Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

XI - Damas et la Ghouta

Anne-Marie Bianquis

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le passé de Damas appartient à l’héritage de la culture universelle. A travers l’histoire comme de nos jours, Damas a représenté une référence qui dépassait son rôle comme ville ou comme capitale d’un état. Son nom est cité dans l’Ancien Testament comme dans les Evangiles et on fait allusion à elle dans le Coran. C’est encore son nom que porte la rose que les Francs rapportèrent des Croisades, et c’est lui qui se retrouve dans les adjectifs utilisés pour qualifier le trempage de certaines lames d’acier, le travail décoratif pratiqué à l’aide de métaux variés, ou encore une forme particulièrement fine de tissage.

2Capitale du premier empire arabo-musulman qui s’étendait de l’Espagne aux confins du monde indien, elle fut également un des centres où vit à nouveau le jour à la fin du xixe siècle une idéologie arabe unitaire, et au xxe siècle elle représenta, comme à l’époque des Croisades, le point d’ancrage de la résistance arabe aux tentatives successives d’implantations étrangères.

3Pourtant elle ne fut jamais une de ces métropoles que furent au Moyen Age ou que sont aujourd’hui Bagdad, le Caire ou Istanbul. Ce fut toujours une ville moyenne, solidement implantée dans son milieu naturel, en contact étroit avec les montagnards des vallées environnantes, avec les paysans de son oasis et avec les nomades de la steppe toute proche. Mais située entre la Mésopotamie et la vallée du Nil qui, à plusieurs reprises, engendrèrent des empires conquérants, Damas tenta de regrouper, dans un état indépendant de ces deux grands ensembles, les populations du littoral et de la steppe occidentale, habitant l’espace compris entre le Taurus et la Mer Rouge. Souvent aussi, elle servit de refuge à des populations déplacées par la guerre ou à des minorités persécutées, et peu de villes ont tant de quartiers dont le nom évoque ainsi l’origine lointaine de leurs habitants.

4Point de convergence d’itinéraires en provenance du Golfe Persique et du monde indien, de la péninsule arabique, de la Mer Rouge et de l’Afrique nord- orientale d’une part, de la Méditerranée, de l’Asie Mineure et de l’Asie centrale d’autre part, cette ville eut toujours une vocation de contacts culturels, technologiques ou commerciaux, et la curiosité de ses habitants pour les pays lointains était connue. Pendant des millénaires, Damas a pu participer à toutes les aires de civilisation en gardant une harmonie interne qui faisait son charme et son originalité. Le fait même qu’elle ne connut jamais de croissance démesurée, de distorsion sociale trop grave, son goût de la tradition, ont donné à son histoire une continuité étonnante. Cette originalité a été le garant de sa survie au cours des âges. Depuis près d’un siècle cependant, toutes ses traditions ont été remises en cause par un contact brutal avec la civilisation industrielle occidentale, et la ville est aujourd’hui à la recherche d’un nouvel équilibre.

5Quoique située à une centaine de kilomètres seulement du littoral méditerranéen, Damas est une ville tournée vers le désert. Deux chaînes élevées, de direction sud-ouest nord-est, le Liban et l’Anti-Liban, créent une frontière climatique, coupant la Syrie centrale de l’influence des vents d’ouest méditerranéens. De l’Hermon (2 814 m) qui domine le lac de Hûla au sud jusqu’aux sommets (2 629 m) qui surplombent la trouée de Homs au nord, la plus orientale de ces chaînes, l’Anti-Liban, forme une véritable barrière ; sur une distance de 200 km, l’altitude n’est jamais inférieure à 1 500 m, sauf dans la zone que traverse la vallée du Barada, le petit fleuve qui arrose la plaine de Damas installée là où une série de failles avaient affaibli la résistance du massif.

6Des précipitations assez abondantes (500 mm dans la plaine de Zabadânî) tombent sur l’Anti-Liban sous forme de pluies ou de neige. Elles alimentent une importante circulation souterraine dans le massif calcaire. La source la plus élevée du Barada se trouve dans la plaine de Zabadânî à 1 000 m d’altitude, mais celle dont la contribution est la plus importante pour son débit surgit au fond de la gorge d’Aïn al-Figé, à une quinzaine de kilomètres en aval. Le fleuve franchit le dernier chaînon de l’Anti-Liban par la cluse de Raboué, et débouche dans la plaine à 700 m d’altitude. Un cône de déjection en pente douce vers l’Est a été construit par le fleuve, qui le traverse pour aller se perdre à 35 km de là dans le lac de Ataïbé, à 600 m d’altitude.

7La région est protégée des vents froids venus du nord par les rides palmyréniennes, reliefs qui s’écartent de l’Anti-Liban en direction du nord-est. De même au sud, le massif volcanique du Djebel Druze abrite le bassin de Damas des vents les plus desséchants du désert arabique, et les étés y sont moins chauds qu’en Jordanie ou qu’en Palestine. Des coulées de basalte, s’étalant entre le Djebel Druze et la chaîne palmyrénienne, limitent vers l’est le bassin de Damas qui forme ainsi une dépression, très abritée au nord et à l’ouest, mais ouverte vers la steppe.

8C’est à 4 km de Raboué, au pied de la montagne du Qassioun, sur le talus de la rive sud du Barada, que se trouve l’emplacement primitif de Damas. L’homme s’est installé très tôt sur ce site au contact de la steppe et de la montagne, où l’eau était abondante, et où débouchait le seul passage aisé à travers l’Anti-Liban. Très tôt aussi l’eau fut canalisée et répartie de part et d’autre du Barada afin d’irriguer les terrasses et de drainer les eaux stagnantes abandonnées par les inondations d’hiver et de printemps.

9La ville et l’oasis se sont développées ensemble, la richesse de l’oasis faisant vivre la ville, tandis que celle-ci assurait la sécurité des populations sédentaires de l’oasis. Ce développement harmonieux sur un site privilégié marque toute l’histoire de Damas jusqu’à la période contemporaine.

DAMAS JUSQUE VERS 1920

10La prospérité de la ville est attestée dès le millieu du IIe millénaire. Capitale du pays d’Aram au xie siècle, elle est déjà une ville importante, soumise à la convoitise des royaumes voisins ; elle subit les dominations successives des Babyloniens et des Achéménides, jusqu’à la conquête d’Alexandre qui marque le début d’une longue période d’influence occidentale et d’une étape importante du développement de la ville : une cité grecque au plan régulier naît à côté de la ville araméenne. A l’époque romaine, un nouveau plan d’urbanisme réunit les deux villes à l’intérieur d’une même enceinte de 1 500 m sur 750 m percée de 7 portes et renforcée d’un castrum dans l’angle nord-ouest. Une grande voie à portiques de 25 m de large traverse la ville dans toute sa longueur, reliant la porte ouest à la porte est. Un nouveau canal dérivé du Barada est creusé et assure la distribution de l’eau dans toute la ville. Le temple araméen dédié au dieu Hadad devient alors le temple de Jupiter entouré d’une enceinte et de piliers monumentaux. Sous la domination byzantine il est transformé en église dédiée à Saint Jean-Baptiste. Séduits par la beauté de la ville et la fraîcheur de son oasis, les Arabes y placèrent un des paradis terrestres de l’Islam. Damas devint une ville sainte, illustrée par le souvenir d’Adam, de Moïse, de Jésus. La ville fut prise par les troupes musulmanes de Khâlid b. al-Walîd en septembre 635.

11Capitale d’empire sous les Omayyades aux viie et viiie siècles, elle connaît une période de splendeur, dont seule subsiste la grande mosquée que le calife al-Walîd fit construire sur l’emplacement de l’église saint Jean-Baptiste ; ne conservant de l’ancien temple que le mur d’enceinte et les tours carrées, la mosquée se compose d’une vaste cour entourée de portiques et d’une grande salle de prière au sud.

12La domination abbasside met fin à cette période faste de l’histoire de la ville : une période troublée commence qui se poursuit avec l’arrivée des Qarmates puis la domination fatimide (xie siècle). Révoltes, émeutes, destructions se succèdent ; les incendies se propagent vite dans une ville construite en brique crue et en bois. On a ainsi très peu de restes de ces premiers siècles d’histoire musulmane de la ville. Le plan est remodelé ; la population, cherchant à assurer sa sécurité, se groupe en quartiers fermés par des portes, articulés autour d’une artère principale et d’une ramification de ruelles sur lesquelles s’ouvrent les maisons. Le cloisonnement confessionnel devient la règle, chaque communauté occupant un secteur de la ville : les musulmans à l’ouest et à l’est de la grande mosquée, les chrétiens au nord-est, les juifs au sud-est. Autour des grandes artères de l’époque romaine, dont la chaussée se rétrécit par l’envahissement des boutiques, se développe tout un faisceau de souqs.

13A la fin de l’époque fatimide (fin du xie siècle), la Ghouta est ravagée et la population de la ville est très réduite ; mais le redressement est rapide, et dès le début des croisades Damas redevient une ville importante ; des quartiers nouveaux se construisent à l’extérieur de l’ancienne enceinte.

14C’est avec l’arrivée de Nûr al-Dîn (en 1154) que Damas, retrouvant un rôle de capitale dans une Syrie unifiée, connaît une nouvelle ère de prospérité. Elle est alors le fer de lance dans la lutte contre les Francs et les hérésies pour le triomphe du sunnisme ; ses défenses sont renforcées (de nombreux travaux sont effectués aux murs d’enceinte, aux portes, à la Citadelle), des édifices religieux, mosquées, madrasas, sont construits, ainsi qu’un hôpital devant servir d’école de médecine. Un nouveau quartier est fondé sur les pentes du Jabal Qassioun, à 2 km de la ville : il porte le nom de Salhiyyé.

15La prospérité de Damas se poursuit sous les Ayyoubides ; centre culturel et religieux, siège d’une cour princière, Damas connaît un essor remarquable de la vie économique et de l’architecture : monuments aux façades en pierre de taille où l’alternance du basalte et du calcaire donne lieu à des motifs décoratifs.

16Sous la domination des Mamelouks (1260-1516), cet essor est interrompu par un désastre, la prise de la ville par les troupes mongoles de Timour en 1401 : la ville est pillée, en partie détruite ; ses artisans et ses ouvriers qualifiés sont emmenés en déportation à Samarcande. Cependant au xve siècle, Damas se relève de ses ruines et l’activité économique reprend. La ville s’étend, de nouveaux quartiers apparaissent en dehors des murailles.

17A partir du xvie siècle, Damas n’est plus qu’un centre de Pachalik dans l’immense empire ottoman. Mais la construction de nombreux khans atteste le développement du commerce ; à la fois hôtelleries et entrepôts, ces khans sont formés d’une cour entourée d’une galerie à arcades, ouverte ou couverte de coupoles. Une autre source de richesse pour la ville est le pèlerinage à la Mekke. C’est à Damas, dernière ville avant la traversée du désert, que se forme chaque année l’immense caravane de dizaines de milliers de pélerins. Lié au pèlerinage et au commerce de céréales avec le Haurân, le faubourg du Mîdân se développe vers le sud.

18Cependant, c’est seulement à la fin du xixe siècle, sous le gouverneur Midhat Pacha, que Damas va connaître une renaissance et que s’amorce le développement qui conduit au Damas actuel.

19Certaines voies de la vieille ville sont élargies, comme la partie ouest de la rue droite (souq Midhat Pacha) ou la voie reliant l’enceinte à la grande mosquée qui devient le souq Hamidiyyé où abondent les marchandises occidentales. Les fossés entourant les murailles sont comblés, et de nouveaux souqs sont installés le long de l’enceinte au nord-ouest (Souq al-Khodja). Un début d’urbanisation est ébauché à l’ouest, dans la partie basse dite Merjé, – la prairie – le long du Barada, avec la construction d’une série d’édifices publics : le nouveau Sérail, la Municipalité. Les quartiers extra-muros se développent, Sarouja, Oqeibé, Qanawât. Une nouvelle colonie de Kurdes et de musulmans venus de Crête s’installe sur les pentes du Qassioun, formant les quartiers de Muhâjirîn (les Réfugiés), et d’Akrâd (les Kurdes), de part et d’autre du vieux Salhiyyé. De nouvelles liaisons sont ouvertes, dont les points d’arrivée créent aussi des pôles de développement, comme la route Beyrouth-Damas en 1863, ou la voie ferrée Beyrouth-Damas-le Haurân, en 1894. Enfin des travaux d’utilité publique annoncent une modernisation des conditions de vie : l’installation d’une ligne de tramway, ou l’adduction d’eau potable de la source d’’Aïn al-Figé dans toute la ville, avec distribution par fontaines publiques.

20Malgré ce début de modernisation, une certaine harmonie unit alors la ville et son oasis, harmonie due à l’atmosphère fraîche, odorante des ruelles, à la présence constante de l’eau et des arbres, au calme des jardins dont les ombrages et le bruit de l’eau coulant des bassins rappellent les jardins de l’oasis elle-même. La ville est entourée d’une couronne de verdure qu’interrompent seulement au nord-ouest les quartiers naissant le long de la voie menant aux faubourgs construits sur les pentes de la montagne.

21L’oasis s’étend en un arc de cercle d’une dizaine de kilomètres de rayon, parsemée des taches claires de nombreux villages. Le réseau d’irrigation du Barada a en effet une forme en éventail. Les prises d’eau sont aménagées dans la partie encaissée du cours de la rivière en amont de Raboué, entre 750 et 702 mètres d’altitude. A leur sortie de la gorge, les canaux divergent, soit vers le sud-ouest (le Daranî et le Mezzaouî), soit vers le nord-est, suivant le flanc de la montagne à la limite des quartiers de Salhiyyé et d’Akrâd (le Tora et le Yazîd), soit vers l’est, accompagnant le Barada en direction de la ville (le Baniyas et le Qanawât). Les canaux sont en terre, ce qui favorise les infiltrations, mais une partie de ces eaux réapparaît un peu plus loin dans la plaine sous forme de sources que l’homme a aménagées en foggaras ou en canaux encaissés appelés qanawât. C’est vers l’est, dans la direction naturelle de l’écoulement des eaux, que ces sources sont les plus abondantes et que les cultures pénètrent le plus loin dans la steppe. Oasis d’altitude, la Ghouta n’a pas de palmiers ; par contre le peuplier y abonde, et marque le paysage de sa silhouette effilée.

22Selon les secteurs de l’oasis, le tour de l’eau ou « ‘addân » revient tous les sept ou tous les quatorze jours ; une ceinture de jardins maraîchers entoure la ville ; partout où l’eau est abondante se mêlent les noyers, les arbres fruitiers les plus variés avec une nette prédominance des abricotiers, les cultures de légumes d’hiver ou d’été, les vignes et les céréales.

23Deux secteurs très bien irrigués, à l’ouest et à l’est, encadrent un secteur moins bien doté au sud ; bénéficiant d’un apport supplémentaire d’eau venue de l’Hermon, la Ghouta occidentale, autour des villages de Kafarsousse et de Darayya, a de riches jardins où sont associés arbres fruitiers, vignes et cultures de légumes ; moins arrosé, le secteur sud est planté en oliveraies sur les terres proches de la ville ; puis s’étendent des champs ouverts de céréales avec des vergers par taches. C’est la Ghouta orientale qui offre la plus grande étendue de vergers et la plus grande variété de cultures : jardins maraîchers près de la ville, puis vergers occupant l’ensemble du champ, associés aux cultures de légumes, au chanvre ou aux céréales, tandis que les noyers bordent les canaux ; plus loin, la densité des arbres diminue, le paysage s’ouvre, des rideaux de peupliers séparent les champs plantés en céréales ou en chanvre ; les oliveraies et les vignes s’étendent sur les terres moins humides des territoires nord et nord-est (villages de Berzé, Harasta, Douma). Consommés frais à la belle saison, ou mis en conserve pour l’hiver, les fruits et les légumes de la Ghouta suffisent au ravitaillement de Damas.

24A l’est et au sud-est de l’oasis, une vaste zone de campagne ouverte, envahie par l’eau l’hiver, brûlée par le soleil l’été, s’étend jusqu’aux deux lacs, celui d’Ataïbé, déversoir du Barada, et celui de Hijané, déversoir de l’Aouajouaj, qui irrigue une vallée située quelques kilomètres au sud. C’est le Merj, ou « prairie », zone pauvre de pâturages et de cultures de céréales.

25La Ghouta est, pour une bonne part, une région de petites propriétés, mais la bourgeoisie ou la classe au pouvoir à Damas a toujours essayé, à la fois pour l’agrément du séjour et pour les revenus qu’elles procuraient, de mettre la main sur les terres de l’oasis. Les grandes propriétés sont nombreuses surtout dans l’est et le sud-est de l’oasis et dans le Merj ; elles sont souvent exploitées en métayage, ou confiées à un représentant du propriétaire qui les fait travailler par des ouvriers agricoles.

26Partout l’habitat est strictement groupé, en gros villages tassés sur eux- mêmes au centre de l’oasis, en fermes appelées « hoch », comprenant, groupés autour d’une ou deux cours, la maison du propriétaire, les logements des ouvriers et les dépendances ; ce dernier habitat indique la présence de grandes propriétés. La vie de la communauté est réglée par le tour d’eau ; pour chaque canal principal, un chaïkh al-nahr règle les éventuels conflits entre les villages, tandis qu’un châwî veille dans chaque village au respect des droits de chacun.

27Il y a alors peu de vraies routes dans l’oasis ; les voies partant de Damas en direction de Homs, du Haurân, ou de la Palestine traversent l’oasis, mais la plupart des villages ne sont reliés entre eux que par des chemins poussiéreux, bordés par les murs en boue séchée entourant les jardins. Les routes et les villages évitent la vallée même du Barada, ou Zor, basse, humide, envahie par les taillis et les serpents.

EVOLUTION DE LA VILLE DEPUIS 1920

28Avec la proclamation du Royaume arabe en mars 1920 et l’élection du roi Faïsal, Damas retrouvait, pour la première fois, après des siècles de domination ottomane, sa place naturelle de capitale de l’ensemble syrien. Mais l’installation du Mandat par les Français lui fit perdre ce rôle, car ceux-ci préférèrent installer le Haut-Commissariat à Beyrouth, plus sûr politiquement, et Damas n’eut qu’un délégué au pouvoir réduit.

29Pourtant dès cette époque, la création d’administrations et d’organismes de portée nationale préparent Damas à prendre sa place de capitale. Une administration du cadastre, des ministères, sont mis en place ; une université syrienne naît de la réunion des écoles de droit et de médecine ; l’enseignement y est donné entièrement en arabe, à la différence des diverses universités existant à Beyrouth. En 1919, le grand érudit Muhammad Kurd ‘Ali avait fondé l’Académie Arabe ; à leur tour, une Bibliothèque Nationale, rassemblant des milliers de manuscrits, et un Musée National Syrien sont créés pour la conservation du patrimoine. Prenant appui sur des traditions locales, apparaissent les premières industries de type moderne. Le genre de vie de la bourgeoisie se modifie ; abandonnant les maisons spacieuses de la vieille ville, de nombreuses familles bourgeoises recherchent le confort de maisons modernes.

Carte 4 - L’extension de Damas.

30Reprenant l’œuvre ébauchée par les Turcs de création d’une ville moderne contiguë à l’ancienne ville, les autorités du Mandat étudient des plans d’aménagement et d’extension de la ville. Des voies nouvelles sont ouvertes et des quartiers résidentiels créés sur l’emplacement de jardins. Lors de la révolte de 1926, un quartier du secteur ouest de la vieille ville est détruit, puis reconstruit sur un plan en damier. Des Halles aux fruits et aux légumes sont construites pour organiser un meilleur ravitaillement de la ville. Une nouvelle canalisation amène l’eau de la source d’’Aïn al-Figé et un réseau de distribution chez les particuliers est aménagé.

31A partir de 1945, Damas est capitale d’un grand Etat indépendant. Se trouvant dans une position excentrique par rapport à l’ensemble d’un pays dont les particularismes avaient été favorisés par les autorités du Mandat, dotée seulement d’embryons d’administrations, elle sut faire face à la tâche de maintenir l’unité de la Syrie, et assumer des fonctions de plus en plus complexes dans un état centralisé.

32Mais le poids de l’effort militaire imposé à l’Etat Syrien depuis 1948 a limité les investissements dans l’urbanisme. Le paysage urbain est encore peu marqué par la présence de l’Etat, sinon par quelques bâtiments comme le vieux sérail ottoman qui sert de ministère de l’Intérieur ou le bâtiment moderne et élégant qui abrite le ministère des Finances et la Banque Centrale.

33En même temps, l’accroissement de la population dépassait toutes les prévisions et exigeait des solutions d’urgence.

34Damas avait environ 170 000 habitants en 1920. Le tableau suivant indique la progression de la population jusqu’à 1970 :

351920 = 170 000 habitants

361925 = 180 000 habitants

371930 = 197 000 habitants

381935 = 230 000 habitants

391945 = 296 000 habitants

401950 = 353 000 habitants

411955 = 408 000 habitants

421960 = 530 000 habitants (recensement)

431970 = 836 000 habitants (recensement)

44A partir de 1960, la population des proches villages de la Ghouta, englobés dans un département de Damas-ville, est désormais recensée avec la population urbaine. Ces villages sont, de l’est à l’ouest, Berzé, Qaboun, Jobar, Qadam, Kafarsousse et Mezzé, Raboué et enfin Dummar dans la vallée du Barada à 6 km en amont de Damas. Par contre, un quartier de réfugiés, le Yarmouk, qui faisait partie en 1960 du département de Damas, en a été détaché en 1970 ; pourtant, attenant à la ville, il appartient géographiquement à l’agglomération. Le prochain recensement aura lieu en 1980. On manque donc depuis 1970 d’indications précises sur la structure et l’origine de la population, mais l’on dispose d’un comptage effectué en septembre 1976. Ce comptage donne 1 081 545 habitants. En ajoutant la population du quartier du Yarmouk, soit de 80 à 100 000 habitants, et en tenant compte de l’augmentation de la population depuis deux ans, on peut donner 1 270 000 comme un chiffre approchant de la réalité pour 1978.

45La courbe d’accroissement montre bien que c’est à partir de 1965 que le mouvement s’accélère. La population a doublé une première fois entre 1930 et 1955, une deuxième fois entre 1955 et 1970. On estime le taux actuel d’accroissement à 4,56  % par an, alors que le taux pour l’ensemble du pays serait de 3,28  % seulement.

46Il faut chercher les raisons de cette augmentation rapide dans un taux d’accroissement naturel élevé, mais le sous-enregistrement rend difficiles les calculs exacts. Le taux de natalité est moins élevé que dans l’ensemble du pays ; l’embourgeoisement, les difficultés de logement, l’éclatement de la grande famille traditionnelle où la garde des enfants était toujours assurée, le travail des femmes, tous ces éléments jouent leur rôle dans ce début d’évolution ; le taux de natalité est très variable d’un quartier à l’autre, et les grandes familles sont encore fort nombreuses. Le taux de mortalité calculé d’après les chiffres officiels est anormalement bas ; la mortalité infantile est plus faible que dans l’ensemble de la Syrie, mais il faut tenir compte du phénomène de sous-enregistrement ; il est vrai aussi que la population de Damas est jeune : la proportion de vieillards est faible alors que les classes de l’âge de 15 à 45 ans sont très fournies ; ceci est en rapport avec le nombre élevé de jeunes adultes venant chercher du travail à Damas.

47L’exode rural est un second facteur de l’augmentation rapide de la population. Les nouveaux résidents à Damas étaient d’après les recensements, 92 000 en 1960 et 176 000 en 1970. Les immigrants proviennent en premier lieu du département de Damas, puis de ceux de Dar‘â et Suwaïda au sud, ainsi que des muhâfaza du centre-nord, Homs, Alep, Lattaquié. Les habitants originaires de Deïr ez-Zor sont particulièrement nombreux à Damas et ont conservé des liens d’étroite solidarité.

48Damas a accueilli dapuis 1948 plusieurs vagues de réfugiés fuyant des terres occupées par Israël. Un certain nombre de Palestiniens ont reçu la nationalité syrienne mais le recensement de 1960 comptait 60 000 Palestiniens à Damas, et si celui de 1970 n’en comptait plus que 50 000, c’est que le quartier du Yarmouk avait été placé dans le muhâfaza de Damas-Campagne où l’on trouvait 70 000 Palestiniens. D’autre part, la plupart des 46 000 habitants qui sont mentionnés dans le recensement comme ayant eu leur résidence précédente dans le muhâfaza de Quneïtra ont quitté cette région après la guerre de 1967.

49Les recensements ne donnent pas la répartition par religions ni par communautés ; l’écrasante majorité est sunnite, de langue arabe ; sont également sunnites, 30 000 kurdes et 12 000 Tcherkesses. Les chrétiens, que l’on peut évaluer à 100 000, sont tous de langue arabe, à l’exception des Arméniens, moins nombreux ici qu’à Alep. La communauté juive, elle aussi de langue arabe, est réduite maintenant à moins de 2 000 personnes.

50Le comptage de 1976 ne permet pas de donner la structure de la population, mais il permet d’établir une différenciation par quartiers pour l’importance relative de la population masculine et féminine, et pour la taille moyenne des ménages : les quartiers bourgeois ont 89,7 hommes pour 100 femmes, tandis que les quartiers pauvres périphériques, où s’entassent les immigrants, ont en moyenne 110 hommes pour 100 femmes. Quant à la taille moyenne des familles, elle est de 4,7 à 5,3 personnes dans les quartiers résidentiels bourgeois, et de 6 ou 7 personnes dans les quartiers populaires.

51Cet accroissement de population se retrouve dans les autres villes syriennes, à Alep, Homs, dans les deux grands ports, ou plus récemment dans les villes de l’Euphrate. Mais les fonctions de plus en plus complexes exercées par Damas depuis 1945 lui assurent une place de choix comme exutoire de l’exode rural qui affecte le pays.

***

52Capitale politique et administrative, siège du gouvernement, de l’assemblée du peuple, de tous les ministères et organismes administratifs et financiers essentiels, elle est le centre de décision du pays. Siège des ambassades et d’une représentation de l’O.N.U., elle joue un rôle important de capitale internationale.

53Centre de décision du pays, Damas en est naturellement le centre d’affaires. C’est là que se trouvent les firmes d’import-export, les agents d’affaires, intermédiaires indispensables entre les autorités syriennes et les sociétés étrangères qui souhaitent obtenir des contrats. Le mouvement d’hommes d’affaires s’est beaucoup accentué depuis 1973. Les difficultés du Liban et l’effacement de Beyrouth depuis 1975 ont permis aussi à Damas d’affirmer sa prééminence dans la région, bien que, du fait du peu de souplesse des structures bancaires et économiques contrôlées par l’Etat, Damas n’ait pas pu saisir pleinement l’occasion qui lui était offerte. Chaque année depuis 1954 se tient une foire-exposition internationale qui manifeste le rôle tenu par Damas en ce domaine pour la Syrie et le Proche-Orient.

54Siège de la plus ancienne, et, jusqu’en 1961, de la seule université de Syrie, Damas n’a pas le rayonnement culturel qu’elle pourrait avoir. De six facultés et 10 000 étudiants en 1960, elle est passée à 32 000 étudiants en 1970 et à 55 000 en 1977-78, répartis en onze facultés. Damas a donc formé les cadres du pays ; mais son université n’offre pas encore de possibilité de spécialisation. Dans le domaine de la recherche, au niveau des diplômes de fin d’études, l’augmentation trop rapide du nombre des étudiants a été un handicap, le nombre de professeurs étant déjà insuffisant pour faire face aux seules tâches d’enseignement. Le ministère de l’Enseignement Supérieur s’efforce actuellement de mettre en place un organisme général de la recherche scientifique.

55Les effectifs des enseignements secondaire et primaire témoignent d’une scolarisation très importante : 103 000 élèves dans le secondaire et près de 200 000 dans le primaire. Un peu plus de 7 000 élèves seulement bénéficient d’un enseignement secondaire technique : malgré une progression ces dernières années et une nette avance de Damas sur les autres villes du pays, ce secteur est encore très peu développé. Les 412 écoles primaires n’offrent pas les locaux suffisants pour le nombre d’enfants et beaucoup sont obligées de fonctionner avec deux horaires.

56Des équipements sportifs construits à l’occasion des Jeux arabes de 1976 sont venus heureusement combler une grave lacune : trois grands stades autour de la ville compensent le manque de jardins à l’intérieur de l’espace urbain, et en particulier le peu d’espace attribué aux écoles.

57Pour une ville de plus d’un million d’habitants, Damas n’offre qu’un seul centre culturel arabe, deux bibliothèques publiques, cinq salles de théâtre, une quinzaine de salles de cinéma, guère plus qu’il y a vingt ans, tout cela groupé dans un faible rayon au centre de la ville. Des projets importants sont en cours pour combler une partie de ces carences : un ensemble de plusieurs théâtres, une grande bibliothèque publique, et deux centres culturels, l’un dans le vieux Damas, l’autre dans le nouveau quartier de Mezzé.

58Malgré une ancienne faculté de médecine et la présence de nombreux spécialistes formés à l’étranger, Damas n’a pas non plus l’équipement hospitalier qui correspond à sa population et à son rôle de capitale. 1 130 médecins exercent à Damas sur les 3 100 de l’ensemble du pays - plus du tiers -, la moitié des dentistes, des pharmaciens et des infirmiers et infirmières. Les tarifs de consultations médicales varient selon les quartiers de la ville et le type de clientèle, aucun système de sécurité sociale n’existant encore en Syrie. Les six hôpitaux publics de Damas, dont un sanatorium, totalisent 1 840 lits, et 20 hôpitaux privés offrent 450 lits supplémentaires, ce qui fait un lit pour 545 habitants ; ce chiffre donne une moyenne bien supérieure à celles des autres villes et régions de Syrie, mais il est évidemment loin de répondre aux besoins. La mise en fonctionnement prochaine d’un hôpital pour enfants comblera une petite partie de ce déficit. Les maternités hébergent les patientes vingt-quatre heures seulement. L’équipement pour les urgences est particulièrement déficient. Le manque de personnel soignant est dramatique, les très bas salaires pratiqués rendant le recrutement difficile.

59La position excentrique de Damas par rapport aux autres régions utiles du pays, l’éloignement des ports et des secteurs en expansion liés au barrage de l’Euphrate, posent un problème de relations. Un réseau de voies ferrées modernes est en construction en Syrie, auquel Damas n’est pas reliée ; la voie devant joindre la capitale à Homs et Alep est encore à l’étude. L’essentiel des liaisons est donc assuré par la route ; un flot de camions amène à Damas les marchandises déchargées dans les ports de Tartous et de Lattaquié, et en temps ordinaire dans le port de Beyrouth. Une partie du trafic entre la Méditerranée et la Jordanie, l’Iraq (une route directe par le désert relie Damas à Bagdad) et les pays du Golfe, passe par Damas. Bientôt une route rapide joindra Damas à la vallée de l’Euphrate et à la Djézireh par Palmyre et Deïr ez-Zor. C’est par camions aussi qu’arrive l’hiver le ravitaillement de la ville en fruits et en légumes, en provenance de Jordanie, du Liban, ou, dans une plus faible proportion, de la côte syrienne. A l’exception de ceux qui transportent les fruits et les légumes, ces camions ne pénètrent pas dans la ville, mais surchargent le boulevard de ceinture. Une partie de l’activité des faubourgs est liée à ce trafic : fabrication et montage sur les châssis importés de caisses et de superstructures, ateliers de réparation, dépôts, sans compter l’espace réservé à la douane et à la zone franche. Autobus et taxi-services assurent le transport des passagers à partir de gares routières aménagées aux sorties de la ville. Le rôle des lignes aériennes intérieures n’est pas négligeable, surtout pour les régions éloignées de l’Euphrate ou de la Djézireh ; cinq vols par semaine relient Damas à Deïr ez-Zor. Alep, Lattaquié et Qâmichlî sont également desservies.

60Pour assumer son rôle de carrefour régional, politique, commercial et touristique, Damas s’est dotée récemment d’hôtels de luxe, accueillant délégations politiques, hommes d’affaires. Plusieurs hôtels de grande contenance et de standing moyen sont déjà ouverts ou vont s’ouvrir dans le centre rénové. En quelques années, un grand retard aura été comblé.

***

61Damas jouit d’une ancienne tradition artisanale qui fit sa renommée dès le Moyen Age et jusqu’au début du xxe siècle. On y transformait principalement les matières premières et les denrées qu’offrait la région. Le bois était abondant : la vallée du Barada et l’oasis fournissaient le peuplier pour la construction et les meubles simples, le noyer et les autres bois fruitiers pour la fabrication des coffres et des commodes. De l’oasis venaient également le lin et le chanvre, et l’on tissait aussi bien les étoffes fines dont se voilaient les bourgeoises et les paysannes que les toiles grossières utilisées pour les transports. Enfin, grâce aux fruits des jardins et aux pistaches venues du nord, Damas avait acquis une grande réputation par ses confiseries et ses pâtisseries. L’artisanat devait également répondre aux demandes des nomades et des bédouins qui échangeaient les laitages, la viande, la dépouille et la toison de leurs troupeaux contre des cordes, des tentes en feutre, des tapis, des tissus de laine, de lin ou de coton, des vêtements, ou des sandales.

62Au Moyen-Age, le travail du fer pour la production des lames avait fait la célébrité de Damas. Plus récemment, l’artisanat local produisait des outils agricoles, des engrenages de moulin et des ferronneries de maison. Damas étant située à un carrefour de voies commerciales, il était aisé de s’y procurer les produits de pays lointains. Par ailleurs, l’existence d’une bourgeoisie dotée de revenus élevés et d’un goût sûr avait donné naissance à un artisanat de luxe, brocarts où se mélaient la soie et l’or, cuivre travaillé, coffrets incrustés de nacre et d’ivoire.

63A partir du xixe siècle, l’artisanat traditionnel de Damas se heurta, sauf pendant les guerres qui fermaient les frontières, à la concurrence de la production industrielle de l’Europe. Beaucoup de métiers disparurent alors. Certains artisanats purent résister grâce aux salaires très bas et à l’absence de frais généraux ; leur production était adaptée aux goûts et aux besoins d’une clientèle populaire, provinciale ou bédouine. Ou mieux encore, ils surent répondre aux nouvelles exigences du marché local, et même gagner d’importants débouchés à l’exportation ; acquérant des machines modernes mues à l’électricité, ils purent conserver leurs locaux anciens, situés pour la plupart au centre de la vieille ville, et surent accroître leur productivité malgré les difficultés de circulation ; il s’agit avant tout d’industries textiles ou alimentaires. Les métiers les plus polluants, teintureries et tanneries, autrefois situés au bord du Barada le long de la muraille nord, ont été déplacés à la sortie est de la ville entre deux bras de la rivière. Parmi les artisanats de luxe, certains purent survivre pour répondre à la demande d’une clientèle touristique, ou même pour exporter vers les magasins spécialisés de l’Europe occidentale. L’Etat a regroupé un certain nombre de ces métiers d’art, verrerie soufflée, incrustation de cuivre, bois peints, tapis, broderies, brocarts, dans un beau « cloître » ottoman à proximité du Musée National.

64La période d’entre les deux guerres vit la construction à Damas des premières grandes usines : une conserverie, une usine de textile, et une cimenterie. Celle-ci fut installée en 1930 dans la vallée du Barada, en amont de la ville, pour répondre aux besoins du nouveau type de construction, petits immeubles en béton armé, qui remplaçaient les vieilles maisons de bois et de torchis.

65Depuis l’indépendance, et surtout depuis 1970, l’industrialisation de la région de Damas s’est accélérée, sous les formes les plus variées. Une multitude de petites entreprises, souvent de simples ateliers, réparent ou fabriquent en imitant des modèles importés, les pièces et les objets qui manquent sur le marché syrien. C’est dans ce type d’ateliers que sont adaptés aux besoins et à l’esthétique du pays les châssis ou les véhicules importés. C’est également dans des ateliers de taille modeste que sont produits la plupart des éléments utilisés dans la construction, hourdis, carrelages, huisseries d’aluminium ou de bois, ainsi que le mobilier de bureau ou de maison, ou certaines pièces d’équipement ménager. Ces petites industries prospèrent du fait de l’élévation rapide du niveau de vie et de l’accroissement de la population urbaine. Elles sont protégées par la fermeture relative du marché syrien, alors que de nouveaux marchés, notamment dans le Golfe, s’offrent à elles. Certains des objets produits, dont l’esthétique est fruste et la finition insuffisante, résisteraient mal à une concurrence libre. Un autre type d’industrie s’est développé dans le cadre de la planification d’Etat depuis 1960, et relève d’une volonté technocratique ; il s’agit de nouvelles usines textiles, de fabrication de frigidaires ou de machines à laver, de montage de postes de télévision, de câbleries, d’usines de matières plastiques, de produits pharmaceutiques, de crayons.

Carte 5 - Répartition des industries à Damas.

66L’installation de ces usines s’est faite au détriment de la campagne environnante, et les études préalables dans le domaine écologique, notamment dans celui de la préservation des ressources hydrauliques de l’oasis de Damas, furent insuffisantes. Quatre zones industrielles sont implantées de part et d’autre de grands axes de circulation ; l’une est située le long de la route de Beyrouth dans la vallée du Barada (5 000 ouvriers environ y travaillent), mais cette région étant considérée comme touristique, le déplacement de la cimenterie a été prévu vers une nouvelle zone industrielle à une trentaine de kilomètres au nord de Damas. Les trois autres zones sont situées le long de trois routes qui traversent l’oasis : celle d’Alep au nord (6 000 ouvriers), celle de Jordanie au sud, en plein développement actuellement (6 500 ouvriers), et celle de Mleha dans la Ghouta orientale (4 000 ouvriers). Une zone est en cours d’aménagement à l’est de la ville.

67Il existe d’autre part des régions d’industrialisation diffuse où la limite, autrefois si nette, entre la ville et l’oasis s’est effacée pour faire place à des zones où coexistent, dans le plus grand désordre et souvent dans un environnement très pollué, des vestiges de champs et de jardins, des maisons de terre, des tronçons de canaux, d’anciens chemins et des ateliers bâtis à la hâte en parpaings grossiers de béton. L’inorganisé l’emporte partout sur le planifié. C’est tout à la fois un signe de vie et un danger à long terme pour l’équilibre entre la ville et sa campagne.

68Le régime a toujours désiré lutter contre un suréquipement industriel de la région de Damas, d’une part pour mettre les centres industriels vitaux à l’abri d’une invasion - les lignes de cessez-le-feu passant à une cinquantaine de kilomètres de Damas – d’autre part pour ralentir l’exode rural vers la capitale. Aussi les plus grandes usines créées en Syrie depuis quinze ans ne se trouvent-elles pas à Damas qui n’en reste pas moins le premier foyer industriel de Syrie.

UN PAYSAGE URBAIN CONTRASTÉ

69La ville arabe traditionnelle forme plusieurs quartiers : la ville contenue à l’intérieur de l’enceinte d’une part, puis les quartiers qui se sont développés au cours des siècles, le quartier de Salhiyyé sur la montagne, celui de Sarouja et celui d’’Amâra au nord de la ville, et les faubourgs de l’ouest et du sud : Bâb Srijé, Qanawât, Mîdân surtout qui forme un pseudopode le long de la route de Jordanie. Partout on retrouve les ruelles étroites et fraîches, les maisons en bois et en torchis, fermées sur la rue mais ouvrant sur des cours intérieures, souvent agrémentées d’un bassin et de quelques arbres. Les terrasses en terre doivent être régulièrement roulées et entretenues. Autour de la cour sont disposées les pièces de réception, la cuisine, et les chambres fraîches pour l’été, tandis que celles de l’étage, très ensoleillées, sont agréables l’hiver. Certaines de ces maisons étaient très grandes, comportant souvent deux cours, plusieurs salons au rez-de-chaussée, une dizaine de chambres à l’étage ; les grandes familles qui les habitaient, composées de plusieurs ménages et d’une domesticité abondante, ont depuis longtemps abandonné ces demeures. Celles-ci, lorsqu’elles n’ont pas été vendues et détruites, ont été souvent divisées : partage aisé s’il y avait deux cours, mais souvent désastreux lorsqu’un mur prive la cour et la maison d’air et de soleil. Parfois encore, plusieurs familles – des immigrants de la campagne la plupart du temps – se partagent les pièces de la maison, la cour restant commune. L’abandon et la ruine menacent beaucoup de ces anciennes maisons. La disposition des quartiers, constitués d’une ramification d’impasses, en préservait l’intimité. Les portes qui les séparaient de la rue principale ont aujourd’hui disparu ; la population étant souvent nouvelle, et la densité élevée, il n’y règne peut-être plus la même solidarité qu’auparavant, mais l’atmosphère feutrée des ruelles contrastant avec les bruits domestiques des cours intérieures en font un monde très différent de celui des quartiers modernes. La division en communautés subsiste encore ; Bâb Tûmâ, au nord-est de la ville intra-muros, est toujours le quartier chrétien ; une moyenne et petite bourgeoisie y habite dans des maisons souvent agréables, groupées autour d’églises, couvents et écoles appartenant aux diverses confessions. Une longue rue commerçante la traverse jusqu’au quartier de Bâb Charqî (la porte de l’est), encore chrétien au nord de la porte, tandis qu’au sud, se regroupe ce qui reste de la communauté juive de Damas, bien diminuée depuis une quinzaine d’années. Le fonctionnariat étant interdit à ses membres, ils travaillent dans le commerce, artisanat et commerce du cuivre en particulier, ou exercent des professions libérales.

70Les autres quartiers intra-muros, Chaghour au sud, Qaïmariyyé, ‘Amâra au nord autour de la Mosquée des Omayyades, sont musulmans ; ils touchent les quartiers des souqs qui occupent tout l’ouest de la ville intra-muros. La Grande Mosquée est le point de rencontre des quartiers d’habitation et des souqs ; le souq des tourneurs de bois longe sa façade sud ; celui des bijoutiers (chrétiens), est perpendiculaire à la porte sud ; celui des babouches et des sabots occupe le coin sud-ouest ; souqs des graines, des étoffes, de la vaisselle, des tapis, s’entrecroisent en un dédale de ruelles, s’organisant autour de deux axes principaux de direction ouest-est : l’un, ancien, suit le decumanus romain, c’est la rue « droite » qui traverse toute la vieille ville de Bâb Jabiyé à Bâb Charqî ; commerçante sur toute la longueur, elle est d’abord souq du coton et de la literie, puis des tapis tissés traditionnels et des voiles ou « keffiés », des huiles, savons et graines ensuite, et devient dans sa dernière partie souq des cuivres, articles en marqueterie et antiquités. L’autre axe est celui du souq Hamidiyyé, moderne puisque percé à la fin du xixe siècle, qui aboutit à la Mosquée des Omayyades. Il offre des marchandises variées destinées à la fois à une clientèle populaire, paysanne et petite bourgeoise – chaussures, vêtements, étoffes – et à une clientèle de touristes – étoffes brodées, vêtements traditionnels, coffrets incrustés, cuivres –. Entre ces deux axes, à l’ouest, se trouve le quartier moderne au plan en damier, nommé Hariqa (l’incendie) bâti sur la partie de la ville ancienne qui fut détruite par les bombardements lors de la révolte de 1926. C’est le quartier de la bonneterie et des ateliers de tricot, du commerce des étoffes d’ameublement, du linge de maison, et du mobilier courant.

71Les autres quartiers anciens se rattachent à cet ensemble intra-muros, soit au nord - quartier de Sarouja et d’Oqeibé –, soit à l’ouest – Qanawât – ou au sud – Bâb Srijé et Mîdân – ; les maisons de Mîdân sont disposées de part et d’autre d’une longue artère commerçante où se succèdent aussi mosquées et monuments funéraires. Quartiers d’habitation où résidèrent certaines des plus grandes familles du vieux Damas, assaillis par les édifices modernes, éventrés parfois par des percées récentes, ce sont des quartiers populaires aux fortes densités, très menacés par les plans d’aménagement. Une partie de Sarouja a déjà été détruite, tandis que le quartier de souqs et d’artisans situé en contrebas de la Citadelle, au nord-ouest de l’enceinte, et abritant les selliers, les ferblantiers et travailleurs de cuivre, ainsi que le marché en gros des fruits et des légumes, doit être réaménagé.

72Sur la montagne s’étendent plusieurs quartiers d’époques différentes : le quartier historique de Salhiyyé, aux nombreux monuments anciens, se poursuit à l’est par le quartier Kurde dit « al-Akrâd », aux maisons traditionnelles, et à l’ouest par le quartier de Muhâjirîn, construit sur un plan en damier avec des maisons en ciment de trois étages. La construction de ce quartier a commencé au début du xxe siècle pour abriter des réfugiés musulmans de Crète. La mode de venir habiter ces hauteurs se développa après la première guerre mondiale et le quartier grandit.

73A l’ouest de la Citadelle, dans la partie basse le long du Barada, le bâtiment du sérail témoigne d’un début d’urbanisme moderne aux temps des Ottomans, comme le style un peu désuet de la gare du Hedjaz située sur le rive droite, en bordure du quartier de Qanawât. Le long de la rue Salhiyyé qui relie les deux éléments de la ville ancienne, quelques maisons de style turc rappellent aussi cette période ottomane où la ville commença de déborder de son cadre traditionnel. De part et d’autre de cette rue Salhiyyé, on retrouve, sur une profondeur de plusieurs rues un même type de maisons : des maisons mitoyennes et en bordure même de la rue, à un, deux ou trois étages. Très souvent le rez-de-chaussée seul est en pierre, l’étage étant construit en pisé ; le plan à cour intérieure est encore parfois utilisé. Trois quartiers se succèdent le long de cette rue : Chouhada et son prolongement au sud-ouest (Chaalan), Arnous, Jisr. Ce sont les quartiers d’extension du début du Mandat, de la période 1920-1930/35. Tous les services officiels de l’armée et de l’administration du Mandat y étaient regroupés et les familles d’officiers et de fonctionnaires français se sont installées à proximité ; ces nouveaux quartiers attirèrent une bourgeoisie locale désireuse de participer au mode de vie européen. Les prix des terrains montèrent et l’on construisit aux dépens des jardins.

74Ces quartiers, construits à proximité de la vieille ville ou entre celle-ci et Salhiyyé, à la fin de l’époque ottomane et au début du Mandat, renferment aujourd’hui encore les principaux centres d’activité de Damas. Un véritable phénomène de « cité » s’y est développé et on trouve rassemblés dans ce périmètre, outre le Parlement, les principales administrations et services ; dans des édifices que souvent rien ne distingue des immeubles d’habitation, se trouvent 15 ministères sur 21, toutes les banques, la municipalité et préfecture de Damas, la Poste, le Téléphone, tous les cinémas et les théâtres, la grande majorité des librairies et grand nombre de cabinets de médecins et d’avocats. Mais c’est avant tout le centre de relations et d’affaires. Dans le même immeuble on trouve aux étages les bureaux d’import-export et d’ingénieurs alors qu’à la hauteur de la rue, les compagnies de transport aérien et les agences de voyage ouvrent leurs portes à la clientèle. Malgré un déplacement récent à la périphérie des points de départ d’un certain nombre de taxis et d’autobus, c’est du centre ville que partent encore aujourd’hui les taxis pour ‘Amman et pour Beyrouth, et les autobus d’état pour Homs, Hama, Alep, Palmyre, Lattaquié. Ce quartier prolonge sans solution de continuité le réseau commercial des souqs ; mais les magasins y ont un autre aspect et ils s’adressent à une clientèle d’un autre niveau social. Dans la partie basse de la ville, autour de la place Merjé, les chalands sont souvent d’origine rurale ou provinciale et les boutiques qui offrent des confiseries et des pâtisseries traditionnelles, ou encore des radio-transistors et du petit matériel électrique, sont relayées sur les trottoirs par les étalages des vendeurs de cassettes enregistrées. C’est dans ce quartier que se trouvent la plupart des hôtels bon marché. Autour de la place de la Municipalité et le long de la rue Salhiyyé, on trouve le même genre de commerce, mais s’adressant à une population plus bourgeoise : le radiocassette portatif y fait place à la chaîne haute-fidélité ; l’habillement, l’ameublement et la confiserie de luxe s’y succèdent.

75Une rénovation de ce centre est en cours depuis plusieurs années : le quartier a été éventré par des percées de directions variées autour desquelles de grands immeubles modernes ont été construits ; des hôtels de luxe s’y sont installés, de même que des bureaux d’affaires à vocation internationale. La rue Salhiyyé a été doublée par une rue que l’on a surnommée Hamra, en hommage au centre commercial de Ras Beyrouth. Les immeubles y sont bas, le premier étage en encorbellement protège un passage piétonnier devant des boutiques destinées aux commerces de luxe. Mais jusqu’ici la vie économique de cette artère est entravée par le prix trop élevé des pas de porte dû à une spéculation excessive.

76Dès qu’on s’éloigne de ce centre ancien, l’aspect ordonné du réseau des rues perpendiculaires organisées autour de petites places, l’apparition d’immeubles de trois étages en retrait de la rue, entourés d’un espace de circulation ou d’un petit jardin, tout annonce qu’un plan d’urbanisme a présidé à la construction de Damas dans les dernières années du Mandat. Une étude avait été confiée au bureau Danger, et ce fut l’architecte Ecochard que l’on chargea de la réalisation. Ce qui fut construit à Damas entre 1940 et 1970 porte leur marque. A l’ouest de Salhiyyé, de part et d’autre de l’avenue al-Jalâ, les immeubles d’Abou Roummané remplacèrent d’anciens vergers ou jardins entre 1950 et 1960. C’est là, à côté de la riche bourgeoisie damascaine, que s’installèrent les premières ambassades, certains ministères et les bureaux de la présidence de la République ; une maison y fut réservée aux hôtes illustres de l’Etat.

77Les rues d’un module relativement modeste, à l’exception de quelques grandes avenues, permettent difficilement le croisement de deux véhicules, alors qu’une file de voitures est garée sur un côté. Chaque immeuble est pourvu d’un seul garage. Les jardins publics ont été prévus, mais curieusement, il n’existait dans le plan aucun centre commercial ni emplacement réservé aux boutiques ; aussi celles-ci se sont-elles installées dans les garages, dans les sous-sols ou entre les immeubles.

78A l’est de Salhiyyé, le quartier de Mazraa est organisé d’une façon similaire mais pour la petite et moyenne bourgeoisie de la ville. La progression du quartier chrétien de Qassâ‘, à l’est, s’est faite sur le même modèle autour du boulevard d’Alep. d’Alep.

79La ville administrative a progressé en direction de l’ouest, le long de la route de Beyrouth et du Barada. L’Université, le Musée National, des hôpitaux y furent construits. De grands espaces avaient été préservés pour assurer, de chaque côté de l’entrée de la ville, des jardins et des lieux de promenade ombragés. Mais le terrain de l’ancien hippodrome fut occupé par les bâtiments de la Foire Internationale ; au nord de la route de Beyrouth s’installa un complexe militaire autour du Ministère de la Défense et de l’Etat-Major. C’est sur des espaces encore préservés que furent édifiés récemment l’hôtel Méridien et l’hôtel Sheraton. Seule une petite enclave de jardins en voie de dégradation rapide témoigne encore de cette partie de Ghouta aux dépens de laquelle fut construit le quartier Malkî, nouveau quartier de résidence réservé à l’élite de la bourgeoisie et du régime, taillé dans les jardins qu’arrosaient le Yazîd et le Tora. A proximité de l’avenue Malkî, se trouvent la résidence actuelle du Président de la République et les ambassades les plus récentes.

80Ce rôle de « beau quartier » est également ambitionné par la nouvelle ville de Mezzé construite de part et d’autre de l’autoroute qui rejoint Damas à l’ancien aéroport international, aujourd’hui aérodrome militaire et qui sera bientôt déclassé et loti. Quelques grands axes de circulation permettent une desserte aisée ; des espaces verts, des centres commerciaux, des écoles et des mosquées ont été prévus sur le plan.

81Dans ces quartiers nouveaux, notamment à Mezzé, se sont implantés le campus universitaire et les cités d’étudiants, ainsi que des hôpitaux et des instituts de recherche. Par contre les magasins y sont rares, dissimulés sous les autoroutes, ou groupés autour de petites places, et l’on se rend encore au centre ville pour tous les achats importants.

82A Mezzé comme à Malkî, les ensembles d’immeubles de luxe de trois étages, assez espacés, alternent avec des zones d’immeubles beaucoup plus modestes de six à douze étages.

83Ce nouveau type d’immeubles, plus élevé, moins soigné et comportant un grand nombre d’appartements, se trouve aussi bien dans les quartiers de la bourgeoisie aisée et des ambassades, à l’ouest, que dans les quartiers d’habitat populaire du nord-est, comme celui de Berzé, ou, fait nouveau par rapport à l’urbanisme précédent, au sud de la ville, à l’est du Mîdân par exemple, où ces immeubles dominent parfois sans transition les quartiers de type traditionnel.

84Il s’agit là du second aspect de l’urbanisme planifié. La poussée démographique, l’augmentation de la circulation automobile, la hausse du coût du terrain, avaient amené l’abandon des normes trop optimistes des années 40, qui péchaient par le module trop étroit des rues, et l’absence d’espace à bâtir prévu pour les services. On passe de l’urbanisme d’une cité-jardin résidentielle, qui devait être implantée dans l’oasis sans détruire celle-ci, à celui de la capitale d’un état en pleine transformation économique. Les jardins sont complètement retournés avant d’être livrés aux maçons et au besoin, on replante des arbres dans les squares. Les nouvelles avenues sont très larges, écrasées de lumière et balayées par le vent. Une ceinture de béton enserre les dernières zones de Ghouta encore préservées dans le périmètre urbain. A l’est de la ville se trouve l’enclave la plus vaste, les jardins d’Abou Jarach qui devaient demeurer un espace agricole. Cernée par les autoroutes, dominée par des barres d’immeubles élevés, peu à peu squatterisée, son destin agricole paraît bien compromis.

***

  • 1 Actuellement le m2 de terrain à bâtir est proposé à plus de 7 400 L.S. sur Abou Roummané et à plus (...)

85Malgré son extension rapide, Damas connaît une grave crise du logement depuis les années 1960, où le nombre de personnes par ménages était en moyenne de 5,12 alors qu’il atteignait 5,61 en 1970 et 5,9 en 1976. La proportion des ménages de 7 personnes ou plus était de 37,1 en 1970. La quête des logements a rendu les mariages particulièrement difficiles dans les classes moyennes où les jeunes ménages ne peuvent payer, pour un logement de deux pièces, un loyer mensuel équivalent au salaire d’un employé. Les immeubles anciens, aux loyers fixés réglementairement, sont surpeuplés, alors que très souvent les appartements neufs, plus luxueux, sont tenus en réserve, jusqu’à ce qu’un étranger, prêt à payer un loyer mensuel de 10 à 30 L.S. par m2 soit demandeur. En 1970 il manquait déjà plus de 25 000 logements et malgré l’accélération du mouvement de la construction depuis lors, le déficit s’est accru. Cette situation est due avant tout à la rareté du terrain. Par ailleurs les matériaux de construction ont vu croître les prix de l’indice de 145 à 323 de 1970 à 1977 alors que, dans le même temps, l’indice général des prix passait de 123 à 270. L’augmentation du coût de la main- d’œuvre était également rapide. Une spéculation intense s’est donc développée et elle a atteint tout d’abord les terrains à bâtir1. Lorsqu’une loi eut obligé les propriétaires de terrains vides à construire, la spéculation s’est transférée sur les squelettes d’immeubles ou d’appartements en béton armé, les finitions étant à la charge de l’acheteur. Ces dernières années la construction coopérative a connu un grand essor ; mais des difficultés de gestion ou de fournitures entraînent des retards considérables dans la remise des logements. Toujours est-il que, alors que la plus grande partie de la ville est surpeuplée, des milliers d’appartements demeurent vides, faute de locataires.

86En dehors de tout plan d’urbanisme, de nouvelles zones urbaines sont adjointes à Damas, zones d’habitat spontané nées de constructions sauvages, cités d’urgence, ou anciens camps de toile qui se sont transformés sur place. Les maisonnettes s’accrochent en rangs serrés sur les pentes difficiles du Qassioun au dessus des quartiers anciens, ou s’étalent en grandes taches au sud et à l’est de la ville sur des terres agricoles (cités du Yarmoul et de Tabbalé). Si la fourniture d’électricité est assurée, l’eau et les égouts font souvent défaut. Construites en moëllons de ciment mal assemblés, ne comportant souvent qu’une seule pièce, ces maisons sont de conception traditionnelle : aveugles sur la rue, elles s’ouvrent sur une courette centrale.

87C’est tout naturellement sur la partie la plus vulnérable de son environnement, l’oasis, dont elle tirait autrefois sa gloire, que s’exerce le dynamisme de la ville. J. Sauvaget et J. Weulersse écrivaient en 1936 qu’il fallait « ouvrir à la vie urbaine le labyrinthe des jardins de la Ghouta ». Le problème est aujourd’hui d’empêcher l’urbanisation totale d’une grande partie de l’oasis.

UNE OASIS MENACÉE

88La révolte de 1925-1926 a marqué le paysage de la Ghouta. Les villageois de l’oasis y participèrent activement. Le dédale de chemins bordés de murs était favorable à une guerre de résistance populaire, et la vallée du Barada, avec son fouillis de végétation sauvage, offrait un abri aux fugitifs et aux révoltés, tandis que les difficultés de circulation empêchaient les troupes d’agir efficacement. Après la fin de la révolte, les autorités du Mandat ordonnèrent d’abattre les murs en boue séchée, mais l’ordre ne fut que partiellement exécuté. C’est alors également que débuta le défrichement et la mise en culture de la zone sauvage du Zor. Enfin, dans un souci de sécurité, un effort fut entrepris pour relier les principaux villages à Damas par des routes carrossables. La pénétration de l’automobile dans la campagne se fit très rapidement avec l’adoption du système des taxi-services et changea la relation du paysan avec la ville.

89Dans cette période de l’entre deux guerres, l’emprise de la bourgeoisie de Damas sur les terres de l’oasis s’accrut ; des commerçants enrichis achetèrent des terres, tandis que les opérations de cadastre permirent à certaines grandes familles de mettre la main sur des terres communes. Quelques familles de commerçants dominaient le marché en gros des fruits et des légumes, qui fut installé en 1930 dans les locaux spécialement conçus, au nord-ouest de la Citadelle, où il se trouve toujours.

90C’est à ces proprétaires aisés que l’on doit la création des beaux vergers du sud-est de la Ghouta et la progression des cultures aux limites de l’oasis, qui compensèrent la disparition de la ceinture de jardins maraîchers sur laquelle fut construite la ville moderne. Ils installèrent les premières pompes à moteur de l’oasis. L’installation de pompes se poursuivit après la deuxième guerre mondiale, comme permet de le constater la description des terres des propriétaires concernés par les lois de la réforme agraire en 1958 et en 1963.

91Dans ces années-là, un phénomène naturel est venu accélérer le processus. En effet, une sécheresse sévère frappa la région entre 1954 et 1961 et eut des conséquences importantes sur l’économie de l’oasis : le débit du Barada tomba de moitié, beaucoup de sources et de qanawât furent asséchés, de nombreux vergers et vignes succombèrent ; mais la production remonta avant même la fin de la sécheresse grâce à l’emploi de plus en plus large des pompes ; cette extension du pompage entretint de manière constante la baisse de niveau de la nappe phréatique, et amena un assèchement progressif du lac Ataïbé. Une sorte de drainage naturel du Merj s’est effectué alors, et les cultures de légumes d’été furent entreprises avec succès.

92Les années 1958 à 1968 amenèrent un profond changement dans les structures agraires de l’oasis puisque c’est alors que fut réalisée la réforme agraire. Si la Ghouta fut peu touchée par la loi de 1958 car le plafond autorisé était de 80 hectares, il n’en fut plus de même à partir de 1963 où le plafond fut fixé à 15 hectares pour la Ghouta et à 45 hectares pour le Merj. Les distributions de terres qui suivirent furent accompagnées de la création de coopératives ; celles-ci, en favorisant un accès de plus en plus large du paysan au crédit, lui permirent peu à peu de se libérer de l’emprise des commerçants.

93L’augmentation de la population de l’oasis peut être saisie à travers quelques chiffres de recensement : ainsi le relevé cadastral de 1942 donne 77 932 habitants pour la Ghouta, mais ce chiffre inclut les villages les plus proches de Damas, qui seront comptés en 1960 avec la ville. La comparaison des chiffres des recensements de 1960 et de 1970 est plus précise : en 1960, la population de l’oasis est de 120 000 habitants et celle des villages de la région de Douma et du Merj est de 70 000 habitants. En 1970, les chiffres sont 220 000 pour la première zone et 110 000 pour la deuxième. En 1970, les plus gros villages dépassent déjà 15 000 habitants, plusieurs villages de la Ghouta orientale atteignant 4 000 ou même 6 000 habitants. Plus loin de Damas, les villages demeurent plus modestes, mais partout se dessine vers 1970, une progression de l’espace bâti : le vieux village en terre, tassé sur lui-même pour occuper le moins possible de terres cultivables, s’entoure de maisons en béton, gardant le plan traditionnel à patio, qui témoignent de la montée du niveau de vie du paysan de la Ghouta.

94Depuis 1970 le destin de la première couronne de villages autour de Damas se sépare désormais de celui du reste de l’oasis. Intégrés déjà administrativement à la ville, ils sont prévus comme zones d’extension sur le plan directeur. Les villages de Mezzé, Qadam, et Berzé sont englobés dans l’agglomération. L’urbanisation a supprimé la plus grande partie des terres arables de Kafarsousse et de Jobar ; les paysans de la coopérative de Kafarsousse sont encore plus de 600 et écoulent leurs légumes sur les marchés de Damas et des banlieues ; mais que représentent-ils par rapport aux 60 000 habitants que compte maintenant le village ? Jobar a 50 000 habitants ; Qaboun, près de la zone industrielle du nord-est, 30 000. Le vieux village existe encore, mais sa destruction ne saurait tarder, et sa transformation complète en banlieue organisée, apte à la circulation automobile. La montée du prix des terrains a touché au premier chef ces villages, mais toute l’oasis connait un phénomène d’urbanisation : l’afflux de population urbaine ou d’immigrants en quête d’un logement a parfois submergé la population paysanne locale ; les villages ont brusquement débordé, les constructions illicites se sont multipliées sur les terrains agricoles, en dépit des lois d’interdiction ; l’allure des villages a changé puisque les plus importants d’entre eux ont été soumis à des plans d’aménagement ; un peu partout on voit s’ouvrir des voies larges et rectilignes à travers les vieux quartiers de maisons en torchis, et surgir des immeubles à étages. Un commerce de type urbain inconnu jusque là est apparu ; confection, lingerie, électroménager, lustres, signes d’un changement de clientèle, quant aux goûts et au mode de vie. Des activités artisanales se sont déplacées de la ville vers l’oasis : la fabrication du mobilier, la petite mécanique, les fabriques de moëllons et de carrelages, sont éparpillées dans les villages et les terres agricoles.

95Ce gonflement et cette urbanisation des villages s’accompagnent d’un mouvement de dispersion de l’habitat proprement paysan ; la vie communautaire de l’ancien village, avec ses contraintes et ses solidarités, est bouleversée par les conditions nouvelles, le changement de population, l’irrigation par pompage, et chacun essaie maintenant d’habiter près de sa terre.

96Enfin, l’extension des zones industrielles existantes et l’installation d’usines en pleine zone agricole, en dépit des réglements, ont entraîné l’abattage de milliers d’arbres en quelques années.

***

97La ville de Damas, sa population, ses industries, ont besoin d’espace et stérilisent le centre de l’oasis, repoussant l’agriculture vers le Merj. Or, une progression de l’agriculture vers l’est suppose une économie rationnelle des ressources en eau dont disposent la ville et l’oasis. Ces ressouces sont limitées et leur exploitation déjà très poussée. Damas doit-elle donc, pour se développer, sacrifier l’héritage historique que représente la Ghouta ? L’enjeu de la lutte engagée entre la ville et l’oasis pour l’eau et l’espace est en effet la survie même de l’oasis.

98La ville est alimentée en eau potable par la source de ‘Aïn al-Figé. En 1932, lorsque fut installée la canalisation, la ville consommait 20 000 m3 d’eau par jour. Cette consommation était de 60 000 m3 en 1958, et de 147 000 m3 en 1967, grâce à de nouveaux travaux effectués à ‘Aïn al-Figé ; elle est aujourd’hui de 250 000 à 275 000 m3 par jour. Les prélèvements de plus en plus importants faits à la source entraînent une baisse notable des débits d’étiage du Barada. De plus, encore dépourvue d’égout collecteur et d’usine de traitement, Damas renvoie ses eaux usées dans le canal Tora et dans le Barada tout au long de leur traversée de la ville.

99L’industrie est devenue à son tour une grande consommatrice d’eau, soit que les usines utilisent l’eau de Barada et des canaux, comme c’est le cas pour les usines situées en amont de Damas, soit qu’elles puisent l’eau dans les nappes souterraines, pour les zones industrielles d’aval. Elles rejettent leurs eaux usées dans les canaux, le plus souvent sans traitement. Dans les zones agricoles les plus proches de la ville, la pollution du réseau d’irrigation est telle que les paysans renoncent à l’utiliser et n’arrosent leurs jardins qu’avec l’eau fournie par les pompes.

100Aussi les puits sont-ils de plus en plus nombreux dans l’oasis (20 000 environ). On évalue à 200 millions de mètres cubes par an la quantité d’eau puisée dans la nappe pour les besoins de l’agriculture. Mais les autorités s’inquiètent d’une pollution possible des eaux souterraines. Le bassin de Damas étant fermé, tous les éléments polluants s’accumulent en effet dans la partie basse, vers les anciens lacs, et représentent un danger pour l’agriculture de cette région.

101L’aménagement des ressources en eau est donc la première des priorités. Le problème de l’alimentation de la ville en eau potable est en passe d’être résolu. Pour remonter le niveau de la source d’’Aïn al-Figé et augmenter le débit, un barrage souterrain a été construit sur la source même ; une nouvelle galerie la reliant à Damas et pouvant fournir un débit de 5 m3/sec. est en cours d’achèvement ; ces travaux permettront de fournir à la ville 380 000 m3 d’eau par jour ; de nouveaux réservoirs et de nouvelles conduites urbaines ont également été prévus. Un réseau d’égouts et l’implantation d’une usine de traitement sont à l’étude ; on pourrait ainsi renvoyer dans le réseau du Barada à la sortie de la ville une eau propre à l’irrigation.

102Mais pour sauver l’agriculture de l’oasis, et lui permettre aussi de se développer vers l’est pour compenser les pertes subies au centre, de nouvelles ressources doivent être trouvées. C’est pourquoi le projet déjà ancien d’un barrage-réservoir sur le Barada, au-dessus du village d’al-Hamé, à une dizaine de kilomètres en amont de la ville, est repris. Ce barrage permettrait de ne pas laisser se perdre les débits des hautes eaux d’hiver et de printemps. Ce projet va de pair avec une réfection du réseau d’irrigation traditionnelle de la Ghouta, pour limiter les pertes par infiltration et simplifier la distribution ; il implique aussi un contrôle réel des quantités d’eau puisées dans les réserves souterraines, et la fin des abus et du désordre actuels.

103En ajoutant ces diverses ressources, on espère disposer pour l’irrigation d’un volume de 500 millions de mètres cubes par an, ce qui permettrait de doubler l’étendue actuelle des terres irriguées autour de Damas. Mais la décision récente de faire passer en viaduc une autoroute sur l’emplacement prévu pour le barrage semble condamner celui-ci.

104La résolution des problèmes de l’alimentation en eau ne suffit pas pour assurer l’avenir du développement de Damas. L’extension future de la ville se heurte au problème d’un site difficile : limité d’un côté par une montagne abrupte et qui s’effrite facilement, et sur les autres côtés par l’oasis, Damas ne dispose que d’un éventail de solutions réduit. Un développement en piemont, vers le nord-est et le sud-ouest, rejette les nouveaux quartiers à plusieurs kilomètres du cœur de la ville qui s’étendrait alors sur une bande de 20 kilomètres le long de la montagne. Un développement concentrique augmenterait la masse urbaine, dévorant toujours plus de terres agricoles et rejetant l’oasis vers la steppe.

105La solution adoptée dans le plan directeur de 1968 était la première ; mais le problème des accès à la ville est difficile à résoudre. Les accès actuels seront vite saturés, car malgré certaines restrictions mises à l’importation des automobiles, la circulation est déjà difficile. Il faudrait prévoir des accès répartis tout autour de la ville, grâce à un périphérique à grand débit qui passerait à travers l’oasis et risquerait d’entraîner la stérilisation d’autres terrains agricoles.

106On s’oriente donc actuellement vers des solutions d’un autre type : la construction de zones urbanisées indépendantes de l’agglomération de Damas même, et jumelées avec les zones industrielles, se situant à l’extérieur de l’oasis (Adra au nord, Kiswa au sud) ou la création de petites villes-satellites, plus ou moins éloignées de Damas ; le projet le plus avancé concerne la ville nouvelle de Qassioun, qui sera construite à l’intérieur du massif à l’ouest de Damas et reliera les basses vallées du Barada et du Mnin, déjà en cours d’urbanisation. La topographie d’une partie de la montagne a été bouleversée par la construction de routes en balcon sur Damas et sur la vallée du Barada, et la plantation d’arbres en terrasses.

107Plusieurs projets ont dû être écartés à cause de la difficulté du ravitaille ment en eau. Les données naturelles, sol et ressources hydrauliques, restent l’obstacle principal auquel se heurte la croissance de Damas. L’absence d’un grand fleuve limitera toujours son ambition. L’électricité du barrage de l’Euphrate arrive déjà jusqu’à la région de Damas ; faudra-t-il un jour amener aussi l’eau de l’Euphrate pour alimenter la ville ?

***

108Si Damas a joué à plusieurs reprises dans l’histoire un rôle important et a même été la capitale d’un des plus grands empires qui aient existé, elle n’a jamais cessé d’être une ville moyenne. Le nombre de ses habitants, la gamme de ses activités, l’étendue de la surface construite, ont toujours respecté les données écologiques locales, celles d’une oasis de montagne au contact de la steppe. Ce qui faisait le charme de la ville, c’était l’harmonie qu’elle avait établie avec son environnement, harmonie aujourd’hui rompue, car le nombre des habitants et les activités de la ville semblent dépasser les possibilités du site. Les ressources naturelles sont sollicitées au delà du raisonnable, et le cadre agricole est très menacé. Les spécificités du type de construction urbain adaptées au climat et aux structures sociales ont été abandonnées, à la fois parce que le mode de vie occidental est en voie de supplanter le mode de vie traditionnel, et parce qu’il s’opère un renouvellement très rapide de la population ; dès lors, les signes du passé ne sont plus perçus comme les garants d’une continuité, mais comme les vestiges d’une économie arriérée et d’une structure sociale condamnée. Pour adapter la ville à la circulation automobile, il est tentant de trancher à travers un tissu urbain aussi dense et aussi fragile que celui des vieux quartiers, dont les constructions sont, de surcroît, souvent à l’abandon. Des efforts pour sauver au moins la ville intra-muros sont entrepris par les autorités syriennes - mais faudra-t-il, pour la sauver, en faire une ville musée ? - Quant à la ville moderne, la croissance de la population et la rareté des terrains ont eu raison de l’urbanisme réfléchi des années quarante et cinquante. La rupture des liens qui l’ancraient dans son passé risque de faire de Damas, si aucun remède n’y est apporté, une ville banale de béton et d’asphalte, inadaptée au climat, une ville sans références.

109Certains peuvent le regretter. Le géographe prend acte d’un phénomène, et tente de le décrire et de l’expliquer. Il ne se permet aucun jugement de valeur, mais se doit simplement de mettre en garde les urbanistes contre les conséquences désastreuses qu’entraînerait une méconnaissance des données naturelles. Il est difficile de trouver dans la population actuelle de Damas un regret pour les anciens types d’habitations et les ruelles de la vieille ville. Les matériaux modernes, tels qu’ils sont mis en œuvre par les architectes de Damas, sont moins isolants et moins plaisants à la vue que les matériaux traditionnels, mais ils sont pratiquement indégradables et nécessitent peu d’entretien. Les catastrophes que représentaient, pour la vieille ville de Damas, les incendies, les chutes trop abondantes de neige, les inondations, ne sont plus une menace pour les quartiers nouveaux. L’état sanitaire de la population, depuis la construction d’un réseau séparé pour l’eau potable et pour les égouts, est excellent. L’activité à l’intérieur des habitations comme dans l’ensemble de la ville ne connaît plus l’engourdissement qui marquait l’hiver, lorsque l’arrivée des caravanes se ralentissait et que les familles se repliaient dans une seule pièce. Aujourd’hui la saison froide est la saison active par excellence et la mode occidentale des vacances estivales commence à se répandre, malgré la tenue annuelle, au mois d’août, de la foire internationale.

110Le développement rapide de très grandes villes groupant une population drainée de régions lointaines, s’étendant grâce aux progrès des moyens de communication sur un large espace, et imposant leur domination sous toutes ses formes à un pays entier, est un phénomène mondial. Il serait ridicule de s’y opposer au nom d’un passé idéalisé, mais il est souhaitable d’aménager, de planifier cette croissance, afin d’offrir aux habitants de ces métropoles un cadre de vie pratique, rationnel et harmonieux.

Bibliographie

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

– Deux articles fondamentaux :

ELISSÉEF N., Articles « Dimashk » et « Ghüta » dans l’Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition.

On y trouvera une bibliographie importante en ce qui concerne l’histoire de Damas.

– Deux guides indispensables sur le plan archéologique :

WULZINGER K. et WATZINGER C., Damaskus, 2 vol., Berlin, 1921-1924. SAUVAGET J., Les Monuments historiques de Damas, Beyrouth, 1932.

– Un livre plus récent dans le même domaine :

RIHÂWÎ ‘abd al-qâdir, Madinat Dimašq, Damas, 1969.

– Des études publiées avant la deuxième guerre mondiale présentent le développement de Damas et de l’oasis à l’époque du Mandat Français :

THOUMIN R., Géographie Humaine de la Syrie Centrale, Tours, 1936.

SAUVAGET J. et WEULERSSE J., Damas et la Syrie sud, Paris, 1936.

– Le réseau traditionnel d’irrigation est étudié dans :

TRESSE R., « L’irrigation dans la Ghouta de Damas », Revue des Etudes Islamiques, 1929.

THOUMIN R., « Notes sur l’aménagement et la distribution des eaux à Damas et dans sa Ghouta », Bulletin d’études orientales, T. V., 1934.

– La présentation du premier plan d’Urbanisme de Damas se trouve dans :

DANGER R., « La Ville de Damas », Revue Urbanisme, 1937.

– Quelques études ont été publiées au cours des dix dernières années.

L’exposé du deuxième Plan d’Urbanisme pour la ville de Damas, dans :

ECOCHARD M. et BANSHOYA G., Plan directeur de Damas, Rapport justificatif. Damas, 1968.

– Deux études de géographie urbaine ont été consacrées à Damas par : DETTMANN K., Damaskus, Erlangen, 1969.

KHAYR S., Dimašq, Publications du Ministère de la Culture, Damas, 1970.

– Un article commente les résultats du recensement de 1960 

PROST-TOURNIER J.M., « La population de Damas », Revue Libanaise de Géographie, Hannon, vol. V, 1970.

– Deux articles récents traitent des problèmes posés par le développement rapide de Damas, et des rapports de la ville avec l’oasis :

BIANQUIS A.M., « Le problème de l’eau à Damas et dans sa Ghouta », Revue de géographie de Lyon, vol. I, 1977.

BIANQUIS A.M., « Le Marché en gros des fruits et légumes à Damas », Revue de Géographie de Lyon, vol. 3, 1978.

– Enfin, on a utilisé pour cet article une abondante documentation recueillie dans les diverses directions et les divers ministères syriens :

Bureau central des Statistiques (Recensements généraux de 1960 et de 1970, comptage de population pour Damas de 1976).

Préfecture de la Ville de Damas.

Ministère des Communications, de l’Instruction Publique, de l’Enseignement Supérieur, de la Santé.

Notes

1 Actuellement le m2 de terrain à bâtir est proposé à plus de 7 400 L.S. sur Abou Roummané et à plus de 200 L.S. dans la banlieue immédiate de Damas.

Table des illustrations

Légende Carte 4 - L’extension de Damas.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Carte 5 - Répartition des industries à Damas.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteur

Agrégée de l’Université.

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540