B(i)- / fi comme marqueur de l’objet dans les dialectes arabes. Premières considérations

Jérôme Lentin

Résumé

In the vast majority of Arabic dialects, fi (rarely bi-) is the most used differential object marker. This contribution follows in the same vein as M. Woidich’s presentation on Egyptian Arabic at the 6th AIDA conference and other recent papers on Maghrebine dialects (mainly Tunisian). In it, we first consider whether it is appropriate to see the origin of this dialectal construction with fi in the bi- construction of Ancient and Middle Arabic. Then, within the limits of the presently available documentation on both Oriental and Maghrebine dialects, we try to provide a comprehensive overview of highly contrasting situations and, in an attempt to suggest future lines of research, we highlight the main differences existing between these situations. Finally, we propose to consider this use of fi as one of the ways through which to describe a verbal process in a concrete and detailed manner, a characterization that allows for an explanation of the variety of context-induced values that we observe.

Note de l’auteur

J’adresse mes chaleureux remerciements à Nadia Comolli et Marie-Aimée Germanos pour leur précieuse relecture, et pour m’avoir généreusement fourni, comme Dominique Caubet et Catherine Taine-Cheikh, exemples et références, à Manel Boubaya qui a bien voulu me laisser consulter son corpus tunisien de Ghomrassen (région de Tatouine), ainsi qu’à Margherita Pallottino et Veronika Ritt-Benmimoun, qui m’ont aimablement envoyé leurs articles sous presse.

1. Présentation

  • 1  Pour d’autres prépositions v. § 5.
  • 2  ‘Marquage/marqueur différentiel de l’objet’ seront abrégés en MDO. Les hébraïsants et les aramaïsa (...)
  • 3  Woidich 2006 ; v. ci-dessous § 3.8.
  • 4  V. § 4.2.
  • 5  V. § 4.1.
  • 6  V. Ritt-Benmimoun 2017 : 324-332 pour un riche état des lieux, qui recoupe largement le nôtre.
  • 7  V. §§ 3.3., 3.5., 3.7.

1On sait qu’il existe, dans la plupart des dialectes arabes, parallèlement à la construction directe, une construction où la relation entre un verbe transitif et son objet direct est rendue manifeste par une préposition (la plus fréquente étant fi).1 Ce ‘marquage différentiel de l’objet’2 est souvent signalé dans les descriptions, mais les caractérisations de sa valeur distinctive y sont en général assez rapides, et diverses, sinon contradictoires. Il est vrai que les situations sont contrastées suivant les dialectes. À la 6e conférence de l’AIDA, M. Woidich3 avait présenté une première étude pour l’égyptien, qu’il qualifiait lui-même de ‘preliminary and preparatory stage’ d’une longue recherche encore à mener. Depuis, plusieurs études, portant principalement sur des dialectes tunisiens4 et libyens5 ont confirmé la complexité du problème, et la nécessité d’étendre l’enquête à l’ensemble des dialectes. Si la présente contribution ne peut avoir cette ambition, elle se propose de dresser un premier état des lieux (§§ 3 et 4)6 et tente, tout en faisant ressortir la grande diversité des paramètres d’emploi de la construction avec fi, d’en présenter une caractérisation relativement générale (§ 6). Auparavant est posée la question de savoir s’il est justifié de voir l’origine de la construction dialectale avec fi dans celle avec bi- de l’arabe ancien et du moyen arabe, d’autant que dans plusieurs dialectes contemporains, certes moins nombreux, c’est cette construction avec b(i)- qui est attestée7 (§ 2.).

2. Le problème bi- / fi

2.1. Arabe ancien

  • 8  Wright 1898 (II) : 159-160 ; Brockelmann 1911 [1913] : 366 et 368-369 (§ 237 f et m), 313, 373 ; R (...)
  • 9  1996 : vol. 4, 242-243.
  • 10  Les traductions françaises sont celles de R. Blachère, sauf pour ce premier exemple, qu’il traduit (...)

2Des exemples sont attestés dès les stades anciens de l’arabe.8 Les auteurs classiques reprennent souvent les mêmes (ainsi ceux d’Ibn Qutayba (m. 889) dans son ʾAdab al-kātib ou dans son Taʾwīl muškil al-Qurʾān, repris, parmi beaucoup d’autres, par Ibn Sīdah (m. 1066) dans al-Muḫaṣṣaṣ fī al-luġa).9 Citons, pour les exemples coraniques : (Coran) 96,1 ʾiqraʾ bi-smi rabbika ‘Proclame le nom de ton Seigneur’10 ; 23,20 tunbitu bi-duhnin ‘(qui) produit de l’huile’ ; 60,25 wa huzzī ʾilayki bi-ǧuzʿi l-naḫlati ‘Secoue vers toi le stipe du palmier’ ; et, pour des exemples poétiques anciens : Imruʾu l-Qays (m. 565) haṣartu bi-ġuṣnin ‘j’ai incliné vers moi une branche’ ; Al-Rāʿī (m. 714/715) lā yaqraʾna bi-l-suwari ‘elles ne récitent pas les sourates’ ; ʾUmayya b. ʾAbī al-Ṣalṭ (m. 630) ʾiḏ yusaffūna bi-l-daqīqi ‘on les nourrissait de farine’ ; Al-Nābiġa al-Ǧaʿdī (m. 670) naḍribu bi-l-sayfi wa-narǧū bi-l-faraǧ ‘nous frappons de nos sabres en espérant la délivrance’.

  • 11  C’est à dire du ʾAdab al-kātib d’Ibn Qutayba.

3Les grammairiens parlent de bāʾ al-taʿdiya, bāʾ ‘de transitivité’, auquel ils ne semblent pas accorder de valeur (sémantique ou stylistique) très particulière. Ainsi Ibn Ǧinnī, dans le Sirr ṣināʿat al-ʾIʿrāb : ʾinnamā ǧīʾa bihā tawkīdan li-l-kalām wa lam tuḥdiṯ maʿnan (‘on l’emploie pour renforcer l’énoncé sans qu’elle apporte de modification sémantique’). Parfois des remarques vont dans le même sens, e.g. Ibn Sayyid al-Baṭliyūsī (m. 1127) dans le Kitāb al-iqtiḍāb fī šarḥ ʾadab al-kuttāb,11 à propos de l’exemple cité wa-narǧū bi-l-faraǧ, explique que le bāʾ est ajouté car raǧāʾ ‘désir’ signifie ici ṭamʿ ‘désir ardent’ (et que ṭamiʿa se construit avec bi-).

  • 12  “(…) der von der Handlung getroffene Gegenstand als dasjenige aufgefasst ist, woran oder mittels d (...)

4Reckendorf 1895-1898 : 244 donne quelques autres exemples : kasar bi-qalbī ‘il m’a brisé le cœur’ ; ʾin kāna l-maliku yurīdu bi-hāḏā (Ibn Hišām, m. 833) ‘si le roi veut cela’ ; ʾawfaytanī ʾawfā llāhu bika (al-Buḫārī, m. 870) ‘tu as rempli tous tes engagements envers moi, puisse Dieu faire de même envers toi’ ; šawwahtum bī (Ḥamāsa de ʾAbū Tammām m. 845.) ‘vous m’avez défiguré’, et décrit ainsi l’effet induit par l’emploi de bi- : “l’objet affecté par l’action est perçu comme ce dans, ou par quoi, cette action devient manifeste”.12

2.2. Moyen arabe

  • 13  Lire ainsi au lieu de rubūniyya.

5C’est également la construction avec bi- qui est attestée dans les textes anciens étudiés par J. Blau, chrétiens (Blau 1967 : 411, § 301.2. et n. 8) : waḍaʿa bi-yadihi ‘il posa sa main’ (trad. de l’Évangile de Matthieu, ms du 9e s) ; li-raǧākum bi-waḥy rabb-nā ‘parce que vous espérez la révélation de notre Seigneur’ (vers 900) ; wa bi-l-rubūbiyya13 yazdarūn ‘et ils méprisent le gouvernement’ (9e s.), ou juifs (Blau 1965 : 81) yuṯbitū bi-l-ʿaṭab ‘ils prouveront le naufrage’ (Maïmonide, m. 1204, Responsa).

6On ne saurait déduire du nombre relativement réduit de ces exemples le déclin de cette construction. Il faut bien plutôt considérer que nous manquons encore dramatiquement d’études et de dépouillements de textes en moyen arabe, pour cette époque comme pour les suivantes.

7Pour des périodes plus récentes, on trouve par exemple dans des manuscrits chrétiens yaʿnī bi-mawlidihi min al-ʾab qabla kull al-duhūr (ms du 14e s.) ‘il voulait signifier : sa naissance, du Père, de toute éternité’, ou ḥattā yašā l-ʾilāh bi-naqlihi ʾilā l-firdaws (ms de 1606) ‘jusqu’à ce que Dieu veuille le transporter au Paradis’ (González Casado 2000 : 128, avec d’autres exemples). V. aussi les exemples des 1001 nuits (byʿ, ksr) cités par Marçais-Guîga 1958-1961 : 3081.

  • 14  Procházka 1993 : 104-105 (et carte 1, 259-261).
  • 15  Pour les références précises v. Lentin 1997.

8Dans un corpus de textes datant de 1600 à 1860 (Syrie, Liban et Palestine) les exemples des deux constructions sont nombreux (Lentin 1997 : 292-294, § 6.13.2.). On remarque que celle avec y est plus fréquente que celle avec bi-, même s’il faut tenir compte du fait que lorsque est suivi d’un pronom personnel suffixe, il peut s’agir d’une influence dialectale, puisque les dialectes des scripteurs appartiennent en majorité à ceux où, dans ce cas, bi- → .14 Quelques exemples15 :

تعرف في الغايب

‘[qu’] elle connaît les mystères de l’invisible’ 

ما لنا باب نقرع فيه

‘nous n’avons aucune porte où frapper’ 

يقطعون فيها احد عشر يوما وبقيت قطاع الاحجار  

‘les tailleurs de pierre restèrent onze jours à débiter le [gros rocher]’

ما اطال الـلـه في عمره

‘Dieu ne prolongea guère son âge’ (et, même texte : اطال الـلـه بعمره ‘Dieu prolongea son âge’) 

فقبل بهده التسوية

‘il accepta cet arrangement’

الطاحون وفيما هو ذات يوم داير في

‘un jour, tandis qu’il faisait tourner la meule’

وصار حكما الافرنج يحكموا في الناس

‘les médecins européens commencèrent à soigner les gens’

وقلت فيه بابيات

‘je dis (fis) sur lui quelques vers’ 

لشدة محبته فيه

après un nom d’action : “tant il avait d’affection pour lui”.

9Plusieurs de ces exemples semblent liés à l’aspect verbal (dans une ǧumla ḥāliyya ou avec des verbes précédés d’auxiliaires du type ‘rester à’, ‘continuer à’) ou au mode d’action (Aktionsart), e.g. ṣirt ʾaqtul fīh ‘je me mis à le rouer de coups’. Le plus souvent cependant, la construction met en relief (plus que l’autre MDO ل/الى) l’engagement du sujet dans le procès et son adhésion à celui-ci, ou sur le fait que l’objet en est affecté (noter la diversité des verbes concernés : de cognition (ʿrf), de ‘sentiment’ (qbl, ḥbb), d’action affectant l’objet, péniblement (ḍrb, qtl), ou non (tbʿ, msk)).

10On notera aussi par ailleurs que la construction n’est pas rare avec des verbes à l’accompli (4e, 6e et 9e exemples ci-dessus).

11N.B. Les textes en moyen arabe maghrébin sont encore complètement inexploités. On notera simplement que, pour la même époque tardive, on observe également l’emploi de fī. Exemples marocains (vers 1737) : وله مدة طويلة يعمر فيه ‘on travaille à sa construction depuis longtemps’ ; لا يغدروا فيك ‘ils ne te trahiront pas’. في est parfois noté comme enclitique :

انه يبعث فجوبت [= في جوابات] مع واحد

  • 16  Lentin 2008 : 314.

‘qu’il enverrait des réponses avec quelqu’un’ (exemple libyen, 1844).16

2.3. De bi- à

  • 17  Contrairement à ce qui se passe, dans tous les registres de l’arabe, avec les verbes de mouvement (...)
  • 18  Procházka 1993 : 40 et n. 64.

12Si on admet l’hypothèse vraisemblable que, dans la construction avec bi-, c’est la valeur locative de cette préposition qui est en jeu,17 on ne peut s’étonner qu’en moyen arabe, et dans de nombreux dialectes, ait largement supplanté bi- (d’autant que, dans la langue classique, cette tendance était déjà à l’œuvre)18 ni, inversement, que dans les dialectes ou est absent, la construction avec bi- se soit maintenue.

  • 19  Lentin 1997 : 286-288, § 6.12.2.

13On ajoutera que la tendance, bien représentée en moyen arabe, oriental au moins, de construire avec des verbes qui ont en classique et/ou en dialectal un régime avec b(i)- (e.g. فرح في ‘se réjouir de’, استعان في ‘demander le secours de qqn’), pour souligner le rôle actif du sujet dans le procès, ou le fait que l’objet en est affecté,19 a probablement joué un rôle d’adjuvant, sinon de modèle, au passage de bi- à pour les verbes originellement directement transitifs.

3. Dialectes orientaux

3.1. Golfe

14fi est employé avec une large variété de verbes et ‘apporte généralement un sens extensif [e.g. akal fi ‘manger ou grignoter constamment ; éroder’, aḫaḏ fi ‘prélever constamment’] ou intensif [e.g. ṭāḥ fi et ḍarab fi ‘rouer de coups’, ḫallaṣ fi ‘achever, terminer complètement’]’ (Holes 2015 : 321-323). Tous les exemples donnés sont à l’inaccompli, sauf un au participe actif : ʿād inta ṭāyiḥ fīni halayūs ‘tu vas me donner une sacrée raclée’.

3.2. Irak (où bi- a complètement évincé fi)20

  • 20  Procházka 1993 : 105.

15ʾāni ma-aṣaddig bīhum il-han-nās ‘Moi, je ne les crois pas, ces gens-là’ (Erwin 1963 : 333). Exemple trouvé sur youtube : تتعرى و ترقص داخل السيارة و حبيبها يسوق و يصور فيها ‘elle enlève son voile et danse dans la voiture tandis que son petit ami la filme en conduisant’.

3.3. Syrie : dialecte de Damas

  • 21  Courant dans plusieurs dialectes, e.g. ma gabalet fī (informatrice d’un village du Golan, juillet (...)

16Les constructions avec b- des verbes par ailleurs transitifs directs semblent parfois équivalentes (et jugées stylistiquement supérieures par certains locuteurs) : ʾAḷḷa yṭawwel b-ʿǝmrak ‘que Dieu te prête longue vie’ ; byǝmdaḥ fīk ‘il chante tes louanges’ (mais seulement byǝmdaḥ bi-ʾaḫlāʾak ‘il loue tes qualités morales’). Mais les deux types d’énoncés sont en réalité rarement strictement équivalents. L’emploi de b- indique en général que l’action du verbe est considérée de façon plus circonstanciée, en référence à une situation particulière, et à l’implication de l’agent ; il peut de ce fait indiquer aussi itérativité ou intensivité. ma ʾǝbǝlto (accompli) ‘elle n’a pas voulu de lui (comme mari)’,21 simple rapport sur ou constatation de ce qui s’est passé vs. ma ʾǝblet fī (car il y a des choses précises qui ne lui ont pas plu)’ ; u n-nihāye mu hēk, mġayyrīn fīha (participe actif) ‘la fin n’est pas comme ça [dans le roman] ; [dans le film] ils y ont apporté des modifications’ vs. mġayyrīna ‘ils l’ont complètement changée’. Le fait que la présence de b- soit souvent associée à celle de ʿam ou de l’auxiliaire ṣār montre qu’elle est passible d’une analyse en termes d’aspect et de mode : ʿam yǝʾtel b-ḥālo (à côté de ʿam yǝʾtel ḥālo) ‘il se tue (au travail etc.)’ avec la connotation que c’est continu et permanent ; ṣāru yʿālžu fī ‘ils se mirent à le soigner’ (Salamé/Lentin 2010 : 8-9). ž-žāže ʿam tǝbḥat ǝl-ʾarḍ ‘la poule gratte le sol’ vs. ʿam yǝbḥat bǝ l-kīs ‘il farfouille dans le sac’ (id. : 49). Dans d’autres cas, l’emploi de b- permet d’indiquer un rapport plus concret avec l’objet du verbe, ainsi désigné plus précisément : ballaš ǝš-šǝġǝl ‘il a commencé son travail, il a (re)pris le travail, il a commencé à travailler’ vs. ballaš bǝš-šǝġǝl ‘il a commencé le travail (concret) qu’il a à faire’ (id. : 199-200).

3.4. Liban

  • 22  Les traductions des auteurs (p. 70 et 60-61) ont été modifiées.

17nezel ʿan ḍahr el-faṛas u-ʾeḫed išedd fi ḥamlt el-ḥaṭab ta yeqleba ‘il descendit de cheval et entreprit de tirer la charge de bois pour la retourner’ (Feghali 1976 : 67,17-18). Dans cet exemple, on note l’emploi de fi alors que, dans le suivant,22 on a be- devant un nom d’action : qwǟm dabbert fʿäle w-ballešt be-ʿmāṛ es-sekr u-ḍellayt ʿammer fīh men yawm el-ḫmīs l-yawm el-ʾarbʿa be-ž-žemʿa t-tänye […] ʿāwedna stekrayna fʿäle täni marra u-ʿammernǟh men rada wē-ždīd […] ta yḥâseb el-fʿäle we-l-mʿallemûn elli ʿammeru l-ḥâṛa l-raffûl […] u-qelt-ellu le-l-ḫûre ta yʿammer es-sekr maṭṛaḥ ma ʾaḫettu ṭ-ṭawfe ‘je fis aussitôt venir des ouvriers et commençai à rebâtir ce bief, y travaillant [sans relâche] du jeudi au mercredi suivant […] nous engageâmes à nouveau des ouvriers et nous le rebâtîmes à neuf […] en le chargeant de payer les ouvriers et les maîtres maçons qui avaient construit la maison de Raffoul […] Je chargeai le curé de faire restaurer le bief là où il avait été pris par l’inondation’ (Feghali 1977 : 58,12-14, 19-20, 24-26). On remarquera l’auxiliaire dans ḍellayt ʿammer fīh, l’ensemble étant suivi de la mention explicite de la durée de l’opération. Pour ce type d’exemple, on peut donc ajouter aux valeurs données ci-dessus pour Damas celle de durativité.

  • 23  Noté par M.-A. Germanos (30/04/2017).

18(Dialogue)23 : – A : fataḥ hä-l-yawmēn ʿabbū ‘[le supermarché] a ouvert ces deux jours, ils l’ont rempli [de produits]) ; – B : mǝn žǝmʿa bälläšo yʿabbo fī ‘[en fait] ça fait une semaine qu’ils ont commencé à le remplir’.

19lik yǝḫrib bäytik la baʾa tlazzʾe fiya ‘Mais enfin ! Arrête de lui [la statue cassée] recoller [des morceaux] !’ (dialogue du film U hallaʾ la-wēn / Et maintenant, on va où ? de Nadine Labaki, 2011).

20Exemple d’un dialogue de roman contemporain : رؤوف بيحبّك بيحمد فيكِ ‘Raʾūf t’aime et ne tarit pas d’éloges sur toi’ (Ṣubḥ 2006 : 192).

3.5. Palestine

21Dans les contes de Bīr Zēt recueillis par Schmidt & Kahle (1918 = I, 1930 = II), et dont la syntaxe a été faite par J. Blau, on trouve majoritairement, à côté de quelques exemples de b- (Allāh yičsir b-ḫāṭrak ‘que Dieu ne te vienne pas en aide’ II, 154,14), des exemples de fi : I 224,-4/-3 ḳaʿdat tiǧli fīha ‘elle se mit à la frotter’ ; 230,1 u ḳaʿad yišwi fīh u yôčil ‘il se mit à le rôtir puis à [le] manger’; 232, 9-10 ḳāʿid yišrab fi han-nafas ‘en train de fumer un narguilé’ ; II, 4,12 u dār yiḳṭaʿ fi hal-ḥaṭab ‘il se mit à couper du bois’ et II, 4,15 baḳaṭṭiʿ fi ḥaṭab ‘je coupe du bois’(vs. II, 4,10 biddi arûḥ aḳṭaʿ ḥaṭab ‘je vais aller couper du bois’ et 6,11 uhū biḳaṭṭiʿ ḥaṭab fil-hīš ‘tout en coupant du bois dans la forêt’).

  • 24  Qui donne plusieurs de ces exemples : Blau 1960 : 165 § 100d pour b-, 166-167 pour fi, avec exempl (...)

22Blau24 écrit que “Après des inaccomplis itératifs-duratifs, on peut avoir fi avant l’objet direct ; autrement dit, si on compare à l’arabe standard, fi sert d’exposant de l’accusatif”, ce qui rend en effet compte de beaucoup d’exemples, mais pas de tous. Il faut en outre noter que la construction avec fi peut se trouver aussi après des accomplis. Ainsi pour le verbe daḳḳ : si on trouve bien sûr des inaccomplis, comme I, 34 (§ 4, 5-6) ḳabil-ma ḥada yduḳḳ fi ṭ-ṭabīḫ ‘avant que quiconque ait touché au plat’, la construction avec des accomplis n’est pas rare : I 122, -5/-4 (§ 24, 4/5) u hâḏa hâḏa illi daḳḳu fīye ‘et ceux-là sont ceux qui m’ont poursuivie de leurs assiduités’ ; I, 148, 10 (§ 7,5) u daḳḳ fi čabč X ‘et il attrapa le bouc de X’.

23Linder/Ringgren 1952 : p. 28 n° 43 vers 1 : eḥlimt inni baḥammuṣ fi binn ‘Je rêvai que j’étais en train de griller du café’.

3.6. Jordanie

24C’est, sauf erreur, T.-F. Mitchell qui fut le premier à consacrer plus de quelques lignes à la question du MDO, d’abord en jordanien (Mitchell 1978 : 237-241) puis au Levant et en Égypte (Mitchell & El-Ḥassan 1994 : 92-95, 98-99).

25Entre autres observations intéressantes, il remarque qu’en jordanien, des énoncés comme qaraʾt il-kitāb ‘j’ai lu le livre’ ou katabt ir-risāle ‘j’ai écrit la lettre’ ne peuvent se combiner avec un circonstant du type ʿiddit sāʿāt ‘pendant des heures’, que si on ajoute fi (qaraʾt fi-l-kitāb ʿiddit sāʿāt), contrairement à ce qui se passe avec des énoncés comportant des verbes de mouvement (suqt is-sayyāra ‘j’ai conduit la voiture’) ou de perception (smiʿt iṣ-ṣōt ‘j’ai entendu le bruit’).

26Il montre par ailleurs qu’en Jordanie le ‘marqueur de l’aspect progressif’ bi/fi (biʾra bi-l-žarīde ‘je suis en train de lire le journal’, Égypte huwwa ʾāʿid yiktib fi g-gawāb ‘il est en terrain d’écrire la lettre’, Syrie ʾāʿid byiʾra bi-l-žarīde ‘il est en train de lire le journal’) a des emplois et des valeurs parfois différentes de ceux de dialectes voisins : si, par opposition à byilbas il-badle (futur ou habituel : ‘il va mettre / porte habituellement un costume’), ʿammāl byilbas bi-l-badle ‘il est en train de mettre le/son costume’ est un progressif (= Égypte ʿammāl byilbis (fi) l-badla), on aura par exemple en égyptien byilbis (fi) l-badla (habituel), et même byilbis fi l-badla kulli yōm ‘il a continué à porter le costume jour après jour’ (impossible et tout à fait incompréhensible pour un Jordanien).

3.7. Negev

  • 25  Autres exemples p. 211, 228, 354, 372.

27Plusieurs exemples dans les textes recueillis par R. Henkin : lak ḥawl, waná bastanna fīk.‘Hé ! Ça fait un an que je t’attends !’ (Henkin 2010 : 197), wbitgūm iṭḥabbib fīh ‘et elle se mit à l’embrasser’ (242), ṣāraw iysūguw fīh. lamman sāgaw (accompli) fīh ‘Ils [les alliés] se mirent à les pousser. Tandis qu’ils les guidaient…’ (comparer sæ̅ygih laḥadd al-maġārah ‘et il le ramena jusqu’à la grotte’) ; wiyjīk iysūg fīha mṛawwiḥ ‘et il la [la jument] ramena à la maison’ (248), uhī ʾiddugg fīh, al-kalbih ‘et elle le frappa, la chienne’ (328).25

3.8. Égypte

  • 26  Un exemple de Louxor, dans un conte publié en 1885 par H. Dulac, est cité par Colin 1921 : 81, not (...)

28Dans la contribution évoquée plus haut (§ 1), M. Woidich présentait ses premières hypothèses, caractérisant fi comme un ‘marker for intensification and prolongation’, dont l’usage est “déterminé principalement par l’aspect lexical de l’événement et son interaction avec l’une des fonctions principales de la préposition, le ‘focussing’. […] L’événement doit être télique et en cours (‘progressive’). Ces conditions sont remplies par les verbes qui décrivent un accomplissement, fi mettant le focus sur le stage inhérent de la préparation, avant que l’événement soit accompli, ce qui induit l’effet de prolongation et d’intensification […]. Par ailleurs […] d’autres types de situations, comme des ‘activités’ [il renvoie ici à l’exemple kull ma tuʾʿudi f-ḥitta lāzim tištimi fi ḥadd ‘chaque fois que tu te trouves quelque part, il faut que tu insultes quelqu’un’ et à un autre avec ḍarab ‘frapper’]” permettent cet emploi de fi qui ‘prolonge’ et ‘intensifie’ le procès (Woidich 2006 : 485).26

3.9. Soudan

29Dans leur étude de l’aspect dans l’arabe parlé au centre-nord du Soudan, M. Ahmed Ali & C. Miller avaient eux aussi traité, en liaison avec la ‘concomitance’, et particulièrement avec l’auxiliaire gāʿid, de l’emploi de (1985-86 : 180-187) et montré que la préposition s’emploie avec deux (des quatre) catégories de verbes qu’ils distinguent : les ‘transitifs externes qui expriment une action concrète se produisant sur un objet extérieur’ (gāʿid išrab fī šāy ‘il est en train de boire du thé’) et ceux comme libis ‘mettre’ → ‘porter’, masak ‘prendre’ → ‘tenir’, šāf ‘voir’ → ‘connaître’, simiʿ ‘entendre’ → ‘écouter’, šamma ‘sentir’ → ‘humer’ (gāʿid ašūf fī t-tilifizyōn ‘il est en train de regarder la télévision’) – et pas avec les deux autres (verbes d’état, de perception, de jugement, de sensation ; de déplacement ou de mouvement). est employé (obligatoirement) pour exprimer la durativité (ou l’itérativité) du procès, et l’implication simultanée de l’agent, et donc la ‘concomitance durative’ (mais jamais l’habituel).

4. Dialectes occidentaux

4.1. Libye

  • 27  C’est ainsi que traduit Stumme (p. 107).

30Stumme 1898 : 19,16-17 : emši arʿa el-ġnam ‘va paître les moutons’ ; mše irʿa fil-ġnam ‘il partit paître les moutons’. 19,19 arʿa l-mäʿīz ʿala ḫāṭar elġnam taḥleb fīha ‘va paître [aussi] les chèvres, parce que les brebis tu n’as qu’à les traire’27; gʿad yarʿa fi-l-māʿiz ‘il se mit à paître les chèvres’.

  • 28  Exemples avec ḍrb, smʿ, wns III, žyb, šwf, byʿ (inaccomplis), et smʿ et bht II (accomplis).

31Panetta 1943 : I, 113,-3 u-lgô-hom megaʿmezāt fōg el-kerâsī imaššeṭō fī-hom ‘ils les trouvèrent assises sur les chaises en train de les peigner’. Pour elle, “sert à indiquer que l’action exprimée par le verbe est habituelle, intense ou qu’elle se déroule au moment du discours” (II : 253-254).28

32Owens (1984 : 133-135) montre que si, parfois, fi s’emploie sans condition particulière dans les complétives, et “sans effet de sens” : šurēt-l-a sayyāra isūg-ha / fīha ‘je lui ai acheté une voiture pour qu’il puisse la conduire’, son utilisation est le plus souvent soumise à des restrictions grammaticales et sémantiques. Fi ‘véhiculant une notion d’immédiateté et d’habitualité (? ‘currency’) de l’action : ḫallīh yiġsil f-il-milābis ‘qu’il continue à laver les vêtements’ (vs. ḫallīh yiġsil il-milābis ‘qu’il lave les vêtements’), iʿallim fiyya f-il-luġa l-ʿarabiyya ‘il m’apprend l’arabe’, il est employé après les verbes qu’il appelle ‘d’action concomitante’ (‘concurrent action’), souvent des verbes de perception, qui ont une complétive, et après gāʿid et kān : šāyf-a isakkir f-il-bāb ‘je l’ai vu fermer la porte’, gāʿid yiktib f-iž-žuwāb ‘il est en train d’écrire la lettre’, mais ne peut l’être, par exemple, associé à des adverbes renvoyant au futur

33Pour Börjars e.a. (2016), la préposition fi s’est par ailleurs constituée en marqueur d’aspect duratif (‘continuous’) ou habituel. Elle ne peut s’employer après des formes d’accompli, mais est obligatoire après des verbes ‘dynamiques’, quand ils renvoient à une action progressive ou habituelle (et non générique ou de ‘futur programmé’).

4.2. Tunisie

  • 29  Brahim 2007, Saddour 2009, Saïdi 2014, et surtout Pallottino 2016, McNeil 2017 et Ritt-Benmimoun 2 (...)

34C’est probablement en arabe tunisien, au moins dans certains dialectes, que l’emploi de fi est le plus développé. Il a fait depuis peu l’objet d’études fouillées,29mais avait attiré l’attention depuis longtemps (Marçais-Guîga 1958-1961 : 3079-3082). Son importance peut être symbolisée par l’interrogatif fǟš ‘quoi ?’, pourtant peu remarqué jusque récemment.

  • 30  V. aussi le compte rendu de Nöldeke 1894 : 264.

35On trouve des exemples dans Stumme 1893 I30 : 51, 37 (ḫrž II et wry II), 76,6 (zyn II), etc. ; cf. en particulier le passage I 16, 14-17, où contrastent constructions avec et sans fi : qʿad fôq ežžëbél idûr, yâkul fi l-ḥšīš w-iḫámmem fi ʿáqlū, qâl āš íḫrū ǟna qâʿad hûnî ? w-ihámmem fi ʿáqlū iqállaʿ fi l-ḥálfa u-yáʿmel fä-ḥbél, bǟš yáʿmel sellûm ‘Il commença à errer dans la montagne, mangeant de l’herbe et se disant : jusqu’à quand vais-je rester ici ? Et il se dit qu’il allait arracher de l’alfa et faire une corde pour fabriquer une échelle’.

36Marçais-Guîga 1958-1961 : 3079 évoquent d’abord fi qui introduit le second complément d’objet des verbes causatifs : el-mǝddǝb iʿaṛṛoḏ̣ lœulad f-ǝl-lwaḥḥum ‘le maître d’école fait réciter aux enfants ce qu’ils ont écrit sur leurs planchettes’, puis (3080-3082) fi qui introduit le complément d’objet “quand, la durée de l’action étant envisagée, ce qu’il désigne est conçu comme la sphère où se poursuit le procès” : yuṭuḷbu foṛ-ṛahmœ ‘ils imploraient la miséricorde’ ; mǝz-zelt tḥokk fi ʿēnêk ‘tu en es encore à te frotter les yeux’ ; imayyil fi ṛẩṣu ‘il dodelinait de la tête en la penchant’. “L’aspect duratif peut résulter de la notion d’une finalité qui commande ou accompagne le développement du procès” : nada bǝš-šṛâb iquṣṣ fī ʿagfœ ‘il prit le chemin des terres arrosées pour s’y couper une crosse’. La construction apparaît aussi après des adjectifs verbaux en C1C2C2āC3 : ḏ̣allêna ḥaṣṣẩda fǝ-š-šʿîṛ ‘nous avons été occupés à moissonner l’orge’ et après des participes actifs : u ma tṛa n-nâs kân mǝtḥākmîn f-oḫdǝmhum ‘et vous auriez vu les gens empoisonner à l’envi leur besogne’.

37À Tunis juif, fi “peut introduire le complément de certains verbes normalement transitifs. Dans ce cas, il apporte une nuance d’action habituelle, durable ou répétée : kǝnni nṭållʿu fǝ-l-flūš mǝ-l-wǟd ‘comme si nous puisions (habituellement) l’argent dans la rivière’ ; itǝbbʿu fǝ-l-lamuḍǡt ‘ils suivent les (différentes) modes’ ” (Cohen 1975 : 248-249). Pour Tunis musulman, la construction de l’objet avec fi indiquerait “l’action non achevée” (Singer 1984 : 624), mais les exemples donnés montrent que cette caractérisation est insuffisante : yušrbu f-ǝššṛå̄b häk-ǝžžmǟʿa ‘ce sont de sacrés buveurs’, izaiinu bīhum f-ǝlbiät ‘on en décore la maison’ ou, avec un accompli, ḥall f-əlfnīq ‘il ouvrit (avec précaution) le coffret à bijoux’.

38À Tozeur (Saada 1984 : 74) : 3 ex. avec ʿallǝm ; yemsaḥ fī temmo ‘il s’essuie la bouche’.

39Très nombreux exemples sur internet, e.g. :

شوف شوف، يصور فينا

‘regarde, regarde, il nous prend en photo !’

نصور في القاعة، تحبو نصوركم؟

‘je photographie le sol ; vous voulez que je vous photographie ?

ههه، أي أي

‘haha, oui !’

[…] وااااي ، باش يشوفونا الناس في الفايسبوك’

‘Wouaou ! les gens vont nous voir [sans fi] sur Facebook !

  • 31  Pour la question du rapport entre l’arabe et le berbère v. plus bas § 4.7.

40Dans le premier travail d’importance de la dernière décennie (malheureusement peu connu), A. Brahim étudiait “le marquage locatif des objets” dans les dialectes arabes et berbères31 du Maghreb (surtout au centre, “de l’Est algérien à l’Ouest libyen en passant par la Tunisie”), et constatait que “ce marquage prépositionnel locatif du second actant est de règle quand le verbe transitif est à l’inaccompli […] de valeur progressive” (exemples : išūf fī rūḥu fī-l-mrǟyä ‘iI est en train de se regarder dans la glace’, mǟ nestännä fī ḥadd ‘Je n’attends personne’), et qu’il “n’est pas normalement utilisé lorsque la forme inaccomplie a une valeur générique”, ni avec les verbes d’état du type ‘aimer’, ‘posséder’, ni avec ceux “d’achèvement (…) de sens instantané ponctuel (comme ‘faire éclater’)” sauf “en cas d’itération obtenue, par exemple, par simple pluralisation de l’objet” (yeflaq fī l-balūnǟt ‘il est en train de faire éclater les ballons’). Il observait aussi que “des facteurs liés notamment à l’objet lui-même peuvent faire pencher la balance en faveur de l’interprétation habituelle même quand le second actant du verbe est précédé de fi” (ainsi peut-on avoir, à côté de iṣallaḥ fī-t-tälvzä ‘il est en train de réparer la télévision’, iṣallaḥ fī-t-tlävəz ‘c’est un réparateur de télévisions’). Enfin, il donnait (comme Marçais-Guîga) des exemples de constructions ditransitives et causatives (šayy ikarreh fī l-kusksi ‘de quoi faire détester le couscous’), ainsi que de l’extension de la construction à des noms déverbaux (tärbyet-hä fī awlǟd-ha ‘l’éducation qu’elle donne à ses enfants’).

41Pour Saddour (2009 : § 2.4.) le ‘marqueur progressif postverbal’ fi “semble pénétrer le Temps de la situation de telle façon qu’il est possible de focaliser sur l’une de ses phases internes pour en faire une situation ‘in progress’, ce qui est rendu possible par le fait que son sémantisme comporte l’idée d’être à l’intérieur d’un intervalle de temps ou d’espace. De la même façon, fi peut faire percevoir comme ‘in progress’ une situation du monde réel [normalement] perçue comme ponctuelle (e.g. ‘comprendre quelqu’un’) et mettre l’accent sur une possible phase interne : nifhim fīk ‘je te comprends’ ”.

  • 32 Sans précision, ce qui est regrettable car les situations sont très diversifiées dans les dialectes (...)

42Pallottino (2016) montre qu’en ‘arabe tunisien’32 les verbes à l’inaccompli ne peuvent avoir un objet direct défini que précédé de fi : X yəkl kosksi ‘X mange du couscous’ mais X yəkl fi-l-kosksi (*X yəkl əl-kosksi) ‘X mange le couscous’ (on peut avoir par contre X yəkl fi kosksi ‘X mange du couscous), sauf les verbes du type ‘croire’, ‘savoir’, ‘aimer’ : X yħəbb əl-kleb ‘X aime les chiens’. Quand l’objet est indéfini (noms comptables) : X yqra fi kitab ‘X est en train de lire un livre’ (mais X yqra ktob ‘X lit des livres (est un lecteur)’). Les verbes à l’accompli ne sélectionnent pas cette valeur de fi : f-eš yəkl X ? ‘que mange X ?’, mais f-eš klɛ X ? ‘dans quoi (= dans quel récipient) X mange-t-il ?’. Un point important est que les énoncés avec fi ont la négation ‘nominale’ : ma-hu-š yqra fi-l-kitab ‘il n’est pas en train de lire le livre’ (vs. ma-yqra-š ktob ‘il ne lit pas de livres’, ma-yħəbb-š əl-kleb ‘il n’aime pas les chiens’).

  • 33  À partir de nombreux exemples majoritairement tunisois puisés dans le Tunisian Arabic Corpus (TAC, (...)

43McNeil (2017) étudie33 fi, ‘marqueur de l’aspect progressif’, en relation avec l’autre marqueur qāʿid, et le participe actif, constatant elle aussi qu’il ne peut être utilisé qu’avec des inaccomplis de verbes transitifs, et que, s’il ne peut apparaître après bāš (particule de futur ou conjonction de subordination), on peut le trouver par contre après la conjonction illī : škūn qāl-li-k illī ānā n-žīb-l-ū fī al-nsā ‘qui t’a dit que je lui amène des femmes ?’. Au nombre des conclusions de cette étude fouillée, qui traite aussi, comme la précédente, de la distribution des types de négation, elle propose que, si qāʿid est probablement antérieur à comme marqueur aspectuel, ‘est le marqueur fondamental et obligatoire de l’aspect progressif en arabe tunisien, qāʿid étant secondaire par rapport à lui’.

44Enfin, Ritt-Benmimoun (2017) propose une étude très détaillée de fi comme marqueur objectif et aspectuel dans le dialecte bédouin de Dūz (sud tunisien), avec de nombreux éléments comparatifs. Parmi ses conclusions nuancées, on en citera trois, particulièrement suggestives. D’abord (p. 348-349), il semble dans de nombreux cas possible d’interpréter la différence entre énoncés avec et sans fi comme une opposition entre énoncés apportant, dans la chaîne narrative, de nouveaux éléments d’information, et énoncés décrivant en détail ces nouveaux éléments ainsi introduits (qu’il s’agisse d’un habituel ou d’un duratif par exemple).

45Ensuite (p. 349), les verbes de ‘perception sensorielle’ (yašbaḥ / yšūf ‘voir’, yṭāliʿ ‘regarder’, et yasmaʿ ‘écouter’) sont presque toujours employés avec fi, de même que des verbes comme ytabbiʿ ‘suivre’, yūžiʿ ‘faire mal’, yākil fi- ‘dévorer’, yistanna ‘attendre’, ysūg ‘conduire’ etc., ‘peut-être parce leur sens implique la durativité’.

46Enfin (p. 349-350), il semble que l’emploi de fi soit plus fréquent dans les dialectes qui n’ont pas développé de marqueur de l’indicatif (comme ka-).

4.3. Malte

  • 34  Je note ‘°’ le (*ʿ/ġ) de l’orthographe maltaise.

47Aquilina 1987 : 333 (fi, n° 13) note un emploi particulier de fi, “après certains verbes comportant l’idée de ‘mettre la pagaille, bricoler, manipuler’ (“the idea of messing about or tampering with s.th.”)”. Toq°odš tba°bas34 fi-l-frott ! ‘arrête de tripoter ce fruit !’. Mais on trouve aussi en maltais un emploi de fi comparable à ceux inventoriés ici : “Le maltais autorise des constructions alternatives (‘conative alternations’) employant… fi… seulement dans des contextes où le verbe imperfectif… peut être interprété comme un progressif (par contraste avec l’habituel)”. Les exemples donnés semblent indiquer une différence subtile : d-dum t-a-qra dal-ktieb ‘on met longtemps à lire le livre’ vs. d-dum t-a-qra f’dal-ktieb ‘on met longtemps à lire ce livre’ (Camilleri 2016 : 57-59).

4.4. Mauritanie

48En ḥassāniyya “v- introduit souvent le second régime d’un verbe factitif : isarrḥu vlǝḫlǝf ‘il lui fera paître les chamelles’” ; “devant le complément d’un verbe à régime normalement direct, v- exprime l’habitude, la répétition, la prolongation de l’action : itǝbbaʿ vīh ‘il le suit (continuellement, pendant un long moment)’ ” (Cohen 1963 : 215-216).

49Exemples dans des contes : kīv el-ʿeyyel elli yuḫaṛṛaṣ vīhum ‘tel un de ces jeunes gens que l’on regarde’ (Tauzin 1993 : 174, 1-2) ; ḫālgä kälbä ʿandhä terkä w-ʿātt (= ʿādet) ällā džīb lhum / v-el-lḥam w-džīb lhum v-l-ukīl ‘Il était une fois une chienne qui avait des chiots ; elle leur apportait toujours de la viande et de la nourriture’ (Ould Mohamed Baba & Aguadé 1991 : 330, -7/-6 ; exemple comparable 331,3).35

4.5. Algérie

50Pour Saïda v. W. Marçais 1906 : [63] /167. Des verbes généralement transitifs “se construisent avec lorsqu’on veut indiquer que l’action […] a été durable ou répétée”, lorsqu’ils ont “une valeur de حال”.

51Djidjelli : fi est employé “pour exprimer la continuité de l’action, sa répétition, ou encore l’intensité de l’action qui s’exerce sur plusieurs objets : le verbe est alors souvent un thème II et toujours à l’imparfait” : iselḫu f-ǝl-bqar ‘ils écorchent les bovins (abattus)’ ; d-âna dde nʿollem fǝddrâri ‘c’est moi qui instruis les enfants’ ; ku-nnowḍo fîh kell ṣbāḥ ‘je le fais lever chaque matin’ (Ph. Marçais 1956 : 511-512 ; autres exemples avec la IIe forme p. 180).

52Nombreux exemples sur internet, e.g. : تقول كان يصور فيهم سبع ‘on dirait qu’un lion les a pris en photo’.

4.6. Maroc

53Pour Colin (1993-1997 : 1418) fi “insiste sur la concentration de l’action, son intensification sur l’objet. šāf fīya (accompli) ‘il m’a regardé avec insistance’, différent de šāfni ‘il m’a vu’ ; bda kā-ibūs fīha ‘il se mit à la couvrir de baisers’ ; cf. p. 19 bqāt ən-nāṛ kā-tākul fīhom mä:kla ‘le feu continuait à les dévorer’ ; p. 1765 hād ǝž-žǝllāba, lbǝst fīha ḫǝms snīn ‘cette djellaba, je l’ai portée durant cinq (longues) années’.

  • 36  Il faut noter ici que Galand (1985 : 92) envisage lui aussi ce genre de valeur : “Il n’est donc pa (...)

54Dans son étude sur Taza, il écrivait (Colin 1921 : 81) : “Cette préposition apparaît souvent devant un régime direct et semble alors marquer que l’action s’exerce fragmentairement, sur une partie seulement du régime et non sur l’ensemble”. Si cette caractérisation peut à la rigueur s’appliquer aux deux derniers exemples qu’il donne (ḥannaw fīh (accompli) ‘ils lui ont teint les mains et les pieds de henné’ ; klaw (accompli) fǝ-s-sfǝnj ‘ils mangèrent une partie des « sfendjs »’), elle semble peu adéquate pour les trois premiers (brǝk ibūs fīha ‘il se mit à la couvrir de baisers’, mālǝk adšūf fīya ‘qu’as-tu à me dévisager ?’, qboṭ fīh ‘agrippe-le !’).36

  • 37  Recueilli par Louis Brunot et édité par Harrell.

55Il semble pourtant suivi par Harrell qui, commentant l’exemple (1962 : 228, texte 837 l. 5-6 : u-modda u huwwa ka-iqtel fi-hom ḥetta ma-bqaw ġir žûž mḫebyin ʿand waḥd el-beqqal (‘au bout d’un moment passé à les tuer il n’en resta que deux cachés chez un épicier’), écrit (229 n. 9) : “L’emploi de f- devant l’objet direct d’un verbe transitif indique la continuité ou l’incomplétion de l’action, e.g. qtelhom ‘il les tua’, qtel fihom ‘il en tua certains’, kan ka-iqtel fihom ‘il s’affairait à les tuer’ ”.

  • 38  Exemples respectivement issus du film Les filles de Raḥma, du corpus de l’auteur et de la chaîne d (...)

56À partir d’exemples comme tʿyay ma tḫebbʿi fi-ha ‘Tu (fém.) auras beau la [la vérité] dissimuler’, (itératif) ṃṃ-i kull ṣbaḥ kant tʿti fi-na f-l-ʿsel ‘Ma mère, chaque matin elle nous donnait du miel’, (habituel) ntuma l-ʿyal-at dima ka-t-žibu f-ṣḍaʿ ‘Vous les femmes, apportez toujours des ennuis’, Chatar-Moumni (2013 : 246-247)38 constate (248) que “La préposition fi- de l’arabe marocain localise un objet X à l’intérieur d’un intervalle D. La localisation opérée par fi- peut être statique ou dynamique ; X peut n’occuper qu’un point de D ou le parcourir entièrement”.

57Bensimon-Choukroun (1993 : 62) donne, pour divers dialectes judéo-arabes marocains, des exemples avec ḍrb (accompli) mais aussi avec ḥbb : (29 B) ka-yiḥǝbba vs. s ka-yiḥǝbb fe-ha ‘il l’aime’ / ‘comme il l’aime !’.

Internet :

  • 39  Étudiant, né en 1990 à Casablanca où il vit toujours (famille originaire de la région de Settat), (...)

kan crééyiw [= ka-nkrééyiw, cf. français ‘créer’] f collectif hed liam ‘on s’est lancés dans la création d’un collectif ces jours-ci’.39

had l-bḫar lli tanšufu fīh ‘cette mer que vous voyez [devant vous]’ (0’4” de la vidéo), à côté d’exemples sans fi : nšufu l-žamal dyal had l-manḍar ‘nous voyons la beauté de ce paysage’ (0’21”), etc.40

N.B. On aura remarqué (également en tunisien, cf. § 4.2.) la double valeur de šāf fi : ‘voir/regarder’ / ‘dévisager’ ; v. plusieurs exemples dans un épisode de la série animée Lascars41, e.g. (0’15”) : ġādi ibqa išūf fīya ‘il va continuer à me fixer [du regard longtemps comme ça] ?!’.

  • 42  Originaire de Berrechid, dans la région de Casablanca-Settat, dans la Chaouia, il vit à Casablanca

(Dessin humoristique de l’artiste ED oner,42 19/08/2017) : – Bnadem a sahbi mamezyanch, hta katbda tersem feh 3ad keynod men blasto !! – Ch baghi bnadem a sat… Rsemni ana wlah maghantherek men blasty !! – ‘Les gens, mon vieux, ils sont pas sympa ; à peine t’as commencé à les dessiner, ils bougent de leur place !’ – ‘Laisse-les tomber, t’as qu’à me dessiner moi, je risque pas de bouger !’.

4.7. Le parallèle avec le berbère

58Si Brahim (2007), qui étudie en parallèle les constructions semblables de l’arabe (avec fi) et berbère (avec g), ne suggère aucune parenté entre les deux, plusieurs auteurs ont voulu voir une influence de la construction berbère sur celle de l’arabe. Déjà Panetta (1943 : II 253) écrivait : “Dans cet emploi de la particule locative stative on sent l’influence du berbère”. Vycichl (1973 : 132) compare des exemples en judéo-arabe de Sousse (yǟkül fi ṣwābʿu ‘il se ronge les ongles (lit. ‘se mange les doigts’)’, qáʿda táʿmel fi wežžä “elle est en train de s’épiler (lit. ‘elle fait’) le visage”, etc.) à des exemples berbères de Djerba. Reesink (1984 : 340-344) est plus prudent lorsqu’il présente la construction parmi les ‘similitudes syntaxiques’ entre arabe et berbère maghrébins. Galand (1985 : 90-93) approuve sa prudence, et ajoute (p. 93) que “si l’on considère que la tournure n’est attestée que dans la frange nord-est du domaine berbère, on sera enclin à expliquer sa présence, souvent discrète et hésitante, par une influence de l’arabe, déjà suggérée par P. Reesink”. On ajoutera qu’évidemment la présence de la tournure en arabe ancien et en moyen arabe (également évoquée par L. Galand) et, surtout, le fait qu’elle soit attestée dans l’ensemble du domaine dialectal arabe permettent d’écarter la ‘piste’ berbère.

5. Autres marqueurs

59On ne peut signaler ici qu’en passant, malgré son importance pour une étude globale de bi-/fi, le fait que l’arabe possède d’autres MDO.

  • 43  V. par exemple, parmi de nombreuses études, Borg 1981.

60On pense d’abord bien sûr à li (l(i), l(a), etc. dans les dialectes), bien que son rôle soit très différent de celui de bi-/fi, en ce qu’il est, du moins au départ, un outil ‘purement’ syntaxique. Mais déjà en arabe andalou par exemple, on est frappé de ce que les verbes après lesquels il apparaît rappellent ceux que nous avons vus dans les exemples de différents dialectes : (Ibn Quzmān, m. 1160) lā niwaḫḫar li-qiṣṣatī ‘je ne vais pas retarder mon récit’, aštum li-wildī “insulte mon père”, taqtul li-man yiḥibbak “tu tues ceux qui t’aiment”, raʾá hārūt li-ʿaynayk “Hārūt a vu tes yeux” ; (Doctrina Christiana,1566) tihueddéb lalledí yahtá “tu corrigeras ceux qui fautent” (Corriente 2013 : 108). Et il faut songer aussi aux multiples développements de li, par exemple dans les dialectes du Levant, avec emploi concomitant d’un pronom cataphorique, du type : šǝft-ha la-ʾǝmmi ‘tu as vu ma mère’ (lit. ‘tu l’as vue à ma mère’ (en arabe de Cilicie on a, à côté de la, ʿa(la), Procházka 2002 : 158, § 3.3.3.) ; ou encore au développement, en maltais, du composé lil, dont l’emploi est très lié à des phénomènes aspectuels.43 On note donc que dans plusieurs dialectes peuvent coexister, dans des fonctions certes différentes, deux MDO (li/la et bi-/fi au Levant, lil et fi à Malte).

61Dans le dialecte de Siirt, c’est la préposition ša/šān (‘à’, ‘pour’, etc.) qui est le MDO : ḫaṣṣatan šān-i yǝḥǝpp ‘il m’aime beaucoup’ (Biţună 2016 : 179, § 3.3.19.15. vi).

6. Conclusions

62On aura compris qu’il ne peut encore être question de faire un tableau historique, ou une synthèse des emplois de la construction avec fi dans les dialectes arabes, d’autant qu’ils sont loin d’être tous documentés et analysés. On peut cependant tirer de ce qui précède un certain nombre de constatations.

63On peut poser d’abord avec quelque raison qu’historiquement, c’est bi- qui a précédé fi ; mais le fait que celle-ci l’ait presque entièrement absorbée a entraîné des évolutions profondes du fait de son sémantisme de base.

64L’emploi de fi est très inégalement grammaticalisé. Dans certains dialectes, son emploi est optionnel et les modifications qu’il apporte à l’énoncé sont relativement minimes. Dans d’autres, il est obligatoire dans certains cas. Dans certains dialectes, son emploi est impossible après une forme perfective (accompli ou participe actif), mais il est parfaitement possible dans d’autres (en Syrie, en Palestine, au Negev, en Tunisie, au Maroc – et déjà en Moyen Arabe). Si les modifications qu’il apporte à l’énoncé sont incontestablement de nature aspectuelle (mais souvent en lien avec d’autres phénomènes, et bien sûr avec l’aspect lexical des verbes concernés), celles-ci sont diverses. La progressivité, sur laquelle insistent beaucoup d’auteurs, est peut-être davantage un effet induit qu’une valeur fondamentale ; la durativité et, surtout, l’itérativité et l’habitualité semblent attestées surtout au Maghreb (dialectes libyens, de Tunis, de Dūz, de Mauritanie) ; l’Égypte pourrait, de ce point de vue, être une aire intermédiaire (la valeur d’habituel est par exemple exclue de certains dialectes soudanais au moins).

65S’il fallait faire un premier pas dans la tentative d’abstraire une éventuelle valeur fondamentale de fi, on pourrait dire que son emploi est un des procédés linguistiques, de natures diverses, et souvent associés (comme par exemple le recours à la IIe forme dérivée) qui, s’ils permettent certes d’insister sur l’implication de l’agent, ou sur l’orientation vers l’objet, concourent fondamentalement à décrire les procès de façon circonstanciée, concrète, spécifiée, ‘incarnée’. Il semble que cette perspective permette de mieux rendre compte de divers effets induits, aboutissant à des emplois très étendus ou, parfois, très particuliers (cf. certains exemples maltais) qui pourraient apparaître contradictoires. Il va sans dire que la typologie raisonnée de ces emplois reste encore largement à établir.

66On signalera pour conclure une importante question qui n’a pu être abordée ici. On a vu des exemples (qui concernent certaines catégories de verbes) comme (Maroc) šāf ‘voir’ vs. šāf fi ‘regarder avec insistance’, ou (Soudan) libis (fi) ‘mettre/porter’, masak (fi) ‘prendre/tenir’, šāf (fi) ‘voir/connaître’, etc. Mais, dans un cas comme (Damas) ma bǝfham ǝl-kīmya ‘je ne comprends pas (rien à) la chimie’ vs. ma bǝfham bǝ-l-kīmya ‘je ne m’y connais pas (je ne suis pas un expert) en chimie’ (Salamé/Lentin 2010 : 9), sǝmeʿ ‘entendre’ vs. sǝmeʿ b- ‘entendre parler de, apprendre (une nouvelle)’, peut-on considérer que c’est la différence entre la construction transitive directe et celle avec b- qui a amené à une différenciation sémantique et donc à la lexicalisation de deux verbes devenus autonomes ? Ou doit-on plutôt penser qu’il s’agissait au départ de deux verbes à régime différent ? La réponse n’est pas simple, et probablement particulière pour chaque verbe. Pour ne prendre qu’un exemple, on trouve déjà, dans des recueils de ḥadīṯ-s, des énoncés comme mā samiʿtu fīhi bi-šayʾin ‘je n’ai rien entendu dire à son sujet (personne) / là-dessus (chose)’, tournure qui pourrait bien constituer une étape intermédiaire d’une évolution sémantico-syntaxique complexe.

Bibliographie

Aquilina, Joseph. 1987 & 1990. Maltese English Dictionary, 2 vol. La Valette (Malte) : Midsea Books Ltd.

Ahmed Ali, Mustapha & Miller, Catherine. 1985-1986. “Aperçu sur le système verbal du dialecte du centre-nord Soudanais. L`expression de la concomitance”, Matériaux Arabes et Sudarabiques-GELLAS 3. 167-187.

Bensimon-Choukroun, Georgette. 1993. “Objets en judéo-arabe maghrébin”, Actances 7. 35-64. http://lacito.vjf.cnrs.fr/documents/pdf_actances/Bensimon-Choukroun07.pdf

Biţună, Gabriel. 2016. Morfo-sintaxa dialectului Arab Nord-Mesopotamian din Siirt, Turcia. Bucarest : Editura Universităţii din Bucureşti.

Blau, Josua. 1960. Syntax des palästinensischen Bauerndialekts von Bîr-Zêt, auf Grund der ‘Volkserzählungen aus Palästina’ von B. Schmidt und P. Kahle. Walldorf-Hessen : H. Vorndran.

Blau, Joshua. 1965 [2e éd. revue et augmentée, Jérusalem, Ben-Zvi Institute for the Study of Jewish Communities in the East, 1981 ; 3e éd. revue, Jérusalem, 1999]. The Emergence and Linguistic Background of Judaeo-Arabic. A Study of the Origins of Middle Arabic. Oxford : Oxford University Press.

Blau, Joshua. 1967. A Grammar of Christian Arabic based mainly on South Palestinian Texts from the First Millenium, vol. II. Louvain : Peeters.

Borg, Albert J. 1981. A Study of Aspect in Maltese. Ann Arbor : Karoma Publishers, Inc.

Börjars, Kersti, Ghadgoud, Khawla & Payne, John. 2016. “Aspectual object marking in Libyan Arabic”, Arnold, Doug, Butt, Miriam, Crysmann, Berthold, King, Tracy Holloway, & Müller, Stefan (éds), Proceedings of the Joint 2016 Conference on Head-driven Phrase Structure Grammar and Lexical Functional Grammar. Varsovie : Polish Academy of Sciences / Stanford, CA : CSLI Publications. 125-139.

http://web.stanford.edu/group/cslipublications/cslipublications/HPSG/2016/headlex2016-bgp.pdf

Brahim, Ahmed. 2007. “Marquage locatif de l’objet et aspect progressif en arabe et en berbère tunisiens”, François, Jacques & Brahim, Ahmed (éds), Morphosyntaxe et sémantique du verbe. Relations actancielles, voix, aspect et statut grammatical en français et en arabe, Cahier du CRISCO (Université de Caen) n°23. 94-105.

http://documents.tips/documents/cahiers-crisco-23.html

Brockelmann, Carl. 1907 [1908] et 1911 [1913]. Grundriss der vergleichenden Grammatik der semitischen Sprachen, 2 vol. Berlin : Verlag von Reuther & Reichard.

Camilleri, Maris. 2016. Temporal and Aspectual auxiliaries in Maltese. PhD Thesis, University of Essex. http://repository.essex.ac.uk/17171/1/2016.pdf

Chatar-Moumni, Nizha. 2013. “La préposition en du français comparée aux prépositions li- et bi- de l'arabe marocain”, Mengozzi, Alessandro & Tosco, Mauro (éds), Sounds and Words through the Ages : Afroasiatic Studies from Turin, Alessandria : Edizioni dell'Orso. 239-252.

Cohen, David. 1963. Le dialecte arabe ḥassānīya de Mauritanie (parler de la Gəbla). Avec la collaboration de Mohammed el Chennafi. Paris: Klincksieck.

Cohen, David. 1975. Le parler arabe des Juifs de Tunis. II. Étude linguistique. The Hague / Paris : Mouton.

Colin, Georges S. 1921. “Notes sur le parler arabe du Nord de la région de Taza”, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale XVIII. 33-119.

Colin, Georges-S. 1993-1997. Le Dictionnaire Colin d’Arabe dialectal marocain, sous la direction de Zakia Iraqui-Sinaceur, 8 vol. Rabat : Éditions Al-Manahil, Ministère des Affaires Culturelles.

[Corriente, Federico]. 2013. A descriptive and comparative grammar of Andalusi Arabic, edited by the Institute of Islamic Studies of the University of Zaragoza. Leiden/Boston : Brill.

Erwin, Wallace M. 1963. A short reference grammar of Iraqi Arabic. Washington, D.C. : Georgetown University Press.

Feghali, Michel & Joseph. 1976, 1977. Contes, légendes et coutumes populaires du Liban, Texte arabe, transcription, traduction et notes, t. II et III. Louvain : Peeters.

Galand, Lionel. 1985. “Exemples berbères de la variation d’actance”, Actances 1. 79-96.

http://lacito.vjf.cnrs.fr/documents/pdf_actances/Galand01.pdf

González Casado, Pilar. 2000. Las relaciones lingüísticas entre el siríaco y el árabe en textos religiosos árabes cristianos. Tesis de la Universidad Complutense de Madrid, Facultad de Filología, Departamento de Estudios Hebreos y Arameos.

http://eprints.ucm.es/20438/1/T24828.pdf

Harrell, Richard S. 1962. A short reference grammar of Moroccan Arabic, with an Appendix of texts in urban Moroccan Arabic by Louis Brunot. Washington : Georgetown University Press.

Henkin, Roni. 2010. Negev Arabic. Dialectal, Sociolinguistic, and Stylistic Variation, Wiesbaden: Harrassowitz.

Holes, Clive. 2015. Dialect, Culture, and Society in Eastern Arabia, vol. III : Phonology, Morphology, Syntax. Leiden/Boston/Köln : Brill.

Ibn Sīdah, ʿAlī b. ʾIsmāʿīl ʾAbū al-Ḥasan. 1996. al-Muḫaṣṣaṣ fī al-luġa, éd. Ḫalīl ʾIbrāhīm Ǧaffāl. Beyrouth : Dār ʾiḥyāʾ al-turāṯ al-ʿarabī.

Lentin, Jérôme. 1991. “À propos de la valeur ‘intensive’ de la IIème forme verbale en arabe syrien : modalité et expressivité. Vers un renouvellement du système verbal ?”, Kaye, Alan S. (éd.), Semitic Studies in Honor of Wolf Leslau, vol. II. Wiesbaden : Harrassowitz. 891-916.

Lentin, Jérôme. 1997. Recherches sur l’histoire de la langue arabe au Proche-Orient à l’époque moderne. Thèse de Doctorat d’état ès-lettres, Paris III.

Lentin, Jérôme. 2008. “Unité et diversité du Moyen Arabe au Machreq et au Maghreb : quelques données d’après des textes d’époque tardive (16ème-19ème siècles)”, Lentin, Jérôme & Grand’Henry, Jacques (éds), Moyen arabe et variétés mixtes de l’arabe à travers l’histoire – Actes du premier colloque international (Louvain-la-Neuve, 10-14 mai 2004). Louvain-la-Neuve : Université catholique de Louvain, Institut orientaliste de Louvain, Peeters. 305-319.

Linder, Sven Vilhelm & Ringgren, Helmer. 1952. Palästinische Volksgesänge, aufgezeichnet und gesammelt von Sven Linder, aus dem Nachlass herausgegeben und mit Anmerkungen versehen von Helmer Ringgren. I. Mit einem Beitrag vom Herausgeber. Die Volksdichtung und das hohe Lied. Uppsala universitet : Lundequistska bokhandeln.

McNeil, Karen. 2017. “ (‘in’) as a Marker of the Progressive Aspect in Tunisian Arabic”, Ritt-Benmimoun, Veronika e.a. (éds), Tunisian and Libyan Arabic Dialects: Common Trends, Recent Developments, Diachronic Aspects. Zaragoza : Prensas de la Universidad de Zaragoza. 161-190.

Marçais, Philippe. s. d. [1956]. Le parler arabe de Djidjelli (Nord-Constantinois, Algérie). Paris : Maisonneuve.

Marçais, William. 1906-1907. “Le dialecte arabe des Ūlâd Bṛāhîm de Saïda (Département d’Oran)”, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris XIV (1906), 97-164, 416-472, 481-499 ; XV (1907), 40-72, 104-129 (publié en volume, Paris, 1908).

Marçais, William & Guîga, Abderrahmân. 1958-1961. Textes arabes de Takrouna II. Glossaire : contribution à l’étude du vocabulaire arabe, tomes I-VIII. Paris : Imprimerie nationale / CNRS / Librairie P. Geuthner.

Mitchell, Terence F. 1978. “Educated Spoken Arabic in Egypt and the Levant, with Special Reference to the Participle and Tense”, Journal of Linguistics 14. 227-258.

Mitchell, Terence F. & El-Ḥassan. Shahir. 1994. Modality, Mood and Aspect in Spoken Arabic. With Special Reference to Egypt and the Levant. Londres / New York : Kegan Paul International.

Nöldeke, Theodor. 1894. Compte rendu de Stumme 1893, Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes VIII. 250-271.

Ould Mohamed Baba, Ahmed Salem & Aguadé, Jorge. 1991. “ānä smi bäynnä. Dos versiones de un cuento popular mauritano”, Anaquel de Estudios Árabes 2. 327-337.

https://revistas.ucm.es/index.php/ANQE/article/view/ANQE9191110327A/4052

Owens, Jonathan. 1984. A short reference grammar of Eastern Libyan Arabic. Wiesbaden : Harrassowitz.

Pallottino, Margherita. 2016. “« feš taqra? » What are You Reading? Prepositional Objects in Tunisian Arabic”, Brill’s Journal of Afroasiatic Languages and Linguistics 8. 286-312.

Panetta, Ester. 1943. L’arabo parlato a Bengasi. I. Testi con traduzione e note. II. Grammatica. Rome : Libreria dello Stato.

Procházka, Stephan. 1993. Die Präpositionen in den neuarabischen Dialekten. Vienne : VWGÖ.

Procházka, Stephan. 2002. Die arabischen Dialekte der Çukurova (Südtürkei). Wiesbaden : Harrassowitz.

Reckendorf, Hermann. 1895-1898. Die syntaktischen Verhältnisse des Arabischen. Leiden : Brill.

Reckendorf, Hermann. 1921. Arabische Syntax. Heidelberg : Carl Winter’s Universitätsbuchhandlung.

Reesink, Pieter. 1984. “Similitudes syntaxiques en arabe et en berbère maghrébins”, Bynon, James (éd.), Current Progress in Afro-Asiatic Linguistics - Papers of the Third International Hamito-Semitic Congress (London 1978). Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins. 327-354.

Ritt-Benmimoun, Veronika. 2017. “The preposition fi- as an Object and Aspect Marker in a South Tunisian Bedouin Dialect”, Journal of Semitic Studies 62/2. 319-355.

Saada, Lucienne. 1984. Éléments de description du parler arabe de Tozeur (Tunisie). Phonologie, morphologie, syntaxe. Paris : diffusion Geuthner.

Saddour, Inès. 2009. “The expression of progressivity in Tunisian Arabic: A study of progressive markers in oral retellings of simultaneous situations”, Revue de Sémantique et Pragmatique (Presses de l’Université d’Orléans) 25-26. 265-280.

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00625548

Saïdi, Darine. 2014. Développement de la compétence narrative en arabe tunisien : rapport entre formes linguistiques et fonctions discursives. Thèse de doctorat, Université Lyon 2.

http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2014/saidi_d/pdfAmont/saidi_d_these.pdf

Salamé, Claude & Lentin, Jérôme. 2010. Dictionnaire d’arabe dialectal syrien (parler de Damas), lettre B. http://halshs.archives-ouvertes.fr/IFPO/halshs-00504180/fr/.

Schmidt, Hans & Kahle, Paul (éds). 1918, 1930. Volkserzählungen aus Palästina gesammelt bei den Bauern von Bir-Zeit und in Verbindung mit Dschirius Jusif, vol. 1-2. Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht.

Singer, Hans-Rudolf. 1984. Grammatik der arabischen Mundart der Medina von Tunis. Berlin/New York : de Gruyter.

Stumme, Hans. 1893. Tunisische Märchen und Gedichte. Eine Sammlung prosaischer und poetischer Stücke im arabischen Dialecte der Stadt Tunis nebst Einleitung und Übersetzung, I-II. Leipzig : J.C. Hinrichs’sche Buchhandlung.

http://menadoc.bibliothek.uni-halle.de/ssg/content/titleinfo/1071301

Stumme, Hans. 1898. Märchen und Gedichte aus der Stadt Tripolis in Nordafrika. Sammlung transkribierter prosaischer und poetischer Stücke in arabischen Dialekt der Stadt Tripolis nebst Übersetzung, Skizze des Dialekts und Glossar, I-II. Leipzig : J.C. Hinrichs’sche Buchhandlung.

Ṣubḥ, ʿAlawiyye. 2006. Dunyā. Beyrouth : Dār al-ʾādāb.

Tauzin, Aline. 1993. Contes arabes de Mauritanie. Paris: Karthala.

Vycichl, Werner. 1973. “Les études chamito-sémitiques”, Actes du premier congrès d’études des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère. Alger : S.N.E.D. 128-135.

Woidich, Manfred. 2006. “fi Objects in Egyptian Arabic: the Case for Telic Verbs”, Mejri, Salah (éd.), L’arabe dialectal : enquêtes, descriptions, interprétations. Actes d’Aida 6 [2004]. Travaux offerts au professeur Taïeb Baccouche. Tunis : Centre d’études et de recherches économiques et sociales (Série Linguistique 13). 473-486.

Wright, William. 1896, 1898. A Grammar of the Arabic Language, 3ème éd. Cambridge : at the University Press.

Notes

1  Pour d’autres prépositions v. § 5.

2  ‘Marquage/marqueur différentiel de l’objet’ seront abrégés en MDO. Les hébraïsants et les aramaïsants parlent de nota accusativi, qu’on évitera ici vu qu’aucun dialecte arabe ne possède de désinences casuelles ; nota objecti serait plus approprié.

3  Woidich 2006 ; v. ci-dessous § 3.8.

4  V. § 4.2.

5  V. § 4.1.

6  V. Ritt-Benmimoun 2017 : 324-332 pour un riche état des lieux, qui recoupe largement le nôtre.

7  V. §§ 3.3., 3.5., 3.7.

8  Wright 1898 (II) : 159-160 ; Brockelmann 1911 [1913] : 366 et 368-369 (§ 237 f et m), 313, 373 ; Reckendorf 1921 : 236-237 ; Reckendorf 1895-1898 : 244-246.

9  1996 : vol. 4, 242-243.

10  Les traductions françaises sont celles de R. Blachère, sauf pour ce premier exemple, qu’il traduit ‘Prêche au nom de ton Seigneur’, conformément à une interprétation plus courante.

11  C’est à dire du ʾAdab al-kātib d’Ibn Qutayba.

12  “(…) der von der Handlung getroffene Gegenstand als dasjenige aufgefasst ist, woran oder mittels dessen die Handlung zur Erscheinung kommt’.

13  Lire ainsi au lieu de rubūniyya.

14  Procházka 1993 : 104-105 (et carte 1, 259-261).

15  Pour les références précises v. Lentin 1997.

16  Lentin 2008 : 314.

17  Contrairement à ce qui se passe, dans tous les registres de l’arabe, avec les verbes de mouvement construits avec bi-, où c’est la valeur instrumentale de la préposition qui est en jeu.

18  Procházka 1993 : 40 et n. 64.

19  Lentin 1997 : 286-288, § 6.12.2.

20  Procházka 1993 : 105.

21  Courant dans plusieurs dialectes, e.g. ma gabalet fī (informatrice d’un village du Golan, juillet 2009). La construction ave est d’ailleurs attestée en arabe classique. Ainsi le grammairien Ibn ʿAqīl (m. 1367) :هذا الاعراب قد قبل فيه أيضا “Cette [autre] flexion désinentielle a été aussi acceptée”.

22  Les traductions des auteurs (p. 70 et 60-61) ont été modifiées.

23  Noté par M.-A. Germanos (30/04/2017).

24  Qui donne plusieurs de ces exemples : Blau 1960 : 165 § 100d pour b-, 166-167 pour fi, avec exemples (ou références) pour les verbes suivants : garr, ṭabaḫ, liḥiḳ, madaḥ, sabaḳ, ʾakal, ḏ̣aḥḥaḳ, saḥab, ḥaka, fattaḥ, šawšaḥ, ǧamaṭ, ḥammam, dabb, ʿalla, ḳla, ḳamḳaš, bārak.

25  Autres exemples p. 211, 228, 354, 372.

26  Un exemple de Louxor, dans un conte publié en 1885 par H. Dulac, est cité par Colin 1921 : 81, note 1 : وخيّتى تلقّط في عظمي ‘tandis que ma petite sœur rassemble mes os’.

27  C’est ainsi que traduit Stumme (p. 107).

28  Exemples avec ḍrb, smʿ, wns III, žyb, šwf, byʿ (inaccomplis), et smʿ et bht II (accomplis).

29  Brahim 2007, Saddour 2009, Saïdi 2014, et surtout Pallottino 2016, McNeil 2017 et Ritt-Benmimoun 2017.

30  V. aussi le compte rendu de Nöldeke 1894 : 264.

31  Pour la question du rapport entre l’arabe et le berbère v. plus bas § 4.7.

32 Sans précision, ce qui est regrettable car les situations sont très diversifiées dans les dialectes tunisiens.

33  À partir de nombreux exemples majoritairement tunisois puisés dans le Tunisian Arabic Corpus (TAC, accessible sur http://tunisiya.org).

34  Je note ‘°’ le (*ʿ/ġ) de l’orthographe maltaise.

35  Lignes 1-2 & 10-12 du texte (http://www.semarch.uni-hd.de/pdf/arab/aguade/chinguetti_aguade_baba.pdf) accompagnant l’enregistrement dans Das Semitische Tonarchiv (SemArch) de Heidelberg, où v- est noté f-.

36  Il faut noter ici que Galand (1985 : 92) envisage lui aussi ce genre de valeur : “Il n’est donc pas impossible que l’arabe et le berbère aient développé séparément, en raison de cette relation entre inaccompli et partitif, la même construction prépositionnelle de l’inaccompli”.

37  Recueilli par Louis Brunot et édité par Harrell.

38  Exemples respectivement issus du film Les filles de Raḥma, du corpus de l’auteur et de la chaîne de télévision 2M.

39  Étudiant, né en 1990 à Casablanca où il vit toujours (famille originaire de la région de Settat), dans un échange sur Facebook avec Dominique Caubet (17/6/2017).

40  https://www.facebook.com/100004353286370/videos/pcb.865661613588940/865659760255792/?type=3&theater, vidéo, 26/7/2017 (Oualidiya, sur l’atlantique).

41  https://www.youtube.com/watch?v=DUWeH51uNyI.

42  Originaire de Berrechid, dans la région de Casablanca-Settat, dans la Chaouia, il vit à Casablanca.

43  V. par exemple, parmi de nombreuses études, Borg 1981.

Auteur

Jérôme Lentin

Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris)