Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Eugen Wirth
, 
Horst Kopp

A. Introduction - Les conditions socio-économiques et la dynamique du développement urbain et de l’aménagement de la cité

Texte intégral

1La carte TAVO de Sanaa laisse nettement apparaître, dès le premier coup d’œil, une division en trois parties de la zone urbaine : le noyau densément construit de la moitié Est de la carte correspond à la vieille ville intra muros, encore bien conservée en 1981, année de l’élaboration de cette carte. Elle englobe le souk central et la Grande Mosquée, de hautes maisons traditionnelles (brun foncé) et, dans les zones périphériques, des jardins irrigués, qui relèvent des mosquées en tant que fondations pieuses. A l’ouest et au sud - et en partie aussi au nord - de ce noyau, on distingue des quartiers d’âge intermédiaire, constitués de jardins et de faubourgs. Les constructions qui s’y trouvent, de type traditionnel pour la plupart (brun clair), peuvent être datées pour partie d’entre elles d’avant la Seconde Guerre mondiale, et même, pour certaines, d’avant la Première. Enfin, la vieille ville et les faubourgs intermédiaires sont, de toutes parts, entourés d’une zone de constructions récentes, essentiellement de type moderne (jaune). Ces extensions urbaines récentes, avec leurs quartiers d’habitation de type occidental, s’étendent encore bien au-delà de la partie représentée sur la carte ; elles occupaient déjà, en 1981, plus de dix fois la surface de la vieille ville intra muros.

2Lorsque nous nous interrogeons, en tant que géographes, sur la dynamique du développement urbain et sur la provenance des capitaux qu’il nécessite, nous trouvons, en ce qui concerne les zones modernes récemment construites, une réponse claire et nette. Comme G. Meyer a pu le démontrer dans son étude (1986), la forte activité du bâtiment dans les quartiers d’habitation les plus récents n’est pas seulement le fait d’une catégorie sociale supérieure peu nombreuse, mais aussi celui d’une catégorie moyenne relativement large. La majeure partie des Yéménites qui, lors des deux dernières décennies, ont émigré vers les Etats pétroliers du golfe Arabo-persique étaient des patrons et des ouvriers du bâtiment ; en 1980, on estimait leur nombre à un bon demi-million. La plupart d’entre eux y ont exercé pendant plusieurs années une activité dans le secteur du bâtiment, comme manœuvres, tailleurs de pierres, maçons, carreleurs, et aussi comme soudeurs, électriciens, plombiers, etc. (G. Meyer, 1986, 46 et sq.). En rentrant au Yémen, ils ont rapporté dans leur village le capital nécessaire à la construction d’une maison, ainsi que le savoir-faire d’ouvriers qualifiés du bâtiment.

3Beaucoup d’entre eux se sont établis, peu après leur retour, dans les grandes villes, à Sanaa surtout ; en effet, la capitale, largement ouverte aux influences occidentales depuis la fin de la guerre civile, offrait à ceux qui rentraient au pays de multiples possibilités d’activité dans le secteur du bâtiment. A peine arrivés, ils se construisaient, à Sanaa, leur propre maison comme le veut une ancienne tradition paysanne. Trois ans à peine après leur retour, plus de 30 % des patrons du bâtiment vivaient dans une maison leur appartenant, et 6 à 10 ans après, il en allait ainsi de plus de la moitié d’entre eux (G. Meyer, 1986, 282 ; cf. fig. 1).

Fig.1 : Ancienneté des entreprises du bâtiment et évolution des terrains autorisés à la construction (d’après G. Meyer 1986, 218)

  • 1 Plan de Sanaa tiré de C. Rathjens et H. von Wissmann, 1929, carte 6. La mê (...)

4Grâce à ces retours - la population de Sanaa est passée de 96 000 habitants en 1970 à 280 000 en 1981 - le secteur du bâtiment de la ville de Sanaa a connu, depuis 1970 environ, un essor prodigieux. Les terres des villages et des hameaux proches de la ville, qui, sur la carte de C. Rathjens et H. von Wissmann1 sont encore toutes désignées comme champs cultivés ou jardins irrigués, ont reculé, à quelques exceptions près, devant la récente poussée de la construction suburbaine. Tous les anciens puits d’irrigation et les fermes traditionnelles encore existants au milieu des constructions modernes de type occidental ont été désignés sur la carte TAVO comme « noyaux ruraux ».

5Il existe aujourd’hui encore, surtout au nord de la ville intra muros, un grand nombre d’ensembles de petits bâtiments agricoles, constitués de deux ou trois maisons d’habitation, de quelques communs, d’un grand puits maçonné et souvent d’une petite mosquée. Les puits sont presque tous asséchés car, ces dix dernières années, la nappe phréatique de la région de Sanaa a considérablement baissé. Un grand nombre de paysans ont été contraints de restreindre ou d’abandonner leur exploitation agricole : l’ancien terrain irrigué est encore utilisé pendant quelques années comme champ de culture pluviale avant d’être transformé en terrain à bâtir, passant d’une utilisation agricole à une utilisation urbaine.

6Le droit foncier et le marché immobilier sont régis au Yémen par d’anciennes traditions tribales paysannes : selon la règle, seul peut disposer de la terre et du sol, celui qui les met en valeur. Les petites exploitations prédominent dans les environs de Sanaa ; les parcelles peuvent donc être négociées librement par les paysans selon les lois du marché (H. Kopp, 1981, 135 ; E. Betzler, 1987). En raison de la forte demande en terrains à bâtir et des revenus élevés des émigrés - en 1981, environ 1,5 milliard de dollars ont été transférés au Yémen - les prix des terrains ont atteint à Sanaa le niveau de ceux des grandes villes européennes : au centre du quartier commerçant moderne, on exigeait, en 1981, jusqu’à 10 000 DM au mètre carré. Le loyer mensuel d’un petit magasin situé dans la principale rue commerçante peut s’élever jusqu’à 3 000 DM ; il en va de même pour une simple maison individuelle bien située.

7De tels tarifs immobiliers ont en grande partie contribué à faire reculer rapidement les exploitations agricoles qui existaient dans la banlieue de Sanaa. Dans la zone d’expansion urbaine récente, presque tous les champs et jardins irrigués qui ne sont pas encore construits restent en friche. Seuls les jardins irrigués appartenant aux mosquées en tant que waqf sont presque tous restés intacts ; la plupart des autres surfaces utilisables par l’agriculture sont devenues des terres en friches, transformées en terrains à bâtir. La partie ouest de notre carte TAVO donne une bonne idée de l’étendue et de la répartition spatiale de ces terrains à bâtir (champs, jardins potagers et jardins d’agrément abandonnés, friches, chantiers) ; la carte (fig. 2) montre elle aussi le rapport entre les surfaces utiles agricoles exploitées et celles qui ne le sont plus.

8L’activité quasi fiévreuse du bâtiment dans les quartiers qui se sont récemment développés à l’extérieur de Sanaa, a eu des retombées sur beaucoup d’autres secteurs économiques. Les secteurs de l’artisanat qui ont bénéficié d’une impulsion particulièrement forte sont les suivants : briqueteries, fabrication de matériaux de construction (la plupart en ciment) et de vitraux (en plâtre), menuisiers et serruriers (fabrication de portes et fenêtres en bois ou en métal), plombiers, électriciens et carreleurs. Pour répondre à une demande en croissance rapide, un grand nombre de petites et moyennes entreprises artisanales travaillant en grande partie avec des machines et des méthodes modernes (coulage du béton ; soudure, découpage et estampage du fer-blanc et de l’acier profilé ; pressage et façonnage des pierres, dalles, etc. ; fabrication de ferrures, citernes à eau, etc.) ont fait leur apparition ces dix dernières années. Ces secteurs de l’artisanat du bâtiment sont représentés sur notre carte TAVO par un ton particulier de bleu. Nombre de patrons d’entreprises ont d’abord été pendant plusieurs années travailleurs immigrés dans les états pétroliers du Golfe.

9Le commerce d’importation et le commerce de gros ont également profité de l’essor du bâtiment : importation et vente de machines, fer à béton, tuyaux de toutes sortes, ciment, matériel électrique et de plomberie, poutres et planches, céramique pour sanitaires. Enfin, beaucoup d’autres secteurs économiques ont également bénéficié d’une forte impulsion, dans la mesure où tout édifice construit doit aussi être équipé. De nombreux magasins de meubles et d’ameublement, d’appareils électriques et lampes, de vaisselle et ustensiles de ménage, et aussi de toutes sortes d’appareils électroménagers (réfrigérateurs, congélateurs, cuisinières et fours, machines à laver, climatiseurs, machines à coudre, radios et télévisions) sont apparus pour répondre aux besoins d’équipement des nouveaux intérieurs. Les deux légendes de la carte TAVO intitulées « commerce de détail varié et services destinés à une clientèle aisée » et « rue commerçante de type occidental » concernent essentiellement les secteurs qui viennent d’être cités.

Fig. 2 : Terrains en construction et terrains à bâtir à l’ouest de la vieille ville.

10Pour nous résumer, les zones de construction récente et les quartiers commerçants modernes de la ville de Sanaa illustrent de façon remarquable, dans le développement qu’ils ont connu depuis 1970 environ, la thèse selon laquelle le dynamisme du bâtiment a des retombées sur de nombreux autres secteurs économiques et peut ainsi constituer le moteur d’un essor économique général. G. Meyer (1986, 155) estime qu’environ 70 % des employés du secteur secondaire de la République arabe du Yémen sont liés au bâtiment. Au moins un tiers de l’ensemble des investissements du pays ont été faits, en 1981, dans la construction de maisons d’habitation et une part considérable des opérations commerciales ayant pour objet les articles nécessaires à la construction et à l’équipement des maisons profite également au secteur tertiaire. Bien que les Emirats Arabes Unis aient des structures économiques et sociales totalement différentes, le bâtiment a joué à Dubai, dans les deux dernières décennies, un rôle dynamisant tout à fait similaire (cf. E. Wirth, 1988).

11Contrairement aux nouveaux quartiers de Sanaa, il est très difficile, lorsqu’il s’agit de la vieille ville intra muros, de répondre à la question de la dynamique et des conditions socio-économiques qui ont présidé au développement et à l’aménagement de la cité. Lorsqu’à l’automne 1981 nous avons effectué nos relevés topographiques, H. Kopp et moi-même avons retrouvé pour l’essentiel la vieille ville dans l’état où elle nous était apparue lors de notre premier voyage commun en 1972. La République arabe du Yémen s’était ouverte à l’influence occidentale et aux développements modernes depuis trois ans à peine, en 1969 ; en 1972, Sanaa apparaissait encore complètement intacte, comme à son origine et, nous promenant dans les rues de la vieille ville, nous avions l’impression d’être revenus, non pas au moyen-âge certes, mais sans aucun doute à l’époque du voyage de Carl Rathjens et Hermann von Wissmann. Ces deux savants, auxquels nous devons le premier plan fiable et les premières vues aériennes de la ville, avaient eux aussi été enchantés et fascinés par la vieille ville de Sanaa. Ils y trouvèrent de nombreuses maisons-tours construites à grands frais, ornées de décorations somptueuses, signe d’aisance et même de richesse. On avait alors tendance à attribuer à ces édifices uniques au monde une tradition plusieurs fois centenaire et, surtout, à faire remonter la construction de nombreuses mosquées de Sanaa au moyen-âge, et même aux premiers temps de l’islam. Peut-on, aujourd’hui encore, défendre une telle datation ?

12Vers 1980, l’entretien des maisons d’habitation de la vieille ville et de leur décoration exigeait des sommes étonnamment élevées. Ainsi, un ouvrier qualifié prenait 1 000 riyals (= 500 DM) par jour en 1981 pour effectuer avec un apprenti la rénovation de l’enduit de chaux blanche des façades. Un tel tarif reflète certes déjà la tendance inflationniste provoquée par le récent « boom » du bâtiment, mais il ne fait aucun doute qu’avant la Première Guerre mondiale déjà, et entre les deux Guerres, il fallait engager des frais élevés pour payer une main-d’œuvre hautement qualifiée et dépenser beaucoup d’argent pour construire, décorer et entretenir les maisons-tours, imposantes et somptueuses, de Sanaa.

13Une question s’impose alors très vite : d’où l’économie urbaine a-t-elle pu tirer l’argent nécessaire ? Dans un Etat organisé selon le principe capitaliste exploiteur (« Rentenkapitalismus »), une classe supérieure « féodale » peut, par l’absorption de parts de bénéfices les plus nombreuses et les plus élevées possibles, concentrer dans la capitale tous les revenus des populations des alentours, en leur laissant juste le minimum vital. Ce modèle d’un capitalisme rentier urbain actif ne correspond pas du tout à la situation yéménite. Dès les premiers siècles de l’islam, on y trouve « a society and political structure radically different from those familiar in the vast conquered territories of islam outside Arabia. It was a society in which the countryside dominated the towns whereas elsewhere in Islam the town dominated the country » (W. Madelung 1984, 204).

14Dans les siècles passés, Sanaa n’a été capitale du Yémen que par intermittence - et là encore n’a-t-elle été que celle d’un pays de paysans libres et de tribus largement indépendantes. « Le territoire... de tribus largement autonomes voire autarciques s’étend jusqu’aux portes mêmes de la capitale » (E. Betzler, 1987, 44). Conformément aux mécanismes de l’équilibre social décrits par H. Kopp (1981), une concentration plus importante de la propriété foncière rurale entre les mains des citadins était pratiquement impossible. En conséquence, la levée de la zakāt (la dixième du revenu prévu par le droit islamique) ne pouvait rapporter que peu d’argent à Sanaa.

15De toute manière, cet impôt prévu par la religion n’a eu probablement qu’une portée très limitée ; en effet, l’agriculture, ainsi que l’exploitation et la transformation des minéraux effectués à quelque distance de Sanaa n’ont rapporté que de modestes revenus. On raconte souvent que les tribus refusent de payer l’impôt et qu’il arrive même qu’on ne le leur réclame pas. Cependant, les fermages perçus par l’aristocratie religieuse essentiellement établie à Sanaa et dont les propriétés étaient largement dispersées sur tout le territoire, étaient d’une certaine importance.

16Les autres sources de revenus de la ville étaient tout aussi peu abondantes : le Yémen se trouvait depuis des siècles déjà à l’écart des grands courants du commerce international, et les hautes terres n’avaient souvent que peu de relations avec les régions avoisinantes. Ainsi, ni le commerce international et l’exportation de biens ni l’expansion militaire, la levée de tributs ou le pillage ne pouvaient constituer une source significative de revenus pour la ville. Il arrivait au contraire très régulièrement que les tribus pillent Sanaa et contribuent ainsi à une répartition inhabituelle des ressources vers les campagnes.

17En conséquence, la faible quantité d’argent, qui dans les siècles passés venait alimenter l’économie de la ville, servait essentiellement à la construction et à l’entretien des mosquées ainsi qu’aux réparations du mur d’enceinte et du dispositif de fortifications. A observer les mosquées, on se rend bien compte que les moyens étaient modestes : comme l’ont montré les quelques rares études spécialisées sur Sanaa, elles ne sont qu’édifices aux dimensions modestes et à la décoration dépouillée, aussi loin que l’on puisse faire remonter leur datation dans le moyen-âge (B. Finster, 1978/79, 1982/86 ; R. Lewcock et al., 1983).

18La fin du xviie et le xviiie siècles font toutefois exception à cette règle. Entre 1716 et 1775 en particulier, sous le règne des trois imams zaydites Al-Mutawakkil al-Qāsim (1716-1727), Manṣūr al-Ḥusain (1727-1748) et Al-Mahdī li-Dīn Allāh al-‘Abbās (1748-1779), l’exportation de café rapportait beaucoup d’argent aux hauts-plateaux et des droits d’exportation élevés à la famille régnante (H. Becker, 1979, 11-18). Il est très clair que Sanaa en a également profité, surtout à partir du moment où, en 1716, elle est redevenue la capitale du Yémen et le siège du gouvernement de l’imam zaydite. Les grands samsara les plus anciens du souk de Sanaa (khans, bâtiments de commerce en gros) doivent remonter à cette époque de prospérité. C’est alors que de nombreuses mosquées ont été rénovées, agrandies et pourvues d’un minaret superbe ; de même, certaines belles demeures remontent, pour ce qui est de leurs fondations, au xviiie siècle.

19La plupart des quelques 5 000 maisons de la vieille ville de Sanaa n’ont toutefois pas beaucoup profité de cet afflux d’argent provenant de l’exportation du café. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le « boom » du café prit fin, et le xixe siècle connut, jusqu’à la conquête ottomane, des décennies de conflits, désordres intérieurs et problèmes économiques. Les visiteurs européens de Sanaa parlent d’innombrables maisons abandonnées (L. Stross, 1881, 119), d’édifices délabrés et d’une misère générale. L’afflux de moyens financiers vers la ville était visiblement largement tari ; l’entretien des mosquées et des autres édifices religieux lui-même n’était plus assuré. Des villes comme Nuremberg, Damas ou Alep ont, elles aussi, connu stagnation voire déclin après des siècles de prospérité. Leur bourgeoisie a cependant pu conserver au moins une certaine aisance et ainsi continuer à entretenir les édifices anciens. A Sanaa, en revanche, cela n’a jamais été possible.

20La conclusion de ce bref et schématique rappel historique est assez claire : les édifices de la vieille ville de Sanaa intra muros - reflets d’une assez grande aisance et de dépenses considérables - tels qu’ils sont clairement décrits par C. Rathjens et H. v. Wissmann, et tels que nous les avons encore trouvés lors de notre travail de cartographie de 1981, n’auraient pu être financés ni au moyen-âge ni à l’époque moderne en général. Bien que Sanaa paraisse à première vue encore aujourd’hui moyenâgeuse aux observateurs occidentaux, son architecture est certainement récente, ou du moins recomposée récemment ; si l’on fait abstraction de leur aspect ancien, la plupart des demeures à étages de la vieille ville n’ont pas plus de cent ans dans leur forme actuelle. De même, presque tous les palais de la famille des imams et la plupart des plus grandes constructions utilitaires du souk (samsara) datent tout au plus de la fin du xixe ou du début du xxe siècle.

21La plupart des plus grandes demeures de Sanaa sont construites différemment aux étages inférieurs, intermédiaires et supérieurs. Déjà, W.B. Harris (1893, 309) décrivait les maisons de Sanaa de la manière suivante : « Many of the larger houses are built of stone and brick and cement, the lower two storeys perhaps being of well-squared stone of various colours, arranged so as to form designs, the upper portion being of brick covered with a hard cement that takes a fine polished surface ». Tout examen un peu plus approfondi nous montre que la maçonnerie du rez-de-chaussée de nombreuses maisons est construite non seulement dans un autre matériau et selon la technique qui lui correspond, mais aussi dans un style et un type de décoration différents de ceux des étages supérieurs ; il est clair que ceux-ci ont été fréquemment rénovés ou transformés dans la première moitié du xxe siècle. La plupart des beaux palais de la ville, hauts de plus de quatre étages, comportant de nombreuses pièces, aux façades particulièrement décorées, ont été, eux aussi, construits au xxe siècle seulement. Ceci est valable également pour le « complexe commercial » central du souk.

22Nous connaissons très peu de choses des demeures de Sanaa au moyen-âge et à l’époque moderne. On peut supposer qu’elles étaient du même type que celles du Caire. Au Caire quatre particularités distinguent ce « type original » de la maison à cour intérieure, habituelle dans le reste du monde arabe :

  1. La fonction d’habitation ne commence qu’au premier étage ; le rez-de-chaussée sert de réserve, d’étable, de débarras, etc.
  2. Seul l’étage inférieur est en pierre, les étages supérieurs sont en briques.
  3. Les pièces d’habitation de la maison s’ouvrent sur l’extérieur par des fenêtres.
  4. Les appartements sont répartis à chaque étage et s’ouvrent sur un palier (N. Hanna, 1988).

23Les récits des auteurs antiques et les tombes d’al-Fusṭāṭ montrent que les demeures du Caire, tout comme celles du Yémen à la même époque, étaient déjà des maisons hautes. Aussi le Sanaa médiéval devait-il ressembler à ce que sont encore aujourd’hui les petites villes yéménites : les maisons, qui comportaient déjà plusieurs étages, étaient solidement maçonnées, mais ne présentaient que peu de décorations dans les étages supérieurs. Le souk était composé de rangées de boutiques disparates bordant les ruelles centrales, et les modestes stocks du commerce de gros et de détail étaient entreposés au rez-de-chaussée des maisons proches du souk.

24Ce n’est qu’avec la deuxième occupation ottomane, en 1872, qu’apparaît clairement le tournant décisif pour ce qui est de la rénovation et la décoration des édifices de la ville. L’historiographie occidentale tend généralement à considérer les dernières décennies de l’Empire ottoman exclusivement comme une époque de décadence et d’affaiblissement militaire, politique et économique. Parmi tant d’exemples qui s’opposent à cette vision des choses, la ville de Sanaa a précisément connu à cette époque une forte expansion. En effet, avec l’intégration dans le système administratif et économique ottoman et les efforts tendant à organiser l’économie et la société selon le modèle occidental, des sommes d’argent considérables se mirent à affluer vers la ville ; il en découla une forte dynamique de développement et d’organisation de la ville. Grâce aux ressources financières provenant de toutes les autres provinces de l’Empire ottoman, on se mit alors à construire à Sanaa de nouvelles mosquées, à rénover et agrandir les anciennes ; on reconstruisit et modernisa le mur d’enceinte, les portes de la ville et la citadelle ; l’infrastructure urbaine s’enrichit d’écoles, de casernes, d’un hôpital militaire, d’un bureau de poste et de télégraphe, etc.

25Plus de trois mille fonctionnaires et officiers ottomans vivent désormais à Sanaa. L’argent nécessaire à leur entretien et à leurs salaires provient aussi bien des impôts prélevés sur les régions agricoles du Yémen que des autres provinces ottomanes. Comme la plus grande partie de cet argent est dépensée à Sanaa, le pouvoir d’achat et la demande augmentent de manière significative dans la ville, donnant une forte impulsion supplémentaire au commerce intérieur et extérieur, au marché immobilier et à la construction. Ainsi le revenu des fonctionnaires et soldats vivant à Sanaa provoque un accroissement des revenus de la population indigène de la ville. Le salaire des fonctionnaires, soldats et officiers ne constitue cependant pas le seul apport extérieur d’argent dont bénéficie la ville ; en effet, l’Empire ottoman doit envoyer des fonds à Sanaa afin de pourvoir au logement et à l’entretien des troupes d’occupation, de payer le transport de l’équipement et du matériel, de financer les projets de construction, etc.

26Après leur intégration dans le vaste espace économique de l’Empire ottoman, le Yémen et sa capitale ont également profité de ce que les ports de la péninsule Arabique situés sur la mer Rouge se trouvaient, depuis l’apparition de la navigation à vapeur et l’ouverture du canal de Suez en 1869, sur les voies de passage du commerce et du trafic internationaux. Toutes sortes de marchandises importées pouvaient être déchargées à moindre frais dans le port d’Hodeida pour être ensuite acheminées à Sanaa. A Hodeida principalement, mais aussi à Sanaa, s’établirent alors des grands commerçants et des importateurs de niveau international et aux capitaux abondants, la plupart d’origine anglo-indienne.

27C’est à ce moment-là seulement que le souk de Sanaa prend ses dimensions actuelles ; les belles rangées de boutiques solidement maçonnées du souk central sont édifiées, des samsara à plusieurs étages sont construits ou agrandis et réorganisés pour servir de lieux de transbordement et de stockage du commerce de gros. Le souk n’était jusque-là qu’un modeste marché d’échange de marchandises entre la population de la ville et celle des campagnes environnantes - peut-être semblable à celui de Saada en 1973/1974, tel que l’a décrit E. Niewhner-Eberhard (1976, 1985). Grâce au pouvoir d’achat et à la demande des Turcs vivant à Sanaa, il participe désormais à des vastes réseaux économiques de l’Empire ottoman et, par ses importations, de l’économie mondiale de l’époque. La circulation de l’argent s’accélère et provoque, en retour, un accroissement des transactions commerciales. Il apparaît que l’Empire ottoman a probablement apporté au Yémen entre 1872 et la Première Guerre mondiale plus d’argent qu’il ne pouvait en retirer sur place des impôts et autres taxes. Ce déséquilibre de la balance des paiements profita surtout à la ville de Sanaa.

28En résumé, on se rend compte que les résultats d’une première étude, encore provisoire bien entendu, des constructions de la ville intra muros se trouvent corroborés et renforcés par une étude simultanée des sources historiques : l’architecture coûteuse et magnifique de la plupart des édifices non-religieux de Sanaa n’a fait son apparition qu’à la fin du siècle dernier ; en effet, les propriétaires de ces maisons ont disposé des ressources financières nécessaires à la rénovation et à la décoration des façades seulement à partir de la deuxième occupation de Sanaa par les Ottomans, en 1872. Ce point sera exposé en détail dans le prochain chapitre.

Notes

1 Plan de Sanaa tiré de C. Rathjens et H. von Wissmann, 1929, carte 6. La même carte a été à nouveau publiée - avec d’insignifiantes modifications dans la graphie des légendes - in C. Rathjens et H. von Wissmann, 1934. Elle est reproduite (carte 1) et est citée dans notre texte sous la forme abrégée de « carte Rathjens-Wissmann ».

Table des illustrations

Légende Fig.1 : Ancienneté des entreprises du bâtiment et évolution des terrains autorisés à la construction (d’après G. Meyer 1986, 218)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3383/img-1.jpg
Fichier image/, 234k
Légende Fig. 2 : Terrains en construction et terrains à bâtir à l’ouest de la vieille ville.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3383/img-2.jpg
Fichier image/, 1,1M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter