Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine

 | 
François Siino

Quatrième partie. Science et pouvoir entre marginalisation et fusion avec l'appareil d'état (1987-1996)

10. « Le Président et les hautes technologies » naissance d’une nouvelle configuration institutionnelle

Texte intégral

1L’un des signes avant-coureurs le plus repérable du déclin annoncé et de la mort programmée de l’éphémère Fondation Nationale de la Recherche scientifique tient dans le fait qu’à peine plus d’un an après sa création, c’est-à-dire à la fin de l’année 1990, se profile déjà la naissance d’une nouvelle institution en charge de la recherche scientifique tunisienne : le secrétariat d’État à la Recherche scientifique, effectivement créé en février 1991.

2La mise en place, à dix-huit mois d’intervalle, de deux organes apparemment chargés de missions similaires peut paraître pour le moins paradoxale. La raison principale d’un tel « télescopage institutionnel » est que ces deux institutions émanent de contextes sociopolitiques extrêmement différents. Autant une volonté politique manifeste est peu repérable au moment de la création de la FNRS, autant le nouveau secrétariat d’État à la Recherche scientifique va résulter de l’implication directe des plus hautes sphères de l’État. Si dans le premier cas, l’institutionnalisation reste inachevée, dans le second, elle est forte et rapide. Enfin, à la faible médiatisation dont jouit la première, considérée avant tout comme un outil de gestion interne à la communauté scientifique, s’oppose une orchestration médiatique continue du second, dont on va chercher la reconnaissance au-delà des frontières nationales.

3Ainsi, la disparition de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique – en fait, sinon en droit – ne suffit pas à expliquer le passage à une configuration de politique scientifique radicalement différente. Comme à la fin des années 1970, ce sont ici toute une série de facteurs qui se conjuguent pour faire naître cette configuration nouvelle qui n’a plus grand chose à voir avec les précédentes, que ce soit le bref épisode de la FNRS ou bien l’expérience de la recherche programmée des années 1980.

4Quels sont les facteurs qui concourent à l’émergence de cette nouvelle configuration ? Comment celle-ci se présente-t-elle ?

LA RÉACTIVATION DE L’ACTION POLITIQUE

  • 1 Le 21 février 1991. Initialement secrétariat d’État à la Recherche scientifique (rattaché au premi (...)

5Dans les mois qui précèdent la création du secrétariat d’État à la Recherche scientifique1, deux éléments au moins peuvent être identifiés comme conditions de possibilité d’une telle création institutionnelle. Le premier est relatif au regain d’intérêt de la sphère politique pour la recherche scientifique. Ce « réveil », après une assez longue période de relative inaction, coïncide avec le moment où le chef de l’État – le président Ben Ali – se voit contraint d’arbitrer presque simultanément deux conflits, différents dans leurs origines, mais qui ont tous deux à voir avec la recherche scientifique. Le deuxième élément est l’apparition d’un groupe d’enseignants-chercheurs qui entendent augmenter la place des « technologies de pointe » dans la recherche tunisienne, et ce, en s’appuyant sur des structures institutionnelles d’un type nouveau, se réclamant d’un mode de fonctionnement dans lequel on peut percevoir, plus ou moins explicitement, des références à un « modèle américain ». Ce groupe vient fournir à propos un vivier dans lequel seront puisés les cadres qui donneront chair à la nouvelle orientation politique de la recherche scientifique tunisienne.

Deux arbitrages présidentiels simultanés

La « révolte » de Borj-Cedria

  • 2 Décret 83-1037 du 4 novembre 1983. Il s’agit plus précisément de l’article 10, section III.
  • 3 Pour reprendre une expression souvent employée dans la controverse, pour accuser ou pour s’en défe (...)

6Le premier arbitrage présidentiel concerne le conflit grandissant qui oppose depuis 1986-87 l’administration universitaire de la recherche (identifiée depuis 1989 à la Fondation Nationale de la Recherche scientifique) à l’Institut National de la Recherche scientifique et technologique (INRST) de Borj-Cedria, imposante clé de voûte de la politique de recherche programmée mise en place entre 1978 et 1986. On a vu que les bouleversements politiques de l’année 1986 avaient entraîné un sérieux coup d’arrêt pour cette institution. Deux de ses sept centres avaient été supprimés ainsi que les Programmes Nationaux de Recherche qui représentaient environ les deux-tiers de son budget de fonctionnement. En 1987, si l’INRST existe encore, il fonctionne au ralenti. Les difficultés ne s’arrêtent pourtant pas là. A la fin du mois de novembre 1987, l’ancienne directrice générale démissionnaire est remplacée par un professeur de chimie de la Faculté des Sciences de Tunis. Cette nomination est immédiatement contestée par les directeurs des divers centres de recherche qui composent l’INRST Sur la forme d’abord, puisque elle ne respecte pas le texte de création de l’institution qui prévoit que les candidats à la direction « doivent avoir passé une année au moins » au sein de l’institution2, ce qui n’est pas le cas du nouveau directeur ; mais plus fondamentalement, la majorité du personnel – et au premier rang les chefs de centres – est persuadée de se voir imposer un « fossoyeur de l’institution »3, quelqu’un dont la mission est de mener à son terme le démantèlement de l’INRST Derrière cette nomination, ce qui est perçu est avant tout l’hostilité des universitaires (et notamment de la Faculté des Sciences de Tunis) qui s’étaient opposés à la politique de recherche programmée.

7La tension grandissante et les difficultés croissantes que rencontrent les chercheurs de l’INRST dans leur travail poussent certains à renoncer. Ainsi Najia Ariguib, professeur de chimie et première directrice qui démissionne en 1988 et part à l’étranger pour plusieurs années. D’autres restent pour poursuivre ce qu’ils appellent eux-mêmes un « bras de fer ».

8La création en juillet 1989 de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique n’arrange pas les choses, son président n’ayant jamais dissimulé une farouche opposition au type de recherches menées à l’INRST La crise atteint son paroxysme, lorsqu’à la rentrée universitaire 1990, les chercheurs de l’Institut sont informés qu’ils vont être soumis à un audit d’évaluation scientifique mené par une commission de spécialistes étrangers (deux français et un belge). La majorité des directeurs de centres se déclarent choqués par le procédé et, malgré les mises en garde du ministère, refusent de se soumettre à une évaluation qu’ils qualifient « d’inquisition ». L’opération est immédiatement dénoncée par les chercheurs comme un prélude orchestré à la disparition de l’institution. Face à l’action quelque peu maladroite des nouvelles autorités de tutelle de la recherche, l’INRST se pose en institution martyre, d’autant que trois directeurs de centres sont démis de leur fonction pour non exécution d’ordre. Parmi eux, Mohamed Maâlej, directeur du Centre de physique et d’énergétique. C’est à lui que revient l’initiative de médiatiser un conflit qui était jusque là resté confiné aux couloirs ministériels et au Conseil scientifique de l’INRST.

  • 4 « Grave crise à l’Institut National de la Recherche scientifique et technique. La recherche scient (...)
  • 5 « En février 1991, j’ai été heureux de l’apprendre avant tout le monde, parce qu’on m’a téléphoné (...)

9En décembre 1990, l’hebdomadaire Le Maghreb consacre un dossier de cinq pages à ce qu’il appelle en titre la « grave crise à l’Institut National de la Recherche scientifique et technique »4. Le dossier se veut contradictoire et le ton en est extrêmement polémique, souligné par un style journalistique volontiers dramatique. Les chercheurs y exposent en détail la généalogie de leurs griefs, depuis les premières attaques contre l’INRST, jusqu’à la nomination de leur nouveau directeur. Ce dernier se défend dans une réponse en forme d’interview. La violence des propos de part et d’autre, la gravité des accusations proférées sont tout à fait inhabituelles pour une presse tunisienne habituée à présenter de façon beaucoup plus lissée les débats dont elle a à rendre compte. La réaction – sans doute escomptée – ne se fait pas attendre. Peu après, les membres du Conseil scientifique de l’INRST sont convoqués par la Présidence de la République et longuement entendus par des conseillers du chef de l’État. L’un de ces conseillers est chargé d’instruire un dossier pour permettre de sortir de l’impasse. Un peu moins de trois mois plus tard, le personnel de l’INRST apprend non sans soulagement qu’une nouvelle institution chargée de la recherche scientifique, directement rattachée au premier ministère, vient d’être créée et que l’INRST, échappant au ministère de l’Enseignement supérieur, est désormais placé sous sa tutelle5.

10La rapidité de la réaction politique est de toute évidence à relier avec l’existence d’un deuxième conflit concomitant dont il sera fait état plus bas. Cependant, le fait que la polémique autour de l’INRST ait débordé par voie de presse dans la sphère publique en des termes aussi virulents, constituait certainement un élément difficilement tolérable par un régime ayant fait du consensus général, l’un de ses mots d’ordre.

La guerre du Golfe et le retour de « l’inquiétude technologique »

  • 6 Hantise déjà présente, on l’a vu, dans le discours bourguibien sur la science, discours qui repren (...)

11Le fait que ce conflit concerne le domaine de la recherche scientifique et technologique a aussi son importance, si on le resitue dans le contexte du moment. En cette fin d’année 1990, la tension internationale est forte. L’Irak a envahi le Koweït et la coalition dirigée par les États-Unis s’apprête à déclencher une vaste opération militaire à partir de l’Arabie Saoudite. Sans revenir sur les multiples et contradictoires retentissements de cet événement dans le monde arabe et en Tunisie, il faut noter qu’il réveille de façon révélatrice une hantise profondément ancrée, celle de la menace de domination que fait planer la puissance technologique (et donc militaire) de l’Occident6 dont la volonté hégémonique est condamnée avec véhémence.

  • 7 Elmandjra M., Première guerre civilisationnelle, Casablanca, Éditions Toubkal, 1992, p. 99. Un obs (...)
  • 8 Khouri-Dagher N. et Dargouth-Medimegh A., « Pourquoi, en Tunisie, la rue a soutenu Bagdad », Le Mo (...)

12Dans le contexte d’une guerre qui brouille plus d’un repère, l’écart n’est pas si grand entre l’intellectuel marocain Mahdi Elmandjra qui affirme sur un ton d’imprécateur que « la destruction du potentiel irakien n’a pas d’autre but que de punir ce pays pour avoir osé concevoir son propre modèle de développement et pour avoir eu l’outrecuidance de donner la priorité à la recherche scientifique et à la technologie »7 et le président tunisien, qui dans son discours du 26 janvier 1991 déclare que « les véritables visées de l’agression contre l’Irak […] consistent à interdire à la nation arabe d’accéder au progrès et de maîtriser la science et la technologie, pour qu’elle demeure à jamais condamnée à la dépendance »8.

  • 9 Sentencieux, comme l’éditorial du quotidien La Presse du 24/02/1991 (« Le défi de la recherche sci (...)

13Ces inquiétudes, que la presse tunisienne décline sous plusieurs registres9 ne relèvent pas seulement du fantasme. Des incidents comme par exemple la rupture d’approvisionnement – pour cause de contrôle des exportations à caractère technologique – de certains produits importés des États-Unis, viennent rappeler aux responsables politiques la fragilité de leur situation de « consommateur » et la nécessité de développer des capacités de recherche finalisée et d’applications technologiques d’intérêt national. On comprend, que dans un tel contexte, la perspective de voir démantelé l’INRST, institution précisément dédiée à cette tâche (en dehors de toutes les critiques, justifiées ou non, qui ont pu lui être adressées) apparaît peu opportune et incite sans doute à prendre les mesures nécessaires pour la préserver.

Une difficile cohabitation entre un ministre et son secrétaire d’État

14Le second arbitrage présidentiel intervient entre deux membres du gouvernement. Il s’agit de Mohamed Charfi, qui, on l’a vu, a été nommé en avril 1989 ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et de Sadok Chaâbane, nommé au sein de ce même ministère, secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Tous deux universitaires et juristes (et tous deux originaires de la ville de Sfax), présentent néanmoins des profils en plusieurs points opposés.

15La première opposition est d’ordre proprement politique. Mohamed Charfi est représentatif de ces « personnalités indépendantes » auxquelles le nouveau régime a voulu offrir une place au sein du pouvoir, afin de sceller une « réconciliation nationale » qui est l’une de ses principales sources de légitimité. Sans appartenance politique, Mohamed Charfi a néanmoins un passé d’opposant militant à l’État-parti bourguibien, notamment au sein de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme qu’il a contribué à fonder en 1976 et dont il a assuré la présidence entre le mois d’août 1988 et sa nomination en tant que ministre. A l’inverse, Sadok Chaâbane est quant à lui un produit de l’appareil du Parti Socialiste Destourien, transformé en février 1988 en Rassemblement Constitutionnel Démocratique. C’est d’ailleurs cette même année 1988, une fois la mue du parti effectuée, que Sadok Chaâbane est devenu membre du comité central du RCD ; il s’agit donc d’un homme du nouveau régime, mais disposant d’un soutien partisan antérieur.

  • 10 Faculté de l’Ariana, géographiquement distincte du campus de l’Université de Tunis, réputée plus é (...)

16Au-delà de ces « raisons divergentes » de faire partie d’un même gouvernement, les deux hommes présentent également des profils socioculturels distincts. Le premier fait partie d’une génération de juristes de formation française qui manifestent une égale aisance dans la manipulation des codes des deux cultures dans lesquelles ils ont été socialisés, et une forte insertion dans les réseaux internationaux. Le deuxième fait partie d’une génération d’une quinzaine d’années plus jeune, de formation plus « tunisienne », qui a connu les débuts de l’arabisation et qui compense parfois une moins grande familiarité avec la langue et les élites intellectuelles françaises, par un recours aux écoles de pensée anglo-saxonnes (pour la science politique et l’économie, en particulier). Il s’agit là d’une opposition qui précède (et dépasse) le conflit de personnes, puisqu’elle est à l’origine de luttes pour la maîtrise du pouvoir universitaire qui aboutiront en 1987 à la scission de la Faculté de droit, de sciences politiques et économiques de Tunis et à la création par le premier groupe de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales à Tunis10.

  • 11 Burgat F., L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 263.

17L’arbitrage de ce conflit, du moins dans sa dimension politique, n’est pas chose aisée. Selon l’analyse de François Burgat, « le processus de rénovation de l’appareil moribond du parti unique » après le 7 novembre 1987 impliquait une « ouverture aux personnalités indépendantes présentes sur sa gauche » auxquelles des garanties devaient être offertes. « Mais, là encore, la marge du président, lui-même extérieur au PSD, était étroite, puisqu’il devait se garder de porter trop explicitement atteinte aux privilèges de la toujours agissante vieille garde destourienne »11 Et de fait, certains hauts responsables du RCD présents dans l’entourage du président Ben Ali ne voient pas d’un très bon œil l’intrusion dans la sphère gouvernementale d’individus pensant pouvoir obtenir, en échange de leur caution et de leur participation à la lutte contre l’islamisme, une accélération de l’ouverture démocratique promise par le nouvel homme fort de la Tunisie.

  • 12 Appellation large qui a le mérite de ne plus faire explicitement référence à la recherche scientif (...)
  • 13 Créé lors du remaniement ministériel du 21 février 1991, le SERST est officiellement organisé par (...)

18Au début de l’année 1991, c’est une solution institutionnelle qui est apportée à cette impossible cohabitation. Mohamed Charfi reste à la tête d’un ministère rebaptisé « de l’Éducation et des Sciences »12 pour mettre en œuvre la réforme du système éducatif ; Sadok Chaâbane conserve son titre de secrétaire d’État à la Recherche scientifique, mais il est désormais directement rattaché au premier ministre et échappe de ce fait à la tutelle de l’Éducation Nationale, ce qui est une première pour une institution tunisienne chargée de recherche scientifique. Il faudra juste un an pour que le nouveau secrétariat d’État auprès du premier ministre chargé de la Recherche scientifique voie paraître le décret fixant ses attributions et son fonctionnement13, ce délai traduisant à la fois le caractère rapide de la décision de création et la confirmation d’une volonté politique quant à sa pérennité.

  • 14 Ce à quoi veulent parfois la ramener les scientifiques critiques vis-à-vis du SERST, mais que déme (...)

19La décision de création du SERST n’est donc ni tout à fait le résultat d’un simple conflit de personnes résolu par la création d’une institution ad hoc14, ni celui de la seule prise de conscience claire de la nécessité d’une nouvelle impulsion de la politique scientifique tunisienne ; sans doute s’agit-il, dans des proportions difficiles à déterminer, d’un mélange des deux. Comme on le verra plus loin, ces deux aspects se retrouveront dans l’évolution ultérieure de l’institution.

Technologies de pointe et « modèle américain »

Le support humain

  • 15 Ils ont en gros un écart universitaire d’une dizaine d’années avec leurs aînés, aujourd’hui en tra (...)

20La deuxième condition de possibilité de l’émergence institutionnelle du secrétariat d’État à la Recherche scientifique tient au fait que la réactivation de l’intérêt politique pour la science et la recherche coïncide avec la présence dans le champ scientifique tunisien d’un groupe restreint d’enseignants-chercheurs ayant un centre d’intérêt original. Ils ont le désir de promouvoir de nouveaux domaines de recherche que l’on identifie généralement sous le nom de technologies de pointe : informatique, télécommunications, électronique, biotechnologies… D’un point de vue universitaire, on pourrait dire qu’ils constituent la relève de la première génération de la « tunisification », puisque plusieurs d’entre eux deviennent professeurs au début des années 198015. Le noyau du groupe enseigne à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis et plusieurs d’entre eux ont été formés à l’Université de Toulouse (docteurs ou ingénieurs-docteurs), et ont de ce fait des liens d’interconnaissance privilégiés.

21Contrairement aux universitaires impliqués dans la politique de recherche programmée à la fin des années 1970, ces enseignants-chercheurs ne sont pas directement responsables de l’impulsion qui est donnée au début des années 1990 et de la nouvelle donne institutionnelle qui se prépare. Cette impulsion, on l’a dit, résulte avant tout de décisions prises par le chef de l’État et d’un suivi des conseillers à la présidence. Leur rôle n’en reste pas moins décisif. D’une part, parce que leur profil les désigne comme aptes à être le support humain de la relance d’une politique scientifique. D’autre part, parce que certains d’entre eux sont intimement liés à la création – encore récente – d’un centre de recherche qui paraît incarner parfaitement les valeurs et le mode de fonctionnement que l’on prétend vouloir généraliser à l’ensemble de la recherche scientifique tunisienne. Cette institution, qui existe depuis 1987, s’appelle l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications (IRSIT) et c’est en grande part son modèle qui va servir à penser le type de recherche scientifique que le nouveau secrétariat d’État entend promouvoir. C’est aussi cette institution qui va devenir le centre de recherche-phare dans la nouvelle configuration institutionnelle en train d’émerger. Il convient, à ce point, de s’arrêter sur cette institution particulière.

L’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications : une institution modèle

  • 16 M. Ben Ahmed (qui deviendra le premier secrétaire d’État à l’Informatique), M. Kamoun de l’ENSI, M (...)

22LTRSIT a été créé au début de l’année 1987. Il s’agit de la composante « recherche » d’un ensemble plus vaste de projets apparentés, entre autres le Centre National d’Informatique, le début de l’enseignement de l’informatique dans le secondaire, et un projet d’Université de technologie qui deviendra l’INSAT. De nombreux scientifiques sont impliqués dans ces différents projets16, mais l’IRSIT est étroitement lié à la personne de son premier directeur, Noureddine Ellouze. Ingénieur-docteur formé à l’Université de Toulouse, il a participé au montage du centre de calcul El-Khawarezmi (Faculté des Sciences de Tunis) et enseigne à l’ENIT. Il est très favorablement impressionné par des institutions françaises comme l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique) ou le CNET (Centre de R&D de France Telecom) qui, selon lui, tranchent radicalement avec le reste du système de recherche français (Université et CNRS). En effet, ces établissements associent le secteur des technologies de pointe et un fonctionnement sur contrat, très lié avec le monde de l’industrie et les applications de la recherche. Des séjours aux États-Unis, où il prend des contacts, le renforcent dans l’idée que la recherche dans les secteurs de l’informatique et des communications (et les technologies qui résultent du mariage des deux) ne peut être menée à bien en milieu universitaire. D’où l’idée d’un lieu « d’excellence », hors université, capable de rayonner hors des frontières du pays, mais aussi de profiter pleinement à celui-ci, y compris du point de vue du prestige.

« Pour moi, c’était l’expérience de la création d’une centre de hautes technologies, mais qui ne soit pas universitaire. Cela n’avait rien à voir avec la façon dont fonctionne l’Université. Ce qu’il y avait derrière, c’était une vision du développement. On pensait qu’il y avait suffisamment de matière grise en Tunisie pour lancer une dynamique nouvelle, une dynamique industrielle. L’IRSIT était placé dès le départ dans un contexte régional. Ce devait être un point central, en dehors même des frontières de la Tunisie. Il s’agissait de mettre en place un centre de recherche de pointe qui soit l’image de marque de la Tunisie dans le monde.

  • 17 Noureddine Ellouze. Entretien avec l’auteur, nov. 1996.

23D’autre part, il s’agissait que des interlocuteurs extérieurs, coopérations, institutions étrangères, puissent trouver en face d’eux des gens qui soient au même niveau pour pouvoir discuter de possibilités communes, d’actions à entreprendre… Il fallait une équipe qui soit capable de soutenir le dialogue avec l’extérieur »17.

Répondre à la demande

24Ici, contrairement aux programmes de recherche finalisée des années 1980, il s’agit explicitement de se mesurer avec la science mainstream des laboratoires européens et nord-américains, considérés comme une référence, afin de pouvoir égaler leurs réalisations. Mais pour autant, il s’agit de ne pas perdre de vue que cette recherche de niveau international doit avant tout servir dans le contexte du pays où elle est menée. Pour son promoteur, la recherche menée à 1’IRSIT n’a de sens que dans la mesure où elle « répond à une demande exprimée », c’est-à-dire qu’elle vise avant tout à « résoudre des problèmes », et ce, en « contact étroit avec les entreprises et l’industrie, dans le cadre de projets limités dans le temps ».

25Les trois axes prioritaires développés par l’IRSIT sont censés répondre à ces critères, et la « demande » évoquée émane de sources différentes. Le premier programme concerne « l’Interface homme-machine » et se focalise sur « l’Arabisation des systèmes informatiques et la promotion de la langue arabe par l’informatique », répondant à une demande directe de l’État. Le second, intitulé « Télécommunications et réseaux » résulte de l’intérêt d’entreprises publiques, en particulier des télécoms tunisiens. Enfin, le programme « Systèmes d’aide à la décision » devrait concerner tout à la fois les acteurs publics et privés, bien que les derniers ne soient pas encore très concernés, comme nous le verrons plus loin.

26Dans une certaine mesure, le secteur des technologies de pointe semble pouvoir réconcilier les ambitions opposées qui s’étaient affrontées à la fin des années 1970, puisqu’il emprunte aux « universitaires » la nécessité d’être en prise avec la science mondiale, et aux partisans de la recherche finalisée, celle de répondre à des besoins manifestés localement. Il n’en reste pas moins que la volonté de rupture avec le mode de fonctionnement universitaire est fortement affirmée par la nouvelle institution.

Une génération américaine

  • 18 Établissement Public à caractère Industriel et Commercial ; on a vu que ce statut avait été celui (...)
  • 19 Celui du fils du président Bourguiba (appelé « Junior » conseiller spécial au Palais de Carthage ( (...)

27Cette rupture « culturelle » va être réalisée dans la mise en place des structures et surtout, par le biais du recrutement. Concernant les structures, c’est tout d’abord l’obtention du statut d’EPIC18, qui impose au centre de recherche une certaine dose d’autofinancement, mais lui permet aussi de contracter librement, de vendre ses services et de faire des bénéfices. C’est aussi, grâce à un soutien politique important19, l’obtention des crédits nécessaires à une installation qui tranche avec l’ordinaire des enseignants-chercheurs tunisiens : un immeuble neuf et moderne doté d’un accueil à l’entrée, d’une vaste et claire salle de documentation largement fournie en revues et ouvrages en accès direct, d’ascenseurs silencieux, et bien sûr d’omniprésents ordinateurs…

28Le recrutement du personnel est rapide. De trois personnes au tout début, on passe à 10 en deux ans et à 40 au bout de sept ans (en 1994, soit plus de cinq recrutements par an). Ce recrutement présente deux caractéristiques. Il concerne des individus très jeunes, ingénieurs et docteurs. Pour le premier directeur de l’IRSIT, ce critère de jeunesse est décisif :

  • 20 Entretien avec l’auteur, nov. 1996.

« L’important était qu’ils n’aient pas de passé à l’Université. Il fallait à tout prix rompre avec ce modèle, il fallait injecter du sang neuf dans cette institution neuve »20.

  • 21 Le dispositif comprenait un bureau de placement au ministère de l’Enseignement supérieur et de la (...)
  • 22 Chiffres fournis par le responsable du suivi du programme à Tunis (bureau AMIDEAST) (entretien ave (...)

29La deuxième caractéristique est que ces jeunes ont, pour un nombre non négligeable d’entre eux, été formés dans des Universités américaines pendant la décennie 1980. Il s’agit là d’une retombée indirecte de l’irruption des États-Unis sur le « marché » de la coopération universitaire et scientifique en Tunisie, avec le Technology Transfer Program. Ce programme de grande envergure, financé dans sa quasi-totalité par l’US-AID avait été lancé en 1981, provoquant à l’époque l’inquiétude et l’incrédulité des services français de coopération culturelle et scientifique, jusque-là en situation de quasi-monopole. L’ambition était à la fois quantitative et qualitative : il s’agissait de recruter chaque année 250 étudiants, dont 200 bacheliers choisis parmi l’élite des lycéens tunisiens, c’est-à-dire ceux reçus avec mention « bien » (les 50 autres étant destinés à des troisièmes cycles)21. L’orientation visait presque exclusivement les sections scientifiques et technologiques. Parmi un choix assez vaste de formations, 52 % des étudiants s’étaient orientés vers le génie civil, électrique et mécanique, les 48 % restant se répartissant dans les autres disciplines scientifiques. La répartition par sexe était de 82 % de garçons et 18 % de filles22. En dépit d’un ralentissement du recrutement, c’est en définitive 763 étudiants qui avaient suivi cette filière entre 1981 et 1990.

  • 23 Malgré la mise en place d’une programme de suivi (Follow up) en 1990, seuls 340 des 763 bénéficiai (...)

30Malgré les difficultés inhérentes à de tels programmes (entre autres l’allongement progressif des séjours et les difficultés liées au retour23) le vivier de ces returnees du Technology Tranfer Program aura grandement participé à l’édification de l’IRSIT et à la « rupture culturelle » souhaitée par son directeur.

  • 24 Volontiers associée au modèle franco-tunisien et à des qualificatifs comme « bureaucratique ». Il (...)

31Les jeunes formés dans les filières technologiques et scientifiques des campus américains revendiquent en effet une vision et des habitudes différentes des étudiants passés par le système français ou tunisien : les contacts fréquents avec l’industrie et les entreprises, le fonctionnement sur des projets identifiés et planifiés dans le temps, une certaine méfiance vis-à-vis de la recherche universitaire académique24… Comme l’explique l’un d’entre eux dans un mélange linguistique caractéristique :

  • 25 Chercheur (PhD), département des Systèmes d’aide à la décision, entretien avec l’auteur, mai 1996. (...)

« C’était une bonne formation, très différente de la formation qu’on a eue ici et qui était de la formation française. On fait des maths et de la physique, OK, mais on ne fait pas comme les français beaucoup de maths et de physique. On fait l’application, c’est-à-dire, you get to the point. Get to the point ! Try to solve the problem in optimal way. C’est le coût, le temps et Y efficiency. You cannot solve a problem if there’s no demand […] Nous, on nous donne un problème et on le résout »25.

  • 26 Avec la possibilité de « courts-circuits » : « Si je veux parler au PDG, je n’ai qu’à aller dans s (...)
  • 27 L’IRSIT a été dans un premier temps le seul accès à internet en Tunisie, avant d’en être dessaisi (...)

32En contrepartie, ces jeunes chercheurs se reconnaissent dans une institution dont ils approuvent le mode de fonctionnement. Ainsi disent-ils apprécier le faible cloisonnement entre les diverses thématiques de recherche, l’encouragement à l’interdisciplinarité et la communication, spontanée ou organisée au cours de séances hebdomadaires de brainstorming ; de même, la relative simplicité des rapports hiérarchiques dans une institution où les chercheurs n’ont au dessus d’eux que deux « étages » facilement accessibles : un chef de département (il y en a trois) et le PDG de l’Institut26 ; enfin, l’autonomie dont jouissent les chercheurs, qui repose sur le sens de la responsabilité et leur engagement professionnel, ce qui leur vaut par exemple une grande liberté en matière d’horaires de travail. Par ailleurs, l’accès privilégié aux réseaux de communication internationaux les conforte dans l’idée que, bien que vivant en Tunisie, ils restent en phase avec le reste du monde27.

  • 28 C’est sans doute cela qu’expriment les références aux États-Unis, plus qu’une véritable tentative (...)

33De par la volonté de ses créateurs et du fait de ce recrutement particulier, l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications tente donc de se distinguer du reste du paysage scientifique tunisien en affichant un certain nombre de principes : la convergence de technologies de pointe de niveau international et du développement économique et industriel du pays ; la démarcation revendiquée par rapport au modèle « franco-tunisien »28 ; la volonté de mettre – au moins en partie – la recherche au service du secteur privé et non plus seulement des secteurs d’intérêt étatique (contrairement aux PNR des années 1980).

34En 1990 et 1991, ces principes ne vont pas manquer d’influer sur la définition progressive des structures, des missions, et du fonctionnement du secrétariat d’État à la Recherche scientifique. Ce n’est sans doute pas un complet hasard si les deux institutions occupent des immeubles très semblables et distants d’à peine une centaine de mètres dans un quartier récent de Tunis.

UN SECRÉTARIAT D’ÉTAT POUR LA RECHERCHE

35En février 1992, un an après sa création officielle, le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique est organisé et ses missions sont définies. Le processus présente des caractéristiques qui le différencient nettement des tentatives précédentes.

Une institutionnalisation rapide

  • 29 Le décret n° 92-362 du 17 février 1992.

36La première de ces caractéristiques est certainement la rapidité et le degré assez poussé d’institutionnalisation. Le SERST est non seulement doté de textes qui définissent ses différentes structures et ses attributions29 mais aussi d’un personnel spécifique, de bâtiments attitrés et d’institutions placées directement sous sa tutelle.

37Les missions attribuées au SERST sont extrêmement étendues puisque cet organisme est censé coordonner l’ensemble du secteur national de la recherche tunisienne, depuis la définition, la conception et la proposition de programmes en amont, jusqu’à la valorisation et la diffusion des résultats de la recherche en aval. Cette mission de coordination concerne l’ensemble des programmes de recherche et de développement technologique dans tous les domaines, mais aussi les différentes actions de coopération internationale.

38Organe de proposition, le secrétariat d’État formule les options nationales en matière de recherche, mais aussi la législation, les mesures d’incitation et d’encouragement à la recherche. Une fois les programmes lancés, le SERST en assure le suivi, l’évaluation et les prolonge par un travail de valorisation et de diffusion des résultats de la recherche. Il a aussi en charge la collecte d’informations sur les grands équipements et les installations scientifiques. Enfin, il donne son avis sur les budgets des établissements de recherche (y compris sous d’autres tutelles que la sienne), sur l’organisation générale du secteur de la recherche scientifique et sa gestion, sur les statuts des personnels de la recherche, et sur les programmes de recherche des entreprises nationales. Il est bien entendu chaque fois rappelé que l’ensemble des missions du SERST s’accomplissent « en collaboration avec les ministères concernés ».

  • 30 Désignés parmi les personnels d’Enseignement ou de recherche.
  • 31 Idem.

39Structure à vocation interministérielle, le SERST est placé sous la tutelle directe du premier ministère. Sa structure administrative est assez légère (voir l’organigramme ci-après). Outre les deux principales directions basées à Tunis, le secrétariat d’État est aussi doté de structures d’intervention territorialisées : deux délégués régionaux à la recherche et à la technologie30, l’un pour la région Centre, l’autre pour le Sud, sont chargés du suivi de l’ensemble des activités du SERST au niveau régional, mais aussi de faire émerger des initiatives au sein des établissements d’enseignement et de recherche et des entreprises économiques. Au niveau central, l’ensemble du domaine d’intervention du SERST est divisé en six grands domaines scientifiques (cf. organigramme), chacun étant confié à un conseiller scientifique31 qui « suit l’exécution de la politique de recherche », « prépare les rapports sectoriels et anime la recherche et les applications industrielles ». Par ailleurs, « il donne son avis sur toutes les questions scientifiques relevant de sa compétence ».

Les hommes

40De façon assez prévisible, le groupe d’hommes qui animent ces structures reflète le faisceau de « conditions convergentes » qui ont donné naissance au secrétariat d’État à la Recherche scientifique. On ne reviendra pas sur la nomination de Sadok Chaâbane à la tête du SERST, qui illustre clairement le soutien présidentiel apporté à cette création institutionnelle.

Le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie : Structures institutionnelles

  • 32 Qui entre 1978 et 1986 cumulait les titres de coordinateur du PNR « Énergies renouvelables », de d (...)

41Une composante importante est celle des anciens promoteurs de la politique des PNR de la fin des années 1970 (abandonnée en 1986), le plus souvent rattachés à l’INRST et qui, par leur contre-offensive de 1990, ont réussi à enrayer le démantèlement programmé de leur institution et à attirer l’attention de la présidence de la République sur les enjeux de la maîtrise locale des technologies. L’un des acteurs centraux de ce groupe, le physicien Mohamed Maâlej32, est nommé à la tête de la direction de la Recherche et de l’Innovation Technologique.

42On peut aussi citer le cas de l’hydro-géologue Mohamed Ennabli, ancien coordinateur du PNR « Eau » et directeur du Centre des Sciences et techniques de l’Eau, qui devient l’un des six conseillers scientifiques pour le domaine « Environnement, Ressources Naturelles et Eau » et en 1993, le nouveau directeur de l’INRST.

43L’autre composante est constituée de ce groupe d’enseignants-chercheurs de l’ENIT évoqués plus haut, convaincus de l’importance de l’implication des technologies de pointe dans le développement national. L’un d’entre eux, le chimiste Refaât Chaâbouni prend la tête de la direction de la Prospective, de la Planification et de l’Évaluation. Son collègue de l’ENIT, Noureddine Ellouze, directeur depuis 1987 de l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications est nommé conseiller scientifique pour le domaine « Informatique, télécommunications et services ».

Centres de recherche et Programmes Nationaux Mobilisateurs (PNM)

  • 33 Hormis le CERP, situé sur le campus de la Faculté de droit, de sciences politiques et économiques (...)

44Le secrétariat d’État à la Recherche scientifique n’est pas cantonné à un rôle de simple coordination, de proposition et d’information. Il est aussi une structure directement impliquée dans l’exécution de la recherche et dans son impulsion. En premier lieu, huit centres de recherche relevant auparavant de l’Éducation nationale et de l’Agriculture sont désormais placés directement sous sa tutelle (cf. encadré ci-dessous). Ces centres de recherche ont en commun d’être situés en dehors de l’Université33, et la logique de cet assemblage à première vue hétéroclite, renvoie aux conditions mêmes de création du SERST. On trouve d’abord des institutions associées à la politique de recherche finalisée des années 1980 : l’INRST de Borj-Cedria, institution problématique du point de vue scientifique, mais préservée par la volonté politique, comme on l’a vu, et première à être soumise aux procédures d’évaluation du secrétariat d’État ; le CNUDST, initialement voué au soutien documentaire de la politique des PNR, mais qui n’a pas obtenu les moyens d’une telle mission.

Les centres de recherches placés sous la tutelle du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique en 1992
Institut National de la Recherche scientifique et technique : créé en 1969 sous le nom d’IRST, réorganisé en INRST en novembre 1983. 5 Centres : Physique et Énergétique ; Biologie ; Chimie appliquée ; Sciences et techniques de l’eau ; Sciences de la terre. Effectifs : 189 personnes dont 86 chercheurs.
Institut National scientifique et technique d’Océanographie et de Pêche : créé en 1964. Étude des ressources vivantes de la mer ; Études océanographiques et topographiques du milieu marin ; Physiologie de la nutrition des animaux marins ; Étude de la pollution marine et lagunaire ; techniques de pêche et aquaculture. Effectifs : 28 chercheurs.
Centre de Biotechnologie de Sfax : Créé au sein de l’INRST en 1983, autonome à partir de 1989. 5 unités : Sucre ; Production de métabolites ; Cellulose ; Bioénergie ; Procédés. Effectifs : 15 chercheurs, 12 ingénieurs.
Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications :
créé en 1986. Programmes : Traduction assistée anglais vers arabe ; Terminal vidéotex bilingue arabe/latin ; Reconnaissance de caractères arabes appliquée à la saisie de documents multilingues ; Réseaux locaux et systèmes hétérogènes ; Systèmes d’information géographique. Effectifs : 50 personnes dont 35 chercheurs.
Institut des Régions Arides : créé en 1976. Lutte contre la désertification ; Télédétection ; Eaux et sols dans les régions arides ; Formation en pastoralisme. Effectifs : 12 chercheurs, 27 techniciens.
Centre d’Études et de Recherches Économiques et Sociales : créé en 1962. Projets : Urbanisation ; Développement régional ; Exclusion sociale ; Société, culture et religion. Effectifs : 40 chercheurs.
Centre d’Études, de Recherches et de Publications : créé en 1979. Droit, Sciences politiques, économie et statistique (pas de chercheurs attitrés).
Centre National Universitaire de Documentation scientifique et technique :
créé en 1979. Collecte et traitement des données scientifiques et techniques tunisiennes (pas de chercheurs attitrés).

45Sont également présentes, les institutions censées incarner ces nouvelles technologies de pointe que sont l’informatique, les télécommunications et les biotechnologies, et dont le SERST fera ses centres modèles : l’IRSIT et le CBS.

  • 34 Rapport de synthèse de la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la pré (...)

46Le CERES et le CERP incarnent l’intérêt que le secrétariat d’État dit porter aux sciences sociales comme instrument d’un « changement qualitatif dans les mécanismes de fonctionnement de l’économie et de la société »34. Pour le premier, il s’agit également d’une institution que ses conflits avec l’Université prédisposaient à un tel transfert de tutelle.

  • 35 C’est notamment le cas de Mohamed Maâlej, qui y a commencé sa carrière de chercheur, avant de rele (...)

47Enfin, il est plus difficile de rendre compte des raisons du transfert de deux centres relevant initialement du ministère de l’Agriculture. On peut y voir le souci de crédibiliser l’accent mis, lors de la création du SERST, sur les problèmes de sécurité alimentaire et de ressources naturelles. Il faut aussi se souvenir que l’Institut des Régions Arides représente, pour les partisans de la recherche appliquée, l’une des premières créations tunisiennes répondant à ce souci, et qu’en tant qu’ancêtre institutionnel de l’IRST puis de l’INRST, elle a accueilli de jeunes chercheurs devenus depuis responsables de la politique scientifique tunisienne35. L’ensemble de ces huit centres de recherche recouvre un potentiel humain estimé en 1992 à 216 chercheurs et un nombre difficile à déterminer d’ingénieurs et de techniciens. Ces chiffres seront affinés en 1994 pour donner 181 chercheurs et 81 ingénieurs ou autres catégories de personnels.

  • 36 Cf. Actes du Colloque national Recherche et technologie, La Documentation Française/ Éditions du S (...)

48Par ailleurs, le secrétariat d’État à la Recherche scientifique dispose d’un moyen spécifique d’impulsion et d’orientation de la recherche, les Programmes Nationaux Mobilisateurs. Le terme lui-même a été emprunté à l’arsenal de mesures décidées en France lors du grand colloque national sur la Recherche et la technologie36 (Paris, janvier 1982), mais ses promoteurs – comme ses détracteurs – ont conscience d’une continuité à peine masquée avec les Programmes Nationaux de Recherche mis en place en 1978 et interrompus en 1986. Là encore, il s’agit d’encourager des programmes de recherche, orientés vers l’application au sein des six domaines scientifiques, identifiés par le SERST.

  • 37 Rappelons qu’il s’agissait (pour les principaux ayant réellement fonctionné) de quatre grands prog (...)

49A la différence des anciens Programmes Nationaux de Recherche37 on constate que le champ couvert est à la fois plus vaste et mieux défini. Les programmes ont une durée théorique de trois ans. Les candidatures des équipes de recherche sont sélectionnées par des commissions correspondant aux six domaines scientifiques définis par le SERST et placées sous la présidence des six conseillers scientifiques. Elles sont constituées pour moitié d’enseignants-chercheurs nommés et de représentants des divers ministères intéressés aux activités de recherche.

Tableau 7 : Les Programmes Nationaux Mobilisateurs (PNM)

Tableau 7 : Les Programmes Nationaux Mobilisateurs (PNM)

L’implication du politique

50Une deuxième caractéristique différencie nettement la configuration qui se met en place à partir de 1991 par rapport à toutes les tentatives institutionnelles précédentes. Il s’agit de l’implication clairement repérable du politique dans le processus, ce qui incite plusieurs observateurs à affirmer qu’il s’agit de la première manifestation d’une politique scientifique en Tunisie. Si jusque-là l’impulsion principale des actions menées en direction de la recherche scientifique avaient leur source à un niveau infra-ministériel (avec bien entendu le soutien au moins passif du ministre concerné), on est ici confronté à une implication directe des plus hautes sphères de l’État, premier ministère et surtout présidence de la République.

  • 38 Rapport de synthèse de la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la pré (...)
  • 39 Op. cit., p. 4.
  • 40 A côté de propositions traditionnelles à ce type d’exercice (développement industriel, production (...)

51Un premier signe (et une conséquence) de cette implication est la participation immédiate du nouveau secrétariat d’État à la Recherche scientifique au processus de planification. Quelques mois après sa création, le SERST est doté d’une Commission de la technologie et de la Recherche scientifique qui rend en août 1991 un premier rapport en vue de la préparation du VIIIe Plan de développement économique et social. Ce document38 propose une réflexion d’ensemble sur le rôle de la recherche et de la technologie dans la société. Prenant acte d’une « volonté des pouvoirs publics de donner une impulsion décisive à ce secteur stratégique »39, il souligne les conditions nécessaires à leur développement, en particulier : la nécessité d’un cadre juridique pour la recherche ; l’accroissement des moyens financiers ; l’évaluation ; une politique à long terme de l’emploi scientifique ; l’identification de domaines prioritaires40 ; une politique de formation ; une politique de valorisation des résultats de la recherche.

  • 41 Façon de reconnaître qu’un tel budget n’existait pas jusqu’alors. Le document du plan prévoit d’y (...)
  • 42 La question de « sous-effectifs importants […] en particulier dans les domaines stratégiques de l’ (...)
  • 43 Cf. La Presse du 15/04/1995.

52Ces propositions sont reprises dans leurs grandes lignes dans le texte du VIIIe plan (1992-1996) qui consacre six pages à « la technologie et la recherche scientifique ». Pour la première fois est inscrit dans le document officiel de planification un programme d’action comprenant entre autres : l’élaboration d’une loi d’orientation de la recherche ; le renforcement des moyens financiers et l’inscription d’un budget spécial destiné à la recherche scientifique et à la technologie41 ; le renforcement de « la formation des chercheurs spécialisés dans de nouveaux secteurs tels que l’informatique et la biotechnologie »42 ; etc. Cette implication dans le processus de planification perdurera puisqu’en 1995, ce sera à nouveau sous la présidence du Secrétaire d’État à la Recherche que se réunira une commission sectorielle de la recherche scientifique et de la technologie en charge d’examiner les réalisations du VIIIe Plan en cours et de contribuer à l’élaboration du IXe Plan (1997-2001)43.

Un domaine d’intervention présidentiel

  • 44 Recueil des C.M.R., n° 10, 1992, p. 59. République Tunisienne. Voir également « Recherche scientif (...)
  • 45 Accessoirement, c’est aussi le moment où le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique devient (...)

53Si le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique est placé sous la tutelle du Premier Ministère, l’autorité présidentielle s’exerce la plupart du temps directement au cours de conseils ministériels (et surtout de conseils ministériels restreints). Jusqu’en 1990, la plupart de ces conseils consacrés à l’Université et à la recherche sont présidés par le premier Ministre, mais à partir de 1991, c’est le chef de l’État qui en assure la direction. C’est notamment le cas de celui du 15 avril 1992, consacré à « l’examen des grandes lignes de la politique de recherche scientifique » et à « l’étude des voies et moyens permettant de renforcer encore plus [cette] activité »44. C’est lors de ce conseil qu’est décidée l’élaboration d’une loi d’orientation de la recherche scientifique et du développement technologique45. Lors de conseils ultérieurs, le chef de l’État s’intéressera au processus d’évaluation des institutions de recherche entrepris par le SERST, avec, par exemple, la séance du 13 mars 1993 consacrée à l’INRST et aux mesures censées favoriser sa relance. Après avoir sollicité, en août 1994, l’expertise d’une commission de réflexion sur la recherche scientifique, ce ne seront pas moins de quatre CMR dirigés par le Président Ben Ali qui seront consacrés à cette question jusqu’à l’été 1995.

  • 46 Comme le remarque Michel Camau, « le rôle du Gouvernement lui-même est relativisé par le renforcem (...)
  • 47 Décret 93-928.

54Cette omniprésence de la figure présidentielle (qui n’est pas propre au secteur de la recherche, mais concerne l’ensemble des processus décisionnels, jusqu’aux plus anodins)46 se traduit aussi par l’inutilité de fait des instances de médiation ; ainsi du Conseil supérieur de la recherche scientifique et de la technologie, créé le 25 avril 199347. En théorie, cette instance, présidée par le Premier Ministre et composée de représentants des ministères concernés, est chargée de donner son avis sur les grandes options de la politique nationale de recherche et sur les moyens nécessaire à son exécution. Dans les faits, plus de deux ans après sa création, ce conseil n’a été réuni qu’une seule fois, à l’occasion de l’examen du rapport d’évaluation des centres de recherche. L’orientation de l’action du SERST est pilotée par un comité technique interne, présidé par le Secrétaire d’État, lui-même directement en contact avec le palais présidentiel de Carthage.

  • 48 La loi d’orientation relative à la recherche scientifique et au développement technologique (n° 96 (...)

55Enfin, l’implication présidentielle se traduit d’une toute autre façon, dans ce que l’on pourrait appeler une politique des hommes. On a évoqué plus haut la dimension politique du choix de Sadok Chaâbane comme premier Secrétaire d’État à la Recherche scientifique, à la suite du conflit qui l’opposait à son ministre de tutelle ; à la suite de cet arbitrage, le soutien présidentiel se confirme puisque ce membre du Comité Central du RCD, juriste de formation, quitte son poste quelques mois seulement après la création du SERST (en juin 1991) pour devenir – après quelques temps comme conseiller principal auprès de la Présidence – Ministre de la Justice. Il ne sera pas le seul pour qui le SERST jouera un rôle de tremplin politique. Son successeur, Hédi M’henni, médecin de formation, devient, quant à lui ; Ministre de la Santé en juillet 1992. Il sera remplacé à cette date par Mongi Safra, un économiste de formation américaine qui mènera à son terme le travail d’élaboration d’un cadre juridique général pour la recherche scientifique tunisienne. Bien que laborieuse48, il n’est pas douteux que la concrétisation de cette première étape ne soit avant tout le résultat de cette implication, sans précédent en Tunisie, des plus hautes sphères de l’État dans le domaine scientifique.

Une politique scientifique médiatisée

56Par rapport à l’extrême discrétion (voire la semi-clandestinité) qui avait entouré les tentatives précédentes – les PNR des années 1980 ou la FNRS en 1989 – il frappant de constater la promotion dont bénéficie la mise en place du Secrétariat d’État à la Recherche scientifique, promotion organisée par les responsables institutionnels et largement relayée par la presse officielle. Les actions visant à asseoir la légitimité et à affirmer la compétence de la nouvelle institution se déploient tant au plan national qu’international.

Un affichage national

  • 49 Selon les termes du préambule du Rapport de synthèse des Journées de la recherche et du développem (...)
  • 50 Entre autres articles : « Un plan global de recherche appliquée », Le Renouveau, 28/07/1991, « Rec (...)
  • 51 « Recherche et priorités », Éditorial du Renouveau, 28/07/1991.

57Dès le mois de juillet 1991, soit cinq mois après sa création, et alors même qu’il ne dispose pas encore d’attributions précises, le SERST organise dans un hôtel de Sousse les « Journées de la recherche et du développement technologique » (26 au 30 juillet 1991). Le but de lancer « une réflexion aussi large que possible sur les bases d’une politique nationale de recherche »49 est rendu crédible par la participation de plus de 230 personnes, dont 60 % d’enseignants-chercheurs et 33 % d’ingénieurs des secteurs industriel et agricole. Participent également des représentants de la Chambre des Députés, du Conseil économique et social, de divers ministères, syndicats et organisations nationales… Les travaux des cinq ateliers thématiques (Recherche et développement industriel, mines et énergie, agriculture et ressources naturelles, santé et qualité de la vie, sciences de l’homme et de la société) sont abondamment couverts par la presse officielle tunisienne50. Les articles et éditoriaux se font volontiers l’écho des effets d’annonce officiels, comme par exemple la proposition de quintupler les crédits alloués à la recherche au cours de la prochaine décennie »51.

58Une deuxième manifestation de ce type sera organisée un peu moins d’un an plus tard, les 16 et 17 mars 1992 au Palais des Congrès de Tunis. Annoncé à l’avance, et comme l’année précédente placé sous « le haut patronage du Chef de l’État », ce « Symposium national sur la recherche scientifique et la technologie » rassemble cette fois plus de mille participants. Les buts déclarés sont d’informer le public sur la politique de l’État en matière de recherche scientifique et de préparer les grandes lignes d’une loi d’orientation du secteur. A cette fin, quatre commissions sont mises en place, qui réfléchissent respectivement aux orientations générales de la politique de recherche, au statut des institutions de recherche, au statut des personnels et enfin aux liens entre recherche scientifique et entreprise.

  • 52 « Recherche et innovation technologique. Est-ce le bout du tunnel ? », La Presse, 8/03/1992. En ré (...)
  • 53 « Recherche scientifique. Bientôt une loi-cadre », Le Temps, 4/03/1992.

59Là encore, avant et après cette conférence, les quotidiens officiels multiplient les annonces distillées par des sources non moins officielles : la loi-cadre en préparation serait votée dans l’année, dès le mois de juillet pour certains52 ; d’autres annoncent que « le gouvernement a déjà pris la décision de doubler le budget alloué au secteur de la recherche d’ici à la fin du 8e plan (1992-1996) puis de le doubler de nouveau durant la seconde quinquennie de cette décennie de manière à rapprocher aux horizons de l’an 2000, la part du PIB consacré à la recherche aux normes internationales, soit 1 % du PIB »53.

Légitimité internationale et soutien des coopérateurs

60A cet affichage national s’ajoute une série d’actions destinées à promouvoir le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique auprès des instances de la coopération internationale, au premier rang desquelles la coopération scientifique française. Il s’agit à la fois d’asseoir la légitimité du SERST par une reconnaissance extérieure incontestable, mais aussi d’orienter vers lui une partie au moins des flux financiers de cette coopération.

61Cette reconnaissance va être très rapide. Dès le 30 janvier 1992, l’ORSTOM, en la personne de son président Michel Levallois en visite à Tunis, signe avec le SERST un protocole d’accord de coopération scientifique. Cet accord, d’une durée de cinq ans, renouvelable, est complété par un autre protocole d’accord en matière de formation-insertion. Le mois suivant (26-28 février 1992), c’est au tour de François Kourilsky, directeur général du CNRS, de répondre à l’invitation du SERST ; les deux organismes signent à cette occasion un accord de coopération pour la réalisation de programmes disciplinaires conjoints et en matière de formation.

  • 54 Intervention de Mohamed Maâlej, Directeur de la Recherche et du Développement Technologique au SER (...)

62L’offensive « publicitaire » du Secrétariat d’État tunisien à la Recherche vise également des acteurs institutionnels traditionnellement moins directement impliqués dans les actions internationales. C’est ainsi que le 19 juin suivant, Hubert Curien, ministre français de la Recherche et de l’Espace est invité à Tunis dans le cadre d’un séminaire franco-tunisien sur l’organisation de la recherche. C’est l’occasion pour les responsables du SERST de se déclarer « intéressés de voir de près l’expérience de la France exposée de vive voix par de hauts responsables »54, souhait auquel leurs homologues français répondent par des exposés sur les structures et l’organisation de la recherche française, notamment dans ses aspects budgétaires (Budget civil de la recherche). Ces contacts déboucheront au début de l’année 1993 sur un programme de recherches post-doctorales nouveau, les « Réseaux Formation Recherche » dont le SERST est le maître d’œuvre tunisien.

  • 55 Entre autres pour pouvoir bénéficier de compléments financiers des programmes européens.
  • 56 Cf. Radvanyi P., « Les Programmes Internationaux de Coopération scientifique », Le courrier du CNR (...)

63Ce bon accueil réservé à la nouvelle institution tunisienne de coordination et d’orientation de la recherche s’explique par des considérations propres aux partenaires étrangers (et notamment français) de la recherche tunisienne. En effet, depuis la fin de la décennie précédente, ceux-ci sont engagés dans une réflexion visant à la réforme globale de leurs procédures de fonctionnement. Selon une tendance assez générale, plusieurs caractéristiques sont en train d’être modifiées : il s’agit d’abord de passer de petits projets, émanant souvent de demandes individuelles unilatérales, à de véritables partenariats, impliquant des équipes entières et émanant simultanément des deux partenaires (en l’occurrence français et tunisiens) ; à la place de nombreuses actions de courte durée (missions ponctuelles, stages d’un ou quelques mois), on veut promouvoir des programmes identifiés sur plusieurs années ; des accords cadres avec des partenaires « centraux » doivent mettre un terme à la multiplication des conventions avec des institutions particulières ; enfin, chaque fois que cela est possible, on veut élargir le cadre jusque là strictement bilatéral des coopérations à une dimension multilatérale55. Dans ce but, certains organismes de recherche se sont même dotés d’outils spécifiques, comme le CNRS avec les Programmes Internationaux de Coopération scientifique (PICS) d’une durée de trois à cinq ans56.

  • 57 Fasella P-M., « La recherche scientifique et la CEE », Le courrier du CNRS, 78, op. cit., p. 14

64Par ailleurs, du point de vue du contenu de la coopération, la plupart des acteurs internationaux sont beaucoup plus sensibles aux actions visant la recherche appliquée et le développement qu’au soutien d’équipes de recherche fondamentale. C’est notamment le cas de la coopération européenne dont les différents programmes visent de façon explicite à « aider les pays du Tiers-Monde à appliquer la science et la technologie aux problèmes particuliers auxquels ils se heurtent sur le chemin du développement »57.

65Dans ces conditions, l’existence du SERST, structure interministérielle susceptible de contracter pour l’ensemble des établissements de recherche (et non les seules Universités) et de Programmes Nationaux Mobilisateurs aux priorités affichées répond à une attente concrète des coopérateurs.

  • 58 Qui a également entrepris de réformer son fonctionnement en instaurant, à partir de 1987-88, la «  (...)

66Même la coopération « officielle » coordonnée par le ministère des Affaires Étrangères, et sur place, par le Service Culturel de l’Ambassade de France58, traditionnellement impliquée dans un soutien structurel au ministère de l’Enseignement supérieur tunisien et aux petites équipes universitaires, est tentée par les dividendes politiques de programmes plus prestigieux. A partir de 1992-93, elle va mettre en place, en coopération avec le SERST, un programme de coopération spatiale qui associe principalement le Centre National d’Études Spatiales français et l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications (institution-phare du SERST, comme on l’a vu).

67Au-delà de la seule coopération scientifique française, le secrétariat d’État tunisien à la Recherche scientifique réussit également à s’inscrire dans un cadre multilatéral plus large. C’est notamment le cas avec la coopération scientifique européenne, plusieurs équipes tunisiennes participant aux programmes STD (Sciences et technologies du vivant pour le pays en Développement), Avicenne, CSI (Coopération scientifique Internationale), etc.

Offre politique et partage du terrain scientifique

  • 59 Garraud Ph., « Politiques nationales : élaboration de l’agenda », L’Année sociologique, vol. 40, 1 (...)

68Institutionnalisation rapide, forte implication politique, médiatisation… ces divers traits qui, à partir de 1991, caractérisent la réorganisation du secteur de la recherche en Tunisie suffisent à mettre en relief les différences profondes qui le séparent des expériences précédentes. Mais le caractère encore récent (et à ce jour, encore en cours) du processus fait qu’il n’est pas aisé d’en proposer une interprétation en terme de modèle de politique publique, comme nous avons essayé de le faire pour l’épisode des PNR. Le recul temporel qui contribue à faire émerger les étapes importantes et à gommer les éléments secondaires est ici très faible. Il est néanmoins possible de faire quelques remarques. Si l’on se reporte à la typologie des différents modes d’émergence d’une action des autorités publiques déjà utilisée plus haut pour diriger l’analyse59, on constate que, là encore, les modèles purs n’existent probablement pas, et que l’on est obligé, pour tenter de rendre compte de la réalité, d’emprunter et de recombiner les différents critères qui distinguent ces modèles.

  • 60 Op. cit., p. 33.

69Les deux modèles auxquels il est possible d’emprunter ici sont ceux de l’anticipation (ou mobilisation par le centre) et de l’offre politique. Le premier, parce qu’effectivement, ce sont les autorités publiques, et singulièrement le pouvoir exécutif à son plus haut niveau qui jouent un rôle moteur dans la formulation (ou la reformulation) du « problème » de la recherche scientifique en Tunisie. D’où la rapidité de l’inscription de cette question au rang des priorités et de la formulation des réponses institutionnelles à y apporter. En l’occurrence, il s’agit moins de répondre à une demande sociale (qui n’existe pas) que de tenter de « faire naître » une telle demande, en particulier chez les entreprises publiques et surtout du secteur privé. L’absence de demande sociale est aussi une caractéristique du modèle de l’offre politique, mais ce qui est plus particulièrement intéressant dans ce modèle, c’est en revanche une forte médiatisation « qui témoigne de la capacité d’accès privilégié […] au système des médias »60. La médiatisation dont il est question dans le cas présent n’est pas le moyen pour un groupe particulier de faire valoir ses intérêts auprès de l’autorité publique, mais à l’inverse, un instrument mobilisé par le pouvoir pour donner à sa politique la plus large audience possible, en des termes susceptibles de lui valoir des gains qui peuvent être d’ordre pratique ou d’ordre symbolique. L’accès privilégié aux médias renvoie bien sûr ici, aux liens organiques existant entre l’État-parti et la presse officielle (Le Renouveau pour le parti RCD au pouvoir, La Presse, quotidien d’inspiration gouvernementale et leurs équivalents respectifs en langue arabe, Al-Horrîa et As-Sahafa). C’est donc là aussi d’un modèle hybride qu’il s’agit, que l’on pourrait qualifier d’offre gouvernementale médiatisée.

L’entreprise et le secteur privé : un nouveau référentiel pour la recherche scientifique

70Cette offre politique s’accompagne d’une reformulation du problème de la recherche scientifique, c’est-à-dire avant tout d’un discours qui a pour fonction de justifier les moyens mis en œuvre. Pourquoi, en l’absence de toute demande identifiable, le gouvernement tunisien accorde-t-il soudainement autant d’importance à un secteur dont on a vu qu’il n’avait jusque-là jamais retenu son attention ?

  • 61 Pour une formulation typique, voir les éditoriaux de la presse officielle : « L’attention particul (...)
  • 62 « Les nouvelles pistes de la recherche scientifique », Le Temps, 20/05/1991.

71On peut distinguer plusieurs niveaux dans ce discours qui accompagne la mise en place du secrétariat d’État à la Recherche scientifique. En premier lieu, un niveau général, présent on l’a vu depuis l’Indépendance, qui renvoie au référentiel global largement développé par la rhétorique bourguibienne : la science au service du développement national. Ces considérations n’ont guère changé, elles constituent la toile de fond indiscutable et indiscutée du projet développementaliste, doté d’une légitimité qui est à la mesure de son degré de généralité61. A un deuxième niveau, on trouve un discours plus circonstancié, dû aux récents bouleversements de la scène internationale. On a évoqué plus haut l’inquiétude technologique consécutive à la guerre du Golfe de 1990-91. Ainsi l’accent est-il mis sur la capacité de la science, et surtout de la technologie, à conférer à la Tunisie, la sécurité indispensable à sa souveraineté. En mai 1991, on peut lire que « dans l’esprit du secrétariat d’État à la Recherche scientifique, qui a la haute main sur cette activité, il s’agit d’une recherche à caractère stratégique qui touche à la sécurité de la Tunisie au double plan militaire et alimentaire [qui] devra à terme permettre à la Tunisie d’échapper autant que faire se pourra à la chape technologique exercée par le monde industrialisé sur le reste de la planète »62.

  • 63 La Presse, 24/02/1991.
  • 64 « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/1991. (...)

72Mais à mesure que le secrétariat d’État renforce son assise institutionnelle et que la réflexion sur sa mission se précise, on voit apparaître un élément nouveau qui tend à dominer l’ensemble du discours. De plus en plus, l’argument central pour justifier le lancement d’une nouvelle politique scientifique est que celle-ci est un moyen privilégié pour dynamiser les entreprises du secteur privé, appelées depuis le milieu des années 1980, à jouer un rôle central dans l’économie nationale. Le premier ministre, Hamed Karoui, installant le tout nouveau secrétaire d’État à la Recherche scientifique, met ainsi « l’accent sur le rôle dévolu aux chercheurs dans la sensibilisation des industriels, les privés notamment, à l’impact de la recherche scientifique sur la prospérité de l’entreprise économique et son rendement »63. Quelques mois plus tard, c’est au tour du secrétaire d’État lui même de placer au premier rang des priorités « l’amélioration de la capacité concurrentielle de nos entreprises sur le marché international par le biais de la maîtrise de la technologie »64. Ce type de discours tranche assez nettement avec les missions fixées dix ans auparavant, à un organisme comme l’INRST, qui ne prévoyaient à aucun moment de répondre à la demande des entreprises du secteur privé, mais seulement à celle des « Ministères, des Offices, des Entreprises publiques ou de toute autre Institution Nationale » (décret n° 83-1037, art. 3, II).

  • 65 Un accord bilatéral Tunisie-CEE prévoyant l’instauration progressive (en trois périodes étalées su (...)

73L’idée occupe de plus en plus de terrain que, dans le contexte d’une libéralisation progressive du commerce extérieur destinée à aboutir à terme à l’instauration du libre-échange65, seul un investissement considérable dans la recherche scientifique et technologique peut assurer la compétitivité des entreprises tunisiennes face à la concurrence internationale qui les menace. La recherche et la science en général ne sont considérées comme « moteur du développement national », que dans la mesure où elles vont irriguer et renforcer les entreprises du secteur privé.

Un partage du terrain scientifique ?

  • 66 Cf. « Pour une restructuration de la recherche scientifique », La Presse, 22/07/1991 ou « La reche (...)

74Ces considérations nouvelles sur une recherche scientifique désormais étroitement liée au sort du tissu entrepreneurial tunisien – et plus largement à l’économie nationale – entraînent un retour de la distinction (souvent critiquée par les chercheurs eux-mêmes) entre recherche fondamentale et recherche appliquée avec une réorientation des priorités vers cette dernière66. Elles tendent aussi à restituer à la programmation et l’orientation de la recherche une légitimité qui avait fortement été remise en cause lors de la suppression des Programmes Nationaux de Recherche des années 1980 et lors de l’intérim de la FNRS. Dans le courant de l’année 1992, la mission principale de coordination de la recherche scientifique au niveau national du SERST tend à être moins fréquemment mise en avant. En revanche, le nouvel organisme apparaît de plus en plus dans les propos de ses responsables comme l’organe chargé de la recherche stratégique, ce que confirme la mise en place des Programmes Nationaux Mobilisateurs. La mise sous sa tutelle directe des huit centres de recherche hors Université est présentée comme le moyen le plus rapide de mettre en œuvre des programmes de maîtrise des technologies. Ce n’est donc pas par hasard si, lors d’un Conseil Ministériel Restreint en avril 1992, le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique (SERS) est rebaptisé Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie (SERST).

  • 67 Selon un haut responsable du SERST « la question [de l’étendue de la tutelle directe du SERST] a é (...)

75En d’autres termes, de l’idée d’un regroupement et d’une coordination nationale de l’ensemble des moyens humains et matériels impliqués dans la recherche scientifique, on s’achemine vers une structuration dichotomique : d’un côté une recherche stratégique, menée principalement dans les centres de recherche, sur la base d’incitations et d’orientations, programmée, définie et exécutée par le SERST, qui vise avant tout à être utilisée par les entreprises ; de l’autre, une recherche universitaire (qui mobilise quantitativement la majeure partie du potentiel humain), libre de ses objets et de ses problématiques, mais qui à l’évidence ne peut relever du secrétariat d’État. La conclusion logique de cette conception est donc une sorte de partage du terrain scientifique présenté officiellement comme un compromis raisonnable67.

  • 68 Cette Direction avait été mise en sommeil en 1989, au moment de la création de la Fondation Nation (...)
  • 69 Décret n° 92-1929 du 2/11/1992 réorganisant le ministère de l’Éducation et des Sciences.
  • 70 Confusion qui touche non seulement les enseignants-chercheurs tunisiens, mais aussi les divers par (...)

76Ce partage est institutionnalisé avec la réactivation, en 1992, d’une Direction Générale de la Recherche scientifique et Technologique au sein du ministère de l’Éducation et des Sciences qui est confiée à un professeur de physique nucléaire de la Faculté des Sciences de Tunis68. Cette direction est chargée de « développer la recherche scientifique dans le cadre universitaire, gérer les programmes de coopération, répartir les moyens de la recherche entre les établissements d’Enseignement supérieur, coordonner les programmes de recherche, évaluer les programmes de recherches et les réalisations qui en découlent »69 ; en bref, la DGRST se voit confier les mêmes tâches que le SERST, mais concernant la recherche universitaire. Malgré une certaine confusion introduite par ce choix70, quelque peu contradictoire avec les orientations formulées pour justifier la création du secrétariat d’État, cette séparation théorique des tâches sera confirmée au plus haut niveau lors d’un Conseil Ministériel Restreint dans le courant du mois d’avril 1993.

Notes

1 Le 21 février 1991. Initialement secrétariat d’État à la Recherche scientifique (rattaché au premier ministre), puis à partir de 1992, secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie (désigné plus loin par SERST ou secrétariat d’État).

2 Décret 83-1037 du 4 novembre 1983. Il s’agit plus précisément de l’article 10, section III.

3 Pour reprendre une expression souvent employée dans la controverse, pour accuser ou pour s’en défendre.

4 « Grave crise à l’Institut National de la Recherche scientifique et technique. La recherche scientifique retient son souffle », Le Maghreb, n° 228, 7/12/1990 (Dossier réalisé par Lotfi Ouajah).

5 « En février 1991, j’ai été heureux de l’apprendre avant tout le monde, parce qu’on m’a téléphoné de la Présidence pour me dire « Voilà, le problème de la recherche est résolu. On a décidé de faire sortir la Recherche de l’Enseignement supérieur […]. Et ce soir, vous allez écouter les nouvelles à la radio ». Et ce soir-là était la création, le 20 février 1991, du secrétariat d’État à la Recherche scientifique », Mohamed Maâlej, Entretien avec l’auteur, févr. 1995.

6 Hantise déjà présente, on l’a vu, dans le discours bourguibien sur la science, discours qui reprend lui-même les mises en garde du général Khayr ed-Din formulées en 1867.

7 Elmandjra M., Première guerre civilisationnelle, Casablanca, Éditions Toubkal, 1992, p. 99. Un observateur beaucoup plus modéré, Béchir Ben Yahmed, reviendra sur la question de la destruction du potentiel scientifique irakien, quatre ans plus tard dans un éditorial de Jeune Afrique intitulé « Supprimez les chercheurs ! » (Jeune Afrique, n° 1789, 16 au 22 février 1995).

8 Khouri-Dagher N. et Dargouth-Medimegh A., « Pourquoi, en Tunisie, la rue a soutenu Bagdad », Le Monde Diplomatique, mars 1991, p. 12.

9 Sentencieux, comme l’éditorial du quotidien La Presse du 24/02/1991 (« Le défi de la recherche scientifique »), qui affirme « qu’il ne saurait avoir d’invulnérabilité que par le travail, le labeur et la maîtrise des sciences et de la technologie » ; ou plus polémique, comme dans l’article d’un enseignant-chercheur de l’ENIT, qui fustige la volonté occidentale de maintenir le monde arabe dans la dépendance liée aux transferts de technologies et d’empêcher l’accession à une véritable maîtrise. L’auteur insiste sur le fait que « les buts de [la] recherche doivent demeurer confidentiels » et qu’il faut s’abstenir de « faire appel à l’étranger pour un oui pour un non », ce qui revient à « fournir des informations à ceux qui veulent nous maîtriser » (Boussema R., « Technologiquement vôtre », La Presse, 24/02/1991, p. 11).

10 Faculté de l’Ariana, géographiquement distincte du campus de l’Université de Tunis, réputée plus élitiste et fréquentée par des étudiants de catégories sociales plus favorisées.

11 Burgat F., L’islamisme au Maghreb. La voix du Sud, Paris, Karthala, 1988, p. 263.

12 Appellation large qui a le mérite de ne plus faire explicitement référence à la recherche scientifique.

13 Créé lors du remaniement ministériel du 21 février 1991, le SERST est officiellement organisé par le décret n° 92-342 du 17 février 1992.

14 Ce à quoi veulent parfois la ramener les scientifiques critiques vis-à-vis du SERST, mais que dément la taille prise par la suite par cette institution et le rôle qu’elle est amenée à jouer.

15 Ils ont en gros un écart universitaire d’une dizaine d’années avec leurs aînés, aujourd’hui en train de partir à la retraite.

16 M. Ben Ahmed (qui deviendra le premier secrétaire d’État à l’Informatique), M. Kamoun de l’ENSI, M. Amara (ancien directeur du centre de calcul El Khawarezmi de la faculté des Sciences et premier directeur de 1TNSAT).

17 Noureddine Ellouze. Entretien avec l’auteur, nov. 1996.

18 Établissement Public à caractère Industriel et Commercial ; on a vu que ce statut avait été celui de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique en 1989.

19 Celui du fils du président Bourguiba (appelé « Junior » conseiller spécial au Palais de Carthage (appuyé par Mokhtar Laâtiri, premier polytechnicien tunisien et souvent consulté par la présidence sur les questions de science et de technologie). Pendant la phase d’étude préparatoire, l’IRSIT relèvera d’ailleurs directement de la Présidence de la République.

20 Entretien avec l’auteur, nov. 1996.

21 Le dispositif comprenait un bureau de placement au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avec l’assistance d’un consultant américain pendant six mois ; la mise en place d’un centre de perfectionnement en anglais à Sousse fonctionnant avec l’aide de quelques professeurs américains ; enfin, l’installation d’un bureau tunisien des affaires universitaires à Washington chargé du suivi des étudiants placés aux États-Unis sous la direction d’un ancien directeur de l’Institut supérieur de Gestion de Tunis

22 Chiffres fournis par le responsable du suivi du programme à Tunis (bureau AMIDEAST) (entretien avec l’auteur, juill. 1995).

23 Malgré la mise en place d’une programme de suivi (Follow up) en 1990, seuls 340 des 763 bénéficiaires du TTP (soit 44 %) étaient rentrés en Tunisie fin 1993. A la clôture définitive du programme de suivi en septembre 1994, le taux de returnees atteignait 56 %.

24 Volontiers associée au modèle franco-tunisien et à des qualificatifs comme « bureaucratique ». Il ne s’agit pas ici de dire que ces traits caractérisent un quelconque « modèle américain » par ailleurs très diversifié suivant les institutions, mais de noter quels types de représentations ces cursus de formation ont induit chez les diplômés qui les ont suivis et comment ils ont alimenté et conforté les « valeurs » promues au sein de cette jeune institution qu’est l’IRSIT

25 Chercheur (PhD), département des Systèmes d’aide à la décision, entretien avec l’auteur, mai 1996. En dehors du discours lui-même, l’extériorisation du modèle revendiqué se traduit aussi, dans le cadre de bureaux modernes, par des photographies encadrées commémorant la cérémonie nord-américaine des diplômes, la personne étant habillée de la robe noire et de la toque carrée, emblème devenu typique du rituel académique américain (et qui, à ce titre, illustre aussi les publicités pour l’université privée en Tunisie).

26 Avec la possibilité de « courts-circuits » : « Si je veux parler au PDG, je n’ai qu’à aller dans son bureau, pas besoin de passer par le directeur de département. Je téléphone ou je pousse directement la porte » (Ingénieur-Chercheur, entretien avec l’auteur, juin 1996).

27 L’IRSIT a été dans un premier temps le seul accès à internet en Tunisie, avant d’en être dessaisi au profit d’une agence gouvernementale. En 1996, c’était la seule institution scientifique à disposer d’un site web (http://www.irsit.rnrt.tn).

28 C’est sans doute cela qu’expriment les références aux États-Unis, plus qu’une véritable tentative de s’inspirer d’institutions américaines existantes.

29 Le décret n° 92-362 du 17 février 1992.

30 Désignés parmi les personnels d’Enseignement ou de recherche.

31 Idem.

32 Qui entre 1978 et 1986 cumulait les titres de coordinateur du PNR « Énergies renouvelables », de directeur du Centre de physique et d’énergétique de l’INRST, de président de la Commission des sciences physiques du Conseil de la Recherche scientifique et technique.

33 Hormis le CERP, situé sur le campus de la Faculté de droit, de sciences politiques et économiques de Tunis, et qui, à la différence des autres n’a pas de chercheurs attitrés.

34 Rapport de synthèse de la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la préparation du VIIIe plan, secrétariat d’Etat à la Recherche scientifique, premier ministère, août 1991, p. 8.

35 C’est notamment le cas de Mohamed Maâlej, qui y a commencé sa carrière de chercheur, avant de relever de l’IRST, de l’INRST, et de devenir en 1991 directeur de la Recherche et de l’Innovation Technologique au secrétariat d’Etat à la Recherche scientifique.

36 Cf. Actes du Colloque national Recherche et technologie, La Documentation Française/ Éditions du Seuil, 1982.

37 Rappelons qu’il s’agissait (pour les principaux ayant réellement fonctionné) de quatre grands programmes fédérateurs d’équipes : Énergies renouvelables, Phosphates et saumures, Eau, Sciences de la mer.

38 Rapport de synthèse de la Commission de la technologie et de la Recherche scientifique pour la préparation du VIIIe plan, Secrétariat d’État à la Recherche scientifique, premier ministère, août 1991, 12 pages.

39 Op. cit., p. 4.

40 A côté de propositions traditionnelles à ce type d’exercice (développement industriel, production agricole, santé), on voit apparaître des thématiques plus nouvelles comme la préservation des ressources naturelles. L’idée est aussi soulignée que les mutations sociales entraînées par la mise en œuvre de tels programmes prioritaires devront être accompagnées par des « recherches dans le domaine des sciences de l’homme et de la société » (p. 8).

41 Façon de reconnaître qu’un tel budget n’existait pas jusqu’alors. Le document du plan prévoit d’y consacrer 0,4 % du PIB à la fin du plan alors que la commission de la technologie et de la recherche scientifique souhaitait aller jusqu’à 0,5 %.

42 La question de « sous-effectifs importants […] en particulier dans les domaines stratégiques de l’informatique, des sciences et techniques de l’ingénieur et des biotechnologies » avait été soulignée dans le rapport de la Commission de la technologie et de la recherche scientifique (op. cit.. p. 7). Il s’agit bien entendu de l’expression de préoccupations propres au groupe de scientifiques désireux de promouvoir ces domaines de recherche dont nous avons évoqué plus haut le rôle dans la mise en place du SERST.

43 Cf. La Presse du 15/04/1995.

44 Recueil des C.M.R., n° 10, 1992, p. 59. République Tunisienne. Voir également « Recherche scientifique et maîtrise de l’énergie. La voie de l’avenir », Le Renouveau, 16/04/1992.

45 Accessoirement, c’est aussi le moment où le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique devient « Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie » (SERST).

46 Comme le remarque Michel Camau, « le rôle du Gouvernement lui-même est relativisé par le renforcement des services de la Présidence de la République et les va-et-vient entre les fonctions de conseiller à la Présidence et celles de ministre ». Camau M., « D’une République à l’autre. Refondation politique et aléas de la transition libérale », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 157, juill-sept. 1997, p. 9.

47 Décret 93-928.

48 La loi d’orientation relative à la recherche scientifique et au développement technologique (n° 96-6) ne sera votée que le 31 janvier 1996, soit près de quatre ans après la décision.

49 Selon les termes du préambule du Rapport de synthèse des Journées de la recherche et du développement technologique, Sousse, Hôtel Boujaâfar, 26-30 juillet 1991, Secrétariat d’État à la Recherche scientifique, Premier Ministère, République de Tunisie, p. 5.

50 Entre autres articles : « Un plan global de recherche appliquée », Le Renouveau, 28/07/1991, « Recherche et priorités », Éditorial du Renouveau, 28/07/1991, « Recherche scientifique, Une voie pour l’avenir », Le Renouveau, 28/07/1991, « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », La Presse, 30/07/1991, « Recherche et développement, Pour un nouveau Départ », Le Renouveau, 30/07/1991. Voir aussi dans un organe de presse moins proche du pouvoir, « Recherche scientifique : où en sommes nous ? », Réalités, 16-22/08/1991.

51 « Recherche et priorités », Éditorial du Renouveau, 28/07/1991.

52 « Recherche et innovation technologique. Est-ce le bout du tunnel ? », La Presse, 8/03/1992. En réalité cette loi ne verra le jour que quatre ans plus tard.

53 « Recherche scientifique. Bientôt une loi-cadre », Le Temps, 4/03/1992.

54 Intervention de Mohamed Maâlej, Directeur de la Recherche et du Développement Technologique au SERST, « Structure et financement de la recherche en Tunisie ». Texte dactylographié, non publié.

55 Entre autres pour pouvoir bénéficier de compléments financiers des programmes européens.

56 Cf. Radvanyi P., « Les Programmes Internationaux de Coopération scientifique », Le courrier du CNRS, n° 78 (Dossiers scientifiques. Politique et actions internationales au CNRS), janv. 1992, p. 10. En Tunisie, quatre PICS seront mis en œuvre (Chimie, sciences de l’ingénieur, sciences de la vie et physique).

57 Fasella P-M., « La recherche scientifique et la CEE », Le courrier du CNRS, 78, op. cit., p. 14.

58 Qui a également entrepris de réformer son fonctionnement en instaurant, à partir de 1987-88, la « coopération sur projets ».

59 Garraud Ph., « Politiques nationales : élaboration de l’agenda », L’Année sociologique, vol. 40, 1990.

60 Op. cit., p. 33.

61 Pour une formulation typique, voir les éditoriaux de la presse officielle : « L’attention particulière que le président de la République ne cesse de porter au secteur de la recherche scientifique procède de sa conviction profonde qu’il constitue, désormais, une donnée fondamentale de la politique de développement mise en œuvre par la direction de l’ère nouvelle » (« La valeur suprême », Le Renouveau, 21/04/1991).

62 « Les nouvelles pistes de la recherche scientifique », Le Temps, 20/05/1991.

63 La Presse, 24/02/1991.

64 « Un programme pratique pour la relance de la recherche scientifique », Le Renouveau, 30/07/1991. On a vu plus haut que l’idée de liens très étroits entre la recherche et les entreprises privées était au cœur du projet de l’Institut Régional des Sciences Informatiques et des Télécommunications, institution qui a fortement influencé la mise en place du SERST.

65 Un accord bilatéral Tunisie-CEE prévoyant l’instauration progressive (en trois périodes étalées sur douze ans) d’une zone de libre-échange sera signé en juillet 1995.

66 Cf. « Pour une restructuration de la recherche scientifique », La Presse, 22/07/1991 ou « La recherche entre le discours et la pratique », Le Renouveau, 11/03/1992. Avec parfois une critique à peine dissimulée de la recherche universitaire : « Travailler sur certains aspects de la science pure aboutit souvent à des résultats dont on voit mal l’usage qui pourrait en être fait ». « Du bon usage de la recherche », Le Temps, 28/02/1993.

67 Selon un haut responsable du SERST « la question [de l’étendue de la tutelle directe du SERST] a été beaucoup débattue. Certains penchaient pour une structure qui n’aurait pas de centres de recherches, d’autres au contraire disaient : Tous les centres de recherche doivent être sous la tutelle du ministère en charge de la recherche. Le gouvernement a tranché pour une position qui est au fond intelligente. Il a dit, bon… Tout : c’est peut-être beaucoup… ça va engendrer des problèmes d’hommes, vous allez crouler sous le poids de l’administration classique. Rien : vous allez coordonner, mais vous n’allez pas avoir les moyens d’infléchir sérieusement les choses ». (Entretien avec l’auteur, sept. 1993).

68 Cette Direction avait été mise en sommeil en 1989, au moment de la création de la Fondation Nationale de la Recherche scientifique, qui – bien que privée de tout moyen d’action depuis 1991 – ne sera elle-même officiellement supprimée que fin 1992.

69 Décret n° 92-1929 du 2/11/1992 réorganisant le ministère de l’Éducation et des Sciences.

70 Confusion qui touche non seulement les enseignants-chercheurs tunisiens, mais aussi les divers partenaires de la coopération scientifique. Ainsi, pendant l’année 1992, afin de ménager les susceptibilités, les services de la coopération française doivent adresser leurs courriers et leurs invitations à trois partenaires différents : Ali El Hili, directeur général de la FNRS non encore supprimée, Brahim Baccari, directeur général de la Recherche au Ministère de l’Éducation et des Sciences et Hédi M’henni, secrétaire d’État à la Recherche et à la technologie auprès du premier ministre. (Archives du Service Culturel et de Coopération, Ambassade de France à Tunis. Boîte 150 CD 2.2).

Table des illustrations

Légende Le Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et à la technologie : Structures institutionnelles
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/534/img-1.jpg
Fichier image/, 616k
Titre Tableau 7 : Les Programmes Nationaux Mobilisateurs (PNM)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/534/img-2.jpg
Fichier image/, 218k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540