De la mise en mots de la masculinité et de la féminité en arabe marocain

Karima Ziamari et Alexandrine Barontini

Résumé

Au Maroc, les gender studies en sociolinguistique sont jeunes. Les paradigmes de la domination et de la différence, selon lesquels les femmes ne parleraient pas comme les hommes et respectivement, ont largement orienté les études linguistiques (dialectologiques) des gender studies. Une autre perspective est celle de la performance, plus fluide et interactive. Le genre n’est pas vu comme quelque chose que nous sommes, c’est surtout quelque chose que nous incorporons/que nous mettons en œuvre et surtout qui est performé (Eckert and Mc Connell-Ginet, 2003 : 10). C’est dans ce cadre que nous nous situons. Notre objectif consiste à interroger « la performance de genre » (Butler 2004) – dans la mesure où les énoncés performatifs ne sont pas les seuls à pouvoir signifier et agir, les actes du corps et le discours, aussi, deviennent performatifs – à travers la mise en mots et en discours de la masculinité et de la féminité.

A partir d’entretiens menés, en arabe marocain, avec des femmes et des hommes marocains, nous analyserons, d’un point de vue linguistique et sociolinguistique, comment ces deux concepts sont nommés, définis, reconnus, identifiés, faits et défaits, par les locuteurs/locutrices.

1. Cadrage

1C’est d’abord à travers des études dialectologiques corrélées à des fins variationnistes que la variable sexe/genre a été prise en compte, aussi bien au Maroc que dans le monde arabe (Miller & Caubet 2010 ; Vicente 2009a, 2009b ; Bassiouney 2009 ; Al-Wer 2014 ; Boucherit & Lentin 1989). La dimension phonologique est largement étudiée comme pouvant amener un changement linguistique. Dans ces recherches, les femmes peuvent apparaître comme celles qui initient cette dynamique de changement (par exemple : Al-Wer ibid. en Jordanie, Bassiouney ibid. en Égypte), ou bien, à l’inverse, elles peuvent se révéler plus conservatrices (Sadiqi au Maroc).

1.1. Multilinguisme et statut des langues

2Dans d’autres travaux, aborder le genre, c’est situer les pratiques dans un cadre glottopolitique général exigé par la spécificité de la situation linguistique marocaine. Selon Ennaji (2009 : 75) « Une étude du phénomène du genre au Maroc nécessite une compréhension de la situation linguistique, et de la hiérarchie des langues en fonction des sexes ».

3Sadiqi est pionnière en la matière, son livre Women, Gender and Language in Morocco (2003), présente une étude du genre en relation avec les langues au Maroc. Selon Sadiqi, le multilinguisme génère des variations au niveau du genre. Les langues vernaculaires du Maroc étaient (à l’époque) strictement orales et marginalisées, tandis que les langues écrites avaient un pouvoir normatif considérable dans la société marocaine. Les femmes analphabètes, plus souvent en milieu rural, maîtriseraient plus les langues dites orales (Ibid. : 198). Alors que les femmes éduquées, plus souvent citadines, auraient plus de choix et donc un répertoire linguistique multilingue qui les exposerait moins à la discrimination que les femmes de milieu rural.

4Dans cette perspective, l’amazighe, langue minorée et discriminée, serait une langue féminine. De l’autre côté, le prestigieux standard arabe qui synthétise toute une culture religieuse et lettrée serait une langue masculine. L’arabe marocain et le français seraient des langues à la fois masculines et féminines.

1.2. Parlers masculins versus parlers féminins

5L’approche « existentialiste » (cf. Dorlin 2008 ; Cameron 2005 ; Cameron & Kulick 2006) considère la différence sexuelle binaire homme vs femme comme déterminante de façons de parler féminines vs masculines.

Dans ce cadre, les hommes et les femmes ayant participé dès leur enfance à des processus de socialisation différents et différenciés n’interpréteraient pas de la même façon les ressources linguistiques dans l’interaction et seraient destiné-e-s à un éternel malentendu dans la conversation. (Greco 2014 : 19).

6Les études partant de ce postulat sont les plus importantes et les plus visibles au Maroc (hormis les travaux essentiellement dialectologiques, on pourrait citer Sadiqi 2003 ; Mouhcine 1997 ; Kharraki 2001 ; Hachimi 2001 ; Ziamari & Meskine 2014).

7Ainsi, selon Mouhcine (1997 : 27), « le parler masculin » est considéré comme « la norme » et :

Le parler féminin est considéré comme une “déviance”, un “défaut”. L'appartenance à un groupe social “femmes” reconnu, le fait de parler dans un style qualifié par la société de “spécifiquement féminin”, et de faire l'objet de stéréotypes reconnus par la communauté comme étant des défauts, nous amène à dire que le parler féminin est stigmatisé. (Ibid.).

8Pour les linguistes qui ont travaillé sur cet axe, on isole certaines expressions ou certains mots qui sont utilisés seulement par les femmes (Ibid. : 28). Elles seraient polies dans leur discours, moins agressives que les hommes, et plus sensibles aux relations sociales positives (Ennaji 2009 : 59). Bien sûr la plupart des linguistes insistent sur le fait que l’on ne peut généraliser ces variantes féminines à toutes les femmes (marocaines en l’occurrence).

1.3. Quand dire c’est être

9Selon le paradigme de la performance, le genre n’est pas vu comme quelque chose que nous sommes, c’est plutôt quelque chose que nous incorporons/que nous mettons en œuvre et surtout qui est performé (Eckert & Mc Connell-Ginet 2003 : 10 ; Butler 2004, 2005).

Le paradigme de la performance est très influencé d’une part, par le féminisme de la troisième vague de Butler (1990), De Lauretis (1991) et Kosofsky Sedgwick (1990) dont les travaux ont radicalement questionné la dimension essentialiste et binaire des catégories, et, d’autre part, par un ensemble de recherches issues du post-structuralisme et du postmodernisme ayant mis le langage au centre des processus de construction du social. (Greco 2014 : 20-21).

10Le genre pris dans sa dimension performative a été rarement pris en compte par les travaux sociolinguistiques concernant le Maroc.

11Hors de la vision binaire, il ne s’agit donc pas de toujours associer sexe biologique et construction du genre : le genre s’accomplit et s’affirme en discours (Barontini & Ziamari 2009). Compte tenu des diversités de répertoires à la disposition d’une personne et des diversités de situations d’interaction, nous considérons que le genre est fluide. Une femme peut se présenter discursivement comme homme, et vice versa.

2. Le corpus et les informateurs

12Il s’agit d’environ quatre heures d’enregistrement (recueillis par Karima Ziamari de janvier à mars 2017) auprès de trois hommes et huit femmes, âgés de 14 ans à environ 55 ans.

Tableau 1. Participant-e-s aux interviews.

Tableau 1. Participant-e-s aux interviews.

3. Ce qui constitue la masculinité (ṛožōliyya)

13Les interviewé-e-s ont été interrogé-e-s sur ce que signifie pour eux/elles la masculinité, être un homme, la féminité, être une femme. Sans surprise, on retrouve une distribution des représentations telle que le montre le tableau 2.

Tableau 2. Distribution des représentations.

Représentations positives / qualités

ṛāžəl

homme

ka-yxdəm ṛāžəl

il se conduit en homme

mṛa u nəṣṣ

une femme et demie

ṛožūla/ṛožōliyya

virilité, masculinité

Représentations négatives / défauts

mṛa

femme

māši ṛāžəl

ce n’est pas un homme

ɛnība/ṣəlgōṭa

minet / salope

zāmal/qaḥba

pédé/pute

14Les termes ṛāžəl, ṛožōla, ṛožōliyya, etc., ne renvoient pas seulement à la dimension proprement masculine, mais également, dans un sens figuré, à des qualités qui se trouvent associées à la virilité, telles le courage et la droiture (cf. Caubet 2016). Par exemple, le dictionnaire Colin (Iraqui-Sinaceur 1993 : 606) indique pour le nom ṛāžəl : « 1. avec pl. ržāl (…) homme (par opposition à femme) ; mari, époux. (…) 2. avec pl. ṛəžžāla. homme digne de ce nom, homme de cœur, sur qui l’on peut compter, courageux, viril, entreprenant. »

3.1. Un homme, c’est la parole

15Avoir une parole et la tenir est indéniablement la principale caractéristique masculine mentionnée chez tous les informateurs, tous sexes et tous âges confondus.

[1] Jamila : yəxdəm ṛāžəl « īh lla » əṛ-ṛāžəl məˤṛūf b « īh lla » mma « hādi ṣāfi waxxa »

Qu’il soit homme ! Oui, non ! L’homme est connu pour ça (sa parole), mais pas qu’il dise oui d’accord

[2] Halima : « īh » nətqəbbəl-ha mən mṛa, ka-tkūn bḥāl dāba məšġūla ka-tkūn ma msālya š lī-k ˀaṣlan f ḍāṛ-ha mgābla wlād-ha ma msālya š lī-k ntīya walākin ma nətqəbbəl-ha š mən ṛāžl-ək tgūli l-u l-ḥāža žīb lī-ya hādīk-əl-ḥāža u ma yžīb-ha lī-k š, lla

Oui, je l’accepte de la part d’une femme, elle peut par exemple être occupée elle peut être prise, s’occuper de sa maison et de ses enfants, elle n’a pas le temps pour toi mais je ne l’accepte pas de ton mari tu lui dis ramène-moi ce truc et il le fait pas non.

[3] Karima : fūqāš əṛ-ṛāžəl ma ka-ykūn š ˤənd-u mawāqif rižāliya ?

Quand est-ce que l’homme perd ses postures masculines ?

Hakim : ˀīla kān kəddāb, ˀīla kān yəˤni matalan ma ˤənd-u š matalan əl-kəlma

S’il est menteur, si par exemple il n’a pas de parole

16Un homme qui ne tient pas parole n’est pas un « homme » complet, il ressemble alors à une femme. Or si l’on ne s’attend pas à ce qu’une femme tienne parole, ce serait, selon les informatrices, à cause de ses nombreuses occupations et responsabilités (qui n’incombent pas aux hommes). L’homme ne semble pas bénéficier des mêmes circonstances atténuantes. S’il ne tient pas sa promesse, il peut même être comparé à une prostituée, parce que celle-ci ne dit jamais non, figure ultime de stigmatisation. Et, selon cette logique, la prostitution est réservée aux femmes.

3.2. Un homme a une forte personnalité

17Tenir parole va avec l’affirmation de soi : avoir une forte personnalité est une autre qualité masculine indispensable. Pour les adolescentes, avoir une forte personnalité pour un garçon revient à éviter toutes les activités considérées comme féminines.

[4] Saida : ykūn ˤənd-u əš-šəxṣiyya ma ykūn š ka-ydīr dāk-əš-ši dyāl lə-bnāt

Qu’il ait une forte personnalité, il ne doit pas faire les trucs des filles

[5] Saida : ma yəbqa š ytəbbəˤ lli dāru əd-dərriyāt ydīr lli dāru əd-drāri

Il ne doit pas faire comme font les filles, il doit faire ce que font les garçons

Ines : ma ydīr š l’imitation

Qu’il évite d’imiter (les filles)

Saida : ykūn qādd ˤla ṛāṣ-u, ma ykūn š xəwwāf

Qu’il soit capable, et ne soit pas lâche

18Pour Yasin, un homme doit faire preuve de générosité et doit aider les autres, sa ṛožōliyya se manifeste dans son comportement social. C’est l’homme de cœur, sur qui on peut compter.

[6] Yasin : əṛ-ṛužūla (rire) ta-yˤāwən ən-nās ṣāfi

La masculinité c’est aider les gens, c’est tout

[7] Karima : īla kānət mṛa ka-tˤāwən tkūn ṛāžəl

Si c’est une femme qui aide, on pourrait dire que c’est un homme ?

Yasin : māši ṛāžəl, ṛāžəl zəˤma, əṛ-ṛožūla f əl-qəlb

Ce n’est pas un homme, homme genre, la masculinité elle est dans le cœur.

3.3. Ce sont des postures (mawāqif) : être digne de confiance, être responsable

19Ainsi, la masculinité se caractériserait par des postures, des façons de se comporter, des prises de positions : être digne de confiance (ce qui rejoint le fait de tenir parole), être responsable, prendre ses responsabilités.

[8] Bilal : b ən-nisba l-i hiyya mawāqif, mawāqif, əṛ-ṛožūla hiyya l-mawāqif (…) hād-əš-ši lli kāyən tkūn šəxṣiyyt-ək qwiyya təfṛəḍ-ha ˤla ən-nās māši ḍˤīf

Pour moi, c’est des postures, des postures, la masculinité c’est les postures (…) C’est tout, avoir une forte personnalité que tu peux imposer aux gens, tu n’es pas faible

[9] Loubna : əṛ-ṛužūla b ən-nisba l-i ər-ṛāžəl lli ma mkəlləf š b əl-məsˀūliyya d əḍ-ḍāṛ ma mkəlləf š b əl-məsˀūliyya dyāl lə-mṛa ma mkəlləf š b əl-məsˀūliyya d əl-xədma b ən-nisba lī-ya māši ṛāžəl ma xəddām ma rəddām ṛā-h māši ṛāžəl b ən-nisba l-i āna

La masculinité pour moi, l’homme qui ne s’occupe pas des responsabilités de la maison, ne s’occupe pas des responsabilités de la femme, ne s’occupe pas des responsabilités du travail, pour moi, l’homme qui ne travaille pas, ce n’est pas un homme pour moi

Karima : w īla kān zwīn, u mḅōgəss u mbūdər ?

Et s’il est charmant, beau gosse et bien fait ?

Loubna : bla xədma bla wālu ?

Sans travail, sans rien ?

Karima : ih

Oui

Loubna : yəmši ˤənd ṃṃ-u yəgləs māši ṛāžəl (…) ṛožūlt-u hiyya yəwqəf mˤā-k b ˀayy ṭarīqa kimma ka-ngūlu f əl-xāyba u əz-zwīna, māši yəwqəf mˤā-k ġēṛ f əz-zwīna u ygūl l-ək āna ṛāžəl lla xāṣṣ-u yəwqəf mˤā-k f əl-xāyba w əz-zwīna ka-yətsəmma hakkāk ṛāžəl. yəxrəž yəxdəm ykāfəḥ u yžīb lī-k māši yəṣdəq nāˤəs f əḍ-ḍāṛ u tžīb lī-h u təmši təxdəm u tgūl l-u āži ṛāžəl u nəṣṣ hāk bāš təmši tətqəhwa yəˤni māši ṛāžəl hādāk b ən-nisba lī-ya māši ṛāžəl waxxa ddāy dāk-əl-ˀīsm əṛ-ṛožūla anna-hu ṛāžəl b ən-nisba lī-ya māši ṛāžəl

Qu’il reste chez sa maman, ce n’est pas un homme (…) Sa masculinité ça implique qu’il t’aide de n’importe quelle façon comme on dit pour le meilleur et pour le pire, qu’il ne soit pas là que pour le meilleur et te dise moi je suis un homme, non il doit être avec toi pour le pire et pour le meilleur, comme ça c’est un homme. Il sort travailler, il lutte et il t’aide, c’est pas qu’il reste endormi à la maison, et c’est toi qui l’assistes, tu pars travailler et tu lui dis viens mon vrai homme, tiens de l’argent pour aller prendre un café, donc ce n’est pas un homme ça pour moi, ce n’est pas un homme même s’il porte ce nom, la virilité, qui fait que c’est un homme, pour moi il ne l’est pas.

4. Ce qui ne constitue pas la rožōliyya : le concept de ˤnība

20Les adolescents avancent un autre concept et champ sémantique, plus difficile à traduire : ˤnība, təˤnāb, tˤənnəb, mˤənnəb.

21Il semble que ce soit une dérivation de ˤnəb, raisin, dans l’idée qu’il est sucré et se présente toujours en grappe. Le terme est employé en rapport à la drague, pour désigner un garçon doux, mou (féminin), flatteur, qui fait de la lèche, passe la pommade, efféminé ou en tout cas toujours avec les filles/femmes, toujours entouré et beau parleur.

[10] Ines : min bayni əl-muṣṭalaḥāt əš-šabābiyya li ˤadam ər-rožūla hiyya t-təˤnāb

Parmi les concepts de la jeunesse de la non-masculinité (absence de masculinité) c’est le fait de faire le minet

[11] Saida : bḥāl dāba wəld ma ka-yəhdəṛ š gāˤ mˤa əd-drāri aktariyya ka-yəhdəṛ mˤa lə-bnāt wəld mˤənnəb

Par exemple un gars qui parle pas du tout aux garçons, il parle aux filles la plupart du temps, c’est un garçon qui fait le minet

Ines : ˤnība

une petite minette

Karima : šnū yətˤənnəb ?

C’est quoi faire le minet ?

Ines : mˤəllək mˤəssəl

être « visqueux », mielleux

[12] Ines : ši-wāḥəd ka-yəbqa yətˤənnəb ˤla ši-bənt ka-yətləḥsəs ˤlī-ha ka-ywəlli bḥāl ši-bnīta qəddām-ha ka-yəbqa yəhdəṛ mˤā-ha b wāhəd-əṭ-ṭarīqa māši dokūṛiya b wāḥəd-əṭ-ṭaṛīqa d əl-ˀināt ka-yəbqa ka-yətˤənnəb

Quelqu’un qui fait le minet vis-à-vis d’une fille, il commence à lui passer la pommade, il devient comme une nana devant elle, il lui parle d’une façon qui n’est pas virile, d’une façon efféminée il est en train de faire le minet.

Karima : a::h ka-yəbqa yətˀənnət ?

Ah d’accord, il est efféminé ?

Saida : lla māši muˀannat

Non, il n’est pas efféminé 

Ines : wa lla ā ṣāḥəbt-i əṛ-ṛāžəl ka-yətˤənnəb ma ka-yəbqa š ykūn ˤənd-u əš-šəxṣiyya « ḥbība » u kda ayy wəḥda ygūl l-ha hād-əl-həḍṛa !

Mais non mon amie, l’homme qui fait le minet il n’a pas de personnalité, « mon amour » (prononcé d’une façon féminine exagérée) et tout à n’importe quelle fille il lui dit ça comme ça !

[13] Ines : l-wəld huwwa lli ka-ngūlu l-u ka-yətˤənnəb

C’est le garçon dont on dit qu’il fait le minet

Karima : ˤlāš əl-bənt ma ngūlu l-ha ka-tətˤənnəb ?

Pourquoi on dit pas de la fille qu’elle fait la minette ?

Saida : əl-bənt ġādi təbqa tətbəˤ əd-drāri u tgūl l hāda nta beau gosse ?

La fille va suivre les garçons, les draguer, et dire toi tu es un beau gosse ?

Karima : īla dārət hākka?

Si elle faisait ça ?

Ines : māši t-təˤnāb ġīṛ t-tṣəḷgēṭ (rires)

C’est pas faire la minette, c’est seulement faire la pétasse

5. Ce qui constitue la féminité, représentations associées aux femmes

22Dans son article de 2011, Sadiqi fait une corrélation entre les expressions qualifiant une femme et les stéréotypes socio-culturels propres au Maroc : la femme est associée à la faiblesse, n’inspire pas confiance (2011 : 226). Ainsi qu’on l’a vu dans les extraits du corpus relatifs à la parole tenue, les stéréotypes associés aux femmes restent très négatifs et constituent une certaine forme de violence contre elles (Ziamari & Meskine 2014).

23Toutefois, les représentations exprimées par les interviewé-e-s se révèlent à la fois plus pragmatiques et plus complexes que la vision binaire courante.

24Asmae insiste sur les capacités propres des femmes et refuse de leur reconnaître un côté masculin, surtout quand il s’agit de qualités que, par conséquent, on ne pourrait pas mettre du côté féminin. Elle exprime aussi ici une vision bien différenciée des deux sexes.

[14] Asmae : mə-qbīla u huwwa ka-yəḍṛəb l-mṛa məskīna l-mṛa ˀīla fī-ha əl-ḥāža məzyāna ka-ttənsəb l əṛ-ṛāžəl, əṛ-ṛožūla u l-mṛa rā-ha mṛa fī-ha kull-ši

Depuis tout à l’heure il critique la femme, la pauvre, on attribue les points positifs de la femme à l’homme, à la masculinité, alors que la femme, la femme elle a tout

Karima : kīfāš ?

Comment ?

Asmae : l-mṛa fī-ha əl-ˀunta fī-ha žānib ˀuntawi fī-ha əl-mawāqif fī-ha əl-məsˀūliyya fī-ha u ṛā-h mṛa lla mazāl bāš nsəllṭu ˤlī-ha u ngūlu fī-ha wāḥəd-əl-žānib d əṛ-ṛožūla kīfāš hāda tanāqod ˤlāš li-ˀanna hiyya mṛa ˤlāš ndəxxlu fī-ha əṛ-ṛāžəl ? ka-ngūlu hād-əl-mawāqif īdan xdāt-u mən əṛ-ṛāžəl yəqdər ykūn rəbbā-ha ṛāžəl u ˤəlləm-ha dāk-əš-ši bāš tkūn f əl-mawāqif walākin…

La femme a tout, un côté féminin, une femme dans ses postures, la responsabilité et elle reste une femme, pour la dominer on dit qu’elle a un côté masculin, comment ? C’est une contradiction. Pourquoi ? Parce que c’est une femme, pourquoi l’associer à l’homme ? On parle de postures qu’elle prend de l’homme, possible qu’elle soit élevée par un homme qui lui a appris ça, pour qu’elle ait des postures mais…

Karima : les valeurs hūma ?

Les valeurs, c’est ?

Asmae : təbqa mṛa f mawāqif-ha mṛa f ˀunūt-ha mṛa āna lli ma məttāfqa š mˤā-h ˤlāš ka yədxəl əṛ-ṛāžəl f əl-mṛa l-mṛa b qrāyət-ha l-mṛa b ˤamal-ha l-mṛa b ˀunūt-ha

Elle reste femme dans ses postures, une femme quand elle est féminine, c’est une femme, moi, je ne suis pas d’accord sur le fait qu’on associe toujours le masculin à la femme, c’est une femme avec ses études, femme avec son boulot, femme avec sa féminité

25Certaines informatrices insistent aussi sur les capacités, le fait d’être capable, et respectable.

[15] Loubna : mṛa hiyya ka-tkūn qādda b ṛāṣ-ha qādda b ḍāṛ-ha qādda b wlād-ha qādda b xdəmt-ha qādda b kull-ši ka-ttsəmma mṛa u nəṣṣ

Une femme, elle s’occupe d’elle-même, s’occupe de sa maison, elle est capable de s’occuper de ses enfants, de son travail, capable de tout, c’est celle qu’on appelle une femme et demie

[16] Rabia : lə-mṛa məskīna mḥəmmla kull-ši l-mṛa kull-ši ˤlī-ha ˤlāš ka-ygūl hādi mṛa:::: wa ṛā-ha mṛa ! ṛā-h xāṣṣ-hum ygūlu l-ha əṛ-ṛāžəl amma əṛ-ṛāžəl ygūlu l-u l-mṛa li-ˀanna lə-mṛa ˤənd-ha əl-kəlma ˤənd-ha ˀayy ṭaṛīqa ˤənd-ha

La femme la pauvre, elle supporte tout, tout repose sur la femme, pourquoi on dit, ça c’est une vraie femme ! C’est une femme évidemment, on doit la surnommer homme, or l’homme doit être surnommé femme parce que la femme tient sa parole, elle l’a (la parole) quoi qu’il en soit

[17] Karima : walākin ˤlāš hūma ka-ygūlu əṛ-ṛāžəl hūwa kull-ši ?

Mais pourquoi on dit que l’homme c’est tout ?

Rabia : ma kāyən š əṛ-ṛāžəl huwwa kull-ši ki ṛ-ṛāžəl ki lə-mṛa u dāba wəlla əd-dərk ˤla l-mṛa ktəṛ mən əṛ-ṛāžəl

Ce n’est pas vrai, l’homme ce n’est pas tout, l’homme est comme la femme, et maintenant la femme est plus sollicitée que l’homme

Karima : bḥālāš ?

Comment ?

Rabia : b ˀayy ṭarīqa, b əl məṣṛūf, b əl xədma, b ət-tˤəb d əḍ-ḍāṛ

De n’importe quelle façon, côté ménage, côté travail, côté corvées de la maison

26Rabia va plus loin encore, pour elle, de par les responsabilités qu’elle assume (Rabia le vit ainsi elle-même), une femme vaut plus qu’un homme.

[18] Rabia : wərrīw-na bāš ṛāžəl ? bāš ṛāžəl ? wəḷḷāh īla wəllāw lə-ˤyālāt ḥsən mən əṛ-ṛāžəl ma ˤənd-hum š msākən qīma walāyənni ḥsən mən əṛ-ṛžāl hūma ma ˤənd-hum š msākən qīma u ḥəqq-hum ḍāyəˤ ˤənd ḷḷāh ma ḍāyəˤ š waxxa yəddī-h əl-ˤəbd ḷḷāh ma yḍəyyəˤ-hum š ḷḷāh ˤāṭī-hum əš-šožāˤa məšḥāl mən məṛṛa dāk-ən-nhāṛ āna žāya žibba ˤāmṛa ġīṛ b əž-žadārmiyyāt yžəbd-u əṣ-ṣlāḥ hādu ġa ˤyālāt wa fīn ā huwwa əṛ-ṛāžəl ?

Montre-nous comment tu es un homme ? Homme comment ? Je te jure que les femmes sont devenues meilleures que les hommes, certes on ne leur reconnaît pas de valeur les pauvres mais elles sont mieux que les hommes. Elles n’ont pas de valeur les pauvres et leurs droits sont perdus, pas perdus pour Dieu, mais perdus avec les humains, Dieu leur a donné de la bravoure, combien de femmes sont braves, l’autre fois j’ai vu une jeep pleine de femmes gendarmes avec des armes et tout, celles-là ne sont que des femmes, alors où est l’homme ?

6. La masculinité ou la féminité ne sont pas biologiques

27Enfin, certains interviewé-e-s formulent des définitions de la masculinité/féminité non pas biologiques et essentialisantes mais bien fluides, performatives, interactionnelles, sociales. Tel que Yasin l’exprime dans l’extrait [7] : « əṛ-ṛožūla f əl-qəlb », la masculinité est dans le cœur, ce dernier compris comme le siège symbolique (et non organique) du comportement et la « masculinité » comme une qualité exprimable par chacun-e, le terme étant à comprendre avec les sens de courage, civilité.

[19] Bilal : b ən-nisba l-i hiyya mawāqif, mawāqif, əṛ-ṛožūla hiyya l-mawāqif

Pour moi, c’est des postures, des postures, la masculinté c’est une question de postures

Karima : yəˤni ykūn l-mṛa ṛāžəl ?

Donc la femme peut être un homme ?

Bilal : īh, ši-bəˤḍ-əl-xəṭṛāt tkūn lə-mṛa ṛāžəl īla kān ˤənd-ha l-mawqif dyāl-ha u əš-šəxṣiyya dyāl-ha

Oui, des fois, la femme est un homme si elle a des postures et une forte personnalité

[20] Rabia : əṛ-ṛožūliyya hādi u əṛ-ṛožūliyya wəḷḷāh īla ṛā-ha mṛa u ṛāžəl hādīk māši mṛa āna ka-ygūlu ˤlī-ya mṛa u ṛāžəl dāba ka-nˤərfū-k māši mṛa b əl-kəlma ˤənd-ək əl-kəlma d əṛ-ṛožūla li-ˀanna nti ḥsən mən əṛ-ṛāžəl ka-nṣēftū-k l əl-bḥāyər ka-tˤəṛfi šnū ta-tdīri, ka-nṣēftū-k l əl-kīlōyāt ka-tˤəṛfi šnu tdīri, āna l-bṭāṭā f l-āṛḍ ka-nəˤṛəf məšḥāl ka-nəˤṭē-h əl-qadār məšḥāl ġādi təˤṭē-h

La masculinité celle-là, la masculinité je te jure que c’est une femme et un homme, ce n’est pas seulement une femme, on dit que je suis à la fois une femme et un homme, on me dit on te connaît, tu n’es pas une femme parce que tu tiens ta parole, tu as la parole d’un homme, toi tu es mieux qu’un homme, on t’envoie dans des endroits tu sais ce que tu fais, on t’envoie peser la marchandise, tu maîtrises, tu es compétente, moi la pomme de terre est encore dans la terre, je peux lui donner une idée de combien ça va donner.

7. Synthèse

28Avec ces entretiens et les extraits présentés, nous n’avons pas cherché l’exhaustivité. Ces discours situés nous renseignent néanmoins sur une part des représentations et des termes associés au masculin et au féminin au Maroc, aujourd’hui.

29On note une certaine continuité avec des sens et des réalités sociales déjà recensés dans d’autres travaux, mais également de nouveaux termes et concepts comme ˤnība et ses dérivés.

30Les visions essentialisantes autant que fluides traversent les discours de tous les interviewé-e-s : jeunes et moins jeunes, femmes et hommes. Cela étant, les représentations globales restent partagées entre un pôle positif du côté du masculin et un pôle négatif du côté du féminin – mais les deux pôles interagissent entre eux –, tout en nous confirmant les transgressions possibles de l’ordre social sexué.

Bibliographie

Al-Wer, Enam. 2014. « Language and Gender in the Middle East and North Africa », Ehrlich, S., Meyerhoff, M. & Holmes, J. (eds.), The Handbook of Language, Gender, and Sexuality. Chichester: Wiley Blackwell. 396-411.

Barontini, Alexandrine & Ziamari, Karima. 2009. « Comment des (jeunes) femmes marocaines parlent “masculin” : tentative de définition sociolinguistique », EDNA 13. 153-172.

Bassiouney, Reem. 2009. Arabic sociolinguistics. Edinburgh: Edinburgh University Press.

Boucherit, Aziza & Lentin, Jérôme. 1989. « Les dialectes féminins dans le monde arabe : des dialectes minoritaires et leur évolution », Linx 21. 17-37.

Butler, Judith. 2005. Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion. Paris : La Découverte.

Butler, Judith. 2004. Le pouvoir des mots : Politique du performatif. Paris : Éditions Amsterdam.

Cameron, Deborah. 2005. “Language, gender and sexuality: current issues and new directions”, Applied Linguistics 26/4. 482–502.

Cameron, Deborah & Kulick, Don (eds.). 2006. Language and Sexuality. A reader, New York, Routledge.

Caubet, Dominique. 2016. « “Rajel”, “rojola” ou le dépassement possible du genre », communication à la journée d’étude “Faire genre” : pratiques performatives, textes, voix, discours et représentations, GRAL-LaRCGL (UMI, Meknès) et LaCNAD (Inalco), 11 novembre 2016, Université Moulay Ismaïl, Faculté des Lettres et Sciences Humaines (Meknès, Maroc). https://www.youtube.com/watch?v=i3UrYmggw4o&feature=youtu.be

Dorlin, Elsa. 2008. Sexe, genre et sexualités. Paris : Presses Universitaires de France.

Ennaji, Moha. 2009. « Multiculturalisme, genre et politique au Maroc », Diogène 225. 55-69.

Eckert, Penelope & Mc Connell-Ginet, Sally. 2003. Language and gender. Cambridge: Cambridge University Press.

Greco, Luca. 2014. « Les recherches linguistiques sur le genre : bilan et perspectives », Langage et Société 148. 11-29.

Hachimi, Atiqa. 2001. « Shifting sands. Language and gender in Moroccan Arabic », Hellinger, M. & Bußmann, H., Gender Across Languages: The linguistic representation of women and men. Amsterdam : John Benjamins. Vol. 1 : 27-51.

Iraqui Sinaceur, Zakia (dir.). 1993. Le dictionnaire Colin d’arabe dialectal marocain (arabe français). Rabat : Al Manahil (8 volumes).

Kharraki, Abdennour. 2001. “Moroccan sex-based linguistic difference in bargaining”, Discourse and Society 12/5. 615-632.

Mouhcine, Ouafae. 1997. « Parler féminin : stigmatisation sociale au Maroc », Peuples Méditerranéens 79. 25-34.

Miller, Catherine & Caubet Dominique. 2010. « Arabic sociolinguistics in the Middle East and North Africa (MENA) », Bal, M. J. (ed.), The Routledge Handbook of Sociolinguistics Around the World. London-New York: Routledge. 238-256.

Sadiqi, Fatima. 2011. « Women and the violence of stereotypes in Morocco », Ennaji, M. & Sadiqi, F. (eds.), Gender and Violence in the Middle East. New York: Routledge. 221-230.

Sadiqi, Fatima. 2003. Women, Gender and Language in Morocco. Leiden-Boston: Brill.

Vicente, Ángeles. 2009a. « Women’s World – Women’s Word: Female Life as Reflected in the Arabic Dialects », EDNA 13. 153–172.

Vicente, Ángeles. 2009b. « Gender and language boundaries in the arab world. Current issues and perspectives », EDNA 13. 7-30.

Ziamari, Karima. 2014. « Des femmes contre les hommes : les rapports de genre dans un travail agricole », Benitez Fernández, M. (ed), Trabajo y palabra: dos formas de expresión de la mujer marroqui. Zaragoza: Universidad de Zaragoza. 143-160.

Ziamari, Karima & Meskine, Driss. 2014. « Lorsque le Maroc nomme ses femmes : cas de Meknès », Durand, O., Langone, A. D. & Mion, G. (eds.), Alf lahǧa wa lahǧa. Proceedings of the 9th AIDA Conference, Neue Beihefte zur Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes Bd. 8. Wien/Berlin: Lit Verlag. 479-488.

Auteurs

Karima Ziamari

Faculté des Lettres de Meknès (Maroc), GRAL / Inalco (Paris), LaCNAD

karima_ziamari@yahoo.fr

Alexandrine Barontini

Inalco (Institut National des Langues et Civilisations Orientales), LaCNAD

alexandrine.barontini@inalco.fr

Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris