Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

L’électorat du gaullisme et du général de Gaulle

François Goguel

Texte intégral

1Les tableaux de l’électorat du gaullisme et celui du général de Gaulle que nous allons présenter porteront seulement sur la Ve République. Comme le montre une comparaison des cartes de cette période (no 3 à 12) avec celle du vote NON au référendum du 13 octobre 1946 (no 1) et celles des votes pour les listes du RPF aux élections législatives du 17 juin 1951 (no 2), l’électorat qui, en 1946, s’était prononcé contre la Constitution de la IVe République (à l’appel non seulement du général de Gaulle mais aussi des formations politiques modérées et de beaucoup de radicaux), comme celui du RPF en 1951, ne sont aucunement analogues, pas plus par leur ampleur numérique que par leur structure territoriale, à ceux qui ont voté pour de Gaulle et pour les gaullistes de 1958 à 1969.

2Nous avons également écarté de notre étude les consultations du suffrage universel antérieures à octobre 1962 : les référendums du 28 septembre 1958, du 8 janvier 1961 et du 8 avril 1962, parce que le caractère massif du vote OUI en ces trois occurrences ôte à ce vote une portée de sa signification au point de vue qui est le nôtre ; les élections législatives de novembre 1958, parce qu’à cette date, à la seule exception du PC et de quelques dissidents de la SFIO et du radicalisme valoisien, aucune formation politique ne se présentait comme hostile au général de Gaulle.

3Notre étude ne portera donc que sur le référendum du 28 octobre 1962 et les élections législatives qui l’ont suivi ; sur l’élection présidentielle de décembre 1965 ; enfin, sur le référendum du 27 avril 1969 et sur l’élection présidentielle du mois de juin.

  • 1 En comptant au bénéfice de celui-ci, pour les élections législatives de novembre 1962, les suffrag (...)

4Indiquons d’abord, en chiffres arrondis, quels ont été à ces divers scrutins, les scores numériques du gaullisme1 :

  • Référendum du 28 octobre 1962 vote OUI : 12 809 000 (46,7 % des inscrits 61,7 % des suffrages exprimés).
  • Tour décisif des élections législatives des 18-25 novembre 1962 : 8 830 000 (32 % des inscrits, 46,8 % des suffrages exprimés).
  • 1er tour de l’élection présidentielle 5 décembre 1965 : 10 387 000 (36,7 % des inscrits, 43,7 % des suffrages exprimés).
  • 2e tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 1965 : 12 644 000 (44,7 % des inscrits, 54,5 % des suffrages exprimés).
  • Référendum du 27 avril 1969 : vote OUI : 10 512 000 (36,6 % des inscrits 46,7 % des suffrages exprimés).
  • 2e tour de l’élection présidentielle du 15 juin 1969 : vote Pompidou 10 688 000 (39,1 % des inscrits : 57,5 % des suffrages exprimés).

5Ces chiffres manifestent un rétrécissement progressif de l’électorat gaulliste, dont nous allons maintenant tenter de décrire et d’interpréter la structure géographique.

1. Le référendum du 28 octobre 1962

6Ce référendum a été le premier de la Ve République à provoquer une opposition dont il n’était pas évident qu’elle fût condamnée à l’échec. A celle, systématique (sauf en avril 1962) du PC s’ajoutait en effet celle du "Cartel des Non", qui regroupait tous les "partis de jadis", dont les élus à l’Assemblée nationale avaient censuré le 5 octobre le gouvernement Pompidou, de l’extrême droite nostalgique de "l’Algérie française" au Parti socialiste SFIO, en passant par le CNI, le MRP et le Parti radical-socialiste. La question posée aux électeurs quant au recours au suffrage universel direct pour les élections futures du président de la République se doublait, chacun s’en rendait compte, de la question de savoir si, après le référendum, Charles de Gaulle demeurerait à l’Elysée. Aux deux questions, on le sait, la réponse du suffrage universel devait être largement positive.

7La carte no 3, qui montre la répartition territoriale des votes OUI, se caractérise, par rapport aux cartes habituelles des suffrages de droite, par l’existence, en plus des bastions de la France de l’Est, de la France de l’Ouest et du cœur du Massif central, d’un bastion de la France du Nord, dans lequel, du département du Nord à celui du Loiret, tous les départements, à la seule exception de la Seine et de la Seine-et-Oise, ont voté gaulliste à plus de 45 % des électeurs inscrits et, dans quatre départements, à plus de 50 %. Compte tenu de l’importance de l’industrie dans la plupart des départements de cette France du Nord, il est évident que beaucoup d’électeurs ouvriers, qui votaient habituellement socialiste ou communiste, se sont prononcé le 28 octobre 1962 pour le OUI.

8On notera d’autre part le contraste global entre le vote des départements situés au nord d’une ligne La Rochelle-Genève, dont deux seulement, le Cher et la Nièvre, ont voté NON, et ceux situés au sud de cette ligne, dont quatorze ont voté NON. Les votes positifs de la Drôme et de l’Isère, dans le Sud-Est de la Haute-Vienne, de la Dordogne, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Orientales, dans le Sud-Ouest et le Roussillon démontrent que, dans la moitié sud de la France comme dans la moitié nord, nombre d’électeurs votant habituellement radical, socialiste ou communiste, se sont prononcé pour le OUI le 28 octobre 1962.

2. Les élections législatives des 18-25 novembre 1962

9La carte no 4 décrit les résultats du tour décisif (c’est-à-dire du premier tour dans les circonscriptions où il n’y a pas eu ballottage et du second dans toutes les autres) des élections législatives qui ont suivi le référendum du 28 octobre 1962.

10Cette carte, établie selon les pourcentages par rapport aux nombres d’électeurs inscrits, montre bien la baisse très notable de la participation des électeurs au scrutin par rapport au vote du 28 octobre. Abstentions et bulletins blancs ou nuls avaient alors représenté un quart des inscrits. En novembre, il s’est agi d’un tiers.

11On retrouve sur cette carte les bastions traditionnels de la droite : France de l’Ouest, France de l’Est, cœur du Massif central, mais à un niveau inférieur à celui du 28 octobre. Quant au bastion de la France du Nord, il s’est sensiblement rétréci. Tout donne, en somme, à penser qu’une forte proportion des électeurs habituels de la gauche qui avaient voté OUI le 28 octobre, se sont abstenus aux élections législatives de novembre, ou sont même revenus à leur vote antérieur. Car les 18 et 25 novembre, l’ensemble des Gauches a obtenu plus de 9 millions de suffrages.

12Le gaullisme, en 1962, lorsque la personne du Général ne constitue pas visiblement l’enjeu du scrutin, perd en somme les suffrages d’électeurs habituels de la gauche, qui n’en demeurent pas moins fidèles au Général lui-même.

13La carte no 5 est celle des "indices d’évolution" du vote OUI du 28 octobre au vote Ve République des élections législatives. Elle ne correspond donc pas à des nombres, mais à des proportions par rapport aux votes du 28 octobre. Elle fait ressortir une très grande inégalité dans la répartition territoriale du recul des votes pour les candidats gaullistes par rapport aux votes pour le Général lui-même. Il advient, par exemple, en Seine-et-Oise et dans le Lot-et-Garonne, que la faiblesse de ce recul s’explique par le fait que la gauche était surtout représentée du 2e tour de l’élection législative par des communistes. Le même phénomène a pu se produire ailleurs. Mais, en Corrèze, les candidats Ve République ont été retirés purement et simplement dans deux circonscriptions sur trois, ce qui a permis à un socialiste de l’emporter sur un communiste, alors que dans la circonscription de Brive le retrait du socialiste, permettait à Jean Charbonnel, candidat gaulliste, de battre son concurrent communiste. D’autre part, beaucoup de changements par rapport au 28 octobre tiennent certainement à des facteurs tenant à la personnalité des candidats et à des combinaisons locales.

14Il n’en demeure pas moins que, en novembre 1962, il s’en est fallu de deux millions de suffrages que l’ensemble de la Gauche, du PC au radical-socialisme, retrouvât un nombre d’électeurs égal à celui qu’elle avait obtenu le 2 janvier 1956.

3. L’élection présidentielle de décembre 1965

15A la surprise générale, Charles de Gaulle, au premier tour de l’élection présidentielle, le 5 décembre 1965, n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés que dans treize départements, cinq dans la France de l’Est, six dans la France de l’Ouest, la Lozère et la Corse : il est donc soumis à ballottage.

16François Mitterrand, candidat unique de toutes les Gauches, y compris le PC, n’avait cependant obtenu que 7 659 000 suffrages, c’est-à-dire 273 000 de moins que les votes NON du 28 octobre 1962, et environ 2 400 000 de moins que les candidats des partis qui le soutenaient n’en avaient eus le 2 janvier 1956.

17C’était évidemment la candidature MRP de Jean Lecanuet, lequel avait obtenu le 5 décembre 3 767 000 voix, qui avait provoqué la mise en ballottage du général de Gaulle.

18La comparaison de la carte no 6, qui décrit la répartition territoriale des votes de Gaulle le 5 décembre, avec la carte no 3, celle des votes OUI du 28 octobre 1962, montre le recul très notable des votes gaullistes dans les bastions traditionnels de la Droite, dans la France de l’Est, celle de l’Ouest et le Massif central.

19Mais, le 19 décembre, le général de Gaulle obtient 2 258 000 suffrages de plus que le 5 décembre et l’emporte donc sur François Mitterrand, qui en recueille 10 554 000. Les suffrages non exprimés (abstentions et votes nuls) étaient passés, d’un tour à l’autre, de 4 475 000 à 5 029 006, soit 17,7 % des électeurs inscrits au second tour, contre 15,7 % au premier tour.

20François Mitterrand avait gagné 2 895 000 suffrages du premier tour au second, soit un peu plus de la moitié des voix obtenus le 5 décembre par Jean Lecanuet, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Pierre Marcilhacy.

21La carte no 7 est celle des suffrages obtenus le 19 décembre par le général de Gaulle. Par ses aspects essentiels, elle ressemble beaucoup à celle des votes OUI du 28 octobre 1962. Sauf dans la Nièvre, le fief de François Mitterrand, tous les départements de la moitié nord de la France ont voté majoritairement pour Charles de Gaulle, même le Cher, opposant en 1962. Dans la moitié sud, le Général ne l’a emporté que dans un département sur deux environ.

22La carte no 8, celle des indices d’évolution du vote OUI du 28 octobre 1962 au vote de Gaulle du 19 décembre 1965, conduit cependant à nuancer cette constatation, car la plupart des départements où cet indice est supérieur à 100 sont situés dans la moitié sud du pays : dix-sept contre cinq seulement dans la moitié nord-est ; dans plusieurs départements de la France de l’Est, de la France du Nord et de la France de l’Ouest, le recul du vote gaulliste a été sensible.

23Par contre, le Sud-Est et les départements des bordures nord et ouest du Massif central ont connu une augmentation notable du vote gaulliste notamment dans le Bourbonnais, le Berry et le Limousin : il se peut que, dans ces départements où la participation du PC à la Résistance lui avait valu depuis 1945 des positions électorales assez fortes, un certain nombre d’électeurs communistes aient préféré le 19 décembre 1965 voter pour le général de Gaulle plutôt que pour François Mitterrand, malgré le soutien accordé à celui-ci par le PC.

4. Le référendum du 27 avril 1969 et l’élection présidentielle de juin

24La carte no 9 montre clairement que le général de Gaulle n’a été suivi par la majorité des électeurs, le 27 avril 1969, que dans des départements traditionnellement orientés à droite. Cinq dans la France de l’Est, douze dans la France de l’Ouest, quatre dans le Massif central, ainsi que les Pyrénées-Atlantiques et la Corse. C’est évidemment à la prise de position de Valéry Giscard d’Estaing en faveur du vote NON qu’était dû le recul du gaullisme dans beaucoup de départements où la gauche était minoritaire, ainsi qu’à la campagne contre le vote OUI menée par le président du Sénat, Alain Poher, et par la quasi totalité des sénateurs modérés et centristes.

25La carte no 10, celle des indices d’évolution du vote pour de Gaulle le 5 décembre 1965 au vote OUI le 27 avril 1969, montre cependant que la progression des votes gaullistes dans des départements de la moitié du Sud de la France que faisait constater la carte no 8 a continué à se manifester le 27 avril 1969 comme elle l’avait fait le 19 décembre 1965. C’est même dans la plupart des départements situés au sud-ouest d’une ligne Avranches-Genève que le gaullisme a gagné des élections du 5 décembre 1965 au 27 avril 1969. En revanche, le recul dans les départements industriels de la France de l’Est et de la France du Nord donne l’impression que les votes gaullistes ont encore diminué dans les milieux ouvriers.

26Tout donne en somme à penser que l’électorat gaulliste de 1969 était beaucoup plus conservateur que celui de 1962. Le paradoxe, c’est que de Gaulle avait voulu ce référendum pour amorcer la mise en œuvre d’une politique de participation, que les électeurs de gauche ont donc refusée au moment où des électeurs de droite se ralliaient à son initiateur !

27Peut-être cela s’explique-t-il par le fait que des électeurs de droite et des électeurs d’une gauche plus politique que sociale ont su gré au général de Gaulle d’avoir surmonté la crise de mai 1968, alors que les électeurs ouvriers ont ressenti l’issue de cette crise comme un échec. Peut-être aussi la diminution dans le corps électoral du nombre des électeurs ayant vécu la guerre, l’Occupation et la Libération contribue-t-elle à expliquer le rétrécissement du gaullisme ouvrier...

28Toujours est-il que le succès de Georges Pompidou à l’élection présidentielle de juin 1969 ne pouvait que renforcer la mutation progressive du gaullisme réformateur du général de Gaulle en un "gaullisme" conservateur...

29La carte no 11 montre la répartition territoriale des votes pour Georges Pompidou au 2e tour de l’élection présidentielle qui l’opposait le 15 juin 1969 à Alain Poher. Ce dernier ne devait l’emporter que dans huit départements : l’Aube, la Haute-Garonne, le Gers, l’Indre, le Loir-et-Cher, le Lot-et-Garonne, la Nièvre et le Vaucluse.

30Mais la consigne d’abstention donnée par le PC enlève une partie de sa signification à la primauté territoriale écrasante des votes pour Georges Pompidou.

31La carte no 12, celle des indices d’évolution du vote OUI le 27 avril 1969 au vote de Pompidou le 15 juin, permet de mieux comprendre le changement de sens des votes gaullistes lorsqu’ils sont devenus des votes pour l’ancien Premier ministre du Général. Elle montre une progression générale et parfois très sensible, dans les départements de la moitié sud de la France (à l’exception des Bouches-du-Rhône) et, au contraire, des reculs dans vingt-neuf départements de la moitié nord de la France.

32Le gaullisme sans de Gaulle pouvait-il demeurer ce qu’il était avec de Gaulle ? L'analyse de l’évolution de son électorat conduit à répondre à cette question par la négative.

5. Appendice

33Les analyses qui précèdent, menées selon les méthodes de la géographie électorale, nous ont conduit à constater que le vote gaulliste des ouvriers n’a pas cessé de diminuer de 1962 à 1969.

34Sans doute vaut-il la peine d’ajouter que cette conclusion est confirmée, pour l’ensemble de la France métropolitaine, par des sondages d’opinion.

  • 2 R. Ponceyri, Gaullisme électoral et Ve République : analyse d’une mutation politique, sl, sd (1984 (...)

35La thèse de Robert Ponceyri, Gaullisme électoral etVeRépublique,2 nous apprend en effet (p. 216) que, si au référendum du 28 octobre 1962, 58 % des ouvriers et femmes d’ouvriers avaient voté gaulliste, le pourcentage est tombé à 43 à l’élection présidentielle de 1965, à 47 au référendum du 27 avril 1969 et à 29 à l’élection présidentielle de juin 1969.

CARTE 1 : REFERENDUM DU 13 OCTOBRE 1946 VOTES NON

CARTE 1 : REFERENDUM DU 13 OCTOBRE 1946 VOTES NON

Majorité dans les départements entourés d‘un trait noir renforcé

CARTE 2 : R.P.F. 17 JUIN 1951

CARTE 2 : R.P.F. 17 JUIN 1951

CARTE 3 : REFERENDUM DU 28 OCTOBRE 1962 VOTES OUI

CARTE 3 : REFERENDUM DU 28 OCTOBRE 1962 VOTES OUI

Majorité absolue des suffrages exprimés dans les départements ayant voté OUI à plus de 40 % des électeurs inscrits, et dans ceux qui sont entourés d'un trait noir renforcé

CARTE 4 : ÉLECTIONS DU 18 ET 25 NOVEMBRE 1962 TOUR DÉCISIF

CARTE 4 : ÉLECTIONS DU 18 ET 25 NOVEMBRE 1962 TOUR DÉCISIF

Votes pour les candidats de l’Association pour la 5e République ou non combattus par celle-ci au 2e tour, sauf s'ils étaient SFIO contre un communiste, départements entourés d'un trait noir renforcé

CARTE 5 : INDICES D'ÉVOLUTION DU VOTE OUI LE 28 OCTOBRE 1962 AU VOTE "VE RÉPUBLIQUE" AU TOUR DÉCISIF DES 18 ET 25 NOVEMBRE 1962

CARTE 5 : INDICES D'ÉVOLUTION DU VOTE OUI LE 28 OCTOBRE 1962 AU VOTE "VE RÉPUBLIQUE" AU TOUR DÉCISIF DES 18 ET 25 NOVEMBRE 1962

Votes pour les candidats de l'Association pour la 5e République ou non combattus par celle-ci au 2e tour, sauf s'ils étaient SFIO contre un communiste, départements entourés d'un trait noir renforcé

CARTE 6 : PREMIER TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 5 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE

CARTE 6 : PREMIER TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 5 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE

Majorité absolue des suffrages exprimés dans les départements entourés d'un trait noir renforcé

CARTE 7 : DEUXIÈME TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 19 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE

CARTE 7 : DEUXIÈME TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 19 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE

Outre les départements qui lui ont donné les suffrages de plus de 45 % des électeurs inscrits, le général de Gaulle a obtenu la majorité des suffrages exprimés dans ceux entourés d’un trait noir renforcé

CARTE 8 : INDICE D’ÉVOLUTION DU VOTE DE GAULLE LE 19 DÉCEMBRE 1965 PAR RAPPORT AU VOTE OUI DU 28 OCTOBRE 1962

CARTE 8 : INDICE D’ÉVOLUTION DU VOTE DE GAULLE LE 19 DÉCEMBRE 1965 PAR RAPPORT AU VOTE OUI DU 28 OCTOBRE 1962

CARTE 9 : REFERENDUM DU 27 AVRIL 1969 VOTES OUI

CARTE 9 : REFERENDUM DU 27 AVRIL 1969 VOTES OUI

Majorité des suffrages exprimés dans les départements entourés d'un trait noir renforcé

CARTE 10 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969 PAR RAPPORT AUX VOTES DE GAULLE DU 5 DÉCEMBRE 1965

CARTE 10 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969 PAR RAPPORT AUX VOTES DE GAULLE DU 5 DÉCEMBRE 1965

Majorité partout, sauf : Aude. Haute-Garonne, Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre. Vaucluse

CARTE 11 : ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 12 JUIN 1965 2E TOUR. VOTES POMPIDOU

CARTE 11 : ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 12 JUIN 1965 2E TOUR. VOTES POMPIDOU

Majorité partout, sauf : Aude, Haute-Garonne, Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre, Vaucluse

CARTE 12 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES POMPIDOU DU 15 JUIN l969 PAR RAPPORT AUX VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969

CARTE 12 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES POMPIDOU DU 15 JUIN l969 PAR RAPPORT AUX VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969

Majorité partout, sauf : Aude. Haute-Garonne. Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre, Vaucluse

Notes

1 En comptant au bénéfice de celui-ci, pour les élections législatives de novembre 1962, les suffrages obtenus par des candidats modérés, MRP, radicaux, UDSR qui, sans avoir l’investiture de l’Association pour la Ve République, n’ont pas eu de concurrent soutenu par celle-ci et qui, pour ceux qui ont été élus (presque tous), n’ont pas été à l’Assemblée des opposants systématiques.

2 R. Ponceyri, Gaullisme électoral et Ve République : analyse d’une mutation politique, sl, sd (1984), 2 vol.

Table des illustrations

Titre CARTE 1 : REFERENDUM DU 13 OCTOBRE 1946 VOTES NON
Légende Majorité dans les départements entourés d‘un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre CARTE 2 : R.P.F. 17 JUIN 1951
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre CARTE 3 : REFERENDUM DU 28 OCTOBRE 1962 VOTES OUI
Légende Majorité absolue des suffrages exprimés dans les départements ayant voté OUI à plus de 40 % des électeurs inscrits, et dans ceux qui sont entourés d'un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre CARTE 4 : ÉLECTIONS DU 18 ET 25 NOVEMBRE 1962 TOUR DÉCISIF
Légende Votes pour les candidats de l’Association pour la 5e République ou non combattus par celle-ci au 2e tour, sauf s'ils étaient SFIO contre un communiste, départements entourés d'un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre CARTE 5 : INDICES D'ÉVOLUTION DU VOTE OUI LE 28 OCTOBRE 1962 AU VOTE "VE RÉPUBLIQUE" AU TOUR DÉCISIF DES 18 ET 25 NOVEMBRE 1962
Légende Votes pour les candidats de l'Association pour la 5e République ou non combattus par celle-ci au 2e tour, sauf s'ils étaient SFIO contre un communiste, départements entourés d'un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre CARTE 6 : PREMIER TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 5 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE
Légende Majorité absolue des suffrages exprimés dans les départements entourés d'un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre CARTE 7 : DEUXIÈME TOUR DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 19 DÉCEMBRE 1965. VOTES POUR CHARLES DE GAULLE
Légende Outre les départements qui lui ont donné les suffrages de plus de 45 % des électeurs inscrits, le général de Gaulle a obtenu la majorité des suffrages exprimés dans ceux entourés d’un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre CARTE 8 : INDICE D’ÉVOLUTION DU VOTE DE GAULLE LE 19 DÉCEMBRE 1965 PAR RAPPORT AU VOTE OUI DU 28 OCTOBRE 1962
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre CARTE 9 : REFERENDUM DU 27 AVRIL 1969 VOTES OUI
Légende Majorité des suffrages exprimés dans les départements entourés d'un trait noir renforcé
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre CARTE 10 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969 PAR RAPPORT AUX VOTES DE GAULLE DU 5 DÉCEMBRE 1965
Légende Majorité partout, sauf : Aude. Haute-Garonne, Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre. Vaucluse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre CARTE 11 : ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 12 JUIN 1965 2E TOUR. VOTES POMPIDOU
Légende Majorité partout, sauf : Aude, Haute-Garonne, Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre, Vaucluse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre CARTE 12 : INDICES D’ÉVOLUTION DES VOTES POMPIDOU DU 15 JUIN l969 PAR RAPPORT AUX VOTES OUI DU 27 AVRIL 1969
Légende Majorité partout, sauf : Aude. Haute-Garonne. Gers. Indre. Loir-et-Cher. Lot et Garonne. Nièvre, Vaucluse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/1103/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteur

Secrétaire général honoraire au Sénat, ancien membre du Conseil constitutionnel

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter