Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

La mémoire de l’Histoire religieuse française dans le Pas-de-Calais de la fin du xviiie siècle à nos jours

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

1Dans une région très marquée par la Réforme catholique et par une forte christianisation qui se prolonge pendant le XVIIIe siècle, notamment dans le diocèse de Boulogne, sous Mgr de Partz de Pressy et dans celui de Saint-Omer, la Révolution, qui provoque la division du clergé et tente d’imposer de nouveaux cultes, suscite des affrontements et déclenche une persécution dont le souvenir a subsisté longtemps. Au sein d’un certain nombre de familles, la transmission de ces souvenirs se prolonge pendant cent cinquante ans. Cette histoire de la mémoire sous la Révolution est influencée par les variations des historiographies révolutionnaire et contre-révolutionnaire, et par l’évolution politique et idéologique de la France depuis deux cents ans. On tentera ici d’esquisser un sujet qui mérite de susciter de nouveaux travaux. Une maîtrise intéressante a été soutenue à l’Université de Lille III en 1987, par Anne Gillion, sur la Mémoire de Robespierre à Arras. Cette étude, qui sera résumée dans un prochain article de la Revue du Nord, éclaire notre propos et complète utilement les travaux effectués sur l’histoire du Pas-de-Calais ou sur celle des villes de ce département.

2Il convient en effet de distinguer quatre périodes :

3celle des Secondes Lumières pendant laquelle les témoins vivent encore (fin du XVIIIe siècle jusqu’à 1840) ;

4celle de la génération romantique et ultramontaine (années 1840-1850 à 1870-1880) ;

5celle de la Troisième République pendant laquelle une certaine image de la Révolution fait partie de l’idéologie officielle et se trouve fortement contestée ;

6enfin, depuis 1945, la période récente marquée par un apaisement relatif des querelles idéologico-politiques autour de la Révolution.

I. L’ÈRE DES SECONDES LUMIÈRES : DE LA FIN DU XVIIIe SIÈCLE A 1840

7Cette époque est marquée par la présence de nombreux témoins de la Révolution dont le comportement pendant les années troublées est connu. Très généralement, ces témoins cherchent à oublier les moments les plus douloureux, la Terreur et les excès de la déchristianisation, mais, à l’exception de ceux qui ont été lésés par la Révolution, ils ne veulent pas voir les avantages acquis remis en question. L’idéologie des Lumières continue de rayonner : la diffusion des ouvrages de Voltaire et de Rousseau atteint son apogée sous la Restauration. Cependant ces publications sont controversées par les écrits d’auteurs qui, tel Chateaubriand, ont réfléchi sur la Révolution, ou, tels de Maistre et de Bonald, la condamnent.

8D’autre part, tant que les anciens révolutionnaires et les familles des victimes restent en présence, les événements se chargent de raviver les souvenirs. Ainsi sous le Premier Empire, la reprise de la guerre avec l’Angleterre provoque sur la côte la renaissance d’un « parti royaliste » qui inquiète les autorités : l’évêque interdit la réunion d’assemblées de prêtres à Wimille en 1805-1806. Les marins patriotes ont souvent pris parti pour les prêtres constitutionnels et contre les prêtres réfractaires susceptibles de servir d’agents à l’ennemi ; ils leur restent fidèles dans le Calaisis, à Ambleteuse, à Audresselles et à Saint-Nicolas-de-Boulogne où le citoyen Roche, qui a baptisé les gens de mer pendant la Révolution, redevient en 1803 le « bon curé » Roche.

9Les mutations politiques font rejaillir les querelles. Les anciens prêtres constitutionnels relèvent la tête pendant les Cent Jours, tel le curé Cavrois à Saint-Sépulcre de Saint-Omer, et sont menacés parfois par les ultras sous la Seconde Restauration. A ce moment-là, la vente des biens nationaux, qui a affecté plus du quart des terres dans le district de SaintPol, est remise en question malgré les stipulations de la Charte de 1814, par les nobles et par certains ecclésiastiques. Des prêtres essaient d’intimider les petits acquéreurs lors de la rédaction des testaments, et l’évêque La Tour d’Auvergne doit intervenir pour tenter d’apaiser les esprits.

10En effet la rupture révolutionnaire a laissé des traces durables dans les comportements : inquiétude des acquéreurs de biens nationaux qui alimente, la propagande de l’opposition libérale, hostilité aux moines qui étaient trop puissants sous l’Ancien Régime mais qui semble plus marquée autour d’Arras qu’autour d’Hesdin, détachement religieux durable dans certains secteurs comme la zone Canche-Authie ou dans quelques localités comme Coulogne en Calaisis : à Coulogne, en 1810, « il y a un certain nombre de paroissiens pour qui la Révolution semble durer encore », note le curé.

11Lorsque les révolutionnaires meurent, les persécuteurs du christianisme, comme dans l’Antiquité, connaissent une triste fin à en croire les registres historiques de paroisse (notamment ceux d’Essars, de Nielles-les-Bléquin, de Fléchin), ou les histoires des paroisses (comme celle d’Heuchin). Ceux qui ont persécuté l’Eglise meurent comme des impies en refusant les sacrements ou ont une fin pénible qui fait mal augurer de leur destinée éternelle. En revanche, ceux qui ont confessé la foi pendant la Terreur, ceux qui ont caché des prêtres missionnaires, connaissent parfois de dures souffrances mais meurent toujours apaisés, donnant ainsi l’exemple d’une bonne mort.

12Ce rejet des persécuteurs rejoint celui des terroristes, des responsables de la Terreur qui se produit très tôt. Joseph Le Bon et Robespierre sont concernés tout particulièrement à Arras où plus de trois cents personnes ont été guillotinées. Dès l’an III, des récits de prisonniers survivants de la Terreur stigmatisent les terroristes ; parmi eux, les Mémoires d’un détenu pour servir à l’Histoire de la tyrannie de Robespierre d’Honoré Riouffe, et les Angoisses de la mort dans les prisons d’Arras de Poirier et Montgey. Dans le premier livre, Robespierre est présenté comme un tyran sanguinaire, un monstre haineux et orgueilleux, l’auteur d’un plan infernal. Pour Poirier et Montgey, Robespierre a trahi Arras en l’abandonnant au criminel Joseph Le Bon. Robespierre est alors banni de la mémoire arrageoise.

13En 1795, le livre de Liévin – Bonaventure Proyart – paru à Augsbourg sous le pseudonyme de Leblond de Neuvéglise sur La vie et les crimes de Robespierre surnommé le tyran, est important car il sera republié en 1850 à Arras par son neveu J. M. Proyart et contribuera à fixer le portrait répandu par les anti-robespierristes. Robespierre, présenté comme un homme ingrat, orgueilleux, cruel, irréligieux, aurait eu un caractère sombre et machinateur. Cette littérature influencera les auteurs plus sérieux de la génération suivante.

II. LA GÉNÉRATION ROMANTIQUE ET ULTRAMONTAINE

14En effet, entre 1840-1850 et 1870-1880, pendant une période de réveil religieux, une nouvelle génération s’affirme, tandis que les derniers témoins de la Révolution disparaissent ; ainsi l’un des oncles prêtres de Philippe Pétain, qui a dans sa jeunesse combattu à travers l’Europe avec les armées de la Révolution, meurt en 1866 ; le futur vainqueur de Verdun a entendu, enfant, le récit des campagnes révolutionnaires fait par un combattant.

15La génération romantique contemple avec nostalgie le spectacle des ruines laissées par la tourmente révolutionnaire. Consciente d’une rupture dans le déroulement de la vie sociale et politique, elle s’intéresse aux vestiges du passé et s’adonne à l’étude de l’histoire. Les ruines de SaintBertin à Saint-Omer, laissées à l’abandon, impressionnent et scandalisent Victor Hugo et Montalembert. Wallet donne une description de l’ancienne abbaye en 1834, et des fouilles permettent d’exhumer de beaux chapiteaux en 1844. Tandis que le maître-maçon artésien Alexandre Grigny (1815-1868) ressuscite l’art gothique dans le Nord de la France, de Cardevacque publie de gros livres sur l’Abbaye de Mont-Saint-Eloi (1859) et sur l’Abbaye de Saint-Vaast d’Arras (1865-1868).

16L’abbé Charles Fromentin, admirateur de Montalembert, auteur d’une Histoire de l’abbaye d’Auchy, insiste en 1876 sur les destructions accomplies par la Révolution.

17« L’auteur est né près des ruines de l’abbaye d’Auchy ; il a été bercé au récit des vieilles légendes par une aïeule qui les tenait des moines qu’elle avait connus et aimés. Quatre affections se confondaient avec celle de la famille dans le cœur de cette femme forte : Dieu, l’Eglise, le roi, les moines d’Auchy. L’auteur partage aisément ses impressions ; aussi la Révolution, qui avait tout frappé, tout souillé, tout supprimé, lui inspira une instinctive répulsion, avant même que l’étude et la réflexion lui eussent appris à la maudire comme destructrice de l’honneur national et de la liberté ».

18La génération romantique se passionne pour l’étude du passé. Le jeune Daniel Haigneré passe ses vacances à découvrir les vestiges des monuments anciens, et à fouiller les vieux parchemins et les registres paroissiaux. Les sociétés locales, qui se multiplient au XIXe siècle, et la commission départementale des monuments historiques favorisent les recherches que les pouvoirs publics, stimulés par Guizot, encouragent. Si les études portent le plus souvent sur le Moyen Age ou les Temps modernes, les érudits romantiques, interpellés par la rupture révolutionnaire, ne négligent pas tous l’histoire récente. Plusieurs membres de l’Académie d’Arras et certains Boulonnais comme Haigneré s’y intéressent.

19Incité par ce mouvement de curiosité, l’évêque d’Arras, Mgr Parisis, esprit ouvert aux problèmes de son temps, lance en 1861 une enquête sur l’histoire récente des paroisses. Il demande notamment à ses curés de recueillir le témoignage des survivants de l’époque révolutionnaire qui deviennent de moins en moins nombreux.

20« A MM. les Doyens, Curés, Vicaires et autres Prêtres ayant charge d’âmes

21Messieurs,

22« Plusieurs fois déjà nous vous avons invités à recueillir dans vos paroisses respectives les faits qui peuvent servir à l’histoire locale, soit qu’ils s’accomplissent de votre temps et sous vos yeux, soit qu’ils appartiennent à des temps déjà écoulés.

23C’est à cette fin que dans les procès-verbaux de nos visites, nous avons toujours recommandé la tenue exacte du Registre de paroisse, hélas ! sans l’avoir toujours obtenu.

24Cependant les souvenirs s’effacent, les monuments se perdent, et cette grande loi de la tradition chrétienne qui est la gloire et la force de la sainte Eglise de Dieu sur cette terre, ne trouvera bientôt plus dans nos contrées, en ce qui concerne les cent années qui nous précèdent, ni trace, ni écho, ni appui.

25Et, pendant que nous nous endormons ainsi, toutes les administrations civiles enregistrent scrupuleusement dans leur immense bureaucratie et conservent soigneusement dans leurs archives l’origine, la marche, les suites de tous les événements grands ou petits qui les concernent.

26De telle sorte qu’un jour l’historien, voulant se rendre compte de notre siècle et ne trouvant dans les récits contemporains que des faits entièrement étrangers à la religion, nous soupçonnera d’avoir vécu sans elle, tandis qu’en réalité c’est en elle que nous trouvons toujours les œuvres les plus sociales et les plus fécondes, les fêtes les plus resplendissantes et les plus populaires, l’influence enfin la plus universelle et au fond la plus dominante.

27Ne nous exposons donc pas à faire un jour calomnier notre époque au grand scandale de nos neveux et au détriment de la vérité catholique.

28A ce sujet, Messieurs, nous avons pensé que cette année-même vous pourriez facilement pourvoir à ce besoin de l’avenir, en vous occupant chacun de l’histoire de la paroisse qui vous est confiée, pendant les quatre mois où vos travaux du saint ministère vous laissent le plus de loisir et où précisément les sujets ordinaires de vos conférences vous font défaut.

29Il y a particulièrement une époque, contemporaine de quelques-uns d’entre nous, qui fut hélas ! trop fameuse par ses crimes et ses malheurs, mais où se pratiquèrent en même temps presque partout des vertus admirables, souvent héroïques, presque toujours obscures et que pour cela même il faut se hâter d’arracher à l’oubli.

30Oui, il faut se hâter, car à cette heure déjà les témoins oculaires sont rares et nous aurons à nous en rapporter le plus souvent au rapport de ceux qui les ont immédiatement connus.

31Ces derniers eux-mêmes vieillissent et bientôt nous n’aurions plus que des témoignages altérés par plusieurs transmissions incomplètes, où les nuages de l’indifférence s’ajoutant à l’infidélité des souvenirs produiraient une nuit à peu près complète et sans espoir. Prévenons ce regret qui serait irréparable... »

32329 réponses au questionnaire donné ici en annexe ont été conservées, réponses que Mr le chanoine Berthe se propose d’étudier. Ces documents apportent de nombreuses informations sur les attitudes des populations pendant la Révolution, la géographie religieuse du département, l’influence du culte constitutionnel et celle des missionnaires réfractaires. Ainsi, à propos de la paroisse de Saint-Nicolas de Boulogne, l’abbé Haigneré, rédacteur de la notice de 1861, observe : « le culte, même constitutionnel, est toujours aussi florissant sous le Directoire ». En 1879, une lettre de l’abbé Haigneré à l’abbé Deramecourt signale l’importance de cette enquête.

III. LA IIIe RÉPUBLIQUE : IDÉOLOGIE RÉPUBLICAINE, CONTRE-RÉVOLUTION OU RALLIEMENT

33Sous la IIIe République, l’idéologie officielle se réfère à la Révolution de 1789-1792, à Mirabeau et à Danton. Dans les débats électoraux, le spectre du retour de l’Ancien Régime et du rétablissement de la dîme est évoqué par les candidats républicains contre leurs concurrents monarchistes, notamment en 1877, dans l’ensemble du département, mais encore en 1910 dans l’arrondissement de Saint-Pol. A l’opposé, le rejet complet de la Révolution se trouve chez un adepte de la Contre-Révolution, le Boulonnais Charles d’Héricault, qui recueille de nombreux récits populaires et entretient une tradition fondamentalement hostile.

34Moins extrémistes, des érudits instruisent le procès de la Terreur et tentent de préciser les responsabilités de Le Bon et de Robespierre. Le catholique orléaniste Auguste-Joseph Paris, qui sera ministre du gouvernement de Broglie en 1877, publie en 1864 son Histoire de Joseph Le Bon et des tribunaux révolutionnaires d’Arras et de Cambrai, et en 1870 La jeunesse de Robespierre et la convocation des Etats-Généraux en Artois. Paris rend Robespierre responsable des crimes de Le Bon et ses ouvrages sont bien accueillis à Arras. La démonstration de Paris est bientôt renforcée par les travaux de deux érudits disciples de Taine, E. Lecesne, qui publie en 1882-1883 trois volumes sur Arras sous la Révolution, et l’abbé Auguste Deramecourt, qui fait paraître en 1884-1886 quatre volumes sur Le Clergé du diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer pendant la Révolution. Deramecourt a été élevé par une aïeule, morte centenaire en 1869, dans une ferme dont les caves ont servi d’asile et de lieu de célébration aux prêtres proscrits. Prenant Taine pour modèle, Deramecourt, après Lecesne, présente Robespierre comme un petit avocat à l’esprit froid, calculateur et dur, et le charge de la responsabilité de la Terreur.

35Au cours des années 1890, le ralliement de nombreux catholiques à la République ne modifie pas cet état d’esprit : en effet, le ralliement concerne 1789, mais absolument pas 1793, à cause de la Terreur dont le souvenir reste trop vivace à Arras et en Artois. Au début du XXe siècle, lors des affrontements qui marquent l’application de la loi de séparation, les catholiques prennent appui sur les libertés républicaines pour résister aux persécutions des radicaux qui veulent continuer le combat de la Révolution contre l’Eglise. A l’idéologie du Bloc des gauches correspond la théorie du Bloc révolutionnaire défendue par Clemenceau et incluant 1793 dans l’héritage de la Révolution. Aussi, en Artois, un curé intitule-til sa chronique paroissiale : « Froc contre Bloc ». Tandis que radicaux et socialistes tentent de réhabiliter Robespierre à Arras, l’abbé Foulon écrit un drame historique, Les hommes rouges (1913), qui stigmatise les terroristes arrageois et qui est joué à Valenciennes puis à Arras. Les catholiques exaltent les martyrs de la Révolution, et Bernanos, très lié à l’univers artésien, puise dans leur histoire tragique l’une de ses plus belles œuvres, le Dialogue des Carmélites (1949).

36Le conflit atteint son paroxysme lors de l’inauguration du buste de Robespierre à Arras en 1933 en présence de l’historien Georges Lefebvre. Le matin de l’inauguration, les Arrageois se réveillent avec trois guillotines dressées sur les places de la ville et des ruisseaux de sang coulant le long des rues. Lun des échafauds émet un bruit d’horlogerie qui fait craindre la présence d’une machine infernale. Les gendarmes, inquiets, le démontent avec précaution, et découvrent un inoffensif réveil. Finalement l’inauguration a lieu dans une salle de l’Hôtel de Ville devant un public restreint. Dans les semaines qui ont précédé cet événement, le Courrier du Pas-de-Calais a publié les noms des 1675 personnes qui ont été détenues, suspectées ou guillotinées pendant la Terreur, et a provoqué ainsi une certaine émotion dans les familles dont les ancêtres s’étaient trouvés persécutés. Dans ce climat, la thèse de Louis Jacob, Joseph Le Bon, la Teneur à la frontière (1934), qui tente d’expliquer la Terreur par les exigences de la Défense nationale, intéresse les spécialistes, mais n’atteint guère le grand public.

IV. L’APAISEMENT DE LA QUERELLE APRÈS LA SECONDE GUERRE MONDIALE

37L’apaisement survient après la Seconde Guerre mondiale pour plusieurs raisons. Lopposition entre République et Monarchie n’a plus beaucoup de fondement sous le régime républicain avec monarque électif que nous connaissons depuis 1958-1962. Surtout le brassage des populations qui s’est effectué dans le Grand-Arras depuis quarante ans n’a pas laissé en place beaucoup de vieilles familles arrageoises et les souvenirs de la Terreur se sont estompés. Enfin les historiens ont réévalué divers événements révolutionnaires et certaines figures de la Révolution, notamment celles de grands notables qui ont joué un rôle important aux deux extrémités de la période en 1789 et après 1795, voire après 1799, en aidant Bonaparte à reconstruire l’administration française.

38Parmi ces personnalités, le chanoine Berthe a mis en valeur, dans sa thèse fort bien documentée, le maire d’Arras, Dubois de Fosseux. Plus récemment un étudiant de maîtrise, Sylvain Morette, vient de restituer la personnalité de l’audomarois Lefebvre-Cayet (1748-1811). Ce catholique convaincu, réformateur éclairé en 1789, abandonne ses fonctions de procureur général après la Constitution civile du clergé, car sa conscience lui déconseille d’intervenir dans le conflit religieux qui s’annonce. Sous le Directoire, Lefebvre-Cayet est un membre influent des Anciens, et sous le Consulat il devient président du Corps législatif avant de recevoir la Légion d’Honneur au Camp de Boulogne. Il est l’ancêtre d’une dynastie d’hommes politiques catholiques, grands serviteurs de l’Etat sous le Second Empire et sous la IIIe République, les Lefebvre-Hermand et Lefebvre du Prey.

39Ainsi de nouvelles recherches prosopographiques semblent nécessaires sur les personnalités de chrétiens éclairés que Philippe Guignet a étudiées plus au Nord au XVIIIe siècle, mais qui existent aussi au XIXe siècle parmi les orléanistes catholiques et les républicains catholiques. Or ceux-ci ont des ancêtres sous la Révolution, et l’histoire de plusieurs familles de notables mériterait d’être approfondie.

Annexes

ANNEXE

QUESTIONS SUR L’HISTOIRE DES ÉGLISES DU DIOCÈSE

1. Qu’était l’église de N... avant 1789. (Paroisse, chapelle, etc ?) ?

2. De qui dépendait-elle et en quoi consistait cette dépendance ?

3. Y a-t-il eu avant cette même époque dans la circonscription de la paroisse actuelle de N... des événements utiles à connaître pour l’appréciation des mœurs de cette époque et pour l’édification des peuples ?

4. Que s’est-il passé dans ces mêmes lieux durant la Révolution ? - Qu’a fait le prêtre ou le clergé qui s’y trouvait ?

5. Qui est-ce qui a pourvu aux besoins spirituels. - Par quels moyens. - En vertu de quels pouvoirs. - Où disait-on la messe ? (Raconter les faits particuliers).

6. Quand l’église a-t-elle été rendue au culte - En quel état était-elle - A-t-on conservé quelque chose de l’ancien mobilier. - Ornements. - Reliquaires, cloches, etc. (Faire connaître les inscriptions qui offriraient quelque intérêt).

7. Comment s’est fait le rétablissement du culte - par qui ? - Y a-t-il eu quelque cérémonie spéciale ? - Laquelle ?

8. Quel a été le premier curé titulaire ? - A quelle époque est-il venu ? - Comment a-t-il pourvu aux premiers besoins du culte ? - Bienfaiteurs - Fondations pieuses.

9. Quels ont été les autres curés ? - Dire ce qu’ils ont fait chacun.

10. Détailler les diverses œuvres qui ont eu lieu - missions - retraites - établissement de confréries - chemin de croix, etc.

11. Travaux faits à l’église pour restauration - agrandissement - embellissement - construction, dire l’époque de chacun d’eux et la provenance des ressources. Mêmes questions pour le presbytère.

12. Visites épiscopales (décrire sommairement ce qui s’y est fait). Fêtes extraordinaires - Processions - Calvaires - Pèlerinages.

13. Indiquer sommairement les titres déposés dans les archives de la paroisse - Dire quels sont les registres de catholicité qui se trouvent à la Mairie.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter