Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies on Arabic Dialectology and Sociolinguistics

 | 
Catherine Miller
, 
Alexandrine Barontini
, 
Marie-Aimée Germanos
, 
et al.

Arabic Dialectology - Linguistic Descriptions

Les marqueurs des constructions analytiques du réfléchi et du réciproque en arabe du Caire

Julie Haslé

Résumé

Cet article aborde les marqueurs des constructions analytiques de réorientation des actants en arabe cairote, à savoir nafs pour le réfléchi, et baˁḍ pour le réciproque. Dans les deux cas, il s'agit de marqueurs recaractérisés pour leur fonction diathétique, et non de marqueurs propres à cet emploi. Nous comparons les caractéristiques fonctionnelles et notionnelles de ces mots lorsqu'ils occupent d'autres fonctions syntaxiques, afin de mettre en avant les critères de leur sélection en marqueurs de voix.
D'un premier usage de nafs, nous retenons qu'il met en relation différents éléments, et établit un rapport entre eux sur la base d'une notion auxquels les référents peuvent tous être rapportés. Un second usage expose son rôle de singularisation du référent, qui le retire alors de toute mise en contraste, et créer ainsi un effet d'emphase, ne prenant en compte que la nature du référent lui-même. Ces fonctions parallèles de nafs contribuent à éclairer son choix en marqueur de réfléchi, ainsi que l'intensification de la valeur agentive du sujet qui lui est associée.
Les différents usages de baˁḍ révèlent que s'il a aussi pour rôle de mettre différents éléments en rapport, la relation ne s'établit pas dans une notion à laquelle peuvent se rapporter les éléments, mais à travers une notion tierce. baˁḍ construit entre des référents effectivement distincts la participation à un même état, statif ou processif.
Dans les deux cas, leur recaractérisation en marqueurs diathétiques permet leur utilisation dans des structures qui empruntent à ces modèles, tout en y apportant des nuances diathétiques, comme l'autobénéfactif ou le sociatif.
Ainsi, l'identification d'un ensemble de traits notionnels associés à ces mots permet de montrer les valeurs associées aux constructions analytiques du réfléchi et réciproque, et de mettre en avant deux constructions bien distinctes.

Texte intégral

Introduction

1Les marqueurs qui vont nous occuper en cairote sont pour le réfléchi nafs et pour le réciproque baʿḍ. Ils encodent le réfléchi et le réciproque dans le cadre de constructions analytiques qui impliquent une réorientation des actants faisant usage de marqueurs syntaxiques, et n'impliquant pas de modification morphologique de la forme verbale utilisée.

2Il ne s'agit pourtant pas de leur seul emploi, puisqu'ils peuvent remplir d'autres fonctions. Ils ont donc subi un processus de recaractérisation en marqueurs de diathèse. Il s'agit ici d'exposer les critères qui permettent à un même mot de remplir ces différentes fonctions, et quelle notion les unit.

3Nous distinguons deux types d'usages de ces mots en dehors de leur fonction diathétique : des fonctions parallèles, aussi issues d'un premier niveau de recaractérisation, et des usages étendus des marqueurs de diathèse, permis par leur rôle dans la réorganisation des actants. L'étude conjointe des différents usages de ces mots nous renseigne sur les valeurs associées au réfléchi et au réciproque en cairote.

4Les sources des exemples sont indiquées en bibliographie, à l’exception de ceux issus de nos données, recueillies lors d’entretiens avec trois locuteurs cairotes, Amāni (Am), Ayā (Ay) et Karīm (Ka).

1. Usages de nafs

1.1. Premier emploi : substantif

5Le mot nafs est d'abord un substantif, qui a les sens de « âme » ou « souffle ».

6i.

kallem

nafs-ek

u

ʿalē-ha

tṣāleḥ

parler.IMP.SG.M

âme-2SG.M

CONJ

PREP-3SG.F

se_réconcilier.IMP.SG.M

Parle à ton âme et sois réconcilié avec elle. (Cairokee 2015 : Kull ḥāga betʿaddi)

7Il est productif dans cet usage, que nous considérons comme premier sens du mot.

1.2. Premier niveau de recaractérisation

8L’ordre dans lequel les usages de nafs seront présentés dans cette section n’indique pas un rapport chronologique de leur développement.

1.2.1. nafs préposé à un groupe nominal défini : Indicateur d'état (IE)

9Une première recaractérisation est l'usage de nafs préposé à un groupe nominal. Celui-ci est toujours déterminé par l'article défini.

10ii.

te-dris

nafs

ɛd-drāsa

lli

ana

ʿamal-ta-ha

2/3.F.INACC-étudier

IE

ART-étude

REL

1SG

faire-1SG/2SG.M.INACC-3SG

Elle fait les mêmes études que moi. (Am)

11À première vue, cette construction semble indiquer l'identité. Pourtant, à y regarder de plus près, elle indique rarement l'identité factuelle d'une chose avec elle-même. Au contraire, il s'agit la plupart du temps de marquer la similitude de deux référents distincts. Dans cet emploi, nafs indique qu’il existe entre deux référents des traits communs qui permettent de les ramener à la même notion. Ainsi, la présence d’un seul groupe nominal masque la mise en rapport d’au moins deux éléments distincts.

1.2.2. nafs-PRO : pronom emphatique

12nafs peut également être postposé à un groupe nominal (ex. iii.) ou un pronom personnel indépendant (ex. iv.). Dans ce cas, il est suffixé d'un pronom personnel, qui est accordé en genre et en nombre avec l'élément qui le précède.

13iii.

al-gāmʿa

nafsa-ha

yaʿni

ɛl-mabna

nafs-u

mabna

tārīḫi

ART-université

EMP-3SG.F

MD

ART-bâtiment

EMP-3SG.M

bâtiment

historique

yaʿni

ʿaẓīm

yaʿni

gamīl

geddan

MD

magnifique

MD

beau

ADV

L'université elle-même enfin le bâtiment lui-même est un bâtiment historique, enfin magnifique, enfin très beau. (Am)

14iv.

ana

nafs-i

ma

b-a-ḥɛbba-ha

ʾawi

lāken

1SG

EMP-1SG

NEG

PVB-1SG.INACC-aimer-3SG.F

ADV

CONJ

be-n-nesba

la-l-ʿarab

kullu-hum

Ummu Kalsūm

di

ilāh

pour

PREP-ART-Arabes

tout-3PL

Oum_Kalsoum

DEM.F.SG

divinité

Personnellement, moi je ne l’aime pas trop, mais pour tous les Arabes, Oum Kalsoum c'est une divinité. (Am)

15Par ce procédé, nafs-PRO singularise l’élément avec lequel il s'accorde, ayant en cela une fonction isolante. L’élément n’est plus compris dans une liste de référents aux caractéristiques similaires, et avec lesquels il est en concurrence dans le réel ou le lexique, mais bien par ce qui le caractérise en propre, en tant qu’individu. Cette fonction isolante crée un effet d'emphase, qui conduit à parler de pronom emphatique pour cet emploi de nafs. L’emphase est l’effet de l’attention portée à la nature de l’objet.

1.3. nafs-PRO : marqueur de réfléchi

1.3.1. Description de la construction analytique du réfléchi

16La troisième recaractérisation de nafs est celle qui forme la construction analytique du réfléchi. Elle est formellement identique à la précédente, puisqu'elle se construit avec un pronom personnel suffixé. Cependant, les similitudes s'arrêtent là. Le marqueur du réfléchi est en effet postposé à un groupe verbal, et le pronom personnel suffixé s'accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe. nafs est, dans cette construction, syntaxiquement ancré, en ce qu'il suit toujours le verbe, et que rien ne peut être inséré entre les deux éléments.

17v.

ana

law

meš

fāḍī

ha-faḍḍī-l-ek

nafs-i

1SG

CONJ

NEG

libre

PVB.FUT-1SG.INACC-libérer-PREP-2SG.F

REF-1SG

Si je ne suis pas libre, je me libérerai pour toi. (Ka)

18vi.

lāzem

bi-idē-na

n-ġayyar

nafse-na

il_faut

PREP-main-1PL

1PL.INACC-changer

REF-1PL

Il faut que nous nous changions nous-mêmes (litt. : par nos mains) (Cairokee 2011 : Yā l-mīdān)

19vii.

lāzem

kull

el-banāt

ye-ḥebb-u

nafsu-hum

il_faut

ADV.IND

ART-fille.PL

3.INACC-aimer-3.PL

REF-3PL

Toutes les filles doivent s'aimer (elles-mêmes) (ʿAbd al-ʿĀl 2008 : 20)

20La construction nafs-PRO est appelée par la réflexivisation du procès. Comme nous pouvons le voir avec les exemples (v) et (vi), qui présentent des cas dans lesquels le sujet est une première personne, elle ne sert pas à lever l’ambiguïté liée à la coréférence, puisque l’ambiguïté n'existe pas dans ces cas. Il est donc nécessaire à la construction du réfléchi.

21Le marqueur de réfléchi a donc la même place syntaxique qu'un complément qui ne serait pas coréférencé sur le sujet. C'est en cela que le procès est réorienté a posteriori : l’objet sur lequel l’action est exercée est donné par la construction, et n’est pas un trait inhérent du verbe.

22La construction analytique du réfléchi permet la conservation du schéma syntaxique du verbe, en prenant la place de son complément. Si le verbe a une transitivité indirecte, la préposition régie par ce verbe est conservée, ainsi qu'illustré en (viii).

23viii.

ˀul-t

la-nafs-i

ma

χadam-ak

ella

men

dire-1/2.SG.M.ACC

PREP-REF-1SG

NEG

servir.ACC.3SG.M-2SG.M

PREP

PREP

sagan-ak

emprisonner.ACC.3SG.M-2SG.M

Je me suis dit il n'y a personne d'autre pour te servir que celui qui t'emprisonne. (Cairokee : Eħna eš-šaˁb)

1.3.2. Traits du réfléchi

24Dans certains cas, le marqueur du réfléchi semble optionnel. Nous prenons l'exemple du verbe sīb « laisser, quitter », pour lequel deux constructions sont attestées.

25ix.

sīb-ɛk

men

n-nās

rabbe-na

b-yi-sāmeḥ

quitter-IMP.SG.M

PREP

ART-gens

seigneur-1PL

PVB-3.INACC-pardonner

Ne t'inquiète pas de ce que les gens disent (litt. : quitte les gens) le Seigneur pardonne

(Cairokee 2014 : Kull ḥāga betʿaddī)

26x.

si:b

nafs-ɛk

law ḥatta

yōm

law

kull

quitter.IMP.SG.M

REF-2SG.M

CONJ

jour

CONJ

QT

en-nās

ha-yi-ʾūl-u

ʿalē-k

magnūn

ART-gens

PVB.FUT-3.INACC-dire-3PL

PREP-2SG.M

fou

Lâche-toi même juste pour un jour, même si les gens disent que tu es fou. (Cairokee : etgannen)

27En (ix), l'objet direct est marqué sur le verbe par le pronom personnel suffixé -ɛk. En (x), on voit à la même place, l'apparition du marqueur de réfléchi nafs. Dans les deux phrases, le sens de quitter, se débarrasser de quelque chose est conservé. Il s'agit donc de comprendre son absence en (ix). Pour cela, il faut prendre en compte la présence du groupe prépositionnel men en-nās. Dans l’exemple (ix), le sujet n'est pas perçu comme le patient du procès. Il est agent et lieu de causation, mais le rôle de patient est porté par le complément d'objet indirect men en-nās. Le procès sort du sujet et n'y revient pas. Il s'agit donc de « se débarrasser des autres ». Au contraire en (x), le procès est directement dirigé sur le sujet, qui se prend lui-même comme objet de l'action. Ainsi, le marqueur du réfléchi n’apparaît que lorsque le référent du sujet et de l'objet présente tous les attributs du réfléchi, qu'il est à la fois agent, patient et lieu de causation.

1.3.3. Coexistence des constructions synthétique et analytique du réfléchi

28Le marquage de la réorientation permet d'introduire une remarque sur la relation entre construction analytique et construction synthétique du réfléchi. La construction synthétique marque la réorganisation de l'orientation actancielle par une modification morphologique de la forme verbale, en cairote par l'ajout d'un préfixe, qui la rend intransitive. Les deux constructions sont souvent possibles pour un même verbe.

29xi.

ma

ta-ḥšor-ī-š

nafs-ek

NEG

2/3.F.INACC-se_mêler-2SG.F.INACC-NEG

REF-2SG.F

Ne t'en mêle pas. (El-asad el-malik 1994)

30xii.

ˀāla-l-ha

ma

te-t-ḥešr-ī-š

dire-3SG.M.ACC-PREP-3SG.F

NEG

F.INACC-PREF-se_mêler-2SG.F.INACC-NEG

Il lui a dit « Ne t'en mêle pas ». (Ka)

31Lorsque c'est le cas, la construction analytique semble traduire une volonté plus forte du sujet. En effet, l'exemple (xi) est interprété par les locuteurs comme un conseil, alors que l'exemple (xii) est entendu comme un ordre. La différence réside dans la place accordée à la volonté du sujet dans la prise de décision. En fait, la conservation des deux positions syntaxiques sujet et complément permet de conserver les rôles sémantiques associés agent et patient, là où la construction synthétique les refond dans la fonction de l'actant unique sujet. Cette conservation a pour effet de donner l'impression d'une volonté plus forte du sujet, en ce que son rôle d'agent n'est dès lors pas entamé.

32Nous retrouvons dans l’utilisation de nafs-PRO en marqueur de réfléchi des valeurs similaires aux autres usages de ce premier niveau de recaractérisation, malgré quelques différences dans le traitement de l'objet mis en rapport. En effet, comme dans le cas de nafs préposé à un groupe nominal, nafs met en rapport deux éléments qui sont syntaxiquement présentés comme deux éléments distincts. Cependant, dans le cas du réfléchi, la distinction est seulement formelle, et il s’agit d’établir un rapport d’identité réelle entre les deux éléments mis en relation. Ainsi, le sujet du verbe est singularisé, en étant reconnu comme seul objet du verbe dans un contexte énonciatif donné.

1.4. Emplois issus de l’usage diathétique du marqueur du réfléchi

33Nous avons présenté jusqu'ici l'usage de nafs dans la construction réfléchie, et ses usages parallèles. Il s'est en effet agi d'expliciter les liens qu'ils entretiennent, pour comprendre en quoi le rôle de chacun nourrit l'emploi des autres.

34Il sera à présent question des usages étendus du marqueur de réfléchi, c'est-à-dire des emplois dans lesquels nafs-PRO marqueur du réfléchi est utilisé hors diathèse, mais qui sont rendus possible par son rôle diathétique et les valeurs associées à ce rôle, notamment l’intensification et l’expression de l’agentivité du sujet. Il s'agit de cas dans lesquels la coréférence est introduite par une préposition qui n'est pas régie par le verbe.

1.4.1. Prépositions de lieu

35Les premiers cas que nous allons observer sont ceux dans lesquels il y a une coréférence entre le sujet du verbe et un complément, celle-ci n'impliquant pourtant pas l'usage de nafs. La coréférence avec le sujet peut être établie avec un pronom introduit par une préposition de lieu.

36xiii.

bāṣeṣ

wara-k

meš

ʾoddām-ak

regarder.PTCP.SG.M

PREP-2SG.M

NEG

PREP-2SG.M

Tu regardes derrière toi, pas devant toi. (Cairokee 2015 : Ġammeḍ ʿaynak)

37xiv.

kull

ḥad

b-i-dḫul

ɛl-faṣl

QT

PRO.IND

PVB-3.INACC-entrer

ART-classe

ma

b-i-buṣṣ-ɛš

ḥawal-ē

NEG

PVB.INACC-3.M.INACC-regarder-NEG

PREP-3SG.M

Chaque personne qui entre dans la classe ne regarde pas autour de lui (Am).

38Dans ce cas, le sujet est pris comme repère spatial, mais ni comme patient du procès décrit, ni comme lieu de causation de celui-ci, ce qui n'implique pas l'usage du marqueur du réfléchi. Il y a pourtant une exception avec la préposition gowwa « dedans », comme le présente l'exemple (xv).

39xv.

gowwa

nafs-i

l-waḥd-i

b-a-ġraʾ

PREP

EMP-1SG

seul-1SG

PVB.-1SG.INACC-noyer

À l'intérieur de moi seul je me noie. (Cairokee 2012 : Lāken eḥsāsi meš kefāya)

40Dans ce cas au contraire, le sujet n'est toujours pas le patient du procès, mais il est explicitement signalé comme son lieu de causation. Le sujet comme lieu de causation du procès est un trait du réfléchi, ce qui explique l'apparition du marqueur. La préposition gowwa peut également être utilisée sans le marqueur de réfléchi, lorsque le référent ne remplit pas les critères du réfléchi exposés plus tôt.

1.4.2. Autobénéfactif

41La volonté de renforcer le rôle causateur du sujet se retrouve également dans la construction de l'autobénéfactif. Le bénéfactif désigne un procédé syntaxique permettant d'ajouter un bénéficiaire au procès (Kulikov 2011 : 390). Le bénéfactif dans le dialecte cairote se construit avec la préposition li-, et peut exprimer une co-référence entre le sujet et le bénéficiaire sans appeler le marqueur du réfléchi. On parle dans ce cas d'autobénéfactif (Kulikov 2013 : 270). Le marqueur nafs-PRO n'est pas nécessaire à la construction autobénéfactive, comme l'atteste l'exemple (xvi).

42xvi.

kulli

wāḥid

fi-ku

yi-naʾʾī-l-u

tuṛba

QT

quelqu'un

PREP-2PL

3.INACC-choisir-PREP-3SG.M

tombe

Ein jeder von euch wähle sich ein Grabmal. (Woidich 2006 : 354)

Que chacun de vous se choisisse une tombe (litt : chacun choisit une tombe pour lui).

43Lorsqu'il apparaît, à l'instar de l'exemple (xvii), il marque la volonté de signaler l'agentivité du sujet.

44xvii.

b-a-ṭbuḫ

li-nafs-i

ṃāṃa

meš

mawgūd-a

PVB-1SG.INACC-cuisiner

PREP-REF-1SG

maman

NEG

présent-F.SG

Je cuisine pour moi, Maman n'est pas là. (Am)

45L'utilisation de nafs-PRO dans ce cas sert à intensifier le rôle causateur et le caractère volontaire du sujet, plus qu'à le désigner comme bénéficiaire, ce qui est possible avec un pronom suffixé seul.

46Dans un premier temps, nous avons explicité le lien entre les différents emplois de nafs, afin de comprendre les motifs de sa recaractérisation en marqueur du réfléchi. Nafs porte les notions de mise en relation et de singularisation du référent, qui lui permettent de remplir la fonction de marqueur du réfléchi, et de renforcer le rôle agentif du sujet. Dans un second temps, nous avons exposé les emplois étendus du marqueur de réfléchi, qui rendent apparents les traits fonctionnels du réfléchi strict qu'ils partagent, et qui leur permettent d'en emprunter la forme.

47baʿḍ est, comme nafs, le marqueur de réorganisations actancielles qui ont en commun de rendre le sujet du verbe patient du procès qu'il est lui-même en train d'exercer. Si le réfléchi en cairote est en effet marqué par l'agentivité du sujet, est-ce également un critère pertinent dans l'analyse des valeurs associées à l'expression de la réciprocité ?

2. Usages de baʿḍ

2.1. Premier usage : quantifieur (QT)

48baʿḍ est d'abord un quantifieur, avec le sens de « quelques, certains ». Il est préposé à un groupe nominal au pluriel.

49xviii.

bass

fi

kalimɛ:t

fih

baʿḍ

ik-kalimɛ:t

bi-t-eḫtalif

CONJ

il_y_a

mot.PL

il_y_a

QT

ART-mot.PL

PVB-2/3.F.INACC-changer

Mais il y a des mots, il y a quelques/certains mots qui changent. (Ay)

50Il a un rôle d'actualisateur, c'est-à-dire qu'en contexte, il indique qu'un groupe d'objets ou de personnes peuvent être renvoyés à la notion désignée par le substantif. Il procède donc au découpage d'un champ autour des participants, afin d'indiquer ce qui permet de les associer. En partageant la même notion, ils participent en contexte d'un même état.

2.2. Recaractérisation en marqueur du réciproque

2.2.1. Description de la construction analytique du réciproque

51C'est cette notion de participation à un état que l'on retrouve dans son utilisation en marqueur du réciproque. baʿḍ apparaît alors après le verbe qui est toujours au pluriel, et qui conserve sa préposition en cas de transitivité indirecte.

52xix.

hāyel

taʿala

kulle-na

na-ʿraf

baʿḍ

super

MD

PRO.IND-1PL

1PL.INACC-connaître

REC

Super, maintenant nous nous connaissons tous. (El-asad el-malik 1994)

53xx.

kullu-hum

bi-y-sāʿd-u

baʿḍ

ADJ.IND-3PL

PVB-3.INACC-aider-PL

REC

Alle helfen einander. (Woidich 2006 : 355)

Tous s'entraident.

54xxi.

u

baʿdēn

seb-tu

baʿḍ ?

CONJ

ensuite

quitter.ACC-2PL.ACC

REC

Et ensuite vous vous êtes séparés ? (Am)

55La chose la plus notable, c'est l'alternance entre la présence en (xix), (xx) et (xxi), et l'absence de pronom personnel suffixé ainsi que présentée dans les exemples (xxii) et (xxiii) à suivre. La forme non marquée est celle sans pronom. L'idée de conservation du schéma syntaxique du verbe, dans lequel baʿḍ viendrait prendre la place du complément est dès lors difficilement envisageable. Il renvoie au sujet multiple du verbe. On retrouve alors l'idée de découpage d'un champ autour des participants à l'action, qui sont mis en lien par et à travers le procès. La valeur principale du réciproque n'est donc pas le double rôle sémantique agent-patient du sujet, mais la participation de plusieurs référents à une action unique.

2.2.2. Présence du pronom personnel suffixé

56Dans un second temps, il s'agit de comprendre les critères d'apparition du pronom. Lorsqu'il apparaît, il est accordé en genre et en nombre avec le sujet du verbe.

57xxii.

esnān-u

bi-ye-ḥebb-u

baʿḍu-hum

geddan

la-darga

dent.PL-3SG.M

PVB-3.INACC-aimer-3PL

REC-3PL

ADV

PREP-degré

enno-hum

rākbīn

fōˀ

baʿḍu-hum

REL-3PL

monter.PTCP.PL

PREP

REC-3PL

Ses dents s'aiment beaucoup, au point qu'elles se montaient les unes sur les autres. (ʿAbd al-ʿāl 2008 : 15)

58xxiii.

eḥna

be-n-kammel

baʿḍe-na

1PL

PVB-1PL.INACC-compléter

REC-1PL

Nous nous complétons. (El-asad el-malik 1994)

59Le pronom a une fonction aspectuelle, il induit une homogénéité au processus, qui est dès lors conçu comme indivisible. Le procès est perçu dans son entièreté, ce qui crée un effet d'achèvement. Il a un rôle conclusif, mais qui n'est pas en lien avec la fonction de marqueur de réciproque de baʿḍ.

2.3. Emplois de baʿḍ issu de son usage réciproque

60Tout comme nafs, la recaractérisation de baʿḍ en marqueur du réciproque fait émerger des emplois permis par les valeurs associées à sa fonction diathétique.

2.3.1. Pseudo-réciproque

61Il permet de former un pseudo-sociatif. baʿḍ est un élément de la locution maʿa baʿḍ « ensemble ».

62xxiv.

yalla

n-rawwaḥ

maʿa baʿḍ

allez

1PL.INACC-rentrer

ensemble

Allez, rentrons, ensemble. (El-asad el-malik 1994)

63xxv.

u

eḥna

na-fḍal

dayman

maʿa baʿḍ ?

CONJ

1PL

1PL.INACC-rester

toujours

ensemble

Et on restera toujours ensemble ? (El-asad el-malik 1994)

64La locution maˁa baˁḍ prend une valeur sociative lorsqu'elle est employée avec des verbes ne permettant pas sémantiquement l'association de plusieurs sujets à une action unique. Le sociatif est un procédé syntaxique qui associe à l'exercice du procès un participant qui n’est pas le sujet. Cependant, contrairement au sociatif, les exemples (xxiv) et (xxv) présentent des verbes dont le sujet est pluriel, et contient déjà les différents participants. Ils sont donc mentionnés a priori. Parce que ces verbes sont intransitifs, ils ne peuvent désigner un objet sur lequel s'exerce le procès qu'ils décrivent.

65Il en va de même pour les phrases nominales, comme illustré par l’exemple (xxvi).

66xxvi.

da

barḍu

kwayyɛs

la-enno

ne-nzɛl

maṣr

fih

DEM.SG.M

aussi

bien

CONJ

1PL.INACC-descendre

Égypte

il_y_a

walad

ḫɛ:l-i

maʿa-ya

ū

eḥna

ʿala ṭūl

maʿa baʿḍ

fils

oncle-1SG

PREP-1SG

CONJ

1PL

ADV

ensemble

Ça aussi c'est chouette, parce que quand on va en Égypte mon cousin (litt. : fils de mon oncle) est avec moi et on est tout le temps ensemble. (Am)

67L'association de la valeur de concomitance de maʿa et de celle de marqueur du réciproque de baʿḍ permet d'exprimer la simultanéité lorsque la réciprocité en propre est impossible, du fait de la notion du verbe.

2.3.2. Prépositions de lieu

68baʿḍ est également utilisé après des prépositions de lieu, comme gamb « à côté de », fōʾ « sur » (cf. (xxii)), ou ʿala « sur ».

69xxvii.

talat

ʾuwaḍ

gambi

baʿḍu-hum

trois

pièce.PL

PREP

REC-3PL

Drei Zimmer nebeneinander (Woidich 2006 : 355)

Trois pièces à coté les unes des autres.

70xxviii.

ḥoṭṭ

ek-kotob-dōl

ʿala

baʿḍ

mettre.IMP.SG.M

ART-livre.PL-DEM.PL

PREP

REC

Mets ces livres les uns sur les autres, les uns près des autres. (Jomier & Khouzam 1965 : 48).

71Le point commun entre toutes les prépositions de lieu est que, paradoxalement, la position physique d'un objet à un endroit donné empêche toute réciprocité. En fonction de sa position, chaque participant ne peut pas être effectivement en rapport avec tous les autres. Mais baʿḍ construit pourtant la participation à cet état comme une coordonnée unique. Ainsi, les prépositions de situation physique puisent dans la valeur de construction d'un champ, d'un « entre » de baʿḍ pour assigner à tous les participants un rapport unique, alors que chacun d'eux y participe en fait de manière différente. Ils participent à la construction d'un état, dont ils sont chacun des points dont les rôles ne sont pas interchangeables, contrairement au réciproque.

72La réduction de participants multiples dans un type de rapport se retrouve également lorsque baʿḍ construit le comparatif d'égalité.

73xxix.

kull

ir-rāgala

zayyi

baʿḍ

QT

ART-homme.PL

COMP

REC

Alle Männer sind einander gleich. (Woidich 2006 : 355)

Tous les hommes sont pareils.

74Le comparatif d'égalité zayyi baʿḍ, comme présenté dans l’exemple (xxix) peut être mis en relation avec la comparaison entre deux éléments illustrée en (xxx).

75xxx.

el-fann

damm-o

tʾīl

zayy-o

zayy

el-iʿlām

ART-art

sang-3SG.M

lourd

COMP-3SG.M

COMP

ART-information

L'art est aussi pénible que les informations (litt. : l'art, son sang est lourd comme les informations). (Cairokee 2015 : Et-telefiziōn)

76Contrairement aux constructions qui établissent un lien d'égalité entre deux parties distinctes, l'usage de baʿḍ permet de ne plus répéter zayy, puisque les éléments comparés ne sont plus différenciés. Ils sont dès lors tous considérés sous le même rapport, à savoir la notion exprimée par ce qui est comparé.

Conclusion

77L'étude de ces marqueurs de diathèses a mis en avant deux constructions très différentes. Si les deux procèdent à une réorganisation a posteriori des actants, ils ne le font pas sous le même régime.

78Les deux marqueurs sont recaractérisés pour leur fonction diathétique. Cependant, le marqueur du réciproque n'est pas issu du marqueur du réfléchi. On parle dans ce cas de non-reflexive oriented marker (Geniušiené 2001 : 53).

79Les deux marqueurs ne remplissent pas les mêmes fonctions syntaxiques. Dans sa fonction de marqueur de réfléchi, nafs-PRO occupe la place du complément d'objet. Dans sa fonction de marqueur du réciproque, baʿḍ ne remplace pas le complément, il referme la portée du procès.

80Leur indépendance s’exprime également dans le rapport notionnel qu'ils construisent entre les actants. Nafs et baʿḍ construisent pour des référents distincts un rapport à une notion commune. Avec nafs, cette notion commune est celle des actants eux-mêmes. Le rapport est établi grâce à des traits que possèdent les référents. Ce sont les traits inhérents qu'ils portent qui sont rapprochés. Avec baʿḍ, les actants sont mis en rapport à travers leur participation à un procès ou à un état de choses, sans que leurs référents ne doivent partager aucune notion ni aucun trait sémantique inhérent communs.

81Ainsi, ils ont des traits sémantiques très différents. Les deux constructions n'associent pas les mêmes valeurs à la réorganisation actancielle, dû aux traits notionnels de leurs marqueurs. Le réfléchi prend la valeur de mise en avant de la volonté du sujet, marquée par la valeur intensive associée à nafs, alors que le réciproque accentue la coopération et la simultanéité, permise par la construction d’un champ par baʿḍ. Le double rôle sémantique, agent et patient, rempli par le sujet semble peu pertinent dans le second cas. Les constructions analytiques du réfléchi et du réciproque sont donc bien distinctes et indépendantes. En cairote, le réciproque n'est pas compris comme une sous-catégorie du réfléchi, et ne permet aucune ambiguïté quant à l'interprétation de l'orientation du procès.

Bibliographie

Geniušiené, Emma. 2001. “Towards a typology of the polysemy of reciprocal markers”, Barentsen, A. A, Poupynin, Youri A, & Bondarko A. V (eds), Functional Grammar: Aspect and Aspectuality, Tense and Temporality. Essays in Honour of Alexander Bondarko. Munich: Lincom Europa. 51-65.

Jomier, Jacques, & Joseph Khouzam. 1965. Manuel d’arabe égyptien : parler du Caire. Paris : Klincksieck.

Kulikov, Leonid. 2011. “Voice typology”, Song, Jae Jung (ed). The Oxford Handbook of Linguistic Typology. Oxford, Royaume-Uni: Oxford University Press. 368-398.

Kulikov, Leonid. 2013. “Middles and Reflexives”, Luraghi, Silvia, & Parodi, Claudia (eds), The Bloomsbury Companion to Syntax. Londres, New York: Bloomsbury Academic. 216-280.

Woidich, Manfred. 2002. Ahlan wa sahlan: eine Einführung in die Kairoer Umgangssprache. Wiesbaden: L. Reichert.

Woidich, Manfred. 2006. Das Kairenisch-Arabisch: eine Grammatik. Wiesbaden: Harrassowitz.

Sources écrites

ʿAbd al-ʿĀl, Ġāda. 2008. ʿĀyeza etgawwaz [Je veux me marier]. Le Caire: Dār al-šurūk.

Sources audio-visuelles

Cairokee. 2011. Maṭlūb zaʿīm [Recherche leader].

2012. W ana maʿa nafsi ʾāʿed [Perdu dans mes pensées].

2014. Es-sekka šmāl [Le mauvais chemin].

2015. Nās w nās [Les uns et les autres].

Walt Disney Pictures. 1994. El-asad el-malik [Le Roi Lion].

Auteur

INALCO – CERMOM

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access