Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée

 | 
Sami Bargaoui
, 
Simona Cerutti
, 
Isabelle Grangaud

Introduction

Sami Bargaoui, Simona Cerutti et Isabelle Grangaud

Note de l’auteur

Les textes de ce recueil sont issus d’une rencontre organisée dans le cadre du laboratoire de recherche Diraset-Études maghrébines de la Facultés des sciences humaines et sociales de l’Université de Tunis, intitulée « L’appartenance locale au nord et au sud de la Méditerranée ». Elle s’est tenue à Tunis, les 29 et 30 octobre 2010, avec le soutien de la Fondation Hanns Seidel et de l’Institut français de coopération.

Texte intégral

1I. Qu’est ce qui faisait l’appartenance d’un individu à une communauté (à l’échelle d’un État, d’une ville, d’un village…) dans les sociétés du passé du nord et du sud de la Méditerranée ? De quoi était-elle faite ? De quels liens avec les personnes ou avec les choses ? À quoi s’intégrait-on : à la société, à une famille, à un groupe … ? Et finalement, à quels droits cette appartenance donnait-elle accès, et quelles obligations suscitait-elle ?

2Notre interrogation est partie du constat de l’existence, dans les sociétés de l’époque moderne au nord et au sud de la Méditerranée, d’une multiplicité d’instances qui étaient en mesure d’attribuer ces droits. Les institutions centrales étaient manifestement loin de détenir un quelconque monopole en la matière. Dans une large partie des cas analysés, ce n’est que récemment que leur rôle de dispensatrices des titres de citoyenneté et de naturalité s’est imposé à d’autres alternatives. Le succès de cette légitimité nouvelle a opacifié des processus d’accès aux droits de l’appartenance dont les acteurs pouvaient être bien plus variés. La famille, les groupes de métiers, la parentèle, le voisinage, mais aussi le marché, étaient en effet autant d’institutions en mesure de fabriquer de tel droits et de régler, légitimement, l’accès à la « citoyenneté ». En outre, ces droits étaient manifestement mûris à travers une série de pratiques sociales (habiter, payer des impôts etc.), ce qui montre que dans les relations pratiques avec les biens, résidait la capacité de produire du lien social.

3Cet ouvrage, issu d’une rencontre entre des chercheurs travaillant sur des espaces géographiques variés, de Tunisie, d’Italie, d’Algérie, de France et de Turquie se propose de restituer, au plus près de l’expérience des acteurs eux-mêmes, les voies pratiquées pour acquérir et pouvoir revendiquer des droits d’appartenance. Les différentes contributions interrogent les modalités d’inscription dans les tissus sociaux en essayant, parallèlement, de qualifier les prérogatives qui étaient attachées à cette inscription. Dans cette perspective résolument empiriste, le thème de la propriété nous est apparu comme un des terrains décisifs autour duquel ces questions pouvaient être posées.

4II. Le thème de la propriété, en effet, a repris sa place au cœur des intérêts des historiens après une période de relative méfiance, suscitée par les connotations idéologiques dont il avait été chargé (tel que l’assimilation entre propriété-individualisme-modernité, ou le lien trop mécaniste, entre propriété, catégories sociales et pouvoir, par exemple).

5Parmi les raisons de ce nouveau succès, est la conscience acquise du fait que, dans les sociétés modernes, la notion de propriété renvoie à un champ sémantique vaste, qui ne se réduit pas à celui de la richesse matérielle. L’accès différentiel aux droits de propriété ne dessine pas seulement des hiérarchies économiques ou des primautés symboliques, mais crée des prérogatives qui investissent plus largement les individus. La faiblesse ou au contraire les privilèges qui définissent l’appartenance à des groupes sexuels ou à des groupes d’âge sont largement charpentés sur des possibilités différentielles de disposer de biens et de les transmettre. Dans un large éventail de cas, la condition de « citoyen » ou de sujet d’un pouvoir central est étroitement liée à la reconnaissance de cette capacité à transmettre. Par ailleurs, le mouvement est souvent réciproque : si le membre d’une communauté est défini par sa capacité à posséder et à transmettre ses propres biens, le contraire est également vrai ; c’est bien l’action même de transmettre le patrimoine qui est en mesure de transformer une personne en un citoyen, un sujet, un baldî, un membre d’un groupe de parenté. Le rapport à la propriété, en somme, ne renvoie pas aux seules hiérarchies économiques. Dans les sociétés modernes au nord et au sud de la Méditerranée, le rapport aux choses crée des relations et des liens. Les capacités d’exercice des droits de propriété dessinent les contours de communautés locales et, en conséquence, celles des communautés territoriales plus vastes.

6C’est selon cette perspective que nous avons développé ce questionnement autour des rapports entre appartenance locale et propriété : celle-ci nous paraît être une entrée privilégiée pour des travaux qui se veulent à la fois analytiques - attentifs aux catégories et aux langages utilisés par les acteurs sociaux - et investis dans une dimension comparative. La distribution de ces droits, les différentes manières de s’en assurer l’accès, les modalités pour les transmettre ou pour les aliéner, dessinent des formations sociales spécifiques, souvent bien plus complexes - et surtout plus proches de l’expérience des acteurs - que celles produites de l’extérieur, à travers les catégories d’analyse du chercheur. Les points d’appui de nos analyses seront du coup moins des « objets » ou des institutions (la famille, la communauté etc.) apparemment proches dans les différentes aires géographiques, que les processus sociaux d’attribution ou de gestion des droits de propriété susceptibles d’agir sur les formes prises par ces objets.

7Certains thèmes nous avaient paru particulièrement adaptés pour interroger la relation existante entre propriété et appartenance ; s’ils n’ont pas été abordés directement par toutes les recherches qui suivent, ils ont constitué un réservoir de réflexions et d’interrogations communes.

81) D’abord le thème des « biens qui n’appartiennent à personne ». Terres « mortes », friches et forêts, terres de pâturage, communaux : à qui revient la gestion de ces biens sans maîtres ? Quelle autorité politique peut revendiquer des droits « originaux » sur eux ? Qui a le droit de les exploiter, de les « vivifier » ? Finalement, quelles communautés - sociales, politiques et territoriales - dessinent les droits exercés sur ces biens ?
Parallèlement, qu’en est-il des biens des personnes sans héritiers ? En l’absence d’héritiers directs, qui peut prétendre rentrer dans une chaîne de succession (les membres d’une même famille, ceux d’une même communauté, d’une même ville, d’un même village ? Ou alors des institutions centrales préposées à ce rôle ?) Comment et pourquoi la succession doit-elle être « validée » par la jouissance des biens sur le territoire de la communauté ; et donc comment s’articulent les droits des possibles héritiers avec ceux des institutions territoriales ?
Le thème de la gestion des « biens qui ne sont à personne » paraît ainsi permettre de dessiner de manière ponctuelle les caractéristiques ainsi que les bornes de la « communauté d’appartenance » dans des réalités géographiques différentes.

92) Le marché immobilier. Les possibilités d’accéder à la propriété (immobilière, en particulier) étaient loin d’être également distribuées parmi la population. Ainsi, il est bien connu que certaines communautés étaient exclues des droits de propriété, à certaines périodes de l’histoire (les Juifs en particulier). En Europe occidentale, l’accès à la propriété immobilière était même très restreint, il en excluait tous les « étrangers ». Par ailleurs, au nord comme au sud de la Méditerranée, le droit de préemption, qui privilégiait les parents, les copropriétaires et les voisins, participait de la limitation de cet accès. Un lien se noue ainsi entre le « citoyen », ou le natif, et le propriétaire, qui a souvent été banalisé, ou même détourné, par l’assimilation de la propriété à la richesse ; ce lien mérite d’être travaillé à nouveau frais, en prenant en compte, en particulier, la variété des prérogatives qui, dans les différentes régions considérées, étaient attachées à la figure du propriétaire (dans ce qui touchait par exemple au terrain de la fiscalité locale). La protection contre le marché dont les propriétés foncières (et immobilières) ont souvent joui de la part des institutions centrales, est une expression de l’importance des droits de l’appartenance qui étaient attachés à la possession de biens.
Un terrain encore, mérite une attention particulière : celui des formes de dissociation des droits de propriété sur un même bien, eu égard aux configurations communautaires qu’elles contribuent à dessiner. Un peu partout autour de la Méditerranée, on a pu observer l’imbrication des droits des individus sur les mêmes propriétés, soit par l’exercice de mêmes droits indivis entre plusieurs personnes indépendamment des liens de parenté, soit par la multiplication de droits différents sur les mêmes biens (servitudes, propriété éminente, usage, formes d’usufruit etc.) Il est alors légitime de se demander si l’indivision et la dissociation des droits sont des états provisoires ou bien des modes de création de liens de solidarité et de gestion de liens sociaux. Quelle « communauté » est-elle dessinée par ces échanges ?

103) Les fondations. On a longtemps analysé les pratiques de biens waqf-s et des fondations en mainmorte sous les seuls angles de leur capacité à contourner les règles de l’héritage, à immobiliser et sécuriser des patrimoines ou alors comme outil manié par les princes et les notables, pour construire du pouvoir symbolique. Pourtant, plusieurs études récentes ont montré à quel point cette pratique a pu être utilisée par les acteurs sociaux pour charpenter leur propre succession et permettre l’accès à la propriété à des individus qui en aurait été exclus. Les fondations ont donc pu jouer un rôle important dans des stratégies de formations de communautés familiales, étroites ou larges (maisonnées), d’intégrations communautaires et identitaires. C’est par ce nouvel angle - qui rapproche par ailleurs les biens waqf-s des fidéicommis et plus encore des bénéfices répandus en Europe occidentale – que ces institutions apparaissent comme une entrée privilégiée pour analyser la relation entre appartenance locale et propriété.

11On verra, dans les lignes qui suivent, comment ces problématiques ont réagi à l’épreuve des sources et comment, parallèlement, de nouveaux questionnements ont surgi non seulement au cœur des recherches mais aussi et surtout par le rapprochement des différents terrains.

12III. On vient d’évoquer les liens existants entre la propriété foncière (ou immobilière), et les revendications de droits d’appartenance. Mais est-ce-que ce rapprochement est propre aux seuls biens immeubles ? Les terres et les maisons sont-elles les seules à avoir cette capacité à transmettre des droits d’appartenance ? Qu’en est-il des biens dénommés « meubles » ? Et surtout et préalablement, comment le partage entre les deux est fait ?

13C’est à partir de ces questionnements concernant les fondements ainsi que les conséquences des classifications des biens, que se développent les recherches de Renata Ago et Yavuz Aykan. R. Ago parcourt, dans un premier temps, le fondement de la distinction entre meubles et immeubles dans la science juridique de l’Europe moderne, en montrant à quel point celle-ci est loin d’être « naturelle », « c'est-à-dire inscrite dans la nature des choses », car ce qualificatif sert moins à décrire un caractère intrinsèque des biens que leurs rapport au marché. C’est- à-dire que, par exemple, des biens meubles - bijoux, livres, instruments de travail – peuvent être définis immeubles par leurs possesseurs, à partir de leur volonté de les soustraire au marché pour les destiner à la succession (et l’inverse est aussi vrai).

14Par ailleurs, nous montre R. Ago, l’opération de distinction des deux est un enjeu particulier, notamment en France et, surtout, en pays coutumiers, car celle-ci se double d’une autre, d’une très grande importance : celle existant entre biens « propres » à propos desquels on jouit d’une liberté de disposition testamentaire limitée (le cinquième, le plus souvent), et « meubles et acquêts » dont on peut, au contraire, disposer librement. C’est là aussi donc la destination des biens plutôt que leur qualité, qui en fait, selon, des meubles ou des immeubles. Frontières fluides, qui, de la même façon, se reflètent sur le terrain de l’appartenance : entre les deux, continue R. Ago, s’est créée « une interdépendance qui rend aussi bien les premiers que les seconds nécessaires mais non suffisants à la pleine appartenance – l’appartenance honorable – à la cité ».

15La classification des biens est également au cœur du cas évoqué par Y. Aykan ; son analyse interroge les fondements des classifications des terres dans un régime de droit ottoman apparemment rigide. Les catégories telles que mîrî, vakıf, mübah, plutôt que de renvoyer à des caractères intrinsèques qui seraient charpentés sur l’identité de leurs titulaires (l’on pense en particulier à l’identification étroite entre terres mîrî et État) renvoient plutôt, dans ce cas également, à des modes d’appropriation et de circulation de ces biens. Le conflit que décrit Y. Aykan permet bien de montrer que les revendications autour du statut de la terre étaient l’occasion de faire valoir des usages et des modes d’occupation pour redéfinir la nature des droits sur la propriété, d’en faire valoir la multiplicité et les formes de dissociation.. Ainsi, le statut de terre mîrî n’était pas toujours imposé aux paysans, il pouvait bien au contraire être revendiqué comme une forme de protection de leur travail et de leurs droits, contre une taxe modique. Du coup, on assiste à des déplacements de catégories juridiques (du fiqh) qui correspondent à des usages contextualisés du droit en fonction des stratégies des acteurs.... Loin d’être rigides, ces cadres permettaient au contraire au jeu des acteurs de se développer dans des situations et des configurations diverses. Si ce jeu était possible, c’est aussi parce que l’État ottoman, contrairement à l’image dominante que donne de son rôle l’historiographie, plutôt que de ne chercher qu’à accaparer les terres ou à exploiter les paysans à outrance, cherchait avant tout à encourager l’activité économique et la circulation des biens. On est ainsi appelé à repenser le rôle et la nature de l’institution étatique.

16Dans le cas analysé par Jean-Philippe Bras, concernant l’Algérie coloniale, la classification de la terre est encore centrale car elle est la condition même de l’affirmation des droits des occupants. En effet, loin de se réduire à un pur coup de force, la mainmise sur la propriété indigène de la part des Français s’est réalisée à travers un travail attentif, mené par les juristes, de fragilisation des modes de certification de la propriété de la terre et des immeubles qui étaient assurés par les témoignages et l’autorité des cadis. En s’attachant à construire la précarité et la fragilité de la propriété indigène, les colonisateurs affichaient toute leur conscience de l’importance du lien existant entre propriété et droits d’appartenance. Tout en agissant à l’intérieur d’un cadre juridique - car « il fallait rendre les titres indigènes certains en les faisant entrer dans les catégories d’un droit qui soit identifiable par les parties et justifiable devant les tribunaux » - il s’agissait de procéder à l’opération de leur délégitimation.

17Le point de vue de François Dumasy, faisant écho à celui de J.-Ph. Bras, affronte le même terrain en reconnaissant ce lien étroit entre propriété et droit d’appartenance. Le regard cette fois se déplace des juristes vers les administrateurs des quatre premières années de la conquête en Algérie, mobilisés autour de la question des confiscations et des conditions pour les entériner. Un regard sur le terrain qui est complexifié par les positions antagonistes qui opposaient les administrateurs entre eux, et par les conceptions dont on peut rendre compte dans le même moment sur la scène française. F. Dumasy met ainsi en perspective comment la confiscation, en détruisant les formes locales de propriété, en vient à mettre à bas les liens sociaux.

18IV. Le travail sur les catégories et sur la « nature » des biens que ces différents cas d’études ont mis en exergue, montre à quel point les relations existant entre propriété et appartenance étaient bien présentes à l’esprit de contemporains, des deux côtés de la Méditerranée. Un certain nombre de contribution s’attachent, plus particulièrement, à questionner les formes d’appartenance qui étaient créées par ces relations ; les statuts sociaux et les configurations sociales que les relations aux choses et aux biens étaient en mesure de susciter.

19Dans la Venise de l’époque moderne, analysée par J.-F. Chauvard, des communautés aussi étaient créées « par des biens ». Dans ce cas, ce processus était le résultat d’un caractère important de la propriété, sur lequel plusieurs études se sont concentrées au cours de ces dernières années : son caractère dissocié, impliquant la coexistence, sur un même bien, d’une pluralité de droits légitimes, souvent attribués à une pluralité d’acteurs sociaux. Loin d’être le lieu de l’expression de la volonté individuelle, la propriété d’Ancien Régime apparaît plutôt comme un lieu de rencontre et de construction des liens sociaux : la propriété est en fait une communauté. L’analyse conduite par J.-F. Chauvard sur les formes de dissociation des droits sur les biens immeubles (droit de propriété du sol, de l’immeuble ; droit d’habitation, d’usufruits etc.) fait surgir, par ailleurs, des formes de contrat comme le casacà - nom local du hazaqot du droit juif, déjà relevé sous des noms quasi-similaires (hazaqa, hazzaka…) dans les villes ottomanes et marocaines dont les modalités de l’exercice à l’échelle méditerranéenne mériterait des travaux plus approfondis. Mais surtout, l’analyse des contraintes imposées à la circulation des biens permet de dessiner les contours de « communautés d’ayant droits » ; donc de formes associatives dont l’existence, loin d’être évidente, tient exactement aux liens établis par les « choses ».

20Alice Ingold aborde ce même thème à partir d’une analyse des usages de l’eau au cours du XIXe siècle dans le Roussillon, région traditionnelle d'irrigation. Elle montre comment les revendications de droits à cette ressource « participent à l’émergence de collectifs qui ne préexistent pas à ces revendications ». Le territoire français était ainsi marqué par les discontinuités dans la distribution des droits sur l’eau, et par les hiérarchies et les compétitions suscités par l’accès, l’utilisation, la propriété de cette ressource. Cette bataille autour des droits se nourrissait de renvois à l’ancienneté de l’installation des acteurs dans le territoire, de préséances muries par la résidence, la familiarité avec le lieu etc. Le lien entre « citoyenneté » et propriété est là, encore une fois, manifeste.

21Mais c’est aussi le cadre institutionnel qui était charpenté par ces conflits. Ingold nous montre en effet comment les différents collectifs d’ayants droits faisaient recours à des sources de légitimations différentes : les institutions administratives d’une part, le tribunal et la justice de l’autre, les investissant de compétences privilégiées et contribuant ainsi à dessiner les prérogatives respectives de ces instances. La compétition autour de cette ressource en somme marquait à la fois le territoire social et le territoire institutionnel de la région analysée.

22L’observation par Sami Bargaoui des pratiques du waqf dans les régions rurales de la province ottomane de Tunis, renforce l’idée défendue par R. Ago : ici comme ailleurs, on n’immobilisait pas des biens immeubles, on créait des biens immeubles en les immobilisant, en les soustrayant à la circulation et à l’échange. Mais l’acte individuel d’institution du waqf procédait aussi d’une dissociation des droits de propriété, d’une multiplication des droits d’accès aux ressources prodigués par les biens. En donnant au fondateur la liberté d’allouer ces droits d’usufruit comme il l’entendait, le waqf lui permettait de créer des liens entre individus, ou entre individus et institutions, construisant ainsi différentes communautés : « maison » du fondateur ; institutions pieuses et leur personnel ; voisinage ; la ville et ses institutions qui garantissaient le bon fonctionnement du waqf et le respect des choix des fondateurs. Le bien, ainsi fondé, rattachait ces différents ensembles à un lieu particulier. Les pratiques du waqf constituent ainsi des exemples très pédagogiques des processus de construction de la localité.

23Le rôle joué par l’institution du waqf –charpenter sa propre succession et même temps construire, pour soi-même ainsi que pour ses propres descendants « de l’enracinement local » - est accompli, dans le cadre très éloigné des États savoyards du XVIIIe siècle, par les legs élargis aux hôpitaux par une partie importante de l’élite du pays, et notamment par les étrangers. La recherche de Simona Cerutti, en interrogeant l’énorme quantité d’investissements adressés à l’Hôpital de la Charité de Turin au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, vient à mettre en exergue les rapports privilégiés qui s’établissent entre étrangers et l’institution, les premiers figurant si fréquemment parmi ses bienfaiteurs. La menace représentée par l’application du droit d’aubaine, avec les saisies éventuelles des biens des étrangers ; la volonté de recouvrir des dettes souvent anciennes ; et encore, les problèmes soulevés par la conservation des propriétés des absents, sont autant de contextes d’interprétation de ce rapport privilégié. Une fois désignés comme « biens des pauvres », argent et propriétés jouissent d’un statut de « biens communs » qui concourt à leur protection et « stabilisation ». Les institutions charitables sont ainsi mises au service de la construction de liens avec les choses ainsi qu’avec les personnes à travers des voies qui ne sont pas celles de la fréquentation assidue et de la familiarité acquise à travers la proximité continue et régulière. Les institutions jouent donc un rôle central dans les parcours d’intégration, pour avoir accès à cette citoyenneté qui se traduit essentiellement dans le droit de partager les ressources de la ville.

24C’est encore à la mise en lumière du rôle de soutien que pouvaient jouer les institutions auprès des étrangers, que conduit le travail d’Işık Tamdoğan, mené à partir des registres de cadis de la ville anatolienne d’Adana au XVIIIe. Celle-ci s’interroge, en effet, sur le lien entre les personnes mobiles et la ville à travers une source particulière, les inventaires après décès. Ce faisant, elle repère une institution, le beyt ül-mal qui s’occupait des biens des personnes qui n’avaient pas d’héritiers en ville, celles qualifiées de misafir, voyageurs, personnes de passage. Soulignant les différentes dimensions du rôle de tuteur que l’institution jouait auprès de ces derniers (en particulier, et non des moindres, la prise en charge des corps, mais encore les poursuites contre les meurtriers en cas de mort violente), elle montre qu’en tant qu’étrangers à la ville, les misafir partageaient une condition qui les rapprochait des mineurs, en raison de ce que, comme eux, ils avaient nécessité de se pourvoir de garants dans la défense de leurs intérêts. Ainsi, à l’occasion des successions post mortem, non seulement l’intercession du beyt ül-mal souligne-t-elle la corrélation entre la faiblesse juridique et l’extranéité dans une stratification sociale charpentée par les droits différentiels de l’appartenance ; mais encore, elle montre la capacité de l’institution à pallier, en cas de mobilité, à la fragilité qui en résulte dans la transmission des droits de succession. Cela montre, a contrario, la connexion qui s’opère entre la capacité d’hériter et de transmettre un héritage et le vocabulaire de l’appartenance.

25Parce que la même institution était déployée dans l’ensemble de l’Empire ottoman, la recherche d’Isabelle Grangaud, qui en décrypte le contexte de l’activité dans un cadre algérois aux XVIIIe et XIXe siècles, précise les termes de cette connexion. Observer les prérogatives du bayt al-mâl conduit, en effet, à mettre en cause la lecture que l’historiographie en avait faite : l’enjeu de l’institution n’était pas tant de capter des biens en déshérence au profit de l’État, mais relevait de mesures conservatoires, appliquées en l’absence des ayants droits, qui garantissaient la transmission des successions. C’est bien même cette capacité de l’institution à protéger les successions, qui légitimait son rôle de contrôle de la dévolution des héritages. Par ailleurs, la conservation des successions et, en cas de déshérence, leur prise en charge, étaient liées au rôle d’héritier universel (de ‘asab) dont l’institution s’acquittait formellement en en accomplissant les tâches (payer les dettes, enterrer le mort) ; et ceux qui, faute d’ayant droits, étaient dans l’impossibilité de transmettre, étaient alors désignés comme « pauvres », ou encore comme « étrangers ». Cela permet de saisir le rôle crucial des successions, dans leur capacité à créer des lignées d’ayant droits, par lesquelles s’affirment l’appartenance à un espace politique donné. Celui qui ne pouvait transmettre était un étranger.

26V. Au bout de ce chemin, il faut souligner au moins un élément de poids : la transformation même de notre objet d’étude. Les recherches ici présentées nous ont obligés à enrichir considérablement les présupposés de notre rencontre. Elles nous ont montré que la relation entre propriété et appartenance ne renvoie pas seulement à la capacité des biens à ouvrir l’accès aux droits de « citoyenneté », mais de manière plus radicale, à des processus de production de groupes, de configurations sociales en compétions pour des ressources locales. Droits de retraits, droits d’usages de l’eau, droits rattachés aux biens waqf, droits de succession … dessinent des communautés, mobilisent actions et arguments revendicatifs ; produisent en somme et définissent les droits locaux (notons par ailleurs, que les échelles impliquées par ces processus sont disparates, et pourtant relativement cohérentes : la parentèle, le voisinage, la ville…).

27Mais si les biens créent des relations, leur « nature » est travaillée à son tour par les intentions des acteurs. Biens meubles ou immeubles sont ceux que l’on inscrit ou bien que l’on exclut du marché, que l’on destine à l’aliénation ou à la transmission, à travers lesquels l’on produit des relations de crédit ou bien des relations de parentèle et de l’enracinement local. Ce travail de classification, on l’a vu, a des conséquences importantes ; dans les mains des colonisateurs, l’enjeu n’est pas moins que l’affirmation d’un droit de souveraineté qui va avec la délégitimation des droits d’appartenance de la population locale. D’autre part, il faut le souligner, cette perspective n’a pas seulement institué une relative continuité, comme nous venons de le dire, entre les différentes échelles locales et nationales, mais elle a contribué aussi à brouiller les clivages entre acteurs individuels et institutions.

28Enfin, ce travail commun a construit de toute évidence (et de manière au moins en partie inattendue) une aire « de compatibilité » entre des terrains d’analyse apparemment très éloignés. L’étendue et la solidité de cette compatibilité - que nous espérons avoir porté à l’attention du lecteur - ont dépassé nos hypothèses de départ : elle dessine un projet de recherche qui nous occupera au cours de prochaines années.

Auteurs

Professeur d’histoire, Université de la Manouba

Directrice d'études à l’Ehess

Chargée de recherche au Cnrs, Iremam, UMR7310, AMU/CNRS, 13094, Aix-en-Provence, France

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable