Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Arabic Dialectology - Linguistic Descriptions

Les futurs en arabe de Tripoli (Libye) : temporalité, aspectualité et modalités

Najah Benmoftah et Christophe Pereira

Résumé

L’arabe de Tripoli contemporain possède divers marqueurs qui permettent d’exprimer différents futurs : le participe actif, la conjugaison préfixale nue et trois préverbes (b-, ḥā- et taw-). Le but de cette étude est de déterminer précisément la ou les fonction(s) de chacun de ces marqueurs, afin d’en préciser le sémantisme, par le biais d’une approche transcatégorielle, qui considère la façon dont vont s’entrecroiser les catégories du temps, de l’aspect et des modalités. Ces catégories linguistiques coexistent et se manifestent à des degrés différents, permettant à quatre « futurs » de se distinguer : le participe actif exprime l’aspect prospectif et nomme un procès situé en contigüité avec le moment d’énonciation, avec valeur de certitude ; la conjugaison préfixale nue exprime un futur aspectuel en rupture avec le moment de l’énonciation, donc non certain ; le préverbe ḥā- exprime un futur de certitude, mais en rutpure avec le moment d’énonciation ; le préverbe taw- exprime un futur d’engagement : l’énonciateur s’engage au moment de l’acte de parole à réaliser une action dans un futur situé en rupture avec le moment d’énonciation, donc dans le domaine du non certain. Quant au préverbe b-, il dit l’intention ; il marque en outre l’antériorité dans les subordonnées temporelles ; il exprime enfin l’éventuel et l’irréel.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

  • 1 On le retrouve en arabe tunisien, mais avec une valeur de « futur intentionnel » (Mion 2017 : 210-2 (...)
  • 2 Cette étude corrige et remplace notamment toutes les analyses précédentes (dans Pereira 2008, Perei (...)

1L’arabe de Tripoli contemporain possède divers marqueurs qui permettent d’exprimer différents futurs : le participe actif, la conjugaison préfixale nue et trois préverbes (b-, ḥā- et taw-). Dans les travaux anciens, seuls la conjugaison préfixale nue et le préverbe b- sont mentionnés (Cesàro 1939 : 248 ; Stumme 1898 : 240). Le préverbe ḥā- n’a été signalé que dans les travaux plus récents portant sur le système aspectuel (Pereira 2008 : 345) et il existe un troisième préverbe, taw-, qui n’a jamais été examiné 1. Dans tous les travaux précédents, le futur n’a été abordé que succinctement et les analyses qui y sont proposées sont peu approfondies, parfois approximatives, voire erronées 2.

2Si l’arabe de Tripoli s’est doté de cinq marqueurs de futur – ce qui n’est pas surprenant pour une langue de se doter de plusieurs marqueurs de futur (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994 : 243) – chacun d’entre eux ne s’est-il pas spécialisé dans l’expression d’un futur bien particulier ? La viabilité de ces derniers n’est-elle pas assurée parce qu’ils occupent des fonctions différentes ? Sinon, pourquoi l’arabe de Tripoli tolèrerait-il différents morphèmes pour exprimer le même contenu ?

3Le but fixé par cette étude est donc de déterminer précisément la ou les fonction(s) de chacun de ces marqueurs, afin d’en préciser le sémantisme, par le biais d’une approche transcatégorielle (Caubet 1993 : 149 ; Novakova 1999), c'est-à-dire en considérant la façon dont vont s’entrecroiser les catégories du temps, de l’aspect et des modalités : à savoir si le procès est toujours situé postérieurement au moment de l’énonciation ; le regard que porte l’énonciateur sur le procès, exprimé en termes de continuité ou de rupture par rapport au moment de l’énonciation ; et la prise en charge plus ou moins forte de l’énoncé par l’énonciateur, ainsi que les degrés de certitude et de réalité.

4Pour ce faire, nous avons examiné une centaine d’énoncés extraits de nos données spontanées (Benmoftah 2015 ; Pereira 2010). La mise en commun de nos corpora donne ainsi accès à une liste d’énoncés conséquente, avec des données recueillies auprès de jeunes hommes et de jeunes femmes nés dans les années 1970, 1980 et 1990 permettant de mettre en évidence des évolutions (et notamment l'intégration récente de ḥā-).

5Dans cet ordre, nous examinerons le participe actif, la conjugaison préfixale nue, le préverbe b-, puis le préverbe ḥā- et, enfin, le préverbe taw-.

1. Le participe actif

6Outre la conjugaison suffixale et préfixale, le participe actif est pris en compte dans l’étude du système aspecto-temporel de l’arabe de Tripoli (Pereira 2008 : 334, 338), où il peut prendre une valeur de parfait, exprimant l’état résultant de l’accomplissement d’un procès (01), ainsi qu’une valeur d’actuel, exprimant la concomitance avec l’acte d’énonciation, le progressif (02).

(01) wākǝl !

« J’ai déjà mangé ! »

(02) mǝtṛǝyyǝs f-ǝl-la‘b.

« Il est en train de mener le jeu. »

7C’est la combinaison du contexte temporel et de l’aspect sémantique du verbe sous-jacent, l’aktionsart, qui permet au participe actif de prendre ces valeurs aspecto-temporelles (Caubet 1993 : 231-246 ; Eades & Persson 2013 : 348).

8En arabe de Tripoli, le participe actif peut également prendre une valeur temporelle de futur. C’est en tant qu’expression de la concomitance qu’il est utilisé pour nommer un procès donné pour imminent, orienté vers l’avenir ou qui anticipe sur l’avenir proche : l’aspect prospectif (Cohen 1984 : 272).

(03) wallāhi māšya ka‘‘ābi !

« Vraiment, j’y vais à pied ! »

(04) ṛākǝb fōg ?

« Tu montes ? »

(05) šǝnu žāy nīzāṛ ?

« Est-ce que Nizar vient ? »

9Le procès y est situé en contigüité avec le moment d’énonciation. Dans ce cas, la référence temporelle s’étend du moment où l’intention est formulée, jusqu’au moment dans le futur où l’action est réalisée. Le procès énoncé s’actualise dans le présent de l’énonciateur, qui pose comme actuel et comme certain un procès qui n’a pas encore commencé, comme étant sur le point de se dérouler.

10Les verbes dits « translocatifs », c’est-à-dire indiquant le changement de lieu ou de position (Eades & Persson 2013 : 357-360), se prêtent le mieux à exprimer cette valeur, surtout si l’état futur peut être planifié ou prédit avec un haut degré de certitude, au moyen de déictiques temporels.

(06) āne māši li bārīs yōm sǝb‘a dīsāmbǝr in šāa ḷḷāh u mṛawwaḥ tāni yōm f-ǝl-‘ăšīya.

« Je vais à Paris le 7 décembre, si Dieu veut, et je repars deux jours après en fin de journée. »

11Le participe actif peut être précédé de l’adverbe tawwa qui dénote l’immédiateté, ce qui permet de renforcer l’idée d’imminence véhiculée par la forme participiale.

(07) f-ǝṣ-ṣēf mḫaṭṭǝ̆ṭa āne nǝmši l-bǝnġāzi lākǝn taḫṭīṭ-i hāda kull-a mutawaqqǝf ‘ăle ‘awdat-’umm-i mǝn ǝs-safǝ̆r li’anna ṃāṃa tawwa māšya l-ālmānya fa ’awwǝl-ma tarža‘ hīya ḥa-nǝmši āne.

« L’été, j’ai prévu d’aller à Benghazi mais tout ce que j’ai prévu dépendra du retour de voyage de ma mère parce que maman va très prochainement aller en Allemagne donc dès qu’elle reviendra, moi je partirai. »

12De par son ancrage dans le présent de l’énonciation, il s’agit d’exprimer une proximité modale où le futur appartient au domaine du certain, du réel.

2. La conjugaison préfixale nue

13La conjugaison préfixale nue permet quant à elle d’exprimer le futur dès que le contexte situe la réalisation du procès postérieurement au moment de l'énonciation. Il s’agit d’un futur aspectuel, c’est-à-dire un futur qui résulte de l’utilisation d’une forme dont la principale fonction est de marquer le (temps) présent ou l’aspect inaccompli (Bybee, Pagliuca & Perkins 1994 : 245, 275), qui est, en fonction du contexte, interprétée comme un futur.

14A la différence du participe actif – et l’aspect prospectif qu’il véhicule, qui est vu dans son prolongement du moment de l’énonciation – la conjugaison préfixale nue permet d’exprimer un futur dont le procès est coupé de l’acte de parole. Il y a donc une rupture, une mise à distance : le localisateur n’est plus l’acte de parole, mais le contexte énonciatif par rapport auquel se situe le procès, qui devient le repère des événements. Par son ancrage dans l’avenir, le futur aspectuel est coupé du moment de l’énonciation et appartient au domaine du non certain.

(08) hādi tǝṣbīra u ba‘dēn nǝt‘aššu f-ǝl-lēl.

« Ceci est une collation et puis nous dînerons ce soir. »

(09) tžī-ni ba‘tāli l-ǝl-ḥōš ?

« Tu viendras me voir plus tard à la maison ? »

15Précédant un verbe à la conjugaison préfixale nue, l’adverbe tawwa indiquant l’immédiateté permet de mettre en rapport deux événements succédant l’un immédiatement à l’autre. Le premier événement étant situé après le moment de l’énonciation, le verbe à la conjugaison préfixale nue située après tawwa s’actualise dans le futur, concomitamment avec le premier élément.

(10) ġudwa b-nǝmši u tawwa nas’al.

« J’ai l’intention d’y aller demain et à ce moment-là je demanderai. »

(11) lamma nkūn mṛawwǝḥ, tawwa nākǝl.

« Lorsque je serai sur le chemin du retour, à ce moment-là je mangerai. »

16De plus, le premier événement peut être nommé au moyen de l’impératif employé pour exprimer une recommandation à réaliser dans le futur. Le deuxième événement exprimé au moyen de la conjugaison préfixale après l’adverbe tawwa s’actualisera dans le futur.

(12) tă‘āli l-žayya ž-žāya, tawwa talgī-ha.

« Viens la prochaine fois, à ce moment-là tu la trouveras. »

(13) kūl mlīḥ, tawwa tǝsmǝn !

« Mange bien, à ce moment-là tu grossiras ! »

17Comme tawwa, la conjonction de coordination w permet de situer deux événements dans un rapport de concomitance, l’un se succédant immédiatement à l’autre, après le moment de l’énonciation, donc dans un contexte futur. Dans l'exemple (14), c'est l'élément placé après w qui est situé après le moment de l'énonciation et qui sert de déictique temporel, et c'est le verbe à la conjugaison préfixale situé dans la première proposition qui s'actualise dans le futur concomitamment avec le second élément.

(14) nǝ̆taṣṣǝl bī-k w āne f-ǝl-žāmi‘a.

« Je t’appellerai une fois que je serai à l’université »

18La conjugaison préfixale nue permet aussi d’exprimer le futur dans une subordonnée temporelle qui situe tout l’énoncé dans un contexte futur. Dans les propositions principales, l’énonciateur annonce un procès futur situé par rapport à des événements décrits dans les subordonnées circonstancielles de temps, introduites par ba‘d-ma « après que » (14) ou lamma « lorsque » (16). L’action de la proposition principale, exprimée au moyen d’un verbe à la conjugaison préfixale, ne se réalisera que lorsque l’action de la subordonnée sera réalisée.

(15) ba‘d-ma tabda l-blād hādya u nabdu kull-na zayy ba‘ḍ-na, kull-na nǝtkātfu u ndīrū-hum l-‘īmāṛāt u ndīru l-’istitmāṛ u yabda fi ’iqtiṣād u kull-na mă‘a ba‘ḍ-na.

« Après que le pays sera devenu calme et que nous serons tous égaux, nous nous épaulerons, et nous les construirons les immeubles et nous ferons des investissements et l’économie reprendra et nous serons tous ensemble. »

(16) nǝ̆taṣṣǝl bī-k lamma nūṣǝl li maydān ǝl-žazāyǝr.

« Je t’appellerai lorsque j’arriverai à la Place d’Algérie. »

19Étant donné qu’il existe une incertitude, un doute, dans les subordonnées temporelles de temps exprimant un fait postérieur, c’est la conjugaison préfixale nue qui convient le mieux puisqu’elle permet l’expression d’un futur non certain.

20Ainsi, la nuance entre la conjugaison préfixale nue et le participe actif réside dans le lien entre l’action future et le moment de l’énonciation. Contrairement au participe actif, la conjugaison préfixale présente une action future dissociée de l’acte de parole. En raison de cette rupture, les faits évoqués avec la conjugaison préfixale ont une charge d’hypothèse plus importante et les événements sont considérés comme non certains.

3. Les préverbes b-, ḥā- et taw-

21Les préverbes de l’arabe de Tripoli contemporain seraient issus de la grammaticalisation de verbes ou d’un adverbe, à la suite d’érosions phonétiques et après avoir subi une décatégorisation (notamment lors du passage du verbe fléchi vers un marqueur invariable), suivie d’une recatégorisation en tant que préverbes. Développer un marqueur temporel de futur à partir d’un verbe de mouvement (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994 : 266-270), d’un adverbe de temps (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994 : 270-271), ou d’un verbe modal signifiant « vouloir, souhaiter, avoir l’intention » est un processus courant dans les langues du monde (Bybee, Perkins & Pagliuca 1994 : 254).

  • 3 Une autre étymologie est proposée et rapprocherait b- d’un verbe de racine ’-b-y (Cohen 1984, note (...)
  • 4 Quant à l’arabe des Juifs de Tripoli, pour exprimer le futur, il a recours à d’autres marqueurs plu (...)

22Le préverbe b- se serait développé à travers un processus de grammaticalisation, à partir d’un verbe signifiant « vouloir » b(ġ)a-ib(ġ)i, qu’on retrouve à Tripoli sous la forme ba-yǝbbi 3. Les données sur l’arabe de Benghazi contemporain s’avèrent particulièrement éclairantes pour montrer les évolutions de ce préverbe et notamment les degrés de grammaticalisation qui ont permis le passage du verbe au préverbe : contrairement à l’arabe de Tripoli, l’arabe de Benghazi connaît encore des stades intermédiaires avec des formes raccourcies yib- et ibi- où on reconnaît la première syllabe du verbe à la troisième personne du masculin singulier de la conjugaison préfixale (Benkato 2014 : 75) 4.

  • 5 Ce préverbe est en usage dans tout le Moyen-Orient, ainsi qu’en Egypte et en Erythrée (Taine-Cheikh (...)
  • 6 Il serait principalement employé par les jeunes générations scolarisées ; les personnes âgées ne l’ (...)

23Le préverbe ḥa- (ḥā- en arabe de Tripoli) proviendrait du participe actif du verbe signifiant « aller » ṛāḥ : par troncation, on serait passé de ṛāyǝḥ à une forme mono-syllabique ṛāḥ, puis à aḥ, après la disparition du /ṛ/ et, par métathèse, à ḥa- ; à moins qu’il ne provienne directement, par troncation, de la forme féminine ṛāḥa (Taine-Cheikh 2009 : 95) 5. Ce préverbe aurait intégré l’arabe de Tripoli récemment, à la suite de contacts linguistiques, entraînant l’évolution de la catégorie du futur (Heine & Kuteva 2005 : 103-107) 6.

24Quant au préverbe taw-, il est un cas de grammaticalisation à partir du déictique temporel tawwa qui dénote l’immédiateté, la concomitance.

3.1. Le préverbe b-

  • 7 Pour un état de l’art, voir Persson 2008, ainsi que Retsö 2014. D’un point de vue comparatif, les d (...)

25Plusieurs études ont montré que les valeurs que véhicule le préverbe b- dépassent celle du futur, notamment dans des variétés d’arabe parlées en Syrie et au Koweït (Brustad 2000), ainsi que dans d’autres États du Golfe Persique (Persson 2008). Ce préverbe y est décrit comme un marqueur modal d’intention, de volition, de conditionnel et d’irréel 7.

3.1.1. Marqueur d’intention

26A Tripoli, le préverbe b- peut exprimer l’intention : il s’agit en effet de se proposer ou d'essayer d'atteindre un but déterminé, mais indépendamment de sa réalisation, qui est incertaine.

3.1.1.1. Intention au moment de l’énonciation

27Le préverbe b- peut s’employer pour exprimer l’intention au moment de l’énonciation. D’un point de vue aspectuel, l’action se présente comme un processus qui s’amorce au moment de l’énonciation dont on vise la réalisation dans le futur. On y présente à l’avance, un événement orienté vers le futur, mais il ne s’agit pas d’exprimer principalement le futur.

(17) b-yug‘ud fi bənġāzi ’ǝsbū‘ taqrīban.

« Il a l’intention de rester à peu près une semaine à Benghazi. »

(18) bǝ̆-nšǝdd-ha xǝdma lēn yāḫǝd-ni n-nōm.

« J’ai l’intention de passer mon temps à travailler, jusqu’à ce que le sommeil m’emporte. »

(19) hādūmā-š-šḫāšīr, mā-‘ǝnd-i šǝn bǝ̆-ndīr bī-hum.

« Ces chaussettes, je n’ai pas l’intention d’en faire quoi que ce soit ».

28Son utilisation n’est pas limitée aux intentions des humains ; il permet aussi d’exprimer le but assigné à une action, ce que l’on cherche à atteindre, donc l’intention au moment de l’énonciation.

(20) hādi bǝ̆-tkūn kāda u hādi bǝ̆-tkūn kāda.

« Celle-ci va être ainsi et celle-ci va être ainsi (c’est l’intention). »

29Ce préverbe peut également s’employer dans des phrases interrogatives. On le trouve dans des questions ouvertes (21) et fermées (22).

(21) škūn b-yžāwǝb ?

« Qui a l’intention de répondre ? »

(22) b-tǝmši ‘ăle rǝžlē-k wǝlla b-ǝs-sǝyyāṛa ?

« Tu as l’intention d’y aller à pied ou en voiture ? »

  • 8 Alors que dans les parlers du Fezzân, le morphème de négation ma peut précéder les formes préverbée (...)

30Il peut également s’employer dans des phrases négatives, où l’intention est niée. En arabe de Tripoli, seul le morphème continu de négation mǝš peut précéder les verbes à la conjugaison préfixale préverbés 8.

(23) mǝš b-yžu ?

« N’ont-ils pas l’intention de venir ? »

(24) mǝš bǝ̆-tbī‘ī-h li bǝnt mabrūka ?

« N’as-tu pas l’intention de le vendre à la fille de Mabrouka ? »

31On le trouve aussi avec l’adverbe temporel de négation mā-‘ād-š comme dans l’énoncé suivant, où le sujet est un inanimé.

(25) šakl-a musalsal ǝl-ḥurūb mā-‘ād-š b-yǝkmǝl.

« Il semble que la série des guerres ne va plus s’arrêter (l’intention n’est plus que cela s’arrête). »

(26) mā-‘ād-š b-yagra.

« Il n’a plus l’intention d’étudier. »

3.1.1.2. Intention dans le passé

32Le préverbe b- peut en outre exprimer l’intention dans le passé. Il s’agit de situer l’intention de faire quelque chose qui aurait dû se réaliser avant l’acte de parole. Pour imaginer l’intention dans le passé, on peut faire précéder le préverbe de kān (qui s’accorde avec le sujet grammatical).

(27) kānu b-yǝšru šǝgga fi ṭṛāblǝs.

« Ils avaient l’intention d’acheter un appartement à Tripoli. »

(28) kunt b-nǝmši l-mālṭa, mšēt ǝ̆l-tūnǝs.

« J’avais l’intention d’aller à Malte, je suis allé en Tunisie. »

33Un autre verbe à la conjugaison suffixale peut également situer le procès dans le passé.

(29) žēt b-nākǝl, žā-ni tīlīfɔ̄n.

« J’étais sur le point de me mettre à table, j’ai reçu un coup de téléphone. »

(30) ḫaššēt b-nǝšri karǝ̆t, grēt-ha, ḍḥakǝ̆t u ṭla‘t.

« Je suis entré avec l’intention d’acheter une carte (recharge pour le téléphone portable), je l’ai lue, j’ai rigolé et je suis sorti. »

3.1.1.3. Intention dans le futur imminent

34De plus, le préverbe b- peut indiquer une intention dans un futur imminent, lorsque l’imminence est précisée grâce à des adverbes de temps qui dénotent l’immédiateté tels que kīf (31) et tawwa (32 et 33), qui situent le procès en contigüité avec le moment d’énonciation.

(31) kīf bǝ̆-nḥuṭṭ lǝ-‘še.

« J’ai l’intention de servir le dîner sous peu. »

(32) tawwa b-nhadǝ̆rzu ‘ăle ḥāža stāḥašnā-ha hālba l-ḥagg.

« Maintenant, nous avons l’intention de parler d’une chose qui nous manque beaucoup. »

(33) šǝn bǝ̆-ndīr tawwa tawwa ?

« Ce que j’ai l’intention de faire là tout de suite ? »

3.1.1.4. Intention dans l’avenir

35Autrement, on peut employer le préverbe b- pour situer une intention dans l’avenir. Le contexte futur peut être exprimé au moyen d’un participe actif de verbe de mouvement (à valeur de prospectif) qui précède le préverbe.

(34) mǝš žāy li’ǝnna b-yḥaṣṣǝl ḥāža, lā, lākǝn li’ǝnna b-ymattǝl lībya.

« Il ne vient pas parce qu’il a l’intention d’obtenir quelque chose, non, mais parce qu’il a l’intention de représenter la Libye. »

(35) māšyīn l-ǝl-ḥwāza, māšyīn b-yǝtzarrdu.

« Ils vont à la maison de campagne, ils y vont (avec l’intention de) pique-niquer. »

36Avec les énoncés situés dans le passé et avec ces derniers exemples dont le procès est situé dans l’avenir, on voit bien que le préverbe b- ne véhicule pas la temporalité, mais la valeur modale d’intention.

3.1.2. Marqueur d’antériorité

37Employée dans une subordonnée temporelle introduite par la conjonction lamma, le préverbe b- permet de marquer l’antériorité, lorsque cette subordonnée temporelle dépend d’une proposition principale dont le procès est situé dans l’avenir.

(36) lamma b-tazǝ̆r‘i l-waṛdāt, lāzǝm tǝsgī-hum kull yōm.

« Lorsque tu auras planté les fleurs, tu devras les arroser tous les jours. »

(37) lamma bǝ̆-tkammli bǝrd ǝḍ-ḍwāfṛ-ǝk, ḥā-tdīri z-zmālto.

« Lorsque tu auras terminé de te limer les ongles, tu mettras le vernis. »

38Par rapport au moment de l’énonciation, les procès décrits dans les deux propositions sont situés dans l’avenir, mais c’est une fois l’action de la subordonnée nommée, que l’événement de la principale se réalisera. Ici, les deux événements ont lieu successivement, l’un après l’autre.

3.1.3. Marqueur d’irréel

39Outre l’intention et l’antériorité, le préverbe b- permet d’exprimer l’irréel. Le procès indiqué par le verbe préverbé n’est pas repéré par rapport au moment de l’énonciation, mais par rapport à un repère temporel imaginaire. Il s’agit d’exprimer des suppositions, des éventualités, de décrire des situations connues uniquement à travers l’imagination, de se projeter fictivement dans l’avenir.

(38) lākǝn ǝ̆nḥǝss fī-ha b-taṭla‘ ġabīya, ḥmāṛa !

« Mais j’ai l’impression qu’elle pourrait se révéler bizarre, stupide ! »

(39) ǝl-ḫǝdma hīya lli ǝnta b-tǝtṭawwuṛ fī-ha nafs-ǝk. b-tǝtbǝt fī-ha wužūd-ǝk. b-tǝbni bī-ha l-mužtama‘ w hāda ’ahǝmm hāža f-ǝl-mawḍū‘.

« Le travail, c’est là où tu évoluerais. Tu y prouverais ton existence. Tu construirais grâce à lui la société et ça c’est la chose la plus importante du sujet. »

40On trouve aussi l’expression de l’irréel dans des propositions subordonnées temporelles. Il s’agit d’imaginer des situations, de projeter fictivement des événements, que l’avenir pourra éventuellement confirmer.

41Dans l’exemple (40), la subordonnée temporelle est introduite par la conjonction lamma « lorsque, quand », qui dépend d’une principale dont le procès est situé dans l’avenir non certain, au moyen d’un futur exprimé par la conjugaison préfixale nue.

(40) ǝs-slāḥ ǝlli bēn ’īdēn ǝn-nās, hūwa lli msabbǝb ǝl-fawḍa tawwa, li’ǝnna ǝlli ‘ǝnd-a slāḥ, lamma b-yḥǝll ’ayyi muškila, yǝtkallǝm bi manṭǝq ǝs-slāḥ, mǝš b-ǝl-qānūn.

« L’arme qui est entre les mains des gens, c’est elle qui cause le chaos actuellement, parce que celui qui a une arme, lorsqu’il aura (éventuellement) l’intention de résoudre un problème, il parlera selon la logique de l’arme, pas de la loi. »

42Dans l’exemple (41), la subordonnée temporelle est introduite par la locution conjonctive ǝl-wagǝ̆t ǝlli « au moment où », qui dépend d’une principale dont le procès est également situé dans l’avenir.

(41) mā-tžī-nī-š l-ǝl-maṭāṛ ! ǝl-wagǝ̆t ǝlli ’anta bǝ̆-tžī-ni fī-h, ḥā-nkūn ’āne wāṣla l-ǝl-ḥōš.

« Ne viens pas à moi (à ma rencontre) à l’aéroport ! Au moment où toi tu viendras (éventuellement) à moi (ma rencontre), je serai moi déjà arrivée à la maison. »

43Contrairement aux exemples (36) et (37) – où le préverbe b- de la proposition subordonnée temporelle marquait l’antériorité par rapport au verbe de la proposition principale et où l’action de la proposition principale avait lieu après celle évoquée dans la proposition temporelle, successivement, l’une après l’autre – le préverbe b- véhicule dans les énoncés (40) et (41) une valeur d’irréel : il permet l’expression d’une éventualite, d’une supposition, et les événements décrits dans ces derniers exemples sont considérés dans leur simultanéité.

3.2. Le préverbe ḥā-

44Avec ḥā-, on est d’emblée dans un contexte futur : ce préverbe n’apparaît que lorsque le procès est situé postérieurement au moment de l’énonciation et un repère temporel futur n’est pas nécessaire. D’un point de vue modal, ḥā- véhicule un degré de certitude fort vis-à-vis de la réalisation du procès localisé dans l’avenir. On est dans le domaine du factuel, du réel. La valeur de ḥā- est donc celle de la certitude de l’énonciateur corrélée à la projection dans l’avenir, à laquelle vient s’ajouter une valeur de conviction liée à la certitude.

(42) mǝš lāzəm təmši l-tūnəs ; ḥā-tḍayyə‘ wagt-ək.

« Il est inutile que tu ailles à Tunis ; tu perdras ton temps. »

(43) ‘ǝnd-a kābāb ya šābāb ḥā-ya‘žǝb-kum !

« Il a un kebab, eh les gars, qui vous plaira ! »

(44) ǝt-trāynīng ǝ̆mtā‘-i yabda l-yōm. fa ḥā-nkūn mǝšġūl l-ǝs-sǝtta.

« Mon entrainement commence aujourd’hui. Je serai donc occupé jusqu’à six heures. »

45Le préverbe ḥā- peut également s’employer dans des phrases négatives, où l’énonciateur nie avec certitude et conviction l’action mentionnée par la forme verbale préverbée en ḥā-. Seul le morphème continu de négation mǝš peut précéder les verbes à la conjugaison préfixale préverbée.

(45) mǝš ḥā-nǝmši l-bārīs ‘ăle ḥagg-ǝt-tǝdkǝ̆ra.

« Je n’irai pas à Paris à cause du prix du billet. »

(46) məš ḥā-nəgdər ngīm ǝṭ-ṭāwla hādi b-ṛūḥ-i.

« Je ne pourrai pas soulever cette table tout seul. »

(47) mǝš ḥā-ykəmməl ḫədǝ̆mt-əh.

« Il ne terminera pas son travail. »

46Etant donné que le préverbe ḥā- véhicule un degré de certitude fort vis-à-vis de la réalisation du procès, son utilisation ne semble pas être compatible avec les subordonnées temporelles où il s’agit d’exprimer un fait envisagé, incertain, irréel. On ne trouve donc pas de participe actif et de préverbes ḥā- qui expriment tous deux des futurs certains dans les subordonnées temporelles, mais plutôt la conjugaison préfixale nue qui véhicule la valeur de futur non certain (Bybee, Pagliuca & Perkins 1991 : 19).

47Dans l’énoncé (48), la conjonction ’awwǝl-ma « dès que », qui introduit la subordonnée temporelle, permet de marquer la postériorité immédiate de l’action de la principale par rapport à celle de la subordonnée. L’énonciateur, étant convaincu de la certitude de la réalisation de l’action de la proposition principale, aussitôt celle de la subordonnée réalisée, va employer ḥā-.

(48) ’awwǝl-ma tarža‘ hīya, ḥā-nǝmši āne.

« Dès qu’elle reviendra, moi je partirai. »

48Puis, dans l’exemple (49), la conjonction ba‘d-ma « après que » situe le procès exprimé dans la subordonnée temporelle en postériorité par rapport à l’action de la proposition principale. L’action de la principale se déroulera très certainement après que celle décrite dans la subordonnée aura eu lieu : on emploie donc ḥā-.

(49) ba‘d-ma nkammǝl ǝd-dǝktōrāh, ’akīd ḥā-nṛawwǝḥ li lībya li’ǝnna lībya mǝḥtāžǝt-na.

« Après que j’aurai terminé mon doctorat, c’est sûr que je retournerai en Libye parce la Libye a besoin de nous. »

49Aussi, d’un point de vue de la structuration de l’espace de l’avenir, lorsque différents futurs sont utilisés en série, la suite (chrono)logique ḥā- suivi de la conjugaison préfixale nue reflète l’opposition modale et temporelle du procès en liaison avec le moment de l’énonciation (avec ḥā-) ou en rupture avec ce dernier (au moyen de la conjugaison préfixale).

50Dans les exemples (50) et (51), une proposition contenant ḥā- situe le procès dans l’avenir avec un degré de certitude fort. De ce fait, elle peut servir à établir un repérage futur pour d’autres éléments de l’énoncé, notamment ceux exprimés au moyen des verbes à la conjugaison préfixale nue qui suivent.

(50) ’akīd ḥā-ytḥassǝn ǝl-waḍă‘ u tarža‘ tamām.

« C’est sûr que la situation s’améliorera et tu reviendras parfaitement. »

(51) ḥā-ndawwŭṛ-a u nāḫd-ah. nasīb-i māši u žāy ‘ăle bārīs. ḥā-nāḫǝd ǝl-ktāb u nab‘ăt-a mă‘ā-h.

« Je le chercherai et je le prendrai. Mon beau-frère fait des allers-retours à Paris. Je prendrai le livre et je te l’enverrai par son intermédiaire. »

51Enfin, les exemples (52) et (53) permettent d’opposer les emplois du préverbe ḥā- et ceux du préverbe b-.

(52) ǝnti ’in šā’a ḷḷāh ḥā-tġayyri s-sakǝ̆n. šǝn muwāṣāfāt ǝl-ḥōš ǝlli b-tuskŭni fī-h ?

« Toi, si Dieu veut, tu changeras de logement. Quelles sont les caractéristiques de la maison dans laquelle tu habiterais (bien) ? »

(53) ǝlli b-yaṛfa‘ ǝs-slāḥ ma‘nā-ha mǝš ḥā-yṣallaḥ li’ǝnna waḍă‘ ǝl-blād fawḍa ’amnīya.

« Celui qui a l’intention de porter une arme, eh bien, il ne réformera pas parce que la situation du pays est chaotique du point de vue sécuritaire. »

52L’opposition entre les deux se situe entre réel et irréel : alors que le préverbe ḥā- y apparaît clairement comme un marqueur de futur situé dans le domaine du certain, exprimant le réel, le préverbe b- y marque une intention ou une éventualité sans que la réalisation en soit assurée, donc l’irréel.

3.3. Le préverbe taw-

53Enfin, le préverbe taw- s’emploie également pour situer un procès dans l’avenir par rapport au moment de l’énonciation, mais avec taw-, il s’agit de signifier un « futur d’engagement » : au moment de l’énonciation, l’énonciateur s’engage verbalement en vue d’une action à venir et, pour ce faire, le préverbe taw- ne s’emploie qu’aux premières personnes et le sujet ne peut être qu’un humain. Annonçant un procès qui se situe ultérieurement au moment de l’énonciation, ce préverbe va situer le procès dans le domaine du non certain.

54Comme on peut le voir dans les exemples (54) et (55), l’engagement fort du locuteur peut avoir des valeurs qui se traduisent par une menace ou une promesse.

(54) taw-ǝ̆nwǝṛṛī-k !

« Je vais te montrer ! (attends que je t'attrape) »

(55) ǝl-ktāb, taw-ǝ̆nduwwǝṛ-l-ǝk ă‘lē-h.

« Le livre, (promis) je vais te le chercher. »

55Le moment de l’accomplissement de l’action dénotée par le verbe peut être pécisé par des circonstanciels de temps, donnant plus de véracité à l’engagement.

(56) taw-ǝ̆nhadǝ̆rzu wagǝ̆t tāni bāš tab‘at-l-i l-wŭṛag.

« Nous allons parler à un autre moment pour que je t’envoie les papiers. »

(57) taw-nǝ̆taṣṣǝl bī-k lamma nkūn fāḍi.

« Je vais t’appeler lorsque je serai libre. »

(58) taw-ǝ̆ngūl-l-ǝk ġudwa.

« Je vais te le dire dire demain. »

56Le préverbe taw- se distingue bien de l’adverbe tawwa, comme on peut le vérifier dans les exemples (59) et (60).

(59) ḫălāṣ, taw-ǝ̆nḥāwǝl ǝ̆nḫǝṭṭǝṭ-ǝl-ha mǝn tawwa.

« ok, je vais essayer de l’organiser dès à présent. »

(60) taw-ǝ̆nfǝkkǝr fī-ha ba‘dēn bǝss tawwa ṭāl‘a.

« Je vais y réfléchir après, mais là (maintenant) je sors. »

57On peut également opposer les énoncés suivants : alors qu’en (61), c’est l’immédiateté, l’imminence qui est exprimée, c’est l’idée d’engagement qui est exprimée en (62).

(61) tawwa žāy !

« Je viens tout de suite ! »

(62) taw-ǝ̆nžī-k (ba‘dēn).

« Je vais venir te voir (après). »

Conclusion

58La prise en compte de la relation complexe entre temporalité, aspectualité et modalités a permis de préciser le sémantisme du participe actif, de la conjugaison préfixale nue et des trois préverbes b-, ḥā- et taw-. Ces catégories linguistiques coexistent, s’entrecroisent et se manifestent à des degrés différents, permettant ainsi à quatre « futurs » de se distinguer :
- le participe actif permet l’expression de l’aspect prospectif et nomme un procès orienté vers l’avenir, mais situé en contigüité avec le moment d’énonciation, avec valeur de certitude et d’engagement de l’énonciateur ;
- la conjugaison préfixale nue permet d’exprimer un futur en rupture avec le moment de l’énonciation, donc non certain ;
-le préverbe ḥā- exprime, quant à lui, un futur de certitude, de conviction, et, bien que le procès soit en rutpure avec le moment d’énonciation, il situe le futur dans le domaine du certain ;
- enfin, le préverbe taw- permet l’expression du futur d’engagement : l’énonciateur s’engage au moment de l’énonciation à réaliser une action dans un futur situé en rupture avec le moment d’énonciation, donc dans le domaine du non certain.

59Les futurs et les modalités ont, en effet, un lien évident : en renvoyant à un univers d’incertitudes, les futurs appellent intrinsèquement à des jugements du locuteur sur le procès, donc à des modalisations (Barceló 2006 ; Novakova 1999).

60En revanche, l’examen du préverbe b- a permis de mettre en évidence qu’il ne s’agit pas d’un préverbe de futur, mais plutôt d’un marqueur d’intention que ce soit dans le passé, au moment de l’énonciation ou dans l’avenir. Outre la valeur d’intention, le préverbe b- permet de marquer l’antériorité dans les subordonnées temporelles en corrélation avec une principale où est nommée une action à venir. Enfin, le préverbe b- est un marqueur d’irréel permettant l’expression de l’imaginaire, de l’éventuel.

Bibliographie

Barceló, Gerard Joan. 2006. « Le futur des langues romanes et la modalité : monosémie et dialogisme ». Cahiers de praxématique 47. 177-190.

Benkato, Adam. 2014. “The Arabic Dialect of Benghazi (Libya): Historical and Comparative Notes”. Zeitschrift für Arabische Linguistik 59. 57-102.

Benmoftah, Najah. 2016. Des ligateurs de cause : étude contrastive entre le français parlé à Paris et l’arabe parlé à Tripoli (Libye). Propriétés syntaxiques et fonctionnements pragmatico-discursifs. Thèse de Doctorat. Paris : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Benmoftah, Najah & Pereira, Christophe. 2017. “Preliminary Remarks on the Arabic Spoken in Al-Khums (Libya)”, Ritt-Benmimoun, Veronika (ed.), Tunisian and Libyan Arabic Dialects. Common trends - Recent developments - Diachronic aspects. Zaragoza: PUZ. 301-325.

Brustad, Kristen. 2000. The Syntax of Spoken Arabic. A Comparative Sudy of Moroccan, Egyptian, Syrian, and Kuwaity Dialects. Washington: Georgetown University Press.

Bybee, Joan, Perkins, Revere & Pagliuca, William. 1991. “Back to the Future”, Closs Traugott, Elizabeth & Heine, Bernd (eds.), Approaches to Grammaticalization: Volume II. Types of Grammatical Markers. Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins Publishing Company.

Bybee, Joan, Perkins, Revere & Pagliuca, William. 1994. The Evolution of Grammar. Tense, Aspect, and Modality in the Languages of the World. Chicago / London: The University of Chicago Press.

Caubet, Dominique. 1993. L’arabe marocain. Tome II. Syntaxe et catégories grammaticales, textes. Paris / Louvain : Editions Peeters.

Caubet, Dominique. 2017. “A Tentative Description of Aspect and Modality in the Fezzan: W. and Ph. Marçais’ Texts Revisited”, Ritt-Benmimoun, Veronika (ed.), Tunisian and Libyan Arabic Dialects. Common trends - Recent developments - Diachronic aspects. Zaragoza: PUZ. 327-350.

Cohen, David. 1984. La phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique. Etudes de syntaxe historique. Leuven / Paris: Peeters.

Eades, Domenyk & Persson, Maria. 2013. “Aktionsart, Word Form and Context: On the Use of the Active Participle in Gulf Arabic Dialects”. Journal of Arabic and Islamic Studies 58. 343-367.

Heine, Bernd & Kuteva, Tania. 2005. Language Contact and Grammatical Change. Cambridge: Cambridge University Press.

Marçais, Philippe. 2001. Parlers arabes du Fezzân. Textes, traductions et éléments de morphologie rassemblés et présentés par Dominique Caubet, Aubert Martin et Laurence Denooz. Genève : Librairie DROZ.

Marçais, William & Guîga, Abderrahmân. 1958. Textes arabes de Takroûna, II. Glossaire. Paris: Paul Geuthner.

Miller, Catherine. 2004. « Saillance, marquage et prestige dans les processus d’accomodation dialectale en arabe égyptien », Mejri, Salah (ed.), L’arabe dialectal : enquêtes, descriptions, interprétations. Actes d’AIDA 6. Tunis : CERES. 305-318.

Mion, Giuliano. 2017. « A propos du futur à Tunis », Ritt-Benmimoun, Veronika (ed.), Tunisian and Libyan Arabic Dialects. Common trends - Recent developments - Diachronic aspects. Zaragoza: PUZ. 205-217.

Novakova, Iva. 1999. « Une approche transcatégorielle pour l’analyse du futur simple et du futur périphrastique français », Mantcheva, A. et al. (eds.), Mélanges de linguistique, sémiotique et narratologie, dédiés à la mémoire du Professeur Krassimir Mantchev, à l’occasion de son 60e anniversaire. Sofia: Editions Colibri. 301-323.

Pereira, Christophe. 2008. « Aperçu du système aspecto-temporel du parler arabe de Tripoli (Libye) », Procházka, Stephan & Ritt-Benmimoun, Veronika (eds.), Between the Atlantic and Indian Oceans. Studies on Contemporary Arabic Dialects. Proceedings of the 7th AIDA Conference, Held in Viena from 5-9 September 2006. Wien: Institut für Orientalistik der Universität Wien. 329-348.

Pereira, Christophe. 2010. Le parler arabe de Tripoli (Libye). Zaragoza: IEIOP.

Pereira, Christophe. 2018. Dialectologie, linguistique et sociolinguistique de l’arabe maghrébin. Approches comparatives. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches. Paris : INALCO.

Persson, Maria. 2008. “The Role of the b- Prefix in Gulf Arabic Dialects as a Marker of Future, Intent and/or Irrealis”. Journal of Arabic and Islamic Studies 8. 26-52.

Retsö, Jan. 2014. “The b- imperfect once again: typological and diachronic perspectives”, Edzard, Lutz & Huehnergard, John. (eds.), Proceedings of the Oslo-Austin Workshop in Semitic Linguistics. Oslo, May 23 and 24, 2013. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag. 64-72.

Taine-Cheikh, Catherine. 2009. « Les morphèmes de futur en arabe et en berbère. Réflexions pour une typologie ». Faits de langues 33. 91-102.

Yoda, Sumikazu. 2005. The Arabic Dialect of the Jews in Tripoli (Libya). Wiesbaden: Harrassowitz Verlag.

Notes

1 On le retrouve en arabe tunisien, mais avec une valeur de « futur intentionnel » (Mion 2017 : 210-211).

2 Cette étude corrige et remplace notamment toutes les analyses précédentes (dans Pereira 2008, Pereira 2010 et dans Benmoftah & Pereira 2017 : 317-318).

3 Une autre étymologie est proposée et rapprocherait b- d’un verbe de racine ’-b-y (Cohen 1984, note 43 ; Stumme 1898 : 239-240). Cette idée a été reprise dans Pereira 2010 : 140-141, où il est mentionné que ba-yǝbbi est de racine ’-b-y. On trouve également cette racine en arabe de Takroûna, avec le sens de « consentir, accepter, admettre » (Marçais & Guîga 1958 : 14).

4 Quant à l’arabe des Juifs de Tripoli, pour exprimer le futur, il a recours à d’autres marqueurs plus ou moins grammaticalisés, formés sur le verbe ḥǝbb-yḥǝbb « vouloir » : il possède (y)ḥǝbb et (y)ḥǝbbu, ainsi que les formes courtes (n)ḥǝm-, ḥǝn- et ḥǝt- (Yoda 2005 : 194).

5 Ce préverbe est en usage dans tout le Moyen-Orient, ainsi qu’en Egypte et en Erythrée (Taine-Cheikh 2009 : 95). On trouve également ḥa- en maltais, où il pourrait provenir de l’impératif ḥálli « laisse », du verbe ’aḫaḏa « prendre » ou du verbe ḥabba « aimer » (Vanhove 1993 : 184-185).

6 Il serait principalement employé par les jeunes générations scolarisées ; les personnes âgées ne l’emploiraient pas. Bien qu’il s’agisse d’une intégration récente, il ne semble pas y avoir de recoupements de valeurs entre le préverbe ḥā- et les autres marqueurs, qui relèveraient d’un processus d’accommodation dialectale (Miller 2004), qui pourrait résulter de l’influence de parlers arabes du Moyen Orient, considérés comme prestigieux par les Libyens (Pereira 2018 : 38-40).

7 Pour un état de l’art, voir Persson 2008, ainsi que Retsö 2014. D’un point de vue comparatif, les données sur le préverbe b- fournies par Dominique Caubet pour l’arabe du Fezzân des années 1940 et 1950 permettent de distinguer plus de valeurs qu’en arabe de Tripoli : celle de volition, d’intention, de futur, d’imminence (Caubet 2017 : 345-348).

8 Alors que dans les parlers du Fezzân, le morphème de négation ma peut précéder les formes préverbées, comme dans w-ŭl-ġáda mạ-b-ijī́kum « Le déjeuner ne vous arrivera pas » (Marçais 2001 : 100-101).

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access