Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Herbes et drogues dans la médecine provençale du Moyen Âge*

Joseph Shatzmiller

Texte intégral

  • * Joseph SHATZMILLER, Professeur associé, Université de Provence.
  • 1 Dans le cadre d’un projet de recherche sur la ville de Manosque au Moyen Age, dirigé par MM. Rodri (...)
  • 2 Pour un contrat de 1310, envisageant une surveillance médicale de ce type, voir mes " Notes sur le (...)
  • 3 Voir par exemple les données présentées par Noël Coulet dans son étude " Autour d’une quinzaine de (...)

1L’un des aspects du grand essor de l’Occident médiéval aux xiie et xiiie siècles et de l’épanouissement extraordinaire du monde méditerranéen de l’époque est sans doute la médicalisation croissante de la société. A côté des autres grands indices de cet épanouissement, la création de villes, l’expansion démographique ou l’amélioration générale du niveau de vie, on constate un intérêt certain, porté par toutes les couches de la société, à la médecine scientifique, bien que la médecine du miracle jouit, elle aussi, d’un grand succès auprès des masses. Parmi les grands indices de cette médicalisation — médicalisation que l’on aperçoit bel et bien dans le Midi de la France à partir d’environ 1250 — il faut noter d’abord le nombre considérable de praticiens que l’on découvre partout. Une ville provençale de l’arrière-pays, comme Manosque, hébergeait, vers 1300, quelques dix professionnels, des médecins et des chirurgiens, pour une population de 4 000 habitants tout au plus. Et bien que ce corps médical dût servir non seulement la ville, mais aussi les villages environnants, on découvre une situation qui ressemble plutôt à celle d’aujourd’hui dans les pays les plus avancés1. Aussi faut-il constater — et c’est ici un deuxième indice — que la médecine cesse à cette époque d’être la propriété, la prérogative de couches dominantes de la société (rois et nobles, prélats ou grands commerçants) pour pénétrer très profondément dans toute la société. Ainsi, des paysans ne se contentent pas de s’offrir des services médicaux de temps à autre. Quelques-uns d’entre eux envisagent une surveillance médicale permanente pour leurs familles et concluent — pour le réaliser — des contrats de longue durée avec les médecins, leur offrant des quantités de blé en rémunération2. Après la peste noire, quand la conscience médicale atteint un plus haut niveau, on constate que toutes les villes sont en train d’engager des médecins contre salaires annuels, afin d’offrir aux citoyens quelques services médicaux au moins. De petits villages, trop pauvres pour bénéficier d’un service permanent, s’offrent la visite d’un professionnel un jour par semaine3. Nous parlons volontiers des médecins et chirurgiens, mais il faut aussi parler d’une troisième catégorie de la profession médicale : l’apothicaire, ou l’épicier, ou speciarus, profession qui émerge elle aussi dans le contexte de cette médicalisation.

  • 4 Voir surtout les travaux du grand savant du siècle dernier Moritz Steinschneider : Die hebraeische (...)

2Ce renforcement des services médicaux s’est accompagné nécessairement d’un éveil de l’intérêt pour l’œuvre de la médecine classique. Galier, surtout, transmis à travers l’élaboration d’Avicenne, fut traduit de l’arabe en latin et en hébreu, et tel était le destin de bien d’autres manuels de pharmacologie, notamment la materia medica de Dioscoride4. Le médecin provençal, espagnol ou italien avait ainsi à sa disposition des centaines et des milliers de recettes médicales, classées et expérimentées, qui promettaient guérisons à une série impressionnante de maladies. Les auteurs classiques ont enregistré des recettes, des mélanges d’herbes, de plantes et de fleurs qu’il fallait moudre, bouillir — parfois avec des minéraux —, filtrer et conserver pour les administrer aux malades en sirops, en poudres ou en pillules. C’était la tâche de l’apothicaire de veiller à ce que la ville ait toujours un stock suffisant de ces éléments médicaux. Certaines de ces herbes et plantes ont sûrement poussé dans l’arrondissement ou bien ont été cultivées dans un herbarium spécial. Bien d’autres arrivaient, semble-t-il, des horizons lointains et exotiques.

  • 5 Israel Abrahams, Hebrew Ethical Wills, Philadelphia, 1976, p. 68.
  • 6 Bibliothèque Universitaire de Bologne, Ms 197.

3Les médecins, donc, dépendent de la botanique et de ses rythmes. Un médecin du xiie siècle, Yehuda Ibu Tibbon, vivant à Lunel près de Montpellier, mais originaire de Grenade (Espagne), dans une lettre moralisante à son fils, médecin lui aussi, lui enjoint de faire une habitude et d’examiner une fois par semaine les herbes autour de lui5. Quelques 250 ans après, un témoignage de l’art plastique nous montre le médecin faisant précisément cela. Il s’agit d’une enluminure dans un magnifique codex d’Avicenne fait en Italie au début du xve siècle, et conservé aujourd’hui dans la Bibliothèque universitaire de Bologne6. En fait, on y trouve une série de tableaux qui nous montrent le médecin à différents moments de sa journée : ainsi, on le voit en train de faire une intervention chirurgicale ou en train de pratiquer l’urinoscopie, ou encore en train de visiter un malade pour dire à sa famille qu’il faut faire venir le notaire. L’enluminure qui nous intéresse montre le médecin visitant l’herbarium, accompagné d’une autre personne — son assistant, ou plus probablement l’apothicaire —. Statique et muet, le tableau ne nous dit pas s’il s’agit là d’une visite quotidienne du médecin, ou s’il est venu chercher une plante bien déterminée, indispensable à la guérison d’un malade. Nous devons ainsi nous contenter de la constatation que cette visite à l’herbarium faisait partie de l’activité typique du médecin du xve siècle.

  • 7 Simonsohn Shlomo, The Jews in the Duchy of Milan, vol. I, Jérusalem, 1982, p. 607 (document n° 145 (...)
  • 8 Simonsohn, ibidem, p. 569 (document n° 1357).

4Par chance, quelques-uns de nos documents d’archives italiens sont plus explicites à ce propos pour nous montrer le degré de dépendance du médecin du rythme botanique de l’année. Ainsi, le médecin Jacob de Crémona parle de cette dépendance lors d’une mission qu’il avait effectuée en 1473 à la cour du comte de Savoie7. Le médecin, au service du comte de Milan, était envoyé en Savoie pour traiter la comtesse, la Dame Olivetta. Sur place, il a consenti à voir également le cas de son fils Filiberto, un garçon de santé fragile et de tendre âge. Jacob avait assuré à tout le monde autour de lui qu’il était en mesure, en principe, de guérir le prince. Mais il a quand même insisté sur une difficulté. Alors que dans le cas de gens ordinaires, de constitution physique plus robuste, il n’aurait pas hésité à avoir recours aux poudres et lotions contenant des minéraux, dans ce cas princier, il préférait un traitement plus doux, par des herbes. Mais puisqu’on était en décembre, en plein hiver, le médecin a suggéré de retarder le traitement jusqu’en mai, quand les herbes nécessaires auraient fleuri. Autrement, il n’assurait pas la réussite de son intervention. La comtesse de Savoie, jugeant ces considérations exagérées, avait insisté pour une intervention immédiate. Peut-être voyait-elle dans ces hésitations professionnelles, un moyen pour le médecin de se libérer de ses responsabilités en cas d’échec. Notons, toutefois, que le même Jacob de Crémona, deux ans auparavant8, dans une lettre à son patron le duc de Milan, évoque le même argument au sujet d’un autre patient : seulement, durant l’été, quand les plantes poussent, serait-il en mesure de compléter son traitement. Un de ses collègues, Johannes Simonetta, ajoute à cette occasion une lettre au duc appuyant le point de vue de Jacob.

  • 9 Haberman (A.M.) ed., Even-Bohan de Kalonymos ben Kalonymos, Tel-Aviv, 1956, p.45-46 (en hébreu).

5Ce sont là, après tout, des cas exceptionnels. Dans la majorité des cas, on peut présumer que les médecins ont décidé d’agir. Il fallait passer, à ce moment-là, par la pharmacie, car quand le médecin décidait la manière de traiter son malade, ce n’était pas lui mais plutôt le pharmacien qui préparait le médicament. Kalonymos d’Arles, vers 1320, dans sa parodie hébraïque Pierre de Touch9 nous décrit une telle collaboration entre médecins et pharmaciens. Plein de critiques envers la profession médicale, il nous parle de trois recettes conçues par les médecins, recettes qui n’ont pas empêché le malade de finir ses jours la nuit même. Kalonymos imite la réthorique de la pharmacopée de l’époque — telle qu’on la voit chez Avicenne, par exemple — énumérant des plantes, des herbes parfois exotiques, et ajoutant parfois des éléments tout-à-fait fantaisistes pour partager avec ses lecteurs le peu de confiance qu’il avait, lui, dans ses médicaments. Il n’empêche que Kalonymos nous décrit une scène réaliste et quotidienne : le médecin qui convoque l’épicier, lui dictant une liste des ingrédients et lui indiquant les modalités techniques du bouillonnement et du raffinement qu’il faut employer.

  • 10 Pernoud Régine, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, 1949, A. Picard, p. 107-108.

6Avec toute la critique qu’il porte envers le métier, Kalonymos, cependant, n’accuse pas le médecin et le pharmacien de fraudes ou de complicités dans la pratique de leurs métiers. Or de tels soupçons existaient à leur époque, comme nous le montrent les statuts municipaux de Marseille (xiiie siècle) et ceux d’Avignon rédigés quelques années plus tôt. Les Marseillais sont très discrets10 : pour eux, le médecin, comme tout professionnel, doit rendre serment de pratiquer son métier loyalement, entre autres choses de n’acheter pour son patient que des médicaments dont il a vraiment besoin. Il ne faut pas que les médecins aient une association quelconque avec les apothicaires.

  • 11 Reproduit par P. Pansier " Les médecins juifs à Avignon aux xiiie, xive et xve siècles ", in Janus (...)

7Les Avignonnais sont beaucoup plus sévères11 : pour éviter une situation où les médecins en collaboration avec les apothicaires, extorquent des sommes exagérées des malades, ils prévoient la législation suivante :

" Nous établissons que les apothicaires et leurs apprentis devront prêter serment qu’ils exerceront leur office de bonne foi, et qu’ils ne feront pas " collusion " ou " conspiration " avec les médecins, ni avec un médecin particulier quelconque et qu’ils ne feront pas d’association (participio) avec eux, ou qu’ils n’offrent pas un service ou une donation afin qu’ils (les médecins) fassent vendre, et qu’ils ne vendent pas autre chose pour un médicament. Et (ils jureront) qu’ils prépareront la confection selon le mode le plus loyal et selon le meilleur de leurs possibilités. Aussi, qu’ils ne cachent pas une fraude commise par l’un d’entre eux dans l’(exercice) de son office. Plutôt, ils sont obligés d’indiquer une telle (fraude) à la cour, même s’ils ne sont pas obligés de le faire ".

8Le statut avignonnais répète la même législation dans une autre occasion ; la raison en est claire : étant donné la rareté de certains médicaments, leur prix devrait être très gonflé, incitant certains à la fraude et à la conspiration.

  • 12 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 56 H 954 P 89 v°.
  • 13 Ibid., 56 H 954-98 v°, avril-mai 1281.

9Les sommes d’argent impliquées dans l’activité des apothicaires sont difficiles à saisir. Les registres de notaire que j’ai dépouillé ne m’ont pas offert de renseignements à cet égard. Par contre, une procédure civile qui s’est déroulée à Manosque en février et mai 1308 peut donner une idée du prix de ces médicaments dans la société méridionale12. Tout indique qu’il s’agissait de sommes importantes. Quand la cour invite, en 1308, toute personne ayant des réclamations à faire au sujet des biens laissés par une dame dont le nom était Andrea Sulpicii, on voit d’abord apparaître deux médecins et deux apothicaires. Il se peut qu’il y eut même une coutume — Kalonymos le laisse entendre — qui voulait que les membres du corps médical qui ont traité la défunte soit rémunérés tout d’abord. De toute façon, dans le document de 1308, les deux médecins, Isaac et Raymond, réclament de l’argent : l’un 15 sous, l’autre 5 sous seulement. Les deux pharmaciens réclament, eux, pas moins de 82 sous ensemble, quatre fois plus que les médecins. Simon, l’apothicaire, réclame 75 sous tandis que Johannes Fabri, l’autre apothicaire, réclame 7 sous. Cette cherté est à l’origine, parfois, d’activités criminelles, comme le montrent deux enquêtes menées par le tribunal de Manosque durant cette période. Dans la première13, il est question de médicaments destinés à Marseille, qui n’y sont pas parvenus. Pierre Peisonier qui fut chargé de la mission devient ainsi l’accusé principal : au lieu de faire l’acheminement, il aurait vendu les médicaments à un notaire manosquin, Pons Aicard. L’ampleur financière de la fraude est appréciée par le châtiment qu’on lui infligea : 20 livres, très grosse somme, salaire annuel d’un ouvrier ou d’un fonctionnaire, presque la moitié du salaire annuel d’un médecin engagé par une ville.

  • 14 Ibid., 56 H 983-12 v°-13 r°.

10L’autre procès s’est déroulé à Manosque, quelques cinquante ans plus tard, en novembre et en décembre 133714. Cette fois, nous sommes introduits dans la maison d’un barbier-chirurgien pour découvrir des intrigues de famille autour de médicaments. La servante, Domenja, est l’accusée principale. Son maître l’accuse d’avoir volé des médicaments d’un poids d’une livre et plus, avec en plus du poivre, du gingembre, de la cannelle, du poivre long, etc. Pour s’en sortir, la domestique transfère la responsabilité sur la nièce de l’épouse du patron. Bien que le juge de Manosque ait l’impression que la domestique cachât la vérité, il ordonna la torture, mais elle ne changea pas l’essentiel de sa déposition. C’est le dernier fait que nous possédons sur cette affaire.

  • 15 Honnorat (S.J.), Dictionnaire provençal-français, ou Dictionnaire de langue d’oc ancienne et moder (...)

11On a noté tout à l’heure que parmi les éléments que la servante aurait volé à son maître en 1337, il y avait de la cannelle (laurus ciynanonum) que le dictionnaire du docteur Honnorat15 identifie comme le fruit d’un arbre qui " croît naturellement " dans l’île de Ceylan et à Sumatra, et qu’on cultive aujourd’hui à Cayenne, aux Antilles, etc. Il était possible de trouver une telle plante exotique dans une ville de l’arrière-pays alpin ". Que ceci n’est pas une conclusion trop hâtive peut être confirmé, je le crois, à travers l’examen de la dernière série de documents que je me propose de présenter, c’est-à-dire à travers les inventaires de pharmacie de notre région, au bas Moyen Age.

  • 16 En page 115 de son étude " Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 ", citée en note 3.
  • 17 Voyez P. Pansier, Histoire de langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, 5 vol., Avignon, (...)
  • 18 Voir " Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 ", note 3.
  • 19 P. Pansier, " Histoire de la langue provençale ", etc. [note 17], p. 144-147.

12Découverts et publiés par le docteur Pierre Pansier, ces inventaires datent de 1365, 1432 et 1492 (Pansier, d’ailleurs, signale l’existence de trois autres, aux Archives16). Le dernier celui de 1492 n’est pas un inventaire des herbes et drogues, mais plutôt celui d’instruments de travail, de caisses d’outils et autres récipients, et de leurs différentes valeurs17. Le premier inventaire, le plus ancien (1365) et le plus riche, nous met en contact avec 324 articles dont la majorité sont des herbes et des drogues mais aussi des remèdes, des épices et des confitures, tous identifiés par le docteur Pansier18. Le deuxième inventaire, celui de 143219 est d’origine avignonnaise. Il parle autant d’herbes que d’instruments. Pansier l’a publié, sans commentaires, ni avec aucun effort d’identification. C’est justement ce deuxième inventaire que je me propose de présenter maintenant.

13Dans l’ensemble, l’inventaire de 1432 énumère 208 articles, dont 80 seulement peuvent être identifiés avec certitude comme appartenant à la catégorie des herbes, plantes et drogues. La pharmacie en question contenait aussi, naturellement, un arsenal impressionnant d’instruments, d’outils et de récipients qui se montent au nombre de 58. On y trouve notamment des mortiers, des passoires, des cuillers, des balances, un moulin, et aussi un Alambic par destilar aygas. La pharmacie vendait non seulement du matériel médical, mais aussi des produits d’hygiène plus grossiers : quantité de savons, d’huiles, de cire, de l’eau distillée, de la thérébentine. Comme on pouvait s’y attendre, certains minéraux figurent dans l’inventaire — plomb, nécessaire jadis comme aujourd’hui à la pharmacopée chirurgicale —. L’inventaire comprenait donc du minium, de la litharge (proto-oxyde de plomb fondu) et, à côté de 4 livres d’arsenic, 58 livres de Boli Arminici (" espèce d’argile qui ressemble beaucoup à la sanguin, mais qui est d’un rouge moins vif et qui ne se laisse pas tailler aussi facilement " Honnorat). Ensuite, la pharmacie était l’endroit où l’on pouvait se ravitailler en médicaments déjà composés : sirops et, surtout, les conserves. Ces dernières étaient des " préparations pharmaceutiques faites avec des poudres de pulpes etc. et quantité suffisante de sucre pour prévenir la fermentation afin d’en conserver les propriétés " (Honnorat). Il y avait, bien sûr, 1 livre et 1/2 de Triaca, ce fameux médicament universel composé de plus de soixante ingrédients, qui devait en principe guérir toutes les maladies, mais il y avait aussi un " sirop de racines " ainsi que " poudre pour toutes les électuaires ", ainsi qu’une conserve de roses et une conserve de violettes. Dans l’ensemble, l’inventaire nous montre vingt-quatre médicaments préparés.

  • 20 Denis Lemordant de Marseille, Docteur en Pharmacie, ancien chef de service à l’Institut Pasteur d’ (...)

14Mais c’est la liste de 78 herbes et plantes qui attire le plus notre attention20. On peut en effet réduire cette liste à 74, car certains éléments sont mentionnés deux, voire trois fois. Ainsi, l’un des premiers éléments notés par le notaire était Zinzibar Blanc Mout ; vers le milieu de l’inventaire, on a enregistré Garbel de Zinzibar Blanc ; cumin apparaît même trois fois. D’abord, on nous rend compte de 5 livres de Cumin en Grana, ensuite de 4 livres de Cumin Mout, pour terminer avec de nouveau 2,5 livres de Cumin Mout. La moutarde aussi apparaît à deux reprises. D’abord, 26 livres de mostarda en grana, puis 23 livres de mostarda en grana.

15Pour ce qui est de l’origine de ces herbes et plantes, on constate tout d’abord un groupe important d’herbes d’origine provençale. Je me fonde, pour le dire, sur les connaissances botaniques du docteur Honnorat. Ainsi, notre liste énumère le Sumax, le Serabin, l’Estorax (Storacis Calamite), le charvi (Semen Carvi), ou la gomme adraganat (Gomi Dragane). Ils poussent tous en Provence, soit dans ses régions arides, soit sur ses plateaux. Mais à côté de ce groupe de production locale, il y en a un autre, non moins important, dont l’origine pouvait être orientale pour ne pas dire exotique. Ainsi, la semence Barbotine est d’origine arabique, tandis que la résine Sangue de Dragon est d’origine exotique. Notre pharmacie vauclusienne contenait, en 1432, des Grana Paradi venant en principe de l’Inde, eux, comme l’aloès (Ligni Aloès). Il y avait aussi des feuilles de Sène venant d’Egypte et de la Myrra que l’on connaît si bien depuis la Bible. Que dire enfin d’une livre de festocorum que notre notaire avait enregistrée ? S’agirait-il là du fameux fustuc halabi ?

16Reste à résoudre la question des origines immédiates de ces plantes. Les jardiniers botanistes provençaux du xve siècle parvenaient-ils à faire pousser de telles plantes dans leurs herbaria, ou étaient-ils obligés de diriger médecins et pharmaciens vers des commerçants venus de pays lointains, pour s’en procurer ? La documentation dépouillée ne permet pas une réponse à cette question.

Notes

1 Dans le cadre d’un projet de recherche sur la ville de Manosque au Moyen Age, dirigé par MM. Rodrigue, Lavoie, Hebert et par moi-même, je prépare actuellement une étude sur l’histoire sociale de la médecine médiévale où toutes ces questions seront abordées en détail.

2 Pour un contrat de 1310, envisageant une surveillance médicale de ce type, voir mes " Notes sur les médecins juifs en Provence au Moyen Age " dans la Revue des études juives, t. 128 (1969), p. 249-266.

3 Voir par exemple les données présentées par Noël Coulet dans son étude " Autour d’une quinzaine de métiers de la communauté juive d’Aix en 1437 ", dans Minorités, techniques et métiers, Aix-en-Provence, GIS Méditerranée, 1978, notamment p. 81-82 et par Pierre Pansier : " Inventaire de la pharmacie de Pernes " in Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, t. 14 (1928), p. 111-123.

4 Voir surtout les travaux du grand savant du siècle dernier Moritz Steinschneider : Die hebraeischen Übersetzungen des Mittelalters und die Juden als Dolmetscher, Gratz, 1956, ainsi que Die europäischen Ubersetzungen aus dem Arabischen bis Mitte des 17 Jahrhunderts, Gratz, 1956.

5 Israel Abrahams, Hebrew Ethical Wills, Philadelphia, 1976, p. 68.

6 Bibliothèque Universitaire de Bologne, Ms 197.

7 Simonsohn Shlomo, The Jews in the Duchy of Milan, vol. I, Jérusalem, 1982, p. 607 (document n° 1459).

8 Simonsohn, ibidem, p. 569 (document n° 1357).

9 Haberman (A.M.) ed., Even-Bohan de Kalonymos ben Kalonymos, Tel-Aviv, 1956, p.45-46 (en hébreu).

10 Pernoud Régine, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, 1949, A. Picard, p. 107-108.

11 Reproduit par P. Pansier " Les médecins juifs à Avignon aux xiiie, xive et xve siècles ", in Janus, t. 15 (1910), p. 421-451, textes cités en page 422, note 1.

12 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 56 H 954 P 89 v°.

13 Ibid., 56 H 954-98 v°, avril-mai 1281.

14 Ibid., 56 H 983-12 v°-13 r°.

15 Honnorat (S.J.), Dictionnaire provençal-français, ou Dictionnaire de langue d’oc ancienne et moderne, suivie d’un vocabulaire français-provençal, 4 vol., Digne, 1846-1848.

16 En page 115 de son étude " Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 ", citée en note 3.

17 Voyez P. Pansier, Histoire de langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, 5 vol., Avignon, 1924-1932, t. 2, p. 238-241.

18 Voir " Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 ", note 3.

19 P. Pansier, " Histoire de la langue provençale ", etc. [note 17], p. 144-147.

20 Denis Lemordant de Marseille, Docteur en Pharmacie, ancien chef de service à l’Institut Pasteur d’Ethiopie, a bien voulu examiner cette liste et me faire part de ses observations sur l’origine de ces herbes. Je l’en remercie vivement, et souhaite qu’il puisse les publier prochainement dans une revue spécialisée.

Notes de fin

* Joseph SHATZMILLER, Professeur associé, Université de Provence.

Table des illustrations

Titre Du Coriandre
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k

© Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540