Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie d’aujourd’hui

 | 
André Raymond

IX - Le monde rural syrien à l’ère des réformes (1958-1978)

Françoise Métral

Texte intégral

1La politique du laisser-faire des années cinquante coïncide, en Djézireh surtout, avec l’essor rapide d’un capitalisme dans l’agriculture. Après une période de croissance entre 1950 et 1953, elle marquait vite ses limites. Le projet de développement que la B.I.R.D. déposa au printemps 1955 auprès du gouvernement syrien soulignait l’urgence des mesures à prendre. Malgré l’extension des surfaces cultivées, le bilan était négatif, l’avenir compromis. La monoculture, l’exploitation continue sans apport d’engrais suffisant, provoquaient une usure rapide des sols ; l’érosion éolienne était accélérée par la mécanisation. Les rendements allaient décroissants : en dix ans, à année de pluviosité égale, ils accusaient une baisse de 30 % (O.F.A., 1974, p. 116). Par ailleurs les terres nouvellement mises en culture en bordure de la zone aride étaient particulièrement sensibles aux aléas climatiques. La sécheresse de 1954-55 provoqua l’effondrement de la production céréalière et avec elle celle du P.N.B. et de la balance commerciale. En 1955-56, la récolte fut excellente mais ensuite les années sèches se succédèrent de 1957 à 1961. Les entrepreneurs demandèrent le soutien des banques, puis par deux fois ils firent voter au Parlement la reconduction de leurs dettes.

2L’économie nationale reposant essentiellement sur la production agricole était en plein marasme. Le capital commercial, qui s’était investi dans l’agriculture à la faveur d’une conjoncture internationale qui lui assurait de gros profits, se retirait dès la menace de crise.

3Les années répétées de sécheresse avaient décimé les troupeaux et poussaient à l’exode les populations nomades récemment sédentarisées pour qui l’élevage constituait encore un appoint indispensable à une agriculture de faible rendement.

4Autour de Salamiyyé, les puits s’assèchaient ; les régions du centre (Homs, Hama, Alep) où régnaient la grande propriété et le métayage connaissaient une agitation constante. Les relations métayers-propriétaires se dégradaient. En 1959, certains propriétaires refusèrent aux paysans les avances traditionnelles en période de sécheresse, et ceux-ci, dans l’impossibilité d’assurer les dépenses nécessaires à la culture, rejoignirent en masse les banlieues des grandes villes.

5Pour entreprendre une politique de développement, la Syrie allait s’engager dans des réformes, abandonner peu à peu le libéralisme et le laisser-faire pour un volontarisme et un dirigisme qui se raidiront au cours des dix années à venir, jusqu’à « l’ouverture » de 1973. La Syrie est un pays essentiellement agricole. En 1953, 70 % de la population totale tire encore son revenu de l’agriculture et le secteur agricole, malgré l’importance de l’autoconsommation, fournit 40 à 50 % du P.N.B. et 72 % des exportations. Elle choisit donc un mode de développement qui s’appuie sur la transformation initiale des campagnes et un rapide accroissement de la production agricole, car c’est par les transferts en provenance de l’agriculture qu’elle veut financer son industrialisation. Mais les handicaps à surmonter sont de taille : grande inégalité dans la répartition foncière, rapports de production quasi féodaux, prédominance du faire-valoir indirect, forme traditionnelle de crédit et surtout, en dehors de quelques régions priviligiées, très faible niveau de développement des forces productives. La réforme agraire est d’une nécessité impérative, mais elle sera difficile à conduire ; il faut non seulement transformer les structures mais aussi produire, nécessités dans un premier temps sinon concurrentielles, du moins contradictoires.

I. LES RÉFORMES AGRAIRES

6Dès 1955, le rapport de la B.I.R.D. énonce clairement les objectifs de la Réforme agraire : rendre la terre à ceux qui la cultivent ; élargir et renforcer la couche des petits propriétaires au détriment des latifundiaires absentéistes ; améliorer et stabiliser la position des métayers pour les intéresser au progrès de leur exploitation ; donner aux uns et aux autres les moyens de se moderniser par de nouvelles formes de crédit agricole ; enfin, mettre un frein à l’exode rural.

7La réalisation de ces objectifs impliquait que soient modifiés les rapports de classe au sein de l’Etat, que l’aristocratie foncière et son alliée, la haute bourgeoisie marchande, y perdent leur position hégémonique. Plus de dix années furent nécessaires pour la mise en place de la Réforme. Les mesures s’échelonnèrent au gré des changements de régime et des avatars de la politique. Lancée par le Président Nasser en 1958, sous l’Union syro-égyptienne, après une pause en 1961- 62, la Réforme agraire fut reprise et radicalisée en 1963. Elle ne connut une application systématique qu’à partir de 1965 lorsque, avec l’arrivée au pouvoir de l’aile gauche du Ba’th, la Syrie eut choisi ouvertement la voie socialiste. Engageant alors la lutte contre la grande propriété et le capital commercial, le Ba’th bloque le développement capitaliste de l’agriculture. Dans son « Programme - Etapes du Pouvoir » en 1965, il fixe à la Réforme agraire de nouveaux objectifs, politiques cette fois : priver les grandes familles de la base économique de leur pouvoir, les couper de leur soutien politique dans les campagnes en détruisant les relations de clientèle, créer une classe de « paysans socialistes modernes » avec laquelle le régime renforcé conduira sa « révolution agricole ».

8Mais les délais d’application - une certaine lenteur peut-être – conjugués aux effets désastreux de conditions climatiques particulièrement défavorables accentuèrent les déséquilibres liés aux changements de structures. La production baissait, il fallait rétablir la situation. Si de 1958 à 1970 l’Etat avait principalement porté ses efforts sur le foncier et les paysans, après cette date il va privilégier l’organisation de la production, en lançant les plans de production agricole, en insistant sur les transformations techniques.

9Parallèlement, il a toujours poursuivi une politique de grands travaux et de projets d’irrigation.

1. Le partage du sol

10Pendant l’été 1958, une série de décrets fixent la nouvelle répartition foncière. La propriété est limitée à 300 ha (80 ha pour les terres irriguées) ; on accorde en plus pour la famille 160 ha (40 ha de terres irriguées). Au delà de ces plafonds, les terres sont expropriées pour être redistribuées par lots de 30 ha (ou 8 ha de terres irriguées). L’Etat indemnise les grands propriétaires en 40 ans, sur la base d’une somme égale à 10 fois le loyer annuel de la terre, augmenté d’un intérêt de 15 % par an. Dans le même délai, le paysan bénéficiaire rembourse cette somme à l’Etat. La loi est applicable pendant cinq ans. Les paysans bénéficiaires sont regroupés en coopératives (décret de juillet 1958).

  • 1 Cf. chap. I (SANLAVILLE) et chap. VIII (HANNOYER, par. 1).

11Inspirée par la Réforme agraire égyptienne de 1952, cette première tentative était à la fois timide et mal adaptée à la diversité régionale1 de l’agriculture syrienne. Elle ménageait les grands propriétaires sans avantager vraiment les petits paysans obligés de racheter leur terre.

12En ne retenant que la distinction entre terres irriguées et terres non irriguées, elle ne rendait pas compte de la variété du climat, du relief, de la qualité des sols qui différencient plaine côtière, montagnes, plaines de l’intérieur, steppe de l’Est... D’autre part, la terre redistribuée restait marchandise, on pouvait la racheter, la revendre ou la louer. Toutefois cette loi, selon l’enquête de 1959, touchait 3 240 grands propriétaires pour une superficie expropriable de 1 221 000 ha, dont 48 300 ha irrigués.

13L’application de la loi fut difficile, freinée par la lourdeur des procédures, par l’absence de cadastre sur l’Euphrate et en Djézireh, principales régions de grands propriétés, et par une cruelle pénurie de cadres malgré le recours à des fonctionnaires égyptiens. « L’aristocratie foncière » restait très puissante. Ecartée du pouvoir en 1958, elle y revint en novembre 1961, à la fin de l’Union et la réforme fut interrompue. Les terres confisquées restèrent enregistrées au nom de leurs propriétaires, celles qui avaient été saisies leur furent louées. Les redistributions cessèrent.

14Le gouvernement Dawâlibî relance la réforme en 1962. Le paysan bénéficiaire est dispensé du rachat de la terre. Il doit cependant verser le quart de son prix en vingt ans à la coopérative agricole dont il fait partie. L’Etat, lui indemnise en dix annuités. En mars 1963, 803 400 ha, dont 8 850 ha irrigués ont été saisis, 150 000 ha seulement redistribués (A. Mourad).

15En juin 1963, le nouveau régime ba‘thiste promulgue une deuxième loi de la réforme agraire. Elle abaisse les limites de la grande propriété et prend en compte les diversités régionales. Les plafonds varient selon les zones pluviométriques de 80 à 300 ha et de 15 à 55 ha pour les terres irriguées. Mais pour éviter de tomber sous le coup de cette loi plus rigoureuse, les grandes familles partagent leur patrimoine jusque là indivis, et une large partie de la propriété privée échappe ainsi à la Réforme. Aussi, la superficie expropriable ne s’élève-t-elle plus qu’à 1 400 000 ha, soit un quart des terres cultivées. En outre, profitant de la possibilité qui lui est accordée de choisir les parcelles qu’il conserve, le grand propriétaire cède celles de moindre qualité, les plus isolées, les plus difficiles à remembrer. En octobre 1966, 1 200 000 ha ont été saisis, 470 000 ha seulement redistribués. Les terres non redistribuées étaient louées par l’Etat, certaines restaient aux mains de leurs anciens propriétaires, d’autres n’étaient plus cultivées. De toute façon, leur statut provisoire décourageait tout investissement. D’autre part, les terres redistribuées étaient parfois louées par leur bénéficiaire (muntafi‘) en raison de difficultés de crédit à des moyens propriétaires possédant le capital d’exploitation qui leur permettait de profiter au mieux de la Réforme agraire.

16On entre dans une nouvelle phase avec l’arrivée au pouvoir de l’aile gauche du Ba’th qui accélère la redistribution. La loi du 3.XII.1966 allège les procèdures et les décentralise. Les cadres du parti et les délégués de l’Union des paysans participent à des comités locaux chargés de mener l’enquête sur les demandeurs de terre. Un ordre de priorité est établi : métayers, ouvriers agricoles, diplômés d’écoles d’agriculture et candidats du village, puis de la région. L’inventaire des biens et des revenus, le nombre de personnes à charge permettent de choisir les plus démunis.

17La loi fait obligation aux bénéficiaires de se grouper en coopérative et de cultiver eux-mêmes leur lot sous peine d’en être dépossédés.

18Les redistributions s’arrêtent pratiquement en 1970. Au total, sur 1 500 000 ha expropriés (dont 68 000 irrigués), 466 000 ha sont redistribués à des particuliers, 254 000 à des coopératives ou confiés à des ministères ; 330 000 ha sont exclus du territoire agricole utile pour des besoins divers, et 350 000 ha, dont l’essentiel se situe en Djézireh, sont en attente (Statistical Abstract, 1977). L’Etat a en outre attribué les terres domaniales bonifiées du Ghâb, d’Acharneh et du Rouj (cf. ci-dessous), ce qui porte à environ 800 000 ha le total des terres redistribuées. En 1970, sur les 110 000 familles candidates - bénéficiaires aux distributions – 52 500 familles avaient été pourvues en terre (B. Khader).

19La réforme a réduit la grande propriété sans toutefois atteindre un bon équilibre dans le partage du sol. Elle n’a pu notamment remédier aux inégalités régionales. Les terres libérées sur la très grande propriété étaient concentrées dans des zones peu peuplées (Djézireh), elles étaient par contre très rares dans des régions de forte densité paysanne où dominait la petite propriété (Haurân, Djebel Druze). C’est dans les plaines du centre et de l’Ouest, c’est-à-dire dans les zones de grandes propriétés de type féodal où régnait le métayage sur de petites exploitations, que son effet fut le plus sensible.

2. Métayage, salariat et syndicalisme paysans

20La lutte contre les grands propriétaires fonciers et leur pouvoir quasi discrétionnaire ne se limita pas à la législation foncière. La transformation des rapports sociaux à la campagne passait par la transformation des « relations agricoles » et l’organisation des paysans. La législation subit une évolution parallèle à celle de la législation foncière. L’expulsion du métayer avait été interdite en 1957 ; la loi du 4.IX.58, amendée en 1963, établit la permanence des contrats agricoles, renouvelés d’office. Le propriétaire ne pouvait reprendre sa terre que pour la cultiver lui-même ; dans ce cas, il devait réserver au métayer une superficie minimum pour sa famille et lui verser dix années d’indemnités de licenciement.

21La loi fixait la part respective des parties contractantes et augmentait sensiblement celle du métayer : la part du propriétaire fournissant la terre était limitée à 20 ou 25 % de la récolte, celle du métayer apportant son travail variait de 75 ou 80 % dans le cas de cultures sèches (céréales), à 40 % (coton) et 50 % (légumes) pour les cultures irriguées ; le pourcentage restant dans ce cas rétribuait l’apport de l’eau. La participation de chacune des parties aux frais d’exploitation était également précisée pour chaque type de culture. Par exemple, dans le cas, fréquent sur l’Euphrate, d’un contrat tripartite pour la culture du coton : – 20 % de la production va au propriétaire de la terre, – 20 % au muzârí propriétaire de la pompe qui fournit l’eau pour l’irrigation et prend à sa charge les semences, le tracteur pour le labour, 60 % des frais de main-d’œuvre pour la récolte et 60°% des engrais, – 40 % au fellâh qui cultive le champ avec sa famille et a à sa charge 40 % de la main-d’œuvre extérieure, embauché pour la récolte, et 40°% des engrais.

22Les lois de 1958 et 1963 se préoccupaient également du sort des ouvriers agricoles sans toutefois régler leur problème ; elles leur garantissaient un salaire minimum, fixaient la durée maximale de la journée de travail à 9 heures et leur accordaient des indemnités de licenciement.

23Cependant le contrat agricole n’était pas un document suffisant pour garantir les prêts auprès de la Banque d’Agriculture. Les propriétaires gardaient donc en leurs mains un atout maître, le crédit. Ils en usèrent et en abusèrent tant que le rapport des forces fut en leur faveur.

24La loi sur les relations agricoles n’eut de véritable efficacité qu’après 1964, c’est-à-dire à partir du moment où le régime frappa les grands propriétaires citadins également dans leurs biens commerciaux et industriels par les nationalisations et assura au paysan le soutien du Parti et d’une organisation syndicale de classe, l’Union des Paysans.

25Créé en 1964, ce syndicat, qui réunissait petits propriétaires, bénéficiaires de la Réforme Agraire, métayers, ouvriers agricoles, fut l’instrument qui permit l’application des nouvelles lois agraires. Nous avons vu que ses délégués participèrent aux comités locaux d’enquête sur les bénéficiaires. Habilité à intervenir dans les conflits métayers-propriétaires, le syndicat encouragea le métayer à faire valoir ses droits ; désormais le propriétaire n’eut plus en face de lui un paysan isolé perdu devant le labyrinthe de la procédure juridique mais une organisation syndicale forte de l’appui du Parti. De son efficacité à régler les conflits au bénéfice des paysans dépendit, sur le plan local, son prestige et son pouvoir de persuasion.

26Instrument d’information et de mobilisation, le syndicat fut ainsi un élément dans la politique d’intégration du paysan à l’Etat. En 1969, un décret dota tous les villages de plus de 400 habitants d’une association et réunit celles-ci, à l’image du Parti, dans une structure fédérative qui, du village à la région (mantaqa), puis au muhâfaza, aboutissait à « l’Union nationale des paysans ». Par le biais de cette structure, les paysans furent représentés au sein de l’appareil d’Etat ; leurs délégués siègent aujourd’hui dans les commissions où s’élabore le Plan de production agricole.

27Même si certains de ses cadres en usèrent comme moyen d’ascension sociale, l’organisation syndicale fut un élément important de la transformation de l’état d’esprit des campagnes pour toute une génération qui n’avait pas eu accès à l’école.

28Son succès fut réel : en 1969, l’Union des paysans comptait déjà 1 500 associations et 80 000 adhérents. En 1972, le nombre des adhérents atteignait 213 000, soit 40 % de la population active rurale. Le régime s’était acquis une base dans les campagnes. Il y avait eu conjonction entre l’intérêt du Parti et celui des paysans, métayers ou petits propriétaires, à l’application de la Réforme agraire.

29Pour la première fois depuis longtemps dans l’histoire de la Syrie, les paysans étaient valorisés, choyés par le Pouvoir dont les rapprochait l’origine sociale ou géographique des dirigeants.

30La réforme agraire et la distribution des terres domaniales avaient élargi la base rurale du régime, multiplié les petits propriétaires. Pour que cette base émiettée pût constituer une force réelle dans le développement agricole et national il fallait l’encadrer, la doter d’une structure. L’organisation syndicale, après avoir été l’instrument d’exécution de la Réforme, fournit le cadre politique de cette mobilisation, les coopératives agricoles le cadre technique et économique. Le décret du 21.IV.1974 opéra la fusion des deux organisations, traduisant une nouvelle orientation.

31Au lendemain de la guerre de 1973, au sein de l’appareil d’Etat comme dans le monde paysan, le temps de l’enthousiasme idéologique pour le socialisme fit place à celui du réalisme productiviste ; la Réforme agraire était achevée, l’énergie des paysans devait être canalisée vers la production.

3. Les Coopératives agricoles de service

32Le regroupement coopératif des petits propriétaires et des bénéficiaires de la Réforme avait été prévu dans la loi de 1958 pour pallier les inconvénients de la parcellisation et diffuser auprès des petits exploitants conseils techniques et moyens nécessaires à une modernisation de la production. Depuis 1963, l’adhésion était obligatoire pour tous les bénéficiaires. Elle leur permettait d’obtenir des prêts auprès de la Banque d’Agriculture.

33Des coopératives agricoles privées existaient déjà depuis 1950 (cf. Hannoyer) dans quelques gros villages à l’initiative de groupes de paysans. Deïr ‘Atiyé, Sabqa en sont des exemples connus. La loi de 1958 créa une organisation parallèle : « les coopératives de la Réforme agraire ». Mais les paysans, mal préparés, s’engagèrent souvent sans enthousiasme dans un mouvement dont la conception était étrangère à leurs traditions. Mises en route dans un contexte peu favorable, celui des années de sécheresse de 1958-1961, les premières coopératives furent souvent un échec (D. Warriner) : l’Etat ne put faire face à la demande massive de crédit et en 1962 nombre de coopératives se trouvèrent en faillite. Les avatars de la Réforme agraire, le retard dans la distribution des terres, ralentirent le mouvement qui ne prit de l’ampleur qu’après 1965 et surtout à partir de 1969. En 1970, sur 1 017 coopératives, 449 appartenaient à la Réforme agraire et 568 au secteur privé. En 1972, les deux types de coopératives furent réunis sous la direction du Ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire. Les deux ministères initialement distincts avaient fusionné en 1967. En 1974 enfin, le décret n° 21 opéra à son tour, comme nous l’avons vu, la fusion des associations paysannes – organisations à caractère politique et syndical – et des coopératives agricoles – organisations essentiellement économiques – en une seule organisation multifonctionnelle qui reprit la structure fédérative de l’Union nationale des Paysans.

34Avant la fusion en 1973, il y avait 1 725 coopératives et 134 500 membres ; en 1977, 3 432 coopératives regroupaient 267 200 membres, petits propriétaires ou métayers (les ouvriers agricoles permanents participent plutôt à des syndicats ouvriers).

35Ces coopératives sont des coopératives de « services » et non de production ; elles servent d’intermédiaire entre les petits paysans exploitant individuellement, et les organismes publics situés en amont et en aval du producteur (Office des céréales, Office du coton, Raffinerie de sucre, Banque de l’Agriculture, etc.). Elles sont le lieu où sont enregistrées, comptabilisées et regroupées d’une part, les demandes de crédit, les commandes de semences, engrais, insecticides ou autres produits nécessaires à la production, d’autre part, les quantités produites (blé, coton, betteraves) dont elles organisent la commercialisation.

36Tous les paiements passent par la Banque de l’Agriculture, auprès de laquelle les membres de la coopérative sont solidairement responsables. La Banque accorde des prêts de campagne, en nature pour les semences, engrais, insecticides, et, dans une proportion moindre, en espèces pour les frais de la récolte ; elle se rembourse directement en prélevant le montant des prêts, augmenté de 4 °o d’intérêts, sur le paiement des récoltes. La coopérative prélèvera à son tour 1 % sur les transactions effectuées par son intermédiaire.

37Depuis 1970, toutes les opérations enregistrées par la coopérative se rapportent au « Plan de production agricole » qu’elle a pour fonction de répartir entre ses membres et de faire exécuter.

38Un fonctionnaire du ministère de l’Agriculture est nommé comme directeur- superviseur auprès de chaque coopérative, il est assisté d’un comptable appointé par la coopérative. Un président et un conseil d’administration de 5 à 9 membres sont élus tous les quatre ans, par l’assemblée générale des adhérents. Mais le caractère bureaucratique de la gestion, qui se résume à des opérations comptables, n’a guère incité les paysans, pour la plupart illettrés, à s’y intéresser. Impulsées de l’extérieur, gérées par des fonctionnaires sur des normes imposées par l’Etat, les coopératives n’ont pas entraîné un dynamisme interne qui permette à des initiatives coopératives autres que celles imposées par le Plan de se développer. Il est par exemple très rare que les légumes ou autres cultures complémentaires soient commercialisés par son intermédiaire.

39Les coopératives peuvent obtenir des prêts à moyen terme pour l’achat de matériel agricole mais le matériel est souvent mal entretenu et en général insuffisant pour assurer les besoins des membres en période de pointe.

40Si les coopératives sont arrivées à libérer en grande partie le paysan de l’endettement et des relations de dépendance qui le liaient aux usuriers et aux marchands, si elles lui permettent de bénéficier de conseils techniques diffusés par le Ministère de l’Agriculture, elles fonctionnent aujourd’hui essentiellement comme un rouage de la planification agricole et de ce fait comme un instrument de contrôle autant que de soutien du paysan.

41Les avantages et le soutien qu’apporte l’Etat aux coopératives ne sont peut- être pas suffisants pour que le bénéfice qu’en retirent leurs membres puisse compenser le poids des contraintes et les risques d’une gestion pas toujours rigoureuse. En effet, la Banque d’Agriculture accorde ses prêts au prorata des surfaces cultivées et les propriétaires privés indépendants en bénéficient aux mêmes conditions (taux de 5 %) que les membres des coopératives, sans avoir à assumer les mêmes contraintes. 75 % des terres cultivées n’étant pas en coopératives, c’est majoritairement pour le secteur privé que fonctionne le crédit de la Banque d’Agriculture. C’est peut-être là un facteur de la désaffection que l’on constate actuellement à l’égard des coopératives.

42La prospérité et le savoir-faire administratif des paysans étant aujourd’hui plus grands, les paysans préfèrent souvent une association libre entre parents ou voisins pour des objectifs limités, l’achat d’une machine agricole ou le financement d’une campagne de culture par exemple.

43Le recours aux services offerts par la coopérative représente une sécurité pour le petit exploitant mais elle ne joue pas un rôle moteur pour l’agriculture. En période faste, le paysan aura tendance à s’en détacher, et à déployer au dehors son esprit d’entreprise.

4. L’organisation de la production. La planification agricole

44Dix ans de réformes avaient profondément bouleversé l’économie. Dans l’agriculture, plus encore que dans les autres branches, les productions accusaient une baisse sensible. Les nouvelles structures étaient en place, mais l’appareil de planification qui devait leur donner une certaine efficacité était largement inadéquat. Pour orienter et coordonner les productions des différentes branches de l’économie, et notamment transformer le secteur public résultant de la Réforme agraire et des nationalisations en un secteur moderne et productif, qui puisse jouer le rôle de pilote qui lui était imparti, un changement de méthode, un développement des outils de planification (statisitiques, recherches) et de l’appareil étaient nécessaires. Cette réorganisation fut décidée en 1968 et prit effet avec le IIIe Plan quinquennal en 1970. La planification ne se limitait plus à un simple budget de développement, à un programme d’investissements ; elle s’étendait à la production, à la consommation et au commerce extérieur ; l’Etat, en l’occurrence le Ministère du Plan, prenait en main la direction de l’économie. Pour l’agriculture cela signifie qu’un certain nombre de denrées de base : blé, orge, betterave à sucre, etc., sont soumis au Plan de production agricole. Le Plan fixe pour chacun d’entre eux : le pourcentage des superficies cultivées qui leur sont consacrées, le rendement et le volume de la production, les quantités de semences, d’engrais, d’insecticides nécessaires, et par suite le montant des crédits à court terme correspondants. Cela signifie également que le prix des principaux produits est fixé par l’Etat qui réorganise l’approvisionnement et la commercialisation par l’intermédiaire des Offices qui en ont le monopole. Ce plan de production agricole est établi en fonction des objectifs généraux de l’économie nationale et donc en liaison avec l’orientation du commerce extérieur, de l’industrie et de la consommation.

45Ainsi l’agriculture fait-elle l’objet d’un dirigisme très prononcé. L’Etat intervient directement sur la production du secteur public (coopératives de la Réforme agraire et fermes de l’Etat) qui couvre 23 % des terres cultivées ; il contrôle aussi indirectement le secteur privé. L’agriculteur, dans la mesure où sa production n’est plus centrée sur l’autoconsommation ou l’agriculture vivrière de marché, doit passer à un moment ou un autre par les circuits officiels, soit pour son approvisionnement, l’écoulement de sa production ou encore l’achat de matériel agricole, soit surtout pour le crédit, verrou du système. Sa liberté relative dépendra de son autonomie financière.

46Le système malgré sa lourdeur garde une certaine souplesse. Il n’exclut pas l’existence d’un marché libre (ou « noir » selon les cas) et la possibilité pour l’agriculteur d’orienter une partie de sa production vers des produits non contrôlés, fruits et légumes par exemple. En effet, le plan de production comprend cultures d’été, cultures d’hiver, coton et blé par exemple ; il suppose une rotation et une répartition des cultures principales, des quotas maximum et minimum pour chacune d’entre elles, mais il laisse en général le choix des cultures dérobées complémentaires, souvent très rémunératrices. Pour celles-ci, l’achat ou la vente sur le marché parallèle est toujours possible. Cependant les prix du marché libre ne sont pas nécessairement avantageux pour le producteur ; ils oscillent tantôt au- dessus, tantôt en deçà du prix proposé par l’Etat en début de saison.

47La fixation des prix des denrées de base assure aux petits producteurs des coopératives un minimum ; elle leur permet d’échapper aux marchands mais ne leur accorde aucun privilège particulier ; elle les met dans la dépendance de l’Etat qui règle les marges bénéficiaires. Nous l’avons vu à propos du crédit agricole, le système joue de la même manière pour tous. Le degré d’autonomie qu’il concède est bénéfique pour l’économie ; il laisse se développer les initiatives, constitue un facteur certain de dynamisme, donne une souplesse à l’adaptation de la production aux besoins du marché.

48Cependant les principaux bénéficiaires du jeu entre marché contrôlé et marché libre sont les moyens et gros exploitants.

II. EXTENSION DE L’IRRIGATION : MICROSYSTÈMES ET GRANDS PROJETS

49En Syrie, l’irrigation est aussi vieille que l’agriculture. Aujourd’hui encore, des communautés hydrauliques dans les vallées du Barada, de Yabroud, ou les oasis (Ghouta de Damas) mettent en valeur, selon des droits coutumiers très anciens, des périmètres irrigués de modestes dimensions (cf. J. Hannoyer, et A.M. Bianquis).

50L’extension des zones d’irrigation est la clef du développement agricole de la Syrie. D’elle dépend dans une grande mesure l’intensification des cultures, leur diversification, l’accroissement des rendements : les rendements en coton sont trois fois supérieurs sur les terres irriguées. L’irrigation peut stabiliser des productions qui autrement, pour le blé par exemple, varient de un à cinq suivant les années (de 3 quintaux à 15 qx/ha sur les terres sèches de l’Est). Dirigeants politiques, petits et gros exploitants en ont fait l’expérience pendant les sinistres années de sécheresse. Plus que jamais, l’eau devenait synonyme de survie ou de fortune, creusait les écarts entre régions, entre les propriétaires équipés et les autres.

51Les vingt dernières années vont voir la multiplication des microsystèmes d’irrigation alimentés par motopompes et la réalisation de grands projets hydrauliques, esquissés pendant la période du Mandat.

1. La motopompe et les micro-systèmes individuels

  • 2 Qanât (foqqara) : canalisation souterraine percée de regards ; chadouf : puits à balancier ; noria  (...)

52La transformation des techniques d’élévation grâce à la motopompe a entraîné un développement de l’irrigation par initiatives individuelles. Nous avons vu les micro-systèmes se multiplier à partir de la deuxième guerre mondiale et surtout des années 1950 (cf. J. Hannoyer). Dans le Khâbûr, sur les bords de l’Euphrate ou de l’Oronte mais aussi dans la vallée de T’’Afrin, un peu partout dans les fonds de vallées, dans les cuvettes de la Ghouta ou de Salamiyyé, le pompage à partir de rivières ou de puits gagne de nouvelles terres et permet l’essor de la culture du coton. 250 000 ha étaient irrigués par pompe en 1954. Le seul caza de Salamiyyé comptait alors 2 000 pompes sur puits alimentant 6 000 ha. Dans les zones d’irrigation ancienne, la motopompe se substitue peu à peu aux techniques traditionnelles ; quanat2 de Salamiyyé, chadouf (2) de l’Euphrate ou norias (2) de l’Oronte sont aujourd’hui des curiosités archéologiques ou touristiques...

Carte 3 - Les principaux secteurs d’irrigation.

  • 3 Les eaux souterraines alimentent aujourd’hui 40 % des superficies irriguées en Syrie ( = 226 000 ha (...)

53Après une régression importante entre 1959 et 1965, les surfaces irriguées par pompage retrouvent le niveau des années 1955 et connaissent une progression constante au cours des dix dernières années ; elles passent de 255 000 ha en 1967 à 431 000 ha en 1976 et couvrent aujourd’hui les 4/5 des terres irriguées de Syrie (546 000 ha au total). Pendant cette période, le nombre des grosses pompes (plus de 10 inches) reste sensiblement le même, mais celui des petites pompes (moins de 10 inches) passe de 25 000 à 38 000, témoignant de la formation d’un capital rural. Moyens et parfois petits exploitants s’équipent grâce au mécanisme de l’association. Une telle prolifération d’initiatives individuelles est difficilement contrôlable et n’est pas toujours sans danger pour la conservation des sols ou des nappes souterraines souvent surexploitées3. Les nappes de la cuvette de Sala-miyyé, celle de la Ghouta baissent de manière inquiétante et sont mises en péril par la pollution ou la salinisation progressive (cf. A.M. Bianquis). Dans certaines régions, le problème va être désormais d’essayer d’enrayer une régression plutôt que d’étendre les terres irriguées. Depuis 1968, dans la Basse vallée de l’Euphrate la salinité gagne 10 % des terres par an ; insuffisance de drainage ou nature des sols ? Les études menées dans le cadre du projet d’aménagement du Bassin de l’Euphrate le diront. L’impératif majeur est, là, d’installer un système de drainage efficace et de stopper la salinisation. Des choix seront nécessaires : maintenir les micro-systèmes et leur autonomie de gestion, tout en les intégrant dans un aménagement d’ensemble visant à résoudre le problème ? Ou leur substituer un macro-système géré par un organisme d’Etat, comme cela s’est produit dans la plaine d’Acharneh ? La question est fortement débattue... et se pose pour d’autres régions, T’’Afrin par exemple.

  • 4 En 1976, 205 000 ha étaient irrigués par pompage sur rivières ou fleuves
    226 000 ha par pompage sur (...)

54De toute façon, l’extension de l’irrigation par système de pompage individuel et branchement direct sur fleuve ou puits4 semble avoir atteint un point limite en l’absence d’intervention de l’Etat et d’aménagement hydraulique. Le rapport entre installations privées et zones de projets gouvernementaux risque de s’inverser dans l’avenir.

2. Les projets gouvernementaux

55En 1954, seulement 10 % des terres irriguées (48 000 ha) l’étaient à la suite de projets gouvernementaux.

56Des projets mineurs, Homs-Hama sur l’Oronte (22 000 ha), Mzerib sur le Yarmouk (2 500 ha auxquels s’ajoutèrent par la suite 4 600 ha), sur le Kouaïk au Sud d’Alep (15 000 ha), sur le Khâbûr (Tel Maghas 8 500 ha) existaient déjà ou étaient en cours d’achèvement. La construction de petits barrages a permis depuis l’aménagement de périmètres modestes : sur le Sinn 5 000 ha, le Nahr al-Kabîr 4 000 ha. La zone irriguée du Khâbûr a été étendue et 4 000 ha de marais ont été asséchés dans le Rouj. Le 4e plan quinquennal (1976-80) prévoit une série de nouveaux barrages sur T’’Afrin, le Nahr al-Abrach, le Jannoubi, le Nahr al-‘Arûs dans le Rouj.

57L’essentiel des efforts et des investissements depuis une vingtaine d’années se sont pourtant concentrés sur deux grands projets que nous étudierons plus longuement : un projet déjà ancien, celui du Ghâb sur l’Oronte dont le réseau fonctionne depuis 1967 ; un projet aux objectifs grandioses, mais qui n’en est encore qu’à un début d’exécution, celui du Bassin de l’Euphrate. Nous nous arrêterons particulièrement sur le projet du Ghâb, car on y voit se conjuguer depuis vingt ans les différents modes d’intervention de l’Etat sur le monde rural et prendre forme une nouvelle « société hydraulique ». Le développement rapide de cette région illustre pleinement la capacité d’adaptation et les ressources des paysans syriens.

a) Le projet du Ghâb

58Il nous amène à ajouter une nouvelle zone dans la typologie qui rend compte de la diversité de la campagne syrienne : celui d’une région constituée par un périmètre irrigué de grande dimension, résultat d’une politique d’aménagement concerté, comprenant grands travaux et mise en valeur de terres jusque là incultes, paysage volontaire, géométrique, ouvert ; espace organisé où des populations anciennes et nouvelles, fortement encadrées, sont soumises aux contraintes uniformes de l’irrigation et une planification rigide qui leur assurent par ailleurs une certaine prospérité.

59La plaine du Ghâb, traversée par l’Oronte au Nord-Est de Hama, est située entre le Djebel Alaouite et le Jabal Zâwiyé. Région de terres basses autrefois fertile, elle fut au cours des siècles envahie par les marais. Insalubre, coupée du monde, elle était devenue un refuge pour des populations minoritaires ou marginales qui, groupées sur les buttes émergées au milieu des roselières, pêchaient le silure et élevaient des buffles. Zone de transition entre la montagne méditerranéenne et les plateaux de l’intérieur, elle reçoit les eaux de pluie relativement abondantes (500 à 700 mm par an) et celles de nombreuses sources pérennes de piedmont. En hiver, les crues du fleuve retenues par le seuil basaltique de Qarqûr ajoutaient à l’inondation qui couvrait alors le Ghâb et la partie basse de la plaine d’Acharneh en amont. Cette dernière était devenue le domaine des grands propriétaires hamiotes qui, dans les années 1950, installèrent des stations de pompage sur l’Oronte pour la culture irriguée du coton. Ils irriguaient ainsi 20 000 ha en 1954. Dès 1955, la Syrie relance un projet d’amènagement conçu sous le Mandat et réétudié par la Société hollandaise NEDECO. Les réalisations s’échelonnent sur plus de vingt ans et comprennent des travaux hydrauliques qui vont permettre : l’assèchement des marais et la création de périmètres irrigués ; le défrichement et la bonification des terres avec partage du sol et organisation des cultures ; et enfin la mise en place d’une infrastructure technique, administrative et culturelle visant à un « développement intégré » de la région qui avait connu un afflux de population important.

60L’aire du projet englobe les deux plaines d’Acharneh et du Ghâb et les quelques villages de piedmonts établis en bordure de la dépression, soit 134 000 ha. Les terres cultivables couvrent aujourd’hui 80 000 ha dont 65 000 ha de terres irrigables par le réseau.

61– Les travaux hydrauliques commencèrent par l’assèchement de 26 000 ha de marais. On fit sauter le seuil basaltique de Qarqûr ; le cours de l’Oronte, rectifié et creusé sur une longueur de 70 km, devint l’un des drains principaux. Les gros travaux de drainage s’achevèrent en 1959. On entreprit alors la construction en amont d’un système de trois barrages (Rastan, Méhardé, Acharneh) pour régulariser le cours du fleuve, retenir et répartir l’eau nécessaire aux deux périmètres irrigués du projet : le Ghâb et Acharneh.

62Le système d’irrigation entra en fonction en 1967. Alimenté par dérivation des eaux de l’Oronte et captage des sources, le système est prévu pour irriguer par gravitation 45 % des terres, c’est-à-dire pour les seules cultures d’été, selon des cycles d’irrigation de 21 jours pour le Ghâb et de 14 jours pour Acharneh. Une redevance annuelle de 70 L.S./ha est perçue par l’Etat. Dans Acharneh, sur les piedmonts, des puits artésiens permettent l’irrigation de 8 400 ha de terres situées à l’extérieur du réseau.

63– Pendant une période intermédiaire de 10 ans, les terres domaniales défrichées furent louées à la demande, tandis que les experts de la F.A.O. menaient une expérimentation sur les zones pilotes et que se poursuivait l’enquête de la Réforme agraire. L’Etat procéda en 1969 à la distribution définitive des terres par lots de 2,5 ha selon les dispositions de la Réforme agraire. Les 11 000 bénéficiaires – paysans et bédouins des villages alentour ou nouveaux immigrants venus s’installer pendant la période des travaux – furent regroupés en 52 coopératives. 3 000 ha furent réservés pour des fermes d’Etat. La mise en exploitation fut organisée par « l’Office autonome du développement du Ghâb et Acharneh » dont le siège est à Sqalbieh. Les bénéficiaires qui, pour la plupart, ignoraient l’irrigation sont étroitement encadrés par des ingénieurs agronomes. Ceux-ci répartissent le Plan de production agricole entre les coopératives de leur secteur, organisent la commercialisation, diffusent conseils et directives techniques, et veillent à la protection des cultures du coton. Les trois cultures principales sont le blé (blé mexicain), le coton et la betterave sucrière (d’automne ou de printemps). Cette dernière est appellée à prendre une extension considérable avec la construction de la nouvelle raffinerie de Selhab, au Sud d’Acharneh, qui absorbera 4 000 T. par jour, soit plus du double des raffineries de Homs et Jisr al-Chughûr réunies. Pour les céréales un immense ensemble de silos et meuneries va être mis en fonction à Qal‘at al-Mudiq. Des cultures complémentaires : maïs, sorgho, pommes de terre, légumes, melons, plantes fourragères sont introduites dans le cycle. Là où l’eau est abondante et le sol fertile, elles apportent au cultivateur qui les écoule sur les marchés urbains un surplus de revenus très conséquent. La motivation est forte même si l’acquis technique est encore imparfait. Pour nombre de coopératives, la superficie effectivement récoltée dépasse aujourd’hui la superficie du territoire cultivé. Les productions sont en agumentation constante malgré les imperfections du réseau d’irrigation et l’insuffisance du drainage.

64La mécanisation s’est généralisée ; en quelques années les anciens attelages ont quasiment disparu. Certes les coopératives ne s’équipent que très lentement, mais les bénéficiaires achètent indépendamment tracteurs, remorques, camionnettes, motos, et ne dépendent plus des entrepreneurs de machines que pour le gros matériel.

65Ces diverses transformations du paysage et des systèmes de cultures n’empêchent pas le maintien de certaines traditions. La région reste ouverte aux pasteurs moutonniers pendant l’été. Ils tournent avec leurs troupeaux d’une zone à l’autre, passant des chaumes de la plaine à ceux du plateau, pour redescendre dans ‘Acharneh puis le Ghâb, après la récolte du coton à laquelle leurs femmes et leurs filles ont participé. Suivant les années, il peut y avoir jusqu’à 500 000 moutons dans le Ghâb en octobre. Le contrat pâture contre fumure n’ayant plus cours, le bédouin paye aujourd’hui un droit de pâture au fellâh.

66– Le projet visait également à promouvoir un développement économique et social de la région dans son ensemble. Un réseau de routes relie le Ghâb aux grands axes du pays. La route Sqalbieh-Méhardé – Hama est sans doute aujourd’hui la route agricole qui connait la plus dense circulation en Syrie. On a doté la région d’un équipement administratif et culturel. L’aire du projet qui empiétait sur trois muhâfazat différents fut constitué en mantaqa (mantaqa al-Ghâb) et rattachée au muhâfaza de Hama. Le bourg de Sqalbiyeh en est le centre administratif ; la région autonomisée est devenue un centre agricole ouvert sur les grandes villes relativement proches : Hama, Homs, Alep, Lattaquié.

67Le repeuplement de la région, volontaire et progressif, commença avec le début des travaux : 30 000 hab. en 1952, 60 000 en 1960 ; 100 000 en 1970 et 150 000 en 1975. Il n’est pas encore achevé. En effet, on a laissé aux bénéficiaires le choix du lieu de résidence et le soin de pourvoir à leur logement. Des villages s’édifient progressivement le long des canaux. Ici les habitations s’entourent d’arbres, d’un potager, témoignant d’une installation déjà ancienne et définitive des nouveaux résidents. Là, elles restent au stade d’abris saisonniers parce que le village d’origine est proche, mieux équipé, plus salubre en hiver.

68Diversité confessionelle et culturelle, tradition bédouine ou montagnarde forment une trame sociale riche et colorée que n’ont effacée ni l’uniformisation du paysage, ni le quadrillage de l’espace, ni la modernisation des techniques.

69La distribution des terres a opéré un brassage volontaire mais en préservant les noyaux villageois déjà implantés ; en respectant les origines familiales ou villageoises, elle a permis la reconstitution rapide d’un tissu social. La liberté de résidence a partiellement corrigé l’autoritarisme de la distribution et a favorisé les regroupements spontanés. L’habitat construit de manière autonome présente pour les familles l’avantage d’une grande adaptabilité ; on rajoute une pièce, on construit une étable, un four, un poulailler, on crée un atelier ou un petit commerce au fur et à mesure des besoins et des possibilités de la famille. Dans un désordre apparent, les villages prennent vie. Ils attendent avec impatience des services que l’on tarde à leur fournir. L’électrification est en cours et devrait s’achever avec la mise en service de la centrale thermo-électrique de Méhardé en 1979. Château d’eau et fontaines attendent l’arrivée de l’eau potable.

70Il faut noter que, d’une manière générale, ce projet venu d’en haut et ayant donné lieu à l’intervention de l’Etat sous de multiples formes n’a pas rendu pour autant le paysan inerte. L’esprit d’entreprise, d’initiative de ce dernier se manifeste à tout moment, dans les innovations adoptées au niveau de la production (choix des cultures, méthodes culturales), dans de multiples associations spontanées qui lui permettent de se mécaniser, de commercialiser les cultures maraîchères ou de suppléer à sa façon aux déficiences des réseaux d’irrigation et de drainage et enfin dans des petites entreprises commerciales ou artisanales diverses. Avec beaucoup d’ingéniosité sinon de savoir-faire, il utilise à son profit toutes les failles du système dirigiste dans lequel il est pris, et dont il bénéficie largement.

71Un problème reste pendant, celui de l’avenir des enfants de bénéficiaires. Les lots sont petits, ne peuvent être divisés et les familles sont nombreuses. La jeune génération scolarisée trouvera-t-elle des emplois sur place, rejoindra-t-elle les ouvriers des grandes villes, ou ira-t-elle peupler sur l’Euphrate les nouveaux territoires irrigués ?

72Autre problème, celui d’un foncier non stabilisé. L’Etat a attribué les terres mais n’a pas distribué de titres de propriété, il garde un droit de regard sur leur transmission... Ceci n’encourage guère les aménagements fixes (plantations, brise-vents) et risque d’inciter certains à une exploitation maximum des terres aux dépens de leur conservation.

b) Projet de l’Euphrate : la zone pilote

73Les projets d’irrigation du bassin de l’Euphrate à partir du barrage de Tabqa ont une toute autre dimension que ceux de l’Oronte. 640 000 ha à irriguer répartis en six zones principales : le bassin du Balîkh (185 000 ha), la vallée de l’Euphrate (165 000 ha), le Bassin inférieur du Khâbûr (70 000 ha), le Bassin de Résâfé (25 000 ha), la plaine de Mayadin (40 000 ha), la Région de Meskéné et le Bassin d’Alep (155 000 ha).

74La Syrie pourra ainsi doubler sa surface de terres irriguées. Mais ce projet gigantesque représente un énorme défi. Certes les vestiges des canalisations du passé sont une incitation pour une entreprise qui pourrait paraître démesurée.

75C’est dans cette région excentrée que va se jouer l’avenir de la Syrie. Les travaux se dérouleront en plusieurs étapes sur 30, peut-être 50 ans. Les problèmes à résoudre, techniques, mais aussi économiques et sociaux, sont à l’échelle du projet. Dans l’exaltation qui accompagne les grandes entreprises, on les avait peut- être minimisés sous la foi de premières études un peu rapides...

76Pour coordonner et impulser l’ensemble des travaux, on a créé un Ministère de l’Euphrate, auquel sont rattachés deux Offices autonomes, le G.O.E.D., Organisation du Barrage de l’Euphrate qui a son siège à Tabqa, et le G.A.D.E.B., Organisation pour le développement du Bassin de l’Euphrate, responsable de l’exploitation et de la mise en valeur des terres dont le siège est à Raqqa.

77Dans la plupart des zones du Bassin de l’Euphrate, la phase des études préalables au plan d’aménagement n’est pas encore achevée.

78La première réalisation, sans parler de la construction du barrage et de l’usine hydroélectrique de Tabqa, a été la création d’un périmètre irrigué expérimental dans le Bassin du Balîkh : « le projet pilote ». On devait tester dans cette zone l’adaptation des cultures aux différents types de sols, les solutions diverses aux problèmes délicats posés par le gypse et la salinité, et de nouvelles formes d’organisation de la production. C’est là qu’on devait accueillir une partie des 11 000 familles de la vallée, qui, en amont du Barrage de Tabqa, allait être noyée dans le lac al-Assad à partir de 1975.

79En 1964, le gouvernement syrien confia à la Mission A. Gibb l’étude du projet d’irrigation et de drainage du bassin du Balîkh et, à l’intérieur de celui-ci, le plan d’aménagement des 25 000 ha du projet pilote. L’aire choisie se situe à proximité de la ville de Raqqa, sur la rive gauche de l’Euphrate en Djézireh. Les travaux commencèrent en 1969. En attendant d’être incorporé au système d’irrigation de la zone pilote le réseau est alimenté par une station de pompage établie à Qudeiran sur l’Euphrate. Il comprend un canal principal de 120 km d’où partent par dérivation canaux secondaires, tertiaires et quaternaires.

80On a aussi construit des villages modèles. Le gouvernement prévoyait, à l’époque, de distribuer les terres du projet et d’attribuer à chaque famille un lot de 3,3 ha de terre irriguée et un logement dans le village.

81Chaque village devait constituer une coopérative de production. Mais en 1974, le G.A.D.E.B. dut changer ces options. La mise en service du système d’irrigation en 1973 d’une part, la mise en exploitation des terres de l’autre, firent apparaître un certain nombre d’aléas dont on ne pouvait faire supporter les risques à des petits paysans parcellaires. Ceux-ci marquaient d’ailleurs quelques réticences à venir s’installer sur l’autre rive de l’Euphrate, préférant au cadre de vie qu’on leur avait aménagé une réinstallation à proximité de leurs anciens villages sur les terres sèches des plateaux. Plutôt que de se déplacer, tous ceux qui en avaient les moyens désiraient attendre là la mise en irrigation du Bassin de Meskéné... Pour ces chawâya d’origine nomade venus à l’agriculture depuis seulement une ou deux générations, le problème semblait être moins celui d’une adaptation aux techniques de l’irrigation (ils la pratiquaient depuis 20 ans) que celui du maintien d’une indépendance et d’une dignité auxquelles ils sont aussi attachés qu’à leurs structures sociales tribales-villageoises. Jusqu’à la mise en eau du barrage, ils pratiquaient une économie agricole basée sur trois types de ressources : l’agriculture irriguée en bordure de l’Euphrate pour le compte d’un propriétaire ou d’un muzârí (propriétaire de pompe), la culture des céréales, associée à l’élevage du mouton sur les terres du plateau. De la taille de leur maison, mais surtout du nombre de sacs de blé qu’abritait leur cour, de celui de leurs moutons, dépendaient leur prestige, leur indépendance, la possibilité de réunir le mohr (douaire) nécessaire au mariage de leurs fils. L’association de ces trois activités laissait une certaine souplesse à leur emploi du temps. Autant de choses menacées par une installation dans les villages modèles du projet et leur participation à une coopérative agricole et à un système d’irrigation fonctionnant 24 h sur 24.

82Devant ces difficultés, le G.A.D.E.B. décida de surseoir à la distribution de lots aux paysans et organisa l’exploitation des terres sur le modèle des fermes d’Etat avec des salariés agricoles. 25 % des terres, de nature gypseuse, furent abandonnées. La zone du projet-pilote couvre donc aujourd’hui 20 000 ha, dont 16 000 ha effectivement cultivés répartis en 4 sous-zones. Elle comprend cinq fermes pour l’expérimentation agricole, de 25 à 300 ha chacune, une ferme d’élevage bovin spécialisée dans la production laitière et 15 « villages ».

83Le « village », ce sont 1200 à 2 000 ha de terres irriguées, au centre desquels on a construit une agglomération de 200 à 300 habitations de deux logements chacune, des bâtiments administratifs, une mosquée et pour les trois villages-centraux, une place de marché (le souq). C’est donc une unité d’exploitation doublée d’une unité de résidence, les deux dépendant entièrement du G.A.D.E.B.

84Un ingénieur agronome, assisté de deux ou trois fonctionnaires, assure la direction de l’exploitation agricole. 100 à 250 salariés agricoles permanents payés à la journée y travaillent par équipe (12 h chacun) et sont logés sur place avec leur famille. Les femmes sont embauchées occasionnellement pour les travaux saisonniers. Chaque famille dispose d’une parcelle de terre de 200 m2 sur l’exploitation et d’un logement de 30 m2 dans le village.

85Le village a l’électricité, l’eau potable ; les bâtiments administratifs abritent école, dispensaire, salle des fêtes ou de télévision, etc... Situation privilégiée pour la campagne, semble-t-il, et pourtant... Est-ce la mobilité de la main d’œuvre salariée, l’installation trop récente des habitants, la configuration des lieux, le style des constructions qui les font rassembler à des camps de transit plutôt qu’à de vrais villages ? Les toits en pente interdisent l’utilisation en terrasses ; les habitants n’ont ni cour, ni mur, ni arbre, ni dépendances garantissant une certaine intimité, permettant d’élever quelques volailles, de garder un âne ou quelques moutons. Rien ne rappelle ici un habitat rural si ce n’est, devant les entrepôts publics, un tracteur ou une moissonneuse-batteuse.

86Chaque village applique un plan de production établi par les services du G.A.D.E.B. d’après les directives nationales. Cultures et assolements sont semblables à ceux pratiquées dans le Ghâb : blé, coton, betteraves sucrières, maïs, plantes fourragères. Une partie des terres a été réservée à des plantations d’arbres fruitiers, de vignes et surtout de peupliers. On en avait planté 3 millions en 1977.

87Le choix des productions agricoles s’inscrit dans un plan de développement régional intégré. Les betteraves doivent alimenter les nouvelles raffineries de Raqqa, Meskéné ou Deïr ez-Zor, les peupliers la future usine à papier de Deïr ez-Zor. Le fourrage est utilisé par la ferme d’élevage dont les produits laitiers, comme les fruits et légumes, rejoignent à leur tour le marché des villes-champignons de Tabqa et de Raqqa.

88Dans la phase de mise en œuvre, étant donné l’ampleur et la complexité des projets, la coordination entre plans et réalisation des différentes administrations est parfois délicate. Malgré les gaspillages dus à des contretemps inévitables, malgré une certaine pesanteur bureaucratique, les choses finissent par se mettre en place et l’avenir se construit. La qualité des hommes engagés dans l’entreprise y est pour beaucoup. Nous avons rencontré là-bas, à Raqqa et dans les villages, de jeunes ingénieurs agronomes venus de toutes les régions de Syrie et qui dans des conditions de vie difficiles faisaient une véritable œuvre de pionniers.

III. LE MONDE RURAL AUJOURD’HUI : DYNAMISME ET DIVERSITÉ

89Vingt ans après, Réformes et Grands Projets peuvent paraître encore limités aux yeux de certains. Rappelons que, sur 5 864 000 ha de terres cultivées, 800 000 ha seulement ont été attribués, que les coopératives agricoles ne représentent que 23 % des superficies ensemencées, les fermes d’Etat 0,1 %, que les superficies irriguées ne couvrent que 10 % des terres cultivées (13 % des terres ensemencées) et que, malgré les travaux hydrauliques entrepris depuis 20 ans, la part irriguée par le réseau public n’atteint guère plus de 20 %.

90Mais c’est au delà des résultats chiffrés qu’il faut aussi évaluer la portée des interventions de l’Etat. Elles ont ouvert des brèches dans les dépendances traditionnelles qui étouffaient les campagnes. Elles ont rompu l’isolement et l’ignorance dans lesquels elles étaient maintenues ; elles ont mis fin à l’indifférence, voire au mépris, dont les entourait l’ancienne classe politique dirigeante. Elles les ont propulsées sur le devant de la scène au prix peut-être d’une dépendance, plus large cette fois, à l’égard de l’économie nationale, de l’administration, du pouvoir central. Cette nouvelle dépendance, liée à l’importance accordée à l’intégration des campagnes dans la société globale, a fait prendre conscience de lui-même au monde paysan. Les inerties traditionnelles cèdent progressivement la place à un dynamisme interne, facteur de transformations mais aussi générateur de nouvelles inégalités. Intervention extérieure, dynamisme interne, initiatives privées sont à l’origine des changements récents que connaissent l’économie agricole et la société rurale.

1. L’économie agricole

91Dans l’agriculture, les transformations les plus importantes portent sur la modernisation des techniques culturales, la diversification des productions et l’ouverture des marchés.

92La modernisation, c’est d’abord la mécanisation. Moissonneuses-batteuses, tracteurs, motopompes... se sont largement répandus dans les campagnes. On compte aujourd’hui (1977) plus de 21 000 tracteurs enregistrés contre 7 000 en 1967 et 3 700 en 1959 ; plus de 2 200 moissonneuses-batteuses enregistrées contre 1 200 en 1967 et 1 000 en 1959. Le nombre de moto-pompes, nous l’avons vu, a presque doublé ces dix dernières années. Ces machines ne sont plus exclusivement, comme dans les années cinquante, propriété des « entrepreneurs » citadins. Petits et moyens propriétaires ruraux s’associent sur la base de la parenté ou du voisinage pour acquérir ce matériel. Par petites équipes ils partent souvent très loin de chez eux en Djézireh, dans le Haurân... pour les labours et les moissons. On voit naître ainsi des petites entreprises rurales d’exploitation du matériel agricole, car le parc des machines détenues par les coopératives est encore insuffisant dans certains régions.

  • 5 Sources :
    1977 : Statistical Abstract, 1978
    1976 : The annual agricultural statistical Abstract 1976

93Autre aspect de la modernisation, plus récent celui-là : l’utilisation d’engrais chimiques qui double, au cours de ces dix dernières années (260 000 tonnes en 1976)5, mais aussi celui d’insecticides, de semences sélectionnées, l’introduction de nouvelles variétés à fort rendement etc...

94Pour accélérer cette modernisation, la Syrie seule, ou avec l’aide d’organismes internationaux, a créé des stations agricoles expérimentales et des centres de recherche agronomique. Des écoles d’agriculture forment ingénieurs et techniciens. On a construit à Alep une usine de montage de tracteurs, à Homs une usine d’engrais qui traite les phosphates des mines de la région de Palmyre.

95Ces transformations techniques ont évidemment des incidences sur les productions agricoles.

96Alors que, dans les années cinquante, l’augmentation de la production était due à une extension de superficies cultivées sur des terres marginales, ce qui impliquait des rendements faibles et aléatoires, depuis 1970 elle est le résultat d’un accroissement de la productivité. En 1968, pour une zone de cultures de 5 860 000 ha on n’avait encore que 2 650 000 ha de superficies ensemencées. En 1976, pour 5 400 000 ha, on a 4 244 000 ha de terres ensemencées, ce qui représente une diminution considérable de la jachère. Cette intensification s’est surtout opérée par le développement des cultures d’été dans des zones où on ne pratiquait hier que des cultures d’hiver. Elle est tributaire de l’utilisation des moto-pompes et s’accompagne souvent, là où il n’y a pas de problème de salinité, d’une amélioration des rendements. Celle-ci est particulièrement sensible dans la culture du coton. En 1967, on récoltait 330 000 T. sur 197 999 ha ; on en récolte, en 1976, 409 000 T. sur 182 000 ha. La production progresse malgré la diminution des superficies plantées liée à l’extension de la betterave sucrière. Les rendements de blé augmentent également dans les zones où l’on a introduit depuis 1973 le « blé mexicain », nouvelle variété qui ne couvre encore que 10 % des superficies emblavées mais pour laquelle on peut obtenir jusqu’à 40 qx/ha sur terres irriguées ou bien arrosées. Production et superficies plantées en blé sont en progression mais demeurent irrégulières, et souvent insuffisantes. La construction de 11 silos répartis dans les différents muhâfazât devrait porter la capacité de stockage de la Syrie à 1 million de tonnes et lui permettre, dès 1979, de compenser les mauvaises années sans recours massif aux importations.

97Blé et orge en hiver, coton en été restent les cultures de base, mais le raffinement des rotations a permis une diversification des cultures, notamment sur les terres irrigables. On introduit de plus dans le cycle bi-ou tri-annuel : la betterave sucrière de printemps ou d’automne, le maïs, la pomme de terre, des légumes verts, des plantes fourragères ou oléagineuses. Dans l’ensemble, les cultures vivrières progressent au détriment du coton. Comme nous l’avons vu, la betterave sucrière est appelée à prendre beaucoup d’extension sur les terres irriguées du Ghâb et de l’Euphrate, où l’on a construit de grandes raffineries de sucre. La production est passée de 242 000 T. en 1976 à 273 000 T. en 1977 et devrait doubler dans les années à venir.

98La diversification des productions agricoles est aussi le résulat d’une meilleure prise en compte des possibilités régionales. Ces dernières années, en dehors des zones de cultures céréalières extensives et des périmètres d’irrigation, dans les collines ou les montagnes, les pentes se sont couvertes d’arbres fruitiers : pommiers dans le Djebel Druze, poiriers, vignes, pruniers dans le Jabal Zâwiyé, oliviers dans la région d’Alep, agrumes sur le littoral méditerranéen. Le nombre d’arbres fruitiers est passé de 497 000 en 1967 à 935 000 en 1976.

99Ces plantations ont été encouragées par des prêts à moyen terme très avantageux et correspondant aux investissements prévus dans le 4e Plan quinquennal qui visent à réduire les importations de fruits. En 1977, la Syrie a dû encore importer 99 000 T. d’agrumes et 23 000 T. de pommes. Ainsi avec un décalage d’une décennie, des régions reculées, peu touchées par la Réforme agraire, bénéficient à leur tour de l’aide de l’Etat et passent d’une économie agricole largement d’auto-subsistance à une production orientée vers le marché. Les spécificités régionales demeurent, s’accusent parfois, mais les retards s’estompent au gré de l’intégration à l’économie nationale.

100Transformation de structures agraires, modernisation, planification, diversification des cultures agissent dans le même sens : rendre l’agriculture plus productive et intégrer les productions au marché. Cette intégration est aujourd’hui quasi générale sans pour autant avoir fait disparaître l’auto-consommation... Le développement des cultures pour le marché a augmenté le revenu monétaire des paysans et s’accompagne d’une élévation du niveau de vie et... de nouvelles dépendances.

101Pour les cultures industrielles : coton, betteraves, tabac, arachide, sésame..., et les céréales, l’intégration passe par les circuits d’Etat. Les organismes publics, nous l’avons vu, interviennent en amont et en aval. Pour les fruits et légumes, le maïs, le tournesol etc... qui ne font pas l’objet de monopole d’Etat, elle suit les circuits plus diversifiés du marché libre, du damman aux gros importateurs.

102La polyculture étant la règle (à l’exception des terres du Croissant céréalier à l’Est et au Nord-Est), les producteurs approvisionnent, dans des proportions qui varient selon les dominantes propres à la région, l’un et l’autre marché.

103L’évolution des prix et des techniques a quelque peu modifié la rentabilité des diverses cultures. Le coton n’est plus la mine d’or qu’il a été dans les années cinquante. La protection contre insectes et maladies, l’utilisation d’engrais, améliorent certes les rendements mais ils renchérissent les coûts de production et ajoutent à une consommation de main-d’œuvre déjà élevée. Or, le cours du coton n’a pas suivi dans la hausse les prix fixés pour les semences et les engrais, encore moins celle des salaires agricoles, même féminins, dont la flambée est spectaculaire depuis 1973. La marge du producteur est donc de plus en plus faible. Il est probable que si l’Etat, qui a le monopole du marché, n’imposait pas des quota minimums dans les plans de production, la superficie plantée en coton diminuerait rapidement. Il est en effet des cultures irriguées aujourd’hui beaucoup plus rémunératrices pour le producteur, celle des légumes par exemple dont les prix peu contrôlés observent une hausse constante depuis une dizaine d’années. La production, freinée par le plan et le resserrement du crédit, est encore largement insuffisante pour satisfaire une demande croissante due à la poussée démographique, à l’élévation générale du niveau de vie et à l’urbanisation. Dans ces conditions, garanti d’un écoulement à des conditions relativement favorables sur le marché, le producteur peut prendre le risque de se lancer dans les cultures exigeant un investissement important.

104Le double circuit, production de base à prix imposés sur le marché d’Etat, productions complémentaires orientées vers le marché libre, amène le paysan à des calculs subtils : exécuter le plan (céréales, cultures industrielles) lui assure un revenu minimum mais limite les possibilités de gains rapides ; augmenter la part des productions non contrôlées, c’est prendre le risque, si la récolte est maigre, de tomber entre les mains des marchands et des circuits d’usure..., c’est aussi la possibilité d’une accumulation. En limitant, par le biais du crédit, le jeu possible entre les deux alternatives, la Banque d’Agriculture freine les risques d’endettement du petit producteur mais ne freine-t-elle pas du même coup une production pourtant déficitaire ? La Syrie a importé 80 000 T. de légumes verts en 1977...

2. Le village et la société rurale

105Le dynamisme du monde rural, libéré ou encouragé par les interventions de l’Etat, ne se limite pas à une modernisation des techniques agricoles. Dans la diversité et la richesse des paysages syriens, plus encore que les champs, les villages exposent à l’observateur le plus superficiel la marque des transformations récentes.

106Chaque région avait son style d’habitat. Utilisant les ressources locales, le bois et la pierre, le teben, ou la brique crue, les constructions s’harmonisaient avec le paysage dont elles renforçaient la coloration particulière : lave noire du Haurân, pierres dorées du versant méditerranéen, terres ocres de la plaine d’Homs-Alep où se détachaient pigeonniers et greniers en pain de sucre.

107Sur la diversité des trames originales, « le progrès » tisse une livrée uniforme.

108L’ancien village groupé essaime en de nombreux hameaux, s’étoffe de quartiers périphériques plus aérés. La maison s’individualise, s’entoure d’un espace domestique privatisé, jardin avec quelques arbres lorsque l’eau est proche, cour enclose... Les matériaux traditionnels sont peu à peu abandonnés, le teben (argile mêlée de paille) n’est plus utilisé que pour les constructions annexes, greniers, étable, tannour (four à pain). Pour l’habitation principale, on leur préfère désormais ciment et fer forgé, piliers et dalle en béton garnie de moellons. Les nouvelles constructions s’étirent en ruban à quelque distance de la route qui mène à la ville. S’en détachent tels des monuments, l’école, le château d’eau, la fontaine, la pompe à essence, le groupe électrogène.

109Une nouvelle spécialisation de l’espace s’opère, particulièrement visible dans le gros village devenu bourg. A côté de la mosquée, le long d’une rue ouverte à la circulation, se groupent les commerces : épiciers, bouchers, marchands de tissus, de vaisselle ou d’appareils de radio, pharmaciens... Dans le prolongement du souq, vers la périphérie, suivent les ateliers d’artisans : menuisiers, ferronniers fabriquent portes et fenêtres ; garagistes, carrossiers, mécaniciens réparent et bricolent pompes, motos, camionnettes, tracteurs etc... Enfin, à l’extérieur de l’espace resserré du vieux village, balisant un nouveau quartier, s’étalent ici où là les bâtiments administratifs : l’école secondaire ou technique, la baladiyyé (mairie), l’union des paysans, le terrain de sports, des entrepôts divers, le « Centre culturel », la garderie et les locaux de « l’Union des femmes »... Un espace ouvert sert de « centre de rassemblement » pour le blé ou de parking pour les camions du « bureau des transports » pendant la saison des récoltes.

110Une gare routière de fortune, la station des taxis-services, polarise arrivées et départs. La route, la multiplication des moyens de transports, ont rapproché le village de la ville, et le paysan n’hésite plus à se déplacer. L’animation de cette nouvelle place atteste de l’intensité des échanges du village avec l’extérieur. A l’arrivée des colporteurs, la place se transforme en marché improvisé. Tôt le matin, les agriculteurs des villages alentour viennent y chercher un transporteur pour leurs légumes, les propriétaires de véhicules, des clients ou associés occasionnels qui amortiront leur déplacement. On y échange les nouvelles, on s’y livre à de multiples transactions. Une ou deux boutiques installées à proximité offrent la possibilité d’un casse-croûte ou d’un rafraîchissement ; la radio ouverte en permanence diffuse musique et nouvelles...

111Le village attend avec impatience l’électricité et la télévision... On est dans l’ère de la modernité...

112A la spécialisation de l’espace du village-bourg correspondent de nouvelles différenciations sociales, une diversification de la société : diversification des activités, des métiers, des situations de fortune, et donc de nouvelles hiérarchies, diversifications aussi des modes de vie et des comportements.

113Le village aujourd’hui ne vit plus sous la domination exclusive du grand propriétaire féodal et de son wakîl (régisseur). Avec l’irrigation et la mécanisation des travaux agricoles, la propriété de la terre n’est plus le seul principe structurant de la société villageoise. Les muzâri‘în, entrepreneurs de culture ou de machines, se recrutent désormais parmi les moyens et petits propriétaires d’avant la Réforme agraire. Le taux élevé de rentabilité du capital d’exploitation leur a permis d’augmenter rapidement leur matériel, d’élargir leur zone de sous-traitance. Au fil des années ils se sont spécialisés dans les gros engins car, parmi les nouveaux bénéficiaires de la Réforme agraire, certains ont acquis à leur tour leurs moyens de production, tracteur, pompe, camionnette, et passent des contrats avec les membres de leur coopérative moins bien pourvus ou moins entreprenants. Enfin, ceux qui ont une main-d’œuvre familiale abondante prennent en location les lots de ceux qui ont dû abandonner la culture pour aller chercher en ville un travail salarié. Des inégalités s’établissent ainsi entre les familles villageoises, qui ne recouvrent pas nécessairement les catégories de métayers petits et grands propriétaires, car la polyactivité et le cumul des revenus de sources diverses se généralisent au village.

114A côté de ceux dont la position est fondée sur la possession des moyens de production agricole, d’autres notables apparaissent, aux pouvoirs plus spécialisés, complémentaires ou concurrents. Le président de la coopérative, les fonctionnaires, les enseignants, le militaire de carrière, le chef de cellule du parti, le commerçant, le propriétaire de la pompe à essence... ont un pouvoir fondé sur leur position d’intermédiaires entre la société villageoise et la société globale. Intermédiaires qui se multiplient au fur et à mesure que l’intégration à la société globale se renforce. Chacun a son réseau de relations, ses obligés, sa clientèle.

115Mais le repérage des hiérarchies de pouvoir dans le village ne peut se limiter à l’analyse des rapports interindividuels. Statut, revenus, fortune, s’évaluent au niveau de la famille étendue et même du groupe lignager. Frères, cousins, oncles, neveux, qu’ils soient agriculteurs, salariés, fonctionnaires ou artisans s’associent pour investir, ici dans une machine, là dans un atelier ou une petite entreprise que feront tourner les jeunes gens du groupe familial. Le prestige de la famille, sa force, résident toujours dans le nombre de ses membres et la cohésion du groupe de parenté. Le lignage représente non seulement un groupe d’épargne, une possibilité d’entreprise, d’entraide, une assurance contre les mauvais jours, mais aussi, un capital de relations et de protections de plus en plus indispensable au fur et à mesure que les rapports avec la ville et l’administration se développent.

116Les stratégies familiales visent à une diversification des activités, des spécialités à l’intérieur du lignage. La famille cherche à gagner des terres, mais s’essaie aussi au commerce ou à l’artisanat, pousse un fils ou un frère dans la fonction publique. Les jeunes garçons sont envoyés à l’école. Ils aideront aux champs l’été ; on leur confie très vite le tracteur ou la camionnette. Ils seront la génération de la machine, de l’écriture, de la technique, essaieront plus tard de s’embaucher comme chauffeur ou mécanicien, ou d’entrer dans une adminsitration, aideront leur père dans les transactions commerciales, etc., au besoin ils partiront à la ville ou émigreront dans le Golfe à la recherche d’emploi... ; mais ils envisagent rarement de retourner à la terre autrement que sur une machine.

117Machines, voitures sont appropriées par les hommes et les ont libérés des tâches les plus pénibles ; l’intensification des cultures pèse par contre lourdement sur les femmes et les jeunes filles. Hormis la préparation des champs pour l’irrigation, qui reste une tâche masculine, l’essentiel des travaux non mécanisés est accompli par la main-d’œuvre féminine, celle de la famille, mais aussi main- d’œuvre d’appoint, saisonnière : jeunes filles des villages plus reculés ou des tribus bédouines que l’on va chercher en camionnette au moment des récoltes. C’est sur elles que reposent non seulement les travaux de cueillette, de désherbage, etc. mais aussi tous les transports de bois, de cannes de maïs, de tiges de coton, qui serviront de combustible domestique. C’est encore elles qui soigneront les bêtes, chèvres, vaches ou volailles, que la maison possède. Elles accomplissent toujours nombre d’opérations de transformation qui assurent l’auto-subsistance alimentaire de la famille : conserves, séchage des fruits et légumes, fabrication de fromages, du pain, du frike (plat national consistant en blé vert grillé, puis moulu, et cuit ensuite comme du riz).

118L’importance économique de la main-d’œuvre féminine dans l’exploitation familiale explique la brièveté de la scolarisation des filles. Rares sont celles qui vont au-delà du primaire.

119Cependant, dans les familles les plus aisées et d’une manière générale dans les bourgs, nombre de jeunes filles sont passées ces dernières années par le cours complémentaire ; certaines ont même continué jusqu’au baccalauréat ou à l’université et, depuis deux ans, avec une décennie de retard sur la ville, on les voit apparaître dans les bureaux locaux des administrations, à la poste, au ministère de l’agriculture, ou comme institutrices envoyées dans des villages, parfois loin de chez elles. C’est bien souvent parmi elles que recrute l’Union des femmes. Jeunes filles ou jeunes femmes trouvent en effet dans la doctrine progressiste du Ba’th le moyen de faire valoir leurs droits, un soutien dans leurs tentatives d’émancipation.

120Au village l’école est un puissant facteur de transformation. Elle est d’abord l’accès à l’instruction et aux diplômes, mais elle influe aussi largement sur les conduites de la nouvelle génération. Elle impose un uniforme et donc une nouvelle tenue vestimentaire, de nouvelles postures, celles que commandent la chaise et le bureau, des loisirs, une langue, une idéologie : celle du patriotisme et celle du progrès, de l’hygiène, de la technique, de la modernité... et par là même un rejet ou une honte du traditionnel, du vieux, du sale, de tout ce qui concrétise l’arriération (takhalluf). Pour ceux qui la pratiquent longtemps, elle établit des ruptures dans les comportements. Rares sont les garçons ou les filles sortis du secondaire qui oseront monter sur un âne, les jeunes filles qui apprendront à faire le pain ou sauront porter sur la tête. Elles ressentiraient comme comique, ou ridicule, l’association de ces gestes avec le port du costume occidental urbain qu’elles ont adopté, du moins dans leurs activités extérieures. L’administration interdit d’ailleurs à ses fonctionnaires, y compris au simple planton, de venir travailler en costume traditionnel. Ce n’est que le soir, au moment de la détente ou dans l’intimité de la maison, que l’on se libèrera de cette nouvelle livrée et que l’on retrouvera, sur la natte ou les matelas, la position accroupie encore naturelle à la campagne.

121Il ne faut cependant pas se méprendre sur la profondeur, l’ampleur des transformations. Si larges soient-elles, elles n’entament rien d’essentiel. Les revendications d’autonomie qui percent parmi les jeunes ne mettent pas en cause les solidarités familiales. Une individualisation se produit certes à l’intérieur de la famille consécutive à l’accès à l’instruction, à la diversification des professions, au travail salarié... Le pouvoir patriarcal s’affaiblit. Mais le sentiment d’appartenance au lignage reste très fort. Vis-à-vis de l’extérieur, chaque membre du lignage est tenu de garder la face... les incidents entre familles continuent à mettre de temps à autre le village en émoi.

3. L’avenir ? Des choix difficiles...

122Au terme d’une longue période de réformes, après « l’ouverture » postérieure à 1973 et l’inflation qui sévit depuis, la Syrie s’interroge sur sa politique agricole. L’heure des révisions des orientations est peut-être venue ; des choix sont à faire pour l’avenir, qui engagent le monde rural.

123Sans être critique, la situation n’est pas florissante. Malgré les progrès réalisés, les besoins ont augmenté plus vite que les productions, et malgré l’augmentation des exportations la dette extérieure s’accroît. Le taux de croissance de l’agriculture ne permet pas de faire face au triple objectif qu’on lui impartit : assurer l’autonomie alimentaire de la Syrie, approvisionner l’industrie en matières premières, et dégager un surplus exportable... sans parler du problème non évoqué des transferts de l’agriculture vers l’industrie.

124Il faut donc que la production agricole augmente plus vite, que l’agriculture accroisse encore sa productivité. C’est la politique du Takthîf zirâ‘î. Il y a des problèmes techniques urgents à résoudre : celui de la salinisation des terres irriguées, celui de la protection de la bâdiya c’est-à-dire des pâturages de l’Est, etc. Il y a surtout des choix politiques à faire... Ils ont fait l’objet de longs débats, dont la presse s’est faite l’écho, lors de la Nadwa zirâ‘iyya, colloque sur l’agriculture, qui a réuni à Damas, en avril 1977, dirigeants politiques, organisations paysannes et ingénieurs agronomes.

125La petite exploitation sur laquelle reposaient les espoirs de 1958, ne peut satisfaire aux exigences productivistes de la période actuelle. Tout le monde s’accorde à le reconnaître : pour augmenter la productivité, il faut de grandes unités d’exploitation. Mais de quel type ? Doit-on laisser se reconstituer la grande propriété ou du moins, par le biais des locations et des contrats, les grandes exploitations privées de type capitaliste ? Ou doit-on accélérer le processus de collectivisation par la formation de coopératives de production et de fermes d’Etat ? Le choix se pose dans l’immédiat, pour les terres bonifiées de l’Euphrate comme pour les terres de la Réforme agraire qui n’ont pas encore été redistribuées dans le muhâfaza de Hassaké en Djézireh (306 000 ha).

126Doit-on privilégier la productivité au risque de revenir sur les acquis sociaux antérieurs, ou doit-on continuer dans la ligne de la Réforme, soutenir le secteur public et freiner la constitution de trop fortes inégalités sociales à la campagne ? Plus concrètement, la Banque d’Agriculture va-t-elle sauver les coopératives en leur accordant un soutien accru, en augmentant par exemple les prêts à moyen terme qui permettront d’acheter du matériel et de se défendre contre les muzâri’în, ou va-t-elle encourager les meilleurs producteurs, et fonctionner majoritairement pour le bénéfice des gros et moyens propriétaires ou exploitants du secteur privé, « les koulaks » dont on parle tant... ?

127Le débat est ouvert, l’avenir en suspens.

Répartition des Terres cultivées en Syrie (1971-1977) (superficies en milliers d’ha)

Répartition des Terres cultivées en Syrie (1971-1977) (superficies en milliers d’ha)

Principales productions (milliers de tonnes)

Principales productions (milliers de tonnes)

Sources : Statistical Abstract 1971 pour 1963 et 1967 ; 1978 pour 1971-1976-1977.

Annexes

ANNEXE 1

Le territoire syrien couvre 18 518 000 ha dont 8 531 000 ha de steppes et de pâturages, et 452 000 ha de forêts, 3 671 000 ha non cultivables ou batis. Le territoire agricole est d’environ 5 864 000 ha.

ANNEXE 2

– Le cheptel syrien comprenait en 1977 : 639 000 vaches laitières, 185 000 veaux, 35 000 bœufs, 7 070 000 moutons, 1 010 000 chèvres, 16 400 000 poulets.

– La Syrie a importé en 1977 pour 541 276 T. de produits agricoles, pour une valeur de 494,174 millions de livres syriennes.

Elle n’a exporté que 156 891 T., pour une valeur de 154,510 millions de L.S.

Elle importe essentiellement du blé, des fruits, des légumes verts, de la viande de poulet et des œufs et exporte du coton, des peaux, des légumes secs et du tabac.

La Syrie ne suffit plus à sa consommation alimentaire, la balance entre boissons et aliments importés (962 000 T.) et exportés (226 300 T.) est nettement en déséquilibre.

– La population rurale en Syrie représente 54 °o de la population totale.

L’agriculture emploie 33,7 % de la population active syrienne (Agricultural

Abstract, 1976)

D’après le recensement de 1970, le nombre des exploitants agricoles était de 527 300 ; la taille moyenne des exploitations varie fortement selon les muhâfazaf, elle est de 17 ha en moyenne à Lattaquié, 33-38 ha à Damas et Tartous, 127 ha à Alep et 249 ha à Hassaké.

– Les salaires agricoles dans les fermes d’Etat sont de 9,50 L.S. par jour pour 8 h de travail. Mais les tarifs pratiqués dans le privé et notamment dans les zones irriguées varient entre 18 et 25 L.S./jour.

Pour les jeunes filles et jeunes femmes qui s’emploient pour les travaux saisonniers, ils varient autour de 10 L.S. par jour. Pour le ramassage du coton, ils vont de 8 à 11 piastres le kilo.

Notes

1 Cf. chap. I (SANLAVILLE) et chap. VIII (HANNOYER, par. 1).

2 Qanât (foqqara) : canalisation souterraine percée de regards ; chadouf : puits à balancier ; noria : grande roue à godets verticale, mue par le courant du fleuve.

3 Les eaux souterraines alimentent aujourd’hui 40 % des superficies irriguées en Syrie ( = 226 000 ha).

4 En 1976, 205 000 ha étaient irrigués par pompage sur rivières ou fleuves
226 000 ha par pompage sur puits
114 000 ha par réseaux de dérivations (anciens ou nouveaux)
348 ha par des norias installées sur fleuve.

5 Sources :
1977 : Statistical Abstract, 1978
1976 : The annual agricultural statistical Abstract 1976

Table des illustrations

Légende Carte 3 - Les principaux secteurs d’irrigation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/744/img-1.jpg
Fichier image/, 276k
Titre Répartition des Terres cultivées en Syrie (1971-1977) (superficies en milliers d’ha)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/744/img-2.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Principales productions (milliers de tonnes)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/744/img-3.jpg
Fichier image/, 186k

Auteur

Françoise MÉTRAL, attachée de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540