Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

L’Olivier en Haute-Provence au xixème siècle

André de Reparaz

Texte intégral

1Les oliviers de Haute-Provence, aux avant-gardes de l’oliveraie méditerranéenne nord-occidentale, constituent à la fois une limite culturale et une frontière culturelle de civilisation – civilisation non seulement agricole et alimentaire mais aussi des mentalités paysannes et des genres de vie. La première moitié du xixème siècle, plus particulièrement abordée ici, voit à la fois se produire le maximum démographique de la population rurale de la région et se prolonger le maximum d’extension de l’olivier provençal du xviiiéme siècle.

Limites et localisations d’une culture à ses confins climatiques

2Les limites de l’oliveraie de la première moitié du xixéme siècle sont au total assez peu différentes de ses limites actuelles et il y a dans l’ensemble une réelle stabilité des espaces oléicoles au cours des deux derniers siècles.

3Les localisations et l’importance des plantations – inégalement connues – montrent cependant que l’olivier s’installait sur plus de communes et avait atteint des zones plus septentrionales qu’actuellement.

  • 1 Communes actuellement sans oliviers.

4A l’est, l’olivier s’insinuait, à partir d’Entrevaux et de la vallée du Var, dans celle du Colomp en aval d’Annot. Le sous-préfet de Castellane indiquait l’existence d’une production de 2 000 hl d’olives dans son arrondissement en 1818 – 19. Arrêtées par les clues de Chabrières plus à l’ouest, les oliveraies n’avaient, pas plus qu’actuellement, pénétré les Préalpes de Barrême et les hautes vallées de l’Asse. Les communes du canton de Mezel étaient déjà, dans cette zone, le dernier bastion de l’oliveraie méridionale : Beynes et Chateauredon – d’où l’olivier a maintenant disparu – Mezel même, et Estoublon, première commune où l’arbre prenait une réelle importance (34 ha en 1836). L’olivier ne dépassait pas Digne (2 ha) et ses environs : il est signalé sur plusieurs hectares à Gaubert et aux Sieyes en 1804 et 1836 ainsi que sur le grand adret vini-oléicole de Courbons aux mêmes dates. Aiglun et Mirabeau étaient les dernières communautés pratiquant la culture de l’olivier vers les Duyes à la même époque1.

  • 2 Arch. des A.H.P., M 12, art. 5.

5Au nord-ouest se situait l’avancée la plus septentrionale et la plus significative de l’olivette dans les Préalpes du sud – en dehors des Baronnies. Un problème souvent soulevé à ce sujet est celui de savoir si les oliviers ont autrefois dépassé la cluse de Sisteron. Un utile rapport du sous-préfet de Sisteron au Ministère de l’Intérieur sur la culture de l’olivier dans l’arrondissement, daté du 23 février 18112, indique non seulement qu’il existe 5 000 pieds d’oliviers sur la commune même de Sisteron mais encore qu’au delà de la cluse une cinquantaine d’oliviers « prospèrent difficilement » à Mison et que l’on trouve quelques cent pieds « assez vigoureux » à Valernes. Et même, dépassant son fief sous-préfectoral, il précise qu’il y a « trente pieds d’oliviers aux pieds du château de Ventavon », dans les Hautes-Alpes, à près de vingt kilomètres de là.

6A l’aval immédiat de la cluse, non seulement l’arbre occupe des communes où on le trouve encore de nos jours (Entrepierres, Sourribes, Salignac...), mais encore il pénètre – timidement – dans les massifs orientaux (canton de La Motte) et même escalade les pentes bien exposées de l’extrémité de la montagne de Lure (Valbelle).

7Très vite, d’ailleurs, les oliveraies s’étoffent : 5 000 oliviers à L’Escale, 10 000 à Volonne – trois fois plus qu’actuellement – et plus de 21 500 oliviers au total dans ce même canton de Volonne

8Les raisons de ces limites sont d’abord, ainsi que de nos jours, d’ordre climatique. Les « grands » hivers peuvent être, comme celui de 1829, désastreux pour les olivaies même si, comme le précise le rapport de 1811, « il n’y a pas eu de mortalité générale des oliviers depuis 1709 », quoique les « arbres soient souvent endommagés par les froids vifs ».

9Certaines autres raisons expliquent aussi un médiocre dynamisme de l’olivier en cette première moitié du xixème siècle. La rivalité de la vigne, en particulier, ainsi qu’une insuffisante capacité des pépinières et des pépiniéristes de Haute-Provence. Le sous-préfet de Sisteron indique, toujours en 1811 : « Cette culture pourrait être étendue, mais le prix élevé des plants (2 à 3 F) et la difficulté d’en trouver, ainsi que la concurrence de la vigne sur les terrains propices sont un obstacle (à son extension) ».

Systèmes de culture et paysages agraires de l’oliveraie du premier xixème siècle.

10Comme de nos jours, l’olivier est cultivé sur de bons adrets, très souvent sur des terrasses ou des champs en rideaux installés sur des replats favorables, comme en font foi les cadastres napoléoniens. Le système de culture et les pratiques culturales sont assez diverses et aboutissent à des paysages assez différents de ceux que l’on peut observer actuellement.

11Le paysage agricole complanté domine et les parcelles sont, le plus souvent dans cette zone « frontière » de l’olivier, diversement complantées en allées. A l’adret de Courbons, en 1810, le tableau d’expertise du cadastre enregistre, à côté de labours et de vignes en plein, des mélanges de « vignes-terres labourables » et des combinaisons de « vignes et oliviers », de « terres et oliviers » et de « vignes-terres et oliviers ». Les « terres et oliviers », qui s’étendent sur 246 ha, sont complantés d’oliviers à raison de 40 pieds d’oliviers par journal de 20 ares, soit 200 arbres à l’hectare de première classe, donc une complantation serrée où l’olivier est essentiel. Dans les parcelles moins favorables à l’arbre, la densité des arbres oscille entre 100 et 135 oliviers à l’hectare.

12Dans la combinaison culturale triple associant vigne, terres et oliviers, le nombre des oliviers varie entre 5 (troisième classe des terres – vignes -oliviers) et 16 (première classe) par journal de vingt ares : complantation d’oliviers en ordre lâche, donc, dans ces parcelles peu étendues (4,1 ha au total) où le « produit de la terre n’est, par rapport à la plantation d’oliviers, que de la moitié du produit net » de ces mêmes surfaces arborées.

13Ce constat fiscal cadastral pose le problème de la faible rentabilité de l’olivier dans ces conditions de concurrence mutuelle des cultures complantées et des arbres. L’inconvénient est pourtant bien connu par les agronomes et les administrateurs : le sous-préfet de Sisteron écrit en 1811, à propos d’une olivette-type de 100 oliviers, que « la vigne est cultivée sous ces arbres, ce qui est très mal (sic) et diminue le produit de l’olivier ».

14Pourtant cette pratique de petits polycultivateurs prudents se prolongera longtemps au cours du xixéme siècle. Lors de l’enquête agricole de 1868, les réponses des commissions d’enquête de Sisteron, Forcalquier, Digne, soulignent que « les oliviers se trouvent mêlés parmi les plantations de vignes, en allées ».

15Les façons culturales et les soins à l’olivier sont assez bien précisées par les diverses sources.

16L’olivier est toujours taillé assez bas au début du xixème siècle : « on tient les arbres bas et arrondis pour pouvoir les tailler plus aisément et cueillir les olives sans les gauler, comme on le pratique dans les pays où l’olivier est plus élevé, ce qui nuit à l’arbre et au fruit » déclare le rapport de 1811 précité.

17Dans le tableau d’expertise pour l’établissement du cadastre de Courbons – à l’adret N.O. de Digne –, en 1810, on estime à quatre journées de taille pour 40 oliviers en complantation, le temps passé à cette taille dans un hectare de « terre et oliviers ». On taille tous les deux ans (Sisteron, 1811), ou même parfois tous les quatre ans (Courbons – Digne, 1810).

18Outre la taille, l’olivier est soigné spécifiquement au sein de la parcelle complantée. Les tableaux d’expertise cadastraux de 1811 estiment à deux les labours accordés chaque année pour les oliviers (première classe), « l’un pour employer le terreau (d’engraissement) et donner la première façon, l’autre pour passer dans le terrain intermédiaire et donner la deuxième façon ». Une « charge » d’engrais sous forme de « terreau » (compost de pailles et broussailles « qu’on fait pourrir » est en effet fournie à chaque « pied d’olivier tous les ans ». Cet engrais apporté aux arbres témoigne de soins attentifs à une culture à laquelle on attache de l’importance. Cependant, il s’agit d’observations concernant les meilleures oliveraies ; mais qu’en était-il des oliviers de « deuxième et troisième classes » des classifications cadastrales ?

19Sur le chaussage de la matte – de la souche – on ne sait rien de précis ; en revanche, on a des indications sur la récolte, sans doute surtout effectuée par des femmes : « une femme – indiquent les expertises cadastrales – cueille deux quintaux d’olives mesure locale (80 kg) et coûte 75 centimes par jour ».

20Les variétés d’oliviers cultivées dont on indique les noms sont différentes (ou portent des noms différents ?) de celles actuellement utilisées dans les oliveraies préalpines et duranciennes : Espanenque, Négronne, Bizette, etc. » (Sisteron, 1811).

La production de l’olivaie de Haute-Provence et sa place dans l’économie agricole.

21Il s’agit essentiellement d’olives pour la production d’une huile plus estimée et plus chère que l’huile de noix souvent produite conjointement dans les mêmes communes.

22Une extrême variabilité interannuelle caractérise cette production. Le rapport précité du sous-préfet de Sisteron (1811) précise le « produit d’une olivette d’une trentaine d’années moyennes de 100 arbres » (en complantation avec la vigne).

23Ces cent pieds ont donné, entre 1803 et 1810, entre deux (1810) et 182 décalitres d’olives (1809) avec une moyenne s’établissant autour de 82 décalitres. Mais quatre années se sont situées au-dessous de 50 dal (dont deux presque nulles), tandis que trois dépassèrent 160 dal.

24Les rendements-enregistrés alors (26 à 50 hl/ha en 1811 à Sisteron) étaient bien inférieurs aux rendements moyens actuels (80 à 90 hl/ha).

25En réalité, il s’agit d’une culture de complément dans le cadre d’une économie souvent encore autarcique pour une part importante et c’est essentiellement l’huile d’olive familiale, aussi bien dans les grandes que dans les petites exploitations, que l’on produit sur de petites surfaces. L’olivier n’occupe qu’une place très modeste dans l’ager de ces communes de sa limite septentrionale (de 1 à 2 ou 3 % des terres cultivées). Les oliveraies ne constituent donc ici que des îlots privilégiés, témoins d’une avance extrême, culturelle et culturale. Ainsi, presque aucune de ces communes oléicoles ne fournit d’excédent commercialisé : en 1804 Estoublon fait figure d’exception, qui déclare « exporter la moitié de sa production sur Digne » ; tout au plus trouve-t-on des indications comme à Sourribes (Sisteronnais) dont « un peu d’huile est vendue sur le marché de Sisteron... ».

26En fait, les statistiques de l’An XII comme celles de 1836 ou de 1892, donnent partout l’huile de noix comme principal produit oléicole et la culture du noyer comme la première culture pour la production d’huile dans les communes de Haute-Provence où l’olivier est, par ailleurs, présent. En 1804 par exemple, aux portes de Digne, les Sieyes produisent 2 quintaux d’huile d’olive contre 6 quintaux d’huile de noix ; Gaubert 2 quintaux de l’une et 18 quintaux de l’autre, Aiglun 3 quintaux et 12 quintaux ; Sisteron produit dix fois plus d’huile de noix que d’huile d’olive à la même date...

27Inversement, les octrois enregistreront plus tard des courants commerciaux notables d’importation d’huile d’olive vers les villes bas-alpines, alors que l’huile de noix, assez abondamment produite dans les communes clientes voisines, ne représente qu’une part modeste ou minime des importations urbaines. Ainsi, à Digne, en 1870, on voit passer à l’octroi 454 hl d’huile d’olive contre 100 hl d’huile de noix.

28En dépit d’une profonde mutation technologique, d’une véritable révolution des systèmes de culture et d’une transformation fondamentale de la société agricole et rurale, le maintien de l’oliveraie en Haute-Provence tout au long des xixème et xxème siècles témoigne d’un attachement profond de l’agriculteur à une arboriculture de civilisation. L’arbre méditerranéen par excellence, en léger recul spatial par rapport au début du siècle dernier, est maintenant plus productif et la qualité de ses produits reste celle d’une oliveraie de limite climatique, aux huiles particulièrement fines. L’olivette haut-provençale renouvelée constitue pourtant encore, comme du début du xixème siècle, une frange agricole limitée, à la fois complément des exploitations agricoles et culture de loisir et de civilisation.

Prix courants des huiles à Marseille, le 17 juillet 1813
Archives de la Chambre de Commerce de Marseille

Notes

1 Communes actuellement sans oliviers.

2 Arch. des A.H.P., M 12, art. 5.

Table des illustrations

Légende Prix courants des huiles à Marseille, le 17 juillet 1813Archives de la Chambre de Commerce de Marseille
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter