Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

L’École d’Ancien Régime face à la Déchristianisation dans le Nord de la France1 (vers 1760-1801)

René Grevet

Texte intégral

  • 1 Artois, Boulonnais et Flandre française avant 1790 ; départements du Nord et du Pas-de-Calais aprè (...)

1Au cours de la période révolutionnaire, l’institution scolaire connut de nombreuses turbulences. Les autorités politiques sécularisèrent totalement le personnel enseignant et tentèrent de laïciser les programmes d’éducation. Sans doute s’inscrivaient-elles dans la continuité d’un mouvement d’opinion apparu de plus en plus vivace après 1760, qui souhaitait une réforme de l’enseignement allant dans le sens d’une plus grande laïcisation. Pourtant les décisions révolutionnaires engendrèrent une incontestable crispation conservatrice, ce qui apparemment peut paraître paradoxal. En apparence seulement car il importe de distinguer deux niveaux d’analyse : l’un orienté vers une étude de longue durée du phénomène scolaire, l’autre davantage sensible au court terme, c’est-à-dire aux destinées de l’école pendant la Révolution.

2Nous privilégierons ici cette dernière approche sans toutefois négliger totalement la précédente, ce qui explique le découpage chronologique choisi.

3Pour comprendre les raisons qui placèrent l’école et les enseignants de la décennie révolutionnaire dans une situation conflictuelle aiguë, il importe de rappeler d’abord les caractères fondamentaux de l’école d’Ancien Régime, avant d’étudier ce que fut réellement l’œuvre de laïcisation menée à partir de 1791. Montrant enfin les résistances qu’elle engendra, nous tenterons d’apprécier l’ampleur véritable du refus afin de proposer quelques interprétations, notamment sur la relation entre laïcisation et déchristianisation, le rapport de synonymie entre les deux termes n’étant pas automatique.

I. L’ÉCOLE D’ANCIEN RÉGIME : CARACTÈRES FONDAMENTAUX ET ÉVOLUTION2

  • 2 Notre investigation concerne essentiellement les petites écoles, autrement dit les écoles primaire (...)
  • 3 Est-il besoin de rappeler les travaux des éminents spécialistes participant à ce colloque, notamme (...)
  • 4 Citons, à titre d’exemple, le début du titre VI d’un mandement publié en 1744 par Mgr de Partz de (...)
  • 5 On trouvera pour l’actuel département du Nord des indications dans l’ouvrage de Fontaine de Resbec (...)
  • 6 Chartier, R., Compere, M.M., Julia, D., L’éducation en France du XVIe s. au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 7 Sur les répercussions scolaires de ces tensions religieuses à Boulogne, voir Rigault, G., Histoire (...)
  • 8 D’après le chanoine Blain, auteur d’une Vie de J.-B. de La Salle (1733), cité par Grosperrin, B., (...)

4Au cours de la période moderne, l’école était essentiellement caractérisée par sa finalité religieuse3. Les Réformes, et principalement la Réforme catholique à partir de la fin du XVIIe siècle, avaient présidé sinon à sa naissance, du moins à son développement décisif. De ce fait, l’institution scolaire conserva pendant longtemps une empreinte religieuse très marquée. Dans leurs mandements, les évêques n’avaient de cesse de rappeler la mission primordiale de l’école, à savoir l’enseignement de la doctrine chrétienne afin de préparer les enfants à devenir de bons chrétiens4. Dans cet esprit, les enseignants étaient chargés de l’instruction religieuse qui occupait l’essentiel de leur tâche pédagogique. Ils enseignaient donc principalement le Catéchisme du diocèse, faisaient lire et utilisaient à l’occasion des Vies de Saints ou des Heures5. L’enseignement moral prenait appui sur l’apprentissage de la Civilité considérée comme le manuel de savoir-vivre du bon chrétien6. L’école d’Ancien Régime apparaissait ainsi comme un lieu de formation morale et spirituelle, comme une entreprise d’acculturation spirituelle caractéristique d’une époque ; elle pouvait être considérée enfin comme un espace prophylactique indispensable à l’Eglise pour préserver sa suprématie sur l’ensemble du corps social. Sans l’importance de cet enjeu idéologique, on s’expliquerait mal, par exemple, l’opiniâtreté de l’Eglise pour maintenir un enseignement « orthodoxe » ; on comprendrait malaisément l’âpreté des luttes doctrinales dans les années 1710-1720 à Boulogne comme à Douai7 (annexe I). Dès lors, on ne peut s’étonner de la volonté affichée par l’autorité ecclésiastique d’établir plusieurs cercles de surveillance : l’évêque délivrait les lettres d’institution pour les enseignants et élaborait les mandements qui réglementaient la vie scolaire ; l’écolâtre examinait les candidates et les candidats aux fonctions pédagogiques ; le doyen de chrétienté inspectait les écoles de son décanat et le curé de paroisse contrôlait (chaque vendredi en principe) l’apprentissage du catéchisme. L’école fonctionnait aussi dans un cadre spatio-temporel très christianisé où les fêtes religieuses et le dimanche conservaient cette importance forgée par l’empreinte de la tradition et la nécessité du sacré. L’église, où les maîtres emmenaient quotidiennement leurs élèves, devait être le lieu du recueillement et l’école même était considérée à son tour comme « l’église des enfants »8. Le personnel enseignant enfin se distinguait par son caractère clérical : dans les villes, l’enseignement était surtout l’apanage de congrégations religieuses ou séculières spécialement dévouées à cette tâche, voire d’ecclésiastiques ; dans les villages, les maîtres d’école étaient appelés clercs laïcs ou clercs cléricants, dénomination qui démontre bien le caractère particulier qu’on attribuait à leur fonction.

  • 9 Nous avons développé cet aspect dans la deuxième partie de notre thèse dactylographiée « De l’écol (...)
  • 10 Ibid. : exemples cités dans le chapitre intitulé : « les écoles rurales ». On note également, ici (...)
  • 11 C’est pourquoi la notion d’école publique évolua de façon subtile et son acception habituelle (éco (...)
  • 12 Détails relatifs à cette affaire in Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civil (...)
  • 13 Voir Les cahiers de la Flandre maritime en 1789, publiés par SaintLéger, A. de, Paris-Dunkerque, 1 (...)

5Pour des raisons qu’il n’est pas possible de développer ici, le XVIIIe siècle, à partir des années 1750-1760, connut de profondes modifications dans les murs et les esprits. Parallèlement, l’historien constate une fréquentation scolaire accrue9. Certes, on peut invoquer des raisons démographiques, la mortalité régressant déjà de façon assez sensible, mais cet afflux d’élèves (notamment dans les écoles citadines) illustrait aussi un désir de promotion sociale de plus en plus net. De nouvelles aspirations s’affirmaient : de plus en plus on semblait considérer que l’avenir des individus et celui des familles passaient par l’école. C’est pourquoi l’opinion, en général, et les parents, en particulier, réclamaient un enseignement plus étendu, plus diversifié, en un mot plus profane ; on souhaitait donc que la religion y occupât moins de place, sans pour autant la voir disparaître10. Cet intérêt de plus en plus vif pour l’école favorisa la scolarisation et contraignit les autorités laïques à s’intéresser de plus en plus à l’administration scolaire, notamment pour des raisons financières11. Entre l’autorité ecclésiastique et une puissance publique de plus en plus insistante, les heurts ne manquèrent d’ailleurs pas : ainsi à Douai, vers 1757-1760, l’écolâtre de la collégiale de Saint-Pierre s’opposa vigoureusement au Magistrat à propos de la juridiction sur les petites écoles12. Ce tableau serait évidemment bien incomplet si n’y figuraient point les doléances des Cahiers de 178913. Ces derniers mentionnent les exigences apparues quelques décennies plus tôt : multiplication des écoles (spécialisées ; pour filles) ; financement de l’institution scolaire par l’impôt public ; enseignement plus diversifié (éducation civique par exemple...).

II. LA LAÏCISATION DE L’ENSEIGNEMENT

6Elle se manifesta par trois tentatives : la sécularisation du corps enseignant, la laïcisation des programmes et la désacralisation du temps et de l’espace. L’obligation du serment civique imposé par la Constituante (décret du 20 novembre 1790), à la suite du vote de la Constitution civile du clergé, occasionna une première brèche dans un corps enseignant jusqu’alors exclusivement soumis à l’autorité spirituelle de l’Eglise catholique.

  • 14 Tackett, T., La Révolution, l’Eglise, la France, Paris, 1986, p. 400, 403 : cette statistique ne p (...)

7Outre les régents des collèges dont nous ne parlerons pas ici, les vicaires, chargés d’enseignement principalement dans les régions d’habitat dispersé (Boulonnais, Montreuillois, Ternois), furent les premiers astreints au serment. Dans le Pas-de-Calais, selon T. Tackett, cinquante vicaires sur deux cent cinquante-six (soit 19,5 %) avaient accepté de s’y soumettre au printemps 1791 ; dans le Nord, le pourcentage fut encore plus faible (15 %)14.

  • 15 Gréard, O., La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Pari (...)
  • 16 A Boulogne, l’exemple le plus connu fut celui de Louis Blériot (ex-Frère Aretas).
  • 17 Gréard, O., op. cit., pp. 23-24 : les membres des congrégations devaient cependant continuer leurs (...)
  • 18 Ibid., pp. 39-40 : les traitements des enseignants étaient mis à la charge de la nation à compter (...)
  • 19 Trois lois scolaires furent votées par la Convention nationale : celle du 29 Frimaire an II (19 dé (...)
  • 20 Le 10 brumaire an VII, le ministre François de Neufchâteau, répondant à une correspondance des ens (...)
  • 21 Ozouf, M., La fête révolutionnaire, 1789-1799, 1976, pp. 333-338.
  • 22 Bibl. municip. de Saint-Omer, no 7377/84-2.
  • 23 Sous la Révolution, trois Déclarations des droits de l’homme furent donc apprises aux élèves des é (...)
  • 24 Nous avons recensé dans notre thèse les différents ouvrages imprimés dans le Pas-de-Calais. Pour u (...)

8D’autres décrets vinrent confirmer les précédentes dispositions : ce furent ceux du 22 mars et des 15-17 avril 1791 qui stipulaient que tous les membres chargés de l’instruction publique, qu’ils fussent ecclésiastiques ou laïcs, devaient prêter serment15. A Boulogne, Hesdin, Saint-Pol, Samer, les congrégations y furent contraintes par les autorités municipales, ce qui provoqua leur éclatement, certains ou certaines de leurs membres acceptant finalement de demeurer à leur poste16. D’autres municipalités (Arras, Douai, Saint-Omer) furent moins pressées et attendirent le décret impératif du 18 août 1792 qui supprimait les congrégations17. Pour le Pas-de-Calais, il est possible d’établir un bilan pour l’an II. A cette époque, de nombreux enseignants avaient opté pour la République puisque 60 à 75 % des localités déclarèrent avoir ouvert une école. Or celle-ci était encore bien souvent tenue par l’ancien clerc laïc. Hormis quelques irréductibles, les maîtres d’école s’étaient laissés tenter par les avantages financiers incontestables du décret du 8 mars 179318. De même leur demandait-on seulement de se faire agréer par une municipalité souvent complaisante (surtout dans les campagnes), qui leur délivrait un certificat de civisme en contrepartie d’un serment plus ou moins factice. La législation scolaire, établie entre 1793 et 1795 par la Convention, écartait l’enseignement confessionnel19. On chercha à lui substituer une morale républicaine, laïque, universelle, en principe dégagée de toute manifestation religieuse20. Les révolutionnaires recherchèrent pourtant une sacralisation de substitution et voulurent trouver en l’Etre Suprême le principe originel et justificateur de leur morale. Ce déisme, avec sa nouvelle liturgie (pensons aux fêtes révolutionnaires), avec son nouveau livre de la Révélation (la Constitution et la Déclaration des droits), avec ses nouveaux officiants (les autorités civiles déclamant sur l’autel de la Patrie), ce déisme ressembla de plus en plus à une nouvelle religion21. Dans le district de Saint-Omer, une « Prière à l’Etre Suprême » fut composée et adressée par l’agent national (Coffin) à tous les enseignants, pour être lue chaque jour aux élèves22. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, les textes constitutionnels devinrent les textes de base de l’enseignement civique et souvent même les seuls utilisés23. Ils étaient contenus dans les catéchismes républicains imprimés à partir de 1793. Ces ouvrages, qu’il n’est pas possible d’analyser ici dans le détail, renfermaient non seulement, sous forme de questions et de réponses, les explications nécessaires à la compréhension des textes cités précédemment, mais aussi parfois une prière républicaine, et les fameux « Dix commandemens de la République Française »24. Est-il besoin de souligner à quel modèle se référaient les auteurs de manuels scolaires ?

  • 25 Arch. Nat. C 279 (750).

9L’école traditionnelle se vit atteinte enfin par des entreprises de désacralisation. Les églises dans lesquelles se rendaient habituellement les élèves, où ils achevaient leur carrière scolaire en faisant leur première communion, furent transformées en temples civiques, vendues et parfois démolies. Les bûchers consumèrent les symboles de l’ancien pouvoir clérical (ornements, livres). Les cloches furent interdites et les calvaires enlevés. Un nouveau calendrier supprima le dimanche et les jours de fête chrétienne. Ainsi à Saint-Omer, les autorités choisirent de l’inaugurer solennellement par une grande fête patriotique qui se déroula la veille de la Toussaint 1793 et à laquelle participèrent évidemment les enfants des écoles représentant le mois de vendémiaire25. Dans toutes les villes d’ailleurs, maîtres et élèves furent par la suite souvent sollicités pour assister aux nombreuses fêtes républicaines.

III. LES MANIFESTATIONS DE LA RÉSISTANCE

10Face aux tentatives de laïcisation que nous venons de décrire, surgirent des résistances franches ou diffuses, suscitées par les parents, voire les enseignants eux-mêmes. Ces oppositions marquent les limites de la volonté révolutionnaire et se traduisirent par une baisse spectaculaire de la fréquentation des écoles publiques.

3.1. Les enseignants réfractaires

  • 26 Pour le Nord, exemples cités par Lennel, F., L’instruction primaire dans le département du Nord pe (...)
  • 27 Dans le district de Saint-Pol (P.D.C.), par ex. A.D.P.D.C. 2 L 113 ; pour le Nord, nombreux exempl (...)
  • 28 A.D.N., L 4803.
  • 29 A.D.P.D.C., T. 259.
  • 30 A.D.P.D.C., 3 L 42 (Beaumetz).
  • 31 Hauteclocque (G. de), op. cit., p. 213.
  • 32 Voir n. 29.
  • 33 A.D.P.D.C., 1 L 86 f° 408 r° v°.
  • 34 Archives de la Maison généralice des Frères des Ecoles chrétiennes (Rome), NC 304/1 ; Lefebvre (G. (...)
  • 35 Voir n. 28.
  • 36 A.D.P.D.C., 2 L 113 (Saint-Pol), 2 L 89 (Bapaume) : le clerc Bouquillon de Bienvillers-au-Bois.
  • 37 Voir n. 29.
  • 38 A.D.P.D.C., 3 L 99 ; en l’an II, un membre de l’administration du district d’Hazebrouck dénonçait (...)

11Il serait faux de croire que l’école devint un lieu de contre-révolution dès les années 1790-1794. A cette époque, les enseignants irréductibles étaient surtout des ecclésiastiques (vicaires, religieux, religieuses)26. 15 à 20 % des maîtres laïcs se montrèrent résolument hostiles à toute soumission27. A partir de l’an III, en raison de la suppression d’un certain nombre d’écoles publiques, à cause aussi de la faculté d’ouvrir des écoles particulières, le nombre d’enseignants privés augmenta sensiblement. La loi du 3 Brumaire an IV (25 octobre 1795) favorisa encore cette tendance puisqu’elle n’accordait plus qu’une maigre indemnité de logement. Cette restriction, jointe à la crise financière qui accroissait le coût de la vie, découragea nombre d’instituteurs publics qui préférèrent soit abandonner purement et simplement leurs fonctions soit, pour les plus compétents, ouvrir leur propre école pour être mieux rémunérés. Dès lors, la tendance se renversa franchement : une large majorité d’enseignants devint hostile à la Révolution. Les instituteurs privés, bien souvent, vinrent grossir les rangs des opposants de toujours. Donnons quelques exemples. A Bergues en l’an VI, l’instituteur Decocq accordait asile aux prêtres réfractaires28 ; à Licques, un nommé Quéval faisait de même29. A Berlesau-Bois en l’an VII, Nicolas Arnoult fut arrêté parce qu’il avait voulu s’opposer à la destruction de l’église par les acheteurs30. D’autres enseignants furent dénoncés pour avoir sonné les cloches ou laissé un crucifix à l’intérieur de leur école31. Certains anciens clercs laïcs, certaines religieuses également, remplaçaient les prêtres proscrits lors de « messes blanches ». Ainsi, à Grand-Rullecourt en l’an IX, un instituteur particulier était signalé pour avoir chanté « messe et vepre publiquement »32. Dès l’an IV, Coffin avait dénoncé violemment ces « religieuses insermentées (qui) prétendent succéder avec avantage aux prêtres déportés... chantent publiquement des morts des vêpres, enterrent, catéchisent et s’emparent de l’éducation publique »33. A Arras, Saint-Omer, d’ex-religieux et d’ex-religieuses continuèrent d’exercer clandestinement en « portant » leurs leçons à domicile34. A Armentières, l’enquête de l’an VI nous apprend que « les Bonnes Filles... dans tous les tems se sont refusés à l’obéissance aux loi... » et que les enseignants non « commissionnés par le juri d’instruction..., sans moralité ni civisme se sont toujours attachés à fanatiser leurs Elèves et à leur inspirer de la haine pour tout ce qui tenoit à la République »35. Entre 1793 et 1801, l’inobservance du calendrier révolutionnaire et l’usage des anciens livres furent les griefs les plus souvent adressés à l’encontre des maîtres anti-républicains. A Humières au début de l’an III, Léon Coquart, ancien clerc laïc, rebelle au serment, ayant ouvert illégalement une école particulière en 1794, affirmait publiquement « que l’on ne pourroit jamais empêché de fêter les fêtes et dimanches »36. A Ligny, le 10 pluviôse an IX, jour de décadi, les gendarmes surprirent « quarante a soixantes enfans de déférant seixcq et le nommé Louis de Wilmille, instituteur au milieux desdits enfans37 ». A Calais en messidor an VI, d’ex-bénédictines furent convaincues d’utiliser « d’anciens livres d’eglise » pour leur enseignement ; elles se défendirent en expliquant « que leurs écolières étaient trop jeunes pour étudier les principes républicains (et qu’) elles se bornoient a leur enseigner la morale évangélique qui est la morale de tous les tems et de tous les hommes »38. Cette attitude d’opposition ne s’expliquait pas seulement par les conditions difficiles du métier d’enseignant ; elle trouvait aussi sa justification dans le comportement des parents.

3.2. L’attitude des familles

  • 39 A.D.P.D.C. 2 L 153 (Arras) ; également à Arleux en 1792, ibid. ; (à Aix) ; pour le Nord, Lefebvre (...)

12Un premier clivage apparut en 1791 lors de l’installation des curés constitutionnels. A ce moment-là, en effet, dans les villages, de nombreux clercs laïcs se trouvèrent dans une situation pour le moins inconfortable et durent choisir de servir l’un des deux curés, le réfractaire demeurant encore fréquemment dans la place. Quel que fût leur choix, il avait pour effet de mécontenter une partie de la population, et à Hendecourt, par exemple, en septembre 1791, les partisans du curé réfractaire refusèrent de rétribuer le clerc qui leur apportait l’eau bénite39.

13Le printemps de 1795 constitua un autre moment fort de l’hostilité à l’encontre de l’école républicaine.

  • 40 Ce fut le cas dans quelques localités du district de Boulogne, A.D.P.D.C. 2 L 101 (Boulogne).
  • 41 La loi prévoyait en effet une école à 2 sections pour 1000 habitants.
  • 42 A.D.P.D.C. 2 L 139 (Boulogne).
  • 43 Ibid. ; Arch. Nat. F 17 1353 (Vasseur de Buires-au-Bois).

14Le décret du 3 ventôse an III (21 février 1795) avait autorisé la liberté des cultes ; les anciens réfractaires réapparurent publiquement, servis par d’ex-clercs laïcs parfois forcés par la population de dénoncer publiquement leur serment40. A cette époque-là également, entrait en application la deuxième loi scolaire votée par la Convention. Les maîtres habituels, qu’ils aient ou non fait allégeance, furent souvent contraints de céder la place à d’autres enseignants nommés par les jurys d’instruction41. Les protestations furent nombreuses et d’autant plus véhémentes qu’étaient nommés parfois d’ex-ecclésiastiques, mariés de surcroît. Dans le district de Boulogne, les époux Voisin furent très mal accueillis à Le Wast et le dénommé Fourrier, ancien curé constitutionnel, s’entendit dire à Montcavrel que les habitants « avoient un très bon maître d’école et (que) les enfans depuis le premier jusqu’au dernier seferoit plutôt pendre, déchirer par morceaux que de fréquenter son école... »42 Les instituteurs et institutrices rémunérés par l’Etat, excluant donc théoriquement tout enseignement confessionnel, virent leurs écoles progressivement désertées : « les père et mère veuillent que leurs enfans apprenne des anciens livres », se lamentait l’instituteur d’Aix-en-Ergny ; « il ne faut plus les livres intitulé par Ordre de la Convention, pour instruire mes élèves ; ils leurs faut l’ancien régime », écrivait celui de Buires-au-Bois43. Le salaire des maîtres n’étant plus lié au nombre d’élèves, le nombre d’écoles publiques, moindre qu’en l’an II, demeura cependant encore important. Il n’en alla pas de même lors de la période directoriale.

3.3. L’abandon des écoles publiques

  • 44 Répartis dans 327 chefs-lieux scolaires (ensembles de 1000 habitants) pour un département qui comp (...)
  • 45 D’après A.D.P.D.C., T. 156.
  • 46 Ibid., Statistique comparative 1789-an IX, nos 13-14.
  • 47 Bibl. municip. de Saint-Omer, ms 1263.
  • 48 A.D.N. L 4803.

15La situation dans le Pas-de-Calais permet de mesurer le déclin très net de l’enseignement public. Lors de la période d’application de la loi du 27 Brumaire an III, on comptait près de six cent vingt enseignants salariés par l’Etat44. A la fin de l’an VIII, deux cent quatre-vingt-neuf seulement s’honoraient encore du titre d’instituteur ou d’institutrice public. Même si cette dernière statistique semble devoir être grossie (toutes les municipalités n’ont pas répondu), l’écart est incontestable. Dans l’arrondissement de Béthune, par exemple, fonctionnaient soixante-huit maîtres particuliers et quarante maîtres publics45. A Arras, en l’an IX, exerçaient neuf enseignants publics et l’on comptait seize établissements privés pour garçons, donc vraisemblablement une trentaine d’écoles particulières au total46. Saint-Omer détenait le record puisqu’en face des huit écoles publiques existaient cinquante écoles privées en l’an VI et soixante et une en pluviôse an VIH47. Pour l’ensemble du département, il est possible d’estimer que sur un total de neuf cents écoles, trois cents à trois cent cinquante étaient publiques et cinq cent cinquante à six cents étaient privées. Pour ce qui concerne le Nord, la recherche reste à faire et l’on ne peut se fier aux résultats trop partiels de l’enquête de l’an VI dans laquelle on dénombre seulement cinquante écoles publiques48. L’enquête de Dieudonné, citée par G. Lefebvre, cite le chiffre de cinq cent soixante-huit établissements de ce type (pour six cent soixante-et-onze communes), mais il s’agit de la situation en l’an X. D’après nos premières investigations, il apparaît que la situation de l’enseignement public, pour l’époque du Directoire, ne devait pas être meilleure que dans le Pas-de-Calais.

  • 49 A.D.P.D.C., 3 L 10 f 27-28.
  • 50 Les commissaires du Directoire près des Administrations départementales (Coffin et Garnier pour le (...)
  • 51 En l’an VI, on indiquait à Bailleul en réponse à la question de savoir si l’enseignement républica (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Loi du 17 Pluviôse an VI (5 février 1798), Bulletin des Lois no 181, an VI, loi nos 1710 ; lois de (...)
  • 54 Les auteurs d’une étude sur l’enseignement primaire sous le Directoire ont proposé, d’après les ré (...)

16N’évoquons pas les difficultés matérielles, responsables de cet état de fait (salaires insuffisants, bâtiments scolaires vendus), pour nous attarder sur une raison majeure liée à la déchristianisation imposée. L’exemple suivant est révélateur. En prairial an VI (mai 1798), l’administration municipale constatait, dans les communes du canton d’Audruicq, l’ouverture de plusieurs écoles particulières où venaient les élèves que les parents enlevaient de « celles instituées par le gouvernement en raison de ce que les instituteurs jurés ne veulent plus enseigner d’autres livres que les Droits de l’Homme et la Constitution de l’an trois »49. L’enquête de l’an VI fournit maints exemples semblables qui prouvent la volonté des parents de voir se poursuivre l’ancienne instruction50. Parfois, comme en Flandre maritime, on justifiait le maintien de l’enseignement traditionnel par l’usage de la langue flamande51. D’ailleurs, comme on le faisait remarquer à Seclin, les parents « payent aux instituteurs et se croient en droit de les faire instruire à leur guise »52. Ainsi s’affirma davantage encore la différence entre les écoles publiques républicaines, accueillant majoritairement des enfants pauvres, et les écoles particulières, souvent confessionnelles, qui recevaient davantage d’enfants de milieux aisés. En l’an VI, une série de décrets soumit l’enseignement privé aux mêmes obligations que l’enseignement public53, et pourtant son succès ne se démentit pas, bien au contraire. Il est possible d’avancer trois raisons : la rareté des écoles publiques, la compétence jugée meilleure des enseignants (dont beaucoup d’anciens ecclésiastiques) et, en dépit d’une surveillance accrue, le maintien d’une instruction religieuse. Pour autant, il n’est pas possible de se satisfaire du clivage traditionnellement admis entre écoles nationales et écoles particulières. Il faudrait distinguer au sein de l’institution scolaire, entre 1793 et 1801, plusieurs types : les écoles exclusivement républicaines, tenues par des instituteurs patriotes et d’ex-ecclésiastiques défroqués, devenus déistes ou athées ; à l’opposé, les écoles exclusivement confessionnelles et dirigées par les réfractaires de la première heure ; enfin les écoles d’enseignement mixte, tenues par des particuliers ou des maîtres publics, dans lesquelles l’enseignement de la morale républicaine et celui du catéchisme traditionnel étaient plus ou moins dispensés conjointement54, sans que cette coexistence fût le fruit d’une attitude momentanée en raison d’une inspection prochaine. En vérité, un tel enseignement était-il possible, acceptable pour les chrétiens de l’époque ? Tentons de répondre à cette question en proposant quelques interprétations en guise de conclusion.

INTERPRÉTATIONS ET CONCLUSION

17Le constat est net : hormis le refus massif des vicaires villageois et celui, moins important, des congréganistes, le corps enseignant de l’Ancien Régime s’est donc soumis bon gré mal gré, entre 1791 et 1794, à une laïcisation imposée autoritairement par l’Etat. Certes, on peut mettre en doute l’ampleur réelle des mesures adoptées tant il est vrai que, s’il est possible de chiffrer le nombre des écoles publiques, il est beaucoup plus malaisé de quantifier la sincérité des comportements. Le nombre relativement réduit des réclamations et des dénonciations, au cours de cette première période, autorise à penser qu’apparaissait peu à peu une nouvelle école.

  • 55 A.D.P.D.C. 3 L 105.
  • 56 Les archives livrent quelques exemples d’instituteurs « patriotes » qui se plaignent de ne pas (pl (...)
  • 57 Pièce imprimée conservée à la Bibl. municip. de Saint-Omer, ms 1884.

18L’apprentissage du catéchisme catholique et celui de la morale républicaine semblaient pouvoir être menés par un même maître, dans le même établissement. L’enseignement des Droits de l’homme et de la Constitution ne semblait pas devoir provoquer une contamination de l’instruction religieuse. Dans leurs Lettres encycliques, les évêques constitutionnels, Grégoire notamment, se firent ensuite les zélateurs d’un tel compromis et recommandèrent à leurs fidèles d’envoyer leurs enfants dans les « écoles chrétiennes » où l’on devait former de bons chrétiens et de bons citoyens. Les parents eux-mêmes n’eussent sans doute point été hostiles à cette solution, comme ceux du canton de Courcelles, par exemple, qui acceptaient l’usage des livres républicains mais « insistaient aussi pour qu’ils (les enfants) lisent les livres anciens55 ». Les réticences des familles sont apparues lorsque l’enseignement républicain s’est fait trop exclusif. En l’an II et en l’an III, la majorité des enseignants composa avec la volonté des parents56. A l’inverse, au cours de la période directoriale, s’est produit un raidissement très net des deux côtés, qui a provoqué le déclin des écoles publiques. Le compromis n’a pas été possible. Simple malentendu ? Suite de maladresses de part et d’autre ? En 1795, l’ancien évêque de Boulogne émigré en Allemagne, Mgr Asseline, publiait des Avis concernant l’Exercice du saint Ministère dans les circonstances présentes57 (annexe 2). Le point de vue de l’épiscopat traditionaliste s’y exprimait clairement : les parents pouvaient envoyer leurs enfants dans les écoles publiques auxquelles pouvait être reprochée seulement « l’omission des pratiques religieuses et de l’enseignement de la religion », à condition toutefois qu’ils fassent instruire religieusement leur progéniture en dehors de la classe ; mais Mgr Asseline précisait aussi que « s’il se passoit dans ces écoles des choses contraires à l’honneur dû à Dieu, si on y enseignoit l’erreur ; si on y mettoit entre les mains des enfans des écrits dangereux... », dans ce cas il fallait renoncer à la fréquentation des écoles publiques. Les catéchismes républicains semblaient directement visés. Ainsi c’était moins la neutralité confessionnelle, voire la laïcisation complète de l’enseignement, qui semblait inadmissible que le remplacement d’une catéchèse religieuse par une autre... républicaine. A la limite, l’Eglise eût accepté d’être écartée de l’école désormais réservée aux apprentissages profanes, mais ne pouvait admettre de perdre la direction morale des esprits, c’est-à-dire celle de la société toute entière. Les péripéties de cet affrontement entre deux morales concurrentes, entre deux conceptions du monde, furent à n’en point douter les manifestations d’un choc frontal entre l’Eglise et la République. La première, affaiblie, acharnée à défendre sa nécessité, luttait pour sa survie ; la seconde (en réalité l’Etat), conquérante et désireuse d’étendre son assise idéologique, chercha à s’emparer de l’enseignement pour établir une nouvelle liturgie, voire une nouvelle sacralisation. En voulant accélérer le mouvement de laïcisation scolaire apparu quelques décennies plus tôt, en cherchant à en faire un moyen de déchristianisation (du moins fut-il perçu ainsi...), les révolutionnaires ont provoqué une césure brutale dans un long processus en cours d’une sécularisation complète de l’école. Ils en ont retardé l’échéance. Une telle entreprise ne pouvait résulter de quelques décrets. Les révolutions profondes et durables demandent du temps pour s’opérer dans les consciences. L’action de la Révolution en matière d’enseignement primaire semblait réduite à rien : le succès des écoles particulières à la fin du Directoire pouvait faire croire en effet que l’école d’Ancien Régime survivait, intacte. Le sursis, pourtant, n’était qu’apparent...

Annexes

ANNEXE I. MANDEMENT DE MONSEIGNEUR L’ILLUSTRISSIME ET RÉVÉRENDISSIME ÉVÊQUE D’ARRAS

Au sujet des Ecoles de la Ville de Doüay

Guy de Seve de Rochechouart par la grace de Dieu & du Saint Siége Apostolique Evêque d’Arras, aux Fidéles de la Ville de Doüay de nôtre Diocese ; Salut & Bénédiction.

Rien n’est plus important, que de conserver entiere la réputation des personnes de l’un & de l’autre Sexe, qui sont chargées par leur état de l’éducation de la jeunesse, sans quoi elles ne peuvent y travailler avec fruit ; Et rien n’est plus juste, en même temps, que de réparer leur reputation lorsqu’elle est blessée par des bruits calomnieux, que la prévention ou la malignité ont répandu dans le public contre elles.

Vous n’ignorez pas, mes chers Freres, les discours qu’on a tenu dans vôtre Ville contre plusieurs Maîtresses d’Ecole, & vous ne les avez que trop entendus ; Les uns les ont accusé d’avoir des Livres défendus ; Les autres ont poussé la calomnie jusqu’à les traiter d’Hérétiques & de Jansénistes, accusation qui, quoi qu’elle ne soit que trop commune dans ces temps-cy, ne doit pas être moins sensible, sur tout à des Filles qui consacrent leur temps & leur travail à instruire la jeunesse.

Ces bruits, quoique sans légitime fondement, n’ont pas laissé de faire impression sur les parens des jeunes Filles, qui alloient dans ces Ecoles, & d’en engager quelques-uns à les en retirer.

Nous ne pouvons donc nous dispenser de rendre à ces Maîtresses la justice qu’elle méritent, & de rétablir leur honneur & leur réputation, pour les mettre en état de pouvoir continuer le bien qu’elles font dans vôtre Ville ; & nous y sommes obligés par nôtre ministère, & par l’autorité que nous avons sur les Ecoles, autorité tant de fois reconnue par les Déclarations des Souverains.

A CES CAUSES, & après nous être instruits avec soin de ce qui concerne ces Ecoles, pendant le séjour que nous venons de faire dans vôtre Ville, nous déclarons que les bruits qui ont couru contre plusieurs de ces Maîtresses d’Ecole, sont faux & calomnieux : Que dans une liste des Livres d’une de ces Maîtresses qu’on nous a représentée, excepté les Epistres de Cicéron, tout le reste étoit des Livres de piété.

En conséquence, nous défendons sous peine d’excommunication, de traiter ces Maîtresses d’Ecole des noms odieux d’Hérétiques & de Jansénistes que la Calomnie rend si communs ; & pour empêcher l’abus qu’on en fait, suivi souvent de la prophanation des Sacremens, Nous ordonnons à nos Pasteurs de la Ville de Doüay, de lire à leur prémier Prône les Maximes que nous avons données en 1717. sur la Calomnie, afin d’instruire de leur obligation ceux qui s’en trouveroient coupables ; & à nos Confesseurs de satisfaire sur ce sujet à leur devoir.

Nous exhortons tous les Maîtres & Maîtresses d’Ecole de vôtre Ville, d’avoir entre leurs Livres, le nouveau Testament traduit en François, excepté néanmoins, les Versions qui auroient été condamnées par le Saint Siege ou que nous condamnerions dans la suite. Ils y trouveront de quoi instruire les jeunes enfans des vérités du Christianisme, & de quoi les prémunir de bonne heure contre les mauvais principes de la Morale relâchée ou corrompuë, que nous n’avons pu déraciner absolument dans nôtre Diocese, quelque soin que nous ayons pris pour cela, & malgré tant de Censures que nous avons été obligé de faire.

Et sera nôtre present Mandement lû par les Pasteurs de la Ville de Doüay à leur premier Prône après l’avoir reçû. Fait à Estrun en la maison de nôtre Séminaire le dix-sept Février mil sept cens dix-neuf.

GUY Evêque d’Arras.

Par Ordonnance,

Hattevielle.

Bibliothèque municipale de Saint-Omer, nos 10793 « Mélanges », (Arras, III, pièce 14).

ANNEXE II. Avis concernant l’Exercice du saint Ministère dans les circonstances présentes

III.

de l’instruction des Enfans

Imo. Les Ministres chargés du soin des âmes mettront tout en œuvre, pour procurer aux enfans une instruction catholique, afin de suppléer à ce qu’ils ne pourront faire par eux memes, ils exciteront, à cet égard le zele des Parens ; et tacheront de trouver dans chaque Canton des personnes pieuses, qui se chargent de cette bonne œuvre.

2do. Ils devront faire une attention particulière aux enfans qui auroient été admis par les intrus à la premiere Communion ; les examiner avec soin, étant à craindre, qu’on ne leur ait enseigné des erreurs ; dans ce cas, les détromper ; perfectionner leur instruction, comme aussi reparer le défaut de leurs confessions entendues sans pouvoir, avant de les admettre de nouveau à la participation des saints mystères. Ces enfans doivent etre assimilés à ceux, qui n’ont pas encore fait leur premiere Communion.

3tio. Il faut dire la meme chose des enfans, à qui l’Eveque intrus auroit conferé le sacrement de confirmation : mais il sera de plus nécessaire d’avertir ceux-ci, et leurs parens, qu’ils ne peuvent plus se presenter, pour recevoir ce sacrement.

4to. Quant à ce qui concerne les écoles publiques, si on n’avoit à leur reprocher que l’omission des pratiques religieuses, et de l’enseignement de la Religion ; les parens pourroient y envoyer leurs enfans, pourvûqu’ils suppléassent d’ailleurs à ce qui y manqueroit, en faisant remplir aux dits enfans les devoirs religieux, et leur donnant, ou procurant l’instruction religieuse. Mais s’il se passoit dans ces écoles des choses contraires à l’honneur du à Dieu ; si on y enseignoit l’erreur ; si on y mettoit entre les mains des enfans des écrits dangereux, capables de gâter leur esprit, et de corrompre leur cœur ; en un mot, si leur foi, et leurs mœurs y étoient en peril ; il est hors de doute, que les Parens ne pourroient les y envoyer.

Bibliothèque municipale de Saint-Omer, ms 1884.

Notes

1 Artois, Boulonnais et Flandre française avant 1790 ; départements du Nord et du Pas-de-Calais après cette date.

2 Notre investigation concerne essentiellement les petites écoles, autrement dit les écoles primaires pour reprendre une expression mise à l’honneur sous la Révolution.

3 Est-il besoin de rappeler les travaux des éminents spécialistes participant à ce colloque, notamment ceux d’Alain Lottin, Louis Trénard et Jean de Viguerie ?

4 Citons, à titre d’exemple, le début du titre VI d’un mandement publié en 1744 par Mgr de Partz de Pressy, évêque de Boulogne : « Le principal moyen de faire refleurir la piété chrétienne parmi les fidèles, c’est d’avoir grand soin que la jeunesse soit bien instruite ; car comme l’espérance d’une riche moisson consiste dans les bonnes semences jetées sur des terres fertiles, de même c’est dans l’éducation des enfants, et dans la culture de ces jeunes plantes, capables de porter un jour des fruits abondants, qu’un pasteur peut fonder l’espérance du renouvellement de sa paroisse... Convaincu donc que rien ne contribue davantage à former de bons chrétiens que la bonne éducation des enfants, nous croyons aussi que rien ne mérite plus notre attention et celle des curés, que l’établissement et la conduite des maîtres d’école qui sont chargés en partie de cette éducation... », Oeuvres très complètes de Mgr de Partz de Pressy, p.p. l’abbé M (IGNE), Paris, 1842, t. 2, col. 495 et ss.
Le caractère religieux de l’enseignement apparaît dans un règlement pour les écoles de Maubeuge publié par Jennepin A., Histoire de la ville de Maubeuge, 1909, t. 2, pp. 673-676.

5 On trouvera pour l’actuel département du Nord des indications dans l’ouvrage de Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord, 1878, pp. 82-86. Pour la partie flamande essentiellement, voir la réponse de l’abbé Andriès au questionnaire lancé en 1790 par Grégoire : extraits cités par Certeau, M. de, Julia, D., Revel, J., Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, 1975, pp. 237-240. Pour l’Artois, consulter la réponse du chanoine audomarois Hennebert à ce même questionnaire, publiée par Gazier, A., Lettres à Grégoire sur les patois de France, Paris, 1880 (réimp. Slatkine, Genève, 1969), pp. 254-268.

6 Chartier, R., Compere, M.M., Julia, D., L’éducation en France du XVIe s. au XVIIIe siècle, Paris, 1976, pp. 142-145. A Saint-Omer, trois éditions différentes sont signalées pour le XVIIIe siècle : une en 1721 d’après le modèle lillois, une en 1733 (il s’agit du livre composé par J.-B. de La Salle) et une autre à la veille de la Révolution ; les deux premières sont conservées à la Bibliothèque municipale de la ville sous les cotes 7390 et 13000.

7 Sur les répercussions scolaires de ces tensions religieuses à Boulogne, voir Rigault, G., Histoire générale de l’Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes, t. 2, p. 22, 34 ; Lottin, A., Histoire de Boulogne s/Mer, P.U.L., Lille, 1983, pp. 135-136. Pour Douai, une brève analyse a été faite par Fouilleron, J., « Oratoriens et Jésuites. Une arme de combat : les petites écoles », in « Dix-huitième siècle, 1976, no 8, pp. 67-75.

8 D’après le chanoine Blain, auteur d’une Vie de J.-B. de La Salle (1733), cité par Grosperrin, B., Les petites écoles sous l’Ancien Régime, Rennes, 1984, p. 102.

9 Nous avons développé cet aspect dans la deuxième partie de notre thèse dactylographiée « De l’école d’Ancien Régime aux débuts de l’école contemporaine : la genèse d’un double enjeu (Artois et Boulonnais, fin XVIIe S.-1815) », soutenue devant l’Université Charles de Gaulle (Lille III), le 10 décembre 1988.

10 Ibid. : exemples cités dans le chapitre intitulé : « les écoles rurales ». On note également, ici et là, des velléités d’indépendance de certains clercs laïcs vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique qui tente de les contraindre à suivre littéralement les statuts synodaux.

11 C’est pourquoi la notion d’école publique évolua de façon subtile et son acception habituelle (école pouvant être fréquentée par tous les enfants, pauvres le plus souvent) s’enrichit d’une notion supplémentaire ayant trait au financement public (local).

12 Détails relatifs à cette affaire in Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, Paris, 1784-1785, t. VI, pp. 621-623, art. « écolâtre ».

13 Voir Les cahiers de la Flandre maritime en 1789, publiés par SaintLéger, A. de, Paris-Dunkerque, 1906, p. 124 (Volckerinckhove), p. 136 (Bollezeele), p. 253 (Lynde), p. 288 (Boeseghem), p. 338 (Estaires) ; La Flandre maritime et Dunkerque sous la domination française (1659-1789), Paris-Lille, 1900, p. 413 ; pour le Pas-de-Calais, on découvrira les doléances relatives à l’enseignement dans Les cahiers de doléances de 1789 dans le département du Pas-de-Calais, Arras, 1891, 2 vol. (p. p. H. Loriquet).

14 Tackett, T., La Révolution, l’Eglise, la France, Paris, 1986, p. 400, 403 : cette statistique ne présente pas une précision absolue et ne prend pas en compte les seuls vicaires chargés d’enseignement. Selon Sangnier, G., La Terreur dans le district de Saint-Pol, 10 % des villages du Ternois se trouvèrent privés d’enseignement à la suite du refus de serment des vicaires (t. 2, p. 234).

15 Gréard, O., La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, 1890-1902, t. 1, pp. 6-8.

16 A Boulogne, l’exemple le plus connu fut celui de Louis Blériot (ex-Frère Aretas).

17 Gréard, O., op. cit., pp. 23-24 : les membres des congrégations devaient cependant continuer leurs fonctions « à titre individuel » jusqu’à l’organisation définitive de l’enseignement.

18 Ibid., pp. 39-40 : les traitements des enseignants étaient mis à la charge de la nation à compter du 1er janvier 1793 (1500 à 2000 livres par an, payables chaque trimestre).

19 Trois lois scolaires furent votées par la Convention nationale : celle du 29 Frimaire an II (19 décembre 1793), celle du 27 Brumaire an III (17 novembre 1794) et celle du 3 Brumaire an IV (25 octobre 1795), ibid., pp. 82-85, 101-104, 120-127.

20 Le 10 brumaire an VII, le ministre François de Neufchâteau, répondant à une correspondance des enseignants d’Arras, leur demandait de « bannir tout ce qui tient aux opinions purement théologiques et religieuses... » ; il ajoutait : « La Constitution est fondée sur les bases de la morale universelle. C’est donc cette morale de tous les temps, de tous les lieux, de toutes les religions qui doit être l’âme des leçons des instituteurs... », cité par Hauteclocque (G. de), « Lenseignement dans le Pas-de-Calais de 1789 à 1804 », Mémoires de l’Académie d’Arras, 1884, t. XV, p. 221.

21 Ozouf, M., La fête révolutionnaire, 1789-1799, 1976, pp. 333-338.

22 Bibl. municip. de Saint-Omer, no 7377/84-2.

23 Sous la Révolution, trois Déclarations des droits de l’homme furent donc apprises aux élèves des écoles : celle du 26 août 1789, celle du 24 juin 1793 et celle du 5 fructidor an III (22 août 1795).

24 Nous avons recensé dans notre thèse les différents ouvrages imprimés dans le Pas-de-Calais. Pour une liste presque exhaustive, consulter Louis Grimaud, Histoire de la liberté de l’enseignement, 1944, t. 1, (bibliographie).

25 Arch. Nat. C 279 (750).

26 Pour le Nord, exemples cités par Lennel, F., L’instruction primaire dans le département du Nord pendant la Révolution, 1789-1802, 1909, pp. 26-34. Dans le Pas-de-Calais, voir par ex. A.D.P.D.C. 2 L 153 (Arras) : à Harnes, en 1791.

27 Dans le district de Saint-Pol (P.D.C.), par ex. A.D.P.D.C. 2 L 113 ; pour le Nord, nombreux exemples cités par Lefebvre, G., Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Paris, A. Colin rééd. 1972, p. 765.

28 A.D.N., L 4803.

29 A.D.P.D.C., T. 259.

30 A.D.P.D.C., 3 L 42 (Beaumetz).

31 Hauteclocque (G. de), op. cit., p. 213.

32 Voir n. 29.

33 A.D.P.D.C., 1 L 86 f° 408 r° v°.

34 Archives de la Maison généralice des Frères des Ecoles chrétiennes (Rome), NC 304/1 ; Lefebvre (G.), op. cit., p. 765.

35 Voir n. 28.

36 A.D.P.D.C., 2 L 113 (Saint-Pol), 2 L 89 (Bapaume) : le clerc Bouquillon de Bienvillers-au-Bois.

37 Voir n. 29.

38 A.D.P.D.C., 3 L 99 ; en l’an II, un membre de l’administration du district d’Hazebrouck dénonçait l’emploi des « anciens livres qui n’exhalent que des principes d’intolérance, du fanatisme monstrueux, des préjugés les plus absurdes et des maximes superstitieuses », Lennel, F., op. cit., p. 57 ; en germinal an III, A. Caulier, ancien instituteur public de Laventie, devenu instituteur particulier, enseignait à ses élèves « l’ancien catéchisme ainsi que toutes les anciennes instructions », A.D.P.D.C., 2 L 95 (Béthune) ; en l’an VI, dans le canton de Bergues (Nord), on indique que « de vieux bouquins flamands dénués de bon sens sont mis entre les mains des enfans qui recoivent ainsi toutes sortes de fausses notions », A.D.N. L 4803.

39 A.D.P.D.C. 2 L 153 (Arras) ; également à Arleux en 1792, ibid. ; (à Aix) ; pour le Nord, Lefebvre (G.), p. 762.

40 Ce fut le cas dans quelques localités du district de Boulogne, A.D.P.D.C. 2 L 101 (Boulogne).

41 La loi prévoyait en effet une école à 2 sections pour 1000 habitants.

42 A.D.P.D.C. 2 L 139 (Boulogne).

43 Ibid. ; Arch. Nat. F 17 1353 (Vasseur de Buires-au-Bois).

44 Répartis dans 327 chefs-lieux scolaires (ensembles de 1000 habitants) pour un département qui comptait alors environ 935 localités et environ 530 000 habitants.

45 D’après A.D.P.D.C., T. 156.

46 Ibid., Statistique comparative 1789-an IX, nos 13-14.

47 Bibl. municip. de Saint-Omer, ms 1263.

48 A.D.N. L 4803.

49 A.D.P.D.C., 3 L 10 f 27-28.

50 Les commissaires du Directoire près des Administrations départementales (Coffin et Garnier pour le Pas-de-Calais, Groslevin et François pour le Nord) signalent cet « attachement à l’ancienne instruction », Arch. Nat. F1 cIII, Pas-de-Calais 8 et F1 cIII, Nord 7. A Bergues, la municipalité affirmait en l’an VI : « Dans ces écoles, l’on ne parle de la religion ni en Bien ni en mal ; si l’on n’était circonspect sur cet art, les parens retireroient leurs enfans a l’instant » A.D.N. L 4803.

51 En l’an VI, on indiquait à Bailleul en réponse à la question de savoir si l’enseignement républicain était connu dans les établissements : « Attendu que la langue françoise est très peu usitée dans les Ecoles primaires de notre canton, puisque les élèves ne les fréquentent que pour avoir des principes à Lire et Ecrire dans l’idiome du paÿs : Langue flamende ; fréquentent ensuite ces Ecoles françoises, de manière que le vu de la loi ne peut pour ainsi dire etre rempli a cet égard » ; à Bergues, le commissaire du Directoire exécutif demandait l’envoi de livres républicains « traduits en langue du pais, parce que d’abord les maîtres connaissent assez peu eux-mêmes le français pour en expliquer les principes ; en second lieu susceptibles d’apprendre en même tems les preceptes d’une langue qu’ils ignorent absolument... », ibid.

52 Ibid.

53 Loi du 17 Pluviôse an VI (5 février 1798), Bulletin des Lois no 181, an VI, loi nos 1710 ; lois de Thermidor et de Fructidor an VI relatives à l’observance du calendrier républicain, Bulletin des Lois, nos 216 et 221, lois nos 1943 et 1980.

54 Les auteurs d’une étude sur l’enseignement primaire sous le Directoire ont proposé, d’après les réponses à l’enquête de l’an VI, une statistique portant sur les écoles du département du Nord : selon eux, les « principes républicains » étaient enseignés dans 31 écoles, les « principes fanatiques » dans 6 écoles et l’enseignement mixte était effectif dans 13 : Kennedy, E., Netter, M.L., « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, 1981, pp. 3-38 (tableau p. 14). Cette statistique doit être cependant maniée avec précaution en raison de son caractère partiel et quelque peu artificiel (l’enseignement républicain, ou mixte pouvait être une simple « façade »),

55 A.D.P.D.C. 3 L 105.

56 Les archives livrent quelques exemples d’instituteurs « patriotes » qui se plaignent de ne pas (plus) recevoir beaucoup d’élèves ; en l’an II, celui de Nielles-les-Bléquin (Joseph Fiant) avait vu s’amoindrir la fréquentation et l’expliquait ainsi : « ils ont cru que j’alais les instruire comme au tems du despotisme ou alors le ci-devant clergé avait le plus d’influence dans les Ecolles. A ces causes je n’ai jamais volu les servir... », A.D.P.D.C., 2 L 125 (Saint-Omer) ; de même en l’an III, A. Flageollet, instituteur d’Aix-en-Ergny, A.D.P.D.C., 2 L 101, 139 (Boulogne).

57 Pièce imprimée conservée à la Bibl. municip. de Saint-Omer, ms 1884.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter