Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Être musulman en France

 | 
Jocelyne Cesari

Annexes

Enquête générale*

Homme, 32 ans, nationalité sénégalaise, ingénieur en génie civil

Texto completo

Qu'est-ce que la politique pour vous ?

  • * Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

1Je m'intéresse depuis le Sénégal, les grèves scolaires au lycée, en bavardant avec les copains, en se rendant compte que tout est politique.

2La politique, c'est l'art de gouverner la cité, je suis assez d'accord avec cette définition, elle permet aux diverses communautés de vivre dans le meilleur des cas possibles. C'est la création de lois, d'institutions, la possibilité de vivre de manière harmonieuse.

Êtes-vous favorable au droit de vote des immigrés au niveau local ?

3Ah oui... beaucoup l'ont dit... par exemple, dans certaines cités où il y a un fort taux d'immigration, cela obligerait les hommes politiques à ne pas différencier la clientèle qui vote, à ne pas créer de discrimination entre Français d'origine et immigrés car chacun aura son plein droit. Discrimination, c'est pas dans le sens racial mais plutôt quand l'individu n'a pas le droit de s'exprimer. Dans un État démocratique, il y a des règles du jeu qui permettent de résoudre les problèmes, c'est discrimination dans ce sens et pas dans le sens racial, c'est plutôt parce qu'il peut ou non régler ses problèmes.

460/ La politique s'est élaborée dans des écoles, mais c'est une sorte de communication, on devient politique car on veut s'exprimer, c'est pas si compliqué que ça, si on veut s'exprimer, on peut se donner les moyens, connaître les lois qui régissent une communauté.

57/ Pour la nationalité, tout semble le faire croire, je suis d'accord dans un sens, car on ne peut défendre les intérêts des gens sans appartenir à la communauté, la politique c'est pas quelque chose de très local sinon ce serait une association qui règle des problèmes quotidiens.

6Si on prend la politique pure, ça peut aller jusqu'au domaine international et là, si on n'appartient pas à la communauté, je me demande si on pourra défendre efficacement les intérêts de cette communauté, par exemple, si je prends mon cas, je reste Sénégalais et je veux faire de la politique en France, et qu'un jour une action politique m'amène à défendre une action française dans mon pays, le problème, il est là. La politique engendre aussi bien le quotidien mais aussi être dans un secteur loin de l'hexagone et ça aussi c'est la politique, pour ces raisons, l'acquisition de la nationalité est, j'allais dire, quelque chose de primordial.

78/ Droits de l'homme : quelque chose qui irait dans le sens de la morale, il a été récupéré par les politiques pour se montrer le plus démocrate possible en respectant les libertés individuelles et collectives, chacun doit le défendre surtout si on vient d'un continent comme l'Afrique.

89/ République : c'est dans cette sorte d'institution que l'homme peut se mouvoir et se donner en plein.

911/ Patrie : c'est le pays où l'on vit, les valeurs d'une communauté, on dit qu'une patrie c'est la terre, les hommes, mais ma patrie, j'ai plutôt tendance à penser que c'est l'Afrique.

1012/ Nation : elle est très parallèle de la patrie, le recoupement de nations peut donner une patrie. Nation équivaut à République, au-delà, il y a la patrie qui est plus vaste.

1113/ État : les politiques ont besoin d'une institution supérieure pour régenter leur démarche. Tout regroupement humain a besoin d'un guide. L'État doit être impartial, c'est quelque chose de normal dans une République, pas un État de tyran, mais un État le plus démocratique possible, qui cautionnerait les Droits de l'homme.

1214/ Laïcité : très bien, il faut l'utiliser dans la politique, c'est le respect de la croyance des autres.

1315/ Parti politique : les partis devraient surtout permettre le combat des idées.

1416/ Elections : si je m'en réfère aux élections dans les pays qui ne respectent pas la démocratie, les élections, c'est du bidon, mais dans les pays respectueux des valeurs des Droits de l'homme, les élections sont nécessaires aux gens pour porter un jugement sur des valeurs, faire un choix économique, politique, social, etc.. en allant cautionner telle ou telle démarche.

1517/ Citoyen : on peut être un citoyen français en ayant des idées royalistes ou républicaines, il doit faire avancer des idées de liberté individuelle ou collective à travers sa manière de se mouvoir dans sa propre société en respectant les lois et les règles.

1618/ Démocratie : ça devrait être la règle générale, elle devrait être reconnue dans tous les États, quel que soit le type de constitution, c'est le respect de soi et des autres, ce devrait pas être politique et tout le monde devrait le respecter pour une harmonie dans la vie des gens.

1719/ Syndicat : je ne le lie pas au mouvement politique, ça permet aux gens dans leur travail et tout de revendiquer des droits en respectant leurs devoirs, faire respecter la démocratie interne dans l'entreprise.

Dans ce qui se passe à l'étranger, qu'est-ce qui vous préoccupe le plus ?

18L'Apartheid en Afrique du Sud me préoccupe beaucoup, c'est inimaginable au xxe siècle après la barbarie que l'homme a traîné derrière lui, l'esclavage, la colonisation, c'est quelque chose d'inacceptable et qu'il faudra essayer de se battre démocratiquement mais dans un régime comme ça qui ne respecte pas la démocratie, la seule manière, c'est la lutte armée. Je pense que c'est bien dommage d'en arriver là parce qu'on sacrifie des vies et tout, mais un régime qui ne veut pas comprendre que le différend qui l'oppose à son peuple se situe au niveau de la raison, ce régime-là pour le ramener à la raison, parce que lui-même fait usage de la force, il faudra lui répondre dans ce cas-là, essayer de le détruire par la violence.

19J'interviens de manière modeste, en intervenant dans des radios libres, en écrivant des articles dans des journaux d'associations, il ne faut pas laisser le régime sous silence, il ne faut pas l'ignorer, plus on en parle, mieux les gens seront au courant et peut-être y aura-t-il des idées qui sortiront du débat pour solutionner ce problème, mais vu la nature du régime qui sévit en Afrique du Sud et vu que, depuis la fin de la Seconde guerre mondiale jusqu'à maintenant, ce régime utilise la tyrannie à l'égard d'une certaine communauté d'hommes, je pense que ce régime-là ne peut pas comprendre la raison, qu'il faudra utiliser des moyens beaucoup plus puissants, malgré qu'il refuse d'abord les débats d'idées et même les citoyens qui partagent... enfin en tout cas auquel le régime semble appartenir, circulent eux-mêmes avec des armes à feu, c'est dans leur logique, il faudra les suivre dans cette logique-là et je pense que la seule manière, c'est la violence des armes, c'est dommage, c'est regrettable même parce qu'on fait couler du sang, mais c'est le régime lui-même qui refuse la raison, ce différend qui l'oppose à son peuple ne sera réglé que par la force, une sorte de guerre civile qui est quelque chose de regrettable pour l'ensemble des communautés qui y vivent, aussi bien pour les blancs que pour les noirs, parce que, quand même parmi eux, il y a des blancs qui luttent pour abolir le système, mais je pense que des actions militaires à l'égard des institutions militaires qui représentent le régime, telles la police, l'armée, sont des choses nécessaires.

35/ Avez-vous confiance dans l'école ?

20Mes origines m'obligent à aimer cette institution, c'est quelque chose de formidable, ça nous manque à nous autres Africains, c'est quelque chose qui permet d'éduquer les enfants au-delà des religions, des clivages... d'abord, elle est laïque et je crois à la laïcité, ça forme les enfants d'un pays et ça permet à un pays d'avoir toujours l'énergie pour vaincre ses difficultés, parce que le but de l'école c'est de faire réfléchir, dans ce seul sens, si des gens sortent d'écoles hautement qualifiées, ils peuvent résoudre les problèmes techniques qui se posent à un pays. En ce sens-là, l'école est une institution que je respecte beaucoup.

2136/ Pour la justice, il y a toujours une part de partialité mais sur le plan éthique, c'est quelque chose qui est quand même bien, c'est vrai que des hommes politiques peuvent faire dévier un jugement. Pour les syndicats, avec la crise, tout est revu à la baisse, ces organismes basent leurs revendications sur des plates-formes qui ne sont pas toujours respectées à cause des courants internes, je ne suis pas syndiqué donc je dirai que je n'y crois pas.

2264/ Le vote, c'est pas au hasard, il faut vivre dans un pays les problèmes, tout dépend de la nationalité, si je reste Sénégalais, je n'ai aucun intérêt à voter en France, si je suis Français, je ne vois pas pourquoi je voterai au Sénégal, j'ai fait un choix, je le respecterai jusqu'au bout, libre aux Sénégalais de faire leur vote comme ils l'entendent. Enfin, quand il s'agit peut-être d'élections purement, j'allais dire présidentielles ou législatives, pour d'autres formes de vote, on peut appartenir à une autre nationalité et voter dans un pays où on travaille, par exemple, les municipales, je trouve que c'est normal qu'un étranger qui vit dans une ville, qui paie des impôts locaux, machin, puisse participer à son confort local, il s'agit de l'échelle nationale, peut-être aussi que la politique municipale est un peu dictée par ce qui se passe à un niveau plus élevé, alors là le problème, il est très vicieux, mais je pense que les élections municipales devraient être quelque chose de vraiment obligatoire, il serait souhaitable et même raisonnable que les étrangers participent à ce type d'élections.

Que représentent pour vous les élections présidentielles ?

23La présidence, c'est la magistrature suprême donc quelque chose qui est le garant de la Constitution et la Constitution, c'est la loi suprême d'un pays et donc il faut y mettre quelqu'un qui soit capable de respecter les gens quelle que soit leur diversité, non seulement d'opinion mais aussi d'origine sociale et géographique, si ces trois critères, le président les respecte, cela représente déjà un homme d'expérience loyal et respectueux de certains principes de la vie : Droits de l'homme, liberté individuelle et collective, respect des croyances.

24C'est un acte politique qu'on commet en allant voter pour un homme mais cet homme-là, cet acte politique qui le met au pouvoir, il ne peut le retourner aux citoyens, bien sûr que dans des actes politiques, mais tout en ayant une grande idée de ce que c'est la morale de la vie, c'est très important aussi, de ne pas rester là à vouloir toujours gérer des dossiers, tenir compte beaucoup de la philosophie de la vie, etc.

2565/ Au moins dans la laïcité, toutes les croyances sont respectées, l'école doit être une institution qui ne distille que le savoir, libre aux gens d'aller chercher dans des paroisses, des mosquées, une morale chrétienne, musulmane.

2667/ Même qu'on soit dans un pays européen, la chrétienneté fait preuve de tolérance, alors pourquoi ne pas respecter les autres croyances religieuses, c'est quelque chose de normal. Il ne faut pas politiser le côté spirituel de la vie, il faut traiter ces choses-là, sans passion (au contraire de ce que l'on voit sur certaines affiches). Si les gens n'ont pas envie de croire, il n'y a pas de quoi s'inquiéter, les mairies doivent traiter ce dossier comme de l'installation d'une église.

68/ Pratiquez-vous les cinq piliers de l'islam ?

27Le fait de ne pas sentir l'environnement pieux influence, et puis bon c'est très long comme horaire de 3h30 du matin à 21h45 ou 22h00, c'est long, quand on a des études à faire, un boulot c'est dur... si tout le monde le faisait, ce serait différent et puis j'ai pas cette foi gigantesque qu'avait le prophète Muhammed. Dans ma première année, j'avais la trouille de manger du porc, le poids de l'éducation, puis après on n'a pas tout le temps les moyens de se payer un gigot, alors on se tape un paté, une côte de porc, des fois c'est les difficultés financières qui te poussent à... au début, c'était ça puis l'habitude est restée et on n'y fait plus attention. Si on me demande de quelle région je suis, je dirai que je suis musulman.

2881/ Tout porte à croire que je donnerai une éducation religieuse à mes enfants, peut-être je les mettrai dans une école religieuse pour qu'ils apprennent les valeurs auxquelles je crois sans les pratiquer et puis après ils feront ce qu'ils voudront.

29Pour les mariages mixtes, je ne pense pas que ce soit quelque chose de dramatique, ce mot de mixte ne colle pas à la réalité, après tout quelle que soit la couleur, les hommes sont des êtres humains. Moi-même, je ne suis pas tellement exigeant sur les valeurs religieuses, je suis d'un pays où ce problème-là n'est pas mis en avant, j'ai toujours eu des amis chrétiens qui sont venus chez moi quand j'étais au Sénégal, et là, j'en connais qui viennent manger à la maison, dormir chez moi mais quand je me réveille, je ne vois pas un chrétien, je vois un copain, un individu avec qui je m'amuse bien, avec qui des fois j'ai des difficultés, voilà c'est tout...

3085/ J'ai quand même l'impression d'avoir des racines, d'appartenir à un endroit, la terre de naissance, ça marque beaucoup quand même.

3186/ J'envoie mensuellement de l'argent dans ma famille car on a toujours des frères et des sœurs au lycée.

Parcours en France ?

87/ Souhaiteriez-vous retourner au Sénégal ?

32J'avais un petit projet d'aller créer une entreprise là-bas, pour l'instant, rien de très fixé dans ma tête, mais... répondons oui, disons qu'au cours de mes études, j'ai rencontré des gens, on discute et on monte un projet sans plus.

33Avec ma formation, je pourrai toujours trouver du travail au Sénégal mais il y a quand même pas mal d'étudiants sénégalais qui ont des diplômes, par ailleurs l'État n'a pas toujours les moyens de produire des emplois alors on se retrouve dans l'enseignement et on en a pas toujours envie. Si mon projet de création d'entreprise n'aboutit pas, ce n'est pas quelque chose de systématique dans ma tête, je peux vivre ici jusqu'à la fin de mes jours, je n'ai pas un attachement sentimental à la patrie ou au Sénégal.

34Tous les jours essayer de bosser, mettre un peu d'argent de côté, tout est flou dans ma tête, demander une nationalité ne doit pas être seulement lié à un intérêt matériel, il faut croire à des valeurs, il vaut mieux réfléchir, alors le faire librement et aller jusqu'au bout du choix... En attendant, on aide les petits frères et les petites sœurs, on fera un choix après. Pour moi, la famille occupe bien un tiers de ma pensée c'est un équilibre, pour ne pas se sentir seul, sauvage, on a besoin de se sentir aimé par d'autres gens, c'est un besoin psychologique. En France, j'ai un petit frère que je ne vois pas beaucoup, il suit une école sportive dans le Nord. La seule compensation psychologique de ne pas se sentir éloigné, c'est l'aide que je leur apporte.

Notas finales

* Pour le codage des questions, se référer à la trame du guide.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540