Version classiqueVersion mobile

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

Planches

Texte intégral

Fig. 1. - Palais al-Razzāz. Rue Bāb al-Wazīr, haute façade en avant-corps (briques et pierres de taille), près de la Mosquée Sulṭān Ša‛bān (xive s.).

Fig. 2. - Palais al-Razzāz. (Cour Nord-Est) Balcon à moucharabieh d’une qā’a du harem - sur consoles de pierre.

Fig. 3. - Palais al-Razzāz. (Cour Nord-Est) A l’opposé de l’entrée subsistent les arcades brisées des anciennes écuries, au-dessous du logement des hôtes.

Fig. 4. - Palais al-Razzāz. (Logement des hôtes) Aspect intérieur d’un balcon à moucharabieh.

Fig. 5. - Palais al-Razzāz. Rue Souq al-Silāḥ, ancien portail (disparu) à arc godronné et balcon sur fortes consoles de pierre.

Fig. 6. - Palais al-Razzāz. (Cour Sud-Ouest) maq’ad à trois arcs brisés flanqué d’un portail à arc surbaissé (xviie s.).

Fig. 7. - Palais al-Razzāz. Intérieur de la mandara (ou qā‛a) du rez-de-chaussée, partagée entre dūrqā‛a centrale et deux īwān.

Fig. 8. - Palais al-Razzāz. Détail du plafond de la mandara à solives arrondies, avec grille d’aération du malqaf.

Fig. 9. - Palais de Riḍwān bey. Dans l’axe Nord-Sud de la cité, la rue al-H̲ayamiyya possède encore, à l’entrée du palais, son ancienne qāṣaba couverte.

Fig. 10. - Palais de Riḍwān bey. Vue des terrasses sur l’ancienne cour d’entrée.

Fig. 11. - Palais de Riḍwān bey. Maq‛ad à trois arcs brisés outrepassés entre communs (rez-de-chaussée) et salle des hôtes (étage).

Fig. 12. - Palais de Riḍwān bey. Vue intérieure du maq‛ad richement orné de marbre sous plafond de bois peint.

Fig. 13. – Palais de Riḍwān bey. (Maq‘ad) Détail de colonne torse et chapiteau de remploi sous imposte à stalactites.

Fig. 14. - Palais de Riḍwān bey. (Maq‛ad) Détail des parements de marbre polychrome.

Fig. 15. - Palais de Riḍwān bey. (Maq‛ad) Ensemble d’éléments décoratifs diversifiés en mosaïques de marbre.

Fig. 16. - Palais de Riḍwān bey. (Qā‛a) Plafond à solives apparentes orné de motifs baroques - tardifs.

Fig. 17. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. Rue Ḥūš Qadām.

Fig. 18. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī : le maq‛ad, sur cour.

Fig. 19. – Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī : le maq‘ad et son portail.

Fig. 20. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Maq‛ad) Détail de chapiteau de remploi sous imposte à stalactites.

Fig. 21. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Maq‛ad) Détail de plafond avec défoncement opposé aux deux arcs de la loggia.

Fig. 22. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Qā‛a) La dūrqā‛a à ornementation circulaire précède le petit īwān que surmonte une loge à moucharabieh (aġānī).

Fig. 23. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Qā‛a) Panneau de marbre rehaussé de mosaïques polychromes.

Fig. 24. – Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Qā‘a) Parements de marbre encadrant une banquette latérale de la dūrqā‘a.

Fig. 25. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Dahābī. (Qā‛a) Plafond du petit īwān (Nord) à solives apparentes et entre-deux compartimentés qu’entoure une frise à stalactites dorées et peintes.

Fig. 26. - Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahābī. (Qā‛a) Plafond du grand (Sud) percé d’une double ouverture d’aération sous malqaf.

Fig. 27. - Bayt Šabšīrī. Porte d’entrée à arc brisé (actuellement en contrebas) décorée de motifs géométriques sculptés.

Fig. 28. Bayt Šabšīrī. Cour intérieure (côté Est) : couloir d’entrée voûté et taẖtabuš surmontés de deux étages.

Fig. 29. - Bayt Šabšīrī. Cour (côté Ouest) : porche des communs au-dessous des chambres à balcons superposés.

Fig. 30. - Bayt Šabšīrī. Cour (côté Sud) : en haut, loggia du maq‘ad à deux arcs rehaussée d’un encadrement sculpté ; en bas, maẖzan (arc persan) et escalier d’accès au maq‘ad.

Fig. 31. - Bayt Šabšīrī. (Maq‘ad) Base des arcs outrepassés ornée de stalactites et de moulures à boucles arrondies.

Fig. 32. - Bayt Šabšīrī. (Cour) Porte d’accès au harem (côté Nord), surmontée d’une imposte encadrée de chaînes moulurées.

Fig. 33. - Bayt Šabšīrī. Chambre du harem (côté Ouest).

Fig. 34. - Bayt Šabšīrī. Qā‘a du 2e étage (côté Est). Contrairement à la qā‘a inférieure, celle-ci s’éclaire entièrement sur la cour.

Fig. 35. - Bayt Šabšīrī. (Qā‘a du 2e étage) Détail de placard et de panneau de marbre (entre dūrqā‘a et grand īwān).

Fig. 36. - Bayt Šabšīrī. (Cour - angle Sud-Est du 2e étage) Façade extérieure de la salle haute avec contrevents coulissants -au-dessus du maq‛ad.

Fig. 37. - Manzil Kirīdliyya. (Façade extérieure Sud) État actuel des deux bâtiments après restauration (affectés à un musée d’art islamique).

Fig. 38. – Manzil Kirīdliyya. A l’ombre des encorbellements, ruelle de la Mosquée Ibn Ṭūlūn.

Fig. 39 - Manzil Kirīdliyya. Grille du sabīl d’angle près de l’une des entrées.

Fig. 40. - Manzil Kirīdliyya. Porte d’entrée principale à arc brisé et encadrement mouluré.

Fig. 41. - Manzil Kirīdliyya. (1re cour intérieure) Au-dessus du porche d’entrée et d’un maẖzan, maq‘ad à deux arcs brisés flanqué d’un portail à arc trilobé.

Fig. 42. - Manzil Kirīdliyya. (Maq‘ad) Aspect intérieur de la loggia surplombant la cour.

Fig. 43. - Manzil Kirīdliyya. (Maq‘ad) Angle du plafond à solives apparentes surmontant frise épigraphique et double alcôve de fond.

Fig. 44. - Manzil Kirīdliyya. (Cour, côté Est) Dans la façade en pierre de taille apparaît le porche élevé de la 2e entrée Le second étage a disparu.

Fig. 45. - Manzil Kirīdliyya. (Cour, angle Sud-Est) A droite, portail du harem ; à gauche, corniche en stalactites correspondant à une qā‘a.

Fig. 46. – Manzil Āmna bint Sālim. (Ruelle Ibn Ṭūlūn) Portail d’entrée à linteau droit flanqué de deux banquettes.

Fig. 47. - Manzil Āmna bint Sālim. (2e cour) Maq‘ad à un seul arc surmontant l’entrée.

Fig. 48. - Manzil Āmna bint Sālim. Voisine du maq‘ad, une grande qā‘a forme salle d’apparat avec fontaine centrale en mosaïques de marbre et tribunes à moucharabieh.

Fig. 49. - Manzil Sitt Wasīla. (Entrée) La surélévation du sol extérieur dissimule la base de la porte ; la disparition du mur supérieur découvre les moucharabiehs intérieurs.

Fig. 50. – Manzil Sitt Wasīla. (Cour, côtés Est et Sud) Au rez-de-chaussée, couloir d’entrée et communs ; à l’étage, moucharabieh éclairant une salle annexée au maq‘ad.

Fig. 51. - Manzil Sitt Wasīla. (Cour, côté Ouest) Portail d’accès à la mandara, entrée escalier du maq‘ad et puits.

Fig. 52. - Manzil Sitt Wasīla. (Maq‘ad) De la loggia on découvre les hautes grilles latérales et symétriques des salles de réception et de séjour.

Fig. 53. - Manzil Sitt Wasīla. (Maq‘ad) Vue sur la cour et la grille élevée du harem (côté Ouest).

Fig. 54. - Manzil Sitt Wasīla. (Qā‘a du 2e étage) Détail des plafonds de l’un des īwān, près de la dūrqā‘a.

Fig. 55. - Manzil Sitt Wasīla. Ruines de l’ancienne mandara - sans fenêtres.

Fig. 56. - Manzil Ḥarāwī. (Façade extérieure Nord-Est - modifiée) Arcades en pierre de taille des anciennes écuries (iṣṭabl).

Fig. 57. - Manzil Ḥarāwī. Porte Sud à arc surbaissé, ḥārat al-madrasa.

Fig. 58. - Manzil Ḥarāwī. (Façade Nord-Est sur cour) Grandes baies de la qā‘a supérieure du harem fermées par des grilles fixes et des contrevents mobiles.

Fig. 59. - Manzil Ḥarāwī. (Rez-de-chaussée) Plafond décoré de l’ancien taẖtabuš (présumé).

Fig. 60. - Manzil Ḥarāwī. (Rez-de-chaussée) Vue intérieure de la mandara : durqā‘a sous lanterneau entre deux īwān.

Fig. 61. - Manzil Ḥarāwī. (Mandara) Fasqīya quadrilobée en marbre de couleur au milieu de la dūrqā‘a.

Fig. 62. - Manzil Ḥarāwī. (Mandara) Ouvertures tardives à l’Ouest, sur la dūrqā‘a couverte d’un lanterneau.

Fig. 63. - Manzil Ḥarāwī. (Étage). Vue sur dūrqā‘a et īwān de la qā‘a supérieure.

Fig. 64. - Manzil Ḥarāwī. (Qā‘a) Les deux grandes grilles superposées de la mašrabiyya s’ornent de versets coraniques et de figures symboliques.

Fig. 65. - Manzil Ḥarāwī. (Qā‘a) Éclairage de la salle.

Fig. 66. - Manzil Ḥarāwī. Cour des communs : en bas, porte d’accès depuis la cour principale ; en haut, escalier aérien conduisant aux parties hautes du manzil.

Fig. 67. - Manzil Suhaymī. Façade tournée au Sud avec porte d’entrée.

Fig. 68. - Manzil Suhaymī. Détail des consoles de pierre à deux têtes arrondies sous encorbellement.

Fig. 69. - Manzil Suhaymī. (Cour et jardin) Au fond de la 1re cour, un vaste taẖtabuš supporte la grande qā‘a.

Fig. 70. Manzil Suhaymī. (Cour et jardin) Grille du taẖtabus séparant les deux cours.

Fig. 71. - Manzil Suhaymī. (Cour et jardin) Portes jumelées sous arc surbaissé - communs et latrines ; porte à linteau droit -accès à l’étage (côté Ouest).

Fig. 72. - Manzil Suhaymī. (Rez-de-chaussée) Intérieur de la 2e petite mandara.

Fig. 73. - Manzil Suhaymī. (2e petite mandara) Ṣuffa de marbre entourée de boiseries murales - porte et dūlāb.

Fig. 74. - Manzil Suhaymī. (2e petite mandara) Plafond du grand īwān à solives apparentes et à baguettes.

Fig. 75. - Manzil Suhaymī. (Grande mandara) Aspect intérieur avec couverture tardive de baies à moucharabieh (côté Est).

Fig. 76. - Manzil Suhaymī. (Grande mandara) Plafond à solives apparentes et grilles de malqaf.

Fig. 77. - Manzil Suhaymī. (3e petite mandara) Grande mašrabiyya d'angle formée de trois rangées de grilles compartimentées surmontées de vitraux.

Fig. 78. – Manzil Suhaymī. (3e petite mandara) aspect extérieur de la grange mašrabiyya prolongé par celle de l’étage (qā‘a).

Fig. 79. – Manzil Suhaymī. Maq‘ad à double arcade et sol à deux niveaux.

Fig. 80. - Manzil Suhaymī. (Maq‛ad) Détail du plafond avec frise épigraphique rappelant la construction du lieu en 1648 par le Cheikh al-Ṭablāwī.

Fig. 81. - Manzil Suhaymī. Pièce annexe du maq‘ad s’éclairant sur le Darb al-Aṣfar.

Fig. 82. - Manzil Suhaymī. (Étage) Petite qā‘a ouvrant à ses deux extrémités, sur cour intérieure et Darb al-Aṣfar.

Fig. 83. – Manzil Suhaymī. (Étage) Au-dessus du taẖtabuš, la grande qā‘a du harem s’élargit et s’ouvre davantage sur l’extérieur, tout en abaissant son plafond (xviiie s.)

Fig. 84. - Manzil Suhaymī. (Grande qā‘a) Dūlāb à deux corps et étagères garnies de céramiques d’Extrême-Orient.

Fig. 85. - Manzil Suhaymī. (Grande qā‘a) Plafond de type traditionnel transformé par l’adoption d’un décor baroque.

Fig. 86. - Manzil Suhaymī. (Étage) Mazyara, armoire à clairevoie renfermant des jarres d'eau.

Fig. 87. - Manzil Suhaymī. (Étage) Ḥammām, pièce de repos meublée d’une large estrade couverte de nattes et tapis, au-dessous d’une voûte aplatie.

Fig. 88. - Manzil Suhaymī. (Jardin) Noria à traction animale munie de roues dentées pour l’irrigation du jardin.

Fig. 89. - Palais de Musāfirẖāna. Portail d’entrée à deux arcs surbaissés, sous encorbellement, Darb al-Masmaṭ (côté Nord).

Fig. 90. - Palais de Musāfirẖānā. (Hall d’honneur) Une porte à linteau droit, encadrée de marbre sculpté de motifs turquisants, marque l’entrée de la grande mandara.

Fig. 91. - Palais de Musāfirẖānā. Intérieur de la grande mandara à trois īwān éclairés de tous côtés par de larges baies à moucharabieh.

Fig. 92. - Palais de Musāfirẖānā. Vues extérieures de la grande qā‘a supportée par le taẖtabuš.

Fig. 93. - Palais de Musāfirẖānā. Portique d’angle et taẖtabuš à fortes colonnes de marbre (Angle Sud-Ouest de la cour).

Fig. 94. - Palais de Musāfirẖānā. (Cour et jardin) Porte inférieure de l’escalier du harem (côté Ouest).

Fig. 95. - Palais de Musāfirẖānā. (Étage) Grande qā‘a du harem couverte d'un plafond à caisson et lanternon (côté Sud).

Fig. 96. - Palais de Musāfirẖānā. (Grande qā‘a) Porte d’accès sur la cour intérieure (côté Nord).

Fig. 97. - Palais de Musāfirẖānā. (Grande qā‘a) mašrabiyya donnant sur cour et jardin.

Fig. 98. - Palais de Musāfirẖānā. (Grande qā‘a) Ensemble en marbre de couleur - ṣuffa et panneaux muraux.

Fig. 99. - Palais de Musāfirẖānā. (Étage) Plafond plat compartimenté à décor composite - qā‘a secondaire.

Fig. 100. - Palais de Musāfirẖānā. (Antichambre de la grande qā‘a) Malqaf d’aération sur terrasse - derrière la mašrabiyya d’une chambre (côté Ouest).

Fig. 101. - Palais de Musāfirẖānā. (Terrasse) Coupolette d’éclairage et d’aération des latrines inférieures.

Fig. 102. - Bayt al Mūllā. (Cour intérieure) Façade du maq‛ad à trois arcs brisés outrepassés flanqué de son portail à arc trilobé auprès de pièces annexes.

Fig. 103. - Bayt al-Mūllā. En haut, maq‛ad et portail surmontant communs et porche ; en bas, état actuel du bâtiment entouré de chantiers de construction.

Fig. 104. - Bayt al-Mūllā. (Maq‘ad) Plafond à solives apparentes et entre-deux compartimentés, dont la frise porte la date 1065 H (1654).

Fig. 105. - Bayt al-Mūllā. (Rez-de-chaussée) Ruines de la dūrqā‘a de l’ancienne mandara construite en briques.

Fig. 106. - Manzil Efendi Labīb. Sur une hauteur voisine de la Citadelle, apparaît la façade Sud-Est de l’ancienne demeure. En contrebas, coupoles et minarets des mosquées Maḥmūdīya et Sulṭān Ḥasān.

Fig. 107. - Manzil Efendi Labīb. Porte d’entrée à arc surbaissé, Darb al-Labbāna.

Fig. 108. - Manzil Efendi Labīb. (1re cour intérieure) Porte de chambre inférieure et portail surélevé du maq‘ad (coté Sud-Ouest).

Fig. 109. - Manzil Efendi Labīb. (En haut, 1re cour) Façade du maq‛ad à deux arcs (avec balcon tardif) au-dessous du 2e étage ; (en bas, 2e cour) portique (ou taẖtabuš) abritant l’entrée de la mandara.

Fig. 110. - Manzil Efendi Labīb. Porte surhaussée de la mandara dans un encadrement de pierre sculptée (côté Sud-Ouest).

Fig. 111. - Manzil Efendi Labīb. Porte d’escalier du harem surmontée d’un décor géométrique (côté Nord-Est).

Fig. 112. - Manzil ‘Alī Katẖudā. Façade extérieure (Sud-Ouest) à proximité de l’ancien Halīğ (actuellement, rue Port-Saïd).

Fig. 113. - Manzil ‘Alī Katẖudā. Porte d’entrée primitive à arc surbaissé, richement ornée- actuellement enterrée.

Fig. 114. - Manzil ‘Alī Katẖudā. (Cour intérieure) Vue du taẖtabuš sur l’entrée de la grande mandara.

Fig. 115. - Manzil ‘Alī Katẖudā. Porte de la mandara - partiellement obstruée parles remontées du sol et de l’eau - largement décorée d’une ornementation symétrique, géométrique et florale.

Fig. 116. - Manzil ‘Alī Katẖudā. A droite, hautes grilles en bois de la mandara ; au fond, le taẖtabuš communiquant avec la 2e cour.

Fig. 117. Manzil ’Alī Katẖudā. (2e cour) Double arcade du maq‘ad sous l’encorbellement à consoles de pierre de l’étage.

Fig. 118. - Manzil ‘Alī Katẖudā. (Étage) Mašrabiyya d’une salle de harem (côté cour).

Fig. 119. – Manzil ‘Alī Katẖudā. (Étage) Mašrabiyya du harem (côté intérieur).

Fig. 120. - Manzil ‘Alī Katẖudā. (Étage) Mašrabiyya surhaussée, divisée en quatre arcs à colonnettes avec petites ouvertures mobiles (en bas).

Fig. 121. - Manzil ‘Alī Katẖudā. (Étage) Grande qā‘a éclairée par une haute Mašrabiyya (motifs coptes) et ornée de peintures murales (côté Ouest).

Fig. 122. - Manzil ‘Ali Katẖudā. (2e étage) Chambre entourée de boiseries sous peintures murales et plafond plat à décor baroque (côté Ouest).

Fig. 123. - Manzil al-Sadāt. Voûte nervée du portail d’entrée, Ḥārat-al-Sadāt.

Fig. 124. - Manzil al-Sadāt. En bas, porche d’accès à la cour intérieure - à droite, porte de type baroque de la mandara. En haut, mašrabiyya d’angle (qā‘a) surplombant l’entrée.

Fig. 125. - Manzil al-Sadāt. (Mandara) Le principal ornement du petit ïwān (côté Ouest) est un salsabīl dont les stalactites de bois doré se répètent en frise sous le plafond à rosaces entrelacées. Les murs sont entièrement tapissés de faïence turque.

Fig. 126. - Manzil al-Sadāt. (Mandara) Extrémité du grand īwān (côté Est) munie des grilles hautes de son ancien malqaf.

Fig. 127. - Manzil al-Sadāt. (Mandara) Détail du plafond précédent.

Fig. 128. - Manzil al-Sadāt. (Mandara) 2e grille d’aération dans un défoncement du grand īwān (Sud-Est).

Fig. 129. - Manzil al-Sadāt. (Étage) Dans la qā‘a du harem, les boiseries ouvragées sont particulièrement importantes, entre placards, Mašrabiyya et plafond.

Fig. 130. - Manzil al-Sadāt. (Étage) Au-dessus de la qā‘a un plafond à coupole de bois et à caissons s’orne d’éléments géométriques à baguettes.

Fig. 131. - Manzil al-Sinnārī. Porte d'entrée - actuellement en contrebas - à deux arcs surbaissés, Passage Monge.

Fig. 132. - Manzil al-Sinnārī. Cour intérieure, avec vasque, sur laquelle donnent taẖtabuš et maq‘ad superposés.

Fig. 133. - Manzil al-Sinnārī. Vue du malqaf de la grande qā‘a par l’un des arcs cintrés et festonnés du maq‛ad.

Fig. 134. - Manzil al-Sinnārī. Détail du malqaf de la qā‘a garni de fenêtres tardives.

Fig. 135. - Bayt al-Maḥrūqī. Façade principale à deux arcs surbaissés et cintrés, enrichie de sculptures.

Fig. 136. - Bayt al-Maḥrūqī. Détail décoratif de l'entrée : arc à stalactites et médaillon arrondi entourés d'une moulure à boucles.

Fig. 137. - Bayt Dabbusiyya (Būlāq). Ancienne porte d’entrée à arc brisé - sous encorbellement - rehaussée de sculptures.

Fig. 138. - Scènes traditionnelles de travaux féminins dans les anciennes cuisines (maṭbaẖ).

Fig. 139. - Brique. En haut, transport de paille hachée par bateau sur le Nil. En bas, après malaxage dans bassins de décantation, fabrication familiale de briques traditionnelles - argile locale et paille hachée - avec moule en bois (qaleb).

Fig. 140. - Brique. Four rustique (en haut) formé de briques, en cours de cuisson ; ouvertures inférieures (en bas) pour le tirage du four.

Fig. 141. - Brique. Arc de décharge et mur en briques cuites consolidés par des longrines en bois.

Fig. 142. - Pierre calcaire. En haut, carrière du Moqattam exploitée « en gradins ». En bas, transport, entre carrière et ville, de pierres dégrossies - à dos de chameau et par charrettes.

Fig. 143. - Pierre calcaire. Outillage de carriers, en haut : fās et šaqūf ; en bas, fās et dabbūra.

Fig. 144. - Pierre calcaire. Division de blocs de pierre à l’aide de coins en fer (āsfīn) - autrefois en bois (qaṯṯā‘) - et d’un marteau (miṯraqa).

Fig. 145. - Pierre calcaire. Débitage de blocs de pierre à la scie - tenue horizontalement par l’un des scieurs, assis, et l’autre debout - Ici préparation de dalles carrées.

Fig. 146. - Taille de la pierre. Le tailleur de pierre (naḥḥāt) utilise d’abord la pointe de la dabbūra pour enlever les principales aspérités.

Fig. 147. - Taille de la pierre. La surface visible de la pierre est ensuite égalisée avec la šaḥūṭa dentée à petits coups répétés.

Fig. 148. - Taille de la pierre. En haut, rustiques dentées - àgraind’orge -(šaḥūṭa et qadūm), maillet (miṭraqa), ciseaux (azmīl), équerre en fer (zawiya) ; en bas, šaḥūṭa à manche court en bois dur.

Fig. 149. - Pierre de taille. Mur en pierre de taille de moyen appareil - assises et boutisses.

Fig. 150. - Pierre de taille. Escalier aérien à degrés encastrés, fixé au mur d’un seul côté.

Fig. 151. - Pierre de taille. Rangée de consoles à deux têtes arrondies.

Fig. 152. - Pierre de taille. Exemples de pénétration et fixation murales des consoles de pierre souvent superposées.

Fig. 153. - Pierre de taille. En haut, double console à trois têtes arrondies ; en bas, doubles consoles à deux têtes arrondies, une 3e console en bois pouvant augmenter la portée du support - dans un coffrage.

Fig. 154. - Pierre sculptée. Porte d’entrée (Sitt Wasīla) : arc brisé et claveaux à crochets rehaussés d’une moulure en chaîne et boucles hexagonales.

Fig. 155. - Pierre sculptée. Porte d’entrée : en haut, arc surbaissé orné de stalactites et moulures en chaîne (Manzil Muṣṭafā Ğa‘far) ; en bas, bandeaux d’encadrement sculptés (Palais Musāfirẖānā).

Fig. 156. - Pierre sculptée. (Maq‘ad de Ğamāl al-Dīn). Portail de pierre à assemblage curviligne rehaussé de sculptures ornementales.

Fig. 157. - Pierre sculptée. (Maq‘ad ‘Alī Katẖudā) Doubles consoles de pierre « en éventail » complétées par deux consoles de bois.

Fig. 158. - Pierre sculptée. Bases d'escalier (Musafirẖānā) à arc trilobé avec niche pour lampe à huile. En haut, médaillons sculptés ; en bas, demi-disques bicolores.

Fig. 159. - Pierre sculptée. Latrines (Musāfirẖānā) - En haut, vue externe d’une double coupolette d’aération sur terrasses ; en bas, vue interne.

Fig. 160. - Pierre sculptée. (Maq‘ad Šabšīrī) Chapiteau en forme de balustre sous imposte à stalactites.

Fig. 161. - Pierre sculptée. (Rue) Angle mural sculptée.

Fig. 162. - Marbre décoré. Ṣuffa devant dūrqā‘a. En haut (Musāfirẖānā), 5 arcs polylobés sur fond de marbre de couleur ; en bas (Suhaymī), 6 arcs trilobés sur fond de faïence turque et tunisoise.

Fig. 163. - Marbre décoré. (Mandara Suhaymī) Fasqīya en marbre clair ajouré, muni de jets d’eau.

Fig. 164. - Marbre décoré. (Qā‘a Šabšīrī) Panneau mural - près de ṣuffa, panneau mural bichrome à simple décor linéaire.

Fig. 165. - Marbre décoré. (Qā‘a Ğamāl al-Dīn) Alternance de panneaux clairs et sombres, unis et richement ornés (rosaces entrelacées).

Fig. 166. - Marbre décoré. Médaillon sculpté de motifs floraux turquisants- pivoines et palmettes.

Fig. 167. - Plâtre sculpté. En haut, stucateur (ḥaffār al-ğibs) creusant un claustrum dans une plaque de plātre encadrée de bois. En bas, outillage de l’artisan : poinçons, petites scies, goujes, grattoir.

Fig. 168. - Plâtre sculpté. (Qā‘a Sitt Wasīla) Médaillon mural orné de motifs géométriques et floraux en champlevé.

Fig. 169. - Bois plat. (Qā‘a Sitt Wasīla) Grille à barreaux plats (manğūr) assemblés obliquement avec découpage étoilé.

Fig. 170. - Bois tourné. Grille simple à barreaux arrondis entrecroisés.

Fig. 171. - Bois tourné. (Chambre haute - Ḥarāwī). Petite Mašrabiyya : manğūr et moucharabieh séparés par contrevents de bois plein.

Fig. 172. - Bois tourné. Petite Mašrabiyya à pans coupés percée de 5 trous pour gargoulettes (à rafraîchir). Grille à réseau serré.

Fig. 173. - Bois tourné. Grille formée d’éléments divers - ronds, cylindriques, tronconiques - à assemblage quadrillé, octogonal, losangé et triangulaire.

Fig. 174. - Bois tourné. Tour traditionnel (maẖarṭa) avec usage des deux mains et du pied gauche.

Fig. 175. - Bois tourné. Opérations initiales du tournage : transformation d’un élément de bois carré en élément arrondi, à l’aide d’une gouje et d’un archet.

Fig. 176. - Bois tourné. Outillage du tourneur : limes, goujes, petite scie.

Fig. 177. - Bois assemblé. (Qā‘a Suhaymī) Emploi fréquent d’éléments carrés et rectangulaires combinés en svastika dans les portes de dūlāb.

Fig. 178. - Plafonds peints. Plafond à fortes solives apparentes - aux bords arrondis - et entre-deux compartimentés -et rectangles - orné de motifs floraux.

Fig. 179. - Plafonds peints. Plafonds plats à baguettes : en haut (étage, Musāfirẖānā), compositions diversifiées - réseau quadrillé et rosaces entrelacées ; en bas (Qā‘a Sitt Wasīla) réseau octogonal dans un encadrement floral.

Fig. 180. - Plafonds peints. (Qā‘a al-Razzāz) Plafond plat à décor baroque dont la composition concentrique correspond à celle des tapis.

Fig. 181. - Plafonds peints. (Qā‘a Efendi Labīb) Un décor floral d’inspiration occidentale orne exclusivement ce plafond traditionnel - solives, entre-deux et frise.

Fig. 182. - Fer forgé. En haut, grille à réseau d’écaillés ; en bas, travail de forge à la masse - (marzabba) sur l’enclume (sindāl).

Fig. 183. - Fer forgé. Outillage du forgeron : (en haut) marteau à tête plate (bals ‘adl), marteau à tête plate et tranchante (miqṭa‘), coins en fer (āsfīn), compas (barğal), pointerolle aplatie (mešqabīya). (En bas) masses - ou grands marteaux (marzabba).

Fig. 184. - Fer forgé. Outil du forgeron : (en haut) Longues pinces droites (laqṭ ‘adl), pince courbe (laqṭ mu‘awağ) ; (en bas) limes plates (mabrad ‘adl), Urnes demi-arrondies et effilées - « en queue de rat » (mabrad niṣf dāīra, d’īl al-fār), avec manche (yed).

© Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search