Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Arabic Dialectology - Linguistic Descriptions

Les pseudo-verbes dans le dialecte de Benghazi : valeurs possessives et non possessives

Aisha Saad

Résumé

Cet article vise à étudier les valeurs possessives et non possessives des pseudo-verbes (désormais des relateurs) présentes dans le dialecte de Benghazi. L’ensemble des dialectes maghrébins, dont le dialecte de Benghazi fait partie, emploient le relateur ind dans la construction possessive. Néanmoins, les Benghaziens expriment aussi la possession par plusieurs autres relateurs qui ont à l’origine des valeurs différentes : comitative, dative, directionnelle et locative. Ces relateurs ont subi une évolution sémantique qui leur permet d’être employés comme expérientiels (ind, , ), existentiels (, ind), modaux (ind, šōr, ) et attributifs (ind, šōr, , , ma). Le recours à tel ou tel relateur dépend de facteurs sémantiques et syntaxiques. Nous nous interrogeons dans cet article sur la différence entre les relateurs dans leurs emplois possessifs et dans les valeurs qu’ils visent à remplir sous une perspective cognitive.

Note de l’auteur

Les exemples étudiés dans cet article sont extraits d’un corpus oral enregistré à Benghazi en 2015.

Cette étude fait partie de mon travail de thèse (en préparation) dirigé par Samia Naïm que je remercie infiniment pour les échanges d’idées toujours enrichissants, pour ses conseils précieux et pour le temps qu’elle a consacré à la relecture de cet article. Je remercie également Adam Benkato et Christophe Pereira pour leurs remarques pertinentes et leur aide bienvenue.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par l’emploi périphrastique, nous faisons allusion à Benveniste (1966).

1Dans son travail sur être et avoir, Benveniste (1966 :195) souligne que « kāna l-, “ être à”, représente en arabe la seule équivalence possible de “avoir” ». Cohen (1982-1983) note que la relation de possession est définie dans les langues sémitiques par des prépositions dont le choix de l’une d’elles porte des nuances. Ces prépositions nommées « prédicatoïdes » ou « pseudo-verbes », tiennent le rôle d’un prédicat dans des énoncés non-verbaux (cf. Cohen 1975, Hagège 1982). Ces pseudo-verbes sélectionnent donc les arguments et permettent d’exprimer la possession, l’appartenance et l’accompagnement en tant que prédicat et marquent par ailleurs la valeur périphrastique.1

1. Valeurs possessives

2Nous envisageons la construction possessive dans le dialecte de Benghazi par des schèmes cognitifs (Heine 1997). Suivant ces schèmes, le possesseur (désormais X), considéré comme le point de référence (Creissels 2006 : 143) est lié à l’élément possédé (désormais Y) par des relateurs. Selon le type de relateur, nous distinguons trois catégories de relation possessive à savoir locatives (1.1.), comitatives (1.2), et datives (1.3).

1.1. Les relateurs locatifs

1.1.1. Le relateur ‘ind

3‘ind est le relateur possessif le plus utilisé dans le dialecte de Benghazi. Il revêt plusieurs valeurs. Dans un énoncé non verbal, il subit les contraintes de l’ordre des mots et de la définitude (Cohen 1975, Comrie1986). La construction possessive (1) avec ‘ind se réalise par la focalisation du prédicat « ind- » et par l’indéfinitude du sujet (Ibid.).

4Dans le dialecte de Benghazi, comme dans d’autres dialectes arabes, la construction possessive avec ‘ind est représentée selon ce schème : chez X (est) Y (cf. Naïm 2003). Ce prédicatoïde permet d’exprimer toutes les notions sémantiques de possession : aliénable, inaliénable et abstraite. Il est attesté dans les constructions métaphoriques où Y est représenté par une partie du corps (2) qui est nécessairement indéfini.

1.1.2. Le relateur

5 est un locatif qui se distingue de la préposition ‘ind par le fait qu’il réfère à un objet localisé dans un contenant bien délimité (3). Le possesseur est nécessairement représenté par un pronom affixe suffixé au relateur (4) dans l’ordre : Dans X est Y.

6L’emploi possessif de fī implique que X soit inanimé. En revanche, lorsque le possesseur est animé, la relation attestée est de type attributif (5).

1.2. Les relateurs comitatifs

1.2.1. Le relateur m‘a

7L’encodage avec le relateur possessif m‘a implique le paramètre de la contiguïté spatiale (Naïm 2003 : 362) selon lequel l’élément possédé est présent physiquement avec le possesseur lors de l’énonciation suivant cet ordre : avec X (est) Y. Notons que pour désigner la possession, le terme possédé introduit par le relateur m‘a doit obligatoirement être inanimé (6), alors qu’avec un terme animé, on obtient un sens d’accompagnement (7) :

8m‘a n’est donc pas compatible avec la possession inaliénable et son usage possessif dans le dialecte de Benghazi est occasionnel. En effet, il apparaît le plus souvent sur les marchés sous l’influence des commerçants égyptiens, comme dans (8) :

1.2.2. Le relateur

9La construction possessive avec le relateur bī prend une forme structurelle différente de celles attestées en arabe classique, ainsi que dans les travaux sur les dialectes arabes maghrébins et orientaux (cf. Marçais 1977 : 216, Feghali 1928 : 941). Toutefois, cet emploi est attesté dans certains dialectes arabes, comme ceux de Mauritanie en Hassāniyya (Taine-Cheikh 2006), du Tchad et de Sukriyya (Procházka 1993 : 109).

  • 2 Son usage est fréquent lorsque nous faisons l’éloge d’un prétendant, par exemple.

10 encode différentes notions de possession ; aliénable, inaliénable et abstraite suivant l’ordre X (est) avec Y. Son emploi sert à encoder deux relations dont l’une est possessive : l’exemple (9) montre que combine la valeur possessive et la notion d’accompagnement, alors que (10) révèle que bī, à part sa valeur possessive, sert à exprimer une valeur pragmatique, celle d’attribuer un bien à une personne avec une intention subjective 2 :

1.3. Les relateurs datifs

1.3.1. Le relateur 3

  • 3 Pour décrire la construction dative, nous nous sommes inspirée de Naïm (2009)

11est, dans le dialecte de Benghazi, le relateur datif par excellence. Il sert à exprimer la relation d’appartenance suivant l’ordre Y (est) à X. Il peut encoder des relations variées, notamment les notions aliénables (11). Il a également un usage, même s’il est peu fréquent, de prédicatoïde désignant la possession (12) :

1.3.2. Le relateur šōr

12En tant que relateur possessif, šōr est, selon nos connaissances, une particularité libyenne au sein des dialectes arabes. Il n’a été considéré comme possessif qu’en 2014 par Benkato. En revanche, comme préposition locative, ce terme d’origine bédouine (Marçais 1977 : 223) a déjà été relevé par Panetta (1932 : 294) et Iannotta (1933 : 113).

  • 4 Cette question sera l’objet d’une publication ultérieure.

13Son usage dans la construction possessive est tardif et implique qu’il y ait un processus de grammaticalisation de sa valeur locative4. Nous proposons ci-dessous par des exemples un possible chemin de šōr à partir de sa valeur directionnelle (13) vers son emploi en tant que relateur de possession (16), en passant d’un emploi réflexif (14) à une valeur modale (15). La valeur possessive de šōr suit l’ordre suivant : Y (est) vers X.

  • 5 Cette notion a été créée par Bally (1926) et développée par Creissels (1979) pour déterminer la rel (...)

14En effet, l’usage le plus connu de šōr dans le dialecte de Benghazi se manifeste dans l’expression « mūš šōr-ī : ce n’est pas mon affaire ». C’est sa forme affirmative qui a donné lieu à la valeur modale : šōr met en relation une entité abstraite avec la sphère personnelle5d’une personne, ce qui implique une prise en charge de cette entité. Le passage de l’emploi réflexif de šōr à l’emploi modal a donné naissance bien évidemment à une valeur d’appartenance.

2. Valeurs non possessives

15Nous retraçons ci-dessous quelques valeurs non possessives que les relateurs réussissent à établir.

2.1. Valeur existentielle

16L’énoncé existentiel dans le dialecte libyen de Benghazi est exprimé au moyen de qui assume cette fonction par excellence. Dans les constructions existentielles, le thème est nécessairement indéfini (Freez 1992 :941), comme dans cet exemple :

17Dans le dialecte de Benghazi, les constructions existentielles peuvent être également exprimées par le relateur ‘ind sans que l’indéfinitude soit une contrainte :

2.2. Valeur expérientielle

18On entend par des énoncés expérientiels des énoncés qui renvoient à l’état de l’expérient. ‘ind est le relateur le plus fréquent pour exprimer cette valeur, et il est compatible avec tous les types de maladies, c’est-à-dire passagères ou permanentes : ‘ind-ī ḥarāra « j’ai de la fièvre », ‘ind-ī əḍ-ḍaġət « j’ai de la tension ».

19Lorsque ‘ind se combine avec un terme défini désignant un organe intérieur du corps, contrairement à ce que nous avons vu dans (2), l’ensemble sert à marquer un sens expérientiel, tel que :

20Quant au relateur , il est opérationnel dans des contextes de maladies chroniques, tel que le diabète :

21Un troisième relateur est attesté dans le parler de Benghazi, il s’agit de qui sert à décrire l’état de santé d’une personne :

2.3. Valeur modale

22Cette valeur modale est assurée par trois relateurs, à savoir šōr, ‘ind et dont chacun exprime une notion modale : šōr (15) donne le sens de la prise en charge alors que ‘ind montre différentes valeurs modales avec deux structures syntaxiques différentes (2.3.1.). Quant au relateur (2.3.2.), il apporte une nuance modale située entre des notions différentes comme l’hésitation et l’interdiction.

2.3.1. Le modal ‘ind

2.3.1.1. ‘ind + construction nominale

23Selon cette structure ‘ind est suivi soit d’un substantif, soit d’une construction nominale pour exprimer la modalité déontique (22), la modalité subjective (23), la modalité aléthique (la non-permission) (24) et l’obligation avec un sujet inanimé (25) :

2.3.1.2. ‘ind + NEG + Interrogatif + Verbe

24‘ind sert aussi à présenter la modalité lorsqu’il est précédé d’une particule de négation et suivi d’un interrogatif et d’un verbe. Dans les constructions modales exprimées ci-dessous les interrogatifs dont ‘alīš, wēn, kēf véhiculent des sens différents et une valeur modale de l’empêchement. Cette structure composée d’un amalgame de deux propositions sert à exprimer l’absence de l’obligation (26), l’impossibilité (27), l’incapacité mentale (28) et l’impossibilité matérielle (29).

2.3.2. Le modal

25En ce qui concerne le relateur fī, il sert à exprimer le conseil dans cet énoncé :

2.4. Valeur attributive

26La valeur attributive est accordée par les relateurs lorsqu’ils se combinent avec des substantifs dénotant une qualité ou un défaut.

2.4.1. L’expression d’une qualité

  • 6 Le relateur sert aussi à marquer une qualité valorisante telle que dans la-h gader « à lui une v (...)

27La qualité morale est exprimée par les relateurs (31) et ‘ind (32)6 :

2.4.2. L’expression d’un défaut

28Le défaut peut être exprimé par le relateur ‘ind à condition que celui-ci soit suivi de la préposition ‘ala « sur » comme dans (33) :

29Le défaut est également exprimé par m‘a (34) avec un degré d’intensité différent de celui exprimé par ‘ind-‘ala : avec le relateur m‘a, le défaut est moins marqué :

30Le défaut se considère par ailleurs quasi-constitutionnel de la personne et est beaucoup plus marqué avec l’usage du relateur šōr :

31Quant au relateur , il est compatible avec les qualités et les défauts :

2.5. Valeur empathique

32On entend par valeur empathique, un emploi dans lequel le relateur prend une position thématique dans l’énoncé afin de véhiculer l’empathie et signaler l’implication et l’affectation (cf. Boisson 1987) du sujet dans la suite de l’énonciation (Ω), selon l’ordre syntaxique : REL+SN+ Ω. Dans ce type d’énoncé, la tête du syntagme nominal est généralement rattachée à la sphère personnelle du sujet (37) de sorte qu’un terme étant communément hors de la sphère personnelle rend l’énoncé non acceptable (38) :

33Le relateur m‘a sert aussi à exprimer cette valeur en étant suivi par l’indéfini waḥad. L’ensemble m‘a- waḥad comme en (39) montre que la personne en question appartient au groupe d’amis ou de collègues et montre par ailleurs que le locuteur est témoin de la situation exprimée par la simple connaissance de la personne.

Conclusion

34La relation possessive est fonction de X et Y et de la nature de chaque relateur. ‘ind présente un usage large et omniprésent, alors que exprime la relation de partie-tout avec un sujet inanimé. implique des usages possessifs précis. et m‘a sont des comitatifs qui suivent des schèmes cognitifs différents. présente un emploi datif plus vaste que šōr qui est en évolution sémantique dans le dialecte, accompagnée d’un processus de grammaticalisation. Les six relateurs partagent des valeurs périphrastiques qui ne sont pas étrangères à leurs emplois originels. Les relateurs d’origine locative sont les plus modulables et les plus employés avec différentes valeurs notamment en tant que modaux.

Bibliographie

Benkato, A. 2014. The Arabic Dialect of Benghazi (Libya): Historical and Comparative Notes. Zeitschrift für Arabische Linguistik 59, 57–102.

Benveniste, E. 1966. Problème de linguistique générale. Paris : Gallimard.

Boisson, C. 1987. « Anglais have, français avoir et l’empathie ». La transitivité, domaine anglais, Travaux du CIEREC LII, université de Saint-Etienne, 155-180.

Cohen, D. 1975. « Phrase nominale et verbalisation en sémitique ». Mélanges linguistiques offerts à Emile Benveniste, Paris. 87-98.

_______. « Hébreu, araméen et sémitique comparé ». École pratique des hautes études. 4e section, sciences historiques et philologiques. Livret 2. Rapports sur les conférences des années 1981-1982 et 1982-1983. 1985. 58-59

Comrie, B.1986. « The Possessive Predicate in North Vernacular Arabic ». The Fergusonian Impact, Volume 1, From Phonology to Society, Mouton de Gruyter Berlin. New York. Amsterdam, 197-210

Creissels, D. 2006. Syntaxe générale, une introduction typologique 1, catégories et constructions. Lavoisier.

Feghali, M. 1928. Syntaxe des parlers arabes actuels du Liban (Bibl. de l'École des Langues orientales vivantes), Paris.

Freeze, R.1992. « Existentials and Other Locatives », Language 68, 553–95.

Hagège, C. 1982. La structure des langues. Paris : Presses universitaires de France.

Heine, B. 1997. Possession: Cognitive Sources, Forces, and Grammaticalization. Cambridge University Press.

Iannotta, E. 1933. L’arabo parlato in Cirenaica: nozioni di grammatica, vocaboli vari, saggio di composizioni beduine in prosa e in versi. Bengasi: Litografia del Governo, Governo della Cirenaica, Ufficio Studi, Tip. Pavone

Marçais, P. 1977. Esquisse grammaticale de l’arabe Magrébin, Paris : Librairie d’Amérique et d’Orient. 

Naïm, S. 2003. « La prédication possessive et l’émergence d’Avoir en arabe oriental ». Bulletin de la Société de linguistique de Paris, 98 (1), 359-383.

______. 2009. « Possessive Genitive, Dative Construction and TAM Categories ». Journal of Semitic Studies, Oxford University Press (OUP), 181-194.

Panetta, E. 1943. L’arabo parlato a Bengasi. I Testi con traduzione e note. II Grammatica (Grammatiche e lessici delle lingue dell’Africa italiana). 2 vols. Rome, Libreria dello Stato.

Prochazka, S. 1993. Die Präpositionen in den neuarabischen Dialekten, Wien : VWGÖ.

Taine-Cheikh, C. 2008. « De l'expression de la cause et de la causalité dans l’arabe de Mauritanie », Procházka, Stephan & Ritt-Benmimoun, Veronika (eds.), Between the Atlantic and Indian Oceans. Studies on Contemporary Arabic Dialects. Proceedings of the 7th AIDA Conference, held in Vienna from 5-9 September 2006. Wien: Institut für Orientalistik der Universität Wien. 423-436.

Notes

1 Par l’emploi périphrastique, nous faisons allusion à Benveniste (1966).

2 Son usage est fréquent lorsque nous faisons l’éloge d’un prétendant, par exemple.

3 Pour décrire la construction dative, nous nous sommes inspirée de Naïm (2009)

4 Cette question sera l’objet d’une publication ultérieure.

5 Cette notion a été créée par Bally (1926) et développée par Creissels (1979) pour déterminer la relation de l’association des entités à la sphère personnelle d’un individu.

6 Le relateur sert aussi à marquer une qualité valorisante telle que dans la-h gader « à lui une valeur ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/4755/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

Auteur

Paris III – LACITO

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access