Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Arabes du Levant en Argentine

 | 
Michel Nancy
, 
Élisabeth Picard

L’immigration syrienne et libanaise en Argentine 1890-1950*

Jorge Omar Bestene

Texte intégral

  • * Cet article, développé et actualisé, est paru pour la première fois dans Estudios Migratorios Lati (...)
  • 1 Une sélection des travaux présentés pendant les années 80 et 90 doit inclure : L. A. Bertoni, Una (...)

1Les études concernant l’immigration syrienne et libanaise en Argentine se sont fortement développées tout au long des dernières années, non seulement dans notre pays, mais aussi à l’étranger. Diverses publications commencent à apporter une certaine lumière sur divers aspects ignorés ou mal connus de l’histoire des immigrants syriens et libanais. Les problèmes se rapportant à l’intégration, à l’identité, à l’adaptation linguistique, à la participation politique, à la discrimination ou à l’image que les immigrants se font de la société d’accueil ont constitué des thèmes centraux ou secondaires des travaux présentés chez nous ou à l’étranger1.

2Lorsque l’on se penche sur ce groupe ethnique, deux problèmes se présentent d’emblée : d’un côté, le manque de collaboration d’une communauté actuellement peu disposée à exposer certains problèmes concernant aussi bien l’intégration à la société d’accueil que ses divisions internes, et de l’autre, la minceur des sources qui se trouvent, dispersées dans tout le pays ou bien à l’étranger (surtout en Syrie et au Liban) par les dirigeants des institutions communautaires ; d’autres documents se trouvent entre les mains de particuliers qui n’ont pas envie d’y donner accès.

  • 2 Malgré leur importance numérique et les différences qui les caractérisent, aucun travail comparati (...)

3Ce travail a pour but de présenter quelques aspects, fondamentalement d’ordre statistique, concernant l’immigration syrienne et libanaise en Argentine. Cela nous permettra, de connaître plus à fond les causes de cette immigration, ainsi que la distribution spatiale, le nombre d’immigrants, leur profession, leur religion. D’un autre côté, nous tâcherons de faire quelques comparaisons (ampleur des arrivées et des départs, solde des migrations, distribution spatiale, répartition des sexes) avec des groupes de différentes nationalités qui se sont installés dans le pays : c’est-à-dire les Italiens, les Espagnols, les Anglais, les Français, les Russes et les Polonais2.

Les causes de la migration

  • 3 Citons les travaux réunis par A. Sameer et A. Nabeel, “The Arabs in the New World”, Wayne State Un (...)

4Au siècle dernier, à partir des années soixante, des milliers de Syriens, Libanais et Palestiniens de l’Empire ottoman commencèrent à émigrer. Ils se répartirent, tout au long du continent américain, principalement, aux États-Unis, au Brésil, en Argentine et au Chili3.

5Les causes de la migration sont multiples et variables selon les différentes époques. On peut tenter de faire une périodisation à partir d’éléments communs et de caractéristiques particulières, aussi bien dans les régions de départ que dans le pays d’accueil.

  • 4 Une étude réalisée sur le village libanais de Bischmizeen pourrait peut-être s’appliquer à tout le (...)

6Entre 1860 et la Première Guerre mondiale, l’accroissement démographique du Moyen-Orient devient important, surtout au Mont Liban. Le développement de certains aspects du capitalisme suscite la modernisation des moyens de transport et une industrialisation embryonnaire qui porte préjudice aux petits artisans, aux petits commerçants et aux vendeurs ambulants. La croissance démographique entraîne aussi la rupture de l’équilibre entre la terre (dont la disponibilité et le rendement diminuent progressivement) et la population4.

7Ajoutons aux dites causes la situation difficile des minorités chrétiennes de la région. Bien que les maronites, les melkites et les orthodoxes aient joui de la protection des pays européens (de la France et de l’Angleterre, en premier lieu) un nombre important de membres de ces communautés émigra, certains d’entre eux, de façon illégale, car le départ de l’Empire se trouvait fortement réglementé. Cela rend difficile le calcul exact de la quantité d’émigrants syriens et libanais et l’appréciation de la décomposition régionale.

8La campagne de Tripolitaine (1911) poussa également beaucoup d’hommes à émigrer ; ils s’échappaient avant d’être enrôlés dans l’armée. Par contre, à partir de 1914, la guerre, les possibilités d’accéder à l’indépendance et les difficultés dans le transport maritime firent baisser le courant des migrations.

  • 5 Les spécialistes de la “chaîne migratoire” s’accordent sur un bon nombre de points fondamentaux. E (...)
  • 6 Le fonctionnement du mécanisme de la chaîne migratoire est également observé dans le cas de l’Aust (...)
  • 7 Mémorias de la Direction generai de Inmigracion, 1899, Buenos Aires, p. 79-80.

9Le mécanisme de la chaîne migratoire5 joue un rôle fondamental en rapport avec l’arrivée et l’installation des Syriens et des Libanais dans ces nouveaux territoires6. En 1899, déjà, le Département des migrations signale quelques-uns des aspects caractéristiques du groupe, qui démontrent l’utilisation des réseaux personnels entre la région d’origine et le pays d’accueil : “en premier lieu, ils n’essayent pas de se mettre sous la protection de la loi argentine, c’est-à-dire qu’ils n’aspirent pas à être logés à l’hôtel (des immigrants) ni munis d’un travail, ni à recevoir les billets nécessaires pour se déplacer dans le pays… L’immigrant syrien échappe donc à l’action immédiate de la Direction, car une fois hors du contrôle statistique et de la surveillance qui proscrit l’entrée de sexagénaires, de malades contagieux, de handicapés, etc., celle-ci n’a d’autre pouvoir, comme on le sait, que celui octroyé sur ceux qui reçoivent les aides légales. Ceux qui n’ont pas recours à l’aide offerte restent livrés à leurs propres moyens et s’établissent à leur gré. Les personnes examinées dans ce chapitre adoptent cette attitude car elles viennent avec l’intention de se fixer dans les grands centres urbains pour y exercer la vente ambulante de la quincaillerie”7.

10A cette époque, la grande majorité des immigrants syriens et libanais qui arrivent en Amérique sont chrétiens (maronites et orthodoxes), bien qu’il arrive également, mais en moindre quantité, des musulmans, des druzes et des juifs.

  • 8 Resumen estadistico del movimiento migratorio en la Republica Argentina, années 1857-1924, Buenos (...)

11L’arrivée de ces migrants – comme celui de tant d’autres d’origines diverses –, se produisit à un moment de pleine croissance économique grâce aux exportations de bétail et de céréales ; cet enrichissement favorisait certains secteurs sociaux et certaines régions du pays, principalement celle du littoral. La plus grande partie des immigrants n’eut pas un accès facile à la propriété de la terre et, étant donné que la politique de colonisation ne fut pas un succès, c’est dans les centres urbains qu’ils ont pu trouver une occupation (dans la construction des ports et dans les travaux publics, dans l’Administration, etc.). La crise de l’année 1890 et la Première Guerre mondiale furent des freins à l’arrivée des migrants mais, en général, les taux d’immigration sont très élevés : entre 1880 et 1920, 3 617 348 migrants sont entrés dans le pays, dont 1 908 350 en sont ressortis, laissant un solde positif de 1 708 998 personnes8.

  • 9 Les druzes ne figurent pas dans les statistiques d’appartenance religieuse des registres officiels (...)
  • 10 Entrevue réalisée par l’auteur à Buenos Aires en mai 1988.

12Dans la période qui correspond à 1918-1945 les causes les plus importantes de l’émigration du Proche-Orient (manque d’emplois, excès de population, crises des cultures et des petites industries locales) continuent, mais on assiste à un changement dans la structure politique avec l’apparition de nouvelles formes de domination. La Syrie et le Liban sont maintenant sous mandat français. Cela a peut-être provoqué une augmentation du nombre d’émigrants musulmans et druzes9, moins favorisés par la politique française. Ce sont maintenant les chrétiens maronites qui jouissent d’une plus grande part de pouvoir : “… les Français ont apporté une certaine modernisation, mais l’héritage le plus lourd fut la division du Liban en confessions : telle fonction pour telle confession… même les tâches d’éboueurs se répartissaient par confession et les maronites jouissaient toujours des fonctions principales…”10.

  • 11 Pour le Chili, les chiffres donnés par Chuaqui signalent que c’est entre 1921 et 1930, qu’il arriv (...)
  • 12 Voir quelques statistiques dans K. Safa, L’émigration libanaise, Beyrouth, Université Saint Joseph (...)

13En Argentine, les dernières années de la décennie 1920, montrent une diminution dans les entrées et une plus grande proportion de départs. L’arrivée de Syriens et de Libanais est moins importante en comparaison des années antérieures et déjà d’autres pays sont préférés comme but de l’immigration : Chili11, Brésil, Uruguay, Venezuela, Australie ou Sénégal12.

14Entre 1945 et 1974, les courants migratoires de la Syrie et du Liban restent stables, avec une légère augmentation après la Deuxième Guerre mondiale ; plus tard, on observe une période de tassement, des menaces de guerre civile au Liban (1958) provoquent une recrudescence de la migration, puis la situation reprend vite son rythme antérieur.

  • 13 Nations-Unies, Informe sobre la poblacion mundial, 1978, p. 50 et tableau 38, p. 51.

15Le ralentissement de la croissance économique, l’instabilité politique provoquée par les coups d’États militaires, une mobilité sociale exiguë caractérisent l’Argentine, surtout après la période correspondant au premier gouvernement péroniste (1946-1952), ce qui pousse les Syriens et les Libanais à choisir d’autres pays pour émigrer. Entre 1950 et 1974, le gros des Libanais se dirige vers les États-Unis et en Australie : 30 000 pour chacun de ces pays et, en moindre mesure, au Canada (quinze mille personnes, à peu près). L’émigration vers les régions arabes, en plein “boom” du pétrole, commence à croître. C’est ainsi qu’en 1971, 25 387 Libanais habitaient au Koweït13.

  • 14 Il existe aussi une importante quantité de retours. Renseignements extraits de B. Labaki, “Lebanes (...)
  • 15 J. H. Burnley, op. cit., p. 103.

16A partir de 1974, la guerre civile au Liban a provoqué un grand courant d’émigration qui s’étend à tous les secteurs de la société libanaise. Entre 1975 et 1988, 737 713 personnes ont émigré. Pour l’année 1975, une énorme quantité de départs (400 000) a été enregistrée14. Entre 1975 et 1977, 10 000 réfugiés libanais arrivèrent en Australie15. L’émigration syrienne se tourne, quant à elle, vers les autres pays arabes et vers les États-Unis.

17Actuellement, peu de Syriens et de Libanais émigrent vers l’Argentine. Tous les facteurs d’attraction pour les étrangers ayant disparu, ceux qui arrivent le font dans l’intention de prendre le pays comme escale dans leur cheminement vers d’autres destinées, quelques autres le font après avoir reçu un héritage conditionné par leur installation en Argentine, ou bien alors il s’agit de jeunes arrivés dans le but de poursuivre leurs études universitaires à l’époque où la guerre civile paralysait le Liban.

Les données chiffrées

18Quantifier la migration des Syriens et des Libanais présente de grosses difficultés, allant de l’absence d’une série complète de statistiques, jusqu’aux problèmes de dispersion régionale de ces groupes selon les différentes périodes d’arrivée en Argentine.

  • 16 Cf. les statistiques de la Direction générale des migrations, les comptes rendus d’Alejandro Scham (...)

19Pour cette tentative de quantification il faut considérer, en premier lieu, que les Syriens et Libanais apparaissent, jusqu’en 1921 (une fois l’Empire ottoman liquidé, et sous le mandat français) comme “Turcs”, “Ottomans”, parfois comme “Syriens” ou “Arabes”, mais jamais sous la dénomination de “Libanais”, bien que nous sachions que ces derniers constituaient une bonne partie du courant migratoire. Les Libanais et les Syriens formaient la majorité des migrants provenant de l’Empire ottoman16.

20De 1921 jusqu’en 1950, année qui marque la fin de notre étude, les Syriens et Libanais apparaissent de façon indépendante dans les statistiques officielles. Cependant, il est toujours difficile de préciser le nombre exact d’arrivées, car pour certaines années où le nombre de personnes en provenance d’un pays ne dépasse pas 200, les migrants sont inclus sous la dénomination “divers” ; cela s’est produit pour les Syriens entre les années 1919-1932 et 1935-1936 et pour les Libanais entre 1940 et 1943. Il existe aussi des rentrées et des sorties du pays par voie fluviale, ce qui produit une marge d’erreurs dans les données présentées.

  • 17 Un travail a été réalisé antérieurement sur les migrations des Libanais et des Syriens en Argentin (...)

21Pour reconstruire la série d’entrées et de sorties du groupe syrien et libanais, j’ai retenu la période 1890-1950. L’année 1890 marque le début de la “grande immigration” de ce groupe et 1950 signale la baisse radicale des entrées et la forte tendance à l’intégration au sein de la société d’accueil17.

  • 18 Resumen estadistico…., 1876-1924, p. 36.

22Entre 1871 et 1880 il entre 672 Turcos, c’est-à-dire 0,26 % du total des immigrants. On n’observe pas de sorties18.

  • 19 A. Schamun, op. cit., p. 9 et Resumen estadistico, 1876-1924, p. 36-38.

23Pendant la période 1881-1890 le pourcentage des immigrants turcos passe à 0,42 % du total de l’immigration, avec un nombre de 3 557 arrivées ; on n’enregistre aucune sortie19.

  • 20 Censo Nacional de 1895, p. xliv et A. Schamun, op. cit., p. 9

24La majorité de ces immigrants sont syriens ou libanais. En comparant les renseignements fournis par le Recensement de 1895, qui donne le chiffre de 876 Turcos pour toute la République, et ceux de A. Schamun, qui parle, pour la même période, de 850 “Syriens” (ce qui inclut les Libanais), seulement 3 % de la population “turque” dans le pays correspondrait à d’autres groupes ethniques originaires de l’Empire ottoman20.

  • 21 Resumen estadistico…, 1876-1924, p. 36-38.

25La crise de 1890 fait baisser le nombre d’arrivées, qui recommence à augmenter à partir de 1896, et cette augmentation se maintient jusqu’à la fin du siècle. Entre 1891 et 1900 les arrivées atteignent 9 065 et les sorties 1 219 personnes (voir tableau 1). Pendant cette décennie, le pourcentage des Turcos dans le total de l’immigration est 1,3 % (voir tableau 2) et le taux de retour est de 13,4 %, l’un des plus bas en comparaison avec celui d’autres groupes migrants (voir tableau 3)21.

26Entre 1901 et 1910, le courant migratoire des Turcos croît notablement, surtout à partir de 1908. Cette année, le Mouvement des Jeunes Turcs mit de nouveau en vigueur la Constitution de 1876, qui consacrait l’égalité des nationalités et des religions et rendait légale l’émigration.

  • 22 Ibid, p. 36-38 et A. Schamun, op. cit., p. 9.

27Les chiffres des entrées passent de 7 436 personnes en 1907 à 9 111 en 1908, 11 765 en 1909, 15 478 en 1910, et continuent d’augmenter jusqu’à 1913. Les retours demeurent très rares ; le total pour la décennie est de 9 910 personnes et le taux de 14,8 %, toujours inférieur à celui des autres groupes22.

  • 23 Ibid, p. 36-38.

28Pendant les années dix, il entre au total 61 470 Turcos et, en 1912, le record de 19 792 arrivées est atteint. A partir de 1914, en conséquence de la Première Guerre, les entrées diminuent et, entre 1916 et 1920, les données sont négatives. C’est à partir de 1920 que nous pouvons commencer à distinguer les immigrants syriens et libanais23.

  • 24 Memorias de la Direction generai de Imigration, 1925-1930 et Resumen estadistico… 1876-1924.

29Entre 1921 et 1930, les chiffres d’entrées recommencent à augmenter, bien que de façon modeste. Les hauts et bas de l’économie argentine et les espoirs conçus en raison de la politique du gouvernement français, impriment une grande fluctuation au courant migratoire qui se dirige vers l’Argentine. C’est ainsi que l’on observe des soldes négatifs en 1921-1922, en opposition aux chiffres fortement positifs des deux années suivantes ; comme le sont aussi ceux qui correspondent à la période qui va jusqu’à la fin de la décennie, bien qu’à un moindre degré24.

30Les années trente montrent un déclin de l’immigration libanaise et syrienne. La crise économique mondiale et sa répercussion en Argentine, le choix de nouvelles régions pour émigrer (le Canada, l’Australie, les pays africains) font que le nombre des immigrants s’amenuise.

31Entre 1931 et 1950, il n’y a pas de grands changements dans les courants de migration. Les soldes sont positifs (exception faite de 1944 et 1947), mais ce sont de très faibles soldes, qui n’excèdent presque jamais 200 personnes. Certaines années on trouve seulement l’arrivée de Syriens (1940 à 1943), dans d’autres, celle de Libanais (1935-1396).

32Le recensement national de 1947 donnait les chiffres suivants pour les Syriens et les Libanais installés dans le pays : 32 789 Syriens et 13 505 Libanais. C’est seulement à partir de ce recensement qu’ils figurent, de façon séparée, car dans le recensement antérieur (1914) ils se trouvent compris dans la catégorie de Turcos. Les 18 255 Turcos qui figurent en 1947 sont aussi, dans leur grande majorité, des Syriens ou des Libanais qui n’ont pas changé de nationalité en vertu du Traité de Lausanne (1924).

33Les chiffres du recensement de 1960 démontrent que la quantité de Syriens qui résident dans le pays est inférieure à celle du recensement antérieur : 23 334 ; par contre les Libanais sont 13 028, un chiffre à peine inférieur à celui du recensement de 1947. Les Turcos sont beaucoup moins : 11 851. Puisqu’il n’y a pas de nouveaux arrivants, le nombre baisse à cause de la mortalité des vieux immigrants (voir tableau 4). Sur le tableau 1 on peut observer qu’à partir de 1945, les Libanais atteignent ou dépassent le chiffre d’entrée des Syriens et que les soldes positifs sont plus grands ; cette caractéristique se remarque aussi pendant les années postérieures à 1950. C’est pour cela que leur nombre ne décroît pas, comme dans le cas des Syriens, entre chaque recensement.

Indicateurs de masculinité

34Un trait qu’il faut noter lorsqu’on analyse les recensements nationaux de 1895, 1914 et 1960, aussi bien que les documents du département des migrations, est le taux élevé de masculinité des Syriens et Libanais en comparaison avec d’autres groupes migrants (voir tableau 5).

35Il est vrai que les indicateurs de masculinité chez les étrangers sont toujours plus élevés que ceux de la population d’accueil. Dans le cas des Turcos, ce taux est double de celui des autres groupes de migrants. Nous supposons que le caractère d’illégalité des départs pendant certaines périodes de la domination ottomane, la conscription pour la campagne de Tripolitaine ou la nature même de la société proche-orientale, entravaient, plus que dans d’autres pays, le départ de femmes seules et expliquent ainsi cette différence.

  • 25 Censos nationales de 1895, 1914 et 1960.

36En 1895, l’indicateur de masculinité était de 335 hommes pour 100 femmes ; en 1914, de 428 et, plus tard, en 1960, de 215 pour les Syriens et de 171,8 pour les Libanais. Malgré cette baisse par rapport aux décennies antérieures, ces indicateurs se trouvaient bien au-dessus de la moyenne des étrangers (119,8) et plus encore en ce qui concerne la population argentine (100)25.

  • 26 Il y a, par exemple, plusieurs anecdotes concernant des mariages ou des concubinages de Turcos et (...)

37A partir de ces données nous pouvons déduire que, surtout dans l’intérieur du pays, des comportements exogamiques ont dû être adoptés et, qu’en conséquence, une intégration plus rapide des hommes se produisit26.

La distribution spatiale

38En observant le tableau 6 nous pouvons noter que les Syriens et les Libanais, de même que les autres groupes ethniques, n’échappent pas à la concentration spatiale, qui, dans leur cas, se produit dans trois lieux : la ville de Buenos Aires, la province de Buenos Aires et la province de Santa Fe. Cependant, bien qu’un grand nombre de Turcos s’installe dans ces trois lieux, leur nombre est proportionnellement inférieur à celui d’autres groupes d’étrangers.

  • 27 Il faut signaler, pour ce groupe, que si l’on ajoute aux trois lieux précités la province de Entre (...)
  • 28 Censos nationales de 1895 et de 1914.

39D’entre les groupes de migrants étudiés, celui qui concentre le plus grand pourcentage de population dans les trois lieux précités est celui des Italiens : 87,5 % en 1895 et 81,8 % en 1914. Deuxièmement, et avec très peu de différence, celui des Espagnols avec 86,2 % et 80 %, puis les Anglais (85 % et 76 %), et les Français (83,4 et 80,9 %). Après eux, les Turcos : 43,05 % et 66,1 % et, finalement, les “Russes”, entre 28,8 et 66,3 %27. Si nous prenons le total des étrangers, 79,1 % d’entre eux se concentrent dans la capitale, la province de Buenos Aires et la province de Santa Fe en 1895, et 76,5 % d’entre eux en 191428.

40Bien que la relation entre le chiffre global d’immigrants et la distribution spatiale varie entre 1895 et 1914, les Turcos continuent à être le groupe de migrants ayant la distribution spatiale la plus uniforme dans tout le pays. En 1895, il dépasse, dans la région du nord-ouest argentin, dans celle de Cuyo (provinces de Mendoza, San Juan et San Luis) et dans la province de Cordoba, le pourcentage d’installation des étrangers : 27,7 % des immigrants syriens et libanais, par exemple, s’installent dans le nord-ouest argentin, contre seulement 2,18 % du total des étrangers. A Cordoba les pourcentages sont de 5,8 % et 3,5 % respectivement, et à Cuyo 13,8 et 8,9 %. Dans d’autres provinces, comme Corrientes et Entre Rios, le pourcentage est légèrement plus bas que celui du total des étrangers ; de même, pour les Territoires nationaux, la proportion est favorable au total des étrangers avec 4,8 % face à 2,9 % des Turcos.

41Dans quelques provinces, les Libanais et les Syriens occupent les premières places parmi les groupes des étrangers. En 1914, dans la province de La Rioja, leur nombre est supérieur à celui des Espagnols : 341 contre 315 ; dans la province de Catamarca, ils occupent la troisième place après les Espagnols et les Italiens : 654, 534 et 449 personnes dans chacun des cas. Dans la province de Santiago del Estera, ils sont aussi les troisièmes avec un total de 1 748 personnes face à 3 569 Espagnols et 2 043 Italiens. On trouve une position semblable dans les provinces de Cordoba, Tucuman et San Luis. Dans le sud du pays (territoires nationaux de Rio Negro et Neuquen) ils se placent en cinquième et quatrième lieu, respectivement.

  • 29 L. A. Bertoni, op. cit, p. 27.

42Nous pourrions avancer plusieurs hypothèses pour justifier la distribution spatiale des Turcos dans le pays. Une explication possible consisterait à considérer ce groupe comme appartenant à un courant tardif de l’immigration. Le manque d’opportunités dans la région du littoral (la capitale, la province de Buenos Aires, Santa Fe et Entre Rios) les a poussés à diriger leurs pas vers l’intérieur du pays, là où les opportunités de développer certaines activités (principalement le commerce) sont plus nombreuses en raison du manque de concurrence de la part des autres secteurs de la population. La possibilité d’une ascension sociale plus rapide pousse ce groupe à chercher dans les provinces peu peuplées par d’autres étrangers leur lieu d’insertion. La crise par excès de concurrence entre les vendeurs ambulants et les merciers de Buenos Aires, qui commence à s’accentuer vers 1906, pourrait étayer cette hypothèse29.

  • 30 Idem.
  • 31 S. Abou, 1973, Dans les quatre histoires de vie recueillies par cet auteur on trouve des exemples (...)

43Mais, d’autre part, nous avons vu à travers divers témoignages que le mécanisme connu sous le nom de “chaîne migratoire” a pu constituer un élément important de la diversification spatiale adoptée par les Syriens et les Libanais. Les bulletins de recensement de 1895 qui montrent la concentration du groupe dans le quartier du Retira à Buenos Aires30, les témoignages contenus dans le livre de Selim Abou31et quelques entrevues que j’ai personnellement réalisées, illustrent de façon très claire la vigueur de la solidarité intra-ethnique. En général les pionniers s’installent dans un lieu déterminé de la province et ensuite ils y attirent la famille, les amis ou les compatriotes.

44Comme les immigrants proviennent de régions rurales, il est possible qu’ils aient cherché à l’intérieur du pays des villages pour s’installer ou bien des terres pour les travailler. C’est le cas des Syriens et des Libanais qui s’installent dans le sud du pays, où ils achètent des terres destinées à l’élevage des moutons.

  • 32 Censo Nacional de 1914, t. II, p. 358 sq.

45Cependant, les Syriens et les Libanais s’insèrent fondamentalement dans les zones urbaines. 72,6 % des Turcos font partie de la population urbaine d’après le recensement de 1914, et ils sont dépassés seulement par les Espagnols (73,8 %), tandis que le pourcentage global de population urbaine est de 57,4 %32.

La profession

  • 33 Memorias op. cit., année 1907, p. 103 et année 1909, p. 118.

46Les immigrants libanais ou syriens sont assimilés immédiatement au terme “commerçant” et, à la première époque de leur arrivée, à celui de “commerçant ambulant”. Quand on analyse les rapports de l’immigration, sous la rubrique professions, on observe une forte proportion de commerçants chez les Turcos. Entre 1867 et 1909, 68,1 % des nouveaux venus se déclarent commerçants ; la seconde catégorie est celle des “sans profession” avec un taux de 11,1 %, mais cette rubrique se compose fondamentalement d’enfants et de femmes. La troisième place est occupée par les journaliers avec 8,3 %33.

  • 34 L. A. Bertoni et G. Jozami, op. cit.
  • 35 S. Abou, op. cit.
  • 36 J. Martel, La Boisa, Buenos Aires, Estrada, 1946 (1898).
  • 37 Par exemple, Un romance turco, de P. E. Paco et S. Eichelbaum (1920) ou Mustafa, de A. Diacepolo e (...)
  • 38 P. Zoni, Los Turcos, Buenos Aires, 1974.

47En 1910, dans un rapport sur les commerçants syro-libanais en Argentine, Alejandro Schamun, écrit qu’il existe, sur une communauté de 53 473 personnes, 6 900 commerçants établis (12,9 %), 6 600 personnes associées aux commerçants (12,2 %) et 15 000 commerçants ambulants (28 %) ; soit un total de 28 500 personnes, 53,2 % des Syro-Libanais installés dans le pays ! L. A. Bertoni pour la ville de Buenos Aires et G. Jozami pour le nord-ouest argentin, ont analysé quelques-unes des caractéristiques du commerce des Turcos : les différents secteurs commerciaux, les routes, les problèmes causés par la concurrence pendant la première décennie du siècle, la participation des femmes34. Il est aussi intéressant de lire les descriptions que ces migrants font de leur propre activité commerciale ou de celle de leurs parents ou leurs grands-parents, tel qu’on peut le lire dans les histoires de vie recueillies par Selim Abou, spécialement dans celle de Carlos35. La littérature montre la relation presque absolue du migrant avec le commerce : ce rapport est bien décrit dans le roman36, dans diverses pièces de théâtre37, ou dans les contes38.

  • 39 Memorias…, année 1913, p. 22-23 et année 1916, p. 16-23.

48A partir des années dix certains changements se produisent. En observant les statistiques de 1913 nous trouvons les pourcentages suivants : 48,7 % des immigrants se déclarent travailleurs journaliers, 17,1 % sont sans profession et seulement 4,6 % se déclarent commerçants. Pour les années suivantes les pourcentages sont semblables39. Pourquoi ces changements se produisent-ils ? Plusieurs raisons y contribuent.

  • 40 A. Schamun, op. cit. et M. Allard, “Les Libanais en Argentine de l’émigration à l’intégration (190 (...)

49L’énorme concurrence qui existe à Buenos Aires et dans la région côtière au long des premières années du siècle, ajoutée à l’image négative des commerçants turcos aux yeux des autorités argentines, peut se trouver à la racine de ces changements. A la même époque le journal Assalam commence une campagne de propagande dans le but d’exalter l’image des immigrants et tâche de promouvoir l’interaction des nouveaux venus à l’intérieur du pays, avec l’aide du Département de l’Immigration40. L’échange de correspondance et l’information fournie par les voyageurs ont aussi sûrement contribué à ce changement allégué de profession. La majorité, maintenant, se déclare à l’arrivée ouvrier-journalier. Nous nous situons ici dans le domaine des hypothèses. Pour résoudre ce problème il faudrait réaliser une recherche dans les dossiers des régions d’origine (c’est-à-dire dans les archives ottomanes et françaises) et une analyse plus détaillée des cas.

50Au cours des décennies suivantes les statistiques signalent à nouveau l’importance majoritaire des commerçants, bien que dans une proportion nettement inférieure aux années précédentes. En deuxième lieu, on trouve les agriculteurs et les journaliers. Artisans, employés, ecclésiastiques (présence qui démontre l’importance que les Syriens et les Libanais chrétiens attachent à la préservation de la religion), sont les autres professions déclarées par les immigrants.

  • 41 A. Schamun, op. cit., p. 8, et M. Allard, op. cit.

51A l’inverse des autres groupes qui se déclarent agriculteurs de façon prioritaire et qui, pour diverses raisons, n’accomplissent jamais cette tâche, les Turcos se déclarent en premier lieu commerçants et il le seront effectivement. Bien que nous ignorions leurs déclarations au moment d’abandonner leur région d’origine ou au moment d’embarquer, le peu d’informations que l’on possède (notamment à partir des récits de vie), démontre que, même si le commerce occupait une place importante, la majorité d’entre eux étaient agriculteurs, journaliers ou artisans. Voilà des questions auxquelles il faudrait trouver des réponses, compte tenu du fait que l’activité commerciale croissante de l’Argentine et les conseils donnés par des migrants installés dans le pays à leurs compatriotes prêts à voyager, ont incité à déclarer aux autorités argentines la profession de commerçant de préférence à n’importe quelle autre. Schamun décrit, par exemple, l’habitude d’une bonne partie des immigrants d’apporter pour les vendre, des objets religieux, et cela évidemment, suivant les conseils de compatriotes déjà installés dans le pays41.

  • 42 L. M. Martinez Montiel, op. cit. ou M. A. Campoy, op. cit.

52Le commerce ambulant fut, pour beaucoup d’entre eux, le premier pas en ce qui concerne leurs activités économiques. Une fois en possession d’un certain capital, ils s’installaient dans les villes ou les villages, à la tête de magasins ou d’épiceries. La démarche suivante, pour quelques-uns d’entre eux, fut le commerce en gros, avec une maison centrale et plusieurs succursales, l’industrie textile ou l’exploitation agricole. Les membres de la deuxième génération ayant accès à l’université poursuivaient généralement des études en relation avec les occupations de leurs parents. Le cas argentin ne paraît pas différer de celui des autres pays latino-américains, comme le Mexique ou le Brésil42.

  • 43 El Diario Sirolibanes, 9 janvier 1945, p. 2.
  • 44 A. Schamun, op. cit.

53Nous pouvons faire une estimation des investissements de capitaux syriens et libanais dans le pays d’après les renseignements fournis par un journal de la communauté. Le commerce constituait le secteur principal d’investissement : 53,4 %, suivi par l’immobilier avec 18,9 %, l’industrie, 16,8 %, l’agriculture, l’élevage et l’exploitation forestière (5,7 ; 4,5 et 0,5 % respectivement)43. Ces pourcentages nous indiquent la prééminence des activités commerciales et industrielles en comparaison des activités agricoles et d’élevage. La diversification des activités économiques des immigrants à partir de 191044 est très importante comme le montre la comparaison des chiffres obtenus de différentes sources, surtout en relation avec la croissance de l’activité industrielle et des biens immobiliers.

54Dans certaines régions du pays, les Syriens et les Libanais ont acheté des terres et se sont lancés de façon conjointe dans l’exploitation agricole et les activités commerciales. Ils avaient souvent l’habitude d’installer des commerces en gros dans leurs propriétés agricoles (estancias) pour pourvoir aux besoins de leurs travailleurs et des voisins. Les régions du Copahue (provinces de Neuquén et Rio Negro) et la Patagonie (provinces du Chubut et Santa Cruz) sont un exemple de ce type d’installation.

La religion des immigrants

55L’origine religieuse des immigrants est très diverse. La diversité religieuse, ajoutée à l’origine régionale et sociale, a rendu impossible la cohésion du groupe et a provoqué plusieurs conflits tout au long de la période considérée.

56Les chrétiens forment le groupe le plus important. Il y a parmi eux des maronites, des orthodoxes et des melkites. On trouve aussi des musulmans (chiites et sunnites), des druzes et des juifs.

57Nous avons peu de données qui permettent d’identifier l’origine religieuse des immigrants et les renseignements que nous avons ne reflètent pas de façon exacte la diversité de leurs croyances. Dans les Memorias du Département de l’immigration, jusqu’aux années dix, les différentes dénominations chrétiennes ne sont pas mentionnées, et il n’existe aucune indication pour les musulmans. Jamais les druzes n’ont été consignés dans les statistiques et nous supposons qu’ils ont été inclus dans le groupe musulman.

  • 45 Memorias, année 1907, p. 108 et année 1909, p. 118.
  • 46 Mahométans et israélites sont les dénominations que l’on trouve dans les Memorias.

58Entre 1876 et 1907, la classification par religion que l’on trouve dans les documents officiels à propos des Syro-Libanais est la suivante : catholiques : 34 663 personnes (82,9 %) et “divers” : 7 106 personnes (17,1 %)45. En 1909, la même source indique 48 814 catholiques (77 %) et 13 831 “divers” (23 %). Cette même année, les Syro-Libanais arrivant dans le pays (11 765) sont classés d’après leur religion : 6 428 catholiques (54,5 q %), 5 111 mahométans (43,4 %) et 226 israélites46.

  • 47 Censo municipal de la ciudad de Buenos Aires, année 1936, p. 320-321.

59Quelques années plus tard, en 1936, le recensement municipal de la ville de Buenos Aires confirme la présence majoritaire des chrétiens (53,8 %), parmi les immigrants en provenance de Syrie et du Liban, suivis par les israélites (28,5 %) qui sont principalement sépharades et les musulmans (11,2 %) (voir tableau 7)47. On trouve des pourcentages semblables pour les Syriens et Libanais installés à l’intérieur du pays.

  • 48 Religion e Inmigracion en la Arquidiocesis de Buenos Aires, Buenos Aires, 1907, p. 28-29.

60Les premiers qui s’organisent sont les maronites. “La mission des Pères libanais maronites prend en charge spécialement la vie spirituelle des maronites, Syriens et Turcs catholiques… Le centre de l’activité religieuse de ces collectivités se trouve dans la capitale. Les Pères maronites parcourent de temps en temps la campagne, en tenant des conférences pour leurs compatriotes. Ils possèdent une chapelle dans la capitale où ils prêchent deux fois en arabe, tous les dimanches et les jours de fêtes religieuses. Ils ont aussi une école dénommée “syro-argentine” où quelques cent vingt élèves, dans leur grande majorité des fils de la colonie maronite, reçoivent un enseignement”48.

61Ce rapport de 1907 montre déjà une communauté organisée qui possède son église dans le quartier du Retiro, endroit où se concentraient, dans leur grande majorité, les Turcos de la capitale. En 1901, deux prêtres maronites sont arrivés, et après quelques difficultés, ont obtenu l’appui de l’archevêché de Buenos Aires. Un an après, et grâce à cet appui, une commission protectrice de l’École syro-argentine se constitue, formée par des personnes n’appartenant pas à la communauté. La nouvelle église et le collège sont inaugurés en 1905, rue Paraguay, dans le centre de Retiro. Les maronites commencent à éditer en 1910, leur propre journal Le Missionnaire, en espagnol et en arabe. Le collège maronite fut, pendant plusieurs années, le centre éducatif le plus important pour les Libanais et les Syriens chrétiens, son déclin commença lorsque les migrants s’éloignèrent du quartier du Retiro et se dispersèrent dans d’autres quartiers de la ville, spécialement dans des circonscriptions 180 et 140, à partir des années dix.

  • 49 M. E. Vela et R. Caimi, op. cit., p. 137.

62A l’intérieur du pays, les maronites ont aussi eu une forte activité, principalement dans les provinces du Nord-Ouest. A Tucuman, par exemple, ils ont fondé une église et un collège49.

63Les chrétiens orthodoxes ont inauguré leur première église dans la ville de Buenos Aires en 1910, dans le quartier de Retiro également. En 1923, le Conseil administratif orthodoxe fut créé ; parmi ses objectifs se trouvait celui de fonder des églises orthodoxes et aussi une école dans le pays, dans le but de fortifier les liens entre les immigrants et de diffuser l’enseignement de la langue arabe. En 1927, la nouvelle église fut inaugurée à Buenos Aires et en 1931, débute la construction d’un collège. Il fut inauguré en 1933.

  • 50 El Diario Sirio-Libanes, 20 avril 1937, p. 3.

64Des problèmes internes au sein du Conseil aboutirent sur une confrontation entre le supérieur de l’ordre, l’Archimandrite Jaluf, et les autres membres du Conseil50. Ces problèmes, s’ajoutant à la diminution du flux migratoire, ont contribué à la fois au processus d’intégration et à la décadence des institutions orthodoxes. A l’intérieur du pays, les orthodoxes ont construit des églises dans les villes de Tucuman, Salta et Cordoba.

  • 51 Les objectifs de cette association étaient “l’union et l’amitié des musulmans vivant en Argentine, (...)

65Quant aux musulmans, ils fondèrent des associations de bienfaisance et des institutions culturelles. C’est ainsi que l’on trouve à Buenos Aires l’Association panislamique (1923)51 et l’Association pan-alaouite islamique de bienfaisance (1929). Le Conseil administratif de la mosquée fut fondé à Buenos Aires en 1948, dans le but de construire une mosquée ; mais cet objectif ne sera atteint que dans les années quatre-vingt. Le Centre islamique de Buenos Aires servit de lieu de culte avant l’inauguration de la mosquée. Un nombre plus réduit de musulmans s’installèrent aussi à Rosario, à Cordoba et à Mendoza.

66Quant aux druzes, ils ont perdu leurs traditions religieuses. Dépourvus de lieux de culte, probablement privés de leurs uqqal (initiés), la majorité des immigrants et leurs descendants ignorent les caractéristiques principales de leur religion.

Institutions et vie communautaire

67L’une des principales caractéristiques des immigrants syriens et libanais est, comme nous l’avons vu, leur grande diversité religieuse, à laquelle on peut ajouter les différences régionales, sociales, politiques et économiques.

68Quelques-unes de ces différences, auxquelles se conjuguent les conséquences des dominations ottomane et française, vont avoir une forte incidence sur le manque de cohésion du groupe et aussi sur les différentes formes d’organisation des institutions qui seront créées tout au long des xixe et xxe siècles.

  • 52 Censo Nacional de 1914, t. II, p. 290-291.
  • 53 I. Abderrahman, Adalid rioplatense, Buenos Aires, 1954, p. 146.

69Comme n’importe quel groupe de migrants, les Turcos fondèrent une grande quantité d’associations dans tout le pays ; il s’agissait principalement de sociétés de secours mutuel ou de bienfaisance. La première association sur laquelle nous avons des renseignements est l’Association syrienne de secours mutuel de San Juan, fondée en 1898, qui comptait soixante-quinze membres (la plupart commerçants). En 1910, à la Rioja, fut fondé l’Union syrienne52. A cette époque, l’émir Arslan tenta de fonder dans la capitale une Association ottomane de bienfaisance, qui ne put finalement se concrétiser53.

  • 54 Idem.
  • 55 La Gaceta Arabe, numéro anniversaire, 1932, El Diario Sirio-Libanes et i. Abdahrraman, op. cit.
  • 56 I. Abderrahman, op. cit., p. 152-157.

70Nous avons établi une liste des associations en tenant compte du travail de I. Abderrahm54, d’après leur provenance locale (liée à la ville d’origine des migrants). Nous trouvons, entre autres, l’Association tripolitaine de fraternité et le Club Homs, tous deux situés à Buenos Aires et la société Union et Fraternité d’Alep, à Rosario. Nous pouvons mentionner aussi (d’après leur origine syrienne ou libanaise), les associations régionales restreintes comme l’Association patriotique libanaise (Buenos Aires), la Société syrienne (Esquel, dans la province du Chubut) ou la Société libanaise de secours mutuel (Cordoba), et aussi des sociétés régionales au sens plus large (associations qui réunissent les Syriens et les Libanais), représentées, entre autres, par le Cercle social syro-libanais à Buenos Aires ou par l’association syro-libanaise à Tucuman. Mentionnons aussi, en fonction de leur appartenance religieuse, le Centre orthodoxe (Mendoza), l’Union islamique (Rosario) et l’Association druze de bienfaisance (Buenos Aires). Dans un dernier groupe, nous classons les associations que nous pouvons dénommer panarabes, comme le Foyer arabe argentin (Berisso, dans la province de Buenos Aires), la Société de bienfaisance arabe (Mendoza) ou l’Union arabe (Buenos Aires)55. Au début des années cinquante il y avait, d’après les informations fournies par Abderrahman, centre trente-huit institutions dans tout le pays, dont quarante-trois à Buenos Aires56.

  • 57 “Cent soixante dix-huit institutions du pays ont désigné notre journal comme leur organisme offici (...)
  • 58 Voir J. O. Bestene, op. cit, où sont étudiés les cas des institutions du groupe installées à Bueno (...)

71Quinze ans auparavant, alors que le mouvement associatif syro-libanais se trouvait à son zénith, les institutions atteignirent le nombre de 18057. Mais beaucoup de ces institutions eurent une vie éphémère, malgré les efforts de ceux qui les avaient fondées, en raison de la grande dispersion de forces, des rivalités régionales ou religieuses, et de la participation chaque fois plus restreinte, en raison du processus d’intégration, de la part des personnes qui auraient pu s’intéresser à ce genre d’institution58.

72A Buenos Aires aussi se concentraient les institutions commerciales et financières comme la Banque syro-libanaise du Rio de la Plata (1925) et la Chambre de commerce syro-libanaise (1929).

73Finalement, si nous analysons la presse de la communauté, nous observons que quelques publications insistent sur le thème de la cohésion du groupe. Ainsi, la Gaceta Arabe et pendant longtemps le Diario Sirio-Libanes ont évoqué le problème de manque d’unité, et insisté sur la nécessité d’une institution directrice et d’une activité culturelle et politique qui mettent en avant en Argentine, les succès économiques et sociaux des immigrants et de leur descendance.

74En 1932, lors de la présentation de la liste des principales institutions dans le pays, La Gaceta Arabe écrivait :

  • 59 La Gaceta Arabe, numéro anniversaire, 1932, p. 72.

“L’organisation sociale de la colonie syro-libanaise en Argentine est très grande bien que très éparpillée dans le pays et sans aucune cohésion.
Notre lutte, par la publication d’articles, a le même âge que notre journal et a toujours visé à la recherche d’une institution directrice qui puisse fédérer les volontés dans le but d’obtenir des fruits semblables à ceux que l’on apprécie dans d’autres collectivités, plus prévoyantes et moins divisées que la nôtre.
A cette incompréhension, à cet absurde entêtement, nous devons le fait de ne pas avoir d’hôpital communautaire, de bibliothèque publique, de centres gratuits pour l’apprentissage de l’arabe et de l’espagnol, de maternité, etc., tandis que nous avons perdu, dans cette capitale, le seul club social qui marquait l’importance et la valeur de notre colonie.
Nous devons confesser avec douleur que toutes les institutions qui existent dans le pays, qu’elles soient grandes ou petites, vivent des rivalités de clocher, et qu’elles n’en sortiront pas, ni ne pourront croître moralement ou matériellement, tant qu’elles ne se décideront pas à abandonner cette sorte d’égoïsme qui les maintient étouffées et invisibles, tout aussi bien dans la capitale fédérale qu’à l’intérieur de la République”59.

  • 60 Une analyse comparative avec les associations d’autres groupes ethniques illustre bien les relatio (...)

75Tous les problèmes de la communauté syrienne et libanaise peuvent se lire dans cet article : le localisme, les rivalités communautaires, les différences régionales ou religieuses, le manque de politique culturelle. Voilà les problèmes qui retardent la mise en œuvre d’une politique cohérente et efficace, et ce sont aussi les problèmes qui marquent la différence avec les autres collectivités “plus prévoyantes et moins divisées” que la syro-libanaise60.

  • 61 J. O. Bestene, op. cit.

76Une bonne partie des institutions disparaîtra, tant à Buenos Aires qu’à l’intérieur du pays, même là où les communautés ont été très importantes. Une faible partie des associations maintiendra son prestige antérieur et une activité continue actuellement. Plusieurs d’entre elles le feront par le moyen d’une politique d’intégration et grâce aux stratégies adoptées par l’élite, désireuse d’obtenir une insertion définitive dans la société d’accueil, tout en gardant, cependant, quelques traditions. C’est le cas, dans la ville de Buenos Aires, du Club Honneur et Patrie, dont les dirigeants sont, majoritairement, d’origine syrienne61.

  • 62 La base des renseignements du CEMLA (Centro Estudios Migratores Latinoamericanos) concernant les i (...)

77Cette brève introduction aux caractéristiques démographiques des Syriens et des Libanais doit être approfondie62. De même, une étude comparative avec d’autres pays dans lesquels ces migrants se sont établis (Brésil, Chili et Mexique en Amérique latine où ils forment une importante minorité) permettra de mieux analyser les problèmes de cohésion du groupe, sa participation politique dans les partis provinciaux et populistes (le péronisme en Argentine, le varguisme au Brésil), et son processus d’intégration à la société d’accueil.

Tableau 1 – Entrées, sorties, solde migratoire des Syro-Libanais en Argentine

Tableau 1 – Entrées, sorties, solde migratoire des Syro-Libanais en Argentine
  • 1 Jusqu’en 1920, ils figurent comme Syriens, Turcos ou Ottomans

Note 111

Tableau 1 (suite)

Tableau 1 (suite)
  • 1 Même problème pour les Libanais

Note 111
Sources : Memorias del Departemento de Inmigraciόn ; Resumen Estadistico 1876-1924 ; A. Schamun, La colectividad siria en al Republica Argentina ; Directiόn General de Estadisticas de la Poblaciόn y el Movimiento demográfico de la Republica Argentina ; Informe demográfico de la Republica Argentina.

Tableau 2 – Pourcentages d’immigrants par nationalités

Tableau 2 – Pourcentages d’immigrants par nationalités

Source : Resumenes estadisticos 1876-1925 y Memorias del Departamento de Inmigraciόn, años 1926 y 1927.

Tableau 3 – Pourcentage des retours des principaux groupes immigrés

Tableau 3 – Pourcentage des retours des principaux groupes immigrés

Source : Resumenes estadisticos 1876-1924, Memorias del Departamento de Inmigraciόn, años 1925, 1926 y 1927 ; A. Schamun.

Tableau 4 – La population étrangère en République argentine (extrait)

Tableau 4 – La population étrangère en République argentine (extrait)

Source : Censos Nacionales de 1869, 1895, 1914 y 1960. Informe Demográfico de la Republica Argentina 1944-1954

Tableau 5 – Indices de masculinité. Recensements de 1895, 1914 et 1960

Tableau 5 – Indices de masculinité. Recensements de 1895, 1914 et 1960

Source : Censos Nacionales 1895, 1914 y 1960

Tableau 6 – Distribution spaciale des émigrants (extraits) Recensement de 1895 en pourcentages du total des individus de chaque nationalité

Tableau 6 – Distribution spaciale des émigrants (extraits) Recensement de 1895 en pourcentages du total des individus de chaque nationalité

Source : Censo Nacional de 1895

Tableau 6 (suite) – Distribution spaciale des émigrants Recensement de 1960 (1)

Tableau 6 (suite) – Distribution spaciale des émigrants Recensement de 1960 (1)
  • 1 Les 36 372 Syro-Libanais constituent 57,5 % du total des Asiatiques, et 76,3 % si on ajoute les “T (...)

Note 111

Tableau 7 – Religion des Syro-Libanais à Buenos Aires en 1936

Tableau 7 – Religion des Syro-Libanais à Buenos Aires en 1936

Source : Censo de la Ciudad de Buenos Aires, 1936.

Notes

1 Une sélection des travaux présentés pendant les années 80 et 90 doit inclure : L. A. Bertoni, Una colectividad en formation : los llamados “Turcos” en Buenos Aires hacia 1895, Buenos Aires, 1980 ; M. E. Rios et R. Caimi, “The Arabs of Tucumán”, in L. M. Martinez Montiel (dir..), Asiatic Migration in Latin America, Mexico, 1981 ; G. Jozami, “Aspectos demograficos y comportamiento espacial de los arabos en el NOA”, in Estudios Migratorios Latinoamericanos, Buenos Aires, 1987 ; K. Karpat, The Ottoman emigration to America, 1860-1914, Cambridge, 1985 ; J. O. Bestene, “La immigracion sirio-libanesa en la Argentina. Una aproximacion”, in Estudios Migratorios Latinoamericanos, Buenos Aires, 1988. K. Biondi, “Actitudes y valoracionas hacia la langua etnica antra los grupos migratorios de origan arabe en Argentina”, Encuentro, Madrid, 1990 ; I. Klich, “Criollos and .Arabic Speakers in Argentina : An uneasy Pas de Deux, 1888-1914”, in A. Hourani and N. Shihadi (eds), The Libanese in the world. A Century of Emigration, London, 1992 ; J. O. Bestene, “Formas de associacionismo entre los sirio-libaneses en Buenos Aires (1900-1950)”, in Fernando J. Devoto and Eduardo J. Miguez (eds.), Asociacionismo, trabajo e identidad étnica : Los italianos en América Latina en una perspectiva comparada, Buenos Aires, 1992 ; M. Scheffold, Doppelte Heimat ? Zur literarischen Produktion arabischsprachiger Inmmigranten in Argentinien, Berlin, 1993.

2 Malgré leur importance numérique et les différences qui les caractérisent, aucun travail comparatif dans ce sens n’a été réalisé.

3 Citons les travaux réunis par A. Sameer et A. Nabeel, “The Arabs in the New World”, Wayne State University, 1983. Pour le Mexique, L.M. Martinez Montiel, “Lebanese Immigration to Mexico”, dans L. M. Martinez Montiel (eds), The Lebanese in the World : A Century of Emigration, London, 1992. Pour le Brésil, M. A. Campoys, Turco pobre, sirio remediado, libanes rico. A trajatoria do imigrante libanes no Espirito Santo, Vitoria, USN, 1987.

4 Une étude réalisée sur le village libanais de Bischmizeen pourrait peut-être s’appliquer à tout le territoire libanais et, à un moindre degré, à la Syrie. Voir L. Campoy “La inmigracion libanesa a la Argentina y a Mendoza”, Cycles de conférences de l’Union libanaise mondiale, Mendoza, 1975. l’auteur de l’article se réfère à un travail antérieur : A. Tannous, “Emigration, a Force of Social Change in an Arab Village”, Rural Sociology, mai 1942, vol. 7, n° 1.

5 Les spécialistes de la “chaîne migratoire” s’accordent sur un bon nombre de points fondamentaux. En premier lieu, sur le fait que les contacts personnels, la communication et l’aide entre les familles, les amis et les compatriotes de deux sociétés – celle du départ et celle d’accueil –, constituaient des facteurs fondamentaux pour déterminer quelle était la personne qui allait émigrer, quel allait être son destin, ainsi que l’endroit choisi pour s’établir, pour trouver un travail et pour s’insérer socialement. Le deuxième fait en découle. Le processus migratoire peut être étudié en détail à petite échelle, au niveau des individus, des familles, des réseaux de parenté et des villages. Le troisième point découle du premier, bien que les recherches publiées diffèrent en ce qui concerne l’importance de cet item : il établit que le phénomène de la migration se comprend mieux dans sa totalité, en tenant compte autant du cadre de départ que de l’évolution de la situation au sein de la nouvelle société. S. Baily, “La cadana migratoria de los italianos en la Argentina. Los casos de agnoneses y airolenes”, in F. Devoto et G. Rosoli, La immigration italiana en la Argentina. Biblos, Buenos Aires, 1985. Pour une définition classique de la chaîne migratoire, voir S. S. et L. D. MacDonald, “Chain Migration, Ethnic Neighborhood, Formation and Social Networks”, The Milbank Memorial Fund Quaterly, XLII, n° 1, janv. 1964. Outre Baily, voir F. Devoto, “Las cadonas migratorias italianas : algumas reflexiones a la lus del caso argentino”, in Estudios Migratorios Latinoamericanos, 8, Buenos Aires, 1988.

6 Le fonctionnement du mécanisme de la chaîne migratoire est également observé dans le cas de l’Australie, in J. H. Burnlay, “Lebanese Migration and Settlement in Sidney, Australia”, in International Migration Review, vol. 16, n° 1, New York, 1981.

7 Mémorias de la Direction generai de Inmigracion, 1899, Buenos Aires, p. 79-80.

8 Resumen estadistico del movimiento migratorio en la Republica Argentina, années 1857-1924, Buenos Aires, 1925, p. 36.

9 Les druzes ne figurent pas dans les statistiques d’appartenance religieuse des registres officiels argentins ; peut-être sont-ils inclus sous la dénomination de “mahométans” ou sous celle de “divers”.

10 Entrevue réalisée par l’auteur à Buenos Aires en mai 1988.

11 Pour le Chili, les chiffres donnés par Chuaqui signalent que c’est entre 1921 et 1930, qu’il arrive dans ce pays 22,20 % du total des immigrants qui sont entrés entre 1906 et 1970.

12 Voir quelques statistiques dans K. Safa, L’émigration libanaise, Beyrouth, Université Saint Joseph, 1960.

13 Nations-Unies, Informe sobre la poblacion mundial, 1978, p. 50 et tableau 38, p. 51.

14 Il existe aussi une importante quantité de retours. Renseignements extraits de B. Labaki, “Lebanese Emigration during the War (1975-1989)”, dans A. Hourani et N. Shehadi (ed.), op. cit., p. 610.

15 J. H. Burnley, op. cit., p. 103.

16 Cf. les statistiques de la Direction générale des migrations, les comptes rendus d’Alejandro Schamûn (1910 et 1917) et les bulletins de recensement de 1895. Pour l’analyse du recensement de 1895, voir L. A. Bertoni, op. cit.

17 Un travail a été réalisé antérieurement sur les migrations des Libanais et des Syriens en Argentine pour la période 1877 à 1974. Voir M. E. Vela et R. Caimi, op. cit., p. 141-144. Nous avons incorporé pour la série, des données complémentaires comme celles de A. Schamun et nous avons séparé les migrants en deux groupes : Syriens et Libanais.

18 Resumen estadistico…., 1876-1924, p. 36.

19 A. Schamun, op. cit., p. 9 et Resumen estadistico, 1876-1924, p. 36-38.

20 Censo Nacional de 1895, p. xliv et A. Schamun, op. cit., p. 9

21 Resumen estadistico…, 1876-1924, p. 36-38.

22 Ibid, p. 36-38 et A. Schamun, op. cit., p. 9.

23 Ibid, p. 36-38.

24 Memorias de la Direction generai de Imigration, 1925-1930 et Resumen estadistico… 1876-1924.

25 Censos nationales de 1895, 1914 et 1960.

26 Il y a, par exemple, plusieurs anecdotes concernant des mariages ou des concubinages de Turcos et d’Argentins et, parfois, quand la femme légitime ou la future épouse arrive de Syrie ou du Liban, les deux familles coexistent. Voir les histoires de vie recueillies par S. Abou, “Autobiographies”, Travaux et jours, 48, 1973. Quelques exemples apparaissent aussi dans les entrevues réalisées pendant les années 1988 et 1989.

27 Il faut signaler, pour ce groupe, que si l’on ajoute aux trois lieux précités la province de Entre Rios (où s’installèrent les colons juifs) le pourcentage s’élève à 97,4 % en 1895.

28 Censos nationales de 1895 et de 1914.

29 L. A. Bertoni, op. cit, p. 27.

30 Idem.

31 S. Abou, 1973, Dans les quatre histoires de vie recueillies par cet auteur on trouve des exemples concernant le mécanisme des chaînes migratoires.

32 Censo Nacional de 1914, t. II, p. 358 sq.

33 Memorias op. cit., année 1907, p. 103 et année 1909, p. 118.

34 L. A. Bertoni et G. Jozami, op. cit.

35 S. Abou, op. cit.

36 J. Martel, La Boisa, Buenos Aires, Estrada, 1946 (1898).

37 Par exemple, Un romance turco, de P. E. Paco et S. Eichelbaum (1920) ou Mustafa, de A. Diacepolo et E. de Rosa, 1921.

38 P. Zoni, Los Turcos, Buenos Aires, 1974.

39 Memorias…, année 1913, p. 22-23 et année 1916, p. 16-23.

40 A. Schamun, op. cit. et M. Allard, “Les Libanais en Argentine de l’émigration à l’intégration (1902-1914)”, in Travaux et Jours 48, Beyrouth, juillet-septembre 1973.

41 A. Schamun, op. cit., p. 8, et M. Allard, op. cit.

42 L. M. Martinez Montiel, op. cit. ou M. A. Campoy, op. cit.

43 El Diario Sirolibanes, 9 janvier 1945, p. 2.

44 A. Schamun, op. cit.

45 Memorias, année 1907, p. 108 et année 1909, p. 118.

46 Mahométans et israélites sont les dénominations que l’on trouve dans les Memorias.

47 Censo municipal de la ciudad de Buenos Aires, année 1936, p. 320-321.

48 Religion e Inmigracion en la Arquidiocesis de Buenos Aires, Buenos Aires, 1907, p. 28-29.

49 M. E. Vela et R. Caimi, op. cit., p. 137.

50 El Diario Sirio-Libanes, 20 avril 1937, p. 3.

51 Les objectifs de cette association étaient “l’union et l’amitié des musulmans vivant en Argentine, afin de présenter un front commun face à la propagande adverse, et la protection et l’aide aux veuves et aux orphelins, et à tous les indigents de la communauté” (La Gaceta Arabe, numéro anniversaire, 1932, p. 79).

52 Censo Nacional de 1914, t. II, p. 290-291.

53 I. Abderrahman, Adalid rioplatense, Buenos Aires, 1954, p. 146.

54 Idem.

55 La Gaceta Arabe, numéro anniversaire, 1932, El Diario Sirio-Libanes et i. Abdahrraman, op. cit.

56 I. Abderrahman, op. cit., p. 152-157.

57 “Cent soixante dix-huit institutions du pays ont désigné notre journal comme leur organisme officiel…” C’est ce que l’on peut lire dans El Diario Sirio-Libanes, le 19 mai 1937, p. 1.

58 Voir J. O. Bestene, op. cit, où sont étudiés les cas des institutions du groupe installées à Buenos Aires.

59 La Gaceta Arabe, numéro anniversaire, 1932, p. 72.

60 Une analyse comparative avec les associations d’autres groupes ethniques illustre bien les relations internes de chaque groupe et leur processus d’intégration à la société d’accueil. Quelques-uns des travaux portant sur les associations de migrants sont ceux de S. Baily, “Las sociadadas de ayuda mutua y el desarrollo de una commidad italiana en Buenos Aires, 1858-1918”, Desarrollo Economico v. 21, n° 84, B. A., 1988 ; F. Devoto et A. Fernandez, “Asociacionismo, liderazgo y participacion en dos grupos étnicos en areas urbanas de la Argentina finisecular. Un enfoque comparado”, F. Devoto et G. Rosoli (comp.). L’Italia nella societa argentina, Roma, Centro Studi Emigraziona, 1988. F. Devoto, “La experiencia mutualista italiana en la Argentina : un blance” et A. Fernandez, “El mutualismo espanol en un barrio de Buenos Aires : San José de Flores (1890-1900), in F. Devoto et E. J. Miguez, op. cit. ; M. Bjorg, “Identidad etnica y solidaridad en un grupo migratorio minoritario : un analisis de la Sociedad Danesa de Socorros Mutuos, 1892-1930”, in Estudios Migratorios Latinoamericanos 12, Buenos Aires, août 1989.

61 J. O. Bestene, op. cit.

62 La base des renseignements du CEMLA (Centro Estudios Migratores Latinoamericanos) concernant les immigrants arrivés entre 1857 et 1925 permettra d’approfondir des thèmes comme ceux concernant l’auto-identification des immigrants, leur religion (question traitée par Gladys Jozami), leur profession ou la composition du groupe familial.

Notes de fin

* Cet article, développé et actualisé, est paru pour la première fois dans Estudios Migratorios Latinoamericanos., n° 9, 3e année, août 1988.

1 Jusqu’en 1920, ils figurent comme Syriens, Turcos ou Ottomans

1 Même problème pour les Libanais

1 Les 36 372 Syro-Libanais constituent 57,5 % du total des Asiatiques, et 76,3 % si on ajoute les “Turcs”.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Entrées, sorties, solde migratoire des Syro-Libanais en Argentine
Légende Note 111
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-1.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Tableau 1 (suite)
Légende Note 111Sources : Memorias del Departemento de Inmigraciόn ; Resumen Estadistico 1876-1924 ; A. Schamun, La colectividad siria en al Republica Argentina ; Directiόn General de Estadisticas de la Poblaciόn y el Movimiento demográfico de la Republica Argentina ; Informe demográfico de la Republica Argentina.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-2.jpg
Fichier image/, 197k
Titre Tableau 2 – Pourcentages d’immigrants par nationalités
Légende Source : Resumenes estadisticos 1876-1925 y Memorias del Departamento de Inmigraciόn, años 1926 y 1927.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-3.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Tableau 3 – Pourcentage des retours des principaux groupes immigrés
Légende Source : Resumenes estadisticos 1876-1924, Memorias del Departamento de Inmigraciόn, años 1925, 1926 y 1927 ; A. Schamun.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-4.jpg
Fichier image/, 55k
Titre Tableau 4 – La population étrangère en République argentine (extrait)
Légende Source : Censos Nacionales de 1869, 1895, 1914 y 1960. Informe Demográfico de la Republica Argentina 1944-1954
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-5.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Tableau 5 – Indices de masculinité. Recensements de 1895, 1914 et 1960
Légende Source : Censos Nacionales 1895, 1914 y 1960
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-6.jpg
Fichier image/, 55k
Titre Tableau 6 – Distribution spaciale des émigrants (extraits) Recensement de 1895 en pourcentages du total des individus de chaque nationalité
Légende Source : Censo Nacional de 1895
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-7.jpg
Fichier image/, 95k
Titre Tableau 6 (suite) – Distribution spaciale des émigrants Recensement de 1960 (1)
Légende Note 111
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-8.jpg
Fichier image/, 117k
Titre Tableau 7 – Religion des Syro-Libanais à Buenos Aires en 1936
Légende Source : Censo de la Ciudad de Buenos Aires, 1936.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2952/img-9.jpg
Fichier image/, 67k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter