Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. L'Architecture domestique au Caire à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Demeures et résidences urbaines

Texte intégral

PLANCHE XXV

PLANCHE XXV

Manzil Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī : Plan de situation.
2. Mosquée al-Fakahānī.

  • 1 Voir supra, A. Raymond.
    Jean-Léon l’Africain, Description de lAfrique, 3 vol. Paris, 1896, pp. 504 (...)
  • 2 Description de l’Afrique, p. 506. En soulignant l’importance de ces faubourgs qui comptent déjà 12 (...)

1On sait que riches marchands et personnages religieux aiment à s’installer dans les anciens quartiers d’al-Qāhira, autour de ses principaux centres religieux et commerçants1 ainsi que dans les quartiers du faubourg Sud, en pleine extension au xviie siècle2. Ils recherchent particulièrement le voisinage des principaux souqs et caravansérails aussi bien que de la Mosquée d’al-Azhar, qu’ils sont eux-mêmes appelés à fréquenter pour y exercer leurs activités ou y prier.

  • 3 Id., p. 369.
  • 4 Id., p. 370. Au xviiie siècle, on peut observer l’installation de plus en plus fréquente des « Gra (...)

2En outre, à l’instigation de la nouvelle aristocratie ottomane, les notables cairotes se sentent de plus en plus attirés par les rives du H̲alīğ ainsi que des Bīrkāt al-Fīl et de l’Azbakiyya3 pour y établir, à proximité de l’eau, de luxueuses résidences d’été souvent agrémentées de jardins4.

  • 5 Id., p. 355.

3De ces nombreuses et riches demeures citadines, il en est maintenant comme des palais de même époque. Il apparaît également de plus en plus difficile d’en retrouver les traces. Celles-ci auraient, semble-t-il, entièrement disparu sans l’intervention du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe ; c’est ainsi, nous l’avons dit, que plusieurs de ces bâtiments ont pu être préservés, choisis dans divers quartiers où ils constituent jusqu’à ce jour de précieux témoignages d’une époque révolue5.

4On sera alors amené à examiner, en premier lieu, certaines grandes demeures urbaines, voisines de la Mosquée d’al-Azhar ou situées dans d’autres parties de l’ancienne Cité fatimide.

5Plus loin seront montrés des exemples de résidences estivales élevés au bord du Halīğ ou des birkāt.

6Deux premières habitations bourgeoises se trouvent au Nord de Bāb Zuwayla : Manzil Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī et Bayt Šabšīrī — Deux autres au Sud de Ǧama‛ al-Azhar : Manzil Sitt Wasīla et Manzil Ḥarāwī.

Manzil Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī

  • 6 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane au Caire, in Mémoires I.F.A.O., Le Caire, 1972, p. 1 à 1 (...)
  • 7 lbid. Propriété des Waqfs, en 1899, au moment où les experts du « Comité de conservation » considè (...)

7Cette ancienne demeure de notable compte certainement parmi les plus belles habitations citadines édifiées au xviie siècle à l’intérieur d’al-Qâhira et maintenue en bon état jusqu’à ce jour6 (Pl. XXV). Cependant, elle paraissait condamnée à disparaître, si l’on se rapporte à la description qui en a été faite à la fin du siècle dernier. Heureusement, malgré sa vétusté et son délabrement, sa valeur architecturale devait décider le Comité de Conservation des Monuments de l’art arabe à en réaliser l’acquisition par l’État, le classement et la restauration7.

  • 8 Id., p. 3. « Le nom de Ǧamāl al-Dīn figure en deux endroits du monuments : sur la frise qui se dév (...)
  • 9 Mosquée du xiie siècle avec cour à ciel ouvert (ṣaḥn). Restaurée au xviiie siècle. Classée n° 109. (...)

8Nous avons bien ici un exemple caractéristique du cadre de vie des grandes fortunes de l’époque puisque Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī, qui fonda cette demeure en 1044 H/1634, exerçait les fonctions enviées de šāh bandar des tuğğār (prévôt des marchands du Caire)8. Son choix s’était alors porté sur l’un des quartiers commerçants les plus actifs de la ville, à proximité de Bāb Zuwayla, de la Mosquée al-Mu‛ayyad et de la rue al-Mū‛izz. Plus près encore, on bénéficiait, à cet endroit, de la présence de l’ancienne mosquée fatimide al-Fakahānī9. Deux ruelles partant du même embranchement, Hārat Ḥušqadam et Ḥārat al-Ḥammām, voies également étroites et bordées partiellement de boutiques, limitent les bâtiments de Ǧamāl al-Dīn.

Aspect extérieur — Entrée

  • 10 Tournée au Sud, cette façade est bordée, à son début, par une rangée de boutiques. Il en était sou (...)
  • 11 Hauteur des assises : 0,31 m.
  • 12 A. Lézine, op. cit.
    Encorbellement sur lequel sont accrochées deux mašrabiyyāt d’exécution postérie (...)
  • 13 A. Raymond, op. cit., p. 366.
  • 14 Palais et maisons du Caire, 1, 1982.

9C’est sur la rue Ḥušqadam que s’ouvre l’entrée de la demeure dans une façade imposante. Élevée en belle pierre de taille, celle-ci ne témoigne pas d’un soin inférieur à celui qui se manifeste dans les façades des palais aristocratiques examinés plus haut10. On observera plus loin un appareil identique dans les murs intérieurs11. Pourtant l’aspect général pourrait sembler uniforme, en l’absence de décrochements muraux verticaux s’il n’y était pallié par la présence d’un encorbellement au niveau de l’étage. Surplombant l’entrée, cette saillie horizontale donne aussitôt idée, par sa longueur, de l’importance des salles nobles dont on devine la présence à cet endroit par leur débordement. Celui-ci s’appuie sur une solide rangée de consoles de pierre couplées à trois têtes arrondies12. Cette disposition se reproduisant dans la façade opposée, il en résulte un resserrement des deux étages voisins formant abri au-dessus d’une ruelle déjà étroite13. Il ne devait pas en être autrement dans la plupart des rues du Caire à la fin de l’époque mamelouke14.

  • 15 Palais du Caire, III, 1979. Voir portes de Zaynab H̲ātūn et d’al-Ġūrī, près de la Mosquée al-Azhar
  • 16 Cette taille complexe faite de 8 claveaux à courbes et contrecourbes, sera également utilisée dans (...)
  • 17 Voir Palais du Caire, I, 1975, passim.
    Cette moulure rejoint un large bandeau sculpté et étoile, co (...)
  • 18 Porte à un seul battant munie d’un heurtoir (anneau de fer), se rabattant sur le côté droit. Haut. (...)

10On reconnaît encore le style des portes en honneur au xve siècle dans l’entrée de Ǧamāl al-Dīn15 (fig. 17). Surmontée d’une triple imposte barreaudée, cette porte s’ouvre, en effet, dans un arc brisé non outrepassé à claveaux savamment taillés et assemblés16. Une double mouluration en souligne les contours et l’encadrement, moulure en « chaîne » et bandes hexagonales — dérivées de la moulure antérieure à boucles arrondies17. Un cloutage à larges têtes applaties renforce la résistance de la porte et la défense de l’entrée18.

  • 19 Entre deux niches verticales à fond plat. Mastaba : haut. 1 m ; larg. 2,32 m ; profond. 1,90 m.
  • 20 Sur l’usage des mastaba par les commerçants du Caire, cf. A. Raymond, op. cit., p. 366.
  • 21 Une coutume de même nature a été observée en Afrique du Nord, cf. J. Revault, Palais de Tunis.

11Autrefois, la surveillance de celle-ci était assurée, de l’intérieur, par un gardien (bawwāb), chargé de l’introduction des visiteurs. On peut encore voir aujourd’hui l’antichambre dont il disposait : face à la porte, une large et profonde banquette de pierre (maṣṭaba) servait de siège19, durant la journée, et de lieu de repos la nuit20. Peut-être y recevait-on aussi certaines personnes qui ne pouvaient être admises à l’intérieur de la demeure — artisans, commerçants, fellahs...21.

  • 22 Pièce couverte d’une voûte en briques (à droite, en entrant), fermée par une petite porte à arc pe (...)
  • 23 Renforcement de la protection du couloir d’accès par son compartimentage et la multiplication de s (...)
  • 24 A comparer avec certains couloirs d’entrée du xve siècle, conservés notamment à l’entrée des demeu (...)

12Un plafond à solives apparentes, rehaussé d’une ornementation dorée et peinte montrait l’intérêt que le maître portait à cette entrée, premier témoignage visible intérieurement du luxe de la demeure. D’un côté, la maṣṭaba était flanquée d’une petite porte correspondant à la chambrette du bawwāb22, de l’autre, une seconde porte, semblable à celle de l’entrée, marquait l’accès du couloir en chicane conduisant à la cour intérieure23. Perpendiculaire à la rue et à la cour intérieure sur laquelle il débouche, le couloir d’accès est couvert d’une succession de hautes voûtes d’arête appareillées. Cet élément commun avec la couverture de l’ensemble du rez-de-chaussée contribuera également au solide support des appartements du premier étage24.

Aspect intérieur — Cour

  • 25 A. Lézine, op. cit., p. 4. Dimensions de la cour — actuellement dallée avec jardin central — 13,70 (...)
  • 26 lbid.

13De plan quadrangulaire, la cour intérieure forme un large espace à ciel ouvert entre ses murs élevés de couleur ocre25 (Pl. XXVI, XXVII). Avec un deuxième étage, couronnant, à l’origine, une partie de l’édifice, l’habitation du šāh bandar devait présenter autrefois un aspect encore plus imposant26.

14Si la construction des murs inférieurs est généralement en pierre de taille — jusqu’au sommet du premier étage — la brique étant réservée aux parties supérieures, elle n’entraîne pas pour autant l’uniformité des quatre façades donnant sur la cour. La diversité y est recherchée, comme dans toute riche demeure, contrairement aux conceptions des habitations collectives de type rab’ et wakāla. Cette diversité apparaît nettement ici, en dépit de l’application habituelle des règles de distribution entre communs au rez-de-chaussée, pièces de réception et d’habitation aux étages.

  • 27 lbid., p. 5. Haut. 5 m ; larg. 2,30 m : profond. 0,70 m.

15L’ensemble architectural réalisé autour de la cour est dominé par la beauté de la façade Sud, correspondant à l’entrée, avec son élégant maq‛ad à double arcade (fig. 18). A l’opposé, la façade Nord se creuse d’un large et haut défoncement mural brisé27, semblant indiquer la présence d’une autre salle noble à cet endroit — mandara.

16Le côté Est possède un long encorbellement pour élargir, à l’étage, le qā‛a du harem tout en abritant, dans la cour, la communication entre le couloir d’accès et la mandara. Le côté Ouest se distingue surtout par le portail monumental qui se dresse à angle droit, à l’extrémité du maq‛ad auquel il appartient. Sur les quatre façades se répartissent portes du rez-de-chaussée, fenêtres barreaudées et balcons à moucharabieh des étages.

Rez-de-chaussée

Portes sur cour et communs

  • 28 Placés aux extrémités de la cour, escaliers et couloirs laissaient aux appartements leur plein dév (...)
  • 29 A cet endroit, s’élève maintenant une habitation à étages édifiée au siècle dernier. Voir infra.
  • 30 A. Lézine, op. cit., pp. 4 et 5 (2).

17Toutes les portes du rez-de-chaussée, ouvrant sur la cour, apparaissent de taille semblable, ne différant que dans leur partie supérieure faite d’un linteau, d’un arc surbaissé ou d’un arc persan. Cette distinction correspond à des fonctions diverses, telle qu’on les retrouvera ailleurs. On peut alors y observer le maintien de formes anciennes d’époque mamelouke, sinon fatimide (linteau droit, arc brisé) avec l’adoption du nouvel arc surbaissé. Les portes à linteau droit, ou arc surbaissé, situées de préférence aux angles de la cour, ferment les couloirs et escaliers de communication intérieure28, ainsi que certaines chambres basses. Les portes à arc persan appartiennent le plus souvent à des magasins à vivres (maẖzan) ; on les voit notamment au-dessous de la loggia du maq‛ad, flanquées parfois d’une lucarne barreaudée. Une partie des communs se trouve alors concentrée autour de la cour principale où l’approvisionnement des maẖzan semblait le plus facile à renouveler et surveiller. Écuries, cuisine et logements domestiques attenants devaient, sans doute, être distribués autour d’une seconde cour de moindre importance. Il est alors probable que ces dépendances, aujourd’hui disparues, ont existé autrefois avec accès indépendant sur la rue H̲ušqadam, à l’Est des bâtiments réservés aux maîtres29. Elles auraient été séparées par une courette du harem30, servant aussi de communication avec le salāmlik et le ḥaramlik (Pl. XXVI).

Salāmlik

  • 31 A l’exception du taẖtabuš (portique d’accueil).

18Le salāmlik de Ǧamāl al-Dīn possède deux belles salles de réception31 disposées au début et à l’extrémité de la cour : maq‛ad et mandara. L’une est ouverte au Nord, l’autre entièrement fermée. Le maq‛ad s’adosse à la rue Ḥušqadam tandis que la mandara longe la rue du Hammam. Les deux salles étant à même distance de l’entrée sur la cour, hôtes et visiteurs pouvaient s’y rendre aussi aisément, selon la nature des réceptions auxquelles ils étaient admis, et compte tenu de la situation favorable à un accueil en salle ouverte ou fermée.

Maq‛ad

  • 32 Le style architectural de ce portail pourrait être rapproché de celui des portails d’honneur, à l’ (...)
  • 33 Linteaux formés de cinq claveaux à découpage curviligne (haut. 0,62 m), arc de décharge à 7 clavea (...)

19S’élevant à l’angle Ouest de la cour, et surhaussé des cinq marches de son perron, le portail d’honneur du maq‛ad dépasse par ses dimensions et son élégance les autres portes intérieures32 (Pl. XXVII, fig. 18, 19). L’ouverture à double linteau droit33 sous arc de décharge et imposte à moucharabieh est flanquée de deux étroites banquettes en pierre, sièges d’angle habituels pour les gardiens de toute entrée importante. L’encadrement général est rehaussé d’une moulure en chaîne et à boucles hexagonales qui se répètera, comme il se doit, autour de la façade du maq‛ad. Ici, cette moulure s’élève du sol jusqu’au sommet du défoncement à stalactites de pierre.

PLANCHE XXVI

PLANCHE XXVI

Manzīl Ǧamāl al-Dīn : plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée (antichambre avec maṣṭaba) ; 2. Couloir en chicane ; 3. Loge du portier ; 4. Cour ; 5-6. Porte et couloir d’accès à courette et appartements privés ; 7. Escalier de l’étage (harem) ; 8. Courette ; 9. Cuisine ; 10-11-12. Défoncement en īwān entre deux pièces annexes ; 13. Communs (maẖzan) ; 15. Perron d’accès au maq‛ad ; 16. Porte de communs ; 17. Escalier ; 18. maẖzan ; 19. Dégagement ; 20. Escalier ; 21. Mandara (ou qā‛a) ; 22. Boutique.

  • 34 Entre deux murs élevés, escalier étroit de 10 marches.
  • 35 Le palier supérieur est pourvu d’une mastaba pour le gardien chargé de veiller à la fois sur l’ent (...)
  • 36 Dimensions de la loggia : larg. 7,20 m ; profond. 5,10 m ; haut. 6,70 m environ. Largeur de l’allé (...)

20Le seuil de la porte franchi, un escalier droit s’élève en chicane vers l’entrée de la loggia34, à l’opposé d’une chambre de repos annexée au maq‛ad35. Longeant le mur du fond, une allée surbaissée joint les deux portes extrêmes du maq‛ad dont elle dessert, de part et d’autre, les emplacements réservés au maître et à ses invités : à gauche, l’īwān principal près de l’arcade ouverte sur la cour, à droite une large et profonde maṣṭaba aménagée dans un encorbellement surplombant la rue H̲ušqadam36.

PLANCHE XXVII

PLANCHE XXVII

Manzil Ǧamal al-Dīn : plan de l’étage.
4. Cour ; 7. Escalier ; 8. Courette ; 15. Escalier du maq‛ad ; 16. Escalier étage ; 24. Vide du dégagement ; 25. Vide de la mandara ; 27. maq‛ad ; 28. Couloir ; 29-30-31-32. Ḥammām ; 34. qā‛a avec dûrqā‛a entre deux īwān ; 35-36. Chambres annexes ; 37. Dégagement ; 38. Escalier d’une « loge de femmes ».

  • 37 La double arcade du maq‛ad est fixée, à sa base, à une balustrade de bois plein, plus haut, à deux (...)
  • 38 Outre la date de fondation inscrite sur la frise du maq‛ad, celle-ci comporte la date de restaurat (...)

21Moins importante que la loggia à triple arcade des deux palais aristocratiques examinés plus haut, celle de Ǧamāl al-Dīn, également orientée au Nord, comporte cependant une double arcade de même style. En effet, les deux arcs brisés outrepassés, qui reposent sur une colonne de marbre à chapiteau antique et son imposte à stalactites, rappellent aussi l’architecture particulière des maq‛ad déjà en honneur sous le règne du Sultan Qāyt bāy37 (fig. 20). Cette ressemblance se trouve encore confirmée dans le plafond à solives à bords arrondis et entre-deux compartimentés — carrés et rectangulaires (fig. 21). — Demeurée géométrique et florale, son ornementation peinte répondait autrefois à l’heureuse polychromie du sol revêtu de tapis et coussins brodés, à l’occasion des réceptions. Une belle frise épigraphique, à gorge et stalactites, de type mamelouk, rappelle la fondation du lieu par le šāh bandar al-tuǧǧār, Ǧamāl al-Dīn, en 1044 H (1634)38.

  • 39 Grâce à un étroit couloir longeant le ḥammān et débouchant sur l’allée du maq‛ad.

22Alors que les visiteurs étaient introduits à l’intérieur du maq‛ad par le portail d’honneur donnant sur la cour, le maître pouvait les rejoindre, en gagnant directement la loggia par une porte privée communiquant avec les appartements du ḥaramlik39.

Mandara

  • 40 Une antichambre, qui sépare actuellement la cour et la mandara, comporte un escalier desservant le (...)
  • 41 La construction d’un étage au-dessus de la mandara ayant entraîné la suppression de ses malqaf et (...)
  • 42 Loge accessible auparavant par un escalier relié à une chambrette inférieure.
  • 43 Jusqu’au niveau supérieur des portes et placards (environ 2 m).

23Une entrée plus importante que celle que nous voyons aujourd’hui devait précéder, auparavant, à l’angle Nord-Est de la cour, la seconde salle de réception du salāmlik40. En dépit de certaines modifications, la mandara a conservé son plan traditionnel orienté Est-Ouest, avec sa dūrqā‛a centrale et ses deux īwān que séparent les kurdī. Un plafond de facture tardive, à solives rondes, apparaît aux extrémités de la salle. De l’aspect ancien de celle-ci subsistent encore les grilles du malqaf d’aération (côté Ouest) — maintenant supprimé41 — et celle d’une loge de femmes (côté Est) surmontant le grand īwān42. A l’encontre de la qā‛a du harem dont on constatera un meilleur état de conservation, il ne reste plus aucune trace du luxe passé de la mandara, notamment des marbres de couleur qui devaient en orner le sol de la durqā‛a ainsi que les parements muraux43.

1er étage

Ḥaramlik

24On pourrait être surpris de la simplicité de la porte, qui indique (côté Est) l’entrée des appartements privés, si on ne savait qu’il ne s’agit ici que d’une demeure citadine, non d’un palais. De même taille que les autres portes donnant sur la cour, celle-ci possède un linteau droit et deux étroites banquettes de pierre symétriques, comme le portail du maq‛ad.

  • 44 Cet escalier se prolongeait ensuite jusqu’aux terrasses.
  • 45 Côté Est.

25Près de la courette, un escalier droit partant de l’extrémité du couloir permettait de joindre la qā‛a et les appartements privés44. Cette seconde cour semble alors avoir servi de dégagement et de moyen de communication entre les dépendances — avec cuisine — qui auraient sans doute été aménagées autrefois dans le voisinage45 et les différentes parties du salāmlik et du ḥaramlik.

26De l’ancien harem on retiendra surtout la grande salle de séjour et d’apparat (qā‛a) et les pièces qui lui sont rattachées (chambres annexes et hammam).

Qā‛a

  • 46 A. Lézine, op. cit., pp. 48-50.
  • 47 Dimensions de la qā‛a : long. 16,40 m ; larg. 4,20 m.
  • 48 Aménagement sans doute tardif d’une grille à moucharabieh au-dessus de la rue Ḥušqadam. Cf. A. Léz (...)
  • 49 lbid. A. Lézine émet également des réserves au sujet de l’ancienneté des fenêtres ouvertes sur la (...)
  • 50 Id., p. 12. Les deux panneaux grillés encore visibles à l’extrémité du plafond (Nord) correspondai (...)

27Selon A. Lézine « La qā‛a de Ǧamal al-Dīn est considérée comme l’un des meilleurs exemples de ce type de salle pour le xviie siècle »46 (fig. 22). S’appuyant sur les voûtes des communs du rez-de-chaussée, elle s’allonge suivant un axe Nord-Sud, divisée entre la dûrqā‛a et les deux īwān inégaux47. Avec ses grandes proportions et la disposition pyramidale de l’ensemble, cette salle d’apparat s’impose également par l’équilibre de ses lignes horizontales et verticales. Elle serait demeurée aussi fermée et obscure que la mandara inférieure et les qā‛a d’époque mamelouke, sans les ouvertures encore timides et garnies de moucharabieh qui ont été pratiquées à l’extrémité Sud48, près du grand īwān, et ouvertes à l’Ouest au fond des alcôves latérales49. Il en est seulement résulté une amélioration de l’éclairage de la salle, à l’appui des ouvertures du mamraq traditionnel tandis que la suppression du malqaf au siècle dernier entraînait une diminution de la ventilation habituelle50.

  • 51 Plafond semblable à celui du maq‛ad, composé de 6 solives au-dessus du grand īwān (Sud) et de 3 so (...)
  • 52 Maintien de cette ornementation de style mamelouk qui n’a pas été moins conservée dans le salin et (...)

28La beauté de cette qā‛a ressort de sa luxueuse ornementation : enluminure des plafonds à solives apparentes entourées d’une frise épigraphique (fig. 25, 26)51 ; revêtements des murs des īwān et du sol de la dûrqā‛a de marbres et de mosaïques de couleurs (fig. 23, 24)52. Une large composition à décor géométrique marque le centre de la salle (dūrqā‛a) avec ses motifs circulaires entourés de rectangles et de carrés.

  • 53 Aux ressauts verticaux des murs creusés de niches à fond plat et d’alcôves répond l’irrégularité d (...)
  • 54 Hauteur : 1,70 m à 1,90 m (= hauteur des portes et placards).

29« Tous les ressauts verticaux des sols : entre la durqā‛a et les īwān, entre ceux-ci et les divers défoncements, sont revêtus de marbre, traité comme celui des lambris muraux...53. La partie inférieure des murs est recouverte de marbre de trois couleurs (noir, blanc, rouge), par plaques minces verticales ou horizontales, encadrant des panneaux de mosaïque, suivant des dessins très variés : polygones entrelacés de différentes façons, entrelacs, étoiles, zig-zag. On remarque aussi par endroits quelques panneaux de porphyre vert et rouge...54.

  • 55 Alcôve de l’īwān Nord.
  • 56 Visible à l’intérieur de chacune de ces loges, la construction des moucharabiehs est faite d’un so (...)
  • 57 Kurdī assez lourdement taillés et cannelés.

30Au-dessus des renfoncements latéraux de l’īwān du nord, où la hauteur sous plafond se réduit à 2,64 m55, se trouvent deux « loges de femmes », dont la paroi vers la qā‛a est entièrement faite de moucharabieh »56. Terminés à leur base par des stalactites dorées et peintes (moqarnas), des kurdī encadrent ces loges (ağānī) aussi bien que les grandes ouvertures des īwān sur la dûrqā‛a57.

  • 58 Vers l’Ouest.

31En dehors de ses alcôves latérales d’importance variable, formant autant de recoins indépendants que l’on devait apprécier pour des confidences, la qā‛a possède deux chambres de repos contiguës, à la suite de l’īwān Nord avec lequel elles communiquent. L’une a vue sur la cour principale et son maq‛ad58 ; la fenêtre de l’autre donne sur la courette secondaire. De ce côté se trouve aussi l’étroit couloir joignant à la dûrqā‛a (côté Est) l’escalier du harem indiqué plus haut. Sans doute cette communication se prolongeait-elle autrefois jusqu’à d’autres appartements situés au même niveau et à l’étage supérieur.

  • 59 Communication par une courette à ciel ouvert, entre qā‛a et ḥammām.
  • 60 La possession d’un ḥammām privé ne semble pas cependant s’être opposé à la fréquentation des ḥammā (...)
  • 61 A. Lézine, op. cit., p. 8. Dimensions : porte d’entrée, 1,68 m × 0,67 m ; étuve : 2,12 m × 2,025, (...)
  • 62 Dimensions : 3 m × 3,30 m.

32A l’opposé (côté Ouest), un deuxième couloir relie la dûrqā‛a à un petit ḥammām aménagé en contrebas, puis au maq‛ad voisin59 (Pl. XXVII). L’installation d’un bain privé auprès de la grande salle du harem correspond à une coutume très appréciée par les habitants d’un palais ou d’une riche demeure60. Elle se limite ici à deux étroites pièces voûtées — carrée et rectangulaire — que devaient compléter des latrines61. On y disposait d’une agréable pièce de repos62 bénéficiant d’un luxueux balcon à moucharabieh orienté au Nord et surplombant la cour, à côté de la loggia du maq‛ad.

Appartements

  • 63 De sérieuses transformations ont été apportées par le « Comité », notamment dans la partie Nord.
  • 64 Avec encorbellement au 2e étage.
  • 65 Fenêtres d’importance diverse.

33Des chambres qui se multipliaient auparavant au Nord et à l’Ouest de la grande cour, sinon autour de la courette, on ne voit plus guère maintenant que quelques pièces conservées dans la partie Ouest à proximité du maq‛ad63. Surmontant les maẖzan du rez-de-chaussée, celles-ci se superposent en deux étages naturellement moins élevés que celui du maq‛ad et de la qā‛a64. Elles se signalent au-dehors par leurs ouvertures toujours barreaudées65, fermées partiellement de volets pleins se rabattant en tabatière ou glissant sur la paroi murale dans un cadre de bois.

  • 66 Procédé qui devait apparaître naturellement plus économique et plus rapide.
  • 67 Ces consoles, aujourd’hui inutilisées, ont été maintenues même dépourvues d’encorbellement.
  • 68 A cet étage se trouve un bain privé.
  • 69 Conformément à une nouvelle mode architecturale en honneur au Caire vers la fin du siècle dernier.

34Peut-être l’ancienne demeure de Ğamāl al-Dīn, dont on peut supposer l’extension antérieure de ses appartements et de ses communs au Nord-Est des constructions actuelles, occupait-elle, à cet endroit, l’emplacement d’une nouvelle habitation édifiée au siècle dernier. Conformément à une coutume assez fréquente chez les bâtisseurs du Caire, le remploi de certains murs et de pièces appartenant surtout au rez-de-chaussée66 — en raison de leur solide exécution en pierre de taille — apparaît ici au-dessous de trois étages rénovés. Rue H̲ušqadam, on retrouve ainsi des consoles identiques aux consoles extérieures et intérieures de Ğamāl al-Dīn67. De même a été maintenu sur l’une des pièces inférieures, un plafond peint dans le style mamelouk, à solives apparentes et entre-deux compartimentés ; au 3e étage, les dalles et mosaïques de marbre sont encore visibles sur le sol d’une ancienne qā‛a dont le plafond a été entièrement modernisé68. Le goût italianisant qui s’y manifeste dans l’adoption d’une forme elliptique et rayonnante s’étend aux autres transformations de l’architecture traditionnelle, le cintre des portes s’accompagnant de lourdes sculptures florales69.

PLANCHE M

PLANCHE M

Le quartier de Bab Zuwayla comprend de riches demeures et de nombreux bâtiments publics (d’après P. Chardin, 1879).

Bayt Šabšīrī

35Moins connue que le Manzil Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī, le Bayt Šabšīrī présente cependant des caractéristiques architecturales comparables. Aussi peut-il être également considéré comme l’un des exemples devenus trop rares aujourd’hui de l’architecture domestique du xviie siècle au Caire (Pl. XXVIII).

  • 70 Il n’a pas été possible de connaître, jusqu’à ce jour, le nom du fondateur de cette habitation.
    Voi (...)
  • 71 La ruelle al-Tetrī, joignant la rue al-Mu‛izz par la rue al-Rūm.
  • 72 Sur la transformation de certaines rues du Caire en impasses, voir A. Raymond, Problèmes urbains e (...)
  • 73 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas, 1973-1974.

36Le choix d’un emplacement voisin de la demeure précédente fut alors arrêté dans ce quartier toujours très recherché de Bāb Zuwayla, à proximité de ses mosquées et de ses wakāla70. Une ruelle étroite y conduit71, parallèle à la rue al-Mū‛izz. Elle apparaît maintenant transformée en impasse72, conservant, de part et d’autre, des échoppes d’artisans s’adonnant à des métiers divers, traditionnels ou non — tisserands, menuisiers, brodeurs... —73.

Entrée sur la rue

  • 74 Porte apparaissant aujourd’hui en contrebas, à la suite du relèvement du sol de la rue.
  • 75 Imposte flanquée de deux panneaux carrés symétriques garnis d’une rosace sculptée à entrelacs.
  • 76 L’emploi simultané de ces deux moulures correspond apparemment à une période de transition (fin xv (...)
  • 77 Contrevents glissant dans un cadre rectangulaire, de chaque côté d’une petite mašrabiyya en sailli (...)

37On reconnaît ici des éléments architecturaux semblables à ceux qui ont été décrits dans la façade de Ğamāl al-Dīn. Ses murs appareillés montrent, en effet, une autre porte similaire héritée des constructions contemporaines de Qāyt bāy74 ; porte à arc brisé sous imposte barreaudée75, que rehausse une moulure en chaîne à boucles hexagonales et arrondies (fig. 17)76. Au-dessus s’avancent les encorbellements sur consoles de pierre de deux étages successifs. De simples ouvertures aux barreaux entrecroisés y alternent avec des balcons à moucharabieh et de larges baies en grande partie fermées par des contrevents de bois plein77.

  • 78 Conservation d’éléments de construction anciens dans des bâtiments modernisés. La ruelle al-Tetrī (...)

38De hautes façades, autrefois semblables, se rapprochent pour maintenir la ruelle, à l’abri du soleil, dans une pénombre constante. Le prolongement de leurs murs en pierre de taille permet de supposer la présence passée, à cet endroit, d’une double rangée d’habitations bourgeoises, occupées par les familles de riches commerçants, voire de personnages religieux78.

  • 79 Fixées par de solides clous, en haut et en bas de la porte, les pentures en maintiennent l’assembl (...)

39Si elle n’apparaît pas bardée de clous en fer, comme à l’entrée de Ǧamāl al-Dīn, la porte de Šabšīrī montre cependant deux solides pentures en renforcement79 de son épaisse structure à planches jointives.

  • 80 Barre à section carrée glissant dans le mur (côté serrure) où elle loge entièrement au moment de l (...)

40De plus, pour résister à toute tentative d’intrusion, en cas de troubles, cette porte presque carrée assurait sa fermeture par une forte serrure et une grosse barre en bois de type traditionnel80.

PLANCHE XXVIII

PLANCHE XXVIII

Bayt Šabšīrī : plan de situation.

  • 81 Antichambre : profondeur (entre porte et mastaba) 2 m ; hauteur du plafond : 4,10 m. Mastaba : lar (...)
  • 82 Maṣṭaba pourvue, comme celle de Ǧamāl al-Dīn, de deux niches latérales à fond plat : haut. 1,80 m  (...)
  • 83 Plafond restauré à solives transversales qui devait comporter autrefois une ornementation peinte s (...)
  • 84 Voûtes brisées.
    Hauteur du couloir : 4,20 m ; longueur : 4,80 m ; largeur : 2 m.
  • 85 Cour : 9,32 × 7,50 m.

41A l’intérieur de l’entrée, l’antichambre, occupée jour et nuit par un bawwāb, ne diffère pas de celle de la demeure précédente, si ce n’est par des proportions plus modestes81 (Pl. XXIX). On y voit aussi une large maṣṭaba de pierre appareillée82 comme les murs qui l’entourent, sous un plafond peint à solives apparentes83. Mais ici la seconde porte de communication avec le couloir en chicane menant à la cour, s’ouvre dans un arc surbaissé — remplaçant l’arc brisé antérieur84. L’emploi d’assises régulières bicolores déjà visible dans les murs de la façade et de l’entrée se poursuit dans les murs et les voûtes d’arête du couloir qui débouche sur la cour intérieure85.

Cour centrale

  • 86 Configuration générale à comparer avec celle des autres demeures du Caire au xviie siècle.
  • 87 Dimensions de la façade Sud : hauteur totale, (environ) 17 m ; rez-de-chaussée (communs), 3,95 m ; (...)

42Les dimensions restreintes du couloir d’accès et de la cour centrale, inférieures à celles de Ğamāl al-Dīn, donnent aussitôt l’idée de proportions plus intimes du lieu86. Elles devaient répondre au goût d’un bourgeois aisé, soucieux de donner à son habitation urbaine le style architectural et le confort que la visite de demeures même plus importantes avait pu lui inspirer. D’où le charme qui ressort de la première vision offerte par la cour de Šabšīrī87 ; son originalité résulte de la diversité des quatre façades, diversité correspondant aux fonctions habituelles de toute habitation urbaine réparties entre communs, salāmlik et ḥaramlik (Pl. XXXIII, XXXIV, XXXV, XXXVI).

  • 88 Les encorbellements internes et externes indiquent l’élargissement sur rue et sur cour des pièces (...)

43Au rez-de-chaussée sont affectés, outre les communications traditionnelles (escalier, couloir), une pièce d’accueil et les communs, tandis que se superposent, entre les deux étages, maq‛ad et appartements privés88.

  • 89 Correspondant à des plans différents, berceaux et voûtes d’arête sont construits en briques.

44De toutes les façades intérieures, celle qui s’imposait le plus au visiteur parvenu au seuil de la cour, était certainement la haute loggia du salāmlik (côté Sud) avec sa double arcade brisée surmontant la rangée de portes à arcs persans des maẖzan (fig. 30). De part et d’autre, apparaissent deux défoncements distincts : côté Est, un petit portique (taẖtabuš) s’ouvrant auprès du couloir d’entrée, au-dessous des fenêtres barreaudées et mašrabiyyāt des appartements (fig. 28) ; côté Ouest, le porche à voûte brisée des communs que surplombent deux balcons identiques à moucharabieh, appartenant à des chambres du harem (fig. 29) ; le côté Nord est réservé, en bas, à l’escalier du harem (fig. 32), en haut aux encorbellements des couloirs reliant entre elles les pièces privées — chambres et qā‛a — des bâtiments situés à l’Est et à l’Ouest de la cour89.

Communs

  • 90 Arcs formés de 8 claveaux réunis par une clef médiane.
  • 91 Porche : 3,50 m × 2,50 m ; haut. 4,20 m.

45Le petit nombre des communs et leurs faibles proportions répondent à l’importance moyenne de l’habitation Šabšīrī. En dehors de la cuisine s’opposant à l’entrée, on ne compte, en effet, que deux maẖzan au-dessous de l’étage du maq‛ad, et un autre auprès de l’entrée inférieure du harem (Pl. XXIX). Qu’il s’agisse de resserres à provisions ou de chambres domestiques, ces trois pièces — simples ou doubles — sont également couvertes en berceau ou voûtes d’arête90. Elles s’ouvrent pareillement sur la cour par une porte à arc persan91.

PLANCHE XXIX

PLANCHE XXIX

Bayt Šabšīrī : plan du rez-de-chaussée
1. Entrée ; 2. Antichambre, mastaba ; 3. Couloir en chicane ; 4. Cour ; 5. taẖtabuš ; 6. Pièce annexe ; 7-8. maẖzan ; 9. Escalier du maq‛ad ; 10. maẖzan (ou chambre domestique) ; 11. Porche ; 12. Communs (cuisine) ; 13. Latrines ; 14. Escalier du harem ; 15. maẖzan.

PLANCHE XXX

PLANCHE XXX

Bayt Šabšīrī : plan du 1er étage.
4. Cour ; 9. Escalier du maq‛ad ; 14. Escalier du harem ; 16. Loge domestique ; 17. Dégagement ; 18. Latrines ; 19. Antichambre ; 20-21. Chambres ; 22. Chambre annexe du maq‛ad ; 23. maq‛ad ; 24. Escalier du maq‛ad ; 25. Couloir ; 26. Latrines ; 27. Antichambre ; 28. Chambre, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 29. Couloir ; 30. Antichambre et chambre ; 32. Cheminée ; 33. Latrines.

PLANCHE XXXI

PLANCHE XXXI

Bayt Šabšīrī : plan du 2e étage.
4. Cour ; 14. Escalier du harem ; 18. Latrines ; 23. Vide du maq‛ad ; 26. Latrines ; 32. Cheminée ; 33. Latrines ; 34. Couloir ; 35. Chambrette ; 36. Antichambre ; 37. Mazyara ; 38. Grande a, (a) durqā‛a, (b) īwān Sud, (c) īwān Nord, (d) mašrabiyya sur cour ; 39. Pièce annexe ; 40. Escalier ; 41. Chambrette ; 42. Chambre ; 43. Pièce annexe pourvue d’une loggia.

PLANCHE XXXII

PLANCHE XXXII

Bayt Šabšīrī : plan du 3e étage.
4. Cour ; 14. Escalier du harem ; 18-26. Latrines ; 32. Cheminée ; 33. Latrines ; 34. Vide du couloir ; 38. Vide de la grande qā‛a ; 40. Escalier d’accès à la qā‛a supérieure ; 42. Vide de la chambre du 2e étage ; 44. Escalier ; 45. Dégagement ; 46. Loge de femmes ; 47. Dégagement ; 48. qā‛a supérieure, (a) dûrqā‛a, (b) īwān.

PLANCHE XXXIII

PLANCHE XXXIII

Bayt Šabšīrī : élévation sur cour — côté Sud : le maq‛ad à deux arcs brisés, flanqué de son entrée latérale, entre maẖzan et salle haute.

PLANCHE XXXIV

PLANCHE XXXIV

Bayt Šabšīrī : élévation sur cour — côté Ouest : porche voûté surmonté de deux chambres superposées.

  • 92 Porte des lattrines : haut. 1,50 m ; larg. 0,73 m.
  • 93 A cette pièce d’usage domestique semble se rattacher un ancien couloir de communication (actuellem (...)
  • 94 Cuisine : 6,50 m × 5 m.
  • 95 Cheminée : mesurant 3,50 m × 0,90 m. La comparaison de cette partie des communs avec d’autres élém (...)
  • 96 Voir Palais du Caire, II, 1977, Palais Beštak, p. 11. Palais de l’Emir Ṭāz, p. 53.

46Reléguées au bout de la cour, cuisine et dépendances en occupent tout le côté Ouest. Elles s’annoncent par un élégant porche à voûte brisée qui abrite un triple accès92 appartenant à la cuisine proprement dite, aux latrines93 et à une pièce annexe94. A l’arrière du porche, la partie la plus spacieuse des communs semble bien avoir été affectée, de tout temps, à la préparation des aliments ainsi qu’au lavage du linge95. A cet effet, l’élargissement du lieu a été obtenu grâce à l’emploi d’une colonne latérale permettant d’en couvrir d’une voûte d’arête la plus grande partie. Éclairée faiblement sur le devant par la porte et une fenêtre barreaudée ouvrant sur le porche, la cuisine demeure obscure ; elle est pourvue, à son extrémité, d’une large ouverture s’élevant jusqu’aux terrasses supérieures, formant à la fois cheminée, puits d’aération et de lumière96. Pour assurer le service quotidien de la demeure toute entière, l’installation de la cuisine à cet endroit répondait à un choix judicieux ; sa situation au carrefour du salāmlik et du ḥaramlik permettait d’en satisfaire les besoins aux divers moments de la journée tout en bénéficiant d’un approvisionnement régulièrement renouvelé et maintenu à proximité.

Pièces de réception

  • 97 Ici, l’emploi de la pierre de taille s’élève jusqu’au sommet du maq‛ad (10,20 m), au niveau de l’é (...)

47Pour recevoir ses visiteurs et ses hôtes, le maître de Bayt Šabšīrī ne possédait pas, à l’égal de Ğamāl al-Dīn, une grande salle d’apparat (mandara) au rez-de-chaussée. Il dut se contenter d’y suppléer plus modestement par un petit portique (taẖtabuš) à colonne médiane, aménagé près de l’entrée sur la cour (fig. 28). On suppose qu’une pièce secondaire mieux abritée y était rattachée, séparée peut-être du portique par une cloison de bois à clairevoie (Pl. XXIX, XXXV). Aussi largement ouvert à l’Ouest que le maq‛ad l’est au Nord sur la cour intérieure, ce lieu de réception présente, au niveau de la cour intérieure, un aspect très simple. Rappelons que l’origine probable du taẖtabuš a été indiquée sous une forme différente au début de la cour de certains qaṣr d’époque mamelouke97. Nous verrons quelle extension sera accordée plus tard à cet élément architectural lorsqu’il acquèrera une importance nouvelle au xviiie siècle.

48D’ores et déjà, au xviie siècle, une demeure bourgeoise pouvait, comme nous le voyons ici, disposer de trois endroits distincts pour y recevoir, selon leur rang social, ses visiteurs masculins : maṣṭaba et taẖtabuš au rez-de-chaussée, maq‛ad à l’étage. Les visiteurs les moins considérés n’étant admis que dans l’antichambre de l’entrée, l’invitation à s’asseoir sur les nattes du taẖtabuš, à l’intérieur même du logis, témoignait alors d’un tout autre égard. Quant au maq‛ad, ceux qui n’étaient pas au moins l’égal du maître ne devaient guère espérer être conviés dans ce haut lieu du salāmlik. Aussi bien domine-t-il toute la cour de sa double arcade et l’aperçoit-on des trois autres côtés (Pl. XXX, XXXIII).

  • 98 Escalier en perron du maq‛ad — formé de 7 marches avec palier — : base 3,46 m × 1,21 m ; haut. 1,6 (...)
  • 99 Porte à linteau droit monolithe sous arc de décharge fait de 5 larges claveaux à crossettes ; le m (...)
  • 100 Escalier intérieur (à une volée) tournant à angle droit — perpendiculaire à l’escalier extérieur —
  • 101 Largeur de la double moulure en chaîne : 0,17 m.
  • 102 Frise sculptée en biseau : long. 6,75 ; haut. 0,65 m (avec encadrement mouluré en chaîne).
  • 103 Chapiteau égyptien rappelant la forme évasée des chapiteaux toulounides.
  • 104 Balustrade en bois (darabzīne) formée de panneaux rectangulaires alternés verticaux et longitudina (...)
  • 105 Sur les divers types de maq‛ad, voir A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane, p. 51.

49Ce n’est pas la moindre surprise que de constater ici l’élégance architecturale et les grandes proportions du maq‛ad de Šabšīrī qui n’apparaissaient pas inférieures à celles du maq‛ad de Ğamāl al-Dīn et d’autres riches habitations citadines contemporaines (fig. 30). C’est dire l’intérêt particulier que son constructeur y attacha afin de lui permettre de faire honneur à ses visiteurs et d’y accueillir également des personnes d’une fortune plus élevée. De la cour, la façade du maq‛ad est bien la partie la plus imposante de la demeure puisqu’elle montre la triple superposition communs - loggia - étage supérieur (qā‛a)98. Sans atteindre la hauteur et le luxe décoratif du portail d’accès au maq‛ad de Ǧamāl al-Dīn, celui de Šabšīrī ne s’ouvre pas moins au sommet d’un escalier latéral en pierre99. L’ouverture de la porte à linteau droit100 sous arc de décharge est surmontée d’une imposte à moucharabieh pour l’éclairage de l’escalier intérieur101. L’ensemble s’entoure d’une moulure à boucles arrondies encadrant des panneaux rectangulaires symétriques de part et d’autre de l’imposte. Caractéristique de l’ornementation sculptée aux xve et xvie siècles, cette moulure ne pourrait-elle être le signe d’une fondation antérieure au xviie siècle ?102. Elle relie l’entourage de la porte à celui de la loggia dont le soubassement est encore rehaussé d’une large frise sculptée d’une succession d’étoiles entrelacées103. La double arcade brisée-outrepassée repose, en son milieu, sur une imposte à stalactites et une colonne de marbre blanc octogonale à chapiteau en balustre (fig. 31)104. Des tirants de bois maintiennent les deux arcs au-dessus de la balustrade inférieure au compartimentage garni de moucharabieh105.

PLANCHE XXXV

PLANCHE XXXV

Bayt Šabšīrī : coupe Nord-Sud avec élévation sur cour, côté Est — couloir d’entrée et taẖtabuš.

  • 106 Allée : long. 6,25 m ; larg. 1,05 m. īwān ; larg. 3,38 : (largeur totale 4,43 m). Hauteur du sol d (...)
  • 107 Frise sculptée en biseau : long. 6,75 ; haut. 0,65 m (avec encadrement mouluré en chaîne).
  • 108 Largeur : 0,85 m.
  • 109 dulāb, pl. dawalīb ; portes des placards faites de panneaux assemblés en forme de swastika incliné (...)

50La disposition intérieure du maq‛ad ne diffère pas de celle de Ǧamāl al-Dīn106. Elle montre, en effet, un īwān semblable que dessert aussi une allée en contrebas, joignant deux portes latérales et longeant, au fond de la loggia, une maṣṭaba réservée au maître et à ses hôtes de marque107. Cette large banquette108 est flanquée de deux placards rectangulaires qui s’ajoutent aux quatre dulāb carrés occupant deux à deux les défoncements muraux aménagés à cet effet109.

  • 110 Dalles (0,75 m × 0,32 m) disposées transversalement dans le maq‛ad, longitudinalement dans l’allée
  • 111 Plafond restauré.

51Comme dans les autres lieux de réception, le sol dallé de calcaire110 était recouvert autrefois de nattes et de tapis que rendait plus confortable la présence de nombreux coussins en velours et en soie111.

  • 112 Sur les coutumes des femmes du Caire à l’époque mamelouke et au début de l’époque ottomane, cf. Lé (...)

52Il est alors permis de penser, qu’en dehors des réceptions d’hommes, le maq‛ad ne devait pas pour autant rester désert et inutilisé. Le plus souvent confinées à leurs appartements — chambres et salles de séjour — les femmes du harem étaient sans doute autorisées à se récréer parfois, en présence de leur maître, dans cette loggia spacieuse, largement ouverte sur la cour et le ciel, où elles bénéficiaient d’une plus grande fraîcheur. Venant des deux étages, elles pouvaient se rendre aisément au maq‛ad par les diverses communications qui y aboutissaient112.

  • 113 Cet endroit permettait en effet, de surveiller à la fois l’entrée du maq‛ad et l’un des accès au h (...)
  • 114 Survivance d’un élément architectural de l’époque mamelouke (côté Est). A comparer avec les fenêtr (...)
  • 115 Comme celui des chambres du harem, le plafond à solives apparentes de cette pièce était inférieur (...)

53Notons encore l’adjonction au maq‛ad — comme à la plupart des salles de réception — de deux pièces complémentaires, à chaque extrémité. L’une, très étroite, donne sur l’escalier du maq‛ad au service duquel se tenait sans doute un gardien113. L’autre occupe une partie de l’aile Est et ouvre directement sur la loggia. Face à deux étroites ouvertures sur la rue, une gracieuse fenêtre géminée (sous oculus)114 l’éclaire, surplombant la cour, au-dessus d’une fenêtre barreaudée que ferme un contrevent de bois plein coulissant au dehors. Il s’agissait là probablement — de même qu’auprès du taẖtabuš qu’elle surmonte — d’une pièce de repos et de réunion réservée au maître et à ses intimes115. Elle constitue, à l’étage, avec la pièce précédente, l’extrémité du salāmlik.

Appartements privés

  • 116 Linteau monolithe sans arc de décharge (épaisseur : 0,45 m).
  • 117 Porte : hauteur 2,20 m ; largeur 1 m. Ensemble supérieur en pierre compartimentée et sculptée : ha (...)
  • 118 Succession de volées, tournant à angle droit — avec paliers de repos — à l’intérieur d’une cage à (...)
  • 119 En raison de la hauteur de plafond des grandes salles (maq‛ad, qāa) qui dépasse celle des autres (...)
  • 120 En outre, le premier étage de l’aile Est, déjà occupé partiellement par une chambre du salāmlik, n (...)
  • 121 Superposition de deux chambres identiques au-dessus du porche (côté Ouest), īwān : 4,80 m × 3,50 m (...)
  • 122 Sol couvert de rangées de dalles disposées en chevrons.
  • 123 Hauteur : 4,05 m.
  • 124 Placards : 1,70 m × 0,30 m.
  • 125 Latrines : cuvette rectangulaire en briques (0,50 m × 0,30 m) avec orifice arrondi (diamètre, 0,18 (...)
  • 126 Indépendamment d’une loge de femmes donnant sur la première qā‛a.

54En face du maq‛ad et de son portail s’ouvre la porte du harem. Au niveau de la cour, elle apparaît comme la réplique de la porte précédente116, également rehaussée d’une ornementation moulurée à boucles arrondies117. L’escalier correspondant, à volées droites118, s’élève jusqu’aux terrasses, desservant les appartements privés répartis entre les trois étages119 (Pl. XXXI, XXXII). On peut alors compter sept chambres (ōḍa) et plusieurs chambrettes rattachées à deux salles de séjour (qā‛a). Comme nous avons eu l’occasion de le montrer dans les palais des émirs, on a conservé ici une préférence identique pour les bâtiments situés au Sud et à l’Est de la cour intérieure afin de profiter de la meilleure orientation possible, au Nord et à l’Ouest. Aussi, les deux qā‛a auxquelles sont reliées les différentes chambres sont-elles placées, soit en bordure de la rue d’accès, soit au-dessus du maq‛ad. Aucune de ces grandes salles n’occupe le premier étage, leur proximité du salāmlik ayant sans doute paru innoportune120. A un niveau légèrement supérieur à celui de la loggia se trouvent alors trois chambres de proportions assez semblables, réunies entre elles par des couloirs. Selon leur emplacement, elles s’éclairent tantôt sur la cour intérieure, tantôt sur la rue, plus rarement des deux côtés. Les plus belles chambres possèdent, en outre, allée et īwān avec balcon à moucharabieh (fig. 33)121. Également dallées de calcaire122 et couvertes d’un plafond à solives apparentes peu élevé123, les unes et les autres disposent de placards aménagés dans les défoncements muraux124. Des chambrettes affectées à la garde et à la domesticité complètent, avec hammam (ou lieux d’ablutions) et latrines125, l’installation du premier étage. Celle-ci se répétera à peu près au 2e étage dans les parties Nord et Est ; une seule chambre (ou antichambre) apparaît au 3e étage, au-devant de la qā‛a supérieure126.

PLANCHE XXXVI

PLANCHE XXXVI

Bayt Šabšīrī : coupe Est-Ouest avec élévation sur cour, côté Nord — en bas, communs ; en haut, appartements privés.

PLANCHE XXXVII

PLANCHE XXXVII

Bayt Šabšīrī : vue axonométrique.

  • 127 Dont le plan est carré ou rectangulaire.

55Ainsi peut-on observer que les épouses, voire certaines concubines, semblaient bien disposer ici de chambres particulières de même importance127 où il leur était loisible de se distraire du spectacle de la rue ou de la cour intérieure. De ce côté, les visites et réceptions organisées à l’intérieur du taẖtabuš ou du maq‛ad n’échappaient pas aux regards des femmes du harem et de leurs esclaves, à travers les grilles en moucharabieh. Ailleurs, les deux grandes salles servaient aux réunions quotidiennes, sinon de lieux de réception et de fête. Chant, musique et danse y constituaient toujours les attractions favorites. Cependant, chacune de ces qā‛a diffère de l’autre par son emplacement et sa configuration extérieure et intérieure. L’une occupe le second étage, l’autre le troisième.

Première qa‛a

  • 128 Correspondant aux deux īwān.
  • 129 Partagés entre salāmlik et harem.
  • 130 La longueur totale dépasse 14 m avec une largeur de 3 à 5 m.
  • 131 Long, grand īwān : 6 m ; durqā‛a, 3,80 m ; petit īwān, 4,80 m. Le plus grand īwān (côté Sud) est s (...)
  • 132 Solives à bords arrondis et entre-deux à caissons carrés et rectangulaires. Ornementation géométri (...)
  • 133 Les kurdī encadrent l’ouverture des īwān et des alcôves latérales. Les stalactites (muqarnas) cons (...)

56La qā‛a la plus longue et sans doute la plus ancienne est située entre la cour et la ruelle qu’elle domine de ses deux encorbellements extrêmes128 (Pl. XXXI, fig. 34). Elle s’appuie sur les chambres et couloirs aménagés au premier étage129, couvrant ainsi avec sa pièce annexe (côté Sud) la partie Est de Bayt Šabšīrī sur toute sa longueur130. Divisée entre dûrqā‛a et īwān inégaux131, elle était, à l’origine, probablement moins éclairée qu’elle n’apparaît aujourd’hui, de nouvelles baies latérales à moucharabieh ayant remplacé, semble-t-il, lanterneau et malqaf, au moment de la suppression de ceux-ci en prévision de la surélévation du bâtiment. De la première décoration architecturale ont subsisté quelques vestiges de lambris de marbre rayés noir sur fond blanc (fig. 35), ainsi que les boiseries dorées et peintes des plafonds à solives apparentes132 et des kurdī à stalactites133.

  • 134 Les deux loges de la qā‛a (2,75 m × 2 m) surplombent soit la chambrette annexe (Sud), soit un déga (...)

57Communiquant avec l’étage supérieur du harem, deux loges de femmes ajoutent leurs grilles de bois peint en surplomb de la qā‛a, l’une dominant l’īwān Sud (côté Sud), l’autre, l’īwān Nord (côté Ouest)134.

  • 135 Etoiles octogonales assemblées et répétées dans les portes des dūlāb.
  • 136 Inscription propitiatoire « Allah Mohammad » entre deux vases symétriques dans la partie supérieur (...)
  • 137 La couverture en terrasse du balcon est faite de solivettes et de planches sous une couche de fins (...)

58Entre le xviie et le xviiie siècle, les défoncements — déjà affectés à des placards —135 creusés dans les murs latéraux de la dûrqā‛a et des īwān auraient sans doute été transformés partiellement avec l’ouverture de nouvelles baies garnies de moucharabieh136. Largement aérée et éclairée vers l’Ouest, au-dessus de la cour, la principale mašrabiyya, que surmonte une coupolette en bois137, devait être particulièrement recherchée des femmes du harem pour sa lumière tamisée et sa fraîcheur renouvelée par la brise.

  • 138 Cf. Description de ces loges aux xve et xvie siècles dans la waqfiya d’al-Ġūrī, n° 222. Dominant l (...)

59Nul doute que cette qā‛a ait représenté la plus belle salle d’apparat du Bayt Šabšīrī. En l’absence de mandara, on peut alors supposer que le maître était parfois amené à utiliser la première qā‛a pour y organiser des réceptions masculines agrémentées de musique et de danse. Dès lors les femmes du harem devaient évacuer momentanément leur lieu de séjour le plus luxueux ; néanmoins elles pouvaient assister à la fête qui s’y tenait grâce aux deux loges qui leur étaient réservées138.

Deuxième qā‛a

  • 139 Située au 3e étage normal (ou 2e grand étage), la seconde qā‛a était surmontée autrefois d’une ter (...)

60Sans doute édifiée plus tard que la qā‛a précédente, celle-ci se surélève davantage avec le support plus important que lui fournit le maq‛ad (fig. 36)139. Sa disposition intérieure est une sorte de compromis entre la forme de la loggia et celle de la qā‛a classique (Pl. XXXII). De la première, elle emprunte les deux portes latérales de chambres extérieures (antichambre et loge de femmes) ainsi que deux larges ouvertures au Nord, s’opposant au défoncement postérieur ; de la seconde elle a conservé les grandes proportions.

  • 140 Avec sa balustrade basse, cette allée initiale semble avoir été introduite ici — en l’absence de c (...)
  • 141 Dallage « à bâtons rompus » se répétant — en dimensions réduites — dans la garniture inférieure de (...)
  • 142 Ses larges ouvertures au Nord dispensent également cette salle du recours habituel au malqāf et au (...)
  • 143 2,65 m × 1,34 m.
  • 144 Le svastika apparaît aussi dans l’assemblage des contrevents (de même type qu’au premier étage).
    Cf (...)

61Moins aisément accessible et moins luxueuse que la première qā‛a, cette vaste salle devait être exclusivement affectée au harem. Elle se distingue par plusieurs innovations : sa petite allée d’accès transversale140 remplaçant la dûrqā‛a centrale ; l’īwān unique au sol surhaussé et dallé de calcaire141 ; les deux grandes baies et une autre plus petite, montées sur encorbellement de façon à augmenter sensiblement la largeur de la salle. Ainsi ressemble-t-elle à un maq‛ad fermé surmontant le maq‛ad ouvert142. Son agrément le plus appréciable résultait, sans doute, de sa triple ouverture au Nord ; aménagée au fond de trois alcôves, chacune prenait air et lumière sur la cour en contrebas143. Même conception des baies avec grille et petite mašrabiyya saillante en bas, moucharabieh en forme de svastika en haut. Placés à la partie inférieure, des contrevents mobiles permettaient une certaine protection contre la chaleur et le froid144.

62Ainsi l’ingénieuse distribution des différentes pièces du Bayt Šabšīrī pouvait-elle répondre, malgré leur nombre assez réduit, aux besoins les plus divers. Les jours sans hôtes et sans visiteurs, le harem devait avoir la libre disposition de l’ensemble de l’habitation. En revanche, à l’occasion de réceptions importantes, les femmes du harem renonçaient-elles à l’usage de la première qā‛a, non sans obtenir la compensation de pouvoir assister aux fêtes les plus captivantes du haut de leurs loges.

PLANCHE Ν

PLANCHE Ν

Bâtiments d’habitation à plusieurs étages, rue al-Kiyadeh, longeant le côté Sud-Ouest de la Mosquée Ibn Ṭūlūn (d’après C. Mauss).

Manzil al-Kīrīdliya et Manzil Amna bint Sālim

  • 145 Cf. A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, Bulletin d’Études (...)

63C’est à l’extrémité du faubourg Sud que furent édifiées ces deux belles demeures bourgeoises, dans le style des constructions précédentes (Pl. XXXVIII). Elles figurent aujourd’hui parmi les rares témoins d’un ancien quartier prospère qui s’était étendu jusqu’à cet endroit après la conquête ottomane145.

  • 146 Murs Sud de la Mosquée élevée au ixe siècle.
  • 147 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 53, 73, 76. L’état d’abandon et de ruine dans lequel le Comité (...)

64Peut-être n’auraient-elles pas été aussi bien préservées si leur fondateur ne les avaient adossés aux murs de la Grande Mosquée d’Ibn Ṭūlūn146. Il semble, en effet, que l’on doive à cette situation particulière le classement et la sauvegarde de ces bâtiments qui paraissent avoir bénéficié des derniers travaux de restauration de la célèbre mosquée toulounide, décidés vers 1929 par le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe147.

  • 148 Vaste cour précédant la mosquée et ses différentes portes d’entrée, côté Est.

65Alors que le monument religieux et les deux habitations citadines apparaissent maintenant isolés par un important dégagement, il n’en était pas ainsi autrefois, lorsque ces manzil faisaient partie d’un quartier très dense desservi par d’étroites ruelles. De celles-ci il ne reste plus que le passage séparant le Manzil al-Kirīdlīya du Manzil Āmna bint Sālim et aboutissant, par un large escalier, à la cour antérieure de la Mosquée148.

  • 149 Id., pp. 52-53. Sur l’origine des deux manzil fondés respectivement en 1540 (Manzil Amna bint Sāle (...)
  • 150 Id., pp. 73 et 76. Musée connu aujourd’hui sous le nom de son créateur, Gayer Anderson, qui y inst (...)

66Connues tout d’abord sous leurs deux appellations respectives149, ces demeures contiguës devaient se fondre ensuite dans une seule propriété, le Manzil al-Kirīdlīya, nom sous lequel elles furent dès lors désignées par le Comité avant d’être affectées ensemble à la création d’un musée d’art islamique150.

  • 151 Id., passim.

67En les examinant, l’une et l’autre, nous constaterons qu’il n’a sans doute été possible d’en sauver que l’essentiel, c’est-à-dire, avec les portes d’entrée extérieures, les plus belles salles élevées autour de la cour intérieure. Certaines parties jugées secondaires, comprenant chambres et communs auraient alors été abandonnées en raison de leur état jugé irrémédiable151.

Aspect extérieur

  • 152 L’extension de la double demeure avait dû aboutir, vers le xviiie siècle, à l’élévation d’un 3e ét (...)

68De ces deux bâtiments voisins également appareillés en calcaire, l’aspect général ne se distingue guère, au dehors, de celui des élégantes demeures bourgeoises qui ont été décrites plus haut appartenant à l’ancienne Cité. Mêmes façades à fenêtres barreaudées et encorbellements à moucharabieh, même hauteur des terrasses au-dessus de deux ou trois étages (fig. 37). Cependant, on ne peut s’empêcher d’être frappé ici par la présence inattendue de deux éléments nouveaux : d’abord, se faisant face, deux portes d’entrée de style très différent ; ensuite le rattachement d’une véritable tour d’angle à l’ancien Manzil de Kirīdlī formée par un sabīl-kuttāb (fig. 37, 38)152.

PLANCHE XXXVIII

PLANCHE XXXVIII

Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan de situation.
1. Manzil al-Kirīdlīya ; 2. Manzil Āmna bint Sālim ; 3. Mosquée Ibn Ṭūlūn.

Entrée du Manzil Āmna bint Sālim

  • 153 Portail restauré par le Comité, et renfermant une porte à deux battants. Les deux cartouches qui o (...)
  • 154 Disposition également fréquente, à l’entrée des monuments religieux et de certains bâtiments publi (...)
  • 155 Première moulure à boucles, apparue au Caire, entre la fin du xive siècle et le début du xve, où e (...)
  • 156 Consoles à faible saillie limitée à une seule tête arrondie.
  • 157 qā‛a aménagée parallèlement à la ruelle Ibn Ṭūlūn.

69La différence d’un siècle qui sépare les deux constructions voisines apparaît clairement de prime abord dans la forme architecturale de leurs entrées respectives. La porte de Āmna bint Sālim, la plus ancienne, puisqu’elle daterait du milieu du xvie siècle, surprend par le maintien d’un style encore très proche de la période mamelouke153. Nous n’aurons pas l’occasion d’en revoir d’autres exemples, occupant les mêmes fonctions, aux siècles suivants, dans l’architecture domestique du Caire (fig. 46). On y observe, en effet, construit en assises bicolores, un portail à linteau droit aménagé dans un défoncement et flanqué de deux banquettes de pierre au savant assemblage, selon le goût cher aux bâtisseurs mamelouks154. La sobriété de cette façade n’est atténuée que par la moulure classique à boucles arrondies qui encadre l’ensemble155. Une mašrabiyya de type tardif surplombe le portail et se prolonge dans la façade par un long encorbellement sur consoles de pierre156, correspondant au débordement supérieur de la grande salle (qā‛a) du harem157.

  • 158 Cette dernière utilisation correspondrait alors à une coutume observée dans certaines villes nord- (...)

70A droite de l’entrée, une simple porte fermant une sorte de loge surhaussée — en forme d’échoppe — se répète dans la façade opposée de Kirīdlīya. Ce lieu était réservé sans doute au gardiennage de l’entrée ou à certains entretiens des maîtres hors de leur logis158.

Entrée du Manzil al-Kirīdlīya

  • 159 Constructions religieuses et civiles. Voir Palais du Caire, III, 1979, p. 2 : porte d’entrée de la (...)

71Cette porte ne ressemble aucunement à la porte voisine, bien qu’elle appartienne à une demeure de même importance. Par contre elle ne diffère pas de l’entrée des habitations citadines examinées plus haut, dans le quartier de Bāb Zuwayla (fig. 39, 40). Dans les deux façades opposées, on peut cependant reconnaître la survivance de types de portes différentes, qui furent en honneur dans les constructions mameloukes159.

  • 160 Doubles consoles de pierre à têtes arrondies et bases en stalactites supportent l’encorbellement d (...)
  • 161 Dans le quartier al-Azhar, la demeure contemporaine de Sitt Wasīla possède une entrée de même type
  • 162 Absence de lucarne barreaudée au-dessus de la porte pour l’éclairage de l’antichambre.

72Ici, le seuil se surélève de trois marches, à l’abri d’un large encorbellement160 formant auvent au-dessus de l’entrée. De même qu’à Ğamāl al-Dīn et Šabšīrī, la porte à un seul vantail s’ouvre dans un arc brisé161. Les claveaux à crossettes sont également séparés des montants par un panneau rectangulaire mouluré que garnissent des motifs étoiles reliés à un élément hexagonal. Une forte boucle arrondie marque le sommet de l’arc où se rejoignent les moulures traditionnelles à bouclettes qui rehaussent l’entourage de la porte — montants, arc et écoinçons —162.

Sabīl

  • 163 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, p. 436.
    A. Raymond, Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xv (...)
  • 164 Au niveau inférieur de la fenêtre, une tablette en calcaire sur consoles taillées « en éventail » (...)
  • 165 Moulures « en chaîne » et boucles hexagonales.
  • 166 A comparer avec d’autres sabīl de même époque, tels que le sabīl de la wakāla de Qāyt bāy, près d’ (...)
  • 167 Disparition des inscriptions dans les cartouches surmontant linteau et arc de décharge.
  • 168 S’agit-il d’une modification du kuttāb (ou maktab) originel qui serait intervenue au moment de sa (...)

73Déjà fréquente, sous le règne des Sultans Mamelouks, la fondation pieuse que représente la création d’une fontaine publique (sabīl) au-dessous d’une école coranique, n’a cessé de se développer sous la domination ottomane163. On sait qu’elle se rattache le plus souvent à un autre monument public, mosquée, madrasa, hānqā (ou taqiya), voire wakāla ou rab‛. Son annexion à une demeure privée semble plus rare. Aussi cette particularité contribue-t-elle à renforcer l’originalité architecturale du Manzil al-Kirīdlīya. Dans une haute tour carrée, soigneusement appareillée, la partie inférieure affectée au sabīl montre deux façades d’angle de type classique, façades de valeur inégale bien qu’elles soient constituées des mêmes éléments : enmarchement inférieur permettant de s’élever au niveau de la fontaine et de sa grille164, celle-ci étant surmontée d’un linteau sous arc de décharge dans un encadrement mouluré165. Deux colonnettes cantonnées à décor entrelacé flanquent les deux extrémités de la façade principale166. C’est dans celle-ci que s’ouvre la fenêtre barreaudée la plus importante167, tandis que deux autres grilles la surplombent aux premier et second étages. Cette dernière disposition — avec encorbellement — ne correspond pas à celle que présente habituellement un kuttāb aménagé à ce niveau élevé, son ouverture entière sur l’extérieur, entre arcs et colonnettes constituant sa principale caractéristique168, à la différence du sabīl inférieur qui demeure fermé entre murs et grilles.

Aspect intérieur

Cour, accès et communs

  • 169 Murs et voûtes appareillés comme ceux des entrées contemporaines rappelées plus haut.
  • 170 A bords arrondis et entre-deux compartimentés.
  • 171 L’inscription commémorative de l’entrée est rappelée dans les frises du maq‛ad et du sabīl-kuttāb. (...)

74Avant de pénétrer dans chacune des deux cours voisines, on devait franchir successivement — comme précédemment — l’antichambre traditionnelle pourvue d’une maṣṭaba, face à l’entrée, puis le couloir en chicane couvert en voûte brisée169 (Pl. XXXIX). Dans l’antichambre plus ample de Kirīdlīya, le plafond à solives apparentes170 a conservé son ornementation peinte qui entoure une frise dont l’inscription rappelle l’auteur et la date de fondation du bâtiment, Moḥammad al-Hāğğ al-Sālim, 1631171.

  • 172 Vers la rue Ibn Ṭūlūn.
  • 173 L’architecture mamelouke apparaît encore dans cette double voûte brisée. Dimensions moyenne de la (...)

75On conçoit que cette pièce ait pu convenir à des entretiens d’affaires tandis que l’entrée correspondante ne devait être réservée qu’au maître et à ses familiers ainsi qu’aux visiteurs et hôtes de même rang. Au service domestique de cette demeure semble alors avoir été affecté un second accès à la cour aménagé, du côté opposé, dans des proportions plus modestes172. Son couloir en double chicane (forme en S) n’en est pas moins protégé par une haute voûte appareillée ; l’arc brisé sous lequel il débouche sur la cour se répète à son côté avec la même élégance, pour former l’abri d’un puits173.

PLANCHE XXXIX

PLANCHE XXXIX

Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).
1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 4-5. Entrée principale, (a) maṣṭaba ; 6. maẖzan ; 7. Cour, (d) fasqiya ; 8. Chambre ; 9. Entrée secondaire ; 10. Puits ; 11. Escalier ; 12. sabīl ; 13. Entrée nouvelle ; 14. Mausolée ; 15. Latrines ; 16. maẖzan ; 17. Porche voûté ; 18. Entrée du sabīl-kuttāb.

  • 174 Une troisième entrée a été ajoutée, vers 1936, pour l’accès des visiteurs du Musée.
  • 175 Couverte en voûte appareillée au plafond en charpente.
  • 176 Disparition probable de ces portails avant (ou pendant) les travaux de restauration entrepris par (...)
  • 177 Avec son perron latéral ce portail rappelle ceux du maq‛ad Mamā‛ī et du maq‛ad du Palais de Qāyt b (...)
  • 178 Notamment l’entrée sur la cour et une porte voisine (dépendances sous le maq‛ad).

76Plusieurs pièces s’intercalent ici, entre les deux entrées174, utilisées autrefois comme lieu de réunion, sinon comme chambre domestique ou magasin à vivres (maẖzan). Au rez-de-chaussée de l’habitation voisine, les pièces donnant sur la cour devaient répondre au même usage175. Dans les deux manzil, les arcs persans de leurs portes permettent de distinguer celles-ci des portes de communication — couloirs, escaliers — s’ouvrant sous linteau ou arc surbaissé. Mais dans la cour Āmna bint Sālim, on ne trouve plus trace des beaux portails en pierre sculptée que la cour al-Kirīdlīya possède encore à l’entrée des salles nobles — salāmlik et harem176. Il est vrai que la première demeure ne montre aussi qu’un maq‛ad réduit à un seul arc (fig. 47), tandis que le maq‛ad de Kirīdlīya n’apparaît pas inférieur à ceux qui ont déjà été examinés. Aménagé, selon la coutume, à droite de la loggia surélevée qu’il dessert, le beau portail de ce maq‛ad reste fidèle au style des premiers modèles inaugurés au xve siècle (fig. 41, 42)177. Le perron habituel exhausse la porte d’entrée dans un haut défoncement qui se termine en arc trilobé à stalactites au niveau des deux arcs voisins. Assemblage bicolore curviligne et ornementation sculptée de la pierre en champlevé se superposent entre linteau, arc de décharge et panneaux décoratifs à motifs floraux. Une moulure en chaîne hexagonale souligne la hauteur du portail, l’encadrant entièrement depuis les banquettes inférieures jusqu’au sommet, et le reliant aux autres parties de la façade du maq‛ad178.

  • 179 Ce type de portail s’apparente à la porte du harem du Palais de Qāyt bāy (xve) ainsi qu’à l’entrée (...)

77A l’angle Nord-Est de la cour, le portail du harem de cette demeure peut rivaliser avec le précédent tout en adoptant une forme différente (fig. 45). De mêmes proportions, l’ouverture de la porte au rez-de-chaussée — sous linteau et arc de décharge — apparaît dans un défoncement non moins élevé. D’aspect rectilinéaire, celui-ci s’élève — en se rétrécissant jusqu’au niveau du second étage, où il se termine par une large frange de stalactites de pierre — taillées en biseau — (fig. 44)179.

  • 180 Cour d’Āmna bint Sālim.
  • 181 Cour d’al-Kirīdlīya. La fermeture de l’un des côtés de la cour par un mur aveugle n’est pas except (...)
  • 182 C’est peut-être l’une des raisons pour laquelle l’ouverture du maq‛ad a dû être fixée ici vers l’E (...)
  • 183 Au-dessus des communications, communs et pièces du rez-de-chaussée.

78Les quatre façades qui s’élèvent autour de chacune des deux cours montrent le même souci de diversité déjà observé ailleurs. En dehors des murs de séparation uniformes, côté Ouest180 ou côté Nord181, les autres côtés présentent toujours une composition architecturale particulière. Les plus intéressantes apparaissent au Manzil al-Kirīdlīya où le maq‛ad s’impose encore, en premier lieu, par son élégance et ses grandes proportions, occupant toute la partie Ouest — au-dessus de l’entrée et d’un maẖzan182. Les côtés Est et Sud sont réservés aux ouvertures barreaudées de forme variable appartenant aux deux qā‛a aménagées à l’étage183.

  • 184 Agrandissement apparemment tardif, édifié en briques, et pourvu sans doute d’un hammam.
  • 185 A l’angle Nord-Est de la cour. On peut s’étonner du faible nombre de chambres qui subsistent aujou (...)
  • 186 Conformément aux exemples présentés plus haut (Manzil Ǧamāl al-Dīn et Bayt Šabšīrī).

79La surélévation générale d’un étage supérieur a disparu184. Elle comportait probablement les appartements complémentaires du harem, auxquels on accédait par le portail d’honneur décrit plus haut et l’escalier correspondant185. De même ne trouve-t-on plus trace aujourd’hui des dépendances qui devaient être rattachées autrefois à chacun des manzil et qui renfermaient cuisine, logements domestiques voire écurie, répartis autour d’une courette secondaire. Sans doute, les couloirs encore visibles, côté Est, servaient-ils de communication pour le service habituel entre ces communs, la cour avec son salāmlik et l’escalier affecté au ḥaramlik186.

salāmlik

  • 187 Des pièces de réception de cette nature auraient été utilisées, semble-t-il, auparavant (Bayt Zayn (...)
  • 188 Peut-être modifiée ( ?).
  • 189 Comparable également à d’autres maq‛ad de même époque (maq‛ad de Sitt Wasīla, maq‛ad al-Mullā).
  • 190 Joignant deux portes de communication à chaque extrémité de maq‛ad.
  • 191 Profondeur différente des deux alcôves encadrées de kurdī et pavées de carreaux de faïence tunisoi (...)
  • 192 Sous imposte à stalactites.
  • 193 Ornementation traditionnelle : géométrique et florale (conservant l’emploi de médaillons persans).
  • 194 L’exemple de ces inscriptions commémoratives venait de haut ; il était en honneur dans les palais (...)

80De part et d’autre, on ne trouve aucune pièce importante au rez-de-chaussée qui aurait été destinée autrefois au salāmlik : ni portique (taẖtabuš), ni grande salle de réception (mandara). Peut-être réservait-on seulement à l’accueil de certains visiteurs la chambre située près du couloir d’entrée et donnant sur la cour187. Les lieux de réception et de réunion les plus importants du salāmlik se trouvent à l’étage (Pl. XL). Si l’on excepte l’étroite loggia de Āmna bint Sālim188, celle d’a3l-Kirīdlīya n’apparaît nullement inférieure à celle des maq‛ad de Ğamāl al-Dīn et de Šabšīrī189. Similitude du parterre desservi par une allée190 séparant īwān et double alcôve du fond191 ; de la double arcade brisée - outrepassée reposant sur une colonne médiane à chapiteau antique (fig. 41, 42)192, enfin du plafond à solives apparentes et entre-deux compartimentés richement recouverts d’une ornementation dorée et peinte (fig. 43)193. Aux regards des visiteurs, les cartouches épigraphiques de la frise rappelaient, en hauts caractères dorés, le nom d’Al-Hāğğ Moḥammad ibn Al-Hāğğ Sālim, et la date de l’édification de sa demeure194.

  • 195 Effet de symétrie obtenu, soit dans l’affrontement de la double arcade du maq‛ad avec la double ba (...)
  • 196 mašrabiyya surplombant l’entrée principale, dans la ruelle Ibn Ṭūlūn. Il est probable que le choix (...)
  • 197 De leurs chambres situées à divers niveaux, les femmes pouvaient se rendre aux grandes salles de s (...)

81Pour l’agrément du maître et de ceux qu’il se plaisait à recevoir, la vue en surplomb sur la cour offrait, avec la diversité de ses façades, un heureux équilibre des grandes formes architecturales, horizontales et verticales195. Enfin, chaque soir, on y jouissait comme ailleurs de la fraîcheur de l’air apportée par la brise du soir. Toutefois, selon les saisons et certaines heures de la journée, on préférait se réunir à l’abri d’une salle fermée. C’est pourquoi une qā‛a a été établie ici, au voisinage du maq‛ad avec lequel elle communique (côté Est). Une certaine pénombre y est entretenue afin de conserver une température égale avec l’ouverture de rares fenêtres barreaudées, au Nord et à l’Ouest196. Comme nous l’avons dit plus haut, il est permis de supposer que les femmes du harem avaient aussi la liberté de se réunir dans cette agréable salle ainsi que dans la loge du maq‛ad en dehors des visites et réceptions masculines197.

82Dans l’ancienne demeure de Āmna bint Sālim, il ne devait pas en être autrement. Accessible par le petit maq‛ad formant antichambre, la grande salle de l’étage répondait probablement, de la même façon, à une double fonction : mandara réservée aux fêtes ou réceptions masculines et qā‛a laissée habituellement à la disposition du harem (fig. 48).

  • 198 Palais du Caire, III, 1979, pp. 70-72. Dimensions : 14,50 m × 4,50 m.
  • 199 Palais du Caire, II, 1977, Palais Beštak, Yašbak, Emir Ṭāz, Alin Ak...
  • 200 lbid., qā‛a al-Irsan, qā‛a Muḥibb al-Dīn al-Mu‛qqa (ou ‛Otmān Katẖuda).

83Soigneusement restaurée par le Comité, cette salle noble diffère de la précédente par des proportions plus imposantes198, sa construction s’appuyant sur les murs, plafonds et voûtes de l’entrée et des maẖzan inférieurs. En outre, son orientation au Nord a été conservée telle qu’elle était en honneur, à l’époque mamelouke, pour faciliter la ventilation intérieure199, avec le secours notamment du malqaf et du mamraq200. Afin de laisser régner la plus grande fraîcheur possible dans ce lieu, on le gardait fermé, comptant certainement moins de fenêtres à l’origine qu’il n’en apparaît aujourd’hui.

  • 201 lbid., III, qā‛a Zaynab Hatūn, qā‛a al-Fāsī...
  • 202 Malgré la disparition des anciens parements de marbre.
  • 203 Le plafond s’étend maintenant au-dessus de la dûrqā‛a, à l’emplacement du lanterneau (non restauré (...)
  • 204 Grilles à moucharabieh pourvues des étroites ouvertures habituelles — fermées « en tabatière ».
  • 205 Grâce à l’utilisation du percement des créneaux d’Ibn Ṭūlūn (murs Sud), la galerie Nord et les piè (...)
  • 206 Chambre de repos aménagée près du petit īwān.

84Avec la diversité de ses niveaux entre dūrqā‛a centrale, īwān extrêmes et maṣṭaba des alcôves, on retrouve encore ici la configuration des grandes qā‛a classiques du xve siècle201. On peut y observer également un goût persistant pour le luxe ornemental du sol et du plafond202 : fontaine surbaissée de la dûrqā‛a dans un cadre à décor polygonal de marbre de couleur, boiseries murales, plafond (et kurdī) à solives arrondies, dorées et peintes des īwān203. L’originalité de cette belle qā‛a ressort principalement de l’importance accordée aux loges de femmes. En effet, ces loges occupent presque entièrement le pourtour supérieur de la salle — voisin du plafond — avec leurs longues mašrabiyyāt204 adoptant alternativement la forme de galeries et de chambres hautes205. Femmes du harem, chanteuses et musiciennes pouvaient alors s’installer commodément dans les deux pièces extrêmes, l’une située au-dessus de la chambre annexe de la qā‛a206, l’autre surmontant l’escalier de la ruelle Ibn Ṭūlūn. De là-haut, elles pouvaient suivre dans tous ses détails la cérémonie qui se déroulait d’un bout à l’autre de la qā‛a.

Harem

  • 207 Une antichambre la sépare de la qā‛a voisine du maq‛ad.
  • 208 Dimensions : 8,80 m × 7,50 m.
    On pourrait rapprocher la conception particulière de cette qā‛a de ce (...)

85Entre les deux habitations voisines, le seul vestige qui subsiste de l’ancien harem n’apparaît que dans la seconde qā‛a d’al-Kirīdlīya. Située à l’Est de la cour, cette salle était accessible par la porte et l’escalier du ḥaramlik207 (Pl. XL, XLI). A l’intérieur comme à l’extérieur, elle se distingue entièrement des deux qā‛a précédentes ; au classicisme architectural de celles-ci avec la hauteur de leurs plafonds et leur pénombre habituelle, cette autre qā‛a d’al-Kirīdlīya oppose une innovation importante : réduction du plan général à un seul īwān précédé de la dûrqā‛a ; accès à celle-ci par une porte extrême — non plus sur l’un des côtés de la dûrqā‛a — abaissement du plafond, dépourvu de malqaf et de mamraq ; remplacement de ces éléments par de larges baies à moucharabieh sur trois côtés (Nord, Ouest, Est). Ainsi cette qā‛a d’un type nouveau regagne-t-elle en largeur les dimensions que la suppression de l’un des īwān lui fait perdre en longueur. En effet, l’élargissement de la salle obtenu grâce à l’adjonction de vastes maṣṭaba et balcons à moucharabieh, aboutit presque à doubler l’espace intermédiaire — dûrqā‛a et īwān208. En outre, air et lumière ne sont plus réduits mais recherchés le plus largement possible. Les ouvertures correspondantes permettaient ainsi de se distraire à des spectacles très divers ; au dehors, l’animation pittoresque de la rue constamment renouvelée ; au dedans les allées et venues de la domesticité ainsi que la réception des visiteurs organisée, en face de la qā‛a, dans la loggia du maq‛ad. Celle-ci devait alors apparaître comme une scène de théâtre au niveau et à la vue des femmes du harem.

PLANCHE XL

PLANCHE XL

Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan, du 1er étage (d’après archives).
1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 7. Cour ; 11. Escalier ; 12. Vide du sabīl ; 14. Mausolée ; 15. Cabinet de toilette ; 19. maq‛ad, (a) banquette dans défoncement mural, (b) allée, (c) īwān ; 20. a, (a) divan, (b) dūrqa’a, (c) īwān ; 21. Antichambre ; 22. qā‛a, (a) alcôve et divan, (b) dûrqā‛a, (c) īwān ; 23. qā‛a, (a) alcôve et divan, (b) durqaa, (c) īwān, (d) fasqiya ; 24. Chambre annexe ; 25. Chambre.

PLANCHE XLI

PLANCHE XLI

Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Amna bint Sālim : plan du 2e étage (d’après archives).
1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 7. Cour ; 11. Escalier ; 14. Mausolée ; 15. Latrines ; 19. Vide du maq‛ad ; 20. Vide de la qā‛a ; 21. Vide de l’antichambre ; 22. Vide de la qā‛a ; 25. Chambrette ; 26. Antichambre ; 27. Loge de femmes (Sud) ; 28. Galerie-tribune ; 29. Loge de femmes (Nord) ; 30. Kuttāb.

Sabīl-kuttāb

  • 209 Escalier séparé de la cour par une antichambre, près de l’entrée sur la cour (côté Est).
  • 210 La pièce inférieure est pourvue d’un salsabīl à stalactites de bois doré et peint séparant des pla (...)
  • 211 Supra. lbid., III, p. 53. E. Pauty, Les palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1 (...)

86Accessible de la cour al-Kirīdlīya, ainsi que de l’extérieur (côté Sud), par un couloir et un escalier particulier209 sabīl et kuttāb constituent bien une construction semi-indépendante, à l’angle Sud-Ouest de la demeure. En bas, la fontaine publique permettait aux passants de s’y désaltérer. En haut, la petite école — dont on connaît mal la forme extérieure initiale — répondait aux besoins de l’enseignement coranique parmi les enfants du quartier. Néanmoins, le souci ornemental ne se manifeste pas moins dans ces deux pièces d’utilité publique que dans les autres parties du Manzil al-Kirīdlīya, puisqu’on peut y admirer également dallage et lambris de marbre, placards et plafonds de bois peint210. Le nom du fondateur et la date de la fondation s’y trouvent aussi reproduits en frise211.

Manzil Sitt Wasīla

  • 212 Léon L’Africain, Description de l’Afrique, II, p. 504-505. A. Raymond, La population du Caire de M (...)

87Au cœur de la Cité, le célèbre quartier de la grande Mosquée al-Azhar demeura toujours l’un des plus recherchés de l’élite citadine. Celle-ci était attirée non seulement par la présence de l’Université au rayonnement universel dans le Monde Musulman, mais aussi par une organisation commerciale particulièrement active et prospère concentrée à cet endroit, stimulée directement par certains sultans mamelouks, tels que Qāyt bāy et al-Ġūrī, qui n’hésitèrent pas à y édifier des caravansérails (wakāla) de très grande importance212.

  • 213 G. Delanoue, Les Musulmans, L’Égypte d’aujourd’hui, Permanence et changements 1805-1976, Paris, 19 (...)
  • 214 A. Raymond, Deux familles de commerçants fasis au Caire à la fin du xviiie siècle, Revue de l’Occi (...)

88Pourtant, des luxueuses habitations qui devaient jadis abriter en grand nombre la fortune de Chefs religieux renommés213 ou celle de marchands opulents, égyptiens ou étrangers214, il ne reste plus maintenant que de rares vestiges.

89L’une de ces demeures, contemporaines de celles qui ont été examinées plus haut, a été partiellement épargnée et sauvée grâce à l’intérêt qui lui a été porté par le Comité. Située à faible distance d’al-Azhar, elle est connue et classée sous le nom de Sitt Wasīla (Pl. XLII).

  • 215 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane au Caire, Le Caire, 1972, p. 35.
  • 216 Id. (1). « Le secteur de la vieille ville dans lequel se trouvent ces deux palais comporte de nomb (...)

90A. Lézine qui en a déjà publié l’étude, nous donne à ce sujet les renseignements suivants215 : « Ce palais qui fut sans doute bâti au xviie siècle, est situé à une centaine de mètres au Sud de la Grande Mosquée al-Azhar. Son entrée se trouve dans l’impasse al-Ennabī. Il est mitoyen à l’Est avec un autre palais classé, celui d’al Ḥarrāwī qui lui est postérieur216.

  • 217 Id. Expropriation de l’immeuble intervenue seulement après la seconde guerre mondiale.

91Les premiers travaux de déblaiement, de consolidation des maçonneries et des menuiseries furent effectués vers 1924...217.

92On le décrit comme étant très délabré. Une inscription qui s’y trouve atteste qu’il a appartenu à un certain ‛Abd al-Ḥaq et son frère, fils de al-Lakkālī, en 1047 de l’Hégire (1637 A.D.). Ils en furent peut-être les fondateurs, Sitt Wasīla ayant été la dernière propriétaire de cette habitation ».

  • 218 Id.
  • 219 Voir les Palais d’al-Razzāz et de Riḍwān bey ainsi que le Manzil de Ğamāl al-Dīn...

93Il est permis de penser, avec l’auteur de ces lignes, que les vestiges encore visibles de l’ancienne demeure de Sitt Wasīla, malgré tout l’intérêt qu’ils présentent, ne suffisent pas cependant à donner une idée exacte de son état primitif218. On peut estimer, en effet, qu’elle devait s’étendre autrefois entre les deux rues parallèles, al-Ennabī et al-Qaṣr, conformément aux plans d’ensemble que nous avons déjà relevés dans des cas semblables, lorsqu’il s’agissait de palais princiers ou de demeures importantes219.

  • 220 Portes correspondant notamment aux dépendances. L’une de ces portes est encore visible, avec son a (...)

94S’il en était ainsi, à l’accès principal, rue al-Ennabī, se seraient ajoutés auparavant des portes complémentaires, rue al-Qaṣr220.

Aspect extérieur actuel

  • 221 L’uniformité de la façade n’est atténuée qu’à son extrémité (Nord-Ouest) par un seul encorbellemen (...)

95A la haute façade aveugle en pierre de taille, qui s’élevait jadis presque uniformément le long de la rue al-Ennabī221, afin de soustraire l’intérieur du bâtiment aux regards des passants, a succédé une vue extérieure moins discrète. En effet, la ruine des murs supérieurs bordant la cour de l’habitation découvre aujourd’hui les hautes grilles de l’étage qui dominaient celle-ci et qui se trouvaient dissimulés autrefois (fig. 49).

  • 222 En bas, couloir reliant la cour intérieure à la 2e porte d’entrée (Nord-Ouest) ; en haut, communic (...)

96Ailleurs, on relève seulement dans l’ancienne façade, en dehors de la porte d’entrée, d’étroites ouvertures barreaudées destinées à l’éclairage de deux couloirs superposés, au rez-de-chaussée et à l’encorbellement de l’étage222. Ainsi la différence entre cette façade et celles qui ont été examinées plus haut, s’explique par l’absence de toute mašrabiyya sur la rue al-Ennabī.

PLANCHE XLII

PLANCHE XLII

Manzil Sitt Wasīla : plan de situation.
1. Bayt Zaynab H̲atūn ; 2. Manzil Sitt Wasīla ; 3. Manzil Ḥarāwī ; 4. Mosquée al-Azhar.

Entrée principale

  • 223 Trois Palais, p. 36. « On pénètre actuellement dans le bâtiment par une autre porte située à 29 mè (...)

97« L’ancienne porte d’entrée se trouve dans l’impasse, à l’extrémité orientale du monument. Elle est aujourd’hui abandonnée parce que trop enterrée, en raison de la surélévation du niveau de la voie » (fig. 49)223.

  • 224 Hauteur approximative de la porte : 3,30 m ; largeur : 3 m. Formé de 9 claveaux à crossettes (épai (...)

98La répétition ici du type de porte arquée à moulure en chaîne hexagonale confirme la fidélité des constructeurs de l’époque à une forme architecturale très ancienne224.

  • 225 De dimensions réduites, cette entrée de type traditionnel est couverte d’une voûte brisée.

99L’aménagement intérieur de cette entrée ne se distingue pas davantage des précédentes, comportant également une maṣṭaba pour le gardien et un étroit couloir coudé débouchant sur la cour privée225.

Distribution intérieure

  • 226 A rapprocher de la sauvegarde du maq‛ad al-Mullā (xviie s.).
  • 227 Ces constructions ont probablement été réalisées à des époques différentes.

100Lorsqu’on pénètre dans la cour de Sitt Wasīla et que l’on visite les pièces qu’elle dessert, on imagine aisément la plus grande extension des bâtiments actuels dans le passé, ceux-ci ne représentant plus que la moitié environ des constructions originelles. Comme on a déjà pu l’observer dans certaines demeures précédentes, on constate encore ici que les efforts de sauvegarde ont surtout été favorables aux salles nobles et aux communs qui s’y rattachaient. C’est pourquoi l’ensemble du salāmlik apparaît complet, avec ses dépendances habituelles, ainsi qu’une qā‛a du ḥaramlik, cette survivance se limitant exclusivement à la partie Nord de la demeure226. Dans la partie Sud devaient trouver place, outre les appartements privés, la plupart des communs comprenant, autour d’une cour secondaire, cuisine, magasin à vivres, logements domestiques, écurie227.

État actuel

  • 228 Côté Nord (voir supra).

101De même qu’au Manzil al-Kirīdlīya, la cour pourtant moins vaste de Sitt Wasīla n’est entourée de pièces que de trois côtés, le quatrième côté étant seulement occupé par un haut mur appareillé228.

102A l’opposé, le côté Sud est entièrement rempli par la façade du maq‛ad — loggia sur communs — les côtés Est et Ouest étant affectés, en bas, aux portes d’entrée et de communication intérieure, en haut à de grandes baies à moucharabieh d’aspect symétrique, appartenant, l’une au salāmlik (Est), l’autre au harem (Ouest) (fig. 50).

  • 229 Disposition rappelant celle du Bayt Šabšīrī. On y trouve aussi des latrines (porte à arc persan) d (...)

103Située près du mur aveugle, l’entrée voûtée s’accompagne d’une pièce d’accueil ordinaire avec latrines intermédiaires en chicane229.

  • 230 Chaîne et boucles hexagonales.

104En face, un portail en défoncé et arc surbaissé comprend une porte de couloir — linteau droit sous arc de décharge — entre deux sièges d’angle et s’entoure de la moulure en chaîne traditionnelle (fig. 51)230. La hauteur et le décor du portail témoignent de son importance, s’agissant de l’accès au couloir conduisant à la grande salle d’apparat du salāmlik (mandara).

  • 231 Il s’y ajoute un abreuvoir de calcaire appuyé au mur Nord de la cour.

105A côté, une niche à arc surbaissé abrite la margelle d’un puits — qui se répète — derrière le mur du fond, à l’angle du couloir coudé231.

106Au-dessus de deux portes de maẖzan — jadis à arc persan — s’élève la double arcade brisée-outrepassée du maq‛ad, de même style que celui des riches demeures examinées plus haut. Un escalier latéral de même nature conduit au portail de la première salle de réception du salāmlik — porte à linteau droit sous imposte barreaudée et corniche à stalactites.

salāmlik

107Bien que la cour et son entrée ne présentent que des proportions modestes, l’ampleur donnée au salāmlik et la valeur ornementale de ses deux portails montrent assez l’importance du lieu, signes de la richesse de ses anciens propriétaires.

108Situées dans le prolongement l’une de l’autre, les deux grandes salles réservées à la réception et aux réunions d’hommes sont contiguës et parallèles à la ruelle al-Ennabī (Pl. XLIII).

  • 232 L’usage du portique d’accueil (taẖtabuš) paraît encore assez peu répandu, entre le xvie et le xvii(...)

109L’une s’élève à l’étage et donne sur la cour (maq‛ad) (fig. 52, 53), l’autre se trouve au rez-de-chaussée, auprès de ses couloirs d’accès (mandara) ; on connait leurs propriétés respectives permettant d’utiliser soit une loggia surélevée, largement ouverte au Nord, soit une longue salle entièrement fermée (fig. 55)232.

  • 233 Trois Palais, p. 39-40. « Toute la façade du maq‛ad : 2 arcs sur colonne centrale, a été reconstru (...)

110Avec sa double arcade brisée sur colonne médiane, le maq‛ad de Sitt Wasīla apparaît encore ici comme l’un des indices caractérisant les luxueuses demeures de notables (Pl. XLIV, fig. 52,53). On y relève un aménagement interne semblable à celui des maq‛ad déjà décrits : répartition identique entre īwān, allée surbaissée reliant deux portes symétriques et défoncement du mur Sud encadré par des kurdī ; le plafond à solives apparentes de cette loggia n’y est pas moins décoré (fig. 54)233.

111De cet endroit, la vue que l’on a sur la cour n’est cependant ni étendue ni variée ; limitée par l’élévation du mur opposé, elle bénéficia surtout autrefois, auprès des visiteurs et des hôtes rassemblés au maq‛ad, de la beauté des deux côtés de la cour, également pourvus de hautes grilles à moucharabieh.

  • 234 Ces loges devaient également être affectées, selon le cas, à des chanteuses-musiciennes. Elles son (...)

112En revanche, les femmes du harem avaient droit d’assister aux réceptions masculines, si l’on en juge par la présence de deux grilles de type traditionnel installées, de part et d’autre, au niveau du second étage et de son harem. Celui-ci était, en effet, réservé aux appartements du maître et de sa famille comme nous le verrons plus loin234.

  • 235 lbid. « Un passage de 1,25 m de largeur longe le maq‛ad à l’Est. Il conduit à une salle importante (...)
  • 236 Id., p. 41. Ces peintures murales peuvent être comparées à celles qui ornent la qā‛a de ’Ali Katẖu (...)

113A l’Est du maq‛ad s’ajoute — disposée à angle droit — une belle pièce de réception complémentaire. Aussi faiblement éclairée, à l’origine, que les salles annexes du salāmlik, des Manzil Kirīdlīya et Bayt Šabšīrī, cette qā‛a s’éclaire aujourd’hui, vers la cour, par de hautes baies ouvertes à l’Ouest et garnies de grilles à moucharabieh — à mailles serrées en bas, larges mailles en haut235. Cette transformation audacieuse, réalisée apparemment entre le xviiie et le xixe siècle, s’accompagne encore d’une forme décorative inconnue jusqu’alors. Inspirées d’un art occidental bien accueilli dans les innovations ornementales des Palais ottomans, les peintures murales de Sitt Wasīla sont divisées en panneaux consacrés à une représentation naïve des Lieux Saints de l’Islam236.

PLANCHE XLIII

PLANCHE XLIII

Manzil Sitt Wasīla : plan du rez-de-chaussée.
1. 1re entrée (avec maṣṭaba) ; 2. Cour ; 3. Latrines ; 4-5-6. maẖzan ; 7. Escalier du maq‛ad ; 8. Puits ; 9-10. Couloir et dégagement ; 11. 2e entrée et escalier ; 12. mandara (ou a) avec dûrqā‛a et īwān ; 13-14. Chambre et chambrette annexes ; 15. Latrines ; 16-17. Pièces attenantes.

PLANCHE XLIV

PLANCHE XLIV

Manzil Sitt Wasīla : plan des 2 étages.
2. Cour ; 18. maq‛ad ; 19-21. Couloirs ; 20. Salle annexe ; 22. Chambre ; 23. qā‛a (avec īwān A et B)

114On y voit ainsi, à côté de la Ka’ba de La Mekke avec sa « grande cour à portiques couverts d’une double rangée de coupolettes », une vue de Médine montrant la mosquée et « la qoubba, à tambour polygonal qui abrite le tombeau du Prophète ».

115Ailleurs, ce sont des pavillons à étage couronnés d’une coupole, situés au milieu de jardins plantés d’arbres divers, cyprès, palmiers...

  • 237 Id., p. 42.

116Enfin, des panneaux plus simples se limitent à certaines figures symboliques telles que qubba (mausolée) à coupole et minarets, lampe de mosquée, vase avec bouquets de fleurs...237.

  • 238 Id., p. 40-41. « Le sol de la salle est en dalles de calcaire et se trouve à un niveau inférieur.. (...)

117A l’angle Sud-Est de la salle apparaît une ṣuffa de marbre à deux arcs cintrés sur colonnettes, sorte de dressoir conforme au mobilier fixe adopté dans les qā‛a vers les xviiie et xixe siècles238.

118En raison de ses proportions moyennes, la pièce voisine du maq‛ad n’en constitue qu’un complément destiné également à la réception des notables et des visiteurs d’un certain rang.

  • 239 On pénétrait, selon la coutume, par la dûrqā‛a orientée Est-Ouest.
  • 240 Ce couloir était situé entre la rue al-Ennabī et la mandara.
  • 241 Communiquant autrefois avec les dépendances situées au Sud de l’immeuble, ce second couloir a disp (...)

119Les jours de fête importante, les cérémonies devaient se dérouler dans le cadre plus large et plus fastueux de la mandara239. On y disposait de deux accès, l’un — couloir Nord — relié à la cour et à son entrée240, accueillait les invités venus du dehors ; l’autre — côté Sud — était réservé, semble-t-il, au service et aux allées et venues de la domesticité241.

120Quant au maître et à ses familiers, ils pouvaient gagner directement la mandara par des escaliers et couloirs privés, aménagés de chaque côté de la salle.

  • 242 A l’exception du plafond conservé à l’extrémité Ouest de la salle.
  • 243 Id., p. 38. « La mandara est une très grande salle puisqu’elle mesure plus de 21,50 m d’Est en Oue (...)
  • 244 Malgré certains remaniements qui ont modifié la physionomie initiale de la salle.

121Aujourd’hui, le délabrement de l’ancienne mandara, dépourvue de son dallage et de son plafond242, n’a épargné que les murs (fig. 55). Leur hauteur particulière, l’alternance et le rythme de leurs redans et de leurs défoncements permettent toutefois de juger l’ampleur de cette salle d’apparat et de son équilibre architectural243. Aussi bien y retrouve-t-on l’aspect caractéristique des mandara et qā‛a qui marquèrent la fin de l’époque mamelouke244.

  • 245 Dimensions de chacune des alcôves : largeur : 3,50 m ; profondeur : 2,30 m environ.
  • 246 Cependant, cet empiétement ne dut pas modifier le rôle du malqaf.

122Le grand īwān (côté Est) bénéficie d’un élargissement de son espace, résultant de l’adjonction de deux alcôves symétriques245. Celles-ci étaient probablement surmontées autrefois de loges de femmes communiquant avec les appartements supérieurs. Leur extension au second étage, autour de la mandara, devait amener un empiétement tardif du harem, encore visible au-dessus du petit īwān246.

123On pourra s’étonner aussi de découvrir au Sud de la mandara, avec portes d’accès sur la dûrqā‛a, un couloir et une large pièce carrée de forme insolite à cet endroit. On croit y reconnaître, d’un côté, l’une des communications — actuellement condamnée — de la mandara avec les dépendances de la demeure ; de l’autre, la survivance d’un ancien moulin à grains (ṭaḥūna) dont on aurait, sans doute, conservé le cadre primitif auprès de la mandara pour un usage différent.

ḥaramlik

124Au temps de la prospérité de cette demeure, il ne pouvait être accordé moins d’intérêt aux appartements familiaux qu’aux lieux de réception masculine. Pourtant, nous l’avons dit, les rares souvenirs qui en ont été conservés ne suffisent pas à en donner une idée exacte. Ceux-ci ne représentent plus aujourd’hui qu’un couloir, une chambre et une salle de séjour situés à deux niveaux — 1er et 2e étages.

  • 247 Escalier restauré près de la seconde entrée (côté Ouest).

125Partant du palier supérieur d’accès au maq‛ad, un couloir contourne l’aile Nord-Ouest du bâtiment, desservant au passage une chambre avant d’aboutir à l’escalier extrême247 reliant auparavant rez-de-chaussée, étages et terrasse. C’est dire qu’il se superpose au couloir inférieur d’accès à la mandara, éclairé pareillement par une rangée d’étroites ouvertures barreaudées.

126Pourvue d’un dallage à deux niveaux — allée et īwān — la chambre établie au voisinage du maq‛ad s’ouvre également sur la cour, par une fenêtre à moucharabieh. Sa configuration intérieure rappelle celle des chambres conservées en plus grand nombre au Bayt Šabšīrī.

  • 248 En raison de l’effondrement du couloir et de l’escalier de communication voisin.

127C’est au niveau supérieur — 2e étage — que l’on distingue, sans pouvoir y accéder248, murs et plafond de la seule qā‛a sauvée de la ruine totale de l’ancien harem.

  • 249 Id., p. 43. « Les dimensions de cette qā‛a sont réduites : 12 m de long sur 3,30 de large environ. (...)

128Plus importantes que celles du maq‛ad et de son annexe, les proportions de cette belle salle sont loin d’atteindre cependant celles de la mandara249. Sans doute s’agissait-il ici d’une qā‛a secondaire édifiée dans l’intervalle de la ruelle al-Ennabī (au Nord) et de la mandara (au Sud).

129Aussi bien un double élargissement a-t-il été réalisé, grâce à un encorbellement surplombant l’impasse actuelle, ainsi qu’à une loge de femmes surmontant le grand īwān de la mandara. Au-dessus de cette salle, les appartements du harem devaient encore s’étendre partiellement, comme il a été indiqué plus haut, rejoignant ainsi la partie Sud de la demeure.

130De l’ancienne qā‛a il est encore possible d’admirer la richesse ornementale du plafond à solives arrondies, les grilles du malqaf y restant visibles à l’angle Sud-Ouest du grand īwān et la ventilation interne s’y combinant avec l’aide du lanterneau central.

  • 250 Face à la grille de la salle de réception annexée à la mandara.

131L’adjonction peut-être tardive d’une grande mašrabiyya tournée vers l’Est250 répondait alors à un besoin accru, en ce lieu, de lumière et de chaleur durant l’hiver, autant qu’à celui d’une vue distrayante sur la cour d’entrée et les réunions organisées à l’intérieur du maq‛ad.

Manzil Ḥarāwī

  • 251 Remparts séparant la ville d’un cimetière extérieur (Est).
  • 252 Sur le Manzil Ḥarāwī, voir B. Maury, op. cit.
  • 253 Muḥammad Ḥarāwī aurait exercé les fonctions de médecin à l’Hôpital (mustašfa) de Qaṣr al-‛Aïnī (Co (...)
  • 254 Portail cintré à l’italienne dont l’imposte en fer forgé renferme la date 1299 H/1881-1882.

132Lorsqu’on visite le quartier situé au Sud-Est d’Al-Azhar, avec ses limites très proches constituées par les anciens remparts de la ville251, on est surpris de découvrir, le long de ruelles étroites bordées de hautes constructions à encorbellement parfois récents, tant de pierres de taille et de consoles remployées. On ne peut qu’y voir la confirmation de l’intérêt particulier que des familles de notables attachèrent de tout temps à habiter à proximité de la célèbre Mosquée. La présence d’une autre grande demeure, auprès de celle de Sitt Wasīla en est un nouvel exemple252. Elle est connue aujourd’hui sous le nom de l’un de ses derniers propriétaires, Muḥammad Ḥarāwī, qui l’occupa dans la première moitié du siècle dernier253. On doit, sans doute, à celui-ci d’avoir conservé l’ensemble de l’ancien domaine, non sans en avoir modifié certaines parties, notamment l’entrée principale, pour satisfaire au goût de modernisation de son époque254.

133Heureusement, les appartements les plus importants, ainsi que plusieurs chambres et les dépendances elles-mêmes ont survécu à des périodes de destruction et de ruine.

134Qu’elles aient été élevées ou non sur l’emplacement de palais ou de riches demeures plus anciennes, remontant peut-être à la fin du règne des Sultans Mamelouks, il semble bien que les deux grandes habitations voisines — Manzil Ḥarāwī et Bayt Sitt Wasīla — aient également servi de cadre de vie fastueuse aux xviie et xviiie siècles (Pl. XLII).

  • 255 Ce quartier était habité également par des personnages religieux, notamment des cheikhs de la Mosq (...)

135L’une et l’autre occupent un espace comparable entre les deux ruelles qui les limitent et les desservent, Zuqāq al-Ennabī et Zuqāq al-‛Aïnī au Nord, Zuqāq al-Qaṣr au Sud255 ; ce qui leur permettait de disposer de plusieurs accès opposés, comme cela paraissait si souvent nécessaire aux propriétaires les plus fortunés. Aussi, peut-on supposer que d’autres personnalités importantes ne manquèrent pas de choisir le même quartier pour s’y installer et bénéficier d’avantages semblables. En effet, en dehors de la proximité des grands centres religieux et commerciaux, on devait apprécier la situation des lieux qui se prêtait aisément à une orientation au Nord des salles de réception et des appartements des maîtres, logements et services domestiques étant alors relégués dans la partie Sud, ce qui justifiait l’aménagement de l’entrée principale rue al-Ennabi, et de l’entrée secondaire rue al-Qaṣr.

  • 256 Les deux inscriptions, datées également de 1133H/1720-1721, semblent désigner un même personnage, (...)

136C’est au début du xviiie siècle qu’auraient été édifiées les parties essentielles du manzil, si l’on se rapporte aux inscriptions peintes sur bandeau et frise de bois, dans les deux grandes pièces superposées qui apparaissent au fond de la cour d’entrée256.

  • 257 Cf. B.C. de 1933 (séance du Comité du 25-7-1925), le Comité de Conservation des Monuments de l’Art (...)

137Plus tard cette propriété devait échoir à la famille Ḥarāwī avec laquelle le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe eut à traiter pour en faire à son tour l’acquisition au début de ce siècle257.

Entrées du Manzil Ḥarāwī

Entrée principale

  • 258 De l’ancienne porte, seule semble avoir été conservée la boucle supérieure en pierre sculptée qui (...)
  • 259 A plus de 5 mètres au-dessus du sol (côté Nord-Est).

138On ne peut qu’imaginer aujourd’hui l’aspect que devait présenter autrefois la porte primitive de l’entrée principale, en raison de sa transformation tardive — rapportée plus haut. Son style ne pouvait que s’apparenter à celui de l’entrée secondaire avec un arc surbaissé souligné par une moulure à boucles258, à l’abri d’un encorbellement sur fortes consoles de pierre comme il en subsiste encore dans le prolongement de la façade extérieure259.

  • 260 Comme ce fut également le cas pour l’entrée de la demeure de Sitt Wasīla.
  • 261 Afin de permettre l’accès direct de la cour aux montures — sinon aux voitures — à l’exemple des pa (...)

139Sans doute, l’enfoncement dans le sol de l’ancienne porte et son inadaptation aux besoins nouveaux furent-ils la cause de son remplacement260. C’est pourquoi on trouve, à l’entrée secondaire du Manzil Ḥarāwī, une autre porte de type architectural moins ancien, et correspondant encore au niveau actuel du sol de la rue (fig. 57)261.

Entrée secondaire

  • 262 Hauteur actuelle de la porte : 2,90 m ; largeur : 1,95 m.
    La moulure de l’arc s’élargit en bandeau (...)
  • 263 Au dehors comme au dedans, cette disposition particulière rappelle celle des habitations collectiv (...)

140Il s’agit ici d’un véritable portail s’ouvrant aussi dans un arc surbaissé que rehausse une moulure hexagonale à boucles (fig. 57)262. Nous en reconnaîtrons ailleurs le style en honneur aux xviiie et xixe siècles, à l’entrée de certains palais et grandes demeures — Suhaymi, Musāfirẖāna, Ibrāhīm al-Sinnārī... Cependant, cette entrée secondaire n’est pas moins dominée que l’entrée principale par un long encorbellement sur consoles de pierre. Naturellement les ouvertures de celui-ci vers le Sud apparaissent plus réduites : une seule mašrabiyya de faibles dimensions au-dessous de plusieurs fenêtres aux barreaux de bois arrondis et entrecroisés263.

  • 264 Un aménagement de même nature a été observé dans la cour des Palais de Qāyt bāy et d’al-Razzāz, po (...)

141Alors que la porte Nord — proche d’al-Azhar — était réservée aux maîtres, à leurs familiers et aux visiteurs de marque, la porte Sud — à grand vantail — fermait l’accès des communs. On imagine la première pourvue, auparavant, d’une antichambre à maṣṭaba, communiquant avec la cour intérieure par un couloir en chicane couvert en voûte brisée. Y utilisait-on, avant d’entrer ou de sortir, une écurie (iṣṭabl) qui aurait été aménagée près de la porte (côté Est) ? Les trois arcades brisées en pierre de taille qui subsistent jusqu’à ce jour, contre le mur appareillé de la cour et au-dessous de l’encorbellement extérieur du manzil Ḥarāwī, le laisseraient supposer (fig. 56)264.

  • 265 Disposant apparemment d’une chambre voûtée ouvrant dans une porte à arc persan — particulière à ce (...)

142A l’opposé, la porte des dépendances s’ouvre encore maintenant sur un hall — au plafond en charpente élevé — reliant entre elles et desservant les différentes parties des communs groupés de part et d’autre ; de plus ce couloir, large et droit, débouche sur la cour intérieure — face à l’entrée Nord — un second portail à portillon sous arc surbaissé en défendant l’entrée, placé, comme les autres, sous la surveillance d’un portier265.

La cour intérieure

  • 266 Comportant peut-être un porche destiné à recevoir des visiteurs de condition modeste.

143Si elle apparaît plus vaste aujourd’hui que celle de Bayt Wasīla, la cour du Manzil Ḥarāwī n’en montre pas moins des fonctions de même nature, en dépit de différences sensibles dans ses façades intérieures (Pl. XLV). Il est permis d’estimer, tout d’abord, que sa superficie originelle devait être réduite par la présence d’une entrée principale coudée, accompagnée de bâtiments réservés aux pièces domestiques ou resserres habituelles (maẖzan)266.

  • 267 Reconstruction tardive de la partie Ouest, près de l’entrée. Voir infra.

144Ailleurs, les grandes proportions des façades intérieures et leur décor fait de pierre sculptée et de boiseries tournées et ajourées indiquent aussi qu’elles appartiennent, comme dans la construction voisine, aux salles nobles de cette demeure (fig. 58). Rez-de-chaussée et étage correspondent bien, en effet, aux lieux de réception des visiteurs (salāmlik) et aux grandes salles de séjour du maître et de sa famille (harem)267.

  • 268 Actuellement mur aveugle comme celui du Bayt Wasīla qui borde la même ruelle d’accès.
  • 269 Les vestiges de la porte d’un maq‛ad n’ont été découverts que dans une demeure voisine en ruines — (...)
  • 270 Plus tard, ces ouvertures seront partiellement murées et remplacées par des fenêtres plus étroites (...)

145On pourrait être surpris de ne pas découvrir, ici, en face du mur Nord268, la loggia et les arcades d’un maq‛ad269 si la place n’en était occupée, au rez-de-chaussée, par une autre salle de réunion d’hommes (taẖtabuš) dont les larges ouvertures rectilinéaires auraient été encadrées autrefois par des piliers en pierre de taille270.

  • 271 Nous sommes loin de l’élégante ornementation florale dont les sculptures sur pierre paraient souve (...)

146A droite et à gauche de cette salle, l’ornementation géométrique qui entoure deux portes latérales, rappelle leur accès particulier aux deux parties essentielles de la demeure, salāmlik et ḥaramlik271. La première sera constituée par une mandara, au même niveau et à proximité du taẖtabuš ; la seconde dominera celui-ci de sa belle salle d’apparat (qā‛a) dont les grandes baies garnies de moucharabieh s’ouvriront à la brise du Nord.

Rez-de-chaussée

Le taẖtabuš

  • 272 Dimensions intérieures : 10 m × 5,50 m.
  • 273 Surmontée des deux consoles supérieures jumelées d’un encorbellement, l’ouverture principale — 4,5 (...)
  • 274 Dont celle de droite servait, sans doute, de porte.
  • 275 Faite de claveaux à crossettes.

147Légèrement surélevé au-dessus du sol de la cour sur laquelle elle donne, cette première salle d’accueil représente sans doute, dans sa simplicité, l’une des premières formes connues du taẖtabuš. On pourrait alors la comparer au taẖtabuš de Riḍwān bāy dont elle semble contemporaine272. Même type de portique à piliers massifs en pierre de taille, la large ouverture médiane273 — flanquée de baies plus étroites274 — étant arrêtée, à son sommet, par une plate-bande appareillée275.

PLANCHE XLV

PLANCHE XLV

Manzil Ḥarāwī : plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée ; 2. Couloir d’accès ; 3. Taḥūna ; 4. maẖzan ; 5. Chambre ; 6. Porche ; 7. Escalier du harem ; 8. Chambre ; 9. Cour ; 10-11. Entrée ; 12. taẖtabuš ; 13. Pièce annexe ; 14. Couloir ; 15. Latrines ; 16. Qā‛ā (ou mandara), (a) dûrqā‛a, (b) īwān Nord, (c) īwān Sud, (d) divan ; 17. Chambre annexe ; 18. Dégagement ; 19. Escalier (harem) ; 20. Latrines ; 21. Cour des communs ; 22. maẖzan ; 23. Cuisine ; 24-25. Communs.

  • 276 Chevrons, fleurs épanouies, palmettes.
  • 277 Caractères jaunes sur fond bleu (voir supra).
  • 278 Voir infra.

148A l’intérieur, cette vaste pièce, dallée de calcaire et largement ouverte au Nord, est également couverte d’un solide plafond en charpente : ses fortes solives aux bords à peine arrondis, ainsi que ses entre-deux compartimentés s’ornent de la répétition de motifs géométriques et floraux sur fond brun rouge (fig. 59)276. Une frise à caractères épigraphiques — eulogiques — l’entoure entièrement277. En dehors de la façade qui, autrefois, demeurait seule ouverte — aujourd’hui transformée en pièce fermée avec porte et fenêtres — la pièce est entourée sur les trois côtés de murs pleins et appareillés comme la façade278.

  • 279 Bien qu’une même date et un même nom se répètent dans cette pièce et la qā‛a supérieure, la différ (...)

149Le rôle du taẖtabuš ne s’arrête pas ici à celui d’une salle de réception et de réunion masculine, la solidité de sa construction a été en outre estimée suffisante pour en faire le support de la plus belle salle de l’étage — la qā‛a du harem279. Enfin, il est permis de penser que sa présence, au fond de la cour, face à l’entrée principale, soit apparue digne de répondre aux mêmes fonctions que celle d’un maq‛ad.

La mandara

  • 280 Disposant, comme les abords de la mandara du Bayt Wasīla, d’un puits et de latrines.

150De même que la demeure de Sitt Wasīla possédait deux grandes salles d’apparat, l’une ouverte, l’autre fermée, la riche habitation de Ḥarāwī disposait d’un luxueux salāmlik (Pl. XLV) ; les deux pièces qui le composent voisinent pareillement, également accessibles par la cour intérieure. Mais la mandara, au lieu d’être placée dans le prolongement de la pièce précédente — maq‛ad ou taẖtabuš — lui est perpendiculaire. Le couloir qui la longe — côté cour — en constituait le moyen d’accès habituel, aussi bien pour les maîtres, ses hôtes et sa domesticité280.

  • 281 Dimensions de la salle : 17 m × 6 m.
  • 282 Cf. A. Lézine, Trois Palais, pp. 47-49, voir tableaux comparatifs des mandara.
    La hauteur du plafon (...)

151La configuration intérieure de cette qā‛a reste classique, fidèle aux normes traditionnelles déjà établies au temps des Mamelouks. Partage habituel de la longue salle en trois parties : durqā‛a centrale et īwān extrêmes (fig. 60, 62)281. Sans doute, certains signes dénoncent-ils cependant une nouvelle tendance de cette architecture monumentale vers des formes et des proportions moins imposantes qu’autrefois. On peut, en effet, noter ici un abaissement du plafond des īwān alors que disparaissent, par ailleurs, les profonds défoncements — extrêmes et latéraux — qui contribuaient fréquemment à l’élargissement de la salle282. C’est pourquoi on ne doit pas s’étonner de l’absence de loges de femmes dans un espace devenu insuffisant. Une telle évolution ne cessera de s’affirmer au cours des siècles suivants.

  • 283 Portes des placards faites de l’assemblage de petits panneaux carrés et rectangulaires en forme de (...)

152D’autre part, au maintien des anciennes formes de placards muraux (dūlāb) — rectangulaires et verticales, conservées au fond de chacun des īwān, s’ajoutent désormais des placards élargis, aménagés dans les défoncements latéraux (fig. 60)283. Les couleurs — rouge, bleu ou vert — en rehaussaient l’aspect extérieur, comme celui des portes de communication conçues dans le même style. Elles répondaient à la polychromie toujours recherchée dans la boiserie des plafonds dorés et peints comme dans celle des sols recouverts de tapis et de coussins.

153Au centre de la mandara, la durqā‛a, lieu d’accès et de service des īwān, laissait à découvert son sol de marbre clair et les mosaïques de marbre noir et rouge de sa fontaine aux contours polylobés (fig. 61).

  • 284 Cet emplacement pouvait-il encore trouver son utilité, en facilitant la communication de certains (...)

154On notera aussi l’adjonction d’une petite pièce de repos, à la suite de l’īwān Sud. Une fenêtre barreaudée ouverte, à l’Ouest, sur la courette des communs, lui dispense air et lumière. Cette chambre intime, que devaient utiliser le plus souvent maître et familiers, permettait aussi de suivre l’activité incessante des servantes entre cuisine et communs284.

155N’oublions pas enfin qu’en dehors des jours de fête et de cérémonie qui remplissaient la mandara de nombreux invités venus de divers quartiers de la ville, la grande salle basse attirait certainement les femmes du harem ainsi que leurs enfants qui venaient y rechercher une fraîcheur que la clôture des hauts murs et la présence d’une fontaine entretenaient mieux qu’ailleurs.

156Aujourd’hui, la pénombre primitive de la salle se trouve très atténuée par l’ouverture tardive, vers la cour, de deux hautes baies garnies de grilles en bois tourné, à la suite de la suppression du malqaf sur les terrasses de la mandara.

Les communs

157A l’exception des dépendances étroitement liées à certaines salles nobles — comme les maẖzan du maq‛ad — la priorité dans la sauvegarde des anciens palais et riches demeures du Caire est toujours donnée aux lieux d’habitation des maîtres. Si bien qu’il ne reste guère de traces des communs qui complétaient ceux-ci, renfermant cuisine, magasins à vivres, logements domestiques, écuries.

158La conservation, au Manzil Ḥarāwī, d’une partie importante de ses anciennes dépendances constitue alors un cas exceptionnel qui contribue heureusement à combler une lacune. Ces dépendances se distribuent en deux parties distinctes, également situées au Sud de la cour d’entrée et des grandes salles du salāmlik, l’une côté Est, l’autre côté Ouest. De part et d’autre de la cour, elles sont desservies respectivement par deux couloirs parallèles (Pl. XLV, fig. 66).

  • 285 Il n’est pas douteux que, sous son aspect actuel, le couloir menant à la cour et à l’escalier du h (...)

159Partie Est. Relié au couloir d’accès à la mandara, celui qui précède la cuisine et ses annexes s’élargit pour former une véritable antichambre. Son plafond élevé est aussi richement décoré que ceux du taẖtabuš et de la mandara. On pourrait s’en étonner sans la présence de l’un des deux escaliers conduisant aux appartements supérieurs du harem et à ses salles nobles (qā‛a)285.

  • 286 Cf. A. Lézine. Trois Palais d’époque ottomane. A propos de la cour du harem de Ğamāl al-Dīn, p. 5.
  • 287 Ou cour secondaire. Dimensions : 6,50 m × 3,50 m.
  • 288 Des latrines devaient s’y trouver auprès de l’antichambre inférieure, comme elles se répéteront à (...)

160On peut considérer aussi que la courette inférieure sur laquelle ouvraient les baies de certains appartements familiaux se rattachait au harem286 (fig. 66). De l’antichambre, une porte à arc surbaissé sous imposte barreaudée — semblable aux autres portes des communs — communique avec le petit ḥawš voisin287. A côté, un couloir en chicane, aujourd’hui muré, est éclairé et ventilé par un puits de lumière carré288. Peut-être, son prolongement possible servait-il à relier les deux couloirs afin de faciliter notamment les allées et venues domestiques et les approvisionnements nécessaires.

  • 289 Alignement Nord-Sud des trous d’aération dans les bâtiments proches de la courette du harem.

161La cour secondaire de Ḥarāwī apparaît profondément encaissée entre les hauts murs qui l’entourent. Les deux premières pièces latérales, de dimensions inégales, pouvaient servir de magasins à vivres et combustibles. Au fond, un porche noirci par la fumée se creuse d’un défoncement arqué affecté apparemment à un puits ; il abrite la communication entre trois pièces contiguës — partiellement voûtées — réservées probablement aux cuisines et aux travaux ménagers ; l’une de ces pièces comporte un autre puits de lumière servant aussi à l’évacuation de la fumée289.

162La dernière pièce voûtée, située au-dessous d’un petit hammam privé, y était-elle rattachée pour le chauffage de l’eau ? L’une de ses portes donnait, semble-t-il, autrefois sur une courette supplémentaire aménagée à l’extrémité de cette partie des communs. De cet endroit où l’on renouvelait chaque jour la préparation des repas, le service des maîtres et de leurs invités s’effectuait commodément, grâce aux couloirs et à la cour pour les salles du rez-de-chaussée (salāmlik), et avec l’aide des escaliers pour les appartements des étages (ḥaramlik). Liée au harem, la partie Est des communs ne comprenait alors qu’une domesticité féminine.

  • 290 Couvert en charpente, cet accès mesure 2,50 m de large et 5,40 m de haut.
  • 291 Sur la cour intérieure, porte à un seul vantail avec portillon.

163Partie Ouest. Partant de la Zuqāq al-Qaṣr pour déboucher sur un porche de la cour, le large et haut couloir290 de cette seconde partie des communs est fermé à ses deux extrémités par une porte cochère291. A son début, le bawwāb pouvait s’asseoir sur l’une des deux banquettes de pierre ménagées dans un défoncement mural, près de l’entrée. De là, on devait encore surveiller l’accès des deux pièces contiguës desservies par le même hall : un moulin à grains et un magasin probable pour l’entrepôt de céréales.

  • 292 Aménagement semblable à celui qui a été décrit près de la mandara de Sitt Wasīla.

164Éclairé, sur la ruelle proche, par deux lucarnes hautes, la large salle — couverte en charpente comme le maẖzan voisin — montre des parois murales incurvées sur trois côtés, selon la coutume des ṭāḥūna. La piste arrondie ainsi formée était suivie par la bête de trait attelée au moulin pour en assurer le fonctionnement sur son axe central292.

165En raison de la largeur du hall, ânes et mulets pouvaient, au besoin, être déchargés à l’entrée même des deux salles. Une telle installation devait s’imposer pour assurer l’alimentation de base d’un palais ou de toute demeure importante. La cuisine et ses resserres y faisaient constamment appel.

166Naturellement, à l’encontre des communs de la partie Est, ceux de la partie Ouest ne comportaient qu’un personnel masculin encre le meunier et ses aides, sans compter les portiers. Aux uns et aux autres était sans doute affectée la chambre voûtée donnant sur le porche de la cour, indépendamment de certaines réserves alimentaires qui pouvaient aussi y trouver place (Pl. XLV).

Appartements privés (ḥaramlik)

  • 293 Les principaux étages ont été affectés ici aux salles nobles, les niveaux intermédiaires correspon (...)
  • 294 Ainsi peut-on observer la divergence de ces divers escaliers dans les directions suivantes : coulo (...)
  • 295 Il arrive cependant que certaines volées ne tiennent que par la solidité de l’assemblage des march (...)
  • 296 De même s’étonne-t-on de l’absence fréquente de rampe.

167Entresol (partie Sud-Est J. De la belle antichambre, qui sépare, au rez-de-chaussée, taẖtabuš et mandara, un escalier de calcaire conduit à une seconde antichambre de moindres proportions élevée à l’entresol293. Près de son entrée, un puits de lumière éclaire le faisceau d’escaliers qui s’élèvent de divers côtés pour joindre chambres et grande qā‛a à différents niveaux294. Pour remplir leurs fonctions le plus librement possible. ces escaliers utilisent, de préférence, les espaces dégagés à ciel ouvert offerts par la courette du harem et des communs (fig. 66). Sans le secours de deux murs latéraux — sauf pour atteindre ici le niveau supérieur des terrasses — chaque escalier apparaît suspendu dans le vide, ne tenant qu’à un seul mur, même pour des volées droites longues de plusieurs mètres ; la fixation n’en est assurée, en effet, que par la pénétration d’une seule extrémité des marches dans le mur de soutien et leur ajustement les unes aux autres295. Ainsi ne s’em-barrasse-t-on pas toujours de cages d’escalier qu’il aurait été difficile d’aménager ici dans un espace aussi limité296.

  • 297 Aucune construction ne surmonte voûtes et coupole d’un hammam, public ou privé.
  • 298 Lieu affecté probablement à la surveillance et au service du hammam et de l’antichambre.
  • 299 Conformément au mode de construction appliqué à d’autres bâtiments, en particulier à certains rab(...)

168Tout en servant de carrefour à la plupart des appartements du harem, l’antichambre de l’entresol précède encore un bain privé. De celui-ci il ne reste plus que le mur extrême avec un fragment de coupole sur trompes d’angle ayant appartenu à l’étuve. Deux autres pièces plus étroites devaient s’y ajouter, comme plusieurs exemples nous en ont été montrés ailleurs297 (Pl. XLVI). En face de l’entrée du hammam, des latrines flanquées d’une chambrette298 surmontent également les cuisines, bénéficiant d’un même puits d’aération. Comme dans le puits de lumière voisin relié au couloir inférieur, la haute gaine à angles vifs bâtie en briques pouvait, sans doute, servir également de consolidation aux étages successifs qui s’y rattachent299.

  • 300 Rappelons que la pièce annexe de la mandara repose également sur des communs. Elle est surmontée p (...)
  • 301 Large baie (2,50 m × 1,80 m environ) dont il ne subsiste que le bâti. Divisé en trois panneaux, ce (...)
  • 302 Ouvertures barreaudées fermées intérieurement par des volets de bois plein. Dimensions de chaque f (...)
  • 303 En raison de leur proximité des grilles de l’ancien malqaf.
  • 304 A l’extrémité Nord de la mandara, trois ouvertures barreaudées identiques ne donnent que sur un ét (...)

169L’installation d’un hammam particulier au-dessus des communs n’est pas une innovation, sa proximité des cuisines étant probablement jugée nécessaire à son fonctionnement. Ici, sa présence auprès de l’antichambre de l’entresol explique aussi l’aboutissement à cet endroit de tant d’escaliers provenant de toutes les parties du harem, en raison de l’usage très important qui devait être fait de ce hammam. Peut-être la pièce la plus proche, qui en était séparée seulement par quelques marches, servait-elle de lieu de repos utilisé après le bain. Aménagée au-dessus de la chambre annexe de la mandara300, elle donne comme celle-ci sur la petite cour secondaire, par une baie à moucharabieh, bénéficiant d’une même ouverture à l’Ouest301. A son entrée, une allée en contrebas dessert l’unique īwān sous un plafond à solives étroites, sans décor. Au fond de la pièce, trois fenêtres identiques pratiquées dans l’épaisseur du mur Sud de la mandara en surplombent le grand īwān302. En temps ordinaire, elles contribuaient à la ventilation de la pièce haute303. Les jours de fête, lorsque la grande salle d’apparat retentissait de musique et de chants, les femmes du harem devaient s’y presser — à défaut de loge particulière à moucharabieh — afin d’assister le mieux possible au déroulement des festivités organisées par leur maître304. Nous verrons plus loin qu’une seconde pièce, plus élevée que celle-ci, la surmontait encore, au niveau même des terrasses de la mandara.

PLANCHE XLVI

PLANCHE XLVI

Manzil Ḥarāwī : plan de l’entresol.
7. Escalier du harem ; 9. Cour ; 21. Vide de la cour des communs ; 25. Hammam (ruines) ; 26-27-28-29. Chambres (tardives) ; 30. Antichambre ; 31. Latrines ; 32. Réduit ; 33. Salle ; 49. Pièce.

Étages (ḥaramlik)

170Le Manzil Ḥarāwī comporte, comme toute grande demeure, ses salles nobles aux plafonds toujours très élevés (taẖtabuš, mandara, qāa) et les chambres moins hautes qui les entourent, en se superposant à divers niveaux. On ne devra donc pas être surpris de découvrir ces appartements tantôt de plain pied avec la qā‛a principale (1er étage), tantôt sur les terrasses de la mandara (2e étage), sinon à des hauteurs intermédiaires. On devine que l’ensemble de ces constructions n’a pas été l’œuvre d’un seul constructeur ni d’une même époque. La rareté de terrains disponibles s’opposant fréquemment à l’agrandissement des bâtiments primitifs, l’extension de ceux-ci ne pouvait être recherchée le plus souvent qu’en élévation, entraînant naturellement certaines modifications aux parties inférieures les plus anciennes.

  • 305 Ou remaniée (voir infra).

171Les deux principaux groupes d’appartements du ḥaramlik se rattachent ici soit à la qā‛a du premier étage, soit au niveau supérieur de la mandara avec l’usage de ses terrasses. Ailleurs, d’autres bâtiments aujourd’hui disparus, notamment au Nord de la cour principale et au Sud du taẖtabuš et de la qā‛a témoignent du développement passé du Manzil. Ajoutons enfin une aile plus récente305 située près de l’entrée actuelle.

1er étage

Qā‛a

  • 306 Pourvu d’une haute niche (à arc supérieur trilobé) qui devait être affectée à une ou plusieurs jar (...)

172On peut atteindre celle-ci et les pièces qui y sont jointes, par l’escalier voisin de la mandara ou par l’escalier situé entre les deux portes d’entrée (côté Ouest) (fig. 65). Le premier conduit — par l’antichambre de l’entresol — à un couloir longeant le mur Sud de la qā‛a, le second débouche sur un dégagement — ou antichambre — près du mur Nord de la grande salle306. Des deux côtés, on pénètre alors dans la durqā‛a. (Pl. XLVII). C’est dire que la qā‛a était aisément accessible aussi bien aux femmes et concubines logeant dans les pièces voisines et au même niveau que pour celles venant d’appartements plus éloignés. Les murs inférieurs du taẖtabuš lui servent d’assise principale, les supports secondaires étant fournis par les murs et plafonds des deux couloirs extrêmes (Est et Ouest).

  • 307 A l’imitation des qā‛a bâties au-dessus de certains maq‛ad.
  • 308 Avec la fermeture de ses anciennes baies.
  • 309 Coupée par la construction d’une nouvelle pièce ajoutée au taẖtabuš.

173L’édification de cette vaste salle de harem, qui semble postérieure à celle du taẖtabuš, a-t-elle remplacé une qā‛a moins importante au-dessus de la salle inférieure dont elle n’aurait pas dépassé les dimensions307 ? Le désir de la remplacer par une nouvelle qā‛a plus spacieuse et surtout plus longue se serait alors manifesté au début du xviiie siècle. Cette innovation aurait nécessité, naturellement, le renforcement des murs du taẖtabuš308 et de l’antichambre voisine309.

  • 310 Dimensions : 16 m × 6 m. Hauteur : 9 m/9,50 m (environ) — comme la mandara de Sitt Wasīla. Épaisse (...)
  • 311 Hauteur : 9,00 m (environ), à 0,35 m du sol. Largeur : 3,95 m ; profondeur : 1,33 m.
  • 312 Avec ses contrevents inférieurs de part et d’autre, la grande mašrabiyya affecte, à l’extérieur, u (...)
  • 313 Fenêtres en saillie à double usage : rafraîchissement de gargoulettes d’eau et vue en surplomb ver (...)
  • 314 Inscriptions superposées également exécutées en petits éléments de bois tourné et assemblé.
  • 315 Aiguières, vases, minarets.
  • 316 Deux portes d’accès s’opposent de chaque côté de la durqā‛a. Fermée de grilles en bois, la partie (...)

174On s’est efforcé d’imiter dans cette nouvelle qā‛a — disposée Est-Ouest — les proportions imposantes qui ont toujours caractérisé les salles nobles du Caire, dès l’époque mamelouke310. Aussi son originalité ne ressort vraiment que de la haute mašrabiyya311 qui se dresse sur le côté Nord du plus grand des deux īwān (fig. 58, 63, 64, 65) ; au fond d’un large et profond encorbellement, la belle grille en bois n’apparaît pas moins luxueuse que celle du manzil voisin, s’élevant également jusqu’au plafond312. Seule, la composition en diffère, partagée ici en deux parties superposées à peu près égales, rectangulaire en bas, carrée en haut. L’une et l’autre se subdivisent, comme d’habitude, en panneaux rectangulaires horizontaux et verticaux garnis des mêmes éléments tournés et assemblés formant grille. Dans la partie inférieure, deux petites mašrabiyyāt jumelées, à pans coupés, font saillie à l’extérieur313. L’ensemble s’encadre curieusement d’inscriptions eulogiques314 et de motifs symboliques et prophylactiques315 qui devaient contribuer à la protection occulte de la demeure. Deux autres grilles placées du même côté, aussi hautes mais très étroites, donnent sur la dûrqā‛a centrale dont elles occupent les niches murales traditionnelles316.

  • 317 Placards. Hauteur totale : 2,52 m (base des dūlāb au-dessus du sol : 0,36 m ; hauteur : 1,86 m).
    Ce (...)
  • 318 Un bandeau épigraphique, sous étagère peinte, couronne le pourtour des portes et placards.
  • 319 Largeur et épaisseur des kurdī : 0,26 m.

175Ailleurs les boiseries — en panneaux assemblés et peints — des portes de communication et des placards (dawālīb) entourent complètement la grande salle, entre dûrqā‛a et īwān, aménagées dans les faibles défoncements des parois joignant sol et plafond317. Elles atteignent maintenant leur plus grand développement, laissant encore deux tiers de surface murale nue. C’est leur bordure supérieure, réservée aux poèmes de la Bourda, qui contient le nom du fondateur de la qā‛a et la date de sa construction318. Enfin les boiseries peintes s’étendent jusqu’au plafond et aux kurdī319 qui encadrent les ouvertures des īwān et des mašrabiyya.

  • 320 A l’exception du marbre dont il ne reste que de rares débris de revêtement mural — lambris à rayur (...)

176Cependant, on ne retrouve pas dans cette qā‛a l’équilibre des proportions, la qualité des matériaux320 et du décor qui donnaient à ses anciens modèles une valeur architecturale supérieure, telle qu’elle apparaît dans la mandara et le taẖtabuš du rez-de-chaussée.

  • 321 Qui s’étendent, aujourd’hui, même au-dessus de la dûrqā‛a, à l’emplacement du manwār.

177Ces signes de décadence ressortent notamment de l’irrégularité des murs et de la légèreté des plafonds321. Ceux-ci ne comportent plus, en effet, au-dessus des īwān, que des solives de faible épaisseur couvertes de peintures malhabiles — vases et bouquets à fond rouge et bleu. La même ornementation est visible sur le plafond — plus bas — de la chambre de repos rattachée à l’extrémité Ouest de la qā‛a.

Appartements

  • 322 Remplacés maintenant par des immeubles neufs.

178Les nombreuses chambres du manzil qui devaient se multiplier autrefois sur les trois côtés de la qā‛a — Est, Ouest et Sud — ont entièrement disparu de la partie Sud322 où elles étaient desservies par plusieurs escaliers — décrits plus haut — entre la courette et le hammam du harem. Les pièces qui subsistent jusqu’à ce jour — certaines partiellement transformées — sont situées aux deux extrémités de la qā‛a et de la cour, se superposant parfois sur trois niveaux (Pl. XLVII). Il en résulte une réelle diversité de situation, les chambres des épouses et concubines du maître donnant soit sur la cour principale, soit sur la courette du harem, ou l’une des deux ruelles d’accès — au Nord et au Sud. Les chambres avoisinant la qā‛a d’Ahmad Yūsuf al-Sayafī, côté Ouest, sont reliées aux escaliers d’accès par des couloirs et l’antichambre indiquée plus haut.

PLANCHE XLVII

PLANCHE XLVII

Manzil Ḥarāwī : plan du 1er étage.
1. Côté entrée rue ; 7. Escalier du harem ; 9. Cour ; 11. Côté entrée actuelle ; 16. Lanterneau (manwār) de la mandara ; 21. Cour des communs ; 30. Dégagement ; 31. Latrines ; 34. Dégagement ; 35. Qā‛a, (a) durqā‛a, (b) īwān Est, (c) īwān Ouest ; 36. Couloir ; 37. Chambre ; 38. Chambre annexe ; 39. Latrines ; 40. Chambrette ; 41. Muzyara ; 42. Appartement (tardif) ; 44. Escalier (terrasse) : 45. Encorbellement : 46. Antichambre ; 47. qā‛a supérieure (incomplète) ; 48. Chambre haute.

  • 323 Une sorte de courette à ciel ouvert en précède le seuil, relié au couloir semi-circulaire d’accès (...)
  • 324 Six fenêtres hautes réparties entre les côtés Nord, Est et Sud de la pièce.
  • 325 Dimensions de la fenêtre à moucharabieh : hauteur : 1,80 m (base surélevée de 0,35 m) ; largeur : (...)
  • 326 Dūlāb à deux corps (fermé par quatre petites portes) séparés et surmontés par deux rangées de nich (...)

179L’une des chambres les mieux conservées repose, comme les dégagements contigus, sur les hauts plafonds en charpente des communs — ṭāḥūna. De forme trapézoïdale, c’est la seule pièce du premier étage qui ouvre encore au Sud, surplombant la ruelle al-Qaṣr323. Pour pallier l’inconvénient de cette orientation durant les mois de chaleur, des fenêtres hautes ont été ménagées de plusieurs côtés, notamment près des cheminées d’aération du couloir324. L’aspect général intérieur rappelle la simplicité d’une chambre (rīwāq) d’habitation collective (rab), avec sa porte d’angle à palier surbaissé au-devant de l’īwān, la superposition de deux ouvertures rectangulaires — au-dessus de la seconde entrée du manzil — garnies de moucharabieh en bas, de barreaux de bois arrondi en haut325, enfin d’un placard traditionnel à petits panneaux aménagé dans un défoncement mural, face à l’entrée326.

  • 327 Cette modernisation correspond, sans doute, aux transformations apportées à sa demeure par Ḥarāwī, (...)

180De même style que les plafonds de bois peint de la qā‛a à laquelle cette pièce intime semble annexée, son plafond à fines solives et décor floral correspond à une exécution contemporaine. Bien qu’elles aient été probablement construites au même moment — tout au moins en partie — les chambres qui s’étagent près de la porte d’entrée actuelle, à l’Est de la cour, ont adopté des fenêtres semblables de type occidental dont l’uniformité apparaît aussi insolite, à cet endroit, que celles des fenêtres actuelles de l’ancien taẖtabuš327.

  • 328 Ces pièces auraient-elles constitué les annexes d’une ancienne qā‛a ?

181Pourtant, les modestes pièces qui en dépendent montrent encore voûte et maṣṭaba qui en prouvent l’ancienneté328.

2e étage

Appartements

  • 329 Près de l’escalier aboutissant aux terrasses — en partie effondrées — ou portant encore quelques p (...)

182Des divers appartements avec couloirs et antichambres qui surmontaient autrefois ceux du 1er étage, à l’Ouest de la qā‛a il ne subsiste plus, au-dessus de l’antichambre Nord de celle-ci, qu’une chambrette, aujourd’hui innaccessible329. Elle servait autrefois de loge pour les femmes — musiciennes-chanteuses — comme l’atteste la seule grille à moucharabieh de cette nature qui surplombe encore la qā‛a, à son extrémité Nord-Ouest.

Étage supérieur

183Avant que la famille Ḥarāwī n’ait procédé à certaines transformations de l’ancienne demeure, au siècle dernier, il semble bien que les proportions de l’ensemble des bâtiments se soient maintenues, telles qu’elles existaient au xviiie siècle. La curieuse surélévation de la mandara paraît avoir répondu à un besoin d’extension du harem. Aussi voit-on des opérations de même nature se multiplier au Caire, dans des conditions semblables répondant au désir de posséder des salles d’apparat et chambres élevées aussi haut que possible (Pl. XLVIII).

184En dehors du maq‛ad, la mandara devait présenter le support le plus recherché, en raison de la hauteur particulière de ses plafonds. Toutefois l’utilisation de ses terrasses élevées se heurtait naturellement à la présence d’un malqaf et d’un manwār Aussi ne devait-on se résoudre à leur suppresison totale en cas de superposition d’une grande qā‛a, qu’en décidant alors, en compensation, l’ouverture de larges baies dans les murs Nord ou Ouest de la mandara. Un tel problème n’a pas dû manquer de se poser au Manzil Ḥarāwī lors de la surélévation des murs de la mandara. Sans doute les femmes du harem auraient-elles aimé disposer d’une véritable qā‛a située à cette hauteur. Mais comme il fallait aussi conserver à la grande salle inférieure aération et lumière, on transigea. On lui maintint son lanterneau et on remplaça son malqaf par une nouvelle baie ouverte à l’Ouest. De cette demi-mesure résulta une qā‛a supérieure fragmentée qui se présente ainsi : au milieu, s’appuyant au manwār, une fausse dûrqā‛a forme antichambre ; à chaque extrémité de la terrasse deux chambres spacieuses remplacent les īwān. L’une s’appuie sur la partie Nord de la mandara, l’autre sur la chambre annexe (Sud).

  • 330 Fausse dûrqā‛a bâtie sur l’īwān Sud de la mandara.
  • 331 Rappelant le style des belles salles inférieures.

185Aujourd’hui découvert, le dégagement central se creuse, de part et d’autre, de niches — raccourcies — de type traditionnel330. L’une de ses portes donne sur le couloir de communication (côté Ouest), l’autre sur la chambre Sud. Prenant jour (à l’Ouest) sur la cour du harem, cette pièce a gardé de son ancien luxe ses placards muraux et un beau plafond à fortes solives peintes331. Devant son extrémité disparue (côté Sud) des kurdī laissent supposer la présence possible, à cette place, d’une mašrabiyya pourvue d’une dikka.

  • 332 Escalier abrité sous un plafond très élevé avec porte secrète latérale sur la qā‛a (porte dissimul (...)

186A l’opposé, on ne voit plus de l’ancienne chambre orientée au Nord que son dallage de calcaire et les consoles de pierre qui en soutenaient un large encorbellement. Ainsi, à défaut d’une véritable qā‛a, aurait-on disposé, au plus haut de la demeure, de deux pièces également agréables, celle du Nord, préférée en été, celle du Sud, recherchée en hiver. Des étages inférieurs on y parvenait par des escaliers successifs, suspendus au-dessus de la courette puis encastrés entre les hauts murs de la qā‛a et de la mandara jusqu’à la rencontre du couloir supérieur332.

***

  • 333 Les dimensions de cette qā‛a (16 m × 6 m) dans l’encadrement actuel des murs de la cour, n’auraien (...)

187Sans doute plus étendu qu’il n’apparaît aujourd’hui, l’ancien Manzil Ḥarāwī semble avoir été soumis à de sérieux remaniements pour répondre au goût de ses différents maîtres. On supprima probablement certaines parties du manzil primitif pour en construire d’autres mieux adaptées à des besoins nouveaux. C’est ainsi qu’auraient été démolies, en vue d’élargir l’espace intérieur à ciel ouvert, non seulement l’ancienne entrée principale en chicane sur la cour, mais aussi communs et salle haute (qā‛a) appuyés au mur Nord — qui en conserve, apparemment les traces333.

188Comme nous pouvons en observer d’autres exemples dans les riches demeures contemporaines, on s’est efforcé de transformer les salles de réception du rez-de-chaussée en les dotant de moyens d’accès plus directs ainsi que d’ouvertures murales — orientées de préférence au Nord ou à l’Ouest — destinées à remplacer le malqaf traditionnel.

189Une telle modification des vastes terrasses — autrefois inutilisables — des grandes salles inférieures du salāmlik devait permettre l’extension toujours recherchée des appartements privés (harem), avec la superposition de plusieurs étages, également pourvus de puits de lumière et d’aération appropriés (sur couloirs et escaliers) et de mašrabiyyāt (chambres et salles de séjour).

PLANCHE XLVIII

PLANCHE XLVIII

Manzil Ḥarāwī : vue axonométrique.

PLANCHE Ο

PLANCHE Ο

Étroite ruelle abritée par ses multiples encorbellements sur consoles de pierre et de bois (d’après Walter Tyndab).

Manzil Suhaymī

  • 334 Mosquées fatimides d’al-Aqmar et d’al-Ḥākim, Madrasa du Sultan Barqūq, H̲anqa de Baybars II.
  • 335 Wakāla de Ğamāliyya, cf. A. Raymond, La conquête ottomane et le développement des grandes villes a (...)

190Après avoir montré que les résidences des émirs et des riches bourgeois du Caire trouvaient place aussi bien dans les faubourgs Sud situés entre la Citadelle et Bāb Zuwayla, la partie méridionale et centrale de l’ancienne cité fatimide et les nouveaux quartiers de plus en plus recherchés le long du H̲aliğ ou sur les rives des birkat, nous verrons que les quartiers Nord de la vieille ville conservent également leur attrait auprès de la caste la plus fortunée de la Capitale. Il est vrai qu’à l’abri des remparts et des Portes fortifiées de Bāb al-Futūh et de Bāb al-Naṣr une activité et une vie intense se maintiennent dans l’un des principaux centres économiques et religieux d’al-Qâhira. Aussi ne doit-on pas s’étonner de la présence de somptueuses demeures installées sur l’emplacement des palais fatimides, de leurs pavillons royaux et de leurs jardins. Elles se trouvent maintenant très proches de mosquées et de madrasa célèbres et de nombreuses334 wakāla qui s’adonnaient jadis à des échanges commerciaux très importants335.

  • 336 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 93 à 132.
  • 337 Le Manzil al-Suhaymī est l’un des monument musulmans les plus visités du Caire.

191C’est le cas des belles résidences bien connues aujourd’hui sous les noms de Suhaymī et Muṣṭafā Ga’far, situées à l’angle de la voie principale, Sari’ al-Mu‛izz, et de la rue Darb al-Aṣfar (Pl. XLIX). Actuellement séparés par une demeure intermédiaire transformée et modernisée au xixe siècle, les deux premiers bâtiments devaient être réunis auparavant avec ce dernier en un seul et grand ensemble entouré et desservi par plusieurs ruelles et impasses336. L’examen en commencera par la partie la plus étendue, le manzil al-Suhaymī comprenant cour et jardin intérieurs337.

  • 338 E. Pauty, Les Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 75. « N. 339. J.C. (...)
  • 339 lbid. « La maison... (communément appelée as-Souhêmi)... fut élevée au xviie siècle par le Cheikh (...)
  • 340 Cf. Palais du Caire, T. III, 1979, p. 105 : 1058H/1648.
  • 341 Id., p. 94.
    B.C. 35, 1934 ; 36, 1936, relatifs à l’acquisition et à la mise en état du bâtiment (ou (...)

192Avant qu’il ne devint la propriété du Cheikh Suhaymī338, au xviiie siècle, le manzil qui porte son nom aurait appartenu, un siècle plus tôt, au Cheikh al-Ṭablāwī339. De celui-ci on a déchiffré l’inscription datée sur la frise de son maq‛ad340. De son successeur on vénère encore la tombe devant laquelle les passants peuvent s’arrêter grâce à la fenêtre barreaudée qui la découvre, rue Darb al-Aṣfar341.

Façade méridionale et entrée

  • 342 Chacun des supports est formé de deux consoles de pierre à tête arrondie (simple ou double) en ret (...)
  • 343 Huit consoles le plus souvent couplées.
  • 344 Voir infra.
  • 345 Hauteur : 3,00 m ; largeur : 1,92 m. Abaissement du seuil de 0,60 m. La structure interne de la po (...)

193On peut imaginer qu’autrefois la façade du manzil Suhaymī était réunie à celle du Manzil Ga‛far par une succession ininterrompue de consoles de pierre supportant le long encorbellement du premier étage342. Ce qu’il en reste apparaît néanmoins très imposant343, au-dessus du mur habituel en pierre de taille — assises et boutisses — percé de quatre portes de taille et de fonctions différentes344. Située à droite des autres portes, la plus grande est réservée à l’entrée principale (fig. 67). Son aspect général et son style ne diffèrent pas de ceux que nous avons observés avant de pénétrer dans les anciennes demeures de Ḥarāwī et de ‛Alī Katẖudā345. On y relève, au-dessus de la lourde porte à un seul battant, le même arc surbaissé rehaussé d’une moulure hexagonale à forte boucle médiane.

PLANCHE XLIX

PLANCHE XLIX

Manzil al-Suhaymī : plan de situation.
1. Manzil al-Suhaymī ; 2. Manzil Muṣṭafā Ga’far ; 3. Mosquée al-Aqmar.

  • 346 Jusqu’au 2e étage — Hauteur des mašrabiyyāt : 3,00 m ; largeur : 2,50 m ; profondeur : 0,80 m envi (...)
  • 347 Grilles à larges maille (0,10) m.
  • 348 Largeur : 3,00 m environ.
  • 349 Près de l’impasse ’Atfat al-Aṣfar, le prolongement de la construction primitive apparaît dans les (...)

194Les élégantes mašrabiyyāt, qui s’accrochent plus nombreuses à l’encorbellement du premier étage346, sont surmontées de vitraux et complétées par des grilles en bois intercalées — carrées ou rectangulaires (fig. 68, 69)347. Elles permettent déjà de supposer, à cet endroit, l’existence de luxueux appartements rattachés au harem ; salon et chambres devaient, en effet, surplomber le Darb al-Aṣfar, dont l’étroitesse348 rapprochait les encorbellements des deux façades opposées349.

Accès sur la cour intérieure

  • 350 Maṣṭaba : hauteur du siège : 0,60 m ; largeur : 2,72 m ; profondeur : 1,15 m. Hauteur totale sous (...)
  • 351 De mêmes dimensions que la porte d’entrée sur la rue.
  • 352 Longueur du couloir : 8,50 m ; hauteur : 3,70 m ; largeur : 2,00 m. Construction en pierre de tail (...)

195Deux fortes portes à un seul vantail de mêmes dimensions servent à renforcer la protection de l’entrée, tout en l’isolant à la fois de la rue et de la cour intérieure. Entre elles se trouve l’antichambre et la maṣṭaba traditionnelles du portier350. Munie d’un portillon — que l’on devait souvent se contenter d’ouvrir pour pénétrer à l’intérieur du manzil — la seconde porte351 s’ouvre également sous un arc surbaissé. Elle donne accès au large et haut couloir352 qui débouche sur un premier espace à ciel ouvert du Manzil Suhaymī.

  • 353 B.C. 36, 1936.

196C’est à cet endroit qu’était tout d’abord révélée aux visiteurs privilégiés la vue interne de cette belle demeure agrémentée, sans doute, d’un jardin comme le Comité eut l’idée d’en rétablir un au moment de la restauration de l’ensemble353. De plan rectangulaire, s’étendant Nord-Sud, la cour surprend par son ampleur, dépassant les dimensions des cours décrites plus haut dans les riches habitations de même époque (Pl. L). Malgré leur différence d’aspect, on trouvera cependant avec celles-ci de réelles similitudes. C’est ainsi que s’imposent ici, de la même façon, des innovations semblables avec la transformation notamment des bâtiments inférieurs. Les communs en ont disparu, en tout premier lieu, au-dessous du maq‛ad, au profit de l’extension des salles de réception du salāmlik — mandara et autres salons de réunion masculine.

197Au premier et au second étage, on ne sera pas moins frappé par le développement particulier des appartements du ḥaramlik.

Rez-de-chaussée

198L’importance accordée au salāmlik par les constructeurs de ce manzil est un signe évident de leur fortune et des nombreuses et hautes relations qu’ils entretenaient dans la Cité (fig. 70). Pour répondre à des besoins de réception assez divers, compte tenu également de la variation des saisons, on a évité de répéter des salles d’accueil de même type autour de la cour. Au contraire, on s’est ingénié à les diversifier aussi bien au dehors qu’au dedans (fig. 71).

PLANCHE L

PLANCHE L

Manzil al-Suhaymī : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).
1. Entrée sur rue avec couloir, (a) maṣṭaba ; 2. Cour avec jardin ; 3. 1re petite mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a avec fontaine ; (e) grille ; 4. 2e petite mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a ; 5. Couloir vers communs ; 6. Chambre annexe ; 7. Escalier ; 8. Latrines ; 9. Antichambre, (e) grille ; 10. 3e petite mandara, (b) īwān. (c) dûrqā‛a avec fontaine, (e) grille ou mašrabiyya ; 11. Portique (taẖtabuš), (e) grille ; 12. Antichambre (ancienne cour) ; 13. Chambre annexe, (e) grille ; 14. Grande mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a avec fontaine, (e) grille (ou mašrabiyya), (h) placard ou Dūlāb, (g) ṣuffa ; 15. Antichambre ; 16. Cour des communs ; 17. Communs avec cuisine, (k) puits de lumière ; 18. Ecurie ; 19. Mausolée du Cheikh al-Suhaymī ; 20. Rampant voûté de l’escalier ; 21. Entrée secondaire ; 22. Jardin ; 23. Noria (saqiya) ; 24. Moulin à grains (taḥūna) ; 25. Communs ou constructions annexes (ruinées) ; 26. Logement actuel du gardien.

  • 354 Voir Palais du Caire, I.F.A.O., T. I et II ; Palais du Caire d’époque mamelouke, C.N.R.S., T. I, m (...)
  • 355 Diamètre de la colonne : 0,54 m ; largeur du mur postérieur : 1,20 m.

199Naturellement, vues de la cour et du jardin, ce sont les deux grandes salles de réception ouvertes qui attirent aussitôt l’attention ; situées à l’opposé l’une de l’autre, elles sont pourtant très différentes. L’une avec sa loggia surélevée et la double arcade brisée du maq‛ad ouverte au Nord reste fidèle à la tradition la plus ancienne, puisque l’usage en était déjà connu au xve siècle354. L’autre, aménagée au niveau même de la cour correspond au portique d’un taẖtabuš à colonne médiane et mur d’encadrement sur trois côtés355. Nous sommes loin cependant des portiques de moindres proportions appartenant à des cours plus modestes ou plus anciennes, telles qu’elles ont été présentées plus haut (Pl. L, fig. 79).

  • 356 taẖtabuš. Longueur : 8,50 m ; largeur : 5,50 m ; hauteur : 5 m.
  • 357 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane, p. 51-52, voir plans comparés de taẖtabuš.
  • 358 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 102. Colonnes et chapiteaux antiques de remploi.

200Dans une demeure de l’importance de Suhaymī, le taẖtabuš constitue une véritable innovation, en raison de l’agrandissement considérable de ses dimensions356. Dès lors, il paraît rivaliser avec l’ancien maq‛ad dont il surpasse le volume. Aussi l’aura-t-on choisi pour supporter et exhausser la plus belle qā‛a du harem. Si son ouverture principale au Sud — face au maq‛ad — devait en faire un lieu d’accueil et de repos très apprécié en hiver, les deux hautes baies à grilles de bois dont son mur de fond a été pourvu, côté Nord, ne lui ménageaient pas moins la fraîcheur recherchée en d’autres saisons357. Son abri s’élargit encore, grâce à une seconde colonne de marbre clair — à chapiteau composite —358 qui se dresse devant un deuxième couloir — aux arcs surbaissés — permettant de communiquer entre la cour et un jardin créé, dit-on, sur l’emplacement de bâtiments démolis, autrefois contigus au Manzil Suhaymī (dans son état actuel).

  • 359 Cependant, on peut encore observer ici la prédominance des pleins sur les vides.

201Entre les deux lieux de réception entièrement ouverts sur la première cour, on peut observer l’alternance de murs unis en pierre de taille et de larges baies pourvues de grilles en bois tourné359. Nous montrerons plus loin comment ne se trouve là qu’une succession de pièces de réunion d’hommes sinon de salles de fête, les unes de type traditionnel fermé, les autres d’un aspect nouveau, très ouvert sur la première cour ainsi que sur le grand jardin voisin.

  • 360 0,35 m.

202Les divers appartements prennent également accès sur la cour par des portes semblables à linteau droit — légèrement surélevées au-dessus du sol de la cour —360 leur ornementation sculptée faite surtout d’éléments géométriques permettant cependant de les distinguer entre elles.

  • 361 Côté Ouest, indépendamment d’autres latrines intérieures installées à proximité des lieux de commu (...)

203A chaque extrémité de la cour, les habitants de cette demeure disposaient de latrines361, leurs portes à arc surbaissé s’abritant parfois sous un porche à grand arc assorti à celui de l’entrée.

Communs

  • 362 Les communs disposaient de latrines au-dessous de l’escalier de l’étage, près de la courette intér (...)

204Nous avons vu que l’évolution architecturale de la cour, même si elle n’a été que partielle, a entraîné la disparition des magasins à vivres (maẖzan), voire des chambres domestiques qui devaient se trouver, à l’origine, au-dessous du maq‛ad. Cependant les principales dépendances réservées surtout aux cuisines sont encore visibles dans l’aile Ouest du manzil362. On a, sans doute, choisi cet endroit pour la commodité d’un double accès, également nécessaire vers la rue et la cour (Pl. L). Sur le Darb al-Aṣfar, deux entrées domestiques indépendantes de l’entrée des maîtres et de leurs visiteurs répondaient aux besoins d’un approvisionnement sans cesse renouvelé au dehors, ainsi qu’aux allées et venues de certains serviteurs. D’où l’aménagement d’une porte cochère auprès d’une porte ordinaire — aujourd’hui murée —.

  • 363 Escalier de service indépendant de l’escalier des maîtres, donnant directement sur la cour princip (...)

205A l’intérieur, un couloir relie une courette domestique à la grande cour du salāmlik afin d’en faciliter le service, à l’occasion de la réception de visiteurs ou d’hôtes de marque. On observera aussi, à proximité de la courette et des cuisines, les ruines d’un escalier destiné au service direct des étages et de leurs appartements363.

  • 364 Construction de l’ensemble des communs en moellons ou en briques.
  • 365 On devait disposer, près du maṭbaẖ, de tous les ustensiles habituels, notamment de mortiers en pie (...)

206Pour la préparation des repas, les esclaves sans doute nombreuses qui y étaient affectées disposaient de lieux découverts ou abrités. Sur la petite cour assortie d’un porche donnaient, en effet, d’un côté, un étroit portique — au-devant de la cage d’escalier (à ciel ouvert) — de l’autre, une rangée de trois grandes pièces couvertes en charpente364, la pièce centrale, la plus spacieuse, paraissant avoir été aménagée spécialement pour la cuisson des plats365, au-dessous d’une large ouverture pratiquée à l’extrémité du plafond pour l’évacuation de la fumée. Les deux autres pièces — carrée ou rectangulaire — servaient peut-être de logement pour les servantes et de resserre aux provisions contenues le plus souvent dans des jarres de différente grandeur (Pl. L).

207On remarquera, en outre, à l’extrémité de la cour, la présence d’une enclave qui ne donne sur celle-ci que par d’étroites et hautes fenêtres barreaudées. La petite pièce correspondante étant située auprès de l’une des portes de la grande mandara et d’un escalier contigu, on est tenté d’établir un rapprochement avec la chambre annexe de la mandara d’Ḥarāwī, le même rôle intermédiaire nous paraissant avoir pu exister à cet endroit, entre cuisine et salle de réception. De cette façon le service des convives aurait pu être assuré — commandé et suivi — avec toute la discrétion et la célérité voulues.

  • 366 Rappelons que les ânes étaient communément employés pour les transports courants de personnes ou d (...)

208Une habitation de l’importance du Manzil Suhaymī devait nécessairement posséder des écuries pour y abriter les montures des maîtres et de leurs hôtes — chevaux et mules — ainsi que les bêtes de somme — chameaux, mulets et ânes —366 pour les divers transports matériels. Ces dépendances complémentaires se trouvaient probablement dans l’un des bâtiments annexes du manzil, aujourd’hui disparus.

Les pièces de réception du rez-de-chaussée (salāmlik)

  • 367 Palais du Caire, T. III, 1979, passim.
  • 368 Sans compter les belles demeures d’al-Sādāt et d’al-Sinnārī proches du H̲alīğ, ainsi que celle d’E (...)

209En dehors des deux espaces largement ouverts, l’un au Nord (maq‛ad), l’autre au Sud (taẖtabuš), le salāmlik comprend, au rez-de-chaussée, plusieurs salles fermées pour la réception et les réunions masculines. De proportions et de style différents, ces salons (mandara) se répartissent entre les côtés Sud, Est et Ouest donnant sur la cour, sinon sur le jardin attenant367 (Pl. L). Deux de ces mandara ont conservé le type classique de grandes salles fermées — tout au moins à l’origine — que nous connaissons. Sans doute représentent-elles, avec le maq‛ad et les qā‛a qui s’y rattachent, la partie la plus ancienne du manzil, réalisée au xviie siècle. Largement ouvertes au Nord, les deux autres pièces résultent apparemment d’un aménagement tardif, exécuté probablement entre le xviiie et le xixe siècle. Avec leurs grilles de bois, à larges mailles, souvent très élevées, ces pièces apparaissent contemporaines de celles que nous avons vues dans les anciennes demeures de Sitt Wasīla, Ḥarāwī et ‛Alī Katẖudā368. On peut imaginer naturellement qu’elles correspondaient ainsi à des fonctions et à des besoins divers. Nous verrons que la grande mandara devait servir, comme ailleurs, de cadre somptueux aux réceptions et aux fêtes les plus importantes. Les trois autres auraient été utilisées par le maître et les membres de sa famille se plaisant à y recevoir leurs amis ainsi que les visiteurs d’un certain rang admis à l’intérieur du manzil. Toutefois, il est permis de penser qu’en dehors des réunions d’hommes, les femmes du harem et leurs servantes avaient accès à ces salons intimes, de même qu’elles étaient, sans doute, autorisées à circuler dans la cour et à se promener à l’intérieur du jardin.

Petites mandara

210C’est à la sortie du couloir d’entrée sur la cour que se trouvent les deux premières mandara ; établies de part et d’autre, elles répondent, nous l’avons dit, à deux modèles d’architecture différente, l’un traditionnel, l’autre modifié (Pl. L).

  • 369 Par deux couloirs longeant la mandara — et parallèles à la cour.
  • 370 A. Lézine, Trois Palais, p. 47 à 49. Dimensions de la salle : longueur : 12 m ; largeur : 4,50 m ; (...)
  • 371 La disposition en Τ du grand īwān rappelle celle qui a été adoptée tout d’abord à l’intérieur de q (...)

211Accessible des deux côtés opposés, comme toute grande mandara, la petite mandara traditionnelle369 a conservé de celle-ci la configuration générale et l’ancienne orientation Nord-Sud (fig. 72, 73). Dans son aspect intérieur, elle apparaît vraiment comme une parfaite réduction de la mandara (ou qā‛a) normale370. Elle s’y est conformé à la conception classique la plus élégante et la plus agréable. En effet, le plan au sol — dūrqā‛a entre deux īwān inégaux — s’agrémente ici, pour le grand īwān, de quatre défoncements muraux qui en font autant d’alcôves favorables aux réunions par affinité (fig. 72)371. Pour sa part, le petit īwān — réservé d’habitude au maître — dispose, derrière son mur Nord, d’une petite chambre de repos.

  • 372 Une frise épigraphique aux caractères peints en jaune sur fond bleu, est consacrée, comme celle de (...)
  • 373 Les boiseries inférieures ne couvrent pas moins du tiers de l’ensemble des surfaces murales. Un mo (...)
  • 374 Niche médiane à linteau droit entre deux niches à sommet anguleux.
  • 375 Rappelant les doubles ouvertures barreaudées relevées aux deux extrémités de la mandara de Ḥarāwī, (...)

212Au-dessous de hauts plafonds de bois peint (fig. 74) — à solives apparentes ou à baguettes — soutenues par des kurdī à stalactites372, les boiseries inférieures s’ajoutent à la parure de la salle, depuis les portes et les placards à panneaux sculptés jusqu’aux imitations peintes de lambris de marbre et de faïence turque373. Au centre de la petite mandara, le dallage en marbre clair de la dūrqā‛a — en contrebas des īwān — s’orne d’une belle composition formée d’éléments géométriques et symétriques, à prédominance de carrés et rectangles (fig. 73). Motif décoratif déjà observé dans l’architecture domestique du Caire, une chaîne hexagonale — en marbre noir sur fond blanc ou inversement — garnit les bandes d’encadrement des neuf compartiments du dallage. Plus haut, les murs latéraux de la dūrqā‛a se creusent de trois longues niches à fond plat, de lointaine tradition374. On peut y voir au niveau supérieur, côté Est, deux étroites fenêtres barreaudées correspondant probablement à une loge de femmes — ou chanteuses-musiciennes —375. Enfin, un lanterneau carré, surmonté d’une petite coupole se dresse au-dessus des terrasses. Avec le secours d’un malqaf — aujourd’hui disparu — il devait suffire autrefois à l’aération et à l’éclairage de la salle, avant que ne soient ouvertes deux baies élevées, garnies de moucharabieh, au Sud et à l’Est du grand īwān. Sans doute cette mandara discrète et close de tous côtés convenait-elle davantage aux personnes les plus âgées qui y retrouvaient le cadre familial auquel elles étaient habituées depuis longtemps.

  • 376 A l’entrée de la pièce figure la date de création : 1142H/1730-31 (répartie entre quatre panneaux (...)
  • 377 Doublés sans doute de rideaux intérieurs.
  • 378 La sculpture du linteau montre des motifs prophylactiques — géométriques et floraux — communs à ce (...)
  • 379 Un plan similaire — équivalent à la moitié d’un plan en Τ — apparaît aussi dans l’une des mandara (...)

213Il devait alors en être autrement pour une mandara transformée, comme ce fut le cas pour celle que l’on aménagea plus tard au-dessous de la loggia du maq‛ad376. Entièrement ouverte au Nord comme celui-ci, elle bénéficiait à la fois de la fraîcheur de l’air et d’une vue étendue à toute la cour, grâce à ses deux grandes baies munies de grilles en bois à larges mailles377. A cet effet, ces grilles ont été placées auprès de chacun des deux īwān encadrant la dūrqā‛a à laquelle une porte médiane — autre innovation — permettait d’accéder directement378. Aussi bien, le plan de cette pièce affecte-t-il, sous un plafond peu élevé, la forme d’un L renversé avec la prolongation du plus grand des deux īwān jusqu’au mur le séparant de la rue379. Comme la première mandara, celle-ci présentait encore l’avantage de sa proximité immédiate de l’entrée pour l’accueil des visiteurs.

  • 380 Escalier unique de l’aile Est — desservant l’accès au maq‘ad ainsi qu’une partie du harem. Son ant (...)
  • 381 Ou à une demi-qā‛a.
  • 382 Ornée d’un petit bassin octogonal.
  • 383 Restaurée par le Comité, cette luxueuse mašrabiyya est reproduite au premier étage — se superposan (...)

214La troisième mandara, de type également réduit, se distingue des deux précédentes par sa situation et sa configuration intérieure. Elle fait suite, dans l’aile Est du manzil, à la première mandara dont la séparent seulement l’escalier de l’étage380 et de petites chambres voûtées à usage domestique. Ainsi côtoie-t-elle le taẖtabuš et le jardin sur lequel elle donne. Bien qu’on ne puisse y entrer directement, elle ne dispose pas de couloir latéral pour y accéder. Cette fonction est remplie par une antichambre placée à son extrémité (Sud), qu’éclaire une haute baie à moucharabieh donnant sur la cour et le jardin (côté Ouest). Large et profonde, cette mandara secondaire ressemble à une luxueuse chambre de harem381 avec sa dūrqā‛a d’accès382 et son īwān unique qu’encadrent les dawālīb habituels. Sa plus belle parure actuelle consiste dans une large et haute mašrabiyya donnant sur le jardin (fig. 77, 78)383. Une savante exécution de cette grille en répartit la structure entre trois rangées de panneaux superposés — verticaux et horizontaux — que domine une rangée supérieure de vitraux. Un prolongement angulaire, côté Ouest, la complétait heureusement, en augmentant le champ visuel et l’aération de la grille. Par son orientation au Nord et son ouverture sur le jardin qui y entretenaient une fraîcheur relative, cette agréable salle de réunion ne pouvait manquer d’être également appréciée des femmes du harem qui bénéficiaient de l’escalier voisin.

Grande mandara

  • 384 A. Lézine, Trois Palais, p. 47 à 49. Tableaux comparatifs de mandara ottomanes.
  • 385 Dimensions : longueur : 14,10 m ; largeur : 5,30 m/5,60 m ; hauteur : 8 m.
    Grand īwān, longueur : 5 (...)

215Édifiée dans l’aile Ouest du Manzil Suhaymī et axée perpendiculairement à la cour, cette belle salle d’apparat s’apparente, par son orientation Est-Ouest et l’ampleur de ses proportions, aux mandara de Muṣṭafa Ga’far et d’al-Mullā, ainsi qu’aux qā‛a contemporaines d’importance similaire (fig. 75)384. On y parvient indirectement, de part et d’autre de la durqā‛a, par deux portes donnant sur la cour, non loin du taẖtabuš385. (Pl. L).

  • 386 Avec latrines attenantes.
  • 387 Comparables à celles des principales portes intérieures de Musāfirẖāna et de Muṣṭafā Ga’far. Voir (...)
  • 388 S’éclairant sur la cour de la mandara par une baie garnie de moucharabieh.
  • 389 Cet escalier ne dessert plus maintenant qu’une seule pièce surmontant la chambre de repos inférieu (...)

216Une première antichambre (côté Sud) — terminée par un arc surbaissé — précède aussi un escalier et une petite chambre annexe s’aérant sur les communs. Pour cette raison la première entrée devait répondre notamment au service de la mandara. Très différente apparaît la seconde entrée (côté Nord) qui disposait, pour la réception des notables, d’une vaste cour — faisant office d’antichambre — aujourd’hui couverte et dallée de marbre386. Les portes donnant sur cette cour sont surmontées d’un linteau de pierre orné, comme ailleurs, de motifs géométriques. Seule, l’entrée même de la mandara possède un linteau de marbre blanc couvert d’inscriptions eulogiques387. Au fond de la cour, une seconde chambre de repos388 se rattachait à la salle voisine, à côté d’un autre escalier de pierre389.

217La grande mandara de Suhaymī compte, sans doute, parmi les plus belles salles d’apparat d’époque ottomane. Il est probable qu’elle demeura tout d’abord fermée sur sa pénombre et sa fraîcheur intérieure, les grilles de son ancien malqaf étant encore visibles à l’extrémité de son plafond (côté Est), tandis que le manwar d’éclairage et d’aération surplombe toujours la durqā‛a. La présence de deux cours, à l’angle de la mandara, devait inciter, vers le xviiie siècle, à une modification de son mode primitif d’éclairage et d’aération, si bien que nous observons aujourd’hui, avec la suppression du malqaf sur les terrasses, des ouvertures à moucharabieh installées sur trois côtés de la salle, la plus importante en garnissant toute la largeur, vers la cour et son jardin.

  • 390 La partie supérieure de ses murs latéraux se creuse aussi des trois longues niches habituelles à f (...)
  • 391 Bordés d’une frise épigraphique (versets du Coran) à caractères blancs sur fond bleu.
  • 392 Absence de loge de femmes donnant sur la mandara.

218Comparable dans sa configuration générale à la mandara de Ḥarāwī, la mandara de Suhaymī a mieux préservé le sol de sa dūrqā‛a en marbre clair rehaussé de mosaïques de couleurs et orné d’une fontaine centrale, ainsi que le dallage de calcaire de ses īwān390. Cependant, au-dessous des plafonds à solives apparentes (fig. 76)391 n’existent que deux kurdī d’aspect assez lourd — également décorés de motifs floraux — alors que les boiseries murales ne comprennent que trois placards s’opposant aux moucharabieh des fenêtres392. La simplicité du plan général ressort de l’absence de toute alcôve.

  • 393 La pierre de taille en moyen appareil est réservée aux parements extérieurs.

219Par ailleurs, la brique sous enduit apparaît le seul matériau utilisé dans la construction des murs intérieurs de la salle393. C’est pourquoi malgré la supériorité de ses proportions, la grande mandara du Manzil Suhaymī semble de qualité inférieure à celle de la petite mandara de style traditionnel, qui la dépasse par sa recherche et son harmonie architecturale, ainsi que par l’élégance et la beauté de son décor.

Appartements du 1er étage

220De même que les bâtiments du rez-de-chaussée étaient entièrement occupés, au Manzil Suhaymī, par les salles de réception du salāmlik — indépendamment des communs — l’ensemble des étages était réservé aux appartements privés du harem, à l’exclusion de la partie Sud comprenant le maq‛ad et ses annexes relevant du salāmlik (Pl. LI).

PLANCHE LI

PLANCHE LI

Manzil al-Suhaymi : plan du 1er étage (d’après archives).
2. Cour ; 4. Vide de la deuxième petite qā‛a ; 5. Couloir ; 7. Escalier ; 8. Latrines ; 12. Vide de l’antichambre ; 13. Chambre annexe ; 14. Vide de la grande mandara ; 16. Vide de la cour des communs ; 17. Communs ; 22. Jardin ; 27. maq‛ad ; 26-28-29. Chambres ou annexes, (e) mašrabiyya ; 30-31. a, (b) īwān, (c) dūrqā‛a, (e) mašrabiyya ; 32. Chambre annexe ; 33. Antichambre - sous malqaf - (h) mozyara ; 34. Loge ; 35. Dégagement à ciel ouvert ; 36. Antichambre ; 37. Hammam ; 38. Grande qâ’â, (b) īwān, (c) dūrqā‛a, (e) mašrabiyya, (h) Dūlāb ; 39. Chambre annexe ; 40. Loge de femmes - ou musique et chant ; 41. Chambre, (e) mašrabiyya ; 42-44. a, (e) dūrqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya, (h) Dūlāb ; 43. Chambre annexe, (e) mašrabiyya.

Salāmlik — Maq‛ad

  • 394 En raison de la superposition fréquente des murs, entre rez-de-chaussée et étages, le couloir supé (...)

221Alors qu’une entrée d’hommes était certainement affectée autrefois à cette salle noble — sur le côté droit du maq‛ad — sa disparition résulta ensuite, nous l’avons dit, de la transformation complète de la partie inférieure. Aussi bien, faut-il emprunter aujourd’hui l’escalier de l’aile Est qui rejoint la loggia du maq‛ad par un étroit couloir394.

  • 395 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 105-108.
  • 396 En y incluant la 2e qā‛a de l’étage, située au Sud-Ouest, ainsi que la mandara secondaire de type (...)

222Comme les palais et riches demeures en présentent de fréquents exemples, le maq‛ad Suhaymī ne se limite pas à sa loggia — reposant jadis sur des communs — c’est, en lui-même, un vrai complexe formant le seul lieu de réception surélevé du salāmlik (fig. 79, 81). Ses composantes en sont variées ; on trouve, en effet, rattachées à la loggia, deux étroites pièces domestiques, une chambre de repos et une salle annexe (qā‛a)395. Inclus dans la façade Sud du manzil, les bâtiments du maq‛ad en constituent apparemment l’une des parties les plus anciennes, leur fondation, nous l’avons dit, remontant au xviie siècle396.

  • 397 Grâce à une grille en bois très basse.
  • 398 Découvrant l’étendue de la cour. A cette boiserie s’ajoute encore celle des placards latéraux.
  • 399 Dimensions du maq‛ad : longueur et largeur : 5 m ; hauteur : 5,30 m environ.

223Avant de donner accès à l’intérieur du maq‛ad, le couloir (Est) se prolonge par une petite pièce s’éclairant sur la rue, au-dessus de la porte d’entrée — que l’on pouvait surveiller de cet endroit397 — Une seconde pièce identique double la précédente, s’ouvrant à la fois sur la rue et le maq‛ad. Ces deux chambrettes répondaient sans doute à l’usage des domestiques au service du maître et de ses hôtes. En pénétrant dans la loggia, ceux-ci se déchaussaient dans une large allée transversale (dūrqāa) avant de prendre place sur les tapis d’un īwān surélevé, bordé, vers la cour, par une balustrade basse en moucharabieh398. Entre la double ouverture des arcades — brisées - outrepassées — ils pouvaient admirer l’ampleur de l’espace découvert en contrebas ainsi que la diversité des hautes façades à moucharabieh ; la plus imposante apparaissait alors, à l’extrémité de la cour, dans la superposition du taẖtabuš et de la grande mašrabiyya du harem (qā‛a) (fig. 79)399.

  • 400 Sept solives recouvertes d’une couche de plâtre sous décor doré et peint.
  • 401 Palais du Caire, T. III, p. 105. Inscriptions à la louange du fondateur : « A construit ce lieu bé (...)

224Au-dessus de leurs têtes, les hôtes du maq‛ad pouvaient reconnaître la persistance du style mamelouk dans le plafond à solives arrondies et entre-deux compartimentés rehaussés d’une riche enluminure (fig. 80)400. Au milieu d’une frise à gorge recouverte de versets coraniques de bonne augure, une inscription peinte en or rappelait le nom du fondateur et la date de création du manzil (1058-1648)401.

  • 402 A la même hauteur que le plafond du maq‛ad. Dimensions de la pièce : 4 × 3 m.
  • 403 Face à la lumière solaire, la superposition de la mašrabiyya et de ses vitraux également composés (...)

225Pour des réunions intimes, le maître disposait, à l’arrière du maq‛ad, d’une agréable pièce annexe, prenant jour sur la rue (fig. 81). L’ornementation n’en était pas inférieure à celle de la loggia dont le plafond à solives apparentes semblait se prolonger ici402, tout en s’enrichissant, face au Midi, d’une gracieuse mašrabiyya surmontée de vitraux colorés de mêmes proportions403.

  • 404 Escalier inférieur auquel on a substitué un escalier supérieur (plus étroit).
  • 405 Élargie par un défoncement latéral (pourvu d’un petit escalier vers les terrasses) à l’Est du gran (...)

226Séparée seulement du maq‛ad par le palier de son escalier d’accès404, une salle fermée (qā‛a) formait alors un autre lieu de réception, que l’on préférait utiliser en certaines circonstances (fig. 82). Par une même disposition transversale Nord-Sud, cette qā‛a de type traditionnel pourrait être rapprochée de la mandara secondaire qui lui est sans doute contemporaine. L’équilibre et l’harmonie de ses proportions ressortent également de sa dūrqā‛a carrée en marbre de couleur séparant deux īwān très inégaux405. La répétition, auprès de chacun des īwān, d’une mašrabiyya surmontée de vitraux identiques — à arceaux colorés superposés — contribue à l’unité et l’agrément de la pièce. L’une de ces ouvertures donne sur l’espace fermé et paisible de la cour intérieure, l’autre sur le spectacle changeant de la rue.

Haramlik - Qā‛a (Aile Sud-Ouest)

  • 406 Avec latrines.
  • 407 Voir supra.
  • 408 Bayt azyār. On recouvrait, dit-on, les jarres d’une plaque de marbre et d’un linge humide pour mai (...)
  • 409 De même que le malqaf ouvert au Nord, la fenêtre de la loge orientée parallèlement devait contribu (...)
  • 410 En réalité, cette chambre haute repose sur les plafonds de deux pièces contiguès : loge de l’antic (...)
  • 411 La disposition de cette qā‛a rappelle celle des qā‛a de Šabšīrī, Sitt Wasīla, ‛Alī Katẖudā... Dime (...)
  • 412 Vitraux garnis de médaillons et rosaces.
  • 413 Il s’y ajoute, vers l’antichambre une fenêtre haute pour capter l’air frais provenant du malqaf. D (...)
  • 414 Et comportant aussi des fenêtres hautes sur l’antichambre et son malqaf.

227La séparation de la qā‛a précédente, annexée au maq‛ad, d’une autre qā‛a voisine, rattachée au harem, est nettement établie (Pl. LI). On doit aborder, en effet, un couloir406 situé au début de l’aile Ouest pour atteindre, par un curieux détour, cette nouvelle salle aménagée aussien surplomb du Darb al-Aṣfar. Passant tout d’abord près de la porte — actuellement condamnée — de l’ancien escalier des communs407, on gagne une vaste antichambre, au-devant de la qā‛a. Sa fonction est non seulement de servir de communication entre escalier et rez-de-chaussée, couloir de l’étage et la qā‛a elle-même, mais aussi de moyen d’aération grâce au puissant malqaf qui le surmonte pour recueillir la brise du Nord. La pièce est encore pourvue, à gauche, d’un recoin à clairevoie renfermant ordinairement des jarres d’eau (fig. 86)408, à droite, d’une sorte de loge à trois arcs en bois peint, s’éclairant par une fenêtre donnant sur la courette des cuisines409. Tel une loge de femmes, le moucharabieh d’une chambre haute la surplombe, cette pièce très bien située prenant encore jour au Nord et à l’Ouest410. Avec sa dūrqā‛a ornée de marbre et ses deux īwān dallés de calcaire, la qā‛a — paraissant isolée à cet endroit — est heureusement placée en bordure du Darb al-Aṣfar qu’elle domine de trois baies de même importance411. Faites d’une mašrabiyya et de vitraux412, ces ouvertures au Sud devaient rendre le séjour dans cette salle particulièrement attrayant pendant la saison la plus fraîche de l’année413. Elles permettaient aussi aux femmes du harem de se distraire à la vue de l’animation toujours pittoresque de la ruelle en contrebas. En face des trois fenêtres, deux portes semblables, également arquées — en bois festonné — correspondent, l’une à l’entrée par l’antichambre, l’autre à l’accès d’une petite pièce annexe, aussi basse de plafond que la loge contiguë414.

Qā‛a et annexes (Aile Nord-Est)

  • 415 Escalier : longueur des marches 1,07 m à 1,10 m (ou 0,66 m à 0,70 m) ; largeur 0,30 m ; hauteur 0, (...)

228Le même escalier qui permet aujourd’hui d’atteindre le maq‛ad par un couloir spécial, dessert également la succession d’appartements aménagés dans l’aile Nord-Est du manzil415 (Pl. LI). Très différents dans leurs dimensions et leur configuration intérieure, ces appartements — oda ou qā‛a — bénéficient, de ce côté, d’une excellente orientation, soit qu’ils donnent à l’Ouest, sur la cour intérieure, soit qu’ils regardent vers le Nord et l’Ouest, en surplombant le jardin actuel. Du Sud au Nord, on trouvera ainsi :

  • une chambre à trois portes et deux allées surbaissées limitant un īwān d’angle pourvu d’une mašrabiyya416 ;
  • à un niveau plus élevé417, une qā‛a est disposée transversalement Est-Ouest418 (comme la qā‛a précédente et la qā‛a élevée sur taẖtabuš). De même que les autres salons, celui-ci possède une chambrette annexe assortie d’une petite mašrabiyya et d’un Dūlāb en bois peint ;
  • par contre, à l’extrémité de l’aile Est, s’avance un salon en sens Nord-Sud ; il forme une sorte de grande demi-qā‛a à spacieux īwān précédé d’une dūrqā‛a et complété par une large maṣṭaba419 ; une haute mašrabiyya y prolonge, nous l’avons dit, celle de la mandara inférieure.

Grande qā‛a (aile Nord)

  • 420 Au-dessus de laquelle se poursuivent les communications à ciel ouvert — sans doute inexistantes au (...)
  • 421 On y voit aussi une armoire à claire-voie renfermant des jarres d’eau.
  • 422 Ce hammam privé comprend les deux petites pièces carrées et voûtées traditionnelles avec une pièce (...)

229En raison de son importance particulière, la grande qā‛a du harem, édifiée au-dessus du taẖtabuš, possède son propre escalier — auprès de la grande mandara420. De là, on ne pénètre plus par un couloir à l’intérieur de la grande salle, mais, comme dans la qā‛a Sud-Ouest, grâce à une antichambre éclairée par une mašrabiyya421. Cette pièce permettait, en outre, aux femmes du harem, de se rendre aisément à un hammam privé établi en contrebas (fig. 87)422, à proximité immédiate de la grande qā‛a (Pl. LI).

  • 423 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 109 à 111. Par son style et son aspect général, cette grande qā‛ (...)
  • 424 Renfermant des collections de céramique chinoises.

230Largement éclairée sur ses deux côtés, Nord et Sud, cette vaste salle de séjour contraste naturellement avec la pénombre absolue des anciennes qā‛a fermées de toutes parts (fig. 83)423. Sans doute ses plafonds en charpente se sont-ils abaissés (fig. 85), tandis que la surface de la dūrqā‛a et de ses īwān s’élargissait. Mais la lumière pénètre maintenant ici comme elle ne l’a jamais fait auparavant, grâce à l’immense mašrabiyya rehaussée de vitraux qui recouvre entièrement la façade Sud au-dessus de la cour. De même s’étendent plus largement qu’autrefois les dawālīb qui occupent les deux extrémités de la qā‛a et de ses īwān424 (fig. 84), alors qu’une longue ṣuffa à six arcs trilobés se dresse contre le mur Nord de la dūrqā‛a.

231Les innovations que l’on s’est plu à apporter dans cette salle luxueuse s’étendent encore à l’ornementation de ses murs et de ses piliers. Elles se manifestent surtout par l’abondance des faïences turques — sinon tunisoises — dont on a recherché l’éclat et la coloration pour égayer ce lieu de réunion féminine et en renouveler l’aspect intérieur, afin de le rendre plus attrayant et plus riant (fig. 83).

Appartements du 2e étage

232Il semble bien que ce soit surtout vers la fin du xviiie siècle qu’aient été exécutés, au Manzil Suhaymī, les travaux les plus importants de transformation et d’extension des lieux (Pl. LII). Cette extension, on dut la rechercher de préférence en hauteur, afin d’utiliser le plus possible les bâtiments existants et de satisfaire les besoins grandissants d’aération et de lumière, avec la multiplicité, désormais admise, d’ouvertures barreaudées et de balcons à moucharabieh. On constate, en effet, que ceux-ci remplacèrent bien souvent de véritables murs, en atteignant des proportions surprenantes que l’on n’aurait osé imaginer auparavant.

  • 425 Éclairé et aéré par des puits de lumière soigneusement répartis, se combinant avec ceux que formen (...)

233Les nouvelles salles que l’on décida d’édifier ici s’ajoutèrent aux précédentes, sans toutefois paraître correspondre à un plan d’ensemble préétabli. Pour répondre à l’accroissement des habitants du manzil — entre familiers, domesticité, hôtes — on devait alors combiner les nécessités de logements neufs avec les possibilités de support. Il en est ressorti une réelle diversité, compte-tenu du choix préférentiel des terrasses couvrant les salles nobles — rez-de-chaussée et 1er étage — pour y élever les étages supérieurs. De ce fait, la différence de niveau déjà observée dans les appartements du 1er étage ne fera que s’accentuer plus haut. En outre, lorsque le bâtisseur choisissait le sommet d’un maq‛ad, d’une mandara ou d’une qā‛a pour y élever de nouvelles pièces, il ne pouvait utiliser toute la surface de leurs terrasses. Si on prenait l’habitude de sacrifier de plus en plus les anciens malqaf — remplacés par l’ouverture de larges baies — on se résignait plus rarement à supprimer un lanterneau au-dessus d’une dūrqā‛a. Aussi ne doit-on pas s’étonner de voir, au milieu des nouvelles pièces hautes, l’émergence maintenue des manwār à coupoles de bois sous enduit rappelant la présence de qā‛a (ou mandara) de type traditionnel. Les communications entre pièces élevées n’en sont pas toujours facilitées pour autant, celles-ci se faisant plus souvent à l’air libre des terrasses qu’à l’abri d’un couloir425.

Aile Est

  • 426 Des différences de niveau importantes au-dessus du premier étage ne permettent pas de déterminer u (...)

234C’est par l’escalier tournant à courtes volées droites — qui relie rez-de-chaussée et premier étage — que l’on atteint un second, voire un troisième étage, dans la partie Est du manzil426. Deux pièces très différentes dans leurs proportions et leur aspect intérieur occupent les extrémités Sud et Nord des terrasses.

  • 427 La réalisation tardive de l’étage correspondant — entre la fin du xviiie et le milieu du xixe sièc (...)

235S’appuyant contre le lanterneau de la mandara classique, une agréable chambre surplombe de sa mašrabiyya la rue Darb al-Aṣfar427. Avec son sol à trois niveaux successifs — allée en contrebas près de l’entrée, īwān et maṣṭaba disposés en angle devant la mašrabiyya — cette pièce pouvait aussi bien se prêter à une existence oisive durant le jour qu’au repos pendant la nuit. A cet effet, l’usage d’un réduit devait permettre d’y ranger le matériel de couchage habituel — nattes, matelas, couvertures — que l’on étendait chaque soir sur les deux maṣṭaba. Un plafond à baguettes peu élevé s’orne du réseau hexagonal à fond rouge si souvent reproduit, entre le xviiie et le xixe siècle. Des kurdī très diminués le partagent à la limite de la dūrqā‛a et de l’īwān.

PLANCHE LII

PLANCHE LII

Manzil al-Suhaymī : plan du 3 e étage (d’après archives).
2. Cour ; 4. Lanterneau - 2e petite mandara ; 7. Escalier ; 12. Vide de l’antichambre ; 14. Lanterneau -grande mandara ; 22. Jardin ; 30-31. Lanterneaux - qā‛a du 1er étage ; 35. Dégagement à ciel ouvert ; 36. Vide de l’antichambre ; 38. Vide de la grande qā‛a du 1er étage ; 46. Vide de la petite qā‛a - 2e étage ; 47-51. qā‛a, (b) īwān, (c) durqā‛a, (e) mašrabiyya, (h) dūlāb ; 48. Chambre annexe ; 49. Chambre haute ; 52. Malqaf (ouvert au Nord).

  • 428 Dimensions : longueur : 12,50 m ; largeur : 5 m ; hauteur : 3,80 à 4 m.
  • 429 Une seconde mašrabiyya de même importance est aujourd’hui murée. La seule mašrabiyya conservée se (...)
  • 430 Un mélange d’ornementation semblable — mi-orientale, mi-occidentale — se manifeste à la même époqu (...)

236La seconde salle se rapproche de la grande qā‛a du harem (1er étage) à un niveau supérieur. Bien qu’elle présente une ampleur comparable428, elle n’en atteint pas la somptuosité. Son ornementation se limite surtout à une grande mašrabiyya429 tournée vers l’Ouest, au-dessus de la cour. De plus elle ne possède qu’un seul īwān près de la dūrqā‛a de l’entrée. Deux types de plafond ont été utilisés au-dessus de chacune des parties de la salle, décorés soit de rosaces entrelacées — à baguette sur fond plat — soit de motifs floraux d’inspiration occidentale — solives apparentes et entre-deux —. La même influence étrangère apparaît dans la répétition de fruits et de fleurs naïvement peints (sur fond bleu) qui ornent ici la frise inférieure à la place des poèmes de la Bourda demeurés si longtemps en honneur dans les salles d’apparat430. Une chambrette de repos s’ajoute à cette qā‛a.

Aile Sud

  • 431 Dépassant d’au moins 2 m le niveau des autres pièces du second étage.
  • 432 Voisin du maq‛ad. Voir supra.
  • 433 Lanterneaux carrés percés de deux lucarnes barreaudées sur chacun des côtés, et surmontés d’une pe (...)
  • 434 Avec le faible relief de ses īwān et la simplicité de son plafond. La pièce possède cependant deux (...)

237Au voisinage de la première chambre du second étage décrite plus haut, une qā‛a de moyenne proportion a été édifiée sur la terrasse plus élevée du maq‛ad431, auquel la relie directement un étroit escalier432. Ainsi a-t-elle pris place entre les deux lanterneaux d’une mandara et d’une qā‛a433. C’est du plan général de celle-ci que la nouvelle qā‛a semble s’être inspirée en adoptant la même disposition transversale avec ouverture de ses deux mašrabiyyāt au Nord et au Sud — sur cour intérieure et rue Darb al-Aṣfar — Cependant ses proportions comme son décor paraissent inférieures au modèle434, bien qu’elle bénéficie également de deux chambrettes annexes auprès de chacun des īwān. En raison de leur situation commune, voisine du maq‛ad, peut-être les deux qā‛a étaient-elles utilisées parfois pour y accueillir les hôtes.

Aile Ouest

  • 435 Voir supra. Cette fenêtre correspondait-elle au même usage (éventuel) que celle de l’étage inférie (...)
  • 436 Avec plafond élevé à 4,50 m (environ).
  • 437 A cette chambre s’en ajoutent deux autres — actuellement inaccessibles au-dessus de l’īwān Ouest d (...)

238De ce côté, on trouve tout d’abord, surplombant l’antichambre — avec malqaf — de la qā‛a Sud, une chambre très simple pourvue de la grille à moucharabieh des loges de femmes. De même que dans la pièce inférieure, on y dispose d’une fenêtre ouvrant au Nord, au-dessus de la courette des communs435. A proximité, une chambre plus spacieuse a été aménagée au-dessus de l’īwān Est de la grande mandara436 — après suppression de son malqaf — On y bénéficie d’une belle mašrabiyya donnant sur la cour, avec allée d’accès et īwān transversaux437.

Aile Nord

  • 438 A l’extrémité Ouest de la grande qā‛a.

239A la suite d’une chambrette ordinaire surplombant le jardin, une vaste salle s’étend au-dessus de l’īwān Est de la grande qā‛a — auprès de son lanterneau —438. Sa disposition transversale lui permettait également une vue sur la cour et le jardin du manzil. Des différentes surélévations que l’on s’est plu à ajouter aux constructions primitives du manzil, celle-ci apparaît aujourd’hui la plus haute, avec la qā‛a voisine (aile Est) tournée aussi vers le Nord et l’Ouest.

240Ainsi peut-on se rendre compte de la très grande importance que devait présenter autrefois l’ensemble des bâtiments donnant sur le Darb al-Aṣfar, dont maintenant on connaît surtout la partie la mieux restaurée et entretenue, désignée sous le nom de Manzil Suhaymī. Indépendamment de l’évolution architecturale et ornementale qu’il a été possible d’y relever, on a constaté l’intérêt particulier accordé, entre le xviiie siècle et le xixe, aux pièces de réception des visiteurs (mandara ou salāmlik) occupant désormais la totalité du rez-de-chaussée et une partie de l’étage. De même relève-t-on l’accroissement et la diversité des appartements privés (oda et qā‛a du ḥaramlik) répartis entre les deux ou trois étages du manzil.

Manzil Muṣṭafā Ğa‛far

  • 439 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 121-122. Bayt al-Maẖrazātī. Cette construction édifiée vers la f (...)
  • 440 Actuellement utilisé comme école de jeunes filles.

241Si la propriété la plus ancienne devait s’arrêter, à l’Est, aux abords de l’impasse ’Atfat al-Aṣfar, ses limites s’avançaient certainement, nous l’avons dit, beaucoup plus loin, au Nord et à l’Ouest, jusqu’à la rue al-Mu‛izz (ou Qaṣaba). On y reconnaît encore deux bâtiments distincts : l’un, voisin immédiat du Manzil Suhaymī, a été entièrement adapté au goût du siècle dernier439 ; l’autre situé à l’angle du Darb al-Aṣfar et du Sari’ al-Mu‛izz, a été classé et restauré par le Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe, au même titre que le Manzil Suhaymī, bien qu’il soit loin d’en égaler l’importance440. On y reconnaîtra, cependant, le même style architectural marqué par une évolution semblable réalisée, au dehors comme au dedans, au cours des deux derniers siècles.

  • 441 Communication antérieure de cette habitation avec le manzil voisin (à l’Est). Elle possède aussi, (...)

242A l’extérieur, l’entrée sur la rue a adopté l’arc surbaissé au-dessous de l’encorbellement de l’étage. A l’intérieur, entre deux petites cours, la priorité a été donnée à la mandara du rez-de-chaussée ainsi qu’à la qā‛a qui la surmonte441.

  • 442 E. Pauty, op. cit. : Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 121-132.
  • 443 A.R. Abdul Tawab et A. Raymond, La waqfiyya de Muṣṭafā Ğa‛far. Annales islamologiques, T. XIV, 197 (...)
  • 444 De cette wakāla construite en 1673, il ne reste maintenant que le portail et quelques éléments de (...)

243De cette demeure, connue de nos jours, sous l’appellation de Manzil Muṣṭafā Ğa‛far, nous ignorons la date et les circonstances de son détachement du grand ensemble résidentiel442. Nous sommes mieux renseignés sur le personnage qui l’habita et la transforma avant de lui laisser son nom443. « Muṣṭafā Ğa‛far était un négociant (tāğir) en café (bunn) à la wakāla de feu Ḏolfiqār Katẖudā, sise dans le quartier de Ğamāliyya ; cette wakāla dont il subsiste quelques restes était un des principaux centres du grand commerce du café et des épices au Caire au xviiie siècle444.

PLANCHE LIII

PLANCHE LIII

Manzil Muṣṭafā Ğa‛far : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage.
1. Entrée ; 2. 1re cour ; 3. Portique ; 4. Loge de gardien ; 5. 1er escalier ; 6. maẖzan - ou logement domestique ; 7. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān ; (c) grand īwān ; 8. Chambre annexe ; 9. 2e cour ; 10. 2e escalier ; 11. Puits ( ?) ; 12. Ancienne porte de communication (avec partie voisine).
1er étage : 2. 1re cour ; 5. Escalier ; 9. 2e cour ; 14. Chambre ; 15. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān ; (c) grand īwān ; (e) mašrabiyya ; 16. Terrasse ; 17. Vide de chambre (entresol).

  • 445 Demeures.

244Le ẖawāgā (commerçant en café), Muṣṭafā Ğa‛far, constitua en waqf deux makān445. Celui qu’il habita aurait fait partie auparavant du « grand makān appelé waqf de feu le ẖawāgā Šihāb ‛Aṭā appartenant peut-être à la maison Suḥaïmī ». Il y aurait fait des travaux importants de remise en état.

  • 446 Id., p. 181.

245Muṣṭafā Ğa‛far eut un fils, Ğa‛far, également tāğir à la même wakāla et au moins deux épouses d’origine géorgienne, affranchies, ‛Aïša H̲ātūn et Fātiha H̲ātūn — qui épousa après la mort de son époux, son affranchi, Al-Ḥāğğ Sulaïmān Ğa‛far ibn ‛Abdallah (mort en 1775)446.

  • 447 Id., p. 182.

246Divers immeubles (‛aqarāt) furent ajoutés au makān primitif...447.

247« On y accédait par une ruelle (Zuqāq) maintenant bouchée, dans ẖatt al-Mašṭīyyīn... ».

  • 448 Antichambre.

248L’expertise (dallāla) du makān effectuée en 1758 en fournit les renseignements suivants : « façade au Sud-Est (qibliyya), avec une porte de bois qui donne accès à un darka448 couvert et à un vestibule (dahlïz). Par la grande cour (hawš) à ciel ouvert à laquelle conduit le vestibule et où se trouve un puits (bīr) on accède à des réserves (ḥawāsil), un bain (ḥammām) (Pl. LIII)... ». Après la mort des héritiers et descendants de Ğa‛far, le revenu du waqf établi pour son makān fut accordé aux Masğid de l’Iman Ḥusaïn et de la Zāwiya de l’Iman al-Šāfi‛i.

249Comme nous en avons relevé d’autres exemples plus haut, il était naturel que les principaux propriétaires et habitants des plus riches résidences édifiées à l’intérieur de al-Qahira, à proximité de ses centres économique et religieux, fussent très souvent des tuğğār ou des šaīh.

Palais de Musāfirẖāna

  • 449 E. Pauty, op. cit., pp. 59-77.
    J. Revault et B. Maury, op. cit., T. III, p. 133 à 157.
  • 450 Ce marchand célèbre, qui fut šāh bandar des tuğğār du Caire, mourut en 1795 en laissant une fortun (...)

250Édifiée entre le xviiie et le xixe siècle, cette belle résidence est encore désignée aujourd’hui sous le nom de Palais (sarāya) en raison, sans doute, de l’étendue imposante de ses bâtiments dans le passé ainsi que du rôle important qu’elle fut appelée à jouer449. « C’est à l’intérêt porté par le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe à ce palais que l’on doit sa préservation de la ruine et d’une disparition complète. Sa valeur architecturale et historique fut alors signalée en ces termes : « Palais dit al Moussafirkhâna (1193-1203 H = 1779-1789 A.D.). Al-Moussafirkhâna peut être considéré comme un monument d’intérêt historique national, car il fut le berceau du grand Khédive Ismaïl, le réformateur de l’Égypte moderne. Il appartenait jadis à un membre influent de la corporation des commerçants du Caire, Mahmoud Muḥarram450, qui, quelques années auparavant, avait construit, à proximité de ce palais, une mosquée qui porte son nom.

  • 451 « Aucune inscription historique n’a été relevée sur les lieux mentionnant le fondateur ou la date (...)
  • 452 Proximité d’un centre commercial très actif (wakāla Odā Bâši, wakāla Bazara’ etc.).

251Acheté au commencement du xixe siècle par la famille du grand Mohammed Ali, il fut destiné à la réception des hôtes de marque, ambassadeurs, personnages et missions étrangères451... ». En fait, il aurait apparemment occupé un vaste îlot au voisinage de Ğamāliyya452, non loin du Manzil Suhaymī avec lequel il présente certaines ressemblances (Pl. LIV).

PLANCHE LIV

PLANCHE LIV

Palais de Musāfirẖāna : plan de situation.
1. Palais de Musâfirhâna ; 2. wakāla Oda Bāšī ; 3. Mosquée Maḥmūd Mūḥarram ; 4. Mosquée Marzūq al-Aḥmadī.

252De sa configuration primitive plus étendue il est possible de distinguer jusqu’à ce jour les points principaux qui en marquaient, semble-t-il, les anciennes limites : près de la rue Šari‛Ḥabs al-Raḥba se dressent toujours deux bâtiments religieux, probablement contemporains du Palais auquel ils paraissent avoir été rattachés : le Masgid Marzūq al-Aḥmadī et le Masgid Maḥmūd al-Muḥarram. L’un et l’autre possèdent également un portail à arc trilobé et un petit minaret d’influence ottomane, mi-octogonal, mi-arrondi. A l’opposé, (côté Nord), se trouvent les deux entrées — principale et secondaire — ouvrant, soit sur l’impasse al-Tablāwī, soit sur la ruelle Darb al-Masmaṭ.

253De ce côté, c’est bien la partie la plus somptueuse de l’ancien palais qui subsisterait. Des bâtiments complémentaires renfermant logements et communs, on devine seulement l’existence antérieure grâce à certains vestiges tels que murs appareillés, angle mural rabattu, consoles de pierre, mašrabiyya, de style contemporain.

Aspect extérieur

Entrée principale (Darb al-Masmaṭ)

  • 453 Supra.
  • 454 Base enterrée de près d’un mètre ; condamnant la porte à demeurer fermée, à la suite du relèvement (...)
  • 455 Conformément au style architectural adopté à l’entrée des palais et wakāla contemporaines, disting (...)
  • 456 Élément décoratif fréquent (entre le xviiie et le xixe siècle), pour marquer non seulement une ent (...)
  • 457 Décor floral répété dans un double méandre.

254La ruelle qui conduit au Palais de Musāfirẖāna apparaît aussi étroite et encaissée entre ses hauts murs que les rues ou impasses desservant les demeures décrites plus haut. Le style de la porte d’entrée principale rappelle celui des entrées de Suhaymī et d’‛Alī Katẖudā453. Cependant, ici, la porte massive à un seul vantail454 est surmontée de deux arcs surbaissés, en retrait l’un au-dessus de l’autre455, le plus élevé s’ornant, comme d’une frange de pierre, d’un bord festonné456. Le décor extérieur sur la rue rehausse encore d’un bandeau sculpté l’encadrement de la porte, indépendamment de la moulure traditionnelle à boucles457. En raison de ses grandes dimensions et de son luxe ornemental, cette belle entrée devait être réservée au maître et à sa famille ainsi qu’à ses hôtes et visiteurs de marque. A proximité, un autre portail de mêmes proportions mais dépourvu de tout décor, était probablement utilisé par la domesticité, sans compter les montures que l’on pouvait introduire de ce côté.

255Un long encorbellement souligne la saillie si fréquente de l’étage, au-dessus des deux portails et d’une rangée d’impostes barreaudées, sans atteindre toutefois la largeur des encorbellements précédents, puisque de simples consoles de pierre à une seule tête arrondie suffisent à la supporter. De même pourrait-on être surpris par l’absence de mašrabiyyāt remplacées par des grilles ordinaires à moucharabieh qui ne correspondent guère au faste intérieur du palais.

Entrée secondaire (Darb al-Ṭablāwī)

256La seconde entrée, rue al-Tablāwī, formait sans doute un moyen d’accès plus commode de ce côté (Est). Nous verrons comment ces différentes portes permettaient de pénétrer à l’intérieur du palais et de ses communs, soit par sa cour, soit par son hall.

PLANCHE P

PLANCHE P

L’étroitesse des rues où se pressent bêtes et gens rend souvent la circulation difficile (in H. Bartlett, 1852).

Aspect intérieur

  • 458 Hauteur : 5,10 m environ.
  • 459 Palais du Caire, III, 1979, p. 134-137.
  • 460 Voir Palais d’Ālīn Aq, Palais du Caire, T. II, 1977, p. 65.
  • 461 Architecture de style mamelouk.
  • 462 Les doubles marches jointes (long. 1,50 m) sont bordées d’une arête plate (larg. 0,10 m) à distanc (...)
  • 463 A l’exception de l’accès par la rampe, la plate-forme supérieure, sur laquelle tournaient une ou d (...)
  • 464 Chacune des roues dentées est faite d’un solide bâti en bois d’assemblage cruciforme, l’axe de la (...)
  • 465 Le puits est actuellement comblé et inutilisable. Le système de puisage adopté ici correspond à ce (...)
  • 466 De même que des principales mandara du salāmlik.

257Sous son plafond à solives élevé458, l’antichambre de l’entrée principale est pourvue, comme ailleurs, d’une maṣṭaba en pierre de taille. Entre ses murs appareillés et ses deux grandes portes latérales elle s’ouvrait autrefois à une double communication intérieure située de part et d’autre : d’un côté, une quatrième porte permettait d’accéder à la grande cour centrale ; de l’autre, on découvrait un portique avec courette destiné à abriter les montures qui utilisaient l’issue domestique voisine pour entrer au palais ou en sortir. De là, un couloir coudé reliait les entrées principales (côté Nord) à l’entrée secondaire (côté Est)459. Bien que modifiée dans sa configuration antérieure, celle-ci n’apparaît pas moins importante que la précédente. A l’occasion des réceptions organisées dans la grande mandara desservie par un hall particulier, elle permettait aux invités de gagner cette salle directement. Sa fonction était encore d’ouvrir l’accès d’une partie des communs installée à proximité. En effet, la présence d’un puits plus ou moins surélevé constitue bien l’une des particularités caractéristiques des anciens palais du Caire460. Aussi sa construction et celle du couloir attenant avec ses hautes voûtes et ses arcs de redressement brisés semblent-elles avoir précédé l’édification du palais auquel le puits est demeuré rattaché461. Celui-ci a conservé sa rampe d’accès à larges marches basses et inclinées462 que devaient gravir autrefois bœuf ou mulet pour atteindre la plate-forme supérieure de la noria (sāqya)463. De celle-ci on peut encore voir aujourd’hui les deux roues dentées en bois massif464, l’une horizontale, l’autre verticale, qui servaient à entraîner une troisième roue de puisage — actuellement disparue — fixée au-dessus du puits, avec son long chapelet de poteries465. Alors qu’une sāqya ordinaire fonctionnant au niveau d’un jardin, suffisait à son irrigation, l’alimentation en eau des étages d’un palais nécessitait la surélévation du système hydraulique, ne serait-ce que pour assurer l’entretien des fontaines, vasques et jets d’eau toujours appréciés pour le raffraîchissement des grandes salles du harem466.

Cour intérieure

  • 467 Portes droites des entrées du salāmlik ou du harem.
  • 468 Portes arquées des communs.
  • 469 Manzil Suhaymī et Muṣṭafā Ğa‛far.

258De forme trapézoïdale et pourvue aujourd’hui d’un jardin comme le Manzil Suhaymī, la cour de Musâfirhâna présente avec celui-ci une certaine ressemblance (Pl. LV). La hauteur de ses murs auxquels s’accrochent plusieurs mašrabiyyāt, le style de ses portes à linteau droit467 — parfois rehaussé d’inscriptions eulogiques — ou arc surbaissé468, les larges baies à moucharabieh de son rez-de-chaussée sont autant de points communs non seulement avec la belle demeure voisine469, mais aussi avec celle d’‛Alī Katẖudā et d’Al-Sādāt.

PLANCHE LV

PLANCHE LV

Palais de Musāfirẖāna : plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée principale ; 2. Entrée des communs ; 3. Portique ; 4. Courette ; 5. Couloir ; 6. Entrée actuelle ; 7. Courette ; 8. Puits ; 9. Rampe d’accès à la noria ; 10. Jardin ; 11. Entrée du hall ; 12. Latrines ; 13. Hall ; 14. Chambre ; 15. Mandara, (a) dūrqā‛a avec fasqiya, (b) īwān ; 16. Escalier ; 17. Chambre annexe ; 18. Petite qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 19. Cour avec jardin ; 20. taẖtabuš ; 21. Portique ; 22. qā‛a ; 23. Chambres.

  • 470 L’usage du maq‛ad sera cependant conservé jusqu’aux xviiie et xixe siècles, non seulement à l’inté (...)
  • 471 Des immeubles d’habitation modernes ont alors supplanté les parties complémentaires de l’ancien pa (...)
  • 472 Voir infra.

259Du style architectural de Suhaymī, la présence d’un portique (taẖtabuš) de grandes proportions rapproche encore la cour de Musāfirẖāna. On pourrait toutefois s’étonner de ne pas trouver auprès de ce lieu d’accueil découvert — à l’encontre du Suhaymī — la loggia surhaussée d’un maq‛ad, de tradition, il est vrai, plus ancienne470. On n’en est pas moins frappé de constater à nouveau ici une extension très nette des pièces de réunion et de réception du salāmlik, au détriment probable d’une partie des anciens communs donnant sur la cour. Mais en dehors de cette cour entourée de son salāmlik et de son ḥaramlik qu’en était-il des autres bâtiments qui devaient également appartenir jadis au Palais de Musāfirẖāna, édifiés dans les parties Sud et Ouest pour former un îlot complet entre les ruelles al-Masmaṭ et al-Tablāwī ? Sans doute y trouvait-on, autour d’autres cours de proportions variables des appartements supplémentaires avec dépendances répartis entre les différents membres d’une même famille. Lorsque le Comité décida le classement et la restauration de l’ancien Palais, il ne s’intéressa probablement qu’aux seuls bâtiments connus jusqu’à ce jour sous le nom de Musāfirẖāna471. Il s’agissait, en réalité, de la partie principale de l’ensemble primitif, dont le ḥaramlik aurait abrité, dit-on, la naissance du Khédive Ismaïl, au siècle dernier472, tandis que les pièces du salāmlik auraient servi de cadre à de brillantes réceptions officielles aussi bien qu’à des réunions intimes.

Salāmlik

260On est, en effet, surpris par le nombre et la diversité des salons aménagés au rez-de-chaussée, tant autour de la cour qu’auprès du hall attenant.

Taẖtabuš

  • 473 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane, 1972, pp. 48, 51-52. J. Revault et B. Maury, Palais du (...)
  • 474 Hauteur : 6 m à 6,50 m environ ; longueur : 8,70 m ; largeur : 5,50 m.
  • 475 Ensemble architectural, taẖtabuš - grande qā‛a, commun à Musāfirẖāna et Suhaymī.
  • 476 Hauteur de chaque pierre : 0,31 m (environ).
  • 477 Accessible par un escalier de pierre donnant sur le portique.
  • 478 Composition cruciforme comprenant un disque central rattaché à quatre demi-disques symétriques. Dé (...)
  • 479 Surmontées d’une moulure avec boucle.
  • 480 Légèrement surélevé (0,25 m).
  • 481 Plafond à caissons décoré de rosaces entrelacées (à baguettes).
    — restauré par le Comité avec les p (...)

261Situé à l’extrémité Sud de la cour, le portique du taẖtabuš devait s’imposer, en premier lieu, aux hôtes du Palais par son ampleur473 (fig. 92, 93). S’étendant sur toute la largeur de la cour, il atteint, en hauteur, le niveau du premier étage474, occupé à son tour par l’immense grille à moucharabieh de la grande qā‛a du harem475. De celle-ci, la partie inférieure — ornée de sculptures — repose sur la forte colonne médiane en marbre clair et chapiteau corinthien du taẖtabuš. A l’encontre de sa grande ouverture au Nord, les trois autres côtés du portique seraient entièrement fermés de murs en pierre de taille476, sans la haute baie à moucharabieh de la mandara voisine ouverte côté Est. A l’opposé, on disposait aussi d’une petite qā‛a (ou mandara) de repos surélevée477. Au fond du taẖtabuš, la nudité du mur est atténuée par la sculpture d’une figure circulaire inscrite dans un carré478 que flanquent deux hautes niches à fond plat et arc dentelé479. Au-dessus du sol dallé de marbre clair480, un plafond compartimenté se couvre d’une riche ornementation sculptée481, complétée par une frise d’encadrement.

262Les jours de réception, les hôtes devaient être conviés à s’asseoir sur les tapis et coussins étendus au sol, où ils appréciaient la fraîcheur de l’air et la tranquillité du lieu, ainsi que le service d’une nombreuse domesticité.

Grande mandara

  • 482 Plan à rapprocher de celui de la mandara d’‛Alī Katẖudā.
    Voir A. Lézine, op. cit., pp. 48-49. Dimen (...)
  • 483 Un dallage de marbre clair couvre le sol des trois īwān, comme celui du hall et du taẖtabuš voisin (...)
  • 484 A un mètre du sol, ces baies munies de grilles en bois à larges mailles s’ouvrent sur une hauteur (...)
  • 485 Portes maintenant condamnées. L’ancienne pièce annexe n’est plus accessible aujourd’hui que par l’ (...)

263De même importance que le taẖtabuš apparaît la grande mandara installée dans son prolongement (Sud-Ouest) (Pl. LV, fig. 90, 91). La hardiesse de sa nouvelle disposition intérieure confirme le sens de l’évolution architecturale dont on voit aussi certaines manifestations dans les salons de Suhaymī, d’‘Ali Katẖudā, et d’al-Sādāt. A la haute et longue salle fermée, demeurée si longtemps en honneur, on a substitué maintenant une vaste salle en forme de Τ (renversé), largement ouverte sur l’extérieur et couverte d’un plafond moins élevé qu’auparavant482. La répartition habituelle, la dūrqā‛a centrale — avec fontaine de marbre — séparant les deux īwān traditionnels, s’augmente ici d’un troisième īwān qui forme le fond du salon de réception derrière la dūrqā‛a, face à la porte d’entrée483. A la pénombre autrefois de rigueur succède une clarté inattendue, grâce à l’ouverture de larges baies à moucharabieh s’élevant, des trois côtés, jusqu’au plafond — au Nord, à l’Ouest et au Sud —484. Ainsi s’éclaire-t-on à la fois vers le grand hall (Nord), la cour (Ouest) et un jardin (Sud) aménagé à l’arrière de la mandara. En contrepartie, le mobilier mural a dû être réduit à un seul placard (côté Est) — dissimulant deux portes d’accès485 à une petite chambre annexe —.

  • 486 De nouveaux kurdī en forme de lyre témoignent aussi d’un désir d’évolution architecturale à l’inté (...)

264De même style ornemental que celui du taẖtabuš voisin, le plafond de la mandara présente cependant une plus grande diversité, en partie compartimenté, en partie à solives apparentes, voire à coupolette ornée de stalactites (au centre)486. Malqaf et manwar en ont, bien entendu, disparu. On les découvrira alors curieusement associés, au centre du hall qui dessert la mandara, celle-ci bénéficiant de leur nouvelle disposition avec des ouvertures pratiquées de ce côté (Nord).

  • 487 En l’absence de contrevents, voire de vitres — apparues tardivement — l’emploi de rideaux et tentu (...)

265On peut donc observer que les profonds changements apportés à la mandara de type classique ne la privaient pas de la ventilation toujours recherchée en été, tout en lui permettant de mieux profiter de la chaleur solaire pendant la saison froide487.

  • 488 E. Pauty, op. cit., p. 52. « En Égypte, le type de la salle à deux īwāns est le plus courant, quoi (...)
  • 489 Palais du Caire, III, pp. 138-139.

266Dans sa configuration générale, la nouvelle mandara de Musāfirẖāna semble renouer avec les lointaines traditions des chambres de Fuṣṭāṭ — inspirées de Samarra — salle et antisalle ouvrant en leur milieu sur une cour intérieure488. Le large hall — à ciel ouvert au centre — tient le même rôle que cette cour, remplaçant aussi l’étroit couloir d’accès en usage auparavant auprès de toute qā‛a ou mandara489.

  • 490 Ibid., « Ta qā‛a, ô Aziz, est superbe, elle est en Égypte le paradis des qā‛a. Que Dieu la protèg (...)
  • 491 Long. 15,50 m ; larg. 5,20 m ; même hauteur de plafond que dans la mandara dont le hall constitue (...)

267Pourtant, il semble que l’on se soit efforcé de retrouver la grandeur des anciens portails d’honneur ; en effet, l’entrée de la mandara a été dotée d’une porte surhaussée à linteau droit — gravé d’inscriptions eulogiques —490 dans un défoncement à fond plat surmonté d’un arc surbaissé et flanqué de deux colonnettes cantonnées sur banquettes de pierre (fig. 90). Aux deux extrémités du grand hall apparaissent une issue vers l’entrée (rue al-Tablāwī) et une autre vers la cour intérieure. De mêmes proportions qu’une vaste salle491, ce hall permettait d’abriter, en grand nombre, les visiteurs qui devaient être reçus soit à l’intérieur de la mandara, soit dans le taẖtabuš, sinon dans d’autres pièces.

  • 492 Entrée du hall pourvue de latrines surmontées, au niveau des terrasses, d’une haute cheminée d’aér (...)
  • 493 A ce salon on pouvait aussi accéder auparavant par une seconde porte (actuellement murée) ouvrant (...)
  • 494 La fenêtre à moucharabieh de la première chambre s’éclairant sur le hall.

268On y trouvait enfin, à proximité de l’entrée,492 un salon d’importance secondaire493, face à un escalier conduisant, par les terrasses, à plusieurs chambres superposées494 ainsi qu’à l’ensemble du harem.

  • 495 Même grille à larges mailles en bois tourné que celles de la mandara.
  • 496 Id., p. 142.
  • 497 Ibid., « Cette qā‛a surpasse toute grandeur par la splendeur de son éclat ; auprès d’elle le seign (...)

269L’importance du hall aménagé au-devant de la mandara est encore soulignée par le soin apporté à son accès sur la cour. Près d’une haute baie barreaudée495, la porte d’entrée a reçu un encadrement de marbre clair sculpté, de part et d’autre, de motifs floraux turquisants496 et, au sommet, d’inscriptions à l’éloge du palais497.

  • 498 En forme de L.
  • 499 īwān entouré de placards comportant surtout de multiples niches à arceaux.

270Autour de la cour, on pouvait, en outre utiliser trois autres pièces différant dans leurs formes, leurs dimensions et leur exposition. La plus spacieuse côtoie le hall ; adoptant une nouvelle conception dissymétrique à angle droit498 — observée seulement au salāmlik de Suhaymī — elle possède son īwān le plus profond en face d’une grande ouverture donnant sur la cour499 et bénéficiant d’une orientation à l’Ouest (Pl. LV). Auprès de la porte d’entrée, dūrqā‛a et second īwān présentent des dimensions très inférieures. Un plafond plat à baguettes, couvert de rosaces entrelacées, annonce le style ornemental qui prédominera également dans les appartements du harem.

  • 500 Entièrement restauré.

271Au Nord de la cour apparaît un salon d’hiver, modernisé dans son aspect actuel — avec la symétrie de sa porte médiane entre deux fenêtres500.

Communs

  • 501 Avec puits et latrines ; les anciens bâtiments domestiques du Palais actuel s’étendaient probablem (...)
  • 502 Au départ des escaliers, voire aux paliers principaux, de petites niches murales à arceaux trilobé (...)

272Enfin, l’aile Ouest ne présente qu’un groupe de trois pièces contiguës desservies par un petit portique et encadrées de deux couloirs — aujourd’hui coupés. — Sans doute s’agissait-il, à cet endroit, de l’approche des communs501 avec leur communication avec la cour des maîtres. On devine que le service du salāmlik — taẖtabuš, mandara — devait passer par là ; de même, empruntait-il l’escalier voisin (côté Ouest) pour gagner l’étage du harem (fig. 94), les deux autres escaliers situés respectivement auprès de chacune des deux entrées (Nord et Est) répondant à des usages différents502.

Ḥaramlik

  • 503 Le second étage apparaît au-dessus du taẖtabuš et de la mandara, le troisième étage au niveau des (...)

273Suivant une coutume généralement observée dans la construction d’un palais ou d’une riche demeure, les appartements destinés aux maîtres et à leurs hôtes occupent de préférence les parties orientées au Nord et à l’Ouest, les autres parties situées autour de la cour intérieure étaient laissées le plus souvent aux dépendances. C’est pourquoi, au Palais de Musāfirẖāna, les principaux appartements privés du harem surmontent naturellement les salles de réception et salons du salāmlik — répartis entre deux ou trois étages503 (Pl. LVI). Ces appartements paraissent former deux groupes distincts, l’un établi au Sud, l’autre à l’Est, chacun d’eux possédant ses chambres avec sa grande salle de séjour et de fête (qā‛a) pourvue d’un petit ḥammām. Moins nombreuses et importantes sont les pièces situées à l’Ouest et au Nord de la cour.

Grande qā‛a (Sud)

  • 504 Id., pp. 147-149. Dimensions : long. 17 m ; larg. 5,10 m ; haut. 6 m (environ). Répartition équiva (...)
  • 505 Les lambris de marbre ne sont plus composés, comme autrefois, de bandes verticales mais d’un simpl (...)
  • 506 La restauration des plafonds par le Comité ne les a pas revêtus de couleurs.

274Par sa configuration intérieure et extérieure, aussi bien que par son nouveau style ornemental, la grande qā‛a, édifiée sur le taẖtabuš et une partie de la mandara, s’apparente à celle de Suhaymī. Au dehors, les grandes dimensions de sa mašrabiyya ne sont pas moins imposantes (fig. 92, 93). Au dedans, la richesse de ses grilles de bois tourné et assemblé, rehaussés de vitraux à leur sommet, constituent l’une des plus belles parures de la salle504 (fig. 96, 97). Auprès des boiseries habituelles des placards élargis, à chaque extrémité de la qā‛a, les marbres de couleurs du sol et des murs de la dūrqā‛a entourent une ṣuffa de marbre clair aux arcs trilobés505 (fig. 95, 98). Les plafonds qui couvrent l’ensemble de la salle — dūrqā‛a et īwān — montrent une ornementation semblable à celle de la mandara, avec sa double coupole médiane à stalactites et ses riches boiseries extérieures, compartimentées et sculptées506 (fig. 95).

PLANCHE LVI

PLANCHE LVI

Palais de Musāfirẖāna : plan du 1er étage.
5. Couloir ; 7. Courette ; 10. Jardin ; 12. Latrines ; 13. Vide du hall ; 15. Vide de la mandara ; 16. Escalier ; 19. Cour avec jardin ; 20. Vide du taẖtabuš ; 24. Antichambre ; 25. Chambre ; 26. Pièce annexe ; 27. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 28. Entrée du ḥammām ; 29-30. Ḥammām - chambre de repos et étuve ; 31. Chambrette ; 32. Chambre ; 33. Petite qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 34. Chambre ; 35. Salle (modernisée) ; 36. Pièce annexe ; 37. Dégagement ; 56. Puits d’aération.

Appartements (Sud)

  • 507 Surmontant un petit portique à colonne médiane en marbre, au-devant du double accès à la qā‛a et à (...)

275Alors que les qā‛a antérieures ne possédaient que deux portes d’accès latérales ouvrant invariablement sur la durqā‛a, celle-ci ne montre qu’une seule entrée vers l’antichambre et l’escalier principal du harem (côté Ouest). A l’instar du nouveau mode d’aération adopté, au rez-de-chaussée, hors de la mandara, c’est au-dessus de l’antichambre précédant la grande qā‛a du second étage qu’un malqaf aussi imposant a été placé507, pour capter la brise du Nord qui pénètrera à l’intérieur de la salle par une grille à moucharabieh appropriée (fig. 100).

  • 508 Par une petite porte arquée au centre du Dūlāb. Hammam. Id. pp. 149-150.
  • 509 Latrines sous coupolette jumelée à celle des latrines inférieures (fig. 101).

276Cependant d’autres portes de communication se multiplient à la limite de chacun des deux īwān : à l’Ouest, vers le ḥammām508 et un escalier aboutissant au taẖtabuš avec sa petite qā‛a (ou mandara) surhaussée ; à l’Est vers les appartements aménagés au-dessus de la grande mandara et du hall voisin. De ce côté, on dénombre aussi trois belles pièces et deux chambrettes réparties autour du malqaf et du manwar inférieurs ; elles communiquent entre elles par une terrasse à ciel ouvert — pourvue de latrines —509 reliée elle-même au rez-de-chaussée par l’escalier du hall indiqué plus haut (Pl. LVI).

  • 510 Cette chambre est précédée d’une chambrette (sans fenêtres) destinée, sans doute, au rangement du (...)

277Groupés à l’Est de la belle salle d’apparat du harem, ces appartements témoignent, dans leur aspect intérieur et leur orientation, du même souci de diversité observé dans les pièces d’accueil du salāmlik : surmontant l’īwān central de la mandara, un salon carré apparaît aussi largement éclairé grâce à ses trois grandes baies également garnies de moucharabieh à mailles serrées au-dessus du jardin voisin510. Il pouvait, en hiver, jouer le rôle de véritable solarium.

278Plus loin, une sorte de qā‛a, avec dūrqā‛a entre des īwān inégaux, dispose près de ceux-ci, de deux mašrabiyyāt surplombant le jardin précédent (Sud) et d’une autre, tournée vers la terrasse de l’entrée (Nord). La chambre la plus proche de la qā‛a bénéficie aussi d’un double balcon à moucharabieh permettant une vue sur la cour et l’autre sur le hall (par l’ouverture du manwar).

279Outre l’ornementation habituelle de leurs mašrabiyyāt, ces deux dernières chambres possèdent encore les boiseries peintes de leurs placards et de leurs plafonds à baguettes.

Appartements (Est)

  • 511 A proximité de l’entrée principale — angle Nord-Est de la cour — le linteau de porte de cet escali (...)
  • 512 Id., p. 151.
  • 513 Antichambre pourvue de latrines, entre escalier, couloir, et portes des deux pièces voisines.
  • 514 Plafond à planches jointives composé de trois larges bandes longitudinales à rosaces polychromes e (...)

280Alors que la qā‛a Sud groupait à un niveau plus élevé les appartements qui s’y rattachent, la qā‛a de l’aile Est, édifiée au niveau inférieur des plafonds des mandara secondaires apparaît liée à trois chambres assez semblables (Pl. LVII) ; desservies par le second escalier du harem (angle Nord-Est)511 celles-ci se superposent depuis le premier étage jusqu’aux terrasses, leurs mašrabiyyāt tournées vers l’Ouest, surplombant également la cour512. Une antichambre remplace encore les anciens couloirs d’accès entre la qā‛a et la pièce voisine513. Faisant office de malqaf, celle-ci pouvait recueillir l’air frais, grâce à son ouverture au couchant, et à celles des deux salles contiguës. L’originalité de son plafond à baguettes doré et peint514 et le décor de ses portes arquées indiquent assez l’intérêt que l’on portait à cette antichambre, au-devant des deux pièces communiquantes.

PLANCHE LVII

PLANCHE LVII

Palais de Musāfirẖāna : plan du 2e étage.
5. Couloir ; 10. Jardin ; 12. Latrines ; 16. Escalier ; 19. Cour avec jardin ; 27. Vide de la qā‛a (1er étage) ; 38-39. Portique et courette sous malqaf ; 40. Chambre ; 41. Grande qā‛a, (a) durqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya ; 42-43. Ḥammām ; 44. Pièce annexe ; 45. Pièce à trois mašrabiyya ; 46. qā‛a ; 47. Terrasse ; 48. Lanterneau (hall) ; 49. Chambre ; 50. Antichambre ; 51. Chambre ; 52. Chambrette ; 53. Terrasse ; 54-55. Coupole et malqaf de la grande mandara.

  • 515 Munie d’une large et profonde maṣṭaba en bois. Ibid., p. 152.
  • 516 Ibid., né au Caire en 1830, le Khédive Ismaïl mourut en 1895, après avoir détenu le pouvoir de 186 (...)

281Luxueusement ornée de ses boiseries ouvragées — entre placards, mašrabiyya515 et plafond avec frise — la chambre aurait servi, paraît-il, de cadre à la naissance du successeur de Muḥammad ‛Alī, le Khédive Ismaïl516. On y disposait naturellement, plus aisément que dans les chambres hautes, de la proximité immédiate de la qā‛a, sans compter un escalier particulier et un couloir semi-circulaire permettant de joindre les autres parties du harem.

Qā‛a Est

  • 517 Id., pp. 152-153. Dimensions : long. 17,30 m ; larg. 3 m ; haut. 6 m environ.
  • 518 Vers le Darb al-Masmaṭ.
  • 519 Avec une ṣuffa à deux arcs brisés en marbre de couleur.
  • 520 Plafond bordé d’une frise de bois peint incurvé. Une influence de même nature, italianisante et tu (...)

282Des qā‛a d’autrefois, celle-ci a conservé l’orientation Nord-Sud et la pénombre intérieure entretenue par la rareté des fenêtres517. Cependant ces ouvertures ont été judicieusement réparties, au-dessus de la porte de communication avec l’antichambre (côté Ouest) et à l’extrémité du grand īwān (côté Nord)518. Mais on constate que l’élévation des plafonds et l’ornementation intérieure ne dépassent guère celles des chambres attenantes. La différence de niveau entre dūrqā‛a et īwān a sensiblement diminué et le décor central en marbre de couleurs est moins soigné519. Les placards muraux, de taille inférieure, montrent des portes à panneaux d’exécution sommaire ; quant aux plafonds de bois plat couvrant les trois parties de la salle — avec petite coupole centrale — ils présentent, comme ailleurs, un curieux mélange de baroque floral — d’inspiration occidentale — et de rosaces géométriques — de survivance locale — Leur aspect général, à dominante jaune, rouge et bleue, est celui de plafonds à faux caissons carrés ou rectangulaires520 (fig. 99).

  • 521 Id., p. 154. Bains avec latrines.
  • 522 Cette partie Nord des anciens appartements, peut-être aussi élevée, autrefois, que les autres côté (...)

283Si les deux qā‛a du Palais de Musāfirẖāna étaient occupés autrefois par différents membres d’une même famille, on y jouissait, semble-t-il, d’un confort égal attesté par la présence de bains indépendants521. On pouvait enfin se réunir dans une pièce ensoleillée pour l’hiver, au Nord de la cour, indépendamment des chambres complémentaires aménagées dans l’aile Ouest522.

284En raison de l’importance de l’ancien domaine de Musāfirẖāna et de sa plus grande étendue, à l’origine, il est permis de penser que celui-ci était agrémenté jadis d’un jardin comme le Manzil Suhaymī nous en a conservé un exemple. Séparé des ruelles voisines par la construction du palais, ces jardins intérieurs de lointaine tradition citadine devaient alors se distinguer des jardins extérieurs dont émirs et officiers se plurent à entourer leurs nouvelles résidences sur les rives des Birkat ou le long du Canal al-Nāṣirī.

Bayt al-Mullā

  • 523 Palais du Caire, III, 1979, pp. 77-91.
  • 524 Le Bayt al-Mullā ne donne pas sur la grande artère Nord-Sud, mais sur l’une de ses ruelles seconda (...)
  • 525 Des étages d’al-Mullā, on aperçoit le complexe monumental tout proche d’al-Qalāwūn et le minaret d (...)
  • 526 Constructions édifiées entre le xve et le xviiie siècle.

285C’est encore à l’intérieur des murs de l’ancienne cité fatimide que fut élevée l’une des plus riches demeures du Caire connue sous le nom d’al-Mullā523 (Pl. LVIII). De même que les luxueuses résidences de Suhaymī et de Musāfirẖāna, celle d’al-Mullā a choisi, à proximité de la voie principale (la Qaṣaba), un lieu privilégié524, dans un quartier enrichi par le négoce et embelli depuis plusieurs siècles par de magnifiques monuments religieux, fatimides et mamelouks525. Aussi bien, artisans et commerçants remplissent-ils ce quartier, s’alignant dans leurs échoppes le long des ruelles en dédale ou se groupant autour de cours intérieures de multiples wakāla526.

PLANCHE LVIII

PLANCHE LVIII

Bayt al-Mullā : plan de situation.
1. Bayt al-Mullā ; 2. Petite wakāla attenante (démolie) ; 3. wakāla et sabīl-kuttāb Ğamal al-Ḏin al-Dahabī ; 4. wakāla et sabīl-kuttāb Ṭahar Ḥasan al Wardāni ; 5. Mosquée al-Manṣūr Qalāwūn ; 6. Mosquée et sabīl-kuttāb du Šayẖ Muṭahhar.

  • 527 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, p. 3.

286Il est alors permis de concevoir que les habitations de riches notables aient côtoyé, de longue date, une telle activité dont leurs propriétaires devaient tirer eux-mêmes la meilleure part de leurs ressources et de leur fortune. Aussi peut-on admettre, comme le rapporte E. Pauty, que sur l’emplacement de la construction du Bayt al-Mullā aux xvii-xviiie siècles, de hauts personnages se seraient déjà établis, dès l’époque Mamelouke527. En effet, une résidence aurait été fondée à cet endroit, au xive siècle, « par l’émir Beibars, alors intendant d’an Nasir Mohammed ibn Kalaoun. Maqrizi la mentionne sous la désignation de « Dâr Beibars el-Hâguib »... Au xviie siècle, l’émir Mohammed ibn Tourân, alors propriétaire, remania complètement l’hôtel, il y annexa, en outre, un élégant makad à trois arcades... une frise à inscriptions nous fournit la date de 1065 H (1654)... ».

  • 528 Palais du Caire, III, 1979, p. 77.
  • 529 B.C., 33, 1928, p. 324 : P.V. 265, 18 février 1924 : maison waqf al-Moulla à al-Maqassis. A ce mom (...)

287Au temps de sa prospérité, ce domaine devait constituer aussi un îlot important délimité par plusieurs ruelles, telles que les Šāri al-Maqāṣīṣ et Šāri H̲ān abū Ṭaqiya528. Aujourd’hui la totalité des anciens bâtiments aurait certainement disparu sans l’intervention du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe. Cependant ses efforts ne réussirent à sauver qu’une faible partie de l’édifice, en raison de son démembrement et de l’état de ruine déjà très avancé dans lequel les membres du Comité le trouvèrent529. C’est pourquoi leur intérêt se porta principalement sur la sauvegarde du maq‛ad, cette partie du salāmlik paraissant la moins endommagée du Bayt al-Mullā.

Entrée sur cour

  • 530 Face à un élégant sabīl-kuttāb à demi ruiné.
  • 531 Faites de briques et moellons.
  • 532 A l’exemple des cours intérieures des Palais de Qāyt bāy et d’al-Razzāz, ainsi que du Manzil de Su (...)

288Jusqu’à ces dernières années, l’ancienne entrée530 montrait encore un couloir couvert en voûtes d’arête531 et fermé à ses deux extrémités par une lourde porte sous arc surbaissé. De là on découvrait une vaste cour au sol en terre battue aboutissant au maq‛ad. On pouvait supposer qu’un jardin agrémentait auparavant cet espace intérieur532, contrastant avec la nudité et la densité des constructions environnantes.

  • 533 La Description de l’Égypte, 44.I.7, « wakāla al-Mullā wa al-Maqāṣīṣ ».
    Palais du Caire, III, 1979, (...)

289On connaissait aussi l’existence d’une wakāla particulière, édifiée en pierre de taille, près de l’entrée du domaine, servant sans doute aux propres affaires des divers propriétaires qui s’y succédèrent533.

  • 534 Les écuries auraient été installées, semble-t-il, autour d’une courette à arcades, voisine de la w (...)
  • 535 En adoptant leur orientation principale au Nord et à l’Ouest, les appartements des maîtres — salām (...)

290Ailleurs, la majeure partie du rez-de-chaussée bâtie autour de la cour semble avoir été réservée aux dépendances, écuries534 et magasins étant plus facilement accessibles de ce côté. Au-dessus devaient s’étager les appartements privés dont il ne reste plus maintenant que les derniers bâtiments groupés autour du maq‛ad (fig. 102). C’est dire que l’ensemble du ḥaramlik a disparu alors qu’il devait comprendre jadis chambres et qā‛a pourvues de mašrabiyyāt donnant sur la cour et son jardin535. Ainsi, bien qu’il ne s’agisse ici que d’une riche demeure, sa configuration générale se rapproche, avec ses différentes constructions, sa cour et sa wakāla, de la disposition des palais contemporains élevés dans le Faubourg Sud, par l’Emir Riḍwān et al-Razzāz.

Maq‛ad et salāmlik

  • 536 Palais du Caire, III, 1979, p. 85. Trois arcs brisés outrepassés reliés par des tirants de bois.
  • 537 L’ensemble de la façade du maq‛ad se rapproche de celui du maq‛ad de Qāyt bāy (Palais du Faubourg (...)
  • 538 La loggia possédait, en outre, des placards muraux (dawālīb) et des chambres de repos.
  • 539 Avec la date de fondation : 1065H (1654).

291Le maq‛ad lui-même dépasse en importance les loggias des grandes habitations citadines où elles se limitent habituellement à deux arcades (Pl. LX). Son aspect imposant devait surprendre le visiteur, dès son arrivée au seuil de la cour. Surélevée, selon la coutume, au-dessus des voûtes inférieures, la façade en pierre de taille de la grande salle ouverte au Nord présente, en effet, une triple arcade536 que flanque, à droite, un haut portail à arc trilobé537 (fig. 103). Les deux colonnes de marbre sont couronnées d’un chapiteau corinthien sous impostes de surélévation à stalactites. La moulure à boucles traditionnelles souligne la courbe des arcs et l’encadrement général rectilinéaire. A l’intérieur et au fond de la loggia, un défoncement central surmonté de kurdī rappelle la place du maître. Celui-ci y disposait d’une communication particulière avec ses appartements538. La plus belle ornementation de la salle apparaît encore dans le plafond à solives apparentes et entre-deux à caissons ; entouré d’une frise à cartouches épigraphiques539, ce plafond est décoré de médaillons persans alternant avec des motifs géométriques et floraux (fig. 104).

  • 540 Kabūlī, pl. kawālīb.
  • 541 Mirwaḥa.
  • 542 Remplacées tardivement par des fenêtres modernisées.

292Le perron et l’escalier du maq‛ad permettaient d’accéder aussi à une pièce annexe établie au même niveau. Avançant en encorbellement sur des consoles de pierre540 « en éventail »541, cette salle d’accueil fermée s’ajoutait à la loggia ouverte du maq‛ad, bénéficiant de la même orientation au Nord ; elle surplombait sans doute la cour de sa mašrabiyya — au-dessous de celle des chambres du harem542.

  • 543 Palais du Caire, III, 1979, pp. 88-90. Au début de l’un de ces couloirs, un porche à arc surbaissé (...)
  • 544 Parallèlement au maq‛ad, la mandara s’allonge dans le sens Est-Ouest. Les murs sont entièrement bâ (...)
  • 545 Elle s’entoure aussi de chambres de repos.

293Rappelons que le support du maq‛ad et de son annexe était formé par trois maẖzan entre deux couloirs d’accès intérieur543 donnant sur la cour. Par là on pouvait gagner les autres parties du salāmlik situés au rez-de-chaussée, et celles du ḥaramlik répartis entre les étages (Pl. LIX). Aménagée derrière le maq‛ad, la mandara représentait la seconde salle noble destinée aux réceptions d’hommes544. Ce n’est plus actuellement qu’une ruine en voie de disparition complète (fig. 105). La hauteur de ses murs et la profondeur de ses défoncements latéraux témoignent de l’ampleur de cette ancienne salle d’apparat entièrement close. Sa conception classique est encore confirmée par le double accès à la dūrqā‛a grâce à des couloirs latéraux dont l’usage remontait aux plus anciennes traditions545.

PLANCHE LIX

PLANCHE LIX

Bayt al-Mullā : plan du rez-de-chaussée (état actuel).
1er porche d’entrée ; 2. Ancienne wakāla ; 3. Cour ; 4. Escalier du maq‛ad ; 5. Accès aux appartements ; 6. Porche ; 7. maẖzan ; 8. Loge ; 9. Puits ; 10. Latrines ; 11. Dégagement ; 12. Escalier ; 13. Antichambre ; 14. Dégagement à ciel ouvert ; 15. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) īwān Est, (c) īwān Ouest.

PLANCHE LX

PLANCHE LX

Bayt al-Mullā : plan du 1er étage (état actuel).
1. Porche d’entrée ; 2. Ancienne wakāla ; 3. Cour ; 4. Escalier du maq‛ad ; 13. Vide de l’antichambre ; 14. Vide du dégagement inférieur ; 15. Vide de la mandara ; 16. maq‛ad ; 17. Couloir ; 18. Latrines ; 19. Pièce annexe ; 20. Escalier (2e étage) ; 21. qā‛a (en ruine).

  • 546 La sauvegarde des derniers vestiges du Bayt al-Mullā — qui n’ont pu être acquis par l’État — appar (...)

294Ces derniers vestiges d’une grande demeure, qui devait être autrefois l’orgueil du quartier, permettent d’en supposer la forte extension entre le xviie et le xviiie siècle. Elle correspondait probablement à la prospérité des souqs et wakāla au milieu desquels cette luxueuse demeure s’était élevée546.

Manzil ‛Ali Efendi Labib

295On sait que, durant le règne des Sultans Mamelouks, les environs immédiats de la Citadelle restèrent l’un des endroits privilégiés les plus recherchés des émirs qui n’avaient pas l’insigne honneur d’être admis à résider à la cour du Souverain. Tout au moins pouvaient-ils s’en rapprocher le plus possible, ce qui leur permettait aussi de répondre plus rapidement à l’appel de leur maître en toute occasion.

  • 547 Palais du Caire, II, 1977, passim. Palais Yašbak, Emir Ṭāz, Ālīn Aq, Mosquée-Madrasa Sultan Ḥasan, (...)

296De cette époque témoignent les ruines gigantesques de certains palais, de même que des monuments religieux qui ne leur cèdent en rien par leurs proportions et leur beauté architecturale547.

297Plus tard, nous avons vu comment les centres d’attraction évoluèrent, se détachant davantage de la Qar‛ a après la prise de pouvoir par les Ottomans et leur installation sur les hauteurs du Moqaṭṭam. Cependant les quartiers voisins ne semblent pas avoir été délaissés pour autant par la haute société urbaine du Caire. On est amené à en juger ainsi grâce aux belles demeures qui ont subsisté à cet endroit, aussi bien qu’à l’intérieur de l’ancienne Cité, de son faubourg Sud et des abords du H̲alīg et des bīrka.

  • 548 Mosquée Rifa‛i, Madrasa Qāyt bāy.

298L’une de ces dernières habitations, le Manzil ‛Alī Efendi Labīb, apparaît sur la pente d’une élévation reliée aux monts voisins (Pl. LXI). On y bénéficiait sans doute d’un air plus frais et d’une vue magnifique s’étendant des dômes et minarets tout proches548 jusqu’à l’ensemble de la ville (fig. 106).

  • 549 Façade extérieure tournée au Sud-Est et au Sud-Ouest. Construction en pierre de taille (rez-de-cha (...)
  • 550 L’un des architectes les plus connus du Caire, M. Hasan Fathy — qui réside au Manzil Efendi Labīb (...)
  • 551 Le Darb al-Labbāna était bordé auparavant d’une double rangée d’habitations de la même importance (...)

299Alors que le Manzil Efendi Labīb semble le seul souvenir des deux derniers siècles du Darb al-Labbāna avec sa façade à encorbellements et mašrabiyyat549, on peut supposer que cette riche demeure était entourée autrefois de constructions de même importance. Fondée apparemment au xviiie siècle550, elle aurait constitué primitivement, dit-on, un vaste îlot dont une partie aurait été transformée et modernisée avec remploi de matériaux anciens551.

PLANCHE LXI

PLANCHE LXI

Manzil ‛Alī Efendi Labīb : plan de situation.
1. Manzil ‛Alī Efendi Labīb ; 2. Masğid al-Sūkkari et Māristān al-Mū‘ayyad ; 3. Mosquée al-Maḥmūdīyya.

Entrée

  • 552 Porte à un seul vantail de même style que les portes d’entrée de Suhaymī, Muṣṭafā Ğa‛far, Musāfirẖ (...)

300A l’abri de l’encorbellement du premier étage, l’entrée sur la ruelle montante ne diffère pas de celles qui ont déjà été décrites dans d’autres parties de la capitale à la même époque552. L’arc surbaissé y est non moins adopté, la pierre sculptée s’ornant des mêmes éléments géométriques : stalactites, chaîne hexagonale à boucles, rosaces étoilées (fig. 107).

  • 553 Palais du Caire, III, 1979, p. 160. La seconde porte d’entrée, intermédiaire entre l’antichambre e (...)

301Au-delà du seuil, la maṣṭaba habituelle s’oppose à l’entrée, auprès de son accès coudé à une première cour553.

Intérieur

  • 554 Cette déviation se trouve dissimulée à la vue, à l’extérieur comme à l’intérieur du manzil. Des im (...)

302L’irrégularité du terrain sur lequel a été édifié le manzil s’est répercutée dans la configuration intérieure de celui-ci, provoquant une déviation dans la succession des deux cours du rez-de-chaussée554. Cette déviation ne paraît pas, cependant, avoir embarrassé les constructeurs qui ont aussi bien réussi à entourer les deux espaces à ciel ouvert de pièces traditionnelles présentant un aspect général régulier : en bas salāmlik et communs, en haut ḥaramlik.

Les deux cours

  • 555 Id., pp. 160 et ss.

303De dimensions restreintes, la cour d’entrée surprend par la profondeur de son ouverture sur le ciel et la superposition de ses balcons à moucharabieh555 (Pl. LXII).

304Dès son arrivée, le visiteur apercevait la double arcade d’un maq‛ad — avec perron d’accès — proportionné à la cour, destiné, semble-t-il, aux réunions intimes (fig. 108, 109).

  • 556 Id., pp. 162-163. Motifs géométriques taillés en biseau et entourés de la chaîne hexagonale tradit (...)
  • 557 Côté Sud.
  • 558 Côté Nord.
  • 559 Sitt Wasīla, Ḥarāwī, ‛Alī Katẖudā...

305Un passage couvert conduit à la seconde cour aboutissant au portique d’un taẖtabuš (fig. 109) ; de part et d’autre s’ouvrent deux portes, dont l’importance est signalée à la vue par un encadrement de pierre sculptée — jambages et linteaux556. L’une appartient à la mandara du salāmlik557 (fig. 110), l’autre à l’escalier du harem558 (fig. 111). L’ornementation géométrique qui entoure ces portes appartient au même style décoratif décrit plus haut dans d’autres façades sur cour contemporaines559.

Salāmlik

  • 560 S’opposant à la simplicité des autres portes inférieures, chambrettes domestiques ou magasins.
  • 561 Le maq‛ad occupe entièrement le côté Sud de la cour, conformément à l’installation d’autres loggia (...)
  • 562 Rapprochement dû à l’étroitesse de la cour ; d’où la fermeture du maq‛ad — sans doute tardive — pa (...)

306On pourrait être surpris de constater que les proportions limitées de ses deux cours n’aient pas empêché le Manzil Efendi Labīb de posséder les éléments complets d’un salāmlik important. En effet, celui-ci comprend entre sous-sol, rez-de-chaussée, entresol et premier étage, quatre pièces de type différent également traditionnelles. C’est dire l’intérêt particulier que l’on accorda à leur nombre et à leur diversité pour recevoir le mieux possible hôtes et visiteurs, en tenant compte de leur rang social, des heures du jour et des saisons. Aussi n’a-t-on pas hésité à prendre exemple sur le nouvel agencement de palais et grandes demeures en imitant leur extension des salons et lieux d’accueil à la place d’anciens maẖzan et communs. C’est le cas du maq‛ad dont la partie inférieure, occupée autrefois par des magasins — ou logements domestiques — ressemble ici à celle de Suhaymī. Ainsi deux pièces d’accueil dissemblables se superposent-elles encore, l’une abritée, l’autre découverte. La richesse décorative de leurs portes respectives correspond également à des entrées d’honneur560. Cependant la prééminence de la pièce supérieure ressort de la surélévation de sa porte — sous imposte — et de son inscription dans un haut défoncement à arc cintré. La double arcade brisée — outrepassée — de la loggia s’ouvre au Nord-Est, en face de l’entrée intérieure561 ; placées en outre, à proximité des mašrabiyyāt du premier étage562, réceptions et réunions organisées dans cette partie du salāmlik ne devaient pas échapper aux regards des femmes du harem dont elles constituaient sans doute une de leurs distractions habituelles.

PLANCHE LXII

PLANCHE LXII

Manzil ‛Alī Efendi Labīb : plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée, (a) maṣṭaba ; 2. 1re cour ; 3. Chambre basse ; 4. Logement domestique ; 5. Escalier (étage) ; 6. Passage couvert entre les deux cours ; 7. Latrines ; 8. 2e cour ; 9. Taẖtabuš ; 10. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān, (c) grand īwān ; 11-12. Pièce annexe ; 13. Maẖzan ; 14. Latrines ; 15. Escalier d’accès au sous-sol.

307De leur côté, les visiteurs reçus dans la loggia avaient à la fois vue sur la cour — protégée du soleil par la hauteur des murs et l’étroitesse du lieu — et sur la rue Darb al-Labbāna en contrebas, grâce à une mašrabiyya latérale s’ouvrant au Sud-Ouest.

  • 563 Id., p. 163. Le maq‛ad bénéficiait du service de cuisines réduites installées à l’étage — près de (...)

308De part et d’autre du maq‛ad s’ajoutent aussi des chambres de repos, aménagées parfois au-dessus des logements domestiques563.

309Cependant les salles nobles du salāmlik, comme celles du ḥaramlik, apparaissent plus nombreuses auprès de la seconde cour. Maintenues au Sud de celles-ci, elles se superposent, nous l’avons dit, entre sous-sol et étage. Semblables dans leur plan et leurs dimensions générales, ces pièces recherchaient également air et lumière au Nord avec leurs principales grilles à moucharabieh tournées de ce côté — à l’exception de la pièce inférieure.

  • 564 lbid., p. 166.

310Avec ses voûtes aplaties et son installation souterraine, la salle basse (oḍat al-mağlis) n’ouvre, en effet, qu’au midi par ses fenêtres hautes564 ; sans doute, convenait-elle le mieux aux réunions d’hiver, cette grande pièce fermée pouvant être réchauffée par l’usage de braseros en terre ou en cuivre.

  • 565 Palais Beštak, Bayt Zaynab H̲ātūn (époque mamelouke) ; Manzil Sinnārī.

311Notons que la présence au Caire d’une chambre souterraine est exceptionnelle, sa réalisation paraissant impossible en dehors d’un sous-sol rocheux, tel qu’en offraient les pentes du Moqaṭṭam, à proximité de la Citadelle. Ailleurs, on s’efforçait d’y pallier, au besoin, par l’aménagement, au rez-de-chaussée, de pièces de même aspect, également fermées et voûtées565.

  • 566 Permettant un accès direct à la dūrqā‛a de cette salle.

312Au fond de la cour, le portique à colonne médiane, qui en occupe toute la largeur, fait figure de taẖtabuš (fig. 109). En réalité, il semble avoir surtout servi d’antichambre au-devant de la mandara566 et de ses annexes également surhaussées.

  • 567 lbid., p. 167. Restauration des plafonds en charpente par le Comité.

313Distribué entre dūrqā‛a — à bassin central — et īwān, cette mandara est conforme aux salons contemporains décrits plus haut, caractérisés par un accès direct sur la cour et de larges baies avec grilles en bois à larges mailles — ouvertes au Nord-Est. Chacun des deux īwān disposait d’une chambrette de repos567.

Ḥaramlik

  • 568 Id., pp. 167-170.
  • 569 Édifiée sur le taẖtabuš et les pièces extrêmes (Ouest), ce patio élevé constitue une innovation et (...)
  • 570 Les plafonds des alcôves sont ornés de lourds motifs géométriques italianisants dominés par le los (...)
  • 571 S’inspirant d’une nouvelle ornementation murale devenue à la mode dans la Métropole au xviiie sièc (...)

314La grande salle de séjour et de fête (qā‛a) du harem surmonte, à l’étage, les deux salons inférieurs du salāmlik dont elle reproduit la configuration essentielle568 (Pl. LXIII). Entre deux īwān presque identiques — à double élargissement latéral en alcôves et mašrabiyyāt — la dūrqā‛a n’est pas moins accessible du dehors par une courette en terrasse établie au même niveau569. La plus belle ornementation de la qā‛a apparaît aujourd’hui dans son plafond de bois peint à solives apparentes, partagé en son milieu par un lanterneau à coupole réduite ; un choix d’éléments baroques dominés par l’emploi de motifs floraux et de teintes claires rappelle la nouvelle prédilection pour une décoration d’inspiration occidentale570. On peut s’étonner aussi de la peinture murale naïve sur l’un des murs de la qā‛a représentant une ville avec ses maisons étagées, ses jardins et ses remparts crénelés garnis de canons571.

  • 572 L’installation de fourneaux auprès des appartements privés était fréquente dans une maison de nota (...)

315L’adjonction, aux deux extrémités de la qā‛a, de pièces secondaires semble avoir répondu aux besoins d’un service domestique comportant l’installation d’une cuisine particulière572.

  • 573 En Afrique du Nord, la construction d’un patio à l’étage répondait le plus souvent à l’hébergement (...)
  • 574 Disposition intérieure déjà relevée dans les demeures précédentes.

316Construit au-dessus du portique et des communs inférieurs, le patio supérieur apparaît insolite à cet endroit573. Cependant sa conception ingénieuse en fait un dégagement bien approprié, à ciel ouvert, permettant une communication aisée avec les appartements voisins et l’escalier du harem. De ces appartements on retiendra en premier lieu, une large pièce, sorte de demi-qā‛a pourvue d’une dūrqā‛a et d’un seul īwān574. S’ouvrant en face de la grande qā‛a, cette belle chambre devait former un salon complémentaire.

  • 575 Auxquelles d’autres fenêtres au Sud ont été ajoutées tardivement.

317L’absence de malqaf au-dessus de la qā‛a et son remplacement, désormais fréquent, par des fenêtres ouvertes au Nord575, a permis d’étendre les appartements privés — voire les logements domestiques — jusqu’au second étage. Elles ne devaient guère se distinguer des autres chambres du manzil avant leur transformation tardive.

  • 576 Reliée sans doute à l’aménagement d’un petit ḥammām auprès de la qā‛a du harem.

318On doit tenir compte enfin de la diminution probable des bâtiments primitifs qui pouvaient comprendre d’autres cours intérieures, au nombre desquelles une cour réservée aux cuisines et travaux domestiques576 aurait été reliée au harem, tandis qu’une autre cour aurait été affectée à des écuries, ainsi qu’à des maẖzan.

Manzil ‛Alī Katẖudā

  • 577 Cf. Palais et maisons du Caire, I (édit. C.N.R.S.), 1982, passim.

319Pour bâtir leurs palais ou leurs luxueuses demeures, sultans, émirs, personnages religieux, riches commerçants ont été attirés tour à tour par la proximité de la Citadelle, l’ancienne Qāhira et ses abords immédiats. Mais le surpeuplement de ces quartiers y rendant de plus en plus rares les terrains disponibles, on se heurte à des difficultés croissantes pour y édifier de nouvelles constructions. Il n’est donc pas étonnant que l’on soit amené à sortir des limites de l’ancienne Cité pour chercher des espaces vacants. En outre, l’évolution du goût et des modes de vie que la domination ottomane a contribué à accentuer, incite à l’abandon définitif des habitations obscures et fermées, telles qu’elles étaient en honneur à l’époque mamelouke577. Désormais les salles d’apparat aussi bien que les appartements des palais et belles demeures citadines s’ouvrent largement à l’air et à la lumière. Le développement rapide de cette tendance est favorisé par l’essor correspondant de l’industrie des grilles de bois tourné et des moucharabiehs dont on se plaît à garnir les baies et fenêtres de hautes dimensions (fig. 112). Ainsi désire-t-on s’entourer le plus possible d’agréables jardins, au voisinage de l’eau, avec leur doux ombrage, leurs arbres fruitiers et leurs parterres de fleurs.

PLANCHE LXIII

PLANCHE LXIII

Manzil Alī Efendi Labīb : plan du 1er étage.
5. Escalier (étage) ; Vide de la 2e cour ; 16. Dégagement ; 17. Patio ; 18. Chambre ; 19. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān, (c) grand īwān ; 20. Pièce annexe ; 21-22. Communs (ancienne cuisine) ; 23. Couloir ; 24. Chambre ; 25. Latrines ; 26. Bain.

  • 578 A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, in Bulletin d’Études O (...)

320Naturellement, ce sont les « Grands » qui lanceront encore ce mouvement avec l’établissement de leurs domaines sur les rives des étangs (birka) ou du canal (ẖalīğ) situés entre la ville, les faubourgs et le Nil578. Dès lors, le nouvel exemple ainsi créé donnera lieu à d’élégantes résidences et villas de plaisance que la bourgeoisie aisée sera toujours tentée d’imiter.

  • 579 Ou maktab.
  • 580 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, BIFAO, Le Caire, 1933, p. 90 : Pr (...)

321Aujourd’hui, cependant, à la suite du comblement du H̲alīğ al-Misrī et le remplacement de l’ancienne voie d’eau par une avenue moderne, au début de ce siècle, on trouve sur chacune de ses rives moins de traces de constructions privées que de bâtiments religieux ou publics — mosquées, couvents, (takiya), mausolées, fontaines publiques (sabīl) avec écoles coraniques (kuttāb)579. De plus, les rares demeures sauvées de la démolition et de la ruine — naturellement les plus importantes — se trouvent maintenant entourées entièrement et dissimulées au milieu de quartiers récemment construits. C’est le cas de ce qui fut, au début du xviiie siècle, la somptueuse résidence d’‛Alī Katẖudā580, et devint, en 1794-95, la demeure d’une haute personnalité copte, Ibrāhīm Abū Ğawharī (Pl. LXIV). Le caractère particulier de ce bâtiment et de son décor architectural retint l’attention du Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe qui en décida le classement, puis l’acquisition et la restauration.

  • 581 Trois Palais, 1972, p. 17.

322Une première description des lieux nous est alors donnée par A. Lézine581 : « Ce palais a été bâti à l’Ouest du Khalig et par conséquent en dehors des limites de la ville fatimide. Le canal n’existe plus aujourd’hui. Sur son tracé ancien passe la rue de Port Saïd.

  • 582 Au xviiie siècle, la rue al-Usṭā était déjà située dans un ḥāra al-Naṣārā (Description de l’Égypte (...)
  • 583 Le nom de Ḥāra al-Naṣārā conservé par ce quartier témoigne de l’intérêt qu’y portèrent les Coptes (...)

323L’entrée du palais se trouvait primitivement sur une rue le long de laquelle s’aligne sa façade méridionale (fig. 112, 113). Sur les documents anciens, cette voie est désignée tantôt par le nom de Ḥārat Darb al-Usṭā582, tantôt par celui de Ḥārat an Naṣārā583.

324De nos jours, on accède au monument par le nord, en empruntant une impasse qui y aboutit : l’impasse Masoud.

PLANCHE LXIV

PLANCHE LXIV

Manzil ‛Alī Katẖudā : plan de situation.

325L’édifice est connu sous le nom de palais de ‛Alī Katẖudā, ‛Alī bey Katẖudā ou encore Waqf Arba‛miyya. Il aurait été construit en 1716. Il a été classé très tard parmi les Monuments historiques puisqu’il porte le numéro 540 sur la liste des immeubles protégés.

  • 584 B.C. n° 34, 35, 36 (1933-1936). Le projet de classement et d’acquisition par le Gouvernement égypt (...)

326Les premières mentions le concernant apparaissent dans le Bulletin du Comité en 1925 (Bull. n° 34)584. Elles attirent l’attention sur son « caractère unique en son genre par les antiquités coptes qu’il contient » dû surtout aux « boiseries et parties décoratives portant des symboles chrétiens, croix, versets de l’Évangile... ».

  • 585 (Communication de Doris Abou Seïf) D’après Ğabartī Ibrāhīm al-Ğawharī bénéficia, au xviiie siècle, (...)

327... Au xixe siècle (le palais) appartenait à Mo‛allim Ibrahîm al Gawharī, chef de la communauté copte à cette époque et homme d’État éminent...585.

328Dans son état actuel ce palais est certainement incomplet sans qu’il soit possible d’évaluer l’importance de ce qui lui manque aujourd’hui. Tout ce qu’on peut dire avec certitude est qu’il s’étendait primitivement davantage vers l’Est.

329Tel qu’il est, il se compose essentiellement d’un corps de bâtiment qui s’allonge en bordure de la rue el Usṭā sur une longueur de 35 m environ (Pl. LXV, fig. 112). Sur sa face opposée, il est bordé par deux cours, séparées l’une de l’autre par un taẖtabuš. La surface totale occupée par l’ensemble est de 620 m2 environ pour une surface bâtie de 421 m2 ».

  • 586 Avant la réduction de l’ancien manzil à son état actuel, on devait y accéder de différents côtés p (...)
  • 587 Il existait aussi des jardins autour des résidences émiriales élevées sur l’autre rive du canal, c (...)
  • 588 La nouvelle importance donnée aux rives du Halīğ et à son peuplement ressort également de tous les (...)

330Il n’apparaît pas douteux que des empiètements se soient produits, tout au moins, au cours du siècle dernier (ou au début de celui-ci), sur la superficie primitive que couvrait l’ancien manzil de ‛Alī Katẖudā. Alors que ce bâtiment devait être, à l’origine, séparé des constructions voisines par plusieurs ruelles qui en marquaient nettement les limites, conformément aux situations de même nature déjà observées dans des cas semblables, il n’en est plus ainsi aujourd’hui586. Par ailleurs, avant que ne se développât ce nouveau quartier proche du H̲alīğ, une résidence de l’importance de celle de ‛Alī Katẖudā ne s’entourait-elle pas de jardins ?587. Leur disparition s’expliquerait par la croissance rapide des riches habitations dans ces nouveaux quartiers, comme en témoignent les nombreux vestiges de murs et consoles en pierre de taille588.

331Dans l’état actuel de l’ancienne demeure musulmane, puis copte, nous constaterons, une fois de plus, que seules en ont survécu les parties les plus nobles (salāmlik et harem) alors qu’il ne reste plus aucune trace des communs.

PLANCHE LXV

PLANCHE LXV

Manzil ‛Alī Katẖudā : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage.
Rez-de-chaussée : 1-3. Entrée en chicane ; loge du portier ; 4. 1re cour ; 5. Pièce ; 6. Escalier ; 7. Portique (taẖtabuš) ; 8. 2e cour ; 9. Mandara à trois īwān (A, B, C) ; 10-13. Dégagements avec escalier ; 11. Salle annexe ; 12. Latrines.
1er étage : 6. Escalier ; 9. Vide de la mandara ; 10-13-15. Dégagements avec escalier ; 14. Chambre ; 16. Maq‛ad ; 17. Chambre annexe.

Façade extérieure (rue al-Usṭā)

  • 589 Longueur de l’édifice 35 m., hauteur 16 m environ. Surface de l’ensemble 620 m2 dont 421 m2 de sur (...)

332La haute et large façade qui domine le Darb al-Usṭā ne diffère pas, dans son aspect général, de celles qui ont été décrites plus haut à l’intérieur de l’enceinte d’al-Qāhira589. Construits en pierre de taille de moyen appareil jusqu’au premier étage, ses murs ne montrent, en dehors de la porte d’entrée, que de rares et étroites ouvertures barreaudées — éclairant les communications intérieures (fig. 112).

  • 590 Saillie de l’encorbellement : 0,80 m environ.
  • 591 A l’entresol ainsi qu’aux premier et deuxième étages. Largeur des balcons : 2,50 m ; hauteur : 3,0 (...)
  • 592 A un mètre environ au-dessus du niveau actuel. Dimensions de la porte : 3 m (haut), 1,80 m (large) (...)

333Les encorbellements sur consoles de pierre, devenus si fréquents à l’époque ottomane, pour l’élargissement des appartements du premier étage, forment un long débordement à peine interrompu au-dessus de l’entrée590. Huit balcons à moucharabieh s’y accrochent à trois niveaux différents591 et contrastent avec la grille de bois plate d’une haute baie surplombant la porte principale. Celle-ci n’est pas moins enfoncée dans le sol du Darb al-Usṭā que les portes de Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī et Sitt Wasīla592.

Entrée

  • 593 La porte d’entrée apparaît actuellement sur le côté droit du bâtiment.
  • 594 Le style de cette porte ne diffère pas, en effet, de celui des entrées de Harāwī, Suhaymī, Musāfir (...)
  • 595 Élément décoratif dont on connaît l’ancienneté et la faveur dans les constructions du Caire depuis (...)
  • 596 Boucle garnie d’une rosace en spirale. Remplacement de l’imposte supérieure habituelle par une étr (...)

334Déjà annoncé par le nouvel aspect de l’entrée secondaire du Manzil Harāwī, Zuqaq al-Qaṣr, le style adopté à l’entrée principale de ‛Alī Katẖudā prévaudra désormais dans toutes les façades de l’architecture domestique du Caire au xviiie siècle593. Dès lors, on abandonne, en effet, l’arc brisé particulièrement cher aux constructeurs d’époque mamelouke, pour l’arc surbaissé en pierre appareillée, répondant à une nouvelle conception architecturale durant la période ottomane594. L’ornementation sculptée dont ce nouvel arc est rehaussé pourra cependant différer d’une demeure à l’autre. Ici, la face extérieure de l’arc se couvre de stalactites595, son encadrement général conservant l’emploi bien connu de la moulure hexagonale à boucles, la boucle la plus importante étant encore réservée au sommet de l’arc596. De même reproduit-on à la base de celui-ci — en haut des montants — les motifs étoiles qui soulignaient, auparavant, le départ des arcs brisés (fig. 112, 113).

335Avant que la porte n’en fût condamnée, on pénétrait autrefois à l’intérieur du manzil par un couloir en chicane. Pourvu, à son début, d’une loge de portier, ce couloir débouche par une sorte de porche cintré sur une première cour (Pl. LXV).

Façade intérieure

Première cour

  • 597 Ces trois portes sont groupées de part et d’autre du couloir d’accès à la cour.
  • 598 Notamment dans les cours des anciennes demeures de Ḥarāwī, Muṣṭafa Ğa‛far, Suhaymī, Efendi Labīb, (...)
  • 599 En raison de la limite actuelle de la cour par de nouveaux murs au Nord et à l’Est, il est diffici (...)

336De ce dégagement à ciel ouvert, on pouvait gagner les différentes parties de la demeure, en commençant naturellement par le salāmlik. Dès l’entrée, les trois portes qui donnent sur la cour correspondaient aux diverses communications intérieures — appartements et communs597. De mêmes proportions et de style semblable, elles présentent linteau et arc de décharge pareillement rehaussés d’éléments géométriques sommairement taillés, dont on retrouvera ailleurs de fréquentes répliques598. L’une dessert une première salle d’accueil, commodément placée près du couloir et possédant une large grille en bois dont l’usage apparaîtra à toutes les baies du rez-de-chaussée (fig. 113). A l’opposé d’une ouverture plus simple vers la seconde cour du manzil, une autre porte ferme l’accès de l’escalier du maq‛ad. Enfin, la plus décorée des portes — actuellement murée (côté Est) — était peut-être affectée à un autre escalier, aboutissant aux chambres et grandes salles du harem599.

337Les espaces découverts que l’on possédait dans les deux cours contiguës permettaient d’ouvrir librement de larges baies de ce côté : celles du rez-de-chaussée (salāmlik) n’étaient munies que de grilles en bois à larges mailles, les grilles à mailles serrées étant réservées aux mašrabiyyāt des appartements privés, aux étages supérieurs.

  • 600 Contrairement à l’aspect extérieur et intérieur des constructions mameloukes.
  • 601 Conformément à une disposition également adoptée dans les manzil de Kirīdliyya et de Suhaymī.
  • 602 Voir dans A. Lézine l’étude comparée des maq‛ad du Caire, in Trois Palais, pp. 49 et 51. Le maq‛ad (...)
  • 603 Surmontée d’une seconde chambre annexe donnant aussi sur la première cour (face au Nord).

338Nous verrons que s’y ajoutaient encore le portique d’un taẖtabuš (fig. 114) et la loggia d’un maq‛ad (fig. 117). Aussi bien les façades intérieures du manzil montrent-elles plus de vides que de pleins600. Un autre signe d’évolution architecturale ressort, dans la première cour, du support du maq‛ad et de son accès. Aux maẖzan voûtés, utilisés auparavant pour soutenir la belle salle du salāmlik orientée au Nord, on a préféré la voûte du couloir d’entrée jointe au plafond de la pièce voisine601. Quant à l’accès de la loggia surélevée qui était, jadis, l’objet de l’un des plus beaux portails d’honneur de toute riche habitation citadine, se situant toujours sur le côté droit de la façade, il a été réduit, nous l’avons vu, à une simple porte placée à gauche et à l’écart du maq‛ad602. Mais le style essentiel de celui-ci n’en apparaît pas moins inchangé, avec sa double arcade brisée sur colonne médiane et son abaque à stalactites. Cependant, la salle ouverte ne s’étend plus ici en largeur, mais en profondeur, et on n’y pénètre plus directement par une allée en contrebas, au fond de la loggia, mais au milieu, par une antichambre, près d’une petite pièce de repos603. La mašrabiyya, qui s’y ajoute à son extrémité (Sud), surplombe l’entrée, Darb al-Usṭā.

Deuxième cour (taẖtabuš et mandara)

  • 604 Déjà inférieure de 2,00 m environ au niveau du sol extérieur (côté Nord), terre et eau d’infiltrat (...)

339Dans son aspect actuel, bien qu’elle ne présente pas les dimensions et le niveau primitif604, la seconde cour du manzil s’étend plus largement que la cour d’entrée précédente. Elle était exclusivement réservée à l’usage du salāmlik au rez-de-chaussée et à celui du ḥaramlik à l’étage. Peut-être un jardin s’y ajoutait-il autrefois.

Taẖtabuš

  • 605 Cf. A. Lézine, op. cit., p. 48 ; dimensions du taẖtabuš : longueur : 8,40 m ; largeur : 6,00 m. Vo (...)

340On peut encore voir aujourd’hui, dans les grandes proportions désormais adoptées605 : en bas, l’ouverture d’un portique (taẖtabuš) côtoyer les grilles à larges mailles d’une salle d’apparat (mandara) et de sa chambre annexe (Pl. LXV) ; en haut, des encorbellements sur consoles de pierre accompagnées de balcons à moucharabieh (mašrabiyya). Les façades inférieures montrent aussi d’autres innovations architecturales : ainsi le taẖtabuš, dont la forme la plus répandue est caractérisée par un linteau droit, s’ouvre vers l’Ouest dans une double arcade brisée — sur colonne médiane — semblable à celle d’un maq‛ad (fig. 114, 116). De son côté, la mandara ne possède pas d’accès particulier, constitué, comme autrefois, par un couloir fermé aboutissant à la dūrqā‛a. Sur celle-ci donne maintenant une porte largement décorée, permettant de passer directement de la cour à la mandara. L’ornementation même de cette entrée de salle noble surprend par l’originalité de sa conception (fig. 114, 115). Au lieu de s’élever verticalement, comme auparavant, à l’intérieur d’un portail, la décoration de pierre sculptée s’étend horizontalement de part et d’autre du linteau et de son arc de décharge, sous forme de deux panneaux carrés symétriques. Les mêmes motifs floraux s’y répètent à l’intérieur d’une composition rayonnante que domine l’emploi de la moulure traditionnelle en chaîne et boucles hexagonales.

Mandara

  • 606 Cette grande salle n’a pas été épargnée par les débordements de l’eau sur l’ensemble du rez-de-cha (...)
  • 607 Grilles à larges mailles réparties, comme d’habitude, en panneaux rectangulaires verticaux surmont (...)

341A l’encontre des anciennes salles d’apparat entièrement entourées de murs aveugles sous un plafond très haut, la mandara d’‛Alī Katẖudā606 s’éclaire largement sous un plafond plus bas, par des grilles en bois tourné de trois grandes baies s’élevant jusqu’au plafond ; deux d’entre elles flanquent symétriquement l’entrée ouverte au Nord, la troisième à l’Ouest607. De cette façon spectacles et distractions offerts à la vue des hôtes assis sur les īwān ne se limitaient pas à la salle mais s’étendaient jusqu’à la deuxième cour et aux jardins qui devaient l’agrémenter jadis.

  • 608 Cf. A. Lézine, op. cit., pp. 47-49, dimensions intérieures de la mandara, longueur : 16,40 m ; lar (...)

342Il est probable que ces nouvelles dispositions ont provoqué un autre changement dans la configuration habituelle de la mandara608. En effet, une large alcôve médiane s’ajoute, face à l’entrée, à la longue salle de type traditionnel, lui donnant une forme en T, rarement employée auparavant dans l’architecture domestique du Caire.

  • 609 On pouvait accéder à cette loge, soit par l’escalier inférieur aménagé au rez-de-chaussée (dans la (...)

343Des placards meublent le fond des īwān ; deux grilles hautes indiquent la présence d’une loge de femmes sur l’un des côtés de l’alcôve centrale (côté Est)609. Dans celle-ci une porte de communication permet de joindre une chambre de repos située dans l’aile Ouest, ainsi que l’escalier du ḥaramlik.

Appartements privés

344Selon leur importance, les pièces d’habitation (ōḍa) et les grandes salles de séjour (qā‛a) des étages se superposent aux chambres annexes et salons de réception du rez-de-chaussée. Un escalier tournant, à courtes volées droites et paliers successifs, les dessert : à l’Ouest les chambres, au centre les qā‛a (Pl. LXVI).

  • 610 Une antichambre élargit le palier supérieur, bordé (auparavant) d’une balustrade près du vide de l (...)
  • 611 Hauteur du plafond : 5,00 m environ. Dimensions des chambres : 5,80 m × 4,30 m.
  • 612 Largeur des mašrabiyyāt : 3,30 m.
  • 613 Deux croix (šalīb) apparaissent dans la partie supérieure de la mašrabiyya.
  • 614 Dimensions intérieures : 1,50 m × 1,50 m.
  • 615 Sur une hauteur de 1,00 m environ.

345Aménagées au-dessus de la pièce inférieure, les deux chambres qui se répètent aux premier et deuxième étages sont presque identiques. L’une et l’autre possèdent les mêmes avantages constitués par une large mašrabiyya située au Nord (vers la cour) (fig. 118, 119, 120), et une plus petite surplombant le Darb al-Usṭā (côté Sud)610. On a cependant apporté plus de soin à l’ornementation de la chambre haute. Son plafond à voliges — plus élevé —611 s’orne d’une composition florale sur fond rouge, assez semblable à celles que l’on verra au-dessus des īwān de la qā‛a. Le balcon principal à moucharabieh est pourvu, à sa partie inférieure, de deux petites mašrabiyyāt612 saillantes à pans coupés, tandis que les panneaux supérieurs montrent des éléments décoratifs chrétiens613 (fig. 118, 119). A l’opposé, un balcon plus intime s’ouvre dans trois arcs sur colonnetttes en bois tourné614. Enfin, à l’imitation de l’Europe et de la Turquie, des peintures murales font figures de tableaux, entre les étagères des placards et les plafonds615. De facture naïve, elles représentent soit un paysage avec jardin fleuri planté d’arbres, soit un fleuve sur lequel voguent des bateaux à voile, près d’un pont à trois arches et des rives d’une cité orientale à coupoles claires. Des panneaux intercalés plus petits ne montrent que des vases avec bouquets.

Qā‛a

  • 616 Muallā.
  • 617 Bordée, de part et d’autre de l’entrée, d’une petite balustrade en bois (darabzīne).
  • 618 Mašrabiyya (largeur : 2,60 m) flanquée de deux étroits dulāb.

346De la chambre haute on gagne aisément la grande qā‛a voisine, sans se soucier des dénivellations habituelles au même étage. On parvient à la dūrqā‛a par un escalier coudé qui dessert, au passage, une pièce annexe utilisée, dit-on, comme salle de prière616 avec triple arcade de bois festonnée617 en marquant l’accès et une mašrabiyya dominant la rue618.

  • 619 Hauteur du plafond : 3,50 m environ.
  • 620 Largeur : 1,70 m.

347Derrière cette pièce, on trouvera, près de l’īwān Est de la qā‛a, une chambrette de repos à plafond bas619, mašrabiyya620 et placards réduits.

  • 621 Le plan supérieur de la qā‛a ne s’accorde pas entièrement avec le plan inférieur de la mandara, do (...)
  • 622 Les dimensions des mašrabiyyāt varient de 2,60 m à 3,20 m (largeur) et de 1,50 m à 3,20 m (profond (...)

348Par l’ampleur de ses proportions intérieures621 et de ses hautes baies à moucharabieh622, la qā‛a de l’étage ne surprend pas moins que par certaines innovations décoratives. De même que la mandara qu’elle surmonte, elle ne peut que faire oublier, en raison de l’importance de ses transformations, la physionomie des anciennes qā‛a dont on semblait apprécier surtout, avec la pénombre intérieure, la longueur de la salle et la hauteur des plafonds.

PLANCHE LXVI

PLANCHE LXVI

Manzil ‛Alī Katẖudā : plan des 2e et 3e étages.
2eétage :4-8. 1re et 2e cours ; 10. Dégagement avec escalier et latrines ; 15. Couloir et escalier ; 16. Vide du maq‛ad ; 18. Chambre ; 19. Couloir ; 20. Antichambre ; 21. Qā‛a ; 22-23. Chambre et salles annexes ; 24. Chambre ; 25. Couloir.
3e étage : 15. Couloir et escalier ; 26. Qā‛a ; 27. Chambre ; 28. Chambre annexe.

  • 623 Succession de zones rectangulaires horizontales de même importance.

349L’élargissement des surfaces internes et l’abaissement des terrasses aboutissent à l’adoption de proportions égales — aux formes prédominantes carrées ou rectangulaires — celles-ci sont également visibles dans la distribution horizontale des sols ou des plafonds (īwān, dūrqā‛a) et la répartition verticale des murs — placards, fresques, lanterneau (côté Est)623 ; mašrabiyyāt (côté Ouest).

350A cause des grandes baies — s’élevant jusqu’au plafond — pratiquées sur la dūrqā‛a et l’un des īwān, vers le Nord et l’Ouest, le maintien d’un malqaf sur les terrasses a été jugé inutile. Seul, un lanterneau à coupole réduite est encore conservé au-dessus de la dūrqā‛a, pour faciliter la ventilation intérieure et permettre l’évacuation de l’air chaud.

  • 624 Palais du Caire I, II, III.
  • 625 Comme la chambre de l’étage supérieur, certains balcons sont assortis de deux petites mašrabiyyāt (...)

351Ainsi renoue-t-on, semble-t-il, avec le mode d’aération — très amplifié — des anciennes qā‛a mameloukes élevées sur les iṣṭabl, au sommet des qaṣr624. Ici, un rôle semblable est affecté aux trois hautes ouvertures garnies de moucharabieh réparties entre les faces Nord et Ouest de la qā‛a625 ; leurs défoncements pourvus de maṣṭaba formaient, en outre, d’agréables alcôves, encadrées de kurdī semblables à ceux des īwān. Air et lumière recueillis de cette façon devaient aussi atteindre les pièces annexes grâce à leurs fenêtres hautes donnant sur la grande salle (côté Sud) (fig. 121).

  • 626 Distribuée entre panneaux carrés et rectangulaires.
  • 627 Voir la grande mašrabiyya de la qā‛a de Ḥarāwī.
  • 628 Deux appellations de Dieu : Rabbi et Allah dans les inscriptions de moucharabieh.

352Enfin l’heureuse combinaison des moucharabiehs et la variété de leurs motifs contribuaient à donner à la qā‛a sa plus belle ornementation626. Sans doute, inscriptions eulogiques et figures symboliques connaissent-elles une faveur grandissante auprès des tourneurs sur bois et de leurs riches commanditaires. Nous en avons déjà relevé plusieurs exemples ailleurs627. Cependant, la plupart des éléments utilisés jusqu’ici, étaient d’inspiration musulmane. Il en est autrement dans le choix décoratif des moucharabiehs de cette qā‛a et des pièces attenantes. Pour la première fois, on peut y observer des motifs d’inspiration chrétienne. A côté de vases, lampes, aiguières joints à des invocations pieuses, la représentation d’étoiles à huit branches et de motifs cruciformes (ṣalīb), apparaît la plus importante628 (fig. 119, 121).

353La présence, dans l’ancienne demeure de ‛Alī Katẖudā, d’un grand personnage copte, aux xviiie et xixe siècles, doit suffire à expliquer la curieuse apparition de ces nouveaux éléments décoratifs.

  • 629 Entre placards et fenêtres murales, une frise épigraphique en bois peint est consacrée à des poème (...)
  • 630 Rappel du thème décoratif en honneur dans la pierre sculptée.
  • 631 Manzil de Sitt Wasīla et d’Efendi Labīb.

354A côté de l’ornementation imposante fournie par les hautes baies à moucharabieh, comparables à des vitraux, les peintures murales dont on s’est plu à rehausser les murs de la qā‛a témoignent d’un nouvel attrait de la haute société cairote pour la figuration, méconnue auparavant, de villes et de paysages, à l’exemple de l’Occident (fig. 121, 122). Des tableaux d’exécution naïve surmontent les placards muraux629 — à l’opposé des mašrabiyyāt — séparés entre eux par des vases et bouquets, dans un encadrement général de chaîne hexagonale630. Une réelle diversité de sujets y a été recherchée par leur auteur afin de distraire, à leur vue, le maître et son entourage. Aussi peut-on voir des cités occidentales et orientales, auprès de la représentation édifiante de la Ville Sainte et de la Kaaba recouverte de voiles sombres. L’une des peintures murales montre des bateaux à voile devant les arcades d’un port que dominent toits à pignon, immeubles à étages, église et clocher au milieu de jardins. Une autre présente, semble-t-il, un palais ottoman que précède un parc planté de cyprès effilés et de pins parasols au-dessous d’un ciel rempli d’oiseaux. Un décor de cette nature a déjà été décrit, à la même époque, à l’intérieur d’autres demeures luxueuses, où il paraissait toujours répondre au goût de commanditaires musulmans631. Sans doute, en a-t-il été ainsi dans l’ancienne résidence de‛Alī Katẖudā.

  • 632 A la suite du vol des revêtements de marbre, il n’en apparaît plus que l’ancienne distribution orn (...)
  • 633 De même ont été arrachées les faïences turques des panneaux muraux surmontant la ṣuffa.

355Le marbre rehaussait encore de son dallage coloré le sol de la dūrqā‛a devant une ṣuffa à arcs trilobés632, sans compter les parements muraux aujourd’hui disparus633.

356A la grande salle du harem s’ajoute enfin une pièce annexe de proportions inhabituelles, édifiée au-dessus du taẖtabuš : surmontée d’un plafond à lanterneau, elle s’éclaire largement de part et d’autre, sur les deux cours du manzil, grâce à de hautes grilles à moucharabieh pourvues également, à leur base, de confortables maṣṭaba en bois. Les tapis, les tentures et les coussins qui meublaient autrefois ce salon devaient le rendre particulièrement attrayant.

  • 634 Après les démolitions effectuées le long de la rue Darb al-Usṭā.

357Si la description des lieux doit maintenant s’arrêter ici, rappelons que l’ensemble des appartements privés de ‛Alī Katẖudā puis d’Ibrāhīm al-Ğawharī devait pourtant s’étendre plus loin, en direction du H̲alīğ — côtés Est et Nord — Avec la disparition des étages correspondants a été également perdue, au rez-de-chaussée, toute trace d’une courette probable du harem et de son escalier particulier au voisinage des communs634.

Manzil al-Sadat

  • 635 Sara’ Port-Saïd.

358Il paraît difficile d’imaginer aujourd’hui l’aspect que pouvaient présenter les deux rives du H̲alīğ (canal), au temps où les « Grands » les recherchaient pour y établir leurs résidences au milieu de jardins. En effet, des faubourgs populeux s’étendent maintenant sur toute la partie Sud-Ouest de l’ancienne cité al-Qāhira, de part et d’autre de la nouvelle avenue aménagée à la place du H̲alīğ635.

  • 636 Mosquée et minaret sont indépendants, reliés entre eux par une passerelle de bois enjambant, au ni (...)
  • 637 Classé sous le n° 463 (xvii-xviii-xix s.).
    Cf. L’expédition d’Égypte, sur le rôle joué par le Cheik (...)

359Cependant le souvenir de celui-ci est rappelé fréquemment par la survivance de monuments religieux et de bâtiments d’intérêt public qui en jalonnent encore les bords. On y distingue surtout des mosquées ou oratoires (masğid), couvents (takiya) et fontaines publiques surmontées d’écoles coraniques (sabīl-kuttāb) d’époque ottomane. Si on les découvre principalement sur la rive droite de l’ancien canal, la présence de mosquées antérieures témoignent déjà de l’intérêt que l’on dut porter à cet endroit dès l’époque mamelouke. Un exemple en est fourni par la belle mosquée de quartier, Ğāmi‛ Qarāqoga al-Ḥasanī (1441-1442)636. Située à faible distance de la rive orientale du canal et des bords de la Birkat al-Fīl, cette élégante construction religieuse s’élève non loin du lieu choisi par un membre d’une famille de hauts dignitaires religieux égyptiens désignés sous le nom d’Al-Sādāt al-Wafâ’iyya637. Comme la luxueuse demeure de ‛Alī Katẖudā bâtie sur l’autre rive, celle-ci connut sans doute son meilleur temps de prospérité aux xviiie et xixe siècles. Pourtant les vestiges qui en subsistent sont moins importants et marquent une déchéance plus grave.

Extérieur

  • 638 Bayt Šabšīrī, Manzil Suhaymī, etc.
  • 639 L’emploi consécutif de ces deux arcs différents — l’arc brisé se répétant à l’intérieur du manzil, (...)

360Édifiée près de la rive Ouest de l’ancien étang (qui a disparu au xixe siècle) et aujourd’hui située sur une place à laquelle aboutit la rue qui porte son nom, la résidence d’Al-Sādāt montre une entrée et une façade extérieure différentes de celles qui ont été décrites plus haut, donnant également sur la rue638 (Pl. LXVII, fig. 123). Ici l’entrée ne correspond plus à l’alignement général des murs en pierre de taille formant la façade extérieure. Ceux-ci sont dépourvus, en outre, des longs encorbellements sur consoles jumelées ou non ainsi que des étages habituels aux riches habitations cairotes. La porte d’accès — enterrée à sa base — apparaît dans le décrochement d’un avant-corps, son arc brisé outrepassé s’ouvrant dans un défoncement à arc surbaissé639. Elle est surmontée, à l’étage, d’une large mašrabiyya dont la répétition sur la façade du manzil et les trois côtés de l’avant-corps correspond au débordement des appartements du ḥaramlik (fig. 124).

Intérieur

  • 640 Colonne de remploi à chapiteau corinthien que surmonte une haute imposte parallélépipédique.
  • 641 Latrines répétées à l’entrée du couloir et à la base de l’escalier.
  • 642 Les remontées d’eau souterraine déjà observées au Manzil ‛Alī Katẖudā sont également la cause du r (...)
  • 643 Cet emplacement est encombré maintenant de charrettes et charretons de marchands ambulants.
  • 644 Porte actuellement fermée et enterrée à sa base.

361Au-delà de la porte massive à un seul vantail qui fermait jadis l’entrée en chicane, un porche à colonne d’angle640 abrite l’accès intérieur du bâtiment — couloir menant à l’escalier du harem641 — et le début d’une cour642 (Pl. LXVIII). Du vaste jardin qui devait s’étendre auparavant auprès de celle-ci ne subsiste plus qu’un mûrier643. De ce côté ouvrent encore trois fenêtres à moucharabieh — larges mailles — éclairant la plus belle salle de réception du salāmlik au rez-de-chaussée (mandara). On y pénétrait directement — comme dans la mandara de ‛Alī Katẖudā — par une porte donnant sur la cour644, porte à arc surbaissé accompagné de lourdes sculptures d’inspiration européenne — moulures, guirlandes et corniche de type baroque — à la mode au siècle dernier. En fait, cette salle d’apparat constitue bien la partie la plus importante du salāmlik et de l’ensemble de l’ancienne résidence d’Al-Sādāt, qui soit encore visible aujourd’hui. En revanche, on ne trouve aucune trace de maq‛ad, taẖtabuš et salons secondaires, sans compter les magasins à vivres, logements domestiques et écuries qui devaient pourtant exister auparavant, au voisinage de la cour.

PLANCHE LXVII

PLANCHE LXVII

Manzil al-Sādāt : plan de situation.

PLANCHE LXVIII

PLANCHE LXVIII

Manzil al-Sādāt : plan du rez-de-chaussée (état actuel).
1. Entrée principale ; 2. Antichambre ; 3. Sabīl (ancien réservoir) ; 4. Cour ; 5-8. Couloir ; 6. Porche ; 7. Ancien escalier ; 9. Escalier ; (harem) ; 10. Mazyara ; 11. Latrines ; 12. Dégagement ; 13-14. Pièces annexes ; 15. Mandara avec durqā‛a, petit īwān (16) et grand īwān (17).

Mandara du salāmlik

  • 645 Construite en pierre de taille.

362Si cette salle de réception645 possédait une entrée vers la cour à l’intention des visiteurs arrivant du dehors, elle avait aussi une autre porte donnant également sur la dūrqā‛a intérieure, cette seconde entrée — opposée à la précédente — étant réservée aux maîtres et à leurs familles venant directement de leurs appartements.

  • 646 Adjonction peut-être tardive comme la mandara al-Harāwī et d’autres salles d’apparat en présentent (...)
  • 647 S’ouvrant, comme les alcôves extrêmes et latérales, entre des kurdī à stalactites.

363N’étaient ses trois ouvertures au Sud646, la mandara d’al Sādāt offrirait une curieuse ressemblance avec des salles d’apparat plus anciennes et mieux connues. A l’exemple des mandara (ou qā‛a) de ‛Uṭmān Katẖudā, de Zaynab Hātūn et de Sitt Wasīla, elle a tout d’abord adopté le plan cruciforme caractéristique avec double alcôve latérale d’élargissement, de part et d’autre de la dūrqā‛a et du grand īwān. De plus, les boiseries dorées et peintes sont demeurées fidèles à certaines formes et éléments décoratifs d’origine mamelouke, tel apparaît au fond du petit īwān, un salsabīl effilé dont la garniture de stalactites répond à celles des frises sous plafond (fig. 125) ; celui-ci montre des solives arrondies et entre-deux compartimentés, au-dessus des īwān647, à l’encontre des plafonds plats des alcôves comportant une nouvelle ornementation avec rosaces entrelacées. Cette décoration de type tardif existe notamment à l’extrémité du grand īwān, dans l’encadrement de la double grille d’aération du malqaf.

  • 648 Carreaux (0,20) ornés d’éléments floraux à dominante bleue et verte sur fond blanc.
  • 649 Venue de la Perse et de l’Asie Mineure, cette nouvelle mode ornementale a gagné l’Afrique du Nord, (...)

364Le conservatisme architectonique et ornemental qui ressort de l’aspect intérieur de la grande salle du salāmlik ne s’est pas opposé cependant à toute innovation ; à l’ouverture de fenêtres à moucharabieh et à l’adoption de plafonds secondaires à baguettes s’ajoute, en effet, une nouvelle ornementation murale, chère à l’époque, faite du revêtement de faïences turques (fig. 125, 126, 127, 128)648. Déjà observée ailleurs, cette décoration brillante et colorée témoigne bien de l’importance que les propriétaires du manzil lui accordèrent puisqu’elle s’étend, jusqu’au plafond, comme une véritable tapisserie, couvrant entièrement une surface murale que l’on préférait autrefois laisser nue649 (Pl. LXXI).

Appartements du ḥaramlik

365Desservis par l’escalier du harem indiqué plus haut, les appartements privés sont situés aux deux extrémités de la façade Ouest, reliés entre eux par un couloir qui surmonte la communication intérieure du rez-de-chaussée (Pl. LXIX).

  • 650 Rosaces entrelacées à baguettes.

366En dehors des cinq pièces qui donnent également sur la rue et la place extérieures, flanquant la surélévation initiale de la mandara, quelle pouvait être la configuration primitive de l’ancien manzil, aussi bien à l’étage qu’au rez-de-chaussée ? Alors que celui-ci a conservé jusqu’à ce jour sa plus grande salle (mandara), il en est autrement du harem où l’on chercherait en vain une qā‛a de même importance. On trouve néanmoins de très belles pièces dans les appartements que la ruine a épargnés. Celles qui ont été aménagées au-dessus de l’entrée en ont maintenu la curieuse disposition angulaire (fig. 129). Ce ne sont pas les moins intéressantes en raison de la diversité et du luxe de leur aspect intérieur. L’abaissement général des plafonds rend plus évident le rôle primordial des boiseries ouvragées ; elles couvrent, en effet, les murs de placards à panneaux, garnissent les ouvertures de balcons à moucharabieh et étendent sur les plafonds une même ornementation géométrique et florale650.

PLANCHE LXIX

PLANCHE LXIX

Manzil Al-Sādāt :
4. Cour ; 9. Escalier (harem) ; 15. Vide de la mandara ; 19. Couloir ; 20. Dégagement ; 21. Chambrette ; 22. Chambre d’angle ; 23. réduit ; 24. Petite qā‛a avec placards et mašrabiyya ; 26-27. Chambres.

PLANCHE LXX

PLANCHE LXX

Manzil Al-Sādāt : cartouche épigraphique en bois peint daté de 1089/1678-79 (mandara).

  • 651 Les consoles de bois inesthétiques supportant les balcons à moucharabieh sont dissimulées dans un (...)
  • 652 A rapprocher notamment des mašrabiyyāt du Palais al-Razzāz.

367Le développement des mašrabiyyāt y est particulièrement caractéristique, rendant alors superflu les encorbellements traditionnels sur consoles de pierre651. Suspendus au-dessus du vide de la rue, de la cour ou du jardin, ces balcons en bois ajouré, formaient d’agréables alcôves bénéficiant de la meilleure aération652. Avec leur garniture de tapis, coussins et rideaux, les femmes du harem devaient apprécier l’usage des mašrabiyyāt comme une amélioration considérable de leur existence intérieure correspondant à des temps nouveaux.

368Située à l’intersection du couloir d’accès et des chambres extrêmes, la plus belle pièce du ḥaramlik ne comprend pas moins de trois mašrabiyyāt exposées différemment, à l’Ouest, au Sud et à l’Est. Sans doute, était-ce l’un des lieux de séjour les plus recherchés puisqu’on y découvre encore certains éléments réservés généralement aux grandes qā‛a — dont ce salon semble avoir été une réduction. Son plafond est pourvu, en effet, d’un malqaf — ouvert au Nord — et d’une coupole de bois sculpté (fig. 130), tandis que ses parois montrent la grille inférieure d’une ancienne réserve de jarres d’eau et la grille haute d’une loge de femmes.

PLANCHE LXXI

PLANCHE LXXI

Manzil Al-Sādāt : carreaux de faïence turque (revêtement mural de la mandara)

369Aménagées au Nord et au Sud de la mandara, deux autres pièces présentent des proportions semblables et possèdent, en outre, des chambres annexes. Chacune d’elles devait être attribuée aux épouses ou favorites du maître, y disposant de leurs servantes ou esclaves respectives. De grandes mašrabiyyāt (fig. 129) — sinon des grilles à moucharabieh — distribuées de divers côtés, permettaient de se distraire à la vue et au bruit des bêtes et des gens circulant au dehors, voire aussi de suivre l’animation de la cour et d’admirer la beauté des arbres et fleurs du manzil. Enfin, grâce à l’heureuse orientation des fenêtres et balcons à claire-voie vers le Nord et l’Ouest, la chaleur du jour pouvait être tempérée par la brise habituelle attendue impatiemment chaque soir.

Manzil al-Sinnārī

  • 653 Sur la rive droite du canal.
  • 654 P. Coste, Les monuments du Caire, Paris, 1837, p. 41.

370Les rives du Halīğ étant devenues de plus en plus recherchées par les émirs et les familles fortunées du Caire, pour y établir de nouvelles maisons de plaisance, on ne doit pas être surpris de voir celles-ci s’édifier à une distance croissante de l’ancienne Cité. A proximité de la Mosquée Saïda Zaynab, le quartier al-Nāṣiriyya connut un succès et un développement particulièrement importants au xviiie siècle653. « Des pavillons de plaisance, rapporte P. Coste, s’établissaient le long du canal, au milieu de jardins plantés de vignes, dattiers, orangers, citronniers, bananiers. On y demeurait jusqu’en novembre, jouissant de la fraîcheur des eaux, du parfum des plantes et des fleurs »654.

  • 655 Le second maître de l’Égypte était Ibrahim bey.
  • 656 Palais du Caire, I, 1975, p. 83 et ss.

371Avant que Bonaparte ne décidât de s’installer lui-même avec son état-major à l’Azbakiyyah, l’un des deux principaux maîtres de l’Égypte, Murād bey, y avait élu domicile, entraînant à sa suite ses mamelouks attitrés655. C’est en s’attachant au service de Murād bey que Ibrāhīm Katẖudā al-Sinnārī acquit honneurs et richesse et fit élever une belle demeure au voisinage de celles de Qāsīm bey Abū Saif et de Ḥasan Kāšif le Circassien656.

  • 657 Id. p. 83. E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 90. (...)

372« Au printemps de 1798, il semblait aux mamelouks qu’ils n’avaient plus qu’à jouir paisiblement de leurs richesses, quittes, cependant à s’assassiner de temps en temps, entre partisans de Mourad bey et d’Ibrahim bey, qui, rivaux acharnés, se partageaient l’Égypte... ». Les trois mamelouks voisins devaient subir le même sort que leur chef à la suite de l’entrée victorieuse des Français au Caire. Leurs demeures furent réquisitionnées par Bonaparte qui en affecta une partie au premier Institut français fondé en Égypte657.

  • 658 Id. « La vigilance de Gaillardot bey et celle du Comité de Conservation ont pu conserver à cette d (...)
  • 659 Palais du Caire, I, 1975, p. 84-86. Propriétés notamment de Qāsim bey Abū Saïf et de Ḥasan Kāšif. (...)

373« Ibrahim Sennari serait inconnu aujourd’hui, nous dit G. Legrain, si la jolie maison qu’il bâtit à Saïda Zeïnab du fruit de ses rapines n’avait reçu des hôtes pour lesquels elle n’avait pas été bâtie. La Destinée, qui semble s’être amusée du Sennari, voulut que des artistes et des savants de Bonaparte lui payassent leur loyer en sauvant et son nom de l’oubli et sa maison de la ruine qui les attendait l’un et l’autre »658. Il faut alors reconnaître que parmi les magnifiques propriétés qui firent également l’orgueil de leurs maîtres659, seule l’ancienne résidence d’Ibrāhim Katẖudā a pu être préservée et rester le dernier témoin d’une période brillante (Pl. LXXII).

  • 660 Ibid., p. 87.
    Voir la biographie de cet amir (mort en 1216/1801) dans la chronique de Ğabartī (III, (...)
  • 661 Id. Procès-verbaux du Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe, Le Caire, 1922, pp. 171 (...)
  • 662 Id. P.V. du Comité, ibid. « On sait que tout le quartier de Nasrieh fut appelé, dès lors, le quart (...)

374« L’ensemble de la belle demeure du xviiie siècle qui fut occupée successivement par l’Intendant noir de Murad bey et par les savants de l’Institut Français de Bonaparte ne présente pas, semble-t-il, d’altération importante dans sa physionomie primitive. En effet, lorsque le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe se préoccupa de la sauvegarde de cet ancien bâtiment d’époque ottomane, il lui fut possible d’en reconnaître la parfaite ressemblance avec les dessins qui en avaient été réalisés lors de la Campagne d’Égypte »660. Ces documents devaient permettre de réaliser des travaux de restauration particulièrement fidèles. « Le service a eu soin de maintenir complètement, dans les moindres détails, le caractère originel des lieux, précise le Comité ». Tout au plus, celui-ci déplore-t-il la disparition d’éléments tardifs qui auraient été ajoutés vers le milieu du siècle dernier à la maison d’al-Sinnārī661. A ces regrets on pourrait en ajouter d’autres à la suite de la suppression complète du magnifique jardin qui devait constituer l’un des principaux attraits de la propriété du Mamelouk puis de l’Institut »662.

Façade extérieure

375A la suite de l’occupation des lieux par les membres de l’Expédition, la voie d’accès a été désignée sous le nom de Rue Monge, tandis que le quartier al-Nāṣiriyya était connu sous l’appellation de quartier de l’Institut.

  • 663 Murs inférieurs bâtis en pierre de taille ; murs supérieurs en briques ou en moellons.
  • 664 Grosse boucle médiane surmontant l’arc — rappelant celle que devait comporter l’ancienne porte d’e (...)
  • 665 L’usage extérieur des carreaux de Nicée répond plus souvent à la décoration du tympan d’un arc de (...)

376Bien qu’elle ait subi une surélévation de son sol pour les mêmes raisons que les autres maisons de plaisance examinées plus haut, sur les bords du H̲alīğ, cette rue continue à desservir l’entrée de l’ancien manzil. Dans la façade en pierre de taille663 on reconnaît certains traits caractéristiques déjà observés dans l’aspect extérieur des résidences d’‛Alī Katẖudā et d’al-Sādāt. L’entrée — actuellement en contrebas (fig. 131) — présente la superposition de deux arcs surbaissés en retrait l’un de l’autre, que surplombe une large mašrabiyya (Pl. LXXIII, LXXV). L’encadrement de la porte s’enrichit de moulures et de sculptures ornementales — chaîne hexagonale à boucles664, dents de scie, stalactites, étoiles entrelacées, rosaces en spirale. De plus, les écoinçons de l’arc inférieur portent encore la trace d’un ancien revêtement de carreaux de faïence turque665. A gauche de l’entrée, deux fenêtres hautes barreaudées correspondaient à des communs aménagés au rez-de-chaussée, en bordure de la rue.

  • 666 En dehors de quelques pièces secondaires (infra).
  • 667 La réalisation de ces nouvelles résidences, extra muros, pouvait s’étendre plus facilement grâce a (...)

377La partie supérieure de l’édifice ne dépasse pas actuellement le premier étage666, conformément aux proportions déjà relevées au Manzil al-Sādāt667. Par ailleurs, à l’exemple de celui-ci, aucun encorbellement en maçonnerie n’apparaît sur consoles de pierre. Les constructeurs se sont contentés d’utiliser les balcons à moucharabieh le plus largement possible. On en devine ainsi l’usage pour les plus belles salles du harem, avec une orientation au Nord destinée à renforcer l’effet du malqaf (Pl. LXXIV, LXXVII). Autre signe de richesse, la majestueuse mašrabiyya formant auvent au-dessus de l’entrée est rehaussée, à sa base, d’une rangée de rosaces, en bois sculpté, comme la mode semble s’en être répandue à cette époque. Enfin le support de ce balcon formé de l’assemblage de multiples pétales, éléments de bois tourné, ne montre qu’un coffrage extérieur en gorge.

PLANCHE LXXII

PLANCHE LXXII

Manzil al-Sinnārī : plan de situation.

PLANCHE LXXIII

PLANCHE LXXIII

Manzil al-Sinnārī : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).
1. Entrée avec couloir en chicane ; 2. Loge de portier ; 3. Salle de réunion d’hommes ; 4. Cour, (b) puits, (c) fasqiya ; 5. Escalier du maq‛ad ; 6. Taẖtabuš, (a) placard ; 7. Communs, (d) Latrines, (e) foyer du ḥammām (étage) ; 8. Communs, (d) latrines ; 9. Couloir ; 10. Courette des communs, (d) latrines ; 11. Cuisine ; 12. Annexe de cuisine, (b) puits ; 13-14. Communs ; 15. Entrée actuelle des communs - escalier ; 16. Entrée 2e cour des communs ; 17. 2e cour des communs.

PLANCHE LXXIV

PLANCHE LXXIV

Manzil al-Sinnārī : plan du 1er étage (d’après archives).
4. Cour ; 5. Escalier du maq‛ad ; 10-17. Cours des communs ; 19. Maq‛ad, (a) placard ; 20. Petite qā‛a, (a) Dūlāb, (e) mašrabiyya ; 21. Chambres, (g) puits d’aération ; 22. Antichambre ; 23. Grande qā‛a, (a) Dūlāb, (b) dūrqā‛a, (c) īwān, (e) mašrabiyya, (f) ṣuffa ; 24. Ḥammām, (d) latrines ; 25. Chambre annexe ; 26. Communication.

Cour intérieure (salāmlik)

  • 668 Le portier y disposait d’une maṣṭaba et d’une petite pièce de repos, auprès de l’entrée.
  • 669 On remarquera ailleurs une évolution similaire des mêmes éléments architecturaux à la même époque. (...)
  • 670 Cette disposition rappelle celle des portiques et galeries superposés, soit dans les caravansérail (...)

378Accessible par le couloir en chicane traditionnel668, la cour quadrangulaire devait montrer auparavant un dallage de pierre rehaussé d’une fontaine centrale. De prime abord, la plus belle ornementation de la cour frappait le visiteur avec l’apparition d’un maq‛ad au-dessus d’un taẖtabuš (fig. 132). Occupant entièrement le fond du patio, le maq‛ad possède, auprès de son portail latéral, une loggia surélevée d’un style nouveau, sa double arcade sur colonne médiane n’étant plus faite d’arcs brisés outrepassés mais d’arcs cintrés669 (Pl. LXXIII, LXXVI, fig. 133). Notons aussi que c’est la première fois que nous pouvons observer la superposition des deux salles de réception ouvertes du salāmlik, avec l’emploi, l’une au-dessus de l’autre, de deux colonnes médianes en marbre clair de même type dorique670. Il en ressort un nouveau genre de façade inattendue composé d’une partie inférieure à linteau et d’une partie supérieure à arcades. Hôtes et visiteurs accueillis à ces deux endroits y bénéficiaient d’une même exposition au Nord.

  • 671 Surmontée de l’arc de décharge habituel ; garni sans doute, auparavant, de carreaux de Nicée.

379Rehaussée de trois marches arrondies, la porte671 de l’escalier du maq‛ad est surmontée de la fenêtre barreaudée d’une chambre annexée à la loggia. Ce portail d’honneur se devait d’être embelli d’une ornementation de pierre sculptée. Aussi y retrouve-t-on la réplique des motifs géométriques déjà décrits à l’entrée du manzil.

  • 672 Une niche murale à arc surbaissé et festonné, correspondant à un puits, appartient à la même forme (...)
  • 673 Salle basse partagée en plusieurs voûtes d’arête rattachées à un pilier central. Comme d’autres pi (...)

380Sur les trois autres côtés de la cour alternent, en bas, communications et dépendances, avec leurs portes à arc surbaissé672 ou à linteau droit — voire porches droit et arqué — en haut, les grilles et balcons à moucharabieh des appartements du ḥaramlik. Ajoutons que le salāmlik possédait encore, près du couloir de l’entrée, une grande pièce voûtée en pierre de taille dont on ne pouvait qu’apprécier la fraîcheur, en quittant la chaleur du dehors673.

Étage (harem)

  • 674 Palais du Caire, I, 1975, pp. 95-97.
  • 675 Mode d’aération demeuré traditionnel, bien que transformé, rappelant l’installation du malqaf étab (...)
  • 676 Id. p. 97. Bassin octogonal et ṣuffa à arcs lobés — semblable aux ṣuffa des qā‛a de Suhaymī et Mus (...)
  • 677 Plafond peu élevé.
  • 678 Id. pp. 97-99. Bain accessible par la durqā‛a, couvert en voûtes aplaties et pourvu de latrines.
  • 679 L’utilisation des voûtes inférieures de l’entrée, voire du maẖzan comme support des principaux lie (...)

381Les appartements du ḥaramlik se composent de plusieurs pièces (ōḍa) rattachées à deux salles de séjour (qā‛a), situées de part et d’autre de la cour principale. De celle-ci partait l’escalier particulier conduisant, selon la coutume, au harem et réservé surtout aux maîtres (Pl. LXXIV). D’une courette secondaire appartenant aux communs, un autre escalier établissait la liaison habituelle entre cuisine, domesticité et l’étage — ḥaramlik et salāmlik. A ce niveau, deux couloirs en chicane répondaient aux besoins de communications de l’ensemble. De cette façon, le maître pouvait se rendre aisément de ses appartements au maq‛ad pour y rejoindre ses visiteurs, introduits par la cour. Il est probable que les femmes du harem utilisaient le même moyen pour se réunir dans la loggia surélevée et bien aérée lorsque celle-ci se trouvait vacante. Déjà, la famille du Katẖudā bénéficiait d’avantages comparables, à l’intérieur de la plus vaste des deux qā‛a. En effet, en dehors des grandes proportions présentées par celle-ci, on y disposait de deux mašrabiyyāt674, l’une au Nord ayant vue sur la rue et les jardins du manzil, l’autre au Sud, surplombant la cour, face au maq‛ad et au spectacle sans cesse renouvelé de ses réunions. Bien qu’elle comporte la distribution traditionnelle entre dūrqā‛a et īwān, cette qā‛a présente une disposition inhabituelle, avec la séparation artificielle établie entre le plus petit īwān et les dūrqā‛a et grand īwān par une haute grille à moucharabieh. Dominé par le malqaf destiné à l’aération de l’ensemble (fig. 133, 134), le petit īwān réservé au maître apparaît alors comme une pièce indépendante, d’où l’on pouvait communiquer à sa guise avec les différentes parties de l’étage675. A l’exception de cette innovation, la principale qā‛a du manzil al-Sinnārī ne se distingue pas de celles qui ont été décrites à la même époque. Sa dūrqā‛a s’orne pareillement d’un bassin et d’une ṣuffa en marbre clair676, son grand īwān dispose aussi de placards à petits panneaux assemblés en svastika ou en rosaces hexagonales ; un beau plafond sculpté, à caissons et coupole centrale677, couvre ces deux parties de la salle du harem. Enfin, accessible par la dūrqā‛a, un petit hammam à deux pièces complète l’aménagement habituel de la qā‛a678. Notons que la construction de la plus belle salle du manzil a été réalisée sur toute la largeur de la partie antérieure du rez-de-chaussée. En s’étendant depuis la rue jusqu’à la cour, la qā‛a recouvre entièrement le couloir d’entrée et les pièces basses contiguës679. Elle retrouve en même temps l’orientation Nord-Sud chère aux salles d’apparat d’époque mamelouke.

PLANCHE LXXV

PLANCHE LXXV

Manzil al-Sinnārī : élévation sur l’entrée (d’après la Description de l’Égypte).

PLANCHE LXXVI

PLANCHE LXXVI

Manzil al-Sinnārī : coupe et élévation d’après la Description (1809) — taẖtabuš sous maq‛ad avec son portail surélevé.

PLANCHE LXXVII

PLANCHE LXXVII

Manzil al-Sinnārī. Coupe avec élévation Nord-Sud (d’après la Description).

382De proportions inférieures, la seconde qā‛a dispose aussi de deux spacieuses mašrabiyyāt placées, non plus, aux deux extrémités de la salle mais sur son côté Ouest. Les femmes du harem ne pouvaient alors s’y distraire qu’à la vue intérieure sur la cour, tout en appréciant cependant la fraîcheur de l’air due à cette orientation particulière.

  • 680 Les appartements comportaient chambres et antichambres reliés par des couloirs pourvus de latrines (...)

383Rappelons que les chambres voisines entouraient une courette sur laquelle donnaient leurs fenêtres680 tandis que le rez-de-chaussée était occupé par les communs.

Communs

  • 681 Id., p. 92.
  • 682 Ibid.
  • 683 Communication en chicane des deux cours voisines, communs et habitation. Auprès de la première cou (...)

384Les dépendances n’apparaissent pas entièrement groupées au même endroit, mais réparties, selon leurs fonctions, entre les bâtiments inférieurs situés à l’Est et à l’Ouest du couloir d’accès et de la cour principale681. Flanquant le couloir d’entrée et précédant la cour des maîtres, une vaste cour domestique — plantée encore de quelques palmiers — possède sa porte coudée indépendante682. Reliée probablement aux anciens jardins, cette première partie des communs — aujourd’hui très incomplète — devait comporter auparavant écuries, moulin à grains et maẖzan animés par les serviteurs chargés de leur fonctionnement683. Entre mandara et taẖtabuš, une rangée de trois pièces dissemblables aurait été affectée apparemment au chauffage du ḥammām de l’étage et au service des différentes salles — ouvertes ou fermées — du salāmlik.

  • 684 Une similitude existe entre la conception de ces communs avec courette et cuisines et celle du Man (...)

385Édifiée à l’Est des deux cours contiguës avec lesquelles elle communiquait, la troisième dépendance montre encore sa configuration primitive, en dépit de certaines altérations inévitables. C’est ainsi que l’on reconnaît, donnant sur la courette centrale, deux salles de cuisine — pourvues d’un magasin à vivres — l’une d’elles possédant, au fond, une large ouverture supérieure pour l’évacuation de la fumée684. De même que les deux autres cours, celle des cuisines occupées par des servantes — ou esclaves — avait sa propre entrée au Nord. En raison de son affectation au service des maîtres, cette partie des communs disposait, à cet effet, d’un escalier proche de son entrée et d’un couloir débouchant sur la cour principale. En dehors des logements proches de leur lieu de travail — tout au moins pour les hommes — la domesticité avait, pour s’y reposer, des pièces ordinaires aménagées sur les terrasses qu’elle ne devait pas moins utiliser pendant les nuits les plus chaudes.

Bayt al-Mahrūqī

  • 685 A. Raymond, « Deux familles de commerçants fasis au Caire à la fin du xviiie siècle », Revue de l’ (...)
  • 686 Réputé pour sa science religieuse, mort en 1769.
  • 687 Op. cit. (biographie par Ğabartī).
  • 688 lbid., « Titre qui était alors employé pour désigner les grands négociants qui se livraient au com (...)
  • 689 lbid.
  • 690 Pendant une épidémie de peste.
  • 691 Id., « Il l’agrandit ensuite en y incorporant la dikkat al-ḥisba al-qadîm qui se trouvait au voisi (...)

386Bien qu’elle ait été fondée, au xviiie siècle, par Aḥmad ibn ‛Abd as-Salām, cette riche demeure porte le nom de son successeur, Aḥmad al-Maḥrūqī685. L’un et l’autre ont également leurs tombes dans la zāwiya voisine, bâtie à la même époque par un cheikh maghrebin, Sīdī ‛Alī ibn al-‛Arābī al-Fasī686. Aḥmad ibn ‛Abd as-Salām était « originaire du Maghreb comme beaucoup de grands commerçants en café et en épices (tuğğar) du Caire aux xviie et xviiie siècles... »687. La prospérité de ses affaires conduisit ce ẖawāğā688 à se rendre chaque année au Hedjaz, puis à s’associer avec un autre grand commerçant, Aḥmad al-Maḥrūqī, avant de devenir šāh bandar, chef de la corporation des tuğğār en café et en épices du Caire689. A sa mort, en 1791690, son associé hérita de ses biens et de ses affaires ainsi que de ses fonctions de sâh bandar. L’héritage du riche commerçant dut alors ajouter la propriété d’une maison située sur les bords de la birkat al-Ezbekiyeh, dans le beau quartier de Sâkit « à la demeure que Aḥmad ibn ‛Abd as-Salām s’était construit » sur le côté sud de la petite place qui s’étend encore devant la mosquée al-‛Arabi691.

  • 692 La base du portail et de la façade est enterrée actuellement sur une hauteur d’environ un mètre.
  • 693 Profondeur du portail, 0,70 m. Hauteur du rez-de-chaussée, 4,80 m. Hauteur actuelle de la façade 1 (...)
  • 694 Figures ornementales en creux et en relief dans un encadrement carré. On en retrouve l’emploi, à l (...)

387De cette ancienne demeure, seule la façade atteste aujourd’hui le luxe passé (fig. 135). On y a conservé, en effet, le portail de l’entrée principale au-dessous d’un large balcon à moucharabieh692. L’importance du portail, au centre d’un mur appareillé est soulignée par ses deux arcs superposés, en retrait l’un de l’autre693 : en haut arc cintré, bordé d’une moulure en dents de scie, en bas arc surbaissé orné de stalactites. De part et d’autre de l’entrée, deux médaillons arrondis694 en pierre sculptée forment une décoration symétrique que complète l’encadrement habituel, à cette époque, d’une chaîne hexagonale moulurée (fig. 136).

388Cette belle façade ne cache plus maintenant que des ruines ; on peut distinguer cependant, au-dessus de l’ancienne entrée intérieure, l’extrémité d’une qā‛a dont la mašrabiyya extérieure constituait l’aboutissement recherché vers la place voisine avec la meilleure aération possible. Au temps de la prospérité de ses maîtres, cette luxueuse demeure ne pouvait manquer de posséder salāmlik et harem avec communs autour d’une cour intérieure peut-être ombragée de quelques arbres.

  • 695 Sur fond plat, au-dessus du linteau droit de l’entrée, sculpté d’un réseau étoile.
  • 696 Fenêtres garnies de grilles à barreaux plats entrecroisés, que doublent parfois des contrevents ex (...)

389A côté de la façade al-Mahrūqī a subsisté également la zāwiya contemporaine du Cheikh al-‛Arābī. Transformée aujourd’hui en petite mosquée de quartier, cette zāwiya montre encore son élégant portail à arc trilobé695, flanqué de l’ancien logement du cheikh dont l’étage à consoles de pierre a disparu696.

  • 697 Une autre wakāla existait près de celle-ci jusqu’à sa démolition récente et son remplacement par u (...)
  • 698 De curieux motifs prophylactiques apparaissent en relief à la surface des murs en pierre de taille (...)

390Au voisinage immédiat des deux bâtiments se trouve aussi une wakāla solidement construite en pierre de taille, connue sous le nom de wakāla al-Šarāïbī, auprès d’un hammam qui lui semble annexé697. La hauteur de son portail extérieur à deux arcs surbaissés et l’harmonie de sa cour intérieure avec les arcades brisées d’un portique circulaire correspondent apparemment à une construction antérieure aux deux voisines698.

391L’ensemble n’en forme pas moins un groupe architectural d’un réel intérêt, indépendamment des liens qui devaient exister jadis entre ses trois éléments différents.

392Notons enfin la proximité des quartiers al-Faḥḥamīn et al-Ġūrī dont l’activité commerciale a pu influencer, en son temps, l’installation au Caire des deux négociants maghrébins.

Bayt Dabbusiyya (Būlāq)

  • 699 Cette maison est encore désignée sous le nom de Bayt al-Šahira bint Al-Hāğğ Brahim al-Tellah (waqf (...)
  • 700 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol. I, p. 165 : « Le commerce ma (...)
  • 701 Id., p. 247, « Būlāq qui se trouvait à une distance d’environ 1 200 m au nord-ouest du Caire était (...)

393En dehors du Palais de la Citadelle et des résidences princières, les demeures de notables examinées ici représentent, à différents niveaux, des exemples caractéristiques d’une architecture domestique chère à la société aisée du Caire, militaire, civile ou religieuse. Bien que l’importance de ces demeures ait varié selon la fortune des uns et des autres, elles possèdent toutes, autour d’une cour intérieure, — simple ou double —, au moins deux étages, indépendamment de l’élargissement de ceux-ci sur encorbellement. On aurait alors pu imaginer que cette architecture ne se prêtait pas à des réalisations plus modestes. Pourtant une telle limitation ne semble pas avoir réellement existé, comme en témoigne l’exemple d’une maison de proportions inférieures, observée à Būlāq où son aspect général apparaît en parfait accord avec le style architectural décrit plus haut699 (Pl. LXXVIII). Il est permis de penser que ce fait résulte de la prospérité que connut le port de Būlāq, notamment sous la domination ottomane700, la création de ce faubourg au Nord de la Cité remontant à l’époque mamelouke. De son âge d’or, avec l’afflux continuel de marchandises amenées par voiliers sur le Nil, on peut encore voir aujourd’hui les quartiers commerçants d’autrefois, partagés entre des rues au tracé régulier, qui desservaient wakāla et rab’ en grand nombre701.

394Il est alors naturel que les commerçants locaux, qui possédaient un négoce prospère sinon une certaine aisance, aient tenu à habiter sur place dans un cadre inspiré de la ville toute proche.

Extérieur

  • 702 lbid., « Avec la conquête ottomane Būlāq prit plus d’importance encore ainsi qu’en témoignent les (...)
  • 703 N° 33, rue Darb al-Mas‛ūd.
  • 704 Consoles jumelées à deux têtes arrondies.
  • 705 La partie inférieure de cette porte est enterrée sur près d’un mètre, comme cela s’est produit à l (...)
  • 706 Construction de l’étage en briques. Dimensions de l’ensemble : largeur de la façade, 11,80 m ; hau (...)

395Le Bayt Dabbūsiyya occupe l’angle formé par la rue Darb al-Mas‛ūd702 et une ruelle adjacente. Son élégante façade se divise en deux parties superposées à peu près égales — rez-de-chaussée et étage unique — que sépare un encorbellement sur quatre consoles de pierre703. Aux deux extrémités de la partie inférieure bâtie en pierre de taille apparaissent deux portes de style et d’âge différents. Avec sa forme en arc brisé et la moulure en chaîne hexagonale qui l’accompagne, la plus ancienne des deux portes — placée à gauche — correspond au style urbain du xvi-xviie siècle (fig. 137). Devenue d’un accès difficile à la suite du relèvement du sol de la rue, elle est aujourd’hui entièrement murée704. La seconde porte s’ouvre normalement (à droite) sous l’arc surbaissé à la mode au xviiie siècle, avec moulure et stalactites décoratives. Deux impostes élevées surmontent chacune des deux portes, au-dessous de l’encorbellement de l’étage formant auvent. Celui-ci est pourvu de deux mašrabiyyāt d’importance inégale qui annoncent la présence en façade des principaux appartements supérieurs (qā‛a)705706.

PLANCHE LXXVIII

PLANCHE LXXVIII

Carte de Būlāq (d’après la Description).

Intérieur

  • 707 Reléguées à l’écart des lieux d’habitation.

396De part et d’autre, les deux portes aboutissent également, par le détour habituel, à la cour centrale. La première entrée constituait cependant une antichambre plus large, doublée, en outre, d’une pièce permettant d’accueillir des visiteurs ordinaires, en l’absence d’une salle basse donnant sur la cour. Près de celle-ci, la seconde entrée, plus étroite, dispose de latrines707.

  • 708 Dimensions (moyennes) : 8,00 × 4,50 m.
  • 709 Afin d’ajouter un logement supplémentaire à leur maison, les habitants actuels ont condamné l’ouve (...)
  • 710 Orientées le plus souvent au Nord, sinon à l’Ouest.
  • 711 Pièce rectangulaire couverte d’un plafond peint (bleu-vert) et orné d’un réseau losangé à baguette (...)

397Malgré les transformations qui ont été apportées à cette maison bourgeoise, il est possible de déceler l’essentiel de sa configuration originelle. Ainsi y avait-on adopté, à l’exemple des demeures plus importantes, salāmlik et harem. Au bout d’une cour rectangulaire de dimensions réduites708, se dressait auparavant, face à l’entrée, la loggia — qui nous est familière — d’un maq‛ad à deux arcs brisés outrepassés surmontant les communs inférieurs709. Seule, son ouverture au Sud-Est distingue cette pièce élevée des autres maq‛ad en usage au Caire710 Par contre, l’orientation au Nord généralement recherchée a été donnée ici à un portique s’ouvrant sur la cour, au rez-de-chaussée, et aménagé sous sa forme actuelle — avec colonne médiane — au siècle dernier. Aussi devait-on utiliser cet endroit, proche de l’ancienne entrée, comme taẖtabuš avant sa transformation tardive en pièce d’accueil711.

  • 712 Nous connaissons d’autres exemples de demeures citadines de même époque bâties seulement sur trois (...)

398Alors que la cour est bordée d’un mur aveugle, côté Nord (et ruelle)712, le côté Sud se termine par une cage d’escalier à ciel ouvert, entre taẖtabuš et maq‛ad. Son accès sur la cour est marqué par la seule porte de cette maison qui soit ornée d’un linteau sculpté. Il s’agit, en effet, de l’entrée d’honneur d’un escalier conduisant également aux belles pièces du salāmlik (maq‛ad) et du harem (qā‛a).

  • 713 Courette rappelant les cours particulières, dites du harem, rattachées également aux cuisines — Ğa (...)
  • 714 Afin de suppléer à l’absence de malqaf et de manwar.

399Sur la courette inférieure713 de cet escalier devaient donner jadis cuisine et autres pièces domestiques pour la commodité du service des maîtres et de leurs hôtes. A cet effet plusieurs volées tournant sur elles-mêmes à angle droit desservent les deux parties principales de la maison : à l’Ouest le maq‛ad augmenté d’une chambre annexe ; à l’Est les appartements privés. Une antichambre, avec latrines, y précède un couloir aboutissant à la grande salle de séjour du harem et à la chambre de repos aménagée dans son prolongement. En dehors des deux balcons à moucharabieh qui agrémentaient cet ensemble, on s’est préoccupé d’en améliorer la ventilation intérieure par l’ouverture de plusieurs fenêtres au Sud, au Nord et à l’Ouest714. Ainsi recherchait-on, comme ailleurs, la meilleure adaptation possible aux différentes heures du jour et aux différentes saisons de l’année.

  • 715 La rue Darb al-Masa‛ūd montre elle-même les vestiges d’une façade de maison bourgeoise, remontant (...)

400En raison de la richesse passée de son négoce, on peut supposer que Būlāq devait posséder autrefois, non seulement des répliques du Bayt Dabbūsiyya, mais aussi des imitations de demeures plus importantes de la Capitale retenues comme modèles entre le xvie et le xviiie siècle715.

  • 716 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistèle (1482-1483), I.F.A.O., Le Caire, 1976, pp. 56-60.
  • 717 Légumes, salades, fruits, palmiers-dattiers (très grands et très longs), bananiers, orangers, citr (...)

401Vers la fin du xve siècle, à la veille de la Domination ottomane, le voyageur Joos Van Ghistèle nous a laissé de sa visite à l’ancien port du Caire une description séduisante716 : « [Boulaq] n’a ni portes ni murs et s’étend le long du Nil. On y voit de belles et riches maisons pleines de toutes sortes de marchandises possibles et imaginables. Car à cet endroit se trouve le principal entrepôt des marchandises amenées par bateau au Caire de toutes les régions avoisinantes... On y voit toutes sortes de belles petites maisons de plaisance, toutes sortes de plantes délicates et odoriférantes, des fruits de toute espèce...717. Les Seigneurs, les notables et les marchands passent leurs loisirs dans ces vergers et jardins ; ils y passent souvent dix ou douze jours sans sortir, certains dans de petites maisons, d’autres dans des tentes, d’autres dans de petits pavillons. Ils se font apporter là leurs repas et boissons et ce qui leur est nécessaire. On y voit beaucoup de femmes venir se promener et rendre visite aux leurs, s’amuser beaucoup, de telle sorte qu’en vérité, ils vivent là comme au paradis ».

Notes

1 Voir supra, A. Raymond.
Jean-Léon l’Africain, Description de lAfrique, 3 vol. Paris, 1896, pp. 504 « La ville est bien pourvue d’artisans et de marchands. Ils sont tous établis dans la rue qui va de Bab en Nasre à la porte de Bab Zuala. C’est là que se trouve la plus grande partie de la noblesse du Caire ». A. Raymond, op. cit., p. 369 « Les bourgeois, marchands aisés et cheikhs, habitaient de préférence al-Qahira... ».

2 Description de l’Afrique, p. 506. En soulignant l’importance de ces faubourgs qui comptent déjà 12 000 feux au xvie siècle, l’auteur rapporte l’existence d’une même population de choix que dans la Cité. « Beaucoup de gens ont leur boutique dans le faubourg et leur habitation dans la cité et réciproquement ».
A. Raymond, op. cit., p. 370. Vers le milieu du xviiie siècle, la ville s’étend vers le Sud.

3 Id., p. 369.

4 Id., p. 370. Au xviiie siècle, on peut observer l’installation de plus en plus fréquente des « Grands » autour de la Birkat al-Fil.

5 Id., p. 355.

6 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane au Caire, in Mémoires I.F.A.O., Le Caire, 1972, p. 1 à 16.

7 lbid. Propriété des Waqfs, en 1899, au moment où les experts du « Comité de conservation » considèrent ce bâtiment comme une ruine, avec quelques parties bien conservées ». A la suite de sa restauration, celui-ci fut d’abord affecté à des ateliers de l’École des Beaux-Arts. Il est occupé aujourd’hui par le Centre de Documentation de la Direction des Antiquités Égyptiennes.

8 Id., p. 3. « Le nom de Ǧamāl al-Dīn figure en deux endroits du monuments : sur la frise qui se développe dans le maq‛ad au-dessous du plafond (Pl. II) et sur le linteau d’un īwān de la qā‛a du 1er étage... ». Par la suite l’édifice passa dans les mains d’une certaine Fatma Choueikar qui l’érigea en waqf ». Actuellement propriété de l’État.
A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas, 1973-1974, pp. 257-295, 403, 409, 580. Ce riche négociant possédait une petite wakāla proche de la Qaṣāba (voir infra — Bayt al-Mūllā).

9 Mosquée du xiie siècle avec cour à ciel ouvert (ṣaḥn). Restaurée au xviiie siècle. Classée n° 109. Cf. J.M. Rogers, Encycl. Islam, Al-Ḳāhira, p. 437.
A. Lézine, op. cit., p. 14. Description de la façade de Ǧamāl al-Dīn.

10 Tournée au Sud, cette façade est bordée, à son début, par une rangée de boutiques. Il en était souvent ainsi pour des monuments plus importants, religieux et civils, cf. A. Raymond, op. cit., p. 366.

11 Hauteur des assises : 0,31 m.

12 A. Lézine, op. cit.
Encorbellement sur lequel sont accrochées deux mašrabiyyāt d’exécution postérieure à la fondation de la demeure.

13 A. Raymond, op. cit., p. 366.

14 Palais et maisons du Caire, 1, 1982.

15 Palais du Caire, III, 1979. Voir portes de Zaynab H̲ātūn et d’al-Ġūrī, près de la Mosquée al-Azhar.

16 Cette taille complexe faite de 8 claveaux à courbes et contrecourbes, sera également utilisée dans différentes parties du maq‛ad (linteau du portail et plate-bande appareillée de la façade).

17 Voir Palais du Caire, I, 1975, passim.
Cette moulure rejoint un large bandeau sculpté et étoile, couronnant les deux montants, à la base de l’arc brisé. A. Lézine, op. cit., p. 14.

18 Porte à un seul battant munie d’un heurtoir (anneau de fer), se rabattant sur le côté droit. Haut. 2,85 m ; larg. 1,75 m. A. Lézine, op. cit., p. 15.

19 Entre deux niches verticales à fond plat. Mastaba : haut. 1 m ; larg. 2,32 m ; profond. 1,90 m.

20 Sur l’usage des mastaba par les commerçants du Caire, cf. A. Raymond, op. cit., p. 366.

21 Une coutume de même nature a été observée en Afrique du Nord, cf. J. Revault, Palais de Tunis.

22 Pièce couverte d’une voûte en briques (à droite, en entrant), fermée par une petite porte à arc persan.

23 Renforcement de la protection du couloir d’accès par son compartimentage et la multiplication de ses portes. Des dispositions semblables étaient prises autrefois à l’entrée des grandes demeures citadines du Maghreb.

24 A comparer avec certains couloirs d’entrée du xve siècle, conservés notamment à l’entrée des demeures ottomanes de Qiridliyya et de Sitt Wasīla (xviie siècle).

25 A. Lézine, op. cit., p. 4. Dimensions de la cour — actuellement dallée avec jardin central — 13,70 m × 10,50 m.

26 lbid.

27 lbid., p. 5. Haut. 5 m ; larg. 2,30 m : profond. 0,70 m.

28 Placés aux extrémités de la cour, escaliers et couloirs laissaient aux appartements leur plein développement à l’intérieur de chacun des quatre côtés avec libres ouvertures sur la façade. C’est pourquoi cette règle est également suivie dans les maisons urbaines nord-africaines. Cf. G. Marçais. La Maison citadine d’Alger et la Maison citadine tunisienne, in 7e Cahier des Arts et Techniques d’Afrique du Nord, 1974, pp. 42-62.
Ici, on compte, au rez-de-chaussée, deux couloirs de communication et quatre escaliers. Leurs portes sont parfois surmontées d’impostes barreaudées pour l’éclairage intérieur. Près du couloir d’accès à la cour, un défoncement est réservé au puits.

29 A cet endroit, s’élève maintenant une habitation à étages édifiée au siècle dernier. Voir infra.

30 A. Lézine, op. cit., pp. 4 et 5 (2).

31 A l’exception du taẖtabuš (portique d’accueil).

32 Le style architectural de ce portail pourrait être rapproché de celui des portails d’honneur, à l’entrée des maq‛ad du Palais de Qāyt bāy et de la Medrasa d’al-Ġūrī.

33 Linteaux formés de cinq claveaux à découpage curviligne (haut. 0,62 m), arc de décharge à 7 claveaux sur tympan de faïence ottomane ; porte à un seul vantail, haut. : 2,35 m ; larg. : 1 m.

34 Entre deux murs élevés, escalier étroit de 10 marches.

35 Le palier supérieur est pourvu d’une mastaba pour le gardien chargé de veiller à la fois sur l’entrée du maq‛ad (à gauche) et la porte d’une chambre de repos (avec latrines, à droite). De ce côté un haut défoncement à arc trilobé devait être affecté à des jarres d’eau, auprès d’une fenêtre barreaudée ouverte à l’Ouest.

36 Dimensions de la loggia : larg. 7,20 m ; profond. 5,10 m ; haut. 6,70 m environ. Largeur de l’allée : 1,08 m : hauteur de l’īwān : 0,10 m.
Mastaba (avec mašrabiyyd) Larg. 3,55 m ; profond. 2,30 m.
D’après A. Lézine, le balcon à moucharabieh installé au fond du maq‛ad y aurait peut-être été ajouté tardivement : op. cit., p. 8 (9). Sur les plans comparés de divers maq‛ad, voir pp. 46-51.

37 La double arcade du maq‛ad est fixée, à sa base, à une balustrade de bois plein, plus haut, à deux tirants en bois.

38 Outre la date de fondation inscrite sur la frise du maq‛ad, celle-ci comporte la date de restauration du bâtiment (1216 H).

39 Grâce à un étroit couloir longeant le ḥammān et débouchant sur l’allée du maq‛ad.

40 Une antichambre, qui sépare actuellement la cour et la mandara, comporte un escalier desservant les nouvelles pièces aménagées à l’étage. Elle est suivie (côté Nord) de plusieurs maẖzan ouvrant sur la cour.

41 La construction d’un étage au-dessus de la mandara ayant entraîné la suppression de ses malqaf et mamraq, on a été tenté d’y suppléer par des ouvertures murales.

42 Loge accessible auparavant par un escalier relié à une chambrette inférieure.

43 Jusqu’au niveau supérieur des portes et placards (environ 2 m).

44 Cet escalier se prolongeait ensuite jusqu’aux terrasses.

45 Côté Est.

46 A. Lézine, op. cit., pp. 48-50.

47 Dimensions de la qā‛a : long. 16,40 m ; larg. 4,20 m.

48 Aménagement sans doute tardif d’une grille à moucharabieh au-dessus de la rue Ḥušqadam. Cf. A. Lézine, p. 10.

49 lbid. A. Lézine émet également des réserves au sujet de l’ancienneté des fenêtres ouvertes sur la cour (côté Ouest). Elles devaient permettre de pallier en partie la disparition du malqaf d’aération.

50 Id., p. 12. Les deux panneaux grillés encore visibles à l’extrémité du plafond (Nord) correspondaient au malqaf. « Faits pour capter le vent du Nord qui s’établit régulièrement au Caire, en été, peu après le coucher du soleil, ces malqafs étaient des auvents légèrement construits, dont peu d’exemplaires sont parvenus jusqu’à nous. Insufflé à l’intérieur de la qā‛a par les « panneaux » du plafond, l’air frais y pénétrait, chassant l’air chaud accumulé dans la salle, qui s’échappait alors par les ouvertures du tambour octogonal de la coupole (mamraq) de la dūrqā‛a.
L’existence passée du malqaf et celle du mamraq permettent d’affirmer que cette partie du palais n’avait jamais comporté d’autres constructions au-dessus de la terrasse de la qā‛a ».

51 Plafond semblable à celui du maq‛ad, composé de 6 solives au-dessus du grand īwān (Sud) et de 3 solives au-dessus du petit īwān (Nord).

52 Maintien de cette ornementation de style mamelouk qui n’a pas été moins conservée dans le salin et les parements muraux de certaines mosquées d’époque ottomane. Cf. J.M. Rogers, op. cit., p. 437. Hauteur du sol des īwān : 0,27 m.

53 Aux ressauts verticaux des murs creusés de niches à fond plat et d’alcôves répond l’irrégularité des niveaux horizontaux, le sol s’élevant graduellement entre dūrqā‛a, īwān et mastaba.

54 Hauteur : 1,70 m à 1,90 m (= hauteur des portes et placards).

55 Alcôve de l’īwān Nord.

56 Visible à l’intérieur de chacune de ces loges, la construction des moucharabiehs est faite d’un solide cadre en bois traversé de deux barres horizontales entre lesquelles sont aménagées 2 étroites ouvertures supérieures et 3 inférieures. De là, les femmes du harem, assises ou debout pouvaient observer discrètement l’assistance en contrebas.
A. Lézine, op. cit., p. 11. « Le panneau de moucharabieh qui constitue la façade d’une loge repose sur un panneau plein en bois. Il est couronné par un alignement de cinq ouvertures découpées en arcs recticurvilignes... » avec cinq chassis basculant à tabatière.

57 Kurdī assez lourdement taillés et cannelés.

58 Vers l’Ouest.

59 Communication par une courette à ciel ouvert, entre qā‛a et ḥammām.

60 La possession d’un ḥammām privé ne semble pas cependant s’être opposé à la fréquentation des ḥammām publics, qui représentaient pour les femmes du Caire l’une de leurs distractions favorites. Sur les ḥammām cairotes, voir E. Pauty, Les Hammams du Caire, Le Caire, 1933 ; A. Raymond, Les Bains publics au Caire à la fin du xviiie siècle, Annales Islamologiques, VIII, Le Caire, 1969.

61 A. Lézine, op. cit., p. 8. Dimensions : porte d’entrée, 1,68 m × 0,67 m ; étuve : 2,12 m × 2,025, haut. 3 m.

62 Dimensions : 3 m × 3,30 m.

63 De sérieuses transformations ont été apportées par le « Comité », notamment dans la partie Nord.

64 Avec encorbellement au 2e étage.

65 Fenêtres d’importance diverse.

66 Procédé qui devait apparaître naturellement plus économique et plus rapide.

67 Ces consoles, aujourd’hui inutilisées, ont été maintenues même dépourvues d’encorbellement.

68 A cet étage se trouve un bain privé.

69 Conformément à une nouvelle mode architecturale en honneur au Caire vers la fin du siècle dernier.

70 Il n’a pas été possible de connaître, jusqu’à ce jour, le nom du fondateur de cette habitation.
Voir B. Maury, Palais et maisons du Caire, IFAO, IV, 1983. L’auteur cite une maḥkama datée de 1690 selon laquelle le Cheikh Mohammad al-Šabšīrī était alors propriétaire de la demeure qui porte son nom.

71 La ruelle al-Tetrī, joignant la rue al-Mu‛izz par la rue al-Rūm.

72 Sur la transformation de certaines rues du Caire en impasses, voir A. Raymond, Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles, Colloque International sur l’histoire du Caire, 1969, p. 365.

73 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas, 1973-1974.

74 Porte apparaissant aujourd’hui en contrebas, à la suite du relèvement du sol de la rue.

75 Imposte flanquée de deux panneaux carrés symétriques garnis d’une rosace sculptée à entrelacs.

76 L’emploi simultané de ces deux moulures correspond apparemment à une période de transition (fin xvie siècle ou début xviie ?).

77 Contrevents glissant dans un cadre rectangulaire, de chaque côté d’une petite mašrabiyya en saillie sur la rue. Ce type de fenêtre existe aussi au 3e étage du Bayt Šabšīrī (infra). De cette étroite mašrabiyya on voit souvent l’usage dans les rangées de fenêtres des wakāla et des rab‛, dès le xve siècle. Cf. P. Coste, Monuments du Caire, Paris, 1837.

78 Conservation d’éléments de construction anciens dans des bâtiments modernisés. La ruelle al-Tetrī était déjà fermée au xviiie siècle (cf. Plan Description).

79 Fixées par de solides clous, en haut et en bas de la porte, les pentures en maintiennent l’assemblage vertical des planches jointives. Un gros anneau de fer sert de heurtoir.

80 Barre à section carrée glissant dans le mur (côté serrure) où elle loge entièrement au moment de l’ouverture de la porte (épaisseur 0,08). Ce genre de fermeture a été observé ailleurs, notamment en Tunisie, cf. Palais de Tunis. Ici la défense de l’entrée est encore renforcée par l’emploi d’une barre de fer munie d’un crochet. Elle est fixée également dans l’embrasure de la porte — à l’opposé de la barre de bois —.

81 Antichambre : profondeur (entre porte et mastaba) 2 m ; hauteur du plafond : 4,10 m. Mastaba : larg. 3,08 ; profond. 1,95 m.

82 Maṣṭaba pourvue, comme celle de Ǧamāl al-Dīn, de deux niches latérales à fond plat : haut. 1,80 m ; larg. 0,97 m ; prof. 0,50 m.

83 Plafond restauré à solives transversales qui devait comporter autrefois une ornementation peinte semblable à celle du maq‛ad.

84 Voûtes brisées.
Hauteur du couloir : 4,20 m ; longueur : 4,80 m ; largeur : 2 m.

85 Cour : 9,32 × 7,50 m.

86 Configuration générale à comparer avec celle des autres demeures du Caire au xviie siècle.

87 Dimensions de la façade Sud : hauteur totale, (environ) 17 m ; rez-de-chaussée (communs), 3,95 m ; 1er étage (loggia du maq‛ad), 6,25 m ; 2e étage, 6,80 m.

88 Les encorbellements internes et externes indiquent l’élargissement sur rue et sur cour des pièces principales.

89 Correspondant à des plans différents, berceaux et voûtes d’arête sont construits en briques.

90 Arcs formés de 8 claveaux réunis par une clef médiane.

91 Porche : 3,50 m × 2,50 m ; haut. 4,20 m.

92 Porte des lattrines : haut. 1,50 m ; larg. 0,73 m.

93 A cette pièce d’usage domestique semble se rattacher un ancien couloir de communication (actuellement muré) avec une extension possible des bâtiments côté Ouest, vers la rue al-Dahab. Porte : haut. 2 m ; larg. 1 m.

94 Cuisine : 6,50 m × 5 m.

95 Cheminée : mesurant 3,50 m × 0,90 m. La comparaison de cette partie des communs avec d’autres éléments contemporains de même nature est assez difficile à établir, en raison de leur fréquente disparition.

96 Voir Palais du Caire, II, 1977, Palais Beštak, p. 11. Palais de l’Emir Ṭāz, p. 53.

97 Ici, l’emploi de la pierre de taille s’élève jusqu’au sommet du maq‛ad (10,20 m), au niveau de l’étage supérieur construit en briques.

98 Escalier en perron du maq‛ad — formé de 7 marches avec palier — : base 3,46 m × 1,21 m ; haut. 1,60 m — marches: haut. : 0,22 m ; larg. 0,28 m —.

99 Porte à linteau droit monolithe sous arc de décharge fait de 5 larges claveaux à crossettes ; le médaillon persan à double fleuron sculpté (en relief) sur la clef de l’arc rappelle ceux qui flanquent l’imposte du maq‛ad de Ğamāl al-Din, au-dessus de son entrée. Dimensions de la porte : 1,90 m × 0,98 m.

100 Escalier intérieur (à une volée) tournant à angle droit — perpendiculaire à l’escalier extérieur —.

101 Largeur de la double moulure en chaîne : 0,17 m.

102 Frise sculptée en biseau : long. 6,75 ; haut. 0,65 m (avec encadrement mouluré en chaîne).

103 Chapiteau égyptien rappelant la forme évasée des chapiteaux toulounides.

104 Balustrade en bois (darabzīne) formée de panneaux rectangulaires alternés verticaux et longitudinaux. Long. 6,25 m (épaisseur : 0,08 m). Mêmes proportions que la frise en pierre.

105 Sur les divers types de maq‛ad, voir A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane, p. 51.

106 Allée : long. 6,25 m ; larg. 1,05 m. īwān ; larg. 3,38 : (largeur totale 4,43 m). Hauteur du sol de l’īwān : 0,17 m.

107 Frise sculptée en biseau : long. 6,75 ; haut. 0,65 m (avec encadrement mouluré en chaîne).

108 Largeur : 0,85 m.

109 dulāb, pl. dawalīb ; portes des placards faites de panneaux assemblés en forme de swastika inclinés.

110 Dalles (0,75 m × 0,32 m) disposées transversalement dans le maq‛ad, longitudinalement dans l’allée.

111 Plafond restauré.

112 Sur les coutumes des femmes du Caire à l’époque mamelouke et au début de l’époque ottomane, cf. Léon L’Africain, Description de l’Afrique, p. 514 et ss. Ahmad ‛Abd ar-Razīq, La femme au temps des Mamlouks en Égypte, Le Caire, 1973, passim. Rappelons aussi l’édification de certains maq‛ad fermés qui étaient, paraît-il, réservés aux femmes (maq‛ad de Qāyt bāy et d’al-Ġūrī). Cf. Palais du Caire, T. I, 1975.

113 Cet endroit permettait en effet, de surveiller à la fois l’entrée du maq‛ad et l’un des accès au harem (côté Ouest).

114 Survivance d’un élément architectural de l’époque mamelouke (côté Est). A comparer avec les fenêtres de même type au Palais de Yašbak et les vestiges de son extension tardive (xve siècle), Palais du Caire, II, 1977, p. 46 (5).

115 Comme celui des chambres du harem, le plafond à solives apparentes de cette pièce était inférieur (environ 4,m) à celui des salles nobles.

116 Linteau monolithe sans arc de décharge (épaisseur : 0,45 m).

117 Porte : hauteur 2,20 m ; largeur 1 m. Ensemble supérieur en pierre compartimentée et sculptée : hauteur 2 m ; largeur 1,65 m. Imposte à moucharabieh (comme celle de l’entrée du maq‛ad), 1 m × 0,50 m.

118 Succession de volées, tournant à angle droit — avec paliers de repos — à l’intérieur d’une cage à ciel ouvert, contribuant aussi à l’aération des couloirs et appartements voisins.

119 En raison de la hauteur de plafond des grandes salles (maq‛ad, qāa) qui dépasse celle des autres pièces, l’indication des étages portée ici correspond au niveau des appartements ordinaires. — sans en oublier cependant leur fréquente dénivellation d’une pièce à l’autre.

120 En outre, le premier étage de l’aile Est, déjà occupé partiellement par une chambre du salāmlik, n’aurait pas offert un espace suffisant pour l’aménagement d’une qā‛a.

121 Superposition de deux chambres identiques au-dessus du porche (côté Ouest), īwān : 4,80 m × 3,50 m ; allée : 3,50 m × 1,05 m ; balcon à moucharabieh, 1,76 m × 0,76 m ; la grille inférieure en saillie est surmontée d’une grille murale compartimentée en svastika.

122 Sol couvert de rangées de dalles disposées en chevrons.

123 Hauteur : 4,05 m.

124 Placards : 1,70 m × 0,30 m.

125 Latrines : cuvette rectangulaire en briques (0,50 m × 0,30 m) avec orifice arrondi (diamètre, 0,18 m).

126 Indépendamment d’une loge de femmes donnant sur la première qā‛a.

127 Dont le plan est carré ou rectangulaire.

128 Correspondant aux deux īwān.

129 Partagés entre salāmlik et harem.

130 La longueur totale dépasse 14 m avec une largeur de 3 à 5 m.

131 Long, grand īwān : 6 m ; durqā‛a, 3,80 m ; petit īwān, 4,80 m. Le plus grand īwān (côté Sud) est surmonté des grilles de l’ancien malqaf.
Cf. A. Lézine, Trois palais, p. 48-50, étude comparative des qā‛a.

132 Solives à bords arrondis et entre-deux à caissons carrés et rectangulaires. Ornementation géométrique et florale. 3 et 7 solives transversales au-dessus des petit et grand īwān.

133 Les kurdī encadrent l’ouverture des īwān et des alcôves latérales. Les stalactites (muqarnas) constituent la principale ornementation des frises sous plafond de l’īwān Nord comme dans celles de la qā‛a de Ǧamāl al-Dīn (dûrqā‛a).

134 Les deux loges de la qā‛a (2,75 m × 2 m) surplombent soit la chambrette annexe (Sud), soit un dégagement (Nord-Ouest). Elles ont adopté un même modèle de grille formé de la superposition de cinq panneaux horizontaux fixé à un cadre de bois (2,15 m × 2 m). La partie inférieure est en bois plein ; intercalés entre trois panneaux à moucharabieh, les deux panneaux médians sont compartimentés avec réserve de cinq étroites fenêtres grillées (0,29 m × 0,23 m ; 2 en haut et 2 en bas).

135 Etoiles octogonales assemblées et répétées dans les portes des dūlāb.

136 Inscription propitiatoire « Allah Mohammad » entre deux vases symétriques dans la partie supérieure de la grille.

137 La couverture en terrasse du balcon est faite de solivettes et de planches sous une couche de fins roseaux et de terre mouillée. La carcasse en bois de la petite coupole est également recouverte de roseaux disposés verticalement sous une couche de plâtre et d’enduit (chaux et sable).

138 Cf. Description de ces loges aux xve et xvie siècles dans la waqfiya d’al-Ġūrī, n° 222. Dominant la qā‛a, elles étaient parfois pourvues d’une porte secrète et de toilettes. Affectées aux femmes du harem, elles pouvaient aussi permettre à certaines odalisques réputées par leur talent de chanteuse de se faire entendre — sans se montrer — au cours d’une cérémonie organisée dans la salle (Communications orales de Mona Zakariya et de Chafiq Abd al-Qader).

139 Située au 3e étage normal (ou 2e grand étage), la seconde qā‛a était surmontée autrefois d’une terrasse bordée d’une murette.

140 Avec sa balustrade basse, cette allée initiale semble avoir été introduite ici — en l’absence de communication latérale avec la dûrqā‛a — sous l’influence de certains salons ottomans. On reconnaît la même influence à Tunis dans l’évolution intérieure des palais beylicaux, aux xviiie et xixe siècles ; cf. Palais de Tunis et Résidences d’été.

141 Dallage « à bâtons rompus » se répétant — en dimensions réduites — dans la garniture inférieure des balcons à moucharabieh.

142 Ses larges ouvertures au Nord dispensent également cette salle du recours habituel au malqāf et au mamrāq. (Dimensions : 9 m × 4,10 m).

143 2,65 m × 1,34 m.

144 Le svastika apparaît aussi dans l’assemblage des contrevents (de même type qu’au premier étage).
Cf. A. Lézine, La protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Égypte. Des fenêtres supérieures du Bayt Šabšīrī, on découvre la proximité des minarets d’al-Mu‛ayyad élevés sur les tours de Bāb Zuwayla.

145 Cf. A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, Bulletin d’Études Orientales, tome XXVIII, 1975, p. 205 et ss. Extension des quartiers au Sud du Caire à la suite des premières constructions édifiées, en particulier au xive et au xve siècle, le long des principales voies de communication aboutissant à la Citadelle, Ibn Ṭūlūn et le Vieux Caire.

146 Murs Sud de la Mosquée élevée au ixe siècle.

147 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 53, 73, 76. L’état d’abandon et de ruine dans lequel le Comité trouva la Mosquée Ibn Ṭūlūn lui donnait sans doute l’aspect que présentait encore récemment la Mosquée fatimide d’al-Ḥakīm — édifiée dans le même style — La situation des deux habitations qui s’y trouvaient adossées n’était pas meilleure.

148 Vaste cour précédant la mosquée et ses différentes portes d’entrée, côté Est.

149 Id., pp. 52-53. Sur l’origine des deux manzil fondés respectivement en 1540 (Manzil Amna bint Sālem) et 1631 (Manzil al-Kirīdlīya).

150 Id., pp. 73 et 76. Musée connu aujourd’hui sous le nom de son créateur, Gayer Anderson, qui y installa ses collections d’art islamique en 1936 avant de les léguer à l’État Égyptien.

151 Id., passim.

152 L’extension de la double demeure avait dû aboutir, vers le xviiie siècle, à l’élévation d’un 3e étage (construit en briques). On désigne aussi le sabīl-kuttāb sous le nom de sabīl-maktab.

153 Portail restauré par le Comité, et renfermant une porte à deux battants. Les deux cartouches qui ont été ménagés de part et d’autre de l’entrée sont vides de toute inscription.

154 Disposition également fréquente, à l’entrée des monuments religieux et de certains bâtiments publics, tels que les wakāla.

155 Première moulure à boucles, apparue au Caire, entre la fin du xive siècle et le début du xve, où elle se substitua à la simple moulure en forme de tore des constructions mameloukes précédentes. Cf. Palais et maisons du Caire, C.N.R.S., T.I., 1982, passim.

156 Consoles à faible saillie limitée à une seule tête arrondie.

157 qā‛a aménagée parallèlement à la ruelle Ibn Ṭūlūn.

158 Cette dernière utilisation correspondrait alors à une coutume observée dans certaines villes nord-africaines. Cf. Palais et Résidences d’été de la Région de Tunis, 1974, p. 231.

159 Constructions religieuses et civiles. Voir Palais du Caire, III, 1979, p. 2 : porte d’entrée de la demeure de Zaynab Hātûn (xve siècle).

160 Doubles consoles de pierre à têtes arrondies et bases en stalactites supportent l’encorbellement de la qā‛a au voisinage du maq‛ad.

161 Dans le quartier al-Azhar, la demeure contemporaine de Sitt Wasīla possède une entrée de même type.

162 Absence de lucarne barreaudée au-dessus de la porte pour l’éclairage de l’antichambre.

163 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, p. 436.
A. Raymond, Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles, pp. 362, 367, 368, 369.

164 Au niveau inférieur de la fenêtre, une tablette en calcaire sur consoles taillées « en éventail » portait autrefois les gobelets destinés aux passants, leur permettant de puiser l’eau dans le bassin de marbre placé derrière la grille.

165 Moulures « en chaîne » et boucles hexagonales.

166 A comparer avec d’autres sabīl de même époque, tels que le sabīl de la wakāla de Qāyt bāy, près d’al-Azhar.

167 Disparition des inscriptions dans les cartouches surmontant linteau et arc de décharge.

168 S’agit-il d’une modification du kuttāb (ou maktab) originel qui serait intervenue au moment de sa restauration ?

169 Murs et voûtes appareillés comme ceux des entrées contemporaines rappelées plus haut.

170 A bords arrondis et entre-deux compartimentés.

171 L’inscription commémorative de l’entrée est rappelée dans les frises du maq‛ad et du sabīl-kuttāb. Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 53, 56, 64. A l’époque mamelouke, l’usage d’inscriptions semblables était déjà appliqué à l’entrée ou dans les salles d’apparat de certains palais et riches demeures. Cf. Palais et maisons du Caire. I, C.N.R.S., passim.

172 Vers la rue Ibn Ṭūlūn.

173 L’architecture mamelouke apparaît encore dans cette double voûte brisée. Dimensions moyenne de la cour : 8 m × 8 m.

174 Une troisième entrée a été ajoutée, vers 1936, pour l’accès des visiteurs du Musée.

175 Couverte en voûte appareillée au plafond en charpente.

176 Disparition probable de ces portails avant (ou pendant) les travaux de restauration entrepris par le Comité. Dimensions de la cour : 9,45 m × 6 m.

177 Avec son perron latéral ce portail rappelle ceux du maq‛ad Mamā‛ī et du maq‛ad du Palais de Qāyt bāy (xve s.). Cf. Palais du Caire, T. I. (C.N.R.S.).

178 Notamment l’entrée sur la cour et une porte voisine (dépendances sous le maq‛ad).

179 Ce type de portail s’apparente à la porte du harem du Palais de Qāyt bāy (xve) ainsi qu’à l’entrée du maq‛ad al-Ġūrī (xvie). Cf. Palais du Caire, I, 1975, p. 29 ; III, p. 36.
Les stalactites de pierre qui orenent le sommet du portail se répètent dans deux consoles latérales et se prolongent dans la corniche de l’étage (côté Est). Une moulure « en chaîne » identique à celle du maq‛ad forme l’encadrement général de l’entrée du harem.

180 Cour d’Āmna bint Sālim.

181 Cour d’al-Kirīdlīya. La fermeture de l’un des côtés de la cour par un mur aveugle n’est pas exceptionnelle auprès d’un monument public ou d’une rue. On en relève d’autres exemples au Caire (par exemple dans la cour du Manzil de Sitt Wasīla xviie s.).

182 C’est peut-être l’une des raisons pour laquelle l’ouverture du maq‛ad a dû être fixée ici vers l’Est, contrairement aux coutumes généralement observées.

183 Au-dessus des communications, communs et pièces du rez-de-chaussée.

184 Agrandissement apparemment tardif, édifié en briques, et pourvu sans doute d’un hammam.

185 A l’angle Nord-Est de la cour. On peut s’étonner du faible nombre de chambres qui subsistent aujourd’hui dans leur forme primitive et qui étaient habituellement annexées aux qā‛a.

186 Conformément aux exemples présentés plus haut (Manzil Ǧamāl al-Dīn et Bayt Šabšīrī).

187 Des pièces de réception de cette nature auraient été utilisées, semble-t-il, auparavant (Bayt Zaynab H̲ātūn, xve s.) et plus tard (Manzil Suhaymī, Palais Musāfirẖāna — xviiie-xixe s.).

188 Peut-être modifiée ( ?).

189 Comparable également à d’autres maq‛ad de même époque (maq‛ad de Sitt Wasīla, maq‛ad al-Mullā).

190 Joignant deux portes de communication à chaque extrémité de maq‛ad.

191 Profondeur différente des deux alcôves encadrées de kurdī et pavées de carreaux de faïence tunisoise (voir T. III, p. 61). Des placards muraux (dūlāb) flanquaient les deux côtés de la loggia.

192 Sous imposte à stalactites.

193 Ornementation traditionnelle : géométrique et florale (conservant l’emploi de médaillons persans).

194 L’exemple de ces inscriptions commémoratives venait de haut ; il était en honneur dans les palais du Sultan et des Emirs sous le règne des Mamelouks.

195 Effet de symétrie obtenu, soit dans l’affrontement de la double arcade du maq‛ad avec la double baie de la qā‛a surmontant le jumelage de l’entrée Nord, soit dans l’opposition des deux portails de salles nobles, salāmlik (maq‛ad) et ḥaramlik (qā‛a).

196 mašrabiyya surplombant l’entrée principale, dans la ruelle Ibn Ṭūlūn. Il est probable que le choix de deux ouvertures au Nord et à l’Ouest ait été déterminé pour pallier la suppression des malqaf et mamraq primitifs, lors de la surélévation du bâtimemt (dimensions de la qā‛a : 11,50 m × 3,80 m).

197 De leurs chambres situées à divers niveaux, les femmes pouvaient se rendre aux grandes salles de séjour et de réception.

198 Palais du Caire, III, 1979, pp. 70-72. Dimensions : 14,50 m × 4,50 m.

199 Palais du Caire, II, 1977, Palais Beštak, Yašbak, Emir Ṭāz, Alin Ak...

200 lbid., qā‛a al-Irsan, qā‛a Muḥibb al-Dīn al-Mu‛qqa (ou ‛Otmān Katẖuda).

201 lbid., III, qā‛a Zaynab Hatūn, qā‛a al-Fāsī...

202 Malgré la disparition des anciens parements de marbre.

203 Le plafond s’étend maintenant au-dessus de la dûrqā‛a, à l’emplacement du lanterneau (non restauré).

204 Grilles à moucharabieh pourvues des étroites ouvertures habituelles — fermées « en tabatière ».

205 Grâce à l’utilisation du percement des créneaux d’Ibn Ṭūlūn (murs Sud), la galerie Nord et les pièces attenantes pouvaient bénéficier d’une bonne ventilation et d’un éclairage suffisant.

206 Chambre de repos aménagée près du petit īwān.

207 Une antichambre la sépare de la qā‛a voisine du maq‛ad.

208 Dimensions : 8,80 m × 7,50 m.
On pourrait rapprocher la conception particulière de cette qā‛a de celle de la salle haute qui surmonte le maq‛ad du Bayt Šabšīrī.

209 Escalier séparé de la cour par une antichambre, près de l’entrée sur la cour (côté Est).

210 La pièce inférieure est pourvue d’un salsabīl à stalactites de bois doré et peint séparant des placards aménagés dans des niches à arc persan. Palais du Caire, III, 1979, p. 60-61.

211 Supra. lbid., III, p. 53. E. Pauty, Les palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 38.

212 Léon L’Africain, Description de l’Afrique, II, p. 504-505. A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, Bulletin d’Etudes Orientales, T. XXVIII, 1975, pp. 202-213. Artisans et commerçants au Caire au XVIII’ siècle, Damas, 1974, 2 vol.

213 G. Delanoue, Les Musulmans, L’Égypte d’aujourd’hui, Permanence et changements 1805-1976, Paris, 1977, p. 27 et ss, J. Jomier, La culture musulmane aujourd’hui, p. 44 et ss. ibid.

214 A. Raymond, Deux familles de commerçants fasis au Caire à la fin du xviiie siècle, Revue de l’Occident musulman, 1973, pp. 269-273.
Deux commerçants de Byblos et de Saida au Caire, à la fin du xviiie siècle, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, 1970, pp. 411-418.

215 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane au Caire, Le Caire, 1972, p. 35.

216 Id. (1). « Le secteur de la vieille ville dans lequel se trouvent ces deux palais comporte de nombreuses ruines ».

217 Id. Expropriation de l’immeuble intervenue seulement après la seconde guerre mondiale.

218 Id.

219 Voir les Palais d’al-Razzāz et de Riḍwān bey ainsi que le Manzil de Ğamāl al-Dīn...

220 Portes correspondant notamment aux dépendances. L’une de ces portes est encore visible, avec son arc brisé sous consoles de pierre — appartenant à un étage disparu —.

221 L’uniformité de la façade n’est atténuée qu’à son extrémité (Nord-Ouest) par un seul encorbellement sur consoles de pierre.

222 En bas, couloir reliant la cour intérieure à la 2e porte d’entrée (Nord-Ouest) ; en haut, communication entre deux escaliers, au niveau du 1er étage.

223 Trois Palais, p. 36. « On pénètre actuellement dans le bâtiment par une autre porte située à 29 mètres de la précédente, vers l’Ouest, et qui a, sans doute, été percée à une époque beaucoup plus récente, son seuil étant au niveau du sol actuel de l’impasse ».

224 Hauteur approximative de la porte : 3,30 m ; largeur : 3 m. Formé de 9 claveaux à crossettes (épaisseur 0,21), l’arc brisé de l’entrée est souligné par une moulure arrondie et surmontée d’une forte boucle avec inscription gravée. Une chambre — aujourd’hui en ruine — surplombait la rue à cet endroit, en reliant, semble-t-il, les deux côtés.

225 De dimensions réduites, cette entrée de type traditionnel est couverte d’une voûte brisée.

226 A rapprocher de la sauvegarde du maq‛ad al-Mullā (xviie s.).

227 Ces constructions ont probablement été réalisées à des époques différentes.

228 Côté Nord (voir supra).

229 Disposition rappelant celle du Bayt Šabšīrī. On y trouve aussi des latrines (porte à arc persan) destinées, sans doute, au portier et aux visiteurs.

230 Chaîne et boucles hexagonales.

231 Il s’y ajoute un abreuvoir de calcaire appuyé au mur Nord de la cour.

232 L’usage du portique d’accueil (taẖtabuš) paraît encore assez peu répandu, entre le xvie et le xviie siècle.

233 Trois Palais, p. 39-40. « Toute la façade du maq‛ad : 2 arcs sur colonne centrale, a été reconstruite après 1945...
Le plafond à solives apparentes décorées de peintures et de dorures est ancien. Il est comparable à celui du maq‛ad de Ğamāl al-Dīn à cette différence près que le décor peint est ici assez grossier.
Sous le plafond, la corniche en gorge est remplacée par une grande frise plate, couverte d’inscriptions...
Le mur du fond est bordé d’un passage dont le sol est en contrebas de 0,21 m du restant du maq‛ad.
La grande niche du fond comporte un linteau, soulagé par deux kurdī. Les quatre autres niches du maq‛ad devaient correspondre à des placards ».

234 Ces loges devaient également être affectées, selon le cas, à des chanteuses-musiciennes. Elles sont aujourd’hui entièrement détruites, cf. Trois Palais, p. 40.

235 lbid. « Un passage de 1,25 m de largeur longe le maq‛ad à l’Est. Il conduit à une salle importante, qui prenait principalement jour sur la cour...
Cette pièce mesure 3,80 m de large sur 8 m de profondeur... L’ouverture sur la cour a 2,70 m de large environ...
Des montants et traverses décomposent les grilles de moucharabieh en douze panneaux : cinq en haut et en bas, deux au milieu...
En bas, petites ouvertures en tabatière.

236 Id., p. 41. Ces peintures murales peuvent être comparées à celles qui ornent la qā‛a de ’Ali Katẖuda auxquelles elles sont inférieures.

237 Id., p. 42.

238 Id., p. 40-41. « Le sol de la salle est en dalles de calcaire et se trouve à un niveau inférieur...
Le plafond est constitué d’un solivage apparent qui semble assez récent... ». Certains renfoncements présentent des plafonds à baguettes à dessin d’hexagones et de petits triangles.

239 On pénétrait, selon la coutume, par la dûrqā‛a orientée Est-Ouest.

240 Ce couloir était situé entre la rue al-Ennabī et la mandara.

241 Communiquant autrefois avec les dépendances situées au Sud de l’immeuble, ce second couloir a disparu.

242 A l’exception du plafond conservé à l’extrémité Ouest de la salle.

243 Id., p. 38. « La mandara est une très grande salle puisqu’elle mesure plus de 21,50 m d’Est en Ouest, pour une largeur de 5,80 m environ. Elle est très ruinée et a perdu notamment tous ses plafonds ». Hauteur approximative : 9,60 m.

244 Malgré certains remaniements qui ont modifié la physionomie initiale de la salle.

245 Dimensions de chacune des alcôves : largeur : 3,50 m ; profondeur : 2,30 m environ.

246 Cependant, cet empiétement ne dut pas modifier le rôle du malqaf.

247 Escalier restauré près de la seconde entrée (côté Ouest).

248 En raison de l’effondrement du couloir et de l’escalier de communication voisin.

249 Id., p. 43. « Les dimensions de cette qā‛a sont réduites : 12 m de long sur 3,30 de large environ. Elle comporte la division tripartite habituelle en une dûrqā‛a et deux īwān, celui de l’Est étant plus grand que l’autre...
Le sol des īwān est composé de dalles de calcaire. Celui de la dûrqā‛a, en contrebas comme d’habitude, était habillé d’un dallage polychrome en marbre à dessins géométriques, aujourd’hui ruiné ».

250 Face à la grille de la salle de réception annexée à la mandara.

251 Remparts séparant la ville d’un cimetière extérieur (Est).

252 Sur le Manzil Ḥarāwī, voir B. Maury, op. cit.

253 Muḥammad Ḥarāwī aurait exercé les fonctions de médecin à l’Hôpital (mustašfa) de Qaṣr al-‛Aïnī (Communication de Mona Zakariya).

254 Portail cintré à l’italienne dont l’imposte en fer forgé renferme la date 1299 H/1881-1882.

255 Ce quartier était habité également par des personnages religieux, notamment des cheikhs de la Mosquée al-Azhar.

256 Les deux inscriptions, datées également de 1133H/1720-1721, semblent désigner un même personnage, l’une sous un nom complet « AI-Hāağ Ahmad Yūsof al-Sayaf̄i », l’autre sous une appelation limitée à « Al-Mas‛ūd Aḥmad ».
Voir infra.
E. Pauty, op. cit., p. 80. L’auteur date « la maison waqf El-Herraoui » de 1144H/1731.

257 Cf. B.C. de 1933 (séance du Comité du 25-7-1925), le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe adopte les mesures de classement (n° 446), d’acquisition (sur les crédits du Gouvernement) et de restauration de la « maison d’Al-Herrâoui, Harat al ’Aïni, à al-Azhar ».
L’acquisition doit être réalisée auprès des « héritiers de ‛Abd al-‛Aziz-pacha al-Herrâoui et Hussein effendi al-Herrâoui, co-propriétaires de 14 kirats dans cette maison, dont 10 kirats relèvent du waqf de Abd al-Rahmân al-Herrâoui, géré par le Ministère des waqfs ».
Par la suite, lors de sa réunion du 19-2-1940 (B.C. 1944, pp. 269-270), le Comité décidera l’affectation de 300 l.e. aux travaux de consolidation de l’édifice, en prévoyant l’utilisation d’une partie des bâtiments à un dépôt d’antiquités, pour répondre au désir du Musée arabe du Caire.

258 De l’ancienne porte, seule semble avoir été conservée la boucle supérieure en pierre sculptée qui apparaît aujourd’hui insérée dans le mur, au-dessus de la nouvelle entrée. Comme la boucle de la porte de Bayt Wasīla, celle-ci renferme une inscription gravée.

259 A plus de 5 mètres au-dessus du sol (côté Nord-Est).

260 Comme ce fut également le cas pour l’entrée de la demeure de Sitt Wasīla.

261 Afin de permettre l’accès direct de la cour aux montures — sinon aux voitures — à l’exemple des palais citadins (Rīdwān-bay, al-Razzāz).

262 Hauteur actuelle de la porte : 2,90 m ; largeur : 1,95 m.
La moulure de l’arc s’élargit en bandeau horizontal à la base des arcs. Le même appareil est utilisé dans les murs en pierre de taille jusqu’au premier étage (5,20 m) — dimensions des pierres : long. 0,40/0,45 m ; larg. et haut. 0,30 m — remplacée plus haut par des briques.

263 Au dehors comme au dedans, cette disposition particulière rappelle celle des habitations collectives (rab) du Caire. Voir infra.

264 Un aménagement de même nature a été observé dans la cour des Palais de Qāyt bāy et d’al-Razzāz, pour abriter les montures des maîtres — chevaux, mules.

265 Disposant apparemment d’une chambre voûtée ouvrant dans une porte à arc persan — particulière à certains communs.

266 Comportant peut-être un porche destiné à recevoir des visiteurs de condition modeste.

267 Reconstruction tardive de la partie Ouest, près de l’entrée. Voir infra.

268 Actuellement mur aveugle comme celui du Bayt Wasīla qui borde la même ruelle d’accès.

269 Les vestiges de la porte d’un maq‛ad n’ont été découverts que dans une demeure voisine en ruines — côté Est. Rien ne prouve que cette ancienne loggia ait pu appartenir autrefois au Manzil Ḥarāwī.

270 Plus tard, ces ouvertures seront partiellement murées et remplacées par des fenêtres plus étroites (au xixe siècle) dans le but de consolider les murs de l’ancien taẖtabuš et de moderniser l’aspect de celui-ci.

271 Nous sommes loin de l’élégante ornementation florale dont les sculptures sur pierre paraient souvent linteaux et trumeaux des portes et fenêtres à la fin de l’époque burğite.
Un nouveau décor d’aspect archaïque, fait de rosaces, losanges, triangles, chevrons, etc. est désormais appliqué le plus souvent à l’encadrement d’une porte, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur d’une riche demeure ou d’un palais.

272 Dimensions intérieures : 10 m × 5,50 m.

273 Surmontée des deux consoles supérieures jumelées d’un encorbellement, l’ouverture principale — 4,50 m (large) et 4,80 m (haut) environ — fut peut-être garnie autrefois d’une grille en bois tourné à larges mailles.

274 Dont celle de droite servait, sans doute, de porte.

275 Faite de claveaux à crossettes.

276 Chevrons, fleurs épanouies, palmettes.

277 Caractères jaunes sur fond bleu (voir supra).

278 Voir infra.

279 Bien qu’une même date et un même nom se répètent dans cette pièce et la qā‛a supérieure, la différence de style qui ressort des deux salles voisines incite à croire à une fondation antérieure du taẖtabuš ; la date qui s’y trouve inscrite correspondrait-elle alors à une restauration du plafond avec consolidation des murs au moment d’en établir le soutien d’une nouvelle qā‛a ?

280 Disposant, comme les abords de la mandara du Bayt Wasīla, d’un puits et de latrines.

281 Dimensions de la salle : 17 m × 6 m.

282 Cf. A. Lézine, Trois Palais, pp. 47-49, voir tableaux comparatifs des mandara.
La hauteur du plafond des īwān ne s’élève plus ici qu’à 6,50 m, alors qu’elle pouvait atteindre 10,50 m dans les qā‛a de la fin de l’époque mamelouke (xve-xvie s.).
Emploi de solives arrondies au-dessus des petit et grand īwān.

283 Portes des placards faites de l’assemblage de petits panneaux carrés et rectangulaires en forme de swastika. L’envers de ces portes apparaît très sommaire.
Plus tard de larges placards garniront aussi l’extrémité des grandes salles.

284 Cet emplacement pouvait-il encore trouver son utilité, en facilitant la communication de certains ordres à la domesticité — par la fenêtre donnant sur la courette — les jours où fête et réception étaient organisées dans la mandara ?

285 Il n’est pas douteux que, sous son aspect actuel, le couloir menant à la cour et à l’escalier du harem résulte de la transformation d’une ancienne antichambre, dans le but de renforcer le support de la qā‛a (voir infra). Primitivement, l’escalier qui desservait l’entresol devait s’appuyer, d’une seule volée, contre le mur, avant de tourner à angle droit contre le nouveau mur de soutènement intérieur.

286 Cf. A. Lézine. Trois Palais d’époque ottomane. A propos de la cour du harem de Ğamāl al-Dīn, p. 5.

287 Ou cour secondaire. Dimensions : 6,50 m × 3,50 m.

288 Des latrines devaient s’y trouver auprès de l’antichambre inférieure, comme elles se répéteront à plusieurs niveaux dans les antichambres supérieures. De même, escaliers et couloirs bénéficiaient-ils d’une ventilation soigneusement établie grâce aux fréquents puits de lumière et d’aération s’élevant jusqu’aux terrasses.

289 Alignement Nord-Sud des trous d’aération dans les bâtiments proches de la courette du harem.

290 Couvert en charpente, cet accès mesure 2,50 m de large et 5,40 m de haut.

291 Sur la cour intérieure, porte à un seul vantail avec portillon.

292 Aménagement semblable à celui qui a été décrit près de la mandara de Sitt Wasīla.

293 Les principaux étages ont été affectés ici aux salles nobles, les niveaux intermédiaires correspondant aux pièces ordinaires.

294 Ainsi peut-on observer la divergence de ces divers escaliers dans les directions suivantes : couloir de la a, pièce au-dessus de l’antichambre (de l’entresol), chambre de repos surmontant la chambre annexe de la mandara, couloir des appartements sur la mandara (2e étage).

295 Il arrive cependant que certaines volées ne tiennent que par la solidité de l’assemblage des marches entre elles et leur fixation murale limitée aux deux extrémités de l’escalier (ou paliers).
Les proportions des marches varient entre escaliers inférieurs et supérieurs : par exemple 1° longueur, 1,10 m ; largeur, 0,26 m ; hauteur, 0,15 m ; 2° longueur, 0,82 m ; largeur, 0,30 m ; hauteur, 0,28 m.

296 De même s’étonne-t-on de l’absence fréquente de rampe.

297 Aucune construction ne surmonte voûtes et coupole d’un hammam, public ou privé.

298 Lieu affecté probablement à la surveillance et au service du hammam et de l’antichambre.

299 Conformément au mode de construction appliqué à d’autres bâtiments, en particulier à certains rab.

300 Rappelons que la pièce annexe de la mandara repose également sur des communs. Elle est surmontée par un double plafond en charpente renforcée par de solides poutres. La chambre de l’entresol mesure 4,70 m × 3,60 m (sans compter la largeur de l’allée d’accès = 1,00 m) avec une hauteur de plafond de 3,50 m. Épaisseur des murs extérieurs : 0,80/1,00 m.

301 Large baie (2,50 m × 1,80 m environ) dont il ne subsiste que le bâti. Divisé en trois panneaux, celui-ci devait comprendre une petite mašrabiyya centrale, entre deux grilles fermées par des contrevents extérieurs. Comme d’autres portes et fenêtres donnant sur la cour Sud, une imposte de bois plat, découpé et assemblé (manğūr) surmonte la grille de la chambre.

302 Ouvertures barreaudées fermées intérieurement par des volets de bois plein. Dimensions de chaque fenêtre : 1,50 m × 0,65 m.

303 En raison de leur proximité des grilles de l’ancien malqaf.

304 A l’extrémité Nord de la mandara, trois ouvertures barreaudées identiques ne donnent que sur un étroit couloir — actuellement muré.

305 Ou remaniée (voir infra).

306 Pourvu d’une haute niche (à arc supérieur trilobé) qui devait être affectée à une ou plusieurs jarres d’eau. A côté se trouvaient des latrines.

307 A l’imitation des qā‛a bâties au-dessus de certains maq‛ad.

308 Avec la fermeture de ses anciennes baies.

309 Coupée par la construction d’une nouvelle pièce ajoutée au taẖtabuš.

310 Dimensions : 16 m × 6 m. Hauteur : 9 m/9,50 m (environ) — comme la mandara de Sitt Wasīla. Épaisseur murs : 0,80 m/1,00 m (côté cour, au Nord) ; 0,50 m (côté appartements, au Sud).

311 Hauteur : 9,00 m (environ), à 0,35 m du sol. Largeur : 3,95 m ; profondeur : 1,33 m.

312 Avec ses contrevents inférieurs de part et d’autre, la grande mašrabiyya affecte, à l’extérieur, une forme en Τ renversé.

313 Fenêtres en saillie à double usage : rafraîchissement de gargoulettes d’eau et vue en surplomb vers la cour.

314 Inscriptions superposées également exécutées en petits éléments de bois tourné et assemblé.

315 Aiguières, vases, minarets.

316 Deux portes d’accès s’opposent de chaque côté de la durqā‛a. Fermée de grilles en bois, la partie inférieure de l’alcôve centrale devait contenir des jarres d’eau fraîche (1,50 m × 1,85 m).

317 Placards. Hauteur totale : 2,52 m (base des dūlāb au-dessus du sol : 0,36 m ; hauteur : 1,86 m).
Certains placards ne dépassent pas la largeur d’une porte, conformément aux formes anciennes ; d’autres ont évolué avec des proportions plus importantes. Cependant la hauteur demeure la même pour l’ensemble des dawālīb — à deux ou quatre battants de bois assemblé en petits panneaux que complètent des rangées horizontales et verticales de niches arquées en bois découpé.

318 Un bandeau épigraphique, sous étagère peinte, couronne le pourtour des portes et placards.

319 Largeur et épaisseur des kurdī : 0,26 m.

320 A l’exception du marbre dont il ne reste que de rares débris de revêtement mural — lambris à rayures verticales noires et blanches.

321 Qui s’étendent, aujourd’hui, même au-dessus de la dûrqā‛a, à l’emplacement du manwār.

322 Remplacés maintenant par des immeubles neufs.

323 Une sorte de courette à ciel ouvert en précède le seuil, relié au couloir semi-circulaire d’accès à la qā‛a et pourvue d’une ancienne porte de communication aujourd’hui murée.

324 Six fenêtres hautes réparties entre les côtés Nord, Est et Sud de la pièce.

325 Dimensions de la fenêtre à moucharabieh : hauteur : 1,80 m (base surélevée de 0,35 m) ; largeur : 0,95 m.
Petite mašrabiyya inférieure : 0,85 m de côté ; profondeur : 0,40 m ; double contrevent se rabattant ; hauteur : 0,55 m ; imposte supérieure : hauteur : 0,24 m.

326 Dūlāb à deux corps (fermé par quatre petites portes) séparés et surmontés par deux rangées de niches assemblées en T.

327 Cette modernisation correspond, sans doute, aux transformations apportées à sa demeure par Ḥarāwī, avec la suppression éventuelle d’une ancienne qā‛a se prolongeant jusqu’à cet endroit.

328 Ces pièces auraient-elles constitué les annexes d’une ancienne qā‛a ?

329 Près de l’escalier aboutissant aux terrasses — en partie effondrées — ou portant encore quelques petites pièces, aujourd’hui inaccessibles (côté Sud-Ouest).

330 Fausse dûrqā‛a bâtie sur l’īwān Sud de la mandara.

331 Rappelant le style des belles salles inférieures.

332 Escalier abrité sous un plafond très élevé avec porte secrète latérale sur la qā‛a (porte dissimulée derrière un Dūlāb, à l’intérieur de la salle).

333 Les dimensions de cette qā‛a (16 m × 6 m) dans l’encadrement actuel des murs de la cour, n’auraient pas différé de celles qui ont été adoptées dans la nouvelle qā‛a élevée sur l’ancien taẖtabuš.

334 Mosquées fatimides d’al-Aqmar et d’al-Ḥākim, Madrasa du Sultan Barqūq, H̲anqa de Baybars II.

335 Wakāla de Ğamāliyya, cf. A. Raymond, La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes in p. 116 et ss. Commerçants et artisans du Caire.

336 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 93 à 132.

337 Le Manzil al-Suhaymī est l’un des monument musulmans les plus visités du Caire.

338 E. Pauty, Les Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 75. « N. 339. J.C. 1648. H. 1058. Maison du Cheikh Mohammed el-Kassabi ou Maison de Mohammed Amir es-Souhêmi, rue Darb el-Asfar, Ğamāliyya ».

339 lbid. « La maison... (communément appelée as-Souhêmi)... fut élevée au xviie siècle par le Cheikh Zain ed-din Abd el-Hay et-Tablaoui. Restaurée au xviiie (1211 H - 1796-97 J.C), elle appartint finalement au Cheikh Ahmad es-Souhêmi et à son frère qui la constituèrent en bien waqf ».

340 Cf. Palais du Caire, T. III, 1979, p. 105 : 1058H/1648.

341 Id., p. 94.
B.C. 35, 1934 ; 36, 1936, relatifs à l’acquisition et à la mise en état du bâtiment (ouverture de crédits : L.E. 7000).

342 Chacun des supports est formé de deux consoles de pierre à tête arrondie (simple ou double) en retrait l’une au-dessous de l’autre. Longueur : 0,90 m ; hauteur : 0,31 m ; largeur : 0,225 m. Largeur de deux consoles jumelées : 0,45 m. La console inférieure est à moitié enfoncée dans le mur porteur (largeur : 0,78 m) ; la console supérieure pénètre d’un tiers. La hauteur des consoles égale celle des assises en pierre de taille.

343 Huit consoles le plus souvent couplées.

344 Voir infra.

345 Hauteur : 3,00 m ; largeur : 1,92 m. Abaissement du seuil de 0,60 m. La structure interne de la porte est faite d’un solide cadre et de quatre traverses. La serrure extérieure est également en bois (à 1,50 m au-dessus du sol). La fermeture est encore renforcée de l’intérieur par une épaisse barre (section carrée : 0,10) coulissant dans le mur de droite (en entrant), à plus d’un mètre du sol.

346 Jusqu’au 2e étage — Hauteur des mašrabiyyāt : 3,00 m ; largeur : 2,50 m ; profondeur : 0,80 m environ.

347 Grilles à larges maille (0,10) m.

348 Largeur : 3,00 m environ.

349 Près de l’impasse ’Atfat al-Aṣfar, le prolongement de la construction primitive apparaît dans les ruines du rez-de-chaussée et les vestiges d’une ancienne qā‛a, à l’étage.

350 Maṣṭaba : hauteur du siège : 0,60 m ; largeur : 2,72 m ; profondeur : 1,15 m. Hauteur totale sous plafond : 4,90 m.

351 De mêmes dimensions que la porte d’entrée sur la rue.

352 Longueur du couloir : 8,50 m ; hauteur : 3,70 m ; largeur : 2,00 m. Construction en pierre de taille et plafond en charpente.

353 B.C. 36, 1936.

354 Voir Palais du Caire, I.F.A.O., T. I et II ; Palais du Caire d’époque mamelouke, C.N.R.S., T. I, maq‛ad Māmā‛ī, maq‛ad Qāyt bāy...

355 Diamètre de la colonne : 0,54 m ; largeur du mur postérieur : 1,20 m.

356 taẖtabuš. Longueur : 8,50 m ; largeur : 5,50 m ; hauteur : 5 m.

357 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane, p. 51-52, voir plans comparés de taẖtabuš.

358 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 102. Colonnes et chapiteaux antiques de remploi.

359 Cependant, on peut encore observer ici la prédominance des pleins sur les vides.

360 0,35 m.

361 Côté Ouest, indépendamment d’autres latrines intérieures installées à proximité des lieux de communication.

362 Les communs disposaient de latrines au-dessous de l’escalier de l’étage, près de la courette intérieure.

363 Escalier de service indépendant de l’escalier des maîtres, donnant directement sur la cour principale.

364 Construction de l’ensemble des communs en moellons ou en briques.

365 On devait disposer, près du maṭbaẖ, de tous les ustensiles habituels, notamment de mortiers en pierre, en bois ou en bronze. De plus, le manzil possédait certainement autrefois une noria (sāqiya) pour l’approvisionnement de la demeure en eau — afin d’en assurer tout au moins l’entretien et la propreté — ainsi qu’un moulin à grains (ṭāḥūna) nécessaire à la préparation des farines de céréales.

366 Rappelons que les ânes étaient communément employés pour les transports courants de personnes ou de charges diverses. Cf. A. Raymond, Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles, 1969, p. 363. « Les montures les plus ordinaires et les plus répandues étaient les ânes dont les qualités de rapidité et de robustesse étaient célébrées à l’envi par les voyageurs qui étaient également très impressionnés par leur nombre... Les mulets étaient la monture habituelle des marchands et des cheikhs... ».

367 Palais du Caire, T. III, 1979, passim.

368 Sans compter les belles demeures d’al-Sādāt et d’al-Sinnārī proches du H̲alīğ, ainsi que celle d’Efendi Labīb, au voisinage de la Citadelle.

369 Par deux couloirs longeant la mandara — et parallèles à la cour.

370 A. Lézine, Trois Palais, p. 47 à 49. Dimensions de la salle : longueur : 12 m ; largeur : 4,50 m ; hauteur : 6,90/7 m.

371 La disposition en Τ du grand īwān rappelle celle qui a été adoptée tout d’abord à l’intérieur de qā‛a d’époque marne-louke : ‛Utmān Katẖudā (xive-xvie s.) ; Zaynab H̲ātūn (xve s.) : Sitt Wasīla et Harāwī (xviie s.).

372 Une frise épigraphique aux caractères peints en jaune sur fond bleu, est consacrée, comme celle de la grande mandara et du maq‛ad, à des versets coraniques.

373 Les boiseries inférieures ne couvrent pas moins du tiers de l’ensemble des surfaces murales. Un motif en swastika se répète en petits panneaux assemblés dans les portes des Dūlāb, tandis que des parements de bois peint imitent les bandes verticales du marbre — noir, rouge, blanc — et les jeux de fond des faïences turques — bleu, vert, brun sur fond blanc, jauni avec le temps — Au niveau du sommet des portes et placards, le bandeau circulaire habituel est réservé à des poèmes de la Bourda.

374 Niche médiane à linteau droit entre deux niches à sommet anguleux.

375 Rappelant les doubles ouvertures barreaudées relevées aux deux extrémités de la mandara de Ḥarāwī, et répondant, sans doute au même usage.

376 A l’entrée de la pièce figure la date de création : 1142H/1730-31 (répartie entre quatre panneaux verticaux au sommet de la porte à deux battants).

377 Doublés sans doute de rideaux intérieurs.

378 La sculpture du linteau montre des motifs prophylactiques — géométriques et floraux — communs à cette époque : deux carrés étoilés, séparés par deux cyprès stylisés et flanqués de deux vases, dans l’encadrement général d’une moulure hexagonale. Une décoration semblable a été relevée sur les linteaux de pierre sculptée de Sitt Wasīla, Ḥarāwī, ‛Alī Katẖudā, Muṣṭafa Ğa‛far, Musāfirẖāna...

379 Un plan similaire — équivalent à la moitié d’un plan en Τ — apparaît aussi dans l’une des mandara secondaires au Palais de Musāfirẖāna.

380 Escalier unique de l’aile Est — desservant l’accès au maq‘ad ainsi qu’une partie du harem. Son antichambre inférieure est défendue par deux portes latérales.

381 Ou à une demi-qā‛a.

382 Ornée d’un petit bassin octogonal.

383 Restaurée par le Comité, cette luxueuse mašrabiyya est reproduite au premier étage — se superposant à celle du rez-de-chaussée — où elle correspond à une pièce identique rattachée au ḥaramlik (hauteur totale : 9,60 m environ). Cette double mašrabiyya est la plus importante de Suhaymī, avec celle de la grande qā‛a au-dessus du taẖtabuš.

384 A. Lézine, Trois Palais, p. 47 à 49. Tableaux comparatifs de mandara ottomanes.

385 Dimensions : longueur : 14,10 m ; largeur : 5,30 m/5,60 m ; hauteur : 8 m.
Grand īwān, longueur : 5,80 m ; petit īwān, longueur : 4 m ; durqā‛a, longueur : 4 m. L’épaisseur des murs de la grande mandara varie entre 0,80, 1,10 et 1,60 m.

386 Avec latrines attenantes.

387 Comparables à celles des principales portes intérieures de Musāfirẖāna et de Muṣṭafā Ga’far. Voir Palais du Caire, T. III, 1979.

388 S’éclairant sur la cour de la mandara par une baie garnie de moucharabieh.

389 Cet escalier ne dessert plus maintenant qu’une seule pièce surmontant la chambre de repos inférieure. Sa communication antérieure avec les appartements du Nord-Ouest est actuellement murée.

390 La partie supérieure de ses murs latéraux se creuse aussi des trois longues niches habituelles à fond plat.

391 Bordés d’une frise épigraphique (versets du Coran) à caractères blancs sur fond bleu.

392 Absence de loge de femmes donnant sur la mandara.

393 La pierre de taille en moyen appareil est réservée aux parements extérieurs.

394 En raison de la superposition fréquente des murs, entre rez-de-chaussée et étages, le couloir supérieur de communication correspond au couloir inférieur (voir Manzil Ḥarāwī, Sitt Wasīla, etc.). On notera aussi les dénivellations habituelles du sol à un même étage.

395 Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 105-108.

396 En y incluant la 2e qā‛a de l’étage, située au Sud-Ouest, ainsi que la mandara secondaire de type classique (Sud-Est).

397 Grâce à une grille en bois très basse.

398 Découvrant l’étendue de la cour. A cette boiserie s’ajoute encore celle des placards latéraux.

399 Dimensions du maq‛ad : longueur et largeur : 5 m ; hauteur : 5,30 m environ.

400 Sept solives recouvertes d’une couche de plâtre sous décor doré et peint.

401 Palais du Caire, T. III, p. 105. Inscriptions à la louange du fondateur : « A construit ce lieu béni le Cheikh excellent ‛Abd al-Wahab al-Ṭablāwī en l’année 1058 ».

402 A la même hauteur que le plafond du maq‛ad. Dimensions de la pièce : 4 × 3 m.

403 Face à la lumière solaire, la superposition de la mašrabiyya et de ses vitraux également composés en triptyque, projette au sol, chaque matin, la gracieuse ombre portée de leur décor. Comparer cette chambre annexe avec celles des maq‛ad de Kirīdliyya, Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn...

404 Escalier inférieur auquel on a substitué un escalier supérieur (plus étroit).

405 Élargie par un défoncement latéral (pourvu d’un petit escalier vers les terrasses) à l’Est du grand īwān, cette qā‛a mesure 10 m en longueur et 4 m en largeur, avec une hauteur de 5,30 m environ. Conformément aux meilleures traditions, la dénivellation entre dūrqā‛a et īwān est nettement accusée, à l’encontre des qā‛a plus tardives ajoutées aux étages supérieurs. De part et d’autre de la dūrqā‛a, trois niches surmontent des petites ṣuffa.

406 Avec latrines.

407 Voir supra.

408 Bayt azyār. On recouvrait, dit-on, les jarres d’une plaque de marbre et d’un linge humide pour maintenir la fraîcheur de l’eau.

409 De même que le malqaf ouvert au Nord, la fenêtre de la loge orientée parallèlement devait contribuer à adoucir la température intérieure. Placée au-dessus de la courette des communs, peut-être était-elle aussi un moyen de communication avec la domesticité chargée du service de l’étage.

410 En réalité, cette chambre haute repose sur les plafonds de deux pièces contiguès : loge de l’antichambre et chambre annexe de la qā‛a située au Sud-Ouest.

411 La disposition de cette qā‛a rappelle celle des qā‛a de Šabšīrī, Sitt Wasīla, ‛Alī Katẖudā... Dimensions : longueur : 10,50 m ; largeur : 5 m. Plafond divisé en deux parties : à fines solives restaurées (grand īwān) ; à baguettes (petit īwān).

412 Vitraux garnis de médaillons et rosaces.

413 Il s’y ajoute, vers l’antichambre une fenêtre haute pour capter l’air frais provenant du malqaf. Des poèmes de la Bourda couronnent le sommet des portes et placards.

414 Et comportant aussi des fenêtres hautes sur l’antichambre et son malqaf.

415 Escalier : longueur des marches 1,07 m à 1,10 m (ou 0,66 m à 0,70 m) ; largeur 0,30 m ; hauteur 0,25 à 0,27 m ; palier : 0,95 m à 1,00 m.

416 Au voisinage de l’extrémité de l’aile Est aujourd’hui disparue.

417 Un petit escalier de cinq marches relie les deux pièces contiguës.

418 Faiblement surbaissée, une dūrqā‛a rectangulaire sépare les deux īwān habituels. Plafond à baguettes au-dessus de la dūrqā‛a, à solives simples (sans décor) sur les īwān. Hauteur : 4 m environ. La mašrabiyya comporte aussi une grille à mailles serrées en bas, à mailles larges en haut.

419 S’opposant à de larges dawālīb.

420 Au-dessus de laquelle se poursuivent les communications à ciel ouvert — sans doute inexistantes autrefois.

421 On y voit aussi une armoire à claire-voie renfermant des jarres d’eau.

422 Ce hammam privé comprend les deux petites pièces carrées et voûtées traditionnelles avec une pièce intermédiaire plus étroite. On y a adjoint deux latrines et un bayt azyār (pour jarres d’eau).

423 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 109 à 111. Par son style et son aspect général, cette grande qā‛a peut être rapprochée de celle de Musāfirẖāna (infra). Dimensions : 12 m × 5 m.

424 Renfermant des collections de céramique chinoises.

425 Éclairé et aéré par des puits de lumière soigneusement répartis, se combinant avec ceux que forment ailleurs les cages d’escalier se terminant le plus souvent à l’air libre.

426 Des différences de niveau importantes au-dessus du premier étage ne permettent pas de déterminer un seul étage supérieur.

427 La réalisation tardive de l’étage correspondant — entre la fin du xviiie et le milieu du xixe siècle — apparaît dans le nouveau décor qui s’inscrit dans les larges mailles de la partie haute de la mašrabiyya ; carré étoilé, vase, brûle-parfum.

428 Dimensions : longueur : 12,50 m ; largeur : 5 m ; hauteur : 3,80 à 4 m.

429 Une seconde mašrabiyya de même importance est aujourd’hui murée. La seule mašrabiyya conservée se divise en six panneaux verticaux au-dessous d’une rangée de panneaux rectangulaires horizontaux et d’une rangée de panneaux carrés. Dans la partie haute, une inscription précise qu’une restauration de la salle a été réalisée par Muḥammed Amīn en 1331/1912-1913.

430 Un mélange d’ornementation semblable — mi-orientale, mi-occidentale — se manifeste à la même époque dans l’architecture domestique maghrébine. Cf. Palais de Tunis et Résidences d’été de la Région de Tunis, passim.

431 Dépassant d’au moins 2 m le niveau des autres pièces du second étage.

432 Voisin du maq‛ad. Voir supra.

433 Lanterneaux carrés percés de deux lucarnes barreaudées sur chacun des côtés, et surmontés d’une petite coupole arrondie.

434 Avec le faible relief de ses īwān et la simplicité de son plafond. La pièce possède cependant deux dawālīb de chaque côté de ses īwān et deux chambrettes flanquant, l’une l’īwān Nord, l’autre l’īwān Sud.

435 Voir supra. Cette fenêtre correspondait-elle au même usage (éventuel) que celle de l’étage inférieur, avec les communs ?

436 Avec plafond élevé à 4,50 m (environ).

437 A cette chambre s’en ajoutent deux autres — actuellement inaccessibles au-dessus de l’īwān Ouest de la grande mandara et de sa pièce annexe.

438 A l’extrémité Ouest de la grande qā‛a.

439 Palais du Caire, T. III, 1979, p. 121-122. Bayt al-Maẖrazātī. Cette construction édifiée vers la fin du siècle dernier, semble avoir conservé, autour de sa cour intérieure, l’usage de certaines pièces traditionnelles, tout au moins des salles nobles, tout en modifiant le style architectural et ornemental soumis à une influence italianisante.

440 Actuellement utilisé comme école de jeunes filles.

441 Communication antérieure de cette habitation avec le manzil voisin (à l’Est). Elle possède aussi, au-dessus de ses portes intérieures, des linteaux gravés d’inscriptions eulogiques. Ses deux salles nobles (mandara et qā‛a) sont également disposées Est-Ouest. Absence de maq‛ad.

442 E. Pauty, op. cit. : Palais du Caire, T. III, 1979, pp. 121-132.

443 A.R. Abdul Tawab et A. Raymond, La waqfiyya de Muṣṭafā Ğa‛far. Annales islamologiques, T. XIV, 1978.

444 De cette wakāla construite en 1673, il ne reste maintenant que le portail et quelques éléments de la cour.
Voir le relevé de P. Coste, Les monuments arabes du Caire, p. 178. 32 magasins (ḥasil) au rez-de chaussée- ; 34 chambres à chacun des deux étages.
A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire, I, p. 332.

445 Demeures.

446 Id., p. 181.

447 Id., p. 182.

448 Antichambre.

449 E. Pauty, op. cit., pp. 59-77.
J. Revault et B. Maury, op. cit., T. III, p. 133 à 157.

450 Ce marchand célèbre, qui fut šāh bandar des tuğğār du Caire, mourut en 1795 en laissant une fortune énorme pour l’époque (plus de 15 millions de paras). Voir A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas, 1973, 1974, pp. 142, 251, 291, 333, 374, 403, 405, 410, 580...

451 « Aucune inscription historique n’a été relevée sur les lieux mentionnant le fondateur ou la date de fondation. Toutefois des inscriptions en vers sculptées en relief sur le linteau de trois portes du rez-de-chaussée, portent les deux dates de 1193 et 1203H. Ces dates se rattachent-elles à la construction de l’édifice ?. En tout cas, il est certain que ce dernier n’a pu être achevé qu’avant 1193H », (voir infra).

452 Proximité d’un centre commercial très actif (wakāla Odā Bâši, wakāla Bazara’ etc.).

453 Supra.

454 Base enterrée de près d’un mètre ; condamnant la porte à demeurer fermée, à la suite du relèvement du sol extérieur.

455 Conformément au style architectural adopté à l’entrée des palais et wakāla contemporaines, distinguant les nouveaux portails ottomans des anciens portails mamelouks.

456 Élément décoratif fréquent (entre le xviiie et le xixe siècle), pour marquer non seulement une entrée importante (extérieure ou intérieure) mais aussi le sommet d’une niche à fond plat, abritant notamment un puits ou des jarres d’eau.

457 Décor floral répété dans un double méandre.

458 Hauteur : 5,10 m environ.

459 Palais du Caire, III, 1979, p. 134-137.

460 Voir Palais d’Ālīn Aq, Palais du Caire, T. II, 1977, p. 65.

461 Architecture de style mamelouk.

462 Les doubles marches jointes (long. 1,50 m) sont bordées d’une arête plate (larg. 0,10 m) à distance régulière (0,55 m). Une voûte simple en blocage surmonte la rampe, les murs de l’ensemble du puits étant construits en moellons et renforcés de longrines en bois.

463 A l’exception de l’accès par la rampe, la plate-forme supérieure, sur laquelle tournaient une ou deux bêtes de trait, était fermée par de hauts murs légèrement concaves comme ceux des moulins à grain, afin de permettre le fonctionnement du manège.

464 Chacune des roues dentées est faite d’un solide bâti en bois d’assemblage cruciforme, l’axe de la roue initiale (horizontale) tournant, en bas dans une crapaudine, en haut dans une traverse fixée au mur du fond et à une forte poutre placée à l’entrée de la plate-forme.

465 Le puits est actuellement comblé et inutilisable. Le système de puisage adopté ici correspond à celui qui demeura longtemps en usage à l’intérieur de la Citadelle ainsi qu’à l’installation de plusieurs sāqya d’Ālīn (sawāqi), aménagée auprès du Nil à la tête de l’aqueduc également destiné à l’alimentation en eau de la Cité royale.

466 De même que des principales mandara du salāmlik.

467 Portes droites des entrées du salāmlik ou du harem.

468 Portes arquées des communs.

469 Manzil Suhaymī et Muṣṭafā Ğa‛far.

470 L’usage du maq‛ad sera cependant conservé jusqu’aux xviiie et xixe siècles, non seulement à l’intérieur des cours des palais et riches demeures cairotes, mais aussi au milieu des jardins bordant les birkāt et le canal al-Naṣirī.

471 Des immeubles d’habitation modernes ont alors supplanté les parties complémentaires de l’ancien palais.

472 Voir infra.

473 A. Lézine, Trois Palais d’époque ottomane, 1972, pp. 48, 51-52. J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, t. III, 1979, pp. 142-143.

474 Hauteur : 6 m à 6,50 m environ ; longueur : 8,70 m ; largeur : 5,50 m.

475 Ensemble architectural, taẖtabuš - grande qā‛a, commun à Musāfirẖāna et Suhaymī.

476 Hauteur de chaque pierre : 0,31 m (environ).

477 Accessible par un escalier de pierre donnant sur le portique.

478 Composition cruciforme comprenant un disque central rattaché à quatre demi-disques symétriques. Décor intérieur de la pierre sculpté d’éléments floraux turquisants.

479 Surmontées d’une moulure avec boucle.

480 Légèrement surélevé (0,25 m).

481 Plafond à caissons décoré de rosaces entrelacées (à baguettes).
— restauré par le Comité avec les principaux plafonds du salāmlik et du ḥaramlik.

482 Plan à rapprocher de celui de la mandara d’‛Alī Katẖudā.
Voir A. Lézine, op. cit., pp. 48-49. Dimensions : 17 m × 5,50 à 5,70 m.

483 Un dallage de marbre clair couvre le sol des trois īwān, comme celui du hall et du taẖtabuš voisins, de grandes dalles carrées se substituant aux dalles de calcaire utilisées jusque là — carrées et rectangulaires —.

484 A un mètre du sol, ces baies munies de grilles en bois à larges mailles s’ouvrent sur une hauteur de près de 5 m.

485 Portes maintenant condamnées. L’ancienne pièce annexe n’est plus accessible aujourd’hui que par l’escalier de pierre placé au début du hall (côté Est).

486 De nouveaux kurdī en forme de lyre témoignent aussi d’un désir d’évolution architecturale à l’intérieur de cette grande salle d’apparat.

487 En l’absence de contrevents, voire de vitres — apparues tardivement — l’emploi de rideaux et tentures au-devant des baies à moucharabieh devait permettre de se défendre le plus possible contre les excès de chaleur ou de froid.

488 E. Pauty, op. cit., p. 52. « En Égypte, le type de la salle à deux īwāns est le plus courant, quoi qu’il ait existé des salles à trois īwāns dans des maisons aujourd’hui disparues, mais dont il nous reste des descriptions. En Syrie, au contraire, la mandara à trois īwāns disposés en croix se rencontrait fréquemment. Celui du milieu devient la place de choix, sorte de tribune où le maître de la maison se tient et préside aux réceptions ».
On sait aussi que le plan en T, avec alcôve centrale utilisée comme salon est demeuré un signe de richesse dans nombre de belles demeures citadines en Afrique du Nord. G. Marçais, L’architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954, passim ; La maison citadine nord-africaine (Tunis et Alger) in Cahiers des Arts et Techniques d’Afrique du Nord, 7, Tunis, 1974, p. 42 et ss.
J. Revault, Palais et demeures de Tunis, 4 vol. passim.

489 Palais du Caire, III, pp. 138-139.

490 Ibid., « Ta qā‛a, ô Aziz, est superbe, elle est en Égypte le paradis des qā‛a. Que Dieu la protège de l’envieux. La magnificence et les plaisirs trouvent en toi un refuge. Celui qui la contemple s’écrie : date-la ainsi : elle est une des qā‛a du Paradis (la somme des lettres de cette phrase équivaut à 1203). »
Aux bouquets stylisés placés aux deux extrémités des cartouches épigraphiques s’ajoute l’ornementation florale des montants également sculptée dans le style turquisant. En raison de leur rétrécissement, les banquettes de pierre apparaissent ici plus décoratives que fonctionnelles.

491 Long. 15,50 m ; larg. 5,20 m ; même hauteur de plafond que dans la mandara dont le hall constitue une vaste antichambre. A son début, une haute niche à fond plat et arc surbaissé devait être réservée à une jarre d’eau.

492 Entrée du hall pourvue de latrines surmontées, au niveau des terrasses, d’une haute cheminée d’aération coiffée d’une coupolette de pierre ajourée.

493 A ce salon on pouvait aussi accéder auparavant par une seconde porte (actuellement murée) ouvrant sous le portique voisin de l’entrée principale.

494 La fenêtre à moucharabieh de la première chambre s’éclairant sur le hall.

495 Même grille à larges mailles en bois tourné que celles de la mandara.

496 Id., p. 142.

497 Ibid., « Cette qā‛a surpasse toute grandeur par la splendeur de son éclat ; auprès d’elle le seigneur n’est plus que l’un de ses serviteurs. Elle s’élève sur les fondements de la protection divine ; sa paix surabondante la rend comparable à l’enceinte sacrée. De cette demeure illustre et sublime trouve ici la date : et l’heureuse nouvelle d’une vie longue et prospère (= 1203) ». — 1788-1789 —.

498 En forme de L.

499 īwān entouré de placards comportant surtout de multiples niches à arceaux.

500 Entièrement restauré.

501 Avec puits et latrines ; les anciens bâtiments domestiques du Palais actuel s’étendaient probablement vers l’Ouest.

502 Au départ des escaliers, voire aux paliers principaux, de petites niches murales à arceaux trilobés semblaient réservées à l’éclairage nocturne (lampe à huile).

503 Le second étage apparaît au-dessus du taẖtabuš et de la mandara, le troisième étage au niveau des terrasses.

504 Id., pp. 147-149. Dimensions : long. 17 m ; larg. 5,10 m ; haut. 6 m (environ). Répartition équivalente entre partie inférieure (entre sol et sommet des portes ou des placards et entre étagères et plafonds = 3 m (environ).

505 Les lambris de marbre ne sont plus composés, comme autrefois, de bandes verticales mais d’un simple panneau uni dans un encadrement de mosaïques géométriques. Dans la qā‛a de Musāfirẖāna, la parure de marbre n’est pas rehaussée de faïence turque, comme au Manzil Suhaymī.

506 La restauration des plafonds par le Comité ne les a pas revêtus de couleurs.

507 Surmontant un petit portique à colonne médiane en marbre, au-devant du double accès à la qā‛a et à son hamman. Id. pp. 147-148.

508 Par une petite porte arquée au centre du Dūlāb. Hammam. Id. pp. 149-150.

509 Latrines sous coupolette jumelée à celle des latrines inférieures (fig. 101).

510 Cette chambre est précédée d’une chambrette (sans fenêtres) destinée, sans doute, au rangement du matériel de couchage durant la journée.

511 A proximité de l’entrée principale — angle Nord-Est de la cour — le linteau de porte de cet escalier présente des cartouches épigraphiques datés de 1193H, répétant les louanges du Palais, op. cit., p. 142.

512 Id., p. 151.

513 Antichambre pourvue de latrines, entre escalier, couloir, et portes des deux pièces voisines.

514 Plafond à planches jointives composé de trois larges bandes longitudinales à rosaces polychromes entrelacées que séparent quatre bandeaux à décor floral sur fond clair.

515 Munie d’une large et profonde maṣṭaba en bois. Ibid., p. 152.

516 Ibid., né au Caire en 1830, le Khédive Ismaïl mourut en 1895, après avoir détenu le pouvoir de 1863 à 1879.

517 Id., pp. 152-153. Dimensions : long. 17,30 m ; larg. 3 m ; haut. 6 m environ.

518 Vers le Darb al-Masmaṭ.

519 Avec une ṣuffa à deux arcs brisés en marbre de couleur.

520 Plafond bordé d’une frise de bois peint incurvé. Une influence de même nature, italianisante et turquisante, apparaît dans les plafonds contemporains des Palais beylicaux de Tunis et du Bardo (Cf. Palais de Tunis).

521 Id., p. 154. Bains avec latrines.

522 Cette partie Nord des anciens appartements, peut-être aussi élevée, autrefois, que les autres côtés de la cour, a dû faire l’objet de remaniements au moment de sa restauration.

523 Palais du Caire, III, 1979, pp. 77-91.

524 Le Bayt al-Mullā ne donne pas sur la grande artère Nord-Sud, mais sur l’une de ses ruelles secondaires.

525 Des étages d’al-Mullā, on aperçoit le complexe monumental tout proche d’al-Qalāwūn et le minaret de la madrasa Ṣāliḥiyya.

526 Constructions édifiées entre le xve et le xviiie siècle.

527 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, p. 3.

528 Palais du Caire, III, 1979, p. 77.

529 B.C., 33, 1928, p. 324 : P.V. 265, 18 février 1924 : maison waqf al-Moulla à al-Maqassis. A ce moment, le bâtiment se trouvait transformé et partagé en plusieurs logements, comme se fut le cas pour la plupart des anciens palais et grandes demeures avant leur classement et leur restauration par le Comité.

530 Face à un élégant sabīl-kuttāb à demi ruiné.

531 Faites de briques et moellons.

532 A l’exemple des cours intérieures des Palais de Qāyt bāy et d’al-Razzāz, ainsi que du Manzil de Suhaymī.

533 La Description de l’Égypte, 44.I.7, « wakāla al-Mullā wa al-Maqāṣīṣ ».
Palais du Caire, III, 1979, p. 84. De l’ancien fondouk, on pouvait encore voir récemment l’un de ses murs appareillés et les consoles de pierre correspondant à l’encorbellement de l’étage. L’aspect de sa cour intérieure à portique circulaire devait ressembler à celui du petit Fondouk de Ğamal al-dīn — avec sabīl-kuttāb — encore visible aujourd’hui au début de la rue al-Maqāṣīṣ.

534 Les écuries auraient été installées, semble-t-il, autour d’une courette à arcades, voisine de la wakāla al-Mullā.

535 En adoptant leur orientation principale au Nord et à l’Ouest, les appartements des maîtres — salāmlik et ḥaramlik — se conformaient aux coutumes déjà relevées dans la distribution des constructions aux Palais de Qāyt bāy, al-Razzāz et Riḍwān bāy. Ici le Nord de la cour (ḥawš) était réservé à l’entrée et à la wakāla.

536 Palais du Caire, III, 1979, p. 85. Trois arcs brisés outrepassés reliés par des tirants de bois.

537 L’ensemble de la façade du maq‛ad se rapproche de celui du maq‛ad de Qāyt bāy (Palais du Faubourg Sud) cf. Palais du Caire, I.

538 La loggia possédait, en outre, des placards muraux (dawālīb) et des chambres de repos.

539 Avec la date de fondation : 1065H (1654).

540 Kabūlī, pl. kawālīb.

541 Mirwaḥa.

542 Remplacées tardivement par des fenêtres modernisées.

543 Palais du Caire, III, 1979, pp. 88-90. Au début de l’un de ces couloirs, un porche à arc surbaissé devait être utilisé comme antichambre, voire comme taẖtabuš. Des escaliers intérieurs permettaient d’atteindre les étages.

544 Parallèlement au maq‛ad, la mandara s’allonge dans le sens Est-Ouest. Les murs sont entièrement bâtis en briques (sous enduit) avec chaînage de bois (troncs de palmier) rappelant la construction de la mandara de Sitt Wasīla.

545 Elle s’entoure aussi de chambres de repos.

546 La sauvegarde des derniers vestiges du Bayt al-Mullā — qui n’ont pu être acquis par l’État — apparaît gravement menacée, à l’exception du maq‛ad affecté récemment à un masğid de quartier. La démolition des autres parties est aussitôt suivie de leur remplacement par des immeubles modernes à plusieurs étages, en briques et béton.

547 Palais du Caire, II, 1977, passim. Palais Yašbak, Emir Ṭāz, Ālīn Aq, Mosquée-Madrasa Sultan Ḥasan, Māristān al-Muayyad...

548 Mosquée Rifa‛i, Madrasa Qāyt bāy.

549 Façade extérieure tournée au Sud-Est et au Sud-Ouest. Construction en pierre de taille (rez-de-chaussée) et en briques (étages), avec encorbellements sur consoles traditionnelles à têtes arrondies.

550 L’un des architectes les plus connus du Caire, M. Hasan Fathy — qui réside au Manzil Efendi Labīb — supposerait une plus forte ancienneté de ce bâtiment — peut-être reconstruit sur des fondations antérieures au xviiie siècle.

551 Le Darb al-Labbāna était bordé auparavant d’une double rangée d’habitations de la même importance que le manzil qui en demeure le dernier témoin. La réduction actuelle de celui-ci ne diffère pas de celle qui a été relevée en d’autres points de l’ancienne ville — Manzil Suhaymī, Gamāl al-dīn, etc…

552 Porte à un seul vantail de même style que les portes d’entrée de Suhaymī, Muṣṭafā Ğa‛far, Musāfirẖāna, Alī Katẖudā.

553 Palais du Caire, III, 1979, p. 160. La seconde porte d’entrée, intermédiaire entre l’antichambre et la cour, s’ouvre également sous un arc surbaissé.

554 Cette déviation se trouve dissimulée à la vue, à l’extérieur comme à l’intérieur du manzil. Des implantations irrégulières de cette nature apparaissent au Caire, même dans certains monuments religieux, sans nuire pour autant à la régularité apparente de leur aspect général. Mosquée Sulṭān Hasan, Mosquée Azbak Yūsufī...

555 Id., pp. 160 et ss.

556 Id., pp. 162-163. Motifs géométriques taillés en biseau et entourés de la chaîne hexagonale traditionnelle, avec tympan rehaussé de faïence turque.

557 Côté Sud.

558 Côté Nord.

559 Sitt Wasīla, Ḥarāwī, ‛Alī Katẖudā...

560 S’opposant à la simplicité des autres portes inférieures, chambrettes domestiques ou magasins.

561 Le maq‛ad occupe entièrement le côté Sud de la cour, conformément à l’installation d’autres loggias décrites plus haut — Šabšīrī, Kirīdliyya, Sitt Wasīla, ‛Alī Katẖudā...

562 Rapprochement dû à l’étroitesse de la cour ; d’où la fermeture du maq‛ad — sans doute tardive — par un balcon et une grille en bois, afin d’y permettre un meilleur isolement, à l’abri des indiscrétions voisines — à la suite du partage de l’immeuble entre plusieurs familles.

563 Id., p. 163. Le maq‛ad bénéficiait du service de cuisines réduites installées à l’étage — près de la mandara — disposant d’un tourniquet cylindrique en bois.

564 lbid., p. 166.

565 Palais Beštak, Bayt Zaynab H̲ātūn (époque mamelouke) ; Manzil Sinnārī.

566 Permettant un accès direct à la dūrqā‛a de cette salle.

567 lbid., p. 167. Restauration des plafonds en charpente par le Comité.

568 Id., pp. 167-170.

569 Édifiée sur le taẖtabuš et les pièces extrêmes (Ouest), ce patio élevé constitue une innovation et une exception, contrairement aux coutumes conservées dans les habitations du Delta, notamment à Rosette (xviie-xviiie s.). Cf. A. Lézine et A.R. Abdul-Tawab, Introduction à l’étude des maisons anciennes de Rosette, Annales Islamologiques, t. X, Le Caire, 1972.

570 Les plafonds des alcôves sont ornés de lourds motifs géométriques italianisants dominés par le losange.

571 S’inspirant d’une nouvelle ornementation murale devenue à la mode dans la Métropole au xviiie siècle, la décoration d’Efendi Labīb ne diffère pas de celle de Sitt Wasīla et d’‛Alī Katẖudā. Cf. A. Lézine, Trois Palais.

572 L’installation de fourneaux auprès des appartements privés était fréquente dans une maison de notable ; utilisées notamment pour la préparation du café, ces petites cuisines accessoires étaient indépendantes des cuisines principales aménagées au rez-de-chaussée pour la cuisson des repas.

573 En Afrique du Nord, la construction d’un patio à l’étage répondait le plus souvent à l’hébergement des hôtes ainsi qu’à l’organisation de mariages ou de fêtes, aux xviiie et xixe siècles. Cf. Palais de Tunis, II, 1977 et III, 1979.

574 Disposition intérieure déjà relevée dans les demeures précédentes.

575 Auxquelles d’autres fenêtres au Sud ont été ajoutées tardivement.

576 Reliée sans doute à l’aménagement d’un petit ḥammām auprès de la qā‛a du harem.

577 Cf. Palais et maisons du Caire, I (édit. C.N.R.S.), 1982, passim.

578 A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, in Bulletin d’Études Orientales, t. XXVIII, 1975, pp. 209-210. Extension du Caire pendant la période ottomane, depuis le début du xvie siècle jusqu’à la fin du xviiie. Forte poussée urbaine vers le Sud et surtout vers l’Ouest.
« Le déplacement des résidences « émiriales » de la région de Qāhira et des environs de la Citadelle vers les rives de la Birkat al-Fīl, puis vers les quartiers situés au-delà du H̲alīğ, nous semble lié à l’accroissement graduel de la population du Caire ; l’encombrement progressif du centre de la ville, où se développaient les activités commerciales, l’urbanisation de la zone située entre Bāb Zuwaīla et la Citadelle ont progressivement amené les « beaux quartiers » à gagner des régions plus dégagées ».
La concentration des émirs (beys et officiers des odjaqs) se fit autour des Birkats et près du Canal du Caire (entre 1650 et 1675, puis de 1750 à 1798).

579 Ou maktab.

580 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, BIFAO, Le Caire, 1933, p. 90 : Propriété de l’émir ‛Alī Katẖudā al-Šāwīšīya, au xviiie siècle, la demeure qui porte son nom aurait été plusieurs fois remaniée. L’auteur note les ruines amassées dans la cour de ce bâtiment, provenant de la démolition de certaines parties du manzil.

581 Trois Palais, 1972, p. 17.

582 Au xviiie siècle, la rue al-Usṭā était déjà située dans un ḥāra al-Naṣārā (Description de l’Égypte) 58 Q 10.

583 Le nom de Ḥāra al-Naṣārā conservé par ce quartier témoigne de l’intérêt qu’y portèrent les Coptes venus y habiter, à l’appel notamment d’Ibrāhīm al-Ğawharī, chef de leur communauté.

584 B.C. n° 34, 35, 36 (1933-1936). Le projet de classement et d’acquisition par le Gouvernement égyptien de la demeure de ‛Alī Katẖudā est lancé, en 1924, par le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe. L’octroi de 1500 L.E. est décidé pour l’achat et les réparations du bâtiment en 1932.

585 (Communication de Doris Abou Seïf) D’après Ğabartī Ibrāhīm al-Ğawharī bénéficia, au xviiie siècle, d’une nouvelle situation politique favorable aux Coptes. Il se vit alors confier successivement les fonctions de secrétaire (kātīb) près de ‛Alī Bey al-Kabīr, puis de chef des secrétaires (Rais al-kuttāb) sous Ibrāhim Bey, Šāïẖ al-Balad, enfin il devint responsable du Trésor et des Finances sous Muḥammad bey Abū Dahab.
A la tête de la communauté copte, il effectua de nombreuses donations aux églises et fit élever la première église de l’Ez-bekieh affectée au Patriarcat. Cependant son prestige et ses largesses débordaient la Communauté elle-même, et devaient lui valoir l’appui des émirs.
Sa fortune lui permit, dit-on, de vivre dans le luxe et de posséder un grand nombre d’esclaves. Il mourut au Caire en 1209H/ 1794-1795.

586 Avant la réduction de l’ancien manzil à son état actuel, on devait y accéder de différents côtés par plusieurs portes, notamment au Nord et à l’Est.

587 Il existait aussi des jardins autour des résidences émiriales élevées sur l’autre rive du canal, comme E. Pauty en signale encore l’existence dans son ouvrage, auprès de la belle demeure d’Al-Sādāt (op. cit., passim). Voir à ce sujet les gravures de la Description (Égypte moderne, T. II) et de P. Coste (Monuments du Caire, Paris, 1837), p. 42.

588 La nouvelle importance donnée aux rives du Halīğ et à son peuplement ressort également de tous les monuments religieux qui s’y échelonnent — mosquées, takiya, sabīl — A l’opposé du Manzil ‛Alī Katẖudā on peut encore admirer aujourd’hui l’élégant complexe — takiya et sabīl-kuttāb — du Sultan Maḥmūd qui lui est contemporain (1751). Cf. M. Rogers, Al-Ḳāhira, p. 437. P. Coste, op. cit.

589 Longueur de l’édifice 35 m., hauteur 16 m environ. Surface de l’ensemble 620 m2 dont 421 m2 de surface bâtie. Voir les façades extérieures de Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn, Suhaymi. etc,

590 Saillie de l’encorbellement : 0,80 m environ.

591 A l’entresol ainsi qu’aux premier et deuxième étages. Largeur des balcons : 2,50 m ; hauteur : 3,00 m ; profondeur : 0,70 m (environ).

592 A un mètre environ au-dessus du niveau actuel. Dimensions de la porte : 3 m (haut), 1,80 m (large). Le sol de la rue a été remonté pour échapper aux infiltrations d’eau qui envahissent aujourd’hui les cours et pièces du rez-de-chaussée de ‛Alī Katẖudā.

593 La porte d’entrée apparaît actuellement sur le côté droit du bâtiment.

594 Le style de cette porte ne diffère pas, en effet, de celui des entrées de Harāwī, Suhaymī, Musāfirẖāna, Sinnārī...
C’est aussi entre le xviie et le xviiie siècle que l’arc surbaissé devient particulièrement en honneur dans l’architecture tunisoise. G. Marçais, Tunis et Kairouan, Paris, 1937, J. Revault, Palais et Demeures de Tunis, II et III, Paris, 1971-1974.

595 Élément décoratif dont on connaît l’ancienneté et la faveur dans les constructions du Caire depuis l’époque fatimide.

596 Boucle garnie d’une rosace en spirale. Remplacement de l’imposte supérieure habituelle par une étroite fenêtre barreaudée près de l’entrée pour l’éclairage intérieur.

597 Ces trois portes sont groupées de part et d’autre du couloir d’accès à la cour.

598 Notamment dans les cours des anciennes demeures de Ḥarāwī, Muṣṭafa Ğa‛far, Suhaymī, Efendi Labīb, Musāfirẖāna... Ce décor assez lourd ne comporte guère que des triangles, losanges, octogones. Les tympans des arcs de décharge étaient fréquemment rehaussés de faïence turque — disparue ici.

599 En raison de la limite actuelle de la cour par de nouveaux murs au Nord et à l’Est, il est difficile de savoir exactement comment se prolongeaient auparavant les bâtiments de ‛Alī Katẖudā sur ces côtés.

600 Contrairement à l’aspect extérieur et intérieur des constructions mameloukes.

601 Conformément à une disposition également adoptée dans les manzil de Kirīdliyya et de Suhaymī.

602 Voir dans A. Lézine l’étude comparée des maq‛ad du Caire, in Trois Palais, pp. 49 et 51. Le maq‛ad de ‛Alī Katẖudā mesure 9,00 m en profondeur et 5,20 m en largeur. Comme les autres maq‛ad, il est meublé de placards aménagés dans les défoncements latéraux.

603 Surmontée d’une seconde chambre annexe donnant aussi sur la première cour (face au Nord).

604 Déjà inférieure de 2,00 m environ au niveau du sol extérieur (côté Nord), terre et eau d’infiltration souterraine recouvrent aujourd’hui la surface des deux cours de plus d’un mètre.

605 Cf. A. Lézine, op. cit., p. 48 ; dimensions du taẖtabuš : longueur : 8,40 m ; largeur : 6,00 m. Voir aussi tableau comparatif, p. 51.

606 Cette grande salle n’a pas été épargnée par les débordements de l’eau sur l’ensemble du rez-de-chaussée.

607 Grilles à larges mailles réparties, comme d’habitude, en panneaux rectangulaires verticaux surmontés de panneaux horizontaux.

608 Cf. A. Lézine, op. cit., pp. 47-49, dimensions intérieures de la mandara, longueur : 16,40 m ; largeur : 5,70 m ; (largeur du défoncement médian : 5,50 m). Hauteur actuelle : 5,00 m environ. Comparer avec la mandara de Musāfirẖāna.
On sait que l’emploi du plan en Τ répandu dans les maisons de Fustāt inspirées de celles de Samarra, au ixe siècle, devait ensuite se transformer et disparaître dans l’architecture domestique cairote, aux époques mamelouke et ottomane. Il en fut autrement dans l’Espagne musulmane et en Afrique du Nord. Cf. G. Marçais, L’Architecture Musulmane d’Occident, Paris, 1954. J. Revault, Palais de Tunis, I, II et III.

609 On pouvait accéder à cette loge, soit par l’escalier inférieur aménagé au rez-de-chaussée (dans la pièce située à l’Est du défoncement central de la mandara), soit par une porte latérale du maq‛ad.

610 Une antichambre élargit le palier supérieur, bordé (auparavant) d’une balustrade près du vide de l’escalier, et s’éclairant sur la rue par une élégante mašrabiyya.

611 Hauteur du plafond : 5,00 m environ. Dimensions des chambres : 5,80 m × 4,30 m.

612 Largeur des mašrabiyyāt : 3,30 m.

613 Deux croix (šalīb) apparaissent dans la partie supérieure de la mašrabiyya.

614 Dimensions intérieures : 1,50 m × 1,50 m.

615 Sur une hauteur de 1,00 m environ.

616 Muallā.

617 Bordée, de part et d’autre de l’entrée, d’une petite balustrade en bois (darabzīne).

618 Mašrabiyya (largeur : 2,60 m) flanquée de deux étroits dulāb.

619 Hauteur du plafond : 3,50 m environ.

620 Largeur : 1,70 m.

621 Le plan supérieur de la qā‛a ne s’accorde pas entièrement avec le plan inférieur de la mandara, dont il n’adopte pas l’alcôve médiane. Par contre, un défoncement moins prononcé apparaît, à l’opposé, devant la mašrabiyya centrale. Cf. A. Lézine, op. cit., pp. 48-50. Longueur : 16,50 m ; largeur : 5,55 m à 5,85 m.

622 Les dimensions des mašrabiyyāt varient de 2,60 m à 3,20 m (largeur) et de 1,50 m à 3,20 m (profondeur).

623 Succession de zones rectangulaires horizontales de même importance.

624 Palais du Caire I, II, III.

625 Comme la chambre de l’étage supérieur, certains balcons sont assortis de deux petites mašrabiyyāt à pans coupés.

626 Distribuée entre panneaux carrés et rectangulaires.

627 Voir la grande mašrabiyya de la qā‛a de Ḥarāwī.

628 Deux appellations de Dieu : Rabbi et Allah dans les inscriptions de moucharabieh.

629 Entre placards et fenêtres murales, une frise épigraphique en bois peint est consacrée à des poèmes de la Bourda.

630 Rappel du thème décoratif en honneur dans la pierre sculptée.

631 Manzil de Sitt Wasīla et d’Efendi Labīb.

632 A la suite du vol des revêtements de marbre, il n’en apparaît plus que l’ancienne distribution ornementale conservée par le relief du mortier de fixation : composition cruciforme du dallage de la dūrqā‛a dans un encadrement de carrés, rectangles et cercles symétriques.

633 De même ont été arrachées les faïences turques des panneaux muraux surmontant la ṣuffa.

634 Après les démolitions effectuées le long de la rue Darb al-Usṭā.

635 Sara’ Port-Saïd.

636 Mosquée et minaret sont indépendants, reliés entre eux par une passerelle de bois enjambant, au niveau des terrasses, la rue qui les sépare.
Le style architectural extérieur et intérieur s’apparente à celui des mosquées de Qāyt bāy. Cependant l’aspect interne montre un ṣaḥn à ciel ouvert et deux arcs opposés de style différent ; l’arc brisé outrepassé à claveaux de pierre, réservé à la salle de prière, s’oppose à la nouvelle ouverture rectiligne en charpente avec kurdī, dans la salle postérieure. Cette dualité correspond à une période de transition plus nettement marquée dans l’architecture domestique (mandara et qā‛a).

637 Classé sous le n° 463 (xvii-xviii-xix s.).
Cf. L’expédition d’Égypte, sur le rôle joué par le Cheikh al-Sādāt, l’un des neuf membres du Dīwān constitué par Bonaparte à son arrivée au Caire, après la Bataille des Pyramides, le 25 juillet 1798.
Cf. A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, 1974, 2 vol. p. 428. « Le cheikh Muḥammad Abū al-Anwār al-Sādāt (décédé en 1813-14) était le fils d’un ẖawāgā ; comme chef de l’ordre des Wafâ’iyya, il bénéficiait de revenus considérables... » Voir aussi pp. 804, 808.
p. 420 « Jusque vers la fin du xviiie siècle, le Šaiẖ al-Bakri ou le Šaiẖ Al-Sādāt exercèrent bien souvent les fonctions de syndic des « chérifs » (naqīb al-ašraf) ».
Cf. B. Maury, op. cit.

638 Bayt Šabšīrī, Manzil Suhaymī, etc.

639 L’emploi consécutif de ces deux arcs différents — l’arc brisé se répétant à l’intérieur du manzil, côté cour — laisserait supposer qu’il s’agit ici d’une entrée plus ancienne que les autres parties de la demeure, notamment celles de l’étage.
Au dehors, une petite fontaine (sabīl) flanque la porte d’accès, à l’intention des passants. Elle était alimentée, de l’intérieur, grâce à une étroite pièce qui devait être affectée également au portier.

640 Colonne de remploi à chapiteau corinthien que surmonte une haute imposte parallélépipédique.

641 Latrines répétées à l’entrée du couloir et à la base de l’escalier.

642 Les remontées d’eau souterraine déjà observées au Manzil ‛Alī Katẖudā sont également la cause du relèvement du sol à l’extérieur et à l’intérieur de l’ancienne habitation d’al-Sādāt. Nous en remarquerons plus loin les mêmes inconvénients au Manzil al-Sinnārī.

643 Cet emplacement est encombré maintenant de charrettes et charretons de marchands ambulants.

644 Porte actuellement fermée et enterrée à sa base.

645 Construite en pierre de taille.

646 Adjonction peut-être tardive comme la mandara al-Harāwī et d’autres salles d’apparat en présentent des exemples fréquents entre le xviiie et le xixe siècle.
Dépourvue de ces fenêtres, la mandara al-Sādāt devait être envahie par la pénombre des anciennes salles entièrement fermées.

647 S’ouvrant, comme les alcôves extrêmes et latérales, entre des kurdī à stalactites.

648 Carreaux (0,20) ornés d’éléments floraux à dominante bleue et verte sur fond blanc.

649 Venue de la Perse et de l’Asie Mineure, cette nouvelle mode ornementale a gagné l’Afrique du Nord, à la même époque, la prédilection pour les faïences turques ou leurs imitations tunisoises — utilisées également au Caire et à Rosette — étant suivie, au xixe siècle, par l’emploi de carreaux de faïence napolitaine.
La date de 1089/1678-9 qui figure dans un cartouche épigraphique de faïence turque correspondait-elle à la fondation de l’ancienne demeure ? (cf. B. Maury, op. cit. fig. 24, Pl. LXX).

650 Rosaces entrelacées à baguettes.

651 Les consoles de bois inesthétiques supportant les balcons à moucharabieh sont dissimulées dans un coffrage de menuiserie incurvé.

652 A rapprocher notamment des mašrabiyyāt du Palais al-Razzāz.

653 Sur la rive droite du canal.

654 P. Coste, Les monuments du Caire, Paris, 1837, p. 41.

655 Le second maître de l’Égypte était Ibrahim bey.

656 Palais du Caire, I, 1975, p. 83 et ss.

657 Id. p. 83. E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 90. Maison d’Ibrahim Katẖudā es-Sinnari, à Hârat Monge, près de Sayyeda Zaïnab (1796).

658 Id. « La vigilance de Gaillardot bey et celle du Comité de Conservation ont pu conserver à cette demeure l’aspect qu’elle avait au temps de l’Expédition française ». Classée monument historique, celle-ci fut momentanément affectée à un « Musée Bonaparte ». Elle sert actuellement de cadre à un centre d’apprentissage artisanal masculin et à des ateliers d’arts féminins rattachés à la Direction des Antiquités Islamiques et Coptes.

659 Palais du Caire, I, 1975, p. 84-86. Propriétés notamment de Qāsim bey Abū Saïf et de Ḥasan Kāšif. « Le magnifique palais de Muḥammad bey al-Alfī, à peine terminé, devint le logis de Bonaparte, Kléber et Menou. Le général Dupuy, nommé gouverneur du Caire, s’installe au Palais d’Ibrahim bey. Les Services de l’armée sont également groupés au quartier de l’Ezbequieh ».

660 Ibid., p. 87.
Voir la biographie de cet amir (mort en 1216/1801) dans la chronique de Ğabartī (III, 219-220. Introduction VII, 105-6).

661 Id. Procès-verbaux du Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe, Le Caire, 1922, pp. 171-183.

662 Id. P.V. du Comité, ibid. « On sait que tout le quartier de Nasrieh fut appelé, dès lors, le quartier de l’Institut, et sous un tel nom il est marqué sur le plan du Caire de l’Expédition française ».

663 Murs inférieurs bâtis en pierre de taille ; murs supérieurs en briques ou en moellons.

664 Grosse boucle médiane surmontant l’arc — rappelant celle que devait comporter l’ancienne porte d’entrée du Manzil Harāwī (voir supra).
A peine visibles aujourd’hui, deux étroites banquettes de pierre flanquent la partie inférieure de l’entrée.

665 L’usage extérieur des carreaux de Nicée répond plus souvent à la décoration du tympan d’un arc de décharge. Noter ici l’absence d’imposte barreaudée, telle qu’elle surmontait auparavant toute porte d’entrée importante.

666 En dehors de quelques pièces secondaires (infra).

667 La réalisation de ces nouvelles résidences, extra muros, pouvait s’étendre plus facilement grâce aux premières disponibilités de terrains assez vastes ; on y évitait apparemment la superposition de plusieurs étages inévitable en milieu urbain.

668 Le portier y disposait d’une maṣṭaba et d’une petite pièce de repos, auprès de l’entrée.

669 On remarquera ailleurs une évolution similaire des mêmes éléments architecturaux à la même époque. En Afrique du Nord, l’arc cintré d’inspiration italienne remplace également l’arc brisé outrepassé aux xviiie et xixe siècles. Cf. Palais de Tunis, II, III, IV.

670 Cette disposition rappelle celle des portiques et galeries superposés, soit dans les caravansérails du Moyen Orient, soit dans certains patios nord-africains. lbid. Au Caire, l’aménagement d’un maq‛ad sur taẖtabuš apparaît plus rare que celui d’une qā‛a au-dessus d’un taẖtabuš.

671 Surmontée de l’arc de décharge habituel ; garni sans doute, auparavant, de carreaux de Nicée.

672 Une niche murale à arc surbaissé et festonné, correspondant à un puits, appartient à la même forme architecturale utilisée au Palais de Musāfirẖāna pour un usage identique ou pour abriter une réserve d’eau (jarres). Ici, ces éléments décoratifs répètent également l’emploi qui en a été fait dès l’entrée du manzil sur la rue.

673 Salle basse partagée en plusieurs voûtes d’arête rattachées à un pilier central. Comme d’autres pièces de même nature relevées au rez-de-chaussée de la demeure d’Efendi Labīb, et plus anciennement, de celle de Zaynab Hātūn et du Palais Bestak, celle-ci est surmontée d’une grande qā‛a. Des banquettes de pierre l’entourent intérieurement pour y accueillir les visiteurs.

674 Palais du Caire, I, 1975, pp. 95-97.

675 Mode d’aération demeuré traditionnel, bien que transformé, rappelant l’installation du malqaf établi à l’entrée des grandes qā‛a — au-dessus d’une antichambre — de Suhaymī et de Musāfirẖāna.

676 Id. p. 97. Bassin octogonal et ṣuffa à arcs lobés — semblable aux ṣuffa des qā‛a de Suhaymī et Musāfirẖāna.

677 Plafond peu élevé.

678 Id. pp. 97-99. Bain accessible par la durqā‛a, couvert en voûtes aplaties et pourvu de latrines.

679 L’utilisation des voûtes inférieures de l’entrée, voire du maẖzan comme support des principaux lieux de réunion ou de réception, était également pratiquée en Afrique du Nord, notamment en Tunisie aux xviiie et xixe siècles. Cf. Palais de Tunis, II et III, passim.

680 Les appartements comportaient chambres et antichambres reliés par des couloirs pourvus de latrines et des cheminées d’aération habituelles.

681 Id., p. 92.

682 Ibid.

683 Communication en chicane des deux cours voisines, communs et habitation. Auprès de la première cour, palefreniers, meuniers, jardiniers... devaient avoir leur logement.

684 Une similitude existe entre la conception de ces communs avec courette et cuisines et celle du Manzil Harāwī. Elle laisse supposer l’existence d’aménagements semblables dans les autres grandes demeures contemporaines du Caire, que nous avons étudiées et où elles ont maintenant disparu.

685 A. Raymond, « Deux familles de commerçants fasis au Caire à la fin du xviiie siècle », Revue de l’Occident musulman, 1973, pp. 269-273.
« Tunisiens et Maghrébins au Caire au xviiie siècle », Cahiers de Tunisie, 1959. — Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas, 1973-1974. « Forte d’environ dix mille individus (sur une population totale un peu inférieure à trois cent mille habitants) la colonie maghrébine du Caire comprenait pour l’essentiel des commerçants, et en particulier de grands négociants en épices et en tissus, et des ‛ulamā et des étudiants ».
Voir aussi R. Le Tourneau, Fès avant le protectorat, Casablanca 1949, passim. La même adaptation à un genre d’habitation locale différent de celui auquel ils étaient habitués dans leurs pays d’origine a été observée auprès des Turcs installés à Tunis (fin xvie siècle).Cf. Palais de Tunis, I.
A. Raymond, « Aḥmad ibn ‛Abd as-Salām, un šāh bandar des tuğğār au Caire à la fin du xviiie siècle », Annales Islamologiques, 1967, pp. 91-95.

686 Réputé pour sa science religieuse, mort en 1769.

687 Op. cit. (biographie par Ğabartī).

688 lbid., « Titre qui était alors employé pour désigner les grands négociants qui se livraient au commerce du café et des épices entre le Hedjaz et l’Égypte ». En outre, Aḥmad ibn ‛Abd as-Salām était le fournisseur des deux grands émirs, Murâd bey et Ismâ’il bey.

689 lbid.

690 Pendant une épidémie de peste.

691 Id., « Il l’agrandit ensuite en y incorporant la dikkat al-ḥisba al-qadîm qui se trouvait au voisinage du quartier commerçant de Fahhamin » (ancien siège du muḥtasib). Cf. Artisans et commerçants au Caire, p. 591. A. Rhoné, L’Égypte à petites journées, Paris, 1910, p. 251. E. Pauty, Palais et maisons, Le Caire, 1932, pp. 62-63.

692 La base du portail et de la façade est enterrée actuellement sur une hauteur d’environ un mètre.

693 Profondeur du portail, 0,70 m. Hauteur du rez-de-chaussée, 4,80 m. Hauteur actuelle de la façade 10 à 11 m.

694 Figures ornementales en creux et en relief dans un encadrement carré. On en retrouve l’emploi, à la même époque, dans certaines façades de monuments religieux.

695 Sur fond plat, au-dessus du linteau droit de l’entrée, sculpté d’un réseau étoile.

696 Fenêtres garnies de grilles à barreaux plats entrecroisés, que doublent parfois des contrevents extérieurs (à glissière).

697 Une autre wakāla existait près de celle-ci jusqu’à sa démolition récente et son remplacement par un établissement scolaire.

698 De curieux motifs prophylactiques apparaissent en relief à la surface des murs en pierre de taille : rosace en spirale, hache simple ou double, cyprès stylisé.
(Édifiée avant 1725). Voir A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, 1979, p. 292.

699 Cette maison est encore désignée sous le nom de Bayt al-Šahira bint Al-Hāğğ Brahim al-Tellah (waqf n° 1276).

700 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol. I, p. 165 : « Le commerce maritime de l’Égypte en Méditerranée s’effectuait à partir des ports d’Alexandrie, de Rosette (Rašid) et de Damiette (Dimiyāt), où les marchandises étaient débarquées puis transportées, en général sur le Nil, jusqu’à Būlāq, port du Caire ».

701 Id., p. 247, « Būlāq qui se trouvait à une distance d’environ 1 200 m au nord-ouest du Caire était déjà une agglomération importante au début du xvie siècle : Léon l’Africain qui estimait sa population à 4 000 feux décrivait « ses belles constructions » et disait qu’on y voyait parfois « un millier de barques... surtout à la saison de la récolte des grains ».

702 lbid., « Avec la conquête ottomane Būlāq prit plus d’importance encore ainsi qu’en témoignent les nombreux monuments à usage commercial qui y furent élevés au xvie siècle. Dans ces wakāla s’accumulaient les produits venus d’Europe, de l’Empire ottoman et de la Basse-Égypte : c’était à Būlāq, en particulier, que s’était concentré le commerce des céréales, du riz, du lin, des cuirs, des peaux, du bois. Jomard estimait sa population à 24 000 habitants... ».
Sur les wakāla, voir I, p. 254 et ss. ; p. 260, un grand nombre de wakāla fut édifié à Būlāq pendant le xvie siècle, sur l’initiative des pachas. II, p. 711, dès le xvie siècle, des mosquées sont construites dans le voisinage des souqs, des wakāla et des immeubles de rapport (rab). II, p. 650, on compte une cinquantaine de wakāla à Būlāq au xviiie siècle.
P. 245, Production artisanale de la Haute Égypte (nattes, tissus...), amenée au Caire et à Būlāq ; p. 350-356, entrepôts de bois de construction et de bois à brûler.

703 N° 33, rue Darb al-Mas‛ūd.

704 Consoles jumelées à deux têtes arrondies.

705 La partie inférieure de cette porte est enterrée sur près d’un mètre, comme cela s’est produit à l’entrée d’autres demeures citadines contemporaines (xvie-xviie siècles), — Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn, ‛Alī Katẖudā.

706 Construction de l’étage en briques. Dimensions de l’ensemble : largeur de la façade, 11,80 m ; hauteur (actuelle) 8,00 m/ (autrefois) 9,00 m.

707 Reléguées à l’écart des lieux d’habitation.

708 Dimensions (moyennes) : 8,00 × 4,50 m.

709 Afin d’ajouter un logement supplémentaire à leur maison, les habitants actuels ont condamné l’ouverture des arcades. Des transformations de cette nature ont été souvent relevées au Caire, avant leur restauration, dans les anciens bâtiments classés par le Comité. Au rez-de-chaussée les communs (maẖzan) et chambres basses supportent la loggia.

710 Orientées le plus souvent au Nord, sinon à l’Ouest.

711 Pièce rectangulaire couverte d’un plafond peint (bleu-vert) et orné d’un réseau losangé à baguettes (xixe siècle). Les familles de condition modeste qui habitent maintenant l’ancienne demeure ont préféré faire du taẖtabuš ouvert sur la cour une autre pièce fermée correspondant à leurs besoins actuels.

712 Nous connaissons d’autres exemples de demeures citadines de même époque bâties seulement sur trois côtés de la cour — Kiridliyya, Sitt Wasīla...

713 Courette rappelant les cours particulières, dites du harem, rattachées également aux cuisines — Ğamāl al-Dīn, Ḥarāwī, Sinnārī...

714 Afin de suppléer à l’absence de malqaf et de manwar.

715 La rue Darb al-Masa‛ūd montre elle-même les vestiges d’une façade de maison bourgeoise, remontant peut-être au xvie siècle, avec sa porte en arc brisé et moulure à boucles arrondies sous consoles de pierre et de bois.
Par ailleurs, il est probable que, malgré ses proportions réduites, la maison de Būlāq décrite ici ait trouvé son modèle dans certains quartiers du Caire. De telles réductions architecturales sont fréquentes et on peut les observer aussi dans de grandes villes d’Afrique du Nord, notamment à l’intérieur des madinas de Fès et de Tunis. Cf. Palais de Tunis, passim.

716 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistèle (1482-1483), I.F.A.O., Le Caire, 1976, pp. 56-60.

717 Légumes, salades, fruits, palmiers-dattiers (très grands et très longs), bananiers, orangers, citronniers, sycomores... Au siècle suivant, l’image de Būlāq que nous donnera Belon restera la même (1547), p. 109 a.

Table des illustrations

Titre PLANCHE XXV
Légende Manzil Ǧamāl al-Dīn al-Ḏahabī : Plan de situation.2. Mosquée al-Fakahānī.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre PLANCHE XXVI
Légende Manzīl Ǧamāl al-Dīn : plan du rez-de-chaussée.1. Entrée (antichambre avec maṣṭaba) ; 2. Couloir en chicane ; 3. Loge du portier ; 4. Cour ; 5-6. Porte et couloir d’accès à courette et appartements privés ; 7. Escalier de l’étage (harem) ; 8. Courette ; 9. Cuisine ; 10-11-12. Défoncement en īwān entre deux pièces annexes ; 13. Communs (maẖzan) ; 15. Perron d’accès au maq‛ad ; 16. Porte de communs ; 17. Escalier ; 18. maẖzan ; 19. Dégagement ; 20. Escalier ; 21. Mandara (ou qā‛a) ; 22. Boutique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre PLANCHE XXVII
Légende Manzil Ǧamal al-Dīn : plan de l’étage.4. Cour ; 7. Escalier ; 8. Courette ; 15. Escalier du maq‛ad ; 16. Escalier étage ; 24. Vide du dégagement ; 25. Vide de la mandara ; 27. maq‛ad ; 28. Couloir ; 29-30-31-32. Ḥammām ; 34. qā‛a avec dûrqā‛a entre deux īwān ; 35-36. Chambres annexes ; 37. Dégagement ; 38. Escalier d’une « loge de femmes ».
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre PLANCHE M
Légende Le quartier de Bab Zuwayla comprend de riches demeures et de nombreux bâtiments publics (d’après P. Chardin, 1879).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre PLANCHE XXVIII
Légende Bayt Šabšīrī : plan de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre PLANCHE XXIX
Légende Bayt Šabšīrī : plan du rez-de-chaussée1. Entrée ; 2. Antichambre, mastaba ; 3. Couloir en chicane ; 4. Cour ; 5. taẖtabuš ; 6. Pièce annexe ; 7-8. maẖzan ; 9. Escalier du maq‛ad ; 10. maẖzan (ou chambre domestique) ; 11. Porche ; 12. Communs (cuisine) ; 13. Latrines ; 14. Escalier du harem ; 15. maẖzan.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre PLANCHE XXX
Légende Bayt Šabšīrī : plan du 1er étage.4. Cour ; 9. Escalier du maq‛ad ; 14. Escalier du harem ; 16. Loge domestique ; 17. Dégagement ; 18. Latrines ; 19. Antichambre ; 20-21. Chambres ; 22. Chambre annexe du maq‛ad ; 23. maq‛ad ; 24. Escalier du maq‛ad ; 25. Couloir ; 26. Latrines ; 27. Antichambre ; 28. Chambre, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 29. Couloir ; 30. Antichambre et chambre ; 32. Cheminée ; 33. Latrines.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre PLANCHE XXXI
Légende Bayt Šabšīrī : plan du 2e étage.4. Cour ; 14. Escalier du harem ; 18. Latrines ; 23. Vide du maq‛ad ; 26. Latrines ; 32. Cheminée ; 33. Latrines ; 34. Couloir ; 35. Chambrette ; 36. Antichambre ; 37. Mazyara ; 38. Grande a, (a) durqā‛a, (b) īwān Sud, (c) īwān Nord, (d) mašrabiyya sur cour ; 39. Pièce annexe ; 40. Escalier ; 41. Chambrette ; 42. Chambre ; 43. Pièce annexe pourvue d’une loggia.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre PLANCHE XXXII
Légende Bayt Šabšīrī : plan du 3e étage.4. Cour ; 14. Escalier du harem ; 18-26. Latrines ; 32. Cheminée ; 33. Latrines ; 34. Vide du couloir ; 38. Vide de la grande qā‛a ; 40. Escalier d’accès à la qā‛a supérieure ; 42. Vide de la chambre du 2e étage ; 44. Escalier ; 45. Dégagement ; 46. Loge de femmes ; 47. Dégagement ; 48. qā‛a supérieure, (a) dûrqā‛a, (b) īwān.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre PLANCHE XXXIII
Légende Bayt Šabšīrī : élévation sur cour — côté Sud : le maq‛ad à deux arcs brisés, flanqué de son entrée latérale, entre maẖzan et salle haute.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Titre PLANCHE XXXIV
Légende Bayt Šabšīrī : élévation sur cour — côté Ouest : porche voûté surmonté de deux chambres superposées.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre PLANCHE XXXV
Légende Bayt Šabšīrī : coupe Nord-Sud avec élévation sur cour, côté Est — couloir d’entrée et taẖtabuš.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre PLANCHE XXXVI
Légende Bayt Šabšīrī : coupe Est-Ouest avec élévation sur cour, côté Nord — en bas, communs ; en haut, appartements privés.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre PLANCHE XXXVII
Légende Bayt Šabšīrī : vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre PLANCHE Ν
Légende Bâtiments d’habitation à plusieurs étages, rue al-Kiyadeh, longeant le côté Sud-Ouest de la Mosquée Ibn Ṭūlūn (d’après C. Mauss).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre PLANCHE XXXVIII
Légende Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan de situation.1. Manzil al-Kirīdlīya ; 2. Manzil Āmna bint Sālim ; 3. Mosquée Ibn Ṭūlūn.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre PLANCHE XXXIX
Légende Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 4-5. Entrée principale, (a) maṣṭaba ; 6. maẖzan ; 7. Cour, (d) fasqiya ; 8. Chambre ; 9. Entrée secondaire ; 10. Puits ; 11. Escalier ; 12. sabīl ; 13. Entrée nouvelle ; 14. Mausolée ; 15. Latrines ; 16. maẖzan ; 17. Porche voûté ; 18. Entrée du sabīl-kuttāb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre PLANCHE XL
Légende Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Āmna bint Sālim : plan, du 1er étage (d’après archives).1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 7. Cour ; 11. Escalier ; 12. Vide du sabīl ; 14. Mausolée ; 15. Cabinet de toilette ; 19. maq‛ad, (a) banquette dans défoncement mural, (b) allée, (c) īwān ; 20. a, (a) divan, (b) dūrqa’a, (c) īwān ; 21. Antichambre ; 22. qā‛a, (a) alcôve et divan, (b) dûrqā‛a, (c) īwān ; 23. qā‛a, (a) alcôve et divan, (b) durqaa, (c) īwān, (d) fasqiya ; 24. Chambre annexe ; 25. Chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre PLANCHE XLI
Légende Manzil al-Kirīdlīya et Manzil Amna bint Sālim : plan du 2e étage (d’après archives).1. Mosquée Ibn Ṭūlūn ; 2. Jardin ; 3. Ruelle ; 7. Cour ; 11. Escalier ; 14. Mausolée ; 15. Latrines ; 19. Vide du maq‛ad ; 20. Vide de la qā‛a ; 21. Vide de l’antichambre ; 22. Vide de la qā‛a ; 25. Chambrette ; 26. Antichambre ; 27. Loge de femmes (Sud) ; 28. Galerie-tribune ; 29. Loge de femmes (Nord) ; 30. Kuttāb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre PLANCHE XLII
Légende Manzil Sitt Wasīla : plan de situation.1. Bayt Zaynab H̲atūn ; 2. Manzil Sitt Wasīla ; 3. Manzil Ḥarāwī ; 4. Mosquée al-Azhar.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE XLIII
Légende Manzil Sitt Wasīla : plan du rez-de-chaussée.1. 1re entrée (avec maṣṭaba) ; 2. Cour ; 3. Latrines ; 4-5-6. maẖzan ; 7. Escalier du maq‛ad ; 8. Puits ; 9-10. Couloir et dégagement ; 11. 2e entrée et escalier ; 12. mandara (ou a) avec dûrqā‛a et īwān ; 13-14. Chambre et chambrette annexes ; 15. Latrines ; 16-17. Pièces attenantes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre PLANCHE XLIV
Légende Manzil Sitt Wasīla : plan des 2 étages.2. Cour ; 18. maq‛ad ; 19-21. Couloirs ; 20. Salle annexe ; 22. Chambre ; 23. qā‛a (avec īwān A et B)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre PLANCHE XLV
Légende Manzil Ḥarāwī : plan du rez-de-chaussée.1. Entrée ; 2. Couloir d’accès ; 3. Taḥūna ; 4. maẖzan ; 5. Chambre ; 6. Porche ; 7. Escalier du harem ; 8. Chambre ; 9. Cour ; 10-11. Entrée ; 12. taẖtabuš ; 13. Pièce annexe ; 14. Couloir ; 15. Latrines ; 16. Qā‛ā (ou mandara), (a) dûrqā‛a, (b) īwān Nord, (c) īwān Sud, (d) divan ; 17. Chambre annexe ; 18. Dégagement ; 19. Escalier (harem) ; 20. Latrines ; 21. Cour des communs ; 22. maẖzan ; 23. Cuisine ; 24-25. Communs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre PLANCHE XLVI
Légende Manzil Ḥarāwī : plan de l’entresol.7. Escalier du harem ; 9. Cour ; 21. Vide de la cour des communs ; 25. Hammam (ruines) ; 26-27-28-29. Chambres (tardives) ; 30. Antichambre ; 31. Latrines ; 32. Réduit ; 33. Salle ; 49. Pièce.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre PLANCHE XLVII
Légende Manzil Ḥarāwī : plan du 1er étage.1. Côté entrée rue ; 7. Escalier du harem ; 9. Cour ; 11. Côté entrée actuelle ; 16. Lanterneau (manwār) de la mandara ; 21. Cour des communs ; 30. Dégagement ; 31. Latrines ; 34. Dégagement ; 35. Qā‛a, (a) durqā‛a, (b) īwān Est, (c) īwān Ouest ; 36. Couloir ; 37. Chambre ; 38. Chambre annexe ; 39. Latrines ; 40. Chambrette ; 41. Muzyara ; 42. Appartement (tardif) ; 44. Escalier (terrasse) : 45. Encorbellement : 46. Antichambre ; 47. qā‛a supérieure (incomplète) ; 48. Chambre haute.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre PLANCHE XLVIII
Légende Manzil Ḥarāwī : vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre PLANCHE Ο
Légende Étroite ruelle abritée par ses multiples encorbellements sur consoles de pierre et de bois (d’après Walter Tyndab).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre PLANCHE XLIX
Légende Manzil al-Suhaymī : plan de situation.1. Manzil al-Suhaymī ; 2. Manzil Muṣṭafā Ga’far ; 3. Mosquée al-Aqmar.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre PLANCHE L
Légende Manzil al-Suhaymī : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).1. Entrée sur rue avec couloir, (a) maṣṭaba ; 2. Cour avec jardin ; 3. 1re petite mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a avec fontaine ; (e) grille ; 4. 2e petite mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a ; 5. Couloir vers communs ; 6. Chambre annexe ; 7. Escalier ; 8. Latrines ; 9. Antichambre, (e) grille ; 10. 3e petite mandara, (b) īwān. (c) dûrqā‛a avec fontaine, (e) grille ou mašrabiyya ; 11. Portique (taẖtabuš), (e) grille ; 12. Antichambre (ancienne cour) ; 13. Chambre annexe, (e) grille ; 14. Grande mandara, (b) īwān, (c) dûrqā‛a avec fontaine, (e) grille (ou mašrabiyya), (h) placard ou Dūlāb, (g) ṣuffa ; 15. Antichambre ; 16. Cour des communs ; 17. Communs avec cuisine, (k) puits de lumière ; 18. Ecurie ; 19. Mausolée du Cheikh al-Suhaymī ; 20. Rampant voûté de l’escalier ; 21. Entrée secondaire ; 22. Jardin ; 23. Noria (saqiya) ; 24. Moulin à grains (taḥūna) ; 25. Communs ou constructions annexes (ruinées) ; 26. Logement actuel du gardien.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre PLANCHE LI
Légende Manzil al-Suhaymi : plan du 1er étage (d’après archives).2. Cour ; 4. Vide de la deuxième petite qā‛a ; 5. Couloir ; 7. Escalier ; 8. Latrines ; 12. Vide de l’antichambre ; 13. Chambre annexe ; 14. Vide de la grande mandara ; 16. Vide de la cour des communs ; 17. Communs ; 22. Jardin ; 27. maq‛ad ; 26-28-29. Chambres ou annexes, (e) mašrabiyya ; 30-31. a, (b) īwān, (c) dūrqā‛a, (e) mašrabiyya ; 32. Chambre annexe ; 33. Antichambre - sous malqaf - (h) mozyara ; 34. Loge ; 35. Dégagement à ciel ouvert ; 36. Antichambre ; 37. Hammam ; 38. Grande qâ’â, (b) īwān, (c) dūrqā‛a, (e) mašrabiyya, (h) Dūlāb ; 39. Chambre annexe ; 40. Loge de femmes - ou musique et chant ; 41. Chambre, (e) mašrabiyya ; 42-44. a, (e) dūrqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya, (h) Dūlāb ; 43. Chambre annexe, (e) mašrabiyya.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre PLANCHE LII
Légende Manzil al-Suhaymī : plan du 3 e étage (d’après archives).2. Cour ; 4. Lanterneau - 2e petite mandara ; 7. Escalier ; 12. Vide de l’antichambre ; 14. Lanterneau -grande mandara ; 22. Jardin ; 30-31. Lanterneaux - qā‛a du 1er étage ; 35. Dégagement à ciel ouvert ; 36. Vide de l’antichambre ; 38. Vide de la grande qā‛a du 1er étage ; 46. Vide de la petite qā‛a - 2e étage ; 47-51. qā‛a, (b) īwān, (c) durqā‛a, (e) mašrabiyya, (h) dūlāb ; 48. Chambre annexe ; 49. Chambre haute ; 52. Malqaf (ouvert au Nord).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre PLANCHE LIII
Légende Manzil Muṣṭafā Ğa‛far : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage.1. Entrée ; 2. 1re cour ; 3. Portique ; 4. Loge de gardien ; 5. 1er escalier ; 6. maẖzan - ou logement domestique ; 7. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān ; (c) grand īwān ; 8. Chambre annexe ; 9. 2e cour ; 10. 2e escalier ; 11. Puits ( ?) ; 12. Ancienne porte de communication (avec partie voisine).1er étage : 2. 1re cour ; 5. Escalier ; 9. 2e cour ; 14. Chambre ; 15. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān ; (c) grand īwān ; (e) mašrabiyya ; 16. Terrasse ; 17. Vide de chambre (entresol).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre PLANCHE LIV
Légende Palais de Musāfirẖāna : plan de situation.1. Palais de Musâfirhâna ; 2. wakāla Oda Bāšī ; 3. Mosquée Maḥmūd Mūḥarram ; 4. Mosquée Marzūq al-Aḥmadī.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre PLANCHE P
Légende L’étroitesse des rues où se pressent bêtes et gens rend souvent la circulation difficile (in H. Bartlett, 1852).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre PLANCHE LV
Légende Palais de Musāfirẖāna : plan du rez-de-chaussée.1. Entrée principale ; 2. Entrée des communs ; 3. Portique ; 4. Courette ; 5. Couloir ; 6. Entrée actuelle ; 7. Courette ; 8. Puits ; 9. Rampe d’accès à la noria ; 10. Jardin ; 11. Entrée du hall ; 12. Latrines ; 13. Hall ; 14. Chambre ; 15. Mandara, (a) dūrqā‛a avec fasqiya, (b) īwān ; 16. Escalier ; 17. Chambre annexe ; 18. Petite qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 19. Cour avec jardin ; 20. taẖtabuš ; 21. Portique ; 22. qā‛a ; 23. Chambres.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre PLANCHE LVI
Légende Palais de Musāfirẖāna : plan du 1er étage.5. Couloir ; 7. Courette ; 10. Jardin ; 12. Latrines ; 13. Vide du hall ; 15. Vide de la mandara ; 16. Escalier ; 19. Cour avec jardin ; 20. Vide du taẖtabuš ; 24. Antichambre ; 25. Chambre ; 26. Pièce annexe ; 27. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 28. Entrée du ḥammām ; 29-30. Ḥammām - chambre de repos et étuve ; 31. Chambrette ; 32. Chambre ; 33. Petite qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) īwān ; 34. Chambre ; 35. Salle (modernisée) ; 36. Pièce annexe ; 37. Dégagement ; 56. Puits d’aération.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre PLANCHE LVII
Légende Palais de Musāfirẖāna : plan du 2e étage.5. Couloir ; 10. Jardin ; 12. Latrines ; 16. Escalier ; 19. Cour avec jardin ; 27. Vide de la qā‛a (1er étage) ; 38-39. Portique et courette sous malqaf ; 40. Chambre ; 41. Grande qā‛a, (a) durqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya ; 42-43. Ḥammām ; 44. Pièce annexe ; 45. Pièce à trois mašrabiyya ; 46. qā‛a ; 47. Terrasse ; 48. Lanterneau (hall) ; 49. Chambre ; 50. Antichambre ; 51. Chambre ; 52. Chambrette ; 53. Terrasse ; 54-55. Coupole et malqaf de la grande mandara.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre PLANCHE LVIII
Légende Bayt al-Mullā : plan de situation.1. Bayt al-Mullā ; 2. Petite wakāla attenante (démolie) ; 3. wakāla et sabīl-kuttāb Ğamal al-Ḏin al-Dahabī ; 4. wakāla et sabīl-kuttāb Ṭahar Ḥasan al Wardāni ; 5. Mosquée al-Manṣūr Qalāwūn ; 6. Mosquée et sabīl-kuttāb du Šayẖ Muṭahhar.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre PLANCHE LIX
Légende Bayt al-Mullā : plan du rez-de-chaussée (état actuel).1er porche d’entrée ; 2. Ancienne wakāla ; 3. Cour ; 4. Escalier du maq‛ad ; 5. Accès aux appartements ; 6. Porche ; 7. maẖzan ; 8. Loge ; 9. Puits ; 10. Latrines ; 11. Dégagement ; 12. Escalier ; 13. Antichambre ; 14. Dégagement à ciel ouvert ; 15. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) īwān Est, (c) īwān Ouest.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre PLANCHE LX
Légende Bayt al-Mullā : plan du 1er étage (état actuel).1. Porche d’entrée ; 2. Ancienne wakāla ; 3. Cour ; 4. Escalier du maq‛ad ; 13. Vide de l’antichambre ; 14. Vide du dégagement inférieur ; 15. Vide de la mandara ; 16. maq‛ad ; 17. Couloir ; 18. Latrines ; 19. Pièce annexe ; 20. Escalier (2e étage) ; 21. qā‛a (en ruine).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre PLANCHE LXI
Légende Manzil ‛Alī Efendi Labīb : plan de situation.1. Manzil ‛Alī Efendi Labīb ; 2. Masğid al-Sūkkari et Māristān al-Mū‘ayyad ; 3. Mosquée al-Maḥmūdīyya.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Titre PLANCHE LXII
Légende Manzil ‛Alī Efendi Labīb : plan du rez-de-chaussée.1. Entrée, (a) maṣṭaba ; 2. 1re cour ; 3. Chambre basse ; 4. Logement domestique ; 5. Escalier (étage) ; 6. Passage couvert entre les deux cours ; 7. Latrines ; 8. 2e cour ; 9. Taẖtabuš ; 10. Mandara, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān, (c) grand īwān ; 11-12. Pièce annexe ; 13. Maẖzan ; 14. Latrines ; 15. Escalier d’accès au sous-sol.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre PLANCHE LXIII
Légende Manzil Alī Efendi Labīb : plan du 1er étage.5. Escalier (étage) ; Vide de la 2e cour ; 16. Dégagement ; 17. Patio ; 18. Chambre ; 19. qā‛a, (a) dūrqā‛a, (b) petit īwān, (c) grand īwān ; 20. Pièce annexe ; 21-22. Communs (ancienne cuisine) ; 23. Couloir ; 24. Chambre ; 25. Latrines ; 26. Bain.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre PLANCHE LXIV
Légende Manzil ‛Alī Katẖudā : plan de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE LXV
Légende Manzil ‛Alī Katẖudā : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage.Rez-de-chaussée : 1-3. Entrée en chicane ; loge du portier ; 4. 1re cour ; 5. Pièce ; 6. Escalier ; 7. Portique (taẖtabuš) ; 8. 2e cour ; 9. Mandara à trois īwān (A, B, C) ; 10-13. Dégagements avec escalier ; 11. Salle annexe ; 12. Latrines.1er étage : 6. Escalier ; 9. Vide de la mandara ; 10-13-15. Dégagements avec escalier ; 14. Chambre ; 16. Maq‛ad ; 17. Chambre annexe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre PLANCHE LXVI
Légende Manzil ‛Alī Katẖudā : plan des 2e et 3e étages.2eétage :4-8. 1re et 2e cours ; 10. Dégagement avec escalier et latrines ; 15. Couloir et escalier ; 16. Vide du maq‛ad ; 18. Chambre ; 19. Couloir ; 20. Antichambre ; 21. Qā‛a ; 22-23. Chambre et salles annexes ; 24. Chambre ; 25. Couloir.3e étage : 15. Couloir et escalier ; 26. Qā‛a ; 27. Chambre ; 28. Chambre annexe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre PLANCHE LXVII
Légende Manzil al-Sādāt : plan de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre PLANCHE LXVIII
Légende Manzil al-Sādāt : plan du rez-de-chaussée (état actuel).1. Entrée principale ; 2. Antichambre ; 3. Sabīl (ancien réservoir) ; 4. Cour ; 5-8. Couloir ; 6. Porche ; 7. Ancien escalier ; 9. Escalier ; (harem) ; 10. Mazyara ; 11. Latrines ; 12. Dégagement ; 13-14. Pièces annexes ; 15. Mandara avec durqā‛a, petit īwān (16) et grand īwān (17).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre PLANCHE LXIX
Légende Manzil Al-Sādāt :4. Cour ; 9. Escalier (harem) ; 15. Vide de la mandara ; 19. Couloir ; 20. Dégagement ; 21. Chambrette ; 22. Chambre d’angle ; 23. réduit ; 24. Petite qā‛a avec placards et mašrabiyya ; 26-27. Chambres.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre PLANCHE LXX
Légende Manzil Al-Sādāt : cartouche épigraphique en bois peint daté de 1089/1678-79 (mandara).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre PLANCHE LXXI
Légende Manzil Al-Sādāt : carreaux de faïence turque (revêtement mural de la mandara)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Titre PLANCHE LXXII
Légende Manzil al-Sinnārī : plan de situation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre PLANCHE LXXIII
Légende Manzil al-Sinnārī : plan du rez-de-chaussée (d’après archives).1. Entrée avec couloir en chicane ; 2. Loge de portier ; 3. Salle de réunion d’hommes ; 4. Cour, (b) puits, (c) fasqiya ; 5. Escalier du maq‛ad ; 6. Taẖtabuš, (a) placard ; 7. Communs, (d) Latrines, (e) foyer du ḥammām (étage) ; 8. Communs, (d) latrines ; 9. Couloir ; 10. Courette des communs, (d) latrines ; 11. Cuisine ; 12. Annexe de cuisine, (b) puits ; 13-14. Communs ; 15. Entrée actuelle des communs - escalier ; 16. Entrée 2e cour des communs ; 17. 2e cour des communs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre PLANCHE LXXIV
Légende Manzil al-Sinnārī : plan du 1er étage (d’après archives).4. Cour ; 5. Escalier du maq‛ad ; 10-17. Cours des communs ; 19. Maq‛ad, (a) placard ; 20. Petite qā‛a, (a) Dūlāb, (e) mašrabiyya ; 21. Chambres, (g) puits d’aération ; 22. Antichambre ; 23. Grande qā‛a, (a) Dūlāb, (b) dūrqā‛a, (c) īwān, (e) mašrabiyya, (f) ṣuffa ; 24. Ḥammām, (d) latrines ; 25. Chambre annexe ; 26. Communication.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre PLANCHE LXXV
Légende Manzil al-Sinnārī : élévation sur l’entrée (d’après la Description de l’Égypte).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Titre PLANCHE LXXVI
Légende Manzil al-Sinnārī : coupe et élévation d’après la Description (1809) — taẖtabuš sous maq‛ad avec son portail surélevé.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre PLANCHE LXXVII
Légende Manzil al-Sinnārī. Coupe avec élévation Nord-Sud (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre PLANCHE LXXVIII
Légende Carte de Būlāq (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3307/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter