Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

Interview de l’imam Mahmoud Hesain

Pedro Brieger

Texte intégral

1L’imam Mahmoud Hesain est un des guides spirituels de la communauté islamique d’Argentine. Il fut pendant des années le président de l’Association pour la diffusion de l’islam en Amérique latine. A l’heure actuelle Sufismo Viviente il dirige le Centre des hautes études islamiques d’Argentine et le journal (Soufisme vivant) ; il est en train de traduire le Coran en espagnol.

2PB : Quelles sont les caractéristiques principales de l’immigration musulmane en Argentine ?

3MH : L’immigration des musulmans vers notre pays a été une immigration faiblement éduquée, parce qu’elle s’est produite à la fin du dernier siècle et au commencement du nôtre, du temps que la Turquie dominait encore le monde arabe et empêchait toute sorte de progrès éducatif dans les pays arabes. Mon père était syrien ; ma mère est née au Liban. Tous deux sont arrivés en Argentine au début du siècle et ils ont constitué une famille musulmane qui avait une connaissance en gros de l’islam, de même que des autres familles musulmanes du pays. Quand je suis né, en 1941, on m’a déclaré sous le nom Ricardo Carlos Hesain, parce qu’à cette époque il était difficile de donner aux nouveaux-nés des noms musulmans arabes suivant la tradition de l’islam. Pour éviter des problèmes mon père m’a déclaré sous un nom du pays, mais avant, il m’a donné un nom musulman : Mahmoud. Logiquement mon nom de famille est Husain, qui a été déformé parce que mon père est entré en Argentine deux fois, la première avec un passeport turc. Puis il est retourné en Syrie et il est venu une deuxième fois avec un passeport français ; c’est à ce moment qu’on l’a enregistré comme Hesain au lieu de Husain.

  • 1 Peralta, Santiago, La Action del Pueblo Arabe en la Argentina. Apuntes sobre inmigraciòn, Buenos A (...)

4PB : Santiago Peralta, dans son livre La Acciόn del Pueblo Arabe en la Argentina-Apuntes sobre inmigraciòn, (L’influence du peuple arabe en Argentine - Notes sur l’immigration)1 explique que la plupart des fils d’immigrés ne se préoccupaient pas d’étudier l’arabe. Est-ce que ce fut votre cas ?

5MH : En réalité, la plupart des descendants de musulmans ignorent leur religion. Quand j’étais enfant, l’éducation était mal organisée dans la communauté islamique. C’est pourquoi j’ai été élevé à l’école publique. J’ai pu recevoir une formation islamique grâce à deux maîtres : le cheikh Yussef Yunainah et le cheikh Husain Matro. Ils m’ont enseigné le Coran et la langue arabe. Mon père les a payés ou les a récompensés comme il pouvait ; en effet, je me souviens que plusieurs fois ils ont mangé chez nous. De cette façon j’ai commencé à m’instruire à la manière traditionnelle la plus ancienne de l’islam : le maître apprenait à son élève dans la maison de celui-ci les éléments de base de la langue arabe, le Coran et les hadiths ou traditions de l’islam. Beaucoup des savants de l’islam se sont formés de cette manière. Comme je vis dans une culture différente, j’ai eu aussi besoin d’étudier dans ce pays, d’avoir une activité et une profession. Pendant quelques années, j’ai travaillé comme conseiller en prestations sociales dans des cabinets d’avocats.

6PB : Sur quelles bases s’est organisée la communauté musulmane en Argentine ? Ethniques, communautaires ou selon les origines nationales ?

7MH : Parlons de la communauté musulmane de Buenos Aires. Elle est divisée en quatre secteurs géographiques. Le premier est habité par les sunnites, c’est le quartier de « Constituciôn » dont le centre est la rue « Jujuy ». La plupart sont venus de Syrie, surtout de Yabrud et de Nebek ; le reste, du Liban.

8Le deuxième secteur est celui des chiites, dans le quartier de « Flores », autour de l’Asociaciòn argentina islamica de beneficiencia (Association de bienfaisance musulmane argentine).

9Le troisième, le secteur alaouite, se situe dans le village de « José Ingenieros », en dehors de Buenos Aires. Le quatrième est celui des druzes qui habitent le quartier de « Villa Crespo », autour du carrefour des rues Canning et Cordoba.

10Nous pouvons dire que 80 % des musulmans sont chiites et 20 % sunnites ; tandis que les druzes sont très peu nombreux.

11Le secteur de Flores est divisé en deux parties. Il existe une différence entre la mosquée Al-Tauhid et le reste des chiites de Flores qui est plus traditionnel et se réunit au Haj Yussef, une institution fondée pour accueillir les cérémonies funèbres et qui est devenue plus tard un lieu de prière. Là se trouve le noyau le plus traditionnel : les familles attachées à l’islam et organisées autour de l’Asociaciòn arabe-argentina islamica (Association musulmane arabo-argentine). Cette association est la plus connue parce qu’ils ont une école arabe et organisent des activités sportives. Par contre, la mosquée al-Tauhid - qui a été financée par l’Iran, il y a dix ans - est moins connue mais plus religieuse et politisée. Aujourd’hui, elle est en train de retourner à l’activité religieuse.

  • 2 Jozami, Gladys, « La identidad nacional de los llamado turcos en la Argentina ». Tentas de Africa (...)

12PB : Dans « La identidad nacional de los llamado turcos en la Argentina » (L’identité nationale des dénommés turcs en Argentine)2 , Gladys Jozami écrit que la plupart des immigrants ne possédaient pas la notion du terme « nation » dans le sens européen du terme, et qu’ils s’identifiaient plutôt à leur origine locale et religieuse.

13MH : La communauté chiite d’Argentine vient surtout du sud du Liban. Beaucoup ont de la famille au Jabal Amel et à Baalbek. Quelques-uns sont originaires de Tripoli, comme ma mère, à l’époque où cette ville faisait encore partie de la Syrie. Mon père est de Tartus, également en Syrie. Les Alaouites argentins sont venus des mêmes villages, des mêmes régions ; ils ont de nombreux parents en Syrie, au sein du gouvernement. Il existe une association qui s’appelle le Club Yabrudense dont les membres sont des musulmans de Yabrud, en Syrie. Ils soutiennent qu’ils militent en tant qu’Arabes et non en tant que musulmans. Mais c’est absurde, à partir du moment où tous sont musulmans. L’arabité n’est pas une race, c’est une culture et une langue enracinées dans l’islam qui leur donne leur contexte et leur fondement ; l’arabité existe aujourd’hui grâce à l’islam.

14PB : Votre critique envers les membres du Club Yabrudense porte-t-elle sur le fait qu’ils se réclament seulement de caractéristiques linguistiques, nationales, ou culturelles en écartant les aspects relatifs à l’islam ?

15MH : Mais l’islam est aussi un facteur culturel. En réalité, il est le fondement de notre culture. Pour les musulmans l’islam sous-tend l’identité arabe. Si nous en appelons à l’arabité dans l’action, c’est parce que les Arabes sont les seuls musulmans dans ce pays. De toute façon, ceux de Yabrud ne sont pas nombreux au sein de la communauté musulmane, mais ils ont eu la chance de faire de bonnes affaires et d’avoir fait fortune - peut-être même plus que le reste des musulmans de Buenos Aires - dans le commerce, dans la librairie ou la vente des jouets. Quelques-uns auparavant s’occupaient de mercerie et de la vente de tissus, mais ils n’y ont pas eu de succès. Ces gens veulent être les représentants “officiels” des musulmans d’Argentine, mais ils ne font rien de sérieux pour organiser la communauté.

16PB : Les musulmans d’Argentine vous considèrent comme une personne vénérable, et vous demandent fréquemment des conseils. Pour quelle raison avez-vous choisi ce lieu ?

17MH : Tant les chiites que les sunnites croient que j’ai quelque chose d’important à dire, parce que je n’ai pas l’image d’un musulman ordinaire sunnite ou chiite. Je suis inclassable. D’abord, en raison d’une forme traditionnelle de reconnaissance publique du rôle des religieux dès l’époque du Prophète. Ensuite, la reconnaissance publique vient du travail de celui qui a démontré des qualités éthiques de sagesse. Lorsqu’on lui demande un conseil religieux, il répond correctement. C’est la raison pour laquelle les sunnites et les chiites viennent me consulter, même en sachant que je suis chiite. Je n’ai jamais fait de différence entre sunnites et chiites.

18PB : Vous êtes diplômé de la Faculté de philosophie de l’université de Buenos Aires. Que pouvez-vous nous dire de votre passé universitaire ?

19MH : Un jour, en 1971, je me trouvais en plein rue, au milieu d’un embarras de la circulation, dans une immense automobile. A cette époque, j’avais assez d’argent grâce à mon travail de conseiller. Soudain, je me suis dit : qu’est ce que je fais ici ? Où vais-je ? D’où est-ce que je viens ? Pourquoi suis-je dans cette auto ? A quoi ça sert ? Ça a été un coup de semonce - dix ans après avoir reçu la vision du Prophète - qui m’a fait comprendre que je devais faire quelque chose, renoncer à l’accumulation d’argent et me consacrer au spirituel, ce qui était ma vraie vocation. Alors, j’ai quitté ma profession, mes études de droit, et j’ai commencé à étudier la philosophie à l’université de Buenos Aires, la plus proche de la pensée théologique.

  • 3 Voir Ceballos, Carlos, Los estudiantes universitarios y la polìtica (1955-1970) (Les étudiants uni (...)

20PB : Au début des années soixante-dix, l’université argentine traversait une période de grande effervescence politique3. Dans ce monde si politisé, à quelles influences étiez-vous sensible en tant qu’Arabe et musulman ?

  • 4 Le péronisme est le mouvement fondé par Juan Domingo Peròn (1895-1974), Président entre 1946 et 19 (...)
  • 5 Le radicalisme est le nom donné au parti Union Cìvica Radical, crée en 1891. C’est la deuxième for (...)

21MH : Quand j’ai commencé mes études j’avais déjà trente ans, de sorte que j’avais abandonné mes illusions juvéniles de justice… Je refusais toute sorte d’identification politique et idéologique, parce que l’islam nous offre une théorie pure. La politique m’a toujours passionné, mais aucune des tendances en Argentine ne m’attirait parce que, pour moi, le péronisme4 est une forme d’idolâtrie, et le radicalisme5 une hypocrisie.

22Comme je refusais le capitalisme inhumain et sans éthique et je préférais le socialisme, j’étais plus proche des groupes de cette tendance, mais sans m’identifier particulièrement avec aucun d’eux.

23PB : En 1973, Juan Domingo Perόn, le président de l’Argentine destitué en 1955, est revenu après 18 ans d’exil. Quelle a été votre attitude face à son retour ?

  • 6 Lopez Rega fut pendant des années le conseiller de Juan Domingo Peròn. On l’a accusé d’être le res (...)
  • 7 Par verticaliste, on entend que quelqu’un suit sans critiques la politique des dirigeants du parti

24MH : J’ai salué le retour de Perόn parce qu’il représentait une solution. Après 1955, j’étais contre tous les régimes qui se sont succédés, parce que, bien que je ne fusse pas partisan de Perόn, ma famille l’était. En Argentine, les Arabes sont très péronistes. Dans un premier temps, j’ai appuyé le régime de Perόn qui a gagné les élections de 1973, mais quand j’ai compris qu’on suivait un mauvais chemin et que Lòpez Rega était devenu un homme de poids, je me suis opposé aux dirigeants péronistes en leur disant que Lòpez Rega était un criminel6 . Ils m’ont répondu qu’ils étaient “verticalistes”7 et qu’ils acceptaient les décisions de Perόn, tandis que moi, je ne les acceptais pas et je ne voulais rien accepter venant de Lòpez Rega ou de Isabel Martinez de Perόn, la veuve de Perόn qui est devenue Présidente après sa mort en 1974. D’autre part, Perόn venait au pouvoir avec des juifs comme Jose ber Gelbard, son ministre de l’Économie, David Broner son assistant personnel, et le banquier David Graiver. J’ai perçu qu’il y avait une coalition en vue de contrôler la situation et je ne veux pas voir mon pays dominé par le sionisme. En effet, pendant la guerre arabo-israélienne de 1973, Perόn a fait cadeau de deux ou trois avions à l’État d’Israël.

25PB : A propos de vos réflexions sur Graiver, Gelbard et Broner, peut-on en déduire que vous ne pouvez pas appuyer un gouvernement où participent des juifs ?

26MH : Non, je ne veux pas dire ça. Simplement cela signifie que moi je ne veux pas appuyer un parti ou un gouvernement qui sert le sionisme.

27PB : Pourquoi donnez-vous tant d’importance au sionisme quand, en Argentine, à l’époque, les sujets cruciaux étaient tout autres, comme le retour de Perόn après 18 ans, le rôle de l’armée dans la société, la lutte de la “guerrilla” ?

28MH : Peut-être parce que je suis musulman, et en plus considérer les problèmes de mon pays en tant que musulman, j’ai une vision plus large de la politique internationale. Le musulman est porté vers des intérêts politiques plus larges.

  • 8 Said, Edward, Covering Islam. How the media and the experts determine we see the rest of the World (...)

29PB : Le professeur à l’université de Columbia, Edward Saïd, assure qu’il existe un « consensus pour traiter l’islam comme une ‘tête de turc’ lorsqu’on est confronté à chaque événement désagréable, politique, social ou économique, à l’échelle mondiale »8. Pensez-vous aussi qu’il y a une campagne contre l’islam en Argentine ?

  • 9 L’interview a été conduite avant les élections israéliennes du 29 mai 1996.

30MH : Je crois que ça peut être généré par des intérêts politiques du Moyen-Orient. Le Premier ministre Shimon Peres9 parle tout le temps contre l’islam et le « fondamentalisme » islamique ; ici, en Argentine, l’ambassadeur d’Israël, Itzjak Aviran, l’imite. Depuis l’attentat contre l’immeuble de la communauté juive, le 18 juillet 1994, ils ont commencé à dire que les musulmans étaient coupables, et aussi de l’attentat contre l’ambassade israélienne en 1992. Je crois qu’ils ont une réaction hostile envers l’islam ; mais la dernière intervention de l’armée israélienne au Liban, en avril de cette année, a renversé l’attitude du public à l’égard de l’islam. Aujourd’hui il y a encore plus de gens qui veulent devenir musulmans.

31PB : Écartez-vous la possibilité qu’un segment de la communauté musulmane ait pu participer à ces attentats ?

32MH : D’abord, on n’a pas démontré la participation de personnes appartenant à la communauté musulmane ; en plus, dès que j’ai connu la nouvelle de l’attentat, je l’ai condamné. Je ne peux pas nier l’hypothèse que quelqu’un ait pu y participer, mais il faut le démontrer. Par contre, s’il s’agit de vrais musulmans, je l’écarte. Ca serait m’accuser moi-même de l’avoir pensé ou exécuté, et jamais je n’ai eu une telle pensée, au contraire. Il y a d’autres groupes qui ont intérêt à frapper les juifs. Faut-il rappeler qu’on a trouvé un arsenal provenant de l’armée argentine, et que les gens qui y sont liés n’ont pas été assez interrogés ?

33PB : Comment a réagi la communauté musulmane face aux accusations réitérées qui la mettent en cause en ce qui concerne les attentats ?

34MH : Les musulmans de ce pays se sont toujours tenus à l’écart. Jamais ils n’ont coordonné une fédération des institutions islamiques. Ils n’ont pas de représentation politique. Quand la société a commencé à désigner les musulmans comme coupables des attentats, nous nous sommes réunis pour former un organisme politique qui représenterait tous les musulmans. Parce que nous avons été attaqués par les médias, nous avons cherché à réunir toutes les institutions islamiques du pays, sans considération pour les divisions de la communauté. Mais, comme d’autres fois, nous avons subi un échec. Du coup, nous avons décidé de ne rien formaliser et de réagir de façon ponctuelle, selon la nécessité. C’est pourquoi nous avons récemment formé le Conseil des entités islamiques à Buenos Aires (CEIBA), qui a réagi lors de l’invasion israélienne au Liban en collant des affiches dans la rue. Nous tentons de former une institution équivalente à celle qui représente politiquement la communauté juive, mais avec un autre fondement, une autre logique politique, une autre expérience historique. Je sais que ce que nous faisons est peu, mais c’est tout ce que nous pouvons faire. Nous réagissons.

35PB : Une des conséquences de l’attentat c’est que les médias donnent une image négative de l’islam, en particulier à cause de la construction d’une nouvelle mosquée et d’un centre culturel dans le quartier traditionnel de Palermo.

  • 10 “Familia, Tradiciòn y Propiedad”, (Famille, Tradition et Propriété) est un petit noyau de croyants (...)

36MH : Il y a des voix qui se sont élevées contre cette construction après les attentats. Certaines proviennent de secteurs tels que “Familia, Tradiciòn y Propiedad”10, un groupe catholique fermé et conservateur, qui pense que le catholicisme devrait être imposé à tous les Argentins, même par la force ; que dans notre pays, il ne devrait pas exister de juifs, de musulmans, de protestants, ni des évangélistes. En plus, je voudrais dire que ce qu’on est en train de construire sera un centre culturel où il y aura des salles de conférence, des cinémas, un restaurant, un gymnase, où on fera des activités diverses. Logiquement il y aura une mosquée, rien d’autre que ce qu’on trouve à Rome, Paris ou Madrid.

Notes

1 Peralta, Santiago, La Action del Pueblo Arabe en la Argentina. Apuntes sobre inmigraciòn, Buenos Aires, 1946, p. 297.

2 Jozami, Gladys, « La identidad nacional de los llamado turcos en la Argentina ». Tentas de Africa y Asia, n° 2, 1993, p. 201.

3 Voir Ceballos, Carlos, Los estudiantes universitarios y la polìtica (1955-1970) (Les étudiants universitaires et la politique), Centro Editor de América Latina, Buenos Aires 1985.

4 Le péronisme est le mouvement fondé par Juan Domingo Peròn (1895-1974), Président entre 1946 et 1955. Exilé après un coup d’État militaire le 16 septembre de 1955, il est rentré en Argentine le 20 juin 1973. Aux élections du 23 septembre 1973, il a remporté un triomphe éclatant avec 61,85 % des votes. C’est la première force politique argentine. Voir Reinaldo Garcìa, César, Historia de los Grupos y Partidos Polìticos de la Republica Argentina, Sainte Claire Editera, Buenos Aires, 1985, p. 162.

5 Le radicalisme est le nom donné au parti Union Cìvica Radical, crée en 1891. C’est la deuxième force politique de l’Argentine, ibid., p. 43-44.

6 Lopez Rega fut pendant des années le conseiller de Juan Domingo Peròn. On l’a accusé d’être le responsable de la « Triple A » (Alliance Argentine Anticommuniste) et — selon Amnesty International — de la mort de plus de 1 500 personnes entre 1973 et 1975. Voir Gasparini, Juan, Montoneros Final de Cuentas, Puntosur Editores, Buenos Aires 1988, p. 70-80.

7 Par verticaliste, on entend que quelqu’un suit sans critiques la politique des dirigeants du parti.

8 Said, Edward, Covering Islam. How the media and the experts determine we see the rest of the World. Routledge & Kegan Paul, Londres 1985, p. xv.

9 L’interview a été conduite avant les élections israéliennes du 29 mai 1996.

10 “Familia, Tradiciòn y Propiedad”, (Famille, Tradition et Propriété) est un petit noyau de croyants catholiques lié à l’extrême droite argentine.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter