Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sociale du général de Gaulle

 | 
Robert Vandenbussche
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Marc Sadoun

Avant-propos

Jean-François Sirinelli

Texte intégral

1Quand nous avons pris l’initiative, Marc Sadoun, Robert Vandenbussche et moi-même, d’organiser un colloque consacré à la politique sociale du général de Gaulle, nous avons souhaité, d’emblée, placer ces deux journées d’études (8-9 décembre 1989) sous le signe de la sérénité scientifique et du dialogue.

2Sérénité, d’abord, sur un sujet pourtant propice à la controverse. Comme dans toute rencontre d’universitaires, se sont trouvés réunis des chercheurs d’âges variables et de sensibilités diverses, qui entendaient, par-delà cette diversité, faire leur métier en conscience, sans tomber dans l’hagiographie ou, inversement, dans l’instruction d’un procès rétrospectif. Et la proximité chronologique avec le sujet traité n’a pas été non plus un obstacle : rares sont les historiens qui doutent encore que l’on puisse faire, avec autant de rigueur que pour des périodes plus éloignées, une histoire du temps proche.

3Ce colloque fut aussi l’occasion d’un fructueux dialogue. Dialogue, tout d’abord, entre disciplines : Robert Vandenbussche et moi-même appartenons à l’UFR d’histoire de l’Université de Lille III, Marc Sadoun au département de science politique de Lille II. A travers ces organisateurs, c’est, en fait, une collaboration entre historiens, politologues et juristes qui était ainsi mise sur pied, et cette ambition pluridisciplinaire se retrouve dans le profil scientifique des différents participants.

4Le dialogue fut aussi, au cours des deux journées, entre chercheurs et « témoins ». Ce type de rencontre, inauguré il y a plus de vingt ans par la Fondation nationale des sciences politiques, peut se révéler enrichissant pour les uns comme pour les autres. Les témoins viennent souvent compléter ou nuancer ce que la reconstitution historique a, parfois, de schématique ou de désincarné. Inversement, une rencontre trop largement placée sous le signe du témoignage, et sans le lest des chercheurs de métier, risque de n’être qu’une messe anniversaire ou une journée de commémoration. Nous avons donc tenté de trouver un équilibre entre deux effets pervers opposés. Au reste, les témoignages et interventions furent, tout au long du colloque, très précieux. Et seules des raisons de calibrage éditorial nous ont contraints à n’en publier que quelques extraits.

5Le but assigné à un avant-propos, par essence, n’est pas d’anticiper sur l’objet du livre. Et encore moins de l’introduire : on se reportera, à cet effet, aux pages de René Rémond. Un tel texte liminaire permet, en revanche, de préciser les intentions des organisateurs du colloque. Dans ce vaste sujet que constitue la politique sociale du général de Gaulle, il nous a paru essentiel de privilégier, dans une première partie, les sources d’une pensée. L'architecture de l’ouvrage reflète ce parti adopté, tout le premier versant étant tourné vers cette question fondamentale. Mais il était également important de se pencher ensuite sur la mise en oeuvre de la politique sociale. Les études sur la participation, notamment, illustrent cette volonté d’éclairer tour à tour les deux versants, même si la pensée elle-même, plus longuement traitée (en nombre de contributions), constitue l’adret de l’ouvrage.

6La mise en oeuvre — en d’autres termes, la politique menée — suppose des acteurs et des partenaires sociaux. C’est là un autre aspect sur lequel nous avons également souhaité travailler. Tout en ayant conscience que la liste des acteurs et des partenaires évoqués aurait pu être, en fait, bien plus longue. Mieux valait pourtant, nous a-t-il semblé, approfondir quelques études de cas qu’inventorier, de façon plus allusive, l’ensemble des parties prenantes dans la mise en oeuvre d’une politique.

7Cette politique a-t-elle été perçue favorablement par les contemporains ? Et quelle en a été la traduction en termes électoraux ? Ce sont là des points qu’il était indispensable d’analyser, tant il est vrai que seule une démarche d’histoire globale est pleinement satisfaisante. Les questions d’opinion publique et les problèmes électoraux — l’évaluation, donc, d’une perception et d’une audience — nous paraissaient, en effet, appartenir de plain-pied au sujet.

8Assurément d’autres acteurs — le patronat, les femmes, la fonction publique, par exemple — et d’autres questions — ainsi la santé publique — auraient eu aussi leur place dans ce colloque et ce livre. De même, d’autres approches étaient possibles, notamment l’aspect budgétaire, et aussi cette question essentielle : en matière de politique sociale, de quelle alchimie complexe découle la « prise de décision » ? Où se trouve le pouvoir de décision et d’impulsion et quelle est la chaîne d’élaboration des mesures adoptées ?

9Il est toujours agréable d’exprimer sa gratitude envers les personnes et les institutions qui ont permis à un colloque de se tenir. Que les auteurs des contributions soient ainsi remerciés de l’attention prêtée au sens et à l’objet du colloque : la teneur scientifique de leurs interventions fut le garant de la réussite de ces journées d’études. Et le rôle des présidents-rapporteurs fut également essentiel : Jean-Marie Mayeur, Philippe Levillain, Bernard Tricot et Léo Hamon dirigèrent tour à tour, avec toute l’autorité et la faculté de synthèse souhaitables, le déroulement des séances. René Rémond noua en gerbes les principaux aspects des contributions et débats. Et les présidents des Universités de Lille III et Lille II, Alain Lottin et José Savoye, ont soutenu dès le début l’effort des organisateurs.

10L'Institut Charles de Gaulle apporta aussi son précieux concours à l’entreprise, et plusieurs de ses membres participèrent activement au colloque. La ville de Lille, le Conseil régional Nord - Pas-de-Calais et le C.R.A.P.S. (Université de Lille II) ont également aidé à la mise sur pied de ce colloque. Enfin, le Centre d’Histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest (Université de Lille III), dirigé par Bernard Ménager, a été la structure de base de l’entreprise, à toutes les phases de son déroulement. Au sein de ce Centre, que Martine Aubry, qui fut, du premier jour jusqu’à l’ultime mise au point de ces actes, la pierre angulaire de l’édifice, trouve ici l’expression de notre reconnaissance.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lille III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter