Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. L'Architecture domestique au Caire à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Palais princiers

Texte intégral

Palais de H̲ayrbak (xvie siècle)

  • 1 Cf. Palais du Caire, II, 1977, pp. 61-76.
    H. Dehérain, L’Égypte turque, t. V, Paris, 1931, p. 8. No (...)
  • 2 K.A.C. Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, II, Oxford, 1959, p. 129 et ss.

1Dès le début de la Domination ottomane, le premier Gouverneur investi par la Porte choisit comme résidence personnelle, non loin de la Citadelle, l’ancien Palais mamelouk fondé par Alin Aq (xiiie-xive siècles) et connu aussi sous le nom de H̲ayrbak1. Le nouveau Pacha fut sans doute séduit à la fois par l’aspect majestueux des bâtiments et leur proximité des remparts construits par Saladin, à la limite des faubourgs Sud. Ceux-ci, appelés à croître en importance, possédaient déjà deux mosquées remarquables, la Mosquée Aq-Sunqr (1346) et la Mosquée al-Māridānī (1340)2.

2H̲ayrbak y ajouta sa propre mosquée funéraire, surmontée d’un minaret et d’une coupole en pierre édifiés dans le style mamelouk et rehaussés d’une élégante ornementation sculptée. Ce monument se dressa si proche de l’ancien palais qu’il fut possible de les joindre entre eux par un escalier dérobé communiquant directement avec la qā‛a supérieure bâtie sur iṣṭabl.

  • 3 Palais du Caire, II, 1977, passim. Ces ouvertures devaient même suppléer à l’usage pourtant très r (...)

3Ce fait témoigne de l’intérêt particulier qui semble avoir été longtemps porté aux salles d’apparat d’époque mamelouke, leurs grandes proportions se prêtant toujours à des réceptions fastueuses, grâce à la solidité et à l’élévation de leur construction ainsi qu’à un nombre suffisant d’ouvertures nécessaires à l’éclairage et à l’aération du lieu3.

4Il est également permis d’imaginer que le bâtiment principal de l’ancien palais était encore entouré, au temps de H̲ayrbak, d’appartements et de communs distribués autour de jardins et de cours, comme des relevés pourtant tardifs de Herz, à la fin du siècle dernier, paraissent bien en conserver les traces.

5Il est probable que la présence du gouverneur turc à cet endroit, même limitée à certaines circonstances, ne fut pas sans attirer artisans et commerçants dans son voisinage, comme cela se produisait naturellement en pareil cas. Nous ignorons cependant si, en dehors du souci de perpétuer sa mémoire par l’élévation d’un monument prestigieux, H̲ayrbak se préoccupa d’aménager le quartier environnant, comme nous en verrons plus tard certains exemples, il est vrai, assez exceptionnels.

Palais d’Ibrahim Aġā

  • 4 A. Raymond, op. cit., p. 368.

6Au siècle suivant, alors que se renforce le pouvoir militaire et politique du Chef des Janissaires, il semble bien que Ibrāhīm Aġā ait choisi, à son tour, le Faubourg Sud pour y élever, vers 1652, une résidence personnelle. En même temps il s’attacha à la restauration de la Mosquée mamelouke voisine de l’ancien Palais d’Alin Aq, ainsi qu’à l’embellissement du quartier qu’il dota de nouvelles constructions d’intérêt public4.

  • 5 Id. (peut-être le monument classé sous le numéro 619 et daté de 1652).
  • 6 Id. (numéro 123).
  • 7 Tombeau rehaussé de deux hautes stèles de marbre sculpté sur le modèle des pierres tombales de Con (...)
  • 8 Id. « Classé sous le numéro 395, cet immeuble qui avait été édifié en 1651 par Ibrahim Āġā, ainsi (...)

7Sur les « opérations d’urbanisme » réalisées rue Tabbāna par l’Emir Ibrāhīm Aġā, A. Raymond nous apporte les précisions suivantes : « C’est probablement ici aussi la maison de l’émir... »5 qui fut le noyau de la rénovation de tout le quartier. Ibrāhīm Aġā Mustaḥfizān restaura la mosquée contiguë de Aq Sunqur6 dans un style « turc », en faisant en particulier largement usage des carreaux de faïence qui l’ont rendue célèbre sous le nom de « Mosquée bleue », et il y construisit son tombeau7. Tout indique que le rab’ construit en face de la mosquée fait partie d’un ensemble auquel appartenait également le grand immeuble locatif qui s’élevait un peu au Nord...8.

Palais al-Razzaz

8En remontant la rue de Bāb al-Wazīr, en direction de Bāb Zuwayla, on découvre un autre palais d’époque mamelouke, conservé et rénové aux siècles suivants. Il s’agit d’un des deux palais voisins l’un de l’autre, également fondés au xve siècle par Qāyt bāy et qui furent l’objet, à l’époque ottomane, d’importants remaniements (Pl. XV).

  • 9 Maqrīzī, II, p. 399.

9Connu aujourd’hui sous le nom de son propriétaire, sans doute le plus éminent au xviiie siècle, Ahmad Kathudā al-Razzāz, le palais édifié à l’Ouest de la rue Bāb al-Wazīr est situé à proximité de deux monuments religieux célèbres (fig. 1), la Madrasa Umm Sultan Sa ’bân et la Mosquée al-Marīdānī (1340)9.

  • 10 Palais du Caire, I, 1975 (Fig. 11).

10Comme il en était déjà au temps des Sultans mamelouks, les grandes propriétés des émirs ottomans occupent généralement des îlots importants délimités par des rues et impasses. Dans bien des cas, il est vrai, ces nouveaux domaines se sont établis sur l’emplacement même de bâtiments plus anciens dont on aura maintenu la configuration générale en même temps que certains éléments de construction. Il n’en va pas autrement pour le Palais al-Razzāz. Celui-ci s’étend, en effet, dans un vaste quadrilatère au-devant du carrefour formé par la jonction de la rue Bāb al-Wazīr et de la rue Sūq al-Silāḥ (côtés Est et Nord-Ouest). Deux voies secondaires complètent l’entourage de l’îlot (côté Sud), les ruelles Mazhar Pacha et al-Kāšif10.

  • 11 lbid., pp. 35 à 65. Rappelons aussi la proximité de la Mosquée al-Māridānī (xive s.).

11La Mosquée-madrasa de Sultan Ša‛bān y constitue la principale enclave adossée au palais. Comme celui-ci, il dresse sa façade principale, rue Bāb al-Wazīr, sur laquelle ouvre son portail monumental à stalactites11.

Aspect extérieur

  • 12 lbid.
  • 13 lbid., pp. 53-56.
  • 14 Les vestiges de cette entrée ont disparu au cours de ces dernières années.
  • 15 Id. L’adjonction aux consoles de pierre d’une console supérieure plus longue en bois — légèrement (...)
  • 16 lbid., pp. 38-39.

12La disposition générale des lieux a été conservée, selon un axe Nord-Est Sud-Ouest, telle qu’elle avait été adoptée, au xve siècle, par le fondateur de l’ancien palais mamelouk, le Sultan Qāyt bāy12. Nous y verrons deux cours intérieures d’importance inégale autour desquelles se sont élevés les bâtiments d’habitation et de réception ainsi que les communs. Deux portails distincts y donnaient accès, l’un vers la cour Nord, par la rue Bāb al-Wāzīr, l’autre vers la cour Sud, par la rue Sūq al-Silāḥ. Un arc brisé monumental, aménagé dans un avant-corps, les caractérisait également. Cependant jusqu’à ces dernières années, on pouvait encore admirer la survivance du style burğite dans le beau portail de la rue Sūq al-Silāḥ13 : à l’extérieur, large porte à linteau droit ouvrant dans un grand arc brisé et godronné (fig. 5) ; à l’intérieur, succession de voûtes au-dessus du hall d’entrée compartimenté — voûte étoilée, puis voûtes d’arête14. De part et d’autre du portail seigneurial, de fortes consoles de pierre — couplées à trois têtes — supportaient une magnifique mašrabiyya aménagée seulement à l’époque ottomane15. La réplique en était réalisée au-dessus du grand portail, rue Bāb al-Wazīr16. Rehaussés de vitraux et entourés d’autres grilles à moucharabieh, ces nouveaux encorbellements laissaient deviner, aux regards des passants, la somptuosité dissimulée des appartements privés, ayant désormais vue sur l’extérieur. Nous en retrouverons la répétition autour des cours intérieures. Cependant, à l’encontre d’autres palais et de riches demeures contemporaines, qui dominaient la voie publique de leurs rangées de balcons et d’encorbellements, le Palais al-Razzāz ne semble pas avoir bénéficié d’une telle disposition, en raison de son encadrement assez étendu par des bâtiments religieux (Ǧama‛ Sulṭān Sa’ban), commerciaux (échoppes d’artisans, boutiques de marchands), et privés.

PLANCHE XV

PLANCHE XV

Palais al-Razzāz. Plan de situation : 1. 1re cour du palais ; 2. 2e cour ; 3. mosquée Sulṭān al-Ašrāf Ša‛bān.

Aspect intérieur

13A l’intérieur du Palais, les deux cours s’entourent d’éléments semblables : en bas, lieux réservés au séjour des maîtres et à l’accueil de leurs visiteurs, ainsi qu’aux communs ; en haut, appartements privés.

  • 17 Id.

14L’intérêt que l’on porta de tout temps à posséder arbres et jardins ne dut pas moins se manifester ici, même s’il ne subsiste aujourd’hui que de rares palmiers limités à la cour Nord17 (Pl. XVI, fig. 3). Comme on a déjà pu l’observer dans les constructions antérieures d’époque mamelouke, l’orientation la plus recherchée au Nord et à l’Ouest a continué d’être retenue pour la disposition du salāmlīk et du ḥaramlīk, les autres côtés de la cour étant laissés aux dépendances — écuries, cuisines, magasins.

  • 18 lbid. pp. 35-36.

15Conformément à d’autres exemples relevés ailleurs, l’ensemble du Palais al-Razzāz présente une curieuse juxtaposition d’éléments mamelouks et ottomans18. En dépit de certaines modifications de formes et de détails, on a généralement maintenu la partie inférieure des constructions en pierre de taille dues à Qāyt bāy. Aussi bien auront-elles gardé leurs fonctions initiales dans le cadre du salāmlik et dans celui des communs. C’est dire que les formes architecturales qui furent adoptées au xve siècle ne durent pas être jugées démodées aux siècles suivants, tout au moins au rez-de-chaussée, sinon au premier étage. Nous en comprendrons les raisons en examinant, outre les communs — éléments permanents les plus intangibles — les anciennes portes des salles nobles et les parties essentielles du salāmlik : taẖtabuš et maq‛ad (Pl. XVII, XVIII, XIX, fig. 2).

  • 19 E. Combe, Précis de l’Histoire d’Égypte, Le Caire, 1933. T. III. L’Égypte ottomane de la conquête (...)

16En revanche, on observera un renouvellement complet des étages supérieurs, édifiés en briques, à l’époque ottomane, à l’intention du ḥaramlik19. En s’appuyant sur une base dont la solidité avait été longuement éprouvée, la nouvelle élévation du Palais al-Razzāz bénéficiait à la fois de bâtiments inférieurs très importants et d’une configuration générale soigneusement étudiée et adaptée à des besoins presque inchangés. Les innovations qui s’y révéleront, dues à l’initiative des nouveaux maîtres, apparaîtront surtout — comme au-dessus des deux portails d’entrée — dans la multiplicité des ouvertures — avec ou sans balcon — grâce au développement des grilles à moucharabieh (fig. 4), remplaçant les anciens murs aveugles, percés de rares et étroites fenêtres barreaudées.

PLANCHE XVI

PLANCHE XVI

Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du rez-de-chaussée (état actuel).
1. Magasin (ex-entrée principale) ; 2. Loge du portier ; 3. Abreuvoir ; 4. Entrée actuelle (ex-entrée secondaire) ; 5. Ex-réservoir d’abreuvoir ; 6. Porche ; 7. Communication avec madrasa ; 8. Madrasa Sultan Ša‛bān ; 9. Cour ; 10. Porte de Qāyt-bāy (harem) ; 11. Escalier ; 12. Ex-taẖtabuš ( ?) ; 13. Communication avec la deuxième cour ; 14. Escalier du maq‛ad ; 15. Magasin (maẖzan) ; 16. Écuries (iṣṭabl) ; 17. Communs (cuisine) ; 18. Moulin à grains ; 19. Escalier de l’étage sur communs.

PLANCHE XVII

PLANCHE XVII

Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du 1er étage.
9. Cour ; 10-I0bis. Escalier du harem ; 14. Escalier du maq‛ad ; 20. Antichambre ; 21. Qā‛a, (a) placard ; 22. Chambre annexe ; 23. qā‛a, (a) placard ; 24. Chambre (annexe) ; 25. Qā‛a, (b) moucharabieh avec mastaba et dikka ; 26. Communication avec escalier ; 27. maq‛ad — divisé actuellement en trois chambres avec couloir ; 28. Ḥammām (en ruines), (b) malqaf, (c) latrines ; 29. Salles communes ; 30. Chambre ; 31. Ruines.

PLANCHE XVIII

PLANCHE XVIII

Palais al Razzāz : (1re cour) plan du 2e étage.
9. Cour ; 24. Chambre annexe ; 25. Vide de la qā‛a ; 26. Communication ; 32. Grande qā‛a, (a) dûrqā‛a, (b) īwān, (c) moucharabieh ; 33. Terrasse (ex-chambre) ; 34. Chambre.

PLANCHE XIX

PLANCHE XIX

Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du 3e étage.
9. Cour ; 25. Chambre haute ; 32. Vide de la grande qā‛a.

Portes des salles nobles

  • 20 Comme la porte d’honneur du maq‛ad Sud, celle-ci est flanquée de deux étroites banquettes traditio (...)
  • 21 Palais du Caire, I, pp. 42-43.
  • 22 lbid., pp. 25 et 29. Portails surmontés d’un arc trilobé ou d’une frange de stalactites.

17D’une cour à l’autre, on peut reconnaître trois belles portes décorées différemment, correspondant à la fondation du palais par Qāyt bāy. Donnant accès à un escalier conduisant au harem, la plus importante de ces portes a été conservée dans la cour Nord. Porte à linteau droit sous arc de décharge, aménagée dans un défoncement rehaussé d’une riche décoration de pierre sculptée20 : cartouches et médaillons épigraphiques à la gloire du fondateur y alternent avec des motifs floraux compartimentés21. Toutefois, il est permis de supposer que ce portail d’honneur devait, à l’origine, s’élever aussi haut que les portails intérieurs du palais de Qāyt bāy encore visible aujourd’hui, à l’Ouest du Palais al-Razzāz (ḥārat al-Māridānī)22.

18Il devait également en être ainsi pour un autre portail — actuellement muré — donnant accès de la cour Sud à la mandara du salāmlik. Le décor de pierre sculptée s’y distingue du précédent par le choix d’éléments exclusivement géométriques à entrelacs et boucles arrondies.

  • 23 lbid., p. 61. Faite d’un réseau de fleurons et de palmettes soigneusement sculptés, la composition (...)

19A l’intersection des deux cours apparaît encore une porte de harem, de proportions plus modestes, certes, mais au linteau joliment orné d’un réseau fleuronné dans le style caractéristique du xve siècle23.

  • 24 Ce portail — comme celui du maq‛ad de Riḍwān bey — accuse une diminution sensible dans sa hauteur, (...)

20Malgré l’intérêt qui paraît bien n’avoir jamais cessé d’être porté à ces luxueuses entrées mameloukes, celles-ci n’en ont pas pour autant suscité d’imitations ultérieures, au Palais al-Razzāz, entre le xviie et le xviiie siècle. Dès lors, une simplification du portail d’honneur se généralise avec l’emploi uniforme de l’arc surbaissé — dépourvu de stalactites —24. On peut se rendre compte de ce changement à l’entrée du maq‛ad qui se dresse au fond de la cour Sud. Mais nous verrons plus loin qu’une telle modification peut demeurer partielle, sans entraîner nécessairement des transformations de même nature dans les autres parties du maq‛ad.

Rez-de-chaussée

Salāmik, Mandara

21Des différentes salles réservées à l’accueil des visiteurs et aux réunions du maître avec ses invités, la mandara s’impose par l’importance de ses proportions et de son décor intérieur (Pl. XX, fig. 7).

  • 25 Proportions héritées des xiiie et xive siècles. Cf. Palais du Caire, I, 1975, passim.

22Située dans l’aile Sud-Est de la cour principale, cette belle salle d’apparat présente les grandes dimensions et l’orientation Nord-Sud des mandara et qā‛a élevées aux xve et xvie siècles25. On y observe la répartition habituelle, depuis la dūrqā‛a centrale réservée à l’accès des invités par les couloirs latéraux, jusqu’aux deux īwān extrêmes, légèrement surélevés. C’est à l’intérieur de ces salons, dont le dallage était recouvert de tapis, divans et coussins, que chacun était convié à prendre place selon son rang.

  • 26 Palais du Caire, I, 1975, pp. 57-60.
  • 27 ou à l’Ouest.
  • 28 Id. Cf. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Ég (...)

23De sa configuration primitive, la mandara a conservé l’essentiel : allongement de la salle et élévation du plafond chers à l’ancienne aristocratie mamelouke26. Inégalité de proportions des deux īwān, le plus spacieux s’élargissant encore — comme la dûrqā‛a — grâce à l’adoption d’un plan cruciforme. Il en résulte des alcôves supplémentaires qui favorisaient le groupement des invités selon leurs affinités. Signe d’une architecture locale longtemps appréciée, l’encadrement de murs aveugles assurait à la fois pénombre et fraîcheur ; l’air et la lumière ne pénétraient que par le lanternon surmontant la durqā‛a, l’adjonction d’un malqaf — ouvert au Nord —27 à l’extrémité de la terrasse, répondant aux besoins de la ventilation intérieure28.

PLANCHE XX

PLANCHE XX

Palais al-Razzāz : (2e cour) plan du rez-de-chaussée.
1. Porche d’entrée principale ; 2. 3, Entrée voûtée et fermée par trois portes ; 4. Cour (avec jardin ?) ; 5. Pièce basse, (d) latrines ; 6. īwān ; 7. Couloir en chicane ; 8. Ancienne entrée de la qā‛a ; 9. Couloir d’accès à la qā‛a ; 10. qā‛a (ou mandara), (a) dūrqāa, (b) īwān ; 11. Antichambre ; 12. Pièce de repos ; 13. Couloir, (d) latrines ; 14. Chambres d’hôtes ( ?) ; 15. Communs ; 16. Hammām ( ?) ; 17. Communs (cuisine) ( ?) ; 18. Chambre.

  • 29 et sommet pointu.
  • 30 Palais du Caire, I, 1975, Id.
    La hauteur de la partie inférieure de la mandara (limitée par les éta (...)
  • 31 Élément en bois sculpté et peint — solive (ou linteau) supporté par deux montants — remplaçant les (...)
  • 32 Ces loges fermées pouvaient aussi être mises à la disposition de certaines musiciennes et chanteus (...)
  • 33 Solives à bords arrondis séparées par des entre-deux compartimentés et encadrées d’une frise à gor (...)
  • 34 Semblables au décor des carreaux de faïence de Nicée — très recherchés au Caire aux xviie et xviii(...)

24L’aspect architectural de la mandara est encore caractérisé par la verticalité des grandes lignes constructives avec la forme rectangulaire des portes et placards muraux et les hauts renfoncements latéraux flanqués de niches traditionnelles à fond plat29, tandis que des kurdl s’élèvent au-dessus de la salle entre dûrqā‛a et īwān (fig. 7)30. Ces kurdī31 existent aussi, de part et d’autre de la durqā‛a, marquant la place de deux loges fermées par une grille à moucharabieh au-dessus de la mandara. Les jours de fête et de réception, ces loges permettaient aux femmes du harem d’y assister en toute discrétion32. On s’y trouvait tout proche des deux plafonds à solives apparentes surmontant chacun des īwān, tout en bénéficiant de la lumière et de l’aération de la coupole centrale (fig. 8). De là on pouvait donc admirer la savante enluminure des plafonds dorés et peints33. Une ornementation turquisante faite de fleurs épanouies et de palmettes symétriques y aura, sans doute, remplacé vers le xviie siècle, l’ancien décor burğite sur l’ensemble des boiseries, telle qu’elle a été conservée jusqu’à ce jour34.

1re maq‛ad

  • 35 A comparer aussi au maq‛ad al-Mullā, cf. Palais du Caire, III, 1979, p. 77 et ss.
  • 36 Au fond de la loggia, un large défoncement formait une alcôve d’honneur, entre les murs latéraux p (...)

25Situé entre la mandara et le portail d’accès à la cour principale, un maq‛ad s’élève au centre de l’aile Sud (Pl. XXI, fig. 6). Son aspect général ne diffère guère de celui du maq‛ad de Qāyt bāy35 ; il présente, en effet, une surélévation identique, au-dessus des communs et une ouverture semblable au Nord entre ses trois arcs brisés outrepassés. Également exhaussées par des impostes à stalactites, deux colonnes de marbre clair à base et chapiteau en balustre les supportent36.

  • 37 Contrastant avec le seul arc persan conservé à l’entrée d’un maẖzan.

26Cependant, les innovations qui permettent de distinguer les deux maq‛ad, ressortent ici, aussi bien de l’emploi de l’arc surbaissé, à droite et au-dessous de la loggia37, que des moulures hexagonales qui soulignent les principaux contours de la façade.

  • 38 Palais du Caire, I, 1975, pp. 56-57.

27Comme la plupart des bâtiments de même style, celui-ci s’augmenta encore de pièces annexes aménagées aux deux extrémités, indépendamment d’une pièce haute rattachée au harem38.

PLANCHE XXI

PLANCHE XXI

Palais al-Razzāz : (2e cour) plan du 1er étage.
4. Cour ; 10. Vide de la qā‛a (ou mandara), (h) loge de femmes ; 20. Escalier du maq‛ad ; 21. Pièce annexe ; 22. maq‛ad, (d) placard, (f) colonnade et balustrade, (g) défoncement mural ; 23. Antichambre ; 24. Salon de repos avec portique ; 25. Chambre annexe ; 26. Accès de l’étage ; 27. Pièce de repos ; 28. Communication ; 29. a, (a) dūrqaa, (b) īwān, (c) moucharabieh, (d) placard ; 30. Salle de chant et musique, (d) placards (sous tribune de musiciens) ; 31. Chambre annexe, (c) moucharabieh ; 32. Ḥammām, latrines et malqaf ; 33. Salon de repos.

2e maq‛ad et taẖtabuš

28Disposées au Sud et à l’Est de la cour Nord, ces deux salles supplémentaires du salāmlik ne présentent qu’un intérêt secondaire, en raison même de leurs proportions et de leur valeur architecturale inférieures. En outre, certaines transformations n’auraient pu éviter de modifier sérieusement l’aspect originel du maq‛ad et du taẖtabuš, au point de leur donner maintenant l’apparence de pièces fermées.

Communs

  • 39 Tandis que cette forme ancienne a été maintenue dans les parties inférieures du petit maq‛ad Nord.
  • 40 Autrefois barreaudées.

29Des anciens magasins à vivres (ou chambres domestiques), aménagés au-dessous de la loggia Sud, une seule porte possède encore l’arc persan en usage à l’époque mamelouke39 ; ailleurs celle-ci a fait place au nouvel arc surbaissé alternant avec des fenêtres droites — aujourd’hui murées —40. On peut également supposer que logements domestiques, cuisines, voire moulin à grains se répétaient au rez-de-chaussée de chacune des deux cours (Pl. XVII, XX).

  • 41 Le chauffage de l’eau du hammam dans une cuve de cuivre est souvent pratiqué près de la cuisine. C (...)
  • 42 Escaliers et couloirs facilitaient les services domestiques aux divers niveaux du palais.
  • 43 Comportant généralement trois petites salles couvertes de voûtes basses aplaties et ajourées. Il s (...)

30Dans la partie Sud du Palais, cuisines et ḥammām privé41 semblent avoir été disposés au voisinage immédiat de la mandara, pourvue encore de chambres de repos et de latrines. Cependant, la préparation des repas, plus commodément effectuée au rez-de-chaussée, grâce à la présence des resserres à provisions, n’était pas moins destinée au service du harem qu’à celui du salāmlik42. Par contre nous verrons que les bains43 peuvent se répéter à proximité des grandes salles d’apparat ou de séjour, aussi bien au rez-de-chaussée qu’aux étages.

  • 44 Sur les moyens de transport, organisés au Caire à l’époque ottomane, cf. A. Raymond, Problèmes urb (...)
  • 45 Voire salles de réunion.

31Enfin, à l’Ouest de la cour secondaire, une rangée d’arcs brisés reposant sur des piliers appareillés correspond apparemment à d’anciennes écuries. Celles-ci, actuellement absentes de la cour principale, devaient pourtant s’y prolonger autrefois du même côté, afin d’y abriter les nombreuses montures — chevaux, mules, etc. — indispensables au transport des maîtres, sinon de leurs invités44. De ces écuries construites en voûte, survivance probable des anciennes écuries burğites, nous connaissons d’autres exemples, notamment au Palais voisin de Qāyt bāy. Dans ces divers cas, les voûtes inférieures et l’appui externe des consoles de pierre devaient permettre l’élévation d’un étage à usage de logement domestique45.

Ḥaramlik

  • 46 Caractéristiques de l’époque burğite.

32Les grandes salles (qā‛a) et chambres (oda, ḥuğra), qui constituent les appartements privés, occupent principalement les bâtiments situés à l’Est des deux cours. De celles-ci on peut y accéder par plusieurs escaliers à volées droites, alors que couloirs et antichambres relient entre elles les différentes parties du harem (Pl. XVIII, XIX, XXI). A l’encontre des hautes salles d’apparat du salāmlik46, qui s’élèvent du niveau du sol jusqu’aux terrasses, les salons et pièces annexes trouvent place aux deux étages superposés au-dessus des communs et des entrées du palais. Cette disposition correspond, nous l’avons dit, aux nouveaux arrangements réalisés à l’époque ottomane. Elle est déjà révélée, au dehors, par la superposition de larges balcons à moucharabieh, surplombant la rue Bāb al-Wāzīr et les cours intérieures.

  • 47 Côté Ouest.
  • 48 Palais du Caire, I, 1975, p. 64.

33La qā‛a la plus importante est placée transversalement — Est-Ouest — à l’extrémité Nord de la mandara. Sa composition classique (dûrqā‛a entre deux īwān) s’augmente ici d’une mašrabiyya donnant sur la cour47, à l’opposé d’une pièce avec loge réservée, dit-on, à la musique et aux chants48. De plus, deux couloirs joignant les loges décrites plus haut permettaient aux femmes du harem de se distraire à la vue des fêtes et réceptions organisées à l’intérieur de la mandara.

  • 49 Répétition de rosaces entrelacées à baguettes.
  • 50 Motifs turquisants.
  • 51 La même hauteur qui sépare le sol des īwān et les étagères murales se répète entre celles-ci et le (...)
  • 52 Italianisante ; cf. Palais du Caire, I, 1975, pp. 46 à 51.

34Une même ornementation peinte, géométrique49 et florale50, couvre les boiseries des portes et placards comme celles des plafonds — plus bas qu’autrefois —51. Dans l’avant-corps qui marque l’entrée Est du palais, deux qā‛a assez semblables ont été édifiées l’une au-dessus de l’autre. Accompagnées de chambres et d’antichambres, elles occupent toute la largeur du bâtiment, parallèlement à la rue Bāb al-Wazīr sur laquelle elles s’éclairent largement. Sans doute, leurs ouvertures à l’Est en rendaient-elles le séjour plus recherché durant l’hiver, en complément d’autres fenêtres donnant sur la cour (côté Ouest). Les innovations décoratives y apparaissent plus audacieuses que dans les appartements précédents, avec les grandes surfaces planes de leurs plafonds présentant une composition florale de type baroque inspirée, semble-t-il, de l’ornementation occidentale52, dont on connaît déjà l’imitation par les décorateurs d’Istambul, notamment aux xviiie et xixe siècles.

35On peut alors se rendre compte des sérieuses transformations qui ont affecté les étages du ḥaramlik entre les mains des nouveaux constructeurs et ornemanistes. En effet, il est permis de penser que, dans leur configuration générale, les grandes salles d’apparat (qā‛a) ne devaient pas différer de la mandara du salāmlik maintenue dans le style architectural du xve siècle. C’est dire que l’on y trouvait certainement la même hauteur de plafond et une pénombre que commençaient seulement à atténuer les premières mašrabiyyāt.

Palais de Riḍwān bey

  • 53 D’autres bâtiments religieux (petites mosquées et zaouïas) avoisinaient le palais de Riḍwān bay (o (...)
  • 54 A. Raymond, op. cit., p. 360. « Le centre de la police du Caire se trouvait au cœur même de la vil (...)
  • 55 lbid., p. 368. Voir aussi A. Raymond, 1re partie de cet ouvrage.
  • 56 lbid. Monument classé sous le numéro 208.
  • 57 lbid. Dont l’une est classée sous le numéro 365.

36C’est au Nord des deux palais précédents que devait s’établir Riḍwān bey, au xviie siècle. Il choisit à cet effet les abords immédiats de Bāb Zuwayla et de la Mosquée Ṣāliḥ Ṭalā‛i, à l’entrée de la Qaṣābat du Faubourg Sud53 (Pl. XXII, fig. 9). Au même endroit, devait se trouver, à l’opposé de la résidence de l’émir, celle du gouverneur (wālī) du Caire avec un poste de Janissaires mis à sa disposition54. En même temps Riḍwān bey étendit à l’ensemble du quartier où il s’installa le bénéfice d’une vieille organisation urbaine, fait dont l’importance et la rareté ont été soulignées dans les lignes suivantes : « d’entreprises urbanistiques véritables, nous ne connaissons que très peu d’exemples au Caire pendant cette période55. Au fameux émir Riḍwān bey, qui domina la vie politique de l’Égypte durant un quart de siècle, jusqu’à sa mort en 1656, revient Je mérite de la plus remarquable de toutes, sur laquelle malheureusement nous ne savons guère que ce que nous apprennent les monuments qui subsistent : Riḍwān reconstruisit, vers 1650, tout le quartier situé hors de Bāb Zuwayla... A proximité immédiate de son palais, [il] fit édifier un souq entier, la qaṣābat Riḍwān, qui est aujourd’hui un des plus beaux exemples de marché couvert56. Tout le quartier porte l’empreinte de [l’émir] qui y construisit encore deux zāwiya...57 et un sabīl qui s’élevait dans la rue al-Qirabiyya ».

PLANCHE XXII

PLANCHE XXII

Palais de Riḍwān bey : Plan de situation.
1. Palais ; 2. Wakāla ; 3. Mosquée al-Sālih al-Ṭalā‛ī ; 4. Zāwiya et Sabil de Farağ ibn Barqūq ; 5. Mosquée al-Mu‛ayyad ; 6. Takīya al-Galšānī.

  • 58 E. Pauty, Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 82. Riḍwān bey mourut (...)
  • 59 Cf. Palais du Caire, I, 1975, p. 67.
  • 60 E. Pauty, op. cit., L’émir Il Ǧā’ī était mamelouk du Sultan Nāsir Muḥammad ibn Qalāwûn. Voir aussi (...)
  • 61 Large et profond balcon à moucharabieh.

37Selon le mode d’établissement déjà adopté auparavant par Qāyt bāy lors de la fondation de ses deux palais à l’intérieur du faubourg Sud, Riḍwān bey édifia sa résidence personnelle dans un véritable îlot entouré de plusieurs rues et impasses58. Il en résulta une plus grande commodité d’accès de deux côtés opposés et un isolement propre à assurer une meilleure protection du domaine59. De même, Riḍwān sut-il conserver et utiliser les solides vestiges d’une ancienne construction fondée à cet endroit, au xive siècle, par l’émir Ilgà’î60. Leurs murs devaient alors servir de base à de nouveaux bâtiments. L’accès du palais comprend deux portes monumentales de même style, à arc surbaissé ; celles-ci rappellent les entrées imposantes des grands caravansérails contemporains du Caire. Formées d’un énorme vantail de bois plein, l’une et l’autre sont surmontées d’une mašrabiyya imposante reposant sur deux consoles de pierre à triple tête arrondie61. La première s’ouvre, côté Est, rue al-Hiyāmiyya et desservait, semble-t-il, les différentes parties du palais ; la seconde, rue Dār al-Tufān, était réservée à l’accès particulier d’une wakāla annexée à la résidence du bey. La conception originale de ce palais-caravansérail, réalisé auprès du carrefour très important de Bāb Zuwayla, répond bien à l’intérêt que Riḍwān portait à ce quartier et à sa revalorisation urbanistique et économique.

38Dans la partie Sud du domaine, une cour au sol en terre battue devait être agrémentée jadis par la verdure et les fleurs d’un jardin et l’ombrage d’arbres fruitiers. Nous verrons comment elle s’entourait des divers bâtiments destinés à l’usage du maître et de son entourage. Dans la partie Nord, deux autres cours intérieures semblaient appelées, l’une au service d’un poste de Janissaires, l’autre aux besoins de la wakāla annexée au palais. Leur aspect général suffit à les distinguer. A la diversité et à la richesse architecturale du palais s’opposent, en effet, l’uniformité et la sobriété des bâtiments militaires et commerciaux.

Entrée principale

  • 62 En raison des démolitions survenues au voisinage du porche d’entrée, on peut maintenant pénétrer d (...)

39Le grand portail accessible, rue al-Hiyāmiyya, possède un large porche, au devant d’une première cour servant autrefois de dégagement et de moyen de communication avec les autres parties du domaine seigneurial62. A l’origine, cette cour devait être limitée, de part et d’autre, par les communications avec les cours Nord et Sud, tandis qu’un bâtiment en pierres de taille appartenant aux dépendances se dressait à l’opposé de l’entrée (Pl. XXIII, fig. 10).

  • 63 Au moment où nous avons entrepris l’étude de ce bâtiment, il n’en subsistait plus que la partie in (...)
  • 64 Selon l’usage des anciennes écuries d’époque mamelouke. Rappelons cependant un autre type d’écurie (...)
  • 65 Seuls éléments encore visibles de l’ancien étage.
  • 66 De la cour d’entrée un accès direct était ménagé au bâtiment des Janissaires.

40Sans doute s’agissait-il, à cet endroit, d’un bâtiment affecté au corps des Janissaires attachés au service de l’émir et à la garde de son palais63. Il comportait, en bas, une vaste écurie à plan rectangulaire, qu’une succession d’arcs brisés divisait en plusieurs travées couvertes en voûte, l’éclairage et l’aération étant assurés par une double rangée de lucarnes hautes64. Au-dessus devaient se trouver, reliées entre elles par un couloir, deux rangées de chambres avec élargissement vers la première cour Nord, grâce au support de consoles en pierre65. La série de fenêtres barreaudées éclairant les logements des janissaires, bénéficiaient, chaque soir, de la brise du Nord, en surplombant la cour qui paraissait bien rattachée au poste militaire du palais66.

PLANCHE XXIII

PLANCHE XXIII

Palais de Riḍwān bey : Plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée principale ; 2. Cour d’entrée ; 3. Sqīfa ; 4. Loge du gardien ; 5. Porche ; 6. Boutiques ; 7. Ecuries ; 8. Ruelle (ancienne) ; 9. Salle à arcades (ancien masğid ?) ; 10. Escalier d’accès au harem (étage) ; 11. Cour principale ; 12. Accès à la cour de la wakāla ; 13. Pièce ; 14. taẖtabuš ; 15. Passage voûté (ex-communication avec communs) ; 16. Magasin (maẖzan) ou chambre ; 17. Couloir ; 18. Emplacement des communs (cuisine, etc..) ; 19. Lieu de repos (īwān) ; 20. Escalier.

  • 67 En dernier lieu cet ancien passage a été transformé avec l’installation d’ateliers d’artisans.

41De l’entrée principale, l’émir et sa suite pouvaient pénétrer dans la cour du palais en empruntant (côté Sud) un passage en chicane, couvert en voûte, de solides portes en renforçant encore la fermeture aux deux extrémités67. De même joignait-on par d’autres communications, côté Nord, la cour des Janissaires et celle de la wakāla.

Salāmlik et harem du palais

  • 68 Sur les moyens de transport utilisés au Caire, à l’époque ottomane, voir A. Raymond, op. cit., p. (...)

42Autrefois, le passage coudé reliant le portail de l’entrée à la cour du palais était assez large et élevé pour en permettre aisément l’usage à des cavaliers aussi bien qu’à des bêtes de somme. Maîtres, familiers et visiteurs mettaient alors pied à terre dans la cour pour gagner les lieux d’accueil ou les appartements privés. Anes et chameaux68 étaient arrêtés auprès des communs pour y être déchargés des approvisionnements dont ils étaient porteurs et qui trouvaient place dans les magasins à vivres (maẖzan).

43Des anciennes constructions élevées autour de la cour et de ses jardins, on peut encore voir aujourd’hui les parties essentielles : en effet, les bâtiments qui se dressent, à l’Est et au Sud, étaient affectés au salāmlik et au ḥaramlik afin de bénéficier — comme dans les palais de Qāyt bāy — de la meilleure orientation. En majeure partie disparus, les communs occupaient probablement le côté Ouest de la cour — le côté Nord étant déjà affecté au poste présumé des Janissaires, au voisinage de l’entrée principale. Les dépendances du palais devaient également s’étendre derrière la résidence des maîtres, et comporter notamment l’installation des cuisines, logements domestiques et resserres alimentaires.

  • 69 Les Palais du Caire, I, pp. 73-74.
  • 70 E. Combe, Précis de l’Histoire d’Égypte, T. III, L’Égypte ottomane de la Conquête par Sélim (1517) (...)

44Salāmlik. La salle inférieure réservée aux réceptions d’honneur (taẖtabuš), est une survivance de l’ancien palais mamelouk69 comme d’autres parties de son rez-de-chaussée (Pl. XXIII). Après avoir été préservés, jusque là, d’une destruction qui frappa pourtant un grand nombre de bâtiments antérieurs70, certains vestiges du xive siècle trouvés par Riḍwān bey furent également ménagés. Leur nouveau propriétaire estimait sans doute que le remplacement d’un rez-de-chaussée construit en belle pierre de taille présentait plus d’inconvénients que sa conservation et son remploi dans un édifice, par ailleurs, entièrement rénové. Le taẖtabuš apparaît alors à la base de l’aile Sud ; il précède un autre lieu d’accueil, plus élevé, le maq‛ad, que Riḍwān bey ne pouvait manquer d’ajouter au premier étage de son nouvel édifice.

  • 71 Cette salle possède cinq ouvertures, larges de 1,90 m (trois en façade et une aux deux extrémités) (...)
  • 72 Les solives sont faites de deux moitiés de troncs de palmier assemblées dos à dos et séparées par (...)

45Largement éclairée et aérée, sur trois côtés, par de larges ouvertures qu’encadrent des piliers en moyen appareil, cette salle basse a l’apparence d’un véritable portique71. Son plafond à fortes solives apparentes et décor polychrome en constitue le principal luxe. C’est aussi le seul trait commun que l’on peut observer avec les autres salles de réception, ouvertes (maq‛ad) ou fermées (qā‛a)72.

  • 73 Palais du Caire, I, 1975, pp. 73-74.
  • 74 Palais du Caire, II, 1977, pp. 11-53, voir les portiques des Palais de Beštak et de l’Emir Tāz.

46L’originalité de la forme architecturale de ce lieu de réception a déjà été soulignée73. Aussi bien représente-t-elle probablement l’un des premiers aspects connus du taẖtabuš ; nous verrons que son emploi, demeuré assez rare durant toute l’époque mamelouke74, ne sera appelé à se répandre qu’à partir du xviie siècle, dans les riches demeures de l’aristocratie et de la bourgeoisie cairotes.

  • 75 lbid. I, pp. 76-77. Pièce perpendiculaire à la cour.
  • 76 Palais et maisons du Caire, T.I (Ed. C.N.R.S.), Paris, 1982.
  • 77 Palais du Caire, I, 1975, pp. 74-76.

47Plus loin, un autre lieu de repos et d’accueil présente un aspect très différent, bien qu’aussi désuet, celui d’un īwān formé d’arcs brisés et partiellement couvert en voûte75. On peut s’étonner toutefois de ne pas découvrir, au rez-de-chaussée, la grande salle de réception classique (mandara ou qā‛a), demeurée longtemps fermée et sombre à l’exception du lanterneau surplombant la dûrqā‛a centrale. Elle aurait pu exister, soit dans le style hérité des premiers fondateurs mamelouks76, caractérisé par l’emploi de grands arcs brisés en pierre de taille, partageant la salle en trois parties, soit dans le style circassien maintenu à l’époque ottomane, les kurdī en bois remplaçant désormais les arcs dans le support des plafonds en charpente. A Riḍwān bey le salāmlik doit certainement l’élégante loggia surélevée de son maq‛ad, entre taẖtabuš et īwān77.

48Selon l’exemple adopté, dès le xve siècle, dans les palais et belles demeures du Caire, le maq‛ad de Riḍwān se compose des trois parties habituelles : maẖzan du rez-de-chaussée formant le support de la loggia, portail d’honneur latéral avec escalier se prolongeant à l’intérieur, grande salle ouverte au Nord dans une triple arcature (Pl. XXIV, fig. 11). D’autres pièces annexées au maq‛ad s’y ajoutaient autrefois à divers niveaux, la plus importante surmontant encore la loggia et dominant la cour de ses trois fenêtres barreaudées sous auvent.

  • 78 Portails du xve siècle à arc trilobé.
  • 79 Cette nouvelle forme d’arc semble inspirée d’Asie Mineure. On la reconnait aussi, à la même époque (...)

49Le portail d’accès, aménagé, suivant la coutume, sur le côté droit du maq‛ad, montre une simplicité architecturale qui permet de le distinguer des entrées d’honneur plus élevées et plus majestueuses, sous le règne de Qāyt bay78. Un arc surbaissé — semblable à celui des portails extérieurs — correspond à une mode nouvelle79, avec l’abandon des anciennes portes à arc trilobé ou à linteau surélevé orné de stalactites de pierre.

  • 80 Éléments de pierre taillée et sculptée encadrés par la décoration moulurée d’une chaîne hexagonale
  • 81 Ornés de bandes et rayures verticales.
  • 82 Solives arrondies.

50Spacieuse, largement éclairée et haute de plafond, la salle du maq‛ad a conservé les grandes proportions et le luxe décoratif de toute salle d’apparat (fig. 12). Les trois arcs brisés outrepassés ne diffèrent pas de ceux qui étaient en honneur au xve siècle, retombant de la même façon sur des impostes à stalactites, que supportent ici deux colonnes torses à chapiteau antique80 (fig. 13). Une chaude polychromie était également recherchée dans les parements muraux en marbre de couleurs81 rehaussés de mosaïques, et les tapis et coussins recouvrant le dallage du sol (fig. 14, 15). Elle était complétée par l’ornementation florale du plafond à solives transversales82 et entre-deux compartimentés (fig. 16).

PLANCHE XXIV

PLANCHE XXIV

Palais de Riḍwān bey : plan du 1er étage.
2. Cour d’entrée ; 10. Escalier du harem ; 11. Cour principale ; 21. Escalier du maq‛ad ; (f) dūlāb ; 23. 1rea, (a) durqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya ; 24. Chambre annexe ; 25. Couloir ; 26. Chambre ; 27. 2eqā‛a ; 28. 3eqā‛a ; 29. Chambre, (d) latrines, (c) fourneau à café ; 30. Ḥammām.

51Les entretiens qui avaient lieu à cet endroit entre l’émir et ses visiteurs (ou invités) devaient s’agrémenter de l’offre de cafés, patisseries et longues pipes présentés par les esclaves du palais. Ce service était facilité par la présence d’un couloir à proximité du maq‛ad, communication utilisée aussi par le maître et ses familiers pour joindre directement les appartements privés de l’étage.

52Ḥaramlik. Les deux étages qui apparaissent jusqu’à ce jour au-dessus de l’entrée principale, du taẖtabuš et des communs, devaient être affectés exclusivement aux appartements de l’émir.

  • 83 L’un, situé à côté du portail d’entrée principal ; l’autre près du couloir de communication entre (...)
  • 84 Comme les anciennes cours intérieures de Fusṭāṭ, la qā‛a remplit les fonctions d’élément central a (...)

53L’état de ruine de la partie supérieure l’a condamné à un abandon complet. Seul le premier étage des ailes Est et Sud de l’ancien palais est actuellement habité par des familles pauvres, en dépit de la vétusté des lieux. Pourtant leur construction ne remonte qu’aux xviie et xviiie siècles. Mais faite seulement de briques et de bois, celle-ci a moins bien résisté à l’usage et au temps que les parties inférieures d’époque mamelouke solidement bâties en pierres de taille. La visite de l’étage encore visible suffit à donner une idée de la richesse passée de la résidence de Riḍwān bey. L’ensemble est accessible de la cour par deux escaliers étroits et obscurs à courtes volées droites83 — en dehors de la communication particulière du maq‛ad. Il présente une distribution générale entre chambres et couloirs répartis autour de trois grandes salles de séjour et de fête (qā‛a)84. Les appartements de l’aile Sud prennent jour sur la cour intérieure ; ceux de l’aile Est reçoivent air et lumière de la cour et de la rue al-H̲iyāmiyya.

  • 85 C’est le cas des grandes salles d’apparat — salāmlik et ḥaramlik — aux Manzil Suhaymī, Bayt Muṣṭāf (...)
  • 86 A l’époque mamelouke, une autre porte d’entrée, aujourd’hui murée, semble avoir existé à cet endro (...)

54Conformément à une disposition fréquemment adoptée à l’époque ottomane, les trois qā‛a s’allongent parallèlement dans le sens Est-Ouest, quel que soit leur emplacement à l’intérieur du bâtiment85. L’une des plus importantes de ces grandes salles surmonte le taẖtabuš qui en a déterminé les proportions tout en jouant le rôle de support. Une assise non moins résistante a été également choisie à dessein pour assurer la stabilité des deux autres qā‛a86. Les trois qā‛a montrent le même partage intérieur fixé par une lointaine tradition : dūrqā‛a au centre — surmontée d’un lanterneau (manwār) à coupole — permettant d’accéder aux deux īwān extrêmes, légèrement surhaussés. Jadis tapis, divans et coussins meublaient ceux-ci afin d’y rendre le séjour aussi confortable et agréable que celui du maq‛ad. Un luxe semblable — aujourd’hui disparu — devait ressortir des lambris de marbre ainsi que des boiseries ouvragées — placards muraux (dulāb) et plafond en charpente — Leur diversité résultait notamment de l’inégalité de leurs ouvertures garnies de moucharabieh (mašrabiyya), en fonction de la place occupée par chacune des grandes salles.

  • 87 Balcons à moucharabieh surmontés encore de vitraux enchâssés dans le plâtre.

55Ainsi la mieux éclairée et aérée était, sans conteste, la qā‛a de l’aile Sud, grâce aux fenêtres et au large balcon dont elle a conservé les vestiges, en surplomb de la cour et face au Nord87. Peut-être ces avantages étaient-ils dûs à un aménagement plus tardif et au plus grand développement des mašrabiyya, tel qu’il s’imposera surtout au xviiie siècle. Il en est autrement de la qā‛a voisine, qui n’est guère éclairée que par son lanterneau, en dehors de la fenêtre extrême donnant sur la rue al-H̲iyāmiyya. Ainsi conserve-t-elle encore la pénombre et la fraîcheur particulières aux anciennes qā‛a mameloukes. Quant à la troisième qā‛a, qui possède deux larges īwān, elle bénéficie d’une baie ouverte au Nord sur la cour de l’entrée et d’une autre sur le Sūq de la rue al-H̲iyāmiyya.

56Dominant cour et rue couverte, les balcons à moucharabieh des trois qā‛a se multiplient grâce à des défoncements muraux symétriques. Il en ressort, avec l’élargissement des salles de séjour, de nombreuses alcôves qui se prêtaient aux groupements et apartés intimes à l’intérieur du harem.

  • 88 Durant la journée, nattes et matériel de couchage étaient rangés dans des chambres annexes.

57Notons enfin, au-dessus du portail de l’entrée, une salle quadrangulaire pourvue d’une large mašrabiyya reposant sur de solides consoles de pierre à têtes arrondies, ensemble architectural qui complète l’aspect imposant de l’accès principal du palais. A cette pièce comme aux diverses qā‛a se rattachent les chambres que se partageaient auparavant femmes et concubines de l’émir avec leurs enfants ; de proportions réduites et de plafond peu élevé, ces chambres n’apparaissent éclairées que d’un seul côté par une simple fenêtre barreaudée ou un petit balcon à moucharabieh. On pouvait s’y tenir le jour et, la nuit venue, étendre sur le sol matelas et tapis utilisés pour le couchage88.

58Ajoutons qu’un petit ḥammām et des latrines, voire des recoins pour la préparation du café, existaient encore, entre escaliers et couloirs répondant à la circulation intérieure des maîtres et de leur domesticité.

59Une disposition générale assez semblable à celle du premier étage devait se reproduire autrefois à l’étage supérieur.

Notes

1 Cf. Palais du Caire, II, 1977, pp. 61-76.
H. Dehérain, L’Égypte turque, t. V, Paris, 1931, p. 8. Nomination de H̲ayrbak gouverneur de l’Égypte et du Caire par Sélim (1517-1520).

2 K.A.C. Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, II, Oxford, 1959, p. 129 et ss.

3 Palais du Caire, II, 1977, passim. Ces ouvertures devaient même suppléer à l’usage pourtant très répandu du malqaf, l’élévation des fenêtres de la qā‛a supérieure et leur orientation au Nord et à l’Ouest permettant la circulation d’air recherchée avec les fenêtres de la coupole centrale.

4 A. Raymond, op. cit., p. 368.

5 Id. (peut-être le monument classé sous le numéro 619 et daté de 1652).

6 Id. (numéro 123).

7 Tombeau rehaussé de deux hautes stèles de marbre sculpté sur le modèle des pierres tombales de Constantinople.

8 Id. « Classé sous le numéro 395, cet immeuble qui avait été édifié en 1651 par Ibrahim Āġā, ainsi que le montrait l’inscription qui s’y trouvait, a malheureusement disparu récemment ».
Il ne reste plus aujourd’hui que des débris d’un ensemble qui, à en juger par la façade du rab‛, dut être très important, le but de « l’opération immobilière » menée à bien dans ce quartier par Ibrahim Āġā étant vraisemblablement d’assurer, par le moyen des Waqfs, des revenus substantiels à la mosquée de Aq Sunqūr ». Faute de renseignements plus détaillés sur la résidence seigneuriale que dut se faire construire ce haut personnage au milieu de son quartier rénové, on ne peut que l’imaginer en se référant à des palais de même importance édifiés dans des conditions semblables, comme ceux d’un Qāyt bāy, au xve siècle, ou d’un Riḍwān bāy, au xviiie.

9 Maqrīzī, II, p. 399.

10 Palais du Caire, I, 1975 (Fig. 11).

11 lbid., pp. 35 à 65. Rappelons aussi la proximité de la Mosquée al-Māridānī (xive s.).

12 lbid.

13 lbid., pp. 53-56.

14 Les vestiges de cette entrée ont disparu au cours de ces dernières années.

15 Id. L’adjonction aux consoles de pierre d’une console supérieure plus longue en bois — légèrement redressée — permettait d’augmenter sensiblement la saillie de la mašrabiyya au-dessus de l’entrée.

16 lbid., pp. 38-39.

17 Id.

18 lbid. pp. 35-36.

19 E. Combe, Précis de l’Histoire d’Égypte, Le Caire, 1933. T. III. L’Égypte ottomane de la conquête par Sélim (1517) à l’arrivée de Bonaparte (1798), p. 15. L’auteur signale les nombreuses destructions de maisons au Caire, qui suivirent la conquête de Selim. S’accompagnant de pillages de matériaux — marbres, boiseries — ces démolitions ne furent pas toujours totales comme l’utilisation des vestiges d’anciens palais mamelouks nous en fournit plusieurs exemples.

20 Comme la porte d’honneur du maq‛ad Sud, celle-ci est flanquée de deux étroites banquettes traditionnelles en pierre.

21 Palais du Caire, I, pp. 42-43.

22 lbid., pp. 25 et 29. Portails surmontés d’un arc trilobé ou d’une frange de stalactites.

23 lbid., p. 61. Faite d’un réseau de fleurons et de palmettes soigneusement sculptés, la composition décorative présentée ici est caractéristique du règne de Qāyt bāy. On en trouve la reproduction dans les linteaux inférieurs de la wakāla de ce sultan, près d’al-Azhar.

24 Ce portail — comme celui du maq‛ad de Riḍwān bey — accuse une diminution sensible dans sa hauteur, puisque celle-ci atteignait auparavant le niveau même des arcs de la loggia.

25 Proportions héritées des xiiie et xive siècles. Cf. Palais du Caire, I, 1975, passim.

26 Palais du Caire, I, 1975, pp. 57-60.

27 ou à l’Ouest.

28 Id. Cf. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Égypte musulmane, in Mélanges G. Wiet, Le Caire, 1971.

29 et sommet pointu.

30 Palais du Caire, I, 1975, Id.
La hauteur de la partie inférieure de la mandara (limitée par les étagères) est à peu près égale à celle du lanternon. Elle mesure la moitié de la hauteur comprise entre le linteau des portes et le plafond des īwān. Cf. A. Lézine, Les salles nobles des Palais mamelouks, Annales islamologiques, Le Caire, 1972, passim.

31 Élément en bois sculpté et peint — solive (ou linteau) supporté par deux montants — remplaçant les arcs en pierre à l’intérieur d’une qāā.

32 Ces loges fermées pouvaient aussi être mises à la disposition de certaines musiciennes et chanteuses d’un rang élevé On s’y rendait aisément de la grande qā‛a ou des appartements du harem situés au même niveau.

33 Solives à bords arrondis séparées par des entre-deux compartimentés et encadrées d’une frise à gorge — forme répétée plus bas dans les étagères qui surmontent portes et placards.

34 Semblables au décor des carreaux de faïence de Nicée — très recherchés au Caire aux xviie et xviiie siècles — ces motifs floraux apparaissent sur fond rouge ou sur fond clair, mêlés parfois à l’ancien médaillon persan.

35 A comparer aussi au maq‛ad al-Mullā, cf. Palais du Caire, III, 1979, p. 77 et ss.

36 Au fond de la loggia, un large défoncement formait une alcôve d’honneur, entre les murs latéraux pourvus de placards rectangulaires.

37 Contrastant avec le seul arc persan conservé à l’entrée d’un maẖzan.

38 Palais du Caire, I, 1975, pp. 56-57.

39 Tandis que cette forme ancienne a été maintenue dans les parties inférieures du petit maq‛ad Nord.

40 Autrefois barreaudées.

41 Le chauffage de l’eau du hammam dans une cuve de cuivre est souvent pratiqué près de la cuisine. Cette coutume existe aussi en Afrique du Nord, cf. Palais de Tunis.

42 Escaliers et couloirs facilitaient les services domestiques aux divers niveaux du palais.

43 Comportant généralement trois petites salles couvertes de voûtes basses aplaties et ajourées. Il s’y ajoute toujours des latrines dont on trouve aussi l’installation indépendante aux divers étages.

44 Sur les moyens de transport, organisés au Caire à l’époque ottomane, cf. A. Raymond, Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles, 1969, p. 363.

45 Voire salles de réunion.

46 Caractéristiques de l’époque burğite.

47 Côté Ouest.

48 Palais du Caire, I, 1975, p. 64.

49 Répétition de rosaces entrelacées à baguettes.

50 Motifs turquisants.

51 La même hauteur qui sépare le sol des īwān et les étagères murales se répète entre celles-ci et les plafonds.

52 Italianisante ; cf. Palais du Caire, I, 1975, pp. 46 à 51.

53 D’autres bâtiments religieux (petites mosquées et zaouïas) avoisinaient le palais de Riḍwān bay (ou Riḍwān bay).

54 A. Raymond, op. cit., p. 360. « Le centre de la police du Caire se trouvait au cœur même de la ville, à proximité immédiate de Bāb Zuwayla. Le Wālī y avait son domicile, près du Sūq al-Qawwāfïn, le grand marché couvert qu’avait construit Riḍwān Bey pour les marchands de chaussures, devant la porte. C’est là que la Description de l’Égypte place la « maison des gens de l’Oualy » (238 Ν 6) et la Bawwābat al Wālī (239 Ν 6) où se tenaient les hommes de sa garde, dans une petite rue qui débouchait dans la Qasābat Riḍwān sur la gauche quand on venait de Bāb Zuwayla. C’est probablement la présence du wālī et son poste qui explique que Bāb Zuwayla ait continué à être l’endroit où l’on procédait aux exécutions capitales et où l’on exposait les têtes des victimes suivant une tradition à vrai dire très ancienne ».
La présence du karakol (poste de police) est également signalée près de la Mosquée de Talâ’i par ’Ali Pāchā Mubārak.

55 lbid., p. 368. Voir aussi A. Raymond, 1re partie de cet ouvrage.

56 lbid. Monument classé sous le numéro 208.

57 lbid. Dont l’une est classée sous le numéro 365.

58 E. Pauty, Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 82. Riḍwān bey mourut en 1656.

59 Cf. Palais du Caire, I, 1975, p. 67.

60 E. Pauty, op. cit., L’émir Il Ǧā’ī était mamelouk du Sultan Nāsir Muḥammad ibn Qalāwûn. Voir aussi : Maqrīzī, II. p. 67 et ’Ali Pacha, II, p. 34-35.

61 Large et profond balcon à moucharabieh.

62 En raison des démolitions survenues au voisinage du porche d’entrée, on peut maintenant pénétrer directement dans la grande cour du palais.

63 Au moment où nous avons entrepris l’étude de ce bâtiment, il n’en subsistait plus que la partie inférieure des murs.

64 Selon l’usage des anciennes écuries d’époque mamelouke. Rappelons cependant un autre type d’écuries en honneur au temps de Qāyt bāy, aménagées derrière une rangée d’arcades sur un ou deux côtés de la cour intérieure. Cf. Palais du Caire, I, 1975, Palais de Qāyt bāy et d’al-Razzāz.

65 Seuls éléments encore visibles de l’ancien étage.

66 De la cour d’entrée un accès direct était ménagé au bâtiment des Janissaires.

67 En dernier lieu cet ancien passage a été transformé avec l’installation d’ateliers d’artisans.

68 Sur les moyens de transport utilisés au Caire, à l’époque ottomane, voir A. Raymond, op. cit., p. 363.

69 Les Palais du Caire, I, pp. 73-74.

70 E. Combe, Précis de l’Histoire d’Égypte, T. III, L’Égypte ottomane de la Conquête par Sélim (1517) à l’arrivée de Bonaparte (1798), Le Caire, 1933, pp. 15-16 « De tout, disent les auteurs arabes ]Selim] enleva le meilleur... ».
« Cette année, 923, dira Ibn Iyâs, fut une année épouvantable pour tout le monde... Une quantité de maisons furent détruites, beaucoup de biens furent anéantis... » p. 114. Pillage, arrachage et transport à Alexandrie puis à Constantinople d’un grand nombre de plaques de marbre, colonnes de porphyre, provenant des appartements et palais de la Citadelle. Ces matériaux sont trainés sur des chariots par les Égyptiens jusqu’à Bûlâq...
p. 115. « On apprend aussi par le Qânûn de Sulimân, que les belles maisons, abandonnées par les Beys Circassiens, devinrent la proie des spahis laissés par Sélim au Caire. Ces immeubles étaient peu à peu détruits, car leurs nouveaux possesseurs en emportaient les poutres, les pierres et d’autres matériaux. Le Sultan informé ordonna alors d’en faire un inventaire, autorisa les occupants à y rester contre payement d’un loyer, à condition qu’ils ne les détérioreraient pas. Les maisons sans propriétaires furent par contre confisquées et louées... ». Vente des maisons menaçant ruine.

71 Cette salle possède cinq ouvertures, larges de 1,90 m (trois en façade et une aux deux extrémités), séparées par des piliers de 1 m de côté.

72 Les solives sont faites de deux moitiés de troncs de palmier assemblées dos à dos et séparées par un entre-deux compartimenté. Fixation des planches par de gros clous à tête plate. Éléments décoratifs polychromes, dominés par le médaillon persan.

73 Palais du Caire, I, 1975, pp. 73-74.

74 Palais du Caire, II, 1977, pp. 11-53, voir les portiques des Palais de Beštak et de l’Emir Tāz.

75 lbid. I, pp. 76-77. Pièce perpendiculaire à la cour.

76 Palais et maisons du Caire, T.I (Ed. C.N.R.S.), Paris, 1982.

77 Palais du Caire, I, 1975, pp. 74-76.

78 Portails du xve siècle à arc trilobé.

79 Cette nouvelle forme d’arc semble inspirée d’Asie Mineure. On la reconnait aussi, à la même époque, dans les arcs de décharge des portes citadines de Tunis — monuments religieux et civils — Cf. Palais de Tunis, I et IV.

80 Éléments de pierre taillée et sculptée encadrés par la décoration moulurée d’une chaîne hexagonale.

81 Ornés de bandes et rayures verticales.

82 Solives arrondies.

83 L’un, situé à côté du portail d’entrée principal ; l’autre près du couloir de communication entre la cour du palais et les communs.

84 Comme les anciennes cours intérieures de Fusṭāṭ, la qā‛a remplit les fonctions d’élément central auquel se rattachent plusieurs chambres du harem.

85 C’est le cas des grandes salles d’apparat — salāmlik et ḥaramlik — aux Manzil Suhaymī, Bayt Muṣṭāfa Ga’far, etc. Auparavant, les mêmes salles adoptaient fréquemment l’orientation Nord-Sud.

86 A l’époque mamelouke, une autre porte d’entrée, aujourd’hui murée, semble avoir existé à cet endroit, cf. Palais du Caire, I, 1975, p. 71.

87 Balcons à moucharabieh surmontés encore de vitraux enchâssés dans le plâtre.

88 Durant la journée, nattes et matériel de couchage étaient rangés dans des chambres annexes.

Table des illustrations

Titre PLANCHE XV
Légende Palais al-Razzāz. Plan de situation : 1. 1re cour du palais ; 2. 2e cour ; 3. mosquée Sulṭān al-Ašrāf Ša‛bān.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre PLANCHE XVI
Légende Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du rez-de-chaussée (état actuel).1. Magasin (ex-entrée principale) ; 2. Loge du portier ; 3. Abreuvoir ; 4. Entrée actuelle (ex-entrée secondaire) ; 5. Ex-réservoir d’abreuvoir ; 6. Porche ; 7. Communication avec madrasa ; 8. Madrasa Sultan Ša‛bān ; 9. Cour ; 10. Porte de Qāyt-bāy (harem) ; 11. Escalier ; 12. Ex-taẖtabuš ( ?) ; 13. Communication avec la deuxième cour ; 14. Escalier du maq‛ad ; 15. Magasin (maẖzan) ; 16. Écuries (iṣṭabl) ; 17. Communs (cuisine) ; 18. Moulin à grains ; 19. Escalier de l’étage sur communs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre PLANCHE XVII
Légende Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du 1er étage.9. Cour ; 10-I0bis. Escalier du harem ; 14. Escalier du maq‛ad ; 20. Antichambre ; 21. Qā‛a, (a) placard ; 22. Chambre annexe ; 23. qā‛a, (a) placard ; 24. Chambre (annexe) ; 25. Qā‛a, (b) moucharabieh avec mastaba et dikka ; 26. Communication avec escalier ; 27. maq‛ad — divisé actuellement en trois chambres avec couloir ; 28. Ḥammām (en ruines), (b) malqaf, (c) latrines ; 29. Salles communes ; 30. Chambre ; 31. Ruines.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre PLANCHE XVIII
Légende Palais al Razzāz : (1re cour) plan du 2e étage.9. Cour ; 24. Chambre annexe ; 25. Vide de la qā‛a ; 26. Communication ; 32. Grande qā‛a, (a) dûrqā‛a, (b) īwān, (c) moucharabieh ; 33. Terrasse (ex-chambre) ; 34. Chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre PLANCHE XIX
Légende Palais al-Razzāz : (1re cour) plan du 3e étage.9. Cour ; 25. Chambre haute ; 32. Vide de la grande qā‛a.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre PLANCHE XX
Légende Palais al-Razzāz : (2e cour) plan du rez-de-chaussée.1. Porche d’entrée principale ; 2. 3, Entrée voûtée et fermée par trois portes ; 4. Cour (avec jardin ?) ; 5. Pièce basse, (d) latrines ; 6. īwān ; 7. Couloir en chicane ; 8. Ancienne entrée de la qā‛a ; 9. Couloir d’accès à la qā‛a ; 10. qā‛a (ou mandara), (a) dūrqāa, (b) īwān ; 11. Antichambre ; 12. Pièce de repos ; 13. Couloir, (d) latrines ; 14. Chambres d’hôtes ( ?) ; 15. Communs ; 16. Hammām ( ?) ; 17. Communs (cuisine) ( ?) ; 18. Chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre PLANCHE XXI
Légende Palais al-Razzāz : (2e cour) plan du 1er étage.4. Cour ; 10. Vide de la qā‛a (ou mandara), (h) loge de femmes ; 20. Escalier du maq‛ad ; 21. Pièce annexe ; 22. maq‛ad, (d) placard, (f) colonnade et balustrade, (g) défoncement mural ; 23. Antichambre ; 24. Salon de repos avec portique ; 25. Chambre annexe ; 26. Accès de l’étage ; 27. Pièce de repos ; 28. Communication ; 29. a, (a) dūrqaa, (b) īwān, (c) moucharabieh, (d) placard ; 30. Salle de chant et musique, (d) placards (sous tribune de musiciens) ; 31. Chambre annexe, (c) moucharabieh ; 32. Ḥammām, latrines et malqaf ; 33. Salon de repos.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre PLANCHE XXII
Légende Palais de Riḍwān bey : Plan de situation.1. Palais ; 2. Wakāla ; 3. Mosquée al-Sālih al-Ṭalā‛ī ; 4. Zāwiya et Sabil de Farağ ibn Barqūq ; 5. Mosquée al-Mu‛ayyad ; 6. Takīya al-Galšānī.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE XXIII
Légende Palais de Riḍwān bey : Plan du rez-de-chaussée.1. Entrée principale ; 2. Cour d’entrée ; 3. Sqīfa ; 4. Loge du gardien ; 5. Porche ; 6. Boutiques ; 7. Ecuries ; 8. Ruelle (ancienne) ; 9. Salle à arcades (ancien masğid ?) ; 10. Escalier d’accès au harem (étage) ; 11. Cour principale ; 12. Accès à la cour de la wakāla ; 13. Pièce ; 14. taẖtabuš ; 15. Passage voûté (ex-communication avec communs) ; 16. Magasin (maẖzan) ou chambre ; 17. Couloir ; 18. Emplacement des communs (cuisine, etc..) ; 19. Lieu de repos (īwān) ; 20. Escalier.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre PLANCHE XXIV
Légende Palais de Riḍwān bey : plan du 1er étage.2. Cour d’entrée ; 10. Escalier du harem ; 11. Cour principale ; 21. Escalier du maq‛ad ; (f) dūlāb ; 23. 1re a, (a) durqā‛a, (b) īwān, (c) mašrabiyya ; 24. Chambre annexe ; 25. Couloir ; 26. Chambre ; 27. 2e qā‛a ; 28. 3e qā‛a ; 29. Chambre, (d) latrines, (c) fourneau à café ; 30. Ḥammām.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3306/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter