Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

Quelques aspects de la production et de la commercialisation de l’huile d’olive en Corse : le cas de la Balagne

Gérard Richez et Nadine Richez-Battesti

Texte intégral

1L’oliveraie a sans aucun doute permis, durant les siècles passés, une activité agricole relativement importante et a été une source non négligeable de richesses dans certaines zones de la Corse et notamment en Balagne. Les paysages marqués par d’innombrables replats périodiquement dénudés par les incendies en portent encore magnifiquement les traces. Les documents écrits, par contre, nous incitent à plus de prudence, en particulier le Plan Terrier établi entre 1790 et 1796 par le gouvernement français comme base d’imposition où il apparaît que les superficies consacrées à l’oliveraie (A. Casanova, 1978) sont, pour l’arrondissement de Calvi, inférieures à 2 % dans cette région pourtant appelée « riante Balagne » ou « jardin » de la Corse dès le xviième siècle (cf. tableau N° 1).

2Néanmoins, et singulièrement en Balagne, l’importance de l’oliveraie n’est plus que souvenir en dépit des efforts dont elle a pu, çà et là, bénéficier à des moments divers. Cette situation est le résultat d’une conjonction de facteurs économiques et sociaux globaux et de raisons plus spécifiques qui sont apparus successivement et se sont cumulés tout au long de ce xxème siècle.

  • 1 Cette mission a cessé ses activités en décembre 1982 dans le cadre de la réforme régionale.

3Aujourd’hui cependant et ponctuellement des signes de renouveau existent qui laissent espérer une reprise de l’oléiculture. Nous les avons repérés et étudiés en Balagne où l’un de nous (N. R.-B.) a effectué une étude pour le compte de la Mission Interministérielle d’Équipement et d’Aménagegement de la Corse1 dont nous tirons pour cette communication quelques éléments qui constitueront, de fait, l’essentiel des données, vu l’absence de documentation statistique homogène, précise et récente pour ce secteur d’activité corse.

I – L’OLIVERAIE : QUELQUES GÉNÉRALITÉS

4L’olivier est un des arbres symboles de l’agriculture et des paysages méditerranéens. Bien qu’on puisse penser qu’il ait été implanté en Corse avant l’ère chrétienne et vraisemblablement introduit en même temps que la vigne par les Grecs dans l’Antiquité, il faudra attendre le xixéme siècle pour qu’il atteigne dans l’île son extension maximum. Sa régression, par contre, sera forte et rapide au xxème siècle : cet effondrement des superficies cultivées et de la production, indissociablement liées aux mutations socio-économiques de notre siècle et aux conséquences multiples de l’intégration de la Corse à la France, se comprend d’autant mieux que l’on rappellera que l’oléiculture, bien qu’élément du système agro-pastoral familial et, à partir du xveme siècle, de l’économie de marché, a souvent été aidée au cours des siècles précédents.

LE SYSTÈME DE CULTURE DANS L’ARRONDISSEMENT DE CALVI À LA FIN DU xviiième SIÈCLE, D’APRÈS LE PLAN TERRIER TIRÉ DE A. CASANOVA

LE SYSTÈME DE CULTURE DANS L’ARRONDISSEMENT DE CALVI À LA FIN DU xviiième SIÈCLE, D’APRÈS LE PLAN TERRIER TIRÉ DE A. CASANOVA

5Dès le xvième siècle, la politique agraire de Gênes s’était orientée vers l’octroi de primes pour développer la production d’olives dont elle avait besoin. Au xviième et au xviiième siècles, toute une sévère législation est mise progressivement au point pour augmenter la production. Des aides à la greffe d’oléastres sont, certes, distribuées aux propriétaires pour accroître les surfaces cultivées ; mais, de toutes façons, ceux-ci sont contraints de planter annuellement un certain nombre d’oliviers sous peine d’amendes et toute taille d’olivier est punie. C’est alors que l’olive (et l’huile d’olive surtout) prend la seconde place dans les produits d’exportation corses. Au xviiieme siècle, la France reprend et poursuit cette politique ; un certain nombre de règles sont édictées visant à l’accroissement des plantations et à la création de pépinières, en Balagne tout particulièrement. Les encouragements à la production se font sous forme de primes, aussi bien lors de la domination monarchique française que sous Pascal Paoli, primes qui seront encore et toujours accordées au xixème siècle. De 1825 à 1844, la plupart des ordonnances concernant l’agriculture sont relatives à ces primes d’encouragement. C’est en fait durant cette dernière période que les efforts les plus importants et les plus cohérents ont été faits en matière d’oléiculture. Ils portent aussi bien sur les primes et l’envoi de graines ou de plants greffés que sur l’organisation de la production par le biais de la création et de la mise en place de « Sociétés d’Agriculture » qui, sous le Second Empire, seront étendues à chaque arrondissement. Ces sociétés ont institué des concours tels que ceux de Burnouf à Corti et à Aiacciu. De plus des techniciens français sont détachés dans l’île afin d’améliorer la formation des agriculteurs ainsi que les techniques appliquées (P. Simi, 1981). Les résultats sont probants, la production d’olives s’accroît fortement. Mais les techniques de transformation ne s’améliorent pas au même rythme et il n’y a pas création d’huileries modernes, d’où un décalage qui ne sera pas étranger au déclin progressif de l’oléiculture.

6Les causes de ce déclin sont suffisamment connues pour seulement rappeler qu’il est le résultat d’un ensemble de facteurs relevant aussi bien de causes endogènes qu’exogènes, les deux étant d’ailleurs étroitement liées en une période où le développement global mais inégal a eu des effets particulièrement déstructurants sur l’économie des régions non motrices alors pourvoyeuses de main-d’œuvre vers les centres. Il est certain, en effet, que la conduite de l’oliveraie, souvent constituée de plantations très âgées et résultant de greffes d’oléastres, d’accès difficile, où ne sont pratiqués ni la taille, ni la fumure, a contribué au développement des parasites, particulièrement de la mouche de l’olivier (Dacus). Et que tout cela, comme la longueur de la cueillette et l’archaïsme des techniques utilisées pour presser les olives, ait joué contre le maintien de cette activité au niveau qu’elle avait atteint à la fin du xixéme siècle ne fait pas de doute. Il est certain aussi que les insuffisances de l’organisation de la commercialisation ont joué dans le même sens. La vente de l’huile corse n’a jamais été à l’extérieur de l’île assurée par des insulaires. Elle était réalisée par des courtiers continentaux marseillais ou niçois qui, non seulement, s’assuraient de l’importante plus-value du fait de leur fonction, mais tenaient les oléiculteurs corses notamment au début du siècle dans une situation de dépendance totale sur les marchés extérieurs. Il faut bien voir cependant que ces évolutions sont elles-mêmes très liées à la forte diminution de la main-d’œuvre agricole entraînée par l’exode des Corses sur le continent et à la destructuration complète de l’économie de l’île qui a suivi, et que cet état est lui-même consécutif de la nouvelle situation de l’économie corse au cours du siècle au sein de l’ensemble français et de l’ouverture qui s’en est suivie. En effet, du coup, l’huile corse se trouvait sur son propre territoire, dans l’île, non seulement concurrencée par la production continentale mais encore par celle des pays colonisés, huile d’olive des pays du Maghreb, et tout particulièrement de la Tunisie, et par celle des autres pays méditerranéens, Espagne et Italie notamment. Sans compter la concurrence des autres huiles végétales, en particulier l’huile d’arachide et de sésame obtenue à des prix moins élevés et, dans le domaine de l’éclairage, la concurrence du pétrole, puis de l’électricité.

  • 2 S.O.M.I.V.A.C. : Société pour la Mise en Valeur de la Corse ; dissoute en décembre 1982 lors de la (...)
  • 3 C.E.T.A. : Centre d’Etude des Techniques Agricoles.

7C’est dans ce contexte difficile, pour les producteurs insulaires mal armés pour faire face à ces nouvelles données, que des mesures ont été prises par le ministère de l’Agriculture pour tenter de sauver l’oléiculture dès avant la deuxième guerre mondiale. La loi du 7 avril 1932 instituait une aide à la culture, à la régénération et à la plantation de nouvelles olivaies, essentiellement sous forme de primes. Ces dispositions furent maintenues jusque dans les années 50. En 1958, le Plan d’Action Régionale qui prévoyait « le développement harmonieux » de toutes les potentialités de l’île aussi bien des ressources traditionnelles que des ressources nouvelles proposait également un volet d’action pour l’oléiculture. Le plan qui programmait la création de la S.O.M.I.V.A.C.2 et des C.E.T.A.3 mettait l’accent sur le manque de structures de commercialisation adaptées à la situation corse et émettait des propositions en vue de la création de coopératives agricoles y compris dans le domaine oléicole. Il proposait la création en Balagne d’un foyer de progrès et la construction d’une huilerie pilote.

8A partir de 1967 l’entrée en application d’un règlement de la C.E.E. (N° 136/66) concernant l’huile d’olive permettait l’attribution annuelle d’une aide aux producteurs d’huile de la Communauté Européenne (en moyenne 2,40 F par litre d’huile) et constituait en Corse un encouragement certain à la reprise de la culture de l’oliveraie traditionnelle, d’autant que ces mesures se situaient dans un contexte d’augmentation sensible des cours mondiaux de l’huile d’olive. Aujourd’hui, deux types d’aides communautaires coexistent : la première est cette aide à la production qui s’élève maintenant à environ 4 F par litre d’huile d’olive, et qui est, en fait, davantage ressentie comme une prime que comme une aide. La seconde est une aide à la consommation ; elle s’élève à plus de 4 F par litre d’huile et peut être cumulée à la première ; mais comme elle est réservée aux seules entreprises de conditionnement qui vendent sur le marché et qui satisfont à des critères d’agrément relativement élevés (60 tonnes par an et par campagne), la Corse, vu ses structures, ne peut actuellement pas en bénéficier. De toute façon, l’huile d’olive française, plus chère que les huiles d’olive des autres pays méditerranéens de la C.E.E., intéresse peu les entreprises de conditionnement, même françaises, qui préfèrent acheter de l’huile italienne pour laquelle elles bénéficient pareillement de la prime à la consommation, assortie d’un « avantage-coût » non négligeable. Il faut dire aussi qu’elles y sont contraintes dans la mesure où il existe un très large déficit en matière de production d’huile d’olive dans notre pays : en effet, 10 % seulement de la consommation nationale sont produits sur le territoire, alors que le production européenne est, elle, globalement excédentaire. En outre, la production actuelle de l’Italie, de l’Espagne, de la Grèce et de la France réunies, s’élèverait, selon la C.E.E., à 46 % de la production mondiale et, compte tenu des consommations nationales de ces pays et des autres pays de la Communauté, cette production serait globalement excédentaire de plus de 20 %. Cette situation ne pouvant être séparée ni de celle concernant les excédents de production de beurre dans la Communauté, ni des habitudes alimentaires nationales, ni de l’évolution vers une consommation « diététique » d’huiles végétales réputées « légères » – type tournesol – ne permet pas de prévoir une augmentation importante de la consommation. La C.E.E. s’est donc orientée vers un arrêt de la politique d’encouragement à la production au profit d’un effort plus grand en matière de recherche de nouveaux débouchés. C’est ainsi que les plantations faites après le 31 octobre 1978 ne seront pas susceptibles d’être aidées, même en France où la production est pourtant largement déficitaire. De toute façon et de toute évidence, le train de mesures successives prises depuis la loi du 7 avril 1932 n’a pas empêché une diminution continue des superficies plantées et plus encore du nombre des oliviers en Corse. C’est ce que montrent les tableaux suivants.

9Le premier (tableau N° 2) montre une diminution de la surface cultivée en oliviers, avec une accélération assez nette dans les trois dernières années, une forte diminution aussi du nombre d’oliviers depuis 1975 (environ des trois-quarts), qui fait qu’en 1980 on retrouve la même valeur qu’en 1800. Il est d’ailleurs difficile de donner une explication à ces résultats qui ont peu de liaisons avec l’évolution de la superficie cultivée en hectare.

10Le second tableau (N° 3) permet de comparer la production d’huile au xxème siècle jusqu’en 1960 par rapport à ce qu’elle était dans la deuxième moitié du xixème siècle : quelque 40 %, moins de la moitié en tout cas, et, depuis 1975, les 550 tonnes d’huile ne sont plus que le sixième ou le huitième de la production de la fin du xixéme siècle.

11Les tableaux 4 et 5 montrent les évolutions de la production d’olives triturées et d’huile en Corse pour les quinze dernières années ; pour les cinq dernières années le tableau 5 permet de comparer les tonnages de production d’huile en Corse et en France.

12Ces tableaux montrent aussi bien la diminution de la production corse que la diminution de son importance relative en France. Ils soulignent aussi l’irrégularité de cette production.

ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PIEDS ET DES SUPERFICIES CULTIVÉES EN OLIVIERS EN CORSE 1800-1980

ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PIEDS ET DES SUPERFICIES CULTIVÉES EN OLIVIERS EN CORSE 1800-1980

Source : Union Syndicale Interprofessionnelle Oléicole (U.S.I.O.).

PRODUCTION D’HUILE EN CORSE (ESTIMATION)

PRODUCTION D’HUILE EN CORSE (ESTIMATION)

Source : U.S.I.O.

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION D’OLIVES TRITURÉES ET D’HUILE EN CORSE DE 1967 À 1981

ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION D’OLIVES TRITURÉES ET D’HUILE EN CORSE DE 1967 À 1981

Source : U.S.I.O.

ÉVOLUTION DE L’HUILE PRODUITE EN CORSE ET EN FRANCE (en tonnes)

ÉVOLUTION DE L’HUILE PRODUITE EN CORSE ET EN FRANCE (en tonnes)

Source : U.S.I.O.

II – LA BALAGNE

13Il nous faut, après avoir évoqué l’évolution et les problèmes de l’oliveraie corse en général, revenir brièvement sur l’évolution de l’oliveraie balanine depuis le xixème siècle dans la mesure où la situation actuelle est en grande partie le résultat de situations héritées.

14Les historiens décrivent la Balagne au xixéme siècle comme une région riche de ses oliveraies et connaissant une réelle prospérité et les vieilles photos d’Isula Rossa ou les dessins d’époque représentent « le Cours », envahi par les grands tonneaux d’huile attestant l’importance de cette activité dans la région balanine.

15Bien que la commercialisation de l’huile n’ait, pour des raisons diverses, jamais été aux mains des balanins, sauf sur le territoire corse, la vente de l’huile n’assurait pas moins à la région une certaine prospérité. Olivier Blanqui note qu’en 1840 l’exportation des huiles de la seule Balagne rapportait annuellement deux millions de francs, auxquels il faut ajouter un troisième million pour la vente dans l’île, ce qui représentait les deux tiers de la production oléicole totale et le cinquième du P.I.B. (Pomponi 1979).

16Il est certes vrai que depuis le xviiième siècle la Balagne a toujours eu un nombre relativement important d’oliviers, des oliveraies denses et que le rendement en huile était généralement supérieur à 35 %. Mais il est vrai aussi que jusqu’au milieu du xxéme siècle, malgré l’amélioration des techniques de broyage et de pressage en France, l’absence d’huileries modernes en Corse contraignait souvent les producteurs insulaires à triturer leurs olives dans de vieux moulins qui ne permettaient pas l’extraction d’une huile de bonne qualité, ou encore les contraignait à rassembler leur production et à l’expédier vers les huileries et savonneries marseillaises ; situation qui n’a guère évolué en ce qui concerne la transformation et la commercialisation et qui, toute autre difficulté mise à part, ne permettrait plus à la Balagne d’être en mesure d’assurer sa prospérité ou tout simplement de vivre aussi sur les olives.

17Néanmoins et même si elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fût, la Balagne apparaît comme relativement riche en oliviers entretenus et les problèmes qu’elle rencontre dans ce secteur agricole sont sans doute caractéristiques – quoique exacerbés – des difficultés auxquelles se heurtent d’autres régions en Corse comme en France qui ont connu des évolutions régressives souvent perçues et analysées par certains économistes comme inexorables, voire même salutaires.

18Ce sont quelques 20 % des oliviers balanins qui sont effectivement cultivés, entretenus et ramassés régulièrement. C’est peu certes, par rapport aux 30 % qui ne sont pas entretenus mais qui font l’objet de cueillette ; et surtout par rapport aux 50 % d’oliviers totalement laissés à l’abandon ; dans le contexte corse c’est cependant notable.

19Ces pourcentages doivent être mis en relation avec deux ensembles de faits :

  • d’abord avec les pourcentages relatifs aux difficultés d’accès et de mécanisation des terrains plantés en oliviers : un tiers de l’oliveraie est inaccessible aujourd’hui, un autre tiers peut être en partie mécanisé, un tiers seulement des terrains est susceptible de faire effectivement l’objet d’une mécanisation plus poussée (emploi de tracteurs, de vibreurs...). C’est une réalité qui compte dans la conduite de l’oliveraie et qui ne peut que se traduire par un archaïsme certain des méthodes de production en maints endroits ainsi que par des situations et des rendements très différenciés.

  • ensuite avec la réalité des structures et pratiques foncières. Les terres sont morcellées, presque toujours dans l’indivision, chères à l’achat pour les agriculteurs et surtout rares. Les baux écrits entre propriétaires et exploitants sont pratiquement inexistants et les accords généralement verbaux pouvant être remis en cause d’une année sur l’autre, limitent de fait les transformations et les investissements à réaliser notamment pour des cultures pérennes comme l’oliveraie. Sans compter la spéculation foncière et la concurrence pour l’affectation des sols qu’exerce actuellement le tourisme devenu une activité économique essentielle de la Balagne y compris sur les terres agricoles de plus en plus rares. Sans compter aussi qu’en Balagne, comme partout en Corse, la diminution de main-d’œuvre dont se plaignent les propriétaires d’oliviers, due en partie à l’exode vers le continent, a réduit la population susceptible de travailler et conduit souvent à l’abandon des terres agricoles. Toutes ces causes conjuguées se traduisent plus encore en Balagne que dans d’autres régions corses du fait de l’importance du tourisme par des mutations qui bouleversent l’organisation de l’espace et creusent les disparités entre les littoraux dotés d’infrastructures et d’équipements de service et l’intérieur qui n’en a pas, et conduisent vers d’autres métiers et lieux ceux qui auraient pu choisir de vivre d’agriculture si les conditions de vie sociale y étaient décentes.

20On peut donc retenir que 20 % de l’oliveraie est entretenue, c’est à la fois peu, mais dans le contexte corse, d’une part, cela s’explique, d’autre part, ce n’est pas si mal.

  • 4 La Sabine est la variété la plus répandue en Corse. Sa production soumise à une alternance très pro (...)

21Il semblerait pourtant que, depuis quelques années, l’oléiculture balanine soit l’objet d’attentions particulières et qu’elle connaisse une certaine reprise d’activité. Des syndicats se sont constitués en 1966 notamment ceux de la vallée d’Aregnu et du Reginu sous l’impulsion du Service Régional de l’Oléiculture implanté à Aix-en-Provence qui, depuis 1959, pousse à la création de coopératives de service pour encourager les plantations aussi bien dans le sud de la France qu’en Corse. Dans le même temps, des groupes de défense balanins naissent pour tenter de régler des problèmes spécifiques à la région. Périodiquement des réunions se tiennent en Balagne groupant des professionnels, des représentants de l’administration et des techniciens de la S.O.M.I. V.A.C. pour envisager et mettre au point des programmes et des techniques permettant de valoriser la production d’olives et portant aussi bien sur le traitement contre le Dacus que sur des essais de récolte mécanique ou sur l’amélioration des plantations et des moulins. Un certain nombre d’actions ont été entreprises : en 1976 par exemple, dans la vallée du Reginu, 50 % du verger sont régénérés à partir d’oliviers brûlés par greffage de souche en variété « Sabine »4.

22Parallèlement à ces actions qui concernent spécifiquement l’oléiculture, des actions plus globales sont menées pour lutter contre les incendies qui réduisent chaque année un peu plus le verger oléicole et pour développer le pâturage y compris d’ailleurs sous les oliviers.

23Actuellement la production d’huile en Balagne est relativement importante même si elle ne contribue que pour 5 à 10 % à la production française ; nous l’avons vu, elle est de l’ordre d’une centaine de tonnes soit 30 % de la production corse. Les récoltes y sont de 30 kg par arbre et par an, compte tenu du fait que les oliviers, lorsqu’ils ne sont pas irrigués, ce qui est le cas le plus fréquent en Corse, produisent tous les deux ans ; ce qui n’exclut pourtant pas d’obtenir en Balagne des rendements allant jusqu’à 100 kg par arbre lorsque les oliviers sont régulièrement entretenus.

24Quant à la transformation des olives, elle a toujours été faite ici comme partout en Corse dans les moulins traditionnels, actuellement peu rentables et ne satisfaisant pas aux normes de qualité. La trituration s’y caractérise par deux inconvénients majeurs : les opérations de pressage sont lentes (140 kg pressés à l’heure) de même que la décantation dans les cuves ou dans les fûts ce qui provoque une augmentation du degré d’acidité de l’huile. L’installation de moulins modernes résoudrait ce problème en permettant de presser 450 kg d’olives à l’heure et de réduire les risques d’acidité par utilisation d’une centrifugeuse assurant immédiatement la séparation de l’huile et une qualité constante.

25Nous avons vu qu’en 1983 il n’existait en Balagne qu’un seul moulin moderne, situé sur la commune d’Avapessa ; nombre d’oléiculteurs balanins trituraient dans les moulins traditionnels ; d’autres portaient leurs olives au moulin moderne de Migliacciaru en plaine orientale, ce qui peut sembler à juste titre paradoxal quand on sait que la région productrice est la Balagne et quand on sait à quel point elle est enclavée et mal reliée au reste de la Corse.

26Mal équipée en structures de transformations adaptées aux exigences des consommateurs, la Balagne est également mal placée en matière de commercialisation. Les réseaux ne sont pas organisés et même la vente sur place est assez faible, l’exportation à fortiori est mal maîtrisée.

27Ceci étant, il est important de dire qu’il est très difficile de cerner précisément cette activité. C’est vrai que les oléiculteurs ne sont pas très bavards lorsqu’on attend d’eux des réponses précises sur leur production ; c’est vrai aussi que leur production est très irrégulière et que, de plus, les incendies chaque année réduisent un peu plus le potentiel productif. Et ce n’est pas la consultation du cadastre dont la remise à jour est bien insuffisante qui peut être d’un grand secours pour le chercheur qui devra savoir se contenter d’approximations et d’informations ponctuelles, qui, c’est notre avis, sont néanmoins suffisantes pour repérer et individualiser les problèmes les plus importants.

28Enfin, il faut bien souligner aussi que même en Balagne où, nous l’avons vu, l’oléiculture a conservé quelque importance, elle n’est plus pour beaucoup de familles dans les villages qu’une activité d’appoint qu’on pratique pour assurer la consommation familiale d’huile et dans le meilleur des cas pour obtenir quelques surplus que l’on écoulera auprès de parents ou d’amis – comme la charcuterie en montagne – en la vendant ou l’échangeant contre des services ou d’autres productions. Dès lors on comprend bien, qu’élément d’une économie souterraine – fonctionnement qui joue en Corse un rôle fondamental – l’oléiculture balanine ne peut pas, par définition, être précisément connue. À plus forte raison, a-t-on du mal à avoir une idée un peu générale sur les réalités des problèmes de commercialisation rencontrées par les professionnels.

29Aussi nous avons choisi pour les évoquer de présenter les solutions de fonctionnement de quatre oléiculteurs balanins que nous avons retenus, parmi les exploitants chez qui nous avons enquêté, comme étant révélateurs des problèmes autant que des possibilités d’action.

  1. Monsieur X est propriétaire-exploitant sur une commune située à environ 15 km d’Isula Rossa. Il possède quelques 600 pieds d’oliviers sur des terrains divers, dont certains bien accessibles, d’autres moins. Il triture sa récolte – assez importante – dans son propre moulin, un moulin traditionnel. Monsieur X est un polyactif : il possède aussi quelques vignes et est avant tout hôtelier-restaurateur, ce qui lui permet d’écouler entièrement son huile. D’une part la cuisine du restaurant est principalement faite à l’huile d’olive ; d’autre part il vend une partie de sa production à ses clients. Monsieur X n’est plus un homme tout jeune. Dynamique, inventif, il a depuis longtemps fait le choix de « vivre au pays » en misant sur la polyactivité et la qualité de sa production et des services qu’il assure à ses clients. Il a réussi. Il nous a pourtant affirmé que bien qu’il tienne beaucoup à son activité d’oléiculteur, il ne pouvait la maintenir que parce qu’il était hôtelier. En terme économique pur, il perdrait même de l’argent à continuer à entretenir son oliveraie et à payer de la main-d’œuvre pour la cueillette. Il sait néanmoins le rôle du maintien de cette activité pour son image de marque et celle de son établissement très justement renommé, et c’est aussi en partie à ce titre qu’il la conserve. D’une façon plus globale il pense qu’il est important d’essayer de maintenir le patrimoine oléicole en Balagne car il est un des éléments qui fonde traditionnellement les paysages, l’économie, « la vie » dans son pays balanin, et qu’il faut chercher ou inventer des solutions notamment du côté de la polyactivité ; c’est pour cela qu’il pense qu’il se doit de réussir.

    • 5 Il s’agit d’une organisation créée pour commercialiser les produits corses auxquels elle confère un (...)

    Monsieur Y est un jeune oléiculteur. Un oléiculteur à temps complet qui a repris et continue la tradition familiale et s’est occupé, jusqu’à ce qu’ils soient détruits par le feu en juillet 1982 de 1 200 pieds environ. La moitié seulement lui appartenait et 60 % étaient situés sur des terrains facilement accessibles et bien mécanisables. Il triturait sa récolte dans le moulin d’Avapessa dont nous avons parlé et qu’il avait acheté avec un autre oléiculteur ; il obtenait une huile de bonne qualité qu’il ne semblait pas avoir de difficultés à commercialiser en Corse. Il en vendait à des Balanins résidents permanents et à des touristes de passage, soit directement au moulin, soit lors de foires artisanales pendant la saison touristique autour d’Isula Rossa. Une autre partie de sa production était vendue dans les « case paesane »5 que l’on trouve dans différentes villes et villages corses. Il approvisionnait aussi un supermarché de Bastia où il se trouvait en concurrence avec des huiles continentales et étrangères. Pour vendre l’huile qui lui restait, il sillonnait en camionnette les routes corses allant, comme cela se faisait couramment auparavant en charrette, d’un village à l’autre. Entreprenant, sûr de son produit, il réussissait de la sorte à écouler totalement sa production et à en vivre.

  2. Monsieur Z, jeune polyactif dans un village un peu plus éloigné d’Isula Rossa, possède et exploite environ 1 500 pieds d’oliviers bien situés en plaine et sur des côteaux facilement accessibles et mécanisables. Il est aussi éleveur comme l’ensemble de sa famille, ce qui explique d’ailleurs en partie qu’il ait pû disposer de capitaux et se lancer dans de nouvelles techniques. Son dynamisme et la conduite de son exploitation sont, à bien des égards, exemplaires dans la région. L’huile qu’il obtient en faisant triturer ses olives dans le moulin de Migliacciaru est d’excellente qualité et il la commercialise en partie sur le continent. Il en envoie à la société parisienne « Fauchon » et à une chaîne de magasins diététiques allemands, à des prix très avantageux pour lui. Il commercialise le reste sur place en Balagne et dans un supermarché d’Aiacciu. Il n’a aucune difficulté à écouler sa production. La diversification de ses débouchés lui assure la sécurité ; la qualité de son huile et son esprit d’initiative lui ont permis d’accéder à des créneaux qui lui assurent une rémunération de son travail que lui envient bien d’autres professionnels dans la région.

  3. Le dernier cas que nous présentons est beaucoup plus révélateur de problèmes que de solutions possibles : c’est celui d’un oléiculteur d’Isula Rossa qui a dû quitter son exploitation et la Corse en 1978. Continental, marié avec une Corse, gestionnaire de formation, il avait choisi dans les années 70 de cultiver les 700 pieds d’oliviers que possédait son beau-père et, pour tenter d’avoir une affaire viable, d’en louer d’autres. C’est ainsi qu’il put, par des baux oraux essentiellement, obtenir la location de 500 oliviers. Il avait aussi investi avec un autre oléiculteur dans l’achat du moulin d’Avapessa dont nous avons parlé. Il commercialisait la plus grande partie de son huile en utilisant un réseau d’amis, ou directement au moulin il en envoyait aussi une partie dans la région parisienne dont il était originaire. Son exploitation était bien conduite et il n’avait pas de problèmes de commercialisation. Si il connut des difficultés telles qu’il dut abandonner son affaire, ce n’est certainement pas à mettre au compte d’une faillite professionnelle ; bien au contraire. Néanmoins dans le climat de tensions sociales que commence à connaître la Corse à partir de 1975, certains bailleurs ne renouvelèrent pas leurs contrats. Sa femme essaie aujourd’hui de continuer à gérer les oliviers de son père ; elle ne fait pourtant guère de projets pour l’avenir.

30La relation, bien que très résumée, de l’étude menée sur ces quatre oléiculteurs balanins permet de retrouver un certain nombre d’idées forces qui ressortent de notre étude pour la mission interministérielle :

  • l’activité oléicole peut dans cette région être rentable à certaines conditions nécessaires mais cependant non suffisantes, soit en tant qu’activité unique, soit associée à une autre activité dans le cadre d’un statut de polyactivité ;

  • le nombre de pieds d’oliviers doit être suffisamment important – un millier dans le cas d’activité unique – étant donné que les oliviers ne produisent qu’une année sur deux et que cette production est irrégulière ;

  • Les oliviers doivent être bien situés sur des terrains accessibles non seulement pour pouvoir mécaniser l’exploitation mais encore pour les entretenir régulièrement, et ainsi diminuer les risques d’incendie qui sont beaucoup plus grands sur les terrains à l’abandon et entourés de friches : ce qui souvent le cas des terrains les moins accessibles dans les phases de recul de l’activité agricole où seuls sont entretenus les cultures et les vergers oléicoles les plus proches des villages ;

  • l’huile de Balagne n’a pas et ne devrait avoir aucun problème de débouchés. Il y a place tant en Corse que sur le continent pour un produit de qualité. Les créneaux d’ores et déjà exploités par les uns ou les autres le démontreraient s’il en était besoin ;

  • pourtant la région manque cruellement de structures de transformation des olives. Un seul moulin moderne en Balagne et le recours soit aux méthodes traditionnelles de trituration, soit au service d’un moulin situé en plaine orientale ne paraissent pas être des éléments susceptibles de jouer en faveur d’un développement de cette activité, même pas de son maintien ;

  • de la même façon, la région manque à l’évidence de structures de commercialisation. Le dynamisme des oléiculteurs d’une part, et le rôle de l’économie souterraine d’autre part, pallient partiellement les effets de cette carence. Il n’en reste pas moins vrai par exemple qu’au niveau de la Balagne même, il peut paraître paradoxal et tout à fait regrettable qu’il soit très difficile de trouver dans les commerces d’Isula Rossa et de Calvi une huile balanine ;

  • dans cette région l’activité oléicole, comme les autres activités ou peut être plus que les autres, souffre des maux que la Corse connaît actuellement. Du feu notamment qui chaque année réduit un peu plus le patrimoine et à l’endroit duquel il est difficile d’espérer une évolution sensible, c’est-à-dire une inversion des tendances dans le court terme, tant il est vrai que ce fléau relève d’enjeux importants et pour son éradication de solutions globales de nature socio-politiques ;

  • cependant et dans ce contexte existent des signes de renouveau de nature diverse, mais qui vont dans le même sens : celui de l’expression d’une volonté affirmée de sauver l’oléiculture en Balagne et de s’en donner les moyens.

  • C’est ainsi que nous interpréterons la solidarité qui a joué en faveur de ce jeune oléiculteur balanin qui, en une nuit de juillet 1982, a assisté à la destruction par le feu de presque tous ses oliviers. Il a pu très vite retrouver des arbres à cultiver pour le temps qui sera nécessaire à ce qu’il regreffe les siens et qu’ils entrent en production.

  • En outre, un long travail sur le terrain de plusieurs personnes pendant quelques mois a abouti durant ce même été 1982 – par ailleurs catastrophique au plan des. incendies en Balagne – à la création d’une association pour la défense et la promotion de l’oliveraie, « l’Alivu balaninu ».

  • Qui plus est, cette association qui a suscité l’intérêt d’un nombre relativement important de producteurs a, dans son sillage et à l’initiative de certains d’entre eux, entraîné la création d’une coopérative oléicole regroupant 7 oléiculteurs. L’objectif de cette coopérative qui doit commencer à fonctionner dès la campagne 1983 – 1984 avant même son inauguration prévue en janvier 1984 est de permettre dans un premier temps la mise en place d’un moulin moderne sur la commune de Spiloncatu, ainsi que l’achat de divers matériels (tracteurs, vibreurs...), pour la production et la transformation.

31Dans le même temps que nous faisions cette analyse de l’évolution actuelle de l’oléiculture, il nous a paru nécessaire de suggérer ou de rappeler qu’il serait important de :

  • créer un label de qualité (en projet) ou une appellation d’origine ;

  • de proposer une route des huiles – à l’instar de celle des vins – profitant ainsi du patrimoine des vieux moulins inutilisés ou récemment abandonnés ;

  • de tenter de retrouver les traditions d’« aiutu » (d’entraide) pour permettre le fonctionnement de l’activité oléicole par des polyactifs et considérer la polyactivité comme un élément non négligeable d’un maintien dans les villages de quelques familles ;

  • d’envisager une commercialisation collective et la création d’un groupement de producteurs, ce qui permettrait de maîtriser aussi bien les marchés que les produits ;

  • de faire que la construction du barrage de Codole permette l’irrigation de certains arbres et donc leur production annuelle ;

  • de mener une réflexion pour réutiliser les tourteaux soit comme nourriture pour le bétail, soit à l’aide d’une fabrique de briquettes pour en faire des petites planches ou « briques » qui serviraient pour le chauffage des maisons.

CONCLUSION

32La Balagne connait donc d’indiscutables transformations. Bien sûr, elles ne concernent que les plus dynamiques des oléiculteurs et les plus résolus : ce sont néanmoins les signes d’un possible renouveau de ce secteur de l’agriculture corse traditionnelle. Il est vrai que les difficultés, les freins, les blocages de toutes sortes ne manquent et ne manqueront pas, et que l’avenir de l’oléiculture en Balagne dépendra non seulement des potentialités régionales (endogènes) d’évolution, d’adaptation, de changement, mais également et surtout de la volonté des autorités responsables de mettre en place et de faire appliquer des mesures et de faire fonctionner des structures capables d’impulser pour la Corse un développement global et intégré.

Détritage des olives
C. Ο. P. E. X. O.

CARTE DE SITUATION

CARTE DE SITUATION

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALBITRECCIA A., La Corse, son évolution au xixe siècle et au début du xxe siècle ; le plan terrier de la Corse au xviiie siècle, Lafitte reprints, Marseille, (1942 reprint 1981), 255 p.

CASANOVA A., « Techniques et sociétés, forces productives et rapport de production dans les communautés rurales corses (fin xviiie siècle, début xixe siècle »), in Pieve et paesi : communautés rurales corses, C.N.R.S., 1978, 379 p.

CERUTTI J., « Une rénovation de l’oliveraie traditionnelle est-elle possible ? » Revue S. 0. M. I. -V.A.C. - S.E.T.C.O., num. 80, p. 19-28, Bastia, 1976.

I.N.S.E.E., Bulletin de statistiques économiques, trimestriel, Ajaccio.

Journal officiel de la République Française, « Plan d’Action Régionale », Paris, 19 avril 1947.

Ministère de l’Agriculture, Région Corse : Développement agricole et rural de l’intérieur de la Corse, 1978, 329 p.

Les productions végétales de la Corse, t. II : les données générales, D.D.A. d’Ajaccio, 1979, 226 p.

Ouvrage collectif : Corse, Ecologie, Économie, Art, Littérature, Langue, Histoire, Traditions populaires, 1979, Christine Bonneton éditeur, 363 p.

POMPONI F., Histoire de la Corse, Hachette, 1979, 448 p.

Préfecture de la Région Corse, Une région française : la Corse, seconde édition, 1976, 50 p.

RENUCCI J., Corse traditionnelle et Corse nouvelle, Audin, Lyon, 1975, 454 p. RICHEZ-BATTESTI N., L’oliveraie en Balagne, recensement en vue du Plan d’Aménagement Rural, Mission Interministérielle d’Aménagement et d’Équipement de la Corse, Paris, septembre 1982, 50 p. dactylographiées.

SIMI P., Précis de géographie humaine, économique et régionale de la Corse, Collection Corse d’hier et de demain, Bastia, 1982, 608 p.

S.O.M.I.V.A.C., L’oléiculture corse : la production d’huile, 1976, num. 80.

UHLEN, Les vocations de l’agriculture corse, D.D.A. Ajaccio, 1975, 49 p.

Notes

1 Cette mission a cessé ses activités en décembre 1982 dans le cadre de la réforme régionale.

2 S.O.M.I.V.A.C. : Société pour la Mise en Valeur de la Corse ; dissoute en décembre 1982 lors de la mise en place de nouvelles structures.

3 C.E.T.A. : Centre d’Etude des Techniques Agricoles.

4 La Sabine est la variété la plus répandue en Corse. Sa production soumise à une alternance très prononcée (une année sur deux) est généralement abondante.

5 Il s’agit d’une organisation créée pour commercialiser les produits corses auxquels elle confère une certaine valorisation, une sorte de label.

Table des illustrations

Titre LE SYSTÈME DE CULTURE DANS L’ARRONDISSEMENT DE CALVI À LA FIN DU xviiième SIÈCLE, D’APRÈS LE PLAN TERRIER TIRÉ DE A. CASANOVA
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-1.jpg
Fichier image/, 288k
Titre ÉVOLUTION DU NOMBRE DE PIEDS ET DES SUPERFICIES CULTIVÉES EN OLIVIERS EN CORSE 1800-1980
Légende Source : Union Syndicale Interprofessionnelle Oléicole (U.S.I.O.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-2.jpg
Fichier image/, 100k
Titre PRODUCTION D’HUILE EN CORSE (ESTIMATION)
Légende Source : U.S.I.O.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-3.jpg
Fichier image/, 92k
Titre ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION D’OLIVES TRITURÉES ET D’HUILE EN CORSE DE 1967 À 1981
Légende Source : U.S.I.O.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-4.jpg
Fichier image/, 132k
Titre ÉVOLUTION DE L’HUILE PRODUITE EN CORSE ET EN FRANCE (en tonnes)
Légende Source : U.S.I.O.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-5.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Détritage des olivesC. Ο. P. E. X. O.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-6.jpg
Fichier image/, 416k
Titre CARTE DE SITUATION
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/704/img-7.jpg
Fichier image/, 184k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter