Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

La lecture gaullienne du catholicisme social : actualité d’une synthèse ?

François-Georges Dreyfus

Texte intégral

1D’autres ont dit avec nous et avant nous ces jours-ci la place du catholicisme social dans la pensée du général de Gaulle. Il nous revient de dire ce qu’a été la lecture gaullienne de ce catholicisme social. C’est le discours d’Oxford du 25 novembre 1941 qui peut nous servir de point de départ. Prononcé à une époque difficile pour la France libre et pour lui-même, ce discours nous semble fondamental car il est nourri par une réflexion philosophique sur la civilisation contemporaine qui doit tout aux lectures de l’adolescent ou du jeune adulte, du lieutenant Colonel qui fréquente les salons "non conformistes" de Daniel Halévy ou du lieutenant-colonel Emile Mayer. Ce discours est probablement essentiel pour comprendre la pensée du Général car il y évoque le rôle de la machine, l’agrégation croissante des masses, le gigantesque conformisme collectif battant en brèche les libertés individuelles :

"Aux mêmes heures, les mêmes moyens de transport mènent aux ateliers ou aux bureaux, aux mêmes restaurants ou cantines, aux mêmes terrains de sports ou salles de spectacle, aux mêmes buildings, blocks ou courts, pour y travailler, s'y nourrir, s’y distraire ou s’y reposer, des hommes et des femmes, pareillement instruits, informés, pressés, préoccupés, vêtus, la personnalité propre à chacun, le quant-à-soi, le libre choix n’y trouvent plus du tout leur compte. Il se produit une sorte de mécanisation générale dans laquelle, sans un grand effort de sauvegarde, l’individu ne peut manquer d’être écrasé".

2On y retrouve un terme cher aux non-conformistes, mécanisation, qui est constamment utilisé par les non-conformistes, en particulier à Esprit (il faudrait vérifier si Maritain l’utilise) par refus du terme modernité trop marqué par le matérialisme marxiste ; mais on notera que le mot de mécanisation est né en Allemagne avec Rathenau, l’un des pères, quoi qu’on en dise, avec Thomas Mann, de la révolution conservatrice. On y retrouve trois thèmes fondamentaux de la pensée sociale chrétienne :

  • le primat de l’homme ;
  • le refus de l’uniformisation ;
  • le souci du respect de l’individualité dans la collectivité ; ce qui sous-entend une place importante faite au principe de subsidiarité.

3Dès cette époque, la solution au problème socio-politique est, pour le général de Gaulle, l’Association ; Association en effet, car le projet est plus qu’une vaste réforme d’ordre matériel. Le projet vise à attribuer aux travailleurs, des responsabilités qui rehaussent de beaucoup le rôle d’instruments, d’outils auquel ils étaient jusqu’alors réduits.

  1. Association à la marche des entreprises
  2. Association du capital et du travail
  3. Rémunération des salariés liée, comme le revenu des actionnaires, aux résultats de l’exploitation.

4Il doit y avoir association entre la direction et les salariés, entre le capital et le travail ; mais participation ne veut pas dire dilution des responsabilités. En effet, pour Charles de Gaulle, les droits et l’autorité de la direction doivent être respectées.

5Ce régime d’association "digne et franche" (selon l’expression du Général) lui apparaît socialement parlant comme le fondement de la reconstruction de la France.

6Il doit s’établir un mode nouveau de relations pour une Nouvelle Société ; c’est-à-dire transformée par la guerre dont elle sort ; d’où l’idée de Participation.

7Il est dès lors bien évident que ce type de relations ne peut s’inscrire ni dans le libéralisme, ni dans le marxisme.

8Ni dans le libéralisme parce que, pour le général de Gaulle, celui-ci est fondé principalement sur le salariat ; le salariat, autrement dit l’emploi d’un homme par un autre, "ne doit être la base définitive de l’économie française, ni de la société française" ; pour deux raisons : d’abord des raisons humaines, des raisons de justice sociale ; et des raisons économiques, ce système ne permet plus de donner à ceux qui produisent la passion et la volonté de produire et de créer.

9Ni dans le marxisme parce qu’il détruit l’initiative, il détruit la liberté, il détruit la capacité de créer.

"Et partant l’association aboutit à un système tel que du moment que des hommes travaillent ensemble dans une même œuvre productrice (...), il doit se constituer entre eux non pas un contrat d’employeur à employé mais un contrat de société". (Allocution prononcée devant les comités professionnels du Rassemblement du Peuple français le 31 août 1948)

10L'association du capital, du travail, de la direction, confère à chacun, dans l’esprit du général de Gaulle, la dignité d’un sociétaire, à son échelon et pour sa part.

11Tout ceci est très présent dans la pensée du Général de 1941 à 1953, c’est-à-dire durant les combats de la Libération et les luttes politiques de la France libérée et du RPF. Devant l’Assemblée consultative, le 2 mars 1945, le Général définit l’objectif principal ; "Un grand renouveau économique et social", dont il affirme qu’il constitue la condition essentielle du "retour à la puissance". Ces formes, à vrai dire, ne font qu’officialiser celles qui ont été énoncées à Londres et à Alger. Mais elles représentent une constante fondamentale et profonde. Au jugement de beaucoup, et notamment de Patrick Guiol, c’est la "conjoncture politico-économique" qui aurait primé dans la hiérarchie des motivations du (nouveau) chef du gouvernement. On peut en effet remarquer que ce discours du 2 mars 1945 énumère comme articles de programme, dans l’ordre : 1) l’accroissement de la production et de la productivité ; 2) l’introduction de la "collaboration", terme vague, dans le monde du travail ; et 3) l’action directrice de l’Etat dans tout le champ économique. On est donc tenté de souligner l’absence du mot "d’association", ce leitmotiv du lendemain et la prudence des termes à résonance sociale. Mais le concept et le mot même d’association existent parfaitement dans le "bagage" du Général. Il suffit de se reporter à son allocution à la radio de Londres d’avril 1943 ou à son discours de Lille du 1er octobre 1944. Et puis, et surtout, à l’arrière-plan du discours parlementaire du 2 mars 1945, les contemporains ont pu évoquer les premières réalisations de l’Etat, en particulier la création des comités d’entreprise. Ils datent de la toute récente ordonnance du 22 février qui, si elle est modeste dans sa substance, comporte un préambule très suggestif :

"Le grand mouvement populaire qui a libéré la France de l’ennemi n’a pas été seulement un mouvement de libération nationale, il a été également un mouvement de libération sociale. L’idée motrice en a été la nécessité d’associer les travailleurs à la gestion des entreprises et à la direction de l’économie."

12"Associer les travailleurs à la gestion des entreprises et à la direction de l’économie", il y a là une approbation du programme de la Résistance et une confirmation du fameux discours d’Alger sur la chute inévitable des Bastilles (14 juillet 1943). Un très ambitieux programme, certes, à réaliser par étapes, à travers la grande reconstruction économique et le difficile maintien de l’unité nationale, qui constituent, en quelque sorte ex aequo le problème numéro un du moment. On sait que, devant la renaissance du "régime exclusif et paralysant des partis, le général de Gaulle s’est retiré dès le 20 janvier 1946. Mais il a poursuivi son effort pour rénover non seulement les institutions politiques mais aussi la vie sociale, en accordant une attention particulière au monde industriel : relire, à ce propos, ses grands discours de Strasbourg (7 avril 1947), lancement du RPF), de Saint-Etienne (4 janvier 1948) et surtout celui de Bagatelle, le 1er mai 1950. On pourrait également puiser dans les rubriques, si riches, de la page consacrée à "la vie ouvrière" dans le journal Le Rassemblement. Je retiendrai seulement, aujourd’hui, la mise en train, à partir de 1947, d’un grand projet de loi sur l’association, œuvre patiente, approfondie, d’une commission du RPF, animée notamment par le professeur Escarra et Louis Terrenoire venu du MRP aboutissant à une première proposition de loi du 15 mars 1950. Le général de Gaulle en avait suivi de près la genèse, présidant même une séance jugée particulièrement déterminante et remaniant finalement l’exposé des motifs, où il introduisit, entre autres, cette phrase-clé :

"Un système qui associe au lieu de les opposer tous ceux qui, dans le cadre d’une entreprise, coopèrent à une tâche économique commune".

13Un système conçu en vue de guérir "l’état de malaise social", du pays. On sait que la proposition législative d’un RPF, dont Capitant présidait la fraction, renouvelée et élargie par Soustelle en 1951, reprise par Louis Vallon en décembre 1952, fut régulièrement enterrée. Le Général a pris conscience que les oppositions conjuguées du patronat et des syndicats rendaient le projet impossible. N’oublions pas qu’alors la CGT représente à elle seule plus de 50 % de l’électorat salarié aux élections sociales et que, comme la CGT - FO, elle est hostile à toute cogestion considérée comme un phénomène de collaboration de classe. Et il est vrai que cette situation perdure encore : l’hostilité du syndicalisme français à la cogestion à l’allemande, résultat des principes de l’économie sociale de marché subsiste encore aujourd’hui.

14Pourtant, ce dessein, l’association, le Général le remit au premier plan dans les années qui suivent la fin de la guerre d’Algérie. Songeons à sa conférence de presse du 14 janvier 1963. Il faut, dit-il, poursuivre "la transformation de la condition de l’homme". Certes, la base économique est le support indispensable des réformes. Pour cela, il faut appeler à la vie "les organisations qui soient assez solides et assez valables non seulement pour représenter les revendications de leurs mandants mais encore pour concourir de manière positive" à la grande œuvre globale, "au progrès d’ensemble de la collectivité nationale". Il constate simplement, objectivement que, pour l’heure, "les premiers pas de l’association, à l’intérieur des entreprises, estompent la lutte des classes". Quant à la politique du Plan et des revenus, elle est conçue pour satisfaire le plus possible la "justice sociale", mais elle ne suffit pas. "Nous avons à faire mieux encore", dit le Général le 31 décembre 1964. Vous savez qu’une loi, celle du 12 juillet 1965, a prévu l’intéressement des travailleurs à l’accroissement des valeurs d’actif dû à l’autofinancement. Ce type d’association du capital et du travail est conçu comme une "association active" apportant un changement réel dans la "condition ouvrière". Mais le chef de l’Etat se rend très bien compte des limites de la réforme. Il est nécessaire, dit-il le 16 mai 1967, que "pour adhérer franchement, ardemment, à la transformation de la France, les travailleurs français participent, non plus seulement au gré des contacts relatifs à leur salaire, mais d’une manière organique et en vertu de la loi, aux progrès de l’expansion. "Dans cette voie qui conduit sans nul doute à un régime social nouveau, fondé sur l’association comme sur l’esprit d’entreprise, déjà quelques pas furent, avec avantage, essayés de-ci, de-là". Peu après effectivement, l’ordonnance du 17 août 1967 décida l’intéressement du personnel aux bénéfices de l’entreprise. On dira qu’il s’agissait encore là d’une mini-mesure. C’était un jalon de plus sur une route difficile. De Gaulle ne disait pas autre chose, le 31 décembre suivant : "Une importante étape" en direction d’une "très vaste transformation sociale" dans l’avenir. En 1970, lorsqu’il rédige le volume de Mémoires inachevé, consacré à "l’Effort", le passé récent se projette en lui, à travers le récit des années 1962 et 1963 : aussi ai-je cru nécessaire d’utiliser, en quelque sorte par dérogation, cette source littéraire. Nous y lisons :

"Convaincu qu’au-delà de ce qui est fait (en 1962-1963) et de ce qui va l’être, il nous restera à accomplir la profonde réforme humaine et sociale de la participation, mais qu’étant donné sa dimension aussi bien que l’actuelle ambiance, il est d’abord nécessaire qu’elle mûrisse, je ne cesserai pas, tout au moins, d’orienter la nation dans ce sens."

15Entreprise des plus ingrates, car les rapports sociaux demeurent "empreints de méfiance et d’aigreur". Et un peu plus loin, il revient sur le sujet, insistant :

"Mon devoir social demeure. Sans doute, le malaise des âmes, qui résulte d’une civilisation dominée par la matière, ne saurait être guéri par quelque régime que ce soit. Tout au moins pourrait-il être un jour adouci par un changement de condition morale, qui fasse de l’homme un responsable au lieu d’être un instrument".

16La vision sociale du général de Gaulle s’est-elle élargie au cours des années 1966 à 1969 ? Ou simplement assurée, chargée de certitudes supplémentaires ? Il a dit lui-même qu’il n’avait pas souhaité l’orage de 1968, mais qu’il avait été prêt à "en tirer parti" pour faire accepter une sorte d’accélération de la lente évolution en cours. Cette vision sociale était celle d’une harmonisation de toutes les forces vives la nation. Pour cela, il importait de faire faire un nouveau progrès à la participation dans le monde de l’entreprise, mais aussi plus largement dans la vie générale et locale de la société française, comme dans la vie politique. Substituer de manière irréversible la cohésion à l’affrontement.

17C’est alors que la régionalisation prend une place non pas exclusive mais centrale. N’oublions pas que la régionalisation est l’autre grand thème du catholicisme social cher à Albert de Mun et à La Tour du Pin, développé largement dans les années trente par Mounier, Georges Izard et Daniel-Rops. C’est à ce dernier que nous empruntons le texte qui suit (Ordre Nouveau, 1933) :

"Tout aujourd’hui dans l’Etat tend à cette uniformisation dans l’abstrait. Une centralisation, qui a paru longtemps nécessité et dont on commence seulement à soupçonner le péril, qui est le gigantisme, aboutit à nier les différences fondamentales, celles que les traditions, les influences régionales, les résurgences ethniques et les fidélités de métier enracinent au cœur de l’homme. L’idéal pour tous les régimes actuels, c’est l'uniformité : le Breton et le Provençal mêlés dans l’anonymat, fondus peu à peu dans le creuset d’où sort le misérable métal du citoyen prolétaire".

18Dès le 29 juillet 1963, le Général avait annoncé son intention d’entrer dans la voie de la régionalisation ; ce seront les CODER mises en place en 1964, mais très vite, le Général va plus loin. Le 24 mars 1968 (deux mois avant la crise de mai), de Gaulle encourage les orientations régionalistes :

"L’effort multiséculaire de centralisation, longtemps nécessaire pour réaliser et maintenir l’unité de la France, ne s’impose plus (...). Au contraire, ce sont les activités régionales qui apparaissent comme les ressorts de sa puissance économique de demain".

19Et à l’appui de cette affirmation, de Gaulle prend l’exemple, sans doute spécifique, des régions qui "à mesure de leur développement" nouent des relations de plus en plus directes avec l’étranger. L’arrière-plan ou l’objectif de cette perspective régionaliste semble toujours principalement économique. Mais dans l’orage le chef de l’Etat voit plus nettement que jamais "la nécessité d’une mutation de notre société" (24 mai) et d’une mutation comportant "une participation plus étendue de chacun à la marche et aux résultats de l’activité qui le concerne directement" et cela "dans le cadre de nos régions".

20Au-delà du projet de référendum annoncé le 30 mai pour le 7 juin (et bientôt abandonné), retenons deux interventions révélatrices du chef de l’Etat : la note remise aux ministres (dans un comité ministériel restreint) à la fin de juillet et le discours de Quimper du 2 février suivant.

21Que dit la note élyséenne de juillet ?

"Il s’agit d’organiser sur trois plans différents, mais conjugués, la participation des intéressés à la marche des activités qui les concernent."

  1. Au moyen d’un Sénat économique et social, remplaçant à la fois le Sénat et le Conseil économique et social, comportant une représentation large et significative des catégories et des forces sociales, sans oublier l’Université.
  2. Au moyen des Conseils régionaux, où toutes les collectivités, locales et autres, auront leurs délégués. Et
  3. Dans les entreprises où la loi réglera "la participation régulière de l’ensemble du personnel à l’information, aux études et aux débats d’où procèdent les principales décisions".

22Ici, la note précise et énumère :

"Application de l’ordonnance de 1967 sur l’intéressement aux bénéfices ; début d’application de la loi du 12 juillet 1965 pour ce qui est de l’intéressement à l’accroissement des valeurs d’actif dû à l’autofinancement".

23Que dit d’autre part le discours de Quimper, complété par l’entretien télévisé du 10 avril suivant ?

24Il reprend et justifie la position régionaliste :

"L’avènement de la région, cadre nouveau de l’initiative, du conseil et de l’action pour tout ce qui touche localement la vie pratique de la nation, voilà donc la grande réforme que nous devons apporter à la France ! Pour que l’organe représentatif où seront, dans chaque région, délibérées les mesures qui la concernent, soit lié aux réalités, nous devons, sur la base de la participation de toutes les instances intéressées, le constituer par la réunion d’élus des collectivités territoriales, de délégués des diverses catégories économiques, sociales et universitaires, enfin de députés à l’Assemblée nationale".

25Cette grande réforme n’est pas imposée par des vues technocratiques. Elle a une raison historique et psychologique. Cet avènement est une reviviscence, modernisée, des provinces qui, depuis leur suppression officielle en 1790, "n’ont pas cessé d’exister dans l’esprit et le cœur des Français. En dépit de tous les déplacements, déracinements et brassages, il y a toujours l’Auvergne et les Auvergnats, la Bretagne et les Bretons, la Lorraine et les Lorrains"...

***

26Association, régionalisation, participation, tout ceci repose largement sur une vision catholique sociale de l’homme et de la société.

27Incontestablement, l’une des idées-clés de la pensée du général de Gaulle est d’arriver à une sorte de "désaliénation". Cela n’a cessé d’inspirer toute son action politique et ce, dans les domaines les plus divers : au niveau des nations, avec la politique d’indépendance, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la décolonisation. Au niveau de l’Etat, avec des institutions propres à soustraire l’Etat aux pressions des féodalités de tous ordres. Au niveau de l’homme enfin, lorsqu’il a évoqué la condition humaine, "la seule querelle qui vaille".

28Cela peut se résumer à trois postulats :

  • le primat de l’homme sur l’économique ;
  • le primat de l’homme sur tout système doctrinaire ;
  • le primat de l’homme sur la technologie.

1. Primat de l’homme sur l’économique

29L'économie est certes le moyen privilégié, mais n’est qu’un moyen au service de fins plus hautes. Dès lors, se trouve écarté tout système où l’économie est une fin en soi, qu’il s’agisse du capitalisme sauvage où prévalent la productivité à outrance, la compétitivité éliminatrice, la puissance dominatrice, ou qu’il s’agisse du socialisme contraignant où prévalent les exigences collectives, les plans autoritaires et l’imperium totalitaire. Cette économie au service de l’homme est un souci partagé notamment par l’Eglise et souvent exprimé dans les encycliques. Paul VI en avait résumé l’esprit devant l’Organisation internationale du Travail à Genève, en rappelant que :

"Dans le travail, c’est l’homme qui est le premier".

30Lorsque notre civilisation aura un visage plus humain, façonné dans le respect de nos propres aspirations, alors sans doute la jeunesse acceptera-t-elle plus aisément une société où son interrogation reste pour le moment sans écho. Encore faudrait-il que les adultes comprennent que l’argent n’est pas une fin en soi, que l’Etat n’est pas la fin suprême, mais que l’un comme l’autre sont des moyens au service de fins plus hautes, plus justes et plus attrayantes.

31Ces fins plus hautes sont à la fois sociales et personnelles.

32La fin sociale, c’est que l’homme n’est pas isolé et que sa condition est d’abord celle du groupe social auquel il appartient et celle de la société où il vit. Faut-il encore que cette exigence trouve ses limites et que le social ne soit pas "déifié", à la manière des doctrines totalitaires qui entraînent le primat catégorique de la collectivité.

33Quant à la fin personnelle, cela veut dire que l’homme n’est pas une définition abstraite, n’est pas un être désincarné, à la manière des définitions trop rationalistes ou trop "mécanicistes". C’est un homme de chair, qui se meut dans le concret, qui a des besoins, des aspirations, des passions, des peines, des espérances, bref un idéal, et qui exprime et mesure sa capacité au bonheur. C’est un être doué de personnalité et de dignité et non pas seulement l’individu d’un code.

34Il faut le reconnaître et le traiter comme tel, à condition naturellement qu’il ne sacrifie pas à un individualisme égocentrique et qu’en tant qu’individu et producteur, il ait conscience des liens de solidarité qui l’unissent aux autres et à la société sans laquelle il ne peut prétendre vivre.

2. Primat de l’homme sur tout système doctrinaire

35Cela entraîne facilement un conflit qui n’a rien de nouveau dans l’histoire, Galilée en fut victime comme tant d’autres. Le marxisme-léninisme au pouvoir permet de saisir sur le vif ce qu’est l’aliénation par le dogme que n’irrigue pas la charité, parce que ce socialisme-là a des prétentions scientifiques ; outre qu’il révoque toute liberté, il ne peut, par essence, tolérer l’hérésie, parce qu’il tient grâce à un système d’autorité et qu’il est conduit, de ce fait, à se mouvoir dans un système clos. Cela condamne toute illusion de cohabitation pour un socialisme non scientifique, ce que bon nombre de bonnes consciences appellent le "socialisme humain" dont le chemin ne saurait dès lors passer par le communisme. Il convient de démystifier les faux problèmes, tels que l’appropriation par la collectivité des moyens de production qui aboutit à un capitalisme d’Etat plus contraignant et plus inhumain que tout autre et aggrave l’aliénation de l’homme.

3. Primat de l’homme sur la technologie

36C’est tout le problème de la mécanisation de la société abhorrée par le Général dans son discours d’Oxford. Il est évident que la technique est le plus puissant instrument de libération de l’homme, à la fois par la peine et l’effort dont elle le dispense ou dont elle l’allège et par les moyens et facilités de vie qu’elle lui apporte. Il sied donc d’éviter a priori toute espèce de contresens à ce sujet. Le progrès technique est pour nous, il est avec nous.

37Mais cette machinerie extraordinaire qui se développe tous les jours dans notre civilisation comporte deux dangers :

38Le premier, c’est que la civilisation industrielle rend insensiblement l’homme étranger à son entreprise et à son travail qui en fait trop souvent un robot. Il conviendra donc de le réintroduire et dans son entreprise, et dans le travail. Il s’agit bien entendu du travailleur comme du "cadre".

39D’autre part, la conception technicienne, qui est fondée essentiellement sur le progrès technique au seul service de la production et de la puissance, conduit de plus en plus à assimiler les rapports sociaux aux mécanismes matériels, en vue d’éliminer tout aléa et d’assurer l’efficacité maxima qui est l’une des dominantes majeures de la société industrielle moderne. D’où l’emploi, selon la formule de Pierre Massé, des "techniques de l’anti-hasard", contre quoi il emporte, bien sûr, de prémunir le travailleur et plus généralement "l’homme", bien qu’il trouve jusque dans cet appareil de régulation un sentiment de sécurité, sans toujours déceler le risque d’aliénation.

40Voilà la conception de l’homme telle qu’on peut l’ébaucher et qui demande des approfondissements. Mais cet homme vit en société, d’où le problème du cadre collectif propre à son épanouissement.

41Quelle conception de la société ?

42Le général de Gaulle la définissait en 1968 comme devant être une société prospère, jeune, généreuse et libérée.

43Une société prospère, c’est-à-dire efficace parce que mieux organisée dans son appareil de production.

44Une société jeune, compte tenu de la poussée démographique et de ses conséquences sur le rajeunissement des mentalités et des structures.

45Une société généreuse, en allant, sans doute au-delà d’un égalitarisme de façade pour apporter plus de solidarité, et offrir davantage de dignité.

46Une société libérée. Libérée de quoi ? Sinon de la lutte des classes, parce qu’on aura transformé la condition salariale, ou cela n’a pas de sens. Libérée de quoi ? sinon de l’emprise de la technologie, parce qu’on aura maîtrisé son emploi pour des fins humaines, préméditées et délibérées.

47A quelles fins ? sinon celles, majeures, de mettre précisément l’économie au service de l’homme, au heu qu’il y soit assujetti, et de retenir en conséquence, à côté de la notion courante de niveau de vie, et de niveau de vie élevé, la notion de mode de vie qui lui permette d’exercer sa capacité au bonheur et qui est complémentaire du niveau de vie.

48— Lun des objectifs est donc d’éviter l’assujettissement de la personne au monde déterminé des choses. A l’aliénation qui est la subordination aux moyens, doit répondre l’émancipation qui est la maîtrise des moyens. Se dessinent ainsi déjà les silhouettes de la participation, de la transformation du salariat, d’une solidarité sociale mieux aménagée, d’une meilleure formation humaine.

49— L’autre objectif est de faire, de la société industrielle, le cadre et le moyen de répondre à la capacité au bonheur de l’homme. La condition est de promouvoir une économie capable de construire une société nouvelle, elle-même capable d’élever la condition humaine, c’est-à-dire d’assurer l’efficacité sans perdre l’idéal. Et se pressentent déjà la planification, l’aménagement du territoire, la réorganisation de l’appareil de production et celui de l’Etat.

50Telle est la double conclusion de ce qui pourrait être tenu comme l’exposé des motifs de l’essai doctrinal sur "l’économie au service de l’homme".

51Ainsi, il apparaît clairement que la position gaullienne, dès lors qu’elle répudie naturellement le totalitarisme d’un côté, le laisser-faire et la loi de la jungle de l’autre, ne peut être que fondée sur les principes de l’économie concertée. Celle-ci n’est pas un création de l’esprit puisqu’elle est fondée sur une tentative déjà largement engagée. Un économiste a pu dire, en effet, que "la socialisation commence au moment où la propriété privée n’est plus le fondement, ni la structure exclusifs du pouvoir économique : où les choix et les décisions économiques s’élaborent dans des organes et des institutions où dialoguent les différents groupes sociaux de l’Etat". (M. Bartoli).

52Dans son encyclique Mater et Magistra, Jean XXIII avait souligné certes "les avantages des prises en charge par la société d’un nombre accru de besoins", mais avait dénoncé "des risques de voir se dégrader l’esprit d’initiative, de transformer l’individu en automate". Paul VI puis Jean-Paul II ont naturellement repris le même thème qui est un des fondements de la doctrine sociale de l’Eglise.

***

53Au fond, la vision gaullienne s’inscrit incontestablement dans le champ de la pensée sociale catholique. Mais on peut se demander si le modèle allemand de l’économie sociale de marché n’est pas davantage présent dans la conception du général, au moins après 1960, que les idées souvent archaïques et ouvrièristes des démocrates-chrétiens français. Comme le remarquait Edmond Michelet, ce sont La Tour du Pin et Albert de Mun qui ont marqué de Gaulle, bien plus que Marc Sangnier. Si, en 1938, il participe aux journées de Temps Présent, c’est d’abord pour des raisons de politique internationale. Au reste, cette pensée allemande, il la pratique depuis sa captivité dans les forteresses du Reich, et s’il utilise le terme de mécanisation à plusieurs reprises, il ne faut pas oublier que le premier à l’avoir utilisée, c’est Walter Rathenau. Et il est significatif de constater que le courant gaullien orthodoxe qui s’organise en ce moment, préconise des solutions proches des propositions du Général :

"Il est temps de franchir une étape décisive. Une partie de la rémunération doit être indexée sur les résultats de l’entreprise. Il convient de faire en sorte que désormais, la rémunération des salariés soit composée d’une partie fixe, d’une partie liée aux résultats de l’entreprise, et d’une partie liée au mérite personnel. Bien entendu, cela exige qu’en même temps, les salariés soient partie prenante à la définition de leurs conditions de travail, mieux associés à la gestion, que leur actionnariat soit développé".

54Or, si on regarde de près, on s’aperçoit que ce texte, incontestablement gaullien d’inspiration, est très proche lui aussi de la pensée démocrate-chrétienne allemande, celle qui s’est développée sous la double influence néo-libérale d’Eucken et de W. Röpke et chrétienne du P. Nell-Breuning. Evangélisme social luthérien et doctrine sociale de l’Eglise ont permis la construction d’une pensée originale fondée sur trois valeurs essentielles, la liberté, la solidarité et l’équité.

55La liberté est associée à la notion de lien : l’homme est fait pour atteindre son plus grand épanouissement et l’on souligne que la liberté implique l’acceptation d’un certain nombre d’obligations sociales.

56La solidarité commande à l’individu de travailler au bien commun, thème fondamental que l’on trouvait chez Saint Thomas d’Aquin et que les personnalistes derrière Jacques Maritain remirent à l’honneur dans le premier tiers du XXe siècle. Pour les responsables de ces partis, le nouveau clivage social passe entre les faibles, les nécessiteux, les laissés-pour-compte parce que "non organisés", et les privilégiés "organisés", soutenus par les organisations professionnelles les plus diverses, syndicats ou partis. Le travail de solidarité est au moins autant du ressort de la société civile que de l’Etat. Ce qui oblige à recourir au principe de subsidiarité, autre principe constitutif du catholicisme social. Tout ceci inspire directement d’ailleurs l’enseignement de Gaudium et Spes, un des textes fondamentaux de Vatican II, et rejoint toute la tradition évangélique sociale, du pasteur Blumhardt par exemple.

57Troisième valeur, mise en exergue, l’équité : "Tout individu a des chances égales de s’épanouir librement". Mais avec réalisme, les démocrates-chrétiens allemands se refusant à un égalitarisme dont ils ont mesuré les innombrables inconvénients, parlent d’équité des chances (Chancengerechtigungen), et non d’égalité des chances. Ce qui amène le texte de la CDU par exemple à donner toutes leurs forces aux notions d’effort et de performance.

58La CDU naturellement ne néglige pas d’insister sur le rôle de l’Etat qui n’a pas à être "prestataire de services", mais il doit demeurer le "régulateur du marché" dont il lui faut faire respecter les règles, tout comme il lui faut s’opposer aux groupes de pression qui vont à l’encontre du bien commun ou oppriment les non-organisés.

59Insistant continuellement sur la nécessaire "sécurité des biens et des personnes", qui implique une "démocratie militante" à l’intérieur et une "lutte sans merci" contre le marxisme et le communisme, le programme de la CDU réhabilite trois mots qu’affectionne Helmut Kohl : souveraineté, pouvoir, autorité.

60Ainsi, en allant au-delà de la vision traditionnelle un peu trop "ouvrièriste", presque socialisante parfois des démocrates-chrétiens français (pensons à André Colin, à Jacques Barrot, à Bernard Stasi), le Général avait vu, peut-être avant d’autres, combien une économie orientée par des valeurs sociales liées à la représentation chrétienne de l’être humain, personne responsable, pouvait être une économie efficace et hautement compétitive. Mais en 1965-1969, les pesanteurs étaient telles que le Général échoua. Mais sa pensée demeure actuelle.

Auteur

Institut des Hautes Etudes Européennes, Université R. Schuman, Strasbourg

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter