Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Issues in Sociolinguistics: Contact and Change, Discourse Analysis, Cultural Practises, Mixed Styles and Written Sources

Le texte inédit de la première constitution mauritanienne écrite en ḥassāniyya en 1959. Historique et analyse des traits linguistiques du manuscrit

Ahmed Salem Ould Mohamed Baba

Résumé

En 1958, la Mauritanie devint une république autonome et se dota une année plus tard, le 22 mars 1959, d’une première constitution. Le pays obtint son indépendance de la France le 28 novembre 19601. Le texte de la première constitution fut traduit du français en ḥassāniyya et conservé dans un manuscrit inédit2 jusqu`à ce jour. Il semble que le texte fut traduit en ḥassāniyya afin qu’il soit connu par toute la population arabophone dans sa langue maternelle, le ḥassāniyya. Le texte fut manuscrit par Abdel Wahhab Ould Cheïguer en tant que membre du Comité de Rédaction de la constitution. L’article présente un historique des conditions socio-politiques dans lesquelles le texte fut traduit en ḥassāniyya et analyse les principaux traits linguistiques de ce texte juridique écrit en dialecte ; le code de l’écriture du texte dialectal et le vocabulaire ḥassāniyya utilisé pour rendre les termes juridiques ainsi que quelques échantillons du texte.

Texte intégral

1. Introduction

  • 3 « Colloquial Arabic poetry is a centuries-old practice with its earliest preserved written attestat (...)
  • 4 Corriente, F. 2013. Dīwān Aban quzmān al-qurṭubī « ʾIṣābat al-ʾaġrāḍ fī ḏikr al-ʾaʿrāḍ » ʾimām az-z (...)
  • 5 Wuld Aḥmad Sālim, S.-A et alii (éds.). 1996. Saddūm wuld Ndartu (1122-1710/1227-1812) Dīwān aš-šiʿr (...)
  • 6 Parmi les recueils de poètes ḥassān publiés : Hammām b. Muḥammad b. al-Muḫtār. 1978. Dīwān Hammām. (...)

1La présence ancienne de documents écrits dans les différents dialectes arabes est attestée de longue date, notamment pour la poésie. Nous en avons quelques exemples en al-Andalus (Booth, 1992 : 421)3 comme le Dīwān de Ibn Quzmān4. Dans le cas du ḥassāniyya, il existe des textes de la tradition orale mauritanienne qui ont été mis à l’écrit beaucoup plus tard que la période où ils ont été créés. C’est le cas du recueil de poésie ḥassān de Saddūm Wuld Ndartu (1710-1812) transmis oralement et édité et publié en 19965 et d’autres textes surtout de lə-ġnä “poésie populaire”6. Mais c’est la première fois que nous trouvons un texte juridique écrit en ḥassāniyya, lequel malgré son ancienneté était passé inaperçu jusqu’à présent. Cet intéressant document juridique est appréhendé ici en tant que source dialectologique où l’on peut découvrir les traits généraux du ḥassāniyya pratiqué dans les années 1960. Ce texte est le fruit des rapports entre la France et la Mauritanie notamment au moment de la décolonisation. Le texte original fut rédigé en français et il s’est largement inspiré de la Constitution française. Pour cette raison, nous allons présenter un bref historique de ces rapports.

2. Historique

  • 7 V. Wuld As-Saʿd, M. 2002.Imārat at-Trārza wa-ʿalāqātuhā at-tiǧāriyya wa-s-siyāsiyya maʿa al-faransi (...)
  • 8 Xavier Coppolani (1866 - 1905) fut le premier Commissaire du Gouvernement général en Mauritanie. V. (...)
  • 9 V.Ould Hamody, Mohamed Saïd. 1993. "Mauritanie : le face à face pluriséculaire avec l’Europe (1415- (...)

2Les contacts commerciaux entre la France et la Mauritanie remontent au XVIIIe siècle7. Il s’agissait généralement de pactes et d’accords ponctuels avec les émirats dans le cadre de la traite de la gomme arabique. Vers la fin du XIXe siècle, la France commença sa pénétration du territoire, rapidement suivie de l’arrivée des premiers administrateurs coloniaux français. Le premier qui s’installa fut Xavier Coppolani8 qui arriva au Bilād Ṣinqīṭ (ancien nom de la Mauritanie) en 18989. C’est lui qui proposa le nouveau nom du pays, la Mauritanie, qui fut approuvé plus tard.

  • 10 Désiré-Vuillemin, Geneviève. 1962. Contribution á l’histoire de la Mauritanie , op. cit. p. 94.

3Le 27 décembre 1899, le Ministère français des Colonies, en s’appuyant sur les rapports envoyés par Coppolani, remit au Gouvernement un projet de création d’une région appelée « Mauritanie Occidentale » pour « l’étude des conditions pratiques de réalisation »10.

  • 11 Désiré-Vuillemin, Geneviève. 1962. Contribution á l’histoire de la Mauritanie…, op. cit. P. 95.

4Le 30 décembre 1899 une décision ministérielle du gouvernement français organise sous le nom de « Mauritanie Occidentale » les régions s’étendant de la rive droite du fleuve Sénégal et de la ligne de Kayes et Tombouctou jusqu’ au Cap Juby, à l’ouest, c’est-à-dire jusqu’aux confins du Maroc et au nord jusqu’au Sud algérien11.

  • 12 Le territoire devient un protectorat sous le nom des pays mauritaniens du bas Sénégal par decret da (...)

5Un accord signé le 29 juin 1900 entre l’Espagne et la France établit les frontières de la Mauritanie qui sont toujours actuelles (Ruiz de Cuevas 1977 : 50)12.

6En 1920, la Mauritanie rejoint l’Afrique Occidentale Française (AOF), avec comme capitale administrative Saint-Louis du Sénégal.

7En 1946, elle devient un territoire d’Outre-mer. Horma Ould Babana fut le premier député mauritanien à entrer à l’Assemblée Nationale Française.

8En 1957, le premier Conseil de gouvernement, tenu sous la tente à Nouakchott, propose le transfert de la capitale de Saint-Louis à Nouakchott. Le décret est signé par la France la même année.

  • 13 Ould Bouboutt, A. S. 1989. “L’évolution des institutions de la République Islamique de Mauritanie”, (...)

9Le 28 septembre 1958, un référendum est organisé et la Mauritanie adhère à la « Communauté ». L’assemblée Territoriale se transforme en Assemblée Constituante et adopte la première constitution du pays qui est promulguée le 22 mars 195913.

10Le 28 novembre 1960, la Mauritanie proclame son indépendance.

11Le 20 mai 1961, une deuxième constitution est rédigée qui est une version modifiée de celle de 1959.

  • 14 “… le 15 janvier 1959, première reunion du Comité consultatif constitutionnel, dont les membres ava (...)

12La première constitution fut écrite par un Comité de Rédaction formé par les membres suivants : le professeur Ould Hamidoun ; Mohamed Moktar, dit Marouf ; Bouna Moktar ; Dembelé Tiecoura ; professeur Seurin ; Yahya Kane et Abdel Wahab Ould Cheïguer (Ould Daddah 2003 : 184)14.

13Le texte de cette première constitution traduite en ḥassāniyya est conservé sous forme de manuscrit aux archives nationales de Mauritanie de Nouakchott. Ce manuscrit inédit est celui que nous présentons ici. Au vue du texte, plusieurs questions se posent : pourquoi a-t-il été traduit et écrit en ḥassāniyya ? Qui l’a traduit ? Est-ce le Comité qui l’a rédigé, des membres de celui-ci ou Wuld aš-Šaygir dont le nom figure sur la couverture et à la fin du manuscrit ? Nous allons essayer de trouver des éléments de réponse à ces questions avant d’aborder l’analyse des traits linguistiques du texte.

2.1. Pourquoi le texte de cette constitution fut-il traduit et écrit en ḥassāniyya ?

  • 15 “Le 21 janvier [1959], le Gouvernement mis au point le programme de la tournée de présentation du p (...)

14C’est en lisant les Mémoires de Moktar Ould Daddah, premier président de la Mauritanie (1960-1978), que j’ai trouvé des données qui pourraient servir comme éléments de réponse à cette question. En effet, après avoir cité les noms des membres du Comité Consultatif constitutionnel et ceux du Comité de Rédaction, Ould Daddah affirme que le projet de la première constitution fut présenté au peuple mauritanien avant d’être approuvé (Ould Daddah 2003 : 184)15. Pour cela, une délégation dont il faisait lui-même partie visita tous les chefs-lieux de cercle du 11 au 23 février 1959. Il semble raisonnable que, pour pouvoir présenter un tel projet à un peuple qui ne parle pas le français, il fallait traduire le texte en arabe dialectal pour qu’il soit à la portée de toute la population arabophone.

15Une fois traduit et après l’avoir présenté aux populations mauritaniennes, le gouvernement aurait pensé qu’il serait utile de le diffuser para la radio et c’est à ce moment que le responsable du Service d’information à la Radio de Mauritanie aurait été chargé de cette mission.

2.2. ʿAbd al-Wahhāb Wuld aš-Šaygir, traducteur ou scribe ?

  • 16 Ould Daddah (2003 : 184) mentionne le nom de Ould Cheïguer comme membre du Comité Consultatif const (...)
  • 17 naqalahū, litt. : “il l’a copié”.
  • 18 katabahū litt. : “il l’a écrit”.

16Nous savons que Wuld aš-Šaygir16, au moment où il a écrit (ou traduit ?) le texte, était le directeur du Service des Informations, c’est la raison pour laquelle il semble que l’objectif était de diffuser le texte à la radio mauritanienne afin qu’il soit connu par le reste de la population que la délégation n’avait pas pu visiter. La couverture du manuscrit contient, outre le titre ‘dustūr mūrītānʼ, la phrase suivante : naqalahu17 li-l-ḥassāniyya wa-ḫaṭṭa-hu li-ttaṣwīr wa-ʾašrafa ʿalà ʾixrāği-hi ʿabd al-wahhāb aš-šaygir ‘traduit en ḥassāniyya, manuscrit pour être polycopié et édité par ʿAbd al-Wahhāb aš-Šaygir”. Et à la fin du texte, au folio 18, il est écrit ce qui suit : katabahu18 bi-l-ḥassāniyya wa-tawalla taṣḥīḥa-hu wa-taṣwīra-hu wa-ṭabʿa-hu mudīr maṣlaḥat al-ʾanbāʾ al-mūrītāniya as-sayyid ʿabd al-wahhāb ibn aš-šaygir ‘écrit en ḥassāniyya corrigé et polycopié par le directeur du Service des Informations de Mauritanie ʿAbd al-Wahhāb ibn aš-Šaygir”. Les verbes naqalahu et katabahu de ces deux énoncés semblent indiquer qu’il a écrit le texte en ḥassāniyya, mais pas qu’il l’ait traduit. Devant cette ambiguïté nous pouvons nous demander si c’était Wuld aš-Šaygir qui l’a traduit ou bien si c’était le Comité de rédaction cité plus haut qui s’était occupé de la traduction et Wul aš-Šaygir a agi en tant que scribe, et responsable, étant le directeur du Service des Informations de Mauritanie, de sa diffusion à Radio Mauritanie.

  • 19 Dans ce sens, il faut signaler ses collaborations avec le Centre IFAN Mauritanie où il publia son o (...)

17Sans trancher, on peut poser plusieurs hypothèses. La première est qu’il s’agit d’un travail commun entre l’historien et érudit Muḫtār Wuld Ḥāmidun, grand connaisseur de l’arabe classique et du ḥassāniyya dans sa dimension historique19 et Wuld aš-Šaygir et que ce dernier en serait le scribe et le chargé de sa diffusion à la radio. Une deuxième hypothèse est que la traduction soit l’œuvre du comité de rédaction ou de quelques-uns de ses membres avec une importante participation de Wuld aš-Šaygir. Mais, dans l’état actuel de la recherche, il n’est pas aisé d’affirmer que ʿAbd al-Wahhāb Wuld aš-Šaygir en soit le seul traducteur car le texte original en français a été rédigé par un comité. Il semble, par conséquent, raisonnable que la traduction soit aussi à la charge de plusieurs personnes, mais sans exclure, faute de preuve du contraire, que Wuld aš-Šaygir en aurait été le traducteur.

  • 20 La “Radio Nationale de Mauritanie”, créée le 27 juin 1958 à Saint Louis d’où elle émettra plusieurs (...)
  • 21 Selon le témoignage de l’un des premiers speakers mauritaniens qui commença à travailler dès la cré (...)
  • 22 Il y avait un programme de Radio Mauritanie qui neutralisait la campagne menée par ʿAllāl al-Fāsi r (...)
  • 23 La radio mauritanienne avait un bulletin d’information radiodiffusé quotidiennement dont des fragme (...)
  • 24 Le Parti du Regroupement Mauritanien (P. R. M.) de Moctar Ould Daddah qui deviendra plus tard le Pa (...)

18Wuld aš-Šaygir, indépendamment d’être le scribe ou le possible traducteur du texte était le responsable des Services d’Information à la « Radio Nationale de Mauritanie20 », radio qui joua un important rôle dans la politique du pays depuis sa création en 195821 et pendant les premières années de l’indépendance. Elle porta la voix du nouvel Etat et sa réalité dans les régions et campagnes les plus éloignées du pays et participa ainsi au programme de l’éducation des masses. La Radio Nationale de Mauritanie s’occupa de diffuser, outre en français et un arabe (standard et dialectal), dans les langues nationales (wolof, halpoular, soninké) des programmes d’information et de formation pour les populations du pays. Malgré ses moyens très limités, elle s’occupa aussi de faire connaitre aux mauritaniens les symboles du nouvel État, à savoir, l’hymne national (musique et texte) ; les grandes questions nationales (faire face aux revendications du Maroc sur le pays22) ; la diversité géographique et culturelle du pays ; les événements nationaux les plus importants (inaugurations, visites des hôtes illustres, etc.), etc. C’est dans le cadre de cet ambitieux projet de Radio Mauritanie que se situe probablement la diffusion du texte officiel en ḥassāniyya de cette première constitution23. À ceci s’ajoute l’intérêt du parti politique de l’époque (le P. R. M.24 de Ould Daddah) d’élargir sa liste d’adhérents au moyen de ce genre d’informations et de campagnes de sensibilisation. Tout en étant une question qui mérite d’être étudiée, ce qui importe à ce moment, c’est le manuscrit lui-même car il constitue – a priori- une importante découverte pour la dialectologie arabe.

2.3. Le manuscrit

19Le texte traduit en ḥassāniyya et manuscrit comprend une couverture et 18 folios qui contiennent le texte intégral de la première constitution mauritanienne du 22 mars 1959.

  • 25 La deuxième constitution du 20 mai 1961, en comparaison avec la première, comprend un préambule 9 t (...)

20Sur la couverture, il y a le cachet du Service des Informations appartenant à la Présidence du Conseil de Gouvernement de l’époque. Le texte comprend un préambule et 9 titres avec un total de 53 articles25.

La couverture contient le dessin d’un croissant et une étoile et un rectangle où figure en ḥassāniyya le titre :

دُسْتُور مُورِيتَان

constitution de la Mauritanieʼ.

Et en arabe standard :

نقله للحسانية وخطه للتصوير واشرف على إخراجه عبد الوهاب الشيكر

21Au folio 1, il y a un cachet en arabe standard avec le texte suivant :

الجمهورية الإسلامية الموريتانية رئاسة مجلس الحكومة ادارة الأنباء

‘République islamique de Mauritanie - Présidence du Conseil de Gouvernement - Direction des Informationsʼ.

22Le reste des folios contiennent le texte intégral en ḥassāniyya.

23À la fin du dernier folio, il y a le texte suivant en arabe :

كتبه بالحسانية، وتولى تصحيحه وتصويره وطبعه مدير مصلحة الأنباء الموريتانية السيد عبد الوهاب ابن الشيكر

‘écrit en ḥassāniyya corrigé et polycopié par le directeur du Service des Informations de Mauritanie ʿAbd al-Wahhāb ibn aš-Šaygirʼ.

3. Traits linguistiques du texte

  • 26 Ce genre diffère du type que l’on peut dénommer écriture anadalouse-šinqīṭī utilisée souvent au Trā (...)

24Le texte présente les traits linguistiques suivants :
a) Du point de vue de l’écriture : L’écriture de l’arabe dialectal pose des problèmes partout dans le monde arabe parce qu’il n’existe pas de code unifié, mais en ḥassāniyya, il y a eu plusieurs essais de codification notamment pour écrire la poésie populaire Ḥassān dont on trouve plusieurs recueils écrits comme signalé plus haut. Dans le cas du présent texte, le type d’écriture est maghrébin, car les graphèmes qāf et fāʾ portent respectivement un point suscrit et un point souscrit. Elle appartient au genre utilisé chez les étudiants de certaines Maḥaḍras mauritaniennes26.

  • 27 Dans d’autres cas, elle est remplacée par yāʾ, exemple : žärāyəm ‘crimes”, äṯnāy ‘durantʼ, etc. ou (...)

25Voici quelques éléments du code d’écriture utilisé en ḥassāniyya que l’on trouve dans le texte :
- Le phonème g est écrit avec le graphème ﯕ, exemple, الزرڭ ‘suffrageʼ, etc.
- La morphème du féminin, tāʾ marbūṭa, n’apparait pas comme dans دَوْلَ ‘étatʼ ; جُمهُورِيَ “république” ; المادَّ ‘l’articleʼ, etc. Ou il est souvent marqué avec le tāʾ ṭawīla ت, ابْعَزيمتُ ‘avec sa volontéʼ, شَخْصِيْتُ‘sa personnalité”, spécialement quand il y a une iḍāfa, : وَحْدَتْ اتْرَابُ ‘l’intégrité de son territoireʼ, etc.
- La hamza est souvent omise à la fin des mots,أعضا ‘membresʼ, mais parfois elle est écrite27, الأشياء ‘les chosesʼ.

26b) Du point de vue phonétique
-
Tout le texte, exception faite de quelques mots, est voyellé ce qui permet d’analyser les signes utilisés afin de les comparer avec ceux de la transcription :
- La fatḥa représente aussi bien le phonème a que le phonème ə, exemple مَتْوَكَّل mətwäkkäl ‘confiantʼ ; أَسَمْها äsəm-hä ‘son nomʼ ; تَطَوُّر taṭawwur ‘évolutionʼ, etc.
- La ḍamma peut représenter le phonème ə, كُلّْ kəll ‘toutʼ, etc.
- La diphtongue /aw/ est écrite ainsi dans le texte, افطَوْرْ f-ṭawr ‘dans l’étapeʼ.
- Les groupes de deux consonnes consécutives à l’initiale (CC-) est indiqué généralement au moyen du alif placé avant les deux consonnes, exemples : اعْلى ʿlä ‘surʼ ; ابْحَسَبْ b-ḥasab ‘selonʼ, etc.
- Le groupe de consonnes (– CC) final est marqué au moyen d’une šadda avec sukūn, exemple : إﯕدّْigədd ‘il peutʼ ; حَدّْ ḥadd ‘quelqu’unʼ ; كُلّْ ‘toutʼ, etc.
- La conjonction de coordination est écrite أُ ʾu devant consonne, exemple :أُتامِينْ ‘et la garantieʼ ; أُعَوَايْدُ ‘et ses traditionsʼ, mais avec wāw devant voyelle وَانُّ wa-annu ‘et qu’ilʼ.

27c) Quelques Aspects sémantiques et lexiques
En tant que premier texte légal écrit en dialecte ḥassāniyya, il représentait un défi pour le(s) traducteur(s). Néanmoins, son habileté et fidélité au texte français lui a permis de traduire le texte français en ḥassāniyya avec beaucoup d’exactitude en trouvant les expressions et les mots adéquats. Les termes juridiques ont été parfois traduits par des tournures et des paraphrases mūritān dawlä žumhūriyyä mā tnəqsäm ‘la Mauritanie est un État républicain, indivisibleʼ.

28Par ailleurs, les traducteurs ont profité d’un grand nombre de mots appartenant au fonds lexical historique de ce dialecte formé par les mots spécifiques de la culture Ḥassān dans cette traduction. En voici ci-après quelques exemples :
la Communauté est traduite par əl-žāmʿa ; la moralité, par l-ädäb ; välš ‘(question de) confianceʼ ; mälāmä ‘motion de censureʼ ;ʿlām ‘drapeauʼ ; šädd l-axbāṛ ‘les débatsʼ ; təštädd l-axbār ‘discuterʼ ; əd-däwāyər tətwällä äməṛ-ha mäžāləs maḥaliyyä ‘les cercles s’administrent par les conseils locauxʼ ; ḥadd mn-ähl ət-trāb ‘citoyen” ; v-äyd-u ‘il disposeʼ, exemple : v-äydu l-idāra u-quwwāt l-ämn ə-dāxili ‘il dispose de l’administration et des forces de sécurité intérieure’ ; yubārk mʿa … ‘il sera procédé à …ʼ ; tbäyyän žtihād-hä v-šhaṛ wāḥəd ‘elle doit se prononcer dans le délai d’un moisʼ ; zärg ‘suffrageʼ ; mästūr ‘secretʼ ; ṣāybä, (m. ṣāyəb) ‘vacant ; libreʼ ; yädən + pronoms suffixes ‘certainementʼ, exemple : yädənni nəštġal b-əṣ-ṣva… ‘certainement, je servirai loyalementʼ ; maḥadd + pronoms suffixes ‘pendant que …..ʼ, exemple : mā yəmkən l-ən-nəwwāb maḥadd-hum v-ən-niyāba ‘les députés pendant la durée de leur mandatʼ ; lä-ʿād mqaddmu ḥadd mn-ən-nuwāb ‘lorsqu’il est déposé par l’un des députésʼ.

29Nous trouvons également l’usage de mots anciens qui ne sont plus utilisés aujourd’hui : əl-xāwa ‘fraternitéʼ, (actuellement, on utilise ʾuxuwwa) ; zärg ‘suffrage ; voteʼ (actuellement, on utilise taṣwīt) ; ət-taʿlīm l-äwwäl w-əṯ-ṯāni ‘l’enseignement primaire et secondaireʼ (actuellement, on utilise taʿlīm ibtidāʾi u-taʿlīm ṯānawī par influence de l’arabe standard moderne), b-əṣ-ṣva ‘loyalementʼ (actuellement, on utilice bi-wafāʾ).

30Après 60 ans, ce texte nous permet de voir l’évolution phonétique de quelques mots, par exemple : Le mot أُوخَرْ ūxar telle qu’il est écrit se prononçait différemment de sa réalisation actuelle, äwxar.

  • 28 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français : Lexique des institutions, (...)
  • 29 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français…, op. cit. p. 63.
  • 30 L’usage de ces emprunts démontrent qu’ils étaient déjà intégrés à l’époque plus que les deux mots d (...)
  • 31 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français…, op. cit. p. 63.

31Malgré la présence de nombreux emprunts au français en ḥassāniyya28, la traduction du texte de la constitution ne contient que les trois suivants : dāʾira, särkäl29 ‘cercleʼ ; muḥāvđ̣a kummīn ‘communeʼ30 ; əl-bätānāt31 (< fr. patente) ‘impôtʼ est utilisé isolément ce qui veut dire qu’il était pris pour un mot arabe. Cette absence d’emprunts peut s’expliquer par la recherche du plus pure ḥassāniyya afin d’attirer l’attention des citoyens sur cette nouvelle réalité qui est l’État souverain au moyen d’un langage simplifié et proche.

  • 32 Le mot arabe ad-dāʾira est suivi de mot särkal mis entre parenthèses ce qui indique que ce dernier (...)
  • 33 Le mot arabe al-muḥāfađ̣a “commune” est suivi de mot kummīn mis entre parenthèses ce qui indique qu (...)

32Il faut indiquer que le ou les traducteurs a/ont respecté le texte auquel il n’ont presque rien ajouté sauf quelques explications qui apparaissent entre parenthèses : (əz-zäg) pour expliquer at-taṣwīt ; (māhi äkṯäriyyət l-ḥāḍrīn mən-hul) pour expliquer qu’il s’agit uniquement de ceux qui son présents ; särkäl pour expliquer ad-dāʾira32 ‘cercleʼ ; kummīn33 pour expliquer al-muḥāfađ̣a ‘communeʼ.

4. Quelques échantillons du texte

  • 34 En écriture maghrébine, le qāf et le fāʾ portent respectivement un point suscrit et un point souscr (...)

33Voici ci-après le texte34 de l’article 41 du Chapitre V.

الفصل الخامس ـ اللَّجْنَ الدُّسْتُورِيَ
المادَّ 41 ـ إِعُودْ رَءِ يسْ اللَّجْنَ الدُّسْتُورِيَ اكْبَرْ رِجَالْ القَضَاء بالْمَحَاكَمْ القَانُونِيَ مَرْتْبَ كَذالك إِعُودْ فيها :
عُضْوْ من رجال القانون الاِدَارِي؛
عضو إِعيّْنُ الوزير لَوَّلْ؛
عضو إِعيّْنُ رَءِ يسْ الجمعيَ الوطنيَ،
استَاذْ من مَدْرَسْتْ القوانين.
إِحَدَّدْ القانون كَيْفِيَتْ تَطْبِيقْ هذِ المادَّ ابَلْخُصُوصْ نِظَامْ أتَسْيِيرْ اللَّجْنَ الدُّسْتُورِيَ

TITRE V De la Commission constitutionnelle
Article 41.- La Commission constitutionnelle est présidée par le plus haut magistrat de l’ordre judiciaire. Elle comprend en outre :
- Un membre des juridictions de l’ordre administratif ;
- Un membre nommé par le Premier Ministre ;
- Un membre nommé par le Président de l’Assemblée Nationale ;
- Un professeur des facultés de droit ;
La loi détermine des modalités d’application du présent article et notamment les règles d’organisation et de fonctionnement de la Commission Constitutionnelle.

5. Conclusions

34Nous pouvons au vue de cette traduction du texte de la première constitution mauritanienne de 1959 faire les réflexions suivantes :

  • 35 Voici la définition de la maḥaḍra selon an-Naḥwī : المحضرة جامعة شعبية، بدوية، متنقلة، تلقينية، فرد (...)

35Le dialecte ḥassāniyyä, en se complétant avec un apport du lexique de l’arabe standard, a démontré qu’il est capable d’accueillir un texte légal long comme celui de cette constitution. Ceci démontre que le dialecte peut profiter de l’arabe des maḥaḍras (an-Naḥwī 1987 : 53)35 mauritaniennes où beaucoup de termes d’arabe classique étaient utilisés quotidiennement dans les explications des différentes matières enseignées et ce pour élargir les possibilités d’expression comme cela a été le cas ici. L’usage de l’arabe classique en code-switching avec le ḥassāniyyä est, depuis longtemps, habituel dans les milieux scolarisés et même en poésie populaire. C’est dans ce niveau/registre de langue que le ou les traducteur/s a/ont puisé beaucoup de mots et d’expressions pour cette traduction.

36La décision prise par les premiers responsables du nouvel Etat mauritanien de traduire le texte de la constitution en ḥassāniyyä démontre qu’il y avait -a priori- la volonté de la faire connaitre au peuple mauritanien dans sa langue maternelle.

Bibliographie

Booth, Marilyn. 1992. “Colloquial Arabic poetry, politics, and the press in modern Egypt”, International Journal of Middle East Studies 24-3, 419-440.

Corriente, Federico. 2013. Dīwān Aban quzmān al-qurṭubī « ʾIṣābat al-ʾaġrāḍ fī ḏikr al-ʾaʿrāḍ » ʾimām az-zaǧǧālīn al-mutawaffà sanat 555 hiǧrī= 1160 mīlādī. Taḥqīq fīdīrīku kūrriyantī. Rabat: Dār Abī raqrāq li-ṭ-ṭibāʿa wa-n-našr.

Hammām b. Muḥammad b. al-Muxtār. 1978. Dīwān Hammām. Nuakchott: Maṭbaʿat aš-šarika al-mūrītāniyya li-ṣ-ṣaḥāfa wa-ṭ-ṭibāʿa.

An-Naḥwī, Ḫalīl. 1987. Bilād Šinqīṭ. al-manāra wa-r-ribāṭ. Tunis. Al-munađ̣amma al-ʿarabiyya li-t-tarbiyya wa-ṯ-ṯaqāfa wa-l-ʿulūm.

Ould Bouboutt, Ahmed Salem. 1989 « L’évolution des institutions de la République Islamique de Mauritanie », Revue du monde musulman et de la Méditerranée nº 54, p. 131.

Ould Hamidoune, Moktar. 1952. Précis sur la Mauritanie. Saint-Louis : Centre IFAN-Mauritanie.

Ould Daddah, Moctar. 2003. La Mauritanie contre vents et marées. Paris : Karthala.

Ould Mohamed Baba, Ahmed Salem. 2003. “Emprunts du ḥassāniyyä au français : Lexique des institutions, produits manufacturés, marques et ustensiles inconnus pour les nomades (aspects morphologiques et sémantiques)”, Ferrando, Ignacio & Sánchez Sandoval, Juan José (éds). AIDA 5th Conference Proceedings, Cádiz: Servicio Publicaciones Universidad de Cádiz. 61-74.

Ruiz de Cuevas, Teodoro. 1977. Apuntes para la historia política de África. II. Estados saharianos. Tomo VI. Mauritania. Madrid : Ministerio de Asuntos Exteriores. Dirección General de Asuntos Culturales.

Wuld Aḥmad Sālim, Sīd Aḥmad et alii (éds.). 1996. Saddūm wuld Ndartu (1122-1710/1227-1812) Dīwān aš-šiʿr aš-āʿbī. Nouakchott. Institut Mauritanien de Recherche Scientifique.

Wuld Maʿlūm Wuld Zarrūq, Sīd Aḥmad. 2007. Dīwān ʿAbd Allāh Wuld Aʿmar al-ʾAbyayarī (m. 1936). Nuakchott: Polycopié.

Notes

1 Quelques mois après, le 20 mai 1961, une deuxième constitution est écrite.

2 Je remercie le Professeur Elemine Ould Moustapha de m’avoir proportionner la copie du présent manuscrit.

3 « Colloquial Arabic poetry is a centuries-old practice with its earliest preserved written attestation in medieval Andalusia ».

4 Corriente, F. 2013. Dīwān Aban quzmān al-qurṭubī « ʾIṣābat al-ʾaġrāḍ fī ḏikr al-ʾaʿrāḍ » ʾimām az-zaǧǧālīn al-mutawaffà sanat 555 hiǧrī = 1160 mīlādī. Taḥqīq fīdīrīku kūrriyantī. Rabat : Dār Abī raqvāq li-ṭ-ṭibāʿa wa-n-našr.

5 Wuld Aḥmad Sālim, S.-A et alii (éds.). 1996. Saddūm wuld Ndartu (1122-1710/1227-1812) Dīwān aš-šiʿr aš-šaʿbī. Nouakchott : Institut Mauritanien de Recherche Scientifique.

6 Parmi les recueils de poètes ḥassān publiés : Hammām b. Muḥammad b. al-Muḫtār. 1978. Dīwān Hammām. Nuakchott : Maṭbaʿat aš-šarika al-mūrītāniyya li-ṣ-ṣaḥāfa wa-ṭ-ṭibāʿa ; Wuld Maʿlūm Wuld Zarrūq, S-A. 2007. Dīwān ʿAbd Allāh Wuld Aʿmar al-ʾAbyayarī (m. 1936). Nuakchott : Polycopié.

7 V. Wuld As-Saʿd, M. 2002.Imārat at-Trārza wa-ʿalāqātuhā at-tiǧāriyya wa-s-siyāsiyya maʿa al-faransiyyīn min 1703 ilà 1860. Rabat : Maʿhad ad-dirāsāt al-ʾifrīqiyya, p. 12.

8 Xavier Coppolani (1866 - 1905) fut le premier Commissaire du Gouvernement général en Mauritanie. V. Désiré-Vuillemin, Geneviève. 1962. Contribution á l’histoire de la Mauritanie 1900-1934. Dakar : Éditions Clairafrique, pp. 89-151.

9 V.Ould Hamody, Mohamed Saïd. 1993. "Mauritanie : le face à face pluriséculaire avec l’Europe (1415-1960)", Attaalim nº 24, p. 64.

10 Désiré-Vuillemin, Geneviève. 1962. Contribution á l’histoire de la Mauritanie , op. cit. p. 94.

11 Désiré-Vuillemin, Geneviève. 1962. Contribution á l’histoire de la Mauritanie…, op. cit. P. 95.

12 Le territoire devient un protectorat sous le nom des pays mauritaniens du bas Sénégal par decret datant du 12 mars 1903 du Ministère des Colonies.

13 Ould Bouboutt, A. S. 1989. “L’évolution des institutions de la République Islamique de Mauritanie”, Revue du monde musulman et de la Méditerranée nº 54 (1989/4), p. 131.

14 “… le 15 janvier 1959, première reunion du Comité consultatif constitutionnel, dont les membres avaient été désignés par le Gouvernement et pour moitié des membres désignés par l’ Assemblée constituante. Lors de cette réunion, il élit son bureau : Ahmed Ould Aïda, président, ;Yahya Kane, vice-président ; Mohamed Moktar, dit Marouf, rapporteur ; Dembelé Tiecoura, rapporteur adjoint. Le lendemain était pareillement élu son comité de rédaction : professeur Ould Hamidoun ; Mohamed Moktar, dit Marouf ; Bouna Moktar ; Dembelé Tiecoura ; professeur Seurin ; Yahya Kane et Abdel Wahab Ould Cheïguer.

15 “Le 21 janvier [1959], le Gouvernement mis au point le programme de la tournée de présentation du projet de constitution au peuple mauritanien à travers tout le pays. De fait, du 11 au 23 février, une délégation composée de Sidiel, de Moktar Ould Hamidoun, rapporteur du projet, et moi-même visita tous les chefs-lieux de cercle”.

16 Ould Daddah (2003 : 184) mentionne le nom de Ould Cheïguer comme membre du Comité Consultatif constitutionnel et membre de son comité de rédaction.

17 naqalahū, litt. : “il l’a copié”.

18 katabahū litt. : “il l’a écrit”.

19 Dans ce sens, il faut signaler ses collaborations avec le Centre IFAN Mauritanie où il publia son ouvrage Précis sur la Mauritanie, Centre IFAN-Mauritanie, Saint-Louis, 1952.

20 La “Radio Nationale de Mauritanie”, créée le 27 juin 1958 à Saint Louis d’où elle émettra plusieurs années, fut transférée à Nouakchott le 1er janvier 1962. Elle avait pour mission, entre autres, l’éducation des masses à travers ses programmes de divulgation. Selon le document (ws/0861/88) publié le 11 août 1961 par l’UNESCO, il y avait 2 émetteurs de 250 kw à Nouakchott et 2 émetteurs de 4 et 1kw, à Saint-Louis.

21 Selon le témoignage de l’un des premiers speakers mauritaniens qui commença à travailler dès la création de Radio Mauritanie, il y avait un bulletin d’information en ḥassāniyya pour informer des activités du gouvernement et donner des conseilles d’hygiène aux populations.

22 Il y avait un programme de Radio Mauritanie qui neutralisait la campagne menée par ʿAllāl al-Fāsi réclamant le territoire mauritanien.

23 La radio mauritanienne avait un bulletin d’information radiodiffusé quotidiennement dont des fragments se trouvent en ligne : exemple : inauguration de la première mosquée de Nouakchott https://www.youtube.com/watch ?v =28YaHzgrOfQ ; https://www.youtube.com/watch ?v =tN9fWRg37yc) ;

24 Le Parti du Regroupement Mauritanien (P. R. M.) de Moctar Ould Daddah qui deviendra plus tard le Parti du Peuple Mauritanien (PPM, parti unique).

25 La deuxième constitution du 20 mai 1961, en comparaison avec la première, comprend un préambule 9 titres et un total de 60 articles.

26 Ce genre diffère du type que l’on peut dénommer écriture anadalouse-šinqīṭī utilisée souvent au Trārza.

27 Dans d’autres cas, elle est remplacée par yāʾ, exemple : žärāyəm ‘crimes”, äṯnāy ‘durantʼ, etc. ou par wāw, exemple : wäkkäd ‘il affirmeʼ.

28 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français : Lexique des institutions, produits manufacturés, marques et ustensiles inconnus pour les nomades (aspects morphologiques et sémantiques) », in AIDA 5th Conference Proceedings, Cádiz, 2003. Dans cet article, nous en avions signalé 266 dont beaucoup sont anciens.

29 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français…, op. cit. p. 63.

30 L’usage de ces emprunts démontrent qu’ils étaient déjà intégrés à l’époque plus que les deux mots d’arabe standard, dāʾira et muḥāvađ̣a. V. infra.

31 V. Ould Mohamed Baba, A. S. 2003. « Emprunts du ḥassāniyyä au français…, op. cit. p. 63.

32 Le mot arabe ad-dāʾira est suivi de mot särkal mis entre parenthèses ce qui indique que ce dernier était bien connu et le premier ne l’était pas autant.

33 Le mot arabe al-muḥāfađ̣a “commune” est suivi de mot kummīn mis entre parenthèses ce qui indique que ce dernier était bien connu et le premier ne l’était pas autant.

34 En écriture maghrébine, le qāf et le fāʾ portent respectivement un point suscrit et un point souscrit, mais nous n’avons pas la possibilité de les écrire ainsi pour des raisons informatiques.

35 Voici la définition de la maḥaḍra selon an-Naḥwī : المحضرة جامعة شعبية، بدوية، متنقلة، تلقينية، فردية التعليم، طوعية الممارسة

Auteur

Université Complutense de Madrid

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access