Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

L’Église dans le district d’Amiens sous la Révolution

Robert Legrand

Texte intégral

I. LE CLERGÉ DU DISTRICT D’AMIENS SOUS LA RÉVOLUTION

  • 1 Chanoine Destombe. Le clergé du diocèse d’Amiens et le serment à la Constitution civile, 1790-1791 (...)

1En 1790, le département de la Somme comprenait cinq districts, le plus important étant celui d’Amiens, siège du chef-lieu (38 000 habitants) et de l’Evêché. Le département comprenait mille deux cent un prêtres, non compris les membres du chapitre, les religieux et les religieuses. Le chanoine Destombe a publié une étude fondamentale sur le clergé du diocèse et le serment1. Il répartit ainsi les prêtres sermentés et non sermentés :

2Le diocèse compte 1201 prêtres :

sermentés :

615

(51,20 %)

insermentés :

557

(46,38 %)

sans renseignements :

29

(2,42 %)

3Le district d’Amiens, seul, compte 381 prêtres :

sermentés :

210

(55,11 %)

insermentés :

164

(43,05 %)

sans renseignements :

7

(1,84 %)

4La vie et la mentalité des ecclésiastiques ont été radicalement transformées par la Constitution civile du clergé (votée le 12 juillet 1790), loi qui a entraîné celle sur les serments.

5Nous préciserons donc rapidement la situation dans le district à partir de 1790, puis la réponse des prêtres vis-à-vis du serment et les conflits qui s’en suivirent jusqu’au Concordat. Nous présenterons d’une part le clergé constitutionnel et, d’autre part, les prêtres réfractaires, ceux qui ont refusé le serment d’emblée, ceux qui l’ont prêté avec restriction et ceux qui se sont rétractés par la suite. Comme nous le verrons, ce fut, pour beaucoup, un cas de conscience et même un sentiment d’angoisse devant le choix. Nous ne parlerons pas du clergé clandestin n’ayant pas de source sur ce sujet difficile. D’ailleurs, un grand nombre d’émigrés ou de déportés ont quitté le département, gagnant l’Angleterre par Boulogne-sur-Mer ou Saint-Valéry, la proximité de la côte le permettant.

6De fait, il ne restera qu’un petit nombre de curés insermentés qui, par force, vivront cachés. Deux d’entre eux, dénoncés en 1794, le père Vigneron et l’abbé Ringard, seront condamnés à mort et exécutés.

  • 2 Georges Sangnier, La Terreur dans le district de Saint-Pol, 2 vol. Blangermont, 1938.

7La situation était toute différente dans le Pas-de-Calais. Georges Sangnier a montré, dans le district de Saint-Pol, la lutte des autorités contre les clandestins, ceux-ci souvent protégés par les citoyens et les villageois2.

Premières violences

8Avant de retracer l’histoire du clergé dans la Somme – pendant plus de dix ans, une suite de conflits, de larmes et de sang –, il sied de montrer l’état d’esprit dans les campagnes, dès 1791. Les cahiers de doléances avaient déjà noté l’opposition entre les citoyens d’une part, et le Haut-clergé d’autre part. Mais ce n’était qu’un anticléricalisme « social » de la part des citadins et des villageois. Les prélèvements exagérés, la dîme étaient mal supportés par les citoyens. Or la mentalité des uns et des autres a changé avec la Constitution civile du clergé. A partir de là, la contestation devient générale, avec la hausse des prix et la disette ; d’autre part, la vie quotidienne s’avère difficile. Conséquences ? Fait nouveau en tout cas, dès 1791, la violence apparaît, les curés et les presbytères sont attaqués sans pitié. Le climat est changé dans les villes et dans les villages, nous en avons maints exemples typiques dans le diocèse. Nous n’en citerons qu’un : dans la nuit du 19 au 20 juin 1791, six hommes masqués s’introduisent dans la chambre du religieux Hiecq, à l’abbaye du Gard. Ils emportent tout ce qu’ils trouvent, après l’avoir laissé pour mort et violé sa servante âgée de quarante-sept ans. Ce religieux est décédé huit jours plus tard de ses coups et blessures.

9Les plaintes des victimes sont adressées au Conseil général du département qui se montre alors toujours soucieux du bon ordre et de la sécurité des citoyens : son rôle est de faire appliquer les lois. Mais il déclare à deux reprises qu’en cas de conflit « les voies de douceur et de conciliation pouvaient produire plus d’effet que les voies de la rigueur... » et, en conclusion à l’un de ces incidents violents, le Conseil invite tous les citoyens « à la justice, à la modération, à la tolérance... » Mais nous ne sommes qu’en 1791...

10En définitive, ces menaces, ces exactions, contre le clergé et ses membres isolés dans les campagnes, ne pouvaient qu’engager ceux-ci l’année suivante à reconsidérer leur engagement personnel. Selon leur conscience, selon les pressions qu’ils subirent, la peur toujours bien présente, ils abdiqueront ou ils choisiront de partir à l’étranger, selon la loi. C’est ce qu’ils firent les uns et les autres. Nous allons le vérifier maintenant pour le district d’Amiens.

II. LE CLERGÉ CONSTITUTIONNEL

  • 3 Chanoine H. Peltier. Histoire religieuse de la Picardie, p. 256.

11Dans la Somme, la moitié des membres du clergé a accepté la Constitution civile, en prêtant serment. On en relève deux cent dix sur trois cent quatre-vingt-un, nous l’avons vu. Ils seront les « prêtres constitutionnels ». En réalité, ils étaient plus nombreux en 1791, mais certains se rétractèrent et furent alors considérés comme refusant le serment. Il en reste donc deux cent dix qui ont accepté. Ils gardaient leur cure, et leurs ouailles. Leur attitude a bien été expliquée en partant de la situation de l’Eglise à la veille de la Révolution3. Il est indéniable que des changements importants, des réformes devaient être appliqués dans l’organisation de l’Eglise en France.

  • 4 Sur l’Eglise constitutionnelle, cf. les études de Bernard Plongeron : Conscience religieuse en Rév (...)

12Les cahiers de doléances du clergé d’Amiens, d’Abbeville, de Péronne avaient présenté les mêmes revendications pour améliorer les structures de l’Eglise et la condition de vie des curés..» Elles expliquent comment un si grand nombre de curés et de vicaires prêtèrent le serment constitutionnel en 1790. Ils crurent aux réformes utiles réalisées par la Constitution civile du clergé. (...) Le clergé modeste ne regardait pas plus loin que les injustices criantes dont il souffrait ; il faudra un cataclysme pour lui dessiller les yeux ».4

13On sait qu’après le départ de Mgr de Machault, l’évêque d’Amiens, pour Tournai à la fin de 1790, un évêque constitutionnel fut élu, ce fut Mgr Desbois de Rochefort qui venait de la paroisse Saint-André-des-Arcs de Paris. Il eut bien des difficultés, et André Dumont le fit emprisonner pour un temps. Mais c’était un homme de valeur qui voulait améliorer la vie spirituelle du diocèse, s’opposant, par exemple, au mariage des prêtres et voulant mettre de l’ordre dans les séminaires en en élevant le niveau intellectuel et spirituel.

Réguliers devenus séculiers

14Tous les couvents avaient été fermés à partir de février 1790, et les ordres religieux supprimés. Dans le district d’Amiens, comme ailleurs, certains religieux ont été nommés prieurs-curés, d’autres furent élus dans une cure, ceci pour remplacer les insermentés. Ainsi, des bénédictins, des capucins, des feuillants, des prémontrés, des augustins seront chargés de semer la bonne parole dans une paroisse donnée. On en compte vingt-cinq dans le district.

  • 5 A. Soboul. La civilisation et la Révolution française. La France Napoléonienne, p. 86.

15« Les églises fermées pour la plupart, le culte catholique réfugié plus ou moins dans la clandestinité, on en vint finalement à la Séparation de l’Eglise et de l’Etat ». Lorsque Cambon fit supprimer, le 18 septembre 1794, le budget de l’Eglise assermentée, « La Constitution civile était ainsi implicitement rapportée, et l’Etat complètement laïcisé. Les mesures contre les prêtres réfractaires demeurèrent cependant en vigueur, et les églises fermées. »5

  • 6 Ernest Daudet. Récits des temps révolutionnaires. La Constitution civile du Clergé, 1 vol., Hachet (...)

16Pour conclure cette comte note sur l’Eglise constitutionnelle, je citerai ce qu’écrivait un historien, il y a quatre-vingts ans, Ernest Daudet : « L’on méconnaît le clergé constitutionnel lorsqu’on le représente comme un ramassis de mauvais prêtres, (...). Beaucoup n’étaient coupables que d’avoir eu peur de la misère, que d’avoir reculé devant le martyre, ou encore, surtout dans les paroisses rurales, d’avoir cédé aux supplications des fidèles dont ils étaient aimés, et qui les suppliaient dene pas les abandonner... »6

III. LES PRÊTRES PICARDS DEVANT LE SERMENT. LES ABDICATAIRES

17Pour le district d’Amiens, sur un tableau des curés abdicataires, daté du 5 vendémiaire an III, on relève cent vingt-quatre noms, dont dix sont des ex-religieux. Sur ce total, neuf sont alors mariés (dont deux avec enfant), mais plusieurs autres se marieront dans les années suivantes.

18La moyenne d’âge des abdicataires est de quarante-neuf ans pour les cent cinq dont l’âge est mentionné sur la liste. En voici le détail : de vingt à trente ans : neuf ; de trente et un à quarante ans : trente-deux ; de quarante et un à cinquante ans : vingt-deux ; de cinquante et un à soixante ans : vingt-sept ; de soixante et un à soixante-dix ans : quatorze ; de soixante et onze à quatre-vingts ans : dix ; plus de quatre-vingts ans : un.

19A quelle date ces abdications ont-elles eu heu ? Sur les cent vingt-quatre abdications, la liste ne mentionne que cent vingt-deux dates :

  • 7 Arch. dép. Somme L. 1898 et L. 1888.

20Pour l’an II : une abdication en vendémiaire, trois en brumaire, trois en frimaire, trois en nivôse, trente-neuf en pluviôse, quarante-cinq en ventôse, huit en germinal, sept en floréal, cinq en prairial, quatre en messidor, quatre en thermidor, aucune en fructidor7.

21Ainsi les mois de pluviôse et ventôse (c’est-à-dire janvier, février et mars 1794) représentent 69,50 % du total de l’année.

  • 8 M. Vovelle. Prêtres réfractaires (...) en Provence.. Actes du 89e congrès des Sociétés savantes, L (...)

22A Paris, le mouvement de lutte contre l’Eglise avait vraiment commencé en brumaire (octobre-novembre 1793) ; on remarque donc ici un décalage de trois mois environ. En Provence, la poussée a suivi également Paris avec quelque retard, les deux plus gros mois étant là-bas ventôse et germinal (85 % du total)8.

23Compte tenu des relevés et des pointages, il est possible de donner un tableau d’ensemble des prêtres abdicataires pour le district d’Amiens. Sur deux cent dix curés assermentés, la liste du 5 vendémiaire en donne cent vingt-quatre qui ont abdiqué. Mais il faut ajouter à ce nombre treize prêtres ou religieux qui sont indiqués sur une autre liste, de même date (liste de prêtres « attachés à aucun service »), et ayant de même abdiqué. Parmi eux, certains ont renvoyé leur lettre de prêtrise. Nous en avons donc cent trente-sept, soit 65 % du total mentionné par le chanoine Destombe.

24En réalité, il est juste d’ajouter quinze religieux qui ne sont pas compris dans les deux cent dix : ils n’avaient pas de cure et n’étaient pas « sermentables ». Ils ont bien abdiqué, le total est donc de cent cinquante-deux pour le district.

Les lettres de prêtrise

25Aux déclarations d’abdication étaient jointes assez souvent les lettres de prêtrise elles-mêmes. Les archives d’Amiens en conservent soixante-dix. Parmi ces abdicataires, vingt-quatre ajoutent un commentaire, utilisant souvent la même formule : « Je renonce pour obéir à la loi », ou : « pour être bon républicain et bon citoyen ». L’esprit jacobin domine dans ces commentaires.

Les pressions exercées sur le clergé

26Les différents décrets, publiés à partir de 1792, ont bien évidemment favorisé les abdications, et aussi les mariages. Les lois ont donné petit à petit des facilités pour contracter mariage – civil naturellement. Les sociétés populaires, les comités de surveillance des municipalités ont fait connaître ces décrets aux intéressés et usé de leur autorité pour obtenir des abdications. Et André Dumont, anticlérical farouche, ne pouvait qu’inciter ces divers groupements dans cette voie. On sait qu’il appelait les curés des « bêtes noires », ou la vermine ecclésiastique ; il parlait des impostures de ces animaux, la peste de la société, et autres amabilités. Il faisait brûler les « magots » appelés saints dans les églises. Dumont a fait arrêter un certain nombre de prêtres, dont l’évêque constitutionnel Desbois de Rochefort. Il fit arrêter, par exemple dans l’Oise, Jean Joseph Bertin, le curé de Béhéricourt, et plusieurs autres.

27Et pourtant ! Le féroce représentant du peuple criait beaucoup, mais il ne fut pas particulièrement sanguinaire, c’était un médiocre et un excité. Lebon, dans le Pas-de-Calais - dans le district de Saint-Pol par exemple – fut bien plus violent et galvanisait plus durement les sans-culottes des villes et des villages.

28Dans l’Oise, d’autre part, l’armée révolutionnaire participa aux mesures de coercition contre les curés. Elle n’est pas venue dans la Somme, heureusement pour eux.

29Les déclarations des abdicataires montrent les pressions exercées sur eux, et leur souci d’obéir à la loi : le curé Hénocq parle « d’un décret qui nous enjoint de remettre les lettres de prêtrise ». Caron, curé près de Poix, dit vouloir se conformer au décret de la Convention, et remet ses lettres. Et le curé d’inval-Boiron déclare : « J’apprends à l’instant que nous sommes obligés de nous défaire de nos lettres de prêtrise, comme vrai républicain, je ne sais qu’obéir (22 février 1794).

30D’autres pressions furent mises en œuvre par les sans-culottes et les jacobins, pour obtenir le mariage des abdicataires, les autorités promettant parfois la liberté aux curés incarcérés s’ils s’engageaient à prendre femme. En voici deux exemples :

31Piaule, ex-prêtre du diocèse d’Amiens en 1802, écrit au cardinal-légat : « Dans les temps de la Terreur et les jours de sang de la Révolution, il a été mis en arrestation à cause de sa fidélité aux principes catholiques, quand, dans sa prison, il lui a été proposé de recouvrer la liberté s’il voulait contracter mariage civilement. Effrayé des dangers dont il était menacé, et auxquels plusieurs de ses confrères avaient succombé, il a, par crainte et par faiblesse, consenti à cette proposition... »

32Pierre Foré, desservant d’une paroisse près de Clermont (Oise), après des persécutions, fut arrêté par ordre de Joseph Lebon, incarcéré à Montdidier : « il ne dut la liberté et même la vie qu’à un contrat civil de mariage qu’on exigeait au préalable de lui, il eut la faiblesse de consentir à cet acte... ».

IV. LES RÉFRACTAIRES ET LES DÉPORTÉS

33En très grande majorité, les réfractaires sont partis pour l’étranger, la proximité des frontières permettant, d’ailleurs, les exils. Le chanoine Destombe recense, pour le district d’Amiens, cent soixante-quatre prêtres insermentés, soit 43,05 % du total (et 46,38 % pour le diocèse). Or, sur ces cent soixante-quatre, cent quarante ont émigré ou furent déportés. En ajoutant ceux qui n’ont ni abdiqué, ni émigré, au nombre de vingt-quatre, le compte est bon. Sur le total de cent quarante « exilés », vingt-neuf avaient refusé le serment, quatre-vingt-quinze avaient fait un serment restrictif, et seize s’étaient rétractés. Mais de fait, à ces cent quarante insermentés, il est juste d’ajouter seize assermentés : ceux-ci avaient prêté serment pur et simple, puis sont partis. Le total général des émigrés et déportés s’élève donc à cent cinquante-six, soit 40,90 % du clergé du district. Selon la loi du 26 août 1792, ils avaient quinze jours pour quitter le territoire national s’ils ne juraient pas, or, la plupart ont abandonné leur cure et sont partis entre le 1er et le 12 septembre. Mais huit étaient partis avant le vote de la loi, ce sont donc de « vrais » émigrés. Les uns et les autres ont demandé un passeport à leur municipalité et sont partis aussitôt.

34Selon la loi du 22 ventôse an II, les prêtres malades, âgés de plus de soixante ans, devaient être « reclus ». Or, nous relevons, sur une liste de l’an III, six prêtres de plus de soixante ans qui ont préféré la déportation à la réclusion dans la ville.

  • 9 Chanoine Destombe : Arch. dép.. Somme J. 3137. Sur les vingt-quatre qui n’avaient ni abdiqué ni ém (...)

35Les déportés sont partis pour l’Angleterre, le plus souvent par Boulogne, Saint-Valéry ou Cayeux, le chanoine Destombe en relève cent vingt-sept qui ont séjourné en Angleterre. Mais beaucoup ont trouvé refuge en Allemagne. Leur vie a été le plus souvent précaire ou même très difficile. Un certain nombre d’entre eux sont morts, soit en Angleterre, soit en Allemagne ou ailleurs. Sur les cent vingt-sept relevés en Angleterre9, cent huit étaient non-jureurs, le serment n’est pas mentionné pour les neuf autres.

V. LES PRÊTRES SOUS LES VERROUS. LES PENSIONNÉS

36Les prêtres et les religieux du district d’Amiens subirent, comme ceux d’autres diocèses, une prison souvent longue et pénible. Ils étaient en général incarcérés « pour cause de suspicion ou de contre-révolution ». En janvier 1794, on relève cent vingts prêtres du diocèse en prison à Amiens dont :

vingt-trois détenus sujets à la déportation (dont trois nobles) ;
soixante et onze détenus sujets à la réclusion (dont dix nobles) ;
vingt-six sermentés détenus comme suspects ;
soit au total cent vingts prêtres.

37Un autre état, du 22 février de cette année, donne cent dix-neuf prêtres en prison, sans compter les membres du chapitre et les religieux.

38Un certain nombre de prêtres et de religieux sont morts en prison. En l’an III, trente-deux ecclésiastiques détenus se plaignent au Conseil du district : ils ne reçoivent pas les quarante sols par jour qui leur sont accordés, ils manquent absolument de tout. Onze chanoines, prêtres et religieux du diocèse, en prison, ont été condamnés à la déportation et emmenés, dans des conditions abominables, à Rochefort pour être envoyés en Guyane. Le plus grand nombre est mort à l’île d’Aix, après avoir subi des traitements atroces.

39Les prêtres vieux et malades, sujets à la détention, devaient être regroupés dans une de leur maison réservée. Beaucoup se plaignirent de leur sort.

40Selon la loi, les curés, devenus fonctionnaires publics, devaient recevoir une pension. Les archives départementales conservent des registres de pension. Celles-ci étaient réglées avec beaucoup de retard. Le taux a été diminué peu à peu, et comme la monnaie s’est effondrée, au cours de ces années, la pension était devenue insignifiante, sous le Directoire.

VI. DE THERMIDOR À BRUMAIRE

  • 10 Arch. dép. Somme, L. 1894. Les archives conservent les demandes de vingt-trois d’entre eux.

41Après Thermidor, la question cléricale demeurait aussi difficile qu’auparavant. Le 11 janvier 1795, Merlin de Douai fait adopter, après discussion, un décret au sujet des émigrés et des prêtres déportés, rentrés. Peu après, au bout de cinq ans de luttes religieuses, la Convention adopte une motion « portant permission d’exercer tous les cultes ». La République n’en salarie aucun, et interdit tous signes extérieurs. Cette importante loi a été votée, après discussion, le 21 février. Puis la loi du 11 prairial an III (10 mai 1795) rétablit la liberté du culte, à condition que les ministres se soumettent aux lois de l’Etat. Et cette loi permet la réouverture des églises. Dans les semaines qui suivirent, un certain nombre de curés du district d’Amiens ont demandé aux communes concernées la réouverture de leur église10. Deux prêtres demandent la réouverture de la « ci-devant » cathédrale d’Amiens. Mais, difficulté : les églises se trouvaient dégradées, en mauvais état et des réparations urgentes devaient être faites ; celles-ci incombaient aux communes elles-mêmes... Une pétition est adressée au district, pour la réouverture de l’église de Boves, qui avait été maintenue à l’usage du culte « jusqu’à ce que le régime de terreur qui a désolé la République eût interrompu toute espèce de culte... » écrivent les paroissiens de cette localité. Le district et le département sont d’accord pour remettre cette église aux pétitionnaires. Le 28 juin (1795) – date importante pour les catholiques amiénois – la cathédrale d’Amiens est rendue au culte.

  • 11 A. Dubois, Notes historiques sur Amiens, op. cit., p. 26.

42Un décret sur la police des cultes, daté du 7 vendémiaire an IV (29 septembre 1795), oblige à un nouveau serment : « Je reconnais que l’universalité des citoyens français est le souverain et je promets soumission et obéissance aux lois de la République ». Ce serment est prêté dans les mois suivants par quatre-vingt-sept prêtres du district d’Amiens. La liste en a été publiée11.

43Le décret, plus sévère, du 25 octobre de cette année, frappe les curés sujets à la déportation et qui sont restés en France.

44En nivôse an IV, un nouveau serment est exigé : « Je jure d’être sincèrement attaché à la République et je voue une haine éternelle à la royauté ».

45Mais, tandis que les serments se succédaient, les prêtres rentraient, et leur situation était loin d’être facile. Louis de Saint-Riquier, ex-curé de Cerizy-Cailly, déporté, rentre en France le 7 fructidor an V. En floréal an VI, sexagénaire, il se dit très malade, tuberculeux et infirme.

46François Antoine Liquois de Beaufort, ex-vicaire général, déporté, rentre en France ; décrété d’arrestation le 4 fructidor an V, il sera libéré le lendemain, et mourra en messidor an VIII.

47Jean-Baptiste Franquelin, prêtre habitué de l’Oratoire d’Amiens, insermenté, part pour l’Angleterre, puis l’Allemagne. Il rentre en l’an V ; arrêté à Maestricht, le 14 fructidor, il comparaît devant le tribunal d’Amiens.

VII. APRÈS LE COUP D’ÉTAT DU 18 FRUCTIDOR

  • 12 Gaston Braillon, Le clergé du Noyonnais pendant la Révolution, 1 vol. , Noyon, 1987.

48Dès le lendemain, une nouvelle loi est votée (septembre 1897) : c’est à nouveau la répression, la fin de la période libérale, la reprise des luttes religieuses. Le clergé redevient l’ennemi du pouvoir et les jacobins reviennent en force. Les cultes sont mis sous surveillance de la police, un nouveau serment sera exigé : « Je jure haine à la Royauté et à l’anarchie, je jure attachement et fidélité à la République et à la Constitution de l’an III. » Sans tarder, le 27 fructidor (13 septembre), vingt-six prêtres prêtent ce serment à Amiens. « Ce serment n’était pas nouveau, écrit Gaston Braillon, il avait été prévu par la loi du 24 nivôse an V (13 janvier 1797) mais pour être prêté par les seuls fonctionnaires publics, le jour anniversaire de la mort du tyran, 21 janvier. »12

  • 13 A. Dubois, op. cit., p. 29.

49Selon cette loi du 19 fructidor, « les prêtres catholiques insermentés sont interdits de toute fonction religieuse ». A Amiens les églises Saint-Jacques et Saint-Rémi sont fermées.13

50Ainsi, les prêtres rentrés, ou sortis de leur cachette, sont à nouveau surveillés par la police ; et la loi permet de déporter les prêtres qui troubleraient la paix publique.

51Heureusement, cette nouvelle offensive contre l’Eglise ne dura guère. Avant fin octobre, les deux églises ci-dessus seront ouvertes à nouveau au culte, mais servies par des prêtres constitutionnels. La formule de serment change une nouvelle fois en vendémiaire an VIII : « Je jure fidélité à la République et à la Constitution de l’an III, je jure de m’opposer de tout mon pouvoir au rétablissement de la royauté et à celui de toute espèce de tyrannie. »

La coexistence entre émigrés rentrés et ex-constitutionnels

52Il y eut parfois accord et parfois d’âpres tensions.

  • 14 A. Dubois, op. cit.

53Ainsi, à l’église de la paroisse Saint-Leu à Amiens, réouverte au culte, « le prêtre constitutionnel exerce au grand autel, et l’insermenté à l’autel de gauche, mais à des heures différentes. Et il y a deux sortes d’eau bénite dans l’église. »14

  • 15 Idem.

54Par contre, à Ailly, Lemot, curé constitutionnel, et Dupuis, insermenté, célèbrent la messe alternativement mais non sans violences. « Il ne se passait pas de dimanche qu’il ne survint des scènes de pugilat jusque dans l’église entre les partisans des deux cultes. » Et des incidents graves éclatèrent également à la succursale de Saint-Honoré, au faubourg de Beauvais à Amiens. Denizot, prêtre émigré, devait remplacer le prêtre constitutionnel, Marseille. Celui-ci reçoit mal son remplaçant, « cependant, s’il désirait dire sa messe à la chapelle, il la lui ferait ouvrir. Denizot répondit qu’il ne pouvait la dire sans qu’au préalable il n’ait fait laver, nettoyer la chapelle, brûler les huiles sacrées, consommer les hosties qui s’y trouvaient, et bénir de nouveau cette chapelle. Les partisans de Marseille se mirent à traiter Denizot de chouan, de brigand et de vendéen royaliste, qu’il était un traître, ayant porté les armes contre sa patrie et s’il ne f.... pas le camp bien vite on allait le jeter dans la mare ; des cris : à l’eau ! à l’eau ! se firent entendre, et Denizot se sauva. Mais il revint une heure après, accompagné de plusieurs sergents de ville ; il ne fut pas plus heureux, il fut poursuivi de nouveau avec sa compagnie, jusqu’à la porte de Beauvais, aux cris de : à l’eau ! à l’eau ! »15

VIII. LES PRÊTRES MARIÉS

55Un certain nombre de prêtres du district, nous l’avons vu, avaient abdiqué et quelques-uns se sont mariés. En dépit des lois, et aussi des pressions d’André Dumont et des sans-culottes, on relève peu de ces mariages dans le district : sur trois cent quatre-vingt-un membres du clergé, recensés par le chanoine Destombe, nous en trouvons dix-neuf, tous assermentés. Sur ces dix-neuf, douze ont demandé leur réhabilitation au cardinal Caprara, légat du Pape. Deux, décédés avant 1801, ne pouvaient manifester leur repentir à ce diplomate... Nous n’avons pas trouvé trace des cinq autres dans les dossiers du légat. A ces dix-neuf, il faut ajouter neuf autres ecclésiastiques du district qui se sont mariés, mais n’étaient pas « sermentables » (quatre religieux et cinq chapelains) et qui ne sont pas compris dans les trois cent quatre-vingt-un. Deux d’entre eux ont demandé leur réhabilitation.

  • 16 G. Braillon, op. cit.
  • 17 Claude Langlois, post face au livre de T. Tackett, La Révolution, l’Eglise, la France, 1 vol., Par (...)

56La proportion de 5 % environ sur l’ensemble des sermentables paraît plus faible que dans le Noyonnais. Les prêtres mariés sont, là de même, tous assermentés16. Et pour la Nation entière, Claude Langlois écrit : « Dix à quinze pour cent du clergé constitutionnel a dû se marier. »17. Sur deux cent dix assermentés, le district d’Amiens compterait environ 9 % de mariés, soit un peu moins. Renvoyant leurs lettres de prêtrise, certains prêtres avaient montré un esprit plutôt jacobin, mais à vrai dire, pas d’apostasie. Il en est de même dans les suppliques adressées au Cardinal légat, après le Concordat, où nous n’avons trouvé, évidemment, que des sentiments de repentir. Mais pour ceux qui, mariés, n’ont pas demandé l’absolution ou la réhabilitation, nous n’avons pas de documents, ni de discours impies proclamés.

IX. LES VICTIMES

57Les deux victimes les plus connues de la Terreur dans le diocèse d’Amiens sont le Père Vigneron et l’abbé Ringard. Le Père Vigneron, carme, se tint caché au début de la Terreur, portant les secours de la religion, la nuit, dans la ville et les environs. En avril 1793, il se réfugie dans la région de Conty où il exerce encore son ministère. Dénoncé, il est arrêté, condamné à mort et exécuté le 14 avril 1794.

58Labbé Ringard, ex-vicaire à Abbeville, ne prêta pas le serment, mais n’émigra point. Il administrait les sacrements et se cachait dans la ville. Dénoncé en 1794, il quitte la région, tentant de gagner la Suisse. Arrêté, il sera lui aussi condamné à mort et exécuté le 20 juillet 1794.

59Trois prêtres picards sont morts au cours des massacres de septembre à Paris.

60Un bénédictin du Santerre demeurait à Verdun. Il est compris dans l’affaire des « Conspirateurs de Verdun » et exécuté. Un ex-curé de Berny-sur-Noye est également condamné à mort pour refus de serment et propos contre-révolutionnaires.

61Un carme d’Amiens se réfugie à Ypres. Arrêté en 1794, à l’arrivée des troupes françaises, il est condamné et exécuté à Arras en juillet 1794. Deux autres prêtres du diocèse seront condamnés à mort la même année, dont un ex-chanoine de Longpré, émigré en avril 1794 ; il se réfugie à Anvers. Après Fleuras, les troupes françaises occupent la ville. Il est arrêté, condamné et fusillé le 23 octobre 1794. Enfin Croissy, le curé d’Etalon, est bien connu des historiens. G. Lefevre et A. Soboul en ont parlé longuement. Curé constitutionnel, il remit ses lettres de prêtrise, mais accusé – injustement d’ailleurs – d’avoir publié la loi agraire, il fut condamné et exécuté le 9 juin 1794.

62A ces onze victimes, il convient de joindre les déportés à Rochefort. Six au moins sont morts là-bas, sans oublier ceux morts en exil, en Angleterre et en Allemagne dans les prisons amiénoises.

Notes

1 Chanoine Destombe. Le clergé du diocèse d’Amiens et le serment à la Constitution civile, 1790-1791, 1 vol. , Amiens, 1971.

2 Georges Sangnier, La Terreur dans le district de Saint-Pol, 2 vol. Blangermont, 1938.

3 Chanoine H. Peltier. Histoire religieuse de la Picardie, p. 256.

4 Sur l’Eglise constitutionnelle, cf. les études de Bernard Plongeron : Conscience religieuse en Révolution, 1 vol., 1969, et ses articles parus dans les Annales hist. de la Rév. française, 1972, no 208-209 ; 1973 no 213 ; 1975, no 219.

5 A. Soboul. La civilisation et la Révolution française. La France Napoléonienne, p. 86.

6 Ernest Daudet. Récits des temps révolutionnaires. La Constitution civile du Clergé, 1 vol., Hachette, 1908, p. 168.

7 Arch. dép. Somme L. 1898 et L. 1888.

8 M. Vovelle. Prêtres réfractaires (...) en Provence.. Actes du 89e congrès des Sociétés savantes, Lyon, 1964.

9 Chanoine Destombe : Arch. dép.. Somme J. 3137. Sur les vingt-quatre qui n’avaient ni abdiqué ni émigré, dix-neuf avaient fait un serment restrictif, deux s’étaient rétractés et trois avaient refusé purement et simplement. Dix d’entre eux furent arrêtés, six sont morts de leur belle mort. On ne sait ce que sont devenus les huit autres.

10 Arch. dép. Somme, L. 1894. Les archives conservent les demandes de vingt-trois d’entre eux.

11 A. Dubois, Notes historiques sur Amiens, op. cit., p. 26.

12 Gaston Braillon, Le clergé du Noyonnais pendant la Révolution, 1 vol. , Noyon, 1987.

13 A. Dubois, op. cit., p. 29.

14 A. Dubois, op. cit.

15 Idem.

16 G. Braillon, op. cit.

17 Claude Langlois, post face au livre de T. Tackett, La Révolution, l’Eglise, la France, 1 vol., Paris, 1986, p. 325.

Auteur

Membre de la Société historique et archéologique d’Abbeville

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter