Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le documentaire dans l’Algérie coloniale

 | 
François Chevaldonné

Le mythe de la latinité à travers quelques courts-métrages du gouvernement général : représentations de l’espace antique en Algérie

Sandrine Segui-Bathilde

Volltext

1L’analyse qui suit repose sur un corpus limité de dix documentaires. Ils proviennent tous du fonds de films produits par le Gouvernement général d’Algérie avant 1962 et conservés par les Archives d’Outre-mer d’Aix-en-Provence. La liste chronologique des documentaires pris en compte s’établit ainsi :

  1. En Algérie, souvenirs de la Rome antique (1947)
  2. Minarets dans le soleil (1947)
  3. Islam (1948)
  4. Constantine, ville étrange et mystérieuse (1948)
  5. Delacroix, peintre de l’Islam (fin des années quarante)
  6. Visages de l’Algérie (1955)
  7. Les très riches heures de l’Afrique romaine (1955)
  8. Un village d’Algérie [1957]
  9. D’azur et d’émeraude (1958)
  10. L’Aurès, jardin sur le roc (Pendant la guerre d’Algérie).

2Bien évidemment, suivant le sujet du film, la part réservée aux vestiges antiques et aux souvenirs de ″l’Afrique romaine″ est plus ou moins grande. Cette disparité n’a cependant aucune incidence sur mon propos puisque le but est de montrer quel rôle joue l’évocation des traces d’un passé ancien dans le discours colonial tenu par ces films.

3Le plus intéressant serait d’étudier l’évolution de l’utilisation du mythe de la latinité par les cinéastes au service du Gouvernement général d’Algérie. On pourrait alors suivre l’évolution de la construction des messages et des discours suivant les périodes événementielles fortes : fin de la Seconde Guerre mondiale, début de la guerre d’Algérie, après mai 1 958, à la fin de la guerre d’Algérie. Pour cela, nous attendons de disposer d’un ensemble de films quantitativement plus riche. Dix documentaires ne sont certainement pas suffisants pour représenter de façon significative la production de cette époque.

4Aussi, à défaut de pouvoir faire plus, je me contenterai d’évoquer brièvement les orientations communes à l’ensemble des dix documentaires, à savoir :

  • légitimer la conquête
  • mettre en valeur la re-conquête de l’espace autrefois chrétien
  • montrer la continuité de l’œuvre civilisatrice de Rome.

Légitimer la conquête

5Tous ces documentaires ressuscitent avec un certain lyrisme le souvenir de Scipion l’Africain, de Juba 1er et Juba II, de la troisième légion romaine commandée par Flavius, des cités romaines édifiées en terre nord-africaine : Cherchell (ancienne Césarée), Annaba (autrefois Hippone), Timgad (Thamugadi), Lambèse (Lambessa), Tébessa (Théveste), mais aussi La Calle, Bône, Tipasa. Le message délivré par ces réalisations cinématographiques est codé, implicite. Il s’inscrit dans une culture coloniale où la littérature, notamment sous la plume de Louis Bertrand, s’est chargée d’affirmer la continuité entre l’Empire romain et l’Empire colonial français.

Tipasa et la Méditerranée ″éternelle″

6Même si elles sont en apparence dépourvues d’intentions propagandistes, les évocations de Rome contribuent à présenter l’arrivée en Algérie des militaires français et des colons européens comme un retour sur une terre latine. Dans cet esprit, on peut considérer qu’héritiers de l’Empire romain, les colonisateurs français sont venus récupérer leur bien.

7Ces traces d’une histoire vieille de deux mille ans sont donc là pour justifier la colonisation, comme par exemple dans Visages de l’Algérie. Elles sont le signe de la légitimité de la présence française en Algérie. Tout en indiquant que l’Algérie était une possession romaine avant de devenir une possession arabe, ces images et leur commentaire introduisent la conquête arabo-islamique comme une parenthèse dans l’histoire de l’Algérie. D’ailleurs, dans la majorité de ces films, l’espace musulman est ignoré. C’est par exemple le cas dans le documentaire D’azur et d’émeraude où la Rome antique sert de prétexte à une évocation romantique et doucereuse du paysage côtier. Son réalisateur, Jean-Charles Carlus, s’est attaché à présenter par de belles images et un montage dignes des documentaires touristiques, la filiation entre Rome et la France. Celle-ci rétablit évidemment le bien-fondé des prétentions françaises en Algérie.

8Insister sur la latinité originelle de l’Algérie permet du même coup de rappeler que la chrétienté y est antérieure à l’islam comme ne manque pas de le faire Visages de l’Algérie. Ce prélude est à vrai dire indispensable à une autre tâche des documentaires, qui est la mise en valeur de la re-conquête de l’espace chrétien par la France.

Mettre en valeur la re-conquête de l’espace chrétien

9Cet espace chrétien est avant tout caractérisé par l’évocation des martyrs. L’ombre de ceux qui ont été persécutés par les autorités romaines plane en effet sur les ruines de l’Empire. Dans le film D’azur et d’émeraude, alors que la caméra se promène sur le site de Tipasa, la voix du commentateur clame soudain :

″Sous la clarté lunaire rôdent les ombres apaisées du martyre chrétien de Martienne livrée aux fauves, de Salsa précipitée dans les flots par les païens furieux″.

10Les persécutions subies par les adeptes de l’Evangile sont là pour rappeler la diffusion précoce du christianisme en Algérie et son enracinement. La conclusion du documentaire Les riches heures de l’Afrique romaine est à ce propos fort éloquente :

″Autour des tombeaux devenus lieux de pèlerinages, les basiliques s’élevèrent. Le christianisme triomphant affirmait sa force née dans le sang de ses martyrs. L’Empire romain pouvait alors s’écrouler, une ère nouvelle commençait pour le monde″.

11Selon plusieurs réalisateurs, les débuts de cette ère nouvelle sont marqués par Saint Augustin. Ils font en effet remonter les origines de l’Eglise d’Algérie à celui qui, rappelons le, vit le jour en terre algérienne où il fut également ordonné évêque et où il dispensa son enseignement comme le suggère une séquence du film D’azur et d’émeraude :

″A Bône aussi, Rome ressuscite par son majestueux forum. Et la basilique élevée à la mémoire de Saint Augustin permet aux fidèles de prier là même où retentit en des temps reculés la voix du prélat africain″.

12Aux prestiges de l’Empire romain succède celui d’avoir vu grandir un des Pères de l’Eglise. Sur les pas de Scipion l’Africain, Saint Augustin l’Africain vole au secours d’une France coloniale en mal de justification. Dès lors l’installation française en Algérie ressemble à une re-conquête d’un espace chrétien usurpé par les musulmans. Se dessine, en effet, derrière le souvenir des martyrs chrétiens et de Saint Augustin une opposition entre christianisme et islam. Si la première est la religion des origines, alors la seconde est illégitime car imposée par la force comme le sous-entend un passage de la bande son de Visages de l’Algérie :

″L’Algérie, la voici dans sa diversité. Colonisée par Rome, devenue l’un des foyers du christianisme, l’Algérie fut au viie siècle conquise par les Arabes qui la rattachèrent à l’islam″.

13Poursuivant cette logique, le débarquement des troupes françaises en Algérie peut être en somme interprété comme un retour du christianisme dans une contrée où il fut longtemps florissant avant d’en être chassé par les cavaliers d’Allah. Mais s’il a été pendant cent trente ans le trait distinctif de l’Européen, ce petit dénominateur commun qui a permis de souder Français, Espagnols et Italiens, n’est jamais parvenu à (re-)prendre l’ascendant sur l’islam, qui est resté la religion du colonisé. La guerre aidant, les réalisateurs de films ont donc été contraints de faire coexister dans leurs documentaires, comme dans la réalité, le minaret et le clocher. Il ne restait donc plus qu’à exalter l’œuvre civilisatrice de la France dans la continuité de celle entreprise par Rome.

Vue aérienne du site de Timgad. L’″œuvre civilisatrice″ inscrite sur le terrain

Montrer la continuité de l’œuvre civilisatrice entreprise par Rome

14Afin de donner bonne conscience aux Français, les réalisateurs les dépeignent en train de poursuivre l’œuvre incidemment interrompue de leurs grands ancêtres romains. La noblesse de la tâche des colonisateurs devient donc évidente. Ils sont envoyés en Algérie pour diffuser la civilisation héritée de Rome. Il suffit d’écouter la voix du commentateur du film En Algérie, souvenirs de la Rome antique pour en être convaincu. Parlant en voix off sur des gros plans des bustes de Juba 1er et Juba II celui-ci dit :

″Il faut aller chercher sur le sol même où ils vécurent l’accent éternel et triomphal d’une grandeur et d’une civilisation sur lesquelles le monde occidental a bâti son sentiment et son esprit″.

15Le peuple algérien est donc considéré comme un peuple de barbares qu’il faut civiliser. Ce préjugé est sous-entendu dans beaucoup de films sauf bien sûr dans Islam et dans Delacroix, peintre de l’islam, où la voix reconstituée du peintre qui lit ses carnets de voyage déclare :

″L’antique n’a rien de plus beau. Ce peuple est l’antiquité vivante mais je n’ai rien trouvé de barbare en barbarie″.

Continuité de la vocation coloniale : le buste du Duc d’Orléans au milieu des vestiges romains de Sétif

16Comme celle de Rome, la civilisation apportée par les Français est synonyme de bonheur et de prospérité pour les populations autochtones. Dans Les riches heures de l’Afrique romaine, parlant des Berbères, Jean Leherissey s’en fait l’écho :

″Mais au contact de Rome ce peuple habile et intelligent ne tarde pas à s’affiner. Comme on peut être fier de la toge romaine. Autrefois nomade on habite maintenant les villes créées par Rome et on n’en croit pas ses yeux″.

17Selon tous ces documentaires, l’apport principal de la civilisation est le progrès technique. L’Algérien apprend à maîtriser l’eau, à pêcher avec des filets, à semer et à labourer comme à Timgad aux portes de l’Aurès dans Les riches heures de l’Afrique romaine. A l’instar du documentaire Un village d’Algérie, les plus loués sont les progrès effectués dans le domaine agricole. La mise en valeur agricole revêt effectivement une valeur extrême dans le discours colonial. Les films du Gouvernement général aiment à répéter que sous l’effet de la modernité et de l’ingéniosité occidentale, l’Algérie devient un paradis agricole alors que rien ne la vouait à de tels résultats.

18L’Algérien échappe désormais à l’archaïsme et même à l’anarchie. C’est bien une opposition entre ordre et anarchie, entre progrès et archaïsme qu’il faut voir dans ces films désireux de différencier colonisateurs et indigènes. En fait, cette différenciation, qui enrichit la propagande coloniale, est d’autant plus porteuse qu’elle se fait, non pas seulement par la narration et par les images, mais aussi par le montage. C’est le cas, par exemple, de L’Aurès, jardin sur le roc dans lequel l’Empire romain, imposant et ordonné, contraste vivement par la simple habileté du montage avec les scènes agricoles qui occupent les tribus berbères.

19Enfin, le plus beau symbole de l’avancée de la civilisation occidentale en Algérie est présenté comme étant la domestication d’une nature hostile. Se référant aux constructions des soldats-laboureurs des légions romaines, auxquels s’identifieront quelques siècles plus tard les soldats de la légion étrangère présents en Algérie, le narrateur de L’Aurès, jardin sur le roc commente :

″Dans ce pays stérile, les Romains ont révélé de grandes possibilités Agricoles″.

***

20Ancêtre mythique commun aux différentes nationalités qui composent l’Algérie coloniale, l’empire romain fournit un lignage à l’Algérie. Il offre un ciment aux populations européennes et musulmanes et s’élève comme un rempart face à l’Islam.

21La mythification de l’empire romain, que nous avons relevée dans ce corpus de films, légitime la conquête française. Les représentations de l’espace romain servent ici de support aux convictions coloniales. La présence française en Algérie y est justifiée par le devoir de rallumer ″le flambeau de la civilisation″.

22Tous ces documentaires ont sans aucun doute fait vibrer la fibre nationale des colons européens mais n’ont ils pas tout autant aiguisé le sentiment indépendantiste des colonisés algériens qui ont pu se dire devant ces écrans : ″Rome est passée, la France passera…″.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Tipasa et la Méditerranée ″éternelle″
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3003/img-1.jpg
Datei image/, 267k
Bildunterschrift Vue aérienne du site de Timgad. L’″œuvre civilisatrice″ inscrite sur le terrain
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3003/img-2.jpg
Datei image/, 646k
Bildunterschrift Continuité de la vocation coloniale : le buste du Duc d’Orléans au milieu des vestiges romains de Sétif
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3003/img-3.jpg
Datei image/, 697k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1997

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen