Euphémisme et/ou violence verbale féminine. Sur le comportement langagier de jeunes filles cairotes

Sherin Rizk

Résumé

Si la « violence verbale » est une transgression des tabous langagiers, « l’euphémisme » est un moyen de les contourner. L’étude de ces deux concepts dans ce qu’on appelle « le langage des jeunes » est intéressante dans la mesure où elle pose la question de son « caractère masculin ». J’aborde la question des pratiques langagières des jeunes de ce nouvel angle qu’est le sexe en mettant à l'épreuve l'hypothèse de la politesse du langage des femmes auprès de groupes de jeunes filles cairotes. J’ai cherché mes réponses à travers un guide d’entretien semi-directif formé à la lumière de données collectées sur le journal du Facebook de certains internautes. Un questionnaire copiant ce guide d'entretien sous forme de questions fermées a facilité le traitement statistique des données.

Introduction

1Cet article présente les grandes lignes d’une étude sociolinguistique comparative, mais dû à la nature de cette conférence je ne présenterai que des exemples de la langue « arabe ». Les enquêtées françaises ne seront mentionnées que pour des buts comparatifs. J’ai mené une enquête en 2003 / 2004 auprès de jeunes étudiant(es) cairotes sur les procédés de formation du langage des jeunes et les attitudes sociolinguistiques à son égard (Rizk 2007). J’ai conclu que l'aspect du lexique perçu comme agressif et inapproprié pour une fille a causé une forte stigmatisation de celles qui utilisaient ce langage. Cela explique pourquoi peu de mes enquêtées à ce temps-là se sont affichées comme usagers de ce langage même si elles l’utilisaient effectivement. C’est ainsi que mon intérêt s'est dirigé vers le lien violence verbale et femmes cherchant à répondre à ces questions : Est-ce que les filles ont recours à un langage poli et euphémique ou peut-on parler de "violence verbale féminine" ? Et si les filles adoptent un langage « violent », partagent-elles les mêmes catégories de violence verbale avec les jeunes garçons ?

1. « Gender studies » et différences sexolectales

2L'hypothèse de la politesse du langage des femmes liée au début au nom de Labov (1966, 1976) était reprise par beaucoup d'études linguistiques de différentes langues. Elle parle d’un langage féminin plus normé, plus poli et plus conservateur que celui des hommes. Pour comprendre les facteurs qui régissent le comportement langagier des femmes, j’ai classé les différentes interprétations apportées à cette hypothèse en 3 catégories. Cette classification différente de celle présente dans quelques ouvrages clefs sur la variation sexolectale (Cameron 1995, Bucholtz 2004) me parait plus représentative des études effectuées sur la question. La première interprétation adoptée par Labov (1966, 1976) et Robin Lakoff (1975) mais également par beaucoup d'autres linguistes parle de l'insécurité sociolinguistique des femmes et de leur subordination sociale et économique surtout celles qui ne sont pas entrées sur le marché du travail. Ce peu de pouvoir qu'elles ont dans la société les poussent à adopter un langage très poli et plus proche de la norme comme stratégie de mobilité sociale. La deuxième interprétation trouve les femmes biologiquement plus développées que les hommes en ce qui concerne les fonctions linguistiques, c'est pourquoi leur langage est plus normé et plus poli que celui des hommes (Chambers 1995). La troisième, particulièrement utile dans mon analyse, était celle de la différence socioculturelle. Selon cette interprétation, il y a une différence de comportement communicatif et éducatif de la part des parents envers les enfants selon leur sexe. Cette éducation parentale fait écho à des pressions sociales qui favorisent cette différence sexolectale (Maltz et Borker 1982, Tannen 1986). Qui n’était pas témoin, sinon producteur, d'énoncés comme « ne pleure pas comme une fille, ne crie pas comme un garçon, parle bien et ne dis pas de gros mot t'es une fille ».

2. Collecte des données (2014 – 2015)

3J'ai collecté premièrement des données sur le journal du Facebook de certain(e)s internautes en me reposant sur la méthode d'observation participante. Ensuite en utilisant ces données j'ai formé un guide d'entretien composé de "déclencheurs". Ces questions semi-directives accompagnées de citations, d’images ou même de vidéos ont « déclenché » des débats incitant les enquêté(e)s à parler en favorisant les confrontations discursives entre eux. A travers ce guide d’entretien, mes assistantes techniques ont enregistré elles-mêmes leur groupe d'ami(e)s, en s'appuyant sur la technique de « sessions de groupe » (Gumperz 1989). Cette technique permet de collecter des conversations assez authentiques puisque la chercheuse n'est pas présente lors de l'enregistrement. Un des déclencheurs a permis d’étudier l’évaluation de l’enquêté(e) de son propre comportement linguistique en indiquant s’il utilise ou non telle ou telle expression. De plus, l’enquêté(e) devrait ajouter si telle expression est plus dite par une fille ou par un garçon, ce qui a permis d’étudier les attitudes sociolinguistiques et les attentes sociales à l’égard de ces pratiques langagières. Le guide d'entretien contenait également des questions sur le point de vue des enquêtés sur les femmes usagers de ces pratiques langagières « violentes », l’éducation sociolinguistique des filles et des garçons, le rôle du cinéma et des médias dans la diffusion ou la création de ce genre de violence verbale et le taux de liberté d’expression dans les médias sociaux comme Twitter et Facebook. Mon troisième genre de corpus était un questionnaire qui copiait en quelques sortes le guide d'entretien sous forme de questions fermées pour faciliter le traitement des données avec un logiciel statistique comme SPSS (Statistical Package for the Social Sciences).

3. Catégories de violence verbale

4« L’euphémisme est la manifestation d’un tabou » (Tournier 1985: 261). Il parait comme une phase intermédiaire entre ce qui est dit et ce qui n’est pas dit. Cette manière de voiler le signifiant perçu comme choquant laisse apparaitre un de ses éléments permettant de le décoder par l’interlocuteur intégré. Et comme l’affirment D. Jamet et M. Jobert « l’euphémisme se situerait donc clairement du côté de la politesse linguistique » (2010 : 17). Cela le met de l’autre extrémité de la violence verbale. C’est pourquoi je ne pouvais pas étudier la violence verbale séparément de l’euphémisme. J'ai pris appui sur l'analyse des catégories de violence verbale de Pierre Guiraud (1975), qui a classifié les gros mots en blasphèmes, sexe et excréments. J'ai ajouté une quatrième catégorie que j'ai appelée dégradation de l’autre et qui comprend toutes assimilations animalières et toutes imperfections physiques et morales. Pour faciliter l'analyse des données, les énoncés étaient présentés dans le guide de l’entretien sous une forme dichotomique : l’expression ou le mot tabou et son euphémisme. Je ne présenterai ici que deux exemples de chaque catégorie.

3.1. L’euphémisme détourne-t-il le blasphème ?

5Maudire les parents ainsi que les morts est un blasphème dans la religion islamique. Dans le guide d’entretien arabe, sont conçus comme blasphématoires les énoncés yel‘an abū ellī gāba-k (littéralement = que Dieu maudit le père de celui qui t’a engendré) et lāzem teštem fī maītīn om el-fēlm  (littéralement = devrais-tu insulter les morts de la mère du film). L’expression maītīn est souvent utilisée par aphérèse du juron yel‘an maītīn = maudit soit les morts de… Lors des enregistrements, les enquêtées nient tout recours à ce genre de blasphèmes, selon elles, « violent » et donc « masculin ». De même, l’expression dīn abū n’est que l’abréviation du juron yel‘an dīn abū (= maudit soit la religion du père de…). Cette expression abrégée subit un processus d’euphémisme par substitution du /n / en /k/ pour donner dīk abū. L’expression, même sous sa forme euphémique, est conçue par nos enquêté(e)s comme un usage linguistique masculin.

3.2. La dégradation de l’autre, entre violence et connivence

6À chaque société ses normes et ses idéologies. De plus, une même comparaison peut avoir un sens ambivalent au sein du même groupe. Comparer quelqu’un à des chaussures est injurieux que ce soit en arabe dialectal ou en français. Pour certains usagers, la même insulte, ainsi que beaucoup d’autres, peuvent être une marque d’affection et de connivence si elles sont adressées à quelqu’un du groupe. Dazma est l’euphémisme de gazma (= chaussure), par déformation formelle en substituant /g/ par /d/. Le locuteur tend ici à atténuer le mot pour marquer la connivence et ne laisser aucune équivoque. L’usage fréquent de cet euphémisme peut être lié au film « jeune » ṣe‘īdī fi-l-gām‘a el-amrīkīa (1998). Le héros prononce l’insulte de cette manière à cause de son origine ṣa‘īdi (c.-à-d. provenant de la Haute Égypte). Nos enquêtées admettent l’usage de l’insulte euphémisée pour un but ludique avec des personnes très proches. Elles lient le recours à cet euphémisme à un autre film « jeune » el-lembī (2002) qui, en fait, a été beaucoup critiqué à cause du langage utilisé par le héros. C’est un simple exemple du rôle que jouent le cinéma et les médias en général dans la légitimation de l’usage d’un tel langage.

7Malgré son effet injurieux, nous pouvons entendre l’expression ebn el-kalb (=fils du chien) dans beaucoup de films arabes et de séries télévisées. Mais cela n’empêche que certains cherchent à réduire l’effet « violent » en altérant les phonèmes /b/ et /l/ ebn el-kābl (littéralement= fils de câble ». On doit se demander si la présence de cette expression verlanisée dans la série théâtrale télévisée tīātrū maṣr (2014) est celle qui a entamé cet usage ou au moins a contribué à sa diffusion. Un autre moyen pour atténuer l’expression ebn el-kalb est d’utiliser l’emprunt anglais puppy (= petit du chien) prononcé en arabe būbī comme dans l’énoncé euphémique ebn el-būbī. L’emprunt en général permet d’atténuer l’effet « tabou » d’un mot surtout s’il provient d’une langue considérée par la société en question comme plus élégante et plus raffinée (Chamizo-Dominguez 2005). Tous nos enquêtés soulignent qu’il s’agit d’un terme à usage féminin. Nos observations ethnographiques variées attestent la présence d’une version utilisée plus par les hommes : welād ed-dog.

3.3. La scatologie : gros mots et euphémismes

8Dans la catégorie scatologie, le mot ḫarā (=merde) est le Tabou par excellence. ḫarā occupe les mêmes fonctions diverses que son équivalent français merde. Ce gros mot qui réfère à la matière fécale peut être utilisé comme une interjection qui marque la dépression et le mécontentement comme dans l’expression ḫarā es-senīn (littéralement = merde des années). Et il devient une insulte dès qu’il vise à qualifier quelqu’un pour lui montrer qu’il est sans valeur enta ḥetet ḫarā (littéralement = tu es une espèce de merde). Nos enquêté(e)s affirment l’usage masculin du terme.

  • 1 Cela fait partie de la part de subjectivité nécessaire pour la construction du corpus et acceptable (...)

9Bībī référant à l’urine est la prononciation arabe du mot français pipi. Il peut également être un redoublement de l’emprunt anglais monosyllabique pie. Cet euphémisme appris à beaucoup d’enfants égyptiens est dit aisément depuis longtemps dans beaucoup de films d’où l’usage mixte attribué au terme. Il faut dire qu’en préparant le guide de l’entretien, j’avais choisi de ne pas y insérer l’équivalent non euphémique yešoḫ (= uriner) malgré l’avoir rencontré maintes fois lors de la collecte du corpus1. Or, j’étais étonnée d’entendre l’héroïne du film wāḥed şaḥīḥ (2011) dire anā ḫarā (=je suis une merde) et abū šaḫa (littéralement = le père du pipi c-à-d. celui qui a fait le pipi) pour parler de quelqu’un sans valeur. Cette expression dégrade l’autre en laissant entendre qu’il est idiot et immature comme un enfant qui a mouillé sa culotte. On peut entendre d’autres termes violents dans la bouche des acteurs du film. L’effet sur le spectateur est fort surtout que ces derniers jouent le rôle de personnes très riches, adorables et réussies.

3.4. Le sexe : tabou des tabous

10Attaquer l’honorabilité de la mère de quelqu’un est la forme la plus crue de l’insulte. En Egypte, qualifier la mère de quelqu’un de wesḫa (= sale) c’est l’accuser d’être une femme sale qui cherche sans cesse son plaisir sexuel. L’adjectif présent dans différents énoncés garde son aspect érotique désignant ou non une certaine femme. Cela explique pourquoi les enquêté(e)s lui attribuent un usage masculin, surtout dans l’expression welād el-wesḫa équivalente à fils de pute. Pour certaines personnes, wesḫa est devenu un adjectif presque tabou chargé de cet aspect érotique du sens figuré. Ces personnes optent pour la litote meš neḍīfa (= qui n’est pas propre) pour éviter l’adjectif wesḫa. Cette substitution sémantique devient pour certains usagers un euphémisme de prostituée. Ainsi l’expression ebn el-mara ellī meš neḍīfa (littéralement= fils de la femme qui n’est pas propre), énormément utilisée sur la toile, est l’équivalent de fils de pute. Un autre moyen d’atténuer l’aspect violent et érotique de l’adjectif wesḫa est d’utiliser son emprunt anglais dirty. Fils de pute devient donc ebn el-mara ed-dīrtī. Ici, l’emprunt ne cherche pas vraiment à préserver la face de l’autre atteinte par le sens même de l’expression mais il préserve la face du locuteur même. Ne voulant pas être stigmatisé et jugé comme vulgaire, on a recours à l’emprunt pour montrer qu’on est assez cultivé faisant partie de l’élite qui utilise cette langue « élégante ». Nos enquêtés trouvent que l’énoncé où apparait l’adjectif emprunté dirty est plus utilisé par des filles que par des garçons.

4. Néologisme : bīp, tīt, no’aṭ …euphémismes passe-partout

11Avant de passer aux résultats de l’enquête, il est intéressant de savoir que les jeunes égyptiens ont créé un néologisme euphémique que nous considérons « passe-partout » : tīt équivalent à bīp en France. Ce néologisme est une onomatopée évoquant un son utilisé souvent dans les médias pour censurer un mot ou un énoncé conçu comme vulgaire ou choquant. Certains euphémismes acquièrent le même aspect tabou des expressions qu’ils remplacent. Leur usage est donc parfois évité par certains locuteurs comme tarīḍ, dīk, … A l’encontre de ces euphémismes, tīt et bīp paraissent comme des euphémismes neutres, qui préservent la face du locuteur et de l’interlocuteur en même temps. Cela explique l’usage fréquent de tīt par les deux sexes selon nos enquêtées. No’a est un euphémisme pareil. C’est une production orale de signes typographiques (astérisques ou points de suspensions) utilisés souvent par des internautes comme procédé euphémique pour camoufler complétement ou partiellement un mot. Cet euphémisme est le titre d’une chanson de Ramy Essam connu parmi les jeunes comme un des emblèmes révolutionnaires à cause de la nature de ses chansons. Les lexèmes remplacés par no’aṭ no’aṭ varient chaque couplet. Par exemple, dans un des couplets il chante we teṭalla‘ū no’aṭ no’aṭ ahalīnā (littéralement = vous faites sortir point point nos parents). Un interlocuteur natif initié pourrait facilement comprendre que les points remplacent dīn (= religion). Il s’agit donc ici de camoufler l’énoncé blasphématoire yeṭala‘ dīn (pousser quelqu’un à renoncer à la religion). Nous trouvons ce genre d’euphémisme « interactif » dans la mesure où il appelle l’interlocuteur à remplir les espaces vides.

5. Résultats

12Les résultats de l’enquête quantitative (comprenant 58 répondants dont 34 sont des femmes) font échos à ceux de l’enquête qualitative (basée sur 5 heures d’enregistrement avec 19 enquêtés, 16 femmes et 3 hommes). Les enquêtes montrent que les femmes insultent tout comme les hommes, même si cela est à plus basse fréquence. De plus, le recours à l’euphémisme comme stratégie de politesse n’est pas exclusif aux femmes même si elles le privilégient. Comme on peut le voir également sur ce tableau le taux d’usage des filles d’une catégorie de violence verbale et une autre diffère dans les deux sociétés (française et égyptienne), ce qui est logique puisque chaque société a ses propres tabous (tableau 1).

13Une des conclusions de ces enquêtes est que les filles égyptiennes tendent plus à camoufler le mot tabou, soit par emprunt soit par substitution formelle ou sémantique, tandis que les enquêtées françaises cherchent à amoindrir l’effet des gros mots à travers la forme impersonnelle (dire par exemple ça me fait chier au lieu de tu me fais chier) ou par le passage d’une catégorie de violence verbale à une autre (dire par exemple fils de chien au lieu de fils de pute). De plus, les filles françaises éprouvent la nécessité d’accommoder leur langage selon la relation qu'elles ont avec leur interlocuteur tandis que les filles égyptiennes tendent plus à changer leur langage selon le sexe de l’interlocuteur plutôt que leur relation avec lui. J'ai prouvé également que le taux d’usage des énoncés euphémiques augmente lors des conversations mixtes comparativement à une augmentation du taux d'usage d'énoncés non euphémiques lors des conversations unisexes cela en France tout comme en Egypte. Ce qui permet de conclure que l’euphémisme est un facteur important d’accommodation, dans la mesure où il permet aux locuteurs de modifier leur production en fonction du sexe de leur interlocuteur.

6. Construction de l’idéologie linguistique

14D'après l’analyse, trois facteurs ont une influence directe sur le langage des filles et contribuent à expliquer le recours de certaines jeunes filles à des pratiques langagières marquées. Prenons un par un.

6. 1. Famille, école et attentes sociales

15À travers la famille et l'institution scolaire, les filles apprennent les normes sociolinguistiques prescrites pour leur sexe et apprennent également que celles qui ne suivent pas ces normes risqueront d'être stigmatisées. Cette recherche prouve que l’usage de la violence verbale est partagé par les femmes et les hommes. L’apport de cette recherche est qu'elle montre que la différence réside sur le plan idéologique plutôt que linguistique. Tous les enquêtés français se sont montrés prêts à adopter la même éducation pour leurs enfants quel que soit leur sexe alors que la moitié seulement des enquêtés égyptiens adoptent ce point de vue. Le reste des enquêtés égyptiens trouvent nécessaire d’éduquer les filles différemment des garçons. Il s'agit donc d'un changement d’attitudes sociales à un degré plus élevé en France qu’en Egypte. Ce sont 31, 58 % des répondants hommes comparativement à 76, 92 % des répondantes femmes qui encouragent cette éducation non discriminatoire. Cet écart entre les 2 chiffres montre une volonté très ferme de la part des femmes égyptiennes à changer cette idéologie sociolinguistique dominante. Selon elles, cette éducation est injuste puisqu’elle ne cherche pas à contrôler le flux de gros mots dans la bouche des garçons, tandis que l’usage d’énoncés violents par une fille met en risque sa réputation. En ce sens, une étude sur les différences de comportement communicatif des parents selon le sexe de leur enfant semble intéressante surtout dans le monde arabe où ces recherches sont rares si elles ne sont pas absentes.

6.2. Prestige latent et fréquentation

16Cette recherche montre qu'en Egypte tout comme en France, les jeunes femmes qui ont recours à des mots socialement conçus comme violents, le font pour des buts ludiques mais aussi identitaires. Certaines enquêtées ont admis avoir recours à de telles pratiques langagières violentes par provocation. Elles cherchent à bouleverser ces normes et ces représentations sociales déjà établies. Ces pratiques langagières violentes sont leur moyen d'éprouver des liens de complicité avec les membres du groupe de pairs (Nous/ Nous) (ce que R. Nicolaï (2000) appelle clôture positive) et en même temps elles se démarquent du groupe de l’autre que constituent l'école et la famille (Nous/ Eux) (clôture négative). Cela explique pourquoi on trouve des jeunes filles et garçons qui utilisent entre eux des termes injurieux sans troubler la conversation comme entī ya gazma waḥaštīnī en Egypte ou le fameux « t'es con » en France. Toutes pratiques langagières hors-norme ont ce que Labov appelle un prestige latent qui les associent à des valeurs de solidarité, d'humour et de franchise. C'est pourquoi je n'étais pas étonnée quand mes enquêtées françaises et égyptiennes ont affirmé être plus à l'aise avec les garçons trouvant les conversations plus directes, simples et pleines d’humour. J'ai conclu que cette fréquentation mixte est en corrélation directe à l’usage de pratiques langagières violentes par les filles. En d’autres termes, plus une fille a des amis garçons, plus elle a recours à des pratiques langagières violentes.

6.3. Médias : légitimation et homogénéisation

17L’une des conclusions de cette recherche est le rôle des médias dans la transformation de la culture juvénile en culture générationnelle. Et ce rôle semble être plus évident en Egypte qu’en France. La diffusion d’un terme « tabou » dans les films et les différentes émissions télévisées donne une sorte de légitimation à son usage et transmet ces pratiques langagières à toutes les classes sociales, de tout sexe et de tout âge, ce qui crée une sorte d'homogénéisation de la langue. Ainsi les filles utilisent les pratiques langagières violentes autant que les garçons et les couches cultivées commencent à s’approprier les particularités du parler des couches modestes de la population dans le but de paraitre « franc, spontané et sans façons » (Dubois 1994 : 372). Je me permets alors de parler d'un changement en cours où le prestige latent de ces pratiques langagières hors normes devient en quelques sortes un prestige ouvert, déclaré. Il serait intéressant de mener une recherche étudiant ce changement en cours. Les jeunes usagers de pratiques langagières particulières étaient présentés dans le cinéma des années quatre-vingt et bien avant comme délinquants et en échec scolaire. De nos jours, le cinéma présente les jeunes de ce qu’on appelle la génération Y (M. Serres 2012), génération de la nouvelle technologie, au langage marqué, hors norme ou même violent dans une image très positive. J'ai également conclu que les médias sociaux, plus que les médias audiovisuels traditionnels permettent une sorte de métissage socioculturel à cause de leur nature interactive et acheminent donc plus le langage vers la voie d’homogénéisation. Ce genre de supports permet des communications à mi-chemin entre oral et écrit, formel et informel, liberté d’expression et autocensure présentant ainsi une mine inexploitée de recherches.

18Zawrotna (2016) traite dans son article les mots tabous référant aux parties intimes du corps et les stratégies d’euphémisme utilisées pour les contourner. La méthode et la problématique sont différentes des nôtres. Son article traite seulement de la catégorie « sexe » tandis que le nôtre présente les différentes catégories des gros mots. Mais en fait, ces deux articles ont le mérite d’être parmi les rares études effectuées sur cette question dans le monde arabe contrairement au même type de recherches dans le domaine français. A mon avis, il y a encore plus à dire sur la violence verbale dans le langage des femmes, surtout arabes.

Bibliographie

Bucholtz Mary 2004. Language and Woman's Place: Text and Commentaries. New York: Oxford University Press.

Cameron Deborah 1995. Verbal Hygiene. London: Routledge.

Chambers Jack 1995. Sociolinguistic Theory. Linguistic Variation and Its Social Significance. Oxford- Cambridge: Blackwell.

Chamizo-Dominguez Pedro 2005. “Some Thesis on Euphemisms and Dysphemisms”, Studiac Anglicac Resoviensia 25. 9- 16.

Dubois Jean 1994. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage. Paris : Larousse.

Guiraud Pierre 1975. Les gros mots. (Que sais-je ?). Paris : PUF.

Gumperz John 1989. Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative. Paris : l'Harmattan.

Jamet Denis & Jobert Manuel (dir.). 2010. Empreintes de l’euphémisme. Paris: l‟Harmattan,

Labov William 1966. The Social Stratification of English in New York City. Washington : Center for Applied linguistics. En ligne sur http://idiom.ucsd.edu/~bakovic/variation/Labov-2006.pdf

Labov William 1976. Sociolinguistique. Paris : Ed. de Minuit.

Lakoff Robin 1975. Language and Woman’s place. New York: Harper and Row.

Maltz Daniel & Borker Ruth 1982. "A cultural approach to male-female miscommunication", J. Gumperz, Language and social identity. 196-216. En ligne sur http://ebooks.cambridge.org/chapter.jsf?bid=CBO9780511620836&cid=CBO9780511620836A017

Nicolai Robert & Bourlier-Berkowicz Juliette, 2000, « Feuilletage linguistique, stéréotypes et (re)constructions : réflexions sur les dynamiques d’élaboration normative », Actes du colloque France, pays de contact de langues. Tours.

Rizk Sherin 2007. “The Language of Cairo’s Young University Students”, Miller et al. (eds.), Arabic in the City: Issues in Dialect Contact and Language Variation. London-New York: Routledge. 291-305

Serres Michel 2012. Petite Poucette. Paris : Le Pommier.

Tannen Deborah 1986. That's Not What I Meant! How Conversational Style Makes or Breaks Relationships. New York : Ballantine.

Tournier Jean 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de 365 l’anglais contemporain. Paris – Genève : Champion-Slatkine.

Zawrotna Magdalena 2016. “The Use of Taboo-Related Words in Egyptian Arabic a Sociolinguistic Approach to (Im)politeness”, Grigore & Bituna (eds.), Arabic Varieties : Far and Wild. Bucharest: Université de Bucharest.

Notes

1 Cela fait partie de la part de subjectivité nécessaire pour la construction du corpus et acceptable dans toute recherche, subjectivité appelée par R. Nicolaï “paradoxe de l’archéologue” (2000)

Auteur

Sherin Rizk

Université de Helwan