Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Témoignage

André Bergeron

Texte intégral

1Le général de Gaulle avait de la sympathie pour le peuple travailleur. Il ne rejetait pas les syndicats à condition, disait-il, « qu’ils ne fassent pas de politique ». Cela n’a pas gêné Force Ouvrière qui, tout au long de ses plus de quarante années d’existence, a toujours refusé de mélanger les genres.

2Mon prédécesseur, Robert Bothereau, n’était pas hostile à la personne du Général, mais il le jugeait trop autoritaire. Lorsque de Gaulle est revenu au pouvoir, en 1958, il éprouva de sérieuses inquiétudes. Il se demandait ce qu’il adviendrait de notre démocratie. Rassuré sur l’essentiel, il observa alors que le Général n’était certes pas « un dictateur », mais qu’il était « démocrate à sa manière ». Comme on a eu l’occasion de le constater, la formule était assez juste. Au total, de 1958 à 1963, Robert Bothereau eut des relations « normales » avec le Président de la République, mais avec le souci de préserver en permanence sa totale indépendance, à la fois à titre personnel, mais aussi pour la Confédération.

3Il faut, de plus, avoir à l’esprit que les événements d’Algérie et la lutte contre l’O.A.S. ont fortement influencé la nature des rapports entre le nouveau pouvoir politique et la Confédération Force Ouvrière.

4Le fait que Robert Bothereau ait bien connu Michel Debré dans la Résistance a sans doute aussi facilité les choses.

5Je ne résiste pas à la tentation de raconter une anecdote qui illustre bien la façon d’être du Général. Quand Bothereau s’adressait à lui en lui disant « Monsieur le Président », de Gaulle répondait « Monsieur le Secrétaire général ». Lorsqu’il lui disait « Mon Général », le Président de la République l’appelait « Bothereau ». C’est de la petite histoire, mais de l’histoire tout de même.

6De Gaulle rêvait de paix sociale. Il voulait modifier la nature des rapports entre le patronat et les salariés. C’est ainsi, qu’après la guerre il a prôné « l’association du capital et du travail » dont il a magnifié l’idée dans son fameux discours de Bayeux, en 1947. Peut-être en tant que soldat, de Gaulle avait-il le goût de l’ordre. Sans doute aussi avait-il lu dans sa jeunesse la brochure de Lyautey sur « le rôle social de l’officier ». Il était de plus marqué par le « christianisme social » dont s’est inspiré le syndicalisme chrétien, notamment dans cette région. Il s’est ainsi éloigné des conceptions du mouvement syndical traditionnel, lequel redoutait « l’intégration dans l’entreprise ». Pour l’ancienne C.G.T., le salarié devait demeurer « libre », Hé à son employeur par un contrat individuel pouvant théoriquement être rompu lorsqu’il le souhaitait. Il n’avait donc pas à participer, de quelque manière que ce soit, à la gestion de l’entreprise, ne serait-ce que parce qu’on ne peut être à la fois « gouvernants et gouvernés ». C’est une formule que j’ai souvent utilisée au cours de ces dernières années.

7En réaction au « paternalisme », aux pratiques selon lesquelles les entreprises « prenaient en charge leurs salariés dès avant leur naissance et jusqu’après leur mort », le mouvement syndical revendiquait des sécurités au-delà de l’entreprise. Son objectif a été peu à peu atteint à travers les assurances sociales, les régimes paritaires de retraites et d’indemnisations du chômage et naturellement des Conventions collectives. En d’autres termes les salariés ne devaient plus seulement dépendre de l’entreprise mais pouvaient trouver des avantages analogues ou supérieurs dans une autre, dans la mesure où ils décidaient d’en changer.

8Le Général cherchait à rendre « la lutte des classes » sans objet. Pour lui, la cohésion sociale était l’un des fondements indispensables de l’Unité nationale. Dans son esprit « la lutte des classes » empoisonnait les rapports humains, affalait les Etats, brisait l’Unité de la Nation et fomentait les guerres. Sans doute de GauHe réagissait, lui aussi, à cette époque, en fonction du comportement des communistes — qu’il qualifiait de séparatistes — et dont la politique coïncidait totalement avec les objectifs de Staline.

9Lors d’un long entretien, en tête-à-tête, en 1965 ou 1966, j’avais essayé de lui expliquer pourquoi ce qu’on qualifiait de « lutte des classes » durerait toujours étant donné que quoi qu’on fasse, il y aurait toujours des contradictions d’intérêts entre les patrons et leurs salariés et que, par conséquent, l’action syndicale serait toujours nécessaire. J’avais ajouté que, n’ayant jamais été marxiste, mon propos ne pouvait être assimilé à ceux tenus par d’autres. Je lui avais expliqué mon attachement de toujours à l’idée du contrat. Je lui avais indiqué qu’il ne s’agissait de rien d’autre que la recherche obstinée et permanente du compromis qui, une fois obtenu, est inscrit dans la Convention collective. Je ne crois pas l’avoir convaincu. Mais enfin — si j’en crois ce que m’a rapporté un membre du Gouvernement de l’époque — il aurait dit en commentant notre entretien « avoir été frappé par ma sincérité ». J’avais considéré cela comme un très beau compliment.

10Pour donner corps à l’idée d’association du Capital et du Travail, on vit par la suite naître l’actionnariat, l’intéressement, la participation, etc... Dans l’esprit du Général — et de ceux qui le conseillaient — il s’agissait de rapprocher les patrons et les ouvriers.

11Seulement le terme de participation recouvrait des mythes et des réalités très différentes. Les motivations des « gaullistes de gauche », comme Louis Vallon, René Capitant et Philippe Dechartre, étaient, si j’ose dire, l’expression d’une sorte de foi ayant pris source durant la guerre ou s’inscrivant dans un contexte quasiment religieux ou même encore dans les théories comme celles de Henri de Man, répandues dans les « années 30 ».

12L'ordonnance de janvier 1959, signée par de Gaulle, dès son retour au pouvoir, n’a pas eu le succès escompté. Deux cent mille salariés seulement en ont bénéficié sous forme d’une participation au capital, à l’accroissement de la productivité ou aux résultats. Les ordonnances d’août 1967 avaient un caractère plus contraignant. Pour inciter le patronat à respecter l’obligation qui lui était faite on a prévu des avantages fiscaux. Il semble que les entreprises en ont davantage tenu compte que des sanctions dont les modalités n’ont d’ailleurs jamais été mises au point. En 1972, 7 000 entreprises employant 3 500 000 salariés étaient couvertes par des accords d’intéressement, mais l’intérêt financier est demeuré faible. Ni le patronat, ni les syndicats ne se sont engagés vraiment dans cette voie. C’est si vrai que 28 000 salariés seulement, employés dans une vingtaine d’entreprises, avaient converti en actions les sommes dégagées.

13Le 2 septembre 1969, le Gouvernement chargeait Pierre Dreyfus d’expérimenter l’actionnariat aux Usines Renault. Le Général souhaitait ensuite l’étendre à l’ensemble du secteur nationalisé. Philippe Dechartre s’était alors félicité de l’initiative de Georges Pompidou. Il pensait que l’expérience permettrait, en connaissance de cause, d’aboutir à la participation au capital, deuxième étage de la fusée « participation ». Le troisième étage étant, selon lui, l’accession aux responsabilités. Mais dans une interview publiée dans le journal Le Monde du 11 février 1970, Philippe Dechartre déchantait en constatant que le deuxième étage de « sa fusée » se construisait dans l’indifférence générale.

14Par un curieux détour de la pensée gaullienne, Marcel Loichot, un des chantres de la participation, avait été jusqu’à penser que, associés financièrement à leur entreprise, les salariés auraient fini par se conduire « en bons capitalistes ». Ce fut l’idée du « pan-capitalisme » qui, naturellement, ne pouvait voir le jour.

15L'idée du Plan est née dans les milieux socialistes et syndicaux. On se souvient, par exemple, de celui élaboré par l’ancienne C.G.T. à la veille du Front Populaire de juin 1936. Or de Gaulle, en 1945, s’est engagé dans la voie d’une organisation en partie étatique de l’économie avec le consentement des syndicats. Les prolongements de l’expérience des nationalisations d’après-guerre participaient de la même approche économique des problèmes. On se souvient de la fameuse déclaration du Général, en 1962, au lendemain de la guerre d’Algérie, où il qualifia le Plan « d’ardente obligation ».

16Certains se sont demandé si les nationalisations industrielles et la création du système unique de Sécurité sociale n’étaient pas un prolongement des idées du Conseil national de la Résistance et si elles correspondaient vraiment aux conceptions de de Gaulle. Je n’en sais rien, mais il est de fait — comme je viens de le rappeler — qu’il a défendu avec force la planification.

17La Confédération, dont j’ai été le secrétaire général durant vingt-cinq ans, n’a jamais donné de consigne de vote, ni directement, ni indirectement.

18J’ai, pour ma part, en de multiples circonstances, répété que le choix d’un député ou du président de la République, relevait de la seule responsabilité des citoyennes et des citoyens.

19Notre prise de position, lors du referendum constitutionnel de 1969, n’était pas une marque de défiance à l’égard de la personne du général de Gaulle, mais l’expression d’une opposition à un projet de réformes qui mettait en cause le syndicalisme lui-même ou en tout cas qui était en contradiction avec notre conception de sa place et de son rôle dans la société démocratique.

20Dès la fin de 1968, nous avions eu connaissance des intentions du général de Gaulle concernant le remplacement du Sénat et du Conseil économique et social par une Assemblée unique ainsi que des projets de création de Conseils régionaux.

21Le 9 septembre 1968, en écho à une conférence de presse du Général, je l’avais approuvé lorsqu’il avait constaté « que la société mécanique engendrait la déshumanisation et que les travailleurs n’acceptaient plus de subir, mais entendaient connaître le pourquoi des décisions les concernant et, dans certains cas, être associés à leur élaboration ».

22Mais j’avais ajouté qu’entre cela et ce que voulait faire le Président de la République, il y avait une sérieuse marge. Je ne parle pas, avais-je poursuivi, de la conception qu’on peut avoir de la nécessité d’une ou deux Chambres parlementaires. C’est un problème politique qui concerne les citoyens, mais des conséquences qui résulteraient pour le mouvement syndical de la réforme envisagée.

23Dans cette affaire, le général de Gaulle faisait preuve d’un remarquable esprit de suite. En effet, pour la troisième fois, il tentait de fusionner le Sénat et le Conseil économique et social. Il avait défendu cette idée dès la naissance de la Ve République. En 1963, à la Commission Vallon, elle avait été combattue à la fois par les organisations ouvrières et le patronat. Lors de la préparation de la réforme, j’avais mis en garde Jean-Marcel Jeanneney : jamais Force Ouvrière ne pourrait l’accepter et, si un referendum avait lieu, elle préconiserait le « Non ».

24La participation syndicale à une assemblée consultative comprenant des élus politiques aurait, en effet, eu pour conséquence la politisation de la représentation syndicale, ce qui allait à l’inverse des conceptions défendues par ailleurs par le général de Gaulle.

25D’autre part, l’expression syndicale mêlée à d’autres voix, au sein d’une assemblée mixte, aurait perdu nécessairement de sa portée et de son influence. Le mouvement syndical devrait donc s’exprimer ailleurs et autrement. Et puis, on se demande quelles positions pouvaient prendre les représentants syndicaux sur certains des problèmes dont l’assemblée serait saisie et qui auraient été de la compétence du citoyen, en tant que tel et pas seulement du syndiqué.

26On ne pouvait donc imaginer sans appréhension le pouvoir glissant vers une forme de corporatisme qui, nécessairement, serait né d’une assemblée ayant des fondements professionnels et des pouvoirs plus que consultatifs.

27Certains imaginaient une Chambre économique et sociale dotée de pouvoirs législatifs. On faisait alors grand bruit autour des pouvoirs nouveaux qui allaient être offerts au syndicalisme. Nous avions tout de suite indiqué au Gouvernement en général, et à de Gaulle spécialement, notre attachement au Conseil économique dont — il est bon de la rappeler — la vieille C.G.T., que continue F.O., fut à l’origine. Nous avions dit nos craintes de voir le syndicalisme plongé dans une atmosphère semi-parlementaire qui aurait pu, à la longue, saisir les militants eux-mêmes, avec ce que ce genre de climat aurait eu de néfaste au Conseil et ailleurs.

28Mon prédécesseur Robert Bothereau avait écrit à ce sujet : « le syndicalisme ouvrier que notre siècle a vu s’épanouir ne pourrait se laisser stranguler. Il ne doit pas dépérir, écrivait-il, mais il serait tout aussi dangereux — encore que pour lui moins glorieux — qu’il meure d’une boulimie à laquelle il se serait adonné ».

29Le Gouvernement ayant persisté, Force Ouvrière a préconisé le « Non ».

30Le Général a perdu et, non sans grandeur, a démissionné.

31Dans son livre Les syndicats en quête d’une révolution, Philippe Bauchard a écrit que le général de Gaulle a appliqué une politique économique sortant des théories considérées comme intangibles. Le Gouvernement a imposé ses vues aux grands secteurs industriels comme la Sidérurgie, l’Automobile, la Chimie ou la Transformation des métaux. Il se méfiait du grand capital qui, en 1940, lui avait laissé de mauvais souvenirs. Georges Pompidou, de son côté, a encouragé la montée des managers.

32Dans le Noeud Gordien Georges Pompidou constatait que Paris plus que la France était changeante. La bourgeoisie parisienne, écrivait-il, l’est plus que le peuple lui-même. En effet, périodiquement, le Paris des beaux quartiers s’éprend d’un homme et, périodiquement, s’en détourne. Le général de Gaulle en a fait l’expérience : idole de Paris en 1947, il en était presque haï en 1953. A nouveau idolâtré en 1958, le Paris bourgeois s’est progressivement détaché de lui à partir de 1965. Le printemps 1968 a été le point culminant de cette évolution.

33La grève des mineurs de 1963 avait déjà profondément marqué le Gouvernement, le Président de la République et, dans une certaine mesure, le Régime lui-même. En effet, en réponse aux revendications salariales, décision fut prise de réquisitionner les travailleurs du sous-sol. Tenant trop compte des affirmations d’un conseiller qui devait par la suite entrer à l’U.I.M.M., le Gouvernement a imprudemment misé sur la supposée faiblesse du mouvement syndical. On lui avait affirmé que les mineurs de Lorraine obéiraient à la réquisition et qu’ainsi le Nord et le Pas-de-Calais se trouveraient isolés. Or, la Lorraine a désobéi.

34Contrairement à ce que le Gouvernement imaginait, la grève a été populaire. L'opinion connaissait les conditions de travail des mineurs et condamnait l’attitude du Gouvernement. Peut-être aussi les gens se ré jouissaient-ils de les voir tenir tête à un pouvoir à qui ils reprochaient une certaine indifférence à l’égard des préoccupations journalières de chacun.

35Le 27 février 1963, Monsieur Bokanowski, alors ministre de la production industrielle, informait les trois Fédérations C.G.T., C.F.T.C. et F.O., de la décision du Gouvernement. Un Journal Officiel exceptionnel parut le 3 mars pour publier le décret de réquisition signé la veille à Colombey-les-Deux-Eglises. Le 6 mars, le Conseil des Ministres affirmait qu’il ne recevrait les Fédérations des Mineurs qu’après la reprise du travail. L’expérience m’a appris qu’il vaut mieux ne jamais faire de déclaration de cette sorte.

36C’est si vrai que le 13, sentant le danger, il décidait de confier à un « Conseil des Sages », composé du Commissaire général au Plan, Massé, de Bloch-Lainé, directeur de la Caisse des dépôts et consignations et de Masselin, conseiller-maître à la Cour des Comptes, le soin d’étudier les disparités de salaire entre le secteur privé et le secteur public. C’était, en fait, la reconnaissance du bien-fondé des revendications des mineurs.

37Mal conseillé, le Gouvernement et, par voie de conséquence, le général de Gaulle sont sortis affaiblis par la grève des mineurs. Pour la première fois depuis 1958, le pouvoir avait reculé.

38Des années plus tard, Georges Pompidou, devenu Président de la République, a reconnu, lors d’une conférence de presse, avoir commis une erreur. C’en était une en effet.

39Comme vous l’aurez constaté, mon intervention a été une suite de témoignages, de souvenirs portant sur une période que j’ai vécue. J’ai essayé de mon mieux d’évoquer quelques aspects de la politique sociale du général de Gaulle dont les successeurs essaient de perpétuer certains aspects.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter