Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Issues in Sociolinguistics: Contact and Change, Discourse Analysis, Cultural Practises, Mixed Styles and Written Sources

Le Journal de la Médina. Un récent projet éditorial en arabe tunisien

Angela Daiana Langone et Giuliano Mion

Résumé

Over the past few years the North African press exhibits some initiatives of publication of newspapers and magazines which are written in the Arabic dialects of the region. In particular, the Moroccan experiences have been largely investigated by the dialectological and the sociolinguistic literature. The present paper deals with a new editorial project which is published in Tunisia and is entitled Le Journal de la Médina, a magazine written mostly in Tunisian Arabic (dārža). The contribution aims to present some reflections on the Tunisian post-revolutionary sociolinguistic context that led to this type of publication as well as on the language(s) used in this magazine.

Note de l’auteur

Ce bref travail a été conçu conjointement par les deux auteurs. Cependant, plus en détails, ADL est responsable de l’Introduction et des paragraphes 1 et 2 ; GM est responsable des paragraphes 3, 3.1 et 3.2.

Texte intégral

Introduction

1Tout au long des deux dernières décennies, et plus particulièrement à partir du début des années 2000, des expériences journalistiques en arabe dialectal ont vu le jour au Maghreb.

2Les cas les plus significatifs sont, sans aucun doute, liés au Maroc, où certaines publications et certaines revues se sont distinguées par l’usage journalistique de l’arabe dialectal marocain. Il s’agit, en particulier, des périodiques Ḫbār Blād-na, al-Amal, TelQuel et Nīšān, auxquels on ajoutera l’expérience journalistique la plus récente de Baboubi, qui sont au centre d’une vaste littérature scientifique ayant analysé soigneusement leurs caractéristiques (voir, entre autre, Aguadé 2006 et 2012, Benítez Fernández 2012a et 2012b, Langone 2003 et 2016, Miller 2012).

3Dans la littérature scientifique consacrée au phénomène de l’écriture du dialecte et à son passage à des domaines d’usage qui normalement appartiennent à la fuṣḥā, la Tunisie n’entre qu’assez rarement. Mais le pays, qui en 2011 a connu ladite « Révolution des Jasmins » et provoqué le Printemps Arabe dans plusieurs nations arabes, a commencé, plus récemment, à s’interroger sur le statut de sa forme d’arabe dialectal. C’est ainsi que la Tunisie a, elle aussi, commencé à connaître les premiers mouvements de promotion de l’arabe dialectal. Parmi ces initiatives, il est possible d’isoler deux cas, qui apparemment n’ont aucune relation entre eux, mais sont certainement le symptôme qui indique, sans aucun doute, que « quelque chose bouge ».

4D’un côté, il faudra rappeler la création d’une Association de sauvegarde et de promotion de l’arabe tunisien, dont le nom officiel actuel est symboliquement Derja. De l’autre, on signalera la publication du Journal de la Médina, qui fait l’objet de cette contribution, dont on proposera ici quelques observations.

1. L’Association Derja

5L’association Derja œuvre à travers son réseau et ses initiatives, qui sont visibles dans le site internet nommé www.bettounsi.com, qui a pour but de promouvoir la standardisation et la normalisation de l’arabe tunisien.

6Parmi ses objectifs, le principal vise à standardiser la derja afin de la faire reconnaître officiellement en tant que langue tunisienne par excellence. En même temps, l’association vise également à créer une bibliothèque d’ouvrages et d’écrits publiés en derja ainsi que l’élaboration d’une grammaire prescriptive et d’un dictionnaire de cette langue.

  • 1 Communication personnelle d’un des membres faite à GM (mois de février 2017).

7Le fait que les militants de l’association qualifient l’arabe dialectal tunisien de « langue tunisienne » tout court, a incité certains d’entre eux à la réflexion, comme par exemple éliminer complètement le nom Derja de la dénomination officielle de leur association afin de choisir d’autres dénominations idéologiquement plus neutres1. Mais le débat, actuellement, est en cours.

  • 2 La présentation de l’association a été confiée à un de ses membres, Mme Kawthar Ellouze, au sein du (...)

8En plus de sa visibilité sur son site internet, l’association a inauguré officiellement ses activités auprès de la société tunisienne, lors d’une brève présentation qui a été organisée à la dernière minute, hors programme, pendant les sessions d’un colloque sur la Sicile et la Méditerranée qui se sont déroulées à l’Institut Culturel Italien de Tunis au mois de février 20172.

9Quelques jours plus tard, l’association a organisé une première conférence à Tunis qui a été suivie par un ou deux journalistes marocains de militance berbère.

10Dans leur site, la dārža est transcrite dans les deux alphabets, latin et arabe, mais avec une prédilection majeure pour les caractères latins, comme le démontre cet extrait tiré justement du site :

Netkallem w nxammem tounsi...Nħebb nekteb bet-tounsi, El-louġa mtèɛi w mtèɛ ajdèdi...

Ed-dèrja hiyya louġetna et-tounsiyya, elli taħki waħadha ɛla t-tèrix mtèɛna. Mel amaziġ ou karṭàj netɛaddèou ɛar-roumèn, w el-wendàl, lel-bizanṭiyyin w el-ɛrab, louġetna hiyya tċakċika ħlouwwa fiha kelmèt ou qwè3ed aclha amaziġi, bouniqi, làtini, talyèni, frànsàwi w ɛarbi… Xalṭa tounsiyya mizyèna barċa tfasser tafattoħ el-ħaḍàra mtèɛna el-hèyla.

‘Ma langue est la langue de mes ancêtres.

La derja est notre langue tunisienne, c’est la seule qui parle de notre histoire. Des Berbères en passant par les Carthaginois jusqu’aux Romains, aux Vandales, aux Byzantins et aux Arabes, notre langue est un beau mélange dont les mots ont une origine berbère, punique, latine, française et arabe… Un mélange tunisien très beau qui explique l’ouverture de notre superbe civilisation’.

11Ses militants sont actuellement en train de discuter sérieusement sur les modalités d’écriture de l’arabe tunisien à travers un débat fortement passionné.

12Mais cette initiative n’est qu’une parmi les changements linguistiques que la Révolution des Jasmins a, d’une certaine manière, mis en œuvre.

13On rappellera qu’à l’aube de la victoire du parti islamo-conservateur ou islamiste Ennahdha, des déclarations officielles affirmaient que le français devait reculer dans la société tunisienne en faveur d’un avancement de l’arabisation. Et les tons employés dans ces déclarations semblaient faire revivre les spectres d’un processus de ré-arabisation à l’algérienne. Ainsi Rached Ghannouchi, le leader d’Ennahdha a déploré en 2011, lors d’une interview à la radio Express FM, que la société tunisienne est devenue franco-arabe, en qualifiant cette situation de « pollution linguistique »3. De même, Néji Jelloul, ancien ministre de l’Education, issu du parti Nidaa Tounes, lors d’une autre interview en 2015, prône le renforcement de l’apprentissage de l’arabe classique au cours des trois premières années du cycle primaire afin de consolider l’enracinement de l’identité arabo-musulmane4.

2. Le journal sous analyse

14L’initiative éditoriale qui fait l’objet de ces pages s’insère bien évidemment dans ce climat de bouillonnement d’idées et de débat linguistique.

15Il s’agit d’un mensuel appelé Le Journal de la Médina ou, en arabe, Žarīdət əl-Mədīna.

16Le journal a été créé en septembre 2015, sous l’initiative de trois amis amoureux de la Médina de Tunis, et jusqu’à présent, il sort à une cadence fortement irrégulière. Il se trouve dans deux points de distribution fixes, le Café El Amba sis Nahj Souq Rba’ et la Librairie Espace Diwan.

17Le journal est écrit en arabe dialectal et seulement quelques passages sont en anglais et en français.

18Il a un format 25 X 35 et il est imprimé en noir et blanc. Son tirage est d’environ 4.000 exemplaires pour chaque numéro. Il compte à peu près 15 pages par numéro et il est financé par l’Institut Für Auslandsbeziehungen (IFA) de Stuttgart. Des organisations non-gouvernementales locales, telles que l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis (ASM), Carthagina, Al Rachidia (héritage de la musique traditionnelle tunisienne) et pour finir l’Association Aswar El Médina, ont intégré l’équipe.

19Le collectif Doolesha a également dans le journal, une rubrique consacrée aux balades dans la Médina.

20Curieusement, le « project manager » n’est pas un tunisien, mais il s’agit de l’architecte Raoul Cyril Humpert, formé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier et à l’Université de Stuttgart. En 2014, il a participé à l’échange culturel « Cross Cultural Program » de l’IFA (rattaché au Ministère des affaires étrangères allemandes) avec l’Association pour la Sauvegarde de la Médina, association fondée en 1967 par le maire de l’époque, Hassib Ben Ammar, pendant une période où la médina risquait fortement une dévalorisation socio-économique. L’Association pour la Sauvegarde de la Médina était composée d’architectes, d’historiens, de sociologues et de chercheurs qui militaient pour la préservation de cette partie historique de la ville de Tunis.

21Et encore aujourd’hui, l’ASM continue à jouer un rôle actif dans la préservation de la Médina de Tunis.

3. Structure du journal

22Comme énoncé auparavant, le journal est entièrement rédigé en arabe dialectal tunisien. Apparemment aucun numéro publié jusqu’ici, ne contient des pages ou des passages en arabe littéral.

23Par contre, de brefs morceaux sont rédigés en français et, quelques fois, en anglais. Il s’agit dans ces cas-là, de traductions de passages originairement écrits en arabe tunisien, comme par exemple la quatrième édition qui s’ouvre avec un très petit éditorial dont le titre est tabbaʿni ‘Suis-moi – Follow me’, signé par la žmāʿət žarīdət əl-madīna ‘l’équipe du Journal de la Médina’.

24Tout d’abord, on constatera que le choix méthodologique de l’équipe consiste à écrire en alphabet arabe non vocalisé.

25L’alphabet latin ne s’applique qu’à quelques titres de rubriques comme dans les cas suivants : « Les joggeurs de la Médina », « Medinapedia » ou encore « El Warcha ». Plus rarement, certains articles contiennent des éléments en alphabet latin.

26Bien que la quasi totalité du journal soit rédigée en arabe et bien qu’il soit destiné à un public arabophone, on signalera que, curieusement, la section contenant la structure de la rédaction et les références administratives est complètement rédigée en français et en anglais.

27Il y a une rubrique fixe, nommée « Doolesha », avec un graphisme de nature anglophile plutôt que francophile qui rend l’arabe dialectal dūlāša ‘promenade’ (à partir du verbe dūləš ydūləš ‘promener’).

3.1. Aspects graphiques et orthographiques

28Sur le plan général, il semble que les bases de l’orthographe de la fuṣḥā soient maintenues assez fidèlement.

29Ce phénomène est particulièrement évident dans le traitement de certaines prépositions, notamment في qui apparaît de façon assez stable sans affaiblissement du graphème yāʾ. Si cela est évident lorsqu’il n’est pas suivi d’un article, il l’est encore plus lorsqu’il en est suivi d’un. Ainsi, on pourra comparer l’exemple de وفي ذاكرة ناسها عمرها ما وفات w-fi ḏakirət nās-ha ʿmur-ha ma wfāt ‘et dans la mémoire impérissable des gens’, avec celui de توة انت عندك تقريب (سنة) في المدينة tawwa inti ʿand-ik taqrīb əsna fi-l-madīna ‘toi, ça fait presque un an que tu es dans la Médina’.

30A l’inverse, un cas de concrétion graphique systématique est représenté par le démonstratif invariable préfixe hā-, comme dans le cas de و اللي أقوى في هالحكاية w-illi aqwa fi-hā-l-ḥkāya ‘et ce qui est l’aspect le plus fort de cette histoire’.

31Un autre cas de concrétion graphique, un peu plus complexe que le précédent, est constitué par la locution محلاھا mā-ḥlā-ha ‘qu’elle est belle !’ qui montre la chute complète d’un alif de l’élément .

32Enfin, un cas intéressant d’assimilation graphique complète, fruit de l’interférence de la compétence phonologique du locuteur, est représenté par la présence systématique d’un seul nūn dans toutes les occurrences des premières personnes du verbe nažžim ‘pouvoir’, comme le démontrent les exemples qui suivent : نجموا نقولوا ənnažžmu nqūlu ‘nous pouvons dire’, نجم نصنع حاجة ənnažžim naṣnaʿ ḥāža ‘je peux construire un truc’.

33Mais au-delà des exemples cités jusqu’ici, la lecture du journal donne l’impression que l’équipe de la rédaction a déployé de grands efforts pour normaliser l’aspect orthographique, même s’il n’est pas possible d’affirmer si cet effort est conscient ou est seulement le fruit d’une sorte d’alignement aux traditions de la fuṣḥā. Cela pourrait bien être confirmé, si l’on pense à d’autres matériels disponibles dans la Tunisie contemporaine qui sont écrits en arabe tunisien et en alphabet arabe comme, pour ne citer que quelques exemples, les recueils de poésie populaire d’auteurs tels que Qāsim Šakrūn ou ʿAbd ar-Raḥmān al-Kāfī (voir Mion 2012), ou des travaux littéraires  généralement considérés comme plus cultivés, tels que les œuvres des écrivains ʿAlī al-Dūʿāǧī (1909-1949) ou Bechir Khrayyef (1917-1983), ou encore l-Amīr əṣ-ṣġayyər (Le Petit Prince) de Hédi Balegh (voir Mion 2007), ou pour finir les bandes dessinées.

34Un coup d’œil aux pages du journal révèle que le processus d’élaboration est assez évident : pour ne citer qu’un exemple parmi les différentes possibilités, la marque principale du futur propre à l’arabe tunisien, au-delà des distinctions diatopiques, connaît des allomorphes tels que bāš, bəš, māš, məš, mais les textes présentent constamment le graphisme باش.

3.2. Aspects linguistiques

35Malgré une extension assez limitée du territoire national tunisien, l’arabe dialectal dans son ensemble se caractérise par la présence de nombreuses variétés citadines, villageoises et bédouines.

36Dans l’analyse du journal, le premier point à observer, bien même avant les aspects les plus purement dialectologiques, est le style employé de la prose.

37En fait, les articles présentent un style assez essentiel, typique de la chronique journalistique, avec une certaine tendance à la parataxe, où certaines fois, on aurait la tentation de qualifier certaines solutions langagières d’arabe médian. On considérera par exemple la phrase suivante :

فكرتنا في العدد الرابع من جريدتنا إنو نعملوا دورة فالمدينة و نضيعو بين الانهجة

fikrit-na fi-l-ʿadad ir-rābiʿ innu naʿmlu dūra fi-l-madīna w-nð̣īʿu bīn l-unəhža

‘L’idée dans le numéro 4 de notre journal est de faire un tour dans la médina et de flâner dans ses rues’.

38Si nous nous limitons seulement à l’analyse de cette ligne, ce n’est que la présence d’une conjugaison maghrébine (naʿmlu ‘nous faisons’, nð̣īʿu ‘nous flânons’) qui permet de classifier la variété d’arabe qui a été employée comme non orientale. Par contre, ce n’est qu’un seul fait lexical (nahəž ‘rue’, pl. unhža) qui permet de la caractériser comme tunisienne.

39Et à ce nombre très réduit d’éléments, on ajoutera que l’énoncé possède une syntaxe assez classicisante, avec l’emploi de constructions synthétiques (žarīdət-na ‘notre journal’ au lieu du tunisien əl-žarīda mtāʿ-na) et de coordonnants pseudo-classiques (innu ‘que’ au lieu de illi), proche de la forme dudit arabe médian qui, par exemple, a été décrite à propos d’autres régions arabophones comme, pour ne faire qu’un exemple maghrébin, le Maroc (Youssi 1992).

40Par contre, le style s’avère concrètement plus ancré dans la réalité linguistique tunisoise dans les interviews faites aux habitants de la Médina de Tunis, comme le révèle la présence du français dans le discours suivant :

lāzim il-warša titwāṣil w-lāzim nšūfu ḥall fi-l-flūs, naqtriḥ baʿd kull thème naʿmlu événement fī-h mūsīqa w-expo nbīʿu lli naṣnʿū-h.

‘Le laboratoire doit continuer et nous devons trouver une solution pour l’argent. Je propose, après chaque thème, un événement avec de la musique et une exposition où y vendre ce que nous produisons’

41Du point de vue strictement dialectologique, au-delà des textes caractérisés par un style propre à l’arabe médian, le lexique employé est nettement tunisien, comme on peut le constater à partir de quelques éléments généraux comme par exemple tawwa ‘maintenant’, nažžim ‘pouvoir’, mtāʿ ‘de’ orthographié régulièrement avec un segment m initial, etc.

42Si nous voulons classifier la variété d’arabe tunisien utilisée dans le journal, on n’hésitera pas à la qualifier de préhilalienne.

43La prononciation du graphème qāf dépend naturellement des habitudes langagières du lecteur et d’autres faits phonétiques et phonologiques qui sont naturellement obscurés par l’écriture arabe. En revanche, la conjugaison des verbes défectueux s’avère un indicateur assez fiable pour l’identification du dialecte employé : des formes comme يجيو ou بداو, transcrites respectivement yžīw ‘ils viennent’ et bdāw ‘ils commencèrent’, attestent les segments finaux –īw et –āw qui sont rattachables à une typologie tunisienne typiquement citadine.

4. Conclusions

44L’initiative journalistique tunisienne que ces pages viennent de présenter s’insère dans une nouvelle politique linguistique plus large, tant au niveau régional, ou tunisien, qu’au niveau suprarégional, ou maghrébin.

45L’expérience du Journal de la Médina est certainement intéressante et potentiellement prometteuse mais certaines analogies avec les expériences marocaines doivent être sans doute rappelées : à l’instar de la revue tangéroise Ḫbār Blād-na, la revue tunisoise est à diffusion gratuite et reçoit un soutien financier étranger ; à l’instar d’autres publications marocaines, la régularité de publication de la revue tunisoise s’avère fortement discontinue.

46Mais au-delà de ces considérations et de ces analogies, le Journal de la Médina reste une expérience à observer et à suivre avec soin, parce qu’il représente un petit segment de ce nouveau climat d’effervescence linguistique et métalinguistique qui caractérise la Tunisie d’après la Révolution.

Bibliographie

Aguadé, Jordi. 2006. « Writing Dialect in Morocco », Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 10. 253-274.

Aguadé, Jordi. 2012. « Monarquía, dialecto e insolencia en Marruecos: el caso de Nichane », Meouak, Mohamed et al. (eds.), De los manoscritos medievales a internet: la presencia del árabe vernáculo en las fuentes escritas. Zaragoza : Universidad de Zaragoza. 441-464.

Benítez Fernández, Montserrat. 2012a. « al-ʔAmal. Otro intento fallido de escribir en dāriža marroquí », Barontini, Alexandrine et al. (eds.), Dynamiques langagières en Arabophonie : variations, contacts, migrations et créations artistiques. Hommage offert à Dominique Caubet par ses élèves et collègues. Zaragoza : Universidad de Zaragoza. 379-391.

Benítez Fernández, Montserrat. 2012b. «TelQuel. Una fuente contemporánea para el estudio del árabe marroquí », Meouak, Mohamed et al. (eds.), De los manoscritos medievales a internet: la presencia del árabe vernáculo en las fuentes escritas. Zaragoza : Universidad de Zaragoza. 403-417.

Langone, Angela Daiana. 2003. « Ḫbār Blādna. Une expérience journalistique en arabe dialectal marocain », Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 7. 143-151.

Langone, Angela Daiana. 2016. «Lingua araba in vecchi e nuovi media. Riflessioni sull’interferenza dell’arabo dialettale come lingua scritta in epoca contemporanea», AION 76. 51-76.

Miller, Catherine. 2012. « Observations concernant la présence de l’arabe marocain dans la presse marocaine arabophone des années 2009–2010 », Meouak, Mohamed et al. (eds.), De los manoscritos medievales a internet: la presencia del árabe vernáculo en las fuentes escritas. Zaragoza : Universidad de Zaragoza. 419-440.

Mion, Giuliano. 2007. «La versione del Piccolo Principe in arabo tunisino», Fazzini, Elisabetta (éd.), Didattica e ricerca tra due sponde. Lanciano : Carabba. 103-126.

Mion, Giuliano. 2012. « La Zabbūbiyya de ‘Abd ar-Raḥmān al-Kāfī. Un poème obscène de l’époque du Protectorat en Tunisie », Romano-Arabica 12. 169-184.

Youssi Abderrahim. 1992. Grammaire de l’arabe marocain moderne. Rabat : Amapatril.

Notes

1 Communication personnelle d’un des membres faite à GM (mois de février 2017).

2 La présentation de l’association a été confiée à un de ses membres, Mme Kawthar Ellouze, au sein du 3° Convegno Internazionale di Studi Mediterranei, organisé par l’Université de La Manouba de Tunis, l’Institut Italien de Culture de Tunis, l’AISLLI, le Penn-Center for Italian Studies, qui s’est tenu du 20 au 22 février 2017.

3 Voir, par exemple, le lien https://www.tunisienumerique.com/rached-ghannouchi-notre-langue-cest-larabe/.

4 Voir, par exemple, le lien http://www.jeuneafrique.com/mag/234897/societe/arabisation-en-tunisie-la-guerre-des-langue-aura-t-elle-lieu/.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteurs

Université de Cagliari/IREMAM, Aix Marseille Université, Cnrs, Aix-en-Provence, France

Université de Chieti-Pescara

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter