Étude des particules apparentées aux vocatifs/exclamatifs et iyyā (k)

Catherine Taine-Cheikh

Résumé

L'arabe standard connaît différentes particules vocatives ou exclamatives servant à interpeller (, hayā, a-yā, ˀayyuhā) ou à mettre en garde (ˀiyyā-ka).

Dans les dialectes, yā/ya est la particule la plus fréquemment employée pour le vocatif et sa présence devant les termes d'adresse a été relevée à maintes reprises. Mais on relève aussi des attestations de yā/ya comme particule interrogative ou pseudo-interrogative ‘n'est-ce pas ?’, comme particule d'insistance ‘c'est... que’ ou comme marqueur de focus.

D'autres attestations de sens plus ou moins proches ont été relevées avec les formes yāk ou iyyāk, notamment au Maghreb.

Si l'on excepte la conjonction alternative ‘ou’ et yā... yā... ‘ou bien... ou bien...’, bien attestée mais vraisemblablement d'origine persane, les autres particules en (iy)yā(k) pourraient avoir un étymon, sinon identique, du moins proche. Mon article consiste, une fois les données réunies, à analyser la nature de ces relations et à préciser les chaînes de grammaticalisation.

1. Introduction : le vocatif

1.1. Les particules vocatives ou exclamatives

1• L'arabe standard connaît différentes particules vocatives ou exclamatives servant à interpeler (, hayā, a-yā, ˀayyuhā) ou à mettre en garde (ˀiyyā-ka).

2ˀayyuhā est une variante du vocatif alors que ˀa- est une variante archaïque.

3Signalons également le cas de wā-...āh qui encapsulent l'objet de l'exclamation.

4• Dans les dialectes, yā/ya est la particule la plus fréquemment employée pour le vocatif et sa présence devant les termes d'adresse a été relevée à maintes reprises.

5La variante ā s'est imposée dans certains parlers, notamment maghrébins, probablement sous l'influence du berbère. La variante a/ā est préférée chez les Chleuḥs du Sous (Destaing 1937 : 327) et, dans le Nord Constantinois, elle est plus fréquente chez les ruraux que chez les citadins (Marçais 1956 : 602-3).

1.2. Constructions

6En général, la particule introduit un syntagme nominal plus ou moins complexe.

7• En arabe littéraire, les constructions de et de yā ˀayyūhā (fém. yā ˀayyatuhā) se distinguent par le fait qu'après , N n'est jamais accompagné de l'article (Badawi & al. 2004 : 287-9)

8• Dans de nombreux dialectes, peut être suivi d'un nom précédé de l'article défini. L'usage semble courant au Yémen (Piamenta 1990 : 534), mais il paraît plus spécifique dans certains parlers. Pour Marçais (1908 : 198), l'usage avec l'article (i̯ā-ṛ-ṛâžel ‘hé l'homme!’) tend à s'imposer quand on interpelle un individu éloigné alors que la construction sans article est usitée quand on s'adresse à un interlocuteur, au cours de la conversation. En Tunisie, c'est la différence de sens qui a été mise en avant (Marçais & al. 1958-1961 : 4403 et sq.). Chez les Marazig, la présence de l'article marque une certaine nuance affective (Boris 1958 : 685). Ailleurs, c'est la présence conjointe de l'article et du démonstratif (i̯ā hāḏe-ṛ-ṛâžel : construction classique) qui donne une nuance de mépris (Marçais 1908 : 198).

1.3. Valeurs

9Indépendamment de ces nuances associées à des constructions particulières, les valeurs d'emploi des vocatifs/exclamatifs varient régulièrement en fonction de l'intonation et du contexte, tant linguistique qu'extralinguistique.

1.3.1. SN : particule + [art] + (pro)N

10Si Philippe Marçais (1956 : 603) insiste sur l'emploi extensif de dans des tournures exclamatives (joie, douleur, surprise, souhait : ‘que je suis heureuse...’, ‘quelle perte...’, ‘ô ma douleur...’), Marçais et Guiga (1958-1961 : 4403-4) mettent l'accent sur la fonction phatique : « i̯ā, interjection monosyllabique employée pour interpeller, exhorter, appeler l'attention. Elle précède toujours immédiatement le vocable sur quoi l'interlocuteur doit être mis en éveil (ce qui désigne cet interlocuteur lui-même ou toute autre chose) et forme avec lui un mot phonétique. À l'intérieur de ce complexe, la voyelle finale de la particule interjectionnelle est sujette à de notables variations de timbre, de longueur et d'accentuation, dépendant à la fois de l'ambiance phonétique et de l'intention du sujet parlant. »

  • 1 À noter, l'existence possible d'une troisième subdivision, intermédiaire entre les deux autres, cel (...)

11Quant aux entrées des dictionnaires plus récents, elles soulignent surtout la distinction entre les valeurs d'emploi centrées sur le locuteur et celles centrées sur l'interlocuteur. Cf. « and yā hā 1 /voc[ative] part[icle]/ used to attract attention or to address s’one hey! o! [...] 2 /part[icle]/ used to express a wish, or admiration [...]» (Holes 2001 : 570).1

1.3.2. Particules seules : interjections

  • 2 Cf. l'emploi de yaah? ‘yes?’, en réponse à un vocatif, relevé dans le ḥassāniyya du Mali (Heath 200 (...)

12Employée seule, la particule devient une interjection, ainsi en tchadien (Jullien de Pommerol 2000 : 1325). Ses valeurs sont souvent variées. Marçais et Guiga (1958-1961 : 4409) remarquent que la variation de la valeur dépend en partie de la place deâh dans la proposition : « 1°‘attention !’ pour mettre en éveil un interlocuteur, un auditoire : à la fin de la formule de tašîd. 2°en tête de proposition ‘tiens !’ pour marquer une surprise, la constatation d'un fait inattendu ; souvent suivi d'une énonciation de forme interrogative, ou de ton interrogative : âh žê ‘tiens ! il est arrivé ?’ ».2

13À noter que, comme interjection, la particule prend parfois la forme . C'est notamment l'interjection des femmes Baharna «used to chivvy, or express disapproval or anxiety » (Holes 2001 : 573). Relevé à Damas chez les femmes (J. Lentin, communic. pers.), a été signalé aussi dans le quartier de Žimaˤ, à Tozeur (Tunisie), comme dans le maltais du continent (Saada 1981 : 136).

1.3.3. Aspects pragmatiques et stylistiques

14Les particules ont des emplois particuliers avec les noms de parenté et les noms propres.

15L'emploi des premiers comme termes d'adresse a été étudié par Farghal &. Shakir (1994). C'est un usage qui semble assez typiquement moyen-oriental. Henkin en fait aussi une étude approfondie dans son ouvrage sur l'arabe du Néguev. À ce propos, elle signale (2010 : 202) une opposition intéressante entre ya ˤamm-î ‘O my uncle’ (accentué sur la syllabe longue finale) qui marque une imploration quand elle adressée à une vraie personne et la variante sédentaire ya ˤámm-i (avec accent sur la pénultière et voyelle finale brève) qui est «[a] rhetorical interjection addressed to the virtual listener».

  • 3 Il existe en Mauritanie un curieux patronyme porté, entre autres, par Aḥmed Fāḍəl ould Yā-Moḥammed. (...)

16On retrouve ce type d'adresse générique, non spécifiée, en arabe maghrébin, mais cette fois le caractère conventionnel de l'interpellation se marque par le choix du prénom. C'est ainsi que quelqu'un dont on ne connaît pas le nom sera interpelée, selon la communauté, avec un yā-ˤbd-ˀllah ou (à Takroûna) un ya-sī-muḥámməd (Roth 1995 : 221).3

  • 4 Il serait intéressant de savoir dans quelle mesure ces valeurs sont spécifiques à ce corpus particu (...)

17Dans l'article cité, Arlette Roth étudie minutieusement les emplois de dans les énigmes maghrébines et montre que, dans ce corpus particulier, joue un rôle important d'opérateur stylistique. On retiendra notamment les valeurs d'exhortation à la sagacité ou d'insulte, en fonction de la place du syntagme introduit par .4

2. De la particule vocative à la conjonction de but

18L'interpellation s'accompagne souvent d'une mise en garde ou d'un souhait. Employée en dehors du mode exclamatif, la particule vocative en vient à exprimer une relation d'enchaînement, consciemment recherchée (but) ou non (consécution).

2.1. Mode exclamatif

2.1.1. Mise en garde

19Il arrive que la particule ˀiyyā (ou une de ses variantes) soit usitée pour la mise en garde.

20Feghali (1928 : 366 n.1) donne un exemple libanais avec le pronom de 1re personne :

1) ˀīyâ-né ‘gare à moi !’

21Cependant, la mise en garde s'adresse en général à un interlocuteur. (-)k semble alors représenter le pronom affixe de 2e personne, ainsi au Caire dans :

2) iyyāk nisīt! ‘hüte dich davor, dass du es vergessen hast!’

22En effet Woidich donne dans sa grammaire, non seulement iyyāk ‘hüte dich’, mais aussi, avec le même sens, iyyā+ (2006 : 272, 313).

  • 5 Le dictionnaire de Kazimirski (1860 : 73) donne un féminin ˀiyyāki.

23Pour l'arabe littéraire moderne, la grammaire de Badawi & al. (2004 : 291) ne donne que la forme ˀiyyāka (non décomposée) dans deux constructions distinctes, mais il s'agit à chaque fois d'une mise en garde adressée à un interlocuteur (masculin)5 :

3) ˀiyyāka ˀan tatajāwaza ḥudūda-ka

I warm you not to exceed your limits’

4) ˀiyyāka wa kalāma fī hāḏā l-muawḍūˤi

be careful not to talk about this subject’

24Quant au Dictionnaire COLIN (1993) pour le Maroc, il donne deux exemples similaires sous deux entrées distinctes, d'une part (5a) sous ˀiyy (p. 38), d'autre part (5b) sous yyāk (p. 2092) :

5a) ˀiyyāk təkdəb ‘garde-toi de mentir’.

5b) wa-yyāk ttēq b-Y ‘garde-toi bien d'ajouter foi à ses dires !’

2.1.2. Souhait

25peut être employé pour exprimer un souhait (voir Holes 2001 : 570), mais la particule de souhait prend souvent une forme plus étoffée pour introduire une proposition. Là encore, le -k fait plus ou moins partie intégralement de la particule.

26Au Caire (Woidich 2006 : 369, 339), ‘hoffentlich’ se dit iyyāk, même quand le souhait concerne une 1re personne pluriel (6a), mais l'apparition de la marque -i du féminin en (6b) semble indiquer que -k conserve sa valeur pronominale originelle dans certains cas :

6a) iyyāk yigi-l-na min-ha fayda

‘hoffentlich haben wir einen Nutzen davon!’

6b) iyyāki ma-kunši dayiˀt-ik

‘hoffentlich habe ich dich nicht belästigt !’

27L'existence, à côté de yāk ‘dans l'espoir que peut-être, afin que peut-être’, d'une forme de pluriel yāko, prouve qu'au Maroc la conjonction qui introduit un soupçon n'est pas non plus complètement invariable (Colin 1993 : 2091-2).

28En ḥassāniyya, par contre, la particule iyyāk/əyyāk ‘pourvu que, en espérant que’ est toujours invariable, qu'elle soit utilisée dans les formules de salutation – quels que soient le genre et le nombre des interlocuteurs – ou dans des souhaits :

7a) iyyāk lā bës

‘(j'espère qu') il n'y a pas de mal ?!’

7b) iyyāk stṛəḥtu l-bârəḥ

‘(j'espère que) vous vous êtes bien reposés hier ?!’

7c) iyyāk mān-ik marīḍa

‘(j'espère que) tu n'es pas malade ?!’

7d) iyyāk žä

‘(j'espère qu') il est venu ?!’

29Voir aussi la présence de əyyāk dans les vers suivants (poésie de Seddûm Ould Abbe) :

8) əyyāk yəˤvi mulā-nä

‘Que Dieu pardonne à Bakar

əl yävˤal mən xiyānä

‘Tous les péchés qu'il a commis durant sa vie

w-əyyāk yäžbaṛ murā-nä...

‘Et qu'il trouve dans l'autre monde...’

2.2. Mode déclaratif : consécution et but

30Parfois iyyāk introduit des propositions subordonnées de but ou de simple consécution. Dans ce cas la particule est toujours invariable en genre et en nombre.

31Là encore, un exemple de ce type a été relevé au Caire (Woidich 2006 : 369) :

9) ˀumt atmašša fi l-ˀōḍa iyyāk yigī-l-i nōm

‘ich begann im Zimmer auf und ab zu gehen, damit mir der Schlaf kommen möge.’

  • 6 Il précise : « Cette forme qui, étymologiquement, semble comporter un suffixe personnel, est invari (...)

32iyyāk ‘afin que’ est fréquent en ḥassāniyya. Cohen (1963 : 226) en donne un exemple6 :

10) lə-klām... yəsbəg və-l-gaḷb iyyāk ittaṣal mən vämm lə-l-ḥnūk

‘les discours... passent d'abord par le cœur afin que de là ils puissent être transmis aux mâchoires’

33Mais iyyāk (+ verbe à l'inaccompli) peut avoir le sens de ‘pour (que), dans l'intention de’ :

11) mšä iyyāk yäžmaˤ lə-ḥtāb ‘il est parti pour (dans l'intention de) ramasser du bois’

34En (11) iyyāk alternerait avec yäkān-u ‘pour (dans l'espoir de)’ et en (12) il alternerait aussi avec bāš (pour) que’ ou avec zéro :

12) aˤṭî-ni ṃṃäyhä [bāš / iyyāk / yäkān-i] nəšṛəb

‘donne-moi de l'eau (pour) que je boive’

35Le sens de ‘afin que’ se retrouve chez les Zaër du Maroc, soit sous la forme de yākši, soit sous la forme de yāk mais chez les seuls Beni Mellal (Loubignac 1952 : 589, 220 / 335).

36Vu la rareté de cette évolution et l'histoire de la région, on peut penser à un trait linguistique hérité des Maˤqil que les hassanophones et certains Zaër auraient conservé.

3. Interrogatifs et interrogations

37On peut interpeller quelqu'un pour de multiples raisons, mais c'est souvent pour poser une question ou lui demander confirmation de quelque chose. Ceci pourrait expliquer les similitudes entre les vocatifs et les interrogatifs ou le passage du mode exclamatif au mode interrogatif.

3.1. Interrogatifs : ˀay- >

38a des emplois interrogatifs dans certaines aires dialectales.

39En Iraq, est le signifiant de la particule du vocatif, mais aussi, comme variante de ˀay, celui de l'indéfini ‘any’ et de l'interrogatif ‘which? what?’ (Erwin 1963 : 361-2) :

13) yā bët?

‘which house?’

40se retrouve dans certains adverbes interrogatifs du yéménite (Piamenta 1990 : 534-5) :

14a) yā ḥīn?

‘when?’

14b) yān?

‘where?’

41Au Tchad et au Soudan, a fourni une base pour la formation du pronom interrogatif yātu (Roth-Laly 1969-72 : 538, Reichmuth 1983 : 118). Pour Jullien de Pommerol (2000 : 1327), yâtu (« peut-être contraction de âyât hû ») est variable en genre et en nombre :

15) yâti sâtat êc?

‘qui a fait cuire la boule ?’ (litt. laquelle...)

42À noter que dans le pidgin-créole arabe de Juba, Manfredi (2017 : 183) a observé une différence d'accentuation, entre le pronom yatú ‘lequel’ et l'adjectif yátu ‘quel’.

3.2. Interrogation rhétorique

43À côté de ces formes lexicalisées, sans doute apparentées à ˀay(y), on trouve des adverbes de phrase de sens interrogatif ou pseudo-interrogatif.

3.2.1. yā au Moyen-Orient

44Pour les dialectes de Syrie (au sens large), Barthélémy (1969 : 913) définit ‘n'est-ce pas ?’ comme une « particule interrogative pour solliciter l'approbation d'autrui ».

45Borg (2004 : 472) donne un exemple de cet[te] «  emphatic particle roughly equivalent to a tag question », réalisé[e] ya dans l'arabe de Chypre :

16) ya-lˤaptu

‘but you shot it (the fox), didn’t you?’

3.2.2. yāk au Maghreb

46La particule pseudo-interrogative existe aussi au Maghreb (occidental surtout), mais avec un k final : yāk ‘n'est-ce-pas ?’ (Lentin 1959 : 311). Marçais en souligne la fréquence d'emploi chez les Ūlâd Bṛāhîm de Saïda, dans l'est de l'Algérie (1908 : 199), mais elle a été surtout relevée au Maroc (y compris chez les Zaër, cf. Loubignac 1952 : 589).

47À Rabat (Brunot 1952 : 829), la particule yāk peut être employée seule, au sens de ‘n'est-ce pas ?’. Sinon, elle se place au début de la proposition et signifie ‘est-il vrai que ? n'est-il pas vrai que ? est-ce que ?’ :

17) yāk ḫdemƫi ?

‘as-tu travaillé ?’

48Dans le Dictionnaire COLIN (1993 : 2091-2), on passe du yāk d'étonnement (parfois mêlé d'ironie) au yāk interrogatif appelant confirmation :

18a) yāk ? lā-bās ?

‘tout va bien ? pas de malheur arrivé ?...’

18b) yāk ma ḫō-k?

‘ne serait-ce pas, par hasard, ton frère ?’

  • 7 Il en est de même dans l'ouest de l'Algérie où wâk remplace yâk (Madouni-La Peyre 2003 : 525) :

49D'après Harrell (2004 : 224), cependant, la particule peut venir aussi bien en tête qu'en fin de proposition7 :

19a) yak qolt-ha-l-ek?

‘I told you, didn’t I?’

19b) — ma-mša-š, yak?

‘He hasn’t gone, has he?’

19c) — yak ma-mša?

‘Has he left (already)?’

50Des emplois tout à fait comparables existent dans le ḥassāniyya du Mali (Heath 2004 : 292), ainsi que le montrent les exemples fournis par les textes recueillis par l'auteur (Heath 2003 : 102.24, 134.15, 206.12) :

20) yāk t-tṛāb mā fī-ha— ‘Didn’t the land have—

t-tṛāb mnaddsa waḷḷahi ‘The land was wild (had wild animals), by God.’

21) [‘Heard about it? His story too is good, just like that (other) situation.’]

yyāk? ‘Really?’

ḥagg, ḥagg, gāl— ‘Yes, yes, he says—’

22) lli mā-hu ḏa, bārəd ḥatta, yyāk ?

‘(Let’s do) something other than this, it’s (too) sedate, isn’t it?’

  • 8 L'emploi de iyyāk en tête de proposition est possible mais dans le sens optatif (plus qu'interrogat (...)

51Les emplois en isolation et en fin de proposition comme en (21) et (22) n'ont jamais été relevés dans le ḥassāniyya de Mauritanie et, d'après mes informations personnelles, ils sont inacceptables dans la région du S.-O. Il est très probable que le ḥassāniyya du Mali a subi là l'influence de l'arabe maghrébin8.

3.3. Interrogation indirecte

52Dans le Dictionnaire COLIN (1993 : 2091-2), yāk apparaît également dans des énoncés où il introduit une interrogation indirecte.

23) X, ġādi kā-itləffət yāk ma tābˤ-o ši ḥadd

‘X marche en se retournant pour voir si, d'aventure, quelqu'un ne le suivait pas.’

24) ṭāḥ li fī-h š-šəkk yāk mā huwwa īhūdi

‘je me suis demandé s'il n'était pas, par hasard, un juif.’

53Dans ces deux exemples, l'interrogation semble accompagnée d'une nuance de doute, proche de celle qui caractérisait le yāk optatif marocain (‘dans l'espoir que peut-être, afin que peut-être’). La grammaticalisation de yāk comme subordonnant de l'interrogation indirecte paraît donc, non seulement plus rare, mais aussi moins aboutie que celle de yāk comme particule de l'interrogation directe.

4. Insistance, topicalisation et focalisation

54Attirer l'attention est l'une des fonctions des particules vocatives. Cette propriété est susceptible d'éclairer tout ou partie des emplois de (ou de ses variantes) qui suivent (cf. figure 20 dans Manfredi & Tosco 2014 : 349).

4.1. ˀiyyā + pronom

55Certains arabisants présents au colloque AIDA doutaient que les emplois de ˀiyyā listés ci-dessous aient un rapport avec mon sujet. Les articles de Wilmsen (notamment celui de 2013) m'incitent cependant à ne pas passer ces faits sous silence, même si je ne peux ici approfondir la question.

4.1.1. Avec effet d'insistance

56En arabe littéraire, l'antéposition de l'objet implique la présence de ˀiyyā, mais la construction produit un «rhetorical effect» (Badawi & al. 2004 : 291) :

25) ˀiyyā-ka ˀaˤnī you I mean’ i.e. ‘you are the one I mean’

  • 9 Au Soudan (Reichmuth 1983 : 122), le cas de ‘jeder, der’ constitue aussi une lexicalisation.

57Au Caire, en revanche, l'emploi de iyyā n'est pas (ou plus) stylistique. Il est devenu lexicalisé : iyyā+ (pronom) ‘der gewisse’ (Woidich 2006 : 235)9.

26) iṣ-ṣuwar iyyā-ha ‘die gewissen Bilder’

4.1.2. Sans effet rhétorique

58• Après certains verbes (ditransitifs notamment), l'emploi d'une particule est assez fréquent au Moyen-Orient. Ainsi la particule invariable yā- (< cl. ˀīyā-) est-elle usitée au Liban (Feghali 1928 : 287-8) en cas de double accusatif (avec deux pronoms suffixes) :

27) ˤṭait-ak yā-ha ‘je te l'ai donnée’

59Elle l'est aussi pour l'accusatif simple, après un complément introduit par la préposition l- :

28) ˤmel-l-é yā-h ‘fais-le moi’ (cl. iˤmal-hu l-ī)

60Dans un cas comparable à (28), le suffixe est -yyā- en iraquien (Erwin 1963 : 144) :

29) jīb-l-i-yyā-ha ‘bring me it (fém.)’

61iyya est ajouté après w pour coordonner deux pronoms. C'est le cas notamment en Syrie, mais aussi au Maroc (Colin 1993 : 38 et 2091-2) :

30) āna u-yyā-k ‘toi et moi’

62Le second pronom est souvent celui de 2e personne, mais ce n'est pas la seule possibilité.

4.2. La particule

63‘c'est... que’ marque l'insistance en tchadien (Jullien de Pommerol 2000 : 1325) :

31) bêku intu, anâ bigît râjil !

‘c'est grâce à vous que je suis devenu un homme !’

64Owens (1996 : 151) précise, dans son étude des pidgins et des créoles, que la particule suit le constituant focalisé (kátifu wáraga en (32)), celui-ci pouvant être de n'importe quelle nature :

32) Kátifu wáraga máriya dé só.

‘Write a letter is what my wife did.’

65Dans le créole nubi d'Ouganda, 'ya sert aussi à la topicalisation contrastive (Wellens 2003 : 185), sauf pour le syntagme verbal comme en (32) :

33) Nyere'ku 'ya a'dan 'to 'ma

‘The child, its ears are not there.’

66De plus, il existe un emploi typique du nubi parlé dans le district du Nil occidental, au Nord-Ouganda, celui où 'ya (ou l'une de ses variantes 'yaw et 'ya'de), placé en fin de proposition, emphatise toute la phrase (Wellens 2003 : 169) :

34) Ma'ma, je're 'ma 'ya!

‘Mama, definitely do not run!’

  • 10 Des trois variantes, seule 'ya introduit optionnellement l'apodose (Wellens 2003 : 168).

67Par ailleurs 'yala/'ya et 'dukuru ont pris le sens de ‘thus, therefore, so’ (Wellens 2003 : 167-8) quand ils sont placés en tête de proposition10 :

35) 'Bes 'an(a) 'ain 'Ya 'an(a) 'aba 'mafi

‘Well, I understood. Therefore I did not refuse.’

  • 11 Dans l'arabe de Juba, l'intonation basse sur le ya marqueur d'emphase (elle est très haute sur le t (...)

68Dans l'arabe de Juba, ya est un multifonctionnel qui a, entre autres emplois, celui d'«emphasis marker» (Manfredi & Tosco 2014 : 339)11. L'une de ses particularités, par rapport aux précédents ya, est de précéder le terme emphatisé (bíu ‘buy’ en (36)) :

36) úo ya bíu fi yugánda de

(discussing a motorbikes dealer) ‘He buys them in Uganda.’

69Manfredi et Tosco terminent leur article par un tableau intitulé «The diachronic development of ya in Juba Arabic and Ki-Nubi» (2014 : 348). Voir Tableau 1.

5. Conclusion

  • 12 Il s'agit d'un emprunt ancien au persan (Marçais & Guiga 1958-1961 : 4407).

70J'ai laissé de côté des ya/yā qui m'ont semblé ne pas avoir de rapport avec la particule du vocatif : d'étoffement comme dans huwwāya ‘il’ et yäġäyr ‘mais’ en ḥassāniyya ; fonctionnel comme ‘jusqu'à’ dans ya-l-leil et ya l bilad en arabe tachado-soudanais (Roth-Laly 1969-1972 : 539) ; yā... yā... ‘ou... ou...’ dans de très nombreux parlers12.

71En revanche, j'ai traité ensemble aussi bien et iyyā que yāk et iyyāk. Le k final des deux dernières variantes a clairement pour origine un figement du k de 2e personne et s'explique par le lien quasi ontologique du vocatif avec cette personne. Toutefois, cela ne permet pas de comprendre dans tous les cas pourquoi certains dialectes ont un -k final et d'autres, non (ainsi pour la pseudo-interrogation).

72Les particules du vocatif/exclamatif sont souvent employées avec différentes valeurs dans un même parler, mais elles sont susceptibles de prendre une valeur spécifique selon le mode (exclamatif vs interrogatif vs assertif...), la construction (+ (pro)nom, +verbe...), la place (en tête vs en fin de proposition...) et l'intonation choisis. Aussi n'est-il pas rare qu'un dialecte présente plusieurs emplois grammaticalisés (et lexicalisés) de ces particules.

73En faisant une grande place au classement selon le mode énonciatif, je pense avoir apporté un éclairage utile sur le fonctionnement de yā(k) et iyyā(k) et montré que, à l'instar d'autres ‘petits mots’ comme le arabe (voir Lentin 1995) ou le déictique (a)d berbère (voir Taine-Cheikh 2010), ils présentent une polygrammaticalisation remarquable.

Bibliographie

Badawi, El-Said, Carter, Mike G., & Gully, Adrian. 2004. Modern Written Arabic. A Comprehensive Grammar. London/New York: Routledge.

Badawi, El-Said, & Hinds, Martin. 1986. A Dictionary of Egyptian Arabic. Arabic-English. Beirut: Librairie du Liban.

Barthélemy, Adrien. 1969 [Fasc. 1–5, 1935-1936-1942-1950-1954]). Dictionnaire Arabe - Français. Dialectes de Syrie : Alep, Damas, Liban, Jérusalem. Paris : Geuthner.

Borg, Alexander. 2004. Comparative Glossary of Cypriot Maronite Arabic (Arabic-English). With an Introductory Essay. Leiden/Boston: Brill.

Boris, Gilbert. 1958. Lexique du parler arabe des Marazig. Paris : Klincksieck.

Brunot, Louis. 1952. Textes arabes de Rabat. II. Glossaire. Paris : Geuthner.

Cohen, David. 1963. Le dialecte arabe ḥassānīya de Mauritanie. Paris : Klincksieck.

Colin, Georges S. 1993 [1993-1997]. Le Dictionnaire COLIN d'Arabe Dialectal Marocain, édité par Zakia Iraqui-Sinaceur. Rabat/Paris : Al Manahil.

Destaing, Edmond. 1937. Textes arabes en parler des Chleuḥs du Sous (Maroc). Paris : Geuthner.

Erwin, Wallace M. 1963. A Short Reference Grammar of Iraqi Arabic. Washington, D.C.: Georgetown University Press.

Farghal, Mohammed, & Shakir, Abdullah. 1994. “Kin Terms and Titles of Address as Relational Social Honorifics in Jordanian Arabic”. Anthropological Linguistics 36 (2). 240-253.

Feghali, Michel M. 1928. Syntaxe des parlers arabes actuels du Liban. Paris : Geuthner.

Harrell, Richard S. 2004. A Dictionary of Moroccan Arabic: Moroccan-English. Washington: Georgetown University Press.

Heath, Jeffrey. 2003. Hassaniya Arabic (Mali): Poetic and Ethnographic Texts. Wiesbaden: Harrassowitz.

Heath, Jeffrey. 2004. Hassaniya Arabic (Mali)-English-French Dictionary. Wiesbaden: Harrassowitz.

Henkin, Roni. 2010. Negev Arabic. Dialectal, Sociolinguistic, and Stylistic Variation. Wiesbaden: Harrassowitz.

Holes, Clive. 2001. Dialect, Culture and Society in Eastern Arabia. Volume 1. Glossary. Leiden: Brill.

Jullien de Pommerol, Patrice. 2000. Dictionnaire de l'arabe tchadien. Paris : Karthala.

Kazimirski, Albert de Biberstein. 1860. Dictionnaire arabe-français, tomes I et II. Paris, Maisonneuve & Cie.

Lentin, Albert. 1959. Supplément au Dictionnaire pratique arabe-français. Alger : La Maison des Livres.

Lentin, Jérôme. 1995. “Kān ya ma kān : sur quelques emplois de ma dans les dialectes arabes du Moyen-Orient”, Studia Orientalia 75. 151-161.

Loubignac, Victorien. 1952. Textes arabes des Zaër. Transcription, traduction, notes et lexique. Paris : Max Besson.

Madouni-La Peyre, Jihane. 2003. Dictionnaire Arabe Algérien-Français. Algérie de l'Ouest. Paris : Langues & Mondes - L'Asiathèque.

Manfredi, Stefano. 2017. Árabi Júba: un pidgin-créole du Soudan du Sud. Leuven, Peeters.

Manfredi, Stefano, & Tosco, Mauro. 2014. “The Morphosyntax and Prosody of Topic and Focus in Juba Arabic”, Journal of Pidgin and Creole Languages 29 (2). 319-351.

Marçais, Philippe. 1956. Le parler arabe de Djidjelli (Nord Constantinois, Algérie). Paris : Adrien-Maisonneuve.

Marçais, William. 1908. Le dialecte arabe des Ūlâd Bṛāhîm de Saïda (département d'Oran). Paris : Champion.

Marçais, William, & Guiga, Abderrahmân. 1958-61. Textes arabes de Takroûna, II. Glossaire. Paris : Geuthner.

Owens, Jonathan. 1996. “Arabic-based Pidgins and Creoles”, Thomason, Sarah G. (éd.), Contact languages: A Wider Perspective. Amsterdam/Philadelphia: Benjamins. 125-172.

Piamenta, Moshe. 1990. Dictionary of Post-Classical Yemeni Arabic. Leiden/New York/København/Köln: Brill.

Reichmuth, Stefan. 1983. Der arabische Dialekt der Shukriyya im Ostsudan. Hildesheim/Zürich/New York: Georg Olms.

Roth-Laly, Arlette. 1969-1972. Lexique des parlers arabes tchado-soudanais. Paris : CNRS.

Roth-Laly, Arlette. 1995. “La particule comme opérateur stylistique dans quelques énigmes arabes maghrébines”, Studia Orientalia 75. 217-227.

Saada, Lucienne. 1981. Etudes sur le parler arabe de Tozeur (Tunisie). Paris : Geuthner.

Taine-Cheikh, Catherine. 1999. “Eléments d'anthroponymie maure : enjeux et significations du nom d'ego”, Littérature orale arabo-berbère 27. 167-206.

Taine-Cheikh, Catherine. 2010. “The role of the Berber deictic and TAM markers in dependent clauses in Zenaga”. Bril, Isabelle (éd.), Clause Linking and Clause Hierarchy. Syntax and pragmatics. Amsterdam/Philadelphia, Benjamins. 355-398.

Wellens, Ineke. 2003. An Arabic Creole in Africa. The Nubi Language of Uganda. Leiden: Brill.

Wilmsen, David. 2013. “Grammaticalization of the Arabic Demonstrative iyyā- as a Pronominal Object Marker in Ditransitive Verbs: An answer to Bravmann”, Journal of Semitic Studies 58/1. 149-167.

Woidich, Manfred. 2006. Das Kairenisch-Arabische. Eine Grammatik. Wiesbaden: Harrassowitz.

Notes

1 À noter, l'existence possible d'une troisième subdivision, intermédiaire entre les deux autres, celle de «self-apostrofization» (Badawi & Hinds 1986 : 960).

2 Cf. l'emploi de yaah? ‘yes?’, en réponse à un vocatif, relevé dans le ḥassāniyya du Mali (Heath 2004 : 288).

3 Il existe en Mauritanie un curieux patronyme porté, entre autres, par Aḥmed Fāḍəl ould Yā-Moḥammed. La présence de ce devant le prénom masculin le plus porté chez les Maures (cf. Taine-Cheikh 1999 : 174) s'explique peut-être par un emploi générique comparable de Moḥammed.

4 Il serait intéressant de savoir dans quelle mesure ces valeurs sont spécifiques à ce corpus particulier — comme l'est peut-être aussi l'emploi de avec un adjectif de couleur.

5 Le dictionnaire de Kazimirski (1860 : 73) donne un féminin ˀiyyāki.

6 Il précise : « Cette forme qui, étymologiquement, semble comporter un suffixe personnel, est invariable ».

7 Il en est de même dans l'ouest de l'Algérie où wâk remplace yâk (Madouni-La Peyre 2003 : 525) :

i) šeftî-h ki xrej, wâk ? ‘tu l'as vu quand il est sorti, n'est-ce pas ?’

ii) wâk, gult-ha l-ek ! ‘n'est-ce pas ? je te l'avais dit !’ (=je te l'avais dit, n'est-ce pas ?).

8 L'emploi de iyyāk en tête de proposition est possible mais dans le sens optatif (plus qu'interrogatif) vu en 2.2.

9 Au Soudan (Reichmuth 1983 : 122), le cas de ‘jeder, der’ constitue aussi une lexicalisation.

10 Des trois variantes, seule 'ya introduit optionnellement l'apodose (Wellens 2003 : 168).

11 Dans l'arabe de Juba, l'intonation basse sur le ya marqueur d'emphase (elle est très haute sur le terme qui suit) se distingue du pitch extra haut qui caractérise le ya du vocatif. D'autre part, l'intonation de yáwu, marqueur de focus informatif (≠ pré-supposé) diverge de celle de yawú, marqueur de focus ré-assertif.

12 Il s'agit d'un emprunt ancien au persan (Marçais & Guiga 1958-1961 : 4407).

Auteur

Catherine Taine-Cheikh

LACITO (CNRS, Universités Paris Sorbonne Nouvelle et Inalco)