Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Issues in Sociolinguistics: Contact and Change, Discourse Analysis, Cultural Practises, Mixed Styles and Written Sources

Le soi jeune dedans et dehors

Laila Ben Salah

Résumé

Cette présentation se propose de passer en revue, dans une perspective sociolinguistique, les expressions utilisées par les jeunes fassis pour peindre leur propre identité par rapport à l'espace qu'ils occupent dans la finalité de se donner une image distinguée et imposante. Nous allons donc essayer d'examiner les mises en mots de l'identité par les jeunes informateurs qui se façonnent et se définissent par rapport aux autres acteurs sociaux, construisant ainsi des représentations et des visions. Cette recherche résulte d’une enquête de terrain auprès de jeunes informateurs issus de la ville de Fès dont l’âge varie entre seize et vingt-quatre ans. L'enquête a été effectuée au cours des années 2013 et 2014. Il s’agit de cinq heures d’enregistrements réalisés dans différents espaces : à la piscine, au café et au centre commercial de la liberté.

Entrées d'index

Texte intégral

1. Introduction

1Dans les parlers jeunes, objet de notre étude, les références à l'identité sont aussi variées qu'originales. Ainsi, la notion d’identité est multiforme et complexe en raison de sa transversalité disciplinaire : le terme « identité » renvoie au résultat d’un processus qui se développe dans une intrication intime entre le psychologique et le social. Autrement dit, le sentiment d’identité émerge de l’intériorisation des modèles sociaux et de la perception que le sujet a de lui-même dans son engagement au sein d’une réalité sociale mouvante.

2Dès lors, notre propos s’inscrit dans le cadre du rapport discours, pratiques langagières et identité, et tentera d’apporter des éléments de réponse à la problématique suivante : comment est construite linguistiquement l'image du soi jeune à Fès ?

3Deux grandes articulations sous-tendront notre réflexion. Après la mise en place de quelques précisions méthodologiques consistant en la présentation de remarques sur le phénomène de socialisation, nous montrerons comment les jeunes développent une image de soi à travers les différents espaces de sociabilité, ensuite il sera l’occasion de voir comment est verbalisée cette mise en scène de soi et de l'autre.

2. Ancrage théorique

2.1. La socialisation

4Claude Dubar, le sociologue français, qui a largement étudié les identités professionnelles souligne que l’identité est une évolution qui se construit dès le plus jeune âge par le processus de socialisation, il avance, à ce titre que l’identité est un « produit de socialisations successives » (Dubar 1992 : 7) ; La socialisation est donc un mot clé pour expliquer en grande partie le phénomène de construction identitaire.

5C’est l’américain George Herbert Mead qui a travaillé sur le concept de « socialisation » par le biais des interactions sociales. Celui-ci considère que c'est grâce à l’échange avec les autres membres de la société que l’homme intègre et intériorise les normes de cette société. La socialisation est donc la manière dont l’individu s’ajuste à son environnement social. Ce concept est ainsi défini comme un « processus qui lie un organisme aux autres dans les interactions en cours » (Mead 2006 : 243). C’est donc un processus permanent qui permet à un individu de former sa propre identité (personnelle et sociale) par interaction avec les différents éléments de la culture de son groupe. En effet, cette socialisation dépend des évaluations et des performances scolaires, des jugements de l'institution, mais elle résulte aussi de l'activité propre du sujet, de sa capacité à réagir, à s'adapter et à se frayer sa propre voie.

6Les experts distinguent deux types de socialisation : La socialisation primaire qui se déroule pendant l’enfance par le biais des interactions avec les parents et l’école, et la socialisation secondaire correspond à l’âge adulte. C’est cette socialisation secondaire qui va nous guider pour comprendre nos informateurs, tous adolescents.

7Ainsi, en se référant à M. Fize (1998), l'adolescence est décrite comme une période délicate à négocier. Ce dernier avance le terme de « crise adolescente » qui est le résultat d'attitudes sociales niant tout statut aux adolescents. Cette crise représente entre autres un fait culturel, c'est une construction sociale.

8De même, il faut mentionner que la catégorie « adolescent » est ignorée voire stigmatisée et considérée comme violente par les adultes qui sont socialement et culturellement majoritaires et dominants.

9Cette attribution négative vis-à-vis de ce groupe minoritaire et dominé tend à concrétiser cette « identité négative » (Trimaille 2003 : 159) dans un contexte social profane. Cette identification négative des jeunes coïncide effectivement avec la problématique sociolinguistique qui est la nôtre, vu que ce moment de latence sociale ne passe pas « sans conséquence sur la propension à transgresser, à cacher, à s’individuer » (Trimaille 2003 : 88) en adoptant des pratiques corporelles et linguistiques contradictoires et violentes.

10C’est pourquoi, tout en intégrant la dimension interactive de la construction de la réalité sociale des informateurs, nous allons les présenter en se basant sur l’observation à la fois des relations qui existent à travers des actions, des discours et des modalités d’interaction. En effet, les relations interindividuelles comme le précise E. Goffman sont basées sur le même schéma que la représentation théâtrale : « quand une personne se présente aux autres, elle projette, en partie sciemment et en partie involontairement, une définition de la situation dont l’idée qu’elle se fait d’elle-même constitue un élément important » (Goffman 1973 : 229).

2.2. Corpus et informateurs

11La présente étude est le résultat de la collaboration entre l’enquêtrice et la population enquêtée. L’enquête a débuté en juin 2013 et s’est achevée en mai 2014. Nos informateurs sont des jeunes garçons et des jeunes filles élèves au lycée ou personnes qui ont quitté l’école, voire même des personnes qui travaillent.

12Le corpus recueilli équivaut à cinq heures d’enregistrement dans différents contextes sociolinguistiques auprès de vingt-trois informateurs. Il est constitué de cinq conversations.

13Les extraits qui seront analysés sont produits par les informateurs suivants :
A : il avait dix-neuf ans ; il était originaire du Rif. Enregistré quand il était en tronc commun au lycée Allal el-Fassi. Il vivait dans le quartier « Moulay Abdellah » avec sa mère et son beau-père. Il ne voyait pas son père. Dans le corpus, c'est lui qui avait produit le plus d'énoncés vu qu'il avait participé à deux conversations.
H : il avait dix-huit ans ; il avait commencé une formation à l'école hôtelière qui n'avait pas abouti ; Il habitait dans le quartier « Moulay Abdellah ». Son père est d'origine berbère il travaille comme chanteur dans les fêtes de mariage et sa maman est d'origine jebli. Il avait des problèmes avec son père. Ses cousins et cousines étaient des trafiquants de drogue.
R : il avait vingt ans ; Il participait à des activités d'animation à Dar chabab el-Qods.
Si : il était âgé de dix-neuf ans ; Il était en tronc commun au lycée Abd el-Karim Daoudi. Il était originaire du Sahara. Il habitait le quartier « Sidi Boujida ».
Ys : il avait vingt ans ; il était en deuxième année du baccalauréat. Il habitait au quartier Nassim. Il apprenait la tapisserie pendant les vacances. Il était issu de Ain Médiouna qui se trouve dans le territoire des Jbala.
An : il avait dix-huit ans. Il habitait à Ain Chqef. C'était un élève du tronc commun dont le père était forgeron ; sa mère ne travaillait pas ; il était d'origine jebli.
Z : il avait vingt-et-un ans. Il était en deuxième année du baccalauréat. Il était d'origine snoussi.
O : il avait dix-huit ans. Il était en première année du baccalauréat spécialité économie. Il habitait à Oued Fès.
Z.h : il avait dix-neuf ans ; il était en première année du baccalauréat. Il habitait le quartier « Adarissa » à route Ain Chqef.
Zi : elle avait dix-neuf ans. Elle était issue de Quelâat Sraghna.
Sa : elle était âgée de vingt ans et originaire de Taounat.

3. Socialisation et image de soi dans les parlers jeunes

14Il s'agit de voir comment le locuteur effectue une mise en scène de sa personnalité et comment il puise dans les ressources langagières à des fins communicationnelles diverses, sans oublier la manière dont l'image de soi se construit et se positionne face à un « vous » dans l'échange verbal.

15D'ailleurs, la présentation de soi dont il est question est aussi désignée par le terme « éthos » emprunté à la rhétorique et à l'analyse du discours d'après R. Amossy (2010). L'élaboration de l'éthos se manifeste aussi sur des plans corporels et comportementaux et se fonde sur l'image préalable que l'interlocuteur se fait du locuteur, ce qu'Amossy (2010) appelle éthos préalable, ainsi que l'appartenance à tel ou tel groupe, éléments rattachés au contexte extralinguistique.

  • 1 Le « je » implique un « tu » dont la relation constitutive donne la subjectivité qui est aussi une (...)

16Dans le même contexte, l'auteur du livre « la présentation de soi : éthos et identité verbale » affirme, en abordant la question de la subjectivité et de l'identité, que l'image de soi que construit le « je » est, par définition dialogique, traversée par la parole de l'autre1 adoptant ainsi les propos de P. Bourdieu (1982), M. Pêcheux (1969) et F. Flahaut (1978) tout en critiquant Benveniste qui dit que le locuteur reprend et rejoue les éléments extralinguistiques par l'exercice de la langue. « Il les entraîne dans le dynamisme de l'échange où le ‘qui je suis pour moi’, ‘qui je suis pour toi’ et surtout ‘qui je veux être pour toi’ sont renégociés » (Amossy 2010 : 105).

17De manière générale, on peut affirmer que le soi se dit en énonçant, et se fait en parlant de soi-même. Autrement dit, il peut être sujet de l'énonciation ou sujet de l'énoncé :

« L'image de soi peut découler du dit : ce que le locuteur énonce explicitement sur lui-même en se prenant comme thème de son propre discours. En même temps, elle est toujours un résultat du dire : le locuteur se dévoile dans les modalités de sa parole même lorsqu'il ne se réfère pas à lui-même […] éthos dit et éthos montré » (Amossy 2010 : 113).

18On voit clairement que l'image, qu'elle soit individuelle ou collective, qui se construit dans les interactions verbales, repose toujours sur des éléments extralinguistiques et une négociation de l'identité à partir de laquelle le locuteur se pose et tente d'imposer ou de faire partager ses façons de voir.

19En partant de ce postulat, la parole sera donnée aux jeunes enquêtés afin de les identifier verbalement en les écoutant se dire et se façonner en se disant.

3.1. Le soi jeune et les adultes

20Le locuteur A se présente et présente le groupe de pairs auquel il appartient en tant que génération qui doit profiter de cette phase pour vivre des moments agréables avant l'accès à l'âge adulte.

[41] - A : ḥīt ṛǝbb-ī f kull ʿumṛ ʿṭā-nā wāḥǝd-lǝ-ḥlāwa w lǝ-ḥlāwa d ǝš-šabāb buḥdit-hā mā kāyǝn š gāʿ šī ḥlāwa bḥāl-hā ʿlā š bnādǝm xǝṣṣ-u yduwwǝz f hād ǝl-wǝqt hādā ydīr šī-ḥāža ǝllī ʿǝmṛ-u mā ydīr-hā ʿlāš bnādǝm xǝṣṣ-u yǝḍḥǝk ʿlāš ḥīt ġa-yžī wāḥǝd-ǝn-nhāṛ mā ġa-yǝlqā š hād-ǝḍ-ḍǝḥk dyāl hād-ǝš-šabāb hādā

- Parce que Dieu nous a donné un plaisir à chaque période de notre vie, le charme de la jeunesse est unique et n'a pas d'égal, c'est pour cela qu'il faut profiter de ces moments et faire tout ce que nous ne pourrons pas faire après. C'est pour cette raison qu'il faut s'amuser, car un moment viendra où le bonheur de cette jeunesse va nous manquer.

21Dans ce sens, il ne faut pas assimiler l’adolescence uniquement aux problèmes que l’accès à l’âge adulte apporte aux personnes qui la traversent ou aux comportements que de tels problèmes provoquent chez la plupart de ces personnes.

22La jeunesse, dont il est question dans le discours de A, est considérée comme une phase de transition par excellence, entre l’adolescence et l’âge adulte. Cette phase qui correspond à un moment d’attente durant lequel n’ont pas encore été résolues les questions par rapport auxquelles l’âge adulte est défini, c’est-à-dire : le choix d’une carrière, le rôle social et le style de vie.

23La situation est différente pour R qui se voit appartenant à une catégorie stigmatisée et mal comprise par les autres acteurs de la société.

[281] - R : hǝḍṛū mʿa ǝš-šabāb ǝḍ-ḍāʾiʿ

- Parlez aux jeunes défavorisés !

24Dans la même optique, M. Taborda-Simões (2005) met l’accent sur les tensions inévitables et sur les conflits provoqués par le besoin d’indépendance de l’adolescent vis-à-vis de ses parents. Ainsi, elle soutient sa thèse en citant des spécialistes en sciences sociales (comme Coleman 1961 ; Keniston 1965 ; Mead 1970) qui affirment que « l’expérience adolescente, entraîne inévitablement des conflits entre les jeunes et leurs parents et entre la génération des adolescents et les générations des adultes » (Taborda-Simões 2005 : 550). Ces conflits sont exprimés dans les discours de R, de Si et de H.

[264] - R : ʾanā ḅḅā ḍṛǝb-nī b ṣǝqla ṣīfǝṭt ṛǝḅḅ-u l ǝl-ḥǝbs dāba ḅḅā ġǝwwǝt ʿlā ṃṃī w ḍṛǝbt-u

- J’ai envoyé mon père en prison parce qu'il m’a giflé. Mon père a crié sur ma mère, je l'ai tabassé.

[325] - Si : xī:::t-i xī:::t-i bḥāl dāba nǝhḍǝṛ dāba ʾanā ʿlā ṛās-ī bḥāl dāba f ǝd-dāṛ ʿǝnd-nā ǝz-zǝmt mā yǝmkǝl l-ī š dāba nǝḍḥǝk wǝlla nǝhḍǝṛ f ǝd-dāṛ à part ilā kānǝt ǝl-ʿāʾila mǝžmūʿa nǝḍḥǝk wa lakinn fāš ka-nǝxṛǝž bḥāl dāba l ǝz-zǝnqa ka-nāxud ṛāḥt-ī tamma nxǝṣṣǝṛ ǝl-hǝḍṛa ḥǝttā nǝšbǝʿ mʿa wlād lǝ-qḥāb

- Ecoute ma sœur, par exemple ma famille est très conservatrice je ne peux pas rigoler ou même parler sauf s'il y a des membres de la famille chez nous. Mais quand je sors dehors je me sens à l’aise, je dis les gros mots et je m’amuse avec les fils de putes.

[650] - H : ʾanā w ḅḅā әl-ʾaġlabiyya ka-nәtdābzu ʿәl lә-qṛāya

- Il y a toujours un conflit entre moi et mon père à cause des études.

Ces conflits et ce non-respect des adultes sont dus selon R à l'usage excessif des réseaux sociaux, facebook entre autres.

[308] - R : ʾanā ṛā gult l-ǝk ǝllī mḍǝṣṣǝṛ-nā l facebook huwwa ǝllī dāyṛ hād-ǝš-šī kāmǝl huwwa ǝllī ta-yḍǝṣṣǝṛ ʿlī-nā hād-lǝ-bṛāhǝš w hād-ǝl-bǝṛhūšāt hādu

- Je t’ai dit que c’est Facebook qui nous pousse à faire ces bêtises, c’est Facebook qui nous pousse à plaisanter ainsi.

[1150] - Sa : ḥna déjà ʿām ʿlā ʿām ən-nās ta-yzīdu yətqəzdṛū

- Ces dernières années les gens deviennent non respectueux.

[1152] - Sa : žīl qimmiš mā yəḥšəm mā yṛimmi š ḥna dāba hād-əl-žīl hāda tqədṛī təlqāy kull-šī ka-yxəṣṣəṛ əl-həḍṛa īlā mā xəṣṣəṛ š əl-həḍṛa mā yəʿṛəf š yəhḍəṛ

- C'est une génération qui ne connaît pas le respect, il y a des personnes qui ne peuvent pas parler sans passer par la transgression verbale.

25L'image que se font les jeunes d'eux-mêmes est dépendante du point de vue des autres, ainsi en utilisant les expressions « mḍǝṣṣǝṛ-nā » (il nous a enhardi) et « žīl qimmiš mā yəḥšəm mā yṛimmi š » (une génération qui ne connaît pas le respect), « ta-yzīdu yətqəzdṛū » (ils deviennent de plus en plus irrespectueux), R et Sa témoignent de cette conception négative qu'ont les adultes envers cette catégorie sociale dont l'image, dans la plupart des cas, est associée à une dépendance soit à la drogue, soit à l'alcool, soit à une autre pratique réprouvée.

[305] R : šǝtti les jeunes d hād-ǝl-wǝqt kāmǝl šǝtti gāʿ ǝllī tʿǝṛfī-h mā mǝblī mā ta-ydīr ḥǝttā šī-ḥāža ʿǝnd-u bǝlya ǝḷḷā yǝʿfu ʿlī-h ʿǝṛfī-h zāməl

- Tous les jeunes de cette époque sont dépendants de quelque chose. Si tu vois quelqu’un qui n’est accro à rien et ne fait rien sache bien qu'il est un pédé.

26Les informatrices quant à elles disent qu'il ne faut pas attribuer une image dévalorisante aux jeunes filles fassies qui utilisent des mots vulgaires dans leur parler. Autrement dit, on ne doit pas identifier les locutrices des gros mots à des filles qui ont des mauvaises attitudes.

[1203] - Sa : əl-fikṛa ʾanna gāʿ ən-nās əlli ka-yhədṛū b hād-langage ṛā-h mussxāt hādi ṛā-h mā kāynā š

- On dit que c'est seulement les mauvaises filles qui parlent de cette façon, cela n'est pas vrai.

3.2. Le soi jeune et la ville

27Les jeunes locuteurs se font une représentation d'eux-mêmes en rapport avec ce que pensent d'eux les habitants des autres villes marocaines. Ainsi, l'image négative du groupe de jeunes Fassis est associée à l'idée qu'ont les habitants de ces villes. En fait, ces personnes représentent une classe dangereuse qui instaure la peur et l'insécurité.

[948] - Z : bḥāl dāba nqāṛən l-ək əl-mudūn dyāl əš-šamāl mʿa fās lā ʿalāqa təmmā ən-nās bḥāl lli tḥəḍḍṛū šwiyya ʿlī-nā ḥnā hnā mazālīn la mentalité dyāl əl-ḥayawānāt

- Si on compare la ville de Fès aux villes du Nord, on remarquera une différence totale, là-bas les gens sont plus civilisés par contre ici les mentalités demeurent arriérées.

[949] - Z.h : tgūl l-hum nta mən fās mā ka-yəbġīw š yhəḍṛū mʿa-k w ḥəqq əḷḷāh əl-ʿaliyy əl-ʿaḍīm

- Je te jure que l'on évite de te parler quand tu dis que tu es de Fès.

[950] - O : yʿəṛfū-k wəld fās mā ytīqū š fī-k

- On ne te fait pas confiance si on sait que tu es de Fès.

[951] - Z : ta-yʿəṛfū fāsī šnū ḍāṛəb f žīb-u lə-mḍā ta-yətḥəššəš wəllā ta-yšəmm əs-silicium hād-əš-šī əllī ta-yʿəṛfū ʿlā ffāsa

- Les fassis sont connus pour l'usage de l'arme blanche, de la drogue et pour le silicium.

[952] - O : ta-yxāfū mən ffāsa

- On craint les Fassis.

[953] - Z.h : ta-yəbqā ʿlī-k ntūma wlād əd-dāxil mā məzyānīn š

- On nous dit : « vous êtes mauvais vous les habitants des villes de l'intérieur »

  • 2 L’estime de soi est défini par Jean-Luc Gurtner (2003 : 361) comme l’image ou la perception qu’un i (...)

28Ces attitudes délinquantes représentées dans les paroles de Z constituent, pour d'autres informateurs, des marques de courage, de force et de virilité des Fassis qui en sont fiers. Contrairement aux informateurs des extraits qui précèdent, nous allons voir que les locuteurs procèdent à « l'estime de soi » ou « l'appréciation de soi »2 à travers ces attitudes, par rapport aux jeunes des autres villes, comme Casablanca dont les habitants sont considérés comme des adversaires, voire comme des ennemis.

[463] - R : kazāwa ta-ytəḥtǝṛfū l-nā

- Les jeunes Casablancais nous respectent.

[464] - Si : w ṭanžāwa

- Même les jeunes Tangérois.

[465] - R : ʿṛǝfti ʿlāš ka-ytəḥtǝṛfū l-nā ʿlā ḥsāb lǝ-ḥšīš ʿlā ḥsāb ǝl-kimmiyya

- Tu sais pourquoi ils nous respectent c'est grâce à la drogue, grâce à la quantité de drogue.

[466] - Si : ḥīt ḥnā ʿǝnd-nā lǝ-ḥšīš zwī:::wǝn

- Parce que nous avons une drogue de bonne qualité.

[872] - An : hūma ʿāṛfīn-nā әḍ-ḍәṛb w әl-žәṛḥ

- Ils savent bien que nous sommes dangereux.

29Cette image valorisante du groupe Fassi est associée à la notion d'espace, ainsi être viril consiste à se battre et se défendre en dehors de son quartier ou de sa ville ou lors d'un déplacement pour assister aux matchs de football.

[873] - Ys : ffāsa ka-yxәṛžū ʿlā fās ka-ysuppṛimīw әl-ʿāʾila yәʿnī nmūtu nәtxәṣṣṛu

- Les Fassis quand ils quittent leur ville, ils oublient leur famille, c'est-à-dire qu'ils sont prêts à tuer ou mourir.

[874] - An : fāš ta-tәxṛәž ʿlā ḥūmt-әk ʿād ka-tsәmmā hiyya әṛ-ṛužūla ta-ygūl l-әk xṛәž mәn ḥūmt-әk ʿlā bәṛṛā w žīb l-ī ṛūḥ-әk f blādāt әn-nās

- Il faut montrer son virilisme en dehors du quartier ou loin de sa ville.

[875] - E : ʿlā bәṛṛā ka-tqәṣdū bi-hā xāṛiž fās ?

- Tu veux dire en dehors de la ville de Fès.

[876] - Si : ʾāh ! mәknās әd-dāṛ әl-bīḍā

- Oui, comme Meknès par exemple ou Casablanca.

[877] - E : ka-tәmšīw l kāza tәtfәṛṛәžū ?

- Vous allez assister à des matchs à Casa ?

[878] - An : f ʾayy match ka-ndēplasēw

- On se déplace pour voir n'importe quel match.

[879] - Si : ta-nṭәlʿu b zāyәd

- On y va nombreux.

[880] - An : tṣәwwṛī wāḥәd-әn-nhāṛ f mәknās ṭālʿīn әl-ʾulūfāt d әl-bašāṛ w hūma mxәbbʿīn mәnnā mkānsa ḥnā ġādyīn b әš-šūha yā mkānsa w təxṣāṛ әl-hәḍṛa w ka-nhәṛṛsu әš-šṛāžәm wәḷḷāhi ma hәḍṛu mʿa-nā f ḥūmәt-hum w ta-yәttәḍṛәb

- Un jour nous sommes allés à Meknès, les meknassis se sont cachés, car nous étions des milliers qui insultent et cassent les vitres, ils n'ont pas pu s'approcher de nous même s'ils se trouvaient dans leur propre ville.

30Lors des rencontres au stade de football, les jeunes Marocains s'insultent ; l'insulte la plus connue des Fassis envers les jeunes Casablancais est « bīḍāwā wlād әs-saʿūdiyya » (les Casablancais, les descendants des Saoudiens), c'est-à-dire que la plupart des femmes à Casablanca s'adonneraient à la prostitution avec les Orientaux.

[871] - Ys : ḥnā ta-ngūlu l-hum wlād әs-saʿūdiyya fāš ka-nṭәlʿu l әt-tīṛān ka-nkūnu lāʿbīn mʿa әṛ-ṛāžā ka-ngūlu ʾā bīḍāwā ʾā wlād әs-saʿūdiyya

- On leur dit « les enfants des Saoudiens », quand on va au stade pendant les matchs avec le Raja on insulte les Casablancais en disant : hé Casablancais fils des Saoudiens !

3.3. Le soi jeune et le quartier

31En évoquant toujours « l’estime de soi » Gurtner (2003 : 361) précise qu'à l’adolescence, la dimension globalement la plus importante pour l’appréciation de soi, pour le degré de satisfaction personnelle et l’estime de soi, semble être la dimension de l’apparence physique.

32C'est ce dont témoigne le locuteur A en se référant au quartier populaire qu'il décrit comme l'endroit où sont élevés les jeunes les plus dangereux de la ville.

[331] - A : ʾanā wǝld mūlāy ʿǝbd ǝḷḷā īlā qǝddīti āžī

- Je suis issu du quartier Moulay Abdellah si tu peux, viens te battre.

[267] - A : ʾanā wǝld mū:::lay ʿǝbd ǝḷḷāh būmbāy ǝl-ḥūma d ǝz-zanāḍēq ʾaḥsǝn ḥūma

- Je suis issu du quartier Moulay Abdellah, Bombay le quartier des Vaillants le meilleur des quartiers.

3.4. Le soi jeune au sein du groupe

33En parlant des examens le locuteur A se présente comme quelqu'un qui est sûr de ses performances scolaires et qui a une grande confiance en lui-même. Mais à la fin de l'enquête, nous avons découvert qu'il a échoué plusieurs fois à l'école.

34Nous allons voir dans les répliques suivantes comment l'informateur A cherche à se montrer viril et courageux au sein du groupe en évoquant les études.

[28] - A : ǝl-muhimm ʾanā fāhǝm duṛūs-ī w ġādī nənžḥ-u nšāʿ ǝḷḷāh

- Moi, je comprends bien mes leçons et je réussirai si Dieu le veut.

[29] - E : mǝtfāhǝm mʿa ǝl-ʾasāsid məzyān kull-šī bi xīṛ

- ça se passe bien avec les professeurs ? Vous vous comprenez ?

[30] - A : l-ʾasāsid ʿla ḥasāb ka-ygūl l-ǝk ṛǝbb-ī xlǝq w fǝṛṛǝq kīmmā ḥnā nās mǝxtālfīn ḥətta ǝl-ʾasāsid ḍaṛūṛi mǝxtālfīn

- ça dépend des professeurs, on dit Dieu crée et différencie les êtres. Chacun des professeurs est différent des autres comme nous les élèves.

[31] - E : w nta ḥāfǝḍ šī wǝlla wālu ?

- Et toi tu as appris tes leçons ?

[32] - A : šwiyya ǝl-muhimm ǝl-muhimm ḥāfǝḍ šwiyya w ṣāfī

- Un peu, j’ai appris peu de leçons.

[33] - E : mā mǝxlūʿīn š

- Vous n’avez pas peur ?

[34] - A : ʾanā ka-nxāf hī m ǝṭ-ṭbīb huwwa ǝllī ka-nxāf mǝnn-ū huwwa w ṛǝbb-ī

- Je n’ai peur que du médecin et de Dieu.

35À partir de cet énoncé et de la posture du locuteur A, on remarque que ce dernier adopte une position de chef de groupe ou de « leader » (Trimaille 2003 : 56) vu qu'il s'est chargé, pendant la conversation, d'organiser la discussion en la présence de plusieurs personnes. Ensuite, il a répondu à plusieurs interrogations de l'enquêtrice sans hésitation et c'est lui, aussi, qui l'a défendue contre un agresseur en entrant avec lui dans un affrontement dangereux. Il paraît de plus comme le garant de l'ordre au sein du groupe, car nous allons voir dans les extraits qui suivent qu'il interdit qu'on insulte les filles.

[228] - Si : lā ḥǝttā hādīk ṛā-h hādīk ġī qǝḥba

- Celle-là n’est qu’une pute.

[229] - A : lā ma tṭiyyǝḥ š ǝl-hǝḍṛa ʾa l-quwwād

- Ne dis pas les gros mots proxénète !

[230] - E : ʿlāš ka-yṭiyyǝḥ ǝl-hǝḍṛa yāk ntūma bīnāt-kum hād-ǝl-hǝḍṛa ʿādiyya

- Pourquoi lui dis-tu ça ? L’usage de la violence verbale ne pose pas de problème pour vous.

[231] - A : mā xǝṣṣ-u š yṭiyyǝḥ ǝl-hǝḍṛa ǝz-zāmǝl ǝllī wǝld-u

- Il ne doit pas dire les gros mots ce fils de pédé.

36On peut conclure d'ailleurs qu'en l’absence de toute institution explicite, le statut de A s'acquiert de fait et en interaction, il exerce par conséquent une influence sociale sur les membres de tout le groupe de pairs.

37Par ailleurs, l’informateur An souligne que les identités individuelles des personnes sont mises en mots en choisissant des expressions révélant le caractère personnel de chacun ou d'autres termes qui ne disposent d’aucune référence concernant leurs personnalités.

[705] - E : īlā bġīti tʿiyyәṭ l šī-ṣāḥb-әk šnū ġa-tqūl l-u

- Pour appeler un ami qu'est-ce que vous dites ?

[706] - Ys : lākān ʿәnd-u šī-laqab mlәqqbīn-u bī-h w ʾanā mәtʿәwwәd ka-nʿiyyәṭ l-u bī-h ṛā-h ġa-nʿiyyәṭ l-u bī-h bḥāl dāba hāda ġa-nʿiyyәṭ l-u ʾā әl-mәšš

- Je vais utiliser son surnom pour l'appeler par exemple, on appelle celui-ci әl-mәšš (le chat).

[708] - An : l hāda ġa-nʿiyyәṭ l-u ʾā konān

- Et celui-là Conan.

[709] - E : w hāda ?

- Et lui ?

[710] - Si : ʾanā ḥanāfī ḥanāfī әl-ʾubbaha

- On m'appelle Hanafi әl-ʾubbaha

[534] - E : šnū ka-yqūlū l-ǝk smǝʿt ka-yqūlū mīlīngi

- Comment t'appelle-t-on? J'ai entendu Milingui.

[535] - A : mīṛīngi ǝl-lqāb bāš mǝʿṛūf f dīk-lǝ-blāṣa

- On m'appelle Miringui là-bas.

38Même dans le contexte féminin, on utilise des expressions pour se désigner entre filles. Ces expressions renvoient le plus souvent à leur état physique, psychique ou à leur comportement.

[1106] - Sa : bḥāl dāba ʾanā yqədṛū yqūlū l-ī ʾa bāṭūza matalan ʾanā mā ka-yəṭləʿ l-ī š əd-dəmm

- On peut m'appeler l'obèse, je ne me fâcherai pas.

[1107] - Zi : kulla wəḥda mləqqbīn-hā

- Chacune a un surnom.

[1108] - Sa : māšī mləqqbīn-hā b šī-laqab dīma ka-nʿiyyṭu l-hā bī-h ça dépend ʿla ḥsāb la situation

- On n'utilise pas toujours le même surnom, ça dépend de la situation.

[1254] - Sa : lā hādi ka-ngūlu l-hā əl-gəzzāṛ ka-ngūlu l-hā ʾa xāy widād ʿlā ḥsāb dīma lābsa kiṭmāt lābsa sṛāwəl kaskīṭa mā ka-təlbəs š ʾayy ḥāža əṣ-ṣāk ʿəmməṛ-hā mā həzzāt-u ʾaṣlan əš-šəxṣiyya dyāl-hā māyla l əd-dṛāṛī

- On appelle celle-ci le boucher, ou frère Ouidad parce qu'elle porte souvent un survêtement, un pantalon et une casquette, elle ne s'habille pas comme nous elle n'a jamais porté un sac à main, elle a un caractère masculin.

[1255] - Zi : hādi ʿəzṛī ʿəzṛī əd-duwwāṛ hāda huwwa l-videuṛ d əl-qisəm

- Elle ressemble à un mec, c'est le mec du quartier, le videur de la classe.

4. Conclusion

39Nous avons vu, à travers les entretiens avec nos informateurs et l'analyse proposée, comment les jeunes locuteurs se présentent et s'identifient par rapport aux adultes, à la ville, au quartier et par rapport au groupe de pairs, ces derniers s'attribuent à chaque fois une identité au-dedans et au dehors de chacun de ces éléments.

40Nous pouvons aussi constater que la langue constitue un élément essentiel de l'identification et de la reconnaissance de soi chez l'individu comme chez le groupe. Elle est utilisée par les locuteurs pour marquer leur identité et se démarquer des autres.

41Cette étude a tenté de conjuguer sociolinguistique et parlers jeunes dans le but de déceler comment est verbalisée, façonnée et perçue l'identité jeune. De nombreuses pistes restent à explorer et d'autres disciplines à interroger (psychologie, sociologie, etc.).

Bibliographie

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Paris : PUF.

Bourdieu, Pierre. 1984. Questions de sociologie. Paris : Éditions de Minuit.

Coleman, James. 1961. Adolescent Society: The Social Life of the Teenager and Its Impact on Education. New York: The free Press of Glincoe.

Dubar, Claude. 1992. « Formes identitaires et socialisation professionnelle », Revue française de sociologie Vol. 33 n° 4. 505-529.

Fize, Michel. 1998. Adolescence en crise ? Vers le droit à la reconnaissance sociale. Paris : Hachette.

Flahaut, François. 1978. La parole intermédiaire. Paris : Seuil.

Goffman, Erving. 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Minuit.

Gurtner, Jean-Luc. 2003. « Adoslescent self and identity development », Feldman, S. S. & Elliot, G. R. (eds), At the threshold: The developping adolescent. Cambridge : Harvard University Press. 352-387.

Keniston, Kenneth. 1965. The Uncommitted: Alienated Youth in American Society. New York: Harcourt, Brace & World.

Mead, George Herbert. 1970 [1934]. Mind, Self, and Society. Charles W. Morris (ed.). Chicago: University of Chicago Press.

Mead, George Herbert. 2006. L’esprit, le soi et la société. Paris : PUF.

Pêcheux, Michel. 1969. Analyse automatique du discours. Paris : Dunod.

Taborda-Simões, Maria da Conceição. 2005. « L'adolescence : une transition, une crise ou un changement ? », Bulletin de psychologie 459. 521-534.

Trimaille Cyril, 2003, Approche sociolinguistique de la socialisation langagière d’adolescents, Thèse de doctorat en Sciences du langage, Grenoble III.

Notes

1 Le « je » implique un « tu » dont la relation constitutive donne la subjectivité qui est aussi une identité selon Amossy (ibid.)

2 L’estime de soi est défini par Jean-Luc Gurtner (2003 : 361) comme l’image ou la perception qu’un individu a de lui-même dans plusieurs domaines de sa vie et la réaction affective que lui inspire cette image. Qui existe indépendamment des raisons objectives de satisfaction ou de mécontentement que l’on peut avoir envers soi-même.

Auteur

Doctorante à l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah laila_bensalah@hotmail.fr; n° 23 avenue Beyrout résidence Zaytoune route imouzzar, Fès.

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access