Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Eugen Wirth
, 
Horst Kopp

B. Contribution de l’histoire de Sanaa à l’explication de son organisation spatiale

Texte intégral

1. L’organisation spatiale comme résultat d’un processus historique : les étapes du développement de la construction et de la structure urbaines intra muros.

1Nous avons déjà signalé dans l’introduction que la carte TAVO de Sanaa faisait ressortir, dès le premier coup d’œil, la division en trois parties des zones construites de la ville : la vieille ville intra muros proprement dite, les faubourgs d’époque plus tardive, dont le quartier juif forme la partie occidentale, et enfin les quartiers de construction récente situés à l’extrémité de la carte. Un examen un peu plus approfondi de la carte permet toutefois de diviser à son tour la vieille ville en zones qui correspondent à des structures distinctes et qui se sont formées ou développées à des moments différents de l’histoire de la ville (cf. carte 2) :

2A) Tout à fait à l’est de la vieille ville, sur une colline de 15 à 30 mètres de hauteur environ, se trouve l’ensemble des édifices constituant la citadelle (al-Qar, en gris). Il est non seulement séparé des terrains environnants, mais aussi de la cité par un haut mur renforcé par endroits de pierres de taille. Deux portes donnent accès à la citadelle : la première, Bāb as-Sitrān, s’ouvre au sud-ouest sur la campagne extra muros ; la seconde, Bāb al-Qar, relie, à l’ouest, la citadelle à la vieille ville intra muros.

3Pour ce qui est de sa partie occidentale au moins, la citadelle était certainement déjà utilisée comme place forte à l’époque pré-islamique ; certains bastions, conservés jusqu’à nos jours, datent d’environ 850 après J.-C. (R. Lewcock 1986, 32, 35). Jusqu’à 1250 au plus tard, la citadelle était le siège de la garnison de Sanaa, et, durant la première occupation ottomane, le gouverneur y résidait. Au moment de la visite de C. Niebuhr en 1763, la citadelle abritait deux palais, dans lesquels habitaient des membres de la famille de l’imam, la Monnaie et diverses prisons (1968, 421). Alors que le mur d’enceinte de la ville est construit en briques crues, les bastions de la citadelle sont constitués de solides ouvrages de maçonnerie en pierre de taille. Vers 1890, les Ottomans ont réparé et renforcé ces bastions. La citadelle a conservé jusqu’à nos jours sa fonction défensive. Comme les chercheurs n’ont aucune possibilité d’accès à cette zone militaire, nous avons dû nous appuyer sur des photos aériennes pour établir notre cartographie (en gris ordinaire).

4B) Le « cœur » de la vieille ville est constitué par les boutiques et les ateliers du souk (en violet et en bleu), ainsi que, situé au sud-ouest, l’ensemble des édifices de la Grande Mosquée, qui forment un quadrilatère presque parfait. Un premier grand axe de circulation, dirigé vers le nord, relie le souk à la porte septentrionale, Bāb Šu‘ūb, un deuxième, dirigé vers le sud, conduit à la porte méridionale, Bāb al-Yaman, un troisième, dirigé vers l’Est, mène à la porte de la citadelle, Bāb al-Qaṣr. Principaux lieux de passage de la vieille ville, ces trois axes sont, tout comme le souk, bordés d’ateliers et de boutiques.

  • 1 A.C. Bertaud attribue à chacun des types d’habitation une lettre allant de A à F. Pour des raisons (...)

5Le souk central est entouré de toutes parts d’une large couronne presque concentrique de bâtiments très denses avec un réseau de ruelles complètement irrégulières, formant des zones circulaires entre le centre et les portes. L’architecture de ces maisons peut être rattachée pour la plupart d’entre elles au type I (type traditionnel de la vieille ville selon A.C. Bertaud, 1971)1. Le vert foncé correspondant aux jardins irrigués dépendants des mosquées n’interrompt que par petites taches le brun foncé des maisons d’habitation traditionnelles du centre ville. Le noyau central de la vieille ville remonte, par endroits au moins, tout comme la citadelle, à l’époque pré-islamique ; dans son ensemble cependant, il est de la même époque que les zones de constructions relativement denses du centre ville de Sanaa, qui datent du xiiie siècle.

6C) Entre la citadelle (A) et le cœur de la vieille ville (B) s’étire une large avenue, orientée nord-sud, s’élargissant par endroits pour former des places, et bordée de belles demeures datant des deux périodes de domination ottomane : la mosquée Bakiriya (la Grande Mosquée ottomane, sur le côté oriental de la place) et le hammam al-Maidan (bain turc, sur le côté occidental de l’avenue) en particulier, datent de la première période ottomane ; la plupart des grands bâtiments administratifs ottomans (sur le côté occidental) remontent à la seconde période. Cette large avenue du centre ville, haut lieu de la vie publique, était, tant pendant la première époque que pendant la seconde, le centre de la vie urbaine de Sanaa ; aussi fut-elle naturellement désignée avec les établissements qui la jouxtent (cafés, école turque, etc.) sous l’appellation de « quartier turc » dans la littérature de l’époque (cf. carte fig. 3).

7D) A l’ouest et au nord-ouest du cœur de la vieille ville (B), une zone de constructions urbaines nettement moins denses, entrecoupées de jardins relativement grands s’étend jusqu’au large lit du wādī (Sā’ila) qui traverse la vieille ville du nord au sud. Ces potagers irrigués appartiennent eux aussi comme waqf aux mosquées avoisinantes ; grâce à l’étonnante continuité de l’utilisation des surfaces urbaines, ils ont été jusque là épargnés par la construction - à l’exception, au sud-ouest, des édifices récents rendus en brun clair et encore représentés sur la carte Rathjens-Wissmann comme le potager « Bostan el Djedid ». La zone D était au moins depuis le xiiie siècle un faubourg maraîcher parsemé de pavillons, de maisonnettes et de villas. Tout comme la zone maraîchère faiblement construite, située de l’autre côté du (Sā’ila) qui coule du nord au sud (zone E), il devait certainement être inclus dans le mur d’enceinte à la fin du xiiie siècle.

8E) A l’ouest du wādī déjà mentionné, une zone urbaine (Bustān as-Sulṭān) et dont la structure ressemble tout à fait à celle de la zone D faiblement construite et parsemée de potagers, s’étend jusqu’au tracé de l’ancien mur d’enceinte (correspondant sur la carte TAVO à l’axe de circulation orienté nord-sud) : sur la carte Rathjens-Wissmann, de grands espaces maraîchers avec, çà et là, quelques îlots d’habitations urbaines figurent au même endroit. La propriété des jardins de la zone E était de toute évidence moins bien établie et consolidée que celle de la zone D : comme le montrent les aires marquées de brun clair sur la carte, de multiples quartiers d’habitation récents, ayant toutefois conservés des maisons de style traditionnel, sont apparus à la place des jardins. Leur architecture peut être dans l’ensemble rattachée au type V (type récent de la vieille ville selon A.C. Bertaud, 1971). Au sud, on trouve également des constructions récentes de style occidental moderne.

Fig. 3 : Le centre ville durant les deux périodes ottomanes.

9La zone E est traversée à peu près en son milieu par deux rues bordées de boutiques qui partent de la porte occidentale de la vieille ville, Bāb aṣ-Sabā ; elles assurent la liaison entre le quartier commerçant moderne à l’ouest et le cœur de la vieille ville avec le souk à l’est.

10Tout comme la zone de jardins (D), le quartier de jardins (E) devait être lui aussi, au xiiie siècle déjà, un faubourg maraîcher, parsemé çà et là de pavillons et de villas suburbaines. Son intégration à l’intérieur des murailles survint peut-être également dès 1300 et au plus tard pendant la première période ottomane.

11F) A l’extérieur du mur d’enceinte de la vieille ville, la carte TAVO montre, au nord de la porte occidentale déjà mentionnée, Bāb aṣ-Sabā, un espace à peu près ovale, encore en partie entouré de murs, dans lequel dominent, à côté de terres en friches et de terrains vagues, la couleur grise et les signes conventionnels correspondant aux édifices administratifs et militaires ; sur la carte Rathjens-Wissmann, il est encore entièrement entouré d’un mur épais. Il s’agit de la zone des palais de l’imam, intentionnellement placée hors de la vieille ville, et qui servait au moins de temps à autre de lieu de résidence et de gouvernement.

12Vers 1708, l’imam Mutawakkil y a fait construire un premier palais et entourer cette zone tout entière d’un mur épais. Un peu plus tard (1726) est venue s’y ajouter une mosquée funéraire, puis un ḥammām, et, au xixe siècle, un deuxième palais. C.J. Cruttenden (1838, 82) écrit au sujet de ces palais : « They are built of hewn stone, platered over with a grey-coloured mortar, having the windows and cornices of a bright white colour, which gives the house a very light and airy appearance ». L’éditeur de ce récit commente ainsi les dessins des palais joints par Cruttenden : « The architecture appears Saracenic ; simple and elegant, though with a mixture of circular and painted arche, and not loaded with superfluous ornaments » (!).

13Ces deux palais ont toutefois été détruits lors de la deuxième période ottomane ; on voulait non seulement réduire la domination de l’imam, mais aussi en faire disparaître le siège et ses manifestations architecturales. A l’emplacement du palais, on a construit un grand hôpital militaire. La symbolique de l’endroit était si grande que l’imam Yayā y établit à nouveau sa résidence après 1918 : il fit détruire l’hôpital et construire à sa place deux palais : Dār as-Sa ‘āda et Dār aš-Šukr. En 1981, le musée national yéménite, l’office du tourisme et divers services publics et administrations y étaient installés.

14G) Dans le quart sud-ouest de la carte TAVO se trouve un autre grand quartier d’habitations resserrées ; la couleur brune recouvrant la surface qui lui correspond, le désigne comme « l’ancien quartier juif ». C’est là que les juifs ont été déplacés en 1680 après qu’on leur eut interdit d’habiter dans la vieille ville intra muros en 1679. Avec l’émigration de la plupart des juifs yéménites en Israël en 1949/1950, ce quartier est devenu un quartier d’habitation comme les autres, habité par une population musulmane traditionnelle (des immigrants pauvres venus des campagnes). L’habitat, constitué de simples maisons en pisé, la plupart d’entre elles à deux ou trois étages seulement (type III selon A.C. Bertaud 1971), y est très dense ; un souk de quartier bien achalandé s’est formé le long de la principale voie d’accès (violet foncé).

15H) Entre l’ancien quartier juif à l’ouest et la vieille ville à l’est s’étend une vaste zone, qui, sur notre carte TAVO paraît assez hétérogène : le faubourg de jardins de Bīr al-‘Azab. Sa diversité structurelle actuelle est le résultat d’un développement très récent. Il présente encore sur la carte Rathjens-Wissmann un caractère tout à fait homogène : des jardins divisés en parcelles relativement petites et irrigués par de nombreux puits, étaient, en 1928/1929, parcourus d’un dense réseau de chemins irréguliers. Dans la plupart des jardins se trouvaient une villa ou une maisonnette, dont l’architecture correspond au type II (type du quartier des jardins selon A.C. Bertaud, 1971).

16Dans cette vaste zone de jardins irrigués, qui s’étend presque jusqu’à la muraille de la vieille ville, des Turcs et des Yéménites aisés ont manifestement fait construire des pavillons et des demeures pour le week-end et l’été, dès la première période d’occupation ottomane. En 1763, Carsten Niebuhr a été logé dans une telle maison, et, au début du xixe siècle, le quartier de Bīr al-‘Azab tout entier, uni au quartier juif, a été entouré d’un simple mur de pisé. Au moment où C.J. Cruttenden y logeait en 1836, le mur était déjà construit (1838, 281). Au cours de la seconde occupation ottomane, Bīr al-‘Azab constituait un quartier d’habitation privilégié pour les fonctionnaires et les officiers supérieurs turcs, et après 1918, plusieurs membres de la famille de l’imam régnant s’y firent construire de coûteux palais.

17Les agréments d’un faubourg où prédominent des jardins bien irrigués, des parcelles de terrain bien délimitées et le prestige social traditionnellement attaché aux lieux d’habitation de la catégorie sociale supérieure ont conduit à ce que, de nos jours, plusieurs ministères ainsi que de nombreuses ambassades et représentations diplomatiques y soient situés ; les grandes voies de passage et les axes de communication, en particulier au sud et à l’est de ce faubourg, sont devenus des lieux privilégiés de commerce et de services. C’est ainsi qu’aux abords de la rue ‘Alī ‘Abd al-Muġnī et de Bāb al-uzaima (place Tarīr) - à l’endroit où se rejoignent les trois zones formées par la vieille ville traditionnelle, les palais de l’imam et le faubourg entouré d’un mur où prédominent les jardins et les villas - s’est développé, au cours des quinze dernières années, après des débuts très modestes, un quartier d’affaires moderne dont l’apparence et les fonctions se conforment au modèle occidental. A l’exception de cette concentration de fonctions urbaines de première importance, de nombreuses institutions (centres de gouvernement, institutions culturelles, agences des compagnies aériennes, par exemple) sont réparties sans règle apparente, presque au hasard. A la différence de l’axe méridional, la route menant vers le nord-ouest était déjà densément construite à l’époque de C. Rathjens et H. v. Wissmann. On y trouve aujourd’hui de nouvelles constructions resserrées de style traditionnel.

18Si l’on ordonne cette mosaïque spatiale formée des quartiers A à H, qui diffèrent tant par leur origine que par leur structure et leurs édifices, selon les étapes du développement de la ville de Sanaa, on voit apparaître d’intéressants déplacements des lieux d’habitation et de gouvernement, mais aussi une parfaite continuité du vieux noyau urbain autour de la Grande Mosquée et du souk. Toutefois, on ne dispose que de peu d’éléments avérés pour établir une localisation certaine des constructions préislamiques ainsi que de celles des premiers temps de l’islam.

19Sanaa est citée pour la première fois dans des inscriptions du iie et du iiie siècles après J.C. (W. Müller 1981, 21). Avec la construction d’une première Grande Mosquée à son emplacement actuel au viie siècle après J.C., le noyau de la vieille ville fut définitivement fixé. D’après les sources littéraires, on peut supposer qu’un palais fortifié, siège de l’autorité, appelé Gumdan, s’élevait dans cette zone-là à l’époque préislamique. Des parties de la colline sur laquelle se trouve la citadelle devaient être également déjà occupées par des ouvrages de défense (R. Lewcock et al. in an ‘ā’, 1983, 132f.).

20Il y a fort à penser qu’à Sanaa, les mosquées n’ont été, en principe, érigées que dans des zones déjà habitées. La répartition spatiale des mosquées anciennes à l’intérieur de la ville autorise alors - avec les réserves qui s’imposent - à d’intéressantes conclusions (fig. 4) : les mosquées et les lieux de culte que l’on a pu dater avec certitude d’avant 1200, et même pour la plupart d’entre eux d’avant l’an mille, ne se trouvent qu’en partie à l’intérieur du noyau urbain ; deux d’entre eux se trouvent même au nord, extra muros. Cette localisation ne peut s’expliquer que par la permanence de lieux sacrés des premiers temps de l’islam et peut-être même de la période anté-islamique.

21La répartition de la plupart des grandes mosquées, construites entre 1250 et 1390, laisse apparaître à partir de ce moment-là déjà une entreprise systématique de construction : formant une large couronne autour du noyau urbain central, des quartiers d’habitation nettement plus récents possédaient alors une belle mosquée de quartier. En ajoutant à cela le fait qu’aujourd’hui encore ces quartiers présentent un habitat particulièrement dense, il est possible de conclure qu’à la fin du xiiie siècle le centre ville, qui ne présentait presque plus d’espaces vides, avait à peu près déjà atteint les dimensions de la partie B de notre carte de la ville (cf. carte 2).

22Vers la fin du xiie siècle, les Ayyoubides avaient toutefois déjà fait construire à l’ouest du wādī, dans la partie E (Bustān as-Sulṭān), leur grand palais, une caserne pour leurs soldats ainsi qu’un ammām ; ils voulaient de toute évidence vivre non pas dans le centre ville densément construit, mais au milieu des jardins irrigués, qui procuraient de l’ombre (R. Lewcock 1986, 44). Il s’agissait là de la première étape de l’expansion de la ville vers la zone voisine des jardins, à l’ouest, à laquelle devaient faire suite d’autres étapes encore.

23A la fin du xiiie siècle, le siège de l’autorité et la garnison de la ville s’étaient déjà probablement déplacés du centre de la ville (Ġumdān) vers l’Est, sur la colline de la citadelle (partie A de la ville). Ce déplacement de l’autorité, du gouvernement et de l’administration vers la limite orientale de la vieille ville s’est encore accentué au cours de la première période ottomane : la citadelle était le siège du gouverneur ottoman et la large avenue orientée nord-sud (C), qui s’élargissait en une place devant la citadelle, constituaient le centre de la vie urbaine pour la classe dirigeante turque. Les beaux édifices construits aux abords de cette place à l’époque ottomane reflètent de nos jours encore sa situation privilégiée d’alors (fig. 3). Les mosquées construites entre 1510 et 1620 se situent presque toutes dans la partie orientale de la vieille ville (fig. 4).

Fig. 4 : Les mosquées et tombeaux de la vieille ville selon leur époque de fondation.

24A partir du xvie siècle au plus tard, on assiste à un mouvement de retour vers l’ouest : l’élite ottomane tout comme l’élite arabo-yéménite ont fait bâtir dans les zones de jardins D et E, à l’ouest du centre ville densément construit, des pavillons et des résidences pour le week-end, qui n’étaient sans doute pas encore utilisés comme lieu d’habitation permanent, mais, par exemple, fréquentés le week-end et pendant les chaleurs de l’été. Passer son temps libre dans la fraîcheur de jardins arrosés, ombragés et plantés d’arbres, relève dans la civilisation arabo-persane, mais aussi turque, d’une tradition ancienne remontant très haut dans le moyen-âge. Il se peut donc que dans la ville de Sanaa, occupée par les Ottomans au xvie et au début du xviie siècles, l’élite ottomane et l’élite arabe indigène se soient rejointes dans leurs manières de vivre et leur style de comportement (cf. X. de Planhol, 1969, 262-264).

25Les étapes historiques, précédemment esquissées, de la construction urbaine sont confirmées par un examen du terrain : dans la zone urbaine la plus ancienne (B), le niveau des jardins irrigués se trouve à 5 mètres en-dessous des rues, ruelles et places qui les entourent. Dans la zone urbaine plus récente D, la différence de niveau n’est plus que de 2-3 mètres et dans la zone construite encore plus tard (E), d’environ 1 mètre. Ainsi se dessine le volume des déchets organiques qui, au fil des siècles passés, ont constitué une couche de sédimentation.

26Après le renversement de l’autorité ottomane, une assez longue période de prospérité économique, couvrant la fin du xviie et le xviiie siècles, s’ouvrit pour Sanaa sous le règne des imams zaydites. C. Niebuhr évoque en 1763 les nombreux beaux palais que l’imam régnant alors avait dû faire construire, les « grands caravansérails (simsera) » du souk (1968, 419 f.) ainsi qu’une colonie de 125 marchands indiens aisés. C’est à ce moment-là que le mouvement vers l’ouest de la ville s’est intensifié. Ainsi, les mosquées édifiées entre 1700 et 1750 se trouvent presque toutes à l’ouest du wādī qui traverse la vieille ville (fig. 4). Le centre de l’autorité fut lui aussi déplacé de la limite orientale de la vieille ville vers sa limite occidentale : au début du xviiie siècle, l’imam fit construire son palais et une mosquée funéraire dans le périmètre Mutawakkil (F) à l’ouest de l’ancien mur d’enceinte ; juste à côté, on aménagea une grande place pour les défilés et les cérémonies officielles - comparable en tout point à la place C du quartier turc. C. J. Cruttenden (1838, 283) rapporte de manière vivante le spectacle, qui, chaque semaine, y était donné après la prière du vendredi, lorsque l’imam retournait en grande pompe de la mosquée au palais. C. Niebuhr en fait déjà un récit analogue en 1763 (1968, 424).

27Dès les années 1680, les juifs avaient été déplacés vers la zone G, deux kilomètres à l’ouest de la vieille ville. Carsten Niebuhr évoque, en 1763, une « Grande Mosquée » dans le faubourg occidental où prédominent les jardins, Bīr al-‘Azab ; nous en concluons qu’une partie au moins des maisons de week-end étaient alors déjà habitées en permanence. Il n’était que très naturel d’entourer d’un mur ce faubourg de jardins (H) et le quartier juif (G) au début du xixe siècle. De nombreux habitants aisés de Sanaa déplacèrent alors leurs maisons de week-end vers ar-Raua : « The town of Ródah, wich is much cleaner and neater than the capital, being the residence of nearly all the merchants, who retire to their countryhouses often the business of the day is over » (C. J. Cruttenden, 1838, 286).

28La zone urbaine (C), à l’est du cœur de la vieille ville, ainsi que le faubourg de jardins, à l’ouest, connurent, durant la seconde période ottomane, de 1872 à 1918, un important développement. Le centre de gouvernement fut à dessein déplacé à nouveau de l’ouest vers l’est. Le gouverneur ottoman et la garnison s’installèrent dans le quartier de la citadelle (A) et le palais de l’imam (F) fut même détruit. Le mur d’enceinte, en revanche, fut consolidé et équipé de pièces d’artillerie ; la reconstruction de trois portes, dont Bāb al-Yaman, suivit en 1895/1896. Les vastes espaces inoccupés (C) entre le cœur de la vieille ville et la citadelle, qui, déjà lors de la première période ottomane, étaient, pour les Turcs, le centre de la vie urbaine, retrouvèrent cette fonction.

29C’est ici que s’installent les premiers services de type occidental, introduits par les Ottomans : la municipalité (municipality), le bureau de poste et de télégraphe, des écoles laïques et des écoles professionnelles, une école normale, des cafés (« l’un d’entre eux possède même un billard », E. Glaser s.d.), une gendarmerie, une imprimerie et le siège d’un journal. Au même moment, la construction s’intensifie dans le faubourg occidental de jardins de Bīr al-‘Azab ; c’est ici, en effet, que presque tous les fonctionnaires et officiers supérieurs ottomans s’installent. La résidence du gouverneur de la province se trouvait elle aussi au milieu des jardins de ce quartier. Nous reviendrons dans un prochain chapitre sur le fait que le quartier commerçant central du souk de la vieille ville a connu, lui aussi, durant la seconde période ottomane, d’importantes transformations. A Bīr al-‘Azab, en revanche, c’est à peine s’il y avait une boutique en 1914 (Wyman Bury, 1915, 79). Dans les années 1880, on construisit extra muros, au sud de la vieille ville, d’importants ensembles de baraquements et de casernes. On les distingue bien sur notre carte (en gris).

30Avec la prise du pouvoir par l’imam Yayā à Sanaa en 1918, le déplacement vers l’ouest des centres névralgiques de la ville se poursuit. La zone ottomane des services centraux, autour de la place C, entre la citadelle et la vieille ville, perd de son importance. Le centre de la vie urbaine commence à s’installer définitivement à la limite occidentale de la ville, hors les murs : l’imam Yayā fait reconstruire le palais de la zone Mutawakkil, entourée d’un mur ; ce palais redevient le siège du gouvernement ; on y ajoute également une seconde mosquée. Entre les deux Guerres mondiales, les proches de l’imam régnant se font construire des palais à plusieurs étages dans le faubourg de jardins de Bīr al-‘Azab. C. Rathjens et H. v. Wissmann y ont relevé quatre mosquées en 1928. Entre 1918 et 1948, l’imam passe cependant plusieurs mois par an dans ses palais de ar-Raua et de Wādī ahr. Les membres influents de sa famille et de la cour l’y suivent et c’est ainsi qu’apparaissent autour de la Seconde Guerre mondiale deux « résidences d’été » à l’extérieur de la capitale, à ar-Raua et à Wādī ahr ; elles se composent de magnifiques palais entourés de jardins irrigués et bien entretenus, que l’on a pu comparer à ceux du temps de l’absolutisme européen (Versailles, Schönbrunn, Pommersfelden).

31Après l’ouverture du Yémen à l’Occident en 1969, le déplacement vers l’ouest se poursuit avec une nouvelle vigueur : le quartier jadis aristocratique de Bīr al-‘Azab est devenu aujourd’hui le lieu d’élection de ministères, d’administrations et de représentations diplomatiques. Le long des grandes voies de passage s’élèvent en hauteur, comme on l’a déjà mentionné, des édifices modernes à l’architecture occidentale ; c’est ici qu’apparaissent de nouveaux quartiers commerçants de qualité. A ce jour, ce processus n’est pas terminé. Aussi la carte TAVO de Sanaa ne donne-t-elle pour les zones situées à l’ouest de la vieille ville intra muros que l’instantané d’un environnement en rapide transformation, et notre travail de cartographie, qui reflète la situation à l’automne 1981, constitue déjà un document historique.

2. Sanaa : partie de l’Empire ottoman entre 1872 et 1918

32Nous avons tenté de montrer, dans le chapitre précédent, comment, au cours d’une histoire plus que millénaire, les stratégies et les modes de comportement successifs de la catégorie socialement et économiquement dominante ont influé sur la structure urbaine de Sanaa, comment la ville s’est formée selon des conceptions de la vie urbaine qui ont varié au cours du temps, et comment notre carte TAVO permet de distinguer une organisation de l’espace urbain en zones portant chacune une empreinte historique différente. Pour ce qui est de ces paramètres, Sanaa ne diffère toutefois pas fondamentalement d’autres villes appartenant aux zones de civilisation orientalo-islamique ou occidentale, dans la mesure où elles ont connu, elles-aussi, une longue histoire, riche en péripéties : vieux quartiers traditionnels et centres commerciaux historiques placés au cœur de la vieille ville, extensions anciennes de la ville et vieux faubourgs, zones résidentielles comportant ou non des palais, quartiers d’habitation réservés à une élite politique ou économique, telles sont les zones urbaines, partout identiques ou formées sur un modèle historique similaire, que l’on retrouve sur les cartes et plans de bien d’autres villes d’Orient et d’Occident. Il est vrai que comme chaque ville, Sanaa est marquée, dans son espace, par un caractère qui lui est propre et qui est, en l’occurrence, spécifique à l’Arabie du Sud. Les catégories essentielles de différenciation de la croissance urbaine d’un point de vue historique sont cependant partout les mêmes ou, du moins, fortement apparentées.

33L’extraordinaire fascination qu’exerce la ville de Sanaa n’est donc pas due aux causes historiques du développement de la structure urbaine ni à l’organisation de l’espace, telle qu’elle s’est formée au cours des siècles, en zones urbaines de caractères différents. Ce qui, depuis plus d’un siècle, provoque immanquablement l’enthousiasme de tous les visiteurs de cette ville, c’est la splendeur presque magique des maisons, mosquées, minarets et édifices commerciaux, tant du point de vue de leur forme architecturale individuelle que de leur association en ensembles à l’architecture harmonieuse, en groupes d’édifices, qui, sur les rues et les places, forment de belles rangées de façades. Ce sont surtout ces hautes maisons à plusieurs niveaux, dont les formes architecturales, si originales, varient à chaque étage, dont les façades s’offrent au jeu de l’ombre et de la lumière qui fait ressortir leur riche ornementation et dont la blanche décoration, souvent somptueuse, est resplendissante. On a beaucoup écrit ces derniers temps sur ces magnifiques demeures de Sanaa ; plutôt que de les décrire à nouveau en détail, nous nous contenterons de renvoyer aux principaux ouvrages écrits à ce sujet (L. Golvin, 1979 ; S. et M. Hirschi, 1983 ; an‘ā’, 1983, 436-500 ; J.-M. Bel, 1988 ; cf. J. Schmidt, 1989). Architectes, historiens de l’art et ethnologues ont plus de compétence en ce domaine que les géographes.

34Dans la perspective de notre monographie de la ville, les remarques suivantes sont cependant du plus grand intérêt : la grande majorité de ces maisons pourraient bien, dans leur état actuel du moins, ne pas avoir plus d’un siècle. Les fondements et les parties basses, construits en pierres de taille, de nombreuses maisons de Sanaa sont certainement plus anciens ; les superbes parties supérieures ainsi que l’agencement et la somptueuse décoration des façades, ne sont, au contraire, apparus qu’au cours de la deuxième période ottomane (1872-1918) et du règne de l’imam Yayā, qui l’a suivie (1918-1948). Ils supposent l’emploi d’une main-d’œuvre abondante et la présence de ressources matérielles importantes. Or, nous avons montré, dans l’introduction, qu’il n’y avait pas suffisamment d’argent à Sanaa avant 1872 pour payer la construction et l’entretien de telles maisons sur une grande échelle.

35C’est seulement avec la conquête de Sanaa par l’Empire ottoman que s’amorce une croissance économique de grande ampleur ; la circulation de l’argent et des marchandises augmente dans le pays, de telle sorte que l’élite urbaine et la frange supérieure de la couche sociale moyenne disposent désormais des moyens suffisants pour rénover entièrement leurs maisons, les transformer, leur ajouter des étages et les pourvoir de magnifiques façades. La maison devient le moyen de manifester son prestige social : « Yemen is clearly a country in which architecture is ranked high, giving a pride and enjoyment to its owners » (R. Lewcock, 1983, 73). On tente de se surpasser mutuellement. Les innovations architecturales ou décoratives particulièrement réussies chez le voisin poussaient à l’imitation, stimulant du même coup l’adresse des artisans. Dans cette atmosphère d’émulation toujours plus grande entre maîtres d’œuvre et entre artisans hautement qualifiés, le style architectural de Sanaa - que l’on pourrait qualifier d’ » hybride » - s’est constitué en variante locale de l’architecture sud-arabique ; c’est ce style qui aujourd’hui encore donne à la ville son charme fascinant (cf. J.-M. Bel, 1988, fig. 9, p. 25).

36Notre thèse selon laquelle l’aspect actuel de Sanaa est pour l’essentiel l’œuvre du siècle dernier, exige toutefois que l’on avance ici des arguments plus convaincants. En effet, tout cela ne va pas de soi, dans la mesure où il nous faut montrer que la période ottomane allant de 1872 à la Première Guerre mondiale a été une période de prospérité économique, alors que la majorité des récits de voyages contemporains et de nombreux ouvrages publiés par les historiens de l’époque moderne brossent un tableau généralement sombre, pour ne pas dire noir, de la « domination turque » au Yémen. Il y est beaucoup question de mauvaise administration, de corruption et de prélèvements d’impôts par la force, d’impuissance des pouvoirs publics et de l’armée, ainsi que des lamentables échecs des rares tentatives de réforme ou d’organisation moderne de l’Etat.

37De tels récits sont pour le moins partiaux ; en aucun cas ils ne reflètent la situation exacte du Yémen, jugeant l’Empire ottoman selon un point de vue et des critères occidentaux modernes, et par conséquent inappropriés. La thèse opposée, développée ci-dessous, l’affirme : en comparaison avec les décennies précédentes, la domination ottomane provoqua au Yémen, à bien des égards, des transformations de premier ordre et lui donna une forte impulsion dans le domaine économique. De nombreux facteurs y ont contribué.

38Pendant quatre siècles, de 1517 à 1917, l’Empire ottoman a fondé la légitimité de son autorité en particulier sur la garde des deux villes saintes de La Mecque et de Médine, sur la protection des pèlerins et sur la défense des lieux de pèlerinage contre toute agression, etc. (H. Inalcik 1973, 33 et sq.). A partir du xviie siècle, et surtout depuis l’apparition du Wahhabisme, il avait toutefois perdu le contrôle du iğāz. Aussi, après la fin de la guerre de Crimée en 1856, la Porte se fixa-t-elle pour objectif de renforcer sa souveraineté sur La Mecque et Médine. Cela supposait non seulement une présence renforcée en mer Rouge, mais aussi la garantie du flanc méridional contre les Britanniques présents à Aden, c’est-à-dire la reconquête de l’‘Asīr et du Yémen. La Tihāma et Hodeida, où les Ottomans purent s’établir dès 1849, constituèrent la base de départ des opérations.

39Grâce à l’ouverture du canal de Suez en 1869 et au rattachement des ports de la mer Rouge aux lignes régulières de navigation des bateaux à vapeur, les Etats arabes riverains furent intégrés à nouveau, pour la première fois depuis longtemps, aux grands courants du commerce et du trafic internationaux. La conquête des hauts plateaux de l’‘Asīr en 1870 et du Yémen en 1872 par l’Empire ottoman apparut comme une première conséquence de la nouvelle situation : troupes et ravitaillement pouvaient être maintenant acheminés par bateaux à vapeur en relativement peu de temps et à peu de frais, du cœur de l’Empire ottoman jusque dans la mer Rouge à travers le canal de Suez. La Porte a résolument saisi la chance qui lui était offerte ; sans une présence en mer Rouge, elle ne pouvait, il est vrai, s’acquitter de sa mission de protection des villes saintes de La Mecque et de Médine.

40Les aspects politiques et militaires de la seconde domination ottomane sur le Yémen, de 1872 à 1917, ne nécessitent pas, dans le contexte de notre problématique, de traitement détaillé ; on en présentera toutefois brièvement quelques éléments permettant de mieux comprendre la question. Comme les hauts plateaux du Yémen avaient eu à souffrir durement, dans les décennies qui précédèrent la conquête ottomane, d’interminables querelles de succession, de pouvoirs despotiques, de pillages, d’anarchie et de conflits sans cesse ranimés, les soldats et les fonctionnaires de l’ordre ottoman furent presque accueillis à bras ouverts par les habitants de Sanaa. La Porte, animée elle-aussi des meilleures intentions, avait de nombreux projets pour la province reconquise : on devait se préoccuper de développer durablement l’économie du vilayet, considéré comme membre à part entière de l’Empire ottoman, et celui-ci devait bénéficier du progrès et des réformes qu’avaient déjà connus les provinces plus développées.

41Ces projets idéalistes échouèrent rapidement au contact de la dure réalité des faits, pour plusieurs raisons : en premier lieu, en plus des fonctionnaires ottomans compétents, intègres et de bonne volonté, on en vit arriver dans le pays de nombreux autres, incompétents, corrompus et soucieux de leurs seuls intérêts ; ils se mirent rapidement à lever injustement sur les tribus, villes et villages, par la force des armes, des impôts les plus élevés possibles. De plus, les tentatives de réforme, menées avec les meilleures intentions par l’administration ottomane, en particulier la suppression du droit et du système fiscal religieux, fondés sur la šarī‘a, se heurtèrent à la résistance acharnée de l’imam et de la population des hauts plateaux, profondément attachée à sa religion. En fin de compte, un imam charismatique, énergique et imprégné de la tradition de l’islam vint au pouvoir en 1904, en la personne du jeune Yayā, qui se posa en adversaire des Ottomans. Il présida pendant plus de quarante ans aux destinées du pays et força sans cesse les Ottomans à négocier avec lui.

42Dans les deux premières décennies de la domination ottomane, l’hostilité de la population à l’égard de l’occupant ne prit pas la forme d’une révolte ouverte ; mis à part quelques troubles localisés, le pays resta calme. Ce n’est qu’à l’automne et à l’hiver 1891 que les tribus sous la conduite du jeune imam Al-Manṣūr (1890-1904) lancèrent des attaques systématiques ; ils assiégèrent la ville de Sanaa pendant plusieurs semaines. Entre 1894 et 1903 des troubles éclatèrent fréquemment, en particulier en 1901. Un deuxième soulèvement des tribus suivit en 1904 et 1905. Sanaa ne fut alors pas seulement assiégée pendant plusieurs mois, elle dut aussi capituler en avril 1905 ; elle resta jusqu’à la fin du mois d’août 1905 aux mains des révoltés. Un troisième soulèvement suivit au début de 1911 ; Sanaa dut à nouveau subir alors un siège de plusieurs mois de la part des révoltés.

43L’Empire ottoman ne put mater aucun des soulèvements de 1891, 1901, 1904-1905 et 1911 en n’ayant recours qu’aux seules troupes stationnées au Yémen. Celles-ci étaient sans aucun doute mieux équipées et dotées d’armes plus modernes que les milices de l’imam. La motivation des troupes laissait toutefois beaucoup à désirer, il y eut des mutineries, et, à chaque soulèvement, des soldats, essentiellement arabes, de Syrie, de Palestine, etc., en profitèrent pour déserter en masse. Ils n’avaient pas touché leur solde depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, et leur temps régulier de service (trois ans) était bien souvent dépassé depuis plusieurs années ; malgré toutes les promesses, leur libération et leur retour au pays n’avaient cessé d’être repoussés. Ils devaient de facto s’acquitter d’un service de cinq à six ans au Yémen.

44Cela força l’Empire ottoman, tant en 1891 et 1901 qu’en 1904-1905 et 1911, à envoyer au Yémen d’importants contingents d’autres provinces pour réprimer les soulèvements. Non seulement des dizaines de milliers de jeunes soldats périrent misérablement à la suite d’épidémies et de blessures - ainsi, 8 bataillons d’Albanais comprenant 7 200 hommes arrivèrent dans le pays en 1905 pour réprimer le soulèvement ; en 1907 seuls 2 400 étaient encore en vie (FO 195/2254) - mais la Porte dut aussi débourser des millions de livres turques pour financer ces campagnes. Il ne restait presque plus d’argent à consacrer à des objectifs civils : W. Ochsenwald (1988, 16) estime que vers 1900 les impôts prélevés annuellement au Yémen ne dépassaient pas 300 000 livres turques et que l’on en dépensait 250 000 pour l’armée (cf. K. Kreiser 1980). Dans les années qui suivirent 1905, les dépenses militaires annuelles s’élevèrent même jusqu’à 500 000 livres turques environ. Les projets initiaux de l’administration ottomane de faire du Yémen une province avancée, économiquement saine et très développée, durent de plus en plus céder la place à un objectif bien plus prosaïque : maintenir le calme, mater les troubles et assurer le contrôle militaire sur le pays.

45En dépit de cela, des fonctionnaires compétents et très qualifiés ne cessèrent d’intervenir à Istanbul en faveur de la population yéménite. Une première commission de réforme énonça ses propositions en 1898. Dès 1904 on envoya dans le pays une seconde commission de réforme (commission Memduh), qui devait s’informer de ce qui n’allait pas et contribuer à y remédier : « The Memduh Commission was quick to recognise that most of the problems of government arose from the general poverty of the population, and therefore that the primary need was for economic development. Poverty drove many of the people to become soldiers in the army of Imam ; as such they received at least daily food rations. Poverty also meant a weak tax base, which in turn led to a drain on the central treasury » (J. Mandaville, 1984, 23).

46En 1907, une nouvelle délégation vint d’Istanbul au Yémen pour s’informer des raisons du mécontentement de la population. En juin, une délégation de hauts dignitaires yéménites se rendit à Istanbul pour y discuter de la question. En 1908, des propositions de réforme concrètes furent énoncées ; elles comprenaient entre autres la reconnaissance de l’application du droit religieux traditionnel dans certains domaines ainsi qu’une réforme des impôts et des taxes, favorable à la population. Cette réglementation entra en vigueur en 1911. Les droits souverains de l’imam furent étendus et, dans ces conditions, les tribus se tinrent tranquilles jusqu’au retrait des Turcs après la Première Guerre mondiale.

47Quelles conséquences économiques la deuxième période de domination ottomane eut-elle pour l’Arabie du Sud en général et pour Sanaa en particulier ? L’intégration du Yémen à l’Etat ottoman, de la taille d’un sous-continent et tournée vers la Méditerranée orientale, le conduisit presque inévitablement à nouer de multiples contacts au-delà des frontières de l’Arabie du Sud. Cette ouverture fut en premier lieu à l’origine d’une circulation accrue de personnes, de biens, d’argent et d’informations entre le vilayet du Yémen, les autres provinces de l’Empire ottoman et la métropole, Istanbul. Le Yémen était désormais devenu, du moins au regard de la loi, membre à part entière d’un grand marché économique, où les échanges intérieurs tenaient une place considérable ; en conséquence, la taxe d’importation perçue à Hodeida n’était que de 1 % sur les produits ottomans alors qu’elle était de 8 % sur les produits étrangers (FO, 195/2198). En outre, les marchands des nations commerçantes européennes, les Indiens et les Africains de l’Est avaient désormais accès plus facilement au pays. Les « Turcs » introduisirent à Sanaa des modes de vie, des goûts et des habitudes de consommation occidentaux ; cela entraîna un accroissement des importations de produits occidentaux et donna aussi une vigoureuse impulsion au commerce intérieur local.

48Des sommes d’argent non négligeables affluèrent à Sanaa pour assurer le salaire et l’entretien des officiers stationnés au Yémen et des fonctionnaires turcs établis dans la capitale de la province. Les traitements, soldes et salaires étaient essentiellement payés par le gouvernement central d’Istanbul et, en majeure partie, dépensés à Sanaa. Les commerçants du souk, les prestataires de services, traditionnels ou modernes, organisés pour répondre aux besoins des Turcs, les propriétaires d’appartements et de maisons, etc, en furent les bénéficiaires. Ceux-ci, de leur côté, dépensèrent à Sanaa la majeure partie de leurs bénéfices accrus, ce qui profita aux autres couches de la population.

49Selon de prudentes estimations, environ 3 000 et plus tard 5 000 officiers, fonctionnaires, professeurs, etc. (turcs) rémunérés par le Trésor ottoman, vivaient à Sanaa en 1880. Cela entraîna un accroissement considérable du pouvoir d’achat dans la ville, qui comptait vers 1880 environ 25 000 habitants arabes (J. Mc Carthy, 1979, 120). Les prix de l’immobilier et les loyers augmentèrent en conséquence : « On paie pour la location d’une maison de deux étages, comprenant une étable pour les ânes, une cuisine, etc., de 1,5 à 5 riyals par mois, beaucoup moins encore dans les quartiers arabes ; les prix augmentent pourtant de jour en jour, surtout dans les rues habitées par des Turcs » (E. Glaser, s.d., 32).

50Enfin, la levée plus rigoureuse de l’impôt et des taxes par l’administration ottomane, notée avec indignation par la plupart des observateurs contemporains, a également contribué à stimuler l’économie. La majeure partie de ces prélèvements, mais aussi de l’argent de la corruption, resta en effet dans le pays, où elle fut dépensée. Comme les impôts étaient régulièrement prélevés, et presque immédiatement réinjectés dans les circuits économiques locaux, la circulation de l’argent s’accéléra notablement dans le pays ; cela provoqua un nouvel accroissement important du pouvoir d’achat. La capitale de la province, Sanaa, en profita particulièrement.

51Comme le veut l’usage au Proche et Moyen-Orient, introduit depuis peu dans le monde occidental développé sous le nom d’ » économie parallèle » ou « economia sommersa », une part considérable de cet argent circulait de la main à la main, dans l’ombre, échappant à toute statistique. Aussi éprouve-t-on quelques difficultés à donner les chiffres correspondant aux étapes et à la dynamique du développement économique du Yémen depuis 1872, évoquées plus haut. On trouve néanmoins dans les rapports consulaires conservés au Public Record Office de Londres de précieuses indications et de nombreux détails qui nous permettent de faire une évaluation de la situation, au moins dans ses grandes lignes.

52Le gouvernement britannique a établi en 1884 à Hodeida un vice-consulat, antenne de son consulat de Djeddah. La mission de ce vice-consulat était avant tout de s’occuper de l’hôpital militaire britannique et du poste de quarantaine destiné aux pèlerins indiens et sud-asiatiques se rendant à la Mecque, situés sur l’île de Kamarān. Aussi les premiers vice-consuls d’Hodeida furent-ils recrutés au sein de l’Indian Medical Service. Leur intérêt pour les hauts-plateaux du Yémen était limité : ni le premier vice-consul Atta Muhammad (1884-1892), ni le deuxième, Amad Tamiz ad-Dīn (1892-1900), ne durent se rendre à Sanaa (R. L. Bidwell in an‘ā’. 1983, 114). Le vice-consul suivant, S. M. Hussain, trouva les dossiers traités par son prédécesseur et la caisse dans un grand désordre. Lui-même ne resta en service que les quatre premiers mois de 1901 ; il fut remplacé par un Anglais de souche, le vice-consul Griffith. Ce dernier jeta l’éponge immédiatement : trois jours après son arrivée à Hodeida, il écrivit dans une lettre, « that the first impressions of Hodeida have been so far from agreable, and...living so expensive », qu’il démissionna aussitôt de ses fonctions et retourna au service de l’armée (FO, 185/2105).

53Son successeur fut au milieu de 1901 le vice-consul Richardson. Celui-ci a, dès le début, suivi avec grand intérêt les événements qui se déroulaient à l’intérieur du pays ; nous lui devons plus de dix années de récits d’une sobriété tout anglo-saxonne, mais cependant pleins de vie et totalement dignes de foi sur la situation des hauts plateaux. A partir de 1903, il alla passer presque chaque année trois à cinq mois à Sanaa, fuyant la chaleur moite quasi-insupportable de l’été à Hodeida. C’était un observateur remarquable et impartial, qui parlait couramment l’arabe et avait de bons informateurs ; ses relations avec le pays et les gens étaient toujours sincères, tout en étant cependant empreintes de froideur et de distance.

54Richardson décrit même avec plein de bienveillance et une sympathie non dissimulée les efforts de quelques fonctionnaires et généraux ottomans, intègres et compétents, pour en finir avec la routine et mettre en place une administration efficace, destinée à répondre aux besoins du pays et de ses habitants - par exemple, l’action du jeune et énergique général Mohamed AU Pacha, qui, en 1910, vint au Yémen accompagné de 80 « young and efficient officers », en tant que gouverneur de la province et commandant du 7ème corps d’armée, ou encore le très habile général Hadi Pacha, d’origine arabe et formé auprès de l’Etat-major allemand, qui séjourna à Sanaa en avril 1907 en tant que membre de la commission de réforme. Ses rapports trimestriels surtout, envoyés régulièrement à Istanbul, nous renseignent sur le cours des événements ; ils commencent par le « Report on the administrative and economic state of the Yemen Vilayet for the quarter ended 31th december 1902 » (FO 195/2148). On peut tirer des détails très intéressants sur la vie du vice-consul Richardson de sa demande de transfert à l’Indian Political Department (FO 195/2224).

55Le vice-consul Richardson portait, cela va de soi, une attention particulière aux opérations militaires de l’Empire ottoman au Yémen. Les récits qu’il en a fait présentent également un intérêt pour notre étude : la Turquie dut, aussi bien lors des troubles de 1901 que lors des révoltes de 1905 et de 1911, dirigées par l’imam Yaḥyā, faire venir rapidement des renforts militaires dans le pays, par la route de Suez, sur ses propres bateaux à vapeur, et sur d’autres affrétés spécialement pour cela. Entre le 28 mars et le 15 juin 1901, au moins 9 bateaux à vapeur, de près de 1 000 tonneaux chacun, et transportant chacun de 1 200 à 2 500 soldats venus de toutes les régions de l’Empire ottoman, arrivèrent à Hodeida. Ainsi, en 1901, put-on, en peu de temps, disposer au Yémen d’une armée de 16 000 soldats pour débloquer Sanaa (FO 195/2105). En 1905, les renforts ottomans furent transportés par chemin de fer de Damas à Ma‘ān ; de là, ils marchèrent jusqu’à al-‘Aqaba, d’où ils furent transportés par bateaux à vapeur jusqu’à Hodeida, par un mouvement de navettes. Les Turcs, pour le transport de leurs troupes, avaient affrétés de nombreux bateaux de la Khedivial Mail Line, ainsi que le bateau à vapeur français Alsace et l’italien Tirenno (FO 195/2198). De cette manière, 15 000 hommes de renfort purent être acheminés à Hodeida en l’espace de quelques semaines seulement, prêts à intervenir. Le transport des bêtes de somme, de l’équipement et du ravitaillement était également bien organisé.

56En tout, 55 000 soldats furent transportés au Yémen, par Hodeida, pour réprimer la révolte de 1905. Environ 30 000 ont perdu la vie à la suite des épidémies et des combats. Enfin, lors de la dernière révolte de l’imam en 1911, on transporta vers Hodeida via le canal de Suez, entre le 1er février et le 30 mars, 20 000 hommes de renfort, à raison de 800 à 2 000 soldats par navire (FO 195/2376). Aussi bien en 1901 qu’en 1905 et 1911, il n’avait fallu que quelques jours pour que la nouvelle des opérations militaires de l’imam parvienne à Istanbul, par télégraphe et câble sous-marin.

57Il apparaît clairement à la lecture de ces récits que le Yémen, malgré sa situation excentrée, était très bien intégré au réseau de communications de l’Empire ottoman, et que l’on pouvait atteindre l’Arabie du Sud sans difficulté par les voies de navigation maritime passant par la mer Rouge. Hodeida était reliée via al-Muḫā par une ligne télégraphique à l’île de Périm, où passait le câble sous-marin transcontinental britannique. En outre, Hodeida était reliée par télégraphe à Sanaa, à l’île de Kamarān et, par Ğizān, à l’‘Asīr (FO 195/2350). Il y avait entre Hodeida et Sanaa une liaison postale hebdomadaire, qui, même en périodes de troubles et d’insécurité, fonctionna presque sans interruption.

58Un volume considérable de marchandises était déchargé à Hodeida en période de calme à destination des hauts plateaux ; Richardson cite à plusieurs reprises le chiffre d’un million de livres sterling par an. Le commerce import-export d’Hodeida se trouvait, selon Richardson, presque exclusivement aux mains d’Indiens détenteurs de passeports britanniques ; la Bombay and Persian Steam Navigation Co. est fréquemment désignée comme une importante compagnie de navigation à vapeur. Les principaux produits d’exportation sont, comme avant, le café, les peaux, et, dans les années de bonne récolte, le millet. Un document, dans lequel des marchands anglo-indiens se plaignent du pillage de leur caravane par des bédouins, nous renseignent sur les produits d’importation, transportés d’Hodeida vers les hauts plateaux et Sanaa (FO 195/2148, 24.4.1904) : on y trouve du riz, du froment, de la farine de froment, de la soie, des pièces de monnaie, des pièces de drap, du thé, des tapis, de l’épicerie, du tissu de coton, de la broderie, de la vaisselle de cuivre, des parfums, des épices, du sucre, des vêtements et des montres. Un autre rapport désigne les « American and Manchester piecegoods » et surtout les « embleaded grey sheetings » comme d’importantes marchandises importées à Hodeida. Elles sont teintes à Zabid et vendues sur tous les marchés du Yémen (FO 195/2286).

59Les importations dépassaient considérablement les exportations. Le déficit de la balance des paiements devait être couvert par de l’argent venu en grande partie d’Istanbul, grâce auquel l’Empire ottoman payait les frais de sa présence politique et militaire au Yémen. Selon les estimations de Richardson, la répression de la révolte de 1911, par exemple, a coûté à l’Empire ottoman de trois à quatre millions de livres turques (frais de transport, entretien des troupes dans le pays, etc.). Après la fin des combats, on paya 80 000 livres turques en espèces aux chefs de tribus yéménites qui venaient à Sanaa déclarer leur soumission ou leur allégeance au gouverneur ottoman. L’imam Yayā lui-même touchait, depuis la pacification de 1911, un tribut annuel de 25 000 livres turques, qui devait être alimenté par les impôts levés dans le vilayet du Yémen (FO 195/2376). « As for Sanaa, she can never feed herself, and is a constant drain on Ottoman resources » (W. Bury, 1915, 178).

60Bien que les Turcs eussent interdit l’entrée du thaler de Marie-Thérèse au Yémen depuis 1895 et déclaré la livre et la piastre turques unique moyen de paiement légal, les Yéménites continuaient à vendre comme avant leur production agricole et artisanale en échange de ces thalers uniquement ; les salaires eux-mêmes étaient payés à l’intérieur du pays au moyen de cette monnaie introduite depuis longtemps. Comme la circulation monétaire était, à l’époque ottomane, bien plus importante qu’auparavant, on frappait chaque année au Yémen des centaines de milliers de thalers de Marie-Thérèse (FO 195/ 2148).

61Les dépenses des fonctionnaires, officiers et soldats ottomans, installés ou stationnés à Sanaa, ne constituèrent pas le moindre facteur du développement économique de la ville. Certes, l’Empire ottoman payait souvent les traitements avec plusieurs mois de retard, ce qui contraignait assez souvent les Turcs vivant à Sanaa à se procurer illégalement eux-mêmes dans le pays les moyens de vivre. En 1907 par exemple, plusieurs centaines de « junior officers » protestèrent contre les retards dans le paiement de leurs salaires (FO 195/2254). La mention occasionnelle de tels incidents dans les rapports consulaires, tendent pourtant bien à montrer que les versements se faisaient normalement à partir d’Istanbul.

62Il est difficile d’évaluer le nombre de Turcs vivant à Sanaa et surtout leur pouvoir d’achat. Les rapports consulaires nous fournissent ici aussi quelques indications : lorsqu’en 1905, après la capitulation, les Turcs furent autorisés à quitter Sanaa librement dans un délai de 14 jours, des problèmes considérables survinrent « in obtaining transport for the large number of officials, troops and their families ». Deux caravanes quittèrent d’abord la ville : la première avec 3 500 soldats, la seconde avec 2 000 « civil and military officers, women and children » ; deux autres les suivirent quelques jours plus tard, transportant le même nombre de personnes (FO 195/2198, 4.5.1905).

63Richardson donne, pour l’année 1907, une très intéressante description des troupes stationnées à Sanaa ; elle énumère 18 bataillons d’infanterie, 4 batteries d’artillerie de campagne, 2 bataillons de transport et un régiment de cavalerie composé de 4 bataillons. Il y avait alors dans tout le Yémen environ 30 000 soldats turcs et un millier d’officiers contre approximativement 20 000 avant la révolte de 1904-1905 (FO 195/ 2254). Il y avait à l’été 1908 près de 6 000 hommes de troupes stationnés à Sanaa (FO 195/2286), et, à l’été 1910, Sanaa était si bien pourvue en troupes et en provisions qu’une rébellion de l’imam Yayā n’aurait eu, selon l’auteur du rapport, que peu de chance de succès ; Richardson y relève 24 bataillons d’infanterie, plusieurs pièces d’artillerie, 2 bataillons de gendarmes et 3 escadrons de cavalerie (FO 195/2350).

64Pour finir, Richardson donne de très intéressantes informations sur les mauvaises récoltes qui eurent lieu au Yémen au début du siècle et sur la famine qui en résulta. Il en découla une grave crise économique, qui déclencha finalement la révolte dirigée par l’imam Yayā en 1905 : les troupes de l’imam se recrutèrent essentiellement parmi de jeunes Yéménites qui n’avaient plus rien à manger ; en se mettant au service de l’imam, ils pouvaient au moins compter sur une distribution quotidienne de trois rations alimentaires.

65En octobre 1903 déjà, Richardson fait état d’une grande sécheresse et d’une famine qui touchèrent de larges parties du pays. Il écrit, pour le premier quart de 1904 : « Hodeida has presented a sad spectacle for the last six or seven month. There has been an ingress of thousands of starving masses of men, women and children that infest its streets and the perscints of the custom house. Every grain of dhurra that falls from the bags of that article or of other food stuffs landed is scrambled for by crowds of begarrs who sift the very sea sand for something to subsist on... The above picture but poorly depicts the actual state of affairs in the towns in the interior where the famine is more felt, and living reduced to an impossibility. Men have been in the habit of selling their wives and daughters to the Turkish officers through the pinch of hunger » (FO 195/ 2174).

66« Sanaa has had very little rain so far and abounds with thousands of starving inhabitants ». Nombre d’habitants de Sanaa moururent alors de faim ; on estime le nombre des victimes de 10 000 à 65 000 pour tout le Yémen. C’est seulement en mai 1905 qu’il plut à nouveau abondamment ; le prix des céréales retomba alors rapidement. Une ou deux années de sécheresse durent certainement la suivre ; en effet, la tradition orale de Sanaa, encore vivante aujourd’hui, situe la grande famine entre 1904 et 1909.

67Lors de son enquête dans les villages qui entourent Sanaa, Emil Betzler a rencontré deux vieilles personnes qui pouvaient encore parler d’une manière très vivante de cette époque, d’après le récit que leur en avaient fait leurs parents et grands-parents. De nombreux paysans vendirent alors leurs terres à des marchands de Sanaa contre des céréales : « Il était établi dans le contrat de vente que l’ancien propriétaire continuerait à exploiter la terre et donnerait le tiers ou la moitié de la récolte comme prix du fermage. Avant la famine, la totalité des terres était aux mains des paysans. ...En cette période de misère, de nombreux hommes travaillaient chez les marchands de Sanaa contre trois repas par jour seulement. Ils étaient surtout employés dans la construction, ce qui stimula ce secteur d’activité. On rapporte avec mépris que Sanaa s’est embellie durant ces années, alors que les villages étaient proches de la ruine. Le père de l’un des vieillards interrogés et le grand-père de l’autre s’employèrent alors comme maçons. Les conséquences de cette misère furent si longues que l’on dut vendre des terres et s’engager dans le bâtiment jusqu’après la Première Guerre mondiale » (communiqué amicalement par E. Betzler le 18.11.1981).

68La présence, provoquée par une extrême misère, d’une main-d’œuvre meilleur marché dans le secteur de la construction à Sanaa après 1905, explique qu’aujourd’hui encore la date de 1323 de l’hégire est inscrite au-dessus de la porte d’entrée de beaucoup des maisons les plus imposantes de la ville ; elle explique aussi la rapide reconstruction de la ville après les destructions provoquées par le siège, la prise et la reprise de la ville en 1905. Le vice-consul Richardson rapporte le 16.10.1905, après le retour des troupes ottomanes : « The capital is fairly ruined, and the majority of the shops and depots have been looted. Great destruction of houses and property has been caused in the town in general. The Turkish military hospital and the Municipal pharmacy had been pilled and burnt ». Et dans son rapport du 5.09.1906, il poursuit : « Sanaa has lost many of its charms and now presents a dismal appearance, with its gardens and houses partially distroyed, and the latter to a considerable extend uninhabited ». « The city...is only a remnant of itself ; for the remaining inhabitants have used and are using as fuel the wood of the houses whose owners have died » (L. Baxton, 1906, 611).

69La moitié de la population de Sanaa avait péri des suites de la famine et du siège ; on dit même que le nombre des juifs serait passé de 7 000 à 800. De nombreuses terres cultivées des environs de Sanaa sont retombées en friches, à la suite de la mort ou du départ des paysans (FO 195/2198, 2224). Le 27.07.1908, Richardson fait état d’une rapide reconstruction à Sanaa : « Houses and shops have been repaired and to a slight extent improved » (FO 195/2286), et le 6 juin 1910 il décrit avec un enthousiasme inhabituel chez lui la beauté de la ville et du haut plateau qui l’entoure (FO 195/2350).

70La monographie, pleine de renseignements, de A. Grohmann intitulée Südarabien als Wirtschaftsgebiet (1933) constitue pour notre étude une source non-négligeable, dans laquelle on trouve de nombreuses données et statistiques sur le Yémen avant la Première Guerre mondiale. On peut y puiser des informations intéressantes sur les relations commerciales des hauts plateaux yéménites avec les autres provinces de l’Empire ottoman et les Etats européens, ainsi que sur les habitudes de consommation, le style de vie et le pouvoir d’achat de l’élite ottomane. On y trouve confirmation de notre thèse qui suppose une intégration économique assez étroite, accompagnée d’échanges commerciaux actifs et d’une circulation monétaire relativement dense ; il ne saurait être question à l’époque de la seconde occupation ottomane d’un commerce intérieur, largement coupé de l’extérieur, se suffisant à lui-même, de type traditionnel et conservateur, avec des méthodes de production et des modes de consommation exclusivement préindustriels.

71Les statistiques des exportations du Yémen pour les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale sont dominées de loin par les produits suivants : café (25 millions de piastres), peaux brutes de moutons et de chèvres (10 millions de piastres), sel de cuisine (7,5 millions de piastres), et autres peaux brutes (3 millions de piastres). En tête des statistiques d’importations, on trouve des produits alimentaires et de consommation pour une population devenue plus nombreuse : farine de froment (9,9 millions de piastres), sucre en poudre et en pain (6,8 millions de piastres), pétrole en bidons de fer (5,1 millions de piastres), épices et poivre (3,7 millions de piastres), riz (3,5 millions de piastres), millet (3,1 millions de piastres), pièces de coton teintes et imprimées (2,3 millions de piastres), beurre et margarine (1,7 million de piastres), fil de coton (1,8 million de piastres) et indigo (1,1 million de piastres).

72Si l’on additionne la valeur des principaux produits d’importation et d’exportation, on atteint facilement le chiffre de 100 millions de piastres c’est-à-dire 1 million de livres turques, ce qui correspond à la valeur donnée par le vice-consul Richardson pour les marchandises transitant par le port d’Hodeida. Ces chiffres ne concernent que les biens officiellement déclarés qui rapportaient aussi de considérables droits de douane. La taxe d’exportation sur le café s’élevait autour de 1 900 à Hodeida à environ 100 000 livres turques. Malgré l’interdiction qui durait depuis des années et l’importante quantité fabriquée sur place, 4,8 millions de piastres sous la forme de thalers de Marie-Thérèse, étaient, d’après A. Grohmann, importés et enregistrés par les douanes chaque année, ce qui représentait presque 300 000 pièces. Nous pouvons établir approximativement la règle de conversion suivante : une livre turque équivaut à 100 piastres, une livre sterling à 120 (parfois jusqu’à 150) et un thaler d’argent à 10 (parfois jusqu’à 15), ce qui met la livre sterling à 10 thalers de Marie-Thérèse.

73Quelques autres produits d’importation, mentionnés dans les statistiques et introduits en quantité considérable, bien que leur valeur ne se chiffre pas en millions de piastres, présentent un intérêt particulier pour notre étude. Il s’agit de viande en conserve, d’extrait de viande, de macaronis et vermicelles, de biscottes et biscuits, de fruits et légumes en conserve, de vin, cognac, bière et eaux minérales, de pots en porcelaine ou en faience, de miroirs, de lampes et de lustres, de coffres-forts, de meubles occidentaux importés de Vienne, de papier à lettre et d’enveloppes, de cartes à jouer importées de Saxe, de vêtements de confection occidentale pour hommes, femmes et enfants, de machines à coudre, de grammophones, d’instruments médicaux, chirurgicaux et dentaires, d’appareils photographiques, d’articles de fantaisie.

74Cette liste constitue la preuve incontestable qu’il y avait au Yémen - et en particulier dans la capitale du vilayet, Sanaa - une élite aux habitudes de consommation occidentales et au genre de vie influencé par le modèle des sociétés industrielles, prête à dépenser des sommes non-négligeables pour des biens totalement étrangers à l’économie locale traditionnelle. Cette demande a suscité l’offre qui pouvait la satisfaire et les marchands établis depuis longtemps ne furent pas les derniers à en profiter : « Nowadays the Sanaani trader cannot do big Business unless he is in touch with European merchants at Hodeida, dealing in European goods » (W. Bury, 1915, 160).

75En contact direct avec leur clientèle turque occidentalisée, se trouvaient avant tout « Levantine merchants, Ottoman subjects, but Christians... The Christians merchants of Sanaa are a respectable, well-to-do class, not remarkable for energy or enterprise... They trade almost entirely with the Turks, for articles of Western manufacture are not wanted by the Arabs » (A. Wavell, 1912, 245, 248). Les marchands arabes profitèrent pourtant indirectement de ce changement : en effet, selon les informations fournies par Grohmann, les marchands grecs, égyptiens et anglo-indiens ne se risquaient pas à quitter les ports et la côte de la mer Rouge. Le commerce et le transport des biens à l’intérieur du pays, ainsi que les transactions financières qui leur étaient liées, se trouvaient presque entièrement entre les mains des marchands locaux. Or, ceux-ci étaient, comme le souligne également Grohmann, installés essentiellement à Sanaa.

76Sanaa était le principal lieu de stockage et de commerce du café, aussi bien pour l’intérieur du pays que pour les échanges entre les zones de culture et les ports d’exportation ; il fallait transporter à Sanaa tout le café yéménite qui devait être stocké longtemps, car, à Hodeida, l’humidité de l’air le gâtait en quelques semaines (W. Bury, 1915, 120). Les impôts et droits de douane ottomans sur le café (environ 20 à 30 % du prix à l’exportation) allaient à Sanaa, qui était aussi le plus grand marché du commerce intérieur pour les produits locaux, fruits, céréales, bétail, dattes et bois. Surtout, les biens importés transitaient par Sanaa, ce qui procurait aux marchands des bénéfices importants.

77A. Grohmann en parle en ces termes : « On fait venir de l’étranger des colis, du tabac persan (tumbeki), du fil, du verre (qui, avant, venait d’Egypte). Dans le grand souk de Sanaa, on voit de la soie et du velours, des épices, du sucre, des allumettes, du papier à cigarettes (du blanc et du noir), des sardines en boîte, des bougies, du cirage, du fromage, du riz, des pommes de terre, des olives, du savon, des noix, des graines, des amandes, des bouteilles de vinaigre ou de toutes sortes de liquides comme le vin et la bière, des biscuits, des sucreries et autres produits alimentaires ; dans quelques boutiques tenues par des Grecs, des costumes, des chemises, des caleçons, des chaussures, différentes pièces de linge, des cannes, des parapluies, des lampes à pétrole, des lampes, des pots, des bouteilles, des carafes, de la vaisselle en terre cuite, des miroirs ». W. B. Harris (1893, 306), déjà, avait remarqué « the extraordinary quantity of Chinese and Japanese pottery to be found in the Yemen ». On fabriquait même à Sanaa en 1881 de fausses antiquités himyarites ! (L. Stross, 1881, 120).

78Arrêtons-là les exemples. Aucun d’entre eux ne constitue certes une preuve irréfutable en faveur de notre thèse, mais, pris dans leur ensemble, ils l’appuient sans aucun doute : si l’on excepte les années de famine et de guerre autour de 1905, on peut dire que la deuxième période de domination ottomane apporta aux habitants de Sanaa sécurité personnelle, confiance dans les structures politiques et économiques et nombreuses possibilités de revenus supplémentaires. On pouvait désormais sans honte montrer son aisance et manifester son prestige social. Dans une telle situation, où prévalait la concurrence entre les propriétaires de maisons et entre les artisans qualifiés, s’est forgé le style quasi hybride de l’architecture de Sanaa.

3. Le développement de la ville après 1918

  • 2 On lit dans le rapport du consul américain d’Aden, daté du 17-02-1922 : « The men are recruited and (...)

79Un nouveau chapitre de l’histoire du Yémen commence en 1918/1919 avec le retrait de l’occupant turc et la proclamation du « Royaume mutawakkilite du Yémen » sous le gouvernement de l’imam Yayā, qui dure jusqu’en 1948. Bien que le pays soit toujours soumis, jusqu’au traité de Ṭā’if (1934), à des agressions extérieures (Britanniques, Wahhabites), l’imam Yayā parvient rapidement à stabiliser la situation politique intérieure. La frontière méridionale, fixée par un traité conclu entre les Turcs et les Britanniques en 1905, est acceptée par l’imam en 1934 (J. Plass et U. Gehrke, 1967, 103), année où est également fixée la frontière septentrionale avec l’Arabie Saoudite, approximativement sur une ligne Ṣa‘da-Nağrān. Le Yémen possède pour la première fois de son histoire des frontières déterminées (excepté à l’est), il se constitue en Etat-nation. Cela se manifeste aussi par l’établissement de relations diplomatiques avec différents Etats, par la mise en place de structures administratives centrales sur le modèle des ministères, par l’adhésion à l’Union postale universelle (cf. H. Kopp, 1987, 37), par le développement d’une armée constituée des trois armes et par un renforcement du marché intérieur et du commerce extérieur. Tout cela se fait sur la base des réformes entreprises par les Turcs : on reprend presque telles quelles les structures administratives (cf. V. Höhfeld, 1978), l’armée se conforme au modèle turc et continue même à travailler avec des conseillers et des officiers turcs2.

80Lieu de résidence de l’imam et siège des administrations centrales, Sanaa continue d’être pleinement la capitale du pays. Les structures de la société yéménite présentent toutefois une singularité qui mérite l’attention : « (Sanaa) était pour ainsi dire isolée au milieu de la campagne qui l’entourait. Les territoires des tribus, qui aspiraient à l’autonomie politique et à l’autarcie économique, touchaient presque les murs de la ville. Malgré leur proximité, elles n’entretenaient pas de relations plus étroites avec la capitale que les autres tribus des hauts plateaux. Sanaa était, du moins à l’époque de la domination zaydite, supportée par les campagnes environnantes comme une nécessité, plutôt que considérée comme le centre d’un arrière-pays, tel que le définit la géographie urbaine » (E. Betzler, 1987, 51). Cette observation très juste réclame quelques explications.

81Les groupes sociaux dominants de Sanaa étaient constitués des familles de sāda et de celles des riches marchands. Les premières représentaient l’aristocratie religieuse (cf. H. Kopp, 1981, 75) ; ses membres étaient juristes, professeurs et savants, et disposaient de propriétés foncières dans tout le pays (surtout dans les régions favorables de l’ouest et du sud). Les fermages en nature (produits agricoles faciles à conserver) ou en espèces qu’ils en retiraient, convergeaient vers la capitale. Les familles de marchands étaient pour la plupart impliquées dans le lucratif commerce international (import/export), qui était concentré à Sanaa. Il y avait à part cela deux autres sources de revenus significatives pour la ville : d’une part l’impôt religieux, la zakāt, qui revenait à la famille régnante, d’autre part les revenus des baux des fondations pieuses (waqf). Ces revenus, eux-aussi, provenaient de tout le pays, et non pas seulement des campagnes environnantes. L’« arrière-pays » de Sanaa fut donc, pendant des siècles, constitué du Yémen tout entier. Il apparaît que plus ses relations avec le pays étaient régulières, plus la ville en retirait des revenus importants.

  • 3 Apparemment, cet équilibre entre le nombre d’habitants et les surfaces de jardins disponibles a dû (...)

82Nous y trouvons avant tout une confirmation de la thèse avancée dans le chapitre précédent : seuls la mise en place d’une administration efficace et le développement d’une infrastructure de communications (pistes caravanières, réseau télégraphique, etc.) avaient rendu possible, au temps de la seconde occupation du pays par les Ottomans, un tel afflux régulier de marchandises et de moyens financiers vers la capitale ; il en va désormais de même pour le règne de l’imam Yayā. Il parvient lui-aussi, du moins dans les deux premières décennies de son règne, à maintenir une situation politique intérieure stable. Les revenus extérieurs de l’époque ottomane font cependant désormais défaut, si bien que le développement urbain doit s’effectuer dans des limites évidemment plus restreintes. Il se limite dès lors à tous points de vue à une amélioration qualitative des édifices (surélévation des maisons et poursuite de leur décoration ornementale, remplacement d’anciens édifices par de nouveaux), car toute extension en surface des constructions urbaines se heurte, comme avant, à d’étroites frontières : les territoires des tribus atteignent à ce moment-là encore le mur d’enceinte ; l’obligation de la ğuwāra exigée par le droit tribal interdit aux paysans des tribus de vendre leurs terres à des citadins ; elle est strictement respectée (E. Betzler, 1987, 185 et sq.). Alors que la construction urbaine extra muros est, pour cette raison, généralement impossible, d’autres contraintes empêchent une large extension des surfaces construites intra muros : la population de la ville doit produire elle-même à l’intérieur de ses murs les produits agricoles périssables (fruits, légumes, lait) dont elle a besoin. En effet, seuls quelques produits agricoles qui se conservent bien (essentiellement des céréales) lui reviennent en fermage ; d’autre part, les tribus des alentours ne sont ni disposées à livrer le marché urbain, ni en mesure de le faire. L’importante surface de jardins qui existe à l’intérieur du mur d’enceinte doit donc être préservée de la construction. L’augmentation du nombre d’habitants s’en trouve également très limitée3.

  • 4 Cf. surtout R. L. Bidwell, 1983, et R. B. Serjeant, 1983.
  • 5 La « ville nouvelle » (ville des jardins) de Sanaa se divise en quatre parties : Bīr al-‘Azab, Bīr (...)

83La place particulière qu’occupe la capitale à l’intérieur d’un Yémen fortement agricole et divisé en territoires tribaux, se manifeste également dans le développement et la multiplication des innovations techniques : le quartier des palais est équipé de l’électricité dès 1922 ; les Italiens introduisent dans la ville le premier avion, qui, piloté par deux Allemands, est désormais au service de l’imam. Mais l’appareil s’écrase peu après ; on peut voir les tombes des deux Allemands au pied du versant oriental du Ğabal al-Kaula. L’imam Yayā fait également construire quelques routes que peuvent emprunter les camions, celle qui mène au port d’Hodeida par exemple. A Sanaa, on construit à neuf ou on agrandit des mosquées, des hôpitaux, des écoles ; l’armée se dote d’un armement moderne4. De même, dès les années vingt, des pompes à eau apparaissent çà et là dans la ville (cf. E. Betzler, 1987), le réseau télégraphique est étendu, la poste modernisée. On fait sans cesse venir dans le pays des Européens choisis par l’imam pour mettre en place cette timide modernisation des infrastructures : des médecins russes, écossais et italiens, quelques Allemands, Danois, Grecs et Britanniques forment une petite colonie constamment surveillée, exclusivement établie à Bīr al-‘Azab5. Les Européens font encore si peu partie du paysage de la ville en 1946 qu’ils y font sensation.

84Toutes ces innovations, pour la plupart directement « importées » par les Européens, sont donc mises en place exclusivement à Sanaa. Elles ne sont pratiquement pas étendues au reste du pays. Le blocage provient d’une part de la stratégie de monopolisation adoptée par l’aristocratie urbaine, d’autre part de l’attitude conservatrice des populations tribales, qui considèrent tout ce qui vient de la ville avec méfiance, ou même le rejettent. Aussi, les mesures de modernisation évoquées ne constituent-elles en aucun cas le signe d’une libéralisation, voire d’une ouverture du pays, mais seulement de petites concessions, toujours contrôlées, de l’imam régnant à un monde qui avance de plus en plus vite. Les structures fondamentales de la société tribale, que l’imam Yayā gouverne en despote avec l’appui de sa clientèle de familles de sayyid, demeurent intactes. La plupart des mesures de modernisation qui ont été prises contribuent avant tout à la stabilisation du régime théocratique et à une rentrée efficace des impôts. R. B. Serjeant (1983, 104) l’a très bien vu, en interprétant le comportement de l’imam Yayā comme une poursuite logique des traditions yéménites : le souverain était très profondément religieux et refusait pour cette raison la plupart des nouveautés occidentales (il interdit, par exemple, les radios et gramophones, ainsi que toutes autres sortes de spectacles musicaux) ; il était avant tout soucieux de préserver l’indépendance du Yémen dans un monde dominé par le colonialisme. C’est ainsi qu’il parvint à tenir le pays à l’écart des complications de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, le temps travaillait contre lui ; il fut assassiné à l’âge de 79 ans, le 18 février 1948, par un commando tribal du sud de Sanaa, agissant sur ordre d’un groupe d’intellectuels progressistes.

  • 6 Pour les années 1900, il est question à plusieurs reprises du chiffre de 70 000 habitants ; le nomb (...)

85C’est dans ce contexte seulement que l’on peut comprendre le développement urbain de Sanaa. Dans les années 1920 au plus tard, la ville s’était remise des destructions des années 1905/1906 et 1911/1912 et le nombre d’habitants avait à nouveau atteint son ancien niveau de 50 0006. Il ne pouvait plus, dans ces étroites limites, y avoir d’augmentation importante, et il n’y en eut d’ailleurs pas (Tab. 1).

Tableau n° 1 : Estimation de la population de Sanaa

Tableau n° 1 : Estimation de la population de Sanaa

86Toute extension de la ville en surface, intra muros comme extra muros était également impossible. Aussi l’activité du bâtiment se manifesta-t-elle essentiellement dans l’amélioration et la rénovation des édifices déjà existants ; la construction publique se limite elle-même à quelques édifices seulement. R. B. Serjeant (1983, 100) a recensé les plus grands bâtiments publics construits à Sanaa sur l’ordre de l’imam Yayā :

  1. Al-Madrasat al-‘Ilmiyya at Bīr al-‘Azab in 1344/1925-6, a residential college teaching the « Islamic sciences » (200 étudiants)

  2. Madrasat al-Aytām (Orphan School) with all Yemeni teachers (700 étudiants)

  3. A middle and a secondary school

  4. The great library of the an‘ā’ Jāmi (1344/1925-6)

  5. Dār as-Sa‘ādah (1341/1922-3), un nouveau palais (le Musée national y est installé depuis 1987).

87Premiers observateurs attentifs, Carl Rathjens et Hermann von Wissmann trouvèrent en 1928 une ville reconstruite et florissante. Leurs récits (C. Rathjens/H. von Wissmann, 1929 et 1934, 137-154) et leurs cartes représentent aujourd’hui encore une source incontestable sur les structures urbaines de Sanaa à cette époque. E. Betzler (1987, 49) est convaincu que le plan de C. Rathjens et H. von Wissmann (carte 1) a été établi à partir de vues aériennes ; de fait, malgré les erreurs qu’il comporte, il constitue un document important.

88En premier lieu, la situation topographique de la ville y est clairement représentée : le « lit de la rivière » (= le Sā’ila) marque la limite de l’assèchement, qui s’étend vers le nord, du bassin de Sanaa (Wādī al-Ḫarid). La partie la plus ancienne et la plus grande de la vieille ville, qui est densément construite, se trouve à l’est de cette ligne, sur des terres plates, quoique très légèrement en pente. Ce n’est que dans le quartier de “Kasr” que commence nettement la montée vers le Ğabal Nuqūm, reconnaissable à ses terrasses arrosées par les pluies, extra muros. Une vaste plaine à la nappe phréatique abondante s’étend à l’ouest du Sā’ila ; elle est donc presque entièrement couverte de jardins irrigués ; Sanaa en possède, avec le « quartier de jardins » de Bīr al-‘Azab, la plus grande partie. C’est seulement plus à l’ouest que l’on retrouve une zone entièrement couverte de champs de culture pluviale. La situation hydrologique favorable de la ville est également confirmée par l’existence d’une « rivière souterraine » (= Qanat Ġayl al-Aswad), qui va du sud vers le palais « Al Mutwakkil » et, de là, coule vers le nord en un « petit ruisseau ».

89Dans la partie de la ville entourée de murailles, on reconnaît clairement les zones A à H décrites dans le chapitre B., 1ère partie (cf. carte 2). E. Betzler (1987, 50) a calculé qu’en 1929, 28 % de la surface de la vieille ville (zones A à E) étaient encore occupés par des jardins cultivés ; la plupart d’entre eux étaient concentrés dans les zones D et E, c’est-à-dire dans la partie plus récente de la vieille ville, qui borde le wadi et qui est située en contre-bas. Dans la ville nouvelle (zones G et H), les jardins cultivés représentaient 61 % de la surface. En tout, en 1929, 43 % de la surface de Sanaa était constituée de jardins potagers destinés à répondre aux besoins de la population en légumes frais, lait (on avait étendu les cultures de luzerne pour l’élevage) et fruits.

90Seuls la zone centrale de la vieille ville (B) et le quartier juif (G) étaient alors densément construits sur toute leur surface, ce dernier pour la simple raison que les juifs n’avaient pas le droit de construire à l’extérieur de leur quartier et que leurs maisons devaient être plus basses que celles du reste de la population (au maximum trois étages). Dans la zone E, la construction n’était devenue dense qu’à l’endroit où les deux rues principales conduisaient de « Bāb al Chusemeh » vers le centre de la vieille ville, ainsi que - dans une moindre mesure - le long de quelques-unes des rues principales de Bīr al-‘Azab.

91Extra muros, on mentionnera principalement les deux casernes de l’époque ottomane, situées au sud de la vieille ville. Les cimetières, bien entendu, sont également situés en dehors de la ville. On remarquera cependant l’existence d’un cimetière - en partie conservé jusqu’à nos jours - au nord de la zone E de la vieille ville ; cela conforte la thèse selon laquelle la zone E (et peut-être aussi la zone D) n’a rejoint le reste de la vieille ville (A à C) qu’au xvie ou xviie siècle.

92Les zones maraîchères (aux mains des tribus) situées au nord et au sud de Bīr al-‘Azab sont encore seulement parsemées de fermes isolées et de hameaux. Il n’existe pas à Sanaa de « marchés destinés à une clientèle rurale » ni même de « souks des faubourgs » tels que l’on peut en rencontrer dans d’autres villes orientales : c’est là encore une manifestation de l’opposition typiquement yéménite entre la ville et la campagne. De même, à l’intérieur des murs, les constructions ne sont pas plus denses et les commerces ne sont pas plus nombreux à mesure que l’on se rapproche des portes ; c’est d’ailleurs plutôt le contraire qui se produit, à « Bab el Rum » par exemple, ainsi qu’à « Bab el Ka’a » et à « Bab esch Schoub » : la structure de la ville reflète ici clairement un mode de vie urbain tourné vers l’intérieur, qui se démarque nettement, se détourne même, des campagnes environnantes.

93Cela nous entraînerait trop loin d’interpréter ici en détail les descriptions, tout à fait intéressantes, de C. Rathjens et H. v. Wissmann ; un point nous paraît cependant particulièrement digne d’attention : ils ne disent pas un mot de quelconques activités de construction dans la ville ; apparemment, on construisait peu au moment de leur séjour : dans le cas contraire, ils en auraient parlé. En réalité, le développement de la ville était, en 1930, en grande partie paralysé.

94Les récits de voyageurs européens se multiplient dans les années 1930 et 1940, sans pourtant rien nous apprendre de nouveau. E. Rossi (1937, 118-120) indique que des « routes pour les voitures » (= des pistes) mènent de Sanaa à Bo‘ān (par Matna), Hodeida, ar-Raua et Yarīm ; W. Robertson (1942, 51) rapporte que, dans les « meilleures maisons », les vitres en albâtres des oculi sont remplacées par du verre importé. Même la description très détaillée de la ville par H. Scott (1942, 122-136) ne mentionne que peu de transformations. La porte de Bāb aṣ-Ṣabā avait été démolie, peut-être parce qu’elle constituait un obstacle à la circulation croissante entre la vieille ville et le quartier en plein développement de Bīr al-‘Azab. Le quartier juif était maintenant séparé de Bīr al-‘Azab par un mur « pierced by a gate flanked by a large round tower with a guard-room » (H. Scott, 1942, 123) ; il avait été construit en 1932 (C. Rathjens, 1957, 12) et s’étendait à l’est du « Solbi » (l’actuel al-Qā‘).

95Nous devons à l’ingénieur allemand J. F. Hansen deux cartes des environs de Sanaa, établies en 1941 et 1946 (elles n’ont pas encore été publiées). Bien que peu détaillées sur la ville intra muros, elles nous livrent d’importantes informations. Ainsi, le mur séparant le quartier juif du reste de la ville figure-t-il sur la carte établie le 14-01-1941 (fig. 5), où l’on peut également constater que la « ville nouvelle » de Bīr al-‘Azab est toujours très peu construite. Les choses avaient peu changé en 1946 (fig. 6). Seul était apparu un assez grand édifice (classé comme « government building ») à la pointe sud de Bīr al-‘Azab, jusque-là vide de toute construction ; il a été depuis lors remplacé par l’actuel hôpital de la République. A l’emplacement de l’actuel bureau de poste, il y avait déjà à cette époque une poste et une station télégraphique.

96A l’extérieur des murs de la ville, l’activité de construction continuait à se limiter à quelques projets de l’Etat. Dès 1941, une troisième grande caserne était apparue, à environ un kilomètre au sud de « El Hordi » ; Hansen décrit, à mi-chemin entre la ville et le Ğabal al-Kaula, une « station de forage » (vraisemblablement pour l’eau). En 1946, on a établi immédiatement au sud de cette station, sur un terrain libre et plat, le premier « aéroport » de Sanaa ; ce n’était rien de plus qu’un terrain aplani, avec un petit hangar pour les avions. Cet « ancien » aéroport a servi de terrain d’atterrissage jusqu’en 1972, date à laquelle fut inauguré, au nord d’ar-Raua, le nouvel aéroport international. L’ancien terrain, vite entouré de constructions, est demeuré vide. C’est là qu’ont lieu chaque année les grands défilés militaires organisés pour l’anniversaire de la Révolution. Enfin, l’énorme palais de l’imam, « Dār al-Hağar », a été construit à Wādī ahr entre 1941 et 1946 également. A part cela, rien n’avait changé extra muros depuis le passage de C. Rathjens et H. von Wissmann. Mais il serait très réducteur de chercher les raisons de cette absence de croissance uniquement dans l’importante stagnation de l’économie nationale que le Yémen a connue dans ces années-là ; le cadre spécifiquement géographique n’avait en effet pas encore changé : la ville restait prisonnière de ses murailles et ne pouvait étendre indéfiniment la surface qui y était déjà construite.

  • 7 Description détaillée dans R.B. Serjeant (1983, 103-104).

97Les choses ne recommencèrent à bouger qu’après l’assassinat de l’imam Yayā en 1948. L’imam ‘Abdullā al-Wazīr put à peine se maintenir un mois à Sanaa : les tribus des environs, une fois de plus rangées aux côtés de la famille amīd ad-Dīn, désormais dirigée par Amad, le fils de Yayā, attaquent la ville et, sept jours durant, pillent, volent et tuent. La ville est longue à se remettre de ce choc, qui frappe en particulier les riches marchands et les juifs7 : on dit encore aujourd’hui que l’imam Amad a voulu « payer » les tribus qui lui étaient fidèles en leur donnant l’autorisation de piller Sanaa (voir aussi J. Kirkman, 1976, 13). Jusqu’à sa mort, en 1962, il ne se risque pas à entrer dans la ville : Ta‘izz devient la capitale d’un Yémen gouverné d’une manière encore plus despotique qu’avant 1948, mais dont le régime ne parvient pourtant pas, à la longue, à résister aux multiples influences extérieures. L’imam Amad poursuit, certes, la prudente stratégie de modernisation engagée par son père, mais une politique isolationniste est désormais devenue impossible. Les idées nassériennes parviennent à s’infiltrer, les deux puissances mondiales que sont les Etats-Unis et l’Union Soviétique cherchent à étendre leur influence, le monde arabe tout entier est déstabilisé. Surtout, les mass-media, et en particulier la radio, s’efforcent désormais de donner à des conflits internes qui existent depuis toujours un retentissement mondial et « made of every dissident a martyr » (R. B. Serjeant, 1983, 105).

Fig. 5 : Détail de la carte des environs de Sanaa établie par J.F. Hansen (1941).

98Nous ne disposons pratiquement d’aucune information sur la poursuite du développement de Sanaa pendant le règne de l’imam Amad. Le transfert des fonctions de capitale à la ville de Ta‘izz permet toutefois de penser que les structures de la ville n’ont pas dû beaucoup se modifier jusqu’à la Révolution de 1962, et en particulier que le nombre d’habitants n’a pas dû beaucoup augmenter. Les possibilités de commercer sont limitées, une extension de la ville extra muros est difficilement envisageable à cause des tribus des environs, toujours aussi puissantes qu’avant. Le départ des juifs, vers 1950, a dû affaiblir encore l’économie de la ville. Le quartier juif, très endommagé par les pillages de 1948, est d’abord resté vide, avant d’être, à partir de la fin des années 1950, progressivement occupé par les immigrants pauvres venus de la campagne. Peu avant le coup d’état de 1962, la ville est reliée au port d’Hodeida, récemment construit, par la première route asphaltée du pays ; la circulation automobile moderne est désormais possible, c’est le début d’une ère nouvelle.

99Sanaa redevient immédiatement la capitale de la République, mais la guerre civile qui dure jusqu’en 1970 empêche tout développement. La ville est tout d’abord marquée par l’occupation égyptienne. La partie occidentale du mur d’enceinte de la vieille ville est démoli, ou tombe en ruine. A sa place, apparaît un nouvel axe nord-sud, une rue commerçante bordée de constructions utilitaires en béton, qui est aujourd’hui encore le principal centre commerçant de la ville, mais qui constitue, par son architecture, un véritable « corps étranger ». C’est sans doute dans ces années-là que le Ġayl al-Aswad, venant du sud, s’est asséché définitivement (cf. R.B. Serjeant et al., 1983, 19-31).

100Les premiers faubourgs densément construits se développent dans un style simple, traditionnel : au sud des casernes de Bāb al-Yaman, au nord de Bāb Šu‘ūb, à Bīr al-‘Azab, au nord de la place d’al-Qā‘ et, dans la zone de la vieille ville, à l’ouest du Sā’ila (cf. la carte TAVO). Le style uniforme des maisons (de deux à trois étages) et le tracé, le plus souvent rectiligne, des rues sont le signe d’une première esquisse d’aménagement planifié des quartiers d’habitation, tout comme celui d’une volonté de se conformer au modèle égyptien. La rue Nasser, axe principal de Bīr al-‘Azab, qui conduit de la place Taḥrīr à al-Qā‘, se développe en un second centre commerçant, celui-là toutefois largement construit en style yéménite traditionnel.

Fig. 6 : Détail d'une carte des environs de Sanaa établie par J.F. Hansen (1946).

101Les Egyptiens se retirent en 1967, et Sanaa est encerclée pendant huit mois par les troupes royalistes. La guerre civile ne prend fin qu’en 1970, par un compromis. La République s’établit définitivement, avec un régime présidentiel et une administration publique fortement centralisée, mais aussi une économie nationale totalement libérale, sur le modèle capitaliste. Peu après, les conditions générales se transforment et le « miracle économique » yéménite commence : l’émigration massive de la main-d’œuvre vers les pays pétroliers voisins entraîne une hausse du pouvoir d’achat, ce qui fait faire un bond à l’importation de biens de consommation. Le développement rapide des infrastructures et la motorisation massive favorisent, dans le pays tout entier, un processus d’urbanisation, qui se manifeste en particulier à Sanaa par une croissance de la ville chaque année plus importante. Jusqu’en 1980 environ, cette croissance s’effectue en grande partie sans planification, car l’administration et les moyens d’une planification ne sont encore absolument pas développés. L’intervention de l’Etat se limite dans tous les cas à établir le tracé des rues principales et à mettre en place les infrastructures (l’électricité et, par endroits, l’eau courante). La structure actuelle de la ville, où les fonctions sont mêlées, est l’expression éloquente de ce « boom » incontrôlé et de la spéculation immobilière toujours plus grande qui en a découlé.

102La révolution politique et économique a pour conséquence un rapide effondrement du système de valeurs traditionnelles. Deux éléments sont particulièrement importants pour nous :

  1. L’obligation de la ğuwāra présente dans le droit tribal s’effondre ; les paysans des tribus, eux-aussi, prennent part avec empressement à la spéculation immobilière ; la ville peut désormais s’étendre presque librement sur les terres environnantes.

  2. Le principe d’autarcie, qui avait cours tant à l’intérieur des tribus qu’à l’intérieur de la ville, est remplacé par une économie de marché. Cela stimule considérablement le commerce intérieur et extérieur, ce dont, naturellement, Sanaa profite particulièrement, grâce à sa situation, à son statut de capitale et à ses marchands expérimentés ; cela rend également enfin possible la construction dans la zone des jardins intra muros.

103On dispose, pour étudier le développement de la ville de Sanaa après 1970, de remarquables cartes et photographies aériennes. On a, pour 1970, une photographie aérienne grand format d’une excellente qualité (reproduction photographique n°l/ interprétation fig. 7). Elle permet de bien distinguer les principales caractéristiques de la structure urbaine.

104A côté du nouveau quartier d’habitation relativement resserré que l’on a déjà mentionné, la construction de maisons s’est fortement intensifiée à Bīr al-‘Azab et la surface occupée par des jardins y a nettement diminué. Quelques jardins commencent même à être amputés à l’intérieur de la vieille ville. A la périphérie, de nouveaux faubourgs densément construits ont fait leur apparition, en particulier Musayk au nord-est et al-ay Alidā‘y à l’ouest du quartier juif. Ce dernier se situe, tout comme le grand complexe architectural que constitue l’université, à l’emplacement de l’ancien cimetière juif. La zone de jardins jadis située extra muros au sud-est de Balaqa (« Bêt Sêrê » sur la carte de Rathjens et Wissmann) se transforme en un faubourg « résidentiel », avec des parcelles relativement grandes, signe annonciateur de ce qui allait se confirmer dans les années suivantes : la route menant vers adda et ses environs deviennent le quartier de prédilection des élites, puis, progressivement, le siège de presque toutes les représentations diplomatiques.

105On reconnaît cependant encore, au nord et au sud de la ville, la bande des jardins de culture intensive de Sanaa, avec ses fermes isolées qui, çà et là, commencent toutefois à former de petits hameaux. L’extension de la ville se fait d’abord plutôt en direction des champs de culture pluviale, qui sont de moindre valeur. C’est là que l’on construit la majorité des plus vastes complexes architecturaux : au nord-ouest, l’hôpital du Koweit ; au nord, l’hôpital militaire et un grand terrain militaire entouré d’un mur, sur lequel il y avait encore très peu de constructions en 1970 ; tout à fait au nord, la fabrique de textiles construites avec l’aide des Chinois ; au sud-ouest, l’hôpital de la Révolution. La surface du grand cimetière de Sanaa diminue fortement : au sud et à l’ouest, de grandes zones sont entourées de murs (zones militaires), au nord on construit des bâtiments administratifs et des boutiques. On établit toutefois un nouveau cimetière au sud de Bāb al-Yaman et un autre au nord de Bāb Su‘ūb. On a déjà parlé de l’université à l’ouest ; on reconnaît, au sud-ouest, les grands bâtiments d’une école d’enseignement supérieur (qui dispensera plus tard également un enseignement technique).

106L’ancien mur d’enceinte tient encore très largement debout ; il ne commencera à s’écrouler par endroits qu’au cours des années suivantes, surtout dans la ville nouvelle. Bien que quelques rues de la ville aient été asphaltées et que l’on puisse distinguer sur la photographie aérienne le tracé des principales voies d’accès et du premier « ring road », une extension urbaine qui se ferait en fonction des voies de circulation n’est qu’à peine esquissée. Certes, il y a bien souvent plus de constructions en bordure des routes que sur les terrains qui se trouvent en retrait, et l’on voit se dessiner de timides poches de croissance à l’extérieur des portes principales (Bāb al-Yaman, Bāb Su‘ūb, Bāb al-Qā‘) ; mais on ne pourra véritablement parler de croissance linéaire que plus tard.

Fig. 7 : Interprétation d’une photographie aérienne : la structure urbaine de Sanaa en 1970.

107Il est possible, grâce à la photographie aérienne de 1970, de suivre pratiquement maison par maison les transformations intervenues dans la zone centrale de la ville telle qu’elle apparaît sur la carte Rathjens-Wissmann (carte 3). Faisons quelques remarques à propos de cette carte :

  • les relevés de 1981 (effectués pour la carte TAVO) servent de base ; la superficie couverte correspond à celle de la carte Rathjens-Wissmann,

  • les « superficies construites en 1929 » ont été, dans la mesure du possible, reportées de la carte Rathjens-Wissmann sur nos relevés. Les erreurs et les petites inexactitudes de la carte Rathjens-Wissmann ont ainsi pu être rectifiées. On suppose toutefois que C. Rathjens et H. v. Wissmann n’ont pas fait tous leurs relevés avec précision et que les contours de nombreuses maisons - de Bir al-‘Azab, en particulier - n’ont été rendus que très grossièrement.

  • De la photographie aérienne, on a pris les édifices qui avaient été construits entre 1929 et 1970, ou qui étaient alors en construction. Il n’a bien sûr pas toujours été facile de faire une nette distinction entre les maisons déjà terminées et celles qui se trouvaient encore en construction, d’autant plus que nous ne disposions pas d’une seconde photographie qui aurait permis de faire des vérifications. Il est donc possible qu’une partie des maisons de certaines « superficies construites » n’aient pas été encore complètement terminées.

  • On n’a pas pris en compte toutes les transformations et les reconstructions d’édifices intervenues entre 1929 et 1970 ; on n’a fait que représenter d’un bloc la superficie construite.

108Malgré ces restrictions, quelques caractéristiques intéressantes du développement de la ville jusqu’en 1970 apparaissent :

1091. Quelques grands jardins de la vieille ville, dans la zone située à l’ouest du Sa’ila, ont diminué de superficie, couverts, au nord, de rangées de simples maisons à deux étages, au sud, de grandes maisons isolées. Les jardins de la zone située à l’est du Sā’ila sont en revanche restés intacts, à une exception près, au sud-ouest ; ils ne se prêtent absolument pas à une construction moderne (accès difficile, situation en contrebas, besoin de clarté des maisons environnantes). Une grande partie des maisons situées au nord ont dû être construites dès les années 1930-1940 (cf. inventaire n° 116/117).

110Il n’y a pratiquement plus de construction dans la vieille ville après 1970. Seuls quelques édifices sont encore construits au sud de la zone E ; on se limite partout ailleurs à des transformations.

111A l’ouest, le mur d’enceinte s’est alors écroulé sur toute sa longueur, mais il surplombe encore le Sā’ila au nord et au sud. La porte de Bāb Su‘ūb a été détruite, on a aménagé un nouvel accès à la ville à l’est de Bāb al-Yaman, près de l’hôpital de la Révolution.

1122. L’avenue ‘Alī ‘Abd al-Muġnī, axe nord-sud entre la vieille ville et la ville nouvelle, déjà pratiquement achevée dans sa partie située au sud de la place Tarir, est bordée de constructions en béton « à l’égyptienne » ; elle devient une rue commerçante moderne. C’est là que se trouve le seul « hôtel de standing » de l’époque (Al Mukha). Au nord, les rangées de magasins n’apparaissent que lentement, bien que le mur reliant la zone des palais à la vieille ville soit tombé depuis longtemps ; en effet, les paysans propriétaires des terrains situés à cet endroit n’étaient pas tous disposés à les vendre.

  • 8 On ne transfère ces parades sur le terrain de l’ancien aéroport, au sud de la ville, qu’au milieu d (...)

113Il est clair que la place Tarir - sur laquelle il n’y a plus aucun mur d’enceinte - est devenue le centre de la ville. Déjà place de parade « au temps de l’imam », pour la garde royale, elle est encore, à chaque anniversaire de la Révolution, l’endroit où ont lieu parades et défilés militaires8. Deux restaurants en plein air et quelques taxis viennent compléter cette place bordée de grands édifices publics. Le fait que, durant des années, l’unique feu tricolore de la ville ait (parfois) été en service précisément sur cette place, permet de mesurer l’importance de la circulation qui la traversait alors.

1143. A Bīr al-‘Azab, les constructions se sont fortement densifiées, dans un ordre toutefois quelque peu confus. Des édifices abritant des administrations, banques ou ambassades, ainsi que des rangées de magasins et des entrepôts apparaissent à côté de maisons de toutes sortes. Le réseau déjà existant des rues et ruelles se maintient, ce qui prouve bien qu’aucune mesure de planification n’intervient. A cet égard, un quartier de maisons « standard » construites de manière resserrée au nord-est de l’ancien quartier juif et un quartier résidentiel au nord-ouest constituent des exceptions. Il reste cependant de nombreux espaces vides, qui commencent timidement à être construits dans la décennie suivante.

1154. A l’extérieur du mur d’enceinte, deux simples quartiers d’habitation sont apparus au sud de la vieille ville, et un autre au nord de Bāb Šu‘ūb. Il est très clair, que, dès 1970, la grande route menant vers l’ouest (Hodeida) située au sud de Bīr al-‘Azab (avenue Zubairī) connaît un développement dynamique ; elle devient bientôt la deuxième rue commerçante moderne de la ville. Toutefois, la croissance extra muros se fait encore peu autour des routes de sortie, et semble plutôt s’établir au hasard, quasiment à n’importe quel endroit.

116Il nous faut insister ici encore sur la situation particulière de Sanaa : le temps où les paysans des tribus ne vendent pas leurs terres ne prend fin qu’avec la Révolution et la guerre civile. L’obligation de la ğuwāra n’ayant plus cours, les obstacles tombent et la ville peut désormais s’étendre sans contrainte - mais uniquement là où les propriétaires fonciers sont disposés à vendre leurs terres. Le marché immobilier est encore « désordonné » ; c’est seulement au cours de la décennie suivante que la loi de l’offre et de la demande se fait en fonction des prix de la terre et que la spéculation immobilière s’effectue selon des règles précises. Dans un premier temps, on construit là où l’on vend de la terre - et cela n’est absolument pas toujours là où l’on pourrait s’y attendre si la croissance urbaine était organisée selon des règles établies. La grande dispersion des édifices publics dans les environs de Sanaa s’explique ainsi (cf. fig. 7).

117Dès 1970, le P.N.U.D. a établi à Sanaa un bureau de développement urbain. Dans un premier Inventaire des types de constructions, A.C. Bertaud (1971) distingue six types différents de maisons (chez S. et M. Hirschi, 1983, on trouve des plans horizontaux et des coupes verticales), reproduits dans la fig. 8 (cf. aussi la note 2) :

118I. Type de la vieille ville : c’est une maison-tour qui peut avoir jusqu’à huit étages, n’a pas de jardin, mais possède souvent une petite cour ; elle abrite une seule famille (extended family) ; les deux étages du bas servent exclusivement d’entrepôt.

Fig. 8 : Les différents types d’habitation de Sanaa définis par A. C. Bertaud, 1971.

119II. Type de la ville nouvelle (Bīr al-‘Azab) : c’est la version « faubourienne » de I ; elle a trois ou quatre étages et possède souvent un grand jardin.

120III. Quartier juif : maison à deux ou trois étages, avec de très petites pièces ; il y a souvent un patio à l’étage supérieur et une petite cour (Rathjens en donne une description détaillée, 1957).

121IV. Type nouveau de « villa » : maison qui a généralement un seul étage, au milieu d’un jardin entouré d’un mur.

122V. Maison des faubourgs, de type simple : maison à un ou deux étages, possédant le plus souvent une toute petite cour ; ces maisons sont généralement construites les unes contre les autres, sur le même modèle ; version meilleure marché de IV.

123VI. Type égyptien : immeuble de deux à cinq étages avec plusieurs appartements à chaque étage ; les matériaux et le style de construction sont complètement importés.

124En se fondant sur la photographie aérienne de 1970 (fig. 9), A. C. Bertaud (1971) établit également une division approximative de la ville en fonction des différents types d’habitations et donne le pourcentage représenté par chacun de ces types (tab. 2).

Tableau n° 2 : Les types d’habitations à Sanaa en 1970

Tableau n° 2 : Les types d’habitations à Sanaa en 1970

125Cette carte reflète, elle aussi, l’énorme - et toute récente - extension de la ville, dont le nombre d’habitants a augmenté de 80 % entre 1962 et 1970 (pour atteindre le chiffre d’environ 80 000 en 1970). Il est toutefois notable, dans un pays encore très pauvre à ce moment-là, qu’une telle croissance n’ait entraîné l’apparition d’aucun véritable bidonville ni d’aucune zone squatterisée. Pour A. C. Bertaud (1971), les raisons essentielles en sont les suivantes :

126« During 2 500 years of uninterrupted civilisation the Yemenis have been developed original ways of building, reaching the highest standards. Architecture seems to have been the art that must be appreciated by Yemenis even in very remote villages...The class of migrants (to the city) had the skill to build themselves very decent houses... »

127La construction des maisons se fait donc essentiellement dans un style rural traditionnel, c’est-à-dire avec les matériaux disponibles sur place, suivant une technique simple (artisanat), en général mise en œuvre par le propriétaire lui-même. Ainsi, les maisons coûtent peu cher, et conviennent pour le mieux tant aux conditions climatiques qu’aux exigences individuelles de leur propriétaire.

128Seuls les matériaux et le style importés du type d’habitation n° IV ne correspondent en rien à la tradition ; ils ne sont pas parvenus à s’imposer. Dans les années suivantes, on a construit autour de la ville essentiellement des maisons de type n° IV ou n° V, ce qui, compte tenu du besoin croissant en terrain à construire des institutions militaires, administratives et prestataires de services, constitue un énorme accroissement de la superficie de la ville (fig. 10).

Fig. 9 : Distribution spatiale des différents types de maisons de Sanaa, selon A. C. Bertaud, 1971.

129Cette croissance continue cependant de se faire d’une manière relativement désordonnée. La planification gouvernementale se limite à l’établissement du tracé du réseau routier et au développement des infrastructures. Il n’existe aucune réglementation concernant l’utilisation fonctionnelle de l’espace et le marché de l’immobilier reste libre, sans intervention publique. Toute croissance concentrique ou linéaire constitue donc une exception ; en revanche, la constitution d’ » îlots de croissance » dans les environs de la ville, sur des terrains dont le prix sur le marché de l’immobilier est avantageux, est monnaie courante. Les zones intermédiaires d’abord restées vides ne se sont jointes que progressivement au reste de la ville. Ainsi, dans la zone de jardins, autrefois très vaste, quelques îlots de verdure se sont maintenus encore longtemps, quelquefois tout près de la ville : à Bīr al-‘Azab même, 10 % de la superficie sont encore cultivés en 1981 (cf. la carte TAVO), bien que les anciens puits se soient asséchés depuis longtemps et aient dû être remplacés par de coûteux puits de profondeur.

130Il est également à noter que les anciens noyaux villageois n’ont pas joué le rôle de centres de croissance, les terres qui les entourent étant restées plus ou moins longtemps épargnées par la construction urbaine. Il y a à cela plusieurs raisons :

  1. En règle générale, les villages ne sont pas équipés en magasins, services ou emplois (qui feraient d’eux des centres secondaires, en quelque sorte), et n’offrent donc aucune possibilité d’activité à des immigrants qui cherchent un terrain à bâtir. Les populations rurales qui immigrent à Sanaa viennent surtout du sud du Yémen, et pratiquement pas des environs de la ville (E. Betzler, 1987, 219) ; ils sont attirés au centre de la ville uniquement par les emplois qu’ils peuvent y trouver.

  2. Souvent, les surfaces agricoles productives (vigne, qāt) se trouvent précisément sur ces terrains situés directement autour des villages et leurs propriétaires ne sont pas disposés à les vendre.

  3. Mais il est sûr, aussi, que le comportement conservateur des populations joue un rôle : les villageois n’aiment guère voir des « étrangers » vivre dans leur voisinage et les immigrants eux-mêmes préfèrent éviter tout contact avec les communautés villageoises. Ainsi, l’obligation de la ğuwāra - atténuée - a-t-elle survécu, avec, une tout autre motivation.

Fig. 10 : Développement urbain entre 1970 et 1982.

  • 9 Données détaillées dans R.K. Adams (1983, 39/40). En 1988, la ville comptait environ 500 000 habita (...)

131Dès 1970, la population de Sanaa avait atteint le nombre de 80 000 habitants. Le recensement de 1975 donne 138 625 habitants, et, en 1980, on atteint les 190 0009. Cette hausse de la population est due pour l’essentiel à l’immigration (6-7 % par an), et le fait qu’il n’y ait toujours pas de véritables bidonvilles provient de ce que la ville offre des possibilités d’emploi. Il s’agit, dans le détail, des secteurs suivants :

  1. L’afflux de l’argent des émigrés provoque une hausse énorme de la consommation privée, ce qui stimule en premier lieu le commerce (à tous les niveaux).

  2. Les émigrés investissent surtout dans la construction de maisons ; le secteur du bâtiment connaît donc un fort taux de croissance (de même que toutes les branches qui lui sont rattachées).

  3. L’administration publique se met rapidement en place et propose de nombreux emplois, relativement sûrs. La construction de bâtiments administratifs stimule également le secteur du bâtiment.

  4. L’Etat poursuit progressivement la mise en place d’infrastructures (écoles, hôpitaux, routes, électricité, adduction et évacuation des eaux) ; là encore, c’est le secteur du bâtiment qui en profite.

  5. L’essor rapide du secteur du bâtiment provoque une demande croissante en matériaux de construction de toutes sortes, en mobilier et nombreux autres éléments d’équipement intérieur, ainsi qu’en appareils ménagers divers. Les « branches secondaires » du bâtiment offrent donc également de nombreux emplois, essentiellement dans le commerce.

  6. La motorisation de la société yéménite fait de rapides progrès et la circulation individuelle, tout comme la circulation collective - locale ou à grande distance (personnes et biens) - augmentent rapidement. Des emplois se créent dans le commerce d’automobiles et de pièces de rechange, dans la réparation, ainsi que dans la conduite de taxis et autobus.

  7. Au milieu des années 1970, l’industrie de biens de consommation commence enfin à se développer dans la capitale (H. Gebhardt, 1984, 530-532).

  • 10 Une description particulièrement précise de l’ensemble du secteur de la construction est donnée par (...)

132Tous ces facteurs sont interactifs, le secteur du bâtiment jouant à coup sûr le rôle de moteur (cf. G. Meyer, 1984 et 1986 ainsi que R. K. Adams, 1983, et E. Wirth, 1984). Pour la seule année 1978, on a délivré à Sanaa 2 862 permis de construire (G. Meyer, 1984, 125). En 1980/81, environ un tiers des investissements bruts du pays se font dans le bâtiment et environ la moitié des emplois du secteur secondaire appartiennent aux différentes branches de la construction. Pourtant, la construction de maisons privées se fait, dans une large mesure, assez lentement et progressivement, selon les disponibilités financières de chacun. Aussi la zone extérieure de la ville se caractérise-t-elle toujours par de grandes superficies de « maisons en construction ». La carte topographique de Sanaa de 1979 comporte 4 500 unités de ce type (« under construction »). Notre propre carte de 1981 indique par ailleurs, à l’intérieur même des étroites limites de la ville, des centaines de magasins de toutes dimensions, spécialisés dans la vente de matériaux de construction et d’équipement ménager10. De tels magasins sont devenus indispensables à l’équipement des logements surtout dans les quartiers extérieurs.

133Dans les années 1970, deux nouveux types de maisons d’habitation viennent s’ajouter à ceux qu’avaient définis A. C. Bertaud (R. K. Adams, 1983, 40/41) :

134VII. Les « Planned housing projects » dans les quartiers extérieurs, entrepris à l’instigation de l’Etat ou d’investisseurs privés ; ce sont des maisons « standardisées », à un ou deux étages, construites entièrement - y compris les infrastructures - par de grandes entreprises de construction (le plus souvent étrangères). Quand elles font parties de projets publics, elles sont louées à des agents de l’Etat, quand elles sont issues de projets privés, elles sont vendues à des membres des catégories sociales moyennes. En 1980, il y avait déjà à Sanaa 5 000 maisons de ce type, représentant le sixième de l’ensemble des maisons d’habitation de la ville.

  • 11 Groupe social rejeté, le plus souvent noir de peau, qui effectue à Sanaa les travaux les plus simpl (...)

135VIII. « Shanty towns » : quartiers d’habitation des adām11 immigrés en majorité de la Tihāma ; ce sont des ensembles de baraques construites les unes contre les autres, le plus souvent avec des matériaux de récupération (tôle, carton, bois, paille). En 1981, il n’y avait que deux petits quartiers de ce type, comptant environ 300 habitants (au sud de Bāb al-Yaman et auprès de l’ancienne université).

136On constate dès les années qui suivent 1970 un changement de perspective dans la construction de maisons individuelles et dans les projets de construction publics : on privilégie à nouveau la construction en matériaux traditionnels (pierres de différentes couleurs soigneusement taillées, briques cuites, stuc) et les éléments ornementaux traditionnels pour la décoration des façades ; on conserve également le toit plat ; les magasins et immeubles de l’avenue ‘Alī ‘Abd al-Muġnī demeureront donc une exception. Toutefois, la décoration intérieure des immeubles, que caractérisent armatures de béton et fenêtres en aluminium, se rapproche de plus en plus des modèles occidentaux, et suit des plans de conception moderne ; pourtant, les façades, qui donnent à la ville l’essentiel de son apparence, restent « yéménites », en dépit des coûts élevés que cela implique.

  • 12 Le siège de la compagnie aérienne nationale Yemenia (façades de verre) et quelques banques.

137De nombreuses branches de l’artisanat traditionnel yéménite peuvent ainsi survivre (tailleurs de pierres, fabricants de vitraux, de stucs, de briques, etc.) ; ils profitent même tout particulièrement, en tant que personnel qualifié, d’une demande croissante. Cette tradition architecturale profondément ancrée dans le peuple est encouragée par des conseillers étrangers, et, au cœur de la ville, une foule d’édifices attestent de l’heureuse intégration d’éléments de style traditionnel à des bâtiments utilitaires. A quelques rares exceptions près12, la taille des bâtiment ne dépasse pas la hauteur traditionnelle, si bien que la silhouette de la ville est aujourd’hui encore dominée par les fins minarets des mosquées de la vieille ville. Parmi les matériaux de construction, seul le bois a largement disparu ; en revanche, les ferblantiers font preuve, dans la fabrication des portes, d’une créativité presque inépuisable, qui s’exprime dans le choix des formes ou des couleurs.

  • 13 Il n’en existe qu’une version dactylographiée, reproduite en un petit nombre d’exemplaires ; les do (...)

138Les structures de la population de Sanaa se sont totalement modifiées à la suite du fort mouvement d’immigration qu’a connu la ville. Le Central Planning Organization a mené dès 1972, sous la direction de l’UNESOB, une « Socio-demographic survey » (YAR/CPO, 1974) : on a retenu 3 428 foyers urbains jugés suffisamment représentatifs (dans la mesure où ils étaient répartis sur toute la ville) sur les 17 061 que comptait Sanaa à cette date. Dans la mesure où les résultats de cette étude approfondie sont peu connus13. Nous en présentons ici des extraits détaillés.

Tableau n° 3 : Âge des maisons de Sanaa, 1972

Tableau n° 3 : Âge des maisons de Sanaa, 1972

139Les données relatives à l’ancienneté des maisons (tab. 3) ne sont pas surprenantes, si l’on considère le caractère tout à fait récent et dynamique de la croissance de la ville. L’étude donne par ailleurs les dates de construction correspondant à chacun des type d’habitation définis par Bertaud. On constate alors avec beaucoup d’intérêt que seuls 55,8 % des habitations du type n° I (type des « palais » de la vieille ville) ont plus de cinquante ans. Autrement dit : près de la moitié des édifices de la « moyenâgeuse Sanaa » ne sont apparus qu’après 1922 !

140Deux tiers environ des maisons sont occupés par leurs propriétaires, un tiers est loué ; ce rapport est à peine modifié à ce jour. En 1972, 62,2 % des maisons ont l’électricité, 32,7 % seulement ont l’eau courante et 4 % uniquement ont un W.C. Ces chiffres révèlent une importante carence dans la distribution et l’évacuation des eaux, carence qui a été progressivement résorbée depuis. Malgré la rapidité de la croissance, on est parvenu à de considérables améliorations dans ce domaine.

  • 14 Il y a ainsi de nombreux funduqs (auberges), spécialisés dans le logement de ces immigrants. Ils so (...)
  • 15 Cela explique en grande partie la forte augmentation du nombre d’habitants de Sanaa après 1980.

141En 1972 déjà, la proportion de chacun des sexes dans la population révèle une prépondérance masculine, en particulier dans les tranches d’âge situées entre 15 et 19 ans, et entre 25 et 44 ans. Ce phénomène est la conséquence directe des comportements migratoires : en règle générale, les hommes en âge de travailler se rendent d’abord seuls à la capitale14. On fait venir sa famille seulement à partir du moment où l’on a trouvé un emploi stable et un logement. On considère toujours la location d’un appartement comme une solution provisoire, l’objectif de chacun étant dans tous les cas de se faire construire sa propre maison. La pyramide des âges de la population de Sanaa s’en trouve déformée en faveur des plus jeunes (45 % de la population a moins de 15 ans !); à moyen terme, cela conduira inévitablement à une forte hausse de la croissance naturelle de la population de la ville15.

142En 1972, 60 % de la population de Sanaa est née dans la ville ; les 40 % restant sont donc des immigrants (dont 2 % d’étrangers) ; dans la zone de la vieille ville, le pourcentage d’immigrants descend à 20 % environ. Les chiffres suivants montrent combien l’immigration a été forte dans les années qui ont précédé l’étude de 1972 : 8 % de la population vivait dans la ville depuis moins de six mois, 58 % n’y étaient venus (ou n’y étaient nés) qu’après la Révolution.

143Les structures professionnelles sont, dès cette époque, marquées par la prépondérance - particulière à Sanaa - du secteur de la prestation de services (tab. 4).

Tableau n° 4 : Structures des activités professionnelles à Sanaa en 1972 (en %)

Tableau n° 4 : Structures des activités professionnelles à Sanaa en 1972 (en %)

144Parmi les habitants de la ville, âgés de plus de 24 ans, 65,9 % étaient analphabètes (42,1 % des hommes et 95,8 % des femmes), et le pourcentage s’élevait encore à près de 29,9 %, pour les 10-14 ans (15,4 % pour les garçons et 51,7 % pour les filles). 2,5 % des hommes mariés seulement avaient plus d’une femme ; le chiffre moyen des enfants ayant survécu plus de cinq ans était d’environ 3,5 par famille.

145L’enquête contient encore une foule d’autres données du plus haut intérêt pour la connaissance des structures sociales et démographiques de la population de la ville ; elle est demeurée jusqu’à ce jour la seule du genre. Le recensement de 1975 a pris en compte beaucoup moins de paramètres, mais a confirmé et élargi les résultats concernant la pyramide des âges et la proportion des sexes (H. Steffen, 1979). Il faut en revanche utiliser avec beaucoup de prudence les données socio-économiques publiées dans l’annuaire statistique officiel du Yémen, exploitées par J.-M. Prost-Tournier (1975) : elles ne reposent que sur de très petits échantillons, choisis parmi les ouvriers de l’usine textile de Sanaa.

146En plus de l’immigration, Sanaa connaît une considérable « mobilité intra-urbaine » ; les deux phénomènes sont liés, mais nécessiteraient une étude encore plus détaillée. Nous nous contenterons ici de relever quelques tendances :

  1. Les élites quittent la vieille ville en nombre de plus en plus grand pour aller s’établir dans les nouvelles villas des faubourgs, du côté de adda essentiellement. Certains facteurs déterminants sont à l’origine de ce phénomène : il est difficile, voire impossible, d’accéder en voiture aux maisons de la vieille ville ; les possibilités de stationnement sont très limitées ; les quartiers commerçants de qualité sont très éloignés ; les maisons traditionnelles, en raison de leurs structures, se prêtent peu au confort moderne et le coût de leur entretien est trop élevé. Ces élites aspirent aujourd’hui très nettement à un style de vie plus individuel, préservant leur anonymat, ce qui est difficile à réaliser dans une vieille ville à l’habitat resserré, où les contacts de voisinages continuent d’être très étroits. On évoquera plus loin les conséquences qui en résultent pour l’architecture de la vieille ville.

  2. Les immigrants des campagnes, pour la plupart issus des catégories sociales les plus modestes, ont le plus souvent pris contact avant leur arrivée avec des membres de leur famille ou des amis vivant déjà à la ville. Ces derniers se chargent de leur trouver un premier logement, souvent choisi au hasard (dans un funduq, un appartement de location). Peu après, ils se cherchent eux-mêmes un logis : ils se font construire leur propre maison, ou louent un appartement. Il peut s’agir de maisons de la vieille ville, car on cherche le plus souvent à vivre auprès de sa famille ou de ses amis. L’entraide entre voisins joue encore un rôle important au sein de ce groupe social, au point que l’on pourrait aller jusqu’à définir certains quartiers par l’origine régionale de leurs habitants. Ce n’est qu’avec le début d’une ascension sociale (souvent à la deuxième génération) et le désir d’anonymat qui en découle que l’on entre dans une phase de mobilité en fonction de la situation occupée dans la société.

  3. Enfin, la construction de « planned housing projects » stimule également la mobilité intra-urbaine ; ce sont pour l’essentiel des familles déjà établies dans la ville, qui vont s’installer dans ces nouveaux immeubles.

147Dans une société comme celle de Sanaa qui est aujourd’hui de plus en plus motorisée, les problèmes de circulation (tels que la distance entre le lieu d’habitation et le heu de travail) jouent encore un rôle limité dans le choix d’un lieu d’habitation ; en revanche, l’environnement social et les prix de vente ou de location sont déterminants. Or, à Sanaa, les prix ont augmenté nettement plus vite que le revenu moyen durant les 15 dernières années (tab. 5).

Tableau n° 5 : Evolution de l’indice des prix dans le secteur du logement en R.A.Y., 1972- 1986

Tableau n° 5 : Evolution de l’indice des prix dans le secteur du logement en R.A.Y., 1972- 1986

Source : H. Kopp d’après YAR (CPO) : Statistical Yearbook 1979/80, 1981, 1983, 1986

  • 16 Least Developed Countries selon les critères définis par l’assemblée pleinière des Nations Unies en (...)

148Dès les années 1980 - et en particulier dans les quartiers commerçants - les prix des terrains ont atteint le niveau de ceux des grandes villes européennes (fig. 11). La carte de E. Betzler (1987, 189) en donne un bon aperçu. « Dans les deux principales rues commerçantes modernes - Az Zubairī et ‘Alī‘Abd al Muġnī - les prix peuvent atteindre jusqu’à plus de 1 000 DM au m2 (p. 190) », précise-t-il. L’Etat tente d’intervenir en prenant des mesures pour éviter que le marché du logement urbain ne s’effondre (renforcement de l’activité dans le domaine des « planned housing units », devenues des sortes de logements sociaux, et création d’une « Housing Credit Bank »). C’est ainsi que l’on a réussi à maîtriser jusqu’à aujourd’hui la croissance de la population et à empêcher presque totalement la formation de bidonvilles - performance pour le moins étonnante dans un LDC16. Cela peut s’expliquer par le fait que beaucoup de particuliers réalisent eux-mêmes la construction de leur logement. La construction d’une maison constitue, comme à la campagne, l’un des devoirs naturels de tout jeune ménage ; « il y a un bâtisseur en chaque Yéménite », entend-on souvent répéter.

  • 17 La première existait déjà devant Bāb al-qāl (cf. fig. 7) lors du règne de l’imam Aḥmad.

149Malgré l’extension extraordinaire de la superficie de Sanaa, la municipalité est parvenue à pourvoir les nouveaux quartiers en infrastructures essentielles, peu de temps après leur construction et en dépit de coûts élevés (eau courante, électricité, écoles, dispensaires, postes de police, souvent même téléphone, rues principales asphaltées). Seules les évacuations (ordures, eaux usées) sont encore largement déficientes, et la plupart des rues secondaires ne sont pas stabilisées. Le raccordement de Sanaa au réseau national de haute tension a rendu superflues les centrales électriques de la ville17 ; les coupures de courant, incidents fréquents de la vie urbaine au début des années 1980 encore, ne sont plus qu’un mauvais souvenir.

  • 18 Données détaillées dans E. Betzler (1987, 136-142).

150En revanche, l’indispensable ravitaillement en eau potable reste un problème. L’extension de la ville, aussi bien que l’amélioration du niveau de vie et du confort domestique (toilettes, machines à laver, douches) ont fait monter en flèche la consommation. Jusque dans les années 1950, les besoins de la population de la ville pouvaient être satisfaits par les puits situés à l’intérieur de la ville, pour la plupart actionnés par des chameaux, et par quelques ġuyūl (cf. E. Betzler, 1987, 134-136). La nappe phréatique se trouvait à 20-30 mètres de profondeur, le renouvellement de la nappe et les ponctions parvenaient à s’équilibrer. Peu après, toutefois, la nappe phréatique se mit à baisser rapidement, l’installation massive de puits de surface, puis de profondeur, actionnés par des pompes (principalement pour l’irrigation) provoqua l’assèchement de tous les anciens puits de la ville18. En 1982, la nappe phréatique se trouvait à 120 mètres de profondeur, et cette eau est, du moins en partie, fossile (cf. E. Jungfer, 1984, 177 sq). Dès cette époque, on fit des projets pour amener de l’eau potable des montagnes pluvieuses de l’ouest jusqu’au bassin de Sanaa, par des conduites à longue distance. A. M. Althary (1983) affirme dans son étude que la nappe du bassin de Sanaa suffira jusqu’en l’an 2000 si :

  • la consommation par personne cesse d’augmenter,

  • la croissance urbaine reste nettement inférieure à 10 % par an et

  • l’agriculture utilise moins d’eau que jusqu’à présent.

Fig. 11 : Les prix du terrain vers 1982.

151Ces trois hypothèses sont vraiment peu réalistes, d’autant plus qu’il est très difficile d’imposer un contrôle de l’Etat.

152Notre carte de l’automne 1981 (carte TAVO) a été effectuée juste après 20 ans d’une croissance urbaine tumultueuse. Cette croissance s’avançait alors déjà nettement en dehors de la zone cartographiée (cf. fig. 10), si bien que l’on pouvait parler pour la zone centrale d’une certaine consolidation. Même là il y avait encore cependant des zones non-construites, et les espaces verts - aux fonctions les plus diverses - si typiques de la vieille ville et de Bīr al-‘Azab, avaient survécu. Une nouvelle comparaison avec la carte Rathjens-Wissmann le montre bien (carte 4). Bien que le Yémen fût devenu depuis lors un pays totalement motorisé, les structures essentielles de la ville historique s’étaient maintenues. On n’était ni parvenu à percer des rues, ni à effectuer aucune autre intervention sur les édifices déjà construits. Cela est certainement dû en grande partie à la rapide extension de la ville, qui a vite atteint les terres environnantes, et à la mise en place, dès le début, de routes circulaires qui soulageaient nettement la circulation intérieure de la ville.

  • 19 Ce type de marché est apparu dès le milieu des années 1970. Mais il ne s’agissait alors que de marc (...)
  • 20 Il y a une erreur sur la carte TAVO : le terrain de la briqueterie située à côté de l’ancien cimeti (...)

153La croissance urbaine s’est effectuée à Sanaa parallèlement à la motorisation, avec elle, pourrait-on même dire, car l’on ne pouvait couvrir qu’en voiture les distances considérables existant entre lieux d’habitation et de travail ainsi qu’entre les administrations publiques, établies en des endroits très dispersés. En conséquence, jusqu’en 1981, une séparation très visible des fonctions s’est opérée essentiellement selon le critère de la facilité d’accès en voiture (cf. carte TAVO). Les entrepôts de matériaux de construction, les maisons de gros, les sociétés de transports et, enfin, tous les magasins de biens de consommation de haute ou moyenne gamme, sont situés sur les rues asphaltées, avec de nettes concentrations selon les secteurs d’activité. En dehors de quelques marchés au qāt de quartier, il existe, loin à l’est, sur un espace resté vide au flanc du Ğabal Nuqūm, un immense souk central au qāt (inventaire n° 122), fréquenté par la ville entière ; à côté, se trouve maintenant le principal marché au bétail de la ville ; ces deux marchés sont situés en un endroit facile d’accès, avec beaucoup de place pour stationner. Des marchés d’alimentation sont apparus sur les places situées en des endroits très passagers, mais surtout, offrant des facilités de stationnement : à l’est de la place Taḥrīr, à l’emplacement de l’ancienne Bāb aṣ-Ṣabā, près de l’hôpital du Koweit (inventaire n° 17), sur la place al-Qā‘ (inventaire n° 64), près de Bāb al-Yaman et au nord de Bāb Šu‘ūb (inventaire n° 112). Ce développement s’est poursuivi : il y a maintenant, sur chacune des routes sortant de Sanaa, à 10-20 km de la ville, des marchés permanents qui offrent un large choix de produits frais (qāt, fruits, légumes, viande, fourrage vert)19. A la suite de ce développement, des établissements spécialisés dans le domaine automobile se sont répandus dans toute la ville. Au contraire, il est clair que les établissements du secteur du bâtiment ont suivi la demande ; c’est pourquoi on les rencontre surtout dans les zones situées à la périphérie des quartiers cartographiés. Au sud, la briqueterie déjà existante en 1929 (cf. carte 1) a survécu20 ; d’autres sont apparues au nord. En 1981, il y avait plus de 40 fours à Sanaa, qui avaient tous un bon rendement.

154Au sujet du dynamisme qui caractérise ces dernières années, il ne faut pas oublier que la plupart des immigrants viennent de la campagne, et sont issus d’un milieu très paysan. Cela apparaît nettement dans les quartiers récents de la ville : même quand l’espace est rare, on cultive un jardin souvent grand de quelques mètres carrés à peine, on élève des poules, quelques moutons ou une vache. La demande en fourrage est croissante à Sanaa et on vend de la luzerne sur tous les marchés. On peut voir à quel point ces nouveaux « citadins » sont attachés à leurs traditions en observant leur manière de cuire le pain : c’est surtout dans les nouveaux quartiers que l’on trouve de nombreux artisans utilisant le tannūr, le four d’argile, pour cuire les galettes de pain. On trouve généralement à proximité un marché au bois de chauffage. La demande en bois de chauffage pour la cuisine ne cesse, elle-aussi, de s’accroître et a provoqué, dans un Yémen pauvre en bois, d’une part une exploitation excessive des derniers bosquets, d’autre part une énorme augmentation des prix du bois.

155Les liens sociaux avec les villages d’origine sont eux aussi encore importants. Au moment des récoltes, de nombreux citadins rentrent au village pour apporter leur aide. Mais c’est surtout lors des grandes fêtes que Sanaa est comme morte, car une grande partie de ses habitants, même les plus anciens, partent à la campagne.

  • 21 L’élevage bovin est aujourd’hui encore très répandu dans la vieille ville, en particulier dans le q (...)

156Peut-on alors aller jusqu’à parler d’une « villagification » de Sanaa, comme cela s’est produit en Turquie avec le gecekondus ? Cela n’est guère possible, dans la mesure où la majorité des immigrants exercent des métiers urbains ; ils disposent ainsi de revenus très réguliers provenant d’activités non-agricoles, même si c’est souvent dans le secteur informel (G. Meyer, 1985). La question ne se pose même pas, dans un Yémen dont l’ensemble de la population est pénétrée d’une culture paysanne ancienne : les villes yéménites ont toujours eu des caractéristiques « villageoises ». A Sanaa même, l’élevage du bétail a toujours joué un rôle important : on avait besoin de chameaux et de bœufs pour actionner les puits et comme bêtes de trait pour le labourage des jardins, de vaches pour le lait ; une grande partie de la viande était même fournie par le bétail « urbain »21. Sanaa, comme toutes les villes, est divisée en quartiers, dont la gestion interne se fait comme celle des communautés villageoises et dont les habitants entretiennent des relations de voisinage du même type que celles des villageois. Aussi, les « particularités rurales » constatées dans les zones périphériques de Sanaa ne sont-elles rien d’autre que le prolongement des traditions sociales yéménites.

Notes

1 A.C. Bertaud attribue à chacun des types d’habitation une lettre allant de A à F. Pour des raisons de commodités, nous les avons ici désignés par des numéros allant de I à VI (cf. aussi fig. 8).

2 On lit dans le rapport du consul américain d’Aden, daté du 17-02-1922 : « The men are recruited and drilled by old Arab soldiers who served with the Turks... Beside these soldiers are about 60 Turkish soldiers who form the guard of the SABA gate (= Bāb a -abā) of Sanaa. About 100 thoroughly trained military instructors are instructing the Arabs, thus forming a military school » (R. W. Sinclair, 1976, 36).

3 Apparemment, cet équilibre entre le nombre d’habitants et les surfaces de jardins disponibles a dû être compromis au moins par moments. Des récits, datant surtout de la seconde occupation ottomane du Yémen (avec la présence d’un grand nombre de soldats), font état d’une forte mortalité due au scorbut. On invoque alors à chaque fois le manque de légumes frais disponibles dans la ville (E. Glaser, 1887, 84).

4 Cf. surtout R. L. Bidwell, 1983, et R. B. Serjeant, 1983.

5 La « ville nouvelle » (ville des jardins) de Sanaa se divise en quatre parties : Bīr al-‘Azab, Bīr al-Bahma, Balaqa et Bīr aš-Šams (cf. carte 1). En position centrale, Bīr al-‘Azab en est la partie la plus grande au point que l’on donne souvent ce nom à l’ensemble de la « ville nouvelle », ce que nous avons d’ailleurs fait dans cette étude. Sur les Européens à Sanaa, cf. R. L. Bidwell, 1983, ainsi que H. Kopp, 1987 et J. F. Hansen, 1987.

6 Pour les années 1900, il est question à plusieurs reprises du chiffre de 70 000 habitants ; le nombre important de soldat turcs, qui fait maintenant défaut, était certes compris dans ce chiffre.

7 Description détaillée dans R.B. Serjeant (1983, 103-104).

8 On ne transfère ces parades sur le terrain de l’ancien aéroport, au sud de la ville, qu’au milieu des années 1970.

9 Données détaillées dans R.K. Adams (1983, 39/40). En 1988, la ville comptait environ 500 000 habitants, la croissance continuait donc à s’accélérer.

10 Une description particulièrement précise de l’ensemble du secteur de la construction est donnée par G. Meyer (1986, 217-226).

11 Groupe social rejeté, le plus souvent noir de peau, qui effectue à Sanaa les travaux les plus simples (par exemple, balayeurs).

12 Le siège de la compagnie aérienne nationale Yemenia (façades de verre) et quelques banques.

13 Il n’en existe qu’une version dactylographiée, reproduite en un petit nombre d’exemplaires ; les données n’ont jamais été prises en compte dans les statistiques officielles.

14 Il y a ainsi de nombreux funduqs (auberges), spécialisés dans le logement de ces immigrants. Ils sont presque tous situés auprès des « marchés au travail » (cf. carte TAVO), c’est-à-dire près de Bāb Šu‘ūb et près de Bāb al-Yaman, ainsi que sur la place d’al-Qa‘. Ils favorisent ainsi les contacts permettant de trouver du travail temporaire, première étape vers le marché du travail urbain. Il arrive souvent, aussi, que des immigrants de sexe masculin louent un appartement à plusieurs.

15 Cela explique en grande partie la forte augmentation du nombre d’habitants de Sanaa après 1980.

16 Least Developed Countries selon les critères définis par l’assemblée pleinière des Nations Unies en 1971 (PIB inférieur à 100 US-$ par personne, part de l’industrie dans le PIB inférieure à 10 %, plus de 80 % d’analphabètes.

17 La première existait déjà devant Bāb al-qāl (cf. fig. 7) lors du règne de l’imam Aḥmad.

18 Données détaillées dans E. Betzler (1987, 136-142).

19 Ce type de marché est apparu dès le milieu des années 1970. Mais il ne s’agissait alors que de marchés du vendredi pour le qat et la viande fraîche.

20 Il y a une erreur sur la carte TAVO : le terrain de la briqueterie située à côté de l’ancien cimetière principal doit être colorié en bleu.

21 L’élevage bovin est aujourd’hui encore très répandu dans la vieille ville, en particulier dans le quartier situé à l’ouest de Bāb al-Yaman.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 : Le centre ville durant les deux périodes ottomanes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-1.jpg
Fichier image/, 876k
Légende Fig. 4 : Les mosquées et tombeaux de la vieille ville selon leur époque de fondation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-2.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Tableau n° 1 : Estimation de la population de Sanaa
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-3.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Fig. 5 : Détail de la carte des environs de Sanaa établie par J.F. Hansen (1941).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-4.jpg
Fichier image/, 916k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-5.jpg
Fichier image/, 1008k
Légende Fig. 6 : Détail d'une carte des environs de Sanaa établie par J.F. Hansen (1946).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-6.jpg
Fichier image/, 180k
Légende Fig. 7 : Interprétation d’une photographie aérienne : la structure urbaine de Sanaa en 1970.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-7.jpg
Fichier image/, 1,2M
Légende Fig. 8 : Les différents types d’habitation de Sanaa définis par A. C. Bertaud, 1971.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-8.jpg
Fichier image/, 416k
Titre Tableau n° 2 : Les types d’habitations à Sanaa en 1970
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-9.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Fig. 9 : Distribution spatiale des différents types de maisons de Sanaa, selon A. C. Bertaud, 1971.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-10.jpg
Fichier image/, 480k
Légende Fig. 10 : Développement urbain entre 1970 et 1982.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-11.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Tableau n° 3 : Âge des maisons de Sanaa, 1972
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-12.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Tableau n° 4 : Structures des activités professionnelles à Sanaa en 1972 (en %)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-13.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Tableau n° 5 : Evolution de l’indice des prix dans le secteur du logement en R.A.Y., 1972- 1986
Légende Source : H. Kopp d’après YAR (CPO) : Statistical Yearbook 1979/80, 1981, 1983, 1986
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-14.jpg
Fichier image/, 72k
Légende Fig. 11 : Les prix du terrain vers 1982.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3384/img-15.jpg
Fichier image/, 1,3M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter