Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’huile d’olive en Méditerranée

Le commerce international de l’huile d’olive

L. Denis

Texte intégral

11 – Comme vous le savez, depuis la deuxième guerre mondiale, les huiles végétales fluides alimentaires extraites de graines oléagineuses ont enregistré une croissance très importante.

2Cette croissance liée à l’augmentation des besoins globaux en huiles végétales fluides alimentaires et en farines protéiques a été particulièrement marquante à partir de l’année 1960, notamment pour l’huile de soja, l’huile de tournesol et l’huile de colza dont les productions ont évolué comme suit (en milliers de tonnes métriques) :

3Il en a été de même en ce qui concerne les échanges internationaux portant sur ces huiles ou sur les graines oléagineuses dont elles sont extraites.

4A cet égard, il convient de souligner qu’indépendamment du développement de cultures oléagineuses intervenu dans certains d’entre eux, les pays du bassin méditerranéen dans lesquels se situent 97 % des oliviers cultivés dans le monde ont constitué et constituent un très important marché d’importation de graines oléagineuses et d’huiles qui en sont extraites, celles-ci étant commercialisées en concurrence directe avec l’huile d’olive produite dans ces mêmes pays à raison de près de 98 % de la production mondiale.

5L’huile d’olive, huile de fruit obtenue à partir d’une culture arbustive pérenne, n’a pas bénéficié de la même progression. Il n’en demeure pas moins que sa production mondiale est passée de 860 00 tonnes environ entre 1947/48 et 1950/51 à 1 475 000 tonnes en moyenne au cours des dernières années écoulées (période de 1976/77 à 1981/82), ce qui la maintient au sixième rang des productions mondiales d’huiles végétales fluides alimentaires après, par ordre d’importance, l’huile de soja, l’huile de tournesol, l’huile de colza, l’huile d’arachide et l’huile de coton.

6Dans le commerce international, sa progression a été supérieure. Les tonnages importés sont passés de près de 120 000 tonnes en moyenne entre 1949/50 et 1952/53 (représentant 12,3 % de la production mondiale) à près de 236 000 tonnes entre 1978/79 et 1981/82 (correspondant à 15,4 % de la production mondiale), après avoir atteint 288 300 tonnes en moyenne au cours de la période 1969/70 - 1973/74 (ledit tonnage représentant alors 20,4 % de la production mondiale moyenne).

7Mais il convient de rappeler qu’avant la deuxième guerre mondiale (période de 1928/29 à 1937/38), les échanges internationaux avaient porté sur 211 300 tonnes en moyenne d’huile d’olive pour une production mondiale de 870 000 tonnes, ce qui correspondait à 24,2 % de ladite production mondiale.

82 – Outre les fortes fluctuations alors enregistrées d’une campagne oléicole à l’autre (fluctuations allant de 444 000 tonnes à 1 146 tonnes ou encore de 572 000 tonnes à 1 382 000 tonnes durant la période de 1947/48 à 1955/56) avec les incidences défavorables en découlant notamment dans le commerce international déjà perturbé par la rupture des courants commerciaux normaux au cours de la deuxième guerre mondiale, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les pays producteurs et importateurs intéressés se sont attachés dès 1950 et postérieurement, à partir de 1953, avec l’appui de la F.A.O., à faire mettre en œuvre l’accord international sur l’huile d’olive (intervenu en 1956 et entré en vigueur à partir de 1959) sur la base des principes recommandés par le Conseil Économique et Social des Nations Unies en matière d’accords intergouvernementaux sur les produits de base et repris ensuite par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

9C’est ainsi qu’en vue du développement du commerce international d’huile d’olive indépendamment de mesures se rapportant plus spécialement à la régulation du marché (stockage régulateur, contacts d’approvisionnement et de livraison entre acheteurs et vendeurs...) de nombreuses dispositions tendant à la normalisation du marché dans le commerce international ont été prises.

10Parmi celles-ci, il convient notamment de citer :

  • application de normes internationales de qualité et de pureté dans le commerce international avec des dénominations et définitions appropriées pour chacune des qualités d’huile d’olive ;

  • unification des normes des caractéristiques physiques et chimiques de l’huile d’olive, ainsi que des méthodes d’analyse en collaboration avec la Commission Mixte F.A.O./O.M.S. du Codex Alimentarius et de l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée ;

  • recommandations tendant à interdire les procédés d’estérification et, plus généralement, de synthèse pour les huiles d’olive ;

  • recommandations d’un modèle de contrat type international et mise en place, près du Conseil Oléicole International, d’un Bureau International de Conciliation et d’Arbitrage en collaboration avec la Chambre de Commerce Internationale, avec adoption des Incoterms dans le commerce international et mise à jour régulière, pour le Bureau International de Conciliation et d’Arbitrage, de listes de conciliateurs, d’arbitres et de laboratoires internationaux ;

  • recommandations en matière de prélèvements d’échantillons à l’exportation et à l’importation ;

  • application, dans le domaine de la concurrence loyale, des dispositions relatives aux appellations d’origine et aux indications de provenance ;

  • institution d’un label (timbre) de garantie internationale selon des dispositions mises au point en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (O.M.P.I.).

113 – Ceci étant, il importe d’examiner l’évolution intervenue dans les échanges internationaux sur une période aussi longue que possible, un tel examen n’ayant d’ailleurs de valeur que pour les enseignements à en tirer et pour les orientations à donner aux actions à engager en vue du développement desdits échanges.

12A cet égard, sont joints en annexe (annexe 1 et annexe 2) deux tableaux portant, pour la période de 1928/29 à 1981/82, l’un sur les importations d’huile d’olive, l’autre sur les exportations de ce produit.

13Les statistiques de ces tableaux, comme des autres annexes qui suivent, résultent des bilans oléicoles établis par le Conseil Oléicole International et des correctifs et ajustements opérés en considération des statistiques douanières et de celles publiées dans la feuille d’information du Conseil Oléicole International.

14En ce qui concerne plus particulièrement la Communauté Economique Européenne, pour permettre une comparaison valable avec les statistiques précédemment établies et éviter de comptabiliser deux fois des quantités importées et/ou exportées, des ajustements ont été également indispensables quant aux importations totales de la France et de l’Italie pour les campagnes oléicoles 1978/79 à 1981/82. C’est ainsi que ces importations ont été diminuées, d’une part, des quantités réexportées par chacun de ces deux pays à destination de l’autre et, d’autre part, de celles exportées ou réexportées à destination des autres pays de la Communauté.

15Celles-ci ont été, par contre, ajoutées aux exportations extracommunautaires réalisées par la France et l’Italie, étant donné qu’elles ont été comptabilisées dans les importations indiquées pour ces autres pays de la Communauté.

16D’autre part, les importations et exportations de la Grèce ont été comptabilisées de la même manière qu’auparavant, c’est-à-dire comme antérieurement au 1er janvier 1981.

17Cet ajustement, indépendant des dispositions qui seraient à prendre dans l’avenir pour ne plus tenir compte des échanges intracommunautaires (sous réserve des modifications à intervenir pour les périodes antérieures pour une comparaison valable), a été rendu indispensable compte tenu notamment de l’importance prise par les échanges intracommunautaires à partir de la campagne oléicole 1979/80 qui a précédé l’incorporation de la Grèce dans la Communauté Economique Européenne (cf. à cet égard les tableaux faisant l’objet des annexes 3 et 4 du présent document).

184 – Ainsi qu’il ressort du tableau (annexe 1) relatif aux importations d’huile d’olive, celles réalisées par les pays du groupe IV (c’est-à-dire des pays autres que ceux de la C.E.E. et autres que les pays producteurs) ne représentent plus que 27,6 % des importations totales moyennes, malgré, pour les plus importants d’entre eux, certains progrès observés en ce qui concerne le Brésil et l’U.R.S.S., ainsi qu’une certaine régularité dans les approvisionnements de l’Australie et des Etats-Unis d’Amérique.

19Par rapport à la période antérieure à la deuxième guerre mondiale, cette situation est due :

  • A la disparition totale de l’Argentine à l’importation, étant rappelé que ce pays devenu producteur et exportateur avait importé près de 42 000 tonnes en moyenne par an de 1924 à 1933, puis 18 100 tonnes en moyenne par an de 1934 à 1938 ;

  • A la diminution substantielle des importations réalisées par divers pays d’Amérique Latine, lesdites importations étant devenues inexistantes pour Cuba depuis 1973, ainsi qu’il résulte des indications suivantes :

MOYENNES ANNUELLES

MOYENNES ANNUELLES
  • 1 avec une reprise entre 1954 et 1958 avec 6.300 tonnes en moyenne par an.

Note (1)1

20A la réduction importante des importations des Etats-Unis d’Amériques, ce pays n’important plus que 26 à 27 000 tonnes d’huile d’olive par an, en moyenne, alors que ses importations avaient été, en moyenne, par an, de :

  • 57 500 tonnes entre 1924 et 1928,

  • 62 800 tonnes entre 1929 et 1933,

  • 44 500 tonnes entre 1934 et 1938.

21A la régression des importations d’huile d’olive réalisées par divers pays d’Europe tels que la Norvége et la Suisse, encore que pour celle-ci une certaine reprise des importations était intervenue entre 1965/66 et 1977/78.

22Par ailleurs, pour les enseignements à tirer de l’évolution enregistrée et pour les orientations qui seraient à donner, il paraît utile de souligner ce qui suit :

23en ce qui concerne le Brésil, l’Argentine est son principal fournisseur. Cette situation est justifiée par la proximité des deux pays et une implantation appropriée de maisons exportatrices. Elle l’est également par les tarifs préférentiels dont bénéficient, à l’importation, les livraisons d’huile d’olive faites par les pays (dont l’Argentine) de l’Association Latino-Américaine de Libre Echange (A.L.A.L.E.). A noter que le Portugal intervient néanmoins à l’exportation à destination du Brésil, à concurrence de 1 500 tonnes en moyenne par an depuis 1978/79 (contre 900 tonnes en 1977/78 et 300 tonnes seulement en 1976/77).

24Pour l’U.R.S.S., il est évident que les échanges sont subordonnés aux relations commerciales découlant des accords bilatéraux conclus entre les deux pays intéressés.

25Il est à noter qu’indépendamment des quantités livrées par la Grèce (près de 1 000 tonnes en moyenne par an entre 1974/75 et 1977/78) et de celles exportées par la Tunisie (de 3 à 4 000 tonnes par an entre 1975/76 et 1978/79, puis 600 tonnes en 1979/80 et en 1980/81, pour se situer à 1 500 tonnes en 1981/82) l’Espagne et l’Italie sont ou ont été jusqu’alors les deux principaux pays fournisseurs.

26A la régression des importations d’huile d’olive réalisées par divers pays d’Europe tels que la Norvège et la Suisse, encore que pour celle-ci une certaine reprise des importations était intervenue entre 1965/66 et 1977/78.

27A noter aussi la tendance à faire appel pour les approvisionnements à des quantités assez élevées d’huile de « grignons » d’olive, ce qui a été le cas plus spécialement en provenance d’Espagne et de l’Italie avec une importation de 8 000 tonnes d’Espagne en 1980/81 et de 2 884 tonnes d’Espagne et d’Italie en 1981/82 (dont 2 000 tonnes d’Espagne). Il en a été d’ailleurs de même de la Pologne qui a importé, en 1981/82, 3 120 tonnes d’huile de « grignons » d’olive d’Italie et près de 1 700 tonnes de cette même huile de Grèce.

28Enfin, pour les Etats-Unis d’Amérique, il y a lieu de ne pas perdre de vue que jusqu’alors et malgré les dispositions adoptées internationalement en collaboration avec les Nations Unies, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, l’Organisation Mondiale de la Santé, les importations d’huile d’olive n’interviennent pas dans le respect de ces dispositions tant sur le plan commercial que sur le plan de la distribution au stade de la consommation. Il en résulte que l’huile de «grignons» d’olive est comptabilisée à l’importation comme huile d’olive comestible et que des différences de l’ordre de 6 à 7 000 tonnes annuellement existent entre les statistiques à l’exportation d’huile d’olive et les statistiques à l’importation, celles-ci étant supérieures aux précédentes.

29Les deux principaux pays fournisseurs des Etats-Unis d’Amérique sont l’Espagne et l’Italie. La Tunisie intervient également dans les approvisionnements pour un tonnage moyen annuel voisin de 1 000 tonnes.

30Les autres pays fournisseurs sont principalement la Grèce (pour 600 tonnes en moyenne), le Portugal (pour 400 tonnes en moyenne) et la France (pour un peu moins de 200 tonnes par an).

31Quoi qu’il en soit et malgré les problèmes spécifiques posés par tel ou tel marché d’importation, il n’en demeure pas moins que le développement des échanges internationaux d’huile d’olive avec ces pays, comme d’ailleurs, d’une manière plus générale, avec le plus grand nombre possible de pays importateurs, revêt une grande importance. Tel est le cas sur le plan global de l’économie oléicole mondiale, sans pour autant s’attendre à des résultats spectaculaires, sauf peut-être avec une progression possible pouvant être assez substantielle, sur le marché des Etats-Unis d’Amérique avec la normalisation indispensable dudit marché, notamment sur le plan qualitatif. Tel est également le cas dans le cadre de l’équilibre à atteindre, puis à maintenir au sein de la Communauté Economique Européenne, comme dans les relations de celle-ci avec l’extérieur, sans perdre de vue à cet égard qu’abstraction faite du Brésil pour lequel intervient néanmoins le Portugal, l’essentiel des livraisons effectuées aux pays du groupe IV provient de l’Italie et pour une part plus faible de la Grèce ou encore plus réduite (malgré sa très grande diversification) de la France, ainsi que du principal producteur mondial avec lequel des négociations sont engagées en vue de son incorporation dans la C.E.E., à savoir l’Espagne.

325 – L’autre groupe de pays à considérer est constitué par les pays producteurs visés aux groupes II et III de l’annexe 1 au présent document.

33L’Espagne, comme tous les pays producteurs exportateurs importants, n’intervient que très rarement à l’importation.

34Par contre, la Jamahiriya Arabe Libyenne, pays producteur largement déficitaire, est devenue un important importateur depuis 1961/62 et surtout depuis 1963/64.

35Certes les quantités importées annuellement subissent des variations compte tenu de celles de la production nationale, mais, elles atteignent actuellement près de 40 000 tonnes en moyenne par an, contre 10 000 tonnes environ durant la période de 1965/66 à 1968/69.

36Cette progression est essentiellement due à la politique gouvernementale en vigueur dans ce pays et qui tend, outre le soutien accordé à la production nationale, à encourager la consommation d’huile d’olive par une aide appropriée ramenant le prix de l’huile d’olive à un niveau proche (et même inférieur) de celui des huiles de graines oléagineuses.

37Il est à noter par ailleurs que les importations sont réalisées par la Société Nationale des Produits Alimentaires, le principal fournisseur ayant été l’Espagne et étant actuellement la Tunisie.

38L’Italie et la Turquie interviennent également pour des quantités appréciables dans les livraisons faites à la Jamahiriya Arabe Libyenne, ainsi qu’il ressort du tableau ci-après (en tonnes métriques) établi à partir des statistiques d’exportation des pays considérés :

  • 2 et 9 000 tonnes en 1974/75.
  • 3 au 30 juin 1981

Note (1)2
Note (2)3

39Bien entendu il est évident que, tant que la politique gouvernementale jusqu’alors suivie en la matière se maintiendra, les importations de la Jamahiriya Arabe Libyenne continueront à contribuer au développement du commerce international, sans toutefois que le pays fournisseur soit toujours le même pays producteur.

40Le Portugal est également un pays producteur normalement déficitaire. On ne saurait perdre de vue que ce pays était un marché de consommation de 65 000 tonnes en moyenne entre 1969/70 et 1972/73 et que la réduction de sa consommation à 40 000 tonnes actuellement est due à la fois à la grande régression de sa production nationale observée principalement à partir de 1973/74, ainsi qu’aux non moins grandes difficultés d’ordre économique auxquelles il lui a été nécessaire de faire face.

41Le Portugal qui avait été amené, en raison des fortes fluctuations de sa production nationale, à importer 40 300 tonnes d’huile d’olive en 1971/72 et 19 100 tonnes en 1972/73 n’a été qu’un très faible importateur à partir de 1974/75. La campagne oléicole 1981/82 pourrait sans doute constituer une reprise des importations avec 10 400 tonnes. Mais en fait ladite campagne pourrait avoir été l’une des plus faibles depuis 1974/75, en ce qui concerne la production nationale.

42Des lors et compte tenu du fait que le Portugal est un marché potentiel important, les mesures qui pourraient être prises, tant sur le plan national que sur le plan des relations pour lesquelles des négociations sont engagées avec la C.E.E., en vue de l’augmentation de la consommation d’huile d’olive dans ce pays, ne pourraient qu’être de nature à favoriser l’équilibre d’un marché qui loin d’être excédentaire ne l’est actuellement qu’en raison des politiques actuellement suivies sur le plan général des matières grasses plus particulièrement des huiles végétales fluides alimentaires.

43La rubrique « Autres pays producteurs » englobe des pays producteurs n’intervenant qu’irrégulièrement à l’importation compte tenu des fluctuations des disponibilités (République Arabe Syrienne par exemple) ou, comme dans le cas du Portugal, des pays producteurs déficitaires ou devenus déficitaires (Jordanie et Liban, par exemple) ou encore des pays très faiblement producteurs, mais pouvant représenter un certain potentiel de consommation d’huile d’olive encore que ledit potentiel paraisse relativement limité eu égard à la concurrence existant sur le plan des prix entre l’huile d’olive et les autres huiles végétales fluides alimentaires (Arabie Saoudite, Irak, Iran et République Arabe d’Egypte).

44Même si leurs importations sont relativement modestes, leur progression régulière mérite d’être soulignée, étant précisé que leur principal fournisseur est l’Espagne, ce pays étant suivi pour certains d’entre eux (y compris le Koweït dont les importations sont comptabilisées dans le groupe IV de l’annexe 1 au présent document) par l’Italie et, dans une moindre mesure, par la Grèce. Pour la Jordanie et la République Arabe Syrienne, l’intervention de la Tunisie à l’exportation à destination de ces deux pays est à souligner plus spécialement à partir de 1979/80.

456 – Nous en arrivons maintenant au groupe I de l’annexe 1 du présent document, c’est-à-dire à la Communauté Economique Européenne. C’est incontestablement le marché d’importation le plus important puisqu’il représente près de 49 % en moyenne des importations mondiales, compte tenu de la diminution observée en 1981/82.

46Bien entendu, dans ce marché, deux pays sont les principaux importateurs, le plus important étant indéniablement l’Italie qui est, en même temps, le principal pays producteur et le principal pays exportateur intracommunautaire de la Communauté Economique Européenne, Le second pays importateur est la France suivie de très loin par les autres pays de la Communauté Economique Européenne.

47Les importations de l’Italie se sont particulièrement accrues à partir de 1959/60, cet accroissement coïncidant, d’une part, avec les mesures d’assainissement du marché des huiles végétales alors intervenues en Italie et, d’autre part, avec la libéralisation des exportations de l’Espagne qui a été alors son principal fournisseur.

48Mais, comme dans la plupart des échanges entre pays producteurs, ces importations ont subi des variations d’une campagne oléicole à une autre, consécutives aux fluctuations de la production nationale enregistrée et des modifications inhérentes aux politiques oléicoles mises en œuvre nationalement ou, par la suite, sur le plan communautaire, dans le cadre de l’organisation commune du marché des matières grasses au sein de la Communauté Economique Européenne.

49L’évolution de ces importations à partir de 1959/60 traduit les effets favorables ou défavorables de ces fluctuations et de ces politiques oléicoles.

50C’est ainsi qu’après leur accroissement de 1959/60 à 1962/63, puis leur diminution entre 1963/64 et 1968/69, les importations de l’Italie ont augmenté pour atteindre entre 1969/70 et 1973/74 leur niveau le plus élevé, avec 135 200 tonnes par an en moyenne. Cette augmentation a bénéficié, en dehors de l’Espagne qui demeurait alors le principal fournisseur, principalement à la Tunisie qui est d’ailleurs devenu le premier fournisseur de la Communauté par la suite. Elle a également bénéficié, dans une moindre mesure, au Maroc et à la Turquie, la Grèce ayant quant à elle, des exportations variables, ce qui est encore le cas actuellement.

51En dehors du marché brésilien qui constitue son principal débouché, l’Argentine est également intervenue à l’exportation à destination de l’Italie, ce qui a été d’ailleurs le cas jusqu’en 1979/80.

52A partir de 1974/75 (à l’exception des campagnes oléicoles 1978/79 et 1979/80 qui ont enregistré une faible production nationale ou une production tout au plus moyenne en Italie), les importations de ce pays ont de nouveau regressé, l’Italie demeurant néanmoins le principal pays importateur sur le plan mondial (cf. à ce sujet le tableau de l’annexe 3).

53Pour la France, les quantités mentionnées à l’annexe 1 du présent document (déduction faite de celles réexportées sur l’Italie) traduisent une certaine régularité dans les importations de 1959/60 à 1979/80, régularité que l’on retrouve par la suite sur un plan moyen entre les campagnes oléicoles, compte tenu des transferts d’une campagne à l’autre, ainsi que d’une certaine augmentation de la consommation.

54L’Espagne et la Tunisie et, depuis 1979/80, l’Italie dans le cadre des échanges intracommunautaires ont été les principaux fournisseurs du marché français.

55A propos de ces échanges, on ne peut que souligner l’importance prise par eux plus spécialement à partir de 1979/80 pour les importations.

56Il en est de même pour les échanges intracommunautaires à l’exportation depuis 1977/78, compte tenu de la Grèce dont l’incorporation dans la Communauté a été postérieure à cette campagne oléicole (cf. tableau des annexes 3 et 4 au présent document).

57En outre, bien que faibles, les quantités importées par les autres pays de la C.E.E. ont marqué une progression continuelle, y compris dans les échanges à l’intérieur de la communauté.

  • 1 S’agit-il en fait d’une simple réexportation ?

58Par ailleurs, l’accroissement des exportations des pays de la C.E.E. (surtout de l’Italie, et dans une moindre mesure, de la Grèce) vers les pays tiers est à souligner, encore que, comme mentionné à l’annexe 4 du présent document, une partie importante de cette progression a porté sur des quantités destinées, d’une part, à la Jamahiriya Arabe Libyenne et, d’autre part, à la Tunisie1, c’est-à-dire surtout en ce qui concerne la Tunisie sur des quantités pouvant correspondre à une situation particulière.

597 – Ceci étant et toujours en ce qui concerne la Communauté Economique Européenne, dans une perspective d’avenir, il y a lieu de ne pas perdre de vue que sa production qui est actuellement de 43 % de la production mondiale pourrait représenter, avec l’élargissement à l’Espagne et au Portugal, près de 75 % de ladite production mondiale d’huile d’olive.

60Le maintien des importations en provenance des pays tiers qui sont tous en fait des pays associés et dont l’essentiel des exportations d’huile d’olive (pour ne pas dire la quasi totalité pour certains d’entre eux) s’effectue à destination de la Communauté Économique Européenne, ne pourra dès lors qu’être subordonné non seulement à l’écoulement de cette production dans l’ensemble de la Communauté élargie (dont y compris avec les échanges entre les pays composant celle-ci), mais encore à un développement de la consommation communautaire de nature à permettre un tel maintien et, à plus forte raison, la progression normale de ladite consommation.

  • 2 Qui, par une organisation appropriée, doivent d’attacher à ne pas perturber celle mise en place dan (...)

61Bien entendu, pour l’équilibre du marché de la Communauté élargie (y compris les importations en provenance des pays associés)2, il y aura lieu de s’attacher à maintenir et à développer les exportations communautaires à destination des pays tiers producteurs et non producteurs, en tenant compte, à cet égard, qu’outre les quantités déjà exportées par l’Italie, la Grèce, le Portugal et la France, l’Espagne intervient habituellement auprès de très nombreux pays, à raison de près de 40 000 tonnes en moyenne par an.

62Dès lors, tous les efforts susceptibles d’être entrepris ne peuvent, dans la situation actuelle, et ne pourront, à plus forte raison, dans une Communauté élargie que tendre au développement de la consommation de l’huile d’olive.

63Outre la nécessité d’assurer, par des mesures appropriées, le revenu auquel les producteurs peuvent prétendre au même titre que les autres producteurs d’oléagineux ou d’autres productions agricoles, un tel développement implique les adaptations nécessaires à la politique commune actuellement en vigueur dans le secteur des matières grasses, d’autant plus que, bien que faisant l’objet d’une même réglementation communautaire, l’huile d’olive se trouve régie par des dispositions différentes (et en définitive moins favorables) de celles applicables aux huiles de graines oléagineuses qui lui sont pourtant directement concurrentes sur le plan des prix.

64De même, sont à développer les actions promotionnelles en faveur de l’huile d’olive dans la Communauté, ce qui devrait être également le cas, dans les circonstances présentes, et comme ceci s’est produit dans le passé, en Espagne et au Portugal dans la perspective de l’élargissement de la Communauté à ces deux pays.

  • 3 de 63 à 75 % (et même 90 % en Grèce) de l’ensemble des matières grasses consommées.

65A cet égard, il convient de tenir compte que les pays oléicoles (ce qui est le cas de l’Espagne, de la Grèce, de l’Italie et du Portugal) sont les plus grands consommateurs d’huile d’olive et plus généralement d’huiles végétales3, tandis que les autres pays de la Communauté Economique Européenne consomment moins d’huiles végétales que d’autres matières grasses. C’est ainsi que, sauf en ce qui concerne l’Allemagne Fédérale où la consommation d’huiles végétales s’est accrue pour représenter près de 45 % de l’ensemble des matières grasses consommées, dans tous les autres pays de la C.E.E. la consommation d’huiles végétales varie de 26 à 39 % par rapport à l’ensemble des matières grasses consommées dans ces mêmes pays.

COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE IMPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)

COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE IMPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)
  • 4 Après élimination des réexportations de la France sur l’Italie (Près de 8 000 tonnes en moyenne)
  • 5 Dont Royaume Uni : 10,0 et Allemagne : 3,0
  • 6 Importations comprises dans «Autres» de la partie – IV –
  • 7 Dont 31,6 vers l’argentine et 5,0 à destination de l’Uruguay (ce dernier tonnage ayant été ramené à (...)

Note (1)4
Note (2)5
Note (3)6
Note (4)7

COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE EXPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)

COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE EXPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)

ÉCHANGES (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)

66A : Exportations intra et extracommunautaires pour les pays composant la Communauté Économique Européenne ;

67B : Importations en provenance de la Communauté et des pays tiers ou associés pour le Portugal, la Tunisie, étant précisé qu’il n’y a pas eu d’importations réalisées par l’Espagne durant la période considérée.

  • 8 En provenance d’Espagne

Note (1)8

  • 9 En provenance de l’Espagne
  • 10 Dont 0,3 en provenance du Royaume Uni
  • 11 Selon les statistiques à l’exportation de l’Italie, la Tunisie étant mentionnée comme destinataire (...)

Note (1)9
Note (2)10
Note (3)11

ÉCHANGES (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)

68A : Exportations intra et extracommunautaires pour les pays de la Communauté Économique Européenne.

69B : Exportations vers les pays de la C.E.E. et les autres pays réalisées par l’Espagne, le Portugal et la Tunisie.

  • 12 Dont 29 408 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne.
  • 13 Dont 18 193 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne

Note (1)12
Note (2)13

  • 14 Dont 6 961 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne et 3 668 tonnes à destination de la (...)
  • 15 Dont 3 334 tonnes à destination de l’U.R.S.S. (contre 1 978 tonnes en 1980/81), 3 069 tonnes vers l (...)
  • 16 Dont 51 195 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne, 1 959 tonnes à destination de l’A (...)
  • 17 Dont 12 003 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne.
  • 18 Dont 19 837 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne et 5 100 tonnes à destination du P (...)

Note (3)14
Note (4)15
Note (5)16
Note (6)17
Note (7)18

Un moulin dans l’entre-deux-guerres
Service régional de l’oléiculture

Notes

1 S’agit-il en fait d’une simple réexportation ?

2 Qui, par une organisation appropriée, doivent d’attacher à ne pas perturber celle mise en place dans la Communauté.

3 de 63 à 75 % (et même 90 % en Grèce) de l’ensemble des matières grasses consommées.

Notes de fin

1 avec une reprise entre 1954 et 1958 avec 6.300 tonnes en moyenne par an.

2 et 9 000 tonnes en 1974/75.

3 au 30 juin 1981

4 Après élimination des réexportations de la France sur l’Italie (Près de 8 000 tonnes en moyenne)

5 Dont Royaume Uni : 10,0 et Allemagne : 3,0

6 Importations comprises dans «Autres» de la partie – IV –

7 Dont 31,6 vers l’argentine et 5,0 à destination de l’Uruguay (ce dernier tonnage ayant été ramené à 0,5 entre 1949/50 et 1952/53, puis à 0,1 à partir de 1959/60).

8 En provenance d’Espagne

9 En provenance de l’Espagne

10 Dont 0,3 en provenance du Royaume Uni

11 Selon les statistiques à l’exportation de l’Italie, la Tunisie étant mentionnée comme destinataire de ces quantités auxquelles s’ajoutent pour 1981/82 1 625 tonnes d’huile de grignons d’olive.

12 Dont 29 408 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne.

13 Dont 18 193 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne

14 Dont 6 961 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne et 3 668 tonnes à destination de la Tunisie.

15 Dont 3 334 tonnes à destination de l’U.R.S.S. (contre 1 978 tonnes en 1980/81), 3 069 tonnes vers la Jamahiriya Arabe Libyenne, 6 935 tonnes vers la Tunisie et 9 020 tonnes vers les États-Unis (contre 6 517 tonnes en 1980/81).

16 Dont 51 195 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne, 1 959 tonnes à destination de l’Arabie Saoudite et 1 688 tonnes à destination du Koweït.

17 Dont 12 003 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne.

18 Dont 19 837 tonnes à destination de la Jamahiriya Arabe Libyenne et 5 100 tonnes à destination du Portugal.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre MOYENNES ANNUELLES
Légende Note (1)1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Note (1)2Note (2)3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE IMPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)
Légende Note (1)4Note (2)5Note (3)6Note (4)7
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre COMMERCE INTERNATIONAL DE L’HUILE D’OLIVE EXPORTATIONS (EN MILLIONS DE TONNES MÉTRIQUES)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Note (1)8
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Note (1)9Note (2)10Note (3)11
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Note (1)12Note (2)13
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Note (3)14Note (4)15Note (5)16Note (6)17Note (7)18
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Un moulin dans l’entre-deux-guerresService régional de l’oléiculture
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/690/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 519k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter