Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

Éric Gobe
Livres de l’IREMAM

Présentation

À travers la construction de l’objet sociologique « ingénieur », cet ouvrage vise à apporter un éclairage sur la manière dont se sont recomposés les enjeux politiques, économiques et sociaux dans le contexte de libéralisation économique du Maghreb des années 1990-2000. Prenant pour point de départ la naissance du corps moderne des ingénieurs pendant la période coloniale, il s’est agi d’analyser comment, après l’indépendance des États du Maghreb, les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert.
Ce processus, inscrit dans le cadre d’une dualisation du système de formation, est apparu lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé et d’ouverture à l’économie mondiale.

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540