, comme celui de la France, où les pesanteurs psychologiques, les acquis, le droit de travail, canalisent les moyens de la politique sociale, participation et intéressement sont devenus d’utiles méthodes pour obtenir la flexibilité des salaires et limiter l’impact du chômage sur la vie économique et sociale.

7Par un nouveau paradoxe réducteur, la démarche gaulliste, qui se voulait réformatrice dans les années 1960, est devenue, dans les années 1980, un instrument de gestion sociale en période de tensions et de crise.

Auteur

Maître de Conférences
Université de Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter